Vous êtes sur la page 1sur 111

Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers

au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Dédicace

à mon oncle M. BINELI PROTAIS

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 i


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

REMERCIEMENTS

Je remercie l’Eternel DIEU de m’avoir donné la sagesse et l’intelligence nécessaires pour


produire ce travail.
En cette fin de cycle d’Ingénieur, l’occasion m’est donnée de témoigner ma gratitude à
toutes les personnes qui ont de près ou de loin contribué à ma formation et la production de
ce document, notamment à :
Pr. NZENGWA Robert, Doyen de la Faculté de Génie Industriel pour son dévouement
pour que nous ayons des profils compétitifs pour des emplois futurs.
M. NGAYIHI ABBE Claude enseignant chercheur à la la Faculté de Génie Industriel pour
l’encadrement qu’il nous a accordé pendant ce projet.
M. NYATTE NYATTE JEAN, enseignant à la Faculté de Génie Industriel, pour sa
disponibilité et ses remarques constructives.
M. EKOUTA Dieudonné ING. Directeur Technique de PI ENGINEERING, pour son
encadrement, disponibilité dans le suivi permanent de ce travaille et ses conseils prodigués
M. SIGNE joseph chef Service Travaux Neuf et Développement de la SCDP pour son
encadrement, sa disponibilité et ses remarques et conseils constructifs.
M. Dieudonné OYONO, Recteur de l’Université de Douala, pour nous avoir offert un
cadre propice pour notre formation.
M ELOUNDOU ESSOMBA, Gaston Directeur Général de la SCDP qui a bien voulu nous
accueillir dans son entreprise.
Tout le corps enseignement et le personnel administratif de la Faculté de Génie Industriel,
pour tout le dévouement donné pour notre formation.
Tout le personnels du service travaux Neuf et Développement pour leur sympathie
Toute ma famille pour le soutien permanent tout au long de ma formation
Tous ceux qui ont de près ou de loin contribué à la réalisation de ce travail, et donc les
noms ne figurent pas ici.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 ii


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

RESUME
La SCDP, Société Camerounaise des Dépôts Pétroliers créée en juillet 1979, pour
assurer un approvisionnement régulier en produits pétroliers (le jet-A1, le super, le gasoil
et gaz) sur l’ensemble du territoire national, s’est développée au fil des ans. Aujourd’hui,
elle compte treize (13) dépôts dans 7 des 10 régions du pays, avec une capacité totale de
266 350 . Malgré ses efforts, cette offre reste très insuffisante par rapport à la demande
nationale sans cesse croissante. Pour pallier cette difficulté relative au déficit de l’offre
par rapport à la demande, la SCDP s’est inscrite dans une dynamique continue
d’augmentation de ses capacités de stockage. Cette dynamique a commencé en 2009 avec
un programme baptisé : “les grands projets d’augmentation des capacités de stockage de
la SCDP’’. C’est donc dans le cadre de l’exécution de ce programme, qu’il nous a été
demandé de concevoir un réservoir pour le stockage du gasoil d’une capacité de 6333m3
au dépôt SCDP de BESSENGUE. Pour effectuer la conception et le dimensionnent de ce
réservoir, compte tenu de la complexité de la méthode de dimensionnement utilisée. nous
avons dans un premier temps, mettre sur pied un pro -logiciel dans Microsoft Excel. Ce
logiciel nous a permis non seulement d’aller très vite sans erreurs dans les calculs de
dimensionnement de notre réservoir, mais aussi de laisser un outil qui permettra à la
SCDP d’optimiser la vérification des notes de calculs et le dimensionnement de telles
structures suivant le code de construction CODRES 2007 édition1. Par la suite, nous
avons faire une vérification numérique de nos résultats avec les logiciels de calculs de
structures tels que : RDM6 pour les éléments de la charpente et AUTODESK ROBOT
STRUCTURAL ANALYSIS pour la coque de notre structure. Et enfin, nous avons
proposé quelques solutions constructives qui pourront servir de guide pour la construction
des réservoirs à toit fixe conique autoportant. Par ailleurs les valeurs des calculs
numériques et analytiques sont tous inferieurs aux valeurs admissibles ce qui, rend nos
résultats satisfaisants et vient naturellement confirmer la fiabilité de notre pro-logiciel.

Mots clés : RESERVOIR, CODRES, DIMENSIONNEMENT

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 iii


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

ABSTRACT

The SCDP, Cameroon Society of Petroleum Deposits) created in July 1979 to ensure
regular supply of petroleum products (jet A1, super, diesel and gas) throughout the national
territory. It developed over the years, 13 deposits in 7 of the 10 regions of the country with
a total capacity of 266 350m 3. Despite his efforts, the offer is very poor compared to the
national growing demand. To overcome this deficit problem of supply over demand. The
SCDP was part of a dynamic continues to increase its storage capacity. This dynamic
began in 2009 with a program called "major projects to increase the storage capacity of the
SCDP" .it is therefore in the context of the implementation of the program we were asked,
designing a tank for storing the fuel of 6333m3 capacity at PICS deposition BESSENGUE.
To make the design and dimensionnent of this tank, given a too large number of formulas.
We go first, to establish a pro software in Microsoft Excel that not only allow us to move
quickly without errors in calculations to size of our tank. But also a tool that will let the
SCDP in the future to optimize the verification of design calculations and design of such
structures according to the building code CODRES 2007 edition1 later we will make a
numerical verification of our results with structures calculation software such as RDM6 for
elements of the framework and AUTODESK ROBOT STRUCTURAL ANALYSIS for the
hull of our structure. And end up with some constructive solutions that can be used to
guide the construction of reservoirs freestanding conical fixed roof.

Key words: TANK, CODRES , DESIGN

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 iv


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

TABLE DES MATIERES


Dédicace ....................................................................................................................... i
REMERCIEMENTS .................................................................................................... ii
RESUME ..................................................................................................................... iii
ABSTRACT ...................................................................................................................iv
TABLE DES MATIERES ................................................................................................ v
LISTE DES ABREVIATIONS ET SYMBOLES ............................................................... viii
GLOSSAIRE ..................................................................................................................xi
LISTE DES TABLEAUX .............................................................................................. xii
LISTE DES FIGURES................................................................................................... xiv
INTRODUCTION GENERALE ........................................................................................ 1
PARTIE. I : ................................................................................................................... 2
PROBLEMATIQUE ET REVUE DE LA ........................................................................... 2
LITTERATURE ............................................................................................................. 2
CHAPITRE 1 : PRESENTATION DE LA SCDP ET PROBLEMATIQUE............................................ 3
A. L’HISTORIQUE .............................................................................................................................. 3
B. MISSIONS ....................................................................................................................................... 3
C. OBJECTIFS ..................................................................................................................................... 3
D. ORGANISATION ........................................................................................................................... 4
a) Les actionnaires ........................................................................................................................... 4
b) La capacité et Réseau de distribution de la SCDP ....................................................................... 4
E. DEPOT DE BESSENGUE .............................................................................................................. 5
F. PROBLEMATIQUE ........................................................................................................................ 5
G. CAHIER DE CHARGES ................................................................................................................. 7

CHAPITRE 2 : GENERALITES SUR LES RESERVOIRS ................................................................ 11


A. LES TYPES DE RESERVOIRS.................................................................................................... 11
a) Silos ........................................................................................................................................... 11
b) Réservoirs cylindriques horizontaux ......................................................................................... 12
c) Réservoirs sphériques ................................................................................................................ 12
d) Réservoirs cylindriques verticaux .............................................................................................. 13
B. METHODE DE DIMENSIONNEMENT DES RESERVOIRS DE STOCKAGE ........................ 18
C. PRESENTATION DU CODRES .................................................................................................. 19

PARTIE II. .................................................................................................................. 21


DIMENSIONNEMENT ET ELABORATION DES .......................................................... 21
TERMES DE REFERENCES ......................................................................................... 21
CHAPITRE 3 : DIMENSIONNEMENT D’UN RESERVOIR A TOIT FIXE SUIVANT LE CODRES ........ 22
A. CHOIX DES MATERIAUX ......................................................................................................... 22
B. LES HYPOTHESES DE CALCULS............................................................................................. 23

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 v


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

C. MODELISATION DU RESERVOIR AVEC LES EFFORTS APPLIQUES .............................. 23


D. METHODE DE DIMENSIONNEMENT ...................................................................................... 24
E. DIMENSIONNEMENT DE LA ROBE ........................................................................................ 24
a) Détermination de la pression d’étude ........................................................................................ 24
b) Calcul des épaisseurs de viroles ................................................................................................ 25
c) Calcul des raidisseurs de la robe ................................................................................................ 26
d) Calculs des contraintes et de la déformée sur la robe ................................................................ 27
F. DIMENSIONNEMENT DE La TOLE DE FOND DU RESERVOIR .......................................... 30
a) Calculs et vérications des contraintes sur la tôle de fond .......................................................... 31
G. DIMENSIONNEMENT DE LA TOLE DE TOITURE............................................................... 31
a) Calculs et vérifications des contraintes sur la tôle de toiture ..................................................... 31
H. VERIFICATION DE LA CHARPENTE....................................................................................... 32
a) Descente de charge .................................................................................................................... 32
b) modélisation et calcul de la ferme ............................................................................................. 34
c) Vérification du chevron ............................................................................................................. 38
d) Modélisation et calcul de l’entretoise ........................................................................................ 41
e) Modélisation et calcul du contreventement ............................................................................... 43
I. VERIFICATION DE LA RESISTANCE AU SOULEVEMENT D’APRES LA SECTION C7
DU CODRES .......................................................................................................................................... 44
J. VERIFICATION DE LA FRANGIBLE DU RESERVOIR .......................................................... 46
K. VERIFICATION DE LA RESISTANCE AU SEISME DES RESERVOIRS .............................. 47
L. VERIFICATION DE LA RESISTANCE A LA VIS A VIS DU MOMENT DE
RENVERSEMENT ET STABILITE DE LA ROBE ............................................................................ 49
M. CALCULS ET VERIFICATION DES ECHELLES ET PASSERELLES DE LA TOITURE . 51
a) Vérification de l’échelle ............................................................................................................ 52
N. résumé des resultants des calculs analytique des elements de charpe ............................................ 53
O. Vérification numérique de la coque et des éléments de charpente et comparaison des résultats .. 55
a) Vérification numérique de la coque du réservoir ....................................................................... 55
b) Vérification des éléments de charpente ..................................................................................... 62
P. DESCENTE DE CHARGE SUR LE RADIER ............................................................................. 66
Q. CALCULS ET VERIFICATION DES ASSEMBLAGES ............................................................ 66
a) Choix des assemblages .............................................................................................................. 66
b) Assemblage des éléments boulonnés ....................................................................................... 67
c) Assemblage des éléments soudés .............................................................................................. 70
R. DETERMINATION DE LA DUREE DE VIE DU RESERVOIR ................................................ 71
S. PRESENTATION DU PRO-LOGICIEL ....................................................................................... 71
a) Notice d’utilisation .................................................................................................................... 72
CHAPITRE 4 : PROPOSITION D’ELABORATION D’UN CAHIER DE CONSTRUCTION D’UN
RESERVOIR A TOIT FIXE. ..................................................................................................... 73
A. DIRECTIVE POUR LA REDACTION DES TERMES DE REFERENCE ................................. 73
a) Matériaux ................................................................................................................................... 73
a) Logistique du matériel sur site .................................................................................................. 74
b) Sécurité sur site et du personnels ............................................................................................... 74
c) Les contrôles et les essais sur le réservoir ................................................................................. 74
d) Disposition constructive ............................................................................................................ 74
iii. Liaison chevron couronne......................................................................................................... 76
B. L’ALGORITHME DE MONTAGE DES VIROLES .................................................................... 81
C. TABLEAU 4.5 DE DEVIS ESTIMATIF ...................................................................................... 82
D. DUREE PROVISOIRE DU PROJET ........................................................................................... 85
E. Plan de maintenance ...................................................................................................................... 86

CONCLUSION ET PERSPECTIVES .............................................................................. 88

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 vi


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

REFERENCES BIBLIOGRAPHIES ......................................................................... 89


ANNEXES ................................................................................................................... 90

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 vii


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

LISTE DES ABREVIATIONS ET SYMBOLES

C.S.P.H : Caisse de Stabilisation des Prix des Hydrocarbures


D.A.F : Direction Administrative et Financière
D.C.A.I. : Direction des Comptes et Audit Interne
D.E.X : Direction d’Exploitation
D.R.H : Direction des Ressources Humaines
P.A.D : Port Autonome de Douala
S.E.M : Service Entretien et Maintenance
S.N.H : Société Nationale des Hydrocarbures
S.N.I : Société Nationale d’Investissement
SO.NA.RA : Société Nationale de Raffinage
S.P : Service Programmation
S.S : Service Statistique
S.T.N.D : Service Travaux Neufs et Développement
SCDP : Société Camerounaise des Dépôts Pétroliers
MINIMEF : Ministère de l’industriel des mines de l’eau et d’énergie
MINEF : Ministère d’économie et des finances
C : surépaisseur de corrosion
D : diamètre du réservoir
: Epaisseur de la robe requise pour les conditions d’études
: Epaisseur de la robe requise pour les conditions d’essai
: Distance entre la base de la virole et la hauteur maximale du liquide
P : la pression d’étude
: Pression d’essai
Contrainte maximale admissible :
ρ : densité maximale du produit stocké
: Densité du produit en situation d’essai
Mvent : moment du à la pression du vent sur la robe

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 viii


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Mpression : moment dû à la pression interne


Mpoids : moment dû au poids effectif à l’état corrodé du toit et de la robe
Mproduit : moment du au poids du produit résiduel
SNCT : Syndicat National de la Chaudronnerie, de la Tôlerie et de la Tuyauterie
Industrielle
CODAP : Code de Construction des Appareils A Pression
API: American Petroleum Institute
BS: British Standard
etf : Épaisseur de la tôle de fond ou épaisseur du bord ure annulaire au droit de la robe
[mm]
ev1 : Épaisseur (sans surépaisseur de corrosion) de la virole de la robe du réservoir fixée
à la tôle de fond, [mm]
g : Accélération de la pesanteur [ m /s²]
hlc : Bras de levier relatif à la masse mlc , [m]
hlf : Bras de levier relatif à la masse mlf [m]
H : Haut eu r maximale de remplissage [m]
J : Coefficient de sol
mlc : Masse de la fraction de liquide convectif [kg]
mlf : Masse de la fraction de liquide figé [ kg]
mliq : Masse totale de liquide [ kg]
mt : Masse du toit et des composants fixés sur celui –ci [ kg]
mv : Masse de la robe du réservoir et des composants fixés sur celle-ci, [kg]
MF : Moment de renversement appliqué à la fondation [ N . m]
MV : Moment de renversement appliqué à la robe [ N. m]

, : Limite d’élasticité de la tôle de fond ou de la bordure annulaire [ MPa]

, : Limite d’élasticité de la virole de la robe du réservoir fixée à la tôle de fond [ MPa]

T : Période du premier mode de ballotement, [s]


xlc : Distance du point d’application de la masse mlc à la base du réservoir [m]
xlf : Distance du point d’application de la masse mlf à la base du réservoir, en[m]
xv : Distance du centre de gravité de l a robe à de la base du réservoir, en [m]
xt : Distance du centre de gravité du toit à la base du réservoir, en[ m]

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 ix


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

wb : Force longitudinale de compression maximale [ N par m de circonférence]


wT : Poids du réservoir vide (robe, partie d u toit supportée par la robe, accessoires …),
[N par m de circonférence].
wL : Poids du liquide participant à la résistance au renversement,[N par m de
circonférence]
α = Coefficient sismique exprimé en %g (par exemple : pour une accélération sismique
de 1,5m/s²α=1, 5 / 9, 81 = 0, 1529)
β : Coefficient sismique fonction de α
ρliq : Densité du liquide
σa : Contrainte longitudinale admissible de compression [MPa]
D : Diamètre nominal du réservoir [ mm]
ea : Epaisseur de la bordure annulaire ou épaisseur du fond pour les réservoirs ne
Comportant pas de bordure annulaire [mm]
e1: Epaisseur de la tôle de la virole basse [mm]
en: Epaisseur de la tôle de la virole haute [mm]
ecr: Epaisseur de la cornière de rive [mm]
ep: Epaisseur de la tôle du toit [mm]
Tan θ : Pente du toit conique ou pente de la tangente au toit sphérique
Rm,su p : Résistance à la traction de la partie supérieure du réservoir (virole haute, cornière
de rive, toit).[MPa]
Rm,inf : Résistance à la traction de la partie inférieure du réservoir (virole basse, bordure
annulaire ou fond) en MPa
Re,inf : Limite d’élasticité de la partie inférieure du réservoir (virole basse, bordure
annulaire e ou fond) [MPa]
prt : Pression de la phase gazeuse entrainant la défaillance de la liaison robe-toit en
[mbar]
prf Pression de la phase gazeuse entrainant la défaillance de la liaison robe-fond en
[mbar]

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 x


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

GLOSSAIRE

Réservoir : conteneur pour le stockage de produits liquides.


Un silo : est un réservoir destiné au stockage de particules granulaires solides. [1]
Robe : la robe est la section à parois verticales d'un réservoir.
virole : une virole, ou assise, est une seule épaisseur de tôles en acier constituant un
niveau de la robe.
Point éclair : C’est la température la plus basse où la concentration des vapeurs émises est
suffisante pour produire une déflagration au contact d'une flamme ou d'un point chaud,
mais insuffisante pour produire la propagation de la combustion en l'absence de la flamme
"pilote".

Frangibilité des réservoirs : Un réservoir est dit frangible lorsque, lors d’une élévation
accidentelle de la pression intérieure, la rupture de l’enveloppe de confinement du produit
stocké a lieu dans une zone de l’appareil (toit, liaison robe-toit, virole haute …) non
mouillée permettant ainsi d’assurer après rupture le confinement du produit stocké.[2]

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 xi


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1.1 : fiche signalétique de la SCDP


Tableau 1.2 : répartition des actionnaires de la SCDP
Tableau 1.3 : récapitulatifs des 13 dépôts de la SCDP
Tableau 1.4 : la situation actuelle de la consommation des produits blancs
Tableau 1.5 : caractéristiques du réservoir
Tableau 1.6 : caractéristiques des tubulures
Tableau 1.7 : caractéristiques des produits qui seront stockés dans le réservoir
Tableau 3.1 : caractéristique des matériaux
Tableau 3.2 : les épaisseurs de viroles d’étude
Tableau 3.3 : les épaisseurs de virole d’essai
Tableau3.4 : caractéristique du matériau
Tableau 3.5 : vérification des contraintes appliquées sur la robe
Tableau 3 .6 : vérification des contraintes appliquées sur la tôle de fond
Tableau 3.7 : vérification des contraintes appliquées sur la tôle du toit
Tableau 3.8 : récapitulatif du poids de la charpente
Tableau 3.9 : combinaison des charges
Tableau 3.10 : caractéristiques des efforts et contraintes appliqués sur le chevron
Tableau 3.11 : caractéristiques des efforts et contraintes appliqués sur l’entretoise
Tableau 3.12 : caractéristiques des coefficients pression entrainant la défaillance
Tableau 3.13 : validation analytique du chevron
Tableau 3.14 : validation analytique de l’entretoise
Tableau 3.15 : validation analytique des supports de marche
Tableau3.16 : comparatif de résultats analytiques et numériques des calculs sur la coque
Tableau 3.17 : comparaison des résultats analytiques et numériques du chevron
Tableau 3.18 : comparaison des résultats analytiques et numériques de l’entretoise
Tableau 3.19 : récapitulatif des charges appliquées sur la fondation
Tableau 3.20 : caractéristique du boulon chevron-couronne
Tableau 3.21 : caractéristique du boulon liaison robe-charpente
Tableau 4.1 : Du choix de ! longueur de base du cordon

Tableau 4.2 : épaisseur de tubulure en fonction du DN

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 xii


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Tableau 4.3 : longueur de la tubulure en fonction du diamètre nominale


Tableau 4.4 : caractéristique du trou d’homme
Tableau 4.5 : devis estimatif
Tableau 4.6 : durée prévisionnelle projet
Tableau. A1 : coefficients sismiques "
Tableau A.2 : coefficients du sol J
Tableau A.3 : classes de boulons
Tableau .A.4 : sections des boulons
Tableau. A.5 : des coefficients en fonction des épaisseurs des cordons de soudures
Tableau. A.6 : des combinaisons des efforts
Tableau A.7 : des coefficients en fonction de la répartition longitudinale des charges
données
Tableau A.8 : de désignation de matériau
Tableau A.9 : de caractéristique de l’acier austénitique
Tableau A.10 périodicité d’inspection

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 xiii


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

LISTE DES FIGURES

Figure 1.1 : Circuit de distribution des produits


Figure 1.2 schéma architectural du réservoir que nous allons réaliser
Figure 2.1 : Silo cylindrique (source Google image)
Figure 2.2 : sphère
Figure 2.3 : cuve ouverte
Figure 2.4 : réservoir à flottant
Figure 2.5 : Réservoirs à toit fixe supporté par des montants
Figure 2.6 : Réservoir à toit fixe autoportante
Figure 2.7 : Réservoir à toit fixe autoportante dernière génération
Figure 3.1 : modélisation du réservoir
Figure 3.2 : réservoir avec hauteur de virole
Figure 3.3 : réservoir modélisé en coque cylindrique
Figure 3.4 : déformée de la robe
Figure 3.4 réservoir avec les épaisseurs des viroles
Figure 3.5 Vue D’ensemble de la charpente
Figure 3.6 : Détail palier stabilité
Figure 3.7 : modélisation du vent sur le réservoir
Tableau 3.9 : combinaison des charges
Figure 3.8 : modélisation de la ferme
Figure 3.9 : modélisation du chevron
Figue 3.10 : présentation des inconnues sur la figure
Figure 3.1 : système d’équilibre
Figure 3.12 : détermination du moment #$
Figure 3.13 : détermination des forces unitaires suivant l’inconnue %&
Figure 3.14 : Détermination du moment unitaire suivant l’inconnu %&
Figure 3.16 : détermination des forces unitaires suivant l’inconnue %'
Figure 3.17 : Détermination du moment unitaire suivant l’inconnu %'
Figure 3.18 : modélisation de l’entretoise
Figure 3.19 : système d’équilibre
Figure 3.20 : déterminations des efforts mécaniques internes

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 xiv


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Figure 3.21 : palier de stabilité de la charpente


Figure 3.22 : vue de detail du palier de stabilité
Figure 3.23 : calcule de l’effort normal appliqué au contreventement

Figure 3.24 : calcul des moments de renversements

Figure 3.25 : modélisation des marches

Figure 3.26 : calculs des efforts


Figure 3.27 : maillage triangulaire à 3 nœuds

Figure 3.28 : de contraintes circonférentielles en X

Figure 3.29 : de contraintes axiale

Figure 3.30 : déplacement suivant x : w

Figure 3.31 : déplacement suivant z : U

Figure 3.32 : déplacement suivant la rotation au tour de z : ()

Figure 3.33 : courbe de la déformée du chevron

Figure 3.34 : courbe de contrainte du chevron

Figure 3.35 : courbe de la déformée de l’entretoise

Figure 3.36 : courbe de contrainte de l’entretoise


Figure 3.37 : descente de charge sur la fondation
Figure 3.38 : descente de charge sur la fondation
Figure 4.1 : mise en disposition du gousset

Figure 4.2 : liaison robe charpente

Figure 4.3 : liaison chevron - couronne

Figure 4.5 : Robe- cornière de rive et la tôle toiture

Figure 4.6 : Liaison tôle de fond robe

Figure 4.7 : disposition de la tôle de bordure

Figure 4.8 : disposition des tubulures.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 xv


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Figure 1.A : disposition de la baquette de soudure


Figure 2.A : coulée de la laitière
Figure3.A : baquette de soudure

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 xvi


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

INTRODUCTION GENERALE

La maximisation du profit et la satisfaction des besoins du client ont toujours été les
principaux objectifs de toute entreprise. C’est dans cette logique que la Société
Camerounaise des Dépôts pétroliers, s’emploie de manière continue à satisfaire la
demande nationale en hydrocarbure. Cette mission reste très complexe compte tenu de la
croissance exponentielle de la demande. Cette croissance de la demande entraine
généralement le déficit de l’offre qui, sur le plan social, se manifeste généralement par
des pénuries des produits hydrocarbures ; ces pénuries constituent un frein à
l’épanouissement des ménages et une menace pour la paix sociale. Sur le plan économique,
ce déficit entraine aussi des pertes économiques importantes qui peuvent paralyser le
système économique. Pour faire donc face à cette problématique, la SCDP s’est doté d’un
programme d’augmentation de ses capacités de stockages. C’est donc dans le cadre de
l’exécution de ce programme, qu’il nous a été demandé de concevoir un réservoir de
6333m3 pour le stockage du produit gazole au compte du dépôt SCDP de BESSENGUE.
Pour effectuer cette conception en tant qu’ingénieur, il fallait leur proposer quelque chose
d’innovant c’est-à-dire un réservoir de dernière génération dans lequel on pourra installer,
les instruments de la télé surveillance. il sera construit en acier inoxydable austénitique ;
aura deux échelles en caillebotis antidérapant. Par ailleurs, pour le service «Travaux neufs
et développement » qui nous a accueilli en tant que stagiaire, nous allons leur laisser un
pro-logiciel qui leur servira à dimensionner et vérifier les notes de calcul à un temps
recors.

Le travail sera structuré comme suit : en chapitre premier nous allons présenter la
SCDP : son histoire, sa mission et la problématique de notre travail. Au deuxième
chapitre, nous allons présenter les généralités sur les structures de stockages : le niveau de
technologie actuel. Dans le chapitre trois, nous allons dimensionner et vérifier les éléments
de structures ; et faire également des vérifications numériques ; des éléments de charpente
dans le logiciel RDM6. La coque de la robe par le logiciel AUTODESK ROBOT
STRUCTURAL ANALYSIS Enfin, le chapitre quatre est un mini guide pour la
conception des réservoirs à toit fixe autoportante, avec quelques solutions constructives et
les dessins de réalisation.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 1


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

PARTIE. I :

PROBLEMATIQUE ET REVUE DE LA

LITTERATURE

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 2


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

CHAPITRE 1 : PRESENTATION DE LA SCDP ET


PROBLEMATIQUE

A. L’HISTORIQUE
Autrefois gérés par des sociétés privées du secteur pétrolier telles que : AGIP, TOTAL,
TEXACO, ELF et MOBIL, les problèmes de ravitaillement en produits pétroliers au
Cameroun, à un moment donné, prirent de l'ampleur pour plusieurs raisons :
La croissance de la consommation ;
L'irrationalité de la répartition des produits pétroliers dans le pays ;
La longue pénurie.
Dans le but d'apporter des solutions rapides et efficaces à cette situation, le gouvernement
Camerounais mit sur pied en février 1978, un bureau d'études dont la principale tâche était
d'examiner les problèmes de stockage et de distribution des produits pétroliers. Ce projet
avait abouti en septembre 1978 à un protocole d'accord, signé entre le gouvernement
Camerounais représenté par le MINMEE, MINEF et les sociétés pétrolières de dépôts en
cours d'exploitation. Par la suite fut créée une société d'étude au capital de 100 millions de
FCFA, dont l'objet était de procéder à des études financières, techniques et juridiques.
Ainsi le 1er juillet 1979, est née la SCDP (Société Camerounaise de Dépôts Pétroliers).

B. MISSIONS

La mission principale de la SCDP est de satisfaire la clientèle camerounaise, en


mettant à la disposition de celle-ci de façon rationnelle et sans ruptures, des produits
pétroliers en quantité suffisante et de bonne qualité. D'autres missions à remplir par cette
société et non des moindres sont d’assurer :
Le stockage des produits pétroliers nécessaires à la consommation
nationale ;
La Mise en place des stocks de sécurité, propriété de l’Etat ;
La couverture de tout le territoire par son réseau de dépôts.

C. OBJECTIFS

Pour conserver son rôle dans la chaine de distribution des produits pétroliers, la
SCDP se fixe un certain nombre d'objectifs dont :
la planification énergétique et le suivi de l'activité pétrolière ;
la stabilisation de la chaine de distribution ;
La densification des dépôts ;
La participation et la densification du tissu économique Camerounais ;

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 3


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

La protection de l'homme et de l'environnement.

D. ORGANISATION

Tableau 1.1 : fiche signalétique de la SCDP

Logo

Adresse BP 2271 / 2272, rue de la cité CHARDY, DOUALA,


CAMEROUN
Tels. (+237) 33 40 54 45 / 33 40 38 32
Siège social DOUALA, CAMEROUN
Statut juridique Société Anonyme (S.A.)
Capital 3,5 milliards de FCFA
Effectif du personnel 317
Activité Stockage des Produits Pétroliers
Directeur Général ELOUNDOU ESSOMBA Gaston

a) Les actionnaires

la société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP) est une sociétés anonyme a
capitaux publics. la répartition de ces capitaux est consignée dans le tableau ci-dessous.

Tableau 1.2 : répartition des actionnaires de la SCDP

ETAT DU PARTS ACTIONNAIRES PRIVES PARTS D’ACTION


CAMEROUN D’ACTION
CSPH 15% CORLEY CAMEROUN 17%
SNH 15% LIBYA OÏL 10%
SNI 11% TOTAL OUTRE-MER 10%
PAD 10% TOTAL CAMEROUN 8%
TRADEX 4%
TOTAL 51% TOTAL 49%

b) La capacité et Réseau de distribution de la SCDP


A ce jour, la SCDP dispose de 13 dépôts sur l’ensemble du territoire national. Ces
dépôts sont consignés dans le tableau ci-dessous :

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 4


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Tableau 1.3 : récapitulatifs des 13 dépôts de la SCDP

GPL
Régions Villes Sites Produit blanc (m3 )
(tonnes)
BESSENGUE
MBOPPI
BONABERI
DOUALA
LITTORAL PORT DE 156725 1500
PECHE
DIEDO
NSAM
CENTRE OLEZOA
YAOUNDE 55885 500
MVOLYE
OUEST BAFOUSSAM / 18520 300
EST BELABO / 6080 /
ADAMAOUA NGOUNDERE / 5540 140
NORD GAROUA / 23600 /
EXTREME-
MAROUA / 70
NORD
TOTAL 266 350 2510

E. DEPOT DE BESSENGUE

Le dépôt SCDP de BESSENGUE, où nous avons effectué notre stage de fin de formation,
est situé en plein cœur de la capitale économique, Douala, chef-lieu de la région du littoral,
département Wouri, arrondissement de douala 1ère, Plus précisément au lieu-dit
‘’CARREFOUR AGIP’’. Il abrite la direction générale de la SCDP. A cet effet, il joue un
rôle stratégique dans le fonctionnement de la SCDP. Ce dépôt reçoit les produits blancs
provenant de la SONARA ou de l’importation en cas de besoin.

En effet, les produits arrivent au PAD par les tankers et sont acheminés au dépôt de
BESSENGUE via un pipeline. Et puis, ils sont stockés dans les réservoirs de stockages.
Ensuite, ils pourront être acheminés vers les autres dépôts, soit par camions citernes soit
par wagons citernes. Ils peuvent être acheminés directement vers les stations-services par
camion-citerne. Seul le dépôt de BAFOUSSAM est directement ravitaillé par la SONARA
via les camions citernes. Par ailleurs, le dépôt de MBOPPI est également ravitaillé par le
dépôt de BESSENGUE, mais via le pipeline.

F. PROBLEMATIQUE

La SCDP est la seule société au Cameroun agréée à stocker, distribuer voire réguler les
produits pétroliers sur l’ensemble du territoire national. Elle doit donc satisfaire la
demande nationale toujours croissante. Pour mieux comprendre les écarts qui existent

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 5


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

entre l’offre et la de demande, nous avons récapitulé la capacité de stockage du dépôt


mère, les demandes moyennes journalières ; et puis nous avons dégagé les jours
d’autonomie de chaque produit. En observant le tableau1.4, on remarque très vite
qu’aucun produit n’a l’autonomie d’un mois. Ce qui signifie que, la SCDP ne peut assurer
la distribution pendant un mois si par exemple la SONARA ou le PAD est en
indisponibilité. Cette situation va entrainer l’indisponibilité des produits auprès des clients
et un manque à gagner pour la SCDP. Par ailleurs, nous avons présenté le circuit
d’approvisionnement et de distribution des produits au dépôt mère figure1.1

TANKER

Dépôt
MBOPPI

KEROSENE SUPER
Dépôt MANIFOLD
GASOIL

BAC BAC RESERVOIR


BAC

POMPERIE

Wagons citernes camions citernes

Figure 1.1 : Circuit de distribution des produits


En observant également le circuit de distribution des produits pétroliers provenant du PAD,
on remarque qu’il y a un seul pipeline qui dessert le dépôt. Ce qui signifie que le tanker ne
peut pomper simultanément deux produits différents. Ce qui allonge la durée de
stationnement du tanker au PAD. Ceci entraine bien évidement des pertes de temps
importantes. Synonyme de manque à gagner pour l’entreprise. Cela entraine des
conséquences non moins fâcheuses dont le stationnement prolongé du tanker au PAD, avec
pour effets la perte de temps et un manque à gagner important. Pour pallier donc cette

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 6


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

difficulté, il y a trois niveaux de solutions envisageables. Mais nous allons nous intéresser
au troisième niveau.

Premier niveau Résolution : construire un pipeline entre la SONARA et le dépôt de


BESSENGUE. Qui viendrait réduire plein de procédures de réception actuelle et viendra
également éliminer les coûts de stationnement des tankers au PAD ;

Deuxième niveau Résolution: construire deux pipelines de plus entre le PAD et le dépôt
qui viendraient sans doute réduire les durées de stationnement des tankers au PAD. Donc
le tanker pourra pomper simultanément les trois produits à la fois ; c’est – à - dire les coûts
de stationnement seront considérablement réduits ;

Troisième niveau de résolution : construire de nouveaux réservoirs de stockage qui


viendront augmenter la capacité de stockage de la SCDP. Ceci va bien évidemment
permettre à la SCDP, d’avoir une grande autonomie qui lui permettra sans doute,
d’assurer une distribution en continue des produits pétroliers, par ailleurs éviter non
seulement des éventuels pénuries, mais aussi de réduire les importations en cas
d’indisponibilité de la SONARA ou du PAD. Dans le présent document, nous avons opté
pour le troisième niveau de solutions, parce que même si l’on viendrait à réaliser les deux
premières solutions, il faut bien des réservoirs disponibles pour assurer le stockage des
produits issus de l’approvisionnement. Mais aussi parce cette solution permet une certaine
manière d’atténuer les insuffisances de la chaine de distribution.

Tableau 1.4 la situation actuelle de la consommation des produits blancs


Produits Capacité en m3 Demande moyenne par jour Autonomie en jour
Gasoil 55000 2200 25
Super 33000 1500 22
Kérosène 17000 1520 12

G. CAHIER DE CHARGES

Le Cahier de charges Techniques est un document qui renseigne le concepteur sur les
exigences techniques d’un projet. Il sera notamment question ici pour nous de présenter
les caractéristiques techniques du réservoir que nous allons concevoir pour le compte du
dépôt pétrolier SCDP de BESSENGUE à DOUALA. C’est un réservoir, à toit fixe
conique à charpente autoportante. Destiné à stocker le gasoil, il pourrait également en
alternative stocker du kérosène. Il viendra sans doute contribuer à réduire le déficit de

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 7


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

l’offre de ce dépôt en gasoil. Il doit être conçu suivant les règles de l’art prévues à cet
effet, Comme code de construction, nous allons utiliser le code de construction des
réservoirs de stockage cylindriques(CODRES) divisions.1 édition 2007

Tableau 1.5 caractéristiques du réservoir

Dimensions
Hauteur du bac 14m
Diamètre 24m
Volume 6333m3
Surface 452m2

LES ACCESSOIRES DU RESERVOIR

Les tubulures : Les tubulures sont, les différentes ouvertures prévues sur la robe ou sur la
toiture. Ils ont pour rôle d’assurer l’interface entre intérieur du réservoir et l’extérieur. Le
tableau ci-dessous présente tous évents et leur diamètre nominal.

Tableau 1.6 caractéristiques des tubulures

Noms Dimensions quantités


Trou d’homme robe(THR) DN 900 2
Trou d’homme du toit DN1050 2
Décompression tuyauterie DN 25 1
Détection d’eau température DN50 1
Détecteur de sonde de niveau docile 2niv DN80 1
Jauge de niveau type radar DN150 1
Vidange DN100 1
Gaine thermomètre à bride DN150 1
Entrée produit DN350 1
Boite à mousse avec déflecteur DN100 4
Purge DN50 1
Indicateur de pression DN100 1
Évent libre DN2OO 1
Jauge de niveau type radar DN150 1
Sortie produit DN200 1
Verticale de pige auxiliaire centrale DN150 1

Les échelles et passerelles :


Les échelles
Ce sont les supports qui seront fixés sur la robe et serviront de voie d’accès au toit. On
a entre autre : l’échelle hélicoïdale et échelle à crinoline. Leurs marches seront en
caillebotis

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 8


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Les passerelles :
Passerelle et garde corps périphériques sont des supports fixés sur le toit qui serviront à
protéger l’utilisateur contre une éventuelle chute.
En effet, nous allons:
effectuer le dimensionnement du réservoir ;
Mettre sur pied un outil d’aide au dimensionnement ;
Faire le devis estimatif du projet ;
Elaborer la planification ;
Faire les plans de réalisation.

Tableau 1.7 caractéristiques des produits qui seront stockés dans le réservoir

Masse
Formule
Produits volumique densité Point éclair
chimique
(Kg/m3)
gasoil *'& +,, 880 0,88 70-110°c
kérosène *&- +'' ./ *&, + - 780 0,78 40-55°c

Tableau 1.8 Situation après la mise en service du réservoir

Produits Capacité en m3 Demande moyenne par jour Autonomie en jour


Gasoil 55000+6333 2200 25+3 28
Super 33000 1500 22
Kérosène 17000+6333 1520 12+4 16

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 9


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Figure 1.2 schéma architectural du réservoir que nous allons réaliser

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 10


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

CHAPITRE 2 : GENERALITES SUR LES RESERVOIRS

Le stockage massif des liquides pour les différents produits rencontrés dans l’industrie du
pétrole, de la pétrochimie et de la chimie, s’effectue principalement dans des réservoirs
métalliques, de construction soudée, installés à l’air libre et reposant sur le sol (réservoirs
aériens).

A. LES TYPES DE RESERVOIRS

Pour répondre à la grande variété des produits liquides industriels à stocker, les
constructeurs ont recours à des réservoirs de formes diverses et de conceptions différentes
étudiées, pour s’adapter le plus rationnellement et le plus économiquement possible aux
caractéristiques du produit à traiter. La configuration d’un réservoir dépend de deux
impératifs essentiels qui sont, d’une part, la conservation du produit en limitant ou en
interdisant les évaporations et, d’autre part, la tenue de la structure à la pression interne
développée par le produit ou maintenue à un certain niveau pour faciliter l’exploitation. La
forme cylindrique est la plus courante en raison de sa simplicité de mise en œuvre et de sa
bonne résistance à la pression interne. Lorsque la pression interne est importante, on a
recours à des formes sphériques mieux adaptées que les cylindres et qui permettent de
réduire les épaisseurs de paroi.

a) Silos
Un silo ou tank est un réservoir de stockage destiné à entreposer divers produits en vrac
(pulvérulents, en granulés, en copeaux...) utilisés dans diverses industries (brasseries,
cimenteries, matières plastiques...) et dans le domaine agricole. Il s’agit généralement de
réservoirs verticaux, le plus souvent cylindriques, construits en divers matériaux (bois,
acier, béton). Il peut aussi s’agir d’installations horizontales : silo-couloir, silo tranchées,
utilisés notamment en agriculture pour préparer et conserver des ensilages.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 11


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Figure2.1 Silo cylindrique (source Google image)

b) Réservoirs cylindriques horizontaux


Souvent désignés ballons, les réservoirs cylindriques horizontaux sont installés au-
dessus du sol sur des berceaux supports. Leurs extrémités sont terminées par des fonds
emboutis hémisphériques, sphériques ou elliptiques. Ces récipients sont destinés au
stockage sous forte pression, mais leur emploi est limité en général à de faibles capacités.
Cependant, depuis 1975, l’utilisation de réservoirs cylindriques horizontaux de grande
capacité s’est développée en Europe pour répondre essentiellement à des problèmes de
sécurité vis-à-vis de l’environnement. Ces stockages reposent le plus souvent directement
sur le sol, sans fondation spéciale et sans berceau. Après construction, ils sont entièrement
enfouis sous une couche de terre de l’ordre du mètre qui constitue une protection autour de
l’ouvrage encas d’incendie ou d’explosion à proximité.

c) Réservoirs sphériques
Appelés aussi sphères, ils sont généralement supportés par des Poteaux disposés au niveau
de l’équateur ou, quelquefois, par une Jupe métallique ou un massif de béton placé sous
l’hémisphère inférieur. Ces ouvrages sont parfaitement adaptés aux stockages sous forte
pression (gaz pétrole liquéfié) et permettent la réalisation économique de grandes
capacités.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 12


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Figure 2.2 sphère [3]

d) Réservoirs cylindriques verticaux


Appelés communément réservoirs, ils reposent directement sur le sol ou sur une fondation
par l’intermédiaire d’un fond plat, concave ou convexe. Ils sont habituellement équipés soit
d’un toit fixe conique ou sphérique, soit d’un toit flottant qui repose sur le liquide et
coulisse dans le piston formé par la robe du réservoir. Dans quelques cas assez rares, ces
réservoirs sont de simples cuves à ciel ouvert, sans toit, la surface du liquide stocké étant
alors directement exposée à l’atmosphère. Lorsque ces réservoirs doivent supporter une
légère pression, leur toit est généralement de forme sphérique et leur fond peut être ancré
sur une fondation circulaire en béton. Pour éviter ces ancrages et la fondation qu’ils
impliquent, le fond plat peut être remplacé par un fond sphérique concave qui équilibre les
effets de la pression sur le toit. La typologie de tous ces réservoirs se trouve dans la suite
du présent document.

i. Cuves ouvertes
Les cuves ouvertes (figure 2.3) ne comportent pas de toit et leur emploi est limité aux
quelques liquides que l’on peut, sans danger, pour leur qualité ou pour l’environnement,
exposer à l’air libre.

Figure 2.3 cuve ouverte [3]

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 13


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

ii. Les réservoirs à toit flottant


Les réservoirs à toit flottant (figure 2.4) comprennent une structure flottante, directement
posée sur le liquide, que l’on installe soit dans une cuve ouverte, soit dans un réservoir à
toit fixe. Ces réservoirs, en raison de leur remarquable capacité à réduire les évaporations,
sont réservés au stockage des produits les plus volatils comme le super. L’espace vapeur
qui existe au-dessus du liquide des réservoirs à toit fixe est la source des pertes par
respiration et remplissage. Ces pertes peuvent être pratiquement supprimées par
l’utilisation d’un type de réservoir qui élimine cet espace vapeur. Il consiste à installer une
structure qui flotte directement sur la surface du liquide stocké et que l’on appelle toit
flottant. Le coût supplémentaire entrainé par la construction de ce toit flottant est largement
compensé par l’économie réalisée sur le stock. A cette raison économique, il faut
aujourd’hui associer la nécessité d’une limitation de la pollution atmosphérique imposée
généralement par les règlementations locales.

Figure 2.4 réservoir à flottant [3]

iii. Les réservoirs à toit fixe

Les réservoirs à toit fixe (figure 1b) sont pourvus d’un toit et permettent donc une
meilleure conservation des liquides volatils, dangereux ou polluants.
i. Les toits fixes supportés par les montant
Les toits fixes supportés ont un profil conique assez plat avec une pente recommandée de
1/16 ou 1/12, notamment lorsque le toit est calorifugé. Ces toits sont constitués d’une
charpente supportée par un ou plusieurs poteaux, en tubes ou en profilés, qui s’appuient sur
le fond de l’ouvrage. Les tôles du toit reposent sur des chevrons rayonnants qui prennent
appui au centre du réservoir sur le poteau central, en périphérie sur la robe, et pour les
réservoirs de diamètre supérieur à 25 m, sur des poteaux intermédiaires. Ces derniers sont
disposés sur des cercles concentriques et sont reliés en tête par des pannes droites sur

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 14


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

lesquelles viennent se poser les chevrons (figure 2.5). L’espacement entre ces chevrons
n’excède pas, selon les codes, 1,7 m, sauf sur la robe où il peut être porté à 2 m. Les
charpentes à poteaux sont reconnues comme des structures économiques car leur
conception permet un montage simple sur le site. Ce type de charpente peut être employé
sur les plus grands réservoirs. Il n’est, en effet, pas limité en diamètre car il est toujours
possible, pour l’agrandir, d’ajouter une rangée supplémentaire de poteaux, de pannes et de
chevrons.

Figure 2.5 Réservoirs à toit fixe supporté par des montants [3]

iv. Les réservoirs à toits fixes coniques à charpente autoportante


Les toits fixes autoportants sont soit coniques avec une pente de 1/5 ou 1/6, soit sphériques
avec rayon de courbure compris entre 0,8 et 1,5 fois le diamètre du réservoir. La charpente
de ces toits est constituée d’éléments porteurs rayonnants, réalisés par de simples chevrons
ou par des fermes métalliques. Ces éléments sont fixés en leur centre sur un anneau
formant clef de voûte et prennent appui en périphérie sur le sommet de la robe, sans
l’intermédiaire de…

Figure 2.6 Réservoir à toit fixe autoportante [3]

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 15


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

La présentation des différents types de réservoirs n’est pas exhaustive, il existe bien
d’autres types de réservoirs cylindriques verticaux que nous n’avons pas présentés ici.
Cependant dans le présent document, nous allons nous intéresser à l’étude d’un réservoir
cylindrique vertical à toit fixe avec une charpente autoportante. Figure 1.2

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 16


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Figure 1.7 réservoir à toit fixe autoportante de dernière génération ([4] P.10

17
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

B. METHODE DE DIMENSIONNEMENT DES


RESERVOIRS DE STOCKAGE
La mécanique des structures a pour but de rechercher les meilleures formes et
dimensions à donner aux éléments d’une construction, pour lui permettre de résister aux
actions qui la sollicitent d’une manière aussi économique que possible. Les structures
minces sont pour cela utilisées largement, au vu de leur excellente capacité à
supporter et transmettre les sollicitations, couplée à une masse réduite. La coque
cylindrique est un type de structure mince très employé, et dans de nombreux
secteurs. On la retrouve ainsi sous forme de conserve dans l’agroalimentaire, de
fuselage d’avion dans l’aéronautique, de silo de stockage dans le génie civil, de réservoir
à carburant Cependant, la faible épaisseur de ces structures les rend sensibles à des
phénomènes d’instabilité structurelle, ou flambage. Une bonne compréhension de ces
phénomènes est primordiale, afin d’éviter un mauvais dimensionnement. C’est pourquoi
le flambage de coques minces a été largement étudié depuis le début du XXème siècle.
Néanmoins, les méthodes de dimensionnement des coques minces peuvent encore être
grandement améliorées, grâce à l’évolution des outils numériques et des méthodes
expérimentales et empiriques permettant de mieux comprendre la phénoménologie de
l’instabilité de ce type de structure. Le dimensionnement des réservoirs se base
principalement sur la règle NASA SP8007, établie à la fin des années 60, et
reconnue par de nombreux experts comme étant trop conservative. La grande
compétitivité du secteur spatial et la recherche de performances optimales demandent
une amélioration de cette règle et une meilleure compréhension. La plus part des pays
industrialisés ont institué leur code de construction dont les plus utilisés dans l’industrie
sont [5] :
API 650 et 620 : American Petroleum Institute : c’est un code de construction
américaine des équipements pétroliers industriels ;
EUROCODE 3 : Norme de constructions européennes des structures en acier mais
le paragraphe 4.1 concerne spécifiquement les réservoirs de stockages ;
BS : British standard c’est un code de construction britannique des équipements
pétroliers industriels ;
CODRES 2007 DIVISION1 : code de constructions des réservoirs cylindriques
verticaux. C’est le standard français de construction des équipements pétrolier de
la plus part des constructeurs francophones.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 18


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Cependant, nous avons choisi utiliser le CODRES parce qu’il nous a été imposé par le
maitre d’ouvrage dans le cahier de charges ; et aussi parce que les partenaires techniques
du maitre d’ouvrage, lesquels valident ses notes de calculs, utilisent toujours le standard
française.

C. PRESENTATION DU CODRES

Le CODRES est un code de construction des réservoirs de stockage cylindriques verticaux.


Il est rédigé par la SNCT (le Syndicat National de la Chaudronnerie, Tuyauterie et
Maintenance Industrielles) qui est un organisme professionnel régi par la loi française du
21 mars 1884.C’est une véritable institution reconnue par la Constitution française.
Contrairement aux associations ordinaires, le syndicat professionnel a la "grande
personnalité juridique", c'est-à-dire qu’il peut recevoir des dons et legs et ester en justice.
De plus, il n’est pas soumis à la tutelle des pouvoirs publics. Une des principales missions
du SNCT consiste à examiner l’état de l’art de la profession. C’est la raison d’être du
syndicat. C’est aussi la raison pour laquelle le SNCT rédige les codes de construction de la
profession. Il en a déjà élaboré plusieurs :

CODAP Divisions 1 et 2 : Code de construction des appareils à pression (version


française et anglaise), nouvelle édition (2010) en cours de développement ;
CODETI Division 1 : Code de construction des tuyauteries industrielles (version
française) ;
CODETI Division 2 : Code de construction des canalisations de transport (version
française) ;
COVAP Division 1 : Code de construction des générateurs de vapeur, d’eau
surchauffée et à fluides thermiques à tubes de fumée (version française), nouvelle
édition 2010 en cours de rédaction,
CODRES Division 1 : Code de construction des réservoirs de stockage cylindriques
verticaux (version française et anglaise) 2007,
CODRES Division 2 : Recommandations pour la maintenance des réservoirs de
stockage cylindriques verticaux (version française) 2009.
Le SNCT participe activement aux réunions des différentes instances relatives aux
professions de la chaudronnerie, tuyauterie et maintenance industrielle. Il participe

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 19


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

également aux instances élaborant les règlementations et aux groupes de travail


développant les normes européennes et internationales.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 20


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

PARTIE II.

DIMENSIONNEMENT ET ELABORATION DES

TERMES DE REFERENCES

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 21


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

CHAPITRE 3 : DIMENSIONNEMENT D’UN RESERVOIR


A TOIT FIXE SUIVANT LE CODRES

A. CHOIX DES MATERIAUX

Les réservoirs de stockage des produits pétroliers sont généralement construits en aciers
pour divers raisons.en effet, les structures en aciers sont : légères, faciles à mettre en
œuvre, étanches, non polluantes etc.. Cependant, il existe trois principales familles
d’acier : acier non alliés (aucun élément d’alliage ne dépasse 0.6% sauf 1.65% pour le
manganèse (Mn)), acier faiblement alliés (aucun élément d’alliage n’excède 5% en masse)
et l’aciers inoxydable ou fortement alliés (contient au moins 10.5% de chrome et au plus
1.2% de carbone). Dans le présent document, nous allons nous intéresser à la dernière
famille (acier inoxydable).
Acier inoxydable : c’est la famille la plus importante, caractérisée par une grande
résistance à la corrosion, à l’oxydation à chaud et au fluage, les aciers inoxydables sont
subdivisées en 3 sous familles en fonction de leur teneur en nickel. On a :
acier inoxydable ferritique : (teneur en nickel inferieur à 1%) ;
Caractéristiques : usinabilité médiocre, soudable dans certaines conditions et une faible
résistance à la rupture… Applications (équipement ménagers, décorations, automobile,
mobiliers…)
Acier inoxydable martensitique :(teneur en nickel inferieur à 7%)
Caractéristiques : résiste aux chocs, bonne usinabilité, soudable à chaud et comporte de
très bonne propriété mécaniques…Applications (organes et composants mécaniques
diverses).
Acier inoxydable austénitique :(teneur en nickel supérieur ou égale à 7%)
caractéristiques : c’est le utilisé résiste aux températures élevées, une faible conductivité
thermique, facile à forger et à souder, ductilité élevée. Applications (chimie alimentaire,
transport, nucléaire, chaudronnerie, cuves, réservoirs, conduites vanne visserie…). Il est
évident que pour la constructions de notre réservoir nous allons choisir l’acier inoxydable
austénitique parce qu’il a une bonne soudabilité, faible conductivité thermique et de bonne
propriétés mécaniques et une grande résistance à la corrosion.[6]

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 22


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Tableau 3.1 caractéristique des matériaux

Nuances caractéristiques Unités


Résistance conventionnelle à 0,2% :Re,02 270 MPa
X2CrNiMoN18-12-4 Résistance conventionnelle à 1%:Re,01 310 MPa
Résistance élastique :Re 235 MPa
Résistance à la rupture:Rm 625MPa

B. LES HYPOTHESES DE CALCULS


H1 : Nous allons limiter notre étude uniquement sur la partie de la structure métallique.
H2 : nous allons prendre la surcharge d’exploitation à 500Kg/m2 imposé par le cahier de
charges
H3 : la vitesse du vent du site d’implantation est de 5Km/h, mais nous allons prendre
86,4Km/h. parce c’est la vitesse minimale prise en compte par les normes au vent
H4 : nous allons négliger le poids des conduites fixés sur la structure.
H5 : nous allons prendre la pesanteur égale 10 m/s².
H6 : température d’étude 50°C imposé par le cahier de charges
H7 : pour le calcul de seime nous allons considérer notre site zone sismique de catégorie
‘’risque normale’’ (zone Ia ; classe B type C) site recommandé par le CODRES lorsqu’on
n’a pas les informations du site ne sont pas connues

C. MODELISATION DU RESERVOIR AVEC LES EFFORTS


APPLIQUES

Dépression + surcharges
d’exploitation

Poids du liquide et de la
structure

vent 14m

Pression

24m

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 23


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Figure 3.1 modélisation du réservoir

D. METHODE DE DIMENSIONNEMENT

Nous allons utiliser la méthode analytique proposée par le code construction CODRES.
Mais pour la fiabilité et la rapidité de l’obtention des résultats, nous avons conçu un
programme avec le logiciel Microsoft Excel (paragraphe S). Il suffira que l’operateur
choisisse les caractéristiques spécifiques de sa structure et le programme se chargera du
reste. Dans le présent document, tous les résultats des calculs sont issus de ce programme.
Par ailleurs, pour le calcul de la charpente, nous allons effectuer un pré-dimensionnement
qui est également intégré dans le programme. Pour la vérification de l’épaisseur de tôle de
robe, nous allons utiliser la théorie de coque mince.

E. DIMENSIONNEMENT DE LA ROBE

a) Détermination de la pression d’étude

Calcul de la pression dynamique maximale : Pmax


0 12 = 45+ → 7 12 = 880 ∗ 10 ∗ 14 = 1,232?1@
Pression atmosphérique Pa=1,013bar
Pression effective : Pef : 0.A = 0 12 − 01 → 0.A = 0,219?1@ = 219 ?1@
D’après le paragraphe G2.1 : [2]
Pour une telle pression effective, la pression d’étude à considérée est : P=60 mbar et la
dépression d’étude 5 mbar.
Le programme établi dans Excel nous permette de calculer les épaisseurs de tôles de robe.
D’après la section C3.3 [2]
Epaisseur requise pour les conditions d’études

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 24


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

b) Calcul des épaisseurs de viroles

Figure 3.2 réservoir avec hauteur de virole

Epaisseur requise pour les conditions d’étude

E
.D = F984F+G − 0,3H + 7H + G [K] FM. H
20A

Tableau 3.2 les épaisseurs de viroles d’étude

Virole de robe Epaisseur Epaisseur choisie en (mm)


calculée en mm
Virole 1 11,068 12
Virole 2 9,747 10
Virole 3 8,426 10
Virole 4 7,105 8
Virole 5 5,784 8
Virole 6 4,463 6
Virole7 3,142 6

Epaisseur requise pour les conditions d’essai

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 25


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

P
.O = F984F+G − 0,3H + 7/H
'-Q

Tableau 3.3 les épaisseurs de virole d’essai

Epaisseurs Epaisseur
Viroles de robe
calculée en mm choisie en mm
Virole 1 7,957 12
Virole 2 6,795 10
Virole 3 5,634 10
Virole 4 4,473 8
Virole5 3,331 8
Virole 6 2,149 6
Virole 7 0,988 6

c) Calcul des raidisseurs de la robe

Détermination du nombre de raidisseur


D’après la sous section C3.4.2.5 [2] on a : comme résultats
95000
R= FM. KH
3,563 ∗ UV' + 5800W
XY---
R= \ ]Y^-_ = 19,18 mm
,YZ ∗W[ `

jk
+a = ⅀c de c = fF ghi
H K (3.4)

+a = ⅀+l = 3,90m
emin : Épaisseur minimale de la virole haute, en mm
e = Épaisseur nominale de chaque virole considérée, en mm
h = Hauteur de chaque virole considérée au-dessous de la poutre principale, en m.
mqnop -,Y
+$ = RF rs
H FM. jH

eYtuv -,Y
+$ = RF H = 14,38m
D
+y
x = FM. zH
+0
{a
x = {_ = 0,271

x = 0 Le réservoir ne nécessite aucuns raidisseurs

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 26


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

d) Calculs des contraintes et de la déformée sur la robe

i. Détermination des contraintes

Figure 3.3 réservoir modélisé en coque cylindrique


Il s’agit ici de faire un calcul statique du réservoir cylindrique vertical rempli de gasoil
soumis à des contraintes extérieures, afin de déterminer les contraintes et les déplacements
exercés sur le réservoir au niveau des zones les plus sollicitées. Pour cela, les conditions
suivantes doivent être satisfaites (analyse par la théorie de la membrane):
Conditions aux limites appropriées pour la transmission des contraintes de coque
aux appuis sans effets de fléxion ;
Géométrie de coque variant de forme en continu (sans discontinuités) ;
Répartition régulière des chargements (sans charges ponctuelles ou concentrées
locales). Nous utiliserons les résultats de l’analyse par la théorie membranaire
appliquée aux coques minces pour nos différents calculs. [7]
La pression hydrostatique induit en effet un état de contrainte bi axial purement
membranaire, si l’on néglige les effets de couche limite ou les composantes de flexion
engendrées par les conditions aux limites (Figure 3.3). [7]

Les contraintes résultantes de la mise en pression sont données par :

~•
Contrainte circonférentielle : σθ = = FM. ƒH
ρ•‚•
€ €

~•
σ~ = = FM. …H
ρ•„•
'€ '€
Contrainte axiale :

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 27


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Résultats des calculs des contraintes sur la robe sont récapitulés entièrement dans la
seconde feuille du pro-logiciel. Ce calcul est effectué avec un pas 0,01m soit 14m
0 ≤ z ≤ H, z = 14m. Le calcul ici se fait dans le programme excel. Mais dans le tableau
3.5 ci-dessous nous avons juste ressoti la contrainte maximale sur chaque virole.

ii. Détermination de la déformée

Figure 3.4 : déformée de la robe

Tableau3.4 caractéristique du matériau


matériaux Propriétés valeurs
acier Module de Young 195 000 MPa
Coefficient de poisson 0, 3

Caractéristique du matériau à la température d’étude(50°C)

Conditions aux limites :


Le réservoir est simplement posé sur le radier (z=0) ; U=0 ; w= wmax on a les appuis
surfaciques articulés

Par contre à z=H c’est un bord cintré libre ; u=Umax ; w=0

/: c’est l’épaisseur équivalente de toute la structure.

Nous avons pris l’épaisseur minimale de 6mm elle correspond à celle des des dernières
viroles

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 28


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Tableau 3.5 récapitulatif du poids de la charpente

Poids linéique
Nom Profilé nombre Longueur(m) Masse(t)
(Kg/m)
Chevron IPE240 40 12 30,7 13,262
L100x10 40 1,542 17,9 1,104
Entretoise L80x8 40 1,208 9,63 0,465
L60x6 80 1,44 5,42 0,624
contreventement L50x5 32 2,515 3,77 0,303
Toiture Tôle / / / 23,506
total 39,24
Condition de chargement :

On a ‰) : charge axiale due au poids de la charpente et celui du produit

‰) = 45Š‹ + 392,4 → ‰) = 3981Š + 392,4


Œ
L’effort intérieur x) = 'Ž•

= 52,8Š + 5,23

x• : Charge circonférentielle due au vent et à la pression hydrostatique du gasoil


x• = ‹‘F’W − 45ŠH = 5,04 − 10,56Š
1
“) = Fx − ”x• H FM. •H
y/ )
1
“• = Fx − ”x– H FM. —H
y/ •
˜™ 1
= “) → š = › “) ˜Š = F26,4Š ' + 5,23ŠH
˜Š y/
‘ ‘
œ = −‘“• = F”x– − x• H = F26,4Š − 3,47H
y/ y/
˜œ ‘
() = = 26,4 = 9,5.10• @1˜
˜Š y/
Par ailleurs nous avons implémenté u et w dans la deuxième feuille du pro-logiciel afin de
recueillir les valeurs maximales

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 29


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Tableau 3.6 vérification des contraintes appliquées sur la robe

Contraintes Contrainte Epaisseurs


viroles Epaisseurs maximales Déformées admissible retenues
choisies appliquées sur max (MPa) (mm)
(mm) chaque
virole(MPa)
¤$ ¤¥ () Umax Wmax
(rad) (m) (m)
Virole 1 12 126,72 63,36 12
Virole 2 10 126,61 63,31 10
Virole 3 10 105,60 52,80 10
Virole 4 8 105,5 52,73 0,0095 0,0042 0,0035 156,67 8
Virole 5 8 79,06 39,5 8
Virole 6 6 70,20 35,11 6
Virole 7 6 35,02 17,51 6

Figure 3.4 réservoir avec les épaisseurs des viroles

F. DIMENSIONNEMENT DE La TOLE DE FOND DU


RESERVOIR

D’après la section C2.3 [2] on la formule permettant de calculer l’épaisseur de


la tôle de fond

.& ¡ ¡
.ž ≥ 12 3 + ; 6£ FM. H
3

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 30


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

D’après le calcul effectue par le programme Excel .ž = 8,69

Epaisseur choisie : 10 mm

a) Calculs et vérications des contraintes sur la tôle de fond

La tôle de fond subie une contrainte axiale, due à la pression du poids du liquide ¤$
par contre la contrainte radiale est nulle ¤¥ .

45+‘
¤_ = FM. KH

45+‘
¤_ = = 147,8 #01

Tableau 3 .7 vérification des contraintes appliquées sur la tôle de fond

Contraintes
Epaisseur maximales Contrainte Epaisseur
choisie (mm) appliquées sur le admissible retenue
fond(MPa) (MPa) (mm)
¤_ ¤¥
Tôlede fond 10 147,8 0 156,67 10

G. DIMENSIONNEMENT DE LA TOLE DE TOITURE

D’après la sous section C4.2 [2] On a :

$•
.$ = &-Q + * = 7 FM. MH

D’après le calcul effectue par le programme Excel .$ =7mm

Epaisseur choisie : 10 mm

a) Calculs et vérifications des contraintes sur la tôle de toiture

La tôle de la toiture subie une contrainte surfacique générée par la surcharge


d’exploitation. (Ps=5KN/m²) et le vent 0,43KN/m²

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 31


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

0
¤¦ = = 7,2#01 FM. ¨H
§E._

Tableau 3.8 vérification des contraintes appliquées sur la tôle du toit

Contraintes
Epaisseur maximales Contrainte Epaisseur
choisie appliquées sur le admissible retenue
(mm) fond(MPa) (MPa) (mm)
¤! ¤¥

Tôle de 10 7,2 156,67 10


toiture 0

H. VERIFICATION DE LA CHARPENTE

Figure 3.5 Vue D’ensemble de la charpente


1

1 : chevron 2 : contreventement ; 3 : entretoise


Figure 3.6 : Détail palier stabilité

a) Descente de charge

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 32


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

M= 39,24tonnes
©1 = #5 ⤍G1=392,4KN
Surcharge d’exploitation : ’l = 5Rx/ ²
Pression d’étude : p=6kN /m2
Dépression d’étude Pd =0,5kN /m²
Vent : site normal

+0,5

+0,5 -0,4 -0,3

Figure 3.7 modélisation du vent sur le réservoir [1]


(D’après la formule de BERNOUILLI [8])
v'
¬V = FM. jH
16,3

®\
Vent : ¬V = = 0,36KN/m2
&Z,

+ + 18
’¯ = 2,5 ∗ ¬V FM. zH
+ + 60
{]&^
’¯ = 2,5 ∗ ¬V =0,4KN/m2
{]Z-

° = 1,2 ; FGl − *± H = 0,9

’W = ’¯ ∗ FGl − *± H° FM. ƒH

’W = ’¯ ∗ FGl − *± H° = 0,41KN/m2

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 33


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Combinaisons d’actions: d’après la sous-section CA7.6-1 : [2] voir

Tableau A.6 en annexe.

Tableau 3.9 combinaison des charges

Combinaison1 1,35G1 529,74KN


Cambinaision2 1,35qv+1,35qe +1,35Pd 4,63KN/m²
Combinaison3 1,35qv+1,35qe-1,35P -2,92KN/m²
Source : [2]

La combinaison deux est la seconde combinaison la plus défavorable


après la combinaison la première

b) modélisation et calcul de la ferme

En pré-dimensionnement, nous avons choisi l’IPE 240 comme profilé de chevron

D=24m; h=2,06m; ( = 9,6° l=12,2m; dmax=1,7m


Y'X,²,
©= '-
= 26,49Rx ; ’& = 4,63 × 1,7 = 7,87Rx/

h
θ
Figure 3.8 modélisation de la ferme

La structure étant symétrique nous allons étudier un seul coté, puis déduire le
comportement du second coté.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 34


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

´
'

B
z
x A

Figure 3.9 du chevron

Le système est hyperstatique :

µ = *- + 2¶ − 3E FM. zH
µ =5+2×0−3×1=2

B X2

z
X X1
Figue 3.10 présentation des inconnues sur la figure
Equation canonique :

°&& %& + °&' %' + ·&_ = 0 F3.17H

°'& %& + °'' %' + ∆'$ = 0

º ²& ˜2 ; °'' = ¹ #
°&& = ¹ # º ²' ˜2; ∆&_ = ¹ #
º& × #_ ˜2 ;

º& . #
°&' = °'& = › # º' ˜2

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 35


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

´
Determination: #_
'

HB

z VB

X A (
VA

Figure 3.1 système d’équilibre



%: −¬» sin ( − +» cos ( + sin ( = 0
2
’ ©
½: ¬» cos ( − +» sin ( − cos ( − + ¬¾ = 0
2 2
’² ©
↺ ‹: − + ¬» − cos ( = 0
6 2
’ © ’ ’ ©
¬» = + cos ( ; ¬¾ = ; +» = tan ( À − cos (Á
6 2 3 cos ( 3 2
0≤2≤

x MP
Z

x VA

Figure 3.12 détermination du moment #$

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 36


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

’2² ’
#F2H$ = −
3 3
HB

VB

X %Ã& = 1 (
VA

Figure 3.13 détermination des forces unitaires suivant l’inconnue %&


1
¬¾ = tan (; ¬» = 0; +» =
cos (

x º
↷Å
Z

x %1 (
ÃÃÃ

VA

Figure 3.14 Détermination du moment unitaire suivant l’inconnu %&


º& + ¬¾ 2 cos ( − %Ã& 2 sin ( = 0
#

º& = 0
#

%Ã' HB
VB

x
VA

Figure 3.16 détermination des forces unitaires suivant l’inconnue %'

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 37


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

1 1 tan (
¬¾ = ; ¬» = ; +» =
cos (
x º'
↷#

VA

Figure 3.17 Détermination du moment unitaire suivant l’inconnu %'


−2
º' =
#

Æ É ÌÉs Ìɲ
°&& = °&' = °'& = 0 → %' = − È\Ç; °'' = aÊ
; Δ'$ = ZaÊ
;→ %' = −
&'
\\

Déterminations des efforts mécaniques internes :

’2² ’
º' × %' + #$ → #F2H =
#F2H = # − 2
3 4
'Ì• ÌÉ ÌÉ
¶F2H = − ; xF2H = tan (
,

Notre programme nous a permis de déterminer les efforts intérieurs maximaux consignés
dans le tableau ci-dessous

Tableau 3.10 caractéristiques des efforts et contraintes appliqués sur le chevron

Efforts Min Max(N) Contraintes max


Effort normale 2263,87N 14179,15 N 3,63Mpa
Effort tranchant -22615,39N 122364N 31,3Mpa
-30531Nm En X : 167,35MPa
Moment fléchissant 54277,56N.m
EN Y : 83,68Mpa

c) Vérification du chevron

D’après le paragraphe CA.7.7 [2]


O
Limite d‘élasticité à 0,2% : ‘$-,' = 270#01

i. Vérification en Compression:

¤Í = Gε/@1ϵ/. µÎ@ 1 G1 G™ . ¤Ð = 3,63#01

¤Í ≤ ‘$-,'
O
FM. …H

3,63#01 ≤ 270#01 ÎÑ ′ Ò0y240 71ÓÓ. .µ /@1G/Ïε

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 38


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

ii. Vérification au Cisaillement :


1,54Ô ≤ ‘$-,'
O
FM. •H
¤Í = 1,54Ô #01 = 48,2#01 ≤ 270#01 = ‘$-,'
O

¤D = 1,54Ô ≤ 270#01 ÎÑ ′ Ò0y240 71ÓÓ. 1™ GÏÓ1Ï . .µ/

iii. Vérification au flambement :


Ñ × ¤Ð ≤ ‘$-,'
O
FM. K—H

Õ = ≤ 200 FM. K H
Ï
Õ = = 120,28 < 200 ÎÑ é 1µG. .µ/ 1GG.7/1? ..
Ï
Contrainte critique d’EULER :
§' ∗ y
¤× = FM. KKH
Õ'

§' ∗ y
¤× = = 143,27#01
Õ'

Coefficient de flambement :

'
‘$-,'
O ‘$-,'
O
‘$-,'
O
Ñ = Ø0,5 + 0,65 × Ù + ÚØ0,5 + 0,65 × Ù − FM. KMH
¤× ¤× ¤×

'
‘$-,'
O ‘$-,'
O
‘$-,'
O
Ñ = Ø0,5 + 0,65 × Ú
Ù + Ø0,5 + 0,65 × Ù − = 1,84
¤× ¤× ¤×

D’après la formule (3.20)

¤Í = Ñ × ¤Ð = 6,67#01 ≤ ‘$-,'
O
ÎÑ ′ Ò0y240 71ÓÓ. 1™ A 1 ?. .µ/

iv. Vérification à Flexion simple:

[2] 0,9 × ¤QÛ ≤ ‘$-,'


O
FM. K¨H

¤D = 0,9 × ¤QÛ = 150,06MPa ≤ ‘$-,'


O
ÎÑ ′ Ò0y240 71ÓÓ. .µ A .2Ïε GÎ 7ÎÓé.

v. Vérification à Flexion composée :

Détermination du coefficient de déversement : ÑÞ


Ñ'
ÑÞ = FM. KjH
E

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 39


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

ÊÉ\
Avec E = ßF 1 + 0,156 à H, FM. KzH
áâ
\

ÊÉ\
E = ßF 1 + 0,156 à
áâ
\
)=3569,91 ;

'
‘$-,'
O ‘$-,'
O
‘$-,'
O
Ñ' = Ø0,5 + 0,65 × Ù + ÚØ0,5 + 0,65 × Ù − FM. KzH
¤×' ¤×' ¤×'

'
‘$-,'
O ‘$-,'
O
‘$-,'
O
Ñ' = Ø0,5 + 0,65 × Ú
Ù + Ø0,5 + 0,65 × Ù − = 35,36
¤×' ¤×' ¤×'

Ñ'
ÑÞ = = 9,9 × 10•
E

§' ∗ y
¤ã' = FM. KƒH
Õ''

Ž \ ∗a å ,∗à
¤ã' = = 158,08 #01 MPa avec Õ' = Àß»Íàæ Á FM. K…H
ä\\ â ç

å ,∗à
Õ' = â Àß»Íàæ Á = 488 ; Avec : C=0,58 ; β=3 car profilé encastré et
ç

charge uniformément repartie confère tableau A.6 en annexe.

9
èѤ + ÑÞ ¤Œé + ¤QÛ ê ≤ ‘$-,'
O
FM. M—H
8

9
èѤ + ÑÞ ¤Œé + ¤QÛ ê = 260,67#01
8

260,67#01 ≤ 270#01 = ‘$-,'


O
ÎÑ ′ Ò0y240 71ÓÓ. .µ A .2Ïε GÎ 7ÎÓé.

vi. Vérification de la flèche :

FM. M H
É
Aëž• ≤
'--

= 0,06
200

ïðñ
D’après [9] P.414 ftíî =
'²,^òó

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 40


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

ql,
ftíî = = 0,0609m → 0,0609m ≤ 0,0610 ÎÑ 1 A èGℎ. .Ó/ Ué@ÏAÏé.
327,8EI

d) Modélisation et calcul de l’entretoise

En pré-dimensionnement, nous avons choisi la cornière L60X6 ; section=691mm² et le


moment quadratique I=2,279X10-7m4. Nous supposons que toutes les charges appliquées
sur l’entretoise sont verticales (surcharge d’exploitation, vent, dépression et le poids propre
de la charpente).

On a : G=392,4/452,4=1,17KN/m2 ; l=1,53m distance entre entretoises est de 2,149m

Ainsi : q1=4,63KN/m² ;q=(4,63+1,17x1,35)x2,149=13,34KN/m

D’après le plan zoy

Z
Y
L
Figure 3.18 modélisation de l’entretoise

Z
Y HB
HA A B
VA VB
Figure 3.19 système d’équilibre

Š ∶ +¾ − +» = 0

½ ∶ ¬¾ + ¬» − ’ = 0

ÌÉ\ ÌÉ
↺: ‹ − + ¬» = 0 → ¬» = = ¬¾ = 1ù, 2Rx
' '

+¾ = +» = 0

Action mécanique interne :

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 41


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

0≤2≤

#_
VA T
Figure 3.20 déterminations des efforts mécaniques internes
É
-¶ + ¬¾ − ’2 = 0 → ¶F2H = ’ ú − 2û
'

’2 ' ’
#_ F2H = − 2
2 2
Tableau 3.11 caractéristiques des efforts et contraintes appliqués sur l’entretoise

Efforts Min Max(KN) Contraintes max


Effort normale 0 KN 0 KN 0 Mpa
Effort tranchant -14,979 KN 14,979 KN 21,67Mpa
Moment fléchissant -5,688 KN.m 0 N.m En X : 105,82 MPa
EN Y : 105,82Mpa

i. Vérification au cisaillement :
D’après la formule (3.19) 1,54Ô ≤ ‘$-,'
O

¤Í = Gε/@1ϵ/. ˜. GÏÓ1Ï . .µ/ G1 G™ . = 21,67 ∗ 1,54 = 33,38 #01

33,38 #01 ≤ 270 = ‘$-,'


O

¤Í ≤ 270#01; ÎÑ 1 GÎ@µÏé@. ü60%6 71ÓÓ. 1™ GÏÓ1Ï . .µ/

ii. Vérification en Flexion simple:

D’après la formule (3.24) 0,9 × ¤QÛ ≤ ‘$-,'


O

Òé = Òý = 22,79 × 10, ,
. U = 0,0239
¤D = 0,9 × ¤QÛ = 95,24MPa ≤ ‘$-,'
O
: ÎÑ 1 GÎ@µÏè@. 71ÓÓ. .µ A .2Ïε ÓÏ 7 .

iii. Vérification de la flèche :


Après la formule (3.31)

É É YÌÉ ñ
Aëž• ≤ = 0,007 ; Aëž• = = 3,97 × 10•
'-- '-- ^,aà
;

→ 2,9•Y ≤ 0,007 ÎÑ 1 A èGℎ. .Ó/ 1GG.7/é.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 42


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

e) Modélisation et calcul du contreventement

Comme profilé de contreventement nous avons choisie la cornière L50X5

Figure 3.21 palier de stabilité de la charpente

Figure 3.22 vue de detail du palier de stabilité


La surface de reprise A=2X2,149=4,29m²

Vent +dépression=1,35X(qv+Pd)=1,242KN/m²

F=Axq=5,328KN

θ = 35,4° ; Section du profilé s =480 mm²

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 43


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

x
Figure 3.23 calcule de l’effort normal appliqué au contreventement
Vérification de cornière du contreventement

N
σ= FM. MKH
S

F
N = = 6,53KN
cos θ

N
σ= = 13,62MPa → σ ≤ 235MPa ok la cornière L50x5 véri ie
S

I. VERIFICATION DE LA RESISTANCE AU SOULEVEMENT


D’APRES LA SECTION C7 DU CODRES

Il est nécessaire de prévoir l’ancrage des réservoirs à toit fixe si la robe et la tôle de fond à
proximité de la robe sont susceptibles de se soulever de leur fondation ou si des risques
d’instabilité de la robe peuvent apparaitre lorsque le poids effectif à l'état corrodé du toit,
de la robe et de leurs accessoires permanents ainsi que, le cas échéant, le poids de la
charpente autoportante et/ou le poids de produit résiduel, ne peut s'opposer aux effets de la
pression intérieure d'étude, du vent et le cas échéant du séisme.
Sauf disposition particulière spécifiée à la commande et pour les situations où seuls le vent
et la pression sont concernés il n’est pas nécessaire d’ancrer un réservoir si les deux
critères ci-dessous sont respectés :

#$ ±Þ!
0,6#Wl + #$ < FM. MMH
O l!!±
1,5

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 44


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

#$ ±Þ + #$ Þ ±O
#Wl + 0,4#$ < FM. M¨H
O l!!±
2

Pi

qw p 14m
Z
x A wL

24m

Figure 3.24 calcul des moments de renversements


Ici nous calculons les moments de chaque effort par rapport au point A

Pi : force due à la pression interne (Pi=226,08KN)

P : force due au poids de la structure (1854KN)

qw : force due au vent (138,768KN)

WL : force due aux poids du produit (50,117KN)


',
0,6#Wl O + #$ l!!± = 0,6 ∗ ’V ∗ 7 + 0± ∗ '
= 3295,78Rx.

#$ ±Þ! 0 ∗ 12
= = 14832Rx.
1,5 1,5

0,6#Wl O + #$ l!!± < &,Y


∶ Îk la résistance au soulèvement du réservoir est.
Vérifiée

#Wl O + 0,4#$ l!!± = ’V ∗ 7 + 0,4 ∗ 0± ∗ 12 = 2056,56Rx.

D’après la sous-section CA1.7.2 [2] formule permettant de calculer la force


générée par le produit.

É = 100.OQ ß‘$Q
O
∗ 4 ∗ + FM. MjH

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 45


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

É = 100.OQ ß‘$Q
O
∗ 4 ∗ + = 50,117KN

#$ ±Þ + #$ Þ ±O 7 ∗ 12 + œÉ ∗ 12
= = 22849,4Rx.
2 2
]
#Wl O + 0,4#$ l!!± < ∶ Îk la résistance au soulèvement du réservoir
'
est. Vérifiée

Le réservoir résiste au soulèvement donc il n’est pas nécessite de mettre les ancrages.

J. VERIFICATION DE LA FRANGIBILITE DU RESERVOIR

Un réservoir est dit frangible lorsque, lors d’une élévation accidentelle de la pression
intérieure, la rupture de l ’enveloppe de confinement du produit stocké a lieu dans une
zone de l’appareil (toit, liaison robe-toit, virole haut e … ) non mouillée permettant
ainsi d’assurer après rupture le confinement du produit stocké .

Calcul de pression de gaz entrainant la défaillance robe-toit 7 O (Source : [2] P.177)

l l l
7 O = "& ‘ë,! $ Ftan (H \ F P H s F P H ñ F P H q Gℎ1@7 FM. MzH

l l l
7 O = "& ‘ë,! $ Ftan (H \ F P H s F P H ñ F P H q Gℎ1@7 = 44,89 ?1@

Tableau 3.12 caractéristiques des coefficients pression entrainant la défaillance

"& "' " ", "Y charp


56500 0,259 1,115 -0,113 0,481 1
Source : [1]

Calcul de la pression de gaz entrainant la défaillance de liaison robe – fond


(CA2.2.2 [2])

min F.ž ; .& \


7 = & ‘ë,± Q FM. MƒH
Q
E

min F.ž ; .& \


7 = & ‘ë,± = 32,85 ?1@
Q Q
E

Avec :

prt : Pression de la phase gazeuse entrainant la défaillance de la liaison robe-toit


prf Pression de la phase gazeuse entrainant la défaillance de la liaison robe-fond

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 46


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

β& = 6900; β' = 1,25

Condition de frangibilité du réservoir :

p ≥ 1,5p € FM. M…H

si p ≥ 1,5p € alors le réservoir est frangible (CA2.2.3 [2])

→ 32,85 ≥ 44,89 × 1,5 = 67,34 ÎÑ . @éÓ.@UÎÏ@ µ. Ó.@1 A@1µ5Ï? .

min F.ž ; .& È\


7 = °& ‘l,± FM. M•H
Q,éÉž!O±Ì l Q
E

min F.ž ; .& È\


7 = °& ‘l,± = 15,1 ?1
Q,éÉž!O±Ì l Q
E

°& = 1200; °' = 1,1

Autre condition de frangibilité : 7 Q,éÉž!O±Ì l ≥ 7 O FM. ¨—H

ÓÏ 7 Q,éÉž!O±Ì l ≥ 7 O alors le réservoir ne sera pas frangible. F*‹2.3.3[2] H

15,1 ≥ 44,89 ÎÑ . @éÓ.@UÎÏ@ µ. Ó.@1 71Ó A@1µ5Ï? .

K. VERIFICATION DE LA RESISTANCE AU SEISME DES


RESERVOIRS

Le type de sol A correspond à l’un ou l'autre des deux sols suivants :


rocher de n'importe quelle caractéristique, soit métamorphique soit
schisteuse. De tels matériaux peuvent être caractérisés par une vitesse d'onde
de cisaillement supérieure à 760 m/s.
sols rigides lors que la profondeur de sol est inférieure à 60 m et que les
types de sols qui recouvrent a roche sont des dépôts stables de sable, de
gravier ou d'argiles dures.
Le type de sol B correspond à des sols constitués d 'argile dure ou non cohérents en
profondeur, incluant sites où l' épaisseur de sol dépasse 60 m et où les types de sol
recouvrant le rocher sont des dépôts stables de sable, de gravier ou d'argiles dures.
Le type de sol C correspond à des sols constitués d'argiles molles à moyennement
dures et de sables, caractérisés par une couche de 10 m ou plus d' argile molle à
moyennement dure avec ou sans couche de sable ou autres sols non cohérents.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 47


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Note : Pour les zones où le type de sol n'est pas connu avec suffisamment de précision
pour la détermination du facteur d'amplification J, relatif au site, il convient de prendre
le type C comme hypothèse.
Les caractéristiques du sol du site où nous allons implanter notre réservoir sont peu
connues, alors il est recommandé de prendre le sol de type [2]
Calcul du coefficient sismique :

¶ = 1,8 × Ñ√E FM. ¨ H

¶ = 1,8 × Ñ√E = 0,85 ;

0,578
Ñ= FM. ¨KH
3,67
ß/ℎ
FE⁄+ H

0,578
k= = 0,1
3,67
ßth
FD⁄HH

1,25"%
= FM. ¨MH

&,'Y Ê
= &
= 0,33 ;% = 1,5 ; " = 1,5

Calcul des moments de renversement

P
= 1,71 ≥ 1,33 (CA1.6.2 [2])
{

#Œ = "5è ' 2' + O 2O + &Q 2&Q ê + 5 &D 2&D FM. ¨¨H

#Œ = "5è ' 2' + O 2O + &Q 2&Q ê + 5 &D 2&D =184656453, 68 N.m

E
/ℎF0,866 H
= +
&Q E É±Ì FM. ¨jH
0,866
+
(
OâF-,^ZZ H
&Q = (
)
É±Ì = 3847513, 20 Kg
-,^ZZ
)

E +
= 0,230 tanhF3,67 H É±Ì FM. ¨zH
&D
+ E

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 48


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

P {
&D = 0,230 tanhF3,67 H É±Ì = 2427878, 18 kg
{ P

E
0,866
2&Q = 0,375+ *1 + 1,333 + +
− 1,- FM. ¨ƒH
E
tanh ú0,866 û
+

(
2&Q = 0,375+ .1 + 1,333 Ø
-,^ZZ
)
( − 1Ù0 =9,77m
€ív/ú-,^ZZ û
)

+
û − 1,937
cosh ú3,67
2&Í = + +1 − E , FM. ¨…H
+ +
3,67 sinhF3,67 H
E E
)
12/ú ,Z² û•&,X ²
2&Í = + Ø1 − )
(
) Ù =-8, 18 m
,Z² 2uv/F ,Z² H
( (

#' = "5è ' 2' + O 2O + &Q ℎ&Q ê + 5 &Q ℎ& FM. ¨•H

#' = "5è ' 2' + O 2O + &Q ℎ&Q ê + 5 &Q ℎ& =31111188,24N.m

Avec : ℎ&Q = 0,37+ FM. j—H

ℎ&Q = 0,37+ = 5,25

coshF3,67H − 1
ℎ&D = + +1 − , FM. j H
+ +
3,67 sinhF3,67 H
E E

12/F ,Z²H•&
ℎ&D = + Ø1 − ) ) Ù =8,84m
,Z² 2uv/F ,Z² H
( (

L. VERIFICATION DE LA RESISTANCE A LA VIS A VIS DU


MOMENT DE RENVERSEMENT ET STABILITE DE LA
ROBE

Condition de renversement

‘¾ ≤ 0,75 FM. jMH

M5
R 4 = FM. j¨H
D' FWð + W7 H

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 49


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

RA = r\ F; :]; H =0,03354296
9
< =

D’après la formule (3.35)

É = 100.OQ ß‘$Q
O
∗ 4 ∗ + = 1291,36Rx ; œ& = 1854Rx

RA =0,0335 ≤ 0,75 ok : Pas de soulèvement le réservoir est stable sous réserve du


respect des exigences relatives aux contraintes de compression.

Vérification de la stabilité de la robe

Calcul de force longitudinale de compression maximale dans la paroi d’un réservoir non
ancré. [2]

1,273#'
œ¯ = œ& + FM. jjH
E'
&,'²
œ¯ = œ& + >
=252069,1N
P\

ρðuï HD'
si; ≥ 44 F3.56H
e5&

; 0,5R€@5& A F3.57H
m:?
Alors σí = min 83 r

ϵ B33 PC + 7,5ß4É±Ì +; 0,5‘$ l D F3.58H


l
Si non ¤ž = O
C

ρðuï HD'
= 86,28 ≥ 44
e5&

e5&
→ contrainte admissible σí = min 83 ; 0,5R€@5& A = 31,36 MPa
D

Contrainte longitudinale maximale de compression :

œ¯
¤D = F3.59H
10 .'&

œ¯
¤D = = 27,8#01 ≤ ¤ž = 31,36#01 ÎÑ 1 @Î?. .Ó/ Ó/1? .
10 .'&

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 50


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

M. CALCULS ET VERIFICATION DES ECHELLES ET


PASSERELLES DE LA TOITURE

En ce qui concerne le dimensionnement de l’échelle et de la passerelle nous allons


effectuer les calculs et les vérifications uniquement sur les supports qui portent les
marches parce que les gardes du corps ne sont pas des éléments structuraux.

En effet, les supports qui porteront les escaliers seront fixés sur la robe du réservoir.
Nous supposons qu’ils sont fixés en porte-à-faux sur la robe. Pré dimensionnement
comme élément de support des marches, nous prenons la cornière L120X80X8, avec une
surcharge d’exploitation de 500kg/m² et poids linéique de la cornière est de, 12,2kg/m².

Ainsi ’ = F12.2 + 500H × 10 × × 1,35 = 11,1 Rx/

L=1.6m section du profilé

Ó = 1550 '
; Ué = 18,7 ; Uý = 38,3 ; Òý = 80,80 × 10•^ ,
;

Òé = 226 × 10•^ ,
; ‘$-,'
O
= 270#01; y = 210000 #01

Figure 3.25 modélisation des marches

Z
M H

x V

Figure 3.26 calcul des efforts

U − ’ = 0 → U = ’ = 17,76 Rx ; + = 0
’² ’²
#+ =0→#=− = −14,21 Rx.
2 2
Ì• \ &
Par ailleurs ¶F2H = ’2 ; #F2H = − '
x = 0 → Ô = = 11,46#01 ;
!
#Ž
¤Qý = = 32,77#01
Òý

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 51


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

a) Vérification de l’échelle

i. Vérification de la résistance au cisaillement :

d’après la formule (3.19)


1,54Ô ≤ ‘$-,'
O
→ 1,54Ô = 17,65#01 ≤ 270#01
ÎÑ . 7@ÎAÏ é .Ó/ Ué@ÏAÏé 1™ GÏÓ1Ï . .µ/

ii. Vérification de la résistance à la flexion simple :

0,9¤Q• ≤ ‘$-,'
O
→ 0,9¤Q• = 29,49#01 ≤ 270#01 ÎÑ

iii. Vérification de la flèche :


É
D’après la formule F3.31H A ≤
'--

’,
Aëž• ≤ ; A = = 6,86 × 10• ≤ = 8 × 10• ÎÑ 1 A èGℎ. 1˜ ÏÓÓÏ? .
200 8yÒ 200

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 52


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

N. résumé des resultants des calculs analytique des elements de charpente

Tableau 3.13 validation analytique du chevron

Chevron IPE240
Contraintes Contraintes Contrainte Flèche Flèche
Contraintes calculées résultats Résultats
calculées(MPa) pondérés(MPa) admissible(MPa) calculées admissible
Contrainte normale 3,62 3,62 270 ok
Contrainte de
31,21 48,06 270 ok
cisaillement
Faiblement 6, 33 6,67 270 ok 0,003 0,06 OK
Contrainte en X 167,31
260,58 270 ok
flexion composée Y 83,65

53
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Tableau 3.14 validation analytique de l’entretoise

Entretoise L60X6
Contraintes calculées Contraintes Contraintes Contrainte résultats Flèche Flèche résultats
calculées pondérés admissible calculées admissible
(MPa) (MPa) (MPa) (m)
Contrainte normale 0 0 270 /
Contrainte de 21,67 33,38 270 ok
cisaillement 3,97 × 10• 0,007 ok
Contrainte en flexion 95,238 270
composée 105,82 ok

Tableau 3.15 validation analytique des supports de marche

support de marche : L120X80X8


Contraintes calculées Contraintes Contraintes Contrainte résultats Flèche Flèche résultats
calculées(MPa) pondérés admissible calculées (m) admissible
(MPa) (MPa) (m)
Contrainte normale 0 0 270 /
6,68 × 10• 8 × 10•
Contrainte de cisaillement 11,46 11,65 270 ok
OK
Contrainte en flexion 32,77 29,49 270 ok
composée

54
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

O. Vérification numérique de la coque et des éléments de charpente et comparaison des résultats

a) Vérification numérique de la coque du réservoir

Pour la vérification numérique des épaisseurs de la coque de notre de réservoir nous allons utiliser le logiciel AUTODESK ROBOT
STRUCTURAL ANALYSIS.2014 en effet pour le calcul des coques le logiciel applique en filigrane la méthode des éléments finis qui consiste à
résoudre le système : M Q'' + C Q' + K Q = F(t) - f(t,Q)
avec

K : matrice de rigidité tangente est la somme des matrices composantes suivantes :


K = K0 + K + KNL , où :
K0 : matrice de rigidité initiale (indépendante du vecteur Q)
K : matrice des contraintes (dépendant de façon linéaire des contraintes de compression)
KNL : matrice des autres composants dépendant du vecteur Q
Mais comme nous nous limitons à l’analyse statique linéaire on a plutôt K Q0 = F .
Nous allons utiliser le maillage triangulaire à 3 nœuds méthode de Dalaunay
La méthode de triangulation de Delaunay est utilisée pour générer un maillage par éléments finis
sur une surface plane quelconque avec bords ou contour, circulaire .

55
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Figure 3.27 : maillage triangulaire à 3 nœuds

Nous avons choisie le maillage triangulaire à 3 nœuds pace que Dans le logiciel Robot, il est recommandé d'utiliser les éléments surfaciques à 3 ou 4 nœuds.
Dans le cas où on utiliserait les éléments surfaciques à 6 ou 8 nœuds pour la génération du maillage, les options suivantes peuvent fonctionner de façon
incorrecte.

Description de la structure

Nombres d’éléments finis surfaciques: 1920

Nombre de nœuds: 962

Nombre de degré de liberté par nœuds : 6 (3 rotations et 3 translations)

Comme hypothèse de modélisation en de celle évoquées au paraphe précédent nous l’allons négliger la pente du fond

56
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Figure 3.28 : de contraintes circonférentielles en X

57
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Figure 3.29 : de contraintes axiale

58
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Figure 3.30 : déplacement suivant x : w

59
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Figure 3.31 : déplacement suivant z : U

60
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Figure 3.32 : déplacement suivant la rotation au tour de z : ()

61
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Tableau3.16 comparatif de résultats analytiques et numériques des calculs sur la coque

Abscisse Valeurs analytiques Valeurs numériques erreurs Contrainte


(z en m) admissible
(MPa)
Contrainte axial max(MPa) 2 126,72 122,56 3,28%
Contrainte circonférentielle
¨, K. —•M ¨. —•M
2 63,36 62,54 1,2% 156,67
Déplacement suivant Z(m) :Umax 14 4,3%
Déplacement suivant X(m) : Wmax 0 M, j. —•M M, z. —•M 2,7%

Les deux résultats sont acceptables du point de vu résistance de la structure cependant les erreurs qui existent entre ses résultats sont dus du fait de
la modélisation numérique, où nous avons négligé la pente du réservoir sur le fond du réservoir voilà ce qui peut bien justifier ces écarts importants
entre les résultats analytiques et numériques, mais nous allons utiliser les résultats des calculs analytiques parce que la modélisation analytique est
plus proche du modèle réel de la structure.

b) Vérification des éléments de charpente

Pour la vérification numérique des éléments de charpente comme nous l’avons annoncé à introduction, nous avons utilisé le logiciel RDM6.
C’est un logiciel de calculs de structures lequel présente généralement le comportement de la structure sous l’effet du chargement. Concernant la
modélisation, elle est identique à celle présentée aux paragraphes précédents (modélisation : du chevron, de l’entretoise, et du support de
marche). Les résultats des calculs numériques sont présentés sous forme de courbes (contraintes et la flèche maximale) puis seront comparés dans
un même tableau avec les résultats analytiques

62
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Figure 3.33 : courbe de la déformée du chevron Figure 3.34 : courbe de contrainte du chevron
Tableau 3.17 comparaison des résultats analytiques et numériques du chevron

IPE 240
Valeurs analytique Valeurs numériques erreurs X Valeurs admissibles
calculées (RDM) (m)
Contrainte en flexion (Mpa)
260,58 261,4 0,3% 12,17 270

Flèche (en m) 0,0609 0,0572 6,2% 6,08 0,06

63
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Figure 3.35 : courbe de la déformée de l’entretoise Figure 3.36 : courbe de contrainte de l’entretoise

L60X6
Valeurs analytique Valeurs numériques erreurs X Valeurs admissibles
calculées (RDM) (m)
Contrainte en flexion (Mpa)
105,2 108 2,6% 12,17 270

Flèche (en m) 0,00668 0,00606 9,3% 6,08 0,008

64
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Tableau 3.18 comparaison des résultats analytiques et numériques de l’entretoise

Au vu des écarts très faibles soient dans l’ordre de 10-1 qui existent entre, les valeurs des résultats analytiques et ceux des résultats numériques des
éléments de charpente, ces erreurs se justifient du faite que les deux modélisations ne sont parfaitement identiques. On peut donc dire qu’ils sont
tous acceptable au même degré. Cependant, nous préfèrerons utiliser la méthode analytique à cause de la non maitrise de boite noire qui est en
filigrane du RDM6.

65
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

P. DESCENTE DE CHARGE SUR LE RADIER

24m

14ms
z
x H

Figure 3.37 : descente de charge sur la fondation


Avec H : la force sismique
Tableau 3.19 récapitulatif des charges appliquées sur la fondation
Charge sur la fondation
Cas de charge P (KN/m²) H (KN)
Poids total de la structure 4,1 0
Pression du liquide 13,9 0
Surcharge d’exploitation 2,5 0
Charge de vent 0,54 244,3
Charge total du seime 0,55 252,1
Moment de renversement 184656,5KN.m
sismique
Dépression 0 226,2

Q. CALCULS ET VERIFICATION DES ASSEMBLAGES

a) Choix des assemblages

Les assemblages ont pour fonction d’assurer la liaison ou la continuité des composants
élémentaires entre eux, afin de réaliser l’ossature de l’ouvrage projeté. Ces organes
critiques pour l’ouvrage tant sous l’aspect de l’intégrité structurelle que sous l’aspect
économique, doivent être conçus et dimensionnés avec au moins autant de soin que les

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 66


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

composants élémentaires. Les deux principaux modes d’exécution des assemblages sont :
les assemblages soudés et les assemblages boulonnés. En ce qui concerne notre structure,
les liaisons entre les viroles seront soudées, pour assurer une bonne étanchéité de la robe.
Par ailleurs, nous aurons aussi les assemblages boulonnés, liaison robe charpente. Pour la
vérification des assemblages avons utilisé le CM66

b) Assemblage des éléments boulonnés

i. Chevron-anneau
Cette liaison doit assurer la transmission de trois efforts : l’effort normal
(N=14179,15 N) ; l’effort tranchant(T=122364 N) ; le moment (M= (54277,56 N.m).
Pour s’assurer de la transmission de ces efforts, nous allons effectuer le pré
dimensionnement puis faire une vérification suivant le CM66 [10].

Pré dimensionnement

Nous allons utiliser les boulons ordinaires M16 classe 12.9


Tableau 3.20 caractéristique du boulon chevron-couronne

Limite d’élasticité :σm 1080 MPa


Contrainte limite : σð 900 MPa
Limite à la rupture : R 1220 MPa
Section de la tige lisse : A 201 mm²
Section de le tige filetée : A 157 mm²

Vérification de la Résistance à l’effort normal :


N
≤ 0,8σm FM. z—H
A

F F
≤ 0,8σm ; = 90,29MPa ; 0,8σm = 864MPa ∶ 90,29MPa ≤ 864MPa ok
4G 4G

Vérifiation de la Résistance au cisaillement :

T
≤ 0.65σm FM. z H
A
7 7
4
≤ 0.65σm ; 4 = 608,67MPa; 0.65σm = 702MPa ∶ 608,67MPa ≤ 702MPa ok

Sollicitation simultanée Sur la partie lisse de vis :

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 67


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

√x ' + 2.36¶ '


≤ ¤l FM. zKH

√x² + 2.36¶²
→ = 937,87#01 ≤ 1080#01 ÎÑ

Détermination du nombre de boulons

1,54. A
NI = FM. zMH
A

&,Y,.4
NI = = 3boulons [10]
4G

Pour les raisons de sécurité et compte tenu que c’est un encastrement nous allons
prendre 4 boulons

ii. Liaison robe charpente

Pour assurer la transmission des efforts : effort normal (N=14179,15N), l’effort


tranchant(T=122364N) sur la liaison robe-charpente, nous allons monter les deux modes
d’assemblage (soudé et boulonné). En effet, nous avons prévu un gousset de 300X250X6
qui sera fixé sur la robe. C’est sur ce gousset que sera fixé le chevron. Par ailleurs, le
chevron sera posé sur la cornière laquelle sera fixé sur la robe.(figue 4.1 et 4.2) Mais pour
prendre en compte les effets de dilatation, nous allons laisser un jeu entre la robe et
chevron. Pour permettre le soulagement de cette dilatation, les trous percés sur le gousset
seront les trous oblongs. Confère figure en annexe.

vérification de la cornière :

nous penons en prédimensionnement la cornière L100X7


T T

Figure 3.38 : modélisation et calcul des efforts sur la cornière

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 68


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

On a :

L = 0,10m ; T = 122,36KN ; S = 1366 mm' ; I = 128.2 × 10•, m, ;


E = 21000MPa
¬ = −¶; x = 0; # = −¶ü = −12,3Rx

Ô = F3.64H
K


Ô= = 89,58 #01
K

Vérification de la résistance au cisaillement :


d’après la formule (3.19) 1,54τ ≤ R€@-'

1,54τ ≤ R€@-' → 1,54 × 89,78 = 137,95MPa ≤ 270 MPa = R€@-' : ÎÑ

La cornière passe au cisaillement

Vérification flèxion simple : 0,9¤Q• ≤ ‘$-,'


O

#U•
¤QÛ = = 36,55#01 → 36,55 × 0,9 = 32,89 ≤ 270: ÎÑ
ÒÛ

La cornière passe en flèxion simple

Vérification de la flèche :

Aëž• ≤
200

Aëž• ≤ ;
200

¶ü
Aëž• = = 1,52 × 10•Z ≤ 5 × 10•, : ÎÑ le lèche maximale admisibl.
3yÒ

En pré dimensionnement nous allons prendre M20 classe 8.8

Limite d’élasticité :σm 640 MPa


Contrainte limite : σð 560 MPa
Limite à la rupture : R 800 MPa
Section de la tige lisse : A 314 mm²
Section de le tige filetée : A 245 mm²

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 69


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Vérification de la Résistance à l’effort normal :


F F
≤ 0,8σm : = 55,87MPa ; 0,8σm = 512MPa
4G 4G

55,87MPa ≤ 512MPa ok . ?Ι ε @éÓÏÓ/. à N .AAÎ@/ µÎ@ 1

Résistance au cisaillement :

7 7
≤ 0.65σm ; = 389,69MPa ≤ 416MPa ok le boulon résiste au cisaillement
4 4

Sollicitations simultanées :
√Ð \ ]'. Z& \
≤ ¤l
¾
Sur la partie lisse de vis :

√в]'. Z&²
→ ¾
= 600,36#01 ≤ 640#01 ÎÑ la partie lisse de vis résiste aux

Sollicitations simultanées

Détermination du nombre de boulons

1,54‹
x» = = 2 ?Ι εÓ

Pour les raisons de sécurité nous allons prendre 4 boulons.

c) Assemblage des éléments soudés

i. Liaison robe gousset

D’après [10] l’épaisseur du cordon doit être au moins égal à l’épaisseur de la


plus faible des pièces assemblée

En pré- dimensionnement on a :

1
1=6 →1>4 ; " = 0.8 À1 + Á = 0,933 ; ¶ = 122364 ; x = 14179,15x
1

= 250

Calcul et Vérification de la résistance du cordon

N N
≤ σm ; = 11,92MPa ≤ 235MPa ok le cordon résiste à l′ effort normal
0.85lαa 0.85lαa
T T
≤ σm ; = 116,58MPa ≤ 235MPa ok le crdon résiste au cisaillement
0.75laα 0.75laα

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 70


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

ii. Liaison tôle de fond virole



= 2000 ≥ 250 (t étant l’épaisseur minimale de la coque)
O

[7] La théorie de coque mince montre que :


P
N= = 1633.9N ; T = M = 0
2πR
longue du cordon: l = 2m hauteur d′ une virole ; épaisseur cordon: a = 10mm
Vérification de la résistance :
x x
≤ ¤l ; = 109.22#01 ≤ 235 ÎÑ le cordon résiste à l′ effort normal
0.85 "1 0.85 "1

R. DETERMINATION DE LA DUREE DE VIE DU RESERVOIR

Pour la détermination de la durée de vie de notre réservoir nous allons utiliser la loi
PARIS. [11]

Elle nous permet de déterminer le cycle de fonctionnement N.

e = 6mm épaisseur minimale de virole;

R = 12000mm rayon du réservoir; R = 625MPa limite à rupture;

a- = 0,25mm, défaut de issure admissible par les testes de radiographie

a& = 6mm; épaisseur critque; m = 4 ; A = 2,6 × 10•& mFMPa√mH•,

FPtíî RQπH
•t
1 t
ú&• û
t
ú&• û
N= m Ø Ù Øa& '
− a- '
Ù FM. zjH
A ú1 − û e
2

FPtíî RQπH
•t
1 t
ú&• û
t
ú&• û
N= m Ø Ù Øa& ' − a- ' Ù = 4229cycles
A ú1 − û e
2

Le cycle de fonctionnement mensuelle du réservoir est de 3 cycles c’est- à – dire 36 cycles


,''X
= 117ans
Z
par année. Alors la durée de vie est égale à :

S. PRESENTATION DU PRO-LOGICIEL

Les programmes de calcul ont pour but l'automatisation du calcul d'un certain nombre
d'éléments de la structure. Ils concernent principalement :

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 71


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

le calcul des épaisseurs : des viroles, tôle de toiture et tôle de fond ;


Le calcul et vérification des éléments de charpente ;
Vérification de la résistance : au séisme, à la stabilité et la frangibilité ;
En générale, il existe quelques logiciels sur le marché qui sont capables, de faire les
calculs des réservoirs. On peut citer entre autre : AUTODESK ROBOT STRUCTURAL,
RDM6, CATIA, CASTEM, etc. Cependant, les limites et les difficultés de ces logiciels
sont: ils sont trop couteux, ils ont une prise en main complexe, une boite noire c’est-à-dire
la non maitrise du code source. C’est pour ces multiples raisons que nous avons préféré
proposer au service « travaux neufs et développement » de la SCDP un outil d’aide au
dimensionnement. Cet outil va non seulement les aider à dimensionner rapidement les
réservoirs à l’à venir, mais aussi à vérifier les notes de calculs des réservoirs de manière
efficace et rationnelle. En effet, nous avons utilisé MICROSOFT EXCEL pour élaborer
notre programme, parce que c’est une interface très familière aux nombreux utilisateurs de
l’outil informatique ; il a aussi une prise en main très facile et ne nécessite aucun coût. Le
programme que nous avons pu établir est une automatisation du calcul manuel. Il permet
simplement d'effectuer les mêmes calculs que l'on serait amené à faire à la main. Mais son
avantage est que Il permet d'aller plus vite ; et de minimiser les risques d'erreurs de calcul
ce qui n'est possible qu'avec une parfaite entrée des données.

a) Notice d’utilisation
En réalité ce programme effectue les calculs :

des épaisseurs des viroles de tout type de réservoirs suivant le CODRES ;


des épaisseurs de tôle de toiture de tout type de réservoirs suivant le CODRES ;
des épaisseurs de tôle de fond de tout type de réservoirs suivant LE CODRES ;
des raidisseurs ;
des ancrages ;
des éléments de charpente autoportante à toit fixe conique chevron ; entretoise ;
contreventement) ;
des vérifications des éléments de charpente( aux,flambement,voilement
deversement cisaillement,flexion composée, etc.) ;
vérification de la résistance au seisme ;
vérification de la résistance au soulèvement ;
vérification de la frangibilité du réservoir ;
vérification de la résistance au renversement.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 72


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

CHAPITRE 4 : PROPOSITION D’ELABORATION D’UN


CAHIER DE CONSTRUCTION D’UN RESERVOIR A TOIT
FIXE.

Dans le présent chapitre, il sera question d’envisager les solutions constructives de


la mise en œuvre de la structure, notamment le montage des éléments métalliques,
dispositions constructives avec quelques dessins de détails. Il sera question de proposer
également quelques recommandations à prendre en compte pour le bon déroulement du
projet sans grand risque d’accident. Nous allons supposer que le matériel est préfabriqué à
l’usine (Chanfrein, ceintrage) et arrive sur site près à être monté. Cependant on considère
que la partie génie civil est terminée.

A. DIRECTIVE POUR LA REDACTION DES TERMES DE


REFERENCE

a) Matériaux
La désignation du matériau choisi doit être présentée souvent la norme européenne
EN 10088-2.ou suivant une norme iso reconnue. Mais il faut noter que le choix de ce
matéreau dépend du type de produit stocké dans le réservoir. Alors pour les produits
pétroliers, Il faut que que ce matériau reponde au moins aux exigences suivantes :

Une faible transitivité thermique pour protéger le produit des


élévations de température ;
une grande résistance à la corrosion pour permettre au réservoir de
résister à la corrosion ;
Une bonne résistance mécanique.

Le meilleur matériau repondant à ces exigences est l’acier inoxydable auténitique.


Comme exemple d’acier inoxydable austénitique, nous avons choisi : X2CrNiMo18-12-4.
Cela signifie que notre matériau contient : 18% chrome, 12% de NICKEL et 4% de
molybdènes et d’autres éléments comme l’azote. On peut rencontrer d’autres exemples
dans le tableau A.9[12] en annexe.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 73


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

a) Logistique du matériel sur site

Etant donné que la plupart du matériel est préfabriqué en atelier lors des opérations
de manutentions, il faut éviter que ce matériel se déforme.

b) Sécurité sur site et du personnels

Il faut toujours baliser le site du chantier ;


Toujours avoir des extincteurs sur le site et s’assurer qu’ils fonctionnent
correctement et s’assurer également que tout le personnel qui se trouve sur le site
peut en faire usage en cas de danger ;
Exiger toujours à tout le personnel et même aux visiteurs le port d’équipement de
protection individuels ;
Vérifier toujours le certificat de conformité des appareils et outils mobilisés sur le
site (grue de levage ; la nacelle ; Anet de sécurité ; vérin de levage etc.).

c) Les contrôles et les essais sur le réservoir

Il faut toujours s’assurer que tous les résultats de contrôles et les essais sont positifs
avant de réceptionner l’ouvrage :
Contrôle des assemblages de soudure (visuel ; ressuage, magnétoscopie
radiographie ou ultrasons) ;
Essais hydrostatiques.

d) Disposition constructive

i. Assemblage des éléments soudés et description.

L’opération de soudage par fusion avec fil-électrode fusible consiste à faire fondre un
métal d’apport en même temps que les plats ou les profilés à assembler. Le métal fondu
provenant de chaque élément est réuni au niveau du joint dans un bain de métal qui comble
l’interface. Au fur et à mesure que le bain de fusion se refroidit, le métal fondu qui se
trouve à la limite de fusion se solidifie, formant un lien solide avec le métal de base. Quand
la solidification est totale, il y a continuité du métal à travers le joint. Dans le soudage à
l’arc, on peut utiliser un flux ou un gaz non réactif (inerte) pour recouvrir le bain de fusion
et donc empêcher l’action de l’air. Les procédés utilisés peuvent être classés en trois

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 74


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

catégories : le soudage manuel qui reste le seul moyen possible pour réaliser des soudures
dont l’accès est difficile ou de petite longueur, le soudage semi-automatique (avancement
automatique de l’électrode avec une torche tenue à la main), lequel est appliqué de manière
générale ; le soudage automatique (la tête de soudage est montée, soit sur un charriot dont
l’avancement est automatique, soit sur un robot de soudage). Il s’applique surtout aux
soudures continues d’une certaine longueur : assemblage âme semelles des profilés
reconstitués soudés (PRS) par exemple. Mais dans le présent document, nous allons nous
intéresser au soudage manuel.

Soudage manuel avec électrode enrobée

Le soudage manuel (figure A.1 annexe) constitue l’un des modes opératoires de
soudage à l’arc les plus répandus. Il nécessite un personnel très qualifié pour que les
soudures réalisées soient de bonne qualité. L’électrode est constituée d’un fil à cœur
d’acier d’un diamètre de 3 à 8 mm et d’un flux d’enrobage contenant des éléments alliés
(manganèse et silice par exemple). La source de chaleur est constituée d’un arc de faible
voltage (15 à 35 V) mais d’intensité élevée (jusqu’à 500 A). L’arc fait fondre le métal de
base et l’électrode. Au fur et à mesure que le métal est transféré du bout du fil en acier au
bain de fusion, le soudeur déplace l’électrode de manière à garder une longueur constante à
l’arc. Cela est essentiel dans la mesure où la largeur du cordon est en grande partie liée à la
longueur de l’arc. Le flux fond avec le fil de cœur et coule sur la surface du bain de fusion
pour former un laitier qui doit être enlevé après la solidification (figure A. 2 annexe ).Cette
technique présente les avantages suivants[13] :

Faibles investissements ;
liberté de mouvement (on peut l’utiliser jusqu’à 20 m de l’alimentation
électrique, ce qui est intéressant sur chantier) ;
utilisation possible dans toutes les positions ;
convient pour des aciers au carbone et les aciers inoxydables.
Son principal inconvénient est un faible cycle de travail, c’est-à-dire qu’il n’y a
qu’un faible volume de métal déposé avant que le soudeur ne s’arrête pour insérer une
autre électrode. Cela ne constitue pas un problème pour des soudures courtes, mais devient
un problème pour des soudures longues, en particulier lorsque les couts de main-d’œuvre
sont élevés. Les caractéristiques d’action de l’électrode sont contrôlées par la composition
du flux d’enrobage. Une grande variété d’électrodes est disponible selon les applications

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 75


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

envisagées. On choisit l’intensité du courant compte tenu du diamètre du fil utilisé.


Lorsqu’il est nécessaire d’avoir un bain de fusion à bas hydrogène, afin d’éviter la
fissuration de la ZAT (zone affectée thermiquement) lors du refroidissement, il faut étuver
et entreposer les électrodes à la température et pendant la durée recommandées par le
fabricant. Avant sa fusion, l’enrobage permet un guidage de l’arc (figure A.3 annexe).
Après fusion, il réalise, sur la soudure, un écran thermique et chimique. [13]

ii. Liaison robe et charpente

Figure 4.1 mise en disposition du gousset

Figure 4.2 liaison robe charpente

iii. Liaison chevron couronne.

Dans cette liaison, le gousset est préalablement percé puis soudé sur le profilé et
sera en suite boulonner sur la couronne.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 76


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Figure 4.3 liaison chevron - couronne

iv. Liaison robe- cornière de rive et la tôle de toiture

Figure 4.5 Robe- cornière de rive et la tôle toiture (Source : [2])

v. Liaison tôle de fond et la robe

Figure 4.6 Liaison tôle de fond robe

.O = .W − ! F¨. H

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 77


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Tableau 4.1 Du choix de ! longueur de base du cordon

Source : [2] P.110

Figure 4.7disposition de la tôle de bordure [2]


240
≥ 12 B .ž ; 500 D F¨. KH
√+
ž

60 ≤ žl ≤ 100 F¨. MH
ž ≥ 60 F ¨. ¨H

vi. Implantation des tubulures

En règle générale, les tubulures (remplissage, vidange, trous d'homme, etc.) sont
implantés selon la règle suivante :
+O ≥ EOl + 100 F¨. jH
+O = Hauteur de l'axe de la tubulure par rapport au fond du réservoir
EOl = Diamètre extérieur de la tubulure

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 78


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Figure 4.8 disposition des tubulures. Note 2 : épaisseur de renfort ; Note 3 : pente ¼
üO : Longueur entre la tubulure et la robe à choisir dans le tableau ci-dessous
.O é71ÏÓÓ.™@ ˜. /™?™ ™@. à GℎÎÏÓÏ@ ˜1µÓ . /1? .1™ GÏ − ˜.ÓÓΙÓ
Source : [2]

Tableau 4.2 épaisseur de tubulure en fonction du DN

(Source : [2] P.146)

Tableau 4.3 longueur de la tubulure en fonction du diamètre nominale

(Source : [2] P.143)

Choix du diamètre nominal et la bride du trou d’homme à choisir dans le tableau ci-dessous

Tableau 4.4 caractéristique du trou d’homme

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 79


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

(Source : [2]. P.145

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 80


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

B. L’ALGORITHME DE MONTAGE DES VIROLES


Aménagement du site de travail

Pose des tôles de fond

Pose et réglage des


Régler correctement
béquilles Mal posé
Béquilles corrects

Pose et réglage de la dernière virole

Pose des éléments de charpente

Installation des vérins Mal installer Régler les vérins


hydrauliques de levage

Vérins corrects

Assemblage des vérins à la virole

Mauvais flux
Augmentation du niveau
Vérification du flux
d’huile
d’huile

Flux correct

Levage d’assemble

Pose de la virole suivante

Assemblage des vérins à la nouvelle virole nouvellement posé et levage de l’assemble

Enlèvement des béquilles déposer l’ensemble formé des tôles de robe et toit

Assemblage des tôles de robe à la tôle de fond

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 81


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

C. TABLEAU 4.5 DE DEVIS ESTIMATIF

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 82


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

Masse
Masse
Dimensions nombres Volumes(m3) volumique
partie (tonnes) Prix unitaire
(Kg/m3)
Tôles 6290X1500X10mm 12 0,679 7850 5,33
Tôles 7100X2000X10mm 14 1,988 7850 15,606
Tôles5325X2000X10mm 4 0,426 7850 3,344
Tôles3550X2000X10mm 2 0,142 7850 1,115
fond Tôles4650X2000X10mm 2 0,186 7850 1,460
Tôles5300X2000X10mm 4 0,424 7850 3,328
Tôles2650X2000X10mm 8 0,424 7850 3,328
Tôles3500X2000X10mm 2 0,245 7850 1,923
Tôles6286.5X2000X12mm 12 1,811 7850 14,216
Tôles6286X2000X10mm 24 3,017 7850 23,683
robe Tôles6285.5X2000X8mm 24 2,414 7850 18,950
1100 000F
Tôles6285X2000X6mm 24 1,810 7850 14,208
Tôles6200X2000X10mm 18 2,232 7850 17,521
Tôles4970X2000X10mm 9 0,895 7850 7,025
Tôles5550X2000X10mm 2 0,222 7850 1,742
Tôles 5580X2000X10mm 4 0,446 7850 3,501
Tôles4570X2000X10mm 2 0,183 7850 1,436
toit Tôles4250X2000X10mm 2 0,170 7850 1,334
Tôles7000X2000X10mm 2 0,280 7850 2,198
Tôles5120X2000X10mm 2 0,205 7850 1,609
Tôles4480X2000X10mm 2 0,179 7850 1,405
Tôles4370X2000X10mm 2 0,175 7850 1,373
Masse Total robe 145,635 160 198 500 fcfa
Poids
Longueur Masse
fonction Profilé lineaire
(m) nombre (tonnes) Prix unitaire
(Kg/m)
chevrons IPE240 30,7 12 40 14,736
L100x10 17 ,9 1 ,542 40 1,104
L80x8 9,63 1,208 40 0,465
entrtoises 1 100 000F
L60x6 5,42 1,434 80 0,622
contreventement L50X5 3,77 2,515 32 0,303
Main courante Rond 42,4X2,6 2,55 156 / 0,397

83
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

L45X5 3,38 1,1 54 0,2


Gard corps
L50X5 3,77 1,1 134 0,555
PL150x5 6,008 92,8 / 0,557
PL180x6 7,85 18,23 / 0,143
Gard corps
PL50X10 3,93 5,48 3 0,648
1 100 000F
TOTAL 19,73
TOTAL GLOBAL MASSE D’ACIER 165,365 181 901 500FCFA
Surface Prix par unité de surface Prix total
caillebotis 90 m² 100 000 9 000 000FCFA
Pièces quantité Prix unitaire
Brides ‘14’ 4 50 000
Brides ’8’ 4 45 000
tubulures
Brides ’4’ 4 38 000
Vanne ‘4’ 4 100 000
Vannes ‘14’ 4 200 000
Vannes ’8’ 4 160 000
Coût total tubulures 2372 000 FCFA
Produits Quantités Coût total
Traitement
Antirouille forfait 1 704 000
anticorrossif
Peinture forfait 9 454 000
Coût total Traitement anticorrossif 11 159 000 FCFA
Type Quantités Prix unitaire
M16 classe 12.9 400 2000
boulonnerie
M20 CLASSE 8.8 400 3400
Total boulonnerie: 2 160 000 FCFA
Pièces quantés Prix unitaire
Sonde de niveau 2 5 431 800
Electricité
Cable de protection forfait 700 000
Total : Electricité
11 569 600 FCFA
Géniel civil Coût forfaitaire 600 000 000 FCFA
Coût fabrication 72 760 600 FCFA
Total global sans la main d’œuvre : 890 917 100 FCFA
Main d’œuvre 356 366 840 FCFA
Coût total du projet(mis en œuvre) : 1 247 283 940 FCFA

84
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-
logociel

D. DUREE PROVISOIRE DU PROJET

Tableau 4.5 de durée prévisionnelle projet

Durées en semaines 30 6 20 28 1 4 1 1 1 1
étude des faisabilités procédure de
passation de marché
Installation chantier
Commande matériels
Gros œuvre génie civil
Réception matériels 10
Chaudronnerie
Tests et contrôle
Traitement anticorrosif
Résultat des tests
Finition
Démobilisation du chantier
Réception chantier

La durée prévisionnelle de notre projet est estimée 93 semaines, soit 558 jours. Car nous supposons la semaine à six jours c’est-à-dire les cinq jours
ouvrables plus le samedi.

85
Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014
Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

E. Plan de maintenance

Les réservoirs de stockage doivent faire l’objet d’inspections réalisées régulièrement afin
de détecter, le plus tôt possible, tous signes de détériorations, les décisions relatives à la
périodicité et la nature des inspections à réaliser restant de la responsabilité du Donneur
d’ordre.
Les inspections recommandées par [14] ont pour but de recueillir les informations
nécessaires permettant d’évaluer si les réservoirs concernés peuvent être maintenus en
exploitation dans des conditions de sécurité et de fiabilité acceptables ou si des actions
correctives sont nécessaires à cette fin. La visite de routine a pour but de constater le bon
état général du réservoir et de son environnement ainsi que les signes extérieurs liés aux
modes de dégradation possible. Elle est réalisée par des personnels qualifiés et renouvelée
chaque année. Les écarts Relevés font l’objet d’une analyse. En vu d’élaborer une
maintenance préventive .par ailleurs la révision générale du réservoir se fait tout les 10
ans. En effet on met le réservoir hors service et on lui fait passer tout les contrôles et les
tests nécessaires (radiographie ; visuel ; ressuage ventouse etc.)

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 86


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Fiche d’inspection

Société :
Repère du réservoir : Localisation N°de fiche :
:
Type de réservoir :
Visité par : Date : Signature :

Validé par : Date : Signature :

Vérification : Toit Toit Constatation commentaire


fixe flottant
assise
absence de signes de fuites entre l'assise
et la tôle de fond
Robe
pied de robe visible, dégagé de toute
gêne à la vérification
absence de signes de fuites sur pied de
robe
mises à la terre connectées
absence de fuites sur tôles de robe
absence de retenue d'eau sur poutre
raidisseurs
absence de fuite au niveau des piquages
et trous d’homme de la robe
Moyens d'accès
absence de détérioration aux supports
d’escaliers
absence de corrosion entre les supports
de la passerelle et le toit
absence de corrosion/dégradation entre
les supports de l'échelle à crinoline et la
robe
Toit fixe
absence de déformation/retenue d'eau sur
tôles de toit
absence de déformation/retenue d'eau sur
tôles de toit
Autres constatations

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 87


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

CONCLUSION ET PERSPECTIVES

La disponibilité de l’énergie pétrolière est une préoccupation essentielle de l’industriel.


Dans ce domaine, pour prendre en compte les divers aléas liés à la chaine de distribution,
il faut disposer d’une grande capacité de stockage, laquelle permet d’assurer une
distribution en continue des produits pétroliers auprès des clients même en temps de
dysfonctionnement ou en temps de crise. Tel était l’enjeu de notre travail résumé dans le
présent document. L’objectif consistait dans un premier temps, à comprendre et à
analyser le problème de manière à déterminer le goulot d’étranglement qui est à l’origine
des pénuries. Par ailleurs, il était question de proposer des solutions et adopter la solution
optimale. Ceci a abouti à la conception et élaboration des plans de réalisation d’un
réservoir à toit fixe conique avec une charpente auto portante pour le stockage du produit
gasoil d’une capacité de de 6333m3 pour le compte de la SCDP dépôt de BESSENGUE.
En effet pour le dimensionnement, nous avons mis sur pied un programme dans
MICROSOFT EXCEL, afin d’optimiser le temps et la fiabilité des calculs. Par la suite,
nous avons vérifié numériquement nos résultats pour rester confortable dans nos calculs.
Par ailleurs, nous avons élaboré une rédaction des thèmes techniques de références qui
constituera un mini guide pour le suivi des constructions des réservoirs à toit fixe conique
autoportante. Cependant, plusieurs perspectives se dessinent pour l'amélioration de ce
travail. Pour l'ingénieur de conception, il est essentiel de disposer d'outils facilitateurs de
son travail quotidien ; et surtout pour lui permettre d'aller vite. Nous pensons donc que le
programme peut évoluer vers la programmation du dimensionnement de tout type de
réservoir. Compte tenu du coût très élévé des logicels de calculs et de leur prise en main
complexe.

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 88


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

REFERENCES BIBLIOGRAPHIES
[1] Eurocode 3 : Calcul des structures en acier, Partie 4-2 : Silos, réservoirs et canalisations
Réservoir

[2] CODRES divisions1 éditions 2007

[3] REGIS CHAMAYOU Réservoirs métalliques stockage des liquides à température


ambiante.

[4] DT -94 Guide d’inspection et de maintenance des réservoirs aériens cylindrique

[5] THESE : DOCTORAL D’ANDRE DA SILVA (présenté à L’institut national des


sciences Appliquées de Lyon en 2011) Flambage de coques cylindriques minces sous
chargements combinés pression interne, compression, flexion et cisaillement

[6] jean- louis fanchon guide des sciences et technologies industrielles édition NATHAN

[7] Pr robert NZENGWA Note de cours de plaque et coque cinquième année FGI du

[8] Règle de calcul définissant les effets de neige et vent éditions de Décembre 2007

[10] Règles CM66 et additif 80 règle de calcul des constructions en acier édition
EYROLLES

[11] Mme IDELLETTE JUDITH HERMINE SOM note de cours de fiabilité et endurance
de quatrième année FGI

[12] Albert KOZLOWSKI Données numériques sur les aciers inoxydables (Bureau de
normalisation de la sidérurgie)

[13] JEAN – pierre MUZEAU TECHNIQUE DE L’INGENIEUR CONSTRUCTIONS


METALLIQUES : ASSEMBLAGES PAR SOUDAGE

[14] CODRES divisions 2 éditions 2009

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 89


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

ANNEXES
Tableau. A1 coefficients sismiques "

Source : [2]

Tableau A.2 coefficients du sol J

Source : [2]

Tableau A.3 classes de boulons

Source [6] P.200

Tableau .A.4 sections des boulons

Source [3] P.282

Tableau. A.5 coefficients en fonction des épaisseurs des cordons de soudures

Source [3]

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 90


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Figure 1.A disposition de la baquette de soudure [13]

Figure 3.A coulée de la laitière [13]

Figure 2.A baquette de soudure [13]

Tableau. A.6 combinaisons des efforts

Source : [2]

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 91


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Tableau A.7 des coefficients en fonction de la répartition longitudinale des charges


données

Source : [2]

Tableau A.8 de désignation de matériau

(Source [2] P.60)

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 92


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Tableau A.9 de caractéristique de l’acier austénitique

Source [12]: (formulaire Bureau de normalisation de la sidérurgie)

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 93


Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits pétroliers
au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel

Tableau A.10 périodicité d’inspection

Source [14]:

Projet de fin de formation de ngomba mvogo à la FGI_ 2013-2014 94


Nom du document : mémoire de ngomba act
Répertoire : C:\Users\lap\Desktop\PFE JEAN\memoire ngomba version corrigé
Modèle : C:\Users\lap\AppData\Roaming\Microsoft\Templates\Normal.dotm
Titre : Conception et plans de réalisations d’un réservoir de stockage de produits
pétroliers au dépôt SCDP de BESSENGUE à l’aide d’un pro-logociel
Sujet :
Auteur : ngomba mvogo jean
Mots clés :
Commentaires :
Date de création : 25/01/2015 07:20:00
N° de révision : 3
Dernier enregistr. le : 25/01/2015 07:27:00
Dernier enregistrement par : ngomba mvogo jean
Temps total d'édition : 29 Minutes
Dernière impression sur : 25/01/2015 07:50:00
Tel qu'à la dernière impression
Nombre de pages : 110
Nombre de mots : 19 792 (approx.)
Nombre de caractères : 108 861 (approx.)