Vous êtes sur la page 1sur 14

LICENCE PROFESSIONNELLE TRAVAUX PUBLICS

ET ENVIRONNEMENT

LES TERRASSEMENTS

DEFINITION et NATURE des COUCHES

ROULEMENT
LIAISON
CHAUSSÉE BASE Plateforme support
PFj
de la chaussée
FONDATION

ARi CdF Couche de forme

Ancien FOND de FORME


Arase Terrassement

1 mètre

Partie Supérieure
PST des Terrassement

Remblais

QUELS DOCUMENTS TRAITENT DES TERRASSEMENTS


ET COUCHE DE FORMES ????

QUE TROUVE – T – ON DANS CES DOCUMENTS ?????

CCTG - LE FASCICULE 2

LA NORME NF P 11 300

Le G.T pour la réalisation des


REMBLAIS et COUCHES de FORME ( GTR )

Le G.T. pour le
REMBLAYAGE des TRANCHEES

Le G.T. pour le TRAITEMENT des SOLS


à la chaux ou liants hydrauliques ( GTS )

1
CCTG Fascicule 2 Norme NF P 11-300 - Classification
Terrassements généraux

Annexe II Fascicule 2 Contractuel CLASSIFICATION :


Article 2 à 11 : Organisation des travaux de terrassement •des sols A , B , C , D .
Article 12 à 16 : Mode d’exécution des travaux •des matériaux rocheux R
Article 17 à 18 : Définition technique des prestations •des sous produits F
Annexe IV
( idem que la GTR )

GTR , Liste des compacteurs , recommandation


pour le traitement à la chaux des sols fins

Définition des principaux termes relatifs aux


Norme NF P 11-301 - Terminologie terrassements dans les domaines :
•3.2.1. Géotechnique
•3.2.2. Traitements de sols
•3.2.3. Nature et géométrie des terrassements
•3.2.4. Matériel de terrassement
•3.2.5. Hydrologie ,assainissement , drainage

Géotechnique Nature et géométrie Hydrologie , assainissement


drainage
•Sols sensibles à l’eau •Couche de forme
•Bassin versant ou impluvium
•Sols insensibles à l’eau •PST
•Nappe artésienne ou captive
•Sols plastiques •Arase
•Nappe perchée
•Cryosuccion •Emprise
•Renard
•Gélifraction •Assiette
•Éperon drainant
•Portance court terme •Talus
•Épi drainant
•Portance long terme…. •Merlon……
•Perméabilité
Traitement des sols Matériel
•Argilosité d’un sol •Ripper
•Floculation des argiles •Tombereau….

GUIDE TECHNIQUE pour la REALISATION des REMBLAIS et des COUCHES de FORME

Fascicule 1: Principes généraux Fascicule 2 : Annexes Techniques

Ce sont 2 fascicules
très utiles et essentiels
pour ceux qui sont amenés
à effectuer
des travaux de terrassement
et de couhes de forme

•Chapitre 1 : paramètres retenus pour la classification.


TABLEAUX
•Chapitre 2 : Définition pour utilisation en remblais des paramètres
E,G,W,T,R,C,H, et des codes pour chacunes de ces
rubriques (0 à 4). •de classification des matériaux terrassement
•Chapitre 3 : Idem 2 pour utilisation en couche de forme. •des conditions d ’emploi en remblais
+ définition de PST , ARi , PFj •des conditions d ’emploi en couche de forme
+ dimensionnement , règle de surclassement •des éléments sur le compactage en
•Chapitre 4 : Prescriptions pour le compactage ( Q3 ,Q4 ) remblais et couche de forme
+ données sur les compacteurs
+ méthode Q/S

2
Guide technique remblayage des tranchées et réfection des chaussées

Chapitre II : Objectifs de densification en fonction de la position de la couche


-PIR partie inférieure des remblais …………. q4
-PSR partie supérieure des remblais…………q3
-Couche de forme……………………………… q3

Chapitre III : Les matériaux utilisables (GTR )

Chapitre IV : Élements pour dimensionner


Chapitre V : Les différents types de matériel
Chapitre VI : Méthodes de compactage

Chapitre VII : Assurance qualité

Type de matériaux B2m – sablon argileux D2 – grave


Densification q4 q3
Matériel PQ 4 PQ 3

e en cm. 35 20
Q/L en m3/h/m. 90 25
n ( nb de passes ) 4 8
V en km/h. 1 1

CHAQUE AGENCE devrait avoir en sa possession un document fournissant les débits et nombres de passes
des compacteurs généralement utilisés , pour les différents matériaux habituellements rencontrés , et ce
en fonction des niveaux de compactage.

DIMENSIONNEMENT DES RÉSEAUX E.P.

Méthode par la formule de CAQUOT


Calcul du débit du bassin versant Q = débit du bassin versant en m3 / s
I = pente moyenne du bassin versant en m/m
Pour la Région IDF et Hte Normandie ( Région 1)
C = cœfficient de ruissellement
C = 0,90 pour enrobés
C = 0,60 pour pavage
Q = 1,430 x I 0,29 x C 1,20 x A 0,78 C = 0,20 pour espaces verts
A = Surface en hectare

•Cette formule est donnée pour un retour d’insuffisance de 10 ans


pour 20 ans multiplier Q par 1,25
pour 50 ans multiplier Q par 1,60

Cas particulier pour les réseaux d’EP d’un batiment

En RP le débit toiture est de 3 litres par minute par mètre carré de surface de projection horizontale.
SOIT 0,05 litres par seconde et par métre carré de surface horizontale.

Q = 0,05 x A Calcul du débit du bassin versant

Q en litres/secondes
A surface en mètre carré
Retour d’insuffisance de 20 ans Diamètre des tuyaux

DIMENSIONNEMENT DES RÉSEAUX E.P.


Débit en Litres /secondes

pente des tuyaux

Par exemple 1% soit 100 dix millième

débit de bassin versant

Par exemple 0,1 métre cube par seconde


soit 100 litres par seconde

Ø 315
Si utilisation de tuyaux en béton

Ø de 400
Ø 400 Ø 250
∆ plage de fonctionnement d’un Ø de 400
par rapport à un 300 100 l/s

Si utilisation de tuyaux en PVC Ø 300

Ø de 315

∆ plage de fonctionnement d’un Ø de 315 100


par rapport à 250 Pente en dix millièmes
1%

3
DIMENSIONNEMENT D’UN BASSIN DE RÉTENTION Méthode des volumes

1- Calcul de la surface active Sa en ha Si = Surface élémentaires en ha


C = Coefficient de ruissellement
C = 1 pour batiment et bassin
C = 0,9 pour voirie
Sa = Σ Si x C C = 0,6 pour pavés
C = 0,1 pour espaces verts

2- Calcul du débit de fuite spécifique qs en mm/h

qs = ( 360 / Sa ) x ( Qa + Qb )

a - si bassin de rétention
Le débit de fuite Qa en m3 / s est fourni par les Services Techniques.
( pris généralement à 10 litres par secondes – variable de 1 à 50 l/s )

Prévoir le traitement des EP voiries en aval

b - si bassin filtrant
Le débit de fuite Qb en m3 / s est fourni par le rapport géotechnique.

Prévoir le traitement des EP voiries en amont

DIMENSIONNEMENT D’UN BASSIN DE RÉTENTION

3- Détermination de la capacité spécifique de


stockage ha en mm

Exemple 1500 m 2 de voirie 1 are = 102 m 2


1 hectare = 104 m 2
Capacité spécifique de stockage ha ( mm)

Sa = 1500 10-4 x 0,9 = 0,135 ha

Qa = 10-3 m 3 /s

Qs = ( 360 / 0,135 ) x 10-3 = 2,67 mm/h

abaque

• Région 1
• Période de retour d’insuffisance 10 ans ha = 26,5 mm
10 ans

26,5

4- Calcul du volume de rétention V en m3

V = 10 x ha x Sa

V = 10 x 26,5 x 0,135 = 35,8 m3


Dédit de fuite en mm/h 2,67

Guide technique traitement de sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques

Partie A : Notions générales


•Les matériaux ( sols , paramètres de caractérisation ) ,les liants.
•Principes d ’action du traitement.
•Méthodologie générale d ’étude ( géotechnique , économique ).
•Matériel de traitement ( stockage , épandage , préparation , malaxage , arrosage ).
•Aspects généraux de l ’assurance qualité.

Partie B : Traitement des sols en remblais


•Traitement des sols appliqué à la réutilisation des sols trop humides.
•Autres applications du traitement des sols dans la construction des remblais.

Partie C : Traitement des sols en couche de forme


Partie C1
•Méthodologie générale des études ( études niveau 1 , niveau 2 , niveau 3 ).
Partie C2
•Organisation générale des chantiers.
•Exécution des opérations élémentaires.
•Préparation des sols. •Compactage.
•Épandage des liants. •Ajustement de l’état hydrique.
•Malaxage en place. •Réglage.
•Fabrication en centrale. •Cloutage.
•ANNEXES 1 – 2 - 3
•Protection superficielle
Informations sur les chaux aeriennes ,
les ciments , les liants routiers. Partie C3
•Définition de la qualité requise et les actions del ’assurance qualité

4
Points de passage technique obligés à valider
pour réussir l’exécution d’un chantier de terrassement

S Environnement réglementaire et technique

S Étude de la faisabilité du chantier

S Les constituants (les sols et les matériaux)

S Les produits (conditions d’utilisation en remblais)

S La mise en œuvre (modalités de régalage et compactage)

S La mise en œuvre (Choix de l’atelier de terrassement)

S La mise en œuvre (Transition Remblais / PST)

S Les contrôles

DEFINITIONS / TOLERANCES
Zone de
DÉBLAI 1 Chaussée définie par plan de masse et profil en long
1 9
2 Chaussée définie par ses profils en travers type
5

3 2 8 3 Plate-forme support de chaussée


Zone de
REMBLAI 6 4 4 Couche de forme définie dans les profils en travers type
8 7 5 Terrain naturel défini par un plan topo avant travaux
9
6 Arase des terrassements
7 Partie supérieure des terrassements PST 1m d ’épaisseur
assiette
En déblais: sol en place
emprise
En remblais: matériaux rapportés
8 Talus de type H/V par exemple 3/2 2
3
9 Entrées en terre ( intersection entre projet et TN )

Tolérances selon norme NF P 98-115


Cas général Autoroutes

Couche de forme +- 3 cm +- 3 cm

Arase +- 3 cm +- 3 cm
Couche de forme
traitée +- 3 cm +- 2 cm

CARACTÉRISTIQUES GÉOMÈTRIQUES DU PROJET


PROFIL EN LONG

   •Vérification des cubes •Localisation des zones


à réaliser de déblais et remblais

Distances
Profils •Distances et volumes à déplacer

TN •Choix des méthodes et matériel

Projet •Phasage de l’assainissement

PHASAGE ASSAINISSEMENT

,, zones de profil rasant Assainissement définitif

•Si plus de 1,3 m. de remblai au


dessus de la génératrice
Zones de remblais
•Si moins de 1,3 m. de remblai
au dessus de la génératrice

Déblai / Remblai
PREVOIR exutoire
Zones de déblais
avant assainissement provisoire (fossé)

5
CARACTÉRISTIQUES GÉOTECHNIQUE DU PROJET
Existe t-il un dossier géotechnique
dans les pièces du marché ?

OUI NON

Dossier géotechnique exploitable ? Nature GTR de terrain connue ?


•Nature du sol selon GTR? Circulation d ’eau ?
•w% naturel? Hauteur de nappe ?
•Présence de sulfates?
•Dimensionnement de la CdF?
Faire des sondages
Résistance du sol à la compression (mais attention aux réseaux)
(difficilement exploitable en route) •avant offre
•avant travaux
Pièges habituels:
Zone remblayée après étude géotechnique
-Présence d’un technicien de labo souhaitable
si campagne de sondage importante.
-Si sondages faits par vous :
-noter l’épaisseur des couches.
-ne pas mélanger les matériaux
des différentes couches.
-repérer la pronfondeur par rapport
à la ligne rouge.

QUESTIONS SUR LES MOUVEMENTS DES TERRES


CONDITIONS: AVOIR UN LEVÉ DE TERRAIN

•Les terres excédentaires des fossés et des assainissement sont elles comprises dans les métrés?

•Le fil rouge peut-il être modifié ?

•Un emprunt est-il possible sur place , si déficit de matériaux ? Décharge ultérieure ?

•Un dépôt provisoire ou définitif est –il envisageable sur place pour limiter les évacuations ?

•Peut-on envisager la réalisation d’un chantier de déblais avec un autre chantier en remblais ?

•Si déblais en excédent, peut-on traiter la PST, afin de limiter l ’épaisseur des couches à rapporter?

Base Variante
Ligne rouge
Économie •Chaussée moins épaisse.
Chaussée Chaussée
TN Décapé •Moins d ’évacuation
PF3 •Protection au gel améliorée.
PF2
35 LTCC
35 LTCC AR Mais •Du déblai remblai sur place pour
AR 35 CaO traiter les 35cm inférieurs
•Plus de traitement

Points de passage technique obligés à valider


pour réussir l’exécution d’un chantier de terrassement

S Environnement réglementaire et technique

S Étude de la faisabilité du chantier

S Implantation, réception du support

S Les constituants (les sols et les matériaux)

S Les produits (conditions d’utilisation en remblais)

S La mise en œuvre (modalités de régalage et compactage)

S La mise en œuvre (Choix de l’atelier de terrassement)

S La mise en œuvre (Transition Remblais / PST)

S Les contrôles

6
PIQUETAGE PRINCIPAL

IL EST DÛ A L ’ENTREPRISE

De la Polygonale de précision aux Points Principaux du projet (Axes)

Choix de repères de nivellement communs aux différentes entreprises

PIEGES ET MOYENS DE PREVENTION

Les points principaux ont sauté. Intervention dans une propriété privée.

Repérer et protéger les points


principaux.
Intervenir APRES bornage.
Déporter avec précision les points Exiger plan de bornage.
principaux situés sur l ’emprise.

PIQUETAGE DE CHANTIER

Selon profil en long Selon profil en travers


•Distance entre profil de 25 m. environ 
Fil rouge
PF
Gabarit de talus Ar
Prolongement de la
Axe à : pente des talus
Fe à :
Altitude du bord
de la chaussée

Pièges classiques laser Bip bip


Bip bip

Plus 7°
var Oublié court 3cm
4 à 5m

Suivre en continu à Bon? 4m


déport
l ’avancement tolérance

Avec nivelettes ERREUR


Déport?
Avec laser à pente

Étalonnage La cane peut La cane n ’est


3 piquets obligatoires coulisser pas verticale

RECEPTION DU SUPPORT DE REMBLAI


•Etude géométrique
Préalablement •Etude géotechnique
•Validation du mouvement des terres

CAUSES REMEDES
•Purge sur 0,5 à 1 m . Mise en œuvre de
Trop d ’eau car nappe gros blocs , matériaux drainants .
•Rabattement de nappe.
MISE EN REMBLAI
•1 - Fossés ou drains en dérivation.

•2 - Attente si pas de délais.


Selon météo: aération.
Matériaux trop •2 bis - Sinon
humides
IMPOSSIBLE •Purge 30 à 50 cm avec matériaux sains
selon plan de mouvement des terres.
si sol < 10 MPa
•Traitement à la chaux, dosage à déterminer
selon w% nat
selon grille de décision

Trop humide car •Erreur de méthode, commencer par les


piège à eau fossés. ( Ex implantation centrale RN 32).

7
Points de passage technique obligés à valider
pour réussir l’exécution d’un chantier de terrassement

S Environnement réglementaire et technique

S Étude de la faisabilité du chantier

S Implantation, réception du support

S Les constituants (les sols et les matériaux)


S Les produits (conditions d’utilisation en remblais)

S La mise en œuvre (modalités de régalage et compactage)

S La mise en œuvre (Choix de l’atelier de terrassement)

S La mise en œuvre (Transition Remblais / PST)

S Les contrôles

CLASSIFICATION DES MATÉRIAUX NF P 11 300

•LES SOLS •LES MATÉRIAUX •LES SOLS ORGANIQUES


ROCHEUX et SOUS-PRODUITS
INDUSTRIELS
• la NATURE • la NATURE Matériaux naturels renfermant
PÉTROGRAPHIQUE F1 des matières organiques
•GRANULARITE
•ROCHES SÉDIMENTAIRES Cendres volantes
•Dmax , 50 mm.,2 mm. ,80 µm. F2 silico alumineuses
•Craies , Calcaires , Roches argileuses ,
•ARGILOSITE
Roches siliceuses , Roches salines.
•Indice de plasticité IP
F3 Schistes houilliers
•ROCHES MAGMATIQUES et
•Valeur de bleu du sol VBS MÉTAMORPHIQUES.
F4 Schistes de mines de potasse

• le COMPORTEMENT • L’ÉTAT et
MÉCANIQUE LE COMPORTEMENT F5 Phosphogypse
MÉCANIQUE
•Duretée LA , MDE , FS. Mâchefer d ’incinération
•Dureté LA , MDE. F6 des ordures ménagères
•L ’ÉTAT HYDRIQUE •La masse volumique ρd .
•Coef. de Fragmentabilité FR. F7 Matériaux de démolition
•Teneur en eau W%nat. •Coef. de Dégradabilité DG.
• W%. par rapport à W%OPN
•Teneur en eau W%nat. F8 Laitiers de hauts-fourneaux
•Indice de consistance Ic •Teneur en éléments solubles.
WL – Wnat. Autres déchets et
Ip.
( % NaCl , gypse ) F9 sous-produits industriels

•ts : très sec -


CLASSIFICATION DES SOLS • s : sec W%
% 80µ • m : moyen
12 25 40 IP • h : humide +
100% • th : très humide

A1 A2 A3 A4 A Sols fins •Limon d’Orly A 1 ts à th

D max. ≤ 50 mm. •Argile verte A 3 ts à th


35%

% 2mm. B Sols sableux et graveleux


B5 B6 (passant)
avec fines D max. ≤ 50 mm.

12% 100% •Sablon propre B1s à B1h


D1 B1 B2 •Sablon argileux B2s à B2h
70% •Grave sableuse et B4s à B4h
peu argileuse
D2 B3 B4
0% •Grave sableuse et B6s à B6h
très argileuse
2,5 6 8
VBS
0 0,1 0,2 1,5 C Sols comportants des fines et
des gros éléments D max. > 50 mm.
D Sols insensibles à l’eau C1 moins de 20 à 40 % de > 50 mm.
Ci Ai
Sable alluvionnaire propre D1 C2 plus de 20 à 40 % de > 50 mm.
D max. < 50 mm. Ci Bi
Grave alluvionnaire propre D2 Dans les deux cas fraction 0/50 Ai ou Bi

D max. > 50 mm. Tout venant alluvionnaire du Rhin •Argile à meulière C1 B5 ---C1 A2
D3

8
CLASSIFICATION DES ROCHES

Roches sédimentaires
•Roches carbonatées •Roches argileuses
R31 à R34
Marnes ,schistes.
CRAIE CALCAIRES ROCHEUX

•Roches siliceuses
R11 Craie dense ρd >1,7 R21 Calcaire dur MDE < 45 R41 à R43
R12 Craie densité 1,5 < ρd ≤ 1,7 R22 Calcaire de MDE > 45 et Grès.
moyenne densité moyenne ρd >1,8
R13 Craie peu dense ρd ≤ 1,5 R23 Calcaire MDE > 45 et •Roches salines
fragmentable ρd < 1,8
R51 à R52
Gypse ,sel gemme.

Roches magmatiques et métamorphiques


Granites , basaltes ,gneiss ,schiste…...

LA > 45 ou
LA ≤ 45 et Roche de Roche
R61 Roche dur MDE ≤ 45 R62 dureté moyenne MDE > 45 R63 fragmentable FR > 7
FR < 7

Points de passage technique obligés à valider


pour réussir l’exécution d’un chantier de terrassement

S Environnement réglementaire et technique

S Étude de la faisabilité du chantier

S Implantation, réception du support

S Les constituants (les sols et les matériaux)

S Les produits (conditions d’utilisation en remblais)

S La mise en œuvre (modalités de régalage et compactage)

S La mise en œuvre (Choix de l’atelier de terrassement)

S La mise en œuvre (Transition Remblais / PST)

S Les contrôles

CONDITION D’UTILISATION EN REMBLAIS

•Le GTR ( dans l’annexe 2 du fascicule 2 )


fournit pour CHAQUE TYPE DE MATÉRIAUX les CONDITIONS DE MISE EN ŒUVRE à respecter en
fonction de la SITUATION MÉTÉOROLOGIQUE et de l’ÉTAT HYDRIQUE constatées au moment ou le
matériaux est mis en REMBLAI.

•Les conditions d’utilisation en remblai se groupent en 7 rubriques:

E •EXTRACTION R •REGALAGE
•ACTION SUR LA GRANULARITE
G C •COMPACTAGE

W •ACTION SUR LA TENEUR EN EAU H •HAUTEUR


DES REMBLAIS
T •TRAITEMENT

•Chaque rubrique est renseignée par un chiffre précisant la méthode d’utilisation:


Exemple pour
W Exemple pour
C
0 •Pas de conditions particulières à recommander
1 •Réduction de la teneur en eau par aération 1 •Compactage intense
2 •Essorage par mise en dépôt provisoire 2 •Compactage moyen
3 •Arrosage pour maintien de l ’état 3 •Compactage faible
4 •Humidification pour changer d ’état

9
CONDITION D’UTILISATION EN REMBLAIS
EXEMPLE DE FICHE DU GTR POUR REMBLAI
A2 ( état h )

Observations Situation Conditions d ’utilisation Code


Sol
générales météorologique en remblai EGWTRCH
A2h Ces sols sont difficiles à mettre + Pluie Situation ne permettant pas la mise en remblai NON
en œuvre en raison de leur por- faible avec des garanties de qualité suffisantes
tance faible.
Lamise en dépôt provisoire et le Ni pluie Solution 1 : Traitement
= T : traitement à la chaux
0 0 0 2 0 2 0
drainage préalable ne sont ni évaporation
habituellement pas des solutions importante C : compactage moyen
envisageables dans le climat Solution 2: Utilisation en l ’état
français. C : compactage faible
0 0 0 0 0 3 1
Le matelassage est à éviter au H : remblai de faible hauteur ( ≤ 5 m. )
niveau de l ’arase terrassement
évaporation Solution 1 : Aération
_ E : extraction en couches
1 0 1 0 1 2 2
importante
W : réduction W% par aération
R : couches minces
C : compactage moyen
H : remblai de hauteur moyenne ( ≤ 10 m. )

Solution 1 : Traitement
T : traitement à la chaux
0 0 0 2 0 2 0
C : compactage moyen

Points de passage technique obligés à valider


pour réussir l’exécution d’un chantier de terrassement

S Environnement réglementaire et technique

S Étude de la faisabilité du chantier

S Implantation, réception du support

S Les constituants (les sols et les matériaux)

S Les produits (conditions d’utilisation en remblais)

S La mise en œuvre (modalités de régalage et compactage)

S La mise en œuvre (Choix de l’atelier de terrassement)

S La mise en œuvre (Transition Remblais / PST)

S Les contrôles

OBJECTIF ET MODALITÉ DU COMPACTAGE EN REMBLAIS

•OBJECTIF Ordinairement requis qualité de compactage q4


ρd moyenne ≥ 95% OPN
•MODALITÉ DE COMPACTAGE
ρd fond de couche ≥ 92% OPN
Types de compacteurs: Compacteurs à pneus Pi.
Compacteurs vibrants à cylindres lisses Vi (mono VMi ou tandem VTi).
Compacteurs vibrants à pieds dameurs VPi.
Compacteur statique à pieds dameurs SPi.

Le GTR ( annexe 4 du fascicule 2) fournit pour chaque type de matériaux


les renseignement ci dessous , ce pour les différents compacteurs ,
en tenant compte de différentes difficultés de compactage.

en m3 / m2 . C’est le volume de sol compacté


Q/S pendant un temps donné divisé par la surface Q/S Valeur maximale à ne pas dépasser
balayée par le compacteur dans le même temps.

Valeur maximale de l’épaisseur de la couche Q/L = 1000 x (Q/S) x V


e cm. à compacter.

V Valeur maximale de la vitesse du Débit pratique du compacteur


compacteur
Nombre d’application de charge. Qprat = k x (Q/L) x L x N/n
N = nombre de passes pour pneus et monocylindres.
nombre de passes =N/2 pour tandem. m3/h

Q/L Débit par unité de largeur de compactage.

10
OBJECTIF ET MODALITÉ DU COMPACTAGE EN REMBLAIS
Énergie de Énergie de
Exemple de tableau de compactage pour utilisation en remblai compactage compactage
MOYENNE INTENSE
A1 , C1A1 Code 2 Code 1

P1 P2 V1 V2 V3 V4 V5 V4 V4

Q/S 0,080 0,120 0,055 0,085 0,125 0,165 0,205 0,085 0,050
Énergie de e 0,30 0,45 0,25 0,35 0,30 0,50 0,35 0,65 0,40 0,80 0,30 0,50 0,30 0,40
compactage
faible V 5 5 2 2,5 4 2,5 5 2,5 5 2,5 3,5 2 2,5 2

N 4 4 5 5 3 4 3 4 2 4 4 6 6 8
Code 3
Q/L 400 600 110 215 500 315 825 415 1025 515 300 170 125 100

Exemple L = 2,10 VM4 , e = 0,50 , V = 2 km/h , n = 6

Moyens de prévention des défauts


Surface balayée en 1 heure 1 x 2,1 x 2000 = 4200 m2 de compactage
Q/S =0,084
Surface de terrain compactée 4200 m2 / 6 = 700 m2 O.K.
Volume compacté en 1 heure 700 m2 x 0,50m. = 350 m3 SUR CHANTIER
Plan de compactage
•Si le compacteur compacte les 350 m3 en 40 minutes
Surface balayée en 1 heure 2,1 x 0,66 x 2000 = 2797 m2
Petit chantier : e , n , vitesse
Sur gros chantier : idem +
350
Q/S = = 0, 125 je suis sûr que c ’est mal compacté contrôlographe sur compacteur et
2797 Q/S chaque jour

Points de passage technique obligés à valider


pour réussir l’exécution d’un chantier de terrassement

S Environnement réglementaire et technique

S Étude de la faisabilité du chantier

S Implantation, réception du support

S Les constituants (les sols et les matériaux)

S Les produits (conditions d’utilisation en remblais)

S La mise en œuvre (modalités de régalage et compactage)

S La mise en œuvre (Choix de l’atelier de terrassement)

S La mise en œuvre (Transition Remblais / PST)

S Les contrôles

GRILLE D ’AIDE AU CHOIX DE L ’ATELIER


EXTRACTION TRANSPORT REGALAGE

DISTANCE < 50 m. Ou
CHARGEUR
A CHENILLES

EXTRACTION TRANSPORT REGALAGE

DISTANCE > 50 m. et
30 km/h
ou
OU

Ou
A distance égale, le nombre
CHARGEUR de camions dépend de la
A CHENILLES
vitesse de transport:

IMPORTANCE ETAT PISTE

11
QUELQUES REGLES D ’OPTIMISATION
ATELIER PELLE + CAMION
•Adaptation taille pelle et Camion 5 godets dans un camion
Temps de chargement optimum
2,5 min
Angle de rotation réduit 45°à 90°
•Positionnement Camion / Pelle
Chenille à la hauteur de la benne

Les camions partent en charge en ligne droite


•Temps de transport mini Piste entretenue
Pas de marche arrière

•Saturation de la pelle Temps de cycle camion Nombre de camion arrondi à l ’entier supérieur
=
Temps de chargement

EXEMPLES PELLES GODET M3 place CHARGEURS GODET M3 place


m3 fois. / heure m3 fois. /heure
HYPOTHESES
16 t (cat 312) 1 m3 76 15 t (cat 953) 1,75 m3 67
•Terre :foisonnement
de 1,3
•50mn de travail 22 t (cat 320) 1,4 m3 106 19 t (cat 963) 2,2 m3 84
moyen dans l ’heure
35 t (cat 330) 1,9 m3 144 27t (cat 973) 3,2 m3 123

Points de passage technique obligés à valider


pour réussir l’exécution d’un chantier de terrassement

S Environnement réglementaire et technique

S Étude de la faisabilité du chantier

S Implantation, réception du support

S Les constituants (les sols et les matériaux)

S Les produits (conditions d’utilisation en remblais)

S La mise en œuvre (modalités de régalage et compactage)

S La mise en œuvre (Choix de l’atelier de terrassement)

S La mise en œuvre (Transition Remblais / PST)


S Les contrôles

ATELIER DE TRAITEMENT TECHNIQUE REMBLAI


•Objectif •Réduire la teneur en eau pour augmenter la portance Liant: Ca0
•Augmenter la qualité de la PST

•Malaxage technique remblais


Technique sols avec blocs > 250mm
Technique Bull + disques Épandage + reprise
Prof = 20cm

Technique Bull + socs


prof = 50cm

Stockage + homogénéisation

Reprise vers remblai


OU

ATELIER CLASSIQUE
DE TRAITEMENT

12
PARTIE SUPÉRIEURE DES TERRASSEMENTS P.S.T. AR
Zone supérieure , d’environ 1 mètre d’épaisseur , •des terrains en place ( cas des profils en déblai )
•des matériaux rapportés ( cas des profils en remblai )

Sols sensibles à l’eau état th •Purges pour reclasser


PST 0 AR 0 le nouveau support en AR1
Portance quasi nulle.

Sols sensibles à l’eau état h •50 cm. Traité chaux (PST 2 , 3 , 4)


PST 1 Mauvaise portance a la mise en œuvre AR 1 •Ou CdF en matériaux granulaires
de la CdF. sans possibilité d’amélioration. insensible à l’eau , forte épaisseur

Sols sensibles à l’eau état m


Bonne portance pouvant chuter à long •Si rabattement de nappe PST 3
PST 2 AR 1
terme sous l’action d’infiltration ou
remontée de nappe.
Sols sensibles à l’eau état m AR 1 •Idem PST 2
PST 3 Bonne portance pouvant chuter à long •Si disposition constructive de
terme sous l’action d’infiltration . AR 2 drainage

Sols sensibles à l’eau état h


PST 4 PST traitée à la chaux et/ou au liants AR 2
hydrauliques sur 30 à 50 cm.

PST en matériaux fins insensibles à AR 2


PST 5 l’eau , hors nappe ,problème de
traficabilité. AR 3 •Si EV 2 ≥ 120 Mpa.
PST en matériaux graveleux ou AR 3
PST 6 rocheux , insensibles à l’’eau , avec
problème de réglage / traficabilité. AR 4 •Si EV 2 ≥ 200 Mpa.

PARTIE SUPÉRIEURE DES TERRASSEMENTS P.S.T. AR


PFj
Type d’arase AR 1 AR 2 AR 3 AR 4
Module E en Mpa
e cm. CdF 20 50 120 200
ARi

•Le module de l’arase a UNE ÉNORME INCIDENCE


pour l’obtention du module souhaité sur la plateforme.
PST

•Pour obtenir une PF de 50 MPa Il faut une arase de


avec 35 cm. de L.T.C. module E > 25 MPa

•Pour obtenir une PF de 80 MPa Il faut une arase de


avec 35 cm. de L.T.C. module E > 50 MPa

•Pour obtenir une PF de 120 MPa Il faut une arase de


avec 35 cm. de L.T.C.C. module E > 35 MPa

Il est INDISPENSABLE de
METTRE la PLATEFORME HORS D’EAU (drainage, fossés)
Il est INDISPENSABLE de VÉRIFIER
le MODULE de L’ARASE
AVANT la RÉALISATION DE LA COUCHE DE FORME.

PARTIE SUPÉRIEURE DES TERRASSEMENTS P.S.T. AR


PFj GRILLE DE DÉCISION

e cm. CdF LTC


ARi Pour obtenir une plateforme ( PF )
AR
MPa 50 MPa 80 MPa 120 MPa

AR 20 45 cm. 70 cm. 95 cm.


PST
AR 35 25 cm. 50 cm. 75 cm.

AR 50 25 cm 50 cm.

AR 80 25 cm.

GNT LTCC
Pour obtenir une ( PF ) Pour obtenir une ( PF )
AR
50 MPa 120 MPa MPa 50 MPa 120 MPa

50 cm. 80 cm. AR 20 35 cm. 50 cm.

AR 35

50 cm. AR 50 35 cm.

AR 80

13
Points de passage technique obligés à valider
pour réussir l’exécution d’un chantier de terrassement

S Environnement réglementaire et technique

S Étude de la faisabilité du chantier

S Implantation, réception du support

S Les constituants (les sols et les matériaux)

S Les produits (conditions d’utilisation en remblais)

S La mise en œuvre (modalités de régalage et compactage)

S La mise en œuvre (Choix de l’atelier de terrassement)

S La mise en œuvre (Transition Remblais / PST)

S Les contrôles

CONTRÔLE INTERNE

•Vérifier qu ’il n ’y a pas de piège à eau Création de fossés.

•Contrôler les niveaux Aux profils et entre les profils (nivelettes… laser).

•Contrôler les pentes 4 % minimum, pour bon ruissellement des eaux de pluie.

•Contrôler le compactage Petits chantiers Gros chantiers


Epaisseur couche En plus
Nombre de passes Contrôlographe
Vitesse du compacteur Vérification Q/S

Ne jamais laisser un remblai NON compacté le soir

Dosages ponctuels à la bâche.


•Si traitement à la chaux
Bouclages Tonnes répandues / surface couverte par porteur.

LES CONTROLES LABO POUR TERRASSEMENT


•AVANT TRAVAUX •AU DÉMARRAGE DES TRAVAUX
•Identification des matériaux. •Note de calcul de débit de l’atelier de compactage

•Classement par famille GTR •Planche d’éssais de compactage


1. Granularité •Définition du plan de controle
2. Propreté
3. Teneur en sulfates •EN COURS DE TRAVAUX
4. Caractéristiques OPN

Contrôle du compactage Contrôle de la Portance

•Panda – PDG 1000 •Poutre – Plaque -Dynaplaque


Résistance 0,2 1 10
de pointe
MPa
•Troxler - GPV
Intercouche
0,50
ATTENTION AU PROCTOR
doute
Refus Bon
1,00
ecR ecL
Profondeur
z en m

14