Vous êtes sur la page 1sur 5

On considère un triangle ABC supposé non rectangle.

Soit I, J, K les pieds des hauteurs du triangle ABC, issues


respectivement de A, B, C.
Soit M et N les projetés orthogonaux respectifs de 1 sur (AC) et (AB).
On note : 𝐼1 = 𝑆𝐴𝐵 (I) et, 𝐼2 = 𝑆𝐴𝐶 (I)
1 ) Démontrer que :
a) (MN)// (𝐼1 , 𝐼2 )
b) Les points 𝐼1 K, J, 𝐼2 sont alignés.
c) La droite (MN) contient les milieux respectifs 𝐽′ et 𝐾′ de (IK) et
(1J)
Démontrons que : (MN) // (𝐼1 𝐼2 )
𝐼1 = 𝑆𝐴𝐵 (I). Le projeté orthogonal N de I sur (AB) est donc milieu de
(𝐼𝐼1 )
𝐼2 = 𝑆𝐴𝐶 (I). Le projeté orthogonal M de I sur (AC) est donc milieu de
(𝐼𝐼2 )
Considérons le triangle 𝐼1 𝐼𝐼2 : ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝑁 = ⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑀𝐼 + ⃗⃗⃗⃗
𝐼𝑁
1 1
N = m(𝐼𝐼1 ) et M = m(𝐼𝐼2 ) donc : ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝑁 = ( ⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗1 ): ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐼2 𝐼 + 𝐼𝐼 𝑀𝑁 = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐼 𝐼 et
2 2 2 1
par conséquent : (MN) // (𝐼1 𝐼2 )
1) b) Démontrons que les points 𝐼1 K, J, 𝐼2 sont alignés.
On sait que les droites (KI) et (KJ) sont symétriques par rapport à
(KC) .
On a donc (KJ) = 𝑆𝐾𝐶 (KI).
Par ailleurs,
𝑆𝐾𝐵 : K → K
𝐼1 → 𝐼
et par conséquent : (KI) = 𝑆𝐾𝐵 (K𝐼1 ).
On en déduit : (KJ) = 𝑆𝐾𝐶 ∘ 𝑆𝐾𝐵 (K𝐼1 )
Les droites (KC) et (KB) sont perpendiculaires donc :
𝑆𝐾𝐶 ∘ 𝑆𝐾𝐵 = 𝑆𝐾
où 𝑆𝐾 désigne la symétrie centrale de centre K .
(1) s'écrit : (KJ) = 𝑆𝐾 (K𝐼1 )
Or la symétrie centrale 𝑆𝐾 laisse globalement invariante toute droite
contenant K .
Par conséquent : (KJ) = (K𝐼1 )
Cette égalité de droites traduit l'alignement des points𝐼1 , K , J .
De même, on démontre que les points K, J , 𝐼2 sont alignés .
Les quatre points 𝐼1 , K, J , 𝐼2 sont donc alignés .
c) Démontrons que : J' ∈ (MN) et K' ∈ (MN)
On sait que (MN) Il (𝐼1 𝐼2 )) et que 𝐼1 , K , 𝐼2 sont alignés ,
donc (MN)// (𝐼1 K).
Considérons le triangle 𝐼1 KI :
La droite (MN) parallèle à (𝐼1 K) et contenant le milieu N de (I 𝐼1 )
contient donc aussi le milieu J' de (IK).
J' ∈ (MN)
On démontre de même, en considérant le triangle 𝐼2 JI : K' ∈ (MN)

Soit M et N les projetés orthogonaux respectifs de 1 sur (AC) et (AB) .


Soit P et a les projetés orthogonaux respectifs de J sur (AB) et (BC) .
Soit R et S les projetés orthogonaux respectifs de K sur (BC) et (CA) .
2°) Démontrer : (PS) Il (BC) ; (NR) Il (CA) ; (QM) Il (AB) .
3°) Justifier que les six points M, N, P, Q. R, S sont cocycliques .

𝑀, 𝑁, 𝑃, 𝑆 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑐𝑜𝑐𝑦𝑐𝑙𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠
On établira que : {𝑅, 𝑁, 𝑃, 𝑄 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑐𝑜𝑐𝑦𝑐𝑙𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠
𝑅, 𝑁, 𝑃, 𝑆 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑐𝑜𝑐𝑦𝑐𝑙𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠

Démontrons gue les droites (PS) et (BC) sont parallèles


Les points B, K, J, C sont cocycliques (sur un cercle de
diamètre [ BC ] )
donc (𝐾𝐵, 𝐾𝐽) = (𝐶𝐵, 𝐶𝐴)[𝜋].
Ecrivons (𝐴𝐵, 𝐾𝐽) = (𝐶𝐵, 𝐶𝐽)[𝜋] (1).
• Les points P, K, J, S sont cocycliques (sur un cercle de
diamètre [ KJ]) ,
donc (𝐾𝑃, 𝐾𝐽) = (𝑆𝑃, 𝑆𝐽)[𝜋]. Ecrivons : (𝐴𝐵, 𝐾𝐽) = (𝑆𝑃, 𝐶𝐴)[𝜋]
(2)
Des relations (1) et (2) , on déduit : (𝐶𝐵, 𝐶𝐴) = (𝑆𝑃, 𝐶𝐴)[𝜋]
Il en résune : (CB) ∕∕ (SP) . De même, on démontre :
(NR) //(AC) et (QM)// (BA)
Démontrons gue les points M, N, P, S sont cocycliques .
• PSKJ est un quadrilatère inscriptible (dans un cercle de
diamètre [ KJ] ) ,
donc:
(𝐾𝑃, 𝐾𝐽) = (𝑆𝑃, 𝑆𝐽)[𝜋] (3).
• Par ailleurs, puisque (KJ) Il (NM) , on a :
(𝐾𝑃, 𝐾𝐽) = (𝑁𝑃, 𝑁𝑀)[𝜋] (4).

Des relations (3) et (4) , on déduit :


(𝑆𝑃, 𝑆𝐽) = (𝑁𝑃, 𝑁𝑀)[𝜋]
qui peut se lire :
(𝑆𝑃, 𝑆𝑀) = (𝑁𝑃, 𝑁𝑀)[𝜋]

Cette égalité traduit que : les points M, N, P, S sont cocycliques


De même, on démontre que : les points P, Q . R, N sont
cocycliques
Démontrons gue les points R, N, P, S sont cocycliques .
Rappelons que : (NR) Il (AC) donc (𝑁𝑅, 𝑁𝑃) = (𝐴𝐶, 𝑁𝑃)[𝜋] .
c'est à dire : (𝑁𝑅, 𝑁𝑃) = (𝐴𝐶, 𝐴𝐵)[𝜋] (5)
• Les points A, B. J , I sont cocycliques (sur un cercle de
diamètre [AB] .
donc : (𝐴𝐽, 𝐴𝐵) = (𝐼𝐽, 𝐼𝐵)[𝜋](6)
Puisqu'on sait : (IJ) // (RS), on peut donc écrire :
(𝐼𝐽, 𝐼𝐵) = (𝑅𝑆, 𝐼𝐵)[𝜋](7)
Des relations (6) et (7) on peut déduire : (𝐴𝐽, 𝐴𝐵) = (𝑅𝑆, 𝐼𝐵)[𝜋]
C’est à dire : (𝐴𝐶, 𝐴𝐵) = (𝑆𝑅, 𝐶𝐵)[𝜋](8)
• Puisque (BC) // (SP) , on a (𝑆𝑅, 𝐶𝐵) = (𝑆𝑅, 𝑆𝑃)[𝜋](9)
Des relations (8) et (9) on peut déduire :
(𝐴𝐶, 𝐴𝐵) = (𝑆𝑅, 𝑆𝑃)[𝜋](10)
Des relations (5) et (1 0) on déduit : (𝑁𝑅, 𝑁𝑃) = (𝑆𝑅, 𝑆𝑃)[𝜋]
Cette dernière é3alité traduit que les points R, N, P, S sont
cocycliques
Les deux cercles MNPS et RNPS ont en commun les trois
points N, P, S distincts (puisque le triangle ABC
est supposé non rectangle) .
Les deux cercles MNPS et RNPS sont donc confondus. Le
sixième point Q appartient à ce cercle 𝒞
(puisque 𝒞 contient P, R, N ).
Les six points M, N, P, Q . R, S sont donc cocycliques

On considère un triangle ABC supposé non rectangle .


Soit I, J, K les pieds des hauteurs du triangle ABC , issues
respectivement de A. B. C .
Soit l', J', K' les milieux respectifs des bipoints (J, K) , (K, I) ,
(I, J) .
Démontrer que : Le centre T du cercle de Taylor 𝒞
est le point de concours de trois bissectrices du triangle I'J'K' .

Recherche du centre T du cercle de Taylor 𝒞


• 𝒞 contient les points P et S donc T appartient à la médiatrice
de [PS].
• 𝒞 contient les points R et Q donc T appartient à la médiatrice
de [RQ] .
Puisque (PS) Il (RQ) , la médiatrice de [PS].et la médiatrice de
[RQ] qui contiennent le point T sont
alors confondues en une même droite △1 .
△1 .//(KR)
△1 .//(JQ)
△1 .contient le milieu de (RQ)
Le théorème de Thalès assure donc que : △1 .contient le milieu
I’ de (KJ)
En outre l' ∈ (PQ) et l' ∈ (RS).
• Puisque l' ∈ med(R Q), le triangle RI'Q est isocèle . Donc :
la médiatrice △1 de (R Q) est aussi une bissectrice de la paire
de droites { (I'R) , (I'Q) },
qui est aussi la paire {(l'J'), (I'K')} .
△1 . est donc une bissectrice (intérieure ou extérieure) de
̂].
[ 𝐽′𝐼′𝐾′
De même on démontre que
la médiatrice △2 de (M, S)est une bissectrice de[ 𝐾̂ ′ 𝐽′ 𝐼′ ]
{
̂]
la médiatrice △3 de (N, P)est une bissectrice de[ 𝐼′𝐾′𝐽′

Le centre T du cercle 𝒞 appartient donc à trois bissectrices du


triangle I'J'K'
Si les trois angles du triangle ABC sont aigus, Test le centre du
cercle inscrit
dans le triangle I'J'K' .
̂ ] est obtus, T est le centre du cercle exinscrit dans
• Si [𝐵𝐴𝐶
̂]
l'angle [ 𝐽′𝐼′𝐾′