Vous êtes sur la page 1sur 62

C.F.P.

- Vannes/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

C.F.P – Grand-Champ

Demande d’autorisation d’exploiter

Etude de dangers

Réf. Entime 4634-006-010 / Rév.A/ 16.06.2017

Rév. Date Rédaction Vérification Validation

A 16/06/2017 M. Berkmans A. Cardon M. El Ouafi

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Sommaire
I INTRODUCTION ......................................................................................................................................................... 7
II DOCUMENTS DE REFERENCE ................................................................................................................................ 8
III METHODOLOGIE DE L’ETUDE DE DANGERS .................................................................................................. 9
III.1 Analyse des risques.................................................................................................................................................... 9
III.2 Analyse Préliminaire des Risques (APR) .............................................................................................................. 11
III.2.1 Méthodologie ...................................................................................................................................................... 11
III.2.2 Evaluation de l’intensité .................................................................................................................................... 12
III.3 Analyse Détaillée des Risques (ADR) .................................................................................................................... 13
III.3.1 Méthodologie ...................................................................................................................................................... 13
III.3.2 Cinétique ............................................................................................................................................................ 15
III.3.3 Cotation de la gravité ......................................................................................................................................... 15
III.3.4 Cotation de la probabilité.................................................................................................................................... 16
III.3.5 Matrice de maîtrise des risques .......................................................................................................................... 17
IV ENVIRONNEMENT DU SITE.................................................................................................................................. 18
IV.4 Environnement urbain ............................................................................................................................................ 18
IV.5 Environnement naturel ........................................................................................................................................... 19
V ANALYSE DU RETOUR D’EXPERIENCE ............................................................................................................. 21
V.1 Accidentologie du site ............................................................................................................................................. 21
V.2 Accidentologie nationale ......................................................................................................................................... 21
V.3 Synthèse ..................................................................................................................................................................... 22
VI ANALYSE PRELIMINAIRE DES RISQUES (APR) .............................................................................................. 23
VI.1 Rappel de la méthodologie générale ..................................................................................................................... 23
VI.2 Identification des potentiels de dangers ............................................................................................................... 23
VI.2.1 Potentiels de danger retenus .............................................................................................................................. 23
VI.2.2 Potentiels de danger exclus ................................................................................................................................ 24
VI.3 Localisation des potentiels de dangers .................................................................................................................. 25
VI.3.1 Implantation générale ........................................................................................................................................ 25
VI.3.2 Caractéristiques des fours................................................................................................................................... 26
VI.3.3 Canalisation de gaz naturel ................................................................................................................................ 26
VI.3.4 Stockages des matières premières et des produits finis ....................................................................................... 28
VI.4 Recensement des scénarii d’accidents ................................................................................................................... 31
VI.5 Hypothèses de modélisation .................................................................................................................................. 31
VI.5.1 Flumilog ............................................................................................................................................................. 31
VI.5.2 Conditions météorologiques ............................................................................................................................... 33
VI.5.3 Définition du terme source ................................................................................................................................. 34
VI.5.4 Flash fire............................................................................................................................................................. 34
VI.5.5 Explosion en milieu confiné ............................................................................................................................... 34
VI.5.6 Méthodologie de calcul ....................................................................................................................................... 35
VI.6 Evaluation de l’intensité .......................................................................................................................................... 35
VI.6.1 Seuils de référence .............................................................................................................................................. 35
VI.6.1 Calcul des distances d’effets ............................................................................................................................... 35
VI.6.2 Cartographie des zones d’effets ........................................................................................................................... 38
VI.7 Synthèse de l’APR .................................................................................................................................................... 49
VII EFFETS DOMINOS .................................................................................................................................................... 50
VIII DEPLOIEMENT DES MOYENS............................................................................................................................... 51
VIII.1 Synthèse des moyens........................................................................................................................................... 51
VIII.2 Mesures constructives ......................................................................................................................................... 52
VIII.3 Calcul des besoins en eaux ................................................................................................................................. 53

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 2


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VIII.4 Rétention des eaux d’extinction incendie ......................................................................................................... 57


VIII.5 Moyens de lutte disponibles............................................................................................................................... 58
VIII.6 Organisation de la sécurité ................................................................................................................................. 61
IX CONCLUSION ............................................................................................................................................................ 62

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 3


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Liste des figures


Figure 1 : Méthodologie de l’étude de dangers.............................................................................................. 10

Figure 2 : Méthodologie générale de l’APR .................................................................................................... 11

Figure 3 : Méthodologie générale de l’ADR ................................................................................................... 14

Figure 4 : Principe de l’analyse par nœud papillon....................................................................................... 16

Figure 5 : Environnement proche du site ........................................................................................................ 18

Figure 6 : Localisation des potentiels de dangers .......................................................................................... 25

Figure 7 : Localisation des zones de stockage du site ................................................................................... 29

Figure 8 : Eléments de paramétrage du modèle ............................................................................................ 33

Figure 9 : Zones d’effets du feu flash suite à la rupture guillotine de la tuyauterie gaz naturel aérienne
DN 28 – Scénario n°1.b ...................................................................................................................................... 39

Figure 10 : Zones d’effets du feu flash suite à la rupture guillotine de la tuyauterie gaz naturel
aérienne DN 35 – Scénario n°3.b ...................................................................................................................... 40

Figure 11 : Zones d’effets du feu flash suite à la rupture guillotine de la tuyauterie gaz naturel
aérienne DN 42– Scénario n°5.b ....................................................................................................................... 41

Figure 12 : Zones d’effets du feu flash suite à la rupture guillotine de la tuyauterie gaz naturel
aérienne DN 60– Scénario n°7.b ....................................................................................................................... 42

Figure 13 : Zones d’effets explosion du four de cuisson – Scénario n°9 ..................................................... 43

Figure 14 : Zones d’effets explosion du four de cuisson – Scénario n°10 ................................................... 44

Figure 15 : Zones d’effets de l’incendie du stockage de matières premières zone 1-PVC – Scénario 11 45

Figure 16 : Zones d’effets de l’incendie du stockage de matières premières zone 1- Aluminium –


Scénario 12 .......................................................................................................................................................... 46

Figure 17 : Zones d’effets de l’incendie généralisé du stockage de matières premières zone 1 – Scénario
13 .......................................................................................................................................................................... 47

Figure 18 : Zones d’effets de de l’incendie du stockage des produits finis- zone 3 – Scénario 14 .......... 48

Figure 19 : Mesures constructives C.F.P.......................................................................................................... 53

Figure 20 : Besoins en eaux incendie prévu par C.F.P. ................................................................................. 56

Figure 21 : Rétention des eaux polluées de C.F.P. en cas de sinistre ........................................................... 58

Figure 22 : Emplacement des bornes incendie à proximité du site ............................................................. 59

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 4


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Figure 23 : Localisation des RIA dans le bâtiment ......................................................................................... 60

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 5


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Liste des tableaux


Tableau 1 : Composition du groupe de travail ................................................................................................ 9

Tableau 2 : Seuils réglementaires des effets dangereux ................................................................................ 12

Tableau 3 : Cotation de la cinétique ................................................................................................................. 15

Tableau 4 : Cotation du critère gravité ............................................................................................................ 15

Tableau 5 : Cotation du critère « probabilité » ............................................................................................... 16

Tableau 6 : Matrice de maîtrise des risques (MMR) ...................................................................................... 17

Tableau 7 : Environnement dangereux naturel .............................................................................................. 20

Tableau 8 : Nature et conséquences des accidents survenus dans l’atelier de traitement de surface et de
laquage................................................................................................................................................................. 22

Tableau 9 : Potentiels de dangers retenus ....................................................................................................... 23

Tableau 10 : Potentiels de dangers exclus ....................................................................................................... 24

Tableau 11 : Caractéristiques des fours ........................................................................................................... 26

Tableau 12 : Caractéristiques de la tuyauterie gaz naturel ........................................................................... 26

Tableau 13 : Propriétés physico-chimiques du gaz naturel .......................................................................... 27

Tableau 14 : Caractéristiques techniques des scénarios d’incendie ............................................................ 30

Tableau 15 : Scénarii d’accidents dangereux .................................................................................................. 31

Tableau 16 : Méthodologie de calcul - Stockage de solides inflammables ................................................. 32

Tableau 17 : Calcul des distances d’effets ....................................................................................................... 35

Tableau 18 : Distances d’effets dangereux (1/2) ............................................................................................ 36

Tableau 19 : Distances d’effets dangereux (2/2) ............................................................................................ 37

Tableau 20 : Effets dominos liés à l’installation C.F.P. .................................................................................. 50

Tableau 21 : Moyens de prévention, de protection et d’intervention (1/2) ............................................... 51

Tableau 22 : Moyens de prévention, de protection et d’intervention (2/2) ............................................... 52

Tableau 23 : Besoins en eaux nécessaires à la lutte contre l’incendie .......................................................... 55

Tableau 24 : Calcul du volume de rétention des eaux d’incendie ............................................................... 57

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 6


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

I INTRODUCTION
La société C.F.P – Clôtures Fermetures Production - basée à Vannes, est spécialisée dans la fabrication
de portails et clôtures en aluminium et en PVC depuis 24 ans.

Dans le cadre d’un projet d’optimisation de ses activités, l’entreprise souhaite installer une nouvelle
usine de production dans le parc d’activités de Lann-Guinet 2 sur le territoire de la commune Grand-
Champ.

Le nouveau site fera l’objet d’une autorisation d’exploiter sous la rubrique n° 2565 au titre de la
nomenclature des installations classées pour la protection de l’environnement, relative au traitement
de surface des métaux, compte tenu du volume des bains de traitement utilisés par C.F.P. pour son
activité de traitement de surface de l’aluminium.

Le présent chapitre a pour objet de définir les phénomènes dangereux susceptibles de se produire sur
le site ainsi que leurs caractéristiques (cinétique, probabilité d’occurrence, conséquences) afin
d’apporter des solutions de préventions.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 7


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

II DOCUMENTS DE REFERENCE
Cette étude de dangers est réalisée conformément aux textes réglementaires en vigueur, en
particulier :

 Article R.512-9 du Code de l’Environnement.

 Arrêté du 30 juin 2006 relatif aux installations de traitement de surfaces soumises à


autorisation au titre de la rubrique n° 2 565 de la nomenclature des installations classées.

 Arrêté du 29 septembre 2005 relatif à l‘évaluation et à la prise en compte de la probabilité


d’occurrence, de la cinétique, de l’intensité des effets et de la gravité des conséquences des
accidents potentiels dans les études de dangers des installations classées soumises à
autorisation.

 Arrêté du 04 octobre 2010, relatif à la prévention des risques accidentels au sein des
installations classées pour la protection de l’environnement soumises à autorisation.

 Arrêté du 22 octobre 2010, relatif à la classification et aux règles de construction


parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal ».

 Circulaire du 10 mai 2010 récapitulant les règles méthodologiques applicables aux études de
dangers, à l’appréciation de la démarche de réduction du risque à la source et aux plans de
prévention des risques technologiques (PPRT dans les installations classées en application de
la loi du 30 juillet 2003.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 8


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

III METHODOLOGIE DE L’ETUDE DE DANGERS


L’étude de dangers s’articule autour du recensement des phénomènes dangereux possibles, de
l’évaluation de leurs conséquences, de leur probabilité d’occurrence, de leur cinétique ainsi que de
leur prévention et des moyens de secours.

L’objet de cette étude est de caractériser, analyser, évaluer, prévenir et réduire les risques liés au projet
de construction de l’installation C.F.P., autant que technologiquement réalisable et économiquement
acceptable.

III.1 Analyse des risques


La méthodologie adoptée pour l’analyse des risques (Figure 1) est la suivante :

 Analyse préliminaire des risque (APR) : caractérisation des potentiels de dangers du site et
identification des scénarii d’accidents susceptibles d’entraîner des effets dangereux à
l’extérieur des limites de propriété du site (= scénarii d’accidents majeurs).

 Analyse détaillé des risques (ADR) : conformément au principe de proportionnalité, une


analyse détaillée sera réalisée pour les scénarii d’accidents majeurs afin de déterminer
l’acceptabilité des risques apportés à l’environnement extérieur :

 Caractérisation pour chacun des scénarii d’accidents majeurs, des critères d’appréciation
des risques suivants : « cinétique », « intensité », « probabilité » et « gravité ».

 Evaluation de l’acceptabilité des risques selon la grille d’appréciation MMR (matrice de


maîtrise des risques) basée notamment sur le couple gravité/probabilité des scénarii
d’accidents majeurs.

 Définition des mesures de maîtrise des risques éventuelles à mettre en place au regard de
l’acceptabilité des risques.

La démarche est réalisée en groupe de travail (Tableau 1) associant les ingénieurs d’étude Entime.

Entité Représentants Fonction

Mohammed El Ouafi Chef de projet

Entime Aurélie Cardon Chargée d’études

Marine Berkmans Chargée d’études

Tableau 1 : Composition du groupe de travail

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 9


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Description des Retour d’expérience dans


installations le domaine d’activité

Caractérisation des potentiels de danger

Scénarii d’accidents

P Effets à l’extérieur Non (pas d’effets sur environnement extérieur)


des limites de
propriété ?
R
Oui

Accident majeur Risque acceptable

Définition des critères d’appréciation des risques

Intensité
(distances d’effets dangereux)

Cinétique
(rapidité des effets dangereux) Environnement du site

Gravité Zones sensibles


(nombre de personnes affectées) (cibles potentielles)
A Sources d’agressions
Probabilité extérieures et effets dominos
(fréquence de survenue)
D

R Oui
Acceptabilité
des risques ?
(grille MMR)

Non

Définition des mesures de


maîtrise des risques à mettre Risque acceptable
en œuvre

Figure 1 : Méthodologie de l’étude de dangers

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 10


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

III.2 Analyse Préliminaire des Risques (APR)


L’Analyse Préliminaire des Risques, basée à la fois sur les potentiels de dangers identifiés et sur les
données issues de l’accidentologie, a pour objet de définir les accidents majeurs.

Un accident majeur est défini comme un évènement, telle qu’une émission, un incendie ou une
explosion d’importance majeure résultant de développements incontrôlés survenus au cours de
l’exploitation, entrainant pour la santé humaine ou pour l’environnement, à l’intérieur ou à l’extérieur
de l’établissement, un danger grave, immédiat ou différé, faisant intervenir une ou plusieurs
substances ou mélanges dangereux.

III.2.1 Méthodologie

La méthodologie de l’Analyse Préliminaire des Risques est détaillée dans la Figure 2.

Description des installations Retour d’expérience

 Substances dangereuses Dans le domaine d’activité


 Opérations et équipements
dangereux

Caractérisation des potentiels de danger

 Identification des sources de dangers


 Localisation des sources de dangers

Recensement des scénarii d’accidents

 Détermination des effets dangereux


(thermiques, surpression, toxiques)

Evaluation de l’intensité des effets


dangereux
 Calcul des distances d’effets dangereux
(SEI, SEL, SELs)

Effets à l’extérieur
des limites de
propriété ? Non
(pas d’effets sur environnement
Oui extérieur)

Risque acceptable
Accident majeur défini

ADR

Figure 2 : Méthodologie générale de l’APR

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 11


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

III.2.2 Evaluation de l’intensité

Les échelles réglementaires d’appréciation des effets des phénomènes dangereux pouvant survenir
pour l’Homme et les structures, spécifiées dans l’arrêté du 29 septembre 2005, sont données dans le
Tableau 2.

Les zones d’effets suivantes sont recherchées :

 Seuil d’Effet Irréversible (SEI) qui définit la zone de dangers significatifs pour la vie humaine.

 Seuil d’Effet Létaux (SEL) qui définit la zone de dangers graves pour la vie humaine (décès
potentiel de 1% des individus).

 Seuil d’Effet Létaux Significatifs (SELs) qui définit la zone de dangers très graves pour la vie
humaine (décès potentiel de 5% des individus).

L’évaluation de l’intensité des scénarii d’accidents correspond au calcul des dimensions de chacune de
ces zones à risques autour de l’installation.

Effets sur
Types d’effets Valeurs Effets sur structures
homme

5 SELs
Effets toxiques 1 SEL
/
/ SEI
(CL en %)
/ SER

300 / Seuil des dégâts très graves


200 SELs Seuil des effets domino
Effets de
140 SEL Seuil des dégâts graves
surpression
50 SEI Seuil des dégâts légers
(en mbar) 20 SER Seuil des destructions significatives de vitres

200 Seuil de ruine du béton en quelques dizaines de minutes


Seuil de tenue du béton pendant plusieurs heures et correspondant
20
/ au seuil des dégâts très graves sur les structures béton
Effets Seuil d'exposition prolongée des structures et correspondant au
thermiques 16
seuil des dégâts très graves sur les structures, hors structures béton

(en kW/m2) 8 SELs Seuil des effets domino correspondant au seuil de dégâts graves
5 SEL Seuil des destructions significatives de vitres
3 SEI /

Tableau 2 : Seuils réglementaires des effets dangereux

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 12


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

III.3 Analyse Détaillée des Risques (ADR)


A partir des scénarii d’accidents majeurs, une démarche itérative de réduction des risques sera menée.
Cette démarche vise à supprimer les causes des évènements redoutés ou en réduire la probabilité
d’occurrence ou en réduire les conséquences par le choix de moyens prenant en considération les
pratiques et techniques disponibles. L’objectif de l’ADR est d’atteindre un niveau de risque aussi bas
que réalisable.

III.3.1 Méthodologie

La méthodologie de l’Analyse Détaillée des Risques est détaillée dans la Figure 3.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 13


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Accident majeur

Définition des critères d’appréciation


des risques

Intensité
Distances d’effets
dangereux

Cinétique
Rapidité des effets
dangereux

Environnement du
site
Zones sensibles
Gravité
(Cibles potentielles)
Nombre de personnes
affectées

Sources d’agressions
Probabilité extérieures et effets
Fréquence de survenue dominos

Acceptabilité Oui
des risques ?
(grille MMR)

Non

Définition des mesures


de maîtrise des risques à Risque acceptable
mettre en œuvre

Figure 3 : Méthodologie générale de l’ADR

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 14


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

III.3.2 Cinétique

La cinétique d’apparition et d'évolution d’un évènement est décrite dans l’arrêté du 29 septembre 2005
qui ne définit aucune cotation ; une échelle a été mise en place (Tableau 3).

Cotation Critères de cotation


L’événement survient rapidement (cf. explosion, déflagration, rupture brutale équipement,
Rapide R défaillance suite à un choc. Il ne permet pas de mettre en place des barrières de sécurité
supplémentaires pour éviter des effets éventuels à l'extérieur du site.
L’événement se produit pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours (cf. fuite diffuse). Il
Lent L permet la mise en place de barrières de sécurité complémentaires qui permettent de limiter voir
d'annuler les effets du scénario

Tableau 3 : Cotation de la cinétique

III.3.3 Cotation de la gravité

La gravité des conséquences potentielles d'un accident sur les personnes physiques résulte de la
combinaison :

 De l'intensité des effets d'un phénomène dangereux.

 De la vulnérabilité des personnes potentiellement exposées à ces effets.

Concrètement, cela revient à apprécier le nombre de personnes pouvant être touchées par les effets
irréversibles, létaux et létaux significatifs. La comptabilisation se fait suivant les méthodes décrites
dans la circulaire du 10 mai 2010 sur la base des caractéristiques de l’environnement extérieur du site.
Précisons que le personnel d’exploitation et sous-traitants du site à l’origine des dangers ne sont pas
pris en compte.

Les 5 niveaux de gravité des conséquences potentielles d’un accident, définis par l’arrêté ministériel
du 29 septembre 2005 pour les effets directs sur les personnes, sont repris dans le Tableau 4.

 Critères de cotation (nombre de personnes exposées / effets)


Seuil des effets létaux Seuil des effets Seuils des effets
significatifs (SELS) létaux (SEL) irréversibles (SEI)
Désastreux 5 > 10 > 100 > 1000
conséquences
Gravité des

Catastrophique 4 < 10 10 – 100 100 – 1000


Important 3 ≤1 1 – 10 10 – 100
Sérieux 2 - ≤1 < 10
Modéré 1 - - <1

Tableau 4 : Cotation du critère gravité

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 15


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

III.3.4 Cotation de la probabilité

La méthode adaptée est basée sur les nœuds papillon (arbres de causes et conséquences : Figure 4) qui
offrent une bonne visualisation des séquences accidentelles et permettent une quantification chiffrée
de la probabilité ainsi qu'une bonne agrégation des causes conduisant au phénomène dangereux.

Définition :
Ein : Evénement Indésirable
EI : Evénement initiateur (sources de danger)
ERC : Evénement Redouté Central
ERS : Evénement Redouté Secondaire
PhD : Phénomène Dangereux
EM : Evénement Majeur (effets dangereux)

Figure 4 : Principe de l’analyse par nœud papillon

L’échelle de référence pour la cotation de la probabilité (Tableau 5) est basée sur une approche de type
semi-quantitative (classes de probabilité). Cette échelle, intermédiaire entre les échelles quantitative et
qualitative, permet de tenir compte des barrières de sécurité mises en place. Elle s'appuie
préférentiellement sur la base de données du BARPI et le retour d'expérience de l’exploitant.

Type Echelle
Classe
d'événement Quantitative Qualitative

S'est produit sur le site considéré et/ou peut se produire à plusieurs reprises pendant
Courant A F1
10-2 la durée de vie de l'installation

Probable B F2 S'est produit et/ou peut se produire pendant la durée de vie de l'installation
10-3
Probabilité

S'est déjà produit dans le secteur d'activité ou dans ce type d’organisation au niveau
Improbable C F3 mondial, sans que les éventuelles corrections intervenues depuis apportent une
garantie de réduction significative de sa probabilité
10-4
Très S'est déjà produit dans le secteur d'activité mais a fait l'objet de mesures correctives
D F4
improbable réduisant significativement sa probabilité

Extrêmement 10-5 Pas impossible au vue des connaissances actuelles mais non rencontré au niveau
E F5
peu probable mondial sur un très grand nombre d'années

Tableau 5 : Cotation du critère « probabilité »

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 16


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

III.3.5 Matrice de maîtrise des risques

L’acceptabilité des risques liés aux accidents majeurs est définie comme la combinaison entre la
probabilité d’apparition d’un phénomène dangereux et la gravité des conséquences. La maîtrise des
risques majeurs par l'exploitant est établie en utilisant une matrice de référence (matrice MMR). Si la
maîtrise des risques est insuffisante, des barrières de sécurité supplémentaires doivent être aménagées
afin de réduire le risque à un niveau aussi bas que possible à un coût économiquement acceptable.

La grille d’appréciation de la démarche de maîtrise des risques d’accidents majeurs (Tableau 6)


permet de sélectionner les scenarii qui sont considérés comme non acceptables et qui nécessitent la
mise en place de mesures compensatoires supplémentaires.

Probabilité du phénomène dangereux

E D C B A

5
conséquences
Gravité des

4
3
2
1

Zone de risque élevé « NON » : Mise en œuvre de barrières de sécurité complémentaires


(mesures de maîtrise des risques)

Zone de risque intermédiaire « MMR – Rang 2 » : Mesures de Maîtrise des Risques


 Mise en œuvre de barrières de sécurité si plus de 5 scénarii sont situés dans cette zone
 Evaluation des moyens d’améliorer les barrières de sécurité

Zone de risque intermédiaire « MMR – Rang 1 » : Mesures de Maîtrise des Risques


 Evaluation des moyens d’améliorer les barrières de sécurité

Zone de risque moindre

Tableau 6 : Matrice de maîtrise des risques (MMR)

Remarque : La réalisation d’une grille MMR (matrice d’acceptabilité du risque) ne peut être réalisée
qu’à partir du moment où au moins 1 personne peut être atteinte par un seuil d’effet irréversible à
l’extérieur du site

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 17


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

IV ENVIRONNEMENT DU SITE
IV.4 Environnement urbain
Le projet C.F.P. est implanté sur la commune de Grand-Champ dans la zone d’activités de Lann
Guinet 2, au Sud de l’agglomération. La commune de Grand-Champ fait partie du département du
Morbihan en Bretagne, et se trouve à une quinzaine de kilomètres au Nord-Ouest de la ville de
Vannes. L’environnement urbain est peu sensible dans cette commune de 5 165 habitants. La Figure 5
présente l’environnement proche du site C.F.P. Le projet est implanté à environ 1 km du centre-ville et
à 200 m des habitations les plus proches. Le site est bordé par la route départementale RD 779 et est
contiguë à un massif boisé.

Figure 5 : Environnement proche du site

On ne recense à ce jour aucune activité industrielle à proximité du site ayant fait l’objet d’un
document d’incidence ou d’une étude d’impact comprenant un avis de l’autorité environnementale
rendu public. Conformément à l’article R.122, 5 II 4 du Code de l’Environnement, le présent projet ne
présente pas d’effets cumulés avec d’autres projets connus. La liste des sites classés SEVESO en
Bretagne a été mise à jour le 31 Décembre 2015 (bretagne.developpement-durable.gouv.fr). Le Morbihan
compte 6 sites classés. Aucun de ces sites ne se trouve sur la commune de Grand-Champ et sur les six
communes alentours de Plumergat, Locmaria Grand-Champ, Meucon, Plescop, Colpo et Pluvignier.

En outre, la Bretagne a approuvé 14 Plan de Prévention des risques technologiques (PPRT). Le projet
C.F.P. n’est pas localisé dans le zonage des PPRT du Morbihan (site national PPRT).

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 18


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

IV.5 Environnement naturel


Suite à la mise en œuvre de la directive européenne 2007/60/CE du 23 octobre 2007 relative à
l’évaluation et à la gestion des risques d’inondation (JOUE L 288, 06-11-2007, p.27), dite directive
« Inondations », le bassin Loire-Bretagne a réalisé la cartographie des territoires à risques importants
d’inondation (TRI) arrêtés le 26 Novembre 2012 et défini un Plan de Gestion des risques inondations
(PGRI) Loire-Bretagne pour la période 2016-2021. La région du Morbihan a ainsi approuvé 5 plans de
prévention des risques inondations concernant 70 communes. La commune de Grand-Champ ne fait
pas partie des périmètres d’application définie par ces PPRi et n’est pas implanté sur un TRI. Le projet
ne se situe donc pas sur une zone inondable.

Il existe des risques de feux de forêts dans les parties boisées, à l’est du territoire de Grand-Champ,
dont une partie est située en territoire militaire dans le camp de Meucon. Un poste d’observation est
installé sur le château d’eau de Queneah Gwen à proximité de Lann Guinet. Le site a mis en place des
mesures incendies bien définies afin d’en limiter les effets sur l’environnement et un bassin de réserve
des eaux incendie est prévu à cet effet.

Par ailleurs, la région Bretagne est classée en zone sismique d’aléa de niveau 2, soit en zone d’aléa
faible. Compte tenu du type d’ouvrage de l’installation (catégorie d’importance II) et du niveau d’aléa
sismique de la zone d’implantation, C.F.P n’est pas concerné par les dispositions définies par l’arrêté
ministériel du 22 Octobre 2010 relatif à la classification et règles de construction parasismique
applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal ».

De plus, l’installation sera mise en place conformément à l’arrêté du 4 octobre 2010 modifié, relatif à la
prévention des risques accidentels au sein de certaines installations classées, et à la circulaire du 24
avril 2008 relatifs à la protection contre la foudre de certaines installations classées. Une analyse du
risque foudre (ARF) a été réalisée par un organisme compétent afin de définir les niveaux de
protection nécessaires à l’installation.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 19


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

La synthèse des conditions naturelles susceptibles de provoquer ou d’aggraver les accidents est
reprise dans le Tableau 7 .

Evénements dangereux Risques Mesures préventives

Zone de sismicité 2 (faible) et installation de catégorie


Chute et ruines des
Séismes d’importance II : respecte l’article R. 563-5 du Code de
structures
l’Environnement.

Pluies exceptionnelles, La commune de Grand-Champ n’est pas concernée par


Inondation du site
crues le risque inondation.

Des mesures de prévention au risque incendie sont


Feux de forêts Incendie des bâtiments mises en œuvre sur le site. Présence d’un bassin de
réserve des eaux incendie de 420 m3 sur le site.

Détérioration des Site conforme à l’AM 04/10/2010 et à la circulaire du 24


Foudre installations et des avril 2008. Une analyse du risque foudre (ARF) a été
bâtiments réalisée.

Règle NV65 Neige : zone 1.


Charge extrême de neige = 60 daN/m².

Détérioration des Règle NV65 Vent : zone II.


Neige et Vent installations et des
bâtiments  Pression normale = 600 Pa et pression
extrême : 1 050 Pa.
 Vitesse normale = 112,7 km/h et vitesse
extrême = 149,1 km/h.

Tableau 7 : Environnement dangereux naturel

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 20


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

V ANALYSE DU RETOUR D’EXPERIENCE


V.1 Accidentologie du site
Le site étant en cours de construction ; l’accidentologie du site C.F.P. est nulle. Par ailleurs, aucun
incident du type incendie, explosion ou fuite de produits dangereux, n’a été recensé pour le site C.F.P.
actuellement en activité aux alentours de l’agglomération de Vannes.

V.2 Accidentologie nationale


Les antécédents d’accidents recensés dans le monde mettant en œuvre des produits ou des procédés
comparables aux activités de l’installation étudiée ont fait l’objet d’une analyse des événements
survenus (causes, conséquences et mesures compensatoires adoptées).

La base de données ARIA, gérée par le BARPI (organisme dépendant du Ministère de l’Ecologie et du
Développement Durable), recense les événements accidentels qui ont ou qui auraient pu porter
atteinte à la santé ou la sécurité publique et l’environnement. Ces événements résultent de l’activité
d’usines, ateliers, dépôts, chantiers, … classés au titre de la législation relative aux Installations
Classées, ainsi que du transport de matières dangereuses.

Dans le cadre de cette étude de dangers, une consultation de la base de données ARIA-BARPI du
ministère de l’Ecologie et du Développement Durable DGPR/SRT/BARPI a été faite en ce qui
concerne l’accidentologie liée à l’activité de traitement de surface et de laquage exercée par la société
C.F.P. Cette recherche a été réalisée au niveau national de 2007 à 2017. Les mots clés suivants ont été
regroupés dans la base de données :

 Traitement et revêtement des métaux, usinage ; Transformation de métaux ; Industrie


manufacturière.

 Installations classées.

 Incendie ; Explosion ; Rejet de matières dangereuses ou polluantes.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 21


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Au total 430 accidents sont recensés dans la base de données pour les installations classées de
traitement et revêtement de métaux. Le Tableau 8 donne un descriptifs de la typologie des accidents,
des causes et de leur conséquences (des accidents peuvent être repris dans la partie incendie et
pollution, ex : eaux d’extinction d’un incendie rejetées dans le milieu naturel).

Phénomène Nbr d’accidents Type Conséquence Causes

Les dégâts sont


L’incendie se déclare
principalement matériel, les Défaillance
en général au niveau
Incendie 249 effets sur l’homme sont matériel, erreur,
des bains de
limités (inhalation de humaine, …
traitement.
fumées de l’incendie)

L’impact principal concerne


Fuites des cuves
principalement la faune et la
contenant les bains de Défaillance
flore du milieu récepteur.
Déversement 244 traitement ou les matériel, erreur
Impact sur l’homme lié au
produits chimiques humaine, fuite …
dégagement de vapeurs
stockés.
toxiques des produits.

Les dégâts matériels sont


importants. Ces scénarios Défaillance
Explosion four de
Explosions 29 génèrent fréquemment des matériel, erreur
cuisson et de séchage
dommages corporels sur le humaine, fuite …
personnel d’exploitation.

Tableau 8 : Nature et conséquences des accidents survenus dans l’atelier de traitement de surface et
de laquage.

Les principaux accidents répertoriés concernent les départs de feux localisés au niveau des bains de
traitement ainsi que les fuites des cuves contenant les produits de traitement. .

V.3 Synthèse
La base de données Aria Barpi, consultée dans le cadre de ce dossier, permet de tirer les conclusions
suivantes :

 Les principaux accidents des activités de traitement de surface des métaux sont dus à
l’utilisation des produits chimiques composant les bains de traitement.

 Les incendies et les déversements accidentels sont les dangers majeurs associés aux activités
de traitement de surface.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 22


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VI ANALYSE PRELIMINAIRE DES RISQUES (APR)


VI.1 Rappel de la méthodologie générale
Le principe de l'APR est d'identifier dans un premier temps, l’ensemble des accidents dangereux
susceptibles de survenir sur les installations du site.

Cette identification des accidents dangereux se fait sur la base des potentiels de dangers identifiés
(substances dangereuses, opérations ou équipements dangereux) et du retour d’accidentologie dans le
domaine d’activité.

VI.2 Identification des potentiels de dangers


VI.2.1 Potentiels de danger retenus

Les potentiels de dangers retenus sont donnés dans le Tableau 9:

Source Caractéristiques Conditions de mise en œuvre Nature du risque

1 t de PVC (60 m3) Stockage sur des racks au sol Incendie


Stockage des
matières 50 t d’aluminium Stockage sur des racks au sol Incendie
premières
30 t d’aluminium Stockage sur des racks au sol Incendie

Stockage de 10 t d’aluminium
Stockage au sol Incendie
produits finis 0.5 t de PVC (20 m3)

La canalisation de gaz naturel dessert


principalement les 4 aérothermes et les trois
brûleurs utilisés pour le four de séchage, le
Canalisation gaz four de cuisson et le chauffage du bain de
Gaz inflammable Incendie/Explosion
naturel dégraissage. Le réseau est essentiellement
aérien avec des passages dans les bâtiments
de production. Ce scénario correspond à
une rupture ou une fuite sur la canalisation.

Accumulation de gaz naturel au sein du


Four de cuisson Gaz inflammable four suite à un défaut d’allumage, puis Explosion
explosion.

Accumulation de gaz naturel au sein du


Four de séchage Gaz inflammable four suite à un défaut d’allumage, puis Explosion
explosion.

Tableau 9 : Potentiels de dangers retenus

La canalisation gaz enterrée à l’extérieur du bâtiment n’a pas été prise en compte pour l’étude de
danger. Cette étude privilégie la canalisation aérienne dont le danger est plus important.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 23


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VI.2.2 Potentiels de danger exclus

Les potentiels de danger exclus, compte-tenu des observations faites, sont présentés dans le Tableau
10.

Activités concernées
Observations
Installation Produit

Volume stocké faible (<1000 L).


Stockage des produits Alupret 300
chimiques liquides Produits polluants stockés sur des rétentions correctement dimensionnées et
Alupret 215
pour le traitement de étanches.
surface Pronet TS 210
Les produits stockés ne sont ni inflammables, ni toxiques (seulement nocifs).

Stockage de poudres
pour l’atelier de Poudres (2 t) Produit non dangereux et non inflammable.
laquage

Faible quantité de gaz stocké (3 bouteilles de 50 L et 1 de 20L).


Atelier de soudure Argon
Gaz inerte.

Eau osmosée
Eau déminéralisée Bains de traitement dans des cuves étanches.
Bains de traitement Alupret 300 Produits non inflammables.
Alupret 215 Point de rejet en cas de dégagement toxique.
Pronet TS 210

Tableau 10 : Potentiels de dangers exclus

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 24


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VI.3 Localisation des potentiels de dangers


VI.3.1 Implantation générale

Les Figure 6 et Figure 7 présentent la localisation des potentiels de dangers de l’installation C.F.P.

Stockage
de PVC Stockage
Aluminium

Canalisation
gaz naturel

Four de
séchage

Four de
cuisson

Stockage
Aluminium

Stockage produits
finis

Figure 6 : Localisation des potentiels de dangers

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 25


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VI.3.2 Caractéristiques des fours

Les caractéristiques des deux fours présents sur le site ; four de séchage et four de cuisson, sont
données dans le Tableau 11.

Volume du corps de
Installations Alimentation Puissance
chauffe

Gaz naturel (0,3 bar, DN


Four de séchage 160 kW 0,7 m3
60)

Gaz naturel (0,3 bar, DN


Four de cuisson 300 kW 1,4 m3
60)

Tableau 11 : Caractéristiques des fours

VI.3.3 Canalisation de gaz naturel

Les caractéristiques du réseau de gaz naturel du site sont reprises dans le Tableau 12. Le réseau est
constitué de quatre tuyauteries de diamètres différents. Les caractéristiques du gaz naturel sont
reprises dans le Tableau 12.

Longueur de la
60 m 23 m 47 m 84 m
tuyauterie gaz

Aérienne / enterrée Aérienne Aérienne Aérienne Aérienne

Diamètre de la
DN 60 DN 42 DN 35 DN 28
tuyauterie gaz

Pression de gaz dans


0,3 bar 0,3 bar 0,3 bar 0,3 bar
la tuyauterie

5,6 mm (20% du
Diamètre de fuite de 12 mm (20% du DN de 8,4 mm (20% du DN 7 mm (20% du DN de
DN de la
gaz naturel la tuyauterie) de la tuyauterie) la tuyauterie)
tuyauterie)

Procédés alimentés 3 brûleurs - - 4 aérothermes

Tableau 12 : Caractéristiques de la tuyauterie gaz naturel

Pour le réseau gaz naturel, les scénarii de dangers correspondent aux quatre tuyauteries en
considérant les caractéristiques données dans le Tableau 13.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 26


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Caractéristiques Gaz naturel

Etat physique à 20°C Gaz

Composition Majoritairement composé de méthane (CH4) (> 80% en vol)

Masse volumique 0,68 kg/m3

Densité relative par rapport à l’air 0,54 à 0,66 à 0°C

Température d’inflammation 595°C

Point éclair - 188°C

Limite inférieure d’explosivité LIE = 5% dans l’air

Limite supérieure d’explosivité LSE = 15 % dans l’air

Proportions stœchiométriques dans l’air 9,1%

 H220 – Gaz extrêmement inflammable


Phrases de risque et mentions de
dangers  H280 – Contient un gaz sous pression ; peut exploser sous l’effet de la
chaleur

 Extrêmement inflammable (F+)


Propriétés dangereuses
 Gaz inflammable catégorie de danger 1 (Flam. Gas 1)

 Non toxique, pouvant causer l’asphyxie à concentration élevée


 Non dangereux pour les compartiments environnementaux air, eau, sol
 Combustible pouvant s’enflammer en présence d’air et de source de
chaleur
Potentiels de dangers  Explosion du mélange air-gaz :
 En milieu libre (non confiné) : inflammation conduisant à de faibles
effets de surpressions
 En milieu confiné : explosion possible en cas d’inflammation d’un
volume de gaz suffisant

 Eviter la proximité avec toute source d’inflammation (flamme, chaleur,


Incompatibilités …)
 Eviter le contact avec des matériaux oxydants et les halogènes

Tableau 13 : Propriétés physico-chimiques du gaz naturel

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 27


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VI.3.4 Stockages des matières premières et des produits finis

C.F.P. prévoit trois zones de stockage disposées à l’intérieur du bâtiment. L’emplacement des zones
de stockage est représenté à la Figure 7.

 La première zone (zone 1) est réservée au stockage des matières premières entrantes, PVC et
aluminium. Les tubes de PVC et d’aluminium sont stockés sur des racks. Le stockage est situé
à proximité de l’entrée des matières premières, occupant une superficie d’environ 169 m2
accolé à l’atelier d’assemblage et de finitions. Aucun mur séparatif n’est prévu entre le
stockage et l’atelier. La quantité maximale de produits stockés sur cette zone est de 1 t de
PVC (volume 60 m3) et 50 t d’aluminium.

 La seconde zone de stockage (zone 2) comporte les racks de tubes d’aluminium destinés à
l’activité de traitement de surface et de poudrage du site. La zone se situe le long de l’atelier
de laquage, accolée à la paroi extérieure du mur coupe-feu de l’atelier. Le stock total prévu à
cet effet est de 30 t d’aluminium sur une superficie d’environ 240 m2.

 La troisième zone de stockage (zone 3), appelée zone d’expédition, est destinée au stockage
des produits finis ; les portails. La zone se situe à proximité des bureaux, au niveau de la porte
de sortie pour les expéditions. La superficie prévue à cet effet est de 75 m 2. On estime que le
stock comportera environ 10t d’alu et 0 ,5 t de PVC (volume 20 m3).

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 28


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Zone 1
(PVC) Zone 1
(Aluminium)

Zone 2
(Aluminium)

Zone 3 (Produits
finis)

Figure 7 : Localisation des zones de stockage du site

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 29


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Les caractéristiques utilisées pour la modélisation des phénomènes dangereux liés à l’incendie des
zones de stockages des produits finis et des matières premières sont reprises dans le Tableau 14.

Données Valeurs considérées

Stockage matières
Scénario Stockage aluminium zone 2 Stockage produits finis zone 3
premières zone 1

15 min (bardage simple 15 min (bardage simple peau


Résistance au feu peau et/ou panneaux et/ou panneaux sandwich 15 min (bardage simple
des parois sandwich laine de laine de roche)/ 60 min (béton peau)/ 60 min (béton armé).
roche). armé)/120 min (béton armé).

Désenfumage 1 % de la surface. 1 % de la surface. 1 % de la surface.

Mode de stockage Racks Racks Ilot

Hauteur maximale de
Hauteur de stockage : 2 m pour Hauteur maximale de Hauteur maximale de
stockage PVC/ 4 m pour stockage : 4 m stockage : 4 m
aluminium.

La capacité totale du
La capacité totale du stockage
stockage est évaluée à La capacité totale du stockage
Capacité est évaluée à 0.5t pour le PVC
1t pour le PVC et 50 t est évaluée à 30 t.
et 10 t pour l’aluminium.
pour l’aluminium.

Tableau 14 : Caractéristiques techniques des scénarios d’incendie

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 30


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VI.4 Recensement des scénarii d’accidents


Les scénarii d’accidents dangereux susceptibles de se produire sur le site sont repris dans le Tableau
15.

Référence Scénarii d'accidents Equipements / activités Type d'effets

1 Perte de confinement – Rupture guillotine – DN28 – P = 0,3 bar


Tuyauterie gaz naturel
2 aérienne Brèche 20% – DN28 – P = 0,3 bar

3 Perte de confinement – Rupture guillotine – DN35 – P = 0,3 bar


Tuyauterie gaz naturel
4 aérienne Brèche 20% – DN35 – P = 0,3 bar Thermiques et
surpression
5 Perte de confinement – Rupture guillotine – DN42 – P = 0,3 bar
Tuyauterie gaz naturel
6 aérienne dans la chaufferie Brèche 20% – DN42 – P = 0,3 bar

7 Perte de confinement – Rupture guillotine – DN60 – P = 0,3 bar


Tuyauterie gaz naturel
8 aérienne dans la chaufferie Brèche 20% – DN60 – P = 0,3 bar

Explosion du four de
9 Four de cuisson
cuisson
Surpression
Explosion du four de
10 Four de séchage
séchage

11 Matières Premières – Zone de stockage n°1

12 Aluminium pour le laquage– Zone de stockage n°2


Incendie des stockages Thermiques

13 Produits finis– Zone de stockage n°3

Tableau 15 : Scénarii d’accidents dangereux

L’ensemble des données d’entrée est repris dans les fiches fournies en annexe 17, 18, 19 et 20.

VI.5 Hypothèses de modélisation


VI.5.1 Flumilog

Les distances d’effets dangereux relatives à l’incendie d’une cellule de stockage de matières
combustibles sont calculées à l’aide du logiciel Flumilog (Tableau 16). Cette méthodologie est reprise
pour chaque cellule de stockage

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 31


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Phénomène dangereux Zone concernée Méthodologie de calcul

Logiciel FLUMilog

 Modèle adapté aux feux de solides en


Effets dangereux liés Zones de bâtiment
Incendie au rayonnement de la stockage 1, 2 et
flamme 3.  Prise en compte des structures et parois.
 Stockage en masse et rack.
 Incendie généralisé des stockages

Tableau 16 : Méthodologie de calcul - Stockage de solides inflammables

La méthode FLUMilog permet la détermination des flux thermiques relatifs à l’incendie généralisé
d’une cellule de stockage, voire à la propagation de cet incendie aux cellules voisines (incendie
généralisé sur plusieurs cellules, voire sur l’entrepôt dans sa totalité). Elle considère :

 L’hypothèse majorante selon laquelle le feu n’est pas circonscrit par les moyens d’extinction
lors des phases d’éclosion ou de développement.

 L’évolution de la puissance de l’incendie au cours du temps, depuis l’inflammation jusqu’à


l’extinction par épuisement du combustible.

 Une protection passive (murs séparatifs coupe-feu) comme unique barrière à la propagation
de l’incendie. La structure et les parois des cellules peuvent :

 Limiter la puissance de l’incendie, en réduisant l’apport d’air au niveau du foyer.

 Jouer le rôle d’écran thermique face au rayonnement (la hauteur des parois peut varier
au cours du temps).

La modélisation est réalisée suivants plusieurs étapes :

 Saisie des données d’entrée :

 Géométrie de la cellule, nature des produits stockés, mode de stockage (rack, masse).

 Comportement au feu de la toiture et des parois (structure, étanchéité, etc.)

 Détermination des caractéristiques des flammes au cours du temps, à partir de la propagation


de la combustion dans la cellule.

 Calcul des distances d’effet en fonction du temps, sur la base des caractéristiques des flammes
et des parois résiduelles.

Les principaux éléments de paramétrage qui influent sur la modélisation sont repris à la Figure 8.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 32


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Caractéristiques de la Dimensions intérieures Volume d’oxygène disponible pour la


cellule de la cellule combustion au démarrage de l’incendie

Caractéristiques de la  Cinétique d’ouverture conduisant au


toiture passage des flammes
 Pouvoir couvrant en cas de chute sur le
combustible

Caractéristiques des Capacité à jouer un rôle d’écran thermique


parois

Permet l’arrivée d’air frais et le passage d’un


Présence d’ouvertures*
rayonnement thermique

Mode de stockage Nombre de racks / Volume de combustible disponible


îlots et hauteur de
stockage

Largeur des allées Influe sur la propagation de l’incendie entre


les îlots ou les racks

Sens de stockage Définit le sens de propagation privilégié de


l’incendie

En masse ou en racks Surface affectée par l’incendie

Composition de la Puissance thermique surfacique émise par la


Combustible
palette palette

Figure 8 : Eléments de paramétrage du modèle

NB : * Les ouvertures considérées par FLUMilog permettent l’arrivée d’air frais et le passage de
rayonnements thermiques, comme par exemple les portes de quais. Le logiciel ne prend pas en
compte le caractère coupe-feu des portes. Cependant, en cas de détection d’un incendie, les portes
coupe-feu seront automatiquement fermées, assurant l’étanchéité et l’isolation thermique de la paroi
dans sa totalité. Les portes coupe-feu seront donc considérées ici comme un élément de mur coupe-feu
et non comme une ouverture, dans la mesure où la durée de l’incendie ne dépasse pas le degré coupe-
feu de la porte. Ces portes seront coupe-feu 2 h pour les murs REI 120.

Les données considérées pour les zones de stockage de l’installation C.F.P. sont reprises dans le
Tableau 14 ainsi que dans les notes de calcul flumilog en annexe 19.

VI.5.2 Conditions météorologiques

Conformément aux prescriptions de la circulaire du 10 mai 2010, le calcul des zones d’effets a été
réalisé dans les conditions météorologiques suivantes pour les gaz lourds:

 D 5 20 : Atmosphère neutre, vitesse de vent de 5 m/s et température ambiante de 20°C.

 F 3 15 : Atmosphère très stable, vitesse de vent de 3 m/s et température ambiante de 15°C.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 33


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VI.5.3 Définition du terme source

La notion de terme source regroupe l’ensemble des caractéristiques du rejet de la substance dans
l’atmosphère, comme par exemple la température, la pression, l’état physique, le type de rejet (continu
ou instantané).

Le calcul du terme source effectué par Phast 7.11. se fait en tenant compte des éléments suivants :

 Evolution des conditions de stockage en fonction du temps.

 Pertes de charge provoquées par l’écoulement dans les tuyauteries.

Le calcul se fait à l’aide des données d’entrée suivantes :

 Scénario Phast envisagé : « line rupture », « catastrophic rupture » ou « leak » en fonction du


type de fuite (guillotine, brèche, ruine). Des rejets instantanés (rupture d’une capacité de
stockage), semi continu ou continu seront ainsi envisagés.

 La rugosité des tuyauteries est prise égale à 0,046 mm.

 Les vannes et autres installations à l’origine de pertes de charge singulière sont négligées.

 L’ensemble des effets est calculé pour une hauteur de cible égale à 6 mètre du sol.

 La direction du rejet est prise horizontale (dilution moins rapide) sauf pour les tuyauteries
enterrées.

VI.5.4 Flash fire

Les distances d’effets thermiques sont calculées de la manière suivante (conformément aux
prescriptions de la circulaire du 10 mai 2010) :

 Pour les effets irréversibles (SEI) : 1,1 x distance à la LIE.

 Pour les effets létaux et les effets létaux significatifs (SEL et SELs) : 1 x distance à la LIE.

VI.5.5 Explosion en milieu confiné

Dans le cas d'explosion en milieu confiné, les effets de pression dans l'environnement sont induits par
l'éclatement de l'enceinte et non directement par l'énergie de combustion. L'énergie disponible avant
l'éclatement de l'enceinte peut être estimée à l'aide de la formule de Brode comme l'indique le guide
sur les silos ou la circulaire du 31 janvier 2007 relative aux éclatements de bac.

E
Peclatement  Patmosphérique .Vence int e
  1
Avec P, pression absolue en pascal, V volume de l'enceinte en m3 et  coefficient de poisson des gaz,
l'énergie E étant en Joules. Un coefficient  de 1,4 sera pris en référence.

L'élément primordial est la pression de rupture de l'enceinte.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 34


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VI.5.6 Méthodologie de calcul

Les différents outils de modélisation utilisés pour calculer les distances d’effets sont repris dans le
Tableau 17.

Phénomène dangereux Méthodologie de calcul

Modèle de la flamme solide- Feu de nappe (Flumilog)

Effets dangereux liés  Modèle adapté aux feux de solides en bâtiment


Incendie au rayonnement de la  Prise en compte des structures et parois.
flamme
 Stockage en masse et rack.
Incendie généralisé des stockages

Feux torche Effets dangereux liés Code de calcul PHAST


au rayonnement
(inflammation immédiate (flamme) et à la
d’un jet de gaz) convection (air chaud)
Terme source : propriétés du gaz naturel et
Flash fire
Effets dangereux liés caractéristiques/conditions de fonctionnement de la canalisation
(inflammation retardée : au passage du front de Feux torche : dimensionnement de la flamme => longueur,
combustion d'un nuage flamme
de gaz inflammable) pouvoir émissif, direction, ….

UVCE UVCE / flash fire : dispersion des gaz et dimensionnement du


Effets de surpression nuage inflammable (LIE-LSE), calcul de la masse explosive formé
(inflammation retardée : liés à la vitesse de
explosion d'un nuage de combustion
gaz)

Méthode Multi – Energy 


Effets de surpression
Explosion  Energie d'explosion déterminée par formule de Brode 
liés à la vitesse de
(milieu confiné)  Propagation des effets de pression selon la méthode Multi - Energy
combustion
indice 10 => prise en compte des effets de l'environnement extérieur

Tableau 17 : Calcul des distances d’effets

VI.6 Evaluation de l’intensité


VI.6.1 Seuils de référence

L’intensité des scénarii d’accidents correspond aux distances d’effets dangereux (thermiques ou
surpression) définies pour des seuils d'effets de référence, rappelés dans le paragraphe III.2.2.

VI.6.1 Calcul des distances d’effets

Les distances d’effets calculées pour l’ensemble des scénarii d’accidents identifiés sont reprises dans
les Tableau 18 et 17.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 35


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Distances d’effets dangereux (m) Effets


Produit Phénomène
Réf. Equipements / installations Type d’effets hors du
dangereux dangereux SER SEI SEL SELs site ?

1.a Feu torche Thermiques - N.A. N.A. N.A. Non


Rupture guillotine tuyauterie
1.b Feu flash Thermiques - 3,5 3,2 3,2 Non
aérienne ; P = 0,3 bar ; DN28
1.c UVCE Surpression - - - - Non

2.a Feu torche Thermiques - N.A. N.A. N.A. Non


Brèche 20% tuyauterie aérienne;
2.b Feu flash Thermiques - 0,77 0,7 0,7 Non
P = 0,3 bars ; DN28
2.c UVCE Surpression - - - - Non

3.a Feu torche Thermiques - N.A. N.A. N.A. Non


Rupture guillotine tuyauterie
3.b Feu flash Thermiques - 4,4 4 4 Non
aérienne ; P = 0,3 bar ; DN35
3.c UVCE Surpression - - - - Non
Gaz naturel
4.a Feu torche Thermiques - N.A. N.A. N.A. Non
Brèche 20% tuyauterie
4.b Feu flash Thermiques - 0,93 0,85 0,85 Non
aérienne ; P = 0,3 bar ; DN35
4.c UVCE Surpression - - - - Non

5.a Feu torche Thermiques - N.A. N.A. N.A. Non


Rupture guillotine tuyauterie
5.b Feu flash Thermiques - 5,2 4,7 4,7 Non
aérienne ; P = 0,3 bar ; DN42
5.c UVCE Surpression - - - - Non

6.a Feu torche Thermiques - N.A. N.A. N.A. Non


Brèche 20% tuyauterie
6.b Feu flash Thermiques - 1,1 1 1 Non
aérienne ; P = 0,3 bar ; DN42
6.c UVCE Surpression - - - - Non

Tableau 18 : Distances d’effets dangereux (1/2)

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 33


C.F.P.- Grand-Champ / Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

NB : N.A. : Non Atteint.

Produit Distances d’effets dangereux (m)


Effets hors
Réf. Equipements / installations dangereux Phénomène dangereux Types d’effets
SER SEI SEL SELs du site ?
considéré

7.a Feu torche Thermiques - N.A. N.A. N.A. Non


Rupture guillotine tuyauterie aérienne
7.b Feu flash Thermiques - 7,3 6,6 6,6 Non
; P = 0,3 bar ; DN60
7.c UVCE Surpression - - - - Non

8.a Feu torche Thermiques - N.A. N.A. N.A. Non


Brèche 20% tuyauterie aérienne ; P = Gaz naturel
8.b Feu flash Thermiques - 1,5 1,4 1,4 Non
0,3 bar ; DN60
8.c UVCE Surpression - - - - Non

9 Four de cuisson Explosion Surpression 16,7 8,4 3,8 2,4 Non

10 Four de séchage Explosion Surpression 13,3 6,6 3,0 1,9 Non

11 Stockage PVC- zone 1 Incendie Thermiques - 17,6 13 10 Non

12 Stockage Aluminium- zone 1 Incendie Thermiques - 11,8 10 5 Non

13 Stockage matières premières- zone 1 Matières Incendie Thermiques - 15,3 11 10 Non


solides
14 Stockage Aluminium- zone 2 combustibles Incendie Thermiques - 0 0 0 Non

15 Stockage produits finis- zone 3 Incendie Thermiques - 10 5 5 Non

16 Stockages zone 2 + zone 3 Incendie Thermiques - 10 5 5 Non

Tableau 19 : Distances d’effets dangereux (2/2)

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 37


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VI.6.2 Cartographie des zones d’effets

Les cartographies des zones d’effets induites par les phénomènes dangereux liés à l’installation C.F.P.
sont données dans les Figure 9 à 18. Les fiches de résultats des différentes modélisations sont fournies
en annexe 18 et 19.

Les scénarii ne présentant pas de zones d‘effets ou présentant des zones d’effets inférieures ou égales
à 1,5 m ne sont pas représentés sur les figures suivantes.
NB :
 Les zones d’effets déterminées pour les phénomènes dangereux liés à la tuyauterie de gaz naturel
sont applicables à l’ensemble de la tuyauterie. En cas de sortie des limites de propriété, une
cartographie des zones d’effets plus précise en un point de la tuyauterie sera réalisée. Cette
cartographie est représentative de la gravité normale du scénario de danger. En effet, en cas de
rupture guillotine ou de fuite de gaz naturel, l’évènement se produira en un point unique de la
tuyauterie et non sur sa totalité. Il a été considéré pour l’analyse détaillée des risques, une rupture
ou une brèche en un point de la tuyauterie où les effets dangereux sont les plus pénalisants.

 Les zones d’effets déterminées via le logiciel Flumilog seront tracées selon les données du logiciel.

 Flumilog préconise de retenir, pour de faibles distances d'effets :

 Une distance d’effets de 5 m pour celles comprises entre 1 et 5 m.

 10 m pour celles comprises entre 6 m et 10 m.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 35


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Zones d’effets appliquées à l’ensemble de la tuyauterie gaz naturel,


DN28

Limites de
propriété

SEI (3 kW/m²) 3,5 m

SEL (5 kW/m²) 3,2 m

SELs (8 kW/m²) 3,2 m

SEI (kW/m²) 42 m
Figure 9 : Zones d’effets du feu flash suite à la rupture guillotine37demla tuyauterie gaz naturel
SEL (kW/m²)
aérienne DN 28 – Scénario n°1.b
SELs (kW/m²) 34 m

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 39


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Zones d’effets appliquées à l’ensemble de la tuyauterie gaz


naturel, DN35

Limites de
propriété

SEI (3 kW/m²) 4,4 m

SEL (5 kW/m²) 4m

SELs (8 kW/m²) 4m

Figure 10 : Zones d’effets du feu flash suite à la SEI


rupture guillotine
(kW/m²) de la tuyauterie gaz naturel
42 m
aérienne DN 35 – Scénario n°3.b
SEL (kW/m²) 37 m
SELs (kW/m²) 34 m

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 40


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Zones d’effets appliquées à l’ensemble de la tuyauterie gaz


naturel, DN42

Limites de
propriétés

SEI (3 kW/m²) 5,2 m

SEL (5 kW/m²) 4,7 m

SELs (8 kW/m²) 4,7 m

SEI (kW/m²) 42 m
Figure 11 : Zones d’effets du feu flash suite à la rupture guillotine37de
SEL (kW/m²) m la tuyauterie gaz naturel
aérienne DN 42– Scénario n°5.b
SELs (kW/m²) 34 m

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 41


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Zones d’effets appliquées à l’ensemble de la tuyauterie gaz


naturel, DN60

Limites de
propriété

SEI (3 kW/m²) 7,3 m

SEL (5 kW/m²) 6,6 m

SELs (8 kW/m²) 6,6 m

SEI (kW/m²) 42 m
Figure 12 : Zones d’effets du feu flash suite à la rupture guillotine37de
SEL (kW/m²) m la tuyauterie gaz naturel
aérienne DN 60– Scénario n°7.b
SELs (kW/m²) 34 m

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 42


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Zones d’effets de l’explosion du four de cuisson

Limites de
propriété

SELs (0,2 bar) 2,4 m


SER
SEI SEL (0,14 bar) 3,8 m
SEL SEI (0,05 bar) 8,4 m
SELs
SER (0,02 bar) 16,7 m

Figure 13 : Zones d’effets explosion du four de cuisson – Scénario n°9

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 43


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Zones d’effets de l’explosion du four de séchage

Limites de
propriété

SELs (0,2 bar) 1,9 m


SER
SEI SEL (0,14 bar) 3,0 m
SEL SEI (0,05 bar) 6,6 m
SELs
SER (0,02 bar) 13,3 m

Figure 14 : Zones d’effets explosion du four de cuisson – Scénario n°10

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 44


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Zones d’effets de l’incendie du stockage matières premières


zone 1-PVC

Limites de
propriété

SEI (3 kW/m²) 17,6 m

SEL (5 kW/m²) 13 m

SELs (8 kW/m²) 10 m

SEI (kW/m²) 42 m
Figure 15 : Zones d’effets de l’incendie du stockageSEL
de (kW/m²)
matières premières
37 m zone 1-PVC – Scénario
11
SELs (kW/m²) 34 m

Le stockage de PVC a des effets dominos sur le stockage d’aluminium.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 45


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Zones d’effets de l’incendie du stockage matières premières


zone 1-Aluminium

Limites de
propriété

SEI (3 kW/m²) 11,8 m

SEL (5 kW/m²) 10 m

SELs (8 kW/m²) 5m

SEI (kW/m²) 42 m
Figure 16 : Zones d’effets de l’incendie du stockage de(kW/m²)
SEL matières premières
37 m zone 1- Aluminium –
Scénario 12
SELs (kW/m²) 34 m

Le stockage d’aluminium a des effets dominos sur le stockage de PVC.

Un incendie généralisé aux deux stockages doit être réalisé.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 46


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Zones d’effets de l’incendie du stockage matières premières


zone 1

Limites de
propriété

SEI (3 kW/m²) 15,3 m

SEL (5 kW/m²) 11 m

SELs (8 kW/m²) 10 m

SEI (kW/m²) 42 m
Figure 17 : Zones d’effets de l’incendie généraliséSEL
du(kW/m²)
stockage de37matières
m premières zone 1 –
Scénario 13
SELs (kW/m²) 34 m

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 47


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Zones d’effets de l’incendie du stockage produits finis -


zone 3

SEI (3 kW/m²) 10 m

SEL (5 kW/m²) 5m

SELs (8 kW/m²) 5m

SEI (kW/m²) 42 m
Figure 18 : Zones d’effets de de l’incendie du stockage des produits
SEL (kW/m²) 37 mfinis- zone 3 – Scénario 14
SELs (kW/m²) 34 m

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 48


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VI.7 Synthèse de l’APR


L’analyse préliminaire des risques, réalisée sur la base de l’identification des potentiels dangers du site
et des distances d’effets dangereux, a permis de distinguer :

 Les accidents pour lesquels le risque est considéré comme acceptable (accident qui
n’entrainent pas d’effets en dehors des limites de propriété du site).
 Les accidents susceptibles de générer des effets dangereux en dehors du site pour lesquels une
analyse détaillée des risques est nécessaire.
Les conclusions de l’analyse préliminaire des risques pour l’établissement C.F.P. montrent que les
zones d’effets des seuils irréversibles (SEI) pour les différents risques étudiés ne sortent jamais des
limites de propriétés du site. Ainsi C.F.P. ne générera pas d’accidents majeurs et les risques engendrés
par l’activité C.F.P. sont acceptables. L’analyse détaillée des risques n’a pas lieu d’être pour cette étude
de danger compte tenu des faibles zones d’effets obtenues pour chaque scénario.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 49


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VII EFFETS DOMINOS


L’analyse prend en compte les effets dominos correspondants aux dangers apportés par les
installations situées à proximité. On parle d’effets dominos pour désigner un phénomène dangereux
affectant une ou plusieurs installations qui pourrait déclencher un autre phénomène dangereux sur
une installation ou un établissement voisin, conduisant à une aggravation générale des effets du
premier phénomène. Le risque de propagation d’un phénomène dangereux peut être observé dans les
cas suivants :

 Explosion : onde de pression de 200 mbar susceptible de détériorer les structures voisines
(perte de confinement d’enceintes, détérioration des équipements de sécurité,…).

 Incendie : flux de chaleur de 8 kW/m2 susceptible d’initier une combustion ou de détériorer


les structures en cas d’exposition prolongée (inflammation d’un stockage, perte de
confinement d’une enceinte,…).

Le Tableau 20 présente les effets dominos recensés sur le site.

Réf.
Accident à l’origine du risque d’effets dominos Installations touchées par les effets dominos
scénario

Zone de stockage des matières premières (pvc et


Feu flash suite à la rupture guillotine de la tuyauterie
1.b Aluminium) des zones n°1 et n°2 et Zone de
de gaz naturel de diamètre 28
stockage des produits finis de la zone n°3

Feu flash suite à la rupture guillotine de la tuyauterie Zone de stockage des matières premières (pvc et
3.b
de gaz naturel de diamètre 35 Aluminium) des zones n°1 et n°2

Zone de stockage des produits finis- Zone de


stockage n°3
Feu flash suite à la rupture guillotine de la tuyauterie
7.b
de gaz naturel de diamètre 60 Four de cuisson

Four de séchage

11 Incendie du stockage de PVC-zone 1 Stockage d’Aluminium-zone 1

12 Incendie du stockage d’Aluminium- zone 1 Stockage de PVC- zone 1

Tableau 20 : Effets dominos liés à l’installation C.F.P.

NB : Les évènements dangereux liés à une rupture guillotine ou à une brèche sur la tuyauterie de gaz
naturel ne peuvent pas engendrer des effets dominos les uns sur les autres puisqu’ils surviennent sur
une tuyauterie unique.

Il n’y a pas d’effets dominos possible du site C.F.P. sur des installations extérieures. A l’intérieur du
site, les scénarii de certaines installations ont des effets dominos sur d’autres installations du site (cf.
Tableau 20).

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 50


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VIII DEPLOIEMENT DES MOYENS


VIII.1 Synthèse des moyens
Les moyens de prévention, protection et d’intervention présents sur le site sont repris dans le Tableau
22.

Moyens de prévention
Equipements et installations
 Equipements et installations électriques conformes.
 Vérification périodique annuelle et contrôle des équipements et des installations électriques.
 Vérification périodique annuelle des extincteurs et RIA.
 Maintien des installations dans un bon état de propreté.
 Equipements de protection individuels et collectifs adaptés aux conditions de travail.
 Equipements de récupération des poussières.
 Dispositifs de murs coupe-feu dans les zones à risques (atelier de traitement de surface et de laquage,
bureaux)
Mesures organisationnelles
 Plan des locaux et de circulation d’évacuation.
 Issues de secours.
 Affichage des consignes de sécurité et des consignes de prévention et d’intervention d’urgence.
 Procédures d’identification et de gestion des risques.
 Formation du personnel : incendie, SST, CACES, … .
 Formation, information et sensibilisation du personnel au poste de travail, aux différentes consignes
de sécurité, aux réactions à tenir en cas de situation dangereuse.
 Qualification du personnel et des sous-traitants (ex. travaux par points chauds exécutés par du
personnel titulaire du permis de feu).
 Dégagement des allées de circulation dans les bâtiments, afin de faciliter la circulation et l’évacuation
des personnes en cas de sinistre.
 Tests des situations d’urgence.
 Site accessible aux services de secours et voie principale d’accès dégagée.
 Interdiction de fumer dans les locaux.
 Point de rassemblement.
Moyens de protection
Moyens de détection incendie
 Présence d’un système interne d’alerte incendie.
 Présence d’un système de détection automatique des fumées avec report d’alarme au niveau de
l’atelier de laquage.
Mesures organisationnelles
 Site clos avec accès interdit à toute personne étrangère.
 Vidéosurveillance du site.
 Equipements de protection individuelle et adaptés au type de travail.

Tableau 21 : Moyens de prévention, de protection et d’intervention (1/2)

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 51


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Moyens d’intervention
Moyens de lutte contre incendie

 Besoin en eau d’extinction du site : volume d’eau disponible conforme aux besoins en eau du site
(bassin réserve incendie de 420 m3).
 Dispositifs de désenfumage et d’exutoires de fumée.
 Extincteurs et RIA répartis à l’intérieur des locaux à proximité des dégagements, signalés, accessibles,
appropriés aux risques à combattre et compatibles avec les produits manipulés ou stockés.
 Accessibilité des secours.

Moyens humains
 Equipes formées aux extincteurs et RIA.
 Moyens d’alerte des secours.
 Sauveteurs Secouristes du Travail (SST).

Tableau 22 : Moyens de prévention, de protection et d’intervention (2/2)

VIII.2 Mesures constructives


Les mesures constructives de l’installation C.F.P. ont été réalisées conformément aux exigences des
arrêtés ministériels relatifs aux activités de traitement de surface et de laquage (AM 02/05/02 et AM
30/06/06). En particulier, l’atelier de laquage et de traitement de surface sera ceinturé d’un mur
coupe-feu 2h. et les bureaux seront également séparés de l’atelier par un mur coupe-feu de 1h (cf.
Figure 19). La salle des archives sera également protégée par un mur coupe-feu 1h.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 52


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Murs
coupe-feu
1h

Mur
coupe-feu
2h

Murs
coupe-feu
1h

Figure 19 : Mesures constructives C.F.P.

VIII.3 Calcul des besoins en eaux


Les besoins en eaux nécessaires pour combattre un incendie ont été calculés à partir du guide
technique D9. Les besoins en eau nécessaire à la lutte contre l’incendie du site sont donnés dans le
Tableau 23.

Le dimensionnement des besoins en eau est basé sur l’extinction d’un feu limité à la surface maximale
non recoupée par des mûrs coupe-feu ou une distance de 10 m, et non à l’embrasement généralisé du
site.

Une surface de référence du risque doit être définie et servira de base à la détermination du débit
requis. Cette surface correspond à la plus grande surface non recoupée du site, ou alors à la surface
non recoupée du site ayant un risque de catégorie plus élevée.

La surface de référence peut représenter un cas particulier d’une zone non recoupée contenant 2 types
de risques : risque de catégorie 2 pour les stockages et risque de catégorie 1 pour l’activité. Selon le

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 53


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

guide technique D9, le calcul des besoins en eau dans ce cas doit se faire en ajoutant les besoins pour
chaque catégorie.

L’atelier d’assemblage et de finitions est concerné par les risques définis par les activités de
transformation de matières non alvéolaires du fascicule L du guide technique D9, c’est-à-dire risque
de catégorie 1 pour l’activité et risque de catégorie 2 pour le stockage. L’atelier de laquage est
concerné par l’activité laques et colorants organiques synthétique du fascicule K du guide technique
D9. Aucune catégorie de risque n’étant définie pour cette dernière activité, la catégorie la plus élevée,
risque de catégorie 3, est considérée pour les calculs.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 54


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Atelier d’assemblage
Paramètres Stockage des matières Atelier de laquage
et de finitions

Surface (m2) 750 1760 770


Hauteur de
Jusqu’à 8m - -
stockage
Stabilité au feu < 30 min < 30 min >1h
Critère de
coefficient Organisation
Présence 24h/24 Présence 24h/24 Présence 24h/24
interne
Bâtiment
Non Non Non
sprinklé
Affectation Stockage Production Production
Catégorie de risque 2 1 3
Débit requis (m3/h) 75 105 60
Débit total requis (m3/h) 180 60
Volume d’eau nécessaire pour 2
360 120
heures (m3)

Tableau 23 : Besoins en eaux nécessaires à la lutte contre l’incendie

Ainsi les besoins en eau pour l’atelier d’assemblage sont de 360 m3 et ceux de l’atelier de laquage
sont de 120 m3.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 55


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Bassin réserve eaux


incendie (420 m3)

Figure 20 : Besoins en eaux incendie prévu par C.F.P.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 56


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VIII.4 Rétention des eaux d’extinction incendie


Le dimensionnement des volumes de rétention minimum des effluents liquides pollués après
extinction d’un incendie a été calculé à partir du document technique D9A. Le détail des calculs est
donné dans le Tableau 24.

Paramètres Volume nécessaire (m3)

Besoin pour la lutte


360
extérieure (1)

Moyens de lutte intérieure


-
contre l’incendie (2)

Volume d’eau lié aux


43
intempéries (3)

Présence stock de liquides


(4)
-

Volume total de liquide à


403
mettre en rétention

Tableau 24 : Calcul du volume de rétention des eaux d’incendie

NB : (1) Volume d’eau nécessaire à la lutte extérieure contre l’incendie, résultat issu du calcul selon le
document technique D9.
(2) Volume d’eau nécessaire à la lutte intérieure contre l’incendie, pas de réseau de sprinklage.
(3) égal à 10 l/m2 de surface de drainage. La surface prise en compte correspond aux 4 300 m² de bâtiment

car la rétention est interne.


(4) 20% du volume contenu dans le local contenant le plus grand volume. Les stockages de liquides sont

contenus dans des rétentions spécifiques.

En cas de survenue d’un scénario incendie sur les bâtiments à risque, le volume nécessaire au
confinement des eaux d’extinction incendie s’élève à 403 m3.

Les eaux d’extinction incendie seront collectées dans différents caniveaux et s’écouleront dans la zone
de rétention du site de 700 m3, avant d’être traitées suite au contrôle de leurs qualités par une société
extérieure habilitée. L’aire de rétention sera située au sein du bâtiment au niveau de l’atelier
d’assemblage et de finitions ainsi que dans l’atelier de traitement de surface et de laquage, comme
indiqué sur la Figure 21. Une vanne de barrage sera mise en place en amont du rejet vers le bassin
d’infiltration, afin de contenir sur le site les eaux polluées en cas de sinistres.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 57


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Zone de rétention
des eaux incendie
(700 m3)

Figure 21 : Rétention des eaux polluées de C.F.P. en cas de sinistre

VIII.5 Moyens de lutte disponibles


Le site est doté de moyens de lutte contre l’incendie appropriés aux risques :

 Un bassin de réserve des eaux incendie de 420 m3.

 Une borne incendie de 60 m3/h sera implantée par la commune aux alentours du site le long de
la rue Lann Guinet (cf. Figure 22).

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 58


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Figure 22 : Emplacement des bornes incendie à proximité du site

Les autres moyens internes disponibles sur le site sont les suivants :

 Des extincteurs et RIA au sein du bâtiment (cf. Figure 23 ).

 Un système de détection incendie.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 59


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

Local RIA
RIA

Figure 23 : Localisation des RIA dans le bâtiment

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 60


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

VIII.6 Organisation de la sécurité


Les mesures préventives générales de lutte contre les dangers sont les suivants :

 Accès au site contrôlé au niveau de l’accueil.

 Site clôturé, sur toute la périphérie.

 Accessibilité du site aux pompiers, par les voies d’accès maintenues en constant état de propreté
et dégagées de tout objet susceptible de gêner le passage, la largeur des voies permettant une
évolution facile des engins de secours.

 Vitesse de circulation sur le site limitée.

 Consignes de sécurité affichées dans les bâtiments.

 Mise à la terre des équipements métalliques et les installations électriques conformément aux
normes applicables.

 Permis de feu délivré en cas de travaux.

 Port des équipements de protection individuelle obligatoire (chaussures de sécurité, casque de


protection, gants, lunettes de protection, vêtements de travail…).

 En cas d’intervention d’entreprise extérieure : plan de prévention obligatoire et/ou


coordinateur SPS.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 61


C.F.P.- Grand-Champ/ Demande d’autorisation d’exploiter / Etude de dangers

IX CONCLUSION
Les dangers, liés aux activités du site C.F.P. pouvant impacter l’environnement extérieur, ont été
déterminés par la présente étude de danger. L’ensemble des risques est acceptable pour les
populations et l’environnement.

L’analyse préliminaire des risques a permis d’identifier 11 scénarii de danger sur la base du retour
d’expérience, de l’accidentologie et de l’identification des substances et activités du site. Ces 11
scénarii n’ont pas été identifiés comme accidents majeurs suite aux modélisations réalisées dans le
cadre de cette étude. Les zones d’effets de chacun des scénarii ne sortent pas des limites de propriétés
du projet, limitant les dégâts encourus par un quelconque accident à la seule zone d’implantation du
projet. Le site C.F.P. n’engendrera pas d’accidents majeurs.

L’ensemble des risques liés au projet C.F.P. sont acceptables pour les populations environnantes et
l’environnement extérieur.

En outre, les moyens nécessaires de lutte et de prévention en cas de sinistre ont été identifiés et seront
mis en place dès le démarrage des activités de l’installation C.F.P.

DOC. ICPE 4634-006-010 / Rév. A / 16.06.2017 62