Vous êtes sur la page 1sur 3

L’histoire du parfum et du flaconage

Histoire du parfum

En traversant les époques, les parfums ont toujours fasciné les hommes. Elixir sacré aux
vertus mystérieuses, privilège luxueux des rois et des reines, objet de séduction : le parfum a
laissé son empreinte dans l‘Histoire. Mais quelle est donc cette histoire ?

L’Antiquité

Le parfum prend naissance dans l’Antiquité, où Egyptiens et Grecs brûlent des essences
aromatiques (baumes, plantes et résines) en l’honneur des divinités. Le mot parfum vient
d’ailleurs de là (per fumum : par la fumée). Si ses vertus restent présumées sacrées et
guérisseuses, le parfum s’initie progressivement à la beauté grâce à Cléopâtre qui l’utilise en
onguents ou en bains parfumés.

Le Moyen-Age

Le parfum se développe grâce au commerce des matières premières venues d’Orient,


notamment les épices. Les alchimistes prospèrent, on découvre l’alcool éthylique, et les riches
portent des pomanders, boules remplies d’ambre, musc ou végétaux. Plantes et essences
protègent également des épidémies qui font rage. En 1370, apparaît L’Eau de la Reine de
Hongrie, premier grand parfum alcoolique, à base de romarin.

Renaissance

Les grands navigateurs ramènent de nouveaux produits parfumés d’Amérique et d’Inde. La


chimie remplace l’alchimie, améliorant la qualité des essences. Les reines et courtisanes se
passionnent pour le parfum, qui se répand en France grâce à Catherine de Médicis. Dans une
époque d’arts et d’érudition, s’installent les premiers apothicaires et parfumeurs-gantiers et les
centres de parfumerie se déplacent d’Italie vers Montpellier puis Grasse.

Epoque Classique & Siècle des Lumières

Sous Louis XIV, on s’inonde de parfums pour masquer la pestilence corporelle. Sous Louis
XV, coquetterie et préciosité imposent fards et parfums comme une mode. En redécouvrant
l’hygiène, les goûts pour les parfums se font moins capiteux, plus subtils. Sous Louis XVI et
Marie-Antoinette, vient la reconnaissance des parfumeurs, l’essor des maisons de parfumerie
et l’apparition des premières eaux de Cologne A Versailles les parfums étaient largement
utilisés si bien que la cour fut surnommée « la Cour des Parfums » ce qui fait présumer de la
fréquentation noble de ce lieu. On raconte que Madame de Pompadour avait dépensé des
fortunes en parfums afin de séduire Louis XV.

C’est à cette époque que les premières grandes marques de parfums apparaissent. Grasse
devient une des plus grandes villes au monde productrice de parfums en développant les
techniques de distillation et d’extraction d’huile essentielle. Après la Révolution française, le
parfum fut désapprouvé pendant un certain temps, car il était trop symbolique de la
Bourgeoisie. Napoléon et Joséphine sont aussi des grands admirateurs des parfums, Napoléon
lance la mode pour l’eau de Cologne alors que Joséphine est d’autres femmes au teint pale
pour les mouchoirs parfumés qui deviennent le symbole du Romantisme.
Epoque Modèrne

Au 19è siècle, l’industrialisation massive marque les débuts de la chimie organique. Vanilline,
coumarine, aldéhydes… : les laboratoires synthétisent des molécules qui révolutionnent
l’industrie du parfum, enrichissant la palette du parfumeur de sensations inédites. Avec
l’utilisation des produits de synthèse, les premières grandes marques ‘modernes’ apparaissent.
Cet essor est aussi le fait des grandes verreries qui produisent en série des flacons en verre,
entraînant le développement de célèbres maisons comme Guerlain, Houbigant ou Piver. La
parfumerie moderne est née…

Le parfum au XX siècle

1900 – A la Belle Epoque le parfum devient un vrai symbole de luxe, les plus grands des
parfumeurs sont Coty, Piver et Guerlain. Lalique imagine, lui, des flacons qui feront son
renom. Parmi les succès de l’époque : Jicky (Guerlain), créé en 1889 ou Après L’Ondée
(Guerlain, 1906). Malheureusement, la plupart des créations de cette période ont disparu.

1920 : Après la première guerre mondiale vient le début de l’émancipation féminine… en tout
cas du point de vue de la mode. Les femmes adoptent le look garçonne de Louise Brooks et
Coco Chanel crée un parfum révolutionnaire sur une note d’aldéhydes, N°5 (1921). Guerlain
crée Shalimar, un oriental qui deviendra son plus grand succès. Jeanne Lanvin imagine
Arpège (1927), un floral aldéhyde lui aussi.

1930-1940 : Ralenti par la crise et la guerre, le parfum devient à nouveauaccessoire de


séduction après la Libération. Les stars d’Hollywood inspirent les créateurs. Un nouveau
créateur fait son apparition : le couturier Christian Dior lance son premier parfum, Miss Dior
(1947).

1950 : Dans les années 50, les européennes rêvent du modèle de vie américain et le parfum,
jusqu’alors peu accessible, se démocratise.

1960 : Les années 60 sont marquées par la révolution des mœurs : libération sexuelle,
mouvements hippies et rébellion sur fond de contestation et de guerre au Vietnam. Parmi les
succès de l’époque : Fidji (Guy Laroche), Habit Rouge (Guerlain) ou Eau Sauvage (Dior,
1966).

1970 : A l’issue des années 60, les femmes affirment désormais d’avantage leurs désirs. Côté
mode, comme côté parfums, plusieurs tendances s’imposent : romantisme, sophistication,
naturel… Yves Saint Laurent crée Opium, un oriental puissant addictif comme une drogue.

1980 : Les années 80 sont riches de sensations et d’événements. Les parfums se font plus
capiteux et les marques affichent une image de luxe ostentatoire.

1990 : Après la chute du mur de Berlin es hommes aspirent à un monde plus doux, plus pur,
moins matérialiste. Parmi les grands succès : Trésor (Lancôme), Noa (Cacharel), Angel
(Mugler) , Le Mâle (Gaultier) et l’énorme succès mixte ck one (Calvin Klein).

2000 à aujourd’hui : Les lancements de parfums se font de plus en plus nombreux. Moins
d’un tiers d’entre eux rencontrent le succès.La tendance féminine reste très fleurie-fruitée,
mais les notes boisées sont de plus en plus présentes chez les féminins. Chez les hommes, les
parfums ont une dominante fraîche, boisée ou aromatique.

Histoire du flacon

Au temps des pharaons ou encore sous l’Antiquité les flacons de parfums ont été tout à tour
faits de bois, de métal, de pierre ou encore d’argile. La forme a elle aussi variée des amphores,
aux pots ou aux bouteilles. On retrouve la trace des premiers flacons en verre à partir du XVe
siècle av. J.-C. Les Grecs et les Romains parent leurs flacons de peintures aux couleurs vives,
de coquillages, de pierres précieuses...

Au Moyen Âge, les orfèvres cisèlent de véritables trésors : les flacons comportent des
inclusions d'or et d'argent, de pierres précieuses... La porcelaine est également utilisée pour la
fabrication des contenants à parfum. L'étiquette vient progressivement habiller les flacons et
s'orne de motifs floraux dès le XVIIIe siècle. Les jus les plus luxueux sont protégés par des
flacons en cristal. Au début du XXe siècle, les parfumeurs sollicitent les cristalleries
prestigieuses comme Lalique ou Baccarat pour créer les flacons-oeuvre d'art des grands
parfums.

Le parfumeur François Coty est considéré comme le créateur du mariage parfait entre la
création originale des flacons et leur production. Il chargea l’artiste d’Art Nouveau, René
Lalique en 1910 de créer pour lui un flacon des plus original. Depuis, le flacon n’est plus
seulement le receptacle privilégié des fragrances mais un véritable bijou. Il doit de plus
refléter le caractère du parfum qu’il contient. Le verre de base est souvent accompagné
d’éléments décoratifs extravagants comme de l’or, de la porcelaine, des pierres, du
caoutchouc ou du plastique. La profession de concepteur de flacon est née au 20ème siècle.
Le fils de la famille Lalique, Marc Lalique fut l’un des plus célèbres représentant de cette
industrie avec Pierre Dinand et Joël Desgrippes.