Vous êtes sur la page 1sur 33

EL AMARTY ABDESSAMAD Abdessamad.chef@gmail.

com 0610595314

Chapitre 3: Etude empirique de l’impact des


mécanismes de la gouvernance sur la performance :
Cas des banques marocaines cotées.
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Introduction

Pour effectuer cette analyse, nous procédons tout d’abord à une étude univariée pour chaque
banque et par la suite nous allons effectuer des tests multivariés sur la base d’un échantillon
de 6 banques marocaines cotés en bourse de valeurs de Casablanca, pour une période de 6
ans, allant de 2012 à 2017, pour percevoir les régressions nous utilisons deux logiciels à
savoir : SPSS21 et Excel.

Au niveau de notre étude empirique, nous allons montrer comment les mécanismes de la
gouvernance bancaire (les caractéristiques du conseil d’administration et la structure de
propriété) ont un impact sur la performance (rendement des capitaux propres) des banques
marocaines. Cette étude porte sur l’influence des caractéristiques du conseil d’administration
et de ses comités et de la structure de propriété sur la performance des banques mesurée par la
rentabilité des capitaux propres ROE (Return On Equity).

Dans ce chapitre, nous procéderons à une analyse économétrique, en traitant les données
relatives aux mécanismes internes de la gouvernance bancaire et les données financières à
partir les rapports sur les comptes sociaux, les rapports annuels de six banques marocaines
choisies dans le but d’étudier l’impact des mécanismes internes de la gouvernance sur le
degré de la performance de ces banques.

1. Méthodologie

1.1.L’échantillon

Dans cette étude, l’échantillon est composé de six banques commerciales marocaines
(BMCI, Crédit Du Maroc, Banque Centrale Populaire, CIH BANK, ATTIJARIWAFA BANK
et BMCE BANK). Il s’agit d’une analyse de ces banques durant la période de 2012 à 2017,
afin de montrer l’impact des mécanismes de la gouvernance bancaire sur la performance.
Cette étude est basée sur la méthode de régression multiple. Car notre étude porte sur des
données multidimensionnelles.

1
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Le recueil des données s’est fait sur la base des rapports annuels et des rapports sociaux et de
différents documents de référence de ces six banques cotées (BMCI, Crédit Du Maroc,
Banque Centrale Populaire, CIH Bank, BMCE Bank,), durant une période de six ans (de 2012
à 2017).

1.2.Définition des variables et hypothèses de l’étude

Pour examiner le lien existant entre les mécanismes internes de la gouvernance et la


performance des banques marocaines, nous sommes appelés à opter tout d’abord pour une
variable dépendante pour exprimer la performance. A ce propos, plusieurs études ont mis
l’accent sur la mesure comptable de la performance en utilisant l’ensemble des ratios de
rentabilité (capitaux propres et actif total). Nous citons par exemple les travaux de Pi et
Timme (1993) ; Glassman et Rhoades (1980). La raison pour laquelle nous allons utiliser le
ratio ROE qui permet de mesurer l’efficacité de ses capitaux propres investis par les
actionnaires à générer un certain niveau de profit des profits.

Le choix du ratio de rentabilité des actifs (ROE) n’est pas fait au hasard. Il s’agit d’un ratio
synthétique qui permet d’analyser le rendement et la capacité des capitaux propres apportés
par les actionnaires à générer des bénéfices. Hopkins et al. (1997)1 constate que la mesure
ultime de la force de toute institution financière est le ratio ROE.

1.2.1. La variable expliquée : La performance financière

1.2.1.1. Le ratio de la rentabilité des capitaux propre (ROE)

Pour mieux cerner la mesure de la performance financière nous avons choisi le ratio des
capitaux propres (ROE), Il se mesure par le rapport résultat net / capitaux propres. Ce ratio va
nous donner une vision plus claire sur la performance ainsi la capacité des capitaux investis

1
Cité par Hicham Sbai, Hicham Meghouar « L’IMPACT DES MÉCANISMES DE GOUVERNANCE SUR LA
PERFORMANCE DES BANQUES MAROCAINES », I.M.C.F | « Question(s) de management » 2017/3 n° 18 |
p.177

2
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

par les actionnaires à générer certain niveau de bénéfice, El chaarani (2014)2 et Bektas (2008)
affirment que la mesure ultime de la performance pour les institutions financières est le ROE.

1.2.2. Les variables explicatives

1.2.2.1. La taille de conseil d’administration

Cet indicateur de gouvernance représente le nombre d’administrateurs au sein du conseil


d’administration. Plusieurs auteurs ont examiné l’impact de la taille du conseil
d’administration sur la performance, entre eux nous trouvons Yermack (1996) qui a
abouti à un résultat selon lequel il existe une relation négative entre ces deux variables. Par
contre, d’autres chercheurs constatent qu’il ya une relation positive entre la performance
bancaire et la taille du conseil d’administration. Pour ces auteurs la valeur ajoutée de
différents comités du conseil et l’expertise de chaque administrateur sont encore plus
bénéfique que l’accroissement des problèmes d’agence.

1.2.2.2. La dualité

Dans la revue de la littérature précitée au cours du chapitre précédent, il est souvent considéré
que lorsque le directeur général, occupe sur la même période le poste du président du conseil
d’administration. En fait, ce cumul des fonctions donne lieu à la difficulté de l’identification
des responsabilités respectives du président du conseil d’administration et du directeur général
en cas de des anomalies en matière de la performance de l’entreprise.

1.2.2.3. L’indépendance des administrateurs

Elle est mesurée par le pourcentage d’administrateurs externes indépendants dans la


composition du conseil d’administration. Les administrateurs indépendants peuvent être

2
El-Chaarani, H., 2014,"the impact of corporate governance on the performance of Lebanese banks”.
International journal of business and finance research, Vol. 8, No. 5, pp. 35-40

3
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

définis comme étant les administrateurs qui n’ont aucune relation professionnelle ou autre
avec l’organisation bancaire.

Plusieurs auteurs (Bhagat et black (2002) et Hermalin et weisbach (1991)) ont examiné la
relation entre le pourcentage des administrateurs indépendants et la valeur de la firme. Leurs
résultats montrent qu’il n y a aucune relation significative entre ces deux variables pour les
sociétés non financières. A contrario, Adams(2009) montre qu’il y a une relation
significative entre le nombre d’administrateurs et la performance pour les sociétés
financières, il trouve que les banques qui ayant un nombre plus élevé d’administrateurs
indépendants réalisent des performances plus importantes pendant la crise.

1.2.2.4. Nombre de réunions du conseil d’administration

D’après les travaux de Rachdi et El Gaied (2009) en examinant 100 entreprises aux Etats Unis
pour une période allant de 2001 à 2003, ont trouvé que l'activité du conseil d'administration,
valorisée par le nombre de ses réunions, favorise la performance des entreprises. Donc, une
relation positive entre la performance et le nombre de réunions. Autrement dit, plus le nombre
de réunions est élevé, plus la performance est importante. Par conséquent, un nombre élevé
de réunions améliore la surveillance et le contrôle au sein du conseil d’administration, ce qui
entraine une convergence d’intérêts entre propriétaires et dirigeants.

1.2.2.5. Le comité de gestion des risques

Dans la théorie de la gouvernance, il est indispensable de parler sur les indicateurs de


gouvernance bancaire sans citer et/ou examiner la qualité de la gestion des risques au sein de
l’organisation bancaire. Parmi les travaux qui ont analysé cet indicateur de gouvernance, nous
trouvons Ellul et Yerramilli (2011), examinant la relation entre le degré de la qualité de
gestion du risque et la performance à partir du ratio de Sharpe, sur un échantillon de 74
grandes banques américaines. Construisant un indice de cinq variables liées à la solidité de la
gestion des risques bancaires à savoir (l’expertise des administrateurs au sein de ce comité de
gestion des risques, le nombre de réunions). Ils ont trouvé que les banques ayant une valeur
élevée de cet indice de gestion de risque en 2006, ont un ratio de performance (ratio de
Sharpe) plus important, d’où une meilleure performance.

4
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

1.2.2.6. Le comité de rémunération

Laing et Weir (1999) ont trouvé que les firmes dotés de comité de rémunération, ont de
bons résultats, al et Dalton (1998) ont également constaté que l’instauration de différents
comités au sein du conseil d’administration, notamment d’un comité de rémunération,
permettra de dégager une meilleure performance. En outre, Hutchinson et Tao (2013) en
étudiant 711 banques sur une période de deux ans (2006-2007), montrent une relation
positive et significative entre les caractéristiques du comité de compensation et le comité de
gestion du risque à savoir (la fréquence de réunions et l’indépendance) et la performance de
ces entreprises. Ce résultat signifie que la performance des banques s’améliore lorsque les
comités de rémunération et de gestion de risque, se composent des membres qui sont
indépendants et qui se réunissent fréquemment.

1.2.2.7. Le Comité d’audit

Afin de permettre une garantie raisonnable, l’institution bancaire doit atteindre leurs objectifs
en matière de la transparence et la crédibilité de ses publications financiers, d’efficience
opérationnelle et le respect des lois et de la réglementation en vigueur. Ainsi, la banque doit
mettre en place un système de contrôle interne fiable efficace, surveillé par l’organe de
surveillance, le directoire et le comité d’audit de la banque3. En fait, ce comité s’assure en
particulier que le système de contrôle interne et les moyens mis en place sont réguliers et
conformes de façon à permettre la maîtrise des risques au sein de la banque. Il veille
également à la fiabilité de la documentation financière destinée au conseil de surveillance et
aux autres parties prenantes soient fiables et compatibles, de façon que les intérêts légitimes
des propriétaires, des déposants et des autres stakeholders soient défendus et sécurisés. Le
comité d’audit s’assure également que les auditeurs internes soient indépendants de manière
qu’ils puissent accomplir leurs missions et de réaliser leurs objectifs. Al-Baidhani, Dr.

3
Cité par BELKEBIR, B. DAANOUNE, R et MOUALLIM, I. « Analyse de l’Impact de la Gouvernance sur la
Performance: Cas des Banques Marocaines ». International Journal of Innovation and Applied Studies, Vol. 23
No. 4, Jul. 2018, p.760

5
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Ahmed,(2013) constate qu’il existe une relation positivement significative entre le comité
d’audit et la performance bancaire basant leurs résultats sur un échantillon composé de 50
banques commerciales de la péninsule arabe, ses conclusion sont confirmées par Pincus K, M.
Rusbarsky et J. Wong, (1989)4 et Anderson, K. L.et al. (2003)5. Et Barth, J.R. et al. (2004a).

1.2.2.8. La participation des investisseurs institutionnels

La participation des investisseurs institutionnels (les banques, compagnies d'assurance,


caisses de retraite, fonds communs de placement ou SICAV) est une composante très
importante de la structure de l’actionnariat. Généralement les investisseurs institutionnels ne
détiennent que des participations minoritaires (au maximum 15%) dans des sociétés cotées.
Les investisseurs institutionnels préfèrent investir dans les sociétés qui se caractérisent par
une liquidité de marché très élevé et faible volatilité de leur rendement. Les investisseurs
institutionnels jouent un rôle actif dans la gouvernance d'entreprise. D’après Jensen (1993),
plus la participation des investisseurs institutionnels est significative, plus ils peuvent exercer
un contrôle plus efficace des dirigeants.

1.2.2.9. La participation étrangère

Les travaux qui s’intéressent à la question de la gouvernance des banques étrangères traitent
souvent la question d’efficience des banques ayant une forte participation étrangère en
comparaison avec celles à forte participation locale. Par conséquent, les premières font
généralement partie d’un groupe bancaire (holding bancaire) et bénéficient ainsi d’économies
d’échelle qui caractérisent ces grandes sociétés. Elles tirent aussi profit des relations
qu’entreprend le groupe avec les entreprises multinationales ayant des filiales dans le pays
dans lequel est installé la filiale bancaire. De plus, les banques à participation étrangère
importante bénéficient d’un meilleur accès aux marchés de capitaux, d’une plus grande
capacité de diversifier le risque et d’une importante opportunité d’offrir leur service à la
clientèle étrangère qui sont difficilement accessible pour les banques locales grâce à leur
4
Pincus K, M. Rusbarsky et J. Wong, “Voluntary formation of corporate audit committees among NASDAQ
firms”, Journal of Accounting & Public Policy, n° 8, 1989, pp. 239-265
5
Anderson, K. L., Deli, D. N., & Gillan, S. L. Boards of directors, audit committees, and the information content
of earnings. (2003).

6
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

réputation de marque et le relationnel du groupe. De plus, dans les pays en voie de


développement, les banques à capital majoritaire étranger peuvent en général délocaliser plus
facilement les nouvelles technologies et les systèmes d’information plus performants.

1.2.2.10. La concentration du capital

Plusieurs travaux ayant trait la présence des actionnaires majoritaires, ceux-ci s’accaparent la
part de lion dans le capital, parmi ces travaux on cite celui Song et Al (1996) qui ont trouvé
une relation positive entre la concentration du capital et le niveau de performance, en
examinant un échantillon de 143 banques au Etas Unis sur une période de cinq ans allant du
1990 jusqu’à 1994. De même, une recherche a été faite par Crespí et al. (2004) sur
l’ensemble des banques espagnoles entre 1989 et 2000. Ils ont constaté que la performance de
ces banques mesurée par le ratio de rendement des actifs (ROA) augmente lorsque la
participation des actionnaires majoritaires s’accroit. Alors que d’autres travaux comme ceux
de Demestz et Villalonga (2001) qui ont conclu qu’il n ya aucune relation entre ces deux
variables.

1.2.2.11. La taille de la banque

La variable Taille est exprimée par le logarithme népérien du total des actifs de la banque à la
fin de chaque année exercice comptable). La transformation au logarithme népérien permet
d’éviter le problème d’échelle pouvant résulter de l’énorme écart indésirable avec les mesures
des autres variables des modèles. Cette mesure est pratiquée dans plusieurs, parmi ces études
nous pouvons citer celles (Mak et Ong, 1999 ; Godard, 2001 et Fernandez et Arrondo, 2002).

Elle est également mobilisée par Kwan (2003) qui montre dans les résultats de ses études
qu’il existe une relation positivement significative entre la taille de la banque et la
performance suggérant l’existence d’économies d’échelles. Il affirme ce résultat, après avoir
effectué une analyse comparative entre les banques cotées et celles non cotées.

2.3.Hypothèses

7
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Deux principales hypothèses, relatives à la relation entre les mécanismes internes de la


gouvernance bancaire et la performance des banques marocaines cotées, ont été développées
par la littérature relative au domaine bancaire.

Au cours de cette étude économétrique, nous allons montrer comment les mécanismes de la
gouvernance bancaire (la structure managériale et la structure d’actionnariat) ont un impact
sur la performance des banques marocaines.

Les administrateurs ont pour principal objectif de fournir une meilleure qualité de conseils
et d’orientation aux dirigeants de la société. Les réunions du conseil d’administration sont
ainsi importantes pour le contrôle de la prise de risques supplémentaires. Dans ce contexte,
H. Mehran et R. Adams (2011), examinent la relation entre la performance et la composition
et la taille du conseil d’administration des banques, ont constaté que la composition de ce
dernier a un faible impact sur la performance. A contrario, la taille du conseil
d’administration est positivement corrélée à la performance. L’effet positif de la
composition du conseil d’administration sur la performance est en opposition avec les
résultats précédents dans la plupart des autres secteurs non financiers (M.S. Weisbachet B.E.
Hermalin ,2003).

Concernant la dualité, S.G. Timme et L. Pi (1993) ont montré que le cumul des fonctions
directeur général et le président du conseil d’administration des banques est moins
performant que celles où il y une séparation de ces deux fonctions. De plus, sur la base des
rapports annuels des banques marocaines, nous avons trouvé que les réunions du conseil
d’administration et de ses comités sont des éléments importants dans le contrôle et de
surveillance vers une prise de risque excessif. D’où nous supposons que :

H1 : les caractéristiques du CA ont un impact sur la performance


bancaire.

L’existence des investisseurs institutionnels (zinzins) est un facteur de la croissance d’une


banque. En effet, ces actionnaires peuvent fournir des expertises et des moyens
professionnels efficaces pour un meilleur contrôle de la gestion (R.M. Stulz et C.W. Smith,
1985; S.A. Zahra et J.A. Pearce, 1992). Pourtant, la participation des salariés dans le capital,
à partir la détention des actions de la banque, est une stratégie qui vise à renforcer
l’économie solidaire et qui développe l’esprit fédérateur. En analysant les rapports annuels
des organisations bancaires marocaines, nous anticipons que l’implication des salariés au

8
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

capital de la banque est un facteur qui accroît la performance. Donc il est permis d’envisager
l’hypothèse suivante :

H2 : La structure d’actionnariat est un facteur déterminant de la performance


bancaire.

Tableau 1 : définition des variables et signes attendus

Variables Notation Mesures Références Hypothèses

Variables dépendantes

Rendement des ROE Rapport entre le résultat net et El chaarani (2014) et


capitaux propres les capitaux propres Bektas (2008)

Variables indépendantes

Caractéristiques du conseil d’administration +


La taille du conseil TCA Nombre des administrateurs Lipton et Lorsch (1992), -
d’administration du conseil d’administration Jensen (1993),

La dualité DUAL Cumul des postes directeur Pi et Timme (1993), Mishra et -


général et président du Nielson (2000) et Kaymak et
conseil d’administration, elle Bektas (2008)
est une variable binaire

Les administrateurs ADMIN_I Administrateurs qui Byrd, Fraser, Lee et Williams +


indépendants ND (2001) Nam (2004), Cornett et al
n’entretiennent aucune
(2009).
relation avec la banque.

réunions du conseil REU_CA Nombre de réunions du Vafeas (1999), -


d’administration conseil d’administration par Toumi, S (2016)
an.

le comité de la C_G_RIS Variable dichotomique Laing et Weir (1999) Dalton et +

9
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

gestion des risques prenant la valeur 1 s’il y a un al. (1998)


comité de gestion des risques,
0 sinon

Le comité de la C_REMU Variable binaire prenant la Dalton et al. (1998), Sbai et +


rémunération valeur 1 s’il y a un comité de Meghouar (2017)
rémunération, 0 sinon

Le comité d’audit C_AUDI Variable binaire prenant la Pincus K, M. Rusbarsky et J. +


T valeur 1 s’il y a un comité Wong, (1989) et Anderson, K.
d’audit, 0 sinon L.et al. (2003). Et Barth, J.R. et
al. (2004a), Baidhani, Dr.
Ahmed, (2013)

Structure d’actionnariat

Investisseurs INVEST_I La part des Investisseurs Agrawal et Mandelker, 1992). +


6
institutionnels NST institutionnels dans le Berger et al. (2006) et Elyasiani
capital de la banque et Jia (2008)7

Participation PART_ET La part des investisseurs Berger, A et al (2000) +


étrangère R étrangers dans le capital Belkebir et al

Concentration du CONC_CA La part des actionnaires Song et Al (1996) +


capital P majoritaires dans le capital Crespí et al. (2004)

Taille de la banque Taille Le logarithme népérien du Song et Al (1996) Crespí et al. +


total des actifs de la banque (2004).

3. Analyse descriptive
3.1.BMCE BANK

6
Berger A.N. & Bonaccorsi di Patti, “E.Capital structure and firm performance: a new approach to testing
agency theory and an application to the banking industry”, Journal of Banking and Finance, vol. 30,
n°4,2006. p. 1067-1080.
7
Elyasiani E. Z. & Jia J.J “Institutional ownership stability and BHC performance”, Journal of Banking and
Finance, vol. 32, 2008, p. 1767-1773.

10
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Durant la période d’étude de 2012 à 2017, nous avons constaté que la taille du conseil
d’administration(TCA) de BMCE BANK variait entre 10 et 11 membres (soit une moyenne
de 10.50%) élus par les actionnaires réunis en assemblée générale pour une durée de six ans.
Le rôle du conseil d’administration est de déterminer les orientations stratégiques de la
banque sur la proposition de la direction générale.

Tableau 2 : Statistiques descriptives

Variables continues N Minimum Maximum Moyenne Ecart type

AD-IND 6 10.0 11.0 10.833 0.4082

REU_CA 6 0.00% 45.45% 21.8182% 23.98347

TCA 6 3.0 6.0 4.000 1.2649

INVEST_INST 6 72.86% 74.82% 73.5533% 0.79656

PART_ETR 6 0.00% 2.58% 1.7200% 1.33231

CONC_CAP 6 36.30% 38.76% 36.8467% 0.97578

ROE 6 5.62% 9.77% 8.4683% 1.46789

TAILLE 6 25.827 26.047 25.92635 0.10417

Variables dichotomiques

DUAL 6 1.0 1.0 1.000 0.0000

C_RISK 6 1.0 1.0 1.000 0.0000

C_REMU 6 0.0 1.0 0.333 0.5164

C_AUDIT 6 1.0 1.0 1.000 0.0000

Au 31 /12/2017, le Conseil d’administration était composé de 11 dont 5 administrateurs


étaient considérés comme indépendants, (45.45%) Parallèlement, et conformément à la
Directive de Bank Al-Maghreb relative à la Gouvernance au sein des établissements de crédit,
l’Assemblée Générale a approuvé la nomination de cinq nouveaux Administrateurs

11
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Indépendants (Ad_Ind). En effet, le pourcentage moyen d’indépendance du conseil


d’administration entre 2012 et 2017 est de 21.82%.

La séparation des fonctions de Président et de Directeur Général (DUAL) n'est pas exprimée
par la BMCE BANK, le PDG Otman Benjelloun occupe tout au longue de la période
d'observation les deux postes.

Nous avons également constaté que le nombre des réunions du conseil d’administration
(REU_CA) ont été augmentées soit une moyenne de 3.67 % pour la période d'étude .En
effet, le nombre de réunions par année du conseil d’administration s’élevait à 6 en 2016, puis
à 5 réunions en 2017. Concernant les principaux comités du conseil d'administration, nous
constatons sur toute la période la présence du comité de la gestion des risques (C_RISK) et
du comité d'audit (C_AUDIT). Tandis que, le comité de rémunération (C_REMU) n'existait
qu'à partir 2016.

Figure 1 : l’évolution de variables de la gouvernance bancaire de BMCE BANK au


cours d’étude (2012=»2017)

12
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

La participation des investisseurs institutionnels (INVEST _INST) dans le capital de la


BMCE BANK est de 62.86 % en 2017. En effet, la détention des institutionnels du capital
de BNP Paribas durant la période de 2012 à 2017 dépasse 73.67 % du capital. En 2015,
leurs détentions du capital ont atteint 74.82 %. Nous constatons également que, la
concentration du capital (CONC_CAP) a atteint 38.76% en 2012, elle est relativement stable
en tournant sur une moyenne de 36.85%. En plus, la participation étrangère (PART_ETR) a
connu une absence totale des les deux dernières années (2016-2017) et une part stable
(2.58%) et assez timide sur les quatre première années de la période d'étude soit une
moyenne de 1.72%.

13
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

la rentabilité financière exprimée par le ratio du rendement des capitaux propres (ROE) pour
la cette banque a connu une tendance haussière sur la période 2012-2017, passant de 5.62%
en 2012 à 9.77% en 2017 en réalisant une moyenne de 8.47% , cette augmentation est
expliquée par l’accroissement en flèche des résultats nets par rapport à capitaux propres
investis par les actionnaires.

3.2.ATTIJARIWAFA BANK (ATWB)

Tableau 3 : Statistique descriptive

Variables continues N Minimum Maximum Moyenne Ecart type

Ad_Ind 6 0.00% 10.00% 3.3333% 0.0516

REU_CA 6 5 6 5.67 0.5164

TCA 6 9 10 9.50 0.5477

INVEST_INST 6 71.70% 78.30% 74.60% 0.0311

PART_ETR 6 5.30% 5.60% 5.35% 0.0012

CONC_CAP 6 47.80% 48.70% 48.03% 0.0033

ROE 6 11.23% 19.63% 13.37% 0.0313

TAILLE 6 26.3443 26.4896 26.4060 0.0487

Variables dichotomiques

DUAL 6 1 1 1.00 0.000

C_RISK 6 1 1 1.00 0.000

C_REMU 6 1 1 1.00 0.000

C_AUDIT 6 1 1 1.00 0.000

14
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Figure 2 : l’évolution de variables de la gouvernance bancaire d’ATTIJARI-WAFA


BANK au cours de 6 ans (2012=»2017)

Le Conseil d’administration comprend en 2017, 10 administrateurs, dont 1 est qualifié


administrateur indépendant avec un taux d’indépendance de conseil d’administration de
10%. Cette composition n’a pas changé durant les trois dernières années de notre période
d’étude. En effet, le pourcentage moyen d’indépendance du conseil d’administration entre
2012 et 2017 est de 3.33%. Le Conseil s’est réuni 6 fois au cours de l’année 2017.
Cependant, la gouvernance d’Attijari Wafabank se caractérise par une dualité des fonctions
d’exécution et de contrôle. Donc, le Directeur Général est le Président du conseil
d’administration. Entre 2012 et 2017, la banque d’Attijari Wafabank comptait 10
administrateurs. Le conseil d’administration connait une présence très faible
d’administrateurs indépendants. Même si la taille du conseil d’administration est
importante, nous constatons que le nombre moyen des réunions du conseil d’administration

15
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

entre 2012 et 2017 est de 5.67% réunions.. Depuis l’année 2014 jusqu’en 2017, le nombre
de réunions du conseil d’administration d’Attijari Wafabank reste stable (6 réunions) par an.

Le système de gouvernance de banque d’Attijariwafabank respecte les règles de la bonne


gouvernance, ce système est bien renforcé par la présence de quatre comités indispensable
du conseil d’administration tels que le comité de gestion des risques, de rémunération et le
comité d’audit. Entre 2012 et 2017, nous constatons toujours la présence de ces comités.

La structure d’actionnariat de la banque d’AtiijariWafabank se caractérisait par une


domination des investisseurs institutionnels, en variant entre 71.70% et 78.30%. En
enregistrant une moyenne de 74.60% de capital. Quant à la participation étrangère est
présenté par GRUPO SANTANDER avec une participation presque stable de 5.30%. en
2017, l’actionnaire majoritaire de la banque AttajariWafabank est propriétaire de 47.90%
par la société ALMADA (Société Nationale d’Investissement auparavant).

La taille de cette banque durant notre période d’étude, toujours varie entre 26.3443 et
26.4896 enregistrant un moyen de 26.4060. Enfin, la performance financière d’ATWB à
partir la ration de rendement des actifs enregistre une moyenne de 13.37%. En 2016 ATWB
a atteint un ROE de 19.63% du fait d’un accroissement important du résultat net de la
banque.

3.3.BANQUE CENTRALE POPULAIRE(BCP)

Les statistiques descriptives montrent que la BCP a réalisé durant la période de l’étude un
ROE moyen de 9.14% avec un minimum de 8.47% et un maximum de 9.62%.

La taille de conseil de surveillance varie entre 11 et 13 membres avec une moyenne de 12. La
BCP n’opte pas à la séparation de la fonction du directeur général et du président du conseil
de surveillance, d’après les rapports annuels de la BCP, Monsieur Mohamed
BENCHAABOUN occupe toujours les deux postes. Nous constatons également que le groupe
BCP respecte parfaitement les règles bonnes pratiques de gouvernance comme il est dicté
par la directive N° 1/W/2014 relative à la gouvernance au sein des établissements de crédit.
Notamment dans son premier chapitre qui consacre 3 articles (17,18 et 19) aux comités
d’organes d’administration, deux comités existent durant tous les six ans d’observations à
savoir le comité d’audit et le comité des risques, sauf le comité des rémunérations qui n’était
implanté qu’en 2014, d’après l’article 19 le comité des rémunération est chargé
d’accompagner l’organe d’administration dans la conception et le suivi du bon
fonctionnement du système de rémunération. Il veille à ce qu’il soit approprié et en

16
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

conformité avec la culture de l’établissement, sa stratégie à long terme des risques, sa


performance et l’environnement de contrôle ainsi qu’avec les exigences réglementaires et
législatives.

Tableau 4 : Statistique descriptive

Variables continues N Minimum Maximum Moyenne Ecart type

TCA 6 11 13 12.00 0.894

AD_IN 6 0.000% 23.077% 12.43201% 0.0991

REU_CA 6 4 6 4.83 0.753

INVEST_INST 6 52.39% 68.10% 59.4433% 0.06645

PART_ETR 6 0.00% 4.75% 2.9967% 0.02327

CONC_CAP 6 44.10% 52.41% 49.5133% 0.03732

ROE 6 8.4708% 9.6204% 9.138835% 0.0040

Taille 6 25.7762 26.1732 25.976905 0.14865

Variables
dichotomiques

C_G_RIS 6 1 1 1.00 0.000

C_REMU 6 0 1 0.67 0.516

C_AUDIT 6 1 1 1.00 0.000

DUAL 6 1 1 1.00 0.000

17
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Figure 3 : l’évolution de variables de la gouvernance bancaire de la BCP au cours de 6


ans (2012=»2017)

Le capital de la BCP est réparti entre diverses natures d’investisseurs dont nous trouvons les
investisseurs institutionnels avec une part très importante soit une moyenne de 59.44%.
Avant 2014 il y a une absence totale de prise de participation par les investisseurs étrangers,
en revanche cette catégorie d’investisseurs a vu le jour en 2014 avec groupe SFI, avec un
pourcentage de 4.21%, enregistrant pour toute la période d’observation une moyenne de
2.3% .le capital de cette banque est moins diffus comme nous remarquons la présence d’un
actionnaire dominant (banques populaires régionales), sa participation varie entre 44.10% et
52.41% avec un taux moyen de 49.51%. Enfin, la taille de la BCP varie toujours en sens
positif allant de 25.7762 en 2012 à 26.1732 en 2017, cela du fait de l’accroissement de total
de ses actifs.

18
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

3.4.CREDIT IMMOBILIER ET HOTELIER BANK (CIH BANK)

Durant la période de notre étude de 2012 à 2017, nous avons constaté que la taille du conseil
d’administration du CIH BANK variait entre 7 et 10 membres enregistrant une moyenne de
8.67, ces membres sont élus par les actionnaires réunis en assemblée générale pour un
mandat de six ans. Le rôle de l’organe d’administration est de déterminer les orientations
stratégiques de la banque sur la proposition de la direction générale et il est également
responsable en dernier ressort de la solidité financière de l’établissement selon l’article 2 de
la directive N° 1/W/2014 relative à la gouvernance au sein des établissements de crédit.

Tableau 5 : Statistique descriptive

Variables continues N Minimum Maximum Moyenne Ecart type

TCA 6 7 10 8.67 1.033

AD_IND 6 0.00% 22.22% 7.0370% 10.92436%

REU_CA 6 4 6 4.50 0.8367

INVEST_INST 6 83.35% 93.34% 86.2433% 0.03815

PART_ETR 6 0.00 0.00 0.0000 0.00000

CONC_CAP 6 65.88% 70.88% 67.5467% 0.02582

ROE 6 9.79% 10.80% 10.4560% 0.00415

taille 6 24.2607 24.5739 24.393636 0.112386

Variables dichotomiques

C_G_RIS 6 0 1 0.33 0.5164

C_REMU 6 1 1 1.00 0.000

C_AUDIT 6 1 1 1.00 0.000

DUAL 6 1 1 1.00 0.000

19
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Figure 4 : l’évolution de variables de la gouvernance bancaire du CIH au cours de 6


ans (2012=»2017

Dans l’exercice de l’année de 2017, le Conseil d’administration était composé de 10 dont 2


administrateurs étaient considérés comme indépendants, (20%) Parallèlement, et
conformément à la Directive de Bank Al-Maghreb relative à la Gouvernance au sein des
établissements de crédit, l’Assemblée Générale a approuvé la nomination de ces nouveaux
administrateurs indépendants ces derniers n’entretiennent aucune relation de quelque nature
que ce soit avec l’établissement, son groupe ou son organe de direction. En effet, le
pourcentage moyen d’indépendance du conseil d’administration entre 2012 et 2017 est de

20
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

7.037 %. La séparation des fonctions de Président et de Directeur Général n'est pas


préservée par la BMCE BANK, le PDG M. Ahmed RAHHOU occupe tout au longue de
notre période d'observation les deux fonctions.

Nous avons également constaté que le nombre des réunions du conseil d’administration
varient entre 4 et 6 réunions soit une moyenne de 4.50 reprises par un, pour notre période
d'étude .En effet, le nombre de réunions par an du conseil d’administration s’élevait à 6 en
2012, puis à 5 réunions en 2017. Concernant les principaux comités spécialisés qui assistent
le conseil d'administration, nous constatons sur toute la période la présence du comité de la
gestion des risques n’était qu’en 2016. Tandis que, le comité d'audit et celui des
rémunérations existaient toujours de 2012 à 2017.

La participation des investisseurs institutionnels dans le capital de la CIH BANK est de


83.74% en 2017. En effet, la détention des institutionnels du capital de CIH BANK durant la
période de 2012 à 2017 dépasse 86.24% du capital. En 2015, leurs détentions du capital ont
atteint un niveau très dominant 93.34%. Nous constatons également que, la concentration
du capital a atteint 70.88% pour les deux premières années (2012-2013), elle a connu par la
suite une diminution de 4%, en enregistrant une moyenne de 67.56 %. En plus, la part des
investisseurs étrangers a connu une absence totale pour tous les six ans d’observation
(2012-2017).

La performance financière exprimée par le ratio du rendement des capitaux propres (ROE)
pour le CIH BANK a connu une variation relativement stable et toujours dans les 10% sur
la période 2012-2016. En 2017, le ROE du CIH BANK a diminué à 9.79% avec un ROE
moyen de 10.46%. Concernant la taille de cette banque une augmentation successive passant
de 24.2607 en 2012 à 24.5739 en 2017.

3.5. BMCI BANK

Le Conseil d’administration de la BMCI BANK comprend en 2017, 14 membres, dont 3


sont qualifiés administrateurs indépendants avec un taux d’indépendance de conseil
d’administration de 21.43%. Cette composition n’a pas changé durant les deux dernières
années de notre période d’étude. En effet, le pourcentage moyen d’indépendance du conseil
d’administration entre 2012 et 2017 est de 25.32%.

Le Conseil s’est réuni 4 fois au cours de l’année 2017. Cependant, la gouvernance de BMCI
BANK se caractérise par une séparation des fonctions d’exécution et de contrôle. Donc, le
Directeur Général n’est pas le Président du conseil d’administration.

21
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Le conseil d’administration connait une présence modeste d’administrateurs indépendants.


Même si la taille du conseil d’administration est importante, nous constatons que le nombre
moyen des réunions du conseil d’administration entre 2012 et 2017 est de 4.17 réunions. De
l’année 2012 jusqu’à 2014, le nombre de réunions du conseil d’administration de BMCI
BANK demeure stable (4 réunions) par an.

Tableau 6 : statistique descriptive

Variables continues N Minimum Maximum Moyenne Ecart type

TCA 6 11 14 12.00 1.549

AD_IND 6 21.43% 27.27% 25.3247% 0.03018

REU_CA 6 4 5 4.17 0.4082

INVEST_INST 6 16.36% 17.31% 16.6717% 0.00483

PART_ETR 6 66.74% 66.74% 66.7400% 0.00000%

CONC_CAP 6 66.74% 66.74% 66.7400% 0.00000%

ROE 6 3.32% 9.28% 6.1345% 0.02042

taille 6 24.7735 24.8889 24.831397 0.03893

Variables dichotomiques

C_G_RIS 6 1 1 1.00 0.000

C_REMU 6 1 1 1.00 0.000

C_AUDIT 6 1 1 1.00 0.000

DUAL 6 0 0 0.00 0.000

Le système de gouvernance de banque de cette banque respecte les règles de la bonne


gouvernance, ce système est bien renforcé par la présence de quatre comités spécialisés qui
reste indispensables à fournir une assistance au conseil d’administration tels que le comité
de gestion des risques, de rémunération et le comité d’audit. Entre 2012 et 2017, nous
constatons toujours la présence de ces comités.

22
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Figure 5 : l’évolution de variables de la gouvernance bancaire de la BMCI BANK au


cours de 6 ans (2012=»2017)

La structure d’actionnariat de la BMCI BANK se caractérisait par une participation des


investisseurs institutionnels qui varie entre 16.36% et 17.31%. En enregistrant une moyenne
de 16.67% de capital de la banque. Quant à la participation étrangère est dominée par le
groupe français PNB PARIBAS qui est la société mère de la BMCI BANK avec une part
moyenne d’environ de 66.74%. en 2017, l’actionnaire majoritaire de la banque reste
toujours le groupe PNB PARIBAS qui est propriétaire dominant avec un taux de 66.74% et
un taux moyen inchangeable de 66.74%.

23
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

La taille de cette banque durant notre période d’étude, glisse entre 24.8889 et 24.8404
enregistrant une baisse de 0.0485. Enfin, la performance financière de BMCI BANK à partir
le ratio de rendement des actifs enregistre une moyenne de 6.13%. En 2016, la BMCI a
atteint un ROE de 3.14% du fait d’une baisse importante du résultat net de la banque.

3.6. CREDIT DU MAROC (CDM)

La statistique descriptive montre que le CDM a réalisé au cours de notre période d’étude un
ROE moyen de 6.092% avec un maximum de 9.13% et un minimum de 2.145% qui était
enregistré en 2015 à cause d’une baisse importante du résultat net de la banque. En ce qui
concerne la taille du CDM, elle varie au cours de la période de notre étude entre 24.5831 et
24.6711 avec une taille moyenne de 24.6325, la variable taille de la banque est mesurée par
le logarithme népérien de total d’actifs de la banque.

Tableau 7 : Statistique descriptive

Variables continues N Minimum Maximum Moyenne Ecart type

CONC_CAP 6 77.42% 78.70% 78.2733% 0.0066

PART_ETR 6 77.42% 78.70% 78.2733% 0.0066

Taille 6 24.5831 24.6711 24.632519 0.0330

INVEST_INST 6 10.22% 10.69% 10.5000% 0.0023

TCA 6 9 10 9.17 0.4082

ROE 6 2.145% 9.128% 6.09214% 0.0241

AD_IND 6 0.00% 11.11% 5.5556% 0.0609

REU_CA 6 4 7 5.00 1.095

Variables dichotomiques

C_AUDIT 6 1 1 1.00 0.000

C_REMU 6 1 1 1.00 0.000

C_G_RIS 6 0 1 0.67 0.5164

DUAL 6 0 0 0.00 0.000

24
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

La gouvernance d’entreprise au sein du CDM repose sur un conseil d’administration et un


directoire. Durant notre période d’étude, le conseil d’administration comptait en moyenne 9
membres avec un maximum de 10 en 2012, le taux moyen d’indépendance de l’organe
d’administration 5.56%, cette présence des administrateurs indépendants reste faible par
rapport à la taille du conseil. En 2016, le conseil d’administration du CDM s’est réuni à sept
reprises en vue d’examiner les rapports du Directoire et les sujets relevant du
Conseil de Surveillance que lui a présentés le Directoire, le CDM s’est réunis en moyenne
d’environ 5 reprises par an. La gouvernance du Crédit Du Maroc se caractérise tout au long
de la période par la séparation des fonctions du contrôle et d’exécution, d’où le respect des
bonnes pratiques de gouvernance des établissements de crédit comme dans la directive N°
W/1/2014 relative à la gouvernance au sein des établissements de crédit.

Figure 6 : l’évolution de variables de la gouvernance bancaire de la CDM au cours de


6 ans (2012=»2017)

25
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Quant aux comités spécialisés assistants l’organe d’administration, nous constatons la


présence de ces comités pour toute la période d’observation sauf le comité des risques qui
n’a vu le qu’à partir 2014.

L’actionnariat du CDM est très concentré avec une part moyenne d’environ 78.27% détenue
par l’actionnaire majoritaire CREDIT AGRICOLE, cet actionnaire est la société mère du
CDM. En outre, les participations Investisseurs institutionnels dans le capital du CDM sont
représentées toujours par la société WafaAssurance avec un part moyenne de 10.5% du
capital de cette banque.

Le tableau 8 présente les caractéristiques des mécanismes internes de la gouvernance des


banques marocaines cotées en Bourse de valeurs de Casablanca. Le conseil d’administration
des banques marocaines de notre échantillon se compose en moyenne de 10 membres avec
un minimum de 7 et un maximum de 14 membres. De même, durant la période allant de
2012 à 2017, l’organe d'administration des banques marocaines se caractérise par
Independence relativement faible avec un taux moyen d’indépendance de 12.58 %, le
nombre des réunions du conseil d’administration des banques de notre échantillon a atteint
en moyenne 4.64 réunions et n’a pas dépassé 7 réunions tout au long de notre période.

Tableau 8 : Statistique descriptive

Variables continues N Minimum Maximum Moyenne Ecart type

TCA 36 7 14 10.36 1.588

AD_IND 36 0.00% 45.45% 12.5835% 0.1395

REU_CA 36 2 7 4.64 1.073

INVEST_INST 36 10.22% 93.34% 53.5019% 0.2991

PART_ETR 36 0.00% 78.70% 25.8467% 0.3369

CONC_CAP 36 36.30% 78.70% 57.8256% 0.1444

ROE 36 2.1454% 19.6344% 8.942586% 0.0312

Taille 36 24.2607 26.4896 25.361142 0.7834

Variables dichotomiques

Modalités Moyenne Pourcentage

26
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

prend la valeur 1 lorsque les deux fonctions sont


DUAL 0.6667 66.70%
occupées par une même personne, 0 autrement.

prend la valeur 1 si la banque dispose d’un


C_G_RIS 0.8333 83.30%
comité de gestion des risques, 0 autrement

prend la valeur 1 si la banque dispose d’un comité


C_REMU 0.8333 83.30%
de rémunérations, 0 autrement

prend la valeur 1 si la banque dispose d’un


C_AUDIT 1.00 100%
comité d’audit, 0 autrement

TCA est la taille du conseil d’administration, AD_IND est le taux d’indépendance du conseil
d’administration, REU_CA est le nombre de réunions du CA par an, PART_ETR est la participation
étrangère dans le capital, CONC_CAP est la propriété du premier actionnaire, ROE est ratio du
rendement des capitaux propres, Taille est le logarithme népérien du total des actifs de la banques,
INVEST_INST est la part des investisseurs institutionnels, DUAL est le cumul des postes président du
conseil d’administration/directeur général, C_G_RIS est l’existence d’un comité de gestion des risques,
C_REMU est l'existence d'un comite de rémunération, C_AUDIT est l’existence du comité d’audit.

En ce concerne la structure de d’actionnariat, nous constatons que le premier actionnaire


détient plus de 57 % du capital des banques en moyenne. La participation des investisseurs
institutionnels dans le capital est de 53.50% en moyenne avec un maximum de 93%, les
investisseurs étrangers détiennent pour leur part 25.85% en moyenne avec un maximum de
78.7%. En outre, la taille moyenne des banques marocaines est de 25.36114 en variant entre
une taille minimum de 24.2607 et une taille maximum de 26.4896.

Nous présentons également dans le tableau 8 les statistiques descriptives relatives aux
variables dichotomiques (binaires). Il révèle que 66.70% des banques de notre échantillon
opte pour une séparation des deux fonctions de contrôle et d’exécution tout en respectant les
règles des bonnes pratiques de la gouvernance bancaire, que plus de 83.3 % des banques
disposent des comités spécialisés tels que le comité de la gestion des risques et celui des
rémunérations, concernant le comité d’audit il s’agit d’une existence permanente au sein des
banques pour toute la période d’observation, 47,47 % au secteur industriel.

27
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

La variable expliquée représente la performance financière et qui est exprimé par le ratio de
la rentabilité des capitaux propres (ROE) atteint 8.94% en moyenne durant la période de
notre étude.

Tests multi variés

Analyse des corrélations

Avant de déterminer nos modèles de régressions, nous sommes amenés à faire la matrice des
corrélations afin de savoir d’une part l’adéquation des variables de l’étude. Et d’autre part le
lien entre les variables indépendantes et la variable dépendante de notre étude, après avoir
examiné les matrices des corrélations de notre échantillon. Nous constatons que les
coefficients de corrélations entre variables explicatives et la variable à expliquer (ROE) sont
proches de 1 donc, nous pouvons continuer notre analyse.

Tableau 9 : matrice des corrélations de Pearson

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

1. TCA 1

2. DUAL -0.100 1

3. AD-IND 0.395* -0.147 1

4.
-0.190 0.037 0.056 1
REU_CA

5.
0.484** 0.000 0.409* 0.059 1
C_G_RIS

6.
-0.230 -0.316 0.192 0.552** -0.200 1
C_REMU

7. C_AUD C C C c C c c

8.
INVEST_I -0.219 0.957** -0.145 0.009 -0.125 -0.218 c 1
NST

9.
PART_ET 0.053 -0.993** 0.097 0.001 0.001 0.325 c -0.962** 1
R

10.
0.571*
CONC_CA -0.322 -0.729** -0.151 0.131 -0.426** *
c -0.616** 0.737** 1
P

11. taille 0.294 0.576** 0.054 0.192 0.544** -0.286 c 0.414* -0.545** -0.850** 1

12. ROE -0.282 0.651** -0.211 0.287 -0.141 0.068 c 0.657** -0.635** -0.404* 0.465 1

28
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

**

*. La corrélation est significative au niveau 0.05 (bilatéral).

**. La corrélation est significative au niveau 0.01 (bilatéral).

c. Calcul impossible car au moins une variable est une constante.

Le tableau 9 présente la matrice des corrélations entre les variables de notre étude. La
matrice des corrélations de Pearson révèle une corrélation significative entre les mécanismes
internes de la gouvernance et la performance des banques marocaines de 2012 à 2017.

D’après la matrice des corrélations de Pearson (l’utilisation des coefficients de Pearson est
approprié aux données à caractère quantitatif), nous constatons que la taille du conseil
d’administration a un impact négatif mais non significatif sur la performance bancaire, ce
résultat implique que l'augmentation de la taille du conseil d’administration conduit à la
hausse le coût du contrôle et donne lieu aux conflits d’intérêts au sein du conseil; ce qui
diminue la performance des banques marocaines, cette conclusion affirme notre hypothèse,
déduite des travaux de Lipton et Lorsch (1992), Jensen (1993).

Le cumul des fonctions Dirigeant/Président du Conseil d’Administration (Dualité) quant à


elle est significativement et positivement corrélé au niveau de 1% avec le ROE, ce qui
permet à la banque de bénéficier les compétences de dirigeant, celui-ci connait parfaitement
l’activité de la banque qu’elle gère. D’où, il est censé d’améliorer la performance afin
d’adresser un signal fort au marché. Ce résultat infirme l’hypothèse qu’on a formulé suite les
travaux de Pi et Timme (1993), Mishra et Nielson (2000) et Kaymak et Bektas (2008) qui
ont trouvé une relation négative entre la dualité et la performance.

En ce qui concerne les administrateurs indépendants au sein des conseils d’administration


pour les banques cotées est négativement corrélée avec le ROE, ce qui est contradictoire
avec les conclusions de Byrd, Fraser, Lee ; Williams (2001) Nam (2004), Cornett et al
(2009). Ce résultat implique qu’à chaque fois le nombre des administrateurs indépendants
est important conduit à l’augmentation du niveau de la performance des banques. En
revanche, notre résultat est en adéquation avec celui de Aebi et al (2012), en démontrant
qu’il existe une relation négativement significative entre la performance exprimé par le ROE
et le pourcentage d’indépendance du conseil d’administration en période de la crise
financière de 2007.

29
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

Le nombre des réunions du conseil d’administration a un effet positif mais non significatif
sur la performance des banques marocaines cotées, ce résultat n’est pas en adéquation avec
celui de Vafeas (1999) et Toumi, S (2016), qui montrent que le nombre élevé des réunions
du conseil d’administration a un effet négatif sur la performance. En revanche, Liang et al
(2013) qui constatent que le nombre de réunions du CA et l’indépendance de ce dernier, ont
un impact positif sur niveau de la performance des banques.

Quant à la l’existence d’un comité des rémunérations, la matrice des corrélations relèvent
un faible coefficient positif de corrélation (0.068) sur la performance des banques
marocaines. De notre échantillon Ce résultat est relativement cohérent avec les conclusions
tirées par Dalton et al. (1998), Sbai et Meghouar (2017), Les résultats indiquent que la mise
en place des pratiques de la bonne gouvernance à travers la variable de la présence d’un
comité indépendant des rémunérations permet d’améliorer l’efficacité des banques
marocaines.

Le comité d’audit garde tout au de la période de notre étude la valeur 1, cela signe qu’elle
est constant donc l’impossibilité de l’analyser comme variable à analyser, c’est pour cela
qu’on est amené à la retirer de notre étude.

Quant à la présence comité des gestion des risques, la matrice de corrélation de la variable
« présence du comité de gestion des risque » montre une relation négative et non
significative entre cette variable indépendante et le niveau de la performance mesurée par le
ration des ROE, ce résultat est différent à l’hypothèse qu’on a formulée, et les
aboutissements de Laing et Weir (1999) et Dalton et al. (1998), selon ces auteurs la
présence d’un comité spécialisé chargé de la gestion des risqué permet d’améliorer
l’efficacité du conseil d’administration ainsi que la performance de la firme.

Dans la mesure où nous étudions l'impact de la structure de propriété sur la performance des
banques marocaines cotées de 2012 à 2012, les corrélations entre les variables de notre
étude ont été conduites. Donc, nous avons constaté l’impact de la concentration de propriété
sur la performance comptable des banques de notre échantillon. Le tableau 9 présente les
effets de la concentration du capital sur les rendements des capitaux propres. Les résultats
montrent que les coefficients de la variable indépendante CONC-CAP sont négatifs et
significative au niveau de 5 %. Donc, on peut conclure qu’il existe de relation entre la
concentration de la propriété des banques marocaines et la performance comptable. Ce
résultat n’est en adéquation avec les résultats des travaux de Song et Al (1996) Crespí et al.
(2004).
30
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

En ce qui concerne la participation des investisseurs institutionnels dans le capital des


banques de notre échantillon, le tableau 9 révèle une relation positivement significative au
niveau de 1%, ce résultat montre que cette catégorie des investisseurs joue un rôle important,
car ils fournissent un meilleur contrôle, cela permet de réduire les couts de surveillance des
banques ainsi d’améliorer leurs performance. D’où, notre résultat confirme les
aboutissements de Agrawal et Mandelker, 1992). Berger et al. (2006) et Elyasiani et Jia
(2008), en montrant la relation positive et significative entre la variable INVEST-INST et la
performance des firmes.

En revanche, La variable PART-ETR exprime la participation étrangère dans le capital des


banques marocaines a un impact négatif et significatif sur la performance, ce qui contredit les
travaux de Berger, A et al (2000) Belkebir et al (2018). Cela signifie que plus la part des
investisseurs étrangers dans le capital est importante plus que la performance diminue.

Enfin, les résultats montrent que la variable du contrôle Taille, mesurée par le logarithme
népérien du total des actifs de la banque, a un impact positif et significatif sur le rendement
des capitaux propres. Ce qui confirme les résultats aboutit par les travaux de Song et Al
(1996) Crespí et al. (2004).

Tableau 10 : Les Résultats des analyses de régressions sur la performance

Erreur
Modèles Variables Bêta Sig.i Sig.T R2
standard

(Constante) 30.024 0.004

DUAL 8.682 -1.302 0.336

INVEST_INST 0.053 0.932 0.076


Modèle 1 0.0000 0.5910
PART_ETR 0.128 -1.171 0.404

CONC_CAP 0.074 0.888 0.014

Taille 1.205 0.946 0.004

(Constante) 27.907 0.005

DUAL 3.597 -0.277 0.619

Modèle 2 INVEST_INST 0.051 1.027 0.046 0.0000 0.5813

CONC_CAP 0.057 0.707 0.012

Taille 0.990 0.801 0.003

31
Etude empirique de l’impact des mécanismes de la gouvernance sur la performance : Cas des banques marocaines cotées.

(Constante) 25.873 0.004

INVEST_INST 0.016 0.791 0.000


Modèle 3 0.0000 0.5779
CONC_CAP 0.056 0.723 0.009

Taille 0.900 0.752 0.002

PART_ETR est la participation étrangère dans le capital, CONC_CAP est la propriété du premier actionnaire, ROE est ratio du
rendement des capitaux propres, Taille est le logarithme népérien du total des actifs de la banques, INVEST_INST est la part
des investisseurs institutionnels, DUAL est le cumul des postes président du conseil d’administration/directeur général,

Sig i et Sig T correspondent respectivement la significativité individuelle et la significativité totale du modèle. R2 est le
coefficient de qualité d’ajustement.

32