Vous êtes sur la page 1sur 20

Dimensionnement des

planchers

Ecole Nationale Polytechnique


Département de Génie Civil
Dalle associée à des poutres principales et
secondaires
Dalle associée à des poutres principales et secondaires
Ce type de planchers est le plus couramment utilisé dans les bâtiments industriels ou
d'habitation. Il est constitué par une dalle (également appelée hourdis), d'épaisseur constante,
reposant sur un système de poutres secondaires et de poutres principales.

Poutre principale
Nadjia MIHOUBI BAOUCHE

Poutre secondaire
Transmission des efforts

Figure P6: Plancher avec dalle, poutres secondaires et poutres principale

5
Comment déterminer les efforts dans une dalle?
Calcul des efforts dans une dalle
Définitions
1) Une dalle est une plaque portant dans les deux directions (appuyée sur son pourtour)

2) Une poutre dalle est une plaque présentant deux bords libres sensiblement parallèles,
distants d'au moins trois fois l'épaisseur.

3) On appelle "élancement" du panneau le rapport  = lX/lY ≤ 1


Par convention : lx = petite portée → lX et lY mesurées entre nus des appuis

Aspect théorique
La théorie du calcul des plaques chargées transversalement et dont les déformations restent petites conduit
à la résolution de l'équation aux dérivées partielles:
𝝏𝟒 𝒘 𝟐𝝏𝟒 𝒘 𝝏𝟒 𝒘 𝒒
+ + =
𝝏𝒙𝟒 𝝏𝒙𝟐 𝝏𝒚𝟐 𝝏𝒚𝟒 𝑫

Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


w = flèche de la plaque, c'est-à-dire, sa déformation perpendiculaire à son plan.
q = fonction de la charge (charge uniformément repartie d'intensité q).
𝑬𝒆𝟑
D = rigidité de la plaque =
𝟏𝟐(𝟏−𝝂𝟐 )
E = module d'Young
ν = coefficient de Poisson du matériau (ν = 0 à l'E.L.U et 0.2 à l'E.L.S)
e = épaisseur de la plaque
7
Calcul des efforts dans une dalle
Calcul des moments et des efforts tranchants d'après les abaques de Pigeaud
Pigeaud a publié dans les annales des Ponts et Chaussées des abaques permettant de déterminer les
moments maximaux suivant la petite et la grande portée pour les plaques rectangulaires simplement
appuyées sur leur pourtour , soumises aux charges suivantes:
 charge uniformément repartie sur la surface de la plaque;
 charge uniformément repartie sur un rectangle concentrique à la plaque.

A) Cas des plaques chargées uniformément

Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


En désignant par:
𝒍𝒙 𝒍𝒚
α= → α’ =
𝒍𝒚 𝒍𝒙

lX et lY = dimensions des plaques mesurées entre nus des appuis et telles que lX ≤ lY
1) Panneau rectangulaire isostatique
Moments de flexion Mox et Moy par unité de longueur, au centre de la plaque :
 Suivant le sens de la petite portée: 𝑴𝒐𝒙 = (𝑴𝟏 + 𝝂𝑴𝟐 )𝒒 𝒍𝒙 𝒍𝒚 (daN.m/m)
 Suivant le sens de la grande portée: 𝑴𝒐𝒚 = (𝑴𝟐 + 𝛎𝑴𝟏 )𝒒 𝒍𝒙 𝒍𝒚 (daN.m/m)

q = charge uniformément repartie


M1 = valeur donnée par l'abaque en fonction de α
M2= valeur donnée par l'abaque en fonction de α'
8
Calcul des efforts dans une dalle
2) Dalle continue
Pour les dalles continues, constituées de panneaux rectangulaires considérés comme encastrés sur leurs bords
(panneau relié à des appuis présentant un moment d'inertie important, il en résulte un encastrement partiel
de ses bords, donc apparition d'un moment négatif à ce niveau), le calcul des moments de flexion s'effectue
par la méthode forfaitaire suivante:

Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


a) Déterminer les moments de flexion, Mox et Moy, dans chaque plaque comme si elle était simplement
appuyée,
b) Calculer les moments dans les plaques « réelles » comme étant égaux à ces moments isostatiques
multipliés par des coefficients forfaitaires pris égaux à :
Pour un panneau courant (continu sur ses 4 bords)
Mtx = 0.75Mox
Mty = 0.75Moy
 Dans le sens de la petite portée
Dans le sens de la grande portée
Max = -0.5Mox May = -0.5 Mox= Max

Pour un panneau de rive (à l'extrémité de la dalle)


Mtx = 0.85 Mox Mty = 0.85 M0y
 Dans le sens de la petite portée Max, extrême = -0.3 Mox  Dans le sens de la grande portée May, extrême = -0.3 M0x
May, continu = -0.5 M0x
Max, continu = -0.5 Mox
Le moment sur appui commun à deux panneaux est le plus grand en valeur absolue.

9
Calcul des efforts dans une dalle
Panneau continu Panneau de rive
Nadjia MIHOUBI BAOUCHE

𝐌𝐘

𝐌𝐗

Figure P7: Dispositions forfaitaires

10
Calcul des efforts dans une dalle
3) Effort tranchant
Effort tranchant par unité de longueur pour les dalles s’appuyant sur quatre côtés:
𝒑
 Effort maximal au milieu de ly : 𝑽𝒙 = (daN/m)
𝟐𝒍𝒚 +𝒍𝒙
𝒑
 Effort tranchant maximal au milieu de 𝒍𝒙 : 𝑽𝒚 = ≤ 𝑽𝒙 (daN/m)
𝟑𝒍𝒚
𝒒𝒍𝒙 𝒒𝒍
p = charge totale uniformément repartie sur la surface de la plaque → p = q . lx . Ly → 𝑽𝒙 = et 𝑽𝒚 = 𝒙
𝟐+α 𝟑

B) Cas des plaques chargées par un rectangle de dimensions u x v centré

Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


Soit P la valeur de la charge localisée centrée
Les moments de flexion pour une plaque simplement appuyée sont:
 Sens de lx : Mx = (M1 + νM2) P (daNm/m)
 Sens de ly : My = (M2 + νM1) P (daNm/m)

𝒍𝒙 𝒖 𝒗
M1 donné par un graphe en fonction de α = , et
𝒍𝒚 𝒍𝒙 𝒍𝒚
𝒍𝒙 𝒖 𝒗
M2 donné par un graphe en fonction de α = , et
𝒍𝒚 𝒍𝒙 𝒍𝒚

La remarque concernant l'encastrement partiel des bords (cas des plaques chargées uniformément) reste
𝑴𝒂𝒘 +𝑴𝒂𝒆
valable. D’une manière générale, il faut toujours respecter la relation suivante: Mt + ≥ 1,25 M0X
𝟐

11
Calcul des efforts dans une dalle
Remarque: Rectangle d’impact
Toute force appliquée à la face supérieure de la dalle d’épaisseur h sur un rectangle d’impact
de dimension uo x vo est supposée agir uniformément (après diffusion des charges suivant un
angle de 45°) au niveau du feuillet moyen sur un rectangle de dimensions u x v tel que:
- u = uo + h et v = vo + h → si la force est appliquée directement sur la dalle
- u = uo + h + ξ h1 et v = vo + h + ξ h1 → s’il existe un revêtement d’épaisseur h1

Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


Figure P8: Dimensions du rectangle d’impact

Où :
- ξ = 2 → pour un revêtement en béton ou un matériau analogue
- ξ = 1.5 → pour un revêtement moins résistant que le béton (asphalte coulé, béton bitumineux,
enrobé, etc.)

12
Calcul des efforts dans une dalle
Effort tranchant par unité de longueur

𝑷
au milieu de u → V = 𝟐𝒖+𝒗

Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


Si u > v
𝑷
au milieu de v → V = 𝟑𝒖
𝑷
au milieu de u → V = 𝟑𝒗
Si u < v
𝑷
au milieu de v → V = 𝟐𝒗+𝒖

13
Calcul des efforts dans une dalle
Calcul des moments et des efforts tranchants conforme au BAEL (ou CBA 93)
A) Cas des panneaux rectangulaires avec α ≤ 0.4
Si :
𝒍𝒙
 α= ≤ 0.4
𝒍𝒚

 Dalle uniformément chargée


Alors, la dalle se calcule comme si elle reposait sur deux appuis (les grands côtés ly): on dit que la dalle porte
suivant un seul sens. Ce calcul s'effectue de la même manière que pour les poutres et avec les mêmes
méthodes (règles forfaitaires, règles pour les planchers à fortes surcharges ou résistance des matériaux) en
considérant une bande de dalle de largeur égale à 1m, de hauteur totale h, de portée lx et soumise à la
charge uniforme q.
Parallèlement à ly, on dispose une quantité d’armatures dites de répartition. Leur section doit être au moins
égale au quart des armatures principales Ax, soit : ωy = 0.25 ωx
Nadjia MIHOUBI BAOUCHE

Figure P9: Ferraillage d’un panneau avec α ≤ 0.4


14
Calcul des efforts dans une dalle
B) Cas des panneaux rectangulaires avec α > 0.4
Une dalle est supposée travaillant dans les deux directions si :
 0.4 < α ≤ 1 et dalle uniformément chargée
 Dalle soumise .

L’ annexe F3 des BAEL traite uniquement le cas des panneaux rectangulaires uniformément chargés, et
articulés sur leur contour. Les moments fléchissant au centre du panneau sont donnés par les relations :
 Sens lX → M0x = μx qlx2
 Sens lY → M0y = μy Mox
Où, μx et μy sont donnés par le tableau ci-contre.
Nadjia MIHOUBI BAOUCHE

Tableau P1: μ = f(α)

15
Comment ferrailler une dalle ?
Ferraillage d’une dalle
Armatures de flexion
1) Les armatures de flexion sont calculées en considérant une bande de 1 mètre de largeur, et en utilisant
les relations obtenues pour le calcul des poutres fléchies.
h hy h x
La section des armatures de répartition Ay doit satisfaire les inéquations:
𝟏
Ay ≥ A → charges réparties
𝟒 x
→Фmax ≤ h/10

Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


𝟏
Ay ≥ A → charges concentrées
𝟑 x
2) L’espacement des armatures d’une même nappe ne doit pas dépasser les valeurs suivantes:

Armatures d’effort tranchant


Aucune armature d’effort tranchant n’est à prévoir si :
 La dalle ou poutre-dalle est bétonnée sans reprise sur toute sa hauteur.
𝒇𝒄𝒋
 La contrainte tangente τu due aux charges réparties est telle que : τu ≤ 0.07 (τu ≤ 0.05 fcj si γb = 1.5),
𝜸𝒃
𝒇𝒄𝒋
→ Vu ≤ 0.07 d (MN/m, m, MPa) → Condition pouvant fixer l’épaisseur “h” de la dalle
𝜸𝒃

 La condition de non fragilité arrêtant le pourcentage minimal d’armatures est respectée.


 Dans d’autres situations, les armatures d’effort tranchant sont calculées conformément aux règles
spécifiques aux états limites
17
Ferraillage d’une dalle
Armatures de poinçonnement
Aucune armature de poinçonnement n’est envisageable si, pour une charge localisée éloignée des bords de
la dalle :
𝟎,𝟎𝟒𝟓
Qu ≤ 𝒖𝒄 h 𝒇𝒄𝟐𝟖 (MN, m, MPa)
𝜸𝒃

Où:
𝑸𝒖 = valeur de calcul à l’état limite ultime de la charge localisée

Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


𝒖𝒄 = périmètre du rectangle d’impact u x v au niveau du feuillet moyen → 𝒖𝒄 = 2(u + v)

Si cette inégalité n’est pas vérifiée, il faut faire participer les armatures horizontales en remplaçant le
coefficient 0,045 par l’expression suivante :
𝒅
(0,05 + 1,5 ρ𝒎 )
𝒉
Où:
ρ𝒎 = pourcentage moyen = ρ𝒙 ρ𝒚

Si l’inégalité n’est toujours pas vérifiée, il faut augmenter l’épaisseur de la dalle (dans la mesure du
possible) ou bien, prévoir des armatures de poinçonnement qui seront calculées et disposées conformément
aux normes en vigueur (BAEL, ..).

18
Ferraillage d’une dalle
Disposition des armatures

Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


Arrêt des barres
1- Armatures inferieures: quadrillage uniforme = une barre sur deux arrêtée à une distance b = lx/10 avant le
nu d’appui
2- Armatures supérieures: section d’acier réalisée avec des barres décalées dépassant respectivement des
longueurs l1 et l2 du nu d’appui tel que :
 l1 ≥ max [λ lx ; la]
 l2 ≥ max [0.5l1 ; la]

λ = 0.05 + 0.30 Ma/Mx


la = longueur d’ancrage
Ma= moment sur appui
Nadjia MIHOUBI BAOUCHE 19
Ferraillage d’une dalle
𝒍𝑿
3) Arrêt des barres forfaitaire d’un panneau ABCD faisant partie d’une dalle continue : 0,4 ≤ ≤1
𝒍𝒀

la + 0,15 lX la + 0,15 lX
la + 0,20 lX

Filante
0,8 lX

Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


la + 0,2 lX
Filante
lY – 0,2 lX
 Armatures inferieures: quadrillage uniforme sur toute la surface, une barre sur deux arrêtée à lX/10
avant le nu d’appui
 Armatures supérieures: longueur d’un chapeau dans le cas de panneaux identiques
L = 2[la + 0,15 lX (ou 0,20 lX)] + épaisseur du nu

Remarque
Si la dalle présente des ouvertures ou trémies, il faut disposer dans les deux directions une quantité
d’armatures équivalente à la section coupée. Etant donné que la transmission des efforts des barres coupées
vers celles du renfort se fait par des bielles inclinées à 45°, la longueur des barres de renfort est donc prise
égale à : u + v + 2 𝒍𝒔 (u et v étant les dimensions de la trémie et ls longueur de scellement droit).

20
Ferraillage d’une dalle
Vérification des déformations
Les déformations des dalles, des poutres principales et secondaires doivent rester assez faibles pour éviter
des désordres importants au niveau des revêtements de sol, des plafonds, des cloisons, ou tout autres
éléments supportés par l’ossature du bâtiment.
Pour se dispenser des vérifications concernant l’état limite de déformation prévues par le règlement BAEL
(B.7.5), l’épaisseur des dalles doit respecter la condition suivante:
lx /50 ≤ h ≤ lx/30

Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


Condition de non fragilité
Pour les dalles rectangulaires s’appuyant sur 4 côtés et soumises à la flexion simple, il faut quantité
d’armatures au moins égale à :
𝑨𝑿
 ρx ≥ [(3 - α)/2]ρ0 → ρx =
𝒃𝒉
𝑨𝒀
 ρy ≥ ρ0 → ρY =
𝒃𝒉
𝒇𝒕𝒋
 ρ0 ≥ 0.23
𝒇𝒆
En d’autres termes, les armatures normales à toute section transversale soumise à la flexion simple doivent
présenter une section minimale correspondant aux taux d’armatures suivants:
12 h → RL
AY,min (𝒄𝒎𝟐 /m) = 8 h → Fe 400
6 h → Fe 500 ou TS
AX,min (𝒄𝒎𝟐 /m) = AY,min ((3 - α)/2) (h exprimée en mètres)
21
Ferraillage d’une dalle
Hauteur utile ‘’d’’
Ø𝒙 + Ø𝒚
dY = dX - 𝒅𝒚
𝟐 𝒅𝒙

𝑨𝒚 𝑨𝒙

Sections Ax et Ay
La section Ax est calculée pour équilibrer un moment Mx . Si la fissuration est :
 peu préjudiciable, Mx correspond à l’état limite ultime : Mx = Mx,ultime
 préjudiciable ou très préjudiciable, Mx correspond à l’état limite de service, Mx = Mx,service , avec:

Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


Øx ≥ 6 mm si la fissuration est préjudiciable
Øx ≥ 8 mm si la fissuration est très préjudiciable

La section AY est déterminée comme Ax , avec les conditions:


𝑨𝒙 𝒅𝒙 𝑴𝒙
 Cas des charges localisées + charges uniformément réparties → Ay ≥ x → My ≥
𝟑 𝒅𝒚 𝟑
𝑨𝒙 𝒅𝒙 𝑴𝒙
 Cas des charges reparties → Ay ≥ x → My ≥
𝟒 𝒅𝒚 𝟒

 Cas de charges localisées mobiles → Ax et Ay conservées dans leur totalité jusqu’aux appuis

22