Vous êtes sur la page 1sur 19

RAPPORT DE STAGE :

LA DIRECTION PROVINCIALE DES


IMPOTS

Réalisé par : EL AMRANI Amine

Encadré par : Mme ENNAMRI Ichrak

Année universitaire : 2016-2017


Sommaire

Remerciement ………………………………………………………………………………………………………………………….……….2

Introduction……………………………………………………………………………………………………………………………………….3

Chapitre 1 : la direction provinciale des impôts…………………………………………...……….4

Historiques de la direction générale des impôts……………………………………………………..... 4

Présentation de la direction provinciale des impôts de Meknès…………………………………...…...5

Les principales missions de la direction provinciale des impôts de Meknès …………………..…..… 8

Chapitre 2 : Généralités sur l’impôt sur le revenu (Théorique)…………………………...…..…. 9

Les revenus professionnels ……………………………………………….…………………..10


Les revenus provenant des exploitations agricoles ……………………………………….……….….11
Les revenus salariaux et assimilés : Par revenus salariaux et assimilés…………………...……..……12
Les revenus et profits fonciers ……………………………………………………………...…………13
Profits fonciers exonérés……………………………………………………………………...…….….13
Les revenus et profits des capitaux mobiliers……………………………………………….....…14

Chapitre 3 : Les Taches Effectuées……………………………..………………………...…..……..15

La réception et la saisie des déclarations de l’IR ………………………………………...…..….15


Réception et contrôle des déclarations de la TVA …………………………………………….……...15
Prise en charge de nouveaux redevables et montage du dossier …………………...…….....................16
Classement des dossiers ……………………………………………………………………….…..….17
Etude et contrôle de la liasse fiscale pour les R.N.R ……………………………………………...….17
Cas des forfaitaires ……………………………………………………………………………………18

CONCLUSION…......................................................................................................................................19

1
Remerciement

Je présente mes remerciements, tout d'abord à Monsieur le Directeur de la Direction


Provinciale des Impôts de Meknès qui m’a donné l'occasion de tester mes compétences, en
m’accordant la possibilité d’effectuer un stage dans le milieu professionnel.

Je tiens à remercier particulièrement Mme ENNAMRI Ichrak, mon encadrante de stage


au sein de cet établissement, pour la forte attention qu’elle m’a donnée, et ses conseils précieux
qui m’ont été un appui considérable afin de tirer profit de mon stage.

Enfin, j’aimerais exprimer ma reconnaissance pour le personnel de la Direction


Provinciale des Impôts (Meknès) qui m’a encadré et accompagné tout au long de cette
expérience professionnelle avec beaucoup de patience et pédagogie, tout en leur exprimant
aussi toutes vives et profondes reconnaissances surtout qu’ils n’ont jamais hésité à répondre à
tout moment à mes questions malgré leur préoccupation par les tâches administratives
quotidiennes.

2
Introduction

L’impôt est un phénomène social lié à l’existence du pouvoir politique, il est l’expression de la
souveraineté de l’Etat. On dirait même que l’impôt est né simultanément avec l’Etat. L’impôt
est une contribution de plusieurs formes à laquelle on peut assigner plusieurs fonctions.

L’impôt peut être défini comme « un prélèvement en argent opéré par voie de contrainte par la
puissance publique et ayant pour objectif essentiel de couvrir les charges publiques et de les
répartir en fonction des facultés contributives des citoyens ».

Cette définition soulève quatre points essentiels :

 C’est un prélèvement en argent, l’impôt n’est jamais payé en nature.

 L’impôt est prélevé par voie de contrainte de ceci découle le caractère obligatoire de
paiement de l’impôt. Désormais nous devons comprendre par l’expression « droit
fiscal », l’ensemble des règles juridiques qui organisent et déterminent le paiement de
l’impôt.

 L’impôt consiste à payer les charges publiques. On comprend alors que l’Etat doit
disposer des ressources pour veiller à l’application du droit et traduire ses objectifs
d’ordre économiques, sociaux et financiers.

 L’état doit répartir les charges en fonction des capacités contributives des citoyens.

L’impôt sur le revenu touche l’ensemble des sommes perçues par une personne pendant une
période préalablement définie. L’impôt va imposer le revenu quelle que soit son origine :
revenu foncier, revenu de capitaux mobiliers, revenu professionnel ; revenu salarie, revenu
agricole ….

Dans ce rapporte :

Dans le premier chapitre on va présenter la direction provinciale des impôts de Meknès .

Dans le deuxième chapitre on va présenter et expliquer le thème intitulé : « l’impôt sur le


revenu » et donner un guide pratique pour bien vouloir travail dans la subdivision des
professionnelle.

Dans le troisième chapitre on va présenter les taches effectuées.

3
Chapitre 1 : La direction générale des impôts

1- Historiques de la direction générale des impôts

L’administration fiscale vie actuellement un progrès remarquable tant au niveau de sa gestion interne
qu’au niveau de la gestion de la matière imposable. En effet, l’administration cherche sans cesse d’adapter
son organisation et renforcer ses moyens humains et matériels afin d’évoluer avec son environnement.

Jusqu’en 1990, l’organisation de la Direction des Impôts était caractérisée par une structure
administrative de type horizontal, suivant les catégories d’impôts. Cette structure était à l’origine du
cloisonnement des services ne permettant pas une bonne appréhension de la matière imposable et de la
multiplicité des interlocuteurs vis-à-vis du contribuable. Enfin, elle était caractérisée par une concentration
du pouvoir décisionnel au niveau central.

A partir de 1991, cette structure a évolué vers une organisation fonctionnelle (Assiette, Vérifications
et Contentieux) ; et a connu l’amorce d’un processus de déconcentration pour une gestion de proximité.

4
2- Présentation de la direction provinciale des impôts de Meknès
La Direction Provinciale des Impôts est un service extérieur de la direction générale des impôts qui
relèvent directement du ministre de l’économie et de finances donc il s’agit d’un service administratif
décentralisé elle a son siège à la ville nouvelle Meknès

En effet la direction provinciale de Meknès a été créée en 1991 répartie en quatre services à
savoir :

 Un service provincial d’assiette

 Un service provincial des vérifications

 Un service des ressources humaines de la formation et des affaires générales

 Un service provincial de l’inspection des services

La structure de la DPI de Meknès est composée des organes qui en assurent la gestion et le
pilotage.

Ces organes représentent de deux natures différentes, d’une part les directions chargées de la
conception du travail au sein de l’administration en vue d’une exécution parfaite de la mission de celle-ci
d’autre part les services constitués de subdivision qui comprennent à leur tour des secteurs leur tour des
secteurs leur permettant d’agir dans l’esprit de la direction.

Direction Provinciale
des Impôts Meknès

Direction Provinciale
d’inspection

Service Provincial Service Provincial de


Service Provincial d’assiette II vérification Service Provincial des
d’assiette I Ressources et de
système d’information
5
 Organigramme du service Provincial d’assiette I et d’assiette II:

Service Provincial
d’assiette I
Section des affaires
judiciaires et du suivi
devant les commissions
RAF mutation Meknès
Section des
Subd. Personne Subd. Des particuliers émissions, des titres
B.E.T ordonnancement Morales Meknès Menzeh d’annulation, de la
Meknès comptabilité et
statistiques
Subd.des particuliers
Subd.des
Meknès ISMAILIA
Bureau de contrôle professionnels Meknès
Subdivision d’AZROU
Meknès Menzeh

RAF AZROU
RAF ISMAILIA Meknès Subdivision MEDELT

Subd.des
professionnels Meknès RAF MEDILT
TSAVA Meknès ISMAILIA

Subdivision
d’ERRACHIDIA RAF ERRACHIDIA
RAF EL HAJEB Subd. D’EL HAJEB

6
Brigade vérification I

Brigade vérification II

Service Provincial de
vérification
Brigade vérification III

Section de
recoupement

Bureau d’accueil

Centre Régional
d’information

Service Provincial des


Ressources et système
Section des Ressources
Humanes et de la
Formation

Section du Budget et
Equipement

7
3- Les principales missions de la direction provinciale des impôts de Meknès

Les missions que la DPI est habilitée à exercer sont également diverses et elles portent sur
plusieurs volets à savoir :

L’Assiette de l’impôt : cette mission consiste à déterminer les bases sur lesquelles sont prélevés :

Les impôts d’Etat (taxe sur la valeur ajoutée, impôt sur les sociétés, impôts sur les revenus droits
d’enregistrement et de timbre)

La taxe professionnelle la taxe d’habitation et la taxe de services communaux (impôts locaux) les
gestionnaires chargés de l’assiette instruisent également les réclamations des contribuables

Le Recouvrement : les recettes de l’administration fiscales (RAF) sont chargées du


recouvrement de la taxe sur la valeur ajoutée de l’impôt sur les sociétés, de l’impôt sur le revenu au titre
des profits fonciers et des droits d’enregistrement et de timbre.

Le Contrôle : le contrôle fiscale constitue la contrepartie du système déclaratif qui caractérise


notre fiscalité .ce contrôle s’opère dans le cadre d’une procédure stricte garantissent les droits des
contri3buables il a un rôle dissuasif et pédagogique.

Il est exercé :

Sur pièces, dans les locaux des services fiscaux par les gestionnaires des dossiers des
contribuables qui procèdent à l’examen des déclarations déposées à travers le recours aux renseignement
et documents qu’ils détiennent ;

Sur place, par les inspecteurs –vérificateurs qui se rendent auprès des contribuables pour vérifier
la sincérité es éléments déclarés en les rapprochent des écritures et document comptable

8
Chapitre 2 : Généralités sur l’impôt sur le
revenu

L’impôt général sur le revenu a été institué par la loi n° 17-89. Il s’applique
aux revenus acquis par les personnes physiques à partir du 1er janvier 1990.

Son adoption a mis fin aux distorsions et inégalités qui existaient auparavant
en soumettant l’ensemble des revenus des personnes physiques à un barème unique et
aux mêmes déductions quelle que soit la source du revenu. Cependant, des conventions
ont été passées avec certaines professions (médecins, pharmaciens, avocats).

Or, l'existence de ces conventions remet en question le principe même de


l’impôt général sur le revenu et constitue donc un retour en arrière vers les impôts
cédulaires différenciés par profession.

Le bureau de l’IR a pour tâche, la gestion de l’impôt général sur le revenu et


de la TVA qui va avec des personnes physiques qui relèvent du secteur correspondant.

L’IR frappe les revenus et profits suivants :

1. Les revenus professionnels :

Ces revenus sont déterminés selon le régime net réel qui constitue le régime
de droit commun, il y a deux autres régimes, le régime du résultat net simplifié et le
régime forfaitaire qui sont optionnels mais sous les conditions suivantes :

L’option pour le régime forfaitaire ou le régime du RNS reste valable tant que
le chiffre d’affaire réalisé n’a pas dépassé pendant deux années consécutives les limites
prévues ci-dessous :

9
Profession Régime Régime du
forfaitaire bénéfice net
simplifié

-Les fabricants et vendeurs des produits


artisanaux ;
2000000 4000000
-Les vendeurs en gros des produits dont les prix
sont réglementés ;
-Armateur de la pêche.

-Les professions libérales ; Les prestations de 250000 500000


service.

-Les activités commerciales, industrielles et 1000000 2000000


artisanales autres que celles visées ci-dessus.

2. Les revenus provenant des exploitations agricoles :

Sont considérés comme revenus agricoles, les bénéfices réalisés par un


agriculteur et/ou éleveur et provenant de toute activité inhérente à l’exploitation d’un
cycle de production végétale et/ou animale dont les produits sont destinés à
l’alimentation humaine et/ou animale, ainsi que des activités de traitement desdits
produits à l’exception des activités de transformation réalisées par des moyens
industriels. Au sens du présent code, est considérée comme production animale celle
relative à l’élevage des bovins, ovins, caprins et camélidés. Sont également considérés
comme revenus agricoles, les revenus tels que visés ci-dessus, réalisés par un
agrégateur, lui-même agriculteur et/ou éleveur, dans le cadre de projets d’agrégation
tels que prévus par la loi n° 04-12 promulguée par le dahir n°1-12-15 du 27 chaabane
1433 (17 juillet 2012) relative à l’agrégation agricole.1

10
3. Les revenus salariaux et assimilés : Par revenus salariaux et assimilés, il faux entendre :
• Les traitements ;

• Les indemnités et émoluments ;

• Les salaires ;

• Les allocations spéciales (remboursements allouées aux dirigeants des


sociétés) ;
• Les pensions ;

• Les rentes viagères ;

• Les avantages en argent ou en nature accordés en sus des revenus


précités.

• Indemnité de stage mensuelle brute exonérée à hauteur de DH 6 000


jusqu’au 31c décembre 2010.

 L’indemnité de stage mensuelle brute plafonnée à 6.000 dirhams pour une


période allant du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2013 versée au stagiaire,
lauréat de l’enseignement supérieur ou de la formation professionnelle, recruté
par les entreprises du secteur privé.

Cette exonération est accordée aux stagiaires pour une période de 24 mois
renouvelable pour une durée de 12 mois en cas de recrutement définitif.

Lorsque le montant de l’indemnité versée est supérieur au plafond visé ci-dessus,


l’entreprise et le stagiaire perdent le bénéfice de l’exonération.

L’exonération précitée est accordée dans les conditions suivantes :

• Les stagiaires doivent être inscrits depuis au moins six (6) mois à
l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des Compétences
(ANAPEC);
• le même stagiaire ne peut bénéficier deux fois de cette exonération.

11
4. Les revenus et profits fonciers :

 Revenus fonciers
a. Exonération durant 3 ans à partir de la date du permis d’habiter
b. Base imposable = Revenus locatifs – Abattement de 40%

 Profits fonciers
c. Base imposable = plus-value immobilière après actualisation du prix
d’acquisition.
d. Taux fixe: 20%, minimum: 3% du produit de cession.

5. Profits fonciers exonérés:

• le profit réalisé par toute personne qui effectue dans l'année civile des cessions
d'immeubles dont la valeur totale n'excède pas 60.000 dirhams ;
• le profit réalisé sur la cession d'un immeuble ou partie d'immeuble occupé à titre
d'habitation principale depuis au moins huit ans au jour de ladite cession, par son
propriétaire ou par les membres des sociétés immobilières transparentes.
Toutefois, une période de six (6) mois à compter de la date de la vacance du
logement est accordée au contribuable pour la réalisation de l’opération de
cession. Cette exonération est également accordée au terrain sur lequel est édifiée
la construction dans la limite de 5 fois la superficie couverte ;
• le profit réalisé sur la cession de droits indivis d'immeubles agricoles, situés à
l'extérieur des périmètres urbains entre cohéritiers.
En cas de cession ultérieure, le profit taxable est constitué par l'excédent du prix
de cession sur le coût d'acquisition par le ou les cohéritiers ayant bénéficié de
l'exonération.
• le profit réalisé, sans avoir un caractère répétitif, à l'occasion de la première
cession des locaux à usage exclusif d'habitation dont la superficie couverte et le
prix de cession n'excèdent pas respectivement 100 m2 et 200.000 dirhams ;

Les cessions à titre gratuit portant sur les biens précités effectuées entre ascendants et
descendants et entre époux, frères et sœurs

12
6. Les revenus et profits des capitaux mobiliers.

Sont considères comme revenus de capitaux mobiliers :

 les produits des actions ou parts sociales et revenus assimiles, Distribues


par les sociétés soumises à l’I.S.

 les produits distribues comme dividendes par les établissements de sociétés


non résidentes, les organismes de placement collectifs en Valeur mobilières
et les organismes de placements en capital-risque;

 les produits de placements à revenu fixe verses ou inscrits en compte des


personnes physiques ou morales qui n’ont pas opté pour l’I.S et ayant au Maroc
leur résidence habituelle, leur domicile fiscal ou leur siège social.

13
Chapitre 3 : les tâches effectuées

Pendant ma présence dans la direction provinciale des impôts j’ai été amené à faire plusieurs
taches :

1 .Prise en charge de nouveaux redevables et montage du dossier :


L’opération de prise en charge de nouveaux contribuables se matérialise par le biais de
certains documents que doit fournir le contribuable. Il s’agit notamment de :

- la déclaration d’existence (Modéle9102)


- demande d’option du régime d’imposition (Modéle9102)
En sus de ces documents précités, un assujetti à la TVA doit fournir aussi :

- un certificat d’inscription à la patente.


- Une photocopie d’inscription au registre de commerce
Ces documents permettent la constitution du dossier unique I.R/T.V.A

2 .La réception et la saisie des déclarations de l’IR


Le contribuable doit déposer la déclaration de son revenu global au plus tard le 31 mars
de l’année suivant celle au cours de laquelle le revenu à été acquis (déclaration modèle
9000). Pour les déclarations déposées hors délai il y a une majoration de 15% avec un
minimum de 500dhs.

De même le contribuable doit verser à la caisse du percepteur la cotisation minimale au


plus tard le 31 janvier de l’année.

Après la réception des déclarations, j’ai été amené à les saisir dans l’application
informatique et les classer dans les dossiers individuels des contribuables, cette
opération se fait au cours du mois d’avril.

3. Réception et contrôle des déclarations de la TVA


Les déclarations de la TVA déposées dans le délai sont transmises automatiquement au
Centre Régional Informatique pour les saisir alors que les déclarations déposées hors
délai sont soumises aux sanctions.

L’exploitation des dites déclarations consiste en la vérification d’existence


d’anomalies de forme ou de fond surtout en ce qui concerne les informations
principales devant y figurer telles que :

14
 Période de la déclaration (mois ou trimestre) ;

 Nom et prénom, N° de CIN et adresse du contribuable ;

 Identifiant IR/TVA et activité exercée par le redevable ;

 Renseignements comptables et/ou fiscaux :

- La ventilation du chiffre d’affaires ;


- Le calcul de la taxe exigible ;
- Le montant des déductions ;

- Résultat de la déclaration « crédit ou paiement ».


Dans le cas où la déclaration est incomplète, le redevable est convoqué pour
la compléter sans qu’il y ait lieu à une pénalité contrairement à la déclaration IR où le
contribuable encourt une amende de 250 DH (article 110).

4. Classement des dossiers


Une fois constitués, les dossiers sont classés dans des liasses par ordre
croissant des articles. Chaque liasse est alors casée selon son appartenance à tel ou tel
secteur. Il est également à signaler une séparation entre les dossiers des personnes
soumises au BNR et celles imposées selon le régime forfaitaire.

Ce dossier fiscal accompagnera le contribuable tout au long de son activité et


l’inspecteur sera amené à y incorporer les différents éléments qui viendront s’ajouter au
fur et à mesure et à veiller au respect des obligations fiscales. C’est à ce point précis que
peut être mis en évidence la qualité de gestion de l’inspecteur.

5. Etude et contrôle de la liasse fiscale pour les R.N.R :


Le régime du R.N.R (résultat net réel) constitue le régime du droit commun. D’après l’article
13,II de la loi 17-89 régissant l’I.R., le résultat net réel de chaque exercice comptables est
déterminé d’après l’excédent des produits, profit et gains provenant de l’exercice d’une ou
plusieurs professions sur les charges engagées ou supportées.

Les contribuables, en vertu de l’article 100, doivent remettre contre récépissé ou adresser par
lettre recommandées avec accusée de réception, au plus tard le 31 mars de chaque année, à
l’inspecteur des impôts directs et taxes assimilées du lieu de leur résidence habituelle, de leur
principal établissement ou de leur domicile fiscal, une déclaration de leur revenu global de
l’année précédente établie sur ou d’après un imprimé modèle 9000 de l’administration, avec

15
indication de la ou les catégories de revenus qui le composent. Rappelons que les contribuables
imposables selon le régime du R.N.R. doivent annexer à leur

déclaration 9000, un bilan, C.P.C. E.S.G., tableau de passage du résultat comptable au résultat
fiscal.

L’examen de la cotisation minimale(C .M) constitue lui aussi un élément primordial dans le
contrôle de cabinet de la liasse fiscale qu’effectue le chef de la C.M.

L’inspecteur gestionnaire du secteur I.R. /T .V.A s’assure que :

- les plus-values émanant des cessions ou retrait d’immobilisations sont taxées ;


- les bases de calcul de la C .M. sont correctes ;
- le chiffre d’affaires C.A du C.P.C. est égal au C.A. de la C.M.
- le montant de la déclaration des rémunérations allouées à des tiers est identique à celui
du C.P.C.
Le régime du R.N.R est le régime du droit commun.1 Le résultat net réel de chaque exercice
comptable est déterminé d’après l’excèdent des produits, profit et gains provenant de l’exercice
d’une ou plusieurs professions sur les charges engagées.

L’article 14 et 15 ainsi que la note circulaire de l’I.R. traitent de la définition des produits
imposables ainsi que des charges déductibles.

L’examen de la cotisation minimale (C.M.) constitue lui aussi un élément primordial dans le
contrôle de cabinet de la liasse fiscale qu’effectue le chef du secteur. L’article 104 bis traite des
modalités d’application ainsi que du calcul de la C.M.

L’inspecteur gestionnaire du secteur I.R. /T.V.A. effectue une analyse des documents en
s’assurant que :

 Les plus-values émanant des cessions ou retrait d’immobilisations sont taxées ;


 Les bases de calcul de la C.M. sont correctes ;
 Le Chiffre d’affaires du C.P.C. est égal au C.A. de la C.M.
 Le montant de la déclaration des rémunérations allouées à des tiers est identique à celui
du C.P.C..;

16
1
Article 13, II de la loi 17-89 régissant l’I.R.
6..Cas des forfaitaires :

Les articles 20, 21,22 de la loi 17-89 de l’I.R. traitent les règles relatives à ce régime
d’imposition, le secteur 23 compte approximativement800 BNR et700 FOR ce qui fait un total
de 1500 contribuables dans ce secteur.

Rapprochement entre le C.A.I.R./T.V.A.

L’opération de rapprochement est une technique de vérification qui permet de détecter la


dissimulation du chiffre d’affaires. Cette technique n’a d’utilité que si le contribuable/redevable
en question adopte le système des encaissements comme fait générateur. Elle consiste à
l’exploitation des données du bilan et celles des déclarations de la T.V.A. par conséquent, on
aura un C.A. reconstitué et C.A. déclaré.

- le C.A. reconstitué = (C.A. de l’année N) + (la T.V.A. correspondante) + (clients (N+1))


- (client (N)) – (clients avances et acomptes (N-1) + (lient avances et acomptes (N)).
- C .A. de l »année N : CA déclaré dans le bilan de l’année N.
- La T.V.A. correspondante : la TVA calculée sur la base du CA (N)
- Clients (N-1) : compte des créances de l’actif circulant de l’année (N-1)
- Clients (N) : compte des créances de l’actif circulant de l’année (N)
- Clients avances et acomptes (N-1) : compte des dettes du passif circulant de l’année (N-
1)
- Clients avances et acomptes (N) : compte des dettes du passif circulant de l’année (N)
- Le C.A. déclaré = total du CA figurant dans les déclarations de T.V.A.
- Si CA reconstitué est sup. CA déclaré donc il faut une régularisation au niveau de la
T.V.A. frappant le CA non déclaré donc il y a une minoration du CA de l’IR, ce qui
constitue, entre autres, un motif de proposition du dossier à la vérification.

17
Conclusion

La fiscalité des personnes physiques revêt une importance particulière dans un pays,
tel que le Maroc, qui ne dispose pas de ressources naturelles où les "charges de l'Etat sont
financées quasi exclusivement par l'impôt, son double rôle qui permet au pays de se procurer
des ressources financières, aussi constituant un instrument privilégié de politique économique,
qui permet d'orienter l'activité économique selon les objectifs du pouvoir public.

Le sujet de la fiscalité des personnes physiques, est un thème passionnant durant toute
la période du stage qui permet de comprendre le fonctionnement d'un outil de traitement
efficace souvent utilisé dans la fiscalité des individus, aussi ce stage m’a permis d'avoir
beaucoup de connaissances en matière des services offerts.

Il est temps donc, disons-le, de préciser que ce stage a été bénéfique et très intéressant,
orienté sur deux volets principaux: celui de l'administration fiscale et celui du côté relationnel
et professionnel, dont la finalité est de permettre aux contribuables de mieux gérer leur fiscalité,
et de respecter la loi fiscale, afin d'éviter tout contentieux et de faciliter la tâche à l'ensemble.

C'est pour cela qu'il est temps de penser à extirper plusieurs fléaux nuisibles à l'image
du pays, comme la fraude et l'évasion fiscale.

18