Vous êtes sur la page 1sur 59

Atelier A 19

L’Assurance Transport en Afrique: problématiques actuelles

RENCONTRES AMRAE
STRASBOURG 2009
Intervenants
Président
payangma@groupecolina.com
Protais AYANGMA AMANG

Consultant IRS
Jean-christophe.boorte@orange.fr
Jean Christophe BOORTE

Modérateur
Responsable Transport TOTAL
Guy-Louis FAGES E mail
RENCONTRES AMRAE
STRASBOURG 2009
“L’Assurance Transport en Afrique: problématiques actuelles”

RENCONTRES AMRAE
STRASBOURG 2009
« L’ASSURANCE TRANSPORT EN ZONE
CIMA »

• P
Par PProtais
t i AYANGMA AMANG
Président de la FANAF

RENCONTRES AMRAE 4
STRASBOURG 2009
PLAN GENERAL
INTRODUCTION

1/ LA FANAF EN BREF

2/ L’ASSURANCE TRANSPORT EN ZONE CIMA

A- LE POSITIONNEMENT DE LA BRANCHE TRANSPORT


A

B- LES COUVERTURES ET LES ACTEURS

C LA REPARTITION DU CHIFFRE D’AFFAIRES


C-

D- LES SPECIFICITES

E- L’EVOLUTION DES RESULTATS

F- LES DEFIS

G- EN GUISE DE CONCLUSION, LES PERSPECTIVES


RENCONTRES AMRAE 5
STRASBOURG 2009
INTRODUCTION
‰L’introduction d’un atelier consacré uniquement
q au marché
africain dans le programme de nos rencontres est une
i iti ti heureuse
initiative h qu’il
’il faut
f t saluer
l car elle
ll permett à des
d
spécialistes africains de vous apporter un éclairage sur les
réalités de nos marchés.

RENCONTRES AMRAE 6
STRASBOURG 2009
INTRODUCTION

™ Convier
C i les
l Assureurs
A africains
f i i à ce grand
d forum,
f i d it un
induit
besoin plus accru en informations sur les pratiques de nos
marchés.

™ La FANAF vous réitère ses remerciements et vous exprime sa


profonde gratitude.

RENCONTRES AMRAE 7
STRASBOURG 2009
I/
/ LA FANAF EN BREF

RENCONTRES AMRAE 8
STRASBOURG 2009
I/ LA FANAF EN BREF

• FANAF : Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit National Africaines

• Créée le 17 Mars 1976 à Yamoussoukro (République de Côte d’Ivoire)


• Siège Social : Dakar (Sénégal)

• Association professionnelle regroupant 141 Sociétés d’Assurances et de Réassurances et


un Fonds de Garantie

• (vie :34; non vie : 96 ; réassurances : 11 ; fonds de garantie :1) opérant essentiellement
dans les pays de la zone CIMA :

¾ Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo Brazzaville, Côte


d’Ivoire
d Ivoire, Gabon,
Gabon Guinée Conakry,
Conakry Kenya
Kenya, Madagascar
Madagascar, Mali
Mali, Mauritanie
Mauritanie, Niger
Niger,
République Démocratique du Congo, Rwanda, Sénégal, Tchad, Togo.

RENCONTRES AMRAE 9
STRASBOURG 2009
I/ LA FANAF EN BREF

• Dans sa volonté d’ouverture, la FANAF compte quelques sociétés


q du Sud,, d’Algérie,
d’Afrique g , du Ghana,, du Maroc,, du Nigeria
g et
de la Tunisie.

• Le Chiffre d
d’Affaire
Affaire global des sociétés membres de la FANAF
(Chiffre d’Affaires 2007 consolidé zone CIMA) est de 876 Millions
d’Euros avec une charge de sinistres de 406 Millions d’Euros.

RENCONTRES AMRAE 10
STRASBOURG 2009
FANAF
PAYS MEMBRES

Pays de la zone CIMA


Pays hors CIMA

RENCONTRES AMRAE
STRASBOURG 2009
I/ LA FANAF EN BREF

• Objectifs:

™ la promotion de l’assurance et de la réassurance en Afrique ;

™ la représentation et la défense des intérêts de la profession ;

™ la mise en place de structures de réflexion et de coopération en matière


d’assurances
d assurances et de réassurances ;

™ la formation continue des personnels du secteur de l’assurance ;

™ la publication de revues, documents et de prospectus sur l’assurance et la


réassurance ;

™ la vulgarisation de l’assurance et de la réassurance ;

™ l’établissement
é b sse e de relations
e o sp professionnelles
o ess o e es eentree Soc
Sociétés
é és Membres.
e b es.
RENCONTRES AMRAE 12
STRASBOURG 2009
I/ LA FANAF EN BREF

• Organisation :
™ La FANAF compte trois organes statutaires dont deux instances de décision
(l’Assemblée
(l Assemblée Générale et le Bureau Exécutif) et d
d’une
une instance d
d’exécution,
exécution,
le Secrétariat Permanent.

¾ La 334ème Assemblée
sse b ée Gé
Générale
é e se tiendra
e d à Yamoussoukro
oussou o een Cô
Côtee
d’Ivoire du 09 au 12 Février 2009. Le thème de cette Assemblée est
« La contribution de l’assurance à l’émergence économique des
pays africains. »
RENCONTRES AMRAE 13
STRASBOURG 2009
II/ L’ASSURANCE TRANSPORT
EN ZONE CIMA

RENCONTRES AMRAE 14
STRASBOURG 2009
II/ L’ASSURANCE TRANSPORT
EN ZONE CIMA

Un peu d’histoire…
• L’Assurance
L Assurance Transport Maritime a été introduite en Afrique durant la période
coloniale.

• Les premiers assurés étaient les grandes maisons de commerce bordelaises qui
avaient des comptoirs commerciaux dans les villes portuaires comme : Dakar,
Abidjan, Douala, etc.

• Comme elles achetaient CAF, l’assurance était souscrite directement en


Métropole auprès de sociétés d’assurance françaises.

RENCONTRES AMRAE 15
STRASBOURG 2009
II/ L’ASSURANCE TRANSPORT
EN ZONE CIMA

• Au lendemain de l’accession des pays africains à l’indépendance, malgré la


création des marchés nationaux et des Sociétés d’assurances de droit national, les
importateurs ont continué d’acheter CAF et de s’assurer à l’extérieur.

• Durant cette p
période,, l’assurance Transport
p occupait
p une p
portion congrue
g dans
le portefeuille des sociétés d’assurances.

RENCONTRES AMRAE 16
STRASBOURG 2009
II/ L’ASSURANCE TRANSPORT
EN ZONE CIMA

• Début des années 80, sous l’impulsion de la CNUCED, plus de quarante pays

africains adoptent une Réglementation qui institue une double obligation en


assurance maritime.

• Avec l’entrée en vigueur de ces réglementations, toutes les facultés maritimes


importées sont soumises à une assurance qui doit être souscrite auprès des
sociétés d’assurances installées dans le pays du port de destination de la
marchandise.

RENCONTRES AMRAE 17
STRASBOURG 2009
II/ L’ASSURANCE TRANSPORT
EN ZONE CIMA

• Dès ll’entrée
entrée en vigueur de cette nouvelle réglementation,
réglementation la branche Transport
enregistra dans l’ensemble des marchés un taux de croissance qui avoisina les
20%.
20%

• Cette forte progression ne concernait que la catégorie Facultés qui représente


plus de70% de l’assurance maritime dans la zone CIMA.

• Ainsi le parent pauvre des marchés,


Ainsi, marchés ll’assurance
assurance Transport,
Transport devient une
branche importante qui occupe la troisième place dans les marchés juste après
l’A t
l’Automobile
bil ett les
l Accidents
A id t Corporels.
C l
RENCONTRES AMRAE 18
STRASBOURG 2009
II
A- LE POSITIONNEMENT DE LA
BRANCHE TRANSPORT

RENCONTRES AMRAE 19
STRASBOURG 2009
II.A / Le positionnement de la branche par rapport aux
autres branches
La branche Transport occupe la 3ème place dans le marché CIMA non vie de 2002 à 2007 après
l’Automobile et les Accidents corporels & Maladie.
(chiffres en milliers d’euros)

Branches 2002 2003 2004 2005 2006 2007

Automobile 169 357 180 300 188 962 193 647 302 950 344 459

Accidents corporels et Maladie 96 403 95 752 95 052 100 761 108 616 122 956

Transports 80 649 84 932 83 678 88 821 92 486 99 753

Incendie et autres dommages 67 867 70 309 76 164 77 654 86 711 88 936

Autres risques 15 952 15 772 15 306 18 721 48 475 53 261

RC générale 17 733 16 483 18 518 22 529 22 841 24 064

Acceptations 2 163 9 552 4 557 3 389 16 800 21 016

T t l IARD
Total 450 124 473 101 482 236 505 522 678 879 754 445

Part Automobile 37,6% 38,1% 39,2% 38,3% 44,6% 45,7%

Part Accidents corporels et maladie 21,4% 20,2% 19,7% 19,9% 16,0% 16,3%

Part Transport 17 9%
17,9% 18 0%
18,0% 17 4%
17,4% 17 6%
17,6% 13 6%
13,6% 13 2%
13,2%

Part Incendie et autres dommages 15,1% 14,9% 15,8% 15,4% 12,8% 11,8%

Part Autres risques 3,5% 3,3% 3,2% 3,7% 7,1% 7,1%

Part RC Générale 3,9%


, 3,5%
, 3,8%
, 4,5%
, 3,4%
, 3,2%
,

Part Acceptations 0,5% 2,0% 0,9% 0,7% 2,5% 2,8%


RENCONTRES AMRAE 20
STRASBOURG 2009
B/ Les Couvertures et les acteurs

RENCONTRES AMRAE 21
STRASBOURG 2009
II.B / Les Couvertures et les acteurs
Un marché peu sophistiqué et peu innovant

A – Les Facultés maritimes (53,4% du Transport en 2007)

Les risques

¾ Les avaries particulières:

¾ Concernent les dommages et pertes matérielles ainsi que de poids ou de


qualité subis par la marchandise assurée au cours de son transfert.

¾ Les avaries communes:

¾ Ce risque qui est ignoré par beaucoup d’importateurs ou d’exportateurs est


susceptible d’entraîner pour eux des pertes et frais élevés. Institution
ancienne qui remonte aux Phéniciens.

¾ En cas d’avarie commune, le propriétaire du navire et celui de la cargaison


sont dans l’obligation d’en supporter une part égale même s’ils ne sont pas
assurés
assurés.

RENCONTRES AMRAE 22
STRASBOURG 2009
II.B / Les Couvertures et les acteurs

¾ Les risques
q exceptionnels
p :

• Les marchandises transportées par voie maritime sont


exposées à des risques de guerre, de grève, d’émeutes et de
sabotage.
sabotage

• Ces risques qui sont devenus très fréquents, peuvent


entraîner des conséquences financières lourdes pour les
propriétaires de marchandises ou de navire.

RENCONTRES AMRAE 23
STRASBOURG 2009
II.B / Les Couvertures et les acteurs

• Pour couvrir ces risques,


risques les Assureurs africains mettent à la
disposition des importateurs deux garanties classiques (Tous
Risques et FAP Sauf).

• A la demande,
demande ils peuvent offrir aux assurés d
d’autres
autres garanties plus
personnalisées au moyen de clauses additionnelles.

• Ces clauses peuvent soit étendre, soit restreindre l’étendue des


garanties
ti contenues
t d
dans l Tous
la T Ri
Risques ou la
l FAP Sauf.
S f

RENCONTRES AMRAE 24
STRASBOURG 2009
Les garanties
g
Les deux formules de garanties que l’on trouve en général sur nos marchés sont :

1. Garantie Tous Risques:

ƒ L’assurance Tous Risques couvre tous les dommages et pertes


matériels
é i l causés
é aux objets
bj assurés
é pendant
d l voyage (y
le ( compris
i
les pertes de poids ou de quantité) sous réserve des exclusions et
limitations du contrat.

ƒ Cette garantie, la plus complète pour les importateurs, devrait donc


être la plus vendue, n’est pas pourtant très demandée sur nos
marchés du fait de son coût, mais aussi parce que mal connu.

ƒ Sa souscription par les assurés est rare et exceptionnelle.

RENCONTRES AMRAE 25
STRASBOURG 2009
Les garanties
g

2. Garantie FAP Sauf:

• A l’inverse de la « Tous Risques », elle correspond à une


assurance restreinte, qui ne garantit que les pertes et
dommages causés aux marchandises par l’un des
événements énumérés dans les conditions générales de la
p
police.

• Ell estt la
Elle l plus
l vendue
d d
dans t
tous l
les marchés
hé de
d la
l CIMA.
CIMA

RENCONTRES AMRAE 26
STRASBOURG 2009
Les garanties
g

• La forte intensité concurrentielle justifie la baisse continuelle du taux de


prime de la garantie FAP Sauf.

• Sur certains marchés, cette garantie est même vendue à des


i
importateurs d
dont l
les marchandises,
h di quii sont arrivées
i é à destination
d i i ne
courent plus de risques.

• La souscription de cette garantie ne sert à ll’assuré


assuré que pour sortir ses
marchandises du Port en présentant l’attestation ou le certificat
d’assurance aux Autorités de la Douane.

• Cette pratique, qui conclut à considérer l’assurance comme un taux


portuaire à régler pour l’enlèvement des marchandises, doit être
combattue dans l’ensemble de nos marchés en dépit de son ampleur.

RENCONTRES AMRAE 27
STRASBOURG 2009
Les polices

Les marchés de la CIMA offrent aux preneurs d’assurances les polices

suivantes :

- Police au voyage :
– qui convient aux expéditions occasionnelles.

– La marchandise, sa valeur, le nom du navire, le port d’embarquement et de débarquement


sont connus.

– Le risque est bien délimité ;

- Police à Alimenter :
– elle est destinée aux importateurs qui reçoivent beaucoup d’expéditions sur une période
indéterminée ;

– Police d’abonnement :
– est destinée aux importateurs qui réceptionnent des marchandises de nature variée.

– La police d’abonnement
d abonnement est simple et s’adapte
s adapte à des situations et à des circonstances
particulières.

– Elle est renouvelable par tacite reconduction.

RENCONTRES AMRAE 28
STRASBOURG 2009
B – L’assurance corps de navire :

Contrairement aux facultés, l’assurance des corps de navire est libre. Cette assurance
quii peutt être
êt souscrite
it par les
l propriétaires
iét i couvre en général
é é l les
l navires
i mais
i
également la responsabilité civile des propriétaires (armateurs, affréteurs et
exploitants).

Les navires concernés par cette assurance sont les suivants :

- navire de commerce ;

- navire de pêche ;

- navire de plaisance ;

- matériels portuaires.

RENCONTRES AMRAE 29
STRASBOURG 2009
B – L’assurance corps de navire :

• Les corps assurés dans la zone CIMA concernent surtout les bateaux de
pêche, de plaisance et le matériel portuaire.

• Les navires de commerce, qui appartiennent en général à des armateurs


étrangers, sont assurés en dehors des pays de la CIMA.

• Si la couverture et le placement des bateaux de plaisance et du matériel


portuaire sont faciles, ceux des bateaux de pêche restent très difficiles à
cause des mauvais résultats de la catégorie mais aussi des nombreux cas
de fraude enregistrés au niveau des armements de pêche.

RENCONTRES AMRAE 30
STRASBOURG 2009
B – L’assurance corps de navire :

• Face à cette situation et aux difficultés qu


qu’elles
elles rencontrent pour
trouver des couvertures en réassurance, les compagnies
d’assurances opérant
p au Sénégal
g ont créé un pool
p de Co-
réassurance dénommé AMCO.

• Dans les autres marchés, le placement des affaires corps de navire


constitue un véritable casse tête pour les assureurs.

RENCONTRES AMRAE 31
STRASBOURG 2009
C- La RC des Auxiliaires de Transports
Les auxiliaires de transports les plus actifs en Afrique sont :

- Les consignataires de navires ou de cargaisons ;

- Les acconiers ;

- Les commissionnaires en douane ;

- Les transitaires ;

- Les conducteurs de navires ;

• Tous ces agents économiques qui travaillent à l’intérieur des ports n’ont
pas souvent de lien contractuel.
contractuel Ils sont de ce fait responsables des
dommages qu’ils peuvent causer à leurs clients.

• C’est pourquoi, bien qu’ils ne soient pas soumis à une obligation


d’assurance, les auxiliaires de transports souscrivent des assurances de
responsabilité
esponsabilité civile
ci ile professionnelle.
p ofessionnelle
RENCONTRES AMRAE 32
STRASBOURG 2009
C- La RC des Auxiliaires de Transports

ƒ Ces contrats garantissent les auxiliaires de transports contre les


conséquences pécuniaires pouvant leur incomber en vertu du
droit commun, des règles de droit administratif ou d’obligations
contractuelles.

ƒ En plus de la RC,
RC les opérateurs portuaires sont exposés à
d’autres risques dommages qui sont souvent garantis par un ou
plusieurs contrats.

RENCONTRES AMRAE 33
STRASBOURG 2009
C- La RC des Auxiliaires de Transports

• A l’instar de grands marchés,


é ceux de la FANAF offrent aux
auxiliaires de transports une couverture globale dommages aux
bi
biens par une police
li unique
i d t l’atout
dont l’ t t majeur
j estt d’éviter
d’é it d
des
trous de garantie.

• Les marchés de la FANAF offrent aux auxiliaires de transports


des assurances dommages aux biens et des assurances de
responsabilité civile professionnelle.

RENCONTRES AMRAE 34
STRASBOURG 2009
D – Corps aériens

• L’évolution du Chiffre d’Affaires de cette branche est en dents scie de


2002 à 2007.

• Cette évolution est imputable à la baisse du Dollar mais surtout à la


disparition de plusieurs compagnies aériennes opérant dans les pays de
la CIMA (Camair, Air Afrique, Air Gabon, Air Mauritanie).

• L’assurance des Transports Aériens n’est pas très développée en zone


FANAF.

• Cette mauvaise performance s’explique d’une part par le fait que le parc
de l’aviation n’est pas très étendu (Compagnies aériennes nationales,
flottes présidentielles, quelques avions privés).

• D’autre part, les transporteurs étrangers qui utilisent les territoires


CIMA préfèrent
éfè t s’assurer
’ chez
h eux ou même
ê d
dans l
les plus
l grandes
d
sociétés d’assurances au monde.
RENCONTRES AMRAE 35
STRASBOURG 2009
D – Corps aériens

• Il s’agit en général de fronting:


o En effet, Compte tenu de l’importance des capitaux qui sont en jeu,
l
les sociétés
iété d’assurances
d’ membres
b d la
de l CIMA cèdent
èd t en réassurance
é
la quasi-totalité des affaires corps qu’elles souscrivent.

o La quote-part conservée est le plus souvent co-assurée avec les


autres compagnies d’assurances du marché de l’apériteur.

g
o Il convient de signaler l’existence d’un p
pool de co-réassurance
aviation, géré par la société africaine de réassurance AFRICA-RE.

o Ce pool offre des capacités aux cédantes africaines de souscrire et de


conserver davantage les corps aériens.

o Grosso modo, nous jouons plus un rôle d’apporteur d’affaires que de


gestionnaires de risques

RENCONTRES AMRAE 36
STRASBOURG 2009
E – Autres Transports

Il s’agit pour l’essentiel de transports terrestres


ett ferroviaires
f i i (transport
(t t d’hydrocarbures,
d’h d b d
de
boissons, de denrées alimentaires, …).

RENCONTRES AMRAE 37
STRASBOURG 2009
C/ La répartition du Chiffre
d’Aff i
d’Affaires

RENCONTRES AMRAE 38
STRASBOURG 2009
II.C / La répartition du Chiffre d’Affaires
Un chiffre d’affaires dominé p
par les assurances maritimes

Le Chiffre d’Affaires est dominé par les affaires maritimes bien que l’on constate
que sa part
q p tend à diminuer au profit
p des autres transports.
p

Les chiffres sont en milliers d’euros :

Rubriques 2002 2003 2004 2005 2006 2007


Primes émises

Maritimes 47 607 49 043 44 915 56 420 48 474 53 261

Aériens 25 904 26 514 25 258 23 178 27 213 25 477

Autres transports 7 138 9 376 13 505 9 223 16 800 21 016

Total Transport 80 649 84 932 83 678 88 821 92 487 99 753

Part de "Marimes" dans le Transport 59,0% 57,7% 53,7% 63,5% 52,4% 53,4%

Part "Aériens" dans le Transport 32,1% 31,2% 30,2% 26,1% 29,4% 25,5%

Part "Autres transports" dans le Transport 8,9% 11,0% 16,1% 10,4% 18,2% 21,1%

RENCONTRES AMRAE 39
STRASBOURG 2009
D/
/ Les
es spéc
spécificités
c tés

RENCONTRES AMRAE 40
STRASBOURG 2009
II D / Les
II.D L spécificités
é ifi ité

Un contexte juridique particulier

¾ Le contexte juridique est dominé par une double obligation :


- L’obligation d’assurance des Facultés à l’importation
- L’obligation de domiciliation (assurance locale)

¾ Une législation
g unique
q : Le Code CIMA
Un régulateur unique : La CRCA

¾ Le p
potentiel assurable est p
peu exploité
p du fait de divers p
problèmes
(fraude, … )

¾ L’existence de deux réseaux de Commissaires d’avaries (Les


(
Commissaires d’avaries indépendants et les Commissaires d’avaries
affiliés au réseau du Comité des Experts Maritimes de France qui est
un démembrement du CESAM).

RENCONTRES AMRAE 41
STRASBOURG 2009
E/
/ L’Évolution
o ut o des résultats
ésu tats

RENCONTRES AMRAE 42
STRASBOURG 2009
II E / L’Évolution
II.E L Évolution des résultats
Une évolution baissière
Le tableau ci-après retrace la situation générale de l’assurance Transports dans la
zone CIMA de 2002 à 2007. Les chiffres sont en milliers d d’euros.
euros.

Nous notons un effritement du résultat d’exploitation net de la branche à partir de


l’exercice 2005 dû :
– A une hausse des charges de sinistres d d’une
une part ;
– Et d’autre part à la hausse des frais de gestion
Eléments 2002 2003 2004 2005 2006 2007

Primes émises 80 649 84 932 83 678 88 821 92 486 99 753

Primes acquises 79 556 82 068 82 001 90 631 88 144 94 989

Produits financiers nets 2 296 1 584 1 959 2 215 1 864 2 238

Charges de sinistres 7 603 13 316 12 194 30 295 28 729 28 223

Charges
h de
d gestion 17 469
9 17 567 19
9 175 20 010
0 0 2 415
21 22 506
0

Résultat d'exploitation brut 56 780 52 769 52 590 42 541 39 864 46 499

Solde de réassurance -50


50 932 -42
42 988 -46
46 006 -41
41 713 -39
39 222 -45
45 865

Résultat d'exploitation net 5 848 9 781


RENCONTRES 6 584
AMRAE 828 642 634 43
STRASBOURG 2009
Evolution de la sinistralité par catégories de transports
(chiffres en milliers d’euros)
Rubriques 2002 2003 2004 2005 2006 2007
Primes émises
Aériens 25 904 26 514 25 258 23 178 27 213 25 477
Maritimes 47 607 49 043 44 915 56 420 48 474 53 261
Autres transports 7 138 9 376 13 505 9 223 16 800 21 016
Total 80 649 84 932 83 678 88 821 92 487 99 753
Primes acquises
Aériens 26 113 25 944 26 779 23 456 25 863 18 230
Maritimes 46 956 47 851 45 680 57 967 55 601 60 566
Autres transports 6 487 8 273 9 542 9 208 14 425 16 193
Total 79 556 82 068 82 001 90 631 95 889 94 989
Charges de sinistres
2002 2003 2004 2005 2006 2007
Aériens -1
1 422 997 681 14 641 7 267 3 191
Maritimes 7 828 9 011 8 324 13 390 13 547 22 852
Autres transports 1 197 3 308 3 189 2 264 7 917 2 180
Total 7 603 13 316 12 194 30 295 28 731 28 223
Taux de sinistre à primes (S/P)
Aériens -5,4% 3,8% 2,5% 62,4% 28,1% 17,5%
Maritimes 16,7% 18,8% 18,2% 23,1% 24,4% 37,7%
Autres transports 18,4% 40,0% 33,4% 24,6% 54,9% 13,5%
Total 9,6% 16,2% 14,9% 33,4% 30,0% 29,7%
RENCONTRES AMRAE 44
STRASBOURG 2009
F/ Les défis

RENCONTRES AMRAE 45
STRASBOURG 2009
II.F / Les défis

L’assurance Transport souffre des mêmes problèmes que l’assurance en


général en Afrique.
g q Ce sont notamment :

¾ La faiblesse du Chiffre d’Affaires

¾ La faiblesse du taux de rendement des placements

¾ L’importance des arriérés de primes

¾ L’importance des charges de gestion (Commissions et autres charges)

¾ La sous tarification

¾ La fraude (fausses attestations d’assurance, fraude sur le poids ou la


quantité des marchandises, fausses déclarations de sinistres,
falsification des connaissements, …)

¾ La mauvaise image des assureurs

RENCONTRES AMRAE 46
STRASBOURG 2009
II.F / Les défis

Pour ce qui est du cas particulier de l’assurance maritime, nous pouvons


citer :

¾ La vente CAF (malgré les dispositions de la réglementation) ;

¾ L’assurance parallèle (l’assurance subsidiaire : qui est souscrite


auprès d’une société d’assurance du pays exportateur) ;

¾ L’assurance en différence de condition ;

¾ Et depuis peu, le terrorisme.

• L’assurance subsidiaire et l’assurance en différence de conditions


constituent des entraves au développement de la branche Maritime dans
la zone FANAF et une infraction aux dispositions des Codes des
Assurances des différents pays africains.

RENCONTRES AMRAE 47
STRASBOURG 2009
II.F / Les défis

• En se basant sur les documents des travaux préparatoires de la CNUCED,


les primes d’assurances maritimes doivent représenter au minimum
1,5% de la valeur totale des importations FOB d’un pays.

• L’application de ce taux aux importations des pays de la zone CIMA


permet de constater que les primes potentielles dans la zone auraient dû
atteindre 287,1 millions d’euros contre 53,3 millions d’euros de primes
réelles réalisées par les marchés, soit un manque à gagner de 233,8
millions d’euros.
d’euros

• Trouver des solutions à ces problèmes constitue l’un des principaux défis
à relever.

RENCONTRES AMRAE 48
STRASBOURG 2009
Autres défis

• La trilogie prévention, gestion des sinistres et recours

constit e une
constitue ne des préoccupations
p éocc pations majeures
maje es des Assureurs.
Ass e s

• La maîtrise de ces trois éléments devra permettre à

l’Assurance d’améliorer ses résultats et la qualité de ses

prestations envers les assurés.


assurés

RENCONTRES AMRAE 49
STRASBOURG 2009
La prévention :
ƒ Les études publiées par les Organisations africaines et internationales
qui s
s’occupent
occupent du transport maritime montrent que 70% des pertes et
avaries qui surviennent au cours du transport peuvent être évitées ou
réduites par des mesures de préventions idoines.

• En raison de l’insécurité qui règne dans les ports africains, les assureurs
exigent aux assurés de veiller à la surveillance des navires au moment
de l’embarquement et du déchargement des marchandises pour éviter les
vols qui sont très
è fréquents
é dans l’enceinte des ports.

• L
Les souscripteurs
i t exigent
i t aussii dans
d l cadre
le d d la
de l prévention
é ti que des
d
mesures comme la fumigation et les contrôles phytosanitaires soient
prises par les armateurs.

RENCONTRES AMRAE 50
STRASBOURG 2009
Le Règlement des sinistres :

Il est devenu une préoccupation des sociétés membres de la CIMA.

– Depuis l’entrée en vigueur du code CIMA et la mise en place de la Commission

Régionale de Contrôle des Assurances, les sociétés d’assurances opérant dans

nos marchés ont retrouvé une santé financière qui leur permet de régler dans

des délais raisonnables les sinistres.

– Cependant, il faut reconnaître que les assurés ignorent souvent les obligations

principales
i i l quii sont les
l l
leurs en cas de
d sinistres
i i (dé l
(déclaration
i d
du sinistre,
i i

réserves sur le bordereau de Livraison, constat des dommages par un expert ou

commissaire
i i d’avaries
d’ i d
dans l
les dél i les
délais l plus
l b f …).
brefs, )

RENCONTRES AMRAE 51
STRASBOURG 2009
Le Règlement des sinistres :

Sur les marchés


é de la CIMA, coexistent deux réseaux
é de
commissaires d’avaries :

¾ Des commissaires d’avaries indépendants

¾ Des commissaires d’avaries affiliés au réseau du Comité des Experts


Maritimes de France qui est un démembrement du CESAM.

L’assuré et les bénéficiaires de l’assurance doivent prendre


toutes les mesures pour conserver les droits et recours contre les
transporteurs et tous autres responsables et permettre à
l’assureur, le cas échéant, d’engager et de poursuivre les actions
qu’il jugera nécessaires. Ce qu’ils ne font pas souvent par
ignorance.

RENCONTRES AMRAE 52
STRASBOURG 2009
Le recours :

• La conservation et l’exercice
l exercice des recours sont
indispensables à l’équilibre économique des
contrats d’assurance.

• Outre leur incidence directe sur les résultats


statistiques, ils ont pour effet de responsabiliser
le transporteur, ce qui moralise les risques et
incite les partenaires à l’opération de transport à
la prévention.
RENCONTRES AMRAE 53
STRASBOURG 2009
G/ Les perspectives (Conclusion)

RENCONTRES AMRAE 54
STRASBOURG 2009
II.G / Les perspectives
(Conclusion)

ƒ Malgré les efforts entrepris par les Sociétés d’assurances et par


les Autorités, l’assurance Maritime n’a pas atteint sa vitesse de
croisière.

ƒ Pour relever ce défi, les assureurs (FANAF) devront mettre en


place une stratégie
p g q qui p
pourrait être axée sur :

RENCONTRES AMRAE 55
STRASBOURG 2009
II G / Les perspectives (Conclusion)
II.G
¾ La communication pour amener les assurés à souscrire des garanties « Tous Risques »
au lieu des FAP Sauf. Au-delà de l’obligation, faire le plaidoyer de l’intérêt de
l’assurance;

¾ La sensibilisation des Risk Managers que vous êtes au respect des dispositions
réglementaires et au refus de certaines pratiques de contournement comme
l’
l’assurance parallèle.
llèl

¾ La rapidité des Règlements de sinistres ;

¾ L’intensification de la prévention ;

¾ Le maintien des législations instituant les obligations d’assurances et de domiciliation


de l’assurance dans l’espace FANAF malgré la pression des institutions de
BRETTON WOODS ;

RENCONTRES AMRAE 56
STRASBOURG 2009
II G / Les perspectives (Conclusion)
II.G

Convaincu q
que l’amélioration continue de la solvabilité des
compagnies d’assurances africaines, le professionnalisme
pointu de leurs Cadres et la mise en application de la
stratégie que je viens d
d’évoquer
évoquer plus haut, permettront aux
marchés africains de l’assurance de répondre davantage aux
attentes des assurés en matière de règlements de sinistres et
de besoins de sécurité
sécurité.

RENCONTRES AMRAE 57
STRASBOURG 2009
MERCI POUR VOTRE
ATTENTION

RENCONTRES AMRAE 58
STRASBOURG 2009
RENCONTRES AMRAE
STRASBOURG 2009