Vous êtes sur la page 1sur 161

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université A. MIRA-Bejaia
Faculté de Technologie
Département de Génie Civil

Mémoire de fin d’études

En vue de l’obtention du diplôme master en génie civil

Option : Matériaux et Structures

Thème
Étude d’un bâtiment R+8+sous pente en béton armé
à usage mixte

Présenté par : érdacnE par :


Kahina AMAZOUZ Nn eéruoN I MAHnnMc rM

Chahrazed MERZOUK

Année académique
2012/2013
Table des matières

INTRODUCTION GÉNÉRALE .............................................................................................................................. 1

CHAPITRE 1 GÉNÉRALITÉS ................................................................................................................ 2

1.1. PRÉSENTATION DU PROJET .................................................................................................................................. 2


1.2. DONNÉES GÉOTECHNIQUES DU SITE ...................................................................................................................... 2
1.3. CARACTÉRISTIQUES STRUCTURALES ....................................................................................................................... 4
1.3.1. Ossature et système de contreventement ............................................................................................ 4
1.3.2. Les planchers ........................................................................................................................................ 4
1.3.3. La maçonnerie ...................................................................................................................................... 4
1.3.4. L’acrotère.............................................................................................................................................. 4
1.4. RÈGLEMENTS ET NORMES UTILISÉS........................................................................................................................ 4
1.5. CARACTÉRISTIQUES DES MATÉRIAUX ..................................................................................................................... 5
1.6. ACTIONS [3] ................................................................................................................................................... 7
1.6.1. Actions permanente(G) ........................................................................................................................ 7
1.6.2. Actions variables(Qi) ............................................................................................................................. 7
1.6.3. Actions accidentelles(FA) ....................................................................................................................... 7
1.7. COMBINAISONS D’ACTIONS ................................................................................................................................. 7
1.7.1. Combinaisons d’actions à l’ELU ............................................................................................................ 8
1.7.2. Combinaisons d’actions à l’ELS ............................................................................................................. 9

CHAPITRE 2 PRÉ DIMENSIONNEMENT DES ÉLÉMENTS ............................................................ 10

2.1. PRÉ DIMENSIONNEMENT DES ÉLÉMENTS .............................................................................................................. 10


2.1.1. Plancher .............................................................................................................................................. 10
2.1.2. Les escaliers ........................................................................................................................................ 14
2.1.3. Les voiles ............................................................................................................................................. 17
2.1.4. Les poutres.......................................................................................................................................... 18
2.1.5. Les poteaux ......................................................................................................................................... 19
2.1.5.1. ÉVALUATION DES CHARGES ET SURCHARGES ................................................................................................... 20
2.1.5.2. DESCENTE DE CHARGES .............................................................................................................................. 23
2.1.5.3. VÉRIFICATION........................................................................................................................................... 26

CHAPITRE 3 CALCUL DES ÉLÉMENTS SECONDAIRES ............................................................... 29

3.1. CALCUL DES ÉLÉMENTS SECONDAIRES .................................................................................................................. 29


3.1.1. Calcul des planchers ........................................................................................................................... 29
3.1.1.1. PLANCHER À CORPS CREUX .......................................................................................................................... 29
3.1.1.2. Étude des dalles pleines ................................................................................................................... 47
3.1.2. L’étude de l’acrotère ........................................................................................................................... 57
3.1.3. Étude des escaliers.............................................................................................................................. 65
3.1.3.1. ÉTUDE DE L’ESCALIER TYPE 1 (À 2 VOLÉES) ..................................................................................................... 65
EME
3.1.3.2. ÉTUDE DU 2 TYPE D’ESCALIER................................................................................................................... 70
er
3.1.3.3. Calcul du 1 palier de repos de l’escalier du RDC ............................................................................ 73
3.1.4. L’étude de la poutre palière ................................................................................................................ 76
Table des matières

3.1.5. Étude de la dalle d’ascenseur ............................................................................................................. 79

CHAPITRE 4 ÉTUDE SISMIQUE ET CALCUL DES ÉLÉMENTS STRUCTURAUX ..................... 87

4.1. ÉTUDE SISMIQUE............................................................................................................................................. 87


4.1.1. Choix de la méthode de calcul ............................................................................................................ 87
4.1.2. Modélisation ....................................................................................................................................... 89
4.1.3. Interprétation des résultats de l’étude dynamique donnés parSAP2000 ........................................... 90
4.2. CALCUL DES ÉLÉMENTS STRUCTURAUX ............................................................................................................... 100
4.2.1. Les poteaux ....................................................................................................................................... 100
4.2.1.1. Calcul du ferraillage ....................................................................................................................... 103
4.3. LES POUTRES ................................................................................................................................................ 111
4.3.1. Calcul du ferraillage .......................................................................................................................... 111
4.4. LES VOILES ................................................................................................................................................... 120
4.4.1. Calcul du ferraillage .......................................................................................................................... 121

CHAPITRE 5 ÉTUDE DES FONDATIONS ........................................................................................ 127

5.1. INTRODUCTION ............................................................................................................................................. 127


5.2. RENFORCEMENT PAR COLONNES BALLASTÉES ...................................................................................................... 127
5.3. CALCUL DE L’ÉPAISSEUR DU RADIER................................................................................................................... 128
5.4. SURFACE NÉCESSAIRE POUR LE RADIER............................................................................................................... 129
5.5. LES VÉRIFICATIONS NÉCESSAIRES ...................................................................................................................... 130
5.6. LE FERRAILLAGE ............................................................................................................................................ 133
5.6.1. La dalle du radier .............................................................................................................................. 133
5.6.2. Les nervures ...................................................................................................................................... 137

CONCLUSION GÉNÉRAL ....................................................................................................................... 143


Table des figures

FIGURE 2.1: SCHÉMA DE DISPOSITION DES POUTRELLES. .................................................................................................... 11


FIGURE 2.2 : COUPE DU PLANCHER À CORPS CREUX. ........................................................................................................ 11
FIGURE 2.3: SCHÉMA D’UNE POUTRELLE......................................................................................................................... 12
FIGURE 2.4 : DALLE SUR DEUX APPUIS............................................................................................................................ 13
FIGURE 2.5 : DALLE SUR TROIS APPUIS. .......................................................................................................................... 13
FIGURE 2.7 : SCHÉMA D’UN ESCALIER. ........................................................................................................................... 14
FIGURE 2.6 : DALLE SUR QUATRE APPUIS. ....................................................................................................................... 14
ER
FIGURE 2.8 : VUE EN PLAN DU 1 TYPE D’ESCALIER. ......................................................................................................... 15
FIGURE 2.9 : VUE EN PLAN D’UN VOILE. ......................................................................................................................... 17
FIGURE 2.10: SURFACE AFFÉRENTE DU POTEAU CENTRALE F3. ............................................................................................ 24
TABLEAU 3.1 : DIFFÉRENTS TYPES DE POUTRELLES. ........................................................................................................... 29
FIGURE 3.2 : FERRAILLAGE DES POUTRELLES. ................................................................................................................... 45
FIGURE 3.3 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE DE LA DALLE DE COMPRESSION. ................................................................................ 46
FIGURE3.4: DALLE SUR DEUX APPUIS. ............................................................................................................................ 47
FIGURE 3.5 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE DE LA DALLE SUR 2 APPUIS. ...................................................................................... 49
FIGURE3.6 : DALLE SUR TROIS APPUIS. ........................................................................................................................... 50
FIGURE3.7 : SCHÉMA DU FERRAILLAGE DE LA DALLE SUR TROIS APPUIS. ................................................................................ 52
FIGURE3.3.8 : SCHÉMA DU FERRAILLAGE DE LA DALLE DU BALCON SUR TROIS APPUIS. ............................................................. 54
FIGURE 3.9 : DALLE PLEINE SUR QUATRE APPUIS. ............................................................................................................. 55
FIGURE 3.10 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE DE LA DALLE PLEINE SUR 4 APPUIS. .......................................................................... 57
FIGURE 3.11 : COUPE TRANSVERSALE DE L’ACROTÈRE. ..................................................................................................... 58
FIGURE 3.12 SECTION DE CALCUL DE L’ACROTÈRE............................................................................................................. 61
FIGURE3.13 SCHÉMA DE FERRAILLAGE DE L’ACROTÈRE. ..................................................................................................... 64
FIGURE 3.14 : SECTION À FERRAILLER. ........................................................................................................................... 66
FIGURE 3.15 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE DE L’ESCALIER. .................................................................................................... 69
FIGURE 3.16 : SECTION À FERRAILLER. ........................................................................................................................... 71
FIGURE 3.17 : SCHÉMA DU FERRAILLAGE DE LA VOLÉE (1) DU RDC . ................................................................................ 73
FIGURE 3.18 : SCHÉMA STATIQUE DU PALIER................................................................................................................... 73
ER
FIGURE3.19 : FERRAILLAGE DU 1 PALIER DE REPOS. ........................................................................................................ 75
FIGURE 3.20 : SCHÉMA STATIQUE DE LA POUTRE PALIÈRE. ................................................................................................. 76
FIGURE 3.21: SCHÉMA DE FERRAILLAGE DE LA POUTRE PALIÈRE. .......................................................................................... 78
FIGURE 3.22 : SCHÉMA DE LA CAGE D’ASCENSEUR. .......................................................................................................... 79
FIGURE 3.23 : SCHÉMA REPRÉSENTANT LA SURFACE D’IMPACTE. ......................................................................................... 82
FIGURE 3.24 : FERRAILLAGE DE L’ASCENSEUR SOUS UNE CHARGE CENTRÉE. ........................................................................... 84
FIGURE 3.25 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE DE LA DALLE D’ASCENSEUR..................................................................................... 86
FIGURE 4.1 : SPECTRE DE RÉPONSE................................................................................................................................ 88
FIGURE 4.2: VUE EN 3D DE LA STRUCTURE. .................................................................................................................... 89
FIGURE 4.3 : DISPOSITION DES VOILES. .......................................................................................................................... 90
ER
FIGURE 4.4 : 1 MODE DE VIBRATION. ........................................................................................................................... 92
EME
FIGURE 4.5 : 2 MODE DE VIBRATION. ......................................................................................................................... 92
FIGURE 4.6 : 3EME MODE DE VIBRATION. ....................................................................................................................... 93
FIGURE 4.7 : SECTION D’UN POTEAU. ........................................................................................................................... 106
Table des Figures

ER
FIGURE 4.8 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE DES POTEAUX RDC, SP ET 1 ÉTAGES. .................................................................... 109
EME EME
FIGURE 4.9 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE DES POTEAUX 2 ET 3 ÉTAGES. ........................................................................... 109
EME EME
FIGURE 4.10 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE DES POTEAUX 4 ET 5 ÉTAGES. .................................................................... 110
EME EME
FIGURE 4.11 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE DES POTEAUX 6 ET7 ÉTAGES. ....................................................................... 110
EME
FIGURE 4.12 SCHÉMA DE FERRAILLAGE DES POTEAUX 8 ÉTAGE ET TERRASSE. .................................................................... 110
FIGURE 4.13 : DISPOSITIONS CONSTRUCTIVE DES ARMATURES DES POUTRES. ...................................................................... 116
FIGURE 4.14 : FERRAILLAGE DU VOILE VY1 AU NIVEAU DU RDC. ...................................................................................... 126
FIGURE 5.1: ZONE DE CONTACT POTEAU-RADIER. ........................................................................................................... 131
FIGURE 5.2 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE DU RADIER GÉNÉRAL............................................................................................. 135
FIGURE5.4 : SCHÉMA DU FERRAILLAGE DU DÉBORD. ....................................................................................................... 136
FIGURE 5.3 : RÉPARTITION DES CONTRAINTES SUR LE DÉBORD. ......................................................................................... 136
FIGURE 5.5 : SCHÉMA STATIQUE DE LA NERVURE DANS LE SENS XX. .................................................................................... 138
FIGURE 5.6 : SCHÉMA STATIQUE DE LA NERVURE DANS LE SENS Y-Y. ................................................................................... 138
FIGURE 5.7 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE DES LA NERVURES DANS LE SENS X-X. ....................................................................... 142
FIGURE 5.8 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE DES NERVURES DANS LE SENS Y-Y. ........................................................................... 142
Liste des Tableaux
TABLEAU1.1 : LES VALEURS DE Ψ. .................................................................................................................................. 8
TABLEAU 2.1 : CARACTÉRISTIQUE D’ESCALIER DU RDC...................................................................................................... 16
TABLEAU 2.2 : ÉVALUATION DES CHARGE DANS LE PLANCHER TERRASSE INACCESSIBLE. ............................................................ 20
TABLEAU 2.3 : ÉVALUATION DES CHARGES DANS LE PLANCHER TERRASSE ACCESSIBLE. ............................................................. 20
TABLEAU2.4 : ÉVALUATION DES CHARGES DANS LE PLANCHER D’ÉTAGE COURANT................................................................... 21
TABLEAU 2.5 : ÉVALUATION DES CHARGES DES MURS EXTÉRIEURES...................................................................................... 21
TABLEAU2.6 : ÉVALUATION DES CHARGES DE LA VOLÉE. .................................................................................................... 22
TABLEAU2.7 : ÉVALUATION DES CHARGES DU PALIER. ....................................................................................................... 22
TABLEAU 2.8: DESCENTE DE CHARGES DU POTEAU CENTRAL F3. ......................................................................................... 24
TABLEAU 2.9 : VÉRIFICATION DES POTEAUX À LA COMPRESSION SIMPLE. ............................................................................... 26
TABLEAU 2.10 : VÉRIFICATION AU FLAMBEMENT. ............................................................................................................ 28
TABLEAU 3.1 : CHARGES REVENANT AUX POUTRELLES. ...................................................................................................... 30
TABLEAU 3.2 : SOLLICITATIONS MAXIMALES DES DIFFÉRENTS TYPES DE POUTRELLES................................................................. 33
TABLEAU 3.3 : SOLLICITATIONS MAXIMALES. ................................................................................................................... 34
TABLEAU3.4 : FERRAILLAGE DES POUTRELLES. ................................................................................................................. 44
TABLEAU 3.5 : CHOIX DES BARRES DE FERRAILLAGE ET VÉRIFICATION AU CISAILLEMENT ............................................................ 44
TABLEAU 3.6 : VÉRIFICATION DES ÉTATS LIMITES DE COMPRESSION DU BÉTON. ....................................................................... 45
TABLEAU 3.7 : VÉRIFICATION DES ÉTATS LIMITES DE DÉFORMATION. .................................................................................... 45
TABLEAU3.8 : FERRAILLAGE DE LA DALLE. ....................................................................................................................... 47
TABLEAU 3.9 : VÉRIFICATION DES CONTRAINTES À L’ELS. .................................................................................................. 49
TABLEAU 3.10: FERRAILLAGE DE LA DALLE SUR TROIS APPUIS. ............................................................................................. 50
TABLEAU 3.11: CONTRAINTES DANS LE BÉTON DE LA DALLE SUR TROIS APPUIS. ...................................................................... 51
TABLEAU 3.12 : ÉVALUATION DE LA FLÈCHE DANS LA DALLE SUR TROIS APPUIS ....................................................................... 52
TABLEAU 3.13 : FERRAILLAGE DU BALCON SUR TROIS APPUIS.............................................................................................. 53
TABLEAU 3.14: VÉRIFICATION DE L’ÉTAT LIMITE DE COMPRESSION DU BÉTON. ....................................................................... 53
TABLEAU3.15 : LE FERRAILLAGE DE LA DALLE PLEINE SUR 4 APPUIS. ..................................................................................... 55
TABLEAU 3.16 : COMBINAISONS DE CALCUL.................................................................................................................... 59
TABLEAU 3.17 : RÉSUMÉ DES RÉSULTATS DE FERRAILLAGE. ................................................................................................ 66
TABLEAU 3.18 : VÉRIFICATION DE L’ÉTAT LIMITE DE COMPRESSION DU BÉTON. ...................................................................... 68
TABLEAU3.19 : RÉSUMÉ DES RÉSULTATS DE FERRAILLAGE.................................................................................................. 71
TABLEAU 3.20 RÉSUMÉ DES VÉRIFICATIONS DE L’EFFORT TRANCHANT ET DE L’ESPACEMENT..................................................... 71
TABLEAU 3.21 : VÉRIFICATION DE L’ÉTAT LIMITE DE COMPRESSION...................................................................................... 72
TABLEAU 3.22 FERRAILLAGE DE LA POUTRE PALIÈRE. ........................................................................................................ 77
TABLEAU 3.23 : ARMATURES TRANSVERSALES DE LA POUTRE PALIÈRE. ................................................................................. 78
TABLEAU 3.24 : FERRAILLAGE DE LA DALLE D’ASCENSEUR SOUS UN CHARGEMENT UNIFORMÉMENT REPARTIS. ............................. 81
TABLEAU 4.1 : TAUX DE PARTICIPATION DES MASSES. ....................................................................................................... 91
TABLEAU 4.2 : VÉRIFICATION DE LA RÉSULTANTE SISMIQUE. ............................................................................................... 96
TABLEAU 4.3 : JUSTIFICATION DE L’INTERACTION SOUS CHARGES VERTICALES. ....................................................................... 97
TABLEAU 4.4 : JUSTIFICATION DE L’INTERACTION SOUS CHARGES HORIZONTALES. ................................................................... 97
TABLEAU 4.5 : VÉRIFICATION DE L’EFFORT RÉDUIT. ........................................................................................................... 98
TABLEAU 4.6 : VÉRIFICATION DES DÉPLACEMENTS. ........................................................................................................... 99
TABLEAU 4.7: VÉRIFICATION DES EFFETS P-. ............................................................................................................... 100
TABLEAU 4.8 : SOLLICITATIONS DANS LES POTEAUX. ....................................................................................................... 101
Liste des Tableaux

TABLEAU 4.9 : ARMATURES LONGITUDINALES MINIMALES ET MAXIMALES DANS LES POTEAUX. ................................................ 102
TABLEAU 4.10 : LES ARMATURES LONGITUDINALES DANS LES POTEAUX. ............................................................................. 103
TABLEAU 4.11 : LES ARMATURES TRANSVERSALES DANS LES POTEAUX. .............................................................................. 104
TABLEAU 4.12 : VÉRIFICATION DU FLAMBEMENT DES POTEAUX. ....................................................................................... 105
TABLEAU 4.13 : VÉRIFICATION DES CONTRAINTES DANS LE BÉTON DES POTEAUX. ................................................................. 107
TABLEAU 4.14 : VÉRIFICATION DES SOLLICITATIONS TANGENTES DANS LES POTEAUX. ............................................................ 108
TABLEAU 4.15 : FERRAILLAGE DES POUTRES. ................................................................................................................. 111
TABLEAU 4.16.VÉRIFICATION DES CONTRAINTES TANGENTIELLES. ...................................................................................... 113
TABLEAU 4.17 : VÉRIFICATION DE LA CONTRAINTE LIMITE DE BÉTON. ................................................................................. 114
TABLEAU 4.18: SECTION DE FERRAILLAGE DES POUTRES D'ÉTAGE SERVICE. .......................................................................... 116
TABLEAU 4.19: SECTION DE FERRAILLAGE DES POUTRES D'ÉTAGE COURANT. ........................................................................ 117
TABLEAU 4.20 : SECTION DE FERRAILLAGE DES POUTRES DE TERRASSE. ............................................................................... 118
TABLEAU 4.21 . MOMENTS RÉSISTANTS DANS LES POTEAUX. ............................................................................................ 119
TABLEAU4.22 : MOMENTS RÉSISTANTS DANS LES POUTRES PRINCIPALES. ........................................................................... 119
TABLEAU 4.23 : MOMENTS RÉSISTANTS DANS LES POUTRES SECONDAIRES. ......................................................................... 120
TABLEAU 4.24 : FERRAILLAGE DU VOILE VY1. ................................................................................................................ 122
TABLEAU 4.25 : FERRAILLAGE DU VOILE VY2. ................................................................................................................ 122
TABLEAU 4.26 : FERRAILLAGE DU VOILE VY3. ................................................................................................................ 123
TABLEAU 4.27 : FERRAILLAGE DU VOILE VX1................................................................................................................. 123
TABLEAU 4.28 : FERRAILLAGE DU VOILE VX2................................................................................................................. 124
TABLEAU 4.29 : FERRAILLAGE DU VOILE VX3................................................................................................................. 124
TABLEAU 4.30 : FERRAILLAGE DU VOILE VX4................................................................................................................. 125
TABLEAU 4.31 : FERRAILLAGE DU VOILE VX5................................................................................................................. 125
TABLEAU 4.32 : FERRAILLAGE DU VOILE VX6................................................................................................................. 126
TABLEAU 5.1 : SECTIONS D’ARMATURES DU RADIER........................................................................................................ 134
TABLEAU 5.2: VÉRIFICATION DES CONTRAINTES. ............................................................................................................ 135
TABLEAU 5.3: SECTIONS D’ARMATURES DU DÉBORD. ...................................................................................................... 136
TABLEAU 5.4 : SOLLICITATIONS MAXIMALES SUR LA NERVURE DANS LE SENS X-X. .................................................................. 138
TABLEAU 5.5 : SOLLICITATIONS MAXIMALES SUR LA NERVURE DANS LE SENS Y-Y. .................................................................. 139
TABLEAU 5.6 : FERRAILLAGE LES NERVURES................................................................................................................... 140
TABLEAU 5.7.VÉRIFICATION DES CONTRAINTES TANGENTIELLES. ........................................................................................ 140
TABLEAU 5.8 : VÉRIFICATION DES CONTRAINTES. ........................................................................................................... 141
Introduction générale

Construire a toujours été l’un des premiers soucis de l'homme et l'une de ses occupations
privilégiées. A ce jour, la construction connaît un grand essor dans la plus part des pays
et très nombreux sont les professionnels qui se livrent à l'activité de bâtir dans le
domaine du bâtiment ou des travaux publics.

Dans le but de préserver la sécurité des vies humaines et des biens matériels, les
ingénieurs en génie civil sont appelés à concevoir des structures dotées d’une bonne
rigidité et d’une résistance suffisante vis-à-vis de l’effet sismique, tout en tenant compte
des aspects structuraux, fonctionnels, économiques, esthétiques et la viabilité de
l’ouvrage.

Afin de mettre en application les connaissances acquises durant notre formation, on se


propose dans le présent projet d’étudier un bâtiment R+8+sous pente en béton armé
implanté en zone de moyenne sismicité(Bejaïa), présentant une irrégularité en plan.

Pour ce faire, nous procéderons dans le premier chapitre par la présentation complète
du projet, la définition de ces différents éléments et le choix des matériaux à utiliser. Un
pré dimensionnement des éléments secondaires tels que les planchers, les escaliers,
l’acrotère et des éléments principaux tels que les poteaux, les poutres, les voiles sera fait
au deuxième chapitre. Le troisième chapitre concernera le calcul des éléments
secondaires. L’étude dynamique ainsi que le calcul des éléments de contreventement
(Poteaux, poutres et voiles) feront l’objet du quatrième chapitre. La dernière partie sera
l’étude des fondations du bâtiment avec la disposition retenue lors de la partie
précédente.

1
Chapitre 1 Généralités

1.1. Présentation du projet


L’ouvrage faisant l’objet de la présente étude est un bâtiment en béton armé de dix
niveaux (RDC+ une sous pente+08 étages) de forme en plan irrégulière, faisant partie
d’une coopérative immobilière « LA BOUGIE » (voir plan de masse en annexe). Destiné à
usage commercial au rez-de-chaussée, services à la sous pente et habitation aux étages
supérieures.

Son implantation est prévue au lieu dit Ighil ouazoug dans la commune de Bejaia qui
d’après les règlements parasismiques Algériennes 99 version 2003 est classée en zone de
moyenne sismicité (en zone IIa).

Le bâtiment présente une hauteur totale hors sol de 34.12m, une longueur de 24.03m et
une largeur de 14.37m.

La liaison entre les niveaux est assurée par un escalier en béton armé et un ascenseur.

1.2. Données géotechniques du site


Le site destiné à recevoir la coopérative immobilière dont fait partie notre ouvrage est un
terrain nu, limité du coté Ouest par le boulevard Krim Belkacem et du coté Est par les
locaux de la SNTR.

Suit à la demande du maitre de l’ouvrage, une étude géotechnique du site était procédée
par la société « LABORATOIRE ET ENGNERING DE LA CONSTRUCTION ». Une
sérié d’essai sur site et au laboratoire a été effectué dans le but d’apprécier les
caractéristiques du sol.

Les essais concernant la parcelle réservée à notre ouvrage in situ et en laboratoire se


résume comme suite :

 01 sondage carotté de 0 à 15m de profondeur avec essais de laboratoire


 01 sondage pénétrométriques au P.D.L de 0 à -7.8m.
 01 sondage pénétrométriques au P.S.L de 0 à - 17 m.

2
Chapitre 1 Généralisées

Suite à ces essais il été trouvé ce qui suit :

 Le sol est essentiellement constitué d’une couche d’argile limoneuse peu à


moyennement compacte allant jusqu'à -4.4m, reposant sur une couche d’argile
marneuse peu graveleuse, plastique moyennement compacte allant jusqu'à
7.8m. Vient après une couche sablonneuse marneuse avec passage de vases
imbibées d’eaux, cette couche s’étend à 12m. Le substratum composé de marne
argileuse, plastique est localisé à partir de -12m de profondeur.
 Les valeurs des indices de plasticités 22.1%≤ Ip ≤ 27.1% et les limites de
liquidités WL=37.7%.D’après le diagramme de plasticité de casagrande
l’échantillon de sol est une argile sablonneuse avec un indice de consistance
inferieur à 0.2 entre -8.1m et -8.5m, indiquant un sol très mou.
 Les teneurs en eau élevés, elles varient de 31.8 à 48.3%.
 Les densités humides et sèches varient respectivement (1.88≤ ≤ 2.15),
(1.71≤ ≤ 1.75),
 L’essai de cisaillement à la boite au niveau de la couche comprise entre -3m et
-7m indique un angle de frottement de =11°, et une cohésion Cu avoisinant
0.14 bar. Au delà de -12m, l’angle de frottement moyen est de = 22°, une
cohésion Cu avoisinant 0.28bar.
 bars.
 Les valeurs des tassements ne sont pas négligeables et peuvent être très
préjudiciables pour les constructions. Elles peuvent atteindre 45cm en
appliquant une contrainte de 0.98 bar et 38cm pour 0.8bar.

A la lumière de l’ensemble de ces résultats, nous constatons que le son en place est de
qualité médiocre, cet effet il est préconisé :

Soit l’utilisation des fondations profondes qui doivent atteindre le bon sol qui se
trouverait de 16m à 18m.

Soit entreprendre des travaux de renforcement du sol par colonnes ballastés.

3
Chapitre 1 Généralisées

1.3. Caractéristiques structurales

1.3.1. Ossature et système de contreventement


L’ouvrage en question rentre dans le cadre de l’application du RPA99/2003. Étant donné
que la hauteur de l’ouvrage dépasse les 33m, seul deux systèmes de contreventement
sont applicables pour celui-ci (Article 3.4.A) de RPA99 à savoir :

 Système de contreventement mixte assuré par des voiles et des portiques avec
justification d’interaction portiques –voiles
 Système de contreventement constitué par des voiles porteurs en béton armé

En ce qui nous concerne, on privilégiera le premier système.

1.3.2. Les planchers


Les planchers seront semi pré fabriqués en corps creux, avec une dalle de compression
armée d’un treillis soudé, rendant l’ensemble monolithique.

Les portes à faux, ainsi que la dalle de la cage d’ascenseur seront réalisées en dalles
pleines.

1.3.3. La maçonnerie
Les murs extérieurs sont réalisés en briques creuses à doubles parois (celle de l’intérieur
de 10 cm d’épaisseur et celle de l’extérieur de 15 cm d’épaisseur) séparées par une lame
d’air d’épaisseur 5cm pour l’isolation thermique et phonique.

Les murs intérieurs (cloisons de séparation) sont en simples parois réalisés en briques de
10cm d’épaisseur.

1.3.4. L’acrotère
C’est un élément en béton armé, contournant le bâtiment encastré au niveau plancher
terrasse. Dans notre projet, on a deux types d’acrotère l’un sur le plancher terrasse
accessible et l’autre sur le plancher terrasse inaccessible.

1.4. Règlements et normes utilisés


Notre étude sera faite conformément aux règlements suivants :

 CBA 93. [1]


 BAEL 91 modifié99. [2]
 DTR BC 2.2. [3]
 RPA 99/version 2003. [4]

4
Chapitre 1 Généralisées

1.5. Caractéristiques des matériaux


Les matériaux utilisés dans la construction seront conformes aux règles techniques de
conception et de calcul des structures en béton armé BAEL91/99.

Béton

Le rôle fondamental du béton dans une structure est de reprendre les efforts de
compression qui seront développées.

 Résistance caractéristique

Pour notre ouvrage on utilisera un béton courant dont la résistance nominale à la


compression est de 25MPa prévue à 28j, et par conséquent :

f t 28  0.6  0.06 f c 28  2.1MPa.

 Contraintes limites

0.85
1. à l’ELU : est notée fbu tel que : f bu  f c 28
b

Avec : b=1.15 en cas de situation accidentelle.

b=1.50 en cas de situation durable ou transitoire.

Le coefficient de minoration 0,85 a pour objet de couvrir l’erreur faite en négligent le


fluage du béton.

2. à ELS : est donné par  bc  0.6 f c 28  15MPa

 Module de déformation longitudinale du béton

Ils existent deux modules de déformation déterminés.

1. Le module de déformation instantanée :

Pour des charges d’une durée d’application inférieure à 24 heurs on a :

Eij  11003 f cj → Ei 28  32164.2MPa

2. Le module de déformation différée :

Pour des charges de longue durée d’application :

E vj  3700  3 f cj → Ev 28  10721.4MPa

5
Chapitre 1 Généralisées

 Coefficient du poisson

Ce coefficient étant le rapport des déformations transversales et des déformations


longitudinales noté "".

L’ELU : =0  calcul des sollicitations.

L’ELS : =0.2  calcul des déformations.

Acier

Le deuxième matériau qui rentre dans le béton armé est l’acier. Son rôle est de
reprendre les efforts de traction.

On utilisera trois types d’armatures :

- Hautes adhérences de nuance Fe400 (les armatures longitudinales et transversales des


éléments de la structures).

- Treillis soudés de nuance Fe500 (dans la dalle de compression des poutrelles).

-Ronds lisses de nuance Fe235 (les armatures transversales des poutrelles).

 Contraintes limite de l’acier

L’ELU : st = fe/γs

fe : contrainte limite élastique.

s : coefficient de sécurité de l’acier.

s =1.15 en cas de situations durables ou transitoires.

s =1.00 en cas de situations accidentelles.

L’ELS :

Fissuration peu nuisible : pas de vérification.

2 
Fissuration préjudiciable :  s  min   f e ;110  (  f tj ) MPa 
3 

1 
Fissuration très préjudiciable :  s  min   f e ;90  (  f tj ) MPa 
2 

Avec  : coefficient de fissuration.

=1 pour les aciers ronds lisses.

=1.6 pour les aciers à haute adhérence (HA).

6
Chapitre 1 Généralisées

1.6. Actions [3]


Les actions sont les forces et les couples dues aux charges appliquées à une structure et
aux déformations imposées, on distingue trois catégories d’actions.

1.6.1. Actions permanente(G)


Les actions permanentes ont une intensité constante ou très peu variable dans le temps ;
elles comprennent :

 Le poids propre de la structure ;


 Le poids des cloisons, revêtement ;
 Le poids des poussées des terres et des liquides.

1.6.2. Actions variables(Qi)


Les actions variables ont une intensité qui varie fréquemment d’une façon importante
dans le temps ; elles comprennent :

 Les charges d’exploitations ;


 Les charges climatiques ;
 Les charges appliquées au cour d’exécution ;
 Les charges dues à la température.

1.6.3. Actions accidentelles(FA)


Ce sont des actions rares dues à des phénomènes qui se produisent rarement et avec une
faible durée d’application, on peut citer :

 Les séismes(E) ;
 Les explosions ;
 Les chocs.

1.7. Combinaisons d’actions


Les combinaisons d’actions sont les ensembles constitués par les actions de calcul à
considérer simultanément. Pour tenir compte des risques non mesurables, on associe aux
valeurs caractéristiques des actions un coefficient de sécurité pour obtenir les valeurs de
calcul des actions. Puis on combine ces valeurs de calcul pour établir le cas de
chargement le plus défavorable.

7
Chapitre 1 Généralisées

Dans ce qui suit on désigne par : [1] (Article A.3.3.1)

Gmax : l’ensemble des actions permanentes défavorables.

Gmin : l’ensemble des actions permanentes favorables.

Q1 : action variable de base.

Qi (i>1) : action variable d’accompagnement.

1.7.1. Combinaisons d’actions à l’ELU


 Situations durables ou transitoires

On ne tient compte que des actions permanentes et des actions variables, la combinaison
utilisée est :

Gmax+Gmin+ γQ1Q1+ ∑1,3ψ 0 i Q i [1] (Article A.3.3.2.1)

ψoi = 0,77 pour les bâtiments à usage courant.

ψoi: Coefficient de pondération.

γQ1 : vaut 1.5 en général et 1.35 dans les cas suivants :

 Bâtiments agricoles à faible occupation humaine ;


 Changes d’exploitation étroitement bornées ou de caractère particulier ;
 La température.

 Situations accidentelles

1,35Gmax+Gmin+FA+ψ11 Q1+∑ ψ2i Qi [1] (Article A.3.3.2.2)

FA : Valeur nominale de l’action accidentelle.

ψ11 Q1 : Valeur fréquente d’une action variable.

ψ2i Qi : Valeur quasi-permanente d’une action variable.

Tableau1.1 : Les valeurs de Ψ.

Nature des charges Ψ0 Ψ1 Ψ2


Vent 0.77 0.2 0
Neige pour une ≤500m 0.77 0.15 0.1
altitude >500m 0.77 0.3 0.1
Température 0.6 0.5 0

8
Chapitre 1 Généralisées

Pour ce qui est de l’action sismique les règles parasismiques algériennes RPA99 /2003
considèrent les combinaisons d’actions suivantes :

 G+Q (1)
 0.8G (2)

Dans le cas de portiques autostables, la première combinaison est remplacée par

G+Q

1.7.2. Combinaisons d’actions à l’ELS


Gmax+ Gmin+ Q1 + ∑ ψ0i Qi [1] (Article A.3.3.3)

9
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

2.1. Pré dimensionnement des éléments


Le pré dimensionnement des éléments résistants est une étape régie par des lois
empiriques issues de l’expérience. Cette étape représente le point de départ et la
base de la justification à la résistance, la stabilité et la durabilité de l’ouvrage, pour
cela nous nous référons aux recommandations du CBA 93(A défaut au BAEL91) et
du RPA99 (version 2003).

Les résultats obtenus ne sont pas définitifs, ils peuvent augmenter après
vérifications dans la phase du dimensionnement.

2.1.1. Plancher
Le plancher est une séparation entre les niveaux qui transmet les charges et les
surcharges qui lui sont directement appliquées aux éléments porteurs tout en
assurant des fonctions de confort comme l’isolation phonique, thermique et
l’étanchéité des niveaux extrêmes . On distingue deux type de plancher :

 Plancher à corps creux ;


 Plancher à dalle pleine.

a) Planchers à corps creux

La hauteur du plancher ht doit vérifier la condition de la flèche suivante :

Lmax
ht  [1]Article B.6.8.4.2
22.5

Lmax: La portée max entre nus d’appuis dans le sens de la disposition des
poutrelles.

10
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

Le choix du sens de disposition des poutrelles se fait par rapport aux critères
suivants :
– le critère de la plus petite portée ;
– le critère de continuité.
Pour notre projet la disposition est effectuée principalement selon le premier
critère et cela pour tous les planchers comme indiqué sur la figure ci_dessous.

A B C D E F G
3m 3.75m 3.88m 4.05m 3.35m 6m
1

3.3m

3.4m

4m

3.65m

Figure 2.1: Schéma de disposition des poutrelles.

Suite à cette disposition : L max=370cm  ht  16.44 cm

On adopte un plancher d’une hauteur (16+4)=20 cm, avec :

16 cm : hauteur du corps creux.

4 cm : hauteur de la dalle de compression.


4
cm
16
cm
Figure 2.2 : Coupe du plancher
à corps creux.

11
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

- Les poutrelles

Les poutrelles se calculent en section en T. La largeur de la dalle de compression b


à prendre est définie par :

b  b0  l ly 
 min  x ; 
2  2 10 

b0 : Largeur de la nervure.

Lx : Distance entre nus des deux poutrelles.

Ly : Distance entre nus d’appuis de la travée minimale des poutrelles.

On a: Lx=55 cm, Ly = 300 cm. b

 l ly  4cm
b1  min  x ; 
 2 10 
16cm
 55 300 
b1  min  ; 
 2 10 
 b1  min( 27,5;30)
b1 b0 b1

Soit : b1  27.5cm
Figure 2.3: Schéma d’une poutrelle.
b0  0.4;0.6  h  9.6;14.4cm

Soit : b0=10cm.

b  2  b1  b0  2  27.5  10  65cm

Soit : b=65cm.

12
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

b) Planchers à dalle pleine

Les dalles pleines sont des éléments porteurs horizontaux d’épaisseur mince en
béton armé et de portées lx et ly .On désigne par lx la plus petite portée. Le
dimensionnement de l’épaisseur « e » de ce type de plancher dépend des
critères suivants :

 Critère de résistance à la flexion


LX L
≤ e ≤ X ………….pour une dalle sur deux appuis.
35 30
LX
e≥ ……………………..pour une dalle sur un seul appui.
20
LX L
≤ e ≤ X ……………….pour une dalle sur trois ou quatre appuis.
50 40

 Critère de résistance au feu

e ≥ 7cm……………………. pour une heure de coupe feu.


e ≥ 11cm…………………….pour deux heures de coupe feu.

 Critère d’isolation phonique

e ≥ 13cm.

Pour notre cas on a trois types de dalles pleines :

1) Dalle pleine sur deux appuis

lx =150cm.
Lx
ly =150cm. ++ Ly
++

150 150 Figure 2.4 : Dalle sur deux appuis.


e  4.28cm  e  5cm.
35 30

On prend e=14cm pour avoir une bonne isolation phonique et une résistance au
feu > 2heures.

2) Dalle pleine sur trois appuis

lx =150cm.
Lx
ly =555cm.
Ly
150 150
e  3cm  e  3.75cm.
50 40
Figure 2.5 : Dalle sur trois appuis.
On adopte e=14cm.

13
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

3) Dalle pleine sur quatre appuis

lx =295cm.
Lx
Ly
ly =350cm.

295 295
e  6.55cm  e  7.37cm. Figure 2.6 : Dalle sur quatre appuis.
45 40

On adopte e=14cm.

2.1.2. Les escaliers


L’escalier est un élément qui sert à relier les différents niveaux d’un bâtiment. Les
différents éléments constituant un escalier sont :

Marche
Sable
h
fin
Contre marche Poutre
palière
Giron Enduit de plâtre

Paillasse (e)

Mortier de pose

Figure 2.7 : Schéma d’un escalier.

Dans notre projet on a un seul type d’escalier, qui est un escalier droit en béton
armé.

Pour déterminer les dimensions des marches et des contre marche « g et h » on


utilise la relation de BLONDEL : 59 cm ≤ 2h + g ≤ 64cm.
L0 H
Or g et h 
n 1 n
n : nombre de marche.
n-1 : nombre de contre marche.
H : hauteur de la volée.
L0: longueur totale d’escalier.
g : giron.
h : hauteur de la contre marche.

14
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

Selon la hauteur à monter nous avons deux types d’escaliers.

1er type : deux volées (escalier des étages d’habitations et services)


A

155cm

240cm

155 cm 30 cm 155cm

Figure 2.8 : Vue en plan du 1er type d’escalier.

Calcul du nombre de marche (n-1) et de contres marches (n)

H=1.53m
H=1.53m
L0=2.4m.
3.06m
. H=1.53m
α

2.4m 1.55m

64n 2  (64  2 H  L0 )n  2 H  0  64n 2  (64  2 153  240)n  2 153  0


64n 2  610n  306  0

Après la résolution, on trouve :

On opte pour un nombre de contre marche :

Ce qui donne le nombre de marche n-1 = 8

Calcul du giron(g) et la hauteur d’une contre marche (h)


H 153 L 240
h    17cm ; g   30cm
n 9 n 1 8
Épaisseur de la paillasse

1.53
l  1.55   l  4.39m
sin 32.52

15
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

l l 439 439
e  e  14.63cm  e  21.95cm
30 20 30 20
e ≥ 11cm ………. pour deux heures de coupe-feu.
On prend e =15cm.
2er type : trois volées(RDC)

 La volée1

H=1.02m, 3.06m

L0=1.5m.

.
H=1,02m
1.02 α
l   l  1.82m
sin 34.21
1,5m 1.6m
l l 182 182
e  e  6.06cm  e  9.1cm
30 20 30 20

e ≥ 11cm ………. pour deux heures de coupe-feu.

On prend e =14cm.

 La 2 et 3 eme volée

Elles sont identiques à celles du 1er type.

Tableau 2.1 : Caractéristique d’escalier du RDC.

Hétage Volée H0 L0 Inclinaison Nbre de h g Epaisseur


(m) (m) (m) α(°) contremarche n (cm) (cm) (cm)

1 1.02 1.5 34.21 6 14


4.08 17 30
2 1.53 2.4 32.52 8
15
3 1.53 2.4 32.52 8

16
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

 Épaisseur du 1er palier de repos

Le 1er palier de repos se dimensionne comme une dalle pleine sur un appui.

L
1ere condition de résistance : e  ; L : longueur de la console L= 160cm
20

L
e  e  8cm
20

2eme condition de coupe-feu : e≥11cm pour 2heure de coupe-feu

On choisit l’épaisseur de palier de repos : e =14cm.

2.1.3. Les voiles


Les dimensions des voiles doivent satisfaire les conditions du RPA99 /2003
suivantes:

 e ≥ Max (he /20 ,15 cm)


 L4a

e: L’épaisseur du voile. e

he : La hauteur libre d’étage. l


L m
L : la largeur du voile. Figure 2.9 : Vue en plan d’un voile.
l
 388  m
e  max  ;15cm  Pour le RDC
 22 

 286 
e  max  ;15cm  Pour les autres étages.
 22 

 e  19.4cm
 e  13cm

On adopte e= 20cm et L80cm pour le RDC.

e = 15cm et L60cm pour les autres étages.

17
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

2.1.4. Les poutres


Selon le BAEL 91, le dimensionnement des poutres se fait en utilisant la condition
de flèche suivante :

Lmax L
 h  max
15 10

Lmax : Langueur max entre nus d’appuis

 Les poutres principales: Elles sont disposées perpendiculairement aux


poutrelles.

Lmax  5.55m  37cm  h  55.5cm

Soit : h  40cm et b  30cm

 Vérifications aux exigences du RPA

Selon les recommandations du RPA 99(version2003), on doit satisfaire les


conditions suivantes :

b  20 cm

h  30 cm

h/b 4

Sachant que b : largeur de la poutre.

h : hauteur de la poutre.

b =30cm  20cm

h =40cm  30cm vérifiée

h / b = 40/ 30 = 1.33  4

 Les poutres secondaires : Elles sont disposées parallèlement aux poutrelles.

Lmax  3.70m  24.66cm  h  37cm

Soit : h  35cm et b  30cm .


Les exigences du RPA citées au paravent sont vérifiées.

18
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

2.1.5. Les poteaux


Le pré dimensionnement des poteaux se fera en fonction des sollicitations de calcul
en compression simple à l’ELU, en appliquant les deux critères suivant :

 Critère de résistance ;
 Critère de stabilité de forme.

On utilise un calcul basé sur la descente de charge tout en appliquant la loi de


dégression des charges d’exploitation.

En outre, les dimensions de la section transversale des poteaux doivent satisfaire


les conditions du RPA99/ 2003 (Article 7.4.1) suivantes:

- cm.
- .
- .

On fixera les dimensions des poteaux après avoir effectué la descente de charge, en
vérifiant les recommandations du RPA99 Version 2003 citées ci-dessus.

Les dimensions des poteaux supposés :

o RDC et Sous Pente poteaux (50.50) cm2


o 1er et 2éme étage poteaux (45.50) cm2
o 3ème et 4ème étage poteaux (45.45) cm2
o 5ème et 6ème étage poteaux (40.45) cm2
o 7ème et 8eme étage poteaux (40.40) cm2

19
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

2.1.5.1. Évaluation des charges et surcharges


a). Charges permanentes

Terrasse inaccessible

Tableau 2.2 : Évaluation des charge dans le plancher terrasse inaccessible.

Désignation des éléments e (m) Poids (KN/m2)

Complexe Gravillon de protection 0.050 1.00


d’étanchéité Multicouche d’étanchéité 0.020 0.12
Isolation thermique 0.040 0.16
Forme de pente 0.1 2.2
Plancher à corps creux (16+4) 0.20 2.85
Enduit de plâtre 0.02 0.2

La charge permanente totale pour le plancher terrasse accessible à corps


creux est G = 6.53KN/m2.

Terrasse accessible

Tableau 2.3 : Évaluation des charges dans le plancher terrasse accessible.

Désignation des éléments e (m) Poids (KN/m2)


Revêtement en carrelage 0.020 0.40
Mortier de pose 0.020 0.40
Forme de pente 0.1 2.2
Multicouche d’étanchéité 0.020 0.12
Isolation thermique 0.040 0.16
Plancher corps creux (16+4) 0.20 2.85
Dalle pleine 0.14 3.5
Enduit de plâtre 0.02 0.2

La charge permanente totale pour le plancher terrasse accessible à corps


creux est G = 6.33KN/m2.

La charge permanente totale pour le plancher terrasse accessible à dalle


pleine est G = 6.98KN/m2.

20
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

Étage courant

Tableau2.4 : Évaluation des charges dans le plancher d’étage courant.

Désignation des éléments e (m) Poids (KN/m2)


Cloisons de séparation 0.100 1
Carrelage 0.020 0.40
Mortier de pose 0.020 0.40
Lit de Sable 0.020 0.36
Plancher corps creux (16+4) 0.20 2.85
Dalle pleine 0.14 3.5
Enduit de plâtre 0.02 0.20

La charge permanente totale pour le plancher d’étage courants à corps


creux est G = 5.21 KN/m2.

La charge permanente totale pour le plancher à dalle pleine


G = 5.86 KN/m2.

Murs extérieures (doubles parois en briques creuses)

Tableau 2.5 : Évaluation des charges des murs extérieures.

Désignation des éléments e (m) Poids (KN/m²)


Enduit de plâtre 0.02 0.20
Briques creuses 0.15 1.30
Lame d’air 0.05 0.00
Briques creuses 0.10 0.90
Enduit de ciment 0.02 0.36

La charge permanente totale qu’on a est G= 2.76 KN/m2.

21
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

Les escaliers

 La volée

Tableau2.6 : Évaluation des charges de la volée.

Désignation des éléments e (m) Poids (KN/m²)


Revêtement horizontale 0.02 0.40
Revêtement verticale 0.02 0.22
Mortier de pose 0.02 0.40
Lit de sable 0.02 0.36
Marches 0.17/2 1.87
Paillasse 0.15/(cos32.52) 4.45
Enduit de plâtre 0.02/(cos32.52) 0.24

La charge permanente totale est G= 7.94 KN/m2.

 Le palier

Tableau2.7 : Évaluation des charges du palier.

Désignation des éléments e (m) Poids (KN/m²)


Revêtement 0.02 0.40
Mortier de pose 0.02 0.40
Lit de sable 0.02 0.36
Dalle en béton armé 0.15 3.75
Enduit plâtre 0.02 0.20

La charge permanente totale est G= 5.11 KN/m2.

b). Charges d’exploitations

La charge d’exploitation à prendre dans le cas d’un plancher terrasse


accessible est Q = 1.0 KN/m2.

La charge d’exploitation à prendre dans le cas d’un plancher terrasse


accessible et d’étage courant est Q = 1.5 KN/m2.

La charge d’exploitation à prendre pour l’étage services est Q =2.5 KN/m2.

La charge d’exploitation à prendre pour les balcons est Q=3.5 KN/m2.

La charge d’exploitation des escaliers est Q = 2.5KN/m2.

22
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

2.1.5.2. Descente de charges


La descente de charge est le chemin suivi par les différentes actions (charges et
surcharges) du niveau le plus haut de la structure jusqu’au niveau le plus bas
avant sa transmission au sol. On effectuera la descente de charges pour le poteau
le plus sollicité et qui a souvent la plus grande surface afférente.

 Loi de dégression [3] (Article 6.3)

Comme il est rare que toutes les charges d’exploitations agissent simultanément,
on applique la loi de dégression qui consiste dans notre cas à réduire les charges
identiques à chaque étage de 10% jusqu’a 0,5 Q.

La loi de dégression ne s’applique pas pour les planchers à usage commercial et


bureau, les charges vont se sommer avec leurs valeurs réelles (sans coefficient).

Niveau8: Q0 charge d’exploitation sur la terrasse

Niveau7 :Q0+Q

Niveau6 : surcharge niveau7 + 0.9Q

Niveau5 : surcharge niveau6+ 0.8Q

Niveau4 : surcharge niveau5 + 0.7Q

Niveau3 : surcharge niveau4 + 0.6Q

Niveau2 : surcharge niveau3+ 0.5Q

Niveau1 : surcharge niveua2 + 0.5Q

Niveau SP : surcharge niveau1 + 0.5Q

Niveau RDC : surcharge niveau SP+ Q

23
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

 Poteau centrale F3 (voir la fig 2.2)

La surface afférente pour la charge Permanente

S1 S2 1.525m

S = 14.65 m2
0.3m

S3 S4 1.825m

1.525m 0.3m 2.85m


Figure 2.10: Surface afférente du poteau centrale F3.

Les résultats de la descente des charges du poteau A sont dans le tableau suivant :

Tableau 2.8: Descente de charges du poteau central F3.

G Q
Niveau Désignation G cumulée Q cumulée Nu=1.35GC+1.5QC 1.1 Nu
[KN] [KN] [KN] [KN] [KN] [KN]
Plancher terrasse
accessible 92.73 21.97
N8 Poutres 21.91 126.88 21.97 204.24 224.66

Poteaux 12.24
Venant de N8 126.88
Plancher étage
courant 76.33 237.36 21.97 43.94 386.34 424.97
N7 Poutres 21.91
Poteaux 12.24
Venant deN7 237.36
Plancher étage
courant 76.33 349.37 21.97 63.72 567.23 623.95
N6 Poutres 21.91
Poteaux 13.77
Venant de N6 349.37
Plancher étage
courant 76.33 461.38 21.97 82.29 746.3 820.93
N5 Poutres 21.91
Poteaux 13.77
Venant de N5 461.38
Plancher étage
courant 76.33 575.12 21.97 97.67 922.92 1015.21

24
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

N4 Poutres 21.91
Poteaux 15.5
Venant de N4 575.12
Plancher étage
courant 76.33 688.86 21.97 110.85 1096.24 1056.86
N3 Poutres 21.91
Poteaux 15.5
Venant de N3 688.86
Plancher étage
courant 76.33 804.32 21.97 121.83 1268.57 1395.43
N2 Poutres 21.91
Poteaux 17.22
Venant de N2 804.32
Plancher étage
courant 76.33 919.09 21.97 132.82 1440 1584
N1 Poutres 21.91
Poteaux 17.22
Venant de N1 919.09
Plancher étage
courant 76.33 1036.46 21.27 143.8 1614.12 1776.42
SP Poutres 21.91
Poteaux 19.13
Venant de N8 1036.46
Plancher étage
service 76.33 1160.2 35.65 179.45 1835.44 2019
RDC Poutres 21.91
Poteaux 25.5

 Poteau central E3 : le poteau E3 est un poteau central au niveau de la cage


d’escalier. Les résultats des calculs sont les suivants :

G=1070.4KN.

Q=149.54KN.

Nu=1718.15KN.

Les calculs montrent que le poteau A est le plus sollicite sous charges verticales.

Gtotale  1160.2KN , Qtotale  179.45KN

25
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

2.1.5.3. Vérification
Selon le CBA93 (article B.8.11) on doit majorer pour les poteaux intermédiaires
l’effort de compression ultime NU a 10%, telle que : NU=1.1 (1.35G+1.5Q)

L’effort normal maximum : Nu=1835.44K

Donc : Nu=1.1× 1835.44=2019KN

 Vérification à la résistance (compression simple) du poteau le plus sollicité

On doit vérifier la condition suivante :

Nu
 bc    bc
B

0.85  f c 28
Avec :  bc   14.2MPa
1.5

B : section du béton

Nu 2019.4  10 3
B B  0.142m²
 bc 14.2

On a B  0.50  0.50  0.3m² . B  0.25  0.148m 2 . Condition vérifiée.

Ce tableau résume les vérifications à la compression à tous les niveaux

Tableau 2.9 : Vérification des poteaux à la compression simple.

Condition B > B calcule


Niveaux Nu (KN) Sections (cm) observation
B (m2) Bcalculé (m2)
RDC + étage service 2019 50×50 0.25 0.142 vérifiée
1er et 2emeétage 1584 50×45 0.225 0.111 vérifiée
3eme et4emeétage 1205.86 45×45 0.203 0.085 vérifiée
5eme et6eme étage 820.93 45×40 0.18 0.057 vérifiée
7eme et8eme étage 424.97 40×40 0.16 0.03 vérifiée

26
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

 Vérification au flambement
D’après le CBA 93 (Article B.8.2.1), on doit faire la vérification suivante :

 Br * fc 28 As * fe 
Nu ≤ Nu =  *  
 0.9 *  b  s 

Br : section réduite de poteau 


As : section des armatures calculées

α : coefficient en fonction de l’élancement λ tel que :

0.85
 Pour   50.

1  0.2 ²
 35 

 
  0.6 ² Pour 50 <  ≤ 70
 50 

 b : Coefficient de sécurité du béton =1.5

 s : Coefficient de sécurité de l’acier =1.15

lf : Longueur de flambement :

I
i : Rayon de giration définit par : i 
B

lf
λ est définie comme suite :  
i

I : Moment d’inertie: I = b3*h / 12.

L0 : Langueur du poteau.

As ≥ 0.8% * Br on prend As= 1%* Br [4] (Article 7.4.2.1)

Nu
Brcal 
 f c 28 fe 
  
 0.9 *  b 100 *  s 

Il faut vérifier que : Br≥ Brcal

27
Chapitre 2 Pré dimensionnement des éléments

Le tableau suivant résume les vérifications au flambement :

Tableau 2.10 : Vérification au flambement.

Poteaux R.D.C Étage 1er et 2éme 3 et 4éme 5 et 6éme 7 et 8éme


services étage étage étage étage
Nu(KN) 2019 1776.42 1584 1205.86 820.93 424.97
B (m²) 0.25 0.25 0.225 0.203 0.18 0.16
l0 (m) 4.08 3.06 3.06 3.06 3.06 3.06
l f (m) 2.856 2.142 2.142 2.142 2.142 2.142
I  10 3 (m4) 5.208 5.208 3.79 3.41 2.4 3.41
i (m3) 0.144 0.144 0.129 0.129 0.115 0.115
 19.76 14.87 16.6 16.6 18.63 18.63
 0.799 0.483 0.813 0.813 0.804 0.804
Br cal (m²) 0.115 0.167 0.088 0.067 0.046 0.024
B r (m²) 0.28 0.23 0.206 0.184 0.163 0.144

On remarque que Br≥ Brcal donc les poteaux ne risquent pas de flamber.

28
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

3.1. Calcul des éléments secondaires


Les éléments secondaires sont les éléments qui ne font pas partie du système de
contreventement, leur calcul se fait généralement sous des actions permanentes et
surcharges d’exploitations, cependant ils doivent répondre aux dispositions constructives
de la réglementation parasismique. Nous citrons les escaliers, les planchers, l’acrotère.

3.1.1. Calcul des planchers

3.1.1.1. Plancher à corps creux


Pour les planchers à corps creux le calcule se fait pour les poutrelles et la dalle de
compression.

 Les différents types de poutrelles

Tableau 3.1 : Différents types de poutrelles.

Types Schéma statique


Poutrelles du plancher terrasse inaccessible

Type 01

3.4m

Poutrelles du plancher terrasse accessible, habitation et service

10) 20)20)
Type 01 3.3m 4m
0)

Type 02 4m 3.65m

Type 03 3.3m 3.4m 4m

29
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Type 04 3.3m 3.4m 4m 3.65m

 Calcul des charges revenant aux poutrelles

L’ELU : Pu  1.35  G  1.5  Q et qu  0.65  pu

L’ELS : Ps  G  Q et q s  0.65  p s

Tableau 3.1 : Charges revenant aux poutrelles.

ELU ELS
Pu qu Ps qs
Désignation G Q
(KN/m²) (KN/m²) (KN/m2) (KN/ml) (KN/m2) (KN/ml)
Terrasse inaccessible 6.53 1.0 10.31 6.7 7.53 4.89
Terrasse accessible 6.33 1.5 10.8 7.02 7.83 5.09
Étage courant 5.21 1.5 9.28 6.03 6.71 4.36
Étage service 5.21 2.5 10.78 7.01 7.71 5.01

a) Calcul des sollicitations maximales

Les poutrelles sont calculées à la flexion simple comme des poutres continues. Dans
notre cas pour le calcul des sollicitations on applique la méthode forfaitaire (BAEL91).

 Exemple de calcul : poutrelle type 3


Plancher étage courant :

qu  6.03Kn / ml
q s  4.36 Kn / ml

3. 3 3.4 4.0

30
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

 Calcul à l’ELU

qu l ²
Les moments isostatiques : M0 
8
2
qu l AB 6.06  3.3²
Travée A-B : M 0    8.2 KN .m
8 8

2
qu l BC 6.06  3.4²
Travée B-C : M 0    8.76 KN .m
8 8

2
qu lCD 6.06  4²
Travée C-D : M 0    12.06 KN .m
8 8

Les moments sur les appuis

MA  MD  0
Le moment effectif M A  M D  0.15  M 0

M A  M D  1.8KN .m
M B  0.5  max( M 0AB , M 0BC )  0.5  max( 8.2,8.76)  4.38KNm

M C  0.5  max( M 0BC , M 0CD )  0.4  max( 8.76,12.06)  6.03KNm

Les moments fléchissant en travées

1.5 1.2  0.3   1  0.3  


  0.223 ; (1+0.3α) = 1.067 ;  0.633 ;  0.533
1.5  5.21 2 2

Travée A-B :

Mg  Md (1  0.3   )  M 0
Mt   max  ……………. . (1)
2 1.05M 0

1.2  0.3  
Mt   M0 ………………………… (2)
2

Avec : M B  4.38KNm ; M A  0 KN .m ; M 0  8.2KN .m

(1  0.3   )  M 0
max   max( 1.067,1.05) M 0  1.067 M 0
1.05M 0

31
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

0  4.38
Mt   1.067  8.2  M t  6.56 KN .m …………………. (1)
2

1.2  0.3  0.223


Mt   8.2  M t  5.19 KN .m ……………………. (2)
2

M t  max( M t (1), M t (2))  M t  6.56KN .m

Travée B-C :

M d  M C  6.03KNm ; M g  M B  4.38KN .m ; M 0  8.76KN .m

6.03  4.38
Mt   1.067  8.76  M t  4.14 KN .m ……………… (1)
2

1  0.3  0.223
Mt   8.76  M t  4.69 KN .m ……………………. (2)
2

M t  max( M t (1), M t (2))  M t  4.69KN .m

Travée C-D :

M d  M D  0KNm ; M g  M C  6.03KN .m ; M 0  12.06KN .m

0  6.03
Mt   1.067  12.06  M t  9.85KN .m ……..………… (1)
2

1.2  0.3  0.223


Mt   12.06  M t  7.63KN .m …………………….. ……. (2)
2

M t  max( M t (1), M t (2))  M t  9.85KN .m

Les efforts tranchants

L’effort tranchant isostatique à l’ELU :

ql
On calcul V0 pour chaque travée : V0 
2

32
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

qu  l 6.03  3.3
Travée AB : VA= =  9.95KN
2 2

qu  l
VB=-1.1 =-10.94KN
2

qu  l 6.06  3.4
Travée BC : VB=1.1 = 1.1  11.27 KN
2 2

qu  l
VC=-1.1 = -11.27 KN
2

qu  l 6.03  4
Travée CD : VC=1.1 =  13.26 KN
2 2

qu  l
VD=-1.1 = 12.06 KN
2

 Récapitulation des sollicitations maximales à l’ELU de la poutrelle type 3 :

Moment maximal en travée : 9.85KN.m

Moment maximal en appui intermédiaire :-6.03KN

Moment maximale en appui de rive :-1.8KN

L’effort tranchant maximal : 13.26KN

Tableau 3.2 : Sollicitations maximales des différents types de poutrelles.

Poutrelles du plancher terrasse inaccessible


N0 ELU ELS
Type de Mappui int Mappui de Mtravée (max) Vmax Mappui int Mtravée Mappui de rive (max)
poutrelles (KNm) rive (max) (KNm) (KN) (KNm) (max) (KNm)
(KNm) (KNm)

Type01 _ _ -1.45 9.68 11.4 _ 7.06 -1.06


Poutrelles du plancher terrasse accessible
N0 ELU ELS
Type de Mappui int Mappui de Mtravée (max) Vmax Mappui int Mtravée Mappui de rive (max)
poutrelles (KNm) rive (max) (KNm) (KN) (KNm) (max) (KNm)
(KNm) (KNm)

Type01 1 _ -1.43 9.55 11 .58 _ 6.92 -1.04


2 _ -2.1 14.04 14.04 _ 10.18 -1.53
Type02 _ -8.42 -2.1 10.63 16.14 -6.11 7.71 -1.53
Type03 _ -7.02 -2.1 11.33 15.44 -5.09 8.22 -1.53

33
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Type04 _ -7.02 -1.75 8.85 15.44 -5.09 6.42 -1.27


Poutrelles du plancher étage courant
N0 ELU ELS
Type de Mappui int Mappui de rive Mtravée (max) Vmax Mappui int Mtravée (max) Mappui de rive (max)
poutrelles (KNm) (max) (KNm) (KN) (KNm) (KNm) (KNm)
(KNm)

Type01 1 _ -1.23 8.2 9.95 _ 5.93 -0.89


2 _ -1.8 12.06 12.06 _ 8.72 -1.31
Type02 _ -7.24 -1.8 9.26 13.88 -5.23 6.69 -1.31
Type03 _ -6.03 -1.8 9.85 13.26 -4.36 7.12 -1.3
Type04 _ -6.04 -1.5 7.71 13.28 -4.36 5.57 -1.08
Poutrelles du plancher étage service
N0 ELU ELS
Type de Mappui int Mappui de rive Mtravée (max) Vmax Mappui int Mtravée (max) Mappui de rive (max)
poutrelles (KNm) (max) (KNm) (KN) (KNm) (KNm) (KNm)
(KNm)

Type01 1 _ 1.43 9.54 11.57 _ 6.82 -1.02


2 _ -2.1 14.02 14.02 _ 10.02 -1.5
Type02 _ -8.41 -2.1 11.18 16.12 -6.01 7.99 -1.5
Type03 _ -7.01 -2.1 11.88 15.42 -5.01 8.49 -1.5
Type04 _ -7.01 -1.75 9.3 15.42 -5.01 6.66 -1.25

Tableau 3.3 : Sollicitations maximales.

ELU ELS
Type de Mappui int Mappui de rive Mtravée (max) Vmax Mappui int Mtravée (max) Mappui de rive (max)
plancher (max) (max) (KNm) (KN) (max) (KNm) (KNm)
(KNm) (KNm) (KNm)

Terrasse _ -1.45 9.68 11.4 _ 7.06 -1.06


inaccessible
Terrasse -8.42 -2.1 14.04 16.14 -6.11 10.18 -1.53
accessible
Étage courant -7.24 -1.8 12.06 13.88 -5.23 8.72 -1.31

Étage service -8.41 -2.1 14.02 16.12 -6.01 10.02 -1.5

34
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

a) Ferraillage des poutrelles

 Étage courant

Mt=12.06KN.m; Mainter= -7.24KN.m; Marive= -1.8KN.m; V=13.88KN

h= 20cm; h0 =4cm; b=65cm; b0=10cm; FPN; d= 18cm

b.1) Calcul à l’ELU

 En travée

Calcul de moment équilibré par la table de compression M tu :

 h 
M Tu  f bu * b * h0 * d  0 
 2 

Si Mu≤Mtu la table n’est pas entièrement comprimée, l’axe neutre est dans la table de
compression. On calcule une section rectangulaire b × h.

Si Mu>Mtu On calcule une section en T.

Mtu=14,2× 0.65×0,4× (0,18-0,02)

Mtu=59,072KN.m

Mt<Mtu Le calcul sera mené pour une section rectangulaire b*h

Mt
bu 
b  d 2  fbu

12.06  10 3
bu   0.0403   l  0.392  A'  0 .
0.65  0.18  14.2
2

fe 400
 bu <0.186  Pivot A :  st =10‰  f st    348Mpa
s 1.15

  1.25(1 - 1 - 2bu )  0.051

Z= d (1-0.4 α)=0.18 (1-0.4*0.051)=0.176m.

MU 12.06  10 3
At    1.97 cm2.
Z  f st 0.176  348

35
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Vérification de la condition de non fragilité

Amin= (0.23 ×b×d×ft28)/fe ≤ Acalculer. [2] (Article A.4.2.1)

Amin=0.23×0.65×0.18×2.1/400=1.41cm2

At>Amin condition verifiée.

On opte pour 3HA10avec A=2.37cm2.

 En appuis

Appuis intermédiaires

La table de compression est tendue, un béton tendue n’intervient pas dans la résistance
donc le calcul se ramène à une section rectangulaire b0  h .

Mainter= -7.24KN.m

7.24  10 3
bu =  bu   0.157   l  0.392
   bc 0.1  0.18 2  14.2

fe 400
 Pivot A:  st =10‰   st    348Mpa  A'  0 .
s 1.15

  1.25(1 - 1 - 2bu )    0.215; Z = d (1 - 0.4  )  Z = 0.164 m.

Mt 7.24  10 3
Aa   Aa   Aa=1. 27cm2 ;
st  Z 348  0.164

Amin= (0.23 ×b0×d×ft28)/fe ≤ Acal.

Amin=0.23×0.1×0.18×2.1/400=0.22cm2

At>Amin condition verifier.

On opte pour 2HA10 (une filante+un chapeau) avec A=1.57cm2.

Appuis de rives

Marive= -1.8KN.m

1.8  10 3
bu =  bu   0.039   l  0.392
   bc 0.1  0.18 2  14.2

fe 400
 Pivot A:  st =10‰   st    348Mpa  A'  0 .
s 1.15

36
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

  1.25(1 - 1 - 2bu )    0.049 ; Z = d (1 - 0.4  )  Z = 0.176 m.

Mt 1.8  10 3
Aa   Aa   Aa=0. 3cm2
st  Z 348  0.176

At>Amin condition verifier.

On opte pour 1HA10 avec A=0. 79cm2

Vérification au cisaillement

VU 13.88  10 3
V max =13.88KN   U   U    u  0.771Mpa
b0  d 0.1  0.18

 u = min [ f c 28 ; 5 MPa] = 3.33 MPa   u   u C’est vérifié.

Calcul des armatures transversales

Фt ≤ min ( Фl ; ) =5.71mm

Фl : diamètre maximale des armatures longitudinales.

On adopte un épingle avec At = 2 Ф 6 = 0.57cm2.

Espacement St

L’espacement des armatures transversales doit satisfaire les conditions suivantes:

1) St  min(0.9d, 40cm)  St  16.2cm


0.8 f e (sin   cos  )
2) St  At [1](Article A.5.1.2.2)
b0 ( u  0.3 f tj K )

 Flexion simple


 Fissuration peut nuisible  K=1

 Pas de reprise de bétonnage

  90 0 (Armatures droites.)

0.8  f e 0.57  0.8  235


St  At  St   S t  76cm
b0  ( u  0.3  f t 28 ) 10(0.771  0.3  2.1)

37
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

At  f e 0.57  235
3) St ≤  St ≤  33.48cm
0.4  b0 0.4  10

On prend St = 15cm.

Vérification des armatures longitudinales ( Al ) à l’effort tranchant ( Vu )

 L’appui intermédiaire
MU  7.24 1.15 4
Al  (Vu  ) s = (13.88 - ) ×10-3 10 = -0.88 cm²
0.9  d f e 0.9  0.18 400

Au niveau de l’appui intermédiaire Vu est négligeable devant Mu (pas d’influence sur les

Al)

 Au niveau de l’appui de rive


Vu   s 13.88  10 3  1.15
Al    0.399cm 2  Al  0.399cm²
fe 400

Vérification de la jonction table –nervure

b1  Vu
On doit vérifier que :  u  ≤ u
0.9  d  h0

 f c 28 
 u  min  0.2 ;5 MPa
 b 

0.275  13.88  10 3
u   0.909MPa ≤  u =3.33Mpa
0.9  0.18  0.65  0.04

Y’a pas de risque de rupture par cisaillement.

Vérification de la bielle

On doit vérifier que : Vu≤0.267×a×b0×ft28

Avec : a=0.9×d=0.9×18=16.2cm

Vu=13.8KN < 0.267×0.162×0.1×2.1=0.108MN condition vérifiée.

38
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

b.2) vermifications à l’ELS

Il y a lieu de vérifier :

- État limite d’ouverture des fissures.

- État limite de compression du béton.

- État limite de déformation.

 État limite d’ouverture des fissures


La fissuration est peu préjudiciable donc pas de vérification.
M ser
 État limite de compression du béton :  bc = y   bc =0.6 fc28
I

En travée : M tmax  8.72KN .m

Position de l’axe neutre

h02
H b  15 A(d  h0 ) [2] (Article A.4.5.2)
2

0.04 2
H  0.65   15  2.37  10 4  (0.18  0.04)  H  2.23  10 5 m 3
2

H>0 (l’axe neutre passe par la table de compression  calcul d’une section en b*h)

Position de l’axe neutre y :

y =b/2× y2 + [15(A+A’)] × y– 15× ( Ad+ A’d’ )= 0

32.5y2+ 35.55y – 639.9 =0 ..........(1)

Solution d’équation (1): y=3.92cm

Calcul de I:

I =b/3×y3+ (b−b0)+15 A (d−y) 2+15A’ (d’−y) 2 = 0

I=8352.78 cm4.

M ser 8.72  10 3
 bc  y  0.0392  4.09MPa
I 5352.78  10 8

Donc :  bc <  bc =15MPa ………….……………………..C’est vérifié.

39
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

En Appuis : M a  5.23KN .m

Position de l’axe neutre

h02
H b  15 A(d  h0 )
2

0.04 2
H  0.65   15  1.58  10 4  (0.18  0.04)  H  1.88  10 4
2

H>0 (alors l’axe neutre passe par la dalle se compression  calcul d’une section

rectangulaire b0 x h.

Position de l’axe neutre y :

y =b0/2× y2 + [15(A+A’)] × y– 15×( Ad+ A’d’ ) = 0

5y2+ 23.7y – 426.6 =0 ..........(1)

Solution d’équation (1): y=7.16cm

Calcul de I:

I =b0/3*y3+ 15 A (d−y) 2+15A’ (d’−y) 2 = 0

I=4008.42 cm4.

M ser 5.23  10 3
 bc  y  0.0716  9.34MPa
I 4008.42  10 8

Donc :  bc <  bc =15MPa ………….……………………..C’est vérifié.

 État limite de déformation

Selon le BAEL91 et CAB93, si l’une des conditions ci-dessous n’est pas satisfaite la
vérification de la flèche devient nécessaire :

h 1 h Mt A 4.2
 ;  ;  [2] (Article B.6.5.2)
l 16 l 10  M 0 b0  d fe

h 20 1
On a :   0.05   non vérifiée donc on doit faire une vérification de la
l 400 16
flèche.

f t  f gv  f ji  f pi  f gi

40
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

f gv et f gi : Flèches dues aux charges permanentes totales différées et instantanées


respectivement.

f ji : Flèche due aux charges permanentes appliquées au moment de la mise en œuvre


des cloisons.

f pi : Flèche due à l’ensemble des charges appliquées (G + Q).

La flèche admissible pour une poutre inferieur à 5m est de :

l 400
f adm  ( )  0.8cm
500 500

 Évaluations des flèches

M jser .L2 M gser .L2 M pser .L2 M pser .L2


f ji  ; f gi  ; f pi  ; f gv 
10.Ei .If ij 10.Ei .If ig 10.Ei .If ip 10.Ev .If gv

Évaluation des moments en travée :

q jser  0.65  G j : La charge permanente qui revient à la poutrelle au moment de la mise


des cloisons.

q gser  0.65  Gg : La charge permanente qui revient à la poutrelle.

q pser  0.65  (G p  Q) : La charge permanente et la surcharge d’exploitation.

q jser  l 2 q gser  l 2 q gser  l 2


M jser  ; M gser  ; M gser 
8 8 8

q jser  0.65  3.85  2.5KN / m

q gser  0.65  5.21  3.386KN / m

q pser  0.65  5.21  1.5  4.361KN / m

q jser  l 2 2.5  4 2
M jser    5KN.m
8 8

q gser  l 2 3.386  4 2
M gser    6.77 KN.m
8 8

q pser  l 2
M pser 
8

41
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Propriété de la section :

Position de l’axe neutre : y  3.92 cm .

Calcul de moment d’inertie de la section homogène:

b.h 3 h
I0   15 [ As (  d )² ]
12 2

 I 0  45608.53cm 4

As 2.37
   0.0131
b0 .d 10  18

Ei  32164.2Mpa Module de déformation longitudinale instantanée du béton.


Ei
Ev   10721.4Mpa Module de déformation longitudinale différée du béton.
3

0.05. f t 28
i  =3.25MPa .......... Déformation instantanée.
b0
(2  3 ) 
b

v  0.4  i =1.3Mpa .......... Déformation différée.

Inerties fictives ( If ) :

1.1  I 0 1.1  I 0 1.1  I 0 1.1  I 0


If ij  ; If ig  ; If ip  ; If vg 
1  i   j 1  i   g 1  i   p 1  v   g

1.75  f t 28 1.75  f t 28 1.75  f t 28


 j  1 ; g  1 ;  p  1
4     sj  f t 28 4     sg  f t 28 4     sp  f t 28

Si  0 0

Contraintes :
M jser  (d  y ) M gser  (d  y ) M pser  (d  y )
 sj  15  ;  sg  15  ;  sp  15 
I I I

5  (0.18  0.0392)  10 5
 sj  15   126.42MPa
8352.78

42
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

6.77  10 5  (0.18  0.0392)


 sg  15   171.18Mpa
8352.78

8.72  10 5 (0.18  0.0392)


 sp  15   220.48.72Mpa
8352.78

1.75  2.1
 j  1  0.578 >0
4  0.0131  126.42  2.1

1.75  2.1
g  1  0.66 >0
4  0.0131  171.18  2.1

1.75  2.1
 p  1  0.73 >0
4  0.0131  220.48  2.1

1.1  45608.53
If ij   17429cm 4
1   3.25  0.578 
1.1  45608.53
If ig   15952.12cm 4
1  3.25  0.66

1.1  45608.53
If iP   14876.06cm 4
1  (3.25  0.73)

1.1  54608.53
If vg   27001.82cm 4
1  1.3  0.73

5  10 3  4 2
f ji   0.00142m
10  32164.2  17429  10 8

6.77  10 3  4 2
f gi   0.00221m
10  32164.2  15952.12  10 8

8.72  10 3  4 2
f pi   0.00291m
8
10  32164.2  14876.06  10

6.77  10 3  4 2
f vg   0.00374m
10  10721.4  27001.82  10 8

f t  f gv  f ji  f pi  f gi  0.00374  0.00142  0.00291  0.00221  0.00312m

f  3.12mm  f adm  8mm ..............................................................C’est vérifié

43
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Tableau3.4 : Ferraillage des poutrelles.

Plancher Terrasse Terrasse Étages Étage service


inaccessible accessible courants

M t (KNm) 9.68 14.04 12.06 14.02

Travée  bu 0.032 0.047 0.040 0.047

 0.041 0.060 0.051 0.060


Z (M) 0.177 0.176 0.176 0.176
A (Cm²) 1.57 2.30 1.97 2.3
Ma ( KNm) _ -8.42 -7.24 -8.41
Appui  bu _ 0.183 0.157 0.183
intermédi
 _ 0.255 0.215 0.255
aire
Z (M) _ 0.162 0.164 0.162
A (Cm² ) _ 1.50 1.27 1.5
Ma ( KNm) -1.45 -2.1 -1.8 -2.1
 bu 0.032 0.046 0.039 0.046

Appui de  0.040 0.059 0.049 0.059


rive Z (M) 0.177 0.176 0.176 0.176
A (Cm²) 0.24 0.34 0.32 0.34

Tableau 3.5 : Choix des barres de ferraillage et vérification au cisaillement

En appuis
Planchers En appuis VU  
En travée (cm2) Intermédiaire
de rive (cm2) (KN) (Mpa) (Mpa)
(cm2)

Terrasse 3HA10=2.37 _ 1HA10=0.79 11.4 0.633 3.33


inaccessible

Terrasse 3HA10=2.37 2HA10=1.58 1HA10=0.77 16.14 0.896 3.33


accessible
3HA10=2.37
2HA10=1.58 1HA10=0.77 13.88 0.771 3.33
Étage courant

Étage service 3HA10=2.37 2HA10=1.58 1HA10=0.77 16.12 0.895 3.33

44
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Tableau 3.6 : vérification des états limites de compression du béton.

Planchers En travée En appui 


Mt I  Ma I  Mpa
(KN.m) (cm4) Mpa (KN.m) (cm4) Mpa

Terrasse inaccessible 7.06 8352.78 3.32 _ _ _ 15


Terrasse accessible 10.18 8352.78 4.77 -6.11 4008.42 10.91 15
Etage courant 8.92 8352.78 4.09 -5.23 4008.42 9.34 15
Etage service 10.02 8352.78 4.7 -6.01 4008.42 10.73 15

Tableau 3.7 : Vérification des états limites de déformation.

Terrasse Terrasse Étage Étage


Planchers inaccessible accessible courant service

q jser (KN/m) 2.5 2.5 2.5 2.5


q gser (KN/m) 4.24 4.11 3.386 3.38
q pser (KN/m) 4.89 5.09 4.361 5.01
M jser (KN.m) 3.61 5 5 5
M gser (KN.m) 6.12 8.22 6.77 6.76
M pser (KN.m) 7.06 10.18 8.72 10.02
∆F (cm) 0.16 0.35 0.312 0.31
Fadmissible (cm) 0.68 0.8 0.8 0.8
Vérification Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée

Schéma de ferraillage

Le ferraillage des poutrelles est identique dans tous les étages.

1HA10 2HA10
1HA10
11HA10
6 ;St =15 cm 6 ;St =15 cm 6 ;St =15 cm

3HA10
3HA10 3HA10

En travée En appui
En appuis de rive
intermédiair
e
de rive
Figure 3.2 : Ferraillage des poutrelles.

45
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

C) Ferraillage de la dalle de compression

On utilise des treillis soudés de nuance f e = 500MPa

Armatures perpendiculaires aux poutrelles :

4  b 4  0.65 2
A┴ =   0.52(cm ) [1] (B.6.8.4.2.3)
fe 500 ml

Armatures parallèles aux poutrelles :

A║ = A┴ /2 = 0.26cm2/ml

On choisit : treillis soudés à mailles carrées de 150 mm

7Ф6/ml=1.98cm2 perpendiculaires aux poutrelles →St=15cm<20cm... Vérifiée.

7Ф6/ml=1.98cm2 parallèles aux poutrelles →St=15cm<33cm... Vérifiée.

TS 6 (150  150)

Figure 3.3 : Schéma de ferraillage de la dalle de compression.

46
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

3.1.1.2. Étude des dalles pleines


 Pour les étages courants

a) Dalle pleine sur deux appuis (balcons)

1. Évaluation des charges

G  5.86KN / m 2 , Q  3.5KN / m 2
Lx=1.50m
A l’ELU : PU  1.35G  1.5Q  13.16KN / m
Ly=1.50m
A l’ELS : PS  G  Q  9.36KN / m

Lx 150
   1    0.4 Figure3.4: Dalle sur deux appuis.
L y 150
 La dalle travail selon deux sens LX et LY.

2. Calcul à l’ELU :   0 et   1
 x  0.0368 M ox   x  L2x  PU  1.089 KN .m
On se réfère à l’annexe1  
  y  1 M oy  M ox   y  1.089 KN .m
Le calcul se fait pour une bande de 1m de largeur, h = 14cm (Épaisseur de la dalle)
 Moment en travée :


M x  0.85  M ox  0.85  (1.089)  0.926 KN .m
t

 t
M y  0.85  M oy  0.85  (1.089)  0.926 KN .m

 Moment en appuis :
M xa  M ya  0.3  1.089  0.327 KN  m

Calcul de la section d’armatures


Le calcul fait à la flexion simple pour une section (b × h) = (1 × 0.14) m2.

Tableau3.8 : Ferraillage de la dalle.

En travée
Sens Mu μ bu α Z A A min A adoptée St
(KN. (m) calculée (cm²) (cm²/ ml) (cm)
m) (cm²)
X 0.926 0.004 0.005 0.119 0.2 1.12 4HA8=2.01 25
Y 0.926 0.0052 0.0065 0.112 0.24 1.12 4HA8=2.01 25
En appui
X et Y 0.327 0.0016 0,002 0,119 0,07 1.12 4HA8=2.01 25

47
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Vérification de la condition de non fragilité


Pour h>12 cm et   0.4 ; avec : f e E 400  0  8  104
3  3 1
Axmin   0 ( )  b  e  Axmin  0.0008  ( )  100  14  Axmin  1.12cm²
2 2
Soit : As=Amin= 4HA8/ml= 2.01 cm2/ml.

Espacement des barres

Vérification du cisaillement

Pu  L x
4
ly
Vux   4
2 l x  l y4
13.16  1,5 1.5 4
Vux   4  1.949 KN
2 1.5  1.5 4
V 1.949  10 3
u  u   0.016MPa
bd 1  0.12
0.07
 f c 28  1.25MPa
b
 u  0.016MPa ≤1.25MPA …………………………………Condition vérifiée.

(Les armatures transversales ne sont pas nécessaires).

Vérification à l’ELS
. Calcul à l’ELS :   0.2 et   1

 x  0.0441 M ox   x  L2x  PU  0.929 KN .m


 
  y  1 M oy  M ox   y  0.929 KN .m
 Moment en travée :


M x  0.85  M ox  0.85  (0.929)  0.789 KN .m
t

 t
M y  0.85  M oy  0.85  (0.929)  0.789 KN .m

 Moment en appuis :

M xa  M ya  0.3  0.929  0.279KN  m

48
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Tableau 3.9 : Vérification des contraintes à l’ELS.

En travée
Sens Ms A(cm2) d(m) Y(m) I (cm4) bc st
 bc s
(KN. m) (Mpa) (Mpa)
(Mpa) (Mpa)
X 0.789 2.01 0.12 0.024 3239.42 0.584 35.07 15 201.63
Y 0.789 2.01 0.112 0.023 2793.75 0.649 37.70 15 201.63
En appuis
XetY 0.279 2.01 0.12 0.017 1754.58 0.278 24.45 15 201.63

État limite de déformation


Si les conditions suivantes sont vérifiées, le calcul de la flèche n’est pas nécessaire.

h M xt
1.   0.093> 0.042...............Vérifié. [2](Article B. 7 5)
l X 20 M 0 X
As 2
2.   0.0016 < 0.005.....................Vérifié.
bd fe
Donc il n’est pas nécessaire de vérifier la flèche.

Schéma de ferraillage
1 1

4HA8/ml 4HA8/ml

4HA8/ml(st=25) 4HA8/ml

4HA8 /ml

1.5m

Coupe1-1
1

Figure 3.5 : Schéma de ferraillage de la dalle sur 2 appuis.

49
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

b) Dalle pleine sur trois appuis

On a deux types : en fonction de la charge d’exploitation


01er type
1. Évaluation des charges

G  5.86KN / m 2 , Q  1.5KN / m 2 Lx=1.50m

A l’ELU : PU  1.35G  1.5Q  10.16KN / m Ly=5.55m

A l’ELS : PS  G  Q  7.36KN / m

LY Figure3.6 : Dalle sur trois appuis.


On a  2.77m  Lx  1.50m alors
2
 P  L2x  L y 2  P  L3x
M ox  
 2 3

M  P  L x
3

 oy 6
Calcul à l’ELU
Le calcul des sollicitations se fait en supposant que la dalle est simplement appuyée.

M ox  40.58KN .m

M oy  5.71KN .m


M x  0.85  M ox  0.85  40.58  34.49 KN .m
t

 t
M y  0.85  M oy  0.85  5.71  4.86 KN .m

 0.5  M 0 x  20.29 KN .m
M xa  M ya  
 0.3  M 0 x  12.17 KN .m
 Ferraillage
Le calcul se fait à la flexion simple pour une bande de m2.

Tableau 3.10: Ferraillage de la dalle sur trois appuis.

Sens Localisation M( ) A calculée (cm2)/ml A min (cm2)/ml A adoptée/ml


Sens x-x En travée 34.49 9.11 1.12 8HA12=9.05 cm2
En appui rive -12.17 3.00 1.12 4HA10=3.14 cm2
En appui int -20.29 5.13 1.12 5HA12=5.65 cm2
En travée 4.86 1.18 1.12 4HA8=2.01 cm2
Sens y-y
En appui rive -12.17 0.41 1.12 4HA10=3.14 cm2

50
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Espacement (St)
S t  min( 3  e; 33cm)  min( 3  14; 33cm)  33cm
S t  33cm
S t  min( 4  e; 45cm)  min( 4  14; 45cm)  45cm
S t  45cm

Vérification de l’effort tranchant


P  Lx
4
ly
V  u
x
 4 4
lx  l y
u
2
10.16  1,5 5.5 4
Vux   4  7.57 KN
2 1.5  5.5 4
V 7.57  10 3
u  u   0.063MPa
bd 1  0.12
0.07
  f c 28  1.25MPa
b

 u  0.063MPa ≤1.25MPA …………………………………Condition vérifiée.

Vérification à l’ELS


M ox  29.39 KN .m

M oy  4.14 KN .m


M x  0.85  M ox  0.85  29.39  24.98KN .m
t

 t
M y  0.85  M oy  0.85  4.14  3.52 KN .m

 0.5  M 0 x  14.69 KN .m
M xa  M ya  
 0.3  M 0 x  8.817 KN .m

 État limite de compression du béton


Les résultats de la vérification sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 3.11: Contraintes dans le béton de la dalle sur trois appuis.

Le sens M( ) Y(m) I (cm4) σ bc ( ) σadm ( ) Remarque


Selon x-x 24.98 0.038 7880.12 12.16 15 Vérifiée
Selon y-y 3.52 0.064 30411.4 0.744 15 Vérifiée
Appui -14.69 0.029 4539.05 9.28 15 Vérifiée

51
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

 État limite de déformation

Vérification de la flèche
La vérification de la flèche est nécessaire si l’une des conditions suivantes n’est pas
vérifiée
Sens x-x:
h M xt
1.   0.093> 0.042...............Vérifié. [2](ArticleB7. 5)
l X 20 M 0 X
As 2
2.   0.0075 < 0.005..................... Condition n’est pas vérifiée.
bd fe
Donc la vérification de la flèche est nécessaire.

Les résultats de la vérification de la flèche sont présentés dans le tableau suivant :

Tableau 3.12 : Évaluation de la flèche dans la dalle sur trois appuis

L b h Mj ser Mg ser Mp ser Δf fadm


(m) (m) (m) (KN.m) (KN.m) (KN.m) (mm) (mm)
1.50 1.00 0.14 0.606 0.755 0.988 0.04 3

A 4HA10/ml
8HA12/ml
4HA8 /ml, St=25cm

4HA12/ml
4HA8 /ml

8HA12/ml St=10cm

Coupe A-A’
A’

Figure3.7 : Schéma du ferraillage de la dalle sur trois appuis.

52
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

02er type
1. Évaluation des charges

G  5.86KN / m 2 , Q  3.5KN / m 2
A l’ELU : PU  1.35G  1.5Q  13.16KN / m

A l’ELS : PS  G  Q  9.36KN / m

LY
On a  1.45m  Lx  1.50m
2
 P  L2y  L y  P  L3y
M oy  
  Lx   
 8  2  48

 P  L3y
M ox 
 24
Les résultats de ferraillage sont résumés dans le tableau suivant :
Tableau 3.13 : Ferraillage du balcon sur trois appuis.

Sens Localisation M( ) A calculée (cm2)/ml A min (cm2)/ml A adoptée/ml


Sens x-x En travée 11.37 2.8 1.12 4HA10=3.16 cm2
En appui int -6.68 1.63 1.12 4HA10=3.16 cm2
En travée 6.27 1.53 1.12 4HA10=3.16 cm2
Sens y-y
En appui rive -4.01 0.53 1.12 4HA10=3.16 cm2

Vérification à l’ELS
 État limite de compression du béton
Les résultats de la vérification sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 3.14: Vérification de l’état limite de compression du béton.

Le sens M( ) Y(m) I (cm4) σ bc ( ) σadm ( ) Remarque


Selon x-x 8.08 0.038 7880.12 3.896 15 Vérifiée
Selon y-y 4.46 0.064 4539.05 6.288 15 Vérifiée
Appui -4.01 0.028 30411.4 0.369 15 Vérifiée

53
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

 État limite d’ouverture des fissures


2
Fissuration nuisible  st  min( fe,110   f tj )  201.63MPa.
3

15  M ser
s   d  y   126.12Mpa.
I
   s C’est vérifié.

 État limite de déformation

Vérification de la flèche
La vérification de la flèche est nécessaire si l’une des conditions suivantes n’est pas
vérifiée.
Sens x-x:
h M xt
1.   0.093> 0.042...............Vérifié.
l X 20 M 0 X
As 2
2.   0.0026 < 0.005..................... Condition vérifiée.
bd fe
Donc la vérification de la flèche n’est pas nécessaire.

Schéma de ferraillage

4HA10/ml
4HA10/ml
4HA10 /ml, St=25cm

4HA10/ml
4HA10 /ml

4HA10/ml St=25cm

Figure3.3.8 : Schéma du ferraillage de la dalle du balcon sur trois appuis.

54
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

c) Dalle pleine sur quatre appuis

1. Évaluation des charges

G  5.86KN / m 2 , Q  1.5KN / m 2
Lx=2.95m
A l’ELU : PU  1.35G  1.5Q  10.16KN / m
Ly=3.50m
A l’ELS : PS  G  Q  7.36KN / m

Lx 295
   0.84    0.4 Figure 3.9 : Dalle pleine sur quatre appuis.
L y 350

 La dalle travail selon deux sens LX et LY.

2. Calcul à l’ELU :   0 et   0.84


-Calcul des moments : De tableau on tire les valeurs de  x et  y qui correspondent à

  0 et   0.84
 x  0.0517 M ox   x  L2x  PU  4.57 KN .m
 
  y  0.6678 M oy  M ox   y  3.05KN .m

Le calcul se fait pour une bande de 1m de largeur, h = 14cm (Épaisseur de la dalle)


 Moment en travée :


M x  0.75  M ox  0.75  (4.57)  3.43KN .m
t

 t
M y  0.75  M oy  0.75  (3.05)  2.29 KN .m

 Moment en appuis :
M a
x  M xa  0.5  M ox  0.5  (4.57)  2.28KN .m
-Calcul de la section d’armatures
Le tableau suivant résume les sections de ferraillage.

Tableau3.15 : Le ferraillage de la dalle pleine sur 4 appuis.

Mt Ma At cal Aacal Atmin Aamin At adop Aaadop


Localisation
(KN.m) (KN.m) (cm2) (cm2) (cm²) (cm²) (cm2) (cm2)

Sens xx 3.43 2.28 0.83 0.55 1.209 1.209 4HA10=3.14 4HA8=2.01


Sens yy 2.29 2.28 0.55 0.55 1.12 1.209 4HA8=2.01 4HA8=2.01

55
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Espacement des armatures

- Armatures // Lx: St≤ min (3e, 33 cm) = 33 cm

- Armatures // Ly: St ≤ min (4e, 45 cm) = 45 cm


On opte: St=25cm pour les deux sens.

3. Vérification à l’ELU
- cisaillement

P  Lx
4
ly
V  u
x
 4 4
lx  l y
u
2
10.16  2.95 3.5 4
Vux    9.959 KN
2 2.95 4  3.5 4
V 9.959  10 3
u  u   0.083MPa
bd 1  0.12
0.07
  f c 28  1.25MPa
b

 u  0.083MPa ≤1.25MPA …………………………………Condition vérifiée.

4. Vérification à l’ELS

 x  0.0586 M x   x q s Lx  M x  0.0586  7.36  2.95 2  3.75KN .m


  0.2   
 y  0.7655 M y   y M x  M y  0.7655  3.75  2.87 KN .m
Moments en travées

M tx  0.75 M x  M tx  2.81KN .m

M ty  0.75 M y  M ty  2.15KN .m

Moments en appuis : M ax  0.5M x  M ax  1.88KN .m


 Vérification des contraintes
M ser  y
 bc  ; Il faut que :  bc   bc  0.6 f c 28  0.6  25  15MPa
I

M Xt  2.81KN .m , A  3.14cm ; d = 12cm ; Y = 3.2cm ; I = 5657.2cm4


2

 bc  1.601MPa 15MPa...................................................Condition vérifiée.

56
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

 État limite de déformation


Si les conditions suivantes sont vérifiées le calcul de la flèche n’est pas nécessaire.

h M xt
1.   0.047> 0.037...............Vérifié.
l X 20 M 0 X
As 2
2.   0.0026 < 0.005.....................Vérifié.
bd fe
Les conditions de flèche sont vérifiées.
Schéma de ferraillage

4HA8/ml

lx=2.95m
4HA10 /ml

ly=3.5m 4HA8/ml

Figure 3.10 : Schéma de ferraillage de la dalle pleine sur 4 appuis.

3.1.2. L’étude de l’acrotère


Notre bâtiment comporte deux terrasses (accessible et inaccessible) délimitées
par un acrotère assimilé à une console verticale encastrée au niveau du plancher
terrasse. Le calcul sera mené pour l’acrotère de la terrasse accessible(le cas le plus
défavorable).

Les charges qui sollicitent l’acrotère sont :

 Son poids propres sous forme d’efforts normaux verticaux.


 Une charge d’exploitation horizontale égale à 1.5KN/ml due à la main courante.
 Une force horizontale FP

L’acrotère sera étudié en flexion composée, et puisqu’elle est exposée aux intempéries,
donc la fissuration est préjudiciable.

57
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Le calcul de l’acrotère se fait pour une bande de 1m de largeur dont les dimensions sont
les suivantes: Y

10cm

Q
S=0.7×0.1+0.07×0.1+ (0.03×0.1) /2 3cm
7cm
S=0.785m².
Fp

10cm
70cm G

X
Évaluation des charges
Figure 3.11 : Coupe transversale de l’acrotère.
L a charge d’exploitation: Q=1.5KN

Poids propre: G1=25×0.785×1=1.97 KN

Poids d’enduit de ciment intérieur :(e =20cm) : G2  0.02  20  0.7  1  0.28KN

Poids d’enduit de ciment extérieur :(e =1.5cm) :G3= 0.015× 20× 0.7 ×1=0.21KN

WP= G1 + G2 + G3 =2.45KN.

La force sismique :

La force sismique horizontale FP est donnée par la formule suivante :

Fp  4  A  C p  W p . [4](Article 6.2.3)

A : Coefficient d’accélération de zone (groupe d’usage 2B, zone IIa, A= 0.15).

C p : Facteur de force horizontal (Cp = 0.8).

W p : Poids de l’acrotère.

Fp  4  0.15  0.8  2.45  1.18KN

58
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Calcul des sollicitations

Calcul du centre de gravité de la section G( X g ; Yg ) :

Xg 
x  A
i i
 0.0605m
A i

Yg 
y A
i i
 0.382m
A i

La section dangereuse est celle qui se trouve au niveau de l’encastrement, les


sollicitations sont :

N G  2.45 KN N
NQ  0 Q
N Fp  0

Fp
MG  0
M Q  Q  h  1.5  0.7  1.05KN .m
M Fp  Fp  Yg  0.45  0.382  0.45KN .m

 Combinaison d’actions

Tableau 3.16 : Combinaisons de calcul.

RPA 99 ELU ELS


Combinaison de charges G+Q+E 1,35G + 1,5Q G+Q
N (KN) 2.45 3.3 2.45
M (KN.m) 1.5 1.58 1.45

Calcul de l’excentricité à l’ELU

NU= 3.3KN

Mu=1.58KN.m

Ces sollicitations sont réduites au centre de gravité de la section du béton et l’effort


appliqué est un effort de compression.

59
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Mu 1.58
On a : e0    0.479m
Nu 3.3

h 0.1
  0.05m
2 2

h
e0   Le centre de pression se trouve en dehors de la section donc elle
2
est partiellement comprimée (S.P.C), le ferraillage se fait par assimilation à la flexion
simple.

D’après le BAEL99 (Article A.4.4) le risque de flambement développé par l’effort de


compression conduit à ajouter e a et e2 .

Mu
On remplace l’excentricité réelle (e0= ) par une excentricité totale de calcul :
Nu

e= e0  ea  e2

ea : Excentricité additionnelle traduisant les imperfections géométriques initiales.

e2 : Excentricité due aux effets du second ordre, liés à la déformation de la structure.

ea = max ( 2cm . L/250) [1] (Article A.4.3.5)

L : portée de l’élément =70 cm

h: Hauteur de la section qui est égale à 10cm.

ea =max ( 2cm . 70/250) =2 cm

3  l 2f  (2     )
e2 
h  10 4

MG 0
  0 [1](Article A.4.3.5)
M G  M Q 0  1.05

60
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

 : Rapport de la déformation finale due au fluage à la déformation instantané sous la


charge considérée, il est généralement pris égal à 2.

l f : Longueur de flambement.

l f =2 l 0 =2×0.7 =1.4m.

3  1.4 2  2
 e2   0.0117m
10 4  0.1

D’où : e=0.479+0.02+0.0117 = 0 .51m

Les sollicitations de calcul deviennent :

Nu=3.3 KN.

Mu = Nu *e = 3.3×0.51 = 1.683 KN.m.

Ferraillage de l’acrotère

C
N

A
7cm
10cm G ’’
’4
A
4’
100cm

Figure 3.12 Section de calcul de l’acrotère.

On calcule les armatures à l’ELU. Puis on effectuera la vérification des contraintes à


l’ELS. Selon le BAEL91 :

h
Mua  Mu  N u  (d  )  1.683  3.3  (0.07  0.1 / 2)  1.75KN .m
2

Mua 1.75  10 3
 bu      0.025
b  d 2  f bu 1  0.07 2  14.2
bu

bu  l  0.392  A'  0

61
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

1  1  2   bu
  0.032
0.8

z  d  (1  0.4   )  0.069 m

M ua 1.75  10 3
A   0.72 cm2
z  f st 348  0.069

La section à la flexion composée est :

Nu 3.3  10 3
As  A   0.72  10 4   0.62 cm 2 / ml.
f sk 348

Vérifications à l’ELU

 Condition de non fragilité

f t 28 2.1
Amin  0.23  b  d   0.23  1  0.07   0.85 cm 2 .
fe 400

 On adopte = 4HA8 = 2.01cm²/ml.

 Armatures de répartition

As 2.01
Ar    0.502cm 2  4T 6  1.13cm 2 / ml.
4 4

 Vérification de l’effort tranchant

Vu=Fp+Q=1.18 +1.5=2.68KN.

τu = Vu/( b*d) = 2.68×10-3/(1×0.7) = 0.038MPa .

 u < min (0.1× fc28 ; 3MPa)  τu < min (2.5 ; 3) MPa.= 2.5 MPa.

τu = 0.038 MPa <  u = 2.5 MPa……………Vérifiée.

 Vérification de l’adhérence

_
τs = Vu /(0.9×d Σui)  τ ser .

Σui : la somme des périmètres des barres.

Σui = .n. = 3.14 ×4 × 8 = 100.48mm.

62
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

2.68  10 3
τser   0.42 MPa .
0.9  0.07  100.48  10 3
_
τ ser  0.6  ψ 2  ft28  0.6  1.5 2  2.1  2.83MPa .

Ψ = 1.5 pour acier HA. Selon [4](Article A.6.1.21)


_
 τ  τser . Vérifiée.

Vérifications à l’ELS

NS=2.45KN

MS=1.05KN.m

Ms 1.05
e0    0.43m
Ns 2.45

e0 > h /2  section partiellement comprimée.

 Position de l’axe neutre


y  yc  c
c  h / 2  e0  0.1 / 2  0.43  0.38m

Calcul de y c : y 3c  p  y c  q  0

(d  c)  6  n  As (0.07  0.38)  (90  2.01  10 4 )


p  3  c 2   3  (0.38) 2 
b 1
p  0.425m 2
6  n  As 6  15  2.01  10 4
q  2  c  (d  c) 
3 2
 2  (0.38)  (0.07  0.38) 
3 2

b 1
q  0.106m 3

yc3  0.425  yc  0.106  0

Par tâtonnement : y c =0.4m

 y  yc  c  0.4  0.38  0.02m

63
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

 Vérification des contraintes


On doit vérifier :
 bc  bc

st  st
bc  0.6  f c28  15MPa.
2
st  min( fe,110   f tj )  201.63MPa.
3
 bc = Ns ×y /μt
 s = 15 × Ns × (d – y)/ μt

μt =b×y2/2-15×A×(d-y)=4.925×10-5m3

 bc = 1.02MPa <15MPa …… vérifiée.

 s = 37.3 MPa <240MPa………..…… vérifiée.

Schéma de ferraillage

4  6/ml
4  6/ml 4  8/ml
4  8/ml

A A

Coupe A-A

Figure3.13 Schéma de ferraillage de l’acrotère.

64
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

3.1.3. Étude des escaliers

3.1.3.1. Étude de l’escalier type 1 (à 2 volées)


L’escalier travaille à la flexion simple en considérant la dalle comme une poutre sur deux
appuis uniformément chargée.

Palier : G palier  5.11KN / m² qV


qP

Volée : G paillasse  7.94KN / m² A B


2.4m 1.55m
Qescalier  2.50KN / m²

Les sollicitations

 L’ELU :
qv  1.35  7.94  1.5  2.5  14.47 KN / ml

q p  1.35  5.11  1.5  2.5  10.65KN / ml

Par la méthode RDM on trouve :

R A  27.41KN
RB  23.82 KN

M 0  25.96 KN .m
 0.75M 0  19.47 KN .m
max
Mt
M a  0.5M 0  12.98KN .m

V=27.41KN

 L’ELS :
qv  7.94  2.5  10.44 KN / m
q p  5.11  2.50  7.61KN / m

Après calcul on trouve :

R A  19.75KN
RB  17.08KN

65
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

M 0  18.68KN .m
 14.01N .m
max
Mt
M a  9.34 KN .m

 Calcul du ferraillage

Le calcul se fait à la flexion simple pour une section rectangulaire (b x h).

M t = 19.47KN.m : Moment en travée

M a =12.98KN.m : Moment en appuis

Caractéristique de la section
b=100cm

d=13cm
h=15cm

Figure 3.14 : Section à ferrailler.

Les calculs pour le ferraillage sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 3.17 : Résumé des résultats de ferraillage.

 bu  Z(m) Amin(cm2)
M ( KN .m) A CAL A Adopté St(cm)
(cm2/ml) (cm2/ml)
En 19,47 0.08 0.106 0.124 4.5 5T12=5,65 1,57 20
travée
En 12,98 0.054 0.069 0.126 2,95 5T10=3.92 1,57 20
Appuis

 Vérification à l’ELU

Vérification de la condition de non fragilité

Amin  0.23  b  d  f t 28 f e  0.23  0.13  2.1 400  1.57cm 2 / ml.

On a : A > A min ………………………….Condition vérifiée.

66
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Vérification de l’effort tranchant

f c 28
 u   u avec  u  min( 0.2  ;5MPa )  3,33MPa.
b

V 27,41  10 3
u    0,21MPa   u . ………Condition vérifiée
b.d 1  0.13

Pas risque de rupture par cisaillement.

f c 28
 u  0,07 
b

f c 28
0,07   1.25MPA
b

 u  0,21MPa  1.25MPA. ……………….Condition vérifiée

Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

Calcul des armatures de répartition

As
En travée : Ar 
4

As 5.65
  1.41cm ² / m
4 4

Ar  1.41cm² / m

On choisit : 3T8 = 1.51cm²/m

Aa
En appuis : Aa 
4

Aa 3.92
  0.98cm ² / m
4 4

Aa  0.98cm² / m

On choisit : 3T8 = 1.51cm²/m

67
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Espacement des barres

Armatures principales: St  min(3  h;33)cm  33cm

Armatures de répartition : St  min( 4  h;45)cm  45cm

Vérification à l’ELS

La fissuration est peu nuisible car les escaliers sont à l’abri des intempéries, donc les
vérifications à faire sont :

Vérification de l’état limite de compression du béton

 bc   = 15MPa

M ser
 bc  y
I
Le résultat des calculs sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 3.18 : Vérification de l’état limite de compression du béton.

Le sens M( ) Y(m) I (cm4) σ bc ( ) σadm ( ) Remarque


Travée 14.01 0.0392 8995.2 6.11 15 Vérifiée
Appui 9.34 0.0336 6728.012 4.66 15 Vérifiée

Vérification de l’état limite de déformation

Si les conditions suivantes sont satisfaites, il n’est pas nécessaire de vérifier la flèche :

h 1 h Mt A 4.2
 ;  ; 
l 16 l 10  M 0 bd fe

h 15 1
  0,037 < =0,062
l 395 16

h 1
 ………….. Condition non vérifiée.
l 16

La relation (1) n’est pas vérifiée ; donc on procède à la vérification de la flèche et les
résultats sont comme suit :

La flèche est calculée comme dans les poutrelles.

68
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

y = 3.92 cm, I =8995.2cm4, I0 = 30688.68 cm4, ρ = 0, 0043, λi=4.88, λv=1.95

Ei  32164.2Mpa
Ei
Ev   10721.4Mpa
3

q jser  5.3KN / m ; q gser  6.83KN / m ; q pser  9,30KN / m

M jser  7.75KN .m ; M gser  10.KN .m ; M pser  13.5KN .m

 sj  117.34MPa ;  sg  151.42MPa ;  sp  204.41MPa

 j  0.107 ;  g  0.22 ;  p  0.34

If ij  22177.39cm 4 ; If ig  16279.68cm 4 ; If ip  12694.62cm 4 ; If vg  23623.19cm 4

f ji  0.111cm ; f gi  0.298cm ; f pi  0.515cm ; f gv  0.616cm

f t  f gv  f ji  f pi  f gi  0.664cm

l 395
f adm  cm   0.78cm.
500 500

f t < f adm ……………………Condition vérifiée.

Schéma de ferraillage

T10 (e=20cm)

T8 (e=30cm)

T12(e=20cm)

T10 (e=20cm)

T12(e=20cm)

Figure 3.15 : Schéma de Ferraillage de l’escalier.

69
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

3.1.3.2. Étude du 2eme type d’escalier


Dans ce cas, nous allons calculer la 1ère volée (les volées 2 et 3 sont identiques au 1er type
d’escalier).

 1ere volée du RDC

L’ELU

qv  1.35  7.72  1.5  2.5  14.17 KN / ml

Par la méthode RDM on trouve :

R A  10.63KN
RB  10.63KN
1.5 m
RA RB
M 0  3.98KN .m
 0.75M 0  2.98KN .m
max
Mt
M a  0,5M 0  1.99 KN .m
VElu  17.63KN

L’ELS

qv  7.72  2.5  10.72 KN / m

R A  7.66 KN
RB  7.66 KN

M 0  2.87 KN .m
 0,75M 0  2.15KN .m
max
Mt
M a  0,5M 0  1.44 KN .m

Calcul du ferraillage

Le calcul se fait à la flexion simple pour une section rectangulaire (b x h).

En travée: M t =2.98KN.m

En appuis: M a =1.99KN.m

70
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

b = 100 cm. d
h
d = 12cm.

h = 14 cm. b

Figure 3.16 : Section à


ferrailler.

Les calculs pour le ferraillage sont résumés dans le tableau suivant:

Tableau3.19 : Résumé des résultats de Ferraillage.

M ( KN .m)  bu  Z(m) A CAL A Adopté Amin(cm2) St(cm)


(cm2/ml) (cm2/ml)
En 2.98 0.0146 0.0184 0.119 0.72 4T8=2.01 1.45 25
travée
En 1.99 0.0098 0.0123 0.119 0.48 4T8=2.01 1.45 25
appuis

Vérifications à l’ELU

Les vérifications de l’effort tranchant et des espacements sont résumés dans le tableau
suivant :

Tableau 3.20 Résumé des vérifications de l’effort tranchant et de l’espacement.

Vérification Vu Espacement
Vu (KN) 10.63 Sens principal St  min( 3  h;33) =33cm

 u (MPA) 0.088 Sens secondaire St  min( 4  h;45) =45cm

3.33 Espacement pris 25cm


u (MPA)
observation vérifiée observation vérifiée

f c 28
0,07   1,25MPA
b

 u  0.088MPa  1,25MPA. … …………. Condition vérifiée (les armatures transversales


ne sont pas nécessaires).

Calcul des armatures de répartition :

As
En travée : Ar 
4

As 2.01
  0.5cm² / m
4 4

71
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

On choisit : 3T6= 0.85cm²/m

Aa
En appuis : Aa 
4

Aa 2.01
  0.5cm ² / m
4 4

On choisit : 3T6 = 0.85cm²/m

Vérification à l’ELS

-Vérification de l’état limite de compression du béton :

Tableau 3.21 : Vérification de l’état limite de compression.

M(KN.m) y(m) I (cm4)  bc (MPA)  (MPA) observation


En travée 2.15 2.4 3239.42 1.59 15 vérifiée
En appui 1.44 2.4 3239.42 1.07 15 vérifiée

-Vérification de l’état limite de déformation

ht 14 1
1.   0.09   0.0625
l 150 16

As 2.01 4.2
2.   0.00167   0.0105
b  d 100  12 fe

Mt 2.15 h
3.   0.075 
10  M 0 10  2.87 l

Les trois conditions sont vérifiées donc le calcul de la flèche n’est pas nécessaire.

72
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Schéma de ferraillage
T8 (e=25cm)

T6 (e=30cm)

T8 (e=25cm)

T8(e=25cm)

Figure 3.17 : Schéma du ferraillage de la volée (1) du RDC .

3.1.3.3. Calcul du 1er palier de repos de l’escalier du RDC


Le palier sera étudié comme une console encastrée dans la poutre palière.

Les charges :
qu =10.31KN/m²
G  4.86 KN / m 2

Q  2.5KN / m 2

Calcul des sollicitations


1.6m
A l’ELU : Figure 3.18 : Schéma statique du palier.

qu  1.35  G  1.5  Q  10.31KN / m 2


qu l 2
Mu   13.19 KN .m
2
Vu  qu l  16.5KN .m

A l’ELS :

qSer  G  Q  4.86  2.5  7.36KN / m 2

qS l 2
MS   9.42 KN .m
2

73
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Calcul du ferraillage

Le ferraillage se fait pour une bande de 1m.

 bu  0.0647
  0.0824
z  0.0116m
A  3.22cm 2 / ml

on choisit 5T10  3.95cm 2 / ml

Les armatures de répartition

A
Ar   1.97cm 2
4

On choisit des 4T8 = 2.01cm²

Vérification à l’ELU

 Vérification de la condition de non fragilité

Pour h>12 cm e ; avec : f e E 400  0  8  104

Amin   0  b  e  Amin  0.0008 100 14  Axmin  1.12cm² / ml

On a : A > A min Condition vérifiée.

 Calcul des espacements

S t ≤min(3e;33cm) ⇒S t ≤33cm

 Vérification de l’effort tranchant

u  u

V 16.5  10 3
u    0.137 MPa   u .
b.d 1  0.12

74
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Vérification à l’ELS

 Vérification des contraintes

A=3.95cm² , Y= 3.3cm, I  6728.12cm 4  = 15MPa

 bc  4.62MPa    (Y’a pas de risque de fissuration du béton en compression).

 Vérification de la flèche

ht 14 1
1.   0.087   0.0625
l 160 16

As 3.95 4.2
2.   0.00329   0.0105
b  d 100  12 fe

Les conditions sont vérifiées donc le calcul de flèche n’est pas nécessaire.

Figure3.19 : Ferraillage du 1er palier de repos.

75
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

3.1.4. L’étude de la poutre palière

3.4m

Figure 3.20 : Schéma statique de la poutre palière.

Dimensionnement

L L 340 340
≤h ≤  ≤h ≤
15 10 15 10
22.66cm ≤h ≤34cm.

Soit : h=35cm et b=30cm

La poutre palière est soumise à la flexion simple en outre elle est soumise à la torsion.

 Calcul à la flexion simple


La poutre est soumise à son poids propre

g0 = 0.3  0.35  25  2.63KN / ml.

gu =1.35 g0  3,55KN / ml .

En plus elle est soumise aux charges transmise par l’escalier.

RB=23.82 KN / ml

Pu = gu + RB= 27.37 KN / ml

Calcul des sollicitations

Pu l 2 27.37  3.4 2
En travée : M t    13.18 KN .m
24 24

Pu l 2 27.37  3.4 2
En appuis : M a     26.36 KN .m
12 12

Pu l 27.37  3.4
Vu =   46.53KN
2 2

76
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Le tableau suivant résume le ferraillage de la poutre palière sous la flexion ainsi la


contrainte de cisaillement.

Tableau 3.22 Ferraillage de la poutre palière.

Moment (KN.m) Acal (cm2) τu FS (MPA)


En travée 13.18 1.2 0,47<  u
En appui -26.36 2.36

 Calcul à la torsion
Le moment de torsion uniformément répartie Mt est engendré par les charges ramenées
par le palier et la volée, il est égal au moment aux extrémités (aux appuis).

Mt=Ma=12.98KN.m /m

M t  l 12.98  3.4
Mtmax=   22.06 KN.m
2 2

Ferraillage

Mt    S
Al 
2  fe  

  (b - e)(h - e)  0.075m 2

Avec : e = b/6=0.05m

4
 = b  2h  1.1m
3

22.06  1.1  1.15  10 3


 Al = =4.65 × 10 4 m2 =4.65 cm2
2  400  0.075

Mt 22.06  10 4
τt  =  2.94MPA <  u =3.33MPa
2    e 2  0.075  0.05

Pour le ferraillage longitudinal

As= Aflexion+ Atorsion

1
En travée : A=1.2+  4.65 = 3.53cm2 Soit 3HA14= 6.03cm2
2

77
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

1
En appui : A=2.36+  4.65=4.69cm2 Soit 6HA12 = 6.78cm2
2

 Vérification de La contrainte de cisaillement

τ= = = 2 .27MPA<  u =3.33MPa

Calcul des armatures transversales :

ATTOTAL= ATfs+ ATt

Soit St= 20cm

Tableau 3.23 : Armatures transversales de la poutre palière.

Flexion simple Torsion

Amin  0.4  b  St / f e  Amin  0.6cm 2 Amin  0.4  e  St / f e  Amin  0,1cm 2


At  b (τ-0, 3 ft28) / 0,8 fe  At  0 At = MT  St / (2   fst)=0.84 cm 2

ATTOTAL=1.44 cm 2 soit un cadre Φ8 et un épingle Φ8 At= 1.51 cm 2

Schéma de ferraillage

3HA12
6HA12

35cm Cadre+étrier  8 35cm Cadre+étrier  8

3HA14 3HA14

30cm 30cm

En travée En appuis

Figure 3.21: Schéma de ferraillage de la poutre palière.

78
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

3.1.5. Étude de la dalle d’ascenseur


La dalle de la cage d’ascenseur doit être épaisse pour qu’elle puisse supporter les charges
importantes (machine + ascenseur) qui sont appliquées sur elle.

On a l x  1.5m et l y  1.5m donc une surface S  2.25m 2 .

l 150
e   7.5cm Soit e  20cm.
20 20

 Caractéristiques de l’ascenseur

L : Longueur de l’ascenseur=140cm.

l : Largeur de l’ascenseur=110cm.
H : Hauteur de l’ascenseur=220cm.

Fc : Charge due à la cuvette  145KN .

Pm : Charge due à l’ascenseur  15KN .

D m : Charge due à la salle des machines  51KN .

La charge nominale est de 630kg.

La vitesse V  1m / s.

Évaluation des charges et surcharges

 Poids propre de la dalle et de revêtement


1.5m
G1 = 25×0.2+22×0.05 = 6.1KN/m2

 Poids de la cuvette 1.5m

Fc 145
G2    64.44 KN / m 2 .
S 2.5
Figure 3.22 : Schéma de la Cage d’ascenseur.
 Poids total

Gt = G1+G2 = 6.1+64.44 = 70.54KN/m2

Q = 1KN/m2

79
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

1er Cas : charge uniformément répartie

Calcul des sollicitations :

A l’ELU :

qu  1.35  Gtotale  1.5  Q  96.73KN / m 2 .

lx
  1  0.4  La dalle travaille dans les deux sens.
ly

 x  0.0368
 1 
 y  1

Sens x-x’ : M 0x   x  qu  l x2  M 0x  8.01KNm

Sens y-y’ : M 0   y  M 0  M 0  8.01KNm


y x y

Calcul des moments réels :

En travée : M ty  M tx  0.75  M 0x  6.01KNm

En appui : M ax  M ay  0.5  M 0x  3.01KNm

A l’ELS

qs  Gtotale  Q  71.54KN / m 2 .

 x  0.0441
 1 
 y  1

En travée : M ty  M tx  5.33KNm

En appui : M ax  3.55KNm

Ferraillage

On fera le calcul de la dalle pour une bande de 1m de longueur et de 20cm d’épaisseur à


la flexion simple avec d x = 18cm et d y  17cm .

Le tableau suivant résume le ferraillage de la dalle en travée et en appuis.

80
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Tableau 3.24 : Ferraillage de la dalle d’ascenseur sous un chargement uniformément repartis.

Mt(KN.m) Ma(KN.m) Atcal At min  


Atadopté cm 2 Aacal (cm2)  
Aaadopté cm 2
(cm2) (cm2)
6.01 3.01 1.03 1.6 4T10=3.14 0.51 4T10=3.14

Calcul des espacements

S t  min(3e;33cm)  S t  33cm on opte pour St=25cm

Vérification de l’effort tranchant

P  Lx
4
ly
V  u
x
 4 4
lx  l y
u
2
96.73  1.5 1.5 4
Vux   4  36.27 KN
2 1.5  1.5 4
V 36.27  10 3
u  u   0.302 MPa
bd 1  0.12

0.07
  f c 28  1.25MPa
b

 u  0.302MPa ≤1.16MPA …………………………………Condition vérifiée.

Vérification à l’ELS

 Vérification des contraintes dans le béton

On vérifie :  bc   bc

M ser
 bc  y  bc  0,6 * f c 28 = 15 MPa.
I

 bc  1.89MPa   bc ( 15MPa)..............................................vérifiée.

 Vérification de la flèche

h M xt
1.   0.13> 0.033...............Vérifié.
l X 20 M 0 X
As 2
2.   0.0017 < 0.005..................... Condition vérifiée.
bd fe
Donc la vérification de la flèche n’est pas nécessaire.

81
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

2eme Cas : charge centrée

La charge concentrée q est appliquée à la surface de la dalle sur une aire a0  b0 , elle agit
uniformément sur une aire u  v située sur le plan moyen de la dalle.

a0  b0 : Surface sur laquelle elle s’applique la charge donnée en fonction de la vitesse.

u  v : Surface d’impacte.
g

b0

h1 lx u a0
h0/2
45 450 h0/2 v
0
ly

Figure 3.23 : Schéma représentant la surface d’impacte.

u  a 0  h 0  2    h 1 .

v  b 0  h 0  2    h 1 .

b0  a0  80cm

On a un revêtement en béton d’épaisseur h1  5cm    1.

u  80  20  2  1  5  110cm.
Donc 
v  80  20  2  1  5  110cm.

Calcul des sollicitations

M x  Pu  (M1    M 2 ).   0  ELU
 Avec  : Coefficient de poisson 
M y  Pu  (M 2    M1 ).   0.2  ELS

u u
M 1 En fonction de et   0.73 et   1
lx lx

v v
M 2 En fonction de et   0.73 et   1
ly ly

82
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

En se réfère à l’annexe2 on trouve M 1  M 2  0.064

 Évaluation des moments M x1 et M y1 du système de levage à l’ELU :


M x1  Pu  M1

M y1  Pu  M 2

On a : g  D m  Pm  Ppersonnes  51  15  6.3  72.3KN

Pu  1.35  g  1.35  72.3  97.60KN

M x1  6.24 KNm

M y1  6.24 KNm

 Évaluation des moments dus au poids propre de la dalle à l’ELU :


q u  1.35  6.1  1.5  1  9.73KN

M x 2   x  qu  l x2 ⇒ M x 2  0.96KNm

M y 2   y  M x 2 ⇒ M y 2  0.96KNm

Superposition des moments

Les moments agissants sur la dalle sont :

M x  M x1  M x 2  7.2 KNm

M y  M y1  M y 2  7.2 KNm

Pour tenir compte de la continuité il ya lieu de corriger ces moments :

M xt = M yt =0.75* M y =0.75 * 7.2 =5.4KN.m

M ax  M ay  0.5 * M x = 0.5 * 7.2 = 3.6KN.m

Ferraillage

La section considérée est une section de (1m×0.20m) sollicité à la flexion simple.

b = 100cm, h = 20cm , dx = 18cm , dy = 17cm , =14,2 Mpa.

83
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Les résultats sont mis dans le tableau suivant :

Figure 3.24 : Ferraillage de l’ascenseur sous une charge centrée.

Mt(KN.m) Ma(KN.m) Atcal At min  


Atadopté cm 2 Aacal (cm2)  
Aaadopté cm 2
(cm2) (cm2)
5.4 3.6 0.92 1.6 4T10=3.14 0.61 4T10=3.14

Vérification au poinçonnement

f c 28
Pu ≤0.045  U c  h  [1](Article A5.2.4.2)
b

Uc : périmètre du rectangle d’impact

Uc = 2 (U + V) = 2 (110+110) =440 cm

25
Pu ≤0.045  4.4  0.2   660 KN
1.5

Or : Pu =97.6 KN < 660KN …………………………...Vérifiée.

Vérification de l’effort tranchant

Vmax
u    u  0.05  f c28  1.25MPa
bd

Qu
Vu   40.66 KN
3  a0

 u  0.225MPa   u  1.25MPa

Vérification à l’ELS

 Les moments engendrés par le système de levage :


q ser = g = 72.3KN.

M x1  q ser  ( M 1    M 2 )  5.55KNm.

M y1  q ser  ( M 2    M 1 )  5.55KNm.

84
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

 Les moments dus au poids propre de la dalle :


q ser = 6.1 + 1 = 7.1KN

M x 2   x  q ser  l x2 ⇒ M x 2  0.7 KNm

M y 2   y  M x 2 ⇒ M y 2  0.7 KNm

Superposition des moments

Les moments agissants sur la dalle sont :

M x  M x1  M x 2  6.25KNm

M y  M y1  M y 2  6.25KNm

Pour tenir compte de la continuité il ya lieu de corriger ces moments :

M xt = M yt =0.75* M y =0.75 * 6.25 =4.66KN.m

M ax  M ay  0.5 * M x = 0.5 * 7.2 = 3.13KN.m

 Vérification des contraintes dans le béton

On vérifie :  bc   bc

 bc  1.89MPa   bc ( 15MPa)..............................................vérifiée.

 Vérification de la flèche

h M xt
1.   0.13> 0.037...............Condition vérifiée.
l X 20 M 0 X
As 2
2.   0.0017 < 0.005..................... Condition vérifiée.
bd fe
Donc la vérification de la flèche n’est pas nécessaire.

85
Chapitre 3 Calcul des éléments secondaires

Schéma de ferraillage

ly/10

4HA10

x
4HA10
Vue en plan lx/10

20cm

4HA10/ml 4HA10/ml
4HA10/ml

Coupe transversale

Figure 3.25 : Schéma de ferraillage de la dalle d’ascenseur.

86
Chapitre 4
Étude sismique et calcul des éléments structuraux

4.1. Étude sismique


Toute structure implantée en zone sismique est susceptible de subir durant sa durée de
vie une excitation dynamique de nature sismique. De ce fait la détermination de la
réponse sismique de la structure est incontournable lors de l’analyse et de la conception
parasismique de cette dernière. Ainsi le calcul d’un bâtiment vis à vis du séisme vise à
évaluer les charges susceptibles d’être engendrées dans le système structural lors du
séisme. Dans le cadre de notre projet, la détermination de ces efforts sera conduite par le
logiciel SAP2000.

4.1.1. Choix de la méthode de calcul


En Algérie, la conception parasismique des structures est régie par un règlement en
vigueur à savoir le « RPA99 version 2003 ». Ce dernier propose trois méthodes de calcul
dont les conditions d’application différent et cela selon le type de structure à étudier, ces
méthodes sont les suivantes :

1- La méthode statique équivalente.


2- La méthode d’analyse modale spectrale.
3- La méthode d’analyse dynamique par accélérogramme.

Pour notre structure, les conditions d’application de la méthode statique équivalente ne


sont pas satisfaites (forme irrégulière, zone IIa, groupe d’usage B2 et hauteur>23m).
A cet effet, nous utiliserons la méthode d’analyse modale spectrale, qui elle reste
applicable et dont l’utilisation est possible et simplifier avec le logiciel SAP2000.

87
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Par la méthode dynamique spectrale, il est recherché, pour chaque mode de vibration le
maximum des effets engendrés dans la structure par les forces sismiques représentées
par un spectre de réponse de calcul suivant :

  T Q 
1.25  A  1   2.5  1  0  T  T1
  T1  R 
 Q
2.5   1.25 A   T1  T  T2
Sa  R
RPA99 (Formule 4.13)
 2/3
g   Q   T2 
 2.5    1. 25 A        T2  T  3.0 s
R  T 

  T2 
2/3
3
5/3
Q
2.5   1.25 A         T  3.0 s
 3 T  R

A : Coefficient d’accélération de zone.

η : Facteur de correction d’amortissement.

R : Coefficient de comportement de la structure.

T : Période propre.

T1, T2 : Périodes caractéristiques accoisées à la catégorie du site.

Q : Facteur de qualité.

Sa/g

T(s)

Figure 4.1 : Spectre de réponse.

88
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

4.1.2. Modélisation
L’étude de la structure est basée sur les résultats d’une modélisation en trois
dimensions. Le modèle adopté comporte dix niveaux, avec un encastrement à la base.
Après une simple introduction de certaines caractéristiques et données liées à la
structure (géométrie, matériaux et chargement), on procède à la disposition des voiles de
telle sorte à avoir un bon comportement de la structure, tout en vérifiant les différentes
exigences du RPA99 Version 2003.

Figure 4.2: Vue en 3D de la structure.

89
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

4.1.3. Interprétation des résultats de l’étude dynamique donnés parSAP2000


 Disposition des voiles

Plusieurs dispositions ont été testées afin d’aboutir à un meilleur comportement de la


construction en satisfaisant à la fois les contraintes architecturales et l’interaction
(voiles – portiques)

On a opté ainsi à la disposition pour la suivante.

Vx6

Vy2 Vx5
Vx4 Vy3

Vx3

Vx2

Vy1

Vx1

Figure 4.3 : Disposition des voiles.

a) Modes de vibrations et taux de participation des masses

D’après l’article 4.3.4, les modes de vibration à retenir dans chacune des deux
directions d’excitations doit être tel que la somme de masses modales effectives pour
les modes retenus, soit égale à 90% au moins de la masse totale de la structure.

Les résultats obtenus pour les 12 modes de vibration sont illustrés dans le tableau
4.1 ci-après.

90
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Tableau 4.1 : Taux de participation des masses.

Masse modale Cumulé de la masse


modale
Mode Période(s) Ux Uy Ux Uy
1 1.017465 0.00211 0.72762 0.00211 0.72762
2 0.914616 0.76611 0.00171 0.76822 0.72933
3 0.848571 0.00162 0.00402 0.76984 0.73335
4 0.298059 0.00208 0.14911 0.77191 0.88247
5 0.286034 0.12144 0.00288 0.89336 0.88535
6 0.244202 0.00025 0.00047 0.89361 0.88582
7 0.148377 0.01908 0.02964 0.91269 0.91546
8 0.146317 0.02619 0.02198 0.93889 0.93744
9 0.118958 0.0004 0.00002557 0.93929 0.93746
10 0.1002 0.00007041 0.00991 0.93936 0.94737
11 0.091288 0.02186 0.000007983 0.96122 0.94738
12 0.087086 0.00007685 0.00135 0.96129 0.94873

A travers le tableau 4.1, on voit que la condition du RPA (Art 4.3.4) sur le nombre
minimum de modes à retenir est satisfaite à partir du 7ème mode et cela pour les deux
directions principales x et y. Toutefois, pour la suite de l’analyse sismique et dans le
souci d’une meilleure approximation, on ne va pas s’abstenir à l’utilisation des 7 modes.
Nous allons considérer les 12 modes qui correspondent à des taux de participation des
masses de 95% selon X et 94% selon Y.

En outre, les résultats montrent que la participation modale du premier mode suivant la
direction y-y’ est prépondérante (72%), ce qui donne un mode de translation selon cette
direction. La même chose peut être constatée pour le deuxième mode suivant la direction
x-x’ (76%), et le troisième mode est une rotation autour de z-z’.

91
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Figure 4.4 : 1er mode de vibration.

Figure 4.5 : 2eme mode de vibration.

92
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Figure 4.6 : 3eme mode de vibration.

b) Résultante des forces sismiques de calcul

L’une des 1ères vérifications préconisées par le « RPA99 / 2003 » est relative à la
résultante des forces sismiques.

En effet la résultante des forces sismiques à la base « Vt » obtenue par combinaison des
valeurs modales ne doit pas être inférieur à 80% de la résultante des forces sismiques
déterminée par la méthode statique équivalente «V» pour une valeur de la période
fondamentale donnée par la formule empirique appropriée.

Si Vt<0,8V, il faudra augmenter tous les paramètres de la réponse (forces, déplacements,


0,8V
moments,…..) dans le rapport r  .
Vt

93
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

 Calcul de l’effort sismique par la méthode statique équivalente

D’après l’article 4.2.3, la force sismique totale V, appliquée à la structure, doit être
calculée successivement dans les deux directions horizontales orthogonales selon la
formule suivante :

ADQ
V W
R

A : Coefficient d’accélération de la zone, donné par le tableau 4.3 du RPA.

Pour notre structure on a :

-Groupe d’usage : groupe 2

-Zone sismique : zone IIa  A = 0.15

R : Coefficient de comportement global de la structure, il est fonction du système de


contreventement. [4](Tableau4.3)

Dans le cas de notre projet, on adopte un système mixte portiques voiles avec
interaction, donc : R = 5

Q : Facteur de qualité de la structure déterminée par la formule suivante :

6
Q=1+  Pq [4](Formule 4.4)
1
Pq est la pénalité à retenir selon que le critère de qualité q . [4] (Tableau 4.4)

Dans notre cas : Q = 1.15

W : Poids total de la structure.

n
W= Wi avec Wi  WGi    WQi [4] (Formule 4.5)
i 1
W : Poids dû aux charges permanentes et à celles des équipements fixes éventuels,
Gi
solidaires de la structure.

WQi : Charges d’exploitation.

 : Coefficient de pondération, il est fonction de la nature et de la durée de la charge


d’exploitation. [4](Tableau 4.5)

Dans notre cas  = 0.2  usage d’habitation.

94
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Après calcul nous obtenons :

W =40856.83 KN

D : Facteur d’amplification dynamique moyen, il est fonction de la période fondamentale


de la structure (T), de la nature du sol et du facteur de correction d’amortissement (  ).


2.5 0  T  T2


2/3
D = 2.5  T  T2  T  3 s [4] (Formule 4.2)
2

  T

 
2/3
  T2  3 5/3
T3 s
 2.5  3
   T

-T2 : Période caractéristique, associée à la catégorie du site et donnée par


le tableau 4.7 ; notre site correspond à un site meuble S3, donc on aura : T2 =0.5s

Le facteur de correction d’amortissement  est donné par :


 7 /(2)  0.7
Où  % est le pourcentage d’amortissement critique fonction du matériau constitutif,
du type de structure et de l’importance des remplissages.
ξ=10% (tableau 4.2 )  η = 0.763> 0.7

-T : période fondamentale de la structure donnée par :

T= CT × (hN) 3/4 [4] (Article .4.6 et 4.7)

T=0.09×

hN : Hauteur totale du bâtiment hN  34.12m

C T : coefficient fonction du système de contreventement et du type de remplissage.

C T =0.05 [4] (Tableau 4-6)

T = 0.050  34.123 / 4  T  0.706s


D’ : Dimension du bâtiment à sa base dans la direction de calcul considérée.

Selon x-x : L’x = 24.03m  Tx = 0.626s

Selon y-y : L’y =14.35m  Ty = 0.81s

95
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Donc la période fondamentale est :

Tx  min (Tx ; T )  Tx  0.626s


Ty  min (T y ; T )  Ty  0.706s

2/3
T 
Ce qui donne : T2  Tx, Ty   3s  D  2.5  2 
T 

Dx=2.5(0.763)(0.5/0.626)2/3  Dx=1.64

Dy=2.5(0.763)(0.5/0.706)2/3  Dy=1.51

Donc la force sismique à la base de la structure dans les deux directions est :

0.15  1.64  1.15


Vst x   40856.83  Vst x  2311.68KN
5
0.15  1.51  1.15
Vst y   40856.83  Vst x  2128.43KN
5
La vérification de la résultante sismique en se référant à l’article 4-3-6 du RPA99/2003
est résumée dans le tableau suivant :

Tableau 4.2 : Vérification de la résultante sismique.

Sens Vdy (KN) Vst (KN) 0.8  Vst Observation


x-x 1901.36 2311.68 1849.34 Vérifiée
y-y 1730.66 2128.43 1702.74 Vérifiée

c) Justification de l’interaction voiles portiques

Notre structure est classée en système de contreventement mixte, d’après RPA99


(Art4.a), les voiles de contreventement doivent reprendre au plus 20% des sollicitations
dues aux charges verticales et les portiques au moins 25% de l’effort tranchant d'étage.
Les résultats de l’interaction sous charges verticales et horizontales pour les différents
niveaux sont représentés dans les tableaux suivants.

96
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Tableau 4.3 : Justification de l’interaction sous charges verticales.

Charge reprise (KN) Pourcentage repris(%) Observation


Niveaux Portiques Voiles Portiques Voiles Vérifiée
RDC 39824.973 8150.463 83.011 16.988 Vérifiée
Sous pente 36741.107 6836.016 84.312 15.687 Vérifiée
1er étage 32637.722 5998.488 84.474 15.525 Vérifiée
2éme étage 28107.056 5509.092 83.611 16.3881 Vérifiée
3éme étage 23872.739 4869.917 83.056 16.9431 Vérifiée
4éme étage 19585.222 4204.58 82.326 17.673 Vérifiée
5éme étage 15590.689 3539.057 81.499 18.5 Vérifiée
6éme étage 11606.651 2783.657 80.656 19.343 Vérifiée
7éme étage 7896.711 1877.647 80.790 19.209 Vérifiée
8éme étage 4371.712 1076.314 80.240 20.508 Vérifiée
Terrasse 262.682 164.26 61.526 38.473 Non vérifiée

Tableau 4.4 : Justification de l’interaction sous charges horizontales.

Sens x_x Sens y_y Obs


Niveaux Portique(KN)) Voiles(KN P (%) V(%) Portiques(KN) Voiles(KN P (%) V(%) Vérifiée
RDC s
756.703 )
1083.257 41.12 58.873 N
569.058 )
1096.374 34.16 65.83 e
Vérifiée
Sous 894.65 925.229 6
49.15 50.840 625.309 971.759 8
39.15 1
60.84 Vérifiée
pente
1er 1058.41 672.615 9
61.14 38.856 750.185 729.669 3
50.69 6
49.30 Vérifiée
étage
2éme 970.268 645.09 3
60.06 39.934 708.374 650.972 3
52.11 6
47.88 Vérifiée
étage
3éme 985.062 490.805 5
66.74 33.255 742.214 492.064 1
60.13 8
39.86 Vérifiée
étage
4éme 822.31 489.723 4
62.67 37.325 644.977 426.913 3
60.17 6
39.82 Vérifiée
étage
5éme 797.029 338.773 4
70.17 29.826 655.95 295.578 1
68.93 8
31.06 Vérifiée
étage
6éme 599.157 326.652 3
64.71 35.282 520.21 271.682 6
65.69 3
34.30 Vérifiée
étage
7éme 541.455 156.912 7
77.53 22.468 484.4 164.336 2
74.66 7
25.33 Vérifiée
étage
8éme 380.158 87.379 1
81.31 18.689 438.787 164.602 8
72.72 1
27.27 Vérifiée
étage
Terrasse 78.98 43.858 0
64.29 35.703 50.205 4.725 0
91.39 9
8.601 Vérifiée
6 9 8

Remarque : On n’a pas pu vérifier simultanément toutes les vérifications du RPA avec
les multiples dispositions étudies, alors on a décidé d’adopter cette disposition d’autant
plus que l’interaction vertical n’est pas vérifiée que au niveau de la terrasse.

97
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

d) Vérification de l’effort normal réduit

L’effort normal réduit doit être vérifié pour éviter l’écrasement du béton et cela sous
les sollicitations d’ensembles dues au séisme.

La formule utilisée est la suivante : [4](Article 7.4.3.1)

Nd : Effort normal de calcul.

Bc : L’aire brute du poteau.

Tableau 4.5 : Vérification de l’effort réduit.

Etages Section (cm2) Nd (KN)  Observation


RDC, SP et 1er étage 65×60 2670.415 0.274 vérifiée
2eme et 3eme étage 60×55 1608.23 0.195 vérifiée
4eme et 5eme étage 55×50 1141.99 0.166 vérifiée
6eme,7eme étage 50×45 690.68 0.122 vérifiée
8emeétage+ terrasse 45×40 251.49 0.0055 vérifiée

e) Vérification des déplacements

Le déplacement horizontal à chaque niveau K de la structure est calculé par :

 k  R   ek [4] (Article 4.4.3)

 ek : Déplacement dû aux forces Fi (y compris l’effet de torsion).

R : Coefficient de comportement.(R=5)

Le déplacement relatif au niveau K par rapport au niveau K-1 est égal à :  k   k   k 1

Avec :  k  1%  he [4] (Article 5.10)

he : t la hauteur de l’étage.

98
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Les résultats obtenus sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 4.6 : Vérification des déplacements.

Sens x_x Sens y_y


 ek k  k 1 k hk K  ek k  k 1 k K
Niveaux hK
hK
(m) (m) (m) (m) (m) (m) (m) (m) (m)
RDC 0.0012 0.006 0 0.006 4.08 0.0015 0.0011 0.0055 0 0.0055 0.0013
Soupente 0.0028 0.014 0.006 0.008 3.06 0.0026 0.0027 0.0135 0.0055 0.008 0.0026
1er étage 0.0047 0.0235 0.014 0.0095 3.06 0.0031 0.0046 0.023 0.0135 0.0095 0.0031
2éme étage 0.0067 0.0335 0.0235 0.01 3.06 0.0033 0.0068 0.034 0.023 0.011 0.0036
3éme étage 0.0086 0.043 0.0335 0.0095 3.06 0.0031 0.009 0.045 0.034 0.011 0.0036
4éme étage 0.0104 0.052 0.043 0.009 3.06 0.0029 0.0112 0.056 0.045 0.011 0.0036
5éme étage 0.0121 0.0605 0.052 0.0085 3.06 0.0028 0.0134 0.067 0.056 0.011 0.0036
6éme étage 0.0136 0.068 0.0605 0.0075 3.06 0.0024 0.0155 0.0775 0.067 0.0105 0.0034
7éme étage 0.0148 0.074 0.068 0.006 3.06 0.0019 0.0174 0.087 0.0775 0.0095 0.0031
8éme étage 0.0158 0.079 0.074 0.005 3.06 0.0016 0.0192 0.096 0.087 0.009 0.0029
Terrasse 0.0165 0.0825 0.079 0.0035 2.5 0.0014 0.0201 0.1005 0.096 0.0045 0.0018

D’après les résultats ci-dessus nous constatons que les déplacements relatifs maximums
des niveaux sont inférieurs au centième de la hauteur d’étage.

 k max  1.1cm  0.01 he  3.06cm

f) Vérification vis-à-vis de l’effet P-

Les effets du 2eme ordre (ou effet P-∆) peut être négligés dans le cas des bâtiments si la
condition suivante est satisfaite à tous les niveaux :

PK   K
K   0,10 [4](Article 5.9)
VK  hK

PK : poids total de la structure et des charges exploitation associées au dessus du niveau


"k" avec : Pk=∑ (WGi+βWQi)

V K : Effort tranchant d'étage au niveau "k"

 K : Déplacement relatif du niveau k par rapport au niveau k-1

hK : Hauteur de l'étage k

Les résultats sont regroupés dans le tableau ci-dessous :

99
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Tableau 4.7: Vérification des effets P-.

Sens x-x Sens y-y


Niveau (cm) (KN)
 k (cm) Vk (KN) k  k (cm) Vk (KN) k
RDC 4.08 38841.116 0.006 1839.96 0.0310 0.0055 1665.432 0.0314
Sous pente 3.06 34421.316 0.008 1819.879 0.0494 0.008 1597.068 0.0563
1er étage 3.06 29935.235 0.0095 1731.025 0.0537 0.0095 1479.854 0.0628
2éme étage 3.06 25595.787 0.01 1615.358 0.0518 0.011 1359.346 0.0677
3éme étage 3.06 21184.204 0.0095 1475.867 0.0446 0.011 1234.278 0.0617
4éme étage 3.06 17051.006 0.009 1312.033 0.0382 0.011 1071.89 0.0572
5éme étage 3.06 12845.649 0.0085 1135.802 0.0314 0.011 951.528 0.0485
6éme étage 3.06 8763.645 0.0075 925.809 0.0232 0.0105 791.892 0.0379
7éme étage 3.06 4759.695 0.006 698.367 0.0134 0.0095 648.736 0.0228
8éme étage 3.06 405.372 0.005 467.537 0.0014 0.009 603.389 0.0019
Terrasse 2.5 0 0.0035 122.838 0 0.0045 54.93 0

On remarque que les valeurs de  k sont inferieures à 0.1 donc l’effet P- est négligeable.

4.2. Calcul des éléments structuraux


A ce stade nous allons présenter le dimensionnement retenu et le ferraillage des
éléments structuraux, les différentes sollicitations qui seront considérées ultérieurement
ont été obtenues lors de l’analyse sismique de la structure.

4.2.1. Les poteaux


Le ferraillage des poteaux est calculé en flexion composée en fonction de l’effort normal
(N) et le moment fléchissant (M) donnés par les combinaisons les plus défavorables
introduites dans le SAP2000 :

 1.35G+1.5Q
 G+Q+E
 G+Q-E
 0.8G+E
 0.8G-E

100
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Les armatures sont déterminées suivant les couples de sollicitations :

1. ( Nmax  M corr )

2. ( Nmin  M corr )

3. (Mmax  Ncorr )

Tableau 4.8 : Sollicitations dans les poteaux.

N max M cor M max N cor N min M cor V

Niveau N (KN) M M N (KN) N (KN) M (KN)


(KN.m) (KN.m) (KN.m)
RDC...1èmeétage 2670.42 -121.24 -131.92 1879.94 -950.89 10.44 112.72
2emeet3ème étages 1608.23 -21 .25 -122.97 497.29 -176.37 10.12 106.96

4
ème
et5eme étages 1141.99 20.72 105.72 441.45 6.77 6.85 93.34
6 et7eme étages
eme 690.67 -21.29 85.35 308.09 -36.67 5.81 74.55
8eme et terrasse 251.49 26.22 -107.53 27.27 -45.7 3.97 61.85

 Recommandations du RPA99/2003

Armatures longitudinales :

Les armatures longitudinales doivent être à haute adhérence droites et sans


crochets :

 Le pourcentage minimum est de  en zone ІІa.


 Le pourcentage maximum est de 4% en zone courante et de 6% en zone de
recouvrement.
 Le diamètre minimal est de 12mm.
 La longueur minimale de recouvrement est de 40 Ф (zone IIa)
 La distance entre les barres verticales sur une face du poteau ne doit pas
dépasser 25cm (zone IIa).
 Les jonctions par recouvrement doivent être faites si possible à l’extérieur des
zones nodales (zones critiques).
 La zone nodale est définie par h’ et l’ figure :

h’= Max(he/6,b1,h1 ,60cm) ; l’ = 2h

he : Hauteur d’étage.

b1, h1 : Dimensions de la section transversale du poteau.

101
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Les valeurs numériques des armatures longitudinales relatives aux prescriptions du


RPA99 Version 2003 sont illustrées dans le tableau ci-dessous:
Tableau 4.9 : Armatures longitudinales minimales et maximales dans les poteaux.

Niveau Section du Amin (cm2) Amax (cm2) zone Amax (cm2) zone
poteau (cm2) courante de recouvrement
RDC...1ème étage 65  60 31.2 117 234
2eme et 3 ème étage 60  55 26.4 99 198

4
ème
et 5eme étage 55  50 22 82.5 165
6 et 7eme étage
eme 50  45 18 67.5 135
8eme et terrasse 45  40 14.4 54 108

Armatures transversales

Les armatures transversales des poteaux sont calculées avec cette formule :

At   Vu
 [4](Article.7.4.2.2)
t h1  f e

Vu : Effort tranchant de calcul.

h1 : Hauteur total de la section brute.

fe : Contrainte limite élastique de l’acier d’armature transversale.

t : Espacement entre les armatures transversales telle que :

- t  min(10  l ,15cm) Dans la zone nodale.

- t  15  l Dans la zone courante.

 l : Diamètre minimum des armatures longitudinales du poteau.

 : Coefficient correcteur qui tient compte du mode fragile de rupture par effort
tranchant.

-  =2.5 si  g  5 .

-  =3.75 si  g  5 ; ( g élancement géométrique).

102
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

At
La quantité d’armatures transversales minimales en pourcentage est :
t  b1

- 0.3% si g  5

- 0.8% si g  3

- Interpoler entre les valeurs limites précédentes si 3   g  5 .

Les cadres et les étriers doivent être fermés par des crochets à ° ayant une longueur
droite au minimum de 10 .

l l 
g est l'élancement géométrique du poteau. :  g   ou 
f f

 1
b h 1 

Avec b1 et h1, dimensions de la section droite du poteau dans la direction de déformation


considérée, longueur de flambement du poteau.

4.2.1.1. Calcul du ferraillage


 Ferraillage longitudinale

Tableau 4.10 : Les Armatures longitudinales dans les poteaux.

Niveau Section Acal


D’étage (cm2) (cm2) (cm2) (cm2)
RDC …1erétages 65  60 23.33 31.2 12HA20= 37.68
2eme et 3emeétages 60  55 5.06 26.4 4T20+ 8T16 = 28.65
4eme et 5eme étages 55  50 0.44 22 12T16= 24.12
6eme et 7eme étages 50  45 0.93 18 12T16= 24.12
8eme et terrasse 45  40 6.03 14.4 8T16= 16.08

103
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

 Ferraillage transversale

Tableau 4.11 : Les Armatures transversales dans les poteaux.

Niveau d’étage RDC 6 et 7eme


SP et 2et 3eme 4 et 5eme 8emeet
1er terrasse
Section (cm2) 65  60 65  60 60  55 55  50 50  45 45  40
lmin (cm) 2 2 2 2 2 1.6

lf 285.6 214.2 214.2 214.2 214.2 214.2


(cm)
4.39 3.29 3.57 3.89 4.28 4.76
(KN) 90.19 112.72 106.96 93.35 74.56 61.85
en zone IIa 80 80 80 80 80 64
St zone nodale (cm) 10 10 10 10 10 10

St zone courante (cm) 15 15 15 15 15 15


3.75 3.75 3.75 3.75 3.75 3.75
At (cm2) 2.11 2.64 2.73 2.62 2.33 2.17

Atmin (cm2) 4.07 6.54 5.42 4.33 3.04 2.16

Nombre de barres 6T12 6T12 6T12 6T10 6T10 4T10


At adoptée (cm2) 6.76 6.76 6.76 4.74 4.74 3.16

 Vérifications

a) Vérification au flambement

Selon le CBA93 (art B.8.2.1), Les éléments soumis à la flexion composée, doivent être
justifiés vis-à-vis du flambement, l’effort normal ultime est définit comme étant l’effort
axial maximal que peut supporter un poteau sans subir des instabilités par flambement.

On doit vérifier que :

 B f f 
N u     r c 28  A s  e  ≥Nd [1](Article B.8.4.1)
 0.9   b s 

 : Coefficient en fonction de l’élancement .

Br : Section réduite du béton

As : Section d’acier prise en compte dans le calcul.

104
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

l f : longueur de flambement.

 0.85
 ...........................................si   50
2

1  0.2   

  35 
 2
0.6     .................................................si   50
  35 

Le poteau le plus élancé dans ce projet se situe au niveau du R.D.C (65*60), avec une
longueur de l0 =4.08m et un effort normal égal à : 2670.415 KN.

Lf=0.7*l0=2.856m (Longueur de flambement).

I
i = 0.173m (Rayon de giration).
B

lf
 =16.5<50⇒α=0.813
i

Br= (65-2)*(6-2)=3654cm2 (Section réduite).

 0.3654  25   4 400
N u  0.813   33.17  10  6.65MN .
 0.9  1.5  1.15

On a Nd = 2.670MN < Nu=6.81KN Condition vérifiée.

Le tableau suivant résume les résultats des calculs.


Tableau 4.12 : Vérification du flambement des poteaux.

Niveau Section l0 lf   As Br Nu Nd Obs


(cm2) (cm) (cm) (cm2) (cm2) (MN) (MN)
RDC … 1er 65  60 408 285.6 16.5 0.813 37.68 3654 6.81 2.670 Vérifiée
étages
2eme et 3eme 60  55 306 214.2 13.47 0.825 28.65 3074 5.69 1.608 Vérifiée
étages
4eme et 5eme 55  50 306 214.2 14.82 0.820 24.12 2544 4.7 1.141 Vérifiée
étages
6eme et 7me 50  45 306 214.2 16.46 0.446 24.12 2064 2.43 0.690 Vérifiée
étages
8emeétage 45  40 306 214.2 18.52 0.495 16.08 1634 2 .05 0.251 Vérifiée
+terrasse

105
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

b) Vérification des contraintes

Comme la fissuration est peu nuisible, donc la vérification se fait pour la contrainte de
compression dans le béton seulement, cette vérification sera faite pour le poteau le plus
sollicité à chaque niveau là où il y a réduction de section.

On doit vérifier que :bc1,2 ≤ bc

Nser MserG
bc1=  V béton fibre supérieure.
S Igg'
Nser MserG
bc2=  V' béton fibre inferieure.
S Igg'

S = b×h+15(A+A’) (section homogène)

h d’
MserG = Mser – Nser ( V ) A’
2 V
A.N
b  h2 d h
 15( A'd ' A  d )
2 V’
V
S A

b 3
Igg’= (V  V '3 )  15 A' (V  d ' ) 2  15 A(d  V ) 2
3 Figure 4.7 : section d’un poteau.
V’ = h – V

bc  0.6 fc 28  15MPa

106
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Les résultats de calculs sont récapitulés dans le tableau suivant :

Tableau 4.13 : Vérification des contraintes dans le béton des poteaux.

Niveau RDC, SP et 2er et 3ème 4eme et 5eme 6eme et 7eme 6eme étage
1er étage étages étages étages +terrasse

Section (cm2) 65  60 60  55 55  50 50  45 45  40
d (cm) 60 55 50 45 40
S (m2) 0.405 0.345 0.289 0.239 0.189
A(cm2) 12.56 10.3 8.04 8.04 6.03
A’(cm2) 12.56 0 0 0 0
V (cm) 33.58 31.16 28.85 25.81 23.34
V’ (cm) 31.2 28.84 26.61 24.19 21.66
Igg’ (m4) 0.0147 0.0106 0.00722 0.00512 0.0033
Nser(KN) 1727.59 1172.83 832.75 503.68 184.58
Mser(KN.m) -11.38 -15.44 15 -15.45 19.02
MserG(KN.m) 30.04 29.04 6.1 21.44 20.57
bc 1 (MPa) 4.95 4.25 3.12 3.18 2.43
bc 2 (MPa) 3.62 2.61 2.66 1.09 0.35
bc (MPa) 15 15 15 15 15
Observation Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée

c) Vérification aux sollicitations tangentes


D’après le RPA99 version 2003 (Art 7.4.3.2), la contrainte de cisaillement
conventionnelle de calcul dans le béton bu sous combinaison sismique doit être inférieure
ou égale à la valeur limite suivante :
Vu
bu= , bu = d × fc28
bd

Avec : d = 0.075 si g ≥ 5
0.04 si  g ≤ 5

107
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Les résultats de calcul sont représentés dans le tableau suivant :

Tableau 4.14 : Vérification des sollicitations tangentes dans les poteaux.

Niveau Section g d d Vu bu bu Obs.


(cm2) (cm) (KN) (MPa) (MN)
RDC, SP et 1er 65  60 3.29 0.04 60 112.73 0.39 1 Vérifiée
étage
2er et 3ème 60  55 0.04 55 160.96 0.53 1 Vérifiée
3.57
étages
4eme et 5eme 55  50 0.04 50 93.36 0.37 1 Vérifiée
3.89
étages
6 et 7eme
eme
50  45 0.04 45 74.55 0.36 1 Vérifiée
4.28
étages
8 étage
eme
45  40 0.04 40 61.85 0.38 1 Vérifiée
4.76
+terrasse

+terrasse
 Dispositions constructives

Longueur des crochets :


L= 10  t  10  1.2  12cm

Longueur de recouvrement :
Lr  40   :
  20mm  Lr  40  2  80cm.
On adopte : Lr  100cm.
  16mm  Lr  40  1.6  64
On adopte : Lr  70cm.

Détermination de la zone nodale

La détermination de la zone nodale est nécessaire car c’est à ce niveau qu’on disposera
les armatures transversales de façon à avoir des espacements réduits. Cet endroit est
très exposé au risque du cisaillement.

Les jonctions par recouvrement doivent être faites, si possible à l’extérieur de ces zones
nodales sensibles (selon le RPA).

La longueur à prendre en compte pour chaque barre est donnée dans la figure suivante :

he
h  max( ; h1; b1;60cm)
6
L  2h

108
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

he : Hauteur de chaque niveau.

 RDC , SP,1er étage :


L   2  40  80cm
h   max( 68;65;60;60cm )  68cm. h’

 2 eme ,3 eme étage :


L   80cm
h   60cm.
 4 eme ,5 éme étage :
L   80cm
h   60cm.
L’
 6 eme ,7 éme étage :
L   80cm
h   60cm. h’
8 eme
, terrasse : Réduction des sections
L'  80cm des poteaux

h'  60cm.

Schéma de ferraillage

2HA20+2HA16 4HA20

3 cadres  12 3 cadres  12

60cm 2HA16 65cm 2HA20

55cm 60cm

Figure 4.9 : Schéma de ferraillage des Figure 4.8 : Schéma de ferraillage des
poteaux 2emeet 3emeétages. poteaux RDC, SP et 1er étages.

109
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux
4HA16 4HA16

3 cadres  10 3 cadres  10

50cm 2HA16 55cm 2HA16

45cm 50cm

Figure 4.11 : Schéma de ferraillage des poteaux Figure 4.10 : Schéma de ferraillage des poteaux
6eme et7eme étages. 4eme et 5eme étages.

3HA16

2 cadres  10

45cm
1HA16

40cm

Figure 4.12 Schéma de ferraillage des


poteaux 8eme étage et terrasse.

110
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

4.3. Les poutres


Les poutres sont soumises aux efforts suivants :

-Moment fléchissant ;

-Effort tranchant ;

-Effort normal.

Et vu que l’influence de l’effort normal sur les poutres est souvent insignifiante devant
celle du moment fléchissant ou de l’effort tranchant, l’effort normal est négligé; Donc le
ferraillage se fera en flexion simple.

Comme la fissuration est jugée peu nuisible, le ferraillage se fera à l’ELU sous les deux
situations suivantes :

-Situation durable selon CBA (1.35G+1.5Q)

-Situation accidentelle selon le RPA99/2003 (G+Q ± E ; 0.8G ± E)

4.3.1. Calcul du ferraillage


Les résultats de calcul du ferraillage longitudinal sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 4.15 : Ferraillage des poutres.

M Acal Amin
Niveau Type Section localisation Nbre de barres combinaison V (KN)
(KNm) (cm2) (cm2)

pp 30*40 Travée 127.184 9.164 6 6HA14=9.24 ELA 296.962


Service Appuis -131.958 11.38 6HA16=12.06 ELU
PS 30*35 Travée 119.670 8.57 5.25 6HA14=9.24 ELA 184.394
Appuis -106.333 7.53 6HA14=9.24 ELA
Étage PP 30*40 Travée 127.588 9.16 6 6HA14=9.24 ELA 260.238
Appuis -125.092 8.99 6HA14=9.24 ELA
Courant PS 30*35 Travée 101.713 7.18 5.25 3HA14+3HA12=8.01 ELA 169.103
Appuis -89.922 6.29 6HA14=9.24 ELA
PP 30*40 Travée 77.705 6.30 6 3HA16+3HA12=9.42 ELU 133.633
Terrasse Appuis -125.225 10.71 3HA20+3HA12=12.81 ELU
PS 30*35 Travée 37.452 2.52 5.25 6HA12=6.78 ELA 44.681
Appuis -40.898 2.76 6HA12=6.78 ELA

111
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Armatures transversales
 h b
  min   l ; ; 
 35 10 

 40 30 
 Poutres principales   min 1.2; ;   min(1.2;1.14; 3)
 35 10 
Donc on prend t  10mm  At  4HA10  3.14cm² (Un cadre et un étrier)

 35 30 
 Poutres secondaires   min 1.2; ;   min(1.2; 1.0; 3)
 35 10 
Donc on prend t  10mm  At  4HA10  3.14cm² (Un cadre et un étrier).

Calcul des espacements des armatures transversales


Selon le RPA99 /2003 :

h
- Zone nodale : S t  Min ( ,12 ) ,
4
Poutres principales : S t  min(10cm;12cm) Soit

Poutres secondaires :St  min(8.75cm;12cm) Soit :

h
- Zone courante : St 
2
40
Poutres principales : St   St  20cm Soit
2

35
Poutres secondaires : St   St  17.5cm Soit
2

Atmin  0.003  St  b  0.003  15  30  1.35cm 2

At  3.14cm 2  Atmin  1.35cm 2 Condition vérifiée.

Les longueurs de recouvrement


La longueur minimale des recouvrements est :

  20mm : 40   Soit :

  16mm : 40   Soit :

  14mm : 40   Soit :

112
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

  12mm : 40   Soit :

Vérifications

a-Vérification du pourcentage des armatures selon le RPA 99


 Poutres principales :
En zone courante : Amax  4%b  h  0.04  30  40  48cm 2  A vérifiée.

En zone de recouvrement : Amax  6%b  h  0.06  30  40  72cm 2  A vérifiée.

 Poutres secondaires :
En zone courante: Amax  4%b  h  0.04  30  35  42cm 2  A vérifiée.

En zone de recouvrement: Amax  6%b  h  0.06  30  35  63cm 2  A vérifiée.

b-Vérification des contraintes tangentielles

La vérification à faire vis-à-vis de la contrainte tangentielle maximale est celle relative à


la fissuration peu nuisible suivante :

v 0.2
 Tel que :   min(  f c 28 ;5MPa )
bd b

Tableau 4.16.Vérification des contraintes tangentielles.

Poutres Vu (MN) τu (MPa)  (MPa) Observation


Principales 0.296 2.596 3.33 Vérifiée
Secondaires 0.184 1.858 3.33 Vérifiée

c-Vérification des armatures longitudinales à l’effort tranchant


 Poutres principales
Appui intermédiaire

1.15 Ma
Al   [Vu  ]
fe 0.9  d

1.15 131.958
Al   [184.394  ]  10 3  Al  5.792cm 2
400 0.9  0.38

Appuis de rive

1.15  Vu 1.15  184.394  10 3


Al   Al   5.30cm 2 Condition vérifiée.
fe 400

113
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

 Poutres secondaires
Appui intermédiaire

1.15 Ma
Al   [Vu  ]
fe 0.9  d

1.15 106.333
Al   [296.962  ]  10 3  Al  1.755cm 2 Condition vérifiée.
400 0.9  0.33

Appuis de rive

1.15  Vu 1.15  296.962  10 3


Al   Al   8.54cm 2 Condition vérifiée.
fe 400

d-Vérification à l’ELS
1) L’État limite d’ouvertures des fissures
Aucune vérification à faire car la fissuration est peu préjudiciable.

2) État limite de compression du béton


La fissuration est peu nuisible donc il faut juste vérifier que la contrainte de
compression du béton est inférieure ou égale à la contrainte admissible du béton.

M ser  y
 bc    b  0.6  f c 28  15 MPa
I

b y2
Calcul de y :  15( As  As' )  y  15  (d  As  d ' As' )  0
2

b0  y 3
Calcul de I : I   15   As  (d  y) 2  As'  ( y  d ') 2 
3

Les résultats de calcul sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 4.17 : Vérification de la contrainte limite de béton.

I Y  bc  bc
Poutres Localisation
(KN.m) (cm4) (cm) (MPa) (MPa)
Poutres principales Appuis 70.6861 49850 9.78 13.86 15
Travées 56.4721 49850 9.78 11.08 15

Poutres secondaires Appuis 25.582 24398 7.29 7.65 15


Travées 19.787 36580 9.02 4.88 15

114
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

3) État limite de déformation (évaluation de la flèche)

D’après le CBA93 et BAEL91, la vérification à la flèche est inutile si les


conditions suivantes sont satisfaites :

h 1
  ...................(1)
 L 16
h Mt
  ..........(2)
 L 10  M 0
 A 4.2
  ...........(3)
 b0  d fe

 Poutres principales
h 40 1
  0.0677   0.0625 Condition vérifiée.
L 600 16

h Mt 56.4721
 0.085    0.034 Condition vérifiée.
L 10  M 0 10  165.0015

A 9.42  10 4 4.2
  0.008   0.06 Condition vérifiée.
b  d 0.3  0.38 fe

Donc, la vérification de la flèche n’est pas nécessaire.

 Poutres secondaires
h 35 1
  0.1029   0.0625 Condition vérifiée.
L 340 16

h Mt 19.787
 0.085    0.040 Condition vérifiée.
L 10  M 0 10  49.152

A 9.42  10 4 4.2 4.2


  0.0095    0.06 Condition vérifiée.
b  d 0.3  0.33 f e 400

115
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

. Dispositions constrictives des armatures dans les poutres

Zone nodale Zone courante

Figure 4.13 : Dispositions constructive des armatures des poutres.

Tableau 4.18: Section de ferraillage des poutres d'étage service.

En appuis En travée

6HA16 3HA16

Cadre+étrier  10

40cm Cadre+étrier  10 40cm

PP
3HA14 6HA14
30cm 30cm

3HA14 3HA14

Cadre+étrier  10
3HA14

35cm 35cm
Cadre+étrier  10

PS

3HA14 6HA14

30cm 30cm

116
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Tableau 4.19: Section de ferraillage des poutres d'étage courant.

En appuis En travée

3HA14
6HA14

Cadre+étrier  10

40cm
40cm Cadre+étrier  8

PP
3HA14 6HA14

30cm 30cm

6HA14 3HA16

Cadre+étrier  10

35cm Cadre+étrier  10 35cm


3HA12

PS
3HA14 3HA14

30cm 30cm

117
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Tableau 4.20 : Section de ferraillage des poutres de terrasse.

En appuis En travée

3HA20+3HA14 3HA14

Cadre+étrier  10

40cm Cadre+étrier  10 40cm

PP
3HA14 6HA14
30cm 30cm

6HA12 3HA12

Cadre+étrier  10

35cm 35cm
Cadre+étrier  10

PS

3HA12 6HA12

30cm 30cm

c- vérification des zones nodale

La vérification des zones nodales est l’une des exigences du RPA 99/03(Article 7.6.2).
Dans le but de permettre la formation des rotules plastiques dans les poutres et non
dans les poteaux, la somme des moments résistant ultimes des extrémités des poteaux
aboutissant au nœuds est au moins égale, en valeur absolue, à la somme des valeurs
absolues des moments résistants ultimes des extrémités des poutres affectés d’un
cœfficient de majoration de 1.25. Ça consiste à vérifier la condition suivante, pour
chaque sens d’orientation de l’action sismique.

M n  M s  1.25   M w  M e .

Cette vérification est facultative pour les deux derniers niveaux des bâtiments
supérieurs à R+2.

118
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

-Détermination du moment résistant


Le moment résistant Mr d’une section de béton dépend :

1) Des dimensions de la section du béton.


2) De la quantité d’acier dans la section du béton.
3) De la contrainte limite élastique des aciers.
M n  An  Z   s ; M s  As  Z   s ; M w  Aw  Z   s ; M e  Ae  Z   s

Z : Bras de levier, tel que Z=h-2d’

M w , M e : Les moments résistants ultimes dans les poutres.

M n , M s : Les moments résistants ultimes dans les poteaux.

: La hauteur totale de la section du béton.

fs
 s : Contrainte de traction de l’acier, tel que :  s   348MPa .
s

-Les poteaux

Tableau 4.21 . Moments résistants dans les poteaux.

Sections Z Mn Ms Mn + Ms
Niveau
(cm2) (m) (cm2) (KN.m) (KN.m) (KN.m)
RDC...1ème étage 65×60 0.55 37.68 498.51 721.19 1219.7
2éme et 3émeétages 60×55 0.50 28.65 377.71 498.51 867.22
4éme et 5éme étages 55×50 0.45 24.12 335.75 371.71 713.46
6éme et 7éme étages 50×45 0.40 24.12 335.75 335.75 671.5

-Les poutres

Poutres principales

Tableau4.22 : Moments résistants dans les poutres principales.

Section Z Me Mw 1.25( M e + M w )
Niveau
(cm2) (m) (cm2) (KN.m) (KN.m) (KN.m)
Étage service 40×30 0.34 16.68 197.35 197.35 493.37
Étage courant 40×30 0.34 13.86 163.991 163.991 409.977

119
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Poutres secondaires

Tableau 4.23 : Moments résistants dans les poutres secondaires.

Section Z Me Mw 1.25( M e + M w )
Niveau
(cm2) (m) (cm2) (KN.m) (KN.m) (KN.m)
Étage service 35×30 0.29 13.86 139.875 139.875 349.687
Étage courant 35×30 0.29 13.86 139.875 139.875 349.687

D’après les résultats, la vérification des zones nodales est justifiée donc les rotules
plastiques se formeront dans les poutres plutôt que dans les poteaux.

4.4. Les voiles


Le ferraillage des voiles s’effectuera selon le règlement BAEL91 et les vérifications selon
le règlement parasismique Algériens RPA99/2003.

Les voiles vont être calculés en flexion composée sous les combinaisons suivantes :

-Situation durable selon CBA (1.35G+1.5Q)

-Situation accidentelle selon le RPA99/2003 (G+Q ± E ; 0.8G ± E)

La section d’armature longitudinale sera vérifiée pour la partie tendue, puis généralisée
sur toute la longueur du voile.

Recommandations RPA99/2003

a)-Les armatures verticales

Elles sont destinées à reprendre les effets de flexion, elles sont disposées en deux nappes
parallèles aux faces des voiles.

Ces armatures doivent respecter les prescriptions suivantes :

- Amin  0.2%  Lt  e

Lt : longueur de zone tendue.

e : épaisseur du voile.

-Les barres verticales des zones extrêmes doivent être ceinturées avec des cadres
horizontaux avec t < e (enrobage).

1 l
-A chaque extrémité du voile, l’espacement des barres doit être réduit de sur de la
2 10
longueur du voile.

120
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

-Les barres du dernier niveau doivent être munies des crochets à la partie supérieure.

b)-Les armatures horizontales

Elles sont destinées à reprendre les efforts tranchants, disposées en deux nappes vers
l’extrémité des armatures verticales pour empêcher leur flambement.

Les barres horizontales doivent être munies de crochets à 135° avec une longueur 10  

Les deux nappes d’armatures doivent être reliées avec au moins 4 épingles par m².

c)-Règles communes

Le pourcentage minimum d’armatures est donné :

- Globalement dans la section du voile 0.15%

-En zone courante (non tendue) 0.10%

On doit vérifier pour les armatures verticales et horizontales les conditions suivantes :

-L’espacement S t  min 1.5  e;30cm  avec e : épaisseur du voile.

4.4.1. Calcul du ferraillage


Les résultats du ferraillage sont représentés dans les tableaux ci-dessous avec :

Avcal / face : Section d’armature calculée pour une seule face du voile.
Avadop / face : Section d’armature adoptée pour une seule face de voile.

Ahmin  0.15%  e  h : Section d’armature horizontale minimale dans le voile.


0.4 * e * h
Ahcalc  : Section d’armature horizontale calculée.
fe
Ahadop : Section d’armature adoptée par face pour tout le voile.
N bre / face : Nombre de barre adoptée par face pour tout le voile.

121
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Tableau 4.24 : Ferraillage du voile Vy1.

Niveau RDC SP,1er et 2eme Étage 3 4,5,6 Étage 7, 8


300 étages
300 300 260
20 15 15 15
M (KN.m) 992.32 194.83 -22.5 111.6
N (KN) -1950.11 -1014.9 -1053 -282.87
V (KN) 384.86 311.59 259.51 63.13
 U (MPa) 1 1.07 0.897 0.252

 u (MPa) 5 5 5 5
/face (cm²) 31.46 16.52 13.36 5.35
(cm²) 9 6.65 6.65 5.85
/face (cm²) 34.17 18.08 18.06 10.27
Nbarre/face 17HA16 16HA12 16HA12 13HA10
cm²) 7.36 3.99 3.99 3.99
(cm²) 11.04 5.98 5.98 5.98
(cm²) 9.04 6.53 6.53 6.53
Nbarre/face 18HA8 13HA8 13HA8 13AH8
St (cm) 20 20 20 20

Tableau 4.25 : Ferraillage du voile Vy2.

Niveau RDC et SP Étage 1,3 Étage 3,4 Étage 7, 8


150 150 150 150
15 15 15 15
M (KN.m) -14.62 -113.66 -22.15 26.35
N (KN) -1072.208 -674.77 -454.37 -259
V (KN) 135.78 90.42 54.56 42.12
 U (MPa) 0.938 0.625 0.377 0.291

 u (MPa) 5 5 5 5
/face (cm²) 13.66 10.46 6.08 2.88
(cm²) 4.5 3.36 3.36 3.36
/face (cm²) 15.40 11.3 6.32 6.32
Nbarre/face 10HA14 10HA12 8HA10 8HA10
(cm²) 7.36 3.99 3.99 3.99
(cm²) 11.04 5.98 5.98 5.98
/face (cm²) 9.04 6.53 6.53 6.53
Nbarre/face 18HA8 13HA8 13HA8 13AH8
St (cm) 20 20 20 20

122
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Tableau 4.26 : Ferraillage du voile Vy3.

Niveau RDC SP,1er et 2eme Étage 3,4,5,6 Étage 7, 8


280 étages
280 280 240
20 15 15 15
M (KN.m) 1547.36 35.58 3.44 -137.07
N (KN) -1639.3 -1411.66 -923.39 -241.02
V (KN) 412.53 407.65 194.99 42.72
 U (MPa) 1.14 0.985 0.820 0.231

 u (MPa) 5 5 5 5
/face (cm²) 34.82 19.23 13.81 5.18
(cm²) 8.4 6.3 6.3 5.4
/face (cm²) 34.17 20.02 15.8 9.48
Nbarre/face 17HA16 14HA14 14HA12 12HA10
(cm²) 7.36 3.99 3.99 3.99
(cm²) 11.04 5.98 5.98 5.98
/face (cm²) 9.04 6.53 6.53 6.53
Nbarre/face 18HA8 13HA8 13HA8 13AH8
St (cm) 20 20 20 20

Tableau 4.27 : Ferraillage du voile Vx1.

Niveau RDC SP,1er et2éme Étage 3,4,5,6 Étage 7, 8.


160 160 160 160
20 15 15 15
M (KN.m) 375.165 -14.228 3.859 16.385
N (KN) -1435.841 -952.768 -677.587 -403.652
V (KN) 164.397 125.91 54.185 42.893
 U (MPa) 0.799 0.816 0.351 0.278

 u (MPa) 5 5 5 5
/face (cm²) 26.741 12.24 8.56 5.43
(cm²) 6.4 3.6 4.8 4.8
/face (cm²) 28.26 12.32 8.69 6.32
Nbarre/face 9HA20 8HA14 11HA10 8HA10
(cm²) 7.36 3.99 3.99 3.99
(cm²) 11.04 5.98 5.98 5.98
/face (cm²) 9.04 6.53 6.53 6.53
Nbarre/face 18HA8 13HA8 13HA8 13AH8
St (cm) 20 20 20 20

123
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Tableau 4.28 : Ferraillage du voile Vx2.

Niveau RDC SP,1er et2éme Étage 3,4,5,6 Étage 7, 8.


180 180 180 180
20 15 15 15
M (KN.m) 562.168 19.359 -13.616 -18.783
N (KN) -1608.927 -1100.364 -768.042 -465.717
V (KN) 214.806 163.966 82.746 61.239
 U (MPa) 0.928 0.945 0.477 0.353

 u (MPa) 5 5 5 5
/face (cm²) 27.439 14.158 11.367 7.145
(cm²) 5.4 5.4 5.4 5.4
/face (cm²) 28.26 15.4 13.86 7.9
Nbarre/face 9HA20 10HA14 9HA14 10HA10
(cm²) 7.36 3.99 3.99 3.99
(cm²) 11.04 5.98 5.98 5.98
/face (cm²) 9.04 6.53 6.53 6.53
Nbarre/face 18HA8 13HA8 13HA8 13AH8
St (cm) 20 20 20 20

Tableau 4.29 : Ferraillage du voile Vx3.

Niveau RDC SP,1er et2éme Étage 3,4,5,6 Étage 7, 8.


240 240 240 200
20 15 15 15
M (KN.m) -10.9068 -2.1288 -10.0622 34.112
N (KN) -2165.081 -1574.044 -1090.496 -444.747
V (KN) 311.042 320.277 161.243 29.217
 U (MPa) 1.008 1.384 0.697 0.151

 u (MPa) 5 5 5 5
/face (cm²) 27.234 19.709 15.857 7.129
(cm²) 9.6 7.2 7.2 6
/face (cm²) 31.4 21.46 18.48 7.9
Nbarre/face 10HA20 14HA14 12HA14 10HA10
(cm²) 7.36 3.99 3.99 3.99
(cm²) 11.04 5.98 5.98 5.98
/face (cm²) 9.04 6.53 6.53 6.53
Nbarre/face 18HA8 13HA8 13HA8 13AH8
St (cm) 20 20 20 20

124
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Tableau 4.30 : Ferraillage du voile Vx4.

Niveau RDC SP,1er et2éme Étage 3,4,5,6 Étage 7, 8.


150 150 150 150
15 15 15 15
M (KN.m) 11.6971 0.8375 0.3552 1.1172
N (KN) -1194.908 -666.757 -347.564 -226.187
V (KN) 70.538 37.373 18.684 16.849
 U (MPa) 0.488 0.258 0.129 0.116

 u (MPa) 5 5 5 5
/face (cm²) 15.229 8.355 4.353 2.855
(cm²) 4.5 4.5 4.5 4.5
/face (cm²) 15.40 11.3 6.32 6.32
Nbarre/face 10HA14 10HA12 8HA10 8HA10
(cm²) 7.36 3.99 3.99 3.99
(cm²) 11.04 5.98 5.98 5.98
/face (cm²) 9.04 6.53 6.53 6.53
Nbarre/face 18HA8 13HA8 13HA8 13AH8
St (cm) 20 20 20 20

Tableau 4.31 : Ferraillage du voile Vx5.

Niveau RDC SP,1er et2éme Étage 3,4,5,6 Étage 7, 8.


200 200 200 150
20 15 15 15
M (KN.m) 744.0233 302.655 -7.9183 -18.3902
N (KN) -1920.291 -1244.781 -780.742 -295.754
V (KN) 285.069 227.058 93.171 26.113
 U (MPa) 1.109 1.177 0.483 0.181

 u (MPa) 5 5 5 5
/face (cm²) 32.619 21.235 11.29 4.78
(cm²) 6 6 6 4.5
/face (cm²) 34.54 21.56 11.3 6.32
Nbarre/face 11HA20 14HA14 10HA12 8HA10
(cm²) 7.36 3.99 3.99 3.99
(cm²) 11.04 5.98 5.98 5.98
/face (cm²) 9.04 6.53 6.53 6.53
Nbarre/face 18HA8 13HA8 13HA8 13AH8
St (cm) 20 20 20 20

125
Chapitre 4 Étude sismique et calcul des éléments structuraux

Tableau 4.32 : Ferraillage du voile Vx6.

Niveau RDC SP,1er et2éme Étage 3,4,5,6 Étage 7, 8.


150 150 150 150
15 15 15 15
M (KN.m) 28.2411 28.0733 10.8019 23.7948
N (KN) -1031.944 -734.282 -453.501 -250.765
V (KN) 132.552 159.704 132.256 96.372
 U (MPa) 0.916 1.104 0.914 0.666

 u (MPa) 5 5 5 5
/face (cm²) 13.605 9.880 6.830 4.289
(cm²) 4.5 4.5 4.5 4.5
/face (cm²) 15.40 11.3 6.32 6.32
Nbarre/face 10HA14 10HA12 8HA10 8HA10
(cm²) 7.36 3.99 3.99 3.99
(cm²) 11.04 5.98 5.98 5.98
/face (cm²) 9.04 6.53 6.53 6.53
Nbarre/face 18HA8 13HA8 13HA8 13AH8
St (cm) 20 20 20 20

Exemple de schéma de ferraillage

8

St=20cm

L=3m

Figure 4.14 : Ferraillage du voile Vy1 au niveau du RDC.

126
Chapitre 5 Étude des fondations

5.1. Introduction
La fondation est l’élément par le biais duquel les charges de la superstructure sont
transmises au sol. Son dimensionnement nécessite la connaissance des caractéristiques
du sol en plus des sollicitations dans les éléments résistants à la base du bâtiment.

Parmi les recommandations du rapport du sol, la solution finale retenue pour le sol est le
renforcement par colonnes ballastées qui résulte d’un compromis tenant compte des
caractéristiques du site et des impératifs technico-économique. De ce fait, nous avons
adopté un radier général.

Le radier sera muni de nervures reliant les poteaux. Il sera calculé comme des panneaux
de dalles pleines sur quatre appuis continus (nervures) chargés par une pression
uniforme qui représente la pression maximale du sol résultante de l’action du poids du
bâtiment et du moment créé par la charge sismique.

Selon le RPA99 /2003, le calcul des fondations superficielles sont dimensionnées selon les
combinaisons suivantes :

- G+Q

- 0.8G

5.2. Renforcement par colonnes ballastées


C’est une méthode qui sert à renforcer et à améliorer les sols très faibles à médiocres.
Elles sont constituées par des fûts remplis par des matériaux pulvérulents (ballast)
compacté dans le sol. Ces techniques consistent à réaliser des inclusions verticales dans
un terrain compressible. Les inclusions sont disposées suivant un maillage de surface
régulier. De cette façon la couche de sol renforcée se comporte comme un matériau
composite de meilleures caractéristiques.

Suite au renforcement, la nouvelle contrainte du sol est : .

127
Chapitre 5 Étude des fondations

5.3. Calcul de l’épaisseur du radier


L’épaisseur du radier se détermine en vérifiant les conditions suivantes :

1) Condition de coffrage

-Pour la hauteur totale du radier :

Lmax 540
ht    ht  54cm …….……..(a)
10 10

ht : Hauteur de la nervure.

Lmax : La plus grande portée entre deux éléments porteurs successifs.

-pour la dalle du radier :

h0 : Hauteur de la dalle du radier.

Lmax
h0   h0  26.7cm
20

2) Condition de rigidité


Pour un radier rigide on doit vérifier :  Le  Lmax
2

Le : Longueur élastique= Le  4 4  E  I
K b

: Module d’élasticité du béton.

I : Inertie de la section du radier.

b : La largeur du radier, on prend une bande de 1m.

k : Coefficient de réaction du sol.

Pour un sol moyen k  4 10 KN / m


4 3

128
Chapitre 5 Étude des fondations

bht3 48L4max K
I  ht  3
12  4E

48  5.4 4  4 10 4
ht  3  h  80cm ………………. (b)
3.14 4  3.216 10 7

A partir des deux conditions (a) et (b), on prend : ht  80cm (Dalle + nervure) et
h0  40cm .

5.4. Surface nécessaire pour le radier


La surface totale nécessaire Snéce pour le radier peut être estimée par la formule
suivante :

Nu N
  sol  S néce  u
S néce  sol

Nu : Effort normal total transmet par la superstructure plus le poids du radier à l’ELU.

 sol : Contrainte admissible du sol=1.8bar.

Poids du radier (nervures +dalle) =4436.075 KN

Poids de la superstructure=48108.711KN

N  1.35  4436.075  48041.868  54030.569KN

54.04
S néce   300.22m 2
0.18

On a la surface du bâtiment S bat  321m


2

Sbat  S néce  On opte pour un radier général sans débord S rad  321m 2

129
Chapitre 5 Étude des fondations

5.5. Les vérifications nécessaires


Vérification des contraintes dans le sol

31   2
La formule suivante doit être vérifiée :  moy    sol .
4

N u : Effort normal dû aux charges verticales.

M : Moment sismique à la base.

 moy : Contrainte moyenne du radier.

 1 ,  2 : Contraintes maximales et minimales dans les deux extrémités du radier.

Les caractéristiques géométriques du radier :

Ixx= 6231.755m4, Xg=11.14m

Iyy =14251.373m4, Yg=8.06m

-Dans le sens x-x

N u  54030..569KN et M y  41424.65KN .m

N My
1    X g  200.7 KN / m 2 ; 2  135.93KN / m 2
S rad Iy

31   2
 moy   184.42 KN / m 2   sol  180 KN / m 2
4

-Dans le sens y-y

N u  54030..569KN et M x  37605.4KN .m

N M
1   x  Yg  216.94 KN / m 2 ; 2  119.68KN / m 2
S rad Ix

31   2
 moy   192.62 KN / m 2   sol  180 KN / m 2
4

Les contraintes sont supérieures à celle du sol → il faut augmenter la surface du radier,
donc un débord est nécessaire.

Soit la surface du radier : S rad  359.4m


2

La longueur du débord est de 0.5m

130
Chapitre 5 Étude des fondations

D’où :

Sens x-x :  moy  164.33KN / m 2   sol  180KN / m 2

Sens y-y :  moy  172.12KN / m 2   sol  180KN / m 2

Vérification au cisaillement

Vu  0.15 f c 28 
u    ad  min  ;4MPa   3.26MPa
bd  b 

N  Lmax  b
Vu 
2  S rad

N u : L’effort maximal revenant au radier à L’ELU.

54030.569  5.4 1
Vu   405.9 Kn
2  359.4

405.9 103
u   1.16MPa   ad
1 0.35

C’est vérifié. Pas de cisaillement dans le radier.

Vérification au poinçonnement

Le poinçonnement d’une dalle (radier) se manifeste au niveau des charges concentrées,


la résistance au poinçonnement est satisfaite si la condition suivante est vérifiée.

Nu

A a
h
b

Figure 5.1: Zone de contact poteau-radier.

f c 28
N u  0.045  U c  ht 
b

N u : La charge revenant au poteau le plus chargé à l’ELU.

131
Chapitre 5 Étude des fondations

U c : Le périmètre de la surface d’impact projetée sur le plan moyen du radier

 A  a  ht
U c  2  ( A  B) Avec 
 B  b  ht

U c  2  (0.65  0.8  0.6  0.8)  5.7m

25
N u  2.67042MN  0.045  5.7  0.8   4.46MN
1.15

Donc il n’y a pas risque de poinçonnement du radier.

Vérification des sous pressions

Nous devons vérifier le bâtiment au soulèvement sous l’effet de la sous-pression, même si


l’étude du sol n’indique pas la présence d’une nappe phréatique. L’effort normal doit
vérifier la condition suivante :

N  p  F  H  S rad   w

Avec  w : Poids volumique de l’eau.

N : L’effort normal transmis au radier.

F : Coefficient de sécurité = 1.5

H : La hauteur d’ancrage du bâtiment = 1.6 m

S : surface totale du radier = 321 m2

p  1.5 1.6  32110  7704KN

p  7704KN  N  54030.569KN

Donc, les sous-pressions ne sont pas à craindre.

Vérification de la stabilité au renversement

Selon (Article 10.1.5) RPA99 /2003, on doit vérifier que l’excentrement de la résultante
des forces verticales gravitaires et des forces sismiques reste à l’intérieur de la moitié
centrale de la base des éléments de fondation résistent au renversement:

M B
On doit vérifier que : e  
Nu 4

132
Chapitre 5 Étude des fondations

-Suivant x-x

My 41424.65 25.04
ex    0.76m   6.26m.
Nu 54030.569 4

-Suivant y-y

Mx 37605.4 15.35
ey    0.69m   3.83m
N u 54030.569 4

Pas de risque au renversement dans les deux sens.

5.6. Le ferraillage

5.6.1. La dalle du radier


La radier sera calculé comme un plancher renversé, appuyé sur les nervures en flexion
simple, sachant que la fissuration est préjudiciable. Le calcul se fera pour le panneau le
plus défavorable et on adoptera le même ferraillage pour tout le radier.

l x  3.35m et l y  5.4m

-Calcul des sollicitations :

Nu 54030.569
qu    150.33KN / m 2 .
S rad 359.4

N u : L’effort normal ramené par la superstructure plus le poids propre du radier.

lx
  0.62  0.4  La dalle travaille dans les deux sens.
ly

 x  0.0794
  0.62  
 y  0.3205

Sens x-x’ : M 0x   x  qu  l x2  M 0x  133.95KNm

Sens y-y’ : M 0   y  M 0  M 0  42.93KNm


y x y

133
Chapitre 5 Étude des fondations

En tenant compte de la continuité des panneaux, les moments seront réduits ainsi :

M tx  0.85  M 0x
En travée :
M ty  0.85  M 0y

En appui : M ax  M ay  0.5  M 0x

Le ferraillage se fera pour une section b  h0  1 0.4m 2 , les résultats des calculs sont
résumés dans le tableau suivant :

Tableau 5.1 : Sections d’armatures du radier.

M (KNm) Acalc (cm2/ml) Amin (cm2/ml) Aadop (cm2/ml) St (cm)


Sens x-x Travée 113.85 9.6 3.8 6T20=18.84 15
Appui 66.97 5.6 3.8 5T16=10.05 20
Sens y-y Travée 36.5 4.22 3.2 5T16=10.05 20
Appui 66.97 5.6 3.2 5T16=10.05 20

-Vérification de l’effort tranchant

q l
4
ly
V  u x 4 4
x

lx  l y
u
2
150.33  3.35 5.4 4
Vux    219.32 KN
2 3.35 4  5.4 4
Vu 219.32  10 3
u    0.62MPa
bd 1  0.35
0.07
 f c 28  1.52MPa
b
 u  0.62MPa  1.52MPA, les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

-Vérification à l’ELS

M ser
On doit vérifier que :  bc   y   bc  0.6  f c 28  15MPa.
I

M ser
 d  y   st  min( fe,110   f tj )  201.63MPa.
2
 s  15 
I 3

134
Chapitre 5 Étude des fondations

Les résultats sont résumés dans le tableau suivant:

Tableau 5.2: Vérification des contraintes.

Sens Moments Valeurs (KNm)  bc (MPa )  s (MPa )  bc (MPa )  s (MPa )


x-x Mt 140.4 8.13 185.03 15 201.63
Ma 70.2 4.43 171.23 15 201.63
y-y Mt 58.38 2.93 123.94 15 201.63
Ma 70. 2 4.43 171.23 15 201.63

Schéma de ferraillage

Coupe A-A

Figure 5.2 : Schéma de ferraillage du radier général.

135
Chapitre 5 Étude des fondations

 Ferraillage du déborde

Le débord est assimilé à une console soumise à la flexion simple.

l =
M u  qu   18.8KN .m
2

50cm

Figure 5.3 : Répartition des contraintes sur le débord.

Tableau 5.3: Sections d’armatures du débord.

Mu Acal Aadopté Ar
(KN /m)
(cm2 /ml) (cm2 /ml) (cm2 /ml) Aradoptée

18.8 4.22 5HA12=5.6 1.41 4HA8=2.01

4HA8

5HA12

50cm

Figure5.4 : Schéma du ferraillage du débord.

136
Chapitre 5 Étude des fondations

5.6.2. Les nervures


Les nervures sont des poutres servant d’appuis pour la dalle du radier. La répartition
des charges sur chaque travée est triangulaire ou trapézoïdale selon les lignes de
ruptures, mais pour simplifier les calculs, on les remplace par des charges équivalentes
uniformément reparties.

– Pm charge uniforme qui produise le même moment maximum que la charge réelle ;

– Pv charge uniforme qui produise le même l’effort tranchant maximal que la charge
réelle.

Charge trapézoïdale Charge triangulaire

Q   g2   d2 
P m u 1    Lxg  1    Lxd
2  3   3  Qu lxi2
P p 
' '

2 lxi
v m

Qu   g    
Pv  1    Lxg  1  d   Lxd
2  2   2 

Lxd Lxg
d  ; g 
Ly Ly

Qu  150.33KN / m 2 .

-Calcul des sollicitations

Pour le calcul des sollicitations on utilise la méthode de Caquot :

-Moments aux appuis :

Pg  l g'3  Pd  l d'3
Ma 
8.5  (l g'  l d' )
Pour une travée de rive
l
Avec : Les longueurs fictives : l '  
0.8  l Pour une travée intermédiaire

-Moment en travée :

x x
M t ( x)  M 0 ( x)  M g (1  )  M d ( )
l l

137
Chapitre 5 Étude des fondations

q x
M 0 ( x)  (l  x)
2
l Mg  Md
x 
2 ql

Mg et Md : moments sur appuis de gauche et droite respectivement.

 Sens x-x
Q

A B C D E F G

3.00m 3.75m 3.88m 4.05m 3.35m 6m

Figure 5.5 : Schéma statique de la nervure dans le sens xx.

Les résultats des calculs de sont récapitulés dans le tableau ci-dessous :

Tableau 5.4 : Sollicitations maximales sur la nervure dans le sens x-x.

Localisation travée Appui


MU (KN.m) 632.165 -681.941
MS (KN.m) 630.391 - 629.176
V(KN) 776.837

 Sens y-y

A B C D

3.3m 3.4m 4.00m

Figure 5.6 : schéma statique de la nervure dans le sens y-y.

138
Chapitre 5 Étude des fondations

Les résultats des calculs sont récapitulés dans le tableau ci-dessous :

Tableau 5.5 : Sollicitations maximales sur la nervure dans le sens y-y.

Localisation travée Appui


MU (KN.m) 263.089 -312.815
MS(KN.m) 262.736 -312.26
V(KN) 531.816

-Le ferraillage en travée

Le ferraillage se fera pour une section en Té en flexion simple.

Calcul de la largeur participante de la dalle :

Dans le sens xx b0

ht  0.8m

h0  0.4m h

b0  0.65m b1

h0
d  0.75m
b
ly
lx 2.4 2.65
b1  min( )  b1  min(
; ; )
10 2 10 2
b1  min( 0.24;1.325)
soit : b1  0.24m

Donc : b  b1  2  b0  1.2m

Dans le sens yy

b=1.15m

 h0 
Moment équilibré par la table de compression : M Tu  f bu * b * h0 * d 
 2 

Mu≤Mtu → la table n’est pas entièrement comprimée, l’axe neutre est dans la table de
compression. On calcule une section rectangulaire b × h.

139
Chapitre 5 Étude des fondations

-Le ferraillage en appuis

La table de compression est tendue, un béton tendue n’intervient pas dans la résistance
donc le calcul se ramène à une section rectangulaire b0  h .

Les résultats du ferraillage sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 5.6 : Ferraillage les nervures.

Localisation ( ) Choix
Sens xx Travée 632.165 25.09 10.86 31.4 10HA20
Appui -681.941 28.14 5.8 43.79 7HA25+3HA20
Sens yy Travée 263.089 10.41 10.41 20.1 10HA16
Appui 312.815 12.41 5.4 20.1 10HA16

-Vérification des contraintes tangentielles

La vérification à faire vis-à-vis de la contrainte tangentielle maximale est celle relative à


la fissuration nuisible suivante :

v 0.15
 Tel que :   min(  f c 28 ;4MPa )
bd b

Tableau 5.7.Vérification des contraintes tangentielles.

Vu (MN) τu (MPa)  (MPa) Observation


Sens xx 0.776 1.59 3.26 Vérifiée
Sens yy 0.531 1.18 3.26 Vérifiée

-Les armatures transversales

h b0
t  min( ; ;l max )  min( 2.2;6;2.5)  2.2cm
35 10

Soit t =

-Les espacements des aciers transversaux :

Pour les armatures transversales, on opte pour l’ensemble des nervures la quantité
d’armatures suivante :

At = 2 cadres T10 + épingle T10 ⇒ 5T10 = 3.93cm2

140
Chapitre 5 Étude des fondations

1) St  min(0.9d, 40cm)  St  67.5cm

0.8  f e 0.8  3.93  400


2) St  At  St   S t  38cm
b0  ( u  0.3  f t 28 ) 60(1.18  0.3  2.1)

At  f e 3.93  400
3) St ≤  St ≤  65.5cm
0.4  b0 0.4  60

Soit: St = 15cm.

-Vérification des contraints

Les vérifications des contraintes dans le béton et l’acier sont résumées dans le tableau ci-
dessous :

Tableau 5.8 : Vérification des contraintes.

Valeurs
Localisation Moments ) ) ) )
(

Sens xx 632.165 25.12 8.15 198.86 15 201.6


-681.941 43.79 12.82 190.59 15 201.6
Sens yy 263.089 20.1 3.9 189.43 15 201.6
312.815 20.1 6.19 180.26 15 201.6

-Aciers de peau

Les aciers de peau ne reprennent aucune sollicitation, elles sont utilisées dans le cas les
poutres de grande hauteur (h>60cm) pour empêcher la fissuration du béton.

Soit 4HA12=4.52 cm2

141
Chapitre 5 Étude des fondations

Schéma de ferraillage

5HA20
10HA20
10HA20

2 cadres HA10
2 cadres HA10

Épingle HA10
Épingle HA10

3HA20

7HA25
5HA25

En appuis En travée

Figure 5.7 : Schéma de ferraillage des la nervures dans le sens x-x.

5HA16
10HA16

2 cadres HA10
2 cadres HA10

Épingle HA10
Épingle HA10

10HA16
5HA16

En appuis
En travée

Figure 5.8 : Schéma de ferraillage des nervures dans le sens y-y.

142
Conclusion général

Au cours de cette étude, nous pensons avoir réussi à avoir un aperçu général, sur la
majorité des parties étudiées. Cette étude nous a permis d’enrichir nos connaissances sur
les différentes étapes de calcul d’une structure et de se familiariser avec tous les
règlements en vigueur. L’intérêt pour nous a été double, apprendre à appréhender les
problèmes complexes de calcul de structure et faire les premiers pas pour la résolution
de questions pratiques concrètes.

Les conclusions auxquelles a abouti le présent travail, sont résumées dans les points
suivants :

 Les modèles numériques doivent être fideles au comportement réel de la


structure et ceux en introduisant tout les éléments de la structure sans en oublier
un car la rigidité du modèle en dépend.
 Les planchers ne sont pas obligatoirement des éléments non structuraux, mais sont
conçus pour résister aux forces qui agissent dans leurs plans et les transmettre aux
éléments de contreventement.
 Dans l’étude dynamique plusieurs dispositions ont étés essayés, mais elles
donnaient des résultats non conformes aux recommandations du RPA. La variante
retenue a donné des résultats acceptables en termes d’efforts et de déplacements.
 Les méthodes numériques pour l’étude dynamique utilisées par les logiciels de
calcul de structure donnent des valeurs optimales des efforts par rapport à celles
obtenues par la méthode statique équivalente proposée par le RPA 99 version 2003.
C’est pourquoi, le RPA préconise que la résultante des forces sismiques à la base Vt
obtenue par la combinaison des valeurs modales ne doit pas être inférieure à 80%
de la résultante des forces sismiques déterminée par la méthode statique
équivalente V.
 La forme irrégulière et l’aspect architectural du bâtiment sont des facteurs négatifs
qui ont augmenté la complexité du comportement de la structure.
 Il est indéniable que l’analyse sismique constitue une étape déterminante dans la
conception parasismique des structures. En effet des modifications potentielles
peuvent être apportées sur le système de contreventement lors de cette étape. Par
conséquent, les résultats déduits de l’étape de prédimensionnement ne sont que
temporaires lors du calcul d’une structure.

143
Conclusion général

 Le traitement de sol par les colonnes ballastées à influencé directement sur le choix
de radier comme type de fondation, le but étant d’assurer une meilleure répartition
des contraintes sur le sol.

Toute fois, ce travail n’est pas une fin en soi, mais un pas concret vers l’accumulation
d’expériences, l’acquisition de l’intuition et le développent de la réflexion inventive de
l’ingénieur.

144
Bibliographie

[1] Règles de conception et de calcul des structures en béton armé (Code de Béton
Armé CBA 93), Edition CGS, Décembre 1993.

[2] Règles BAEL 91 modifiées 99(béton armé aux états limites), Edition Eyrolles,
Troisième édition 2000.

[3] DTR B.C.2.2, charges permanentes et charges d’exploitations, Édition CGS,


Octobre 1988.

[4] Règles Parasismiques Algériennes (RPA99/version 2003).


Symboles Et Notations
A’: Section d'aciers comprimés.

At : Section d'un cours d'armature transversal.

A : Coefficient d’accélération de zone

B : Aire d'une section de béton.

Br : Section réduite.

C T : Coefficient fonction du système de contreventement et du type de remplissage

Cu : La cohésion du sol (KN/m2).

D : Facteur d’amplification dynamique moyen.

ELS : Etat limite de service.

ELU: Etat limite ultime.

E : Module d'élasticité longitudinale.

Ei : Module d'élasticité instantanée.

Es : Module d'élasticité de l'acier.

F : Force ou action générale.

Fc28 : Résistance caractéristique à la compression donnée en (MPa).

Ft28 : Résistance caractéristique à la traction donnée en (MPa).

F : Cœfficient de sécurité = 1.5

G : Action permanente.

H : La hauteur d’ancrage d’une fondation (m).

I : Moment d'inertie (m4)

Q : Charge variable.
Symboles et notations

Q : Facteur de qualité .

L : Longueur ou portée.

Lmax : La plus grande portée entre deux éléments porteurs successifs (m).

M : Moment en général.

Ma : Moment sur appui.

Mu : Moment de calcul ultime.

Mser : Moment de calcul de service.

Mt : Moment en travée.

Ns : Effort normal de service.

Nu : Effort normal ultime

N : Effort normale du aux charges verticales.

R : coefficient de comportement global.

Srad : surface du radier (m2).

Sbat: Surface totale du bâtiment (m2).

St : Espacement des armatures.

T2: période caractéristique, associé à la catégorie du site.

V : Effort tranchant.

Vu: Effort tranchant vis-à-vis de l’état limite ultime.

W: poids propre de la structure.

W Qi : Charges d’exploitation.

W : poids du aux charges permanentes et à celles d’équipement fixes éventuels.


Gi

 : Coefficient de pondération en fonction de la nature et de la durée de la charge


d’exploitation.
Symboles et notations

d : Hauteur utile.

e : Excentricité, épaisseur.

f : Flèche

fe : Limite d'élasticité

ht : hauteur total du radier (m).

h N : hauteur mesurée en mètre à partir de la base de la structure jusqu’au dernier

niveau.

σb : Contrainte de compression du béton.

σs : Contrainte de traction dans l'acier.

υ : Coefficient de poison

σ : Contrainte normale.

γh : Poids volumique humide (t/m3).

γw: Poids volumique de l’eau (t/m3).

 : Angle de frottement interne du sol (degrés).

σadm : Contrainte admissible au niveau de la fondation (bars)..

q : Contrainte transmise au sol par la structure (bars).

k c : Coefficient de portance.

 ultim : Valeur de cisaillement limite donné par le BAEL (MPa).

 u : Contrainte de cisaillement (MPa).

 : Facteur d’amortissement.
Annexes
Annexe1
Annexes

Annexe2

Valeurs de M1 (M2) pour = 1


Annexes

Annexe3

Section en cm2 de N armatures de diamètre en mm.


Remerciements

Nous tenons tout d’abord à remercier le Bon Dieu pour nous avoir
donné le courage et la volonté pour réaliser ce travail, et qui nous a
éclairé les chemins par la lumière de son immense savoir.
En second lieu, nous tenons à remercier Mr BELHAMDI qui nous a
permet de bénéficier de son encadrement.
Nos remerciements vont également aux membres du jury Mr IDDIR et
Mr OURTEMACHE qui ont accepté d’examiner notre travail et de
l’enrichir par leurs propositions.
Enfin, nous adressons nos plus sincères remerciements à tous ceux et
celles qui de prés ou de loin, nous ont porté aides et encouragements.
Dédicaces
Je dédie ce travail :
Tout d'abord à mes parents; à ma tendre mère qui m'a mis au monde et
a veillé à mon bonheur; à mon père qui a tout donné, sacrifiée et qui
m'encourage d'avantage pour me voir réussir dans ma vie et être sa
fierté. Je leurs épreuve ma profonde gratitude et je leurs promet d'être
toujours à leurs cotés. Je vous aime et que dieu vous garde pour nous
tous.
A mes très chers frères: Tarik et Larbi.
A mes très chers sœurs: Sarah, Dina et Asma.
A toute ma famille sans exception.
A mes copines de chambre: Amina et Sarah.
A mes collègues: Samo et Rbiha.
A ma promotion Master 2012-2013.
Enfin je remercie mon amie et collègue: Amazouz Kahina avec qui j’ai
trouvé un grand plaisir à travailler, je lui souhaite toute la réussite qui
puisse exister.

CHARAZED
Dédicaces

Je dédie ce modeste travail à :


Mes chères parents, ceux grâce à qui j’ai pu atteindre ce niveau et ceux
à qui je dois beaucoup de respect. Aujourd’hui, c’est autant un plaisir
qu’un devoir pour moi de vous remercier pour votre amour, votre grande
patience et vos sacrifices.
Mon cher frère YOUGOURTHA et mon adorable sœur AMEL.
Toute ma grande famille.
Tous mes amis et collègues.
Tous ceux qui m’ont formé.
Mon amie CHAHRA ainsi que toute sa famille.
« Rien n’est aussi beau à offrir que le fruit d’un labeur qu’on dédie du
fond du cœur à ceux qu’on aime, et qu’on remercie en exprimant la
gratitude et la reconnaissance durant toute notre existence».

KAHINA