Vous êtes sur la page 1sur 11

Droit

BTS Gestion PME-PMI

Ch. 4 : Les actes et faits juridiques

I. Les sources des droits objectifs

Les droits subjectifs sont les prérogatives dont peut se prévaloir une personne, sujet de droit. Ce sont les pouvoirs reconnus à cette personne, qui lui permettent de faire ou d’exiger quelque chose. Mais pour qu’un droit subjectif existe, il faut qu’il se produise un événement particulier, et que cet événement ait des conséquences juridiques.

1. Le fait juridique

Evènement, situation de fait, agissement involontaire ou volontaire dont découlent des effets de droit sans que ceux-ci aient été directement voulus. Donc, Les faits juridiques sont ou non voulus mais leurs conséquences ne sont jamais voulues : c’est la loi qui les prévoie.

 

Fait juridique

Exemple

Involontaire :

 

- Naturel

- De la vie des personnes physiques

Volontaire :

 

-

Imputable à l’homme

2. L’acte juridique

C’est un acte volontaire qui produit des conséquences juridiques recherchées par l’auteur de l’acte. La volonté est donc l’élément essentiel de l’acte juridique. Exemple : contrat de vente.

 

Acte juridique

Exemple

Unilatéral :

 

-

Résulte de la manifestation de volonté d’une seule personne

Plurilatéral :

 

-

Résulte du concours de plusieurs volontés

3. Pourquoi est-il nécessaire de procéder à la distinction entre acte juridique et fait juridique ?

Essentiellement, pour deux raisons :

- en ce qui concerne la preuve : les règles de preuve diffèrent selon qu’il s’agisse d’un acte juridique ou d’un fait juridique,

- en ce qui concerne la responsabilité : de la même façon, il s’agira de la responsabilité contractuelle ou de la responsabilité délictuelle ou de la responsabilité quasi délictuelle ou de la responsabilité pénale qui seront mises en œuvre selon qu’il s’agit d’un fait juridique volontaire ou involontaire

Droit

4. Applications

BTS Gestion PME-PMI

 

S’agit-il d’un acte ou de fait juridique ?

Acte

Fait

Un jour de pluie et d’affluence en ville, une personne crève l’œil d’un enfant avec un parapluie.

   

Lors d’une tempête, la branche d’au arbre tombe sur une voiture en stationnement.

   

Un conducteur ne respecte pas un signal « STOP » et renverse un piéton.

   

M.

X loue un appartement à M. Z.

   

Lors d’une intervention chirurgicale. Le chirurgien provoque la paralyse de la jambe droit du patient.

   

M.

X décède d’une crise cardiaque.

   

M.

F. a vendu son véhicule à M. Y. Après avoir pris possession du véhicule M. Y n’a pas

   

payé M. F.

2
2

1. Donnez un titre à ces dessins.

2. Pourquoi

s’agit-il,

dans

les

deux

situations

représentées,

de

faits

juridiques et non d’actes juridiques ?

3. Dans quelle situation s’agit-il d’un fait juridique involontaire ? d’un fait juridique volontaire ?

4. Recherchez

probables

conséquences juridiques de ces deux

situations.

les

Droit

II. Les procédés de preuve

Extraits de la loi

BTS Gestion PME-PMI

Article 399 : La preuve de l'obligation doit être faite par celui qui s'en prévaut.

Article 400 : Lorsque le demandeur a prouvé l'existence de l'obligation, celui qui affirme qu'elle est éteinte ou qu'elle ne lui est pas opposable doit le prouver. Article 401 : Aucune forme spéciale n'est requise pour la preuve des obligations, si ce n'est dans les cas où la loi prescrit une forme déterminée. Lorsque la loi prescrit une forme déterminée, la preuve de l'obligation ou de l'acte ne peut être faite d'aucune autre manière, sauf dans les cas spécialement exceptés par la loi. Lorsque la loi prescrit la forme écrite pour un contrat, la même forme est censée requise pour toutes les modifications de ce même contrat. Article 403 : La preuve de l'obligation ne peut être faite :

1. Lorsqu'elle tendrait à établir l'existence d'une obligation illicite ou pour laquelle la loi n'accorde aucune action ;

2. Lorsqu'elle tendrait à établir des faits non concluants.

Article 404 : Les moyens de preuve reconnus par la loi sont :

1. L'aveu de la partie ;

2. La preuve littérale ou écrite ;

3. La preuve testimoniale ;

4. La présomption ;

5. Le serment et le refus de le prêter.

Article 417 :. La preuve littérale résulte d'un acte authentique ou d'une écriture sous seing privé. Elle peut résulter également de la correspondance, des télégrammes et des livres des parties, des bordereaux des courtiers dûment signés par les parties, des factures acceptées, des notes et documents privés ou de tous autres signes ou symboles dotés d'une signification intelligible, quels que soient leur support et leurs modalités de transmission. Lorsque la loi n'a pas fixé d'autres règles et, à défaut de convention valable entre les parties, la juridiction statue sur les conflits de preuve littérale par tous moyens, quel que soit le support utilisé. Article 417-1 : L'écrit sur support électronique a la même force probante que l'écrit sur support papier. L'écrit sous forme électronique est admis en preuve au même titre que l'écrit sur support papier, sous réserve que puisse être dûment identifiée la personne dont il émane et qu'il soit établi et conservé dans des conditions de nature à en garantir l'intégrité. Article 443 : Les conventions et autres faits juridiques ayant pour but de créer, de transférer, de modifier ou d'éteindre des obligations ou des droits et excédant la somme ou la valeur de dix mille dirhams ne peuvent être prouvés par témoins. Il doit en être passé acte authentique ou sous seing privé, éventuellement établi sous forme électronique ou transmis par voie électronique. Article 449 : Les présomptions sont des indices au moyen desquels la loi ou le juge établit l'existence de certains faits inconnus. Source : Dahir (9 ramadan 1331) formant Code des obligations et des contrats (B.O. 12 septembre 1913)

Article 334 : En matière commerciale la preuve est libre. Toutefois, elle doit être rapportée par écrit quand la loi ou la convention l'exigent.

Source : La loi n° 15-95 formant le code de commerce

Droit

1. Définition

BTS Gestion PME-PMI

La preuve est une démonstration de la réalité d'un fait, d'un état, d'une circonstance ou d'une obligation.

état, d'une circonstance ou d'une obligation. Quoi? Que doit- on prouver? Objet de preuve Qui ?

Quoi?

Que doit- on prouver?

Objet de preuve
Objet de
preuve
obligation. Quoi? Que doit- on prouver? Objet de preuve Qui ? Qui doit prouver ? Charge

Qui ?

Qui doit prouver ?

on prouver? Objet de preuve Qui ? Qui doit prouver ? Charge de la preuve Comment
Charge de la preuve
Charge de
la preuve
de preuve Qui ? Qui doit prouver ? Charge de la preuve Comment ? Comment prouver

Comment ?

Comment prouver ?

prouver ? Charge de la preuve Comment ? Comment prouver ? Moyen de la preuve PREUVE
Moyen de la preuve
Moyen de
la preuve
la preuve Comment ? Comment prouver ? Moyen de la preuve PREUVE Procédé utilisé pour établir

PREUVE Procédé utilisé pour établir la réalité d’un acte ou d’un fait juridique

2. L’objet de la preuve :

Il consiste à démontrer les circonstances qui ont fait naître le droit revendiqué pour en obtenir le respect. Il en résulte deux choses :

La règle de droit objectif n’a pas besoin d’être prouvé.

La source du droit subjectif doit être prouvée.

3. La charge de la preuve :

En principe, celui qui réclame l’exécution d’une obligation (demandeur) doit la prouver. Réciproquement, celui qui se prétend libéré (défendeur) doit justifier le paiement ou le fait qui a produit l’extinction de son obligation.

4. Les moyens de preuve

En règle générale, les actes juridiques se prouvent en principe par une preuve préétablie : l’écrit. Par contre le fait juridique ne découlant d’aucune volonté se prouve par tous les moyens prévus par le code civil.

En matière civil, le procédé de preuve en principe exigé est l’acte écrit car celui-ci garantit une force suffisante reflétant la volonté réelle de la personne qui s’engage. En matière commerciale, les faits entre les commerçants et les actes de commerces peuvent se prouver par tous moyens. Il en résulte différents procédés de preuve résumés ci-dessous :

Droit

BTS Gestion PME-PMI

Les faits juridiques peuvent etre prouvés par tous moyens Mode de preuve parfaite: Modes de
Les faits juridiques
peuvent etre prouvés par tous moyens
Mode de preuve parfaite:
Modes de preuve imparfaits :
La preuve parfaite s’impose au
juge et le prive de tout pouvoir
d’appréciation.
Ex. : aveu,
Le juge dispose dans ce cas d’un
large pouvoir d’interprétation.
Ex. : présomptions, témoignages
Les actes juridiques Acte commercial Acte civile (preuve par tout moyen) d'un montant supérieur à
Les actes juridiques
Acte commercial
Acte civile
(preuve par tout moyen)
d'un montant supérieur à
10000 dh:
d'un montatnt inférieur à
10000 dh:
doivent être prouvés par un des
modes de preuve parfaits
peuvent être prouvés par tous
suivants : acte authentique,acte
sous seing privé, écrit sur
support électronique.
moyens : écrit, témoignage,
présomption, aveu, serment.

a. La preuve par écrit (preuve littérale)

La loi définit l’écrit comme une suite de lettres, de caractères, de chiffres ou de tous autres signes ou symboles

dotés d’une signification compréhensible, quels que soient leur support et leurs modalités de transmission. L’acte écrit est :

- soit authentique,

- soit sous seing privé

- soit électronique.

L’acte authentique.

C'est un acte obligatoirement rédigé par un officier public. C'est la raison pour laquelle on qualifie les actes

authentiques d'actes solennels.

L'acte sous seing privé.

Un acte sous un privé est un écrit qui est librement rédigé entre les parties.

L’écrit électronique :

Il a la même force probante que l’écrit papier à 2 conditions :

- La personne dont il émane doit pouvoir être parfaitement identifiée

- L’écrit électronique doit être établi et conservé dans des conditions de nature à en garantir l’intégrité

Droit

BTS Gestion PME-PMI

Tout acte écrit doit être signé, soit manuellement, soit par signature électronique.

b. Les autres moyens de preuve

Le témoignage ou preuve testimoniale.

C’est un acte par lequel une personne atteste l’existence d’un fait dont elle a eu personnellement connaissance. Tout le monde peut témoigner, mais le juge n’est pas lié par un témoignage, il n’est pas obligé d’en tenir compte.

L'aveu :

C’est une déclaration par laquelle une personne tient pour vrai un fait qui peut produire contre elle des conséquences juridiques. Il existe 3 types d’aveu :

- Aveu judiciaire : déclaration faite en justice. Le juge est obligé d’en tenir compte.

- Aveu extrajudiciaire : s’il est fait en dehors des instances judiciaires : lettre, enregistrement, témoin…Le

tribunal conserve son libre pouvoir d’appréciation.

- Aveu devant les services de police : reconnaissance par un délinquant du ou des faits délictueux qui lui sont imputés. Il ne lie pas le juge pénal.

Le serment

C’est une procédure d’instruction par laquelle une partie demande à l’autre d’affirmer, en prêtant serment à la

barre du tribunal, la véracité de ses affirmations. C’est un moyen de preuve peu utilisé.

La présomption :

C’est une déduction que le magistrat tire d’un ensemble de faits.

Synthèse

Droit

5. Application

BTS Gestion PME-PMI

Pour juger un certain nombre d’affaires, un juge dispose des preuves suivantes :

La preuve

Nature juridique de la preuve

Justification

Défendeur

Demandeur

dans l’affaire

dans l’affaire

 

Un chèque non payé par un

       

1

client à son fournisseur

………………

……………………

………………….

………………….

 

Les paroles d’un policier qui a

       

2

vu M. Dahmane blesser M. Nabil avec un couteau.

………………

……………………

………………….

………………….

 

Empreintes d’un voleur sur un

       

3

bracelet volé à un bijoutier.

…………………

…………………

………………….

………………….

 

Un mari qui déclare avoir tué sa

       

4

femme

…………………

……………………

………………….

………………….

III. La responsabilité

1. Définition et formes

a. Définition

Que signifie être « responsable » au sens juridique ? C’est l’obligation de répondre de ses actes. C’est supporter les conséquences des obligations qu’on a contractées personnellement ou qui sont imposées par la vie sociale.

b. Formes de la responsabilité

Droit

BTS Gestion PME-PMI

Droit BTS Gestion PME-PMI Quel est l’objectif de la responsabilité civile ? Elle est engagée lorsque

Quel est l’objectif de la responsabilité civile ? Elle est engagée lorsque les intérêts d’une personne sont atteints pour réparer le préjudice subi par la victime.

Quelles sont les différentes formes de responsabilité civile ?

Responsabilité quasi-délictuelle : dommage causé sans intention de nuire

Responsabilité délictuelle : dommage causé avec intention de nuire (ex. concurrence déloyale)

Responsabilité contractuelle : en cas de violation d’un contrat (ex. retard de livraison)

2. Conditions générales de la responsabilité civile

Les trois conditions suivantes doivent être remplies.

a. Existence d’un dommage ou préjudice

La victime doit prouver l’existence d’un dommage. Le dommage peut être

matériel (« perte subie » ou « gain manqué ») ;

moral (atteinte à l’honneur d’une personne) ;

ou corporel : comprend des éléments matériels (frais médicaux) et des éléments moraux (souffrance physique)

b. Existence d’un fait dommageable

Le fait dommageable est le fait générateur de la responsabilité civile. Il détermine selon sa nature des régimes différents de responsabilité. Il ne faut pas oublier que le prétendu responsable du dommage peut tenter de se disculper en démontrant :

- Qu’il n’a pas commis de faute ou que cette faute est pardonnée par un fait justificatif (ex. défense légitime ; DOC art 91 et 95) ;

- Ou que le dommage est imputable à une force majeure

Droit

BTS Gestion PME-PMI

c. Lien de causalité entre le dommage et le fait dommageable

La preuve en incombe également à la victime. Le dommage doit être la conséquence directe et certaine du fait dommageable. La force majeure, le fait d’un tiers ou la faute de la victime peuvent exonérer le défendeur de sa responsabilité.

3. Les différents régimes de responsabilité

a. La responsabilité du fait personnel

Le fait dommageable est une faute intentionnelle (délit) ou non intentionnelle (quasi-délit) Selon l’article 77 du code des obligations : « tout fait quelconque de l’homme qui, sans l’autorité de la loi, cause sciemment et volontairement à autrui un dommage matériel ou moral, oblige son auteur à réparer ledit dommage, lorsqu’il est établi que ce fait en est la cause directe ».

b. La responsabilité du fait d’autrui

Le fait dommageable de cette responsabilité est une présomption de faute (défaut de surveillance ou d’éducation). La loi énumère trois catégories de personnes civilement responsables :

- Le père et la mère du fait de leurs enfants mineurs qui cohabitent avec eux.

- Les éducateurs (artisans, instituteurs et fonctionnaires) répondent des dommages provoqués par leurs apprentis et élèves pendant le temps qu’ils sont sous leur surveillance.

- Les employeurs sont responsables des actes dommageables commis par leurs domestiques et préposés dans les fonctions auxquelles ils les emploient. Ici l’idée explicative est que l’employeur en engageant une personne à son service assume volontairement dont il lui faut répondre.

c. La responsabilité du fait des choses

Le fait dommageable est non fautif. En effet selon l’article 88 du DOC oblige chacun à répondre du fait des choses qu’il a sous sa garde. Le gardien de la chose est celui qui en a la maîtrise et le contrôle.

4. Les exonérations de la responsabilité

Droit

BTS Gestion PME-PMI

Les exonérations de la responsabilité

Droit BTS Gestion PME-PMI Les exonérations de la responsabilité Pr. Asma ABENNAOU - 10 -

Droit

BTS Gestion PME-PMI

IV.

Exercices

 

Nature de

Situation litigieuse

   

Evénement

l’événement

Charge de

la preuve

Moyen de preuve

Mme TALBI a légué son véhicule à sa fille adoptive Sofia dans son testament, peu de temps avant son décès.

 

les enfants naturels de Mme TALBI n’ont pas pris en considération le le don (par testament) octroyé à la jeune fille.

   

M.

DAHMAN loue

 

M. DAHMAN n’a pas reçu le loyer depuis cinq mois et ceci malgré de nombreuses lettres de relance du propriétaire.

   

une résidence à la famille ALAMI.

L’entreprise Confort a vendu du matériel électrique à un particulier M. ALMI pour un montant de

 

L’entreprise n’a pas livré le bien au domicile de M. ALAMI. Il a conservé la facture et engage une procédure en justice.

   

14000

dh.

Deux participants à une course cycliste ont été heurtés par un véhicule.

 

Des spectateurs ont assisté à la scène, l’un d’eux a relevé la plaque d’immatriculation du véhicule.

   

un voleur a cambriolé un appartement, des biens à hauteur de

 

La police tente de prélever ses empreintes et interroge les voisins.

   

30000

dh ont été

volés.