Vous êtes sur la page 1sur 7

D-4.

Je m’informe
Les mots pour …Parler de la presse écrite.
Je (ne) fais (pas) confiance à la presse.
Les journalistes? Je n’ai pas confiance en eux.
Je me méfie de certains journaux.

Je lis la presse tous les jours, régulièrement, occasionnellement, rarement.


Je suis abonné(e) à un quotidien et à un magazine.
J’achète mon journal en kiosque.

Je lis le journal de A à Z.
Je parcours / le journal.
Je feuillette / le journal.
Je jette un coup d’œil sur la une, les titres, les photos, le sommaire…
Je suis sélectif(ve), je ne lis que les rubriques qui m’intéressent(sport, économie, politique,
culture…)
Je suis éclectique, je m’intéresse à tout.

J’évite / la presse people, la presse à scandale.


Je dévore / la presse people, la presse à scandale.

Stratégies pour… donner des informations par courrier.


Amorcer la lettre :
 Ça fait longtemps que je n’ai pas donné de nouvelles.
 Tu m’avais demandé de tout te raconter.
 Je t’avais promis de t’écrire.
 Je trouve enfin le temps de t’écrire.
Donner des informations :
 Il s’est passé un événement incroyable.
 Il y a eu de grands changements.
 On nous annonce une période mouvementée.
Donner son point de vue sur un événement :
 C’est un enjeu important pour le pays.
 Cet événement ne nous empêche pas de continuer…
 Les journalistes en font des tonnes, ils éxagèrent, ils racontent n’importe quoi.
 Ne va pas imaginer, croire que tout va mal.
Relancer l’échange d’informatios :
 Et toi ? Raconte-moi tout…
 Je compte sur toi pour me tenir au courant.
 Donne-moi des nouvelles.

Point langue : La phrase nominale.


La / une phrase verbale est toujours organisée autour d'un verbe, ou de plusieurs verbes.
La / une phrase nominale est une phrase construite sans verbe, autour d'un nom. On trouve
des phrases nominales dans certaines questions ou exclamations, des slogans, dans les
indications de décors, dans des prescriptions, et surtout dans les titre de presse.

L'emploi de la phrase nominale permet de mettre en valeur certains effets stylistiques : elle
donne une impression de raccourci, d'accélération, qui permet de renforcer une idée ou une
émotion. On la rencontre également dans des portraits ou des descriptions.
On utilise ce procédé dans la presse parce que sans verbe, une phrase est réduite à son
minimum, et ne garde que les mots essentiels. L’accent est mis sur l’essentiel du message c’est
à dire un mot.

Dans les titres de presse, le but est donc d’éliminer le verbe pour concentrer la lecture sur le
terme le plus fort de l’information pour qu’il ait un effect choc.

Il est utile de faire associer le verbe au substantif correspondant et de faire construire des
phrases nominales à partir de phrases verbales et viceversa, histoire d'enseigner à mieux
maîtriser l'expression orale ou écrite.

La nominalisation peut se faire à partir d'adjectifs ou de verbes. Elle entraîne en général une
transformation de la phrase et demande de la précision dans le choix des mots.

Pour les verbes, les suffixes les plus employés sont :


- age : laver => lavage / - ment : détourner => détournement/ - tion : détruire => destruction
- ation : dériver => dérivation/ - ure : ouvrir => ouverture

Pour les adjectifs, les suffixes les plus employés sont :


- té ou ité : bon => bonté / précaire => précarité
- eur : pâle => pâleur / - ise : franc => franchise
- ance ou ence : abondant => abondance ; violent => violence
- esse : large => largesse

*La Joconde a été vendue à un milliardaire inconnu.


Vente de la Joconde à un milliardaire inconnu
*Les étudiants ont protesté violemment.
Protestations violentes des étudiants
* Le nouveau gouvernement sera mis en place dans une semaine.
Mise en place du nouveau gouvernement dans une semaine
* Le parti communiste a pris position publiquement.
Prise de position publique du parti communiste

Le genre des noms.


Les terminaisons des noms indiquent leur genre :
Masculin Féminin
-acle : miracle -tion /-sion/-ation/-aison/-ison /situation /décision
-phone : téléphone -té : société
-scope : magnétoscope -ure : culture
-eau : bureau -ette : bicyclette
-teur : aspirateur -ence /ance : différence /connaissance
-age : fromage -ude/-ade/-ode
-ème/-asme/-ège/-é /-isme/. -aille/-ie/-esse/-eur/-ace/-ée/-anse/-anse/- ere/-
-eil/-ail/-ier/-oir oire/-té
Expressions et vocabulaire
L’une Le fait du jour
Les faits divers Société
Météo Les programmes télé
Les sports L’économie
La politique Les spectacles
Le quotidien Hebdomadaires
Les rubriques La presse en ligne
Les sommaires Les magazines
International Environnement
Les médias Les titres de presse

Point Langue : La forme passive

Utilisation :
 On utilise le passif quand on met l’accent sur l’objet du verbe au lieu du sujet :
John Baird a inventé la télévision.
La télévision a été inventée par John Baird.
 On peut mettre l’accent sur l’événement, sans mentionner le sujet de l’action :
Le président Kennedy a été assassiné.
 On utilise surtout le passif pour les inventions, les lois et les événements subis :
Un vaccin a été découvert.
Une loi a été votée.
Un homme a été agressé.
 Pour les personnes, on utilise la forme active avec « on » de préférence à la forme
passive :
On m’a envoyé en mission. (= J’ai été envoyé en mission. )

Formation : « être » conjugué + participe passé(+ « par » + sujet logique) :

Les enfants sont vaccinés à l’école/


Les enfants ont été vaccinés à l’école/ (par un médecin scolaire).
Les enfants seront vaccinés à l’école/

 Le participe passé s’accorde toujours avec le sujet :


Les salles ont été repeintes. Les moquettes ont été changées.
 « Par » n’est jamais suivi par un pronom :
Dites : J’ai fait ce dessin Ne dites pas : Ce dessin a été fait par moi.
 « De »remplace « par » avec les verbes « aimer », « connaître », « respecter » :
Cette personne est aimée de tous, connue de tous et respectée de tous.

Exprimer la cause et la conséquence.


Cause Conséquence
Parce que :cause banale(pas en tête de phrase) Alors : à l’oral
Puisque : cause évidente et connue Donc : à l’écrit
Comme : cause mise en valeur(en tête) C’est pour ça que : à l’oral
Car : Plutôt à l’écrit(formel)Explication C’est pourquoi : à l’écrit
En effet : Oral/Écrit. Explication
Étant donné que : Plutôt à l’écrit(en tête) Cause connue de tous.

La cause
« Parce que », « comme » et « puisque »
 Parce que introduit une cause :
Je ne suis pas venu parce que j’avais une réunion.
Je suis venu en métro parce que ma voiture est en panne.
 En langage plus formel ou à l’écrit, on utilise souvent « car » :
Je ne suis pas venu car j’avais une réunion.
 « Comme » exprime la cause avant la conséquence, en début de phrase :
Comme j’avais une réunion, je ne suis pas venu.
Comme ma voiture est en panne, je suis venu en métro.
 « Puisque » exprime une cause connue des interlocuteurs :
Puisque votre voiture est en panne, je vous raccompagne.
 « Puisque » exprime une cause évidente, qui détermine la conséquence :
Nous sommes mortels puisque nous sommes des hommes.
Je m’en vais puisque personne ne m’écoute.

« Étant donné », « du fait de », « compte tenu de » et « vu »


La cause est incontestable.
 Étant donné la pression des écologistes, les constructeurs automobiles
fabriquent des moteurs moins polluants.
 Du fait de son infirmité, il bénéficie d’une carte de priorité.
 Compte tenu de la tension internationale, le Président a annulé tous ses
déplacements.
 Vu les embouteillages, nous ferions mieux de prendre le métro pour arriver à
l’heure.

« À cause de » et « Grâce à » + nom


 « À cause de »exprime une cause neutre ou négatif :
À cause de la réunion, je n’ai pas pu venir.
Nous sommes restés chez nous, à cause du mauvais temps.
 « Grâce à » exprime une cause positive :
Grâce à vos conseils, j’ai trouvé un appartement.
J’ai réussi grâce à votre aide.

La conséquence
 « Donc » ou « c’est pourquoi » expriment une conséquence :
Je n’ai pas le permis, donc je ne peux pas conduire.
Il a commis une faute, c’est pourquoi on l’a renvoyé.
 « C’est la raison pour laquelle » s’utilise à l’écrit ou en langage plus formel :
Je cherche un emploi. C’est la raison pour laquelle je m’adresse à vous.
 « Alors » ou « c’est pour ça que » s’utilisent en langage courant :
Je dois conduire/ alors ou c’est pour ça que/ je ne bois pas d’alcool.
 « Si bien que », « de sorte que », « à tel point que » expriment une conséquence
prévisible :
Paul a travaillé comme un fou, si bien qu’il a réussi avec mention.
L’examen était difficile, de sorte que beaucoup ont abandonné.
Il faisait très chaud à tel point qu’ils ont ouvert les fenêtres.
Point Langue : Évoquer un événement non confirmé.

Vocabulaire de la presse.

Les genres Les catégories

 Un journal  International / Monde


 Un quotidien (national, régional)  Étranger
 Un hebdomadaire (spécialisé,  Politique
d’informations générales)  Actualité(s)
 Un mensuel  Société
 Un bimensuel  Économie
 Un magazine  Sciences
 Un journal satirique  Courrier des lecteurs
 Un canard*  Faits divers
 En bref
 Agenda
 Carnet
Les moyens
 Nécrologie
 Culture
 Un numéro  Arts
 Un exemplaire  Littérature
 Une édition spéciale  Musique
 Une parution  Loisirs
 La diffusion  Cinéma / Théâtre
 Le tirage  Radio / Télévision
 La circulation  Sports
 Offres d’emploi
 Petites annonces
Les contenants  Immobilier
 Météo
 La couverture  Mots croisés
 La Une  Bulletin d’abonnement
 La manchette
 La tribune
 Le ventre
 Le sommaire Les acteurs
 Un titre
 Un intertitre
 Un rédacteur en chef
 Une rubrique
 Un secrétaire de rédaction
 Un article
 Un journaliste
 Le chapeau d’un article
 Un correspondant
 Une colonne
 Le sommaire  Un envoyé spécial
 Un éditorial  Un reporter
 Une enquête  Un pigiste
 Un reportage  Les lecteurs
 Un dossier  L'audience
 Une analyse  Un abonné
 Un commentaire
 Une chronique
 Un billet
 Une dépêche
 La légende d’une photo
 Un dessin
 Un portrait
 Une caricature