Vous êtes sur la page 1sur 13

MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

CHAP. 5

FLAMBEMENT DES POUTRES

SOMMAIRE

1. INTRODUCTION

2. PROBLEME DE STABILITE

3. NATURE DU PROBLEME

4. FLAMBEMENT DES POUTRES ISOSTATIQUES

5. FLAMBEMENT DES POUTRES HYPER STATIQUES

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 1


MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

1. INTRODUCTION

Les critères de dimensionnement :

 Résistance

Contrainte dans la structure < Contrainte admissible

 Rigidité

Déplacement < Déplacement admissible

 Stabilité

Charge < Charge critique

Phénomènes d’instabilité

Poutres ou barres comprimées Poutres fléchies Plaques comprimées

Flambement Déversement Voilement

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 2


MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

2. Problème de stabilité
Trouver des paramètres « critiques « de telle sorte que une deuxième position d’équilibre
soit possible ou non
 Équilibre adjacent (Divergence)
 Bifurcation de l’équilibre

Exemple :
Règle plate de section (b x t) : La position verticale est une position d’équilibre

F
2ème position

d’équilibre

L=100t
F
L=10t

Pour cette charge F, une 2ème position d’équilibre n’existe pas dans le premier cas. Dans
le 2ème cas, cette charge F est définie comme charge critique.

 Matériaux E, caractéristiques de la section A, I … insuffisantes pour prédire le


comportement en compression.
 Le rapport L/t est un paramètre déterminant dans ce phénomène.
 Si F est un effort de traction, ce phénomène n’aura pas lieu. (Convergence)

P P
w1
w2
w3

Divergence de l’équilibre : w3>w2>w1

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 3


MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

3. NATURE DU PROBLEME

Système :
 Barre rigide
P
 Ressort de torsion de raideur K
 Déformation dans le plan (P, F) F

P
F L
θ
L

K

F
P

Équilibre de la position déformée

PL sin θ  FL cos θ - Kθ  0
L’équation du comportement du système.

θ cos θ
P /( K / L)   F /( K / L)
sin θ sin θ

 Quand θ → 0 , P/(K/L) → -∞
 Quand θ → π , P/(K/L) → +∞
 Quand θ =π/2, P/(K/L) =π/2

Une analyse de cette


courbe montre que :
dP/dθ est minimale pour
P/(K/L)=1

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 4


MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

La solution non linéaire obtenue est une solution exacte ; aucune hypothèse n’est faite
sur les déplacements. Si on limite les déplacements
sin   tan   
On obtient
F /( K / L)
P /( K / L)  1 
θ

Cette solution est une solution approchée ; la solution de l’équilibre adjacent.


Tableau de comparaison : F/(K/L)=0.05

θ θo P/(K/L)ex P/(K/L)ap Erreur %

0.06 3.43774677 0.16826716 0.16666667 0.95116135

0.15 8.59436693 0.67293029 0.66666667 0.93079852

0.3 17.1887339 0.8535226 0.83333333 2.3654052

0.6 34.3774677 0.98953452 0.91666667 7.36385164

0.9 51.5662016 1.10926803 0.94444444 14.8587704

1.2 68.7549354 1.26806067 0.95833333 24.4252777

1.5 85.9436693 1.50022121 0.96666667 35.5650582

1.8 103.132403 1.86000361 0.97222222 47.7300894

2.1 120.321137 2.46202415 0.97619048 60.3500852

3 171.887339 21.6092648 0.98333333 95.4494827

La solution approchée devient non acceptable pour des grandes valeurs de θ. Mais les
avantages de cette solution sont nombreux :
 Facilité, indication de la charge critique (i.e. P/(K/L)=1 est une asymptote)
 Pour F/(K/L)=0, cette solution montre une bifurcation de l’équilibre(i.e. P/(K/L)=1).
La valeur de l’asymptote ou le point de bifurcation sera désormais relié à ce qu’on va
définir comme charge critique.

Pcr  K/L

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 5


MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

P
Bifurcation
K/L

Divergence : F/(K/L)≠0

Point de
θ
Bifurcation

Comportement du système P-θ

4. FLAMBEMENT DES POUTRES ISOSTATIQUES

Appliquons cette théorie de l’équilibre adjacent ou de bifurcation sur une barre flexible

☺Excentricité de la charge

Système :
P P
 Barre EI, L e
 Articulée- Articulée EI
 Compression excentrée L

Équilibre adjacent :
x

P e
w(x)

M(x)

M(x) - P(w(x)  e)  0 (1)


Supposons que les déformations sont petites (i.e. M = - E I w’’ )

m0

w' ' ( x)  k .w( x)  ( P.e) / EI
2
avec k 2  P/EI (2)

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 6


MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

Solution de cette équation différentielle d’ordre 2


homogene
   particulie
 re
w( x)  C1 cos kx  C2 sin kx   e 
 1  cos kl 
C.L: w( 0 )  0 et w(l)  0  C1  e et C 2   .e
 sin kl 
Finalement

 1  cos kl 
w( x)  e.cos kx  . sin kx  1 (3)
 sin kl 
En L/2

 1 
  w(l / 2)  e.  1
 coskl / 2 
En posant :

P
  kl  l. (4)
EI
On obtient :

1  cos / 2
  w(l / 2)  e.  (5)
 cos / 2 
L’étude de cette fonction ∆=f(ε) montre une asymptote en ε = π. Donc εcr= π

Pcr  2 .EI
 cr  kcr .l  .l    Pcr  2 (6)
EI l
 Pcr est indépendante de e
 ∆ est proportionnelle à e
 ∆ est une fonction non linéaire de P

Calcul de ∆0 : 1

m0=Pe L/4

PeL2 P  8L   0  8 1  cos / 2
0    .   2. (7)
8EI Pcr  e 2  L 0  cos / 2

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 7


MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

Le moment au milieu de la barre :


m0

M  M (l / 2)  Pe  P.
(8)
  1  cos  / 2   
m0 m0
 1 
 Pe.1     Pe. 
  cos  / 2   cos  / 2

Les coefficients d’amplification de la flèche (∆/∆0) et du moment (M/m0) sont montres


ci-dessous :
P/Pcr Ampli fleche Ampli moment 1/(1- P/Pcr)
0.1 1.114270941 1.137467667 1.111111111
0.2 1.257200398 1.310201764 1.25
0.3 1.441074335 1.53335626 1.428571429
0.4 1.686369568 1.832190026 1.666666667
0.5 2.029944629 2.252171903 2
0.6 2.545516927 2.88424338 2.5
0.7 3.405094244 3.940606649 3.333333333
0.8 5.124700709 6.057876867 5
0.9 10.28445864 12.41914805 10
1 1.32322E+16 1.63246E+16 9.0072E+15

☺Poutre légèrement courbe (imperfection géométrique)

Système : w0(x)
 Barre EI, L (avec imperfection w0) P EI P
 Articulée- Articulée
 Compression centrée L

Équilibre adjacent :

x
P
w(x)

M(x)

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 8


MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

M(x) - Pw(x)  0 (9)


Supposons que les déformations sont petites (i.e. M = - E I (w-w0)’’ )

m0
 
w' ' ( x)  k .w( x)  w ( x)  ( P.w0 ) / EI
2 ''
0 avec k 2  P/EI (10)
Solution de cette équation différentielle d’ordre 2

w0 ( x)   0 sin x / L 
(11)
C.L: w( 0 )  0 et w(l)  0  w( x)   sin x / L 
Introduire (11) dans (10)

  2   2    
2
 
sin(x / L). k      0     0 (12)
  L    L  
 

 
2

 
    2 EI 
2

   2  . 0  kcr2     Pcr   2
L 1
    . 0 (13)
  L  L  1  P / Pcr 
  k
2

L
 Pcr est indépendante de ∆0
 ∆ est proportionnelle à ∆0
 ∆ est une fonction non linéaire de P

Le moment au milieu de la barre :


M  M (l / 2)  P.
(14)
 P. 0 .
1
1  P / Pcr 

Les coefficients d’amplification de la flèche (∆/∆0) et du moment (M/m0) sont les


mêmes et égaux a (1/(1-P/Pcr)) :

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 9


MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

☺Poutre chargée (poutre-colonne)

Système : q
 Barre Flexible EI, L P
 Articulée- Articulée
 Déformation dans le plan de q L

Équilibre adjacent :
x
q
P
w(x)
qL/2
M(x
)

M ( x)  P.w( x)  m0 ( x)  m0 ( x)  ql / 2.x  qx 2 / 2 (15)


Supposons que les déformations sont petites (i.e. M = - E I w’’ )

w' ' ( x)  k 2 .w( x)  m0 ( x) / EI avec k 2  P/EI (16)


Solution de cette équation différentielle d’ordre 2

homogene
   particulie
re
w( x)  C1 cos kx  C2 sin kx  wp ( x)
(17)
1 1  m ' ' ( x) 
wp ( x)  2 .   m0 ( x)  0 2 
k EI  k 
Les C.limites
 1  cos kl 
 
C.L: w( 0 )  0 et w(l)  0  C1  q/ EIk 4 et C 2   .C1 (18)
 sin kl 
D’où

 1  cos kl 
 
w( x)  q/ EIk 4 .cos kx  . sin kx 
k2x
.( x  l )  1 (19)
 sin kl 2 

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 10


MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

En L/2

 4 
  w(l / 2)  ql 4 / EI kl .
1
 
kl2  1
 (20)
 coskl / 2 8 

en posant   kl

 
  w(l / 2)  ql 4 / EI 4 . 
1

 2  1 (21)

 cos  / 2 8 

L’étude de cette fonction ∆=f(ε) montre une asymptote en ε = π. Donc εcr= π

Pcr  2 .EI
 cr  kcr .l  .l    Pcr  2 (22)
EI l
 Pcr est indépendante de q
 ∆ est proportionnelle à q
 ∆ est une fonction non linéaire de P

 384  2 
 0  5ql 4 / 384 EI  
1
 4 .   1 (23)
 0 5  cos / 2 8 

Le moment au milieu de la barre :


m0
  

M  M (l / 2) 
ql 2  
 P.ql 4 / EI 4 . 1
 
 2  1 

8   cos  / 2 8  
(24)
m0

ql 2  8  1  cos  / 2 
 . . 
8   2  cos  / 2 
Encore, les coefficients d’amplification de la flèche (∆/∆0) et du moment (M/m0) sont
les très voisins à (1/(1-P/Pcr)) :

Le moment est proportionnel à q donc on peut utiliser la superposition.

Si q = q1 + q2

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 11


MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

M
q1  q2 l 2 .
8  1  cos  / 2 
 2 . 
8     cos  / 2  
q l 2  8  1  cos  / 2  q2l 2  8  1  cos  / 2 
 1 . 2 .   . . 
8     cos  / 2  8   2  cos  / 2 

q2
q1
P

q1
P

q2

 2 .EI
Dans les 3 cas la charge critique déterminée Pcr  est indépendante de :
l2
 Excentricité
 Imperfection
 Charge q

Bifurcation :

Si on suppose que q=0, e=0 et w0=0 (colonne ou poutre parfaite):


La solution de l’équation différentielle
homogene
  
w( x)  C1 cos kx  C2 sin kx (25)

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 12


MECANIQUE DES STRUCTURES GCV2

Les conditions aux limites

C.L: w( 0 )  0 et w(l)  0  C1  0 et C 2.sin kl  0 (26)


Ce qui montre

C2  0  sin kl  0  kl   , 2 , 3 ...
n 2 π 2 EI (27)
Pcr n  (n  1, 2, 3....)
l2

P
Bifurcation2

Pcr2

Bifurcation1

Pcr1

0 w

Pcr1, Pcr2 … Sont les valeurs propres de cette équation différentielle qu’on
appelle les charges critiques. Les formes de w(x) (i.e. C2 est
indéterminable) pour ces charges critiques sont appelées modes de
flambement :

π 2 EI  1πx 
P   2  PE  w1(x)  q1.sin  
 l 
cr 1
l
2 2 π 2 EI  2πx 
P    w2(x)  q2 .sin  
 l 
cr 2
l2
...

Dr. MAALLA Khaled, ENIG 13