Vous êtes sur la page 1sur 70

Communication

et Techniques d’Animation de Groupe


pour la promotion de la Participation
Communautaire en Santé

Guide de référence
A l’usage des professionnels de santé

Edition 2012
Avec l’appui de :
l’Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement et Medicus Mundi Andalucia dans
le cadre du programme «Amélioration des indicateurs de santé maternelle et infantile au Maroc et Mauritanie
à travers les secteurs d’infrastructures sociales et services (formation et appui à la société civile) 10-CO1-097»

Édition 2012.

Conception et Impression
Imprimerie Lawne : 11, rue Dakar - Rabat 10040
Tél.: 05 37 20 71 11/12 • Fax : 05 37 20 77 12
Remerciements

Le présent guide est le résultat d’un travail de consultation de Bemoc Conseil, représenté
par M. Said Bisbis et M. Karim Bribri et l’effort concentré et incalculable des professionnels
de santé experts en participation communautaire qui ont apporté leur expertise dans la
matière.

Que cet effort collectif puisse contribuer à l’appui des stratégies publiques de participation
communautaire à travers le renforcement des capacités des professionnels de santé,
volontaires communautaires et associations à base communautaire pour améliorer les soins
de santé offerts aux femmes en matière de santé sexuelle et reproductive, notamment la
planification familiale, les soins pendant la période de la grossesse, l´accouchement et le
post-partum, et aussi les soins de santé des enfants.

Le comité d’experts de finalisation de ce guide :


-- Mme. BAJDADI Latifa :
Responsable dans l’unité de communication, Direction Régionale de Santé à la région de Souss-
Massa-Deraa.

-- Dr BJANI Lahoucine :
Médecin Chef du SIAAP, Délégation du Ministère de Santé à la province de Chefchaouen.

-- M. BOUMAAZ Abdelaziz :
Major du SIAAP, Délégation du Ministère de Santé à la province de Chefchaouen.

-- M. CHAKHT Mohammed :
Cadre à la Délégation du Ministère de Santé à la province de Taza, point focal de participation
communautaire.

-- Dr MERABET Mouad :
Chef de service de la santé publique et de la surveillance épidémiologique, Direction Régionale
du Ministère de Santé à la Région de Taza-Alhoceima-Taounate et Guercif.

-- Dr MOKIT Nezha :
Responsable de l’Observatoire Régionale de Santé, Direction Régionale de Santé à la région de
Tanger-Tétouan.

-- Dr RAMDANI Malika :
Responsable de l’unité de la santé publique, Direction Régionale de Santé à la région de l’Oriental.

-- Dr RHARBAOUI Houria :
Responsable de l’unité de la santé rurale, Direction de la Population.

-- M. ROUANI Ahmed :
Consultant expert en participation communautaire.

3
Sommaire

INTRODUCTION........................................................................................................................... 7

I. LA COMMUNICATION.............................................................................................................. 9

1. Qu’est ce que la communication ?.................................................................................. 9


1.1. Définition................................................................................................................ 9
1.2. Types de communication ....................................................................................... 9
1.3. Communication interpersonnelle............................................................................. 9
1.4. Communication participative................................................................................. 10
1.5. Composantes de la communication....................................................................... 10
1.6. Éléments de la communication efficace et se obstacles........................................ 13

2. Apprentissage des adultes: l’andragogie......................................................................14


2.1. Définition.............................................................................................................. 14
2.2. Conditions............................................................................................................ 14

3. Communication pour le leadership...............................................................................15


3.1. Définition.............................................................................................................. 15
3.2. Qualités humaines d’un leader.............................................................................. 15

II. LES OUTILS DE COMMUNICATION ET TAG........................................................... 17

1. Outils de communication................................................................................................17
1.1. Les réunions......................................................................................................... 17
1.2. Atelier participatif de formation.............................................................................24
1.3. Groupe de discussion............................................................................................29
1.4. Plaidoyer................................................................................................................31

2. Techniques d’Animation de Groupe : TAG................................................................... 36


2.1. Définition............................................................................................................... 36
2.2. Le groupe : rôles et attitudes................................................................................ 36
2.3. Analyse des tensions au sein du groupe................................................................37
2.4. Fiches techniques des TAG.................................................................................... 38
2.5. Tableau des activités de promotion de la participation communautaire
en santé, des outils de communication utilisés et ses TAG...................................... 52

III. ANNEXES................................................................................................................................55

IV. GLOSSAIRE.............................................................................................................................65

V. SIGLES ET ABRÉVIATIONS.....................................................................................................67

VI. BIBLIOGRAPHIE……………………………………….......................................................................69

5
Introduction

L’objectif de ce guide est d’apporter un soutien au Personnel de Santé (PS) en


communication et Technique d’Animation de Groupe (TAG) pour la promotion de
la Participation Communautaire en Santé (PCS). En vue d’adapter et standardiser les
outils de communication et techniques d’animation de groupe utilisés par le personnel
de santé avec les Personnes Relais Communautaire (PRC), les associations à base
communautaire et les autres Acteurs de Développement Local (ADL) pour la promotion
de la participation communautaire en santé. Ce guide ne constitue pas un recueil des
outils de communication et TAG, il donne plutôt des orientations au personnel de santé
comme leader en matière de communication et TAG pour la promotion de la participation
communautaire en santé.

Le présent guide se divise en deux chapitres. Le premier chapitre traite de façon


séquentielle les définitions de la communication en général, la communication
participative, les composantes de la communication, les éléments de la communication
efficace et ses obstacles, les conditions de l’apprentissage des adultes, la communication
pour le leadership, la notion de leadership, les rôles et qualités humaines d’un leader.
Le deuxième chapitre aborde les outils de la communication : les réunions, l’atelier
participatif de formation, le groupe de discussion et le plaidoyer, la définition du groupe,
et les différentes TAG en fonction des catégories d’objectifs.

Comment utiliser ce guide?


Le guide contient des fiches techniques qui traitent les outils de communication et TAG.
Il sert de référence pour le personnel de santé dans la formation en communication et
TAG.

Légende

Exemple

Recommandation

Objectif

7
I. La Communication

1. Qu’est ce que la communication ?


1.1. Définition

La communication est l’échange d’informations et de significations créées et partagées entre


deux personnes ou plus à travers les messages verbaux et non verbaux, en fonction d’un
contexte donné.1

1.2. Types de communication

• Communication intra personnelle : tout ce qui se passe à l’intérieur de la personne,


lorsqu’elle pense, elle ressente des émotions, elle conçoit des idées, elle réagit à certaines
situations, elle rêve et imagine.
• Communication interpersonnelle : la transaction entre les personnes et leur
environnement : amis, collègues, famille, communautés. Les comportements constituent
l’aspect le plus évident de la communication interpersonnelle.
• Communication de masse: informations et connaissances partagées à travers les médias
(radio, télévision, vidéo, cinéma, journaux, conférence, etc.) et qui a des effets majeurs sur
les personnes.

1.3. Communication interpersonnelle

La communication interpersonnelle est l’échange (interaction) en face à face d’informations ou


d’idées entre deux ou plusieurs personnes. Elle comprend la communication verbale et non
verbale. La communication verbale se fait par des mots et la communication non verbale se
fait par des gestes, des mimiques ou le silence, elle se traduit par les vêtements qu’on porte
et par les attitudes qu’on prend.2

Dans ce guide, on traitera essentiellement la communication interpersonnelle.

1
Cormier, 1995
2
De Négri, B. Notes de cours : Communication interpersonnelle. Liège : CERES, CICS, 1999

9
EX :
• Les signes d’estime aux usagers du service de santé: saluer poliment,
chaleureusement.
• L’habillement du personnel des centres de santé: porter des vêtements propres,
porter des vêtements pas trop chics, entre autres.
• Les rumeurs: avoir un comportement ou exprimer des idées qui pourraient
donner lieu à la circulation des rumeurs et éviter les suppositions, entre autres.
• La ponctualité du personnel des centres de santé aux réunions des comités
locaux et aux formations: arriver à temps convenu aux réunions et aux formations,
arriver tôt à un rendez-vous, entre autres.
• Le langage corporel utilisé par le personnel des centres de santé: ne pas
bailler ou dormir pendant une réunion, ne pas lever les yeux au ciel en signe
d’exaspération, ne pas froncer les sourcils signe de désaccord, entre autres.
• Le ton: montrer de la colère ou de l’énervement par le ton, montrer le doute ou
l’insolence par le ton, entre autres.

1.4. Communication participative

La communication participative est un processus d’échange d’informations et de


connaissances entre le personnel de santé/le leader, les usagers et les partenaires. Ce
processus doit être fondé sur un état d’esprit et une conscience collective de partage
d’informations et de connaissances pour le développement.

1.5. Composantes de la communication

Modèle simplifié d'un processus de communication

Bruits et distorsions
potentiels
Le leader Le récepteur
Canal de communication
(encodeur) (décodeur)

Boucle de feedback
Message de retour

Figure 1 : Modèle simplifié d’un processus de communication.3

3
Source : Basé sur Richard L. Daft The leadership Experience, 3rd Ed. Thomson-South-Western, 2005, p343.

10
I. La Communication

Le leader en tant qu'expert de la communication

Actions
Attention aux valeurs/
vision
Créer un climat de
Sources Écoute Le leader en tant partage
internes et Discernement qu'expert de la
externes Interprétation communication Méthodes
Utiliser des canaux
profitables,
histoires, métaphores,
ouverture, dialogue

Figure 2 : Le leader en tant qu’expert de la communication.4

Dans ce processus de communication pour le leadership, se dégagent les éléments suivants :


• Source d’information.
• Émetteur (encodeur).
• Récepteur (décodeur).
• Message.
• Canal de communication.
• Code.
• Feed back.
• Bruit.
• Contexte.

La connaissance des éléments de base est fondamentale pour tout leader.

EX : Le leader émetteur cherche l’information d’une source interne (collègues) ou


externe  (usagers du service de santé, documents disponibles, services externes,
etc.) pour encourager la participation communautaire en santé. Parmi les documents
disponibles, on peut citer :
• Manuel d’Approche des services à base communautaire.
• Guide de l’Education Parentale.
• Guide de Dar Al Omouma (DAO).
• Manuel de SAMU obstétrical.
• Autres.

Le leader émetteur (encodeur) : désigne celui qui initie le processus, celui qui parle le premier
ou fait un signe conventionnel. C’est celui qui a l’intention de dire quelque chose à quelqu’un ou
à un groupe, celui qui veut modifier le comportement de quelqu’un ou d’un groupe. L’émetteur
doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour que le processus de communication qu’il
initie réussisse. On dit que si le processus de communication réussit ou échoue c’est en grande
partie grâce à l’émetteur.

4
Source: Basé sur Richard L. Daft The leadership Experience, 3rd Ed. Thomson-South-Western, 2005, p343.

11
Le professionnel de santé doit être leader dans le processus de communication
pour promouvoir la participation communautaire en santé.

Le récepteur (décodeur) : est celui à qui on parle, celui à qui est destiné ce qui est dit ou ce
qui va être dit.

Le professionnel de santé, les PRC, les usagers et les acteurs de développement


local doivent être mis dans des conditions favorables de réception pour que le
processus réussisse.

Le message : est l’expression d’une idée, la description d’une situation, l’élément essentiel
du processus de la communication, c’est le catalyseur, et c’est pour cela qu’un message doit
répondre à la règle 4C :
• Clair.
• Court.
• Compréhensible.
• Complet.

Le professionnel de santé avec ses messages doit :


• Informer.
• Sensibiliser.
• Conscientiser.
• Motiver.
• Encourager le récepteur (PS, PRC, ADL, etc.) à agir.

Si le message ne répond pas à ces règles, la communication interpersonnelle


demeure inactive.

Le canal : est le moyen (atmosphère, ligne de téléphone, etc.) par lequel le message de
l’émetteur parvient au récepteur.

Le codage : permet de traduire les significations en messages aptes à être envoyés. Le


vocabulaire et les connaissances jouent un rôle important dans la capacité de codage de
l’émetteur.

Le décodage : est la traduction des messages reçus qui prennent alors la forme de significations
interprétées. Grâce à l’utilisation d’un langage commun, les individus peuvent décoder de
nombreux messages de sorte que les significations reçues soient aussi proches que possibles
des significations transmises.

Le bruit : lors de la transmission du message via un canal, le bruit environnant peut engendrer
une interférence.

12
I. La Communication

C’est important de prendre conscience du bruit pour pouvoir le surmonter.

Feedback ou rétroaction : est la réponse que le récepteur donne au message. Elle indique
à l’émetteur que le message a été reçu tel qu’il a été expédié. Grâce à elle, la communication
interpersonnelle se transforme en processus dynamique, fréquent, aller–retour, au lieu de
n’être qu’un simple fait.

1.6. Éléments de la communication efficace et ses obstacles

Composantes de Éléments
Obstacles
la communication de la communication efficace

Émetteur- - Une préparation et attention du - Rôles embrouillés entre


récepteur récepteur du message. émetteur et récepteur.
- Des compétences de communication - Écoute non favorable.
non verbale de l’émetteur du message
et du récepteur. - Manque d’empathie.
- Connaissance commune de la
formation et de l’expérience de l’autre.

Canal - Canal approprié pour le transfert du - Canal inapproprié pour le


message. transfert d’un message.
- Des moyens visuels appropriés.

Codage - Capacité de l’émetteur du message de - Signification connotative


stimuler et répondre aux questions du différente des mots.
récepteur du message.
- Crédibilité et connaissance du sujet
chez l’émetteur.
- Sûreté de soi de l’émetteur.

Message - Un message clair et simple. - Désaccord entre le


langage verbal et non
verbal.
Bruits - Environnement propice au transfert du - Obstacles physiques,
message. physiologiques,
mentaux et émotionnels
(perceptions,
préconceptions).

Pour réussir une bonne communication interpersonnelle, il est indispensable de


bien se connaître, de connaître l’auditoire, ses besoins ainsi que son caractère.

13
2. Apprentissage des adultes : l’andragogie
2.1. Définition

Le concept « Andragogie » désigne à la fois l’apprentissage des adultes et la formation continue


des adultes5.

2.2. Conditions

Les conditions d’apprentissage des adultes sont :


• Prendre la pleine dimension des mots utilisés dans la formation ou éducation des adultes.
• Porter un regard critique sur ses pratiques de formateur ou éducateur.
• Adapter ces pratiques aux conditions d’apprentissage des adultes.

Adapter et faire évoluer ces pratiques peut se faire en deux temps :

a) Identifier les spécificités de l’apprentissage des adultes 


• L’adulte apprend s’il participe au processus de prise de décision.
• L’adulte apprend de son entourage.
• L’adulte ne s’investit dans une formation que s’il en perçoit une valeur ajoutée.
• L’adulte est détenteur d’un savoir et d’une expérience.
• L’adulte apprend en s’appuyant sur des réalités concrètes.
• L’adulte apprend s’il est à l’aise (temps, espace tangible, etc.).
• L’adulte apprend s’il comprend.
• Les groupes d’adultes sont souvent hétérogènes.
• Les adultes refusent d’être infantilisés.

b) Optimiser en conséquence le rôle de formateur d’adultes

Les constats faits ont permis de formaliser des préconisations qui peuvent faciliter
l’apprentissage des adultes. Tout au long des sessions de formation, l’adulte va chercher à :

Faire connaître Faire aimer Faire agir

--Faire découvrir de --Susciter l’intérêt. --Responsabiliser.


nouvelles connaissances. --Motiver l’adhésion. --Motiver l’action.
--Faire découvrir de
nouvelles méthodes.

Tout formateur ou éducateur confronté à un groupe d’adultes rencontre des difficultés


spécifiques à ce groupe. Il est donc important de le connaître au préalable afin de
pouvoir les anticiper et proposer une intervention intéressante pour le groupe.

5
Selon Knowles ‹1970)

14
I. La Communication

3. Communication pour le leadership


La communication pour le leadership est composée de deux concepts : la communication
et le leadership. La communication, nous l’avons déjà défini, nous essayerons dans ce
paragraphe de définir le leadership.

3.1. Définition

Le leadership est un type d’influence interpersonnelle par lequel un individu amène un


autre individu ou groupe à s’acquitter de la tâche qu’il veut voir menée à bien. La notion
d’influence est ici capitale et est au cœur du leadership. L’influence est l’effet sur autrui du
pouvoir qu’exerce un individu. C’est une réaction comportementale à l’exercice du pouvoir.
Le leadership est ainsi, à l’instar du pouvoir, une des facettes de l’influence qui est une notion
plus large.

On distingue deux formes de leadership :


• Le leadership formel : est exercé par des personnes qui sont nommées ou élues à un
poste qui leur confère une autorité officielle au sein d’une organisation.
• Le leadership informel : est exercé par des personnes dont l’ascendant tient à des
compétences particulières qui leur permettent de répondre aux besoins de leurs
collègues.

Le leadership doit être développé par le personnel de santé avec les partenaires
institutionnels et non institutionnels, et c’est recommandé qu’il possède les
caractéristiques suivantes :
• L’influence et le pouvoir de persuasion du leader dans les tâches qu’il a à accomplir.
• L’acceptation avec enthousiasme par les PRC des responsabilités et des tâches à
exécuter.
• La capacité d’influence du leader sur les PRC.
• La confiance en soi et en compétences des PRC d’atteindre les objectifs et les
résultats attendus.
• La motivation des PRC à accomplir les responsabilités et les tâches pour la facilité
de l’accès de la population aux services de santé pour le développement entre
autres.

3.2. Qualités humaines d’un leader

Un leader doit avoir un certain nombre de qualités humaines en vue d’assumer efficacement
ses rôles. Parmi ces qualités on peut citer :
• Communicateur.
• Organisateur.
• Capacité de bâtir une organisation efficace.
15
• Capacité de motivation et de mobilisation.
• Capacité de s’adapter aux changements.
• Compétences techniques.

Le professionnel de santé leader utilise la communication pour :


• Informer le personnel de santé des exigences de la mise en œuvre de la promotion de
la participation communautaire en santé.
• Renforcer les connaissances et les compétences des PRC en santé.
• Renforcer les compétences du personnel de santé en plaidoyer en faveur de l’accès de
la population générale aux services de santé publique.
• Encourager le personnel de santé à s’impliquer dans le processus de Plan Communal de
Développement (PCD).
• Influencer la prise de décision en matière des sujets liés à la promotion de la participation
communautaire en santé.
• Motiver les PRC à s’impliquer dans le processus de la participation communautaire en
santé et de développement local.
• Entre autres.

16
II. Les outils de
communication et TAG

1. Outils de communication

Il y a une gamme d’outils de communication, ce guide met plus l’accent sur les outils qui
permettront au personnel de santé d’améliorer leur compétence en communication pour
le leadership avec les PRC et les autres acteurs de développement.

Ces outils sont :

• Les réunions.
• L’atelier participatif de formation.
• Le Groupe de Discussion (GD).
• Le plaidoyer.

1.1. Les réunions

a) Définition

La réunion est un outil pour l’échange d’idées et de renseignements entre les personnes,
on tient une réunion à chaque fois qu’on a besoin des autres pour agir.

Une réunion efficace est une réunion :

• Qui fait progresser.

• Grâce à laquelle des décisions réfléchies sont prises. «Parfois, ne pas décider
est une bonne décision, mais elle est prise en commun».

• Qui implique les participants dans la discussion et les prises de décisions.

• Qui a un effet, après, sur la motivation de toute personne concernée par la


mise en œuvre.

• Qui prend en compte l’économie du temps (la valeur du temps des personnes
présentes).

• Qui se conclut par un sentiment général qu’elle était utile.

17
b) Objectifs

Les objectifs assignés aux réunions pour la promotion de la participation communautaire :


• Informer les PRC et les autres acteurs de développement local (Associations à base
communautaire, membres du Conseil Communal (COC), représentants des départements
gouvernementaux, etc.) des projets de promotion de la participation communautaire en
santé.
• Partager les connaissances et les expériences sur la participation communautaire en
santé avec les partenaires.
• Identifier et sélectionner les PRC.
• Prendre la décision au sujet d’un problème de santé ou appui et accompagnement des
PRC pour la mise en œuvre de leurs responsabilités.
• Plaider en faveur de la promotion de la participation communautaire en santé.
• Gérer les conflits entre les PRC.
• Suivre et évaluer les activités des PRC.
• Autres.

En fonction de ces objectifs, on distingue plusieurs types de réunion :

• Réunion d’information.
• Réunion de prise de décision.
• Réunion stimulante.
• Réunion de type rencontre.
• Réunion de plaidoyer.
• Réunion de briefing.
• Réunion de lancement.
• Réunion de suivi.
• Réunion de mise au point.
• Etc.

Les cinq premiers types de réunion vont nous servir plus dans le processus de
promotion de la participation communautaire en santé.

Dans une réunion d’information

• Le leader transmet des informations sur un sujet défini.


• Le leader donne des consignes sur un travail.

18
II. Les outils de
communication et TAG

EX :
Le leader tient une réunion d’information et de sensibilisation des acteurs
de développement local (autorités locales, conseil communal, associations,
départements à caractère social, etc.) du comité local de santé sur le projet de
promotion de la participation communautaire en santé.

Dans une réunion de prise de décision

Le leader met l’accent sur la résolution d’un problème. Pour arriver à la prise de décision, dans
une réunion il faut :
• Identifier le problème.
• Analyser le problème.
• Identifier les solutions possibles.
• Etablir des critères de choix de solutions.
• Faire un choix des solutions possibles.

EX :
Le leader tient une réunion de prise de décision avec les PRC et les autres acteurs
de développement local, membres du comité local de santé pour prendre une
décision au sujet de l’accompagnement des PRC pour la mise en œuvre de leurs
responsabilités.

Dans une réunion stimulante

• Le leader tend à engendrer des idées créatives.


• Le leader motive les participants à l’innovation.

Ce type de réunion est tenu dans le cas où les participants sont encouragés à répondre au
besoin d’une façon créative.

EX :
Le leader tient une réunion stimulante avec les PRC et les acteurs de développement
local, membres du comité local de santé pour stimuler une discussion sur la
création, l’accompagnement et l’entretien d’un réseau des PRC.

19
Dans une réunion de type rencontre

• Le leader crée un bon climat au sein groupe.


• Le leader encourage les participants à créer des moments de socialisation entre eux.

Ce type de réunion est tenu dans le cas des tensions et des conflits entre les membres du
groupe.

EX :
Le leader tient une réunion de type rencontre avec les PRC et les acteurs de
développement local, membres du comité local de santé pour discuter des
formes de soutien de solidarité entre les PRC telles que « Darate », mutuelle
communautaire, etc.

Dans une réunion de plaidoyer

Le leader présente aux acteurs de développement local l’état de la santé de la population


locale.

• Le leader présente le processus de la participation communautaire en santé et son


importance dans la facilité de l’accès de la population aux services de santé.

• Le leader expose une meilleure pratique de la participation communautaire en santé,


menée dans un site de projet.

EX :
Après avoir tenu des contacts avec chaque acteur de développement local, le
leader tient une réunion de plaidoyer avec les acteurs membres du comité local
de santé pour les mobiliser à la mise en œuvre de la participation communautaire
en santé avec la population locale.

20
II. Les outils de
communication et TAG

En fonction des objectifs assignés aux réunions et leur type, le personnel de santé doit réfléchir
à la disposition de la salle de réunion.

Disposition en U La disposition de la salle de réunion en « U » facilite la


communication et permet de concentrer l’attention
sur le modérateur (réunions d’information, réunions
de planification de la promotion de la participation
communautaire en santé, réunions de plaidoyer, réunions
de prise de décision, réunions de suivi et évaluation
des activités de la promotion de la participation
communautaire en santé).

Disposition en cercle La disposition en forme circulaire « O » favorise le contact


en face à face. Le modérateur a une place identique que
celle des autres (réunions stimulantes, réunions de type
rencontre et autres avec les PRC).

Disposition en « V » La disposition de la salle de réunion en « V » facilite aussi la


communication et définit la place du modérateur dans le
processus d’information et partage de renseignements.
Elle est plus adaptée aux réunions d’information.

Disposition en quinconce La disposition de la salle en quinconce a l’avantage


de ne pas occuper l’espace, mais il rend difficile la
communication. Elle n’est pas ainsi recommandée pour
la promotion de la participation communautaire en
santé.

Les dispositions de la salle des réunions en « U » et « O » sont recommandées pour


la promotion de la participation communautaire en santé.

21
c) Processus de la tenue d’une réunion efficace

Étape 1 : Avant la convocation


• Tenir à jour la liste des participants en fonction des réponses.
• Faire vérifier la salle et le matériel, tant sur le plan technique et logistique que sur
le plan du contenu.
• Désigner un rapporteur ou penser à une méthode d’auto désignation au début
de la réunion.
• S’assurer de la préparation du café, thé, eau et verres.

Étape 2 : Juste avant la réunion


• Elaborer l’ordre du jour et le timing, idéalement point par point.
• Rédiger l’invitation qui comprend :
-- L’objectif de la réunion.
-- L’ordre du jour.
-- Le timing (heure de début et heure de fin).
-- Le lieu et toute information pour en faciliter l’accès (adresse précise, nom de
la salle, etc.)
• Préparer la liste des participants (champs que contient une liste des participants:
Nom et Prénom, Organisation, Fonction, Téléphone, E-mail, Adresse et Signature).
Voir modèle en annexe1.
• Préparer la prise en charge des participants, si nécessaire (hébergement, frais de
déplacement, repas, etc.).
• Préparer les documents, à donner aux participants de la réunion.
• Réserver la salle et préparer le matériel nécessaire.
• Envoyer les invitations, en utilisant le moyen le plus adéquat (E-mail, courrier,
Fax, Intranet).
• S’assurer du feedback et confirmation de participation des participants.
• S’assurer que les présentations ou documents nécessaires sont disponibles.

Étape 3 : Pendant la réunion


• Le leader ne reste pas passif, il ne laisse pas le silence s’installer, il évite les prises
de parole abusives.
• Le leader relance les débats, les discussions et les questions.
• Le leader relance la créativité, sous forme de brainstorming.
• Le leader regarde tous les participants dans les yeux.
• Le leader ne montre pas ses préférences parmi les participants, y compris par la
gestuelle et le non verbal
• Le leader doit sentir la validité du quart d’heure académique. Entre souplesse et
fermeté, le respect est dû en premier lieu aux présents à l’heure.
• Le ton des participants doit être conciliant mais ferme, pour assurer que chacun
puisse parler mais indiquer aussi le souci du résultat.
• Chacun doit être à l’aise.

22
II. Les outils de
communication et TAG

Étape 4 : A la fin de la réunion

• Le leader sera jugé sur trois aspects par les participants:


-- Ont-ils eu la possibilité de prendre la parole ?
-- La réunion a-t-elle débouché sur des décisions concrètes ?
-- La réunion se termine-t-elle dans le timing annoncé ?
• Faire en sorte de bien manifester que tous les points ont été vus et que les
débats sont clos.
• Ne pas permettre que quelqu’un prenne la parole pour rajouter un point non
prévu et hors délai.
• Fixer une éventuelle date de prochaine réunion.
• Annoncer une date de diffusion du rapport, échéance qui sera respectée.
• Le leader clore la réunion.
• Le leader ne quitte pas les lieux avant les autres.
• Saluer personnellement, en serrant la main et en appelant les personnes par
leurs prénoms

Étape 5 : Après la réunion

• Plus vite le rapport sera rédigé et validé par le leader, plus fidèle il sera.
• Plus vite le rapport sera envoyé aux participants, mieux le leader sera apprécié.
• Dans le rapport, privilégier les décisions, l’opérationnel et la répartition des
rôles.

23
1.2. Atelier participatif de formation

a) Définition

L’atelier de formation est un outil de communication permettant de donner aux


personnes des instruments afin de leur permettre d’atteindre certains objectifs.
Un formateur des adultes doit être facilitateur. Lors d’un atelier participatif, le rôle
du facilitateur est de soutenir le processus d’apprentissage pour lequel il crée un
environnement propice. Les participants analysent leurs propres expériences et celles
des autres, identifient leurs points forts et leurs points faibles et échangent leurs
connaissances, idées et inquiétudes. Un facilitateur peut également of frir sa propre
expertise en plus de faciliter l’échange d’idées et d’expériences, si cela est approprié.
Le facilitateur doit avoir certaines qualités professionnelles et personnelles de base,
ceux-ci peuvent être classés selon trois catégories:

Qualités du facilitateur

Les connaissances Les attitudes Les compétences

• Connaissances • Franc. • Écoute de façon active.


académiques /personnelles. • Aimable. • Pose de bonnes questions.
• Expertises professionnelles / • Engagé à aider les participants • Gère bien le travail d’un
personnelles. à apprendre d’eux même. groupe.
• Confident. • Gère les conflits au sein d’un
• Sensible aux relations groupe.
hommes-femmes. • Communique ouvertement.
• Respectueux à la culture de • Sait résumer.
chacun. • Sait respecter et faire respecter
• Se considère égal aux l’heure.
participants. • S’adapte à la dynamique du
groupe.
• Encourage l’échange et
l’apprentissage.

24
II. Les outils de
communication et TAG

b) Objectifs

Les objectifs assignés aux ateliers participatifs de formation pour la promotion de la


participation communautaire sont:
• Améliorer la compréhension du personnel de santé, des PRC et autres acteurs de développement
local des concepts et termes liés à la participation communautaire et développement.
• Renforcer les connaissances du personnel de santé, des PRC et autres acteurs de
développement local en matière de communication et TAG, de leadership, de plaidoyer, d’IEC
(Information Enseignement Communication), de prévention et de l’approche réseau.
• Renforcer les compétences du personnel de santé, des PRC et autres acteurs de développement
local en matière de communication et TAG, de leadership, de plaidoyer, d’IEC, de prévention et
de l’approche réseau.
• Renforcer les capacités du personnel de santé, des PRC et autres acteurs de développement
local en matière de communication et TAG, de leadership, de plaidoyer, d’IEC, de prévention et
de l’approche réseau.
• Suivre et évaluer les activités des PRC.
• Autres.

c) Processus de la conduite d’un atelier participatif de formation

Étape 1 : Identifier les participants de la formation

• Le juste nombre des participants : un petit groupe vous permettra


d’apporter un soutien intensif et un grand nombre, une gamme de
contributions.
• Les bonnes personnes qui pourront utiliser les compétences apprises et
qui peuvent former d’autres individus, une fois de retour.
• Le juste mélange des participants à expériences variées pour permettre un
apprentissage spécifique.
• Le niveau juste de participation : vous devez insister sur le fait que les
participants doivent être présents à l’atelier en entier et non assister à des
séances puis s’absenter.
• Avoir consulté les participants avant de programmer l’atelier : vous
pouvez avoir plus d’informations sur leurs noms et prénoms, leurs fonctions
et leurs niveaux d’instruction (voir annexe 1). Vous pouvez aussi demander à
l’avance aux participants leurs attentes par rapport à l’atelier.

25
Étape 2 : Sélectionner une équipe de facilitateur

Il est très important de travailler en équipe de facilitateurs des ateliers de


formation. Chaque facilitateur doit développer des connaissances et des
compétences de base, ainsi que des attitudes. L’équipe doit être constituée
d’un groupe d’individus divers. Lors de la planification d’un atelier, vous pouvez
considérer les caractéristiques suivantes :
• Des individus différents : Un groupe d’individus divers permet d’assurer un
équilibre de perspectives et d’idées. Dans l’idéal, des facilitateurs provenant
de milieux professionnels différents et de cultures différentes. Un groupe
de facilitateurs constitué de femmes et d’hommes. Et des facilitateurs qui
parleraient ou comprendraient les langues maternelles des participants.
• Des facilitateurs ayant des expériences en premier plan sur le thème de la
formation.
• Des facilitateurs ayant des connaissances techniques sur le sujet de
la formation, par exemple des connaissances médicales, des connaissances
sur les droits humains, sur l’approche communautaire et sur les outils de
communication et techniques d’animation de groupe pour le leadership.

Apprendre à se connaître en tant que personnes : commencer à parler de soi-même.

Apprendre à se connaître en tant que facilitateurs : informer sur vos compétences


et vos façons de faciliter les formations et ce que vous voulez renforcer.

Apprendre à se connaître en tant que collègues : ce que vous préférez et ce que


vous ne préférez pas au travail.

Étape 3 : Préparer l’atelier

Une préparation soignée de l’atelier permet aux facilitateurs de se sentir confiants


et aux participants de bénéficier du meilleur apprentissage possible. Le format
général de l’atelier doit être bien préparé ainsi que le format de chaque séance.
La première réunion des facilitateurs doit être consacrée à discuter et définir par
la suite l’objectif général, les objectifs opérationnels et les résultats attendus de
l’atelier de formation sur un sujet défini. Lors de cette réunion, les facilitateurs,
définissent ensuite, les thèmes et les séances de formation à développer dans
le plan de séance.
Ensuite les rôles et les responsabilités sont répartis entre les facilitateurs, chaque
facilitateur sait ce qu’il va préparer comme module et la séance qu’il va animer.
Pendant cette réunion, la préparation du plan de séance est attribuée à un
facilitateur (Voir le modèle de plan de séances en annexe 2).

26
II. Les outils de
communication et TAG

EX :
Canevas de préparation de l’atelier de formation des PRC en IEC en santé.

1. Pendant la réunion de préparation


Objectif général :
Contribuer à l’éducation de la population locale pour la santé.
Objectifs opérationnels :
• Renforcer la compréhension chez les PRC des concepts de l’apprentissage,
andragogie, éducation et santé.
• Améliorer leurs connaissances de base sur l’IEC en santé.
• Renforcer leurs compétences en techniques d’IEC en santé.
Résultat :
• Les compétences de base en IEC en santé de 15 PRC sont acquises.
Module 1: Accueil des participants, leur présentation et discussion du cadre,
objectifs de l’atelier.
Module 2: Concepts d’apprentissage, éducation, andragogie et santé communautaire.
Module3: Techniques d’IEC.

2. Après la réunion de préparation.


• Après la préparation de la première version du plan de séances de l’atelier de
formation, les facilitateurs se réunissent pour discuter et développer la version
proposée du plan de séance. Sur la base des discussions et des remarques
des facilitateurs, le plan de séance sera finalisé par le facilitateur responsable.
• Le même facilitateur ou un autre va élaborer un programme de l’atelier de
formation (Voir le modèle d’un programme d’atelier de formation en annexe 3)
• S’occuper de la logistique de l’atelier de formation. Autant que possible, une
personne devrait se charger de l’administration et de la logistique, de façon à ce
que le facilitateur soit libre et puisse se concentrer sur la facilitation. Néanmoins,
il existe quelques domaines auxquels le facilitateur devrait contribuer :
- S’assurer du matériel requis (tableau flipchart, vidéoprojecteur, data show,
marqueurs, cartons de couleur, Post-it, colles, etc.).
- Préparer le budget spécifique à l’atelier.
- Réserver un lieu confortable et bien situé. Il vaut mieux choisir un lieu
éloigné des locaux des participants. Cela vous garantira leur concentration
sur le sujet de l’atelier de formation.
- S’assurer que l’atelier sera documenté. Il est important d’identifier une
personne ou deux qui se chargeront de la documentation (reporting,
prise de photos et vidéo).

27
Étape 4 : Conduire l’atelier

• Activités introductives (Accueil, techniques d’introduction et de brise


glace: îlots, CV imaginaires, présentation croisée, présentation en trio, etc.).
• Activités de mise en train (TAG: questionnement stratégique, jeu de rôles,
étude de cas, métaplan, etc.).
• Activités d’apprentissage (TAG: petits groupes, discussions, restitution
des travaux de groupes, exercices de réflexion, synthèse, etc.).

Étape 5 : Clôturer l’atelier de formation

Il y a plusieurs façons de clôturer un atelier sans tenir une cérémonie officielle :


• Donner une vue d’ensemble de l’atelier.
• Synthèse.
• Cadeaux imaginaires (voir fiche technique TAG ci-dessous).

28
II. Les outils de
communication et TAG

1.3. Groupe de discussion


a) Définition

Le groupe de discussion est un outil permettant une discussion orientée ou une délibération
sur un sujet défini d’intérêt commun entre six à quinze personnes, constituant un groupe
homogène sous la conduite d’un facilitateur. Ce groupe est identifié et sélectionné selon
des critères, il évoque des discussions dans des séances sur des sujets en fonction des
axes sous la conduite d’un facilitateur.

Un facilitateur d’un groupe de discussion doit :


• Organiser des séances de sensibilisation et d’éducation pour la santé.
• Partager les informations justes sur la santé.
• Expliquer au groupe cible comment il peut se prévenir des infections.
• Expliquer comment on peut réduire les risques.
• Orienter la population vers les centres de prise en charge en les rassurant que les
prestataires qui y travaillent vont s’occuper d’eux.
• Distribuer au cours des séances le matériel de sensibilisation (dépliants, gadgets,
etc.) aux personnes.
• Se soucier du bien-être du groupe cible.

b) Objectifs

Les objectifs assignés aux groupes de discussions pour la promotion de la participation


communautaire en santé sont :
• Informer et sensibiliser les PRC et les partenaires sur un problème de santé : Consultation
Post Natale (CPN), l’accouchement en milieu surveillé, Planification Familiale (PF), allaitement
maternel, vaccination, accidents domestiques, le développement psychomoteur, etc.
• Impliquer les PRC et les partenaires dans la prévention des problèmes de santé.

c) Processus de la tenue du groupe de discussion

Étape 1 : Identifier les besoins et attentes des participants par


rapport au sujet de sensibilisation ou d’éducation

Le facilitateur doit avant de tenir des séances avec un groupe, organiser un


atelier thématique pour identifier les besoins et les attentes des membres du
groupe cible concernant un sujet donné.

29
Étape 2 : Préparer la séance de discussion

Le facilitateur doit préparer une fiche technique où il précise les objectifs


opérationnels de la séance, le déroulement de la discussion, avec utilisation des
TAG (voir le canevas d’une fiche technique, annexe 4). Lors de l’élaboration de
la fiche technique, nous posons les questions suivantes :
Où doit-on organiser des séances ?
Il est préférable de trouver un endroit calme et rassurant pour la tenue du groupe
de discussion.
Quand doit-on organiser des séances ?
Il faut choisir un bon moment pour organiser les séances de discussion. Il faut éviter
de le faire le jour ou l’heure à laquelle les membres de votre groupe cible ont d’autres
choses à faire comme le jour du souk ou bien le jour des affaires domestiques.
Quel doit être la taille du groupe pendant la séance ?
Il est préférable d’avoir les séances avec des groupes ne dépassant pas
10 personnes pour faciliter la discussion.
Quelle est la durée d’une séance de sensibilisation
Les séances doivent durer au maximum une heure, on risque de voir les membres
du groupe cible se fatiguer et se retirer.

Étape 3 :  Faciliter la discussion au sein du groupe en utilisant


des TAG et des supports appropriés

Le facilitateur anime la discussion de groupe en utilisant des TAG pour la


présentation des participants (Ex : CV imaginaire, lettres et noms, trio) des
TAG pour favoriser l’expression (Ex : questionnement stratégique, les petits
groupes, le jeu de rôles et autres) et des TAG d’analyse et synthèse.

Étape 4 : Documenter la séance en élaborant un compte rendu de la séance

(Voir annexe 5) et en prenant des photos après avoir eu l’accord des membres
du groupe cible.

30
II. Les outils de
communication et TAG

1.4. Plaidoyer

a) Définition

Un plaidoyer est un exposé argumenté et convainquant en faveur d’une personne, d’une


idée ou d’une institution. C’est la défense d’une cause, d’une opinion, d’un intérêt ou d’une
politique. Le plaidoyer est un ensemble d’actions cohérentes menées pour convaincre
ou influencer un ou des décideurs en vue d’obtenir un changement dans l’intérêt d’une
communauté. Le plaidoyer peut regrouper un grand nombre d’activités spécifiques à court
terme pour arriver à une vision du changement dans le long terme.

b) Objectifs

Les objectifs assignés aux actions de plaidoyer en faveur de la promotion de la participation


communautaire en santé sont :

• Susciter l’adhésion des partenaires institutionnels et non institutionnels à la mise en


œuvre de la promotion de la participation communautaire en santé.

• Encourager les décideurs politiques à agir d’avantage et appuyer les PRC dans la mise
en œuvre de leurs tâches.

• Amener les décideurs politiques locaux à s’impliquer dans la gestion des ressources
humaines et financières des projets et programmes de promotion de la participation
communautaire en santé.

• Maintenir, avec l’appui des médias, une mobilisation sociale suffisante de manière
à obtenir un engagement des pouvoirs publics pour l’appui des PRC dans leurs
responsabilités et la facilité d’accès universel des usagers des services de santé aux
services de santé publique.

c) Processus de réalisation d’une action de plaidoyer

Étape 1 : Identifier le problème

En premier lieu, il convient de déterminer sur quoi le plaidoyer va porter et


s’assurer que le thème du plaidoyer correspond bien à un problème vécu par
les intéressés, par la population. Avant toute action de plaidoyer, il faut cerner
le niveau d’information des entités ciblées.

31
Étape 2 : Sélectionner le comité de pilotage

Le comité de pilotage est un groupe restreint de personnes représentant


les différentes parties prenantes. Dans notre cas, les membres du comité de
pilotage doivent représenter la population, les PRC, le personnel de santé, les
associations à base communautaire et les acteurs locaux de développement.

Étape 3 : Aller à la recherche de l’information

Si on veut que le plaidoyer ait un impact réel, il convient de collecter le


maximum d’informations sur le thème en question.
Ces informations peuvent être :
• Des rapports.
• Des indicateurs clés.
• Des témoignages de personnes victimes.
• Des illustrations, etc.

Il faut montrer aux décideurs politiques qu’on connaît bien le sujet, qu’on se
base sur des éléments objectifs et que la requête est légitime.

Étape 4 : Construire un argumentaire

Tout plaidoyer doit être construit et argumenté.


L’argumentaire sert à obtenir l’assentiment général et l’entente des divers
intervenants. Il permet de récapituler les enjeux et de trouver les arguments en
faveur de la cause soutenue.

Étape 4 : Élaborer des messages clairs et marquants pour le public

Il faut faire passer des messages simples qui frappent les esprits. Les
messages doivent donner un sentiment d’urgence afin de montrer qu’il faut
agir maintenant.

Étape 6 : Élaborer une stratégie

La stratégie consiste en la définition d’actions cohérentes selon une logique


séquentielle pour réaliser ou atteindre un ou des objectifs.

32
II. Les outils de
communication et TAG

Étape 7 : Mobiliser les ressources nécessaires

Le maintien d’un effort de plaidoyer efficace dans le long terme demande


qu’on investisse des moyens, du temps, de l’énergie, de l’argent afin que la
mobilisation ne s’essouffle pas après la première intervention, mais au contraire
soit capable de s’agencer dans le temps. Il s’agit :
- Des ressources humaines, financières, matérielles et techniques.

Étape 8 : Mobiliser les partenaires pour agir

• Organiser des activités: (réunions de plaidoyer, formations en plaidoyer,


rencontres avec les populations concernées par le problème) et des
évènements pour mobiliser les partenaires.
• Développer des activités et des événements qui feront l’actualité, qui
donneront aux personnes des informations importantes et intéressantes et
qui les sensibiliseront sur le sujet de la mobilisation.
Le but de ces manifestations est d’amener les personnes à s’associer de leur
plein gré aux actions de plaidoyer.

Étape 9 : Médiatiser l’évènement

Les médias peuvent servir de relais et d’amplificateur au plaidoyer,


exerçant une pression sur les décideurs politiques tout en informant un
vaste public.

Étape 10 : Organiser le suivi et l’évaluation de l’action de plaidoyer

S’assurer que les activités programmées par le comité de pilotage ont été
réalisées. Il s’agit, dans le temps, de constater si les activités menées auront
atteint leurs objectifs.

33
Ex :
Cas pratique : Plaidoyer en faveur de la promotion de la participation
communautaire en santé.
Objectif général :
Contribuer à l’amélioration de l’accessibilité des usagers aux services de santé
publique.
Objectifs spécifiques :
• Augmenter le niveau de mobilisation sociale des acteurs de développement
local à la mise en œuvre de la participation communautaire en santé.
• Amener les partenaires de développement à l’adhésion au processus de la
mise en œuvre de la participation communautaire en santé.
Les activités menées :
• Constituer un comité de pilotage :
Cela a permis d’identifier les partenaires et les personnalités stratégiques
à impliquer dans l’activité du plaidoyer en faveur de la promotion de la
participation communautaire en santé.
• Information de la presse :
Pour que l’événement ait plus d’écho et plus d’impact, informer la presse
sur les actions de plaidoyer en faveur de la promotion de la participation
communautaire en santé et la situation de la santé de la population locale
notamment au milieu rural.
• Identifier les partenaires et les alliés au projet :
Des lettres d’information sur l’action de plaidoyer ont été faites aux potentiels
partenaires. Des visites ont été réalisées en accompagnement des personnes
influentes aux associations à base communautaire et aux groupements
communautaires. Des réunions de plaidoyer ont été tenues par le personnel
de santé avec les partenaires.
• Collecter les données et les documents de la part du personnel de santé, afin
de mener une action efficace de plaidoyer et communiquer au mieux à la
population locale.
• Renforcer les compétences du personnel de santé, de PRC et des représentants
des associations à base communautaire intervenant dans le domaine de la
santé en matière de plaidoyer.

34
II. Les outils de
communication et TAG

Pour dissiper la confusion entre le groupe de discussion, l’atelier participatif de formation et


les réunions, on présente le tableau suivant :

Groupe de Atelier participatif


Critères Réunions
discussion de formation

Avant la mise - Identification des - Identification des - Préparation d’un


en œuvre groupes homogènes. besoins et des ordre du jour.
des outils de - Identification de leurs participants. - Définition des
communication besoins par rapport - Préparation d’un objectifs.
au sujet défini. plan de séances ou - Préparation d’un
- Préparation d’un plan module de formation. programme (c’est
d’action des séances - Préparation d’un seulement pour des
de discussion. programme indicatif. réunions officielles).
- Préparation d’une
fiche technique.

Qui ? Animateurs/ Formateur/facilitateur Modérateur/


facilitateurs/ et/ou co-facilitateur/ rapporteur.
rapporteur. rapporteur.

Pourquoi ? - Résolution d’un - Renforcement des - Échange


problème. compétences et des d’informations et
- Information et capacités. renseignements.
sensibilisation à un - Renforcement des - Résolution d’un
problème. aptitudes. problème.
- Prévention. - Prise de décision.
- Éducation. - Plaidoyer.

Quoi ? Thème abordé Des séances de - Des points de l’ordre


pendant les séances formation qui traitent du jour, liés à un ou
de discussion (Ex : des connaissances, des sujets (planification
planification familiale, des attitudes et des de la promotion
santé de la mère). pratiques liées à un de la participation
sujet (IEC, plaidoyer). communautaire en
santé).

Avec qui ? 6 à 15 personnes en 15 à 20 personnes. 2 à 35 personnes.


groupe homogène.
Durée 1h par séance de 6h par jour de 1h.
discussion. formation.

N.B : Le focus groupe est un outil de diagnostique communautaire participatif des besoins de la
population en santé. Il est aussi une technique de la recherche qualitative.

35
2. Techniques d’Animation de Groupe : TAG
Un ensemble de TAG pour le leadership existent. Elles ont été développées et adaptées
en fonction de leurs objectifs. Ce guide présente quelques TAG qui peuvent permettre au
personnel de santé de promouvoir la participation communautaire en santé.

Le personnel de santé doit innover et adapter ces TAG aux outils de communication
(réunions, ateliers de formation, groupes de discussion et plaidoyer), aux besoins
des participants et à leur contexte culturel.

2.1. Définition

Les TAG sont un ensemble de connaissances, méthodes, techniques et outils qui visent
l’animation des groupes dans des situations variées (groupe de travail, réunions, formations,
etc.)

2.2. Le groupe : rôles et attitudes

Le groupe est une entité sociale qui consiste en un nombre d’individus qui se tiennent (plus
ou moins) les uns aux autres dans des statuts définis et des relations de rôles et qui possèdent
un ensemble de valeurs ou de normes réglant le comportement des membres .6

Au sein du groupe, il y a toujours des personnalités différentes, avec des compétences, des
motivations et des intérêts différents.

Certains auteurs identifient des « types » de personnalités caractéristiques d’un groupe :


• Le passif.
• Le timide.
• Le démissionnaire.
• L’agressif.
• Le dominateur.
• Le trop dynamique.
• Etc.

Le facilitateur doit identifier les personnalités des participants et adapter son attitude en
fonction de chaque cas, rassurer, confier, rappeler les règles, etc.

EX :
Exemples d’attitudes où le participant est centré sur la tâche :
• Donne des suggestions, des idées en respectant celles des autres.
• Informe, clarifie, cherche des confirmations et fait répéter.

6
Sherif et Shérif, An outline of social psychology, New York, Harper and Brother, 1956 p 144

36
II. Les outils de
communication et TAG

EX :
Exemples d’attitudes où le participant est centré sur le groupe :
• Soulage des tensions, rit, plaisante, crée de la détente, rejette le soutien, ne
comprend pas, etc.
• Le ralliement de tous à une solution de fuite.

Devant les tensions et les conflits au sein du groupe, le facilitateur doit suivre les repères de
gestion du groupe :

• Prendre en compte les besoins identitaires des membres du groupe (besoins


d’existence, de considération, de valorisation, d’intégration et d’individuation).
• Etre transparent dans ses intentions, ses objectifs dans le travail avec le groupe.
• Ne se laisser pas absorber ou fasciner par le sens immédiat du contenu.
• Etre vigilant intégralement à ce qui se passe ici et maintenant.
• Ne pas impliquer la personne personnellement.
• Faire preuve d’empathie et de congruence.
• Ne pas interpréter ce qui se passe.
• Stimuler l’intérêt en permanence en changeant la forme de communication.

2.3. Analyse des tensions au sein du groupe

Les tensions dans un groupe sont normales et inévitables. Le groupe ne peut pas progresser
sans qu’il ait des oppositions et des confrontations.

Expression de la tension: Une tension affective peut s’exprimer par l’inhibition, la diversion,
le bouc émissaire et le conflit de leadership (la lutte pour influencer le groupe).

Décharge de la tension: Sorte de soupape qui permet un soulagement momentané du


malaise du groupe.

EX :
• Un fou rire général.
• Une agitation.
• Agression d’un bouc émissaire.
• Le ralliement de tous à une solution de fuite.

37
La « décharge de tension » ne résout pas forcément la tension, celle-ci se « rechargera » le plus
vite possible.

La résolution véritable ne peut se faire que par le passage du latent au réfléchi, c’est à dire
par la prise de conscience des causes déterminantes du malaise groupal afin de les traiter
méthodiquement.

2.4. Fiches techniques des TAG

Les tableaux suivants résument les dif férentes TAG en fonction de catégories
d’objectifs :

Tableau 1 : TAG pour le leadership.

Catégories d’objectifs Noms des TAG

1 Se présenter • Présentation en trio


Favoriser l’esprit du groupe • Îlots
Favoriser la confiance en soi • Prénom et lettres

2 Favoriser l’expression • Brainstorming ou remue méninge


• Questionnement
• Questionnement stratégique
• Métaplan
• Photo langage

3 Analyser • Écouté-écoutant-observateur
Produire • Jeu de rôles
Argumenter • Étude de cas
Se positionner
• Cadeau imaginaire
Synthétiser
Établir un consensus

38
II. Les outils de
communication et TAG

1. Se présenter, favoriser l’esprit du groupe et favoriser la confiance en soi

Tableau 2 : Trios

Objectifs • Se présenter.
• Favoriser les conditions d’expression et du travail en groupe.

Consignes et Le facilitateur donne la consigne :


déroulement - Il demande aux participants de constituer des trios avec des
personnes qu’ils ne connaissent pas et qu’ils vont découvrir.
- Dans les trios, chaque participant est invité à se présenter,
(prénom, motivations, valeurs, qualités et souvenirs) à ses deux
collègues.
- Chaque participant est invité à présenter son collègue, en
plénière, à sa façon (dessin, parole, mime, etc.)
- Après 30 min à 45 min d’échange en trios, chaque participant
présente son collègue au groupe, en plénière.

Durée estimée 1h 30 min.

Matériel nécessaire Papier A4 et stylos.

Contexte d’utilisation Les formations des PRC sur les différents thèmes, (IEC, plaidoyer,
communication, TAG, etc.) et le groupe de discussion.

Points forts Cette technique facilite le travail en groupe dans les séances
qui suivent.

Mises en garde Certains participants trouveraient la difficulté de présenter ses


collègues d’autres sexes.

Autres techniques CV imaginaires, îlots, dessinez-vous.

39
Tableau 3 : Îlots

Objectifs • Se présenter.
• Favoriser la création d’un climat décontracté et
d’épanouissement.

Consignes et Le facilitateur donne la consigne :


déroulement
- Le groupe de personnes se constitue en fonction de ce qu’ils
ont en commun (pantalons jeans, lunettes, T-shirt blancs,
montres, bracelets, etc.) et ils se mettent en commun pour la
présentation à la demande du facilitateur :
- Prénom ou pseudonyme.
- Un souvenir.
- Un rêve.
- Des choses que j’ai réalisées et dont je suis content
- Un défaut.
- Après avoir donné un exemple et les participants ont compris
la technique, le facilitateur demande aux participants de
se mettre en groupes en fonction des points communs :
jeans, lunettes, T-shirt et espadrilles par exemple, puis de se
présenter.

Durée estimée 1h00.

Matériel nécessaire

Public cible Tout public adulte.


Groupe de plus de 20 personnes.
Contexte d’utilisation Les formations des PRC sur les différents thèmes tels qu’IEC,
plaidoyer, communication et techniques d’animation de
groupe, etc. et le groupe de discussion.

Points forts Une technique de présentation assez dynamique, initiant le


travail en sous groupes.

Mises en garde La technique peut permettre le contact corporel, donc il


est très important de voir si le contexte culturel permet son
utilisation.

Autres techniques CV imaginaires, trios, dessinez-vous, prénoms et lettres.

40
II. Les outils de
communication et TAG

Tableau 4 : Prénoms et lettres

Objectifs • Se présenter de façon ludique


• Favoriser l’esprit de groupe.

Consignes et Le facilitateur distribue une feuille A4 à chaque participant.


déroulement Le facilitateur donne les consignes :
- Chaque participant réfléchit à partir d’une lettre de
son prénom à des qualificatifs en lien avec sa pratique
professionnelle.
- Chaque participant réfléchit à partir d’une lettre à des
qualificatifs qui le caractérise (exemple, G de gourmande, gai,
galant, ou S de silencieux, souriant, etc.)
- Chaque participant écrit son prénom et ses qualificatifs sur
une feuille A4.
- A tour de table, chaque participant se présente en montrant
sa feuille.

5 min de présentation des consignes.


Durée estimée 15 min de réflexion et écriture.
1 min de présentation par participant.

Matériel nécessaire Feuilles A3 ou A4 et marqueurs.

Public cible Tout public adulte.


Groupe de plus de 12 personnes.

Contexte d’utilisation Les formations des PRC sur les différents thèmes tels qu’IEC,
plaidoyer, communication et techniques d’animation de
groupe, etc. et le groupe de discussion.

Points forts Une technique de présentation assez personnelle.

Mises en garde Certains participants peuvent trouver cette technique


infantilisante.

Autres techniques CV imaginaires, trios, îlots, dessinez-vous.

41
2. Favoriser l’expression

Tableau 5 : Remue Méninges ou brainstorming

Objectifs • Produire en groupe un maximum d’idées sur un sujet donné.


• Découvrir des représentations.
• Faire surgir des questions ou réflexions.

Consignes et Le facilitateur introduit le sujet à traiter et esquisse les objectifs


déroulement attendus de brainstorming.
- Le facilitateur pose une question ouverte sur le sujet à traiter
(par exemple : qu’est ce que la communication ?) qu’est ce
qu’il doit écrire sur flipchart.
- Le facilitateur ou son assistant note sur flipchart ou grand
papier toutes les idées ressorties, en s’efforçant de les
regrouper mentalement ou graphiquement, par thème ou
idées plus générales.
- Le facilitateur peut demander au groupe de revenir sur la
matière générée et reformuler les idées floues et se mettre
d’accord sur les grandes thématiques abordées.
- Le facilitateur invite les participants à se mettre en petits
groupes pour discuter et reformuler les idées floues ressorties.

Durée estimée Le brainstorming doit se terminer dés que les participants sont
à cour d’idées.
Matériel nécessaire Flipchart et marqueurs.

Public cible Tout public adulte.


Groupe de moins de 15 personnes.
Contexte d’utilisation Cette technique est utilisée dans les réunions, les ateliers
participatifs de formation et les groupes de discussion:
- Réunions du personnel de santé avec les PRC (réunions
d’information, de prise de décision, de plaidoyer, etc.).
- Formation du personnel des centres de santé et des PRC en
thèmes définis et groupe de discussion.

Points forts - Rapide et facile à organiser.


- Augmente la capacité de créativité.
- Favorise l’esprit de groupe.
- Les participants s’approprient des résultats.
Mises en garde - Une mauvaise animation peut conduire les participants à
hésiter de s’exprimer.
- Le facilitateur ne doit pas faire paraître ses idées personnelles.
Autres techniques Métaplan, tour de table d’idées, questionnement.

42
II. Les outils de
communication et TAG

Tableau 6 : Questionnement

Objectifs • Favoriser la participation des participants à la discussion et à la


réflexion sur un sujet donné.
• Stimuler la pensée collective.

Consignes et Le facilitateur pose les questions:


déroulement - Au début: Est ce que vous avez des remarques à faire, avant
de commencer à traiter le sujet?
Y a-t-il des points qui ne sont pas clairs sur lesquels vous
voulez revenir?
- A la discussion:
Fait : qu’est ce que vous avez à dire sur le sujet/problème?
Emotion : Qu’est ce que vous éprouvez face à ce problème
et/ou cette situation?
Opinion : Comment devons-nous traiter ce problème/sujet?

Durée 30 min.

Matériel nécessaire Fipchart et marqueurs.

Public cible Tout public adulte.


Groupe de plus de 10 personnes.
Contexte d’utilisation Cette technique est plus utilisée dans les réunions pour avoir
des informations sur le fait, les émotions des participants vis-
à-vis du problème et leurs opinions: Formations des relais
communautaires en santé, groupe de discussion avec les relais
communautaires.

Points forts Une technique qui favorise l’écoute et la participation des


participants.

Mises en garde - Une mauvaise animation peut conduire les participants à


hésiter de s’exprimer.
- Le facilitateur ne doit pas faire paraître ses idées personnelles.

Autres techniques Questionnement stratégique, reformulation.

43
Tableau 7 : Questionnement stratégique

Objectifs • Favoriser la participation des uns et des autres à la discussion


et à la réflexion.
• Engager les participants à la discussion et à la réflexion.
Consignes et C’est un enchainement de questions suivant une logique pour
déroulement atteindre un objectif précis.
Cette technique se base tout au long de cette logique sur des
questions ouvertes (Pourquoi?), à l’introduction, au milieu sur des
questions semi-ouvertes (Comment?) et à la fin, des questions
fermées (Quel?, Qu’est ce que et Que?).
1. Le facilitateur peut introduire l’atelier de formation par une
question générale, qui est une question ouverte par laquelle
on introduit un atelier pour permettre l’initiation de la
participation des uns et des autres à la discussion (Qu’est ce
que la communication pour vous ?)
2. En parallèle de l’utilisation des questions ouvertes, le
facilitateur peut utiliser les autres types de questions tels que
- La question directe: Que penses-tu de l’importance de
la communication ?, Qui a parlé des cinq fonctions de la
communication?
- La question alternative: oui ou non (la communication est
une action ou un processus?)
- La question relais: C’est à dire ?, sur quel plan?, dans quel cas?);
- La question miroir (qui consiste à répéter interrogativement
ce que l’interlocuteur vient de dire): Vous le trouvez
intéressant?
- La question reflet (qui est une question ouverte posée
par un participant, que le facilitateur pose à un autre
participant): Quelle est l’importance de la communication
pour toi ?
Durée Durée de l’atelier participatif de formation.
Matériel nécessaire Flipchart et marqueurs.
Public cible - Tout public adulte
- Groupe de moins de 25 personnes.
Contexte d’utilisation Cette technique est plus utilisée dans les ateliers participatifs de
formation.
Formations du personnel des centres de santé et des PRC en santé
et thèmes liés à la santé.
Points forts Une technique qui favorise l’écoute et la participation des
participants à différentes attitudes et caractéristiques.
Mises en garde Le questionnement stratégique doit être utilisé dans le sens de la
participation et l’implication des uns et des autres à la discussion
et non l’interrogation.
Autres techniques Questionnement, métaplan, brainstorming, reformulation.

44
II. Les outils de
communication et TAG

Le formateur chevronné utilise toutes ces techniques pour assurer la variété et


pour maintenir l’intérêt des participants:

• Appeler les participants par leurs prénoms pendant une séance de questions
est une forte motivation et contribue à assurer que tous les participants sont
engagés à la séance.

• Répéter la réponse correcte d’un participant le renforce de façon positive et


assure que tous les membres du groupe ont entendu la réponse.

• Fournir un renforcement positif à la réponse correcte assure que le participant


reste engagé au sujet. Un renforcement positif peut résulter d’un louange,
d’une présentation du travail du participant, de l’appel au participant de servir
comme assistant, ou d’une expression facial, d’un signe de tête ou d’autres
actions non verbales.

• Lorsque la réponse d’un participant n’est pas partiellement correcte le formateur


devra reconnaître la partie correcte et ensuite améliorer la partie incorrecte ou
reposer une question afférente soit au même participant, soit à un autre.

• Lorsque la réponse d’un participant est incorrecte le formateur devra faire une
remarque qui n’implique pas la critique et ensuite poser la question d’une façon
pour mener le participant à la réponse correcte.

• Lorsqu’un participant ne fait aucun effort pour répondre à la question le


formateur pourra utiliser la technique ci-dessus ou diriger la question à un
autre participant. Après avoir reçu la réponse correcte, le formateur revient
alors au premier participant pour l’engager dans la discussion.

45
Tableau 8 : Métaplan

Objectifs • Favoriser l’expression sur les représentations personnelles


d’une question donnée.
• Produire un maximum d’idées.
• Regrouper les idées par thème.
• Aboutir à une synthèse.

Consignes et 1. Le facilitateur pose au début une question ouverte (par


déroulement exemple : Quels sont les éléments, selon vous, qui mobilisent
les communautés à la participation communautaire en santé ?)
2. Le facilitateur distribue 2 à 5 cartes (Post-it) à chaque
participant.
3. Le facilitateur donne ensuite la consigne :
- Chaque participant a de 5 à 15 min pour écrire sur des
cartes des réponses précises et claires en phrases courtes.
4. Le facilitateur ramasse les cartes et les mélange.
5. Le facilitateur lit carte par carte et n’hésite pas de demander
aux participants de les préciser puis les coller sur le Flipchart.
6. Ensuite, le facilitateur ressort avec les participants les titres
qui répondent aux idées ressorties.
7. Le facilitateur invite les participants à se mettre en petits
groupes et donne à chaque petit groupe un titre.
8. Il demande à chaque petit groupe de regrouper les idées
par titre.
9. Le facilitateur anime une discussion en plénière des idées
retenues et fait une synthèse.

Durée 1h à 1h30 min.

Matériel nécessaire Flipchart, papier A4, cartons de couleur/Post-it et marqueurs.

Public cible - Tout public adulte.


- Groupe de plus de 10 personnes.
Contexte d’utilisation Cette technique est plus utilisée dans les réunions et les ateliers
thématiques, de formation et de réflexion.

Points forts Une technique qui favorise l’échange et l’interaction et évite les
incompréhensions et les idées floues.

Mises en garde - L’animateur doit se situer dans l’animation.


- L’animateur doit être neutre par rapport au contenu.

Autres techniques Brainstorming et le jeu des enveloppes.

46
II. Les outils de
communication et TAG

Tableau 9 : Photo langage

Objectifs • Exprimer ses représentations et découvrir celles des autres.


• Prendre conscience de son point de vue personnel.

Consignes et Cette technique est plus utilisée dans les ateliers de réflexion et
déroulement de formation.
1. Le facilitateur pose des photos sur une table.
2. Le facilitateur pose une question ouverte (par exemple :
Que veut dire, pour vous, communiquer?).
3. Le facilitateur donne la consigne :
- Chaque participant choisit en silence une photo qui
correspond à sa réponse. Deux participants peuvent choisir
une même photo.
- Les participants reviennent à leurs places.
- Chaque participant explique la photo qu’il a prise.
- Les participants peuvent réagir par rapport aux explications.
- Le facilitateur synthétise les idées discutées.

Durée estimée 1h30 min.

Data show pour présenter les photos.


Matériel nécessaire
Photocopies, photos, images...

Public cible - Tout public adulte.


- Groupe de moins de 15 personnes.

Contexte d’utilisation Formations des PRC santé et thèmes liés à la santé (IEC,
communication et techniques d’animation de groupe,
plaidoyer, etc.) et les groupes de discussion.

Points forts Une technique rigoureuse qui permet l’interprétation libre.

Mises en garde La divagation.

Autres techniques Objet langage, photo expériences et collage expression.

47
3. Analyser, produire, argumenter, synthétiser et se positionner

Tableau 10 : Écoutant - Écouté

Objectifs • Analyser et apprendre les techniques d’écoute et de


communication.
Consignes et 1. Le facilitateur invite les participants à se mettre en deux
déroulement petits groupes : Groupe 1 et Groupe 2.
2. Le facilitateur demande au petit groupe 2 de sortir de la
salle et les rejoint dehors.
3. Le facilitateur demande aux personnes du petit groupe 1
de se mettre à deux face à face et de discuter des sujets qui
retiennent leurs attentions (par exemple : santé maternelle
et infantile, allaitement maternelle, violence, etc.)
4. Le facilitateur demande à ces participants de noter les
éléments qu’ils ont senti être écoutés ou non.
5. Le facilitateur rejoint le petit groupe 2 et leur demande aussi
de se mettre à deux face à face et de mettre tout en œuvre
pour être à l’écoute des personnes qui seront en face d’eux.
6. Le facilitateur demande ensuite au petit groupe 2 d’entrer à
la salle et de se mettre à nouveau à deux en face à face pour
discuter un des sujets proposés qui retiennent leurs attentions.
7. En parallèle, le facilitateur demande au groupe 1 de sortir de
la salle. Il les rejoint pour les inviter de nouveau à se mettre
à deux en face à face et mettre tout en œuvre pour ne pas
écouter les personnes qui seront en face d’eux.
8. Après, le facilitateur regroupe les deux petits groupes en
salle et leur facilite l’échange sur leurs sentiments d’être
écouté ou non.
9. Pour renforcer cet échange d’idées, le facilitateur invite
les participants à se répartir en deux petits groupes pour
discuter les techniques d’écoute.
Durée 1h à 1h30
Salle suffisamment grande qui peut permettre la discussion en
Matériel nécessaire
binômes.
Public cible Tout public adulte.
Contexte d’utilisation Cette technique est plus utilisée dans les ateliers participatifs
de formation : formations du personnel des centres de santé et
des PRC en thèmes liés à la santé.

Points forts Une technique rigoureuse qui favorise l’implication de tout le monde.

Mises en garde Les personnes qui ne se sentent écoutés peuvent être mal à l’aise.
Autres techniques Jeu de rôles, jeu de trio et mise en situation.

48
II. Les outils de
communication et TAG

Tableau 11 : Jeu de rôles

Objectifs • Prendre conscience de ses attitudes dans des situations


professionnelles.
• Prendre consciences des éléments verbaux et non verbaux de
la communication.
• Analyser une situation dans sa complexité.
• Comprendre le point de vue d’autrui.
Consignes et Le facilitateur doit être au clair avec l’objectif qu’il propose au groupe.
déroulement Il s’agit d’un jeu de rôles qui permet une analyse des pratiques ou
une analyse de cas (sans objectif éducatif vis-à-vis du groupe).
Sur proposition de facilitateur qui a préparé une fiche de jeu de
rôles (voir annexe 6) ou de groupe, il est décidé de jouer une
scène qui sera objet d’analyse.
Le facilitateur invite le groupe à se répartir en trois petits groupes
deux pour mettre en scène le jeu de rôles et le troisième petit
groupe se charge de regarder en silence les scènes et d’en faire
des observations.
Après 20 à 30 min de préparation de jeu de rôles en petits
groupes, le facilitateur demande aux petits groupes de mettre
en scène le jeu de rôles en plénière.
Il demande en suite aux acteurs et puis aux observateurs
d’exprimer ce qu’ils ont ressenti en mettant en scène le jeu.
Le facilitateur invite vers la fin les participants à analyser le sujet
mis en situation.
Durée 1h à 1h30
Flipchart et marqueurs pour noter les éléments d’analyse de la
Matériel nécessaire
situation et les recommandations.
Public cible Tout public adulte.
Contexte d’utilisation Cette technique est plus utilisée dans les ateliers participatifs
de formation et le groupe de discussion : formation des PRC sur
des thèmes liés à la santé, groupe de discussion avec les PRC.

Les participants vivent les situations et les analysent, ce qui leur


Points forts
favorise la prise de conscience et la remise en question.
Il faut faire attention à la répartition des rôles à jouer au sein des
petits groupes. Cette technique peut être difficile pour certaines
personnes, surtout lorsque le rôle que la personne doit jouer
Mises en garde
correspond à sa profession. Il est très important de prévoir, si c’est
possible, une co-animation pour le jeu de rôles, un animateur qui
soit attentif aux questions et un autre attentif aux émotions.
Autres techniques Écoutant écouté, psychodrame et jeu de trio.

49
Tableau 12 : Étude de cas

Objectifs • Analyser et apprendre à résoudre les problèmes posés en


groupe.

Consignes et 1. Le facilitateur invite les participants à se mettre en petits


déroulement groupes pour répondre aux questions posées : (Quel est le
problème posé par le cas ? Quelles sont les causes et les
conséquences de ce problème ? Quelles sont les solutions
possibles au problème posé ?).
2. Après 30 min de travail en petits groupes, le facilitateur
demande aux rapporteurs des petits groupes, en fonction
du temps de restituer les travaux de petits groupes.
3. Le facilitateur évoque une discussion en plénière sur le
problème posé dans le cas ou la situation, ses causes, ses
conséquences et les solutions possibles proposées par les
petits groupes.

Durée 1h à 1h30 min.

Flipchart et marqueurs pour noter le problème identifié,


Matériel nécessaire son niveau, ses causes, ses conséquences, les personnes
impliquées dans le problème et les solutions possibles.

Public cible Tout public adulte.

Contexte d’utilisation
Cette technique est plus utilisée dans les ateliers participatifs
de formation et le groupe de discussion : formation des PRC sur
des thèmes liés à la santé, groupe de discussion avec les PRC.

Une technique rigoureuse qui favorise l’implication de tout le


Points forts
monde dans l’analyse.

Le choix de la situation qui fait allusion aux participants


Mises en garde
comme personnes responsables du problème.

Autres techniques Jeu de rôles, écoutant écouté, psychodrame et mise en


situation.

50
II. Les outils de
communication et TAG

Tableau 13 : Cadeaux imaginaires

Objectifs • Exprimer les sentiments vis-à-vis des personnes.


• Apprécier les relations et interactions avec les personnes dans
un atelier de formation.

Consignes et 1. Le facilitateur invite les participants à se mettre en cercle.


déroulement Il demande ensuite à chaque participant de penser à un
participant duquel il a appris plus de connaissances et de
compétences et qu’il apprécie et à un cadeau imaginaire
qu’il peut lui offrir.

2. Après 10 min, le facilitateur demande à chaque participant


d’aller vers le participant apprécié et lui offrir le cadeau
imaginaire en exprimant des sentiments à son vis-à-vis. Le
participant apprécié peut aussi exprimer ses sentiments.

Durée 1h.

Matériel nécessaire

Public cible Tout public adulte.

Contexte d’utilisation
Cette technique est plus utilisée dans les ateliers de
formation en leurs fins: formation du personnel de santé
et des PRC.

Une technique qui favorise l’expression des sentiments en


Points forts fin de l’atelier de formation envers les participants qu’on
apprécie.

Autres techniques Mimer les gestes, tour de table d’évaluation, au revoir.

51
2.5. Tableau des activités de promotion de la participation communautaire en
santé, des outils de communication utilisés et ses TAG

Activités Outils de communication TAG

Réalisation des activités Réunions des comités P17 Questionnement. P43


d’information et locaux de santé. Exposé illustré.
sensibilisation. Discussion.
Synthèse.

Réalisation des activités Réunion de planification P17 Questionnement. P43


de planification de la promotion Exposé.
de la promotion de la participation Discussion.
de la participation communautaire en santé Méta plan. P46
communautaire en santé. du comité local de santé. Synthèse.

Réalisation des activités Réunions du comité local P17 Questionnement. P43


d’identification et de santé. Exposé.
sélection des PRC en Discussion.
tenant compte des Synthèse.
critères que le comité
provincial de santé.

Conduite des réunions Réunions du comité local P17 Questionnement. P43


de suivi et évaluation de santé. Exposé.
du travail des PRC sur le Discussion.
terrain. Synthèse.

Tenue des réunions Réunions du comité local P17 Questionnement. P43


de coordination avec de santé. Exposé.
les membres du Discussion.
comité local de santé Synthèse.
pour la promotion Discussion.
de la participation
communautaire en santé.

Présentation et Réunions du comité local P17 Questionnement. P43


diffusion des résultats de santé. Exposé illustré.
de la promotion de la Vidéo.
participation. Synthèse.
Discussion.

52
II. Les outils de
communication et TAG

Conduite du diagnostic Formation du personnel P25 Questionnement P44


communautaire de santé et des PRC stratégique.
participatif des besoins en diagnostique Petits groupes.
et problèmes de l’accès communautaire Jeu de rôles. P49
de la population générale participatif (DCP). Ecoutant-écouté- P48
aux services de santé. observateur.

Conduite des formations Ateliers participatifs de P25 Questionnement P44


du personnel de santé formation. stratégique.
en communication et Petits groupes.
TAG pour la promotion Jeu de rôles. P49
de la participation Etude de cas. P50
communautaire en santé. Brainstorming. P42

Conduite des Ateliers participatifs de P25 Questionnement P44


formations des PRC en formation. stratégique.
communication et TAG. Petits groupes.
Jeu de rôles. P49
Etude de cas. P50
Brainstorming. P42

Réalisation des Réunions de plaidoyer. P20 Questionnement. P43


activités de conduite Exposé illustré.
de plaidoyer en faveur Rencontres du comité P20 Discussion.
de la promotion local de santé. Synthèse.
de la participation Questionnement P44
communautaire en santé. Formations du personnel P31 stratégique.
de santé en plaidoyer. Petits groupes.
Etude de cas. P50
Jeu de rôles. P49

53
III. Annexes

Annexe 1 : Modèle de grille d’informations sur les participants de la formation

Association :

Projet :

Atelier de formation :

Grille d’informations sur les participants de la formation

Bénéficiaire du même
Noms et module de formation
Organisation Fonction Observations
prénoms auparavant
(date et année)

55
Annexe  2 : Modèle du plan de séances de formation

Projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Plan de séance de l’atelier de formation

durée Module et
Horaire Méthodologie Matériel Qui
(min) thèmes
JOUR 1
Thème 1 : introduction de l’atelier.
09h00 15 min Introduction Mot de bienvenue : Ahmed

Connaissance Exercice : Flipchart et Hassan


des uns et marqueurs
des autres Objectif :
Méthodologie:
Evaluation Exercice : évaluation pré test Flipchart Idem
pré test des
connaissances Objectif :
des
participants Méthodologie: Fiche
d’évaluation
pré test
Attentes/ Objectif : Connaître les attentes Flipchart et Idem
questions et questions des participants vis- marqueurs
à-vis de l’atelier

Méthodologie :

Présentation Objectif : Flipchart et Idem


des objectifs marqueurs
spécifiques Présentation des objectifs
Explication des objectifs.
Est qu’il y a des questions ?
Présentation Présentation du programme. Idem
du
programme
10h50 à 11h05 Pause café

56
III. Annexes

Thème 2 : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Objectif : Flipchart et Idem
marqueurs
Méthodologie :

Pause déjeuné
Objectif : Flipchart, Idem
marqueurs
Méthodologie : et cartes

16h00 Pause café


Thème 3 : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Objectif : Flipchart, Idem
marqueurs
Méthodologie : et cartes

JOUR 2
Rappel des Qu’est ce qu’on a retenu, lors de Idem
messages la première journée ?
clefs de la
première
journée
Flipchart,
Objectif : marqueurs Idem
et post-it
Méthodologie :

Pause café
Objectif : Flipchart, Idem
marqueurs
Méthodologie : et cartes

Pause déjeuné
Objectif : Flipchart Idem
(grand
Méthodologie : papier),
marqueurs
et cartes
Pause café
Objectif : Flipchart et Idem
marqueurs
Méthodologie :

57
Jour 3
Rappel des Qu’est ce qu’on a retenu, lors de
messages la deuxième journée ?
clefs de la
deuxième
journée
Objectif : Flipchart, Idem
marqueurs
Méthodologie : et papier 4

Pause café

Objectif : Flipchart et Idem


marqueurs
Méthodologie :

Pause déjeuné
Objectif : Flipchart et Idem
marqueurs
Méthodologie :

Pause café
Objectif :

Méthodologie:

58
III. Annexes

Annexe 3 : Modèle du programme de la formation

Première journée

Horaire Activités à entreprendre

Thème 1 : Introduction de l’atelier

09h00-09h30 Allocution et mot d’ouverture.


Introduction de l’atelier (Cadre, Objectifs, Attentes, Normes et
Logistiques), pré test (en plénière).

Thème 2 : La communication

09h30-10h00 Qu’est ce que la communication et ses types ? (travail de groupe).

09h30-10h00 Qu’est ce que la communication interpersonnelle ? (travail de groupe).

09h30- 10h00 Qu’est ce que la communication participative ? (travail de groupe).

10h00-10h30 Restitution, discussion et synthèse.

10h30-10h45 Pause café

10h45-12h00 Quelles sont les composantés de la communication ? (travail de groupe).

10h45-12h00 Quels sont les éléments de la communication efficace et ses obstacles?


(travail de groupe).

12h00-13h00 Restitution, discussion et synthèse.

13h00-14h00 Pause Déjeuner.

14h00-14h30 Qu’est ce que l’andragogie ? (en plénière).

14h30-15h00 Quelles sont les conditions de l’apprentissage des adultes ? (travail en


groupe).

15h00-15h40 Restitution, discussion et synthèse.

15h40-16h00 Qu’est ce que le leadership ? (en plénière).

16h00-16h30 Quelles sont les qualités humaines que doit avoir un leader ? (travail de
groupe).

16h00-16h30 Qu’est ce que la communication pour le leadership ? (travail de groupe).

16h30-17h00 Restitution, discussion et synthèse.

17h00-17h15 Evaluation de la première journée de formation.

59
Seconde journée

Horaire Activités à entreprendre

Thème 3 : Outils de communication et TAG

09h00-09h15 Restitution des messages clefs de la troisième journée, par un ou


deux participants.

09h15-09h30 Quels sont les outils de communication que vous utilisez pour la
promotion de la participation communautaire en santé ? (en plénière).

09h30-10h30 Que sont une réunion, ses objectifs et le processus de sa tenue ? (travail
de groupe).

09h30-10h30 Que sont l’atelier participatif de formation, ses objectifs et le processus


de sa conduite ? (travail de groupe).

10h30-10h45 Pause café.

10h45-12h00 Restitution, discussion et synthèse.

12h00-13h00 Que sont le groupe de discussion, ses objectifs et le processus de sa


tenue ? (travail de groupe).

12h00-13h00 Que sont le plaidoyer, ses objectifs et le processus de la tenue d’une


action de plaidoyer ? (travail de groupe).

13h00-14h00 Pause Déjeuner.

14h00-15h00 Restitution, discussion et synthèse.

15h00-15h40 Quels sont les repères de gestion du groupe ?

15h00-15h40 Quelles sont les TAG adaptées aux outils de communication en objet ?

15h40- 6h20 Restitution, discussion et synthèse.

16h20-16h35 Évaluation de la deuxième journée de formation.

60
III. Annexes

Troisième journée

Horaire Activités à entreprendre

Thème 3 : Outils de communication et TAG

09h00 -09h30 Restitution des messages clefs de la troisième journée, par un ou


deux participants.

09h30-10h30 Préparer et simuler la tenue d’une réunion de planification de la


promotion de la participation communautaire en santé dans le comité
local de santé (travail de groupe).

09h30-10h30 Préparer et simuler la tenue d’une réunion de prise de décision au


sujet de l’accompagnement des PRC dans la mise en œuvre de leurs
responsabilités dans le comité local de santé (travail de groupe).

09h30-10h30 Préparer et simuler la tenue d’une réunion de plaidoyer en faveur de la


mise en œuvre de la promotion de la participation communautaire en
santé dans le comité local de santé (travail de groupe).

10h30 Pause café.

10h45-11h45 Restitution, discussion et synthèse.

11h45-12h45 Préparer et simuler la conduite d’un atelier de formation des PRC


en communication et TAG pour la promotion de la participation
communautaire en santé (travail de groupe).

11h45- 12h45 Préparer et simuler la tenue d’un groupe de discussion sur un sujet lié à
la santé au profit des PRC (travail de groupe).

13h00-14h00 Pause Déjeuner.

14h00-15h00 Restitution, discussion et synthèse.

15h00-15h30 Discussion et synthèse générale.

15h30-16h00 Évaluation de la formation.

61
Annexe 4 : Modèle de la fiche technique

Fiche technique de l’activité «. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  »

Sujet : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Date : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Durée : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Bénéficiaires : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Facilitateur : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Objectifs  :

Messages Clés :

1- Introduction :

2- Mise en train :

Déroulement de la séance :
3- Apprentissage :

4- Évaluation :

62
III. Annexes

Annexe 5 : Modèle du compte rendu

Compte Rendu de «. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  »

1- Introduction (à ne pas dépasser quatre lignes)

................................................................................................................................

................................................................................................................................

...............................................................................................................................

...............................................................................................................................

...............................................................................................................................

2- Description des points saillants de la discussion

Problèmes rencontrés :

• Sujet abordé

• Matériel pédagogique

• TAG utilisées

Solutions envisageables :

63
Annexe 6 : Canevas de la fiche du jeu de rôle

OBJECTIF :

SITUATION : (un paragraphe bref)

ROLE No 1 : Nom

ROLE No 2 : Nom

64
IV. Glossaire

Approche communautaire : est un ensemble d’outils et techniques fondées sur une


philosophie qui vise sur la reconnaissance et la valorisation du potentiel des individus, des
réseaux sociaux, des milieux et des communautés. Cette orientation emphase le partage des
responsabilités individuelles et collectives dans la réponse aux besoins et problèmes de vie
des individus et de la communauté.

Communauté : est un groupe de personnes qui ont un sentiment d’avoir des choses en
commun; un groupe de personnes qui habitent dans un village ou un quartier, qui travaillent
ensemble, qui partagent des intérêts et des circonstances. Une personne peut appartenir
à plusieurs communautés. De nouvelles communautés apparaissent dans de nouvelles
circonstances et situations.

Compétence : est la mobilisation ou l’activation de plusieurs savoirs. Savoir être et savoir-


faire dans une situation et un contexte données7.

Développement local : est l’expression d’un changement social caractérisé par la montée du


partenariat, l’émergence d’acteurs différents, la recherche de solutions alternatives à celles
des appareils macro-économiques.

Diagnostic Communautaire Participatif : est un processus qui permet de collecter des


informations sur la situation et les besoins d’une communauté en impliquant cette communauté
dans la collecte et l’analyse des informations grâce à une méthodologie participative.

Mobilisation communautaire : est le processus de renforcement des capacités à travers


lequel les individus, les groupes ou les organisations planifient, mettent en œuvre et évaluent
des activités sur des bases participatives et pérennes pour le changement et le développement

Outil : est un titulaire pour mettre en œuvre une tâche (Exemple : le questionnaire est un outil
de collecte des donnés. Le questionnement est une technique utilisée dans le questionnaire et
dans d’autres outils de Diagnostic Communautaire Participatif tel que le focus groupe).

Participation dans le domaine de la santé : l’une des composantes était la participation


des habitants, à tous les stades de l’élaboration, de la mise en œuvre/suivi et l’évaluation
des activités de santé dans le cadre d’un projet ou programme d’amélioration de santé de la
population8.

7
Guy LE BOTERF
8
Apparue d’abord dans la Déclaration d’Alma-Ata, conférence mondiale de l’OMS de 1977, qui a mis l’accent
sur ce qu’on a appelé «les soins de santé primaires»

65
Participation communautaire : est un processus social grâce auquel les gens prennent
volontairement part aux activités formelles et informelles, aux programmes et aux discussions
afin de susciter un changement planifié ou une amélioration de la vie, des services ou des
ressources communautaires9. La participation communautaire représente une approche
ascendante ou populaire de la planification des programmes et de la prise de décision10. Le
degré de participation communautaire se situe entre la simple réception d’information sur les
programmes et la capacité d’influer sur les priorités et les ressources11.

Personne relais communautaire : est une personne volontaire leader (femme ou homme)
qui relie entre le personnel des centres de santé et les usagers de services de santé pour leur
faciliter l’accès à ces services.

Processus : est la succession d’étapes inter liées à parcourir et ensemble d’outils et techniques
pour atteindre un but.

Projet : est un ensemble d’activités qui débouchent à des résultats qui visent à atteindre un
objectif spécifique et à long terme un ou des objectifs généraux dans un temps et contexte
définis et à l’aide des ressources humaines, financières et matérielles.

9
Bracht et al, 1990
10
Nilsen, 2006
11
Tones et Green, 2004

66
V. Sigles et
Abréviations

ADL Agent de Développement Local.

COC Conseil Communal.

COM Conseil Municipal.

CPN Consultation Post Natal.

CIPD Conférence Internationale de Population et de Développement.

DAO Dar Al Omouma.

DCP Diagnostic Communautaire Participatif.

GD Groupe de Discussion.

IEC Information, Education et Communication.

PCD Plan Communal de Développement.

PCS Participation Communautaire en Santé.

PF Planification Familiale.

PS Personnel de Santé.

PRC Personnes Relais Communautaires.

RAMED Régime d’Assistance Médicale aux Populations Démunies.

TAG Techniques d’Animation de Groupe.

VCD Volontaires Communautaires de Développement.

67
VI. Bibliographie

BEAU DOMINIQUE, Roger - la boîte à outils du formateur- 100 fiches de


pédagogie, Paris édition d’organisation, 2000.

LAURE FRANCOIS, le guide des techniques d’animation - méthodes et outils pour


réussir vos animations - Paris, Dunod, 2000.

LIPIANSKY, identité et communication, PUF, 1992.

MACCIO CHARLES - Animation de groupes - Chronique sociale. Lyon, 1990.

MUCHIELLI ROGER - la conduite des réunions - les fondements du travail en


groupe ESF, éditeur 2000.

MUCHIELI R - la dynamique du groupe - ESF 15e édition, 2000.

ROGER C - le développement de la personne, Dunod 1970.

SHAW, 1970, in Rey, JP, Hauw, D., et al - le groupe Edition Revue éducation
physique et sportive - Paris 2000.

TESSIER S, ANDREYS J-B RIBEIRO MA - santé publique, santé communautaire,


Maloine, Paris, 2004.

www.aidsalliance/org/publications. 100 façons d’animer un groupe.

69