Vous êtes sur la page 1sur 20

15/05/2014

SPECTROMETRIE GAMMA
SPECTROMETRIE GAMMA

PARTIE I: Bases théoriques de la radiométrie

Radioactivité,  Principaux éléments radioactifs,  interaction  
des rayonnements avec la matière, notions de datation 

OBJECTIFS

1. Connaitre  l ’origine et la nature des rayonnement radioactifs

2. comprendre  la période de désintégration et l’équilibre radioactif

3. connaitre  la série des familles radioactives

4. comprendre les différents types d’interaction des rayonnements avec la matière

5. Connaitre le principe de la datation

1
15/05/2014

Rappel sur la radioactivité
• Constitution d’u noyau atomique

A = n + p

9 Actuellement sont connus des noyaux avec Z=1 (Hydrogène)  à 118 (Ununoctium Uuo)
¾ pour tous les atomes n >= p (Excepté ,       et quelques autres atomes)
¾ les atomes légers n/z ≈ 1; les atomes lourds n/z ≈ 1.6
¾ on appelle isotopes les atomes ayant un même Z mais A différent

La Radioactivité

Définition:
La radioactivité est la transformation
d’un isotope instable d’un élément
chimique en isotope d’un autre élément
avec émission de rayonnements

2
15/05/2014

La découverte de la radioactivité

¾ H. Becquerel (1896): Il a découvert que les minéraux contenant de l’uranium 
émettent des radiations qui traversent des matériaux opaques à la lumière.

¾ Pierre et Marie Curie (1898): découvrent 2 autres éléments: le polonium et le radium 
et décident d’appeler ce phénomène « Radioactivité »

¾ Julius Elster & Hans Geitel (1901): détectent la radioactivité dans l’air et dans le sol

¾ E. Rutherford (1902): 1er à envisager la possibilité d’utilisation de la radioactivité pour 
la datation de phénomènes géologiques
la datation de phénomènes géologiques

¾ B. Boltwood (1907):  1er à avoir fait une application pratique de  datation sur certains 


échantillons de minéraux

Désintégration nucléaire
Rutherford a montré que les rayonnements sont de  3 types

3
15/05/2014

Désintégration α

9 Seuls les noyaux lourds de A > 200 subissent une désintégration α

Désintégration β

9 Excès de neutrons : un neutron se transforme en proton avec émission d’un électron 

4
15/05/2014

Capture K

9 Excès de protons                   Capture électronique   

Rayonnement   γ

9 La désintégration nucléaire est souvent accompagnée par l’émission d’une 
radiation électromagnétique  de haute énergie (rayon γ)

=   Transition  d’un état excité à un état fondamental ou moins excité

5
15/05/2014

Place des rayons  γ dans le spectre électromagnétique

9 Le rayonnement gamma s’étend dans le domaine de fréquence
depuis 10
p 19 jjusque 10
q 22 Hz, (10
, ( ‐11 m à 10‐13 m))

Constante radioactive

La désintégration d’un isotope radioactif  =  Phénomène aléatoire

9 Impossible de prévoir la désintégration d’un atome particulier
9 Par contre, on sait avec précision quelle va être l'évolution de la désintégration  
pour un nombre important d’atomes

La probabilité de désintégration est spécifique pour chaque isotope  
phénomène indépendant des conditions physiques et chimiques du milieu

6
15/05/2014

Constante radioactif

Pour établir la loi qui régit le phénomène de désintégration

Calculer la probabilité de désintégration par unité de temps

Le taux de désintégration est proportionnel au nombre d’atomes présents:

Soit dN le nombre de noyaux s’étant désintégrés dans un court laps de temps dt qui 


est proportionnel au nombre d’atomes
est proportionnel au nombre d atomes N  qui ne se sont pas désintégrés au  temps  t
N qui ne se sont pas désintégrés au temps t

λ est un coefficient de proportionnalité appelé Constante radioactive (S‐1)

Période radioactive
En intégrant l’équation précédente et en supposant qu’au temps initial 
t=0 , le nombre d’atome N = N0

La période radioactive ou période de « demi‐vie » est définit comme la 
durée nécessaire pour que la moitié des atomes se désintègre (T
durée nécessaire pour que la moitié des atomes se désintègre (T1/2)

T1/2 varie dans un large intervalle

EX:  212Po                 10‐7 secondes


204Pb                 1019 ans

7
15/05/2014

Décroissance radioactive

Décroissance radioactive en  Décroissance radioactive en semi‐
coordonnées usuelles logarithmiques

Désintégrations successives

Après la désintégration radioactive…

¾ Le noyau « fils » peut être totalement stable …
Le noyau « fils » peut être totalement stable

¾ … mais le plus souvent il est encore dans un état excité , il se 
désintègre à son tour …

N1              N2               N3 …

8
15/05/2014

Désintégrations successives
• t =0                    N0 du  1er élément  (λ1)
• au temps t   N1 du 1er élément  et  N2 du 2nd élément (λ2)

La vitesse d’accumulation du 2nd élément  =  différence entre la vitesse de sa 
désintégration et celle de la désintégration du 1er élément

Equation  différentielle linéaire non homogène du 1er ordre  

Désintégrations successives

Et  puisque  N2 = 0  pour t = 0, on aura  B = ‐ A

Ainsi, on peut généraliser cette formule pour le nème élément de désintégration

9
15/05/2014

Désintégrations successives

CAS GENERAL:  
Pour une série comprenant n éléments, le nombre du nième produit de 
la désintégration est donné en fonction du temps par l’expression: 

Désintégrations successives

λ1 λ2               

1              2 …
3 cas peuvent se présenter:
1. λ1 > λ2:  l’élément 1 se désintègre plus rapidement le second
2.      λ1 < λ2: 

On a   λ1 ‐ λ2 < 0  ⇒ e(λ1 ‐ λ2)t ≈ 0  pour t suffisamment grand

Equilibre Mobile

10
15/05/2014

Désintégrations successives

3. λ1 << λ2: ⇒ λ2 ‐ λ1 ≈ λ2


pour t suffisamment grand:      λ1N1 = λ2N2 Equilibre séculaire (stable)

L’équilibre radioactif  est atteint lorsque la perte  d’un nombre d’atomes du 
second élément par suite de leur désintégration sont entièrement compensée 
par leur formation à partir de la désintégration de l’élément initial.

CALCUL DU TEMPS D’EQUILIBRE

LES 4 GRANDES FAMILLES
LES 4 GRANDES FAMILLES
Il existe 4 grandes familles radioactives, où les membres respectifs ont des
nombres de masse A de la forme :
4n : famille du Thorium 232
4n + 1 : famille du Neptunium 23 7
4n+2 : famille de l'Uranium 238
4n+3 : famille de l'Uranium 235 n est un entier positif.

11
15/05/2014

12
15/05/2014

Unités de mesure de la radioactivité

Activité ≠ Dose

• Becquerel (Bq) = 1 désintégration par seconde
B l (B ) 1 dé i é i d

kBq, MBq, GBq

Anciennement le Curie …
1 Ci = 37 milliards de Bq

13
15/05/2014

Unités de mesure de la radioactivité
Les doses:
• Dose absorbée: se mesure en Gray – 1Gy = 1 Joule/ 1 kg

• Dose équivalente : elle tient compte de l’effet biologique « nocivité » des 
D é i l t ll ti t t d l’ ff t bi l i i ité d
différents types de radioactivité sur les tissus vivant (C’est la dose absorbée 
multipliée par un facteur de pondération. Son unité est le Sievert (Sv)

• Dose efficace : elle tient compte de la sensibilité du tissus. C’est la dose 
équivalent multipliée par un facteur de pondération tissulaire. Son unité est 
le Sievert (Sv)

• Les débit de dose font intervenir le temps

Unités de mesure de la radioactivité

Très schématiquement, il est possible de mieux situer la relation entre ces trois unités. 
Un enfant lance des balles en direction d'un camarade :
9 Le nombre de balles envoyées peut se comparer au nombre de rayonnements émis 
par une source radioactive c'est
par une source radioactive, c est‐à‐dire son activité (Becquerel) ;
à dire son activité (Becquerel) ;
9 L'énergie cédée par les balles reçues par son camarade représente la dose absorbée 
(Gray) ;
9 Les marques laissées sur son corps, selon que les balles sont plus ou moins lourdes et 
que les points touchés sont plus ou moins sensibles, sont l'effet produit, ou dose efficace 
(Sievert). 

14
15/05/2014

Interaction des rayonnements avec la matière

parcours des particules α et β. β


a) Parcours des α. Les parcours de toutes les particules sont identiques et
la densité des ionisations est très élevée. Dans l'air, le parcours est de
quelques centimètres.
b) Parcours des β. Ils peuvent être très différents. Dans l'air, le parcours est
d'une dizaine de mètres

Interaction des rayonnements avec la matière

• Interaction des particules β

déviation angulaire de l’électron par collision coulombienne

Rayonnement de freinage

15
15/05/2014

Interaction des rayonnements avec la matière

• interaction des rayons γ 

1. Effet photoélectrique

Interaction des rayonnements avec la matière

• interaction des rayons γ 

2. Effet Compton

16
15/05/2014

Interaction des rayonnements avec la matière

• interaction des rayons γ 

3. Formation de paires

Radioactivité au service de  la datation
Age relatif

Les fossiles: indicateurs d’époque

Ce tableau ne comporte ici que les grandes divisions des terrains 
sédimentaires. Les âges absolus qui sont indiqués n’ont pu être 
connus qu’après la découverte des méthodes de dation absolue 
basées sur la décroissance radioactive.

17
15/05/2014

Radioactivité au service de  la datation
• Age absolu:
PRINCIPE DE DATATION
Comment connaitre l’âge d’un minéral ???
Isotope‐père (radionucléide)     ⇒
è ( d lé d ) Isotope‐fils (radiogénique)
fl ( d é )
radioactif                                               stable

Radioactivité au service de  la datation

Soit un minéral contenant N0 isotopes radioactifs au moment  t = 0 de sa formation

N =N0 e‐λt t = 1/λ ln(N0/N)


P blè
Problème majeur :  le plus souvent N
j l l t N0 est inconnu
ti

Proposition de Rutherford application de la méthode des résidus


N             nombre d’atomes  radioactifs non désintégrés au temps t mesurable
N’             nombre d’atomes fils stables au temps t mesurable ⇒ N0 = N+N’
N0 nombre d’atomes  radioactifs initiaux au temps t non mesurable
bl

Nouvelle équation pour le calcul du temps t: 

18
15/05/2014

Radioactivité au service de  la datation

Conditions de l’utilisation de la méthode:

9 Condition (1):  N et N’ doivent être en quantité mesurable

Choix du minéral à dater (Zircon/Uranite (U); muscovite/biotite/hornblende(K); 
muscovite/biotite/feldspath (Rb); Bois/tourbe/os/coquille (14C)) 

9 Condition (2):  Tous les isotopes radiogéniques sont conservés dans le minéral

Problème de perte ‐ un réchauffement  du minéral peut provoqué  le départ d’un 
élé
élément stable  
bl

9 Condition (3):  tous les radiogéniques proviennent uniquement de la désintégration 
d’un même radionucléide

Condition souvent insatisfaite:  utilisation d’isotopes traceurs

Radioactivité au service de  la datation

• Cas du 14C utilisé en datation 

Le 14C  est généré dans la haute atmosphère par une réaction nucléaire:

Le rapport isotopique 14C/12C est constant depuis 50 000 ans. Puisque tout organisme 
vivant échange du carbone (CO2) avec l’atmosphère , donc La proportion entre le 14C et 
le 12C dans les tissus organiques et le squelette reste la même tout au long de la vie. 

Dès que l'organisme meurt, «l'horloge» se met en marche. En effet, le carbone est coincé 
q g , g ,
dans l'organisme, mais si la part du 12C reste stable, celle du 14C se désintègre en 14N.
On peut ainsi calculer le temps écoulé depuis la mort de l'organisme, car on connaît le 
rapport dans la nature 14C/ 12C ( environ 1.2 x 10 ‐12 dans l'atmosphère) et la constante de 
désintégration. Le 14C a une période de 5730 ans.

19
15/05/2014

Radioactivité au service de  la datation

• Cas du 14C utilisé en datation 

Remarque : Néanmoins, la Révolution Industrielle, avec la combustion de matière 
carbonée fossile, a troublé la composition en C de l'atmosphère ( ces 100 dernières 
années, la teneur en 14C de l'atmosphère a diminué de 2% ), et les explosions nucléaires 
ont aussi perturbé cette teneur. L'an 0 du calendrier du 14 C’est 1950.

20

Vous aimerez peut-être aussi