Vous êtes sur la page 1sur 15

mba ESG

TERMINOLOGIE
COMPTABLE

&

FINANCIERE

0
F. ZAKI

2012 / 2013

ACTIFS
Eléments du patrimoine ayant une valeur économique positive pour
l’entreprise.

ACTIF CIRCULANT
L’ensemble des actifs correspondant à des éléments du patrimoine qui, en
raison de leur destination ou de leur nature, n’ont pas vocation à rester
durablement dans l’entreprise.

ACTIF IMMOBILISE
Voir « immobilisations »

AGENCEMENTS, AMENAGEMENTS
Travaux destinés à mettre en état d’utilisation les diverses immobilisations de
l’entreprise, essentiellement les terrains et les bâtiments.

AGIOS
Intérêts au profit de la banque calculés sur les concours bancaires, les traites
escomptées, …..

AMORTISSEMENT
Réduction jugée irréversible, répartie sur une période déterminée, du montant
porté à certains postes du bilan. En d’autres termes, l’amortissement représente
la constatation comptable d’un amoindrissement de la valeur d’un élément
d’actif résultant de l’usage, du temps, de changement technique et de toute
autre cause.

APPROVISIONNEMENTS
Objets ou substances achetés pour la formation des biens et services à vendre
ou à immobiliser. Ils comprennent les matières premières, les matières
consommables et les emballages.

AUTOFINANCEMENT
Ressources sécrétées par l’entreprise qu’elle conserve pour assurer son
financement interne.

1
B

BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT


Ils représentent la part des besoins ou emplois cycliques qui n’est pas financée
par les ressources cycliques et reste à la charge de l’entreprise.
Ces besoins d’exploitation résusltent principalement des stocks indispensables
et des crédits consentis à la clientèle. Les ressources d’exploitation proviennent
principalement des crédits fournisseurs, des délais de paiement accordés par
divers organismes.

BILAN COMPTABLE
Etat, à une date donnée, d’éléments d’actif d’une entreprise et de ses éléments
du passif et de leur différence, qui correspond aux capitaux propres.
Il présente à la date de son établissement :
 la situation des droits et obligations de l’entreprise;
 la description des moyens qu’elle a mis en œuvre.
Il peut être présenté sous forme de compte (juxtaposition de crédits et de
débits) ou en liste (superposition de crédits et de débits).

BILAN FINANCIER
Document permettant de reclasser les différents postes du bilan comptable
selon des critères financiers. Il se compose de trois niveaux : long et moyen
terme, court terme et trésorerie.

BUDGET
Prévision chiffrée de tous les éléments correspondant à un programme
déterminé.

2
CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT
C’est le surplus monétaire dégagé par l’activité pendant une période
déterminée. Elle indique la capacité de l’entreprise à financer sa croissance.
Avec le Plan Comptable Général de 1982, c’est elle qui remplace la marge
brute d’autofinancement.

CAPACITE D’ENDETTEMENT
Capacité potentielle pour une entreprise de contracter des emprunts nouveaux

CAPACITE DE REMBOURSEMENT
Capacité potentielle pour une entreprise de rembourser des emprunts nouveaux

CAPITAL SOUSCRIT -APPELE NON VERSE


Ce compte représente la créance de la société sur les associés. Il s’agit de la
partie du capital libéré mais non encore versée par les associés. C’est la raison
pour laquelle cette partie du capital non versé figure parmi les créances dans le
bilan.

CAPITAUX PROPRES
Capitaux qui participent, concurremment avec les éléments du passif externe,
au financement de l’entreprise. Ces capitaux représentent les droits des
associés (capital, réserves, résultat) qui ont été laissés à la disposition de
l’entreprise pour fonctionner.

CHARGES CONSTATEES D’AVANCE


Charges enregistrées au cours de l’exercice, mais qui correspondent à des
achats de biens ou de services dont la fourniture ou la prestation doit intervenir
ultérieurement.

CHARGES DIRECTES
Ce sont des charges engagées spécifiquement pour une unité d’analyse donnée.
Ces charges ne présentent aucune difficulté et ne nécessitent pas de calculs
intermédiaires pour leur imputation aux coûts.

CHARGES FIXES
Ce sont des charges indépendantes du niveau d’activité et ne varient que par
paliers selon les modifications intervenues dans la capacité de production de
l’entreprise.

CHARGES INDIRECTES
Ce sont des charges qui concernent plusieurs unités d’analyse ce qui nécessite
des calculs intermédiaires pur leur imputation dans les coûts (on peut aussi les
appeler charges communes à plusieurs unités d’analyse.

CHARGES A REPARTIR SUR PLUSIEURS EXERCICES


Charges différées et certains frais affectant plusieurs exercices tels que les frais
d’émission d’un emprunt qui peuvent être répartis sur la durée de cet emprunt.

3
CHARGES VARIABLES
Ce sont des charges proportionnelles ou opérationnelles dont le montant varie
en fonction du niveau d’activité de l’entreprise.

CHIFFRE D’AFFAIRES
Montant des affaires réalisées avec les tiers dans l’exercice des activités
correspondant à l’exploitation normale et courante de l’entreprise.

COMPTES DE REGULARISATION
Comptes utilisés pour répartir les charges et les produits dans le temps de
manière à rattacher à un exercice déterminé toutes les charges et tous les
produits le concernant effectivement et ceux-là seulement.

CONCOURS BANCAIRES COURANTS


Dettes à l’égard des banques contractées en raison de besoins de trésorerie
résultant de l’exploitation courante ou des autres opérations d’exploitation de
l’entreprise.

COUT MARGINAL
Il représente le coût supplémentaire occasionné par l’augmentation de la
production (une unité supplémentaire, un lot supplémentaire, une commande
supplémentaire, etc..)

COUT PREETABLI
C’est le coût prévisionnel (ou budgété) d’une activité pour une période N.

CREDIT -BAIL
Ou leasing; opération permettant à une personne de pouvoir utiliser un bien
sans en avoir à payer immédiatement le prix.
L’utilisateur choisit le bien qu’il veut acquérir et fixe avec le vendeur les
conditions d’achat. La société de crédit-bail intervient, règle le vendeur,
devient propriétaire du bien et en laisse la jouissance à l’utilisateur pendant
plusieurs années moyennant le paiement de « loyers » ou « redevances ». A la
fin du contrat l’utilisateur peut :
 restituer le bien à la société du crédit-bail;
 poursuivre la location moyennant un prix débattu entre les parties;
 conserver le bien moyennant le prix convenu.
Le crédit-bail peut porter sur des biens mobiliers ou immobiliers.

4
DELAI DE RECUPERATION DU CAPITAL INVESTI
C’est le délai au bout duquel les flux nets de trésorerie (encaissements –
décaissements) permettent de récupérer le capital investi dans un projet.

DEPOTS ET CAUTIONNEMENTS VERSES


Sommes versées à des tiers à titre de garantie d’exécution de contrat ou de
cautionnement et indisponibles jusqu’à la réalisation d’une condition
suspensive.

DETTES PROVISIONNEES OU CHARGES A PAYER


Dettes potentielles évaluées à l’arrêt des comptes, nettement précisées quant à
leur objet, mais dont l’échéance ou le montant est incertain. Elles ont vocation
à se transformer ultérieurement en dettes.

ECART DE REEVALUATION
Contrepartie au bilan de correction en hausse de la valeur comptable antérieure
d’éléments actifs ou passifs.

ECART DE CONVERSION
Les créances et les dettes en monnaies étrangères sont converties et
comptabilisées en euros sur la base du dernier cours du change.
Lorsque l’application du taux de conversion à la date de l’arrêté des comptes a
pour effet de modifier les montants en euros précédemment comptabilisés, les
différences constatées représentent les écarts de conversion.

EFFETS A L’ECAISSEMENT
Traites tirées sur des clients et remises à la banque qui s’occupe de leurs
encaissements aux dates d’échéances moyennant des commissions.

EFFETS A L’ESCOMPTE
Traites tirées sur des clients et remises à la banque qui avance leurs valeurs à
l’entreprise, moyennant des agios, avant les dates d’échéances.

5
EFFETS A RECEVOIR
Traites signées par les clients au profit de l’entreprise. Il s’agit de créances à
court terme qui peuvent faire l’objet d’un escompte auprès des établissements
financiers.

EFFETS A PAYER
Traites signées par l’entreprise à l’ordre de fournisseurs.

EFFETS ESCOMPTES NON ECHUS


Effets de commerce (traites) que la banque a accepté de les escompter. En
escomptant ces effets, l’entreprise s’engage vis à vis de la banque : rembourser
celle-ci en cas de défaillance des clients. C’est la raison pour laquelle ces effets
escomptés doivent apparaître dans un poste hors bilan (dans la partie des
engagements) tant que la banque ne les a pas encore encaissés.

EMPRUNTS ET DETTES AUPRES DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT


Tout ce que l’entreprise doit aux établissements financiers quelque soit la
nature de la dette (emprunt, concours bancaires, intérêts courus,….).
EMPRUNT OBLIGATOIRE CONVERTIBLE
Emprunt à long terme divisé en parts égales représentées par des titres
négociables appelés obligations qui peuvent être convertibles en actions.

ESCOMPTE
Opération de crédit à court terme qui consiste à acheter, avant son échéance et
sous certaines conditions, un effet de commerce au porteur de celui-ci.

ESCOMPTE DE REGLEMENT
Diminutions de prix liées aux conditions de paiement retenues. Qu’il soit
accordé sur facture ou hors facture, l’escompte constitue un flux financier. Il
est pour le vendeur une charge financière, et pour l’acheteur un produit
financier.

EXCEDENT BRUT D’EXPLOITATION (E.B.E.)


Il représente la capacité d’autofinancement provenant de l’exploitation. En
d’autres termes, il représente les flux de trésorerie d’exploitation potentiels.

EXCEDENT DE TRESORERIE D’EXPLOITATION (E.T.E..)


Indicateur de ressource destinée au financement des emplois. Etant donné que
l’E.B.E. correspond à un excédent de trésorerie d’exploitation potentiel et non
pas à un flux physique de trésorerie, il est nécessaire donc de le modifier pour
arriver à l’E.T.E.

6
FONDS COMMERCIAL
Il est constitué par des éléments incorporels qui concourent au maintien ou au
développement du potentiel d’activité de l’entreprise. Il se compose de :
 clientèle
 achalandage
 nom commercial
 enseigne
 droit au bail

FONDS DE ROULEMENT
L’excédent des ressources durables sur les emplois durables. Il représente donc
le surplus dont dispose l’entreprise après le financement de ses
immobilisations. Ce surplus est nécessaire pour financer les besoins cycliques
d’exploitation (besoins en fonds de roulement).

FRAIS D’ETABLISSEMENT
Frais attachés à des opérations qui conditionnent l’existence, l’activité ou le
développement de l’entreprise mais dont le montant ne peut être rapporté à des
productions de biens ou services déterminés.
Ils se composent d’éléments suivants :
 frais de constitution
 frais de 1er établissement :
 frais de prospection
 frais de publicité
 frais d’augmentation du capital et d’opérations diverses

FRAIS DE RECHERCHE ET DE DEVELOPPEMENT


Les dépenses qui correspondent à l’effort réalisé par l’entreprise dans ce
domaine pour son propre compte. Par conséquent, sont exclus les frais entrant
dans le coût de production des commandes passées par des tiers : frais
normalement inscrits aux comptes de charges ou de travaux en cours
concernés.

IMMOBILISATIONS (non financières)


Eléments corporels et incorporels destinés à servir de façon durable à l’activité
de l’entreprise. Ils ne se consomment pas par le premier usage.

7
IMMOBILISATIONS CORPORELLES
Choses sur lesquelles s’exerce un droit de propriété.

IMMOBILISATIONS FINANCIERES
Catégorie d’immobilisations constituée par certaines créances et par certains
titres

IMMOBILISATIONS INCORPORELLES
Il peut s’agir soit de frais importants qui seront étalés sur plusieurs années, soit
des éléments (des droits) qui concourent au maintien et au développement de
l’activité (brevets, concessions, fonds de commerce)

INDICE DE SECURITE
Il représente la différence entre le chiffre d’affaires et le seuil de rentabilité
exprimé en pourcentage.

MARGE
Différence entre un prix de vente et un coût. Elle est généralement qualifiée à
partir du coût auquel elle correspond. Exemple : marge sur coût d’achat.

MARGE COMMERCIALE
Différence entre le chiffre d’affaires et le coût d’achat des marchandises
vendues (achats + ou – la variation des stocks).

MARGE BRUTE D’AUTOFINANCEMENT


Cette expression est remplacée par la « capacité d’autofinancement ». Elle
correspond au cash-flow net.

MARGE SUR COÜT VARIABLE


Elle représente la différence entre le chiffre d’affaires et le total des charges
variables. Cette marge contribue à la couverture des charges fixes.

MATIERES CONSOMMABLES (et fournitures)


Objets et substances plus ou moins élaborés, consommés au premier usage ou
rapidement, et qui concourent au traitement, à la fabrication ou à l’exploitation,
sans entrer dans la composition des produits traités ou fabriqués.

P
8
PARTICIPATION
Elles sont constituées par :
 des titres de participation,
 des titres créant des liens d’association avec d’autres sociétés.

PARTICIPATION DES SALARIES


Le régime de la participation des salariés aux fruits de l’expansion des
entreprises est obligatoire pour toute entreprise employant habituellement plus
de 100 salariés. Rien ne s’oppose à ce que les autres entreprises se placent
volontairement sous ce régime d’intéressement. La somme à répartir est
fonction du bénéfice, de l’impôt sur les sociétés, des capitaux propres, des
salaires et de la valeur ajoutée. Elle forme, en franchise d’impôt et de cotisation
sociales, la réserve spéciale de participation. Chaque salarié comptant un
minimum d’ancienneté ou présence dans l’entreprise acquiert un droit sur ne
fraction de cette réserve.

PASSIFS
Eléments du patrimoine ayant une valeur économique négative pour
l’entreprise. L’ensemble de ces éléments est couramment dénommé passif
externe.

PLAN D’AMORTISSEMENT
Tableau prévisionnel de réduction de valeurs inscrites au bilan sur une période
déterminée.

PRIMES D’EMISSION, DE FUSION ET D’APPORT


Partie des apports purs et simples non représentés dans le capital social.
Exemple : la prime d’émission est constituée par l’excédent du prix d’émission
sur la valeur nominale des actions ou des parts sociales attribuées à l’apporteur.

PRODUCTION IMMOBILISEE
Production faite par l’entreprise pour elle-même.

PRODUCTION STOCKEE
Elle représente la variation des stocks des produits finis dans les entreprises
industrielles. Elle se calcule par la différence entre le stock final et le stock
initial des produits finis.

PRODUCTION VENDUE
Elle représente le chiffre d’affaires dans les entreprises industrielles.

PRODUITS CONSTATES D’AVANCE


Produits enregistrés au cours de l’exercice mais qui correspondent à des ventes
de biens ou de services dont la fourniture ou la prestation doit intervenir
ultérieurement.

9
PRODUITS A RECEVOIR
Produits acquis à l’entreprise mais dont le montant n’a pas encore été inscrit
aux comptes de tiers débiteurs.

PROVISIONS POUR DEPRECIATION


Constatation comptable d’un amoindrissement de la valeur d’un élément
d’actif résultant de causes dont les effets ne sont pas nécessairement
irréversibles.

PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES


Provisions évaluées à l’arrêté des comptes, destinées à couvrir des risques et
des charges que des événements survenus ou en cours rendent probables. Ces
provisions sont nettement précisées quant à leur objet mais dont la réalisation
est incertaine.

PROVISIONS REGLEMENTEES
Il s’agit de provisions constituées en vertu de textes fiscaux particuliers : en
effet, l’administration fiscale ne permet la déductibilité de certaines charges qui
si elles sont effectivement constatées dans les écritures de l’exercice.
Ces provisions sont :
 du point de vue de leur nature, proches des réserves;
 du point de vue de leur fonctionnement, proches des « provisions
pour risques et charges ».

RABAIS, REMISES, RISTOURNES


Diminutions de prix pratiquées sur factures ou hors factures : elles
comprennent les rabais, les remises et les ristournes.
Rabais : réductions pratiquées exceptionnellement sur le prix de vente
préalablement convenu pour tenir compte, par exemple, d’un défaut de qualité
ou de conformité des objets en question.
Remises : réductions pratiquées habituellement sur le prix courant de vente en
considération, par exemple, de l’importance de la vente ou de la profession du
client.
Ristournes : réductions de prix calculées sur l’ensemble des opérations faite
avec le même tiers pour une période déterminée.

10
RENTABILITE FINANCIERE
Rapport entre le bénéfice net et les capitaux propres.

RENTABILITE ECONOMIQUE
Rapport entre le résultat d’exploitation et les moyens d’exploitation mis à la
disposition de l’entreprise.

REPORT A NOUVEAU BENEFICIAIRE


Bénéfice dont l’affectation est renvoyée par l’Assemblée Générale Ordinaire,
statuant sur les comptes de l’exercice, à la décision de l’Assemblée Générale
Ordinaire appelée à statuer sur les résultats de l’exercice suivant.

REPORT A NOUVEAU DEFICITAIRE


Pertes constatées à la clôture d’exercices antérieurs qui n’ont pas été imputées
sur des réserves ni résorbées par une réduction du capital social et qui devront
être déduites du bénéfice de l’exercice suivant ou ajoutées au déficit dudit
exercice.

RESERVES
Les réserves sont, en principe, des bénéfices affectés durablement à l’entreprise
jusqu’à décision contraire des organes compétents.
RESULTAT D’EXPLOITATION
Différence entre les produits d’exploitation et les charges d’exploitation. C’est
le résultat de l’activité principale de l’entreprise.

RESULTAT EXCEPTIONNEL
Résultat provenant des opérations occasionnelles qui n’ont aucun rapport avec
l’activité courante de l’entreprise

RESULTAT FINANCIER
Il représente le résultat de l’activité financière de l’entreprise.

SEUIL DE RENTABILITE
Il représente le chiffre d’affaires minimum nécessaire à la couverture de toutes
les charges (variables et fixes). Ce seuil de rentabilité donne donc un résultat
égal à zéro. Le bénéfice de l’entreprise est réalisé grâce aux unités vendues à
partir de ce seuil de rentabilité.

SITUATION NETTE

11
Après affectation des résultats, la situation nette correspond à la somme :
 des apports,
 des écarts de réévaluation,
 des bénéfices autres que ceux pour lesquels une décision de
distribution est intervenue,
 des pertes reportées.

SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION


Soldes permettant de suivre et de juger les différents facteurs qui ont contribué
à la réalisation du résultat.

SOLVABILITE
C’est la garantie que l’entreprise peut donner aux tierces personnes. Une
entreprise solvable c’est une entreprise dont les capitaux propres représentent
au moins 30% de ses ressources.

STOCKS
Ensemble des biens ou de services qui interviennent dans le cycle
d’exploitation de l’entreprise pour être soit vendus en l’état soit consommés au
premier usage.

SUBVENTIONS D’EXPLOITATION
Subvention reçue par l’entreprise pour lui permettre de compenser
l’insuffisance de certains produits d’exploitation ou de faire face à certaines
charges d’exploitation.

SUBVENTION D’INVESTISSEMENT
Subvention reçue par l’entreprise en vue d’acquérir ou de créer des valeurs
immobilisées ou de financer des activités à long terme.

TABLEAU DE FINANCEMENT
Tableau des emplois et des ressources qui explique les variations du patrimoine
et l’entreprise au cours de la période de référence.

TAUX INTERNE DE RENTABILITE


C’est le taux d’actualisation pour lequel la valeur actuelle des flux futurs de
trésorerie couvre le montant de l’investissement initial. Il correspond donc à
une valeur actuelle nulle.

12
TEMPS D’ECOULEMENT
Ils indiquent soit la rotation des stocks soit la durée moyenne du crédit accordé
aux clients, soit le délai moyen de règlement des dettes fournisseurs.

TITRES DE PARTICIPATION
Constituent des titres de participation les titres dont la possession durable est
estimée utile à l’activité de l’entreprise, notamment parce qu’elle permet
d’exercer une influence sur la société émettrice des titres ou d’en assurer le
contrôle.

TRESORERIE NETTE
Différence entre les disponibilités et les concours bancaires (majorés
éventuellement des effets escomptés non échus).

VALEUR ACTUELLE NETTE


C’est la différence entre les flux nets de trésorerie actualisés et le montant du
capital investi dans un projet.
VALEUR AJOUTEE
D’une part, elle représente la richesse créée par l’entreprise et d’autre part, elle
permet de mesurer l’efficacité des facteurs de production.

VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT


Titres acquis en vue de réaliser un gain en capital à brève échéance
(spécultation).

VARIATION DES STOCKS


Elle représente la différence entre le stock initial (au début de l’exercice)et le
stock final (à la fin de l’exercice). Cette variation vient modifier le montant des
achats afin de déterminer :
 le coût d’achat des marchandises vendues;
 ou le coût d’achat des matières premières consommées.
Cette variation peut être positive ou négative :
 si elle est positive, cela signifie un déstockage (stock initial supérieur
au stock final);
 si elle est négative, cela signifie un stockage (stock initial inférieur
au stock final).

13
14