Vous êtes sur la page 1sur 61

LES OBJETS DE PANSEMENT

1
PLAN
 INTRODUCTION
 RAPPEL
 HISTORIQUE
 DEFINITION DES DM ET STATUT
DES OBJETS DE PANSEMENT
 MATERIAUX
 CLASSIFICATION
 CONCLUSION

2
INTRODUCTION
 Objet de pansement omniprésent

OBJETS DE
MEDICAMENT PANSEMENT
Adapté par sa
Répondre aux besoins de
posologie, ses effets,
la plaie pour créer une
ses indications, contre
ambiance favorable pour
indication à l’évolution
la cicatrisation
d’une maladie

LE POINT LE PLUS
Plaie IMPORTANT
normalement
Plaie Choix de pansements adaptés
humidePlaie
exsudative
sèche 3
Détersion
+
cicatrisation
Protection Pouvoir
absorbant

OBJETS DE
PANSEMENT

Immobilisation
ou Hémostatique
contention Maintien
ou
fixation

4
HISTORIQUE

AVANT LE 19éme SIECLE


• Au néolithique:
pratiquait la trépanation: morceau de bois dur
et sorte d’arc à la façon d’un vilebrequin

• En Egypte ancienne:
• recette à base de plante (saule, sapin,…) +
substances animales ( lait, serpent,….), sous
forme de cataplasme sur la blessure
• 5
1er jour: viande fraiche: effet calmant +
croyance viande prélevée sur animal
Historique: avant le 19éme siècle

fraichement abattu est encore imprégné de


vie
Recouvre la plaie par préparation
contenant:
 miel: antiseptique + modifie le milieu
développement bactérien
 graisse et cire d’abeille: adoucissant,
évitent l’adhésion du tampon sur la plaie
 liquide: huile, vin , lait, eau,…rôle d’excipient
 fibres végétal absorbant et tampons de
charpie
le tous maintenu dans bandelettes de lin bien serrées
assurant la contention 6
En grec :
s’inspirèrent des pratiques égyptiennes, adaptèrent
et l’améliorèrent
Historique: avant le 19éme siècle

sang lavé à l’eau tiède puis on pose sur la plaie des


plantes hémostatiques, calmantes

HYPPOCRATE: père fondateur de médecine


occidental:
recommandait lavage avec éponge , appliqué pièce
propre de lin imbibée de vin ou vinaigre
 conseilla utilisation de l’eau de mer pour nettoyage
de la plaie pour lutter contre œdème

on croyait à la théorie de « guérison par


suppuration »
7
A Rome :
Historique: avant le 19éme siècle

 s’inspirèrent des grecs

 CELSE grand encyclopédiste grec rappelai


l’importance d’arrêter l’hémorragie par
compression à l’eau de vinaigre

 suturèrent les plaies sans être trop rapprochées


puis recouvertes d’un mélange barbarum ( huile,
vinaigre, aluminium, oxyde de plomb) astringent
+ antiseptique

8
Au moyen âge:
Historique: avant le 19éme siècle

 7éme siècle, le formidable développement de la


médecine et chirurgie arabe qui a connu ces
propres célébrités Avicenne, Albucacis
 Les arabes utilisèrent un mélange de blanc
d’oeuf, huile de rose et de vin

 Henri Mendeville : rébellion contre théorie de


guérison par suppuration, recommande
nettoyage de la plaie par l’eau salé, ou suturer
rapidement la plaie
 Fut grand défenseur de la désinfection des
plaies et de leurs assèchements
9
Renaissance:
Historique: avant le 19éme siècle

• Développement des armes à feu qui rendent


plaies de guerre plus complexes
• Lutte contre l’empoisement par cautérisation ou huile
bouillante ou fer rouge

• Ambroise paré: nocivité de l’huile bouillante


remplace par du jaune d’œuf, huile de rose,
térébenthine. Il observa que la larve d’insecte
avait empêché la suppuration des blessures
vieille s de quelques jours
• Préparations un onguent à base de lys et larves
bouillies
10
AU 19éme SIECLE
Progrès enfin réalisé grâce au
• Développement de la chirurgie militaire en
particulier lors de la guerre napoléoniennes
Historique au 19éme siècle

•Découverte du rôle des germes dans les infections


des plaies

Utilisation de pansement à base de:


charpie: obtenu par effilage de vieille toile de lin +
coton
 etoupe: peignage de fils de lin + coton
Toile de lin + bandelettes agglutinative: pour
maintenir les berges de plaies
Imbibés de préparation visant à deterger la plaie +
stimuler la cicatrisation: vin, eau de vie, vinaigre,
11
miellé…………..;
Progrès majeur: Louis Pasteur en 1860:
Découvre que se sont les microorganisme et non
pas l’air qui sont responsables de la fermentation et
Historique au 19éme siècle

que les microorganismes peuvent être détruis de


differentes manières

 Fin de la théorie de guérison par suppuration


la suppuration des plaies due à des
microorganismes, proposa utilisation de phénol.

Pansements développent parallèlement à la


généralisation de l’asepsie

 fin de XIX siecle, utilisation de pansements


propres et stériles s’impose, le coton et gaze
remplacent les vieux pansements 12
AU 20éme SIECLE
Historique: au 20éme siècle

• Pendant prés d’un siècle la pratique des pansements


ayant comme but prévention de l’infection sans rôle
sur la cicatrisation

• Auguste lumiere: découverte révolutionnelle tulle


gras lumiere semi occlusif, non adhérent et surtout
stérile 30% la durée de cicatrisation
• Recommanda d’éviter l’emploi d’antiseptique :
inhibe la régénération et abus de poudre
bactériostatiques : engendre l’eczéma
13
Entre les deux guerre:
Charpie disparaît après 15 siècles de règne sans partage,
remplacé par ouate + coton cardé + compresse tissé
Historique: au 20éme siècle

sous forme de rouleau

En 1962 Winter publie ses travaux sur l’effet bénéfique


d’un environnement humide sur la cicatrisation mettant fin
aux idées que plaies guérissent mieux si on les
laisses à l’air et qu’une croute se forme

En 1980 hydro colloïde développé par laboratoire


coloplast et convatec, problème macération + odeur

En 1990: hydro cellulaire mieux supporté


puis apparaissent hydrogels, hydrofibrates, d’alginates, de
charbon , d’argent……………. 14
DEFINITION DES DM
« On entend par dispositif médical (DM), Tout
instrument, appareil, équipement, produit à
l’exception des produits d’origine humaine, ou
autre utilisé seul ou en association, y compris les
accessoires et logiciels intervenant dans son
fonctionnement, destiné par un fabricant à être
utilisé chez l’homme à des fins :

1- de diagnostic, prévention, contrôle, traitement


ou atténuation d’une maladie ;
2- de diagnostic, contrôle, traitement ou
atténuation ou compensation d’une blessure ou
d’un handicap ;
3- d’étude, de remplacement ou de modifications
de l’anatomie ou d’un processus physiologique ;
4- de maîtrise de la conception ; …»

Circulaire N°7 du 19 février 1997


Directives européennes 90/385/CEE et 93/42/CEE
15
(1994).
Selon la directive 93/42 (l'annexe IX) La classification
européenne des dispositifs médicaux repose sur des
règles qui tiennent compte de :
Classification Européenne

• la durée d’utilisation : temporaire ( < 60 min), court


terme ( < 30 j), long terme ( > 30 j).
• le caractère invasif ou non du dispositif.
• l’utilisation : type chirurgical ou non
• la possibilité ou pas d’une réutilisation.
• le caractère actif ou non.
• Partie vitale ou non du corps concernée par le
dispositif : SNC, circulation sanguine..

On définit 4 classes I, II a, II b, III

16
Les DM sont classés en catégories et en sous catégories
(selon l’abord).

£. Catégorie du matériel médico-chirurgical


Classification Marocaine

Abord parentéral : cathéters, perfuseurs…


Abord rachidien : trocart PL…
Abord digestif : sondes gastriques, sondes rectales…
Abord respiratoire :canules trachéotomie, sonde aspiration
Abord des voies génito-urinaires :sonde vésical, urétérale
Abord chirurgical : lames bistouris, gants stériles

17
£. Catégorie d’objets de pansement
Le pansement est toute application sur une plaie de
compresse stérile ou de substance propre, qui a pour but
Classification Marocaine

de permettre sa guérison tout en la protégeant contre les


infections et les traumatismes.

1. Les compresses.
2. Coton et bâtonnets.
3. Pièces de gaze et tampons.
4. Bandes.
5. Ouate.
6. Filets et bandages.
7. Pansements.
8. Sparadraps et films dermiques adhésifs.
18
MATERIAUX

D’origine naturelle:
 Coton hydrophile
 Gaze hydrophile de coton
 Ouate de viscose hydrophile
 Ouate de cellulose
 Nontissés

19
Le coton hydrophile

Définition
Matériaux

Constitué par des poils obtenus à partir de l’enveloppe


des graines des différentes espèces du genre Gossipium.
nettoyés, purifiés, blanchis et soigneusement cardés
Propriétés
 Blanc, inodore, pas de matière colorante
 Ne contient pas de quantité importante de poussière si
secoué
 Utilisés tel quel ou transformé en gaze hydrophile de
coton
 Stérilisation par la chaleur  faible coloration jaunâtre
20
La gaze hydrophile de coton

Définition
Constituée par un tissu blanchi et purifié de coton
Matériaux

hydrophile à armature toile


Propriétés
 Blanche et sensiblement inodore
 Faible coloration jaunâtre si stérilisation à la
chaleur
 matière première : confection de bandes et de
compresses

21
Ouate de viscose
hydrophile
Définition
 Fibres neuves blanchies et soigneusement cardées
de cellulose régénérée.
Matériaux

Propriétés
 Blanche ou très faiblement jaunâtre
 Brillante ou mate
 Sensiblement inodore
 Douce au toucher
utilisée tel quel ou comme matière première pour
confection Bandes de coton et viscose mate et
d’ouate de viscose hydrophobe
22
L’ouate de cellulose

Définition
Fibres cellulosiques isolées, non fasciculées, extraite du bois
par désincrustation thermochimique suivie d’un blanchiment.
Matériaux

Propriétés
Blanche se présente sous trois type:
 Chirurgicale: sous forme de bandes ou nappes composées
de feuilles superposées, très finement crêpées, très tenues.
S’allonge facilement à la traction et ne s’effiloche pas
 En bourre: fibres disposées de façon aléatoires. ouate
possède faible masse volumique, une forte compressibilité et
un pouvoir d’absorption élevées
 En feuille: fibres liées entres elles, confèrent une
résistance mécanique à sec. Faible allongement à la traction
23
Les nontissés ( NT)

Définition selon EDANA ( european disposable and


nowowens association)

Un nontissé est un produit manufacturé constitué d’un voile,


Matériaux

d’une nappe ou d’un matelas de fibres, reparties


directionnellement ou au hasard et dont la cohésion interne est
assurée par des méthodes mécaniques et/ou physique et/ou
chimique, à l’exclusion du tissage et du tricotage et du
feutrage traditionnel

Propriétés
Fibres de nature très variable; coton, fibranne, nylon, PE
Polyester et PP
 Intimement liées entre elles
24
Les nontissés ( NT)

Fabrication

Trois principaux voies de fabrication :


Voie sèche : +++ ou Voie humide ou Voie fondue
Matériaux

 subissent un traitement dit ennoblissement: coloration ,


hydrophobie, incorporation d’adhésif, de substances
antimicrobiennes…
Caractéristiques
 Barrière microbiologique
 Résistance à l’abrasion matériaux plus utilisés
 Non toxique pour champs opératoire
 Non irritable compresses, sparadrap,
 Stérilisable alézes,……………….
 Élimination aisée
25
D’ après G.WERNER
1. Pansements simples: céphalique, communs

 compresses de gaze
 compresse en nontissé
 pansements ophtalmiques
Classification

 tampons de soin
2. Pansements à impregnation: brulés
3. Pansements hydrocoloides: onco
4. Pansements composés: Médecine
 pansements couvrant
 pansements à forte absorption
5. Pansements spéciaux: chirurgie pastique, uro,
gastro
 Films auto-adhésifs transparents
 Sutures cutanées adhésives
 Pansements avec charbon actif
26
D’ après G.WERNER
6. Elements de fixation du pansement:
orthopédie

 Bandes de gaze et bandes extensibles


 Filets tubulaires
Classification

 Sparadraps

7. Produits de contention et de
compression: cardio-vasculaire
8. Produits d’immobilisation: orthopédie
 Bandes de protection sous plâtre
 Bandes de synthèse
 Bandes plâtrées

27
Autre classification
1. Pansements primaires:
Recouvrent immédiatement la plaie

 Simples: - coton
Classification

- compresses: de gaze, nontissés, ophtalmiques,


tampon de soin et mèche

 Composés : - pansements hydrocolloides


- pansements hydrocellulaires
- pansement hydrogel
- pansement hydrofibre
- pansement à charbon
- pansement d’alginate
- pansement spéciaux
- films
28
Autre classification
2. Pansements secondaires:
En contact avec la peau saine ou en association,
assurent la fonction de fixation, de recouvrement, de
maintien ou d’immobilisation d’un pansement primaire
Classification

 Bandes inélastiques
 Bandes élastiques
 Bandes adhésives
 bandes plâtrées
 Bande de résine
 Bande de jersey
 Filets tubulaires
 sparadraps

29
COTON
COTON HYDROPHILE
Pansement s primaires simples

COTON HYDROPHOBE
•coton cardé écru

Définition : c’est le coton brut, non blanchi, dépoussiéré


et cardé, il est imperméable.

Usage : réservé à l’usage hospitalier pour la préparation


des pansements combinés

Présentation : présenté en nappe, conditionné


principalement en rouleau de 500 à 1000 g ou en pliage
accordéon.

30
COMPRESSES
COMPRESSES DE GAZE
Pansement s primaires simples

•Définition :
- fabriqués à partir de gaze hydrophile de coton pliée.
- Utilisés pour nettoyer les plaies ou désinfecter la
peau saine, protéger les plaies à faible sécrétion.

Indication :
- Produit à usage unique
- Compresses de soins (Absorption, détersion - Couverture)
- Dispositif invasif chirurgical temporaire (Protection
des viscères et plaies opératoires - Absorption -
Tamponnement)

Présentation : stérile ou non stérile.


31
COMPRESSES EN NON TISSE
Définition :
Pansement s primaires simples

- nettoyer une plaie ou de la peau saine et pour la confection


de pansements.
- caractérisés par leur effet barrière vis-à-vis des
contaminants et leur bonne absorption.

Caractéristiques :
Ces compresses sont définies par :
Le grammage = 25 à 50 g / m²
Leur dimension pliée = 5 x 5 – 7,5 x 7,5 – 10 x 10 cm
Leur nombre d’épaisseur = 4,8 ou 12
Leur composition (voile ou nappe en coton, polyester ou
polyvinyle)

Présentation : stérile ou non stérile.

32
PANSEMENT OPHTALMIQUE
Pansement s primaires simples

Compresse ophtalmique en ouate


Enveloppée de gaze de coton pur
Douce, absorbante
Bon effet de rembourrage

TAMPON DE SOINS ET MECHE

convient parfaitement pour le méchage des


plaies profondes assure le drainage des
secrétions et favorise la cicatrisation des plaies
profondes
33
Pansement s primaires composés PANSEMENTS HYDROCOLLOIDES

De la phase de détersion à la phase d’épidermisation sur les plaies


modérément exsudatives par gélification

Composition
Ils sont composés de deux couches :
couche interne :
carboxyméthylcellulose (gel hydrophile au contact d’exsudat
assure milieu chaud et humide et PH favorable à la
cicatrisation), élastomère , pectine , gélatine et polyisobutylène
Couche externe :
polyuréthane (film, mousse) ou polyester/polyamide

Propriétés
absorption maintien de l’humidité
Adhésivité à la peau saine et non à la plaie
Echanges gazeux et pH acide
Barrière bactériologique
Imperméable à l’eau
Confortable 34
Mécanisme d’action:
Pansement primaires composés

Indications
Plaies aiguës :
Brûlures – moignons et amputations, dérmabrasions
Sites donneur de greffe, plaies post-opératoires
Plaies chroniques :
Escarres, ulcères de jambes

Contre indications
Plaies très exsudatives par insuffisance de contrôle de
l’exsudat
Brûlure du 3ème degré
Plaies infectées
Allergie à un des composants
Exp de pdts disponibles
Hydrocoll, algoplaque, askina 35
Pansements primaires composés PANSEMENTS HYDROCELLULAIRES

 De la phase de bourgeonnement à la phase d’épidermisation



Composition
Généralement ils sont composés de trois couches :
Couche interne
Couche de transfert non adhérente au contact des
exsudats, adhésive autour de la plaie
Couche absorbante en non tissé permettant le transport
des exsudats
Couche alvéolée adhésive ou non adhésive selon les
produits
Couche intermédiaire
Hydrophile avec une grande capacité d’absorption
Couche externe
En polyuréthane: imperméable aux liquides et bactéries,
perméable aux échanges gazeux
36
Mécanisme d’action:
Pansement primaires composés

Propriétés et Indications
 Haut pouvoir absorbant (jusqu’à dix fois son poids)
 Adhésivité à la peau saine mais pas à la plaie
 Imperméable aux liquides et aux bactéries
 Permet les échanges gazeux
 Maintien de l’humidité
 Absence de résidu : différence par rapport aux hydrocolloïdes
Ulcère + escarres
Contre indications
 Plaies infectées
 Allergie à un des composants
 Dakin et H2O2 qui entraînent une détérioration du support en
polyuréthane
Exp de pdts disponibles 37
Cellosorb, cutinova hydro, hydroclean,
Pansement s primaires composés PANSEMENTS HYDROGELS
Utilisé pour hydratation des plaies à tendance sèche et nécrotique

Composition
Forte concentration en eau purifiée > à 70%
Selon les produits, ils sont associés soit à :
- de la carboxyméthylcellulose de sodium
- de l’alginate Ca2+ / Na+
- de la pectine
- au propylène glycol

Propriétés
 Hydratation des plaies nécrotiques
 Absence d’adhésivité aux plaies
Maintien du milieu humide
 Imperméable aux liquides et aux bactéries
Transparence
 Nécessite pansement secondaire 38
Mécanisme d’action:
Pansement s primaires composés

Indication
 Phase de détersion : humidifier les plaies sèches ou peu
exsudatives , favorise le bourgeonnement
 escarres, ulcères de jambe, plaies diabétiques, moignons
d’amputation, plaies cancéreuses, brûlures post-irradiation

Contre indication

Ne pas associer à un pansement très absorbant


Allergie à un des composants
Plaies infectées
Plaies à forte exsudation
Exp de produits disponibles
Duoderm, hypergel*, normgel*… 39
Pansement s primaires composés PANSEMENTS ALGINATES
• Dérivés d’algues brunes, composées de fibres d’alginates de
calcium qui se transforment en gel au contact du sang et des
exsudats.
• De la phase de détersion à la phase de bourgeonnement
sur des plaies très exsudatives, hémorragiques ou non
Composition
Composé de deux monomères :
acide mannuronique : confère un caractère mou et souple
acide glucuronique: confère un caractère ferme

Le rapport AG/AM détermine deux types de pansements :


Type G à forte prédominance d’acide glucoronique. plus ferme et donc
plus facile au niveau du retrait ;
Type M à forte prédominance d’acide mannuronique. plus souple mais le
retrait pourrait se faire par dissolution dans l’eau.

 peuvent être associés à plus ou moins de la carboxyméthylcellulose


permet de diminuer l’adhésivité à la plaie quand elle n’est pas exsudative
40
Propriétés
Pansement s primaires composés

 hémostase - échange d’ions Ca2+ du pansement contre les


ions Na+ de l’exsudat

haut pouvoir d’absorption (10 à 15 fois son poids)

maintien de l’humidité

diffusion passive, capillarité

souplesse

 confortabilité

41
Indication
Utilisés pour plaies exsudatives, profondes ou tunnelisées
Pansement s primaires composés

plaies aiguës
suintantes et hémorragiques : brûlures, plaies post-
opératoires, sites donneurs de greffe, moignons d’amputation,
sinus, fistules, abcès
plaies chroniques :
escarres de décubitus, ulcères veineux ou artériels, ulcères
d’origine diabétique

Contre indication
Allergie à un des composant
Plaies non exsudatives
Plaies avec nécroses noires et sèches
 solution de dakin et alcaline
Exp de produits disponibles
Urgisrtb, Alkinasorb, Algosteril, ………
42
Pansement s primaires composés PANSEMENTS GRAS

utilisables à toutes les phases mais ils contrôlent mal l'exsudat et


nécessitent des changements fréquents.

Composition

Substances lipidiques:
paraffine, vaseline, silicone qui préservent les berges de la plaie
 Principe actifs + ou -:
antiseptique, antibiotique , corticoïde, cicatrisant
 Substance hydrocolloide:
au contact des exsudats pour former un gel cohésif assurant humidité +
un retrait sans douleur
Propriétés
 maintien milieu humide
 non adhérent
 antibiotique: plaie infectée à risque
 anti-inflammatoire si contient corticoïde
 cicatrisant + protection
43
Mécanisme d’action:
Pansement s primaires composés

Indication
 Bourgeonnement
 Epidermisation
 Brulures, plaies traumatiques et infectées
 Fixation de greffes
Contre indication
 Allergie
limites d’utilisation: peu absorbant donc sèche vite nécessite un changement
fréquent, ils emprisonnent le jeune tissu de granulation, adhérent à la peau
douleur lors du changement de pansement
Exp de produits disponibles
Jelonet, biogaz, Bétadine tull, tulle gras, corticotull, ……… 44
Pansement s primaires composés PANSEMENTS AVEC CHARBON ACTIF

Composition :

-à partir de charbon naturel ayant subi un traitement,


-surface d’adsorption très importante,
-entouré de diverses structures (non tissé de viscose,
alginate,...), parfois associé à de l'argent qui lui
confère des propriétés bactériostatiques.

Propriétés :
- absorbent les bactéries et les odeurs, confortables,
non adhérents, perméables aux échanges gazeux.
- Les pores en surfaces permettent l’adsorption.
45
Pansement s primaires composés
Indications :
- Plaies exsudatives, malodorantes, infectées : plaies
cancéreuses, plaies diabétiques...
- La détersion des nécroses humides et fibrines.
- Peut être utilisé comme pansement secondaire.
- En cas de plaie peu exsudative

Contre-indications :
- Nécrose sèche,
- Bourgeonnement, rougeur.

46
Films dermiques
Pansement adhésif transparent en minces feuilles de polymères de
Pansements primaires composés
polyuréthane
Il s'applique de manière aseptique grâce à son cadre de pose

Propriétés:
Transparent, souples et extensibles , hypoallergénique avec
support papier sous emballage stérile.
Semi-perméables
Ils favorisent le maintien de l’humidité favorable à la cicatrisation
et évite la formation de croûte.

Indications:
 Prévention des escarres,
 plaies post-opératoires, protection des stomies,
 brûlures superficielles du 1er ou 2ème degré.
 Fixation des cathéters centraux et périphériques, champs
opératoires à inciser.

Contre indication: Plaies exsudatives. 47


Pansement s primaires composés PANSEMENTS SPECAUX

1- PANSEMENTS A BASE D’ACIDE HYALURONIQUE

Propriétés :
L’acide hyaluronique: constituant physiologique de la matrice
provisoire lors de la cicatrisation cutanée .
Extrait de la crête de coq, assez coûteux.
Indications :
En complément de la détersion mécanique et jusqu’à
l’épidérmisation.

2- PANSEMENTS A BASE D’ACIDE BORIQUE

Il est utilisé seulement dans les plaies profondes avec perte de


substance majeure et permettrait d'obtenir un bourgeonnement
plus rapide.

48
PANSEMENTS SPECAUX
3- PANSEMENTS A BASE D’ACIDE STEARIQUE
Pansement s primaires composés

 Entraînent du débit sanguin cutané par activation de


l'angiogénèse.

 aident à la formation du tissu de granulation en favorisant la


prolifération fibroblastique, et à la réépidermisation en
favorisant la migration des kératinocytes.

 limitent la pullulation microbienne grâce à leur pouvoir alcalin et


la formation de caillots et de croûtes.

 pansement semi-occlusif en phase de détersion, et dans les


plaies présentant un retard de cicatrisation en phase de
granulation

49
Pansement s primaires composés PANSEMENTS SPECIAUX

4- PANSEMENTS A L’ANTIPHLOGISTINE

un pansement médicamenteux à usage de cataplasme.


utilisé comme adjuvant dans :

les douleurs d'origine musculo-tendino-ligamentaire,


 les mammites
en cas d'engorgement des seins
en cas d'arrêt de l'allaitement en pleine montée de lait
eupnéisant dans les affections respiratoires banales.

CONTRE-INDICATIONS
plaies cutanée
eczéma
dermatoses allergiques ou infectées.

50
BANDES INELASTIQUES:
Pansement s secondaires: les bandes BANDES DE GAZE HYDROPHILES

Bande «de contention pure» n’exerce son action


qu’au moment de la contraction musculaire.
très supportables au repos et en décubitus où elles
n’exercent que peu de pression.
 Efficacité en cas d’insuffisance veineuse profonde,
tolérées en cas d’artérite.
 lavables et autoclavables, non adhésives, non
élastiques.
Indication :
 fixer une compresse, couvrir ou isoler une blessure.
 phlébologie dans les indications où l’on souhaite
exercer une « pression de travail » sur la jambe, avec
une pression faible « au repos ». 51
BANDES ELASTIQUES:
Pansement s secondaires: les bandes BANDES CRÊPE

ajoute une élasticité obtenue normalement par le crêpage de


fils de coton et parfois par adjonction d’un fil d’élastomère.

Indication :
-Fixation de pansements médicaux
-Maintien des articulations et des masses musculaires,
tendineuses et ligamentaires fragilisées.

Caractéristiques :
Confortabilité, très aérée et légère.
Généralement avec filets de couleur le long des bords,
gardant son élasticité après lavage ou étirage,
non adhésive,
lavable et autoclavable. 52
BANDES ADHÉSIVES
Pansement s secondaires: les bandes

dotées d’une face adhésive,


enroulées avec un film protecteur plastique ou papier sur la
face adhésive

Utilisation :

soutenir les articulations en cas d’entorse ou de luxation.


 compression/ contention dans les pathologies veineuses
superficielles ou profondes ;
ulcères de jambe
Pansement post-chirurgicaux dans la chirurgie des varices

53
BANDES PLÂTRÉS
Pansement s secondaires: les bandes

 Article de contention
 Immobilisation ou soutien d’une partie du corps
 Utilisé en traumatologie, orthopédie, rhumatologie

Composition:
 Support textile: gaze contenant du sulfate de calcium
 Plâtre fixé sur le support textile par des procédés spéciaux
et des agglutinants tels que carboxy et methylcellulose

Conditionnement
 individuel
 sachet thermosoudé
 conservation: endroit sec
54
Pansement s secondaires: les bandes BANDES DE RÉSINE

Définition :
Plâtre synthétique de fibre de verre tricotée et
imprégnée de résine de polyuréthane modifiée.
Temps de durcissement de 3 à 5 minutes et supporte
la charge après 30 minutes.
Application encore plus facile et plus lisse.

Les résines rigides type SCOTCH CAST (3M) utilisées


après mise en place d’un jersey hydrofuge, d’une bande
mousse hydrofuge.

55
Pansement s secondaires: les bandes JERSEY

-Bande tubulaire protectrice posée sous une bande


plâtrée.
-En maille de polyester hypoallergénique, il est
hydrofuge et perméable pour éviter les
phénomènes de macération.
-Son extensibilité garantit un modelage parfait des
reliefs anatomiques.

56
Pansement s secondaires: filets tubulaires LES FILETS
TUBULAIRES:

Définition :
Trame en mailles larges à haute élasticité
gaine tricotée de différents diamètres qui permet de
maintenir en place les pansements sur n’importe qu’elle partie
du corps.
 Permet à la peau de respirer plus facilement

Présentation :
les dimensions varient selon leurs destinations : doigts, mains,
bras, pieds, jambes, têtes, tronc, cuisses…

57
Pansement s secondaires: sparadraps SPARADRAPS

Définition :
- destinés à être utilisés pour fixer le matériel de pansement
ou le matériel médical sur la peau.

Constitution :

Support textile :
Naturel : fibranne, rayonne, taffetas d’acétate
Synthétique : polyéthylène, polyuréthanne, PVC
Ou mélange des deux

Masse adhésive :
Acrylique: copolymères acryliques + résines semi-synthétique.
Traditionnelle: caoutchouc, résines naturelles/synthétiques
58
Pansement s secondaires: sparadraps
Très variée: les supports sont multiples et la combinaison des
deux fournit de très nombreux types de sparadraps.

Peuvent être :

 Colorés ou non
 Transparents ou non
 Perforés ou non
 Stérile ou non
 Élastiques, extensibles ou non
 Imperméables; eau, vapeur d’eau et l’air
 Déchirables à la main ou non
 Crantés ou non
 Tolérance cutanée normale ou haute

59
CONCLUSION
Quelle type de plaie?
Quelle phase de cicatrisation.?
Indications et contre indications?

Classification 1.Les compresses.


marocaine: 2.Coton et bâtonnets.
Catégorie des objets 3.Pièces de gaze et tampons.
de pansement 4.Bandes.
5.Ouate.
6.Filets et bandages.
7.Pansements.
8.Sparadraps et films dermiques adhésifs.
60
61

Vous aimerez peut-être aussi