Vous êtes sur la page 1sur 4

Filière Génie Civil

2ème année
Année Universitaire 2018-2019

TP d’Acoustique
- Résumé de la Norme NF EN ISO 3382-2 -

1. Définitions

- Courbe de décroissance :
Représentation graphique de l’évolution de la pression acoustique en fonction du
temps, après arrêt de la source sonore.
- Méthode du bruit interrompu :
Méthode permettant d’obtenir l’évolution de la pression acoustique par
enregistrement direct, après excitation d’un bruit à large bande.
- Méthode de la réponse impulsionnelle intégrée :
Méthode d’obtention de courbes de décroissance par intégration inverse du
temps des réponses impulsionnelles au carré.
- Réponse impulsionnelle :
Évolution temporelle de la pression acoustique en un point de la salle après
émission d’une impulsion de Dirac.

La mesure du temps de réverbération peut se faire sur deux


plages différentes : mesure de T 20 ou de T 30 , c’est-à-dire le temps mis par le niveau de
pression sonore pour décroître de 20 dB ou de 30 dB, respectivement, comme le montre
la figure ci-dessous :

Figure 1 : Courbe de décroissance et temps de réverbération

ESIPE-MLV, Mini-projet (rédacteur : L. Dermagne) 1|4


2. Conditions et mesurages

i. Équipements

Lors des essais, la source sonore se doit d’être aussi omnidirectionnelle que
possible, et doit produire un niveau sonore de tel sorte que le bruit de fond ne puisse altérer les
courbes de décroissance.

Les microphones (ᴓ14mm pour le diaphragme) doivent être omnidirectionnels et


reliés à :

o Un amplificateur, filtres… ou un équipement d’analyse (calcul des réponses


impulsionnelles).
o Un enregistreur pour une analyse ultérieure.

L’enregistrement des décroissances doit utiliser :

o Moyenne exponentielle, avec sortie sous forme de courbe continue,


ou
o Moyenne exponentielle, avec sortie sous de points d’échantillonnage à partir
de la moyenne continue,
ou
o Moyenne linéaire, avec sortie sous forme de moyenne linéaire.

Pour les moyennes exponentielles, le temps d’intégration/d’échantillonnage


(constantes de temps) doit être inférieur mais proche de T/30.
Pour la moyenne linéaire, le temps d‘intégration doit être de T/12.

ii. Position de mesures

Contrôle Expertise Précision


Positions de la
≥1 ≥2 ≥2
source
Positions du
≥2 ≥2 ≥3
microphone
Nombre de
décroissance dans
chaque position (en
1 2 3
bruit interrompu)

Précision nominale 10% 5% dans les bandes 2.5% dans les

ESIPE-MLV, Mini-projet (rédacteur : L. Dermagne) 2|4


(en %) d’octaves bandes d’octaves
10% dans les bandes 5% dans les bandes
de tiers octaves de tiers octaves
Combinaison
2 6 12
source/microphone
Plage de fréquence [250 ;2000] Hz [125 ;4000] Hz [125 ;4000] Hz

Le microphone se doit d’être placer à une distance d de la source ainsi que d’au moins un
mètre d’un mur réfléchissant (sol et plafond compris).

V
Distance source-microphone : d = 2
cT

Avec :
- V, le volume de la salle,
- c, la célérité du son,
- T, le temps de réverbération voulu.

iii. Mesures

Pour T 20 : la puissance sonore se doit d’être supérieure de 35 dB par rapport au bruit


de fond.
Pour T 30 : la puissance sonore se doit d’être supérieure de 45 dB par rapport au bruit
de fond.

La largeur de bande du signal doit être supérieure à la largeur de la bande d’octave


mesurée.
De plus, pour les études « expertises » et « précision », un régime stationnaire
sonore doit être établi avant coupure de la source pour les mesures. Ce régime est de l’ordre
T/2.
Pour l’étude « contrôle », une simple excitation ou signal impulsionnel est admis
comme alternative au bruit interrompu.

iv. Calcul des moyennes en bruit interrompu

La moyenne du temps de réverbération s’effectue pour chaque position du


microphone peut être calcul selon deux manières :

- On calcule le temps de réverbération pour l’ensemble des courbes de


décroissance, puis on en déduit la moyenne.
 Moyenne des temps de réverbérations.

ESIPE-MLV, Mini-projet (rédacteur : L. Dermagne) 3|4


- On effectue la moyenne des décroissances des pressions aux carrés, puis on en
déduit le temps de réverbération associé. La puissance acoustique doit rigoureusement être la
même pour l’ensemble des courbes de décroissance.
 Moyenne des décroissances de pression au carré.

3. Incertitudes des mesures

Les mesures des temps de réverbération peuvent être accompagnées


d’incertitudes, σ (T20 ) et σ (T30 ) ,qui sont détaillées ci-dessous, pour les temps de réverbération
T20 et T30 :

1,9
1+
σ (T20 ) = 0,88T20 n
NBT20

1,52
1+
σ (T30 ) = 0,55T30 n
NBT30

Avec :
- B, la largeur de bande (Hz)
- n, le nombre de décroissance par position
- N, le nombre de position indépendante

4. Source :

NORME NF EN ISO 3382-2 « Acoustique - Mesurage des paramètres acoustiques des salles -
Partie 2 : durée de réverbération des salles ordinaires.
Fiche Technique – Analyseur de temps de réverbération portable :
« https://www.bksv.com/media/doc/bp2171.pdf »

ESIPE-MLV, Mini-projet (rédacteur : L. Dermagne) 4|4

Vous aimerez peut-être aussi