Vous êtes sur la page 1sur 3

Compte-rendu Pari d’Avenir

23 Juillet 2008

Thématique : Pour une réflexion sur la notion de « culture scientifique » (CS)

1. Peut-on pleinement intégrer la science dans la culture ?

2. Ne faudrait-il pas pour ce faire bien davantage « lâcher prise et laisser les
citoyens s’en saisir ?

3. La culture scientifique a-t-elle une spécificité ?

• Point de départ de notre réflexion : la question de la spécificité de la CS

Retour sur les différentes étapes de l’histoire de la CS (en lien étroit avec celle de
la vulgarisation puis de la médiation scientifique et des valeurs, des objectifs
dont elles se réclament)

La question des changements de paradigmes de la CS :

• Positivisme

• Citoyenneté

• Utilité économique

Etude de D. Jacobi des discours sur la science dans « Le Monde ».

Qu’est-ce qui relève de la culture scientifique ? Un discours scientifique ? Un


discours sur la science ? Tout ce qui a trait de près ou de loin à la science ?

Nécessité de la définition de « culture scientifique » et de culture au sens large.

Déf 1 :

La culture scientifique peut s’entendre comme les éléments de base pour se faire
son propre jugement et suscitant la joie de connaître, de comprendre, de
découvrir, d’admirer.

Déf 2 :

La CS comme moyen d’appropriation et de réflexion sur ce qui est autour de


nous, ce qui permet de se repérer, s’orienter, ce qui définit un rapport au monde.
« Mettre la science en culture » reviendrait alors à donner la possibilité à tout un
chacun d’être acteur dans son environnement (ex : culture sur la question du
climat).

• Lien entre CS et citoyenneté

Accéder à la CS : seulement un moyen de mieux exercer son rôle de citoyen ? (cf


lien historique entre citoyenneté et émergence du terme, de la notion de CS).

Elément de réponse :

La CS n’est pas forcément/ seulement un besoin de société, mais peut être


gratuite, associée avant tout à la notion de plaisir.

« Vivre différemment son environnement » se plaçant en amont d’une position


citoyenne.

• Reformulation de la question 1

Qu’est-ce qui pourrait empêcher d’intégrer pleinement la science dans la


culture ?

• Traumatisme des études scientifiques

• Question des préjugés dont souffrent les sciences (difficultés, réservées


aux spécialistes)

• La culture scientifique est-elle vraiment spécifique (parallèle avec la


culture dans le domaine artistique)

• La question des amateurs : non reconnus comme scientifiques

Un frein important : les scientifiques eux-mêmes. Etre scientifique ne signifie pas


avoir une culture scientifique…

• Pointer la différence entre le culturel et ce qui relève de la formation

« Mettre en appétit de science » se distingue de la formation d’un citoyen.

• Le « lâcher-prise »

- Quel(s) problème(s) cela pourrait-il poser ?

Instrumentalisation de la science, de l’autorité du chercheur


Discours faux, peu rigoureux, etc.

- Est-ce vraiment un problème ?

La science a une image d’objectivité. Il s’agit donc de clairement se


positionner au préalable, avant tout discours, en tant que « semeur de
science dans l’imaginaire collectif » ou en tant que scientifique « garant »
de rigueur et d’objectivité.

- Quel(s) frein(s) au lâcher-prise ?

Difficulté à rendre identifiable le costume que l’on endosse (acteur de la


CS, scientifique, etc.)

Les scientifiques et la reconnaissance des pairs, d’une communauté

• Notion de tissu culturel

Les scientifiques sont-ils les plus à même d’être acteurs de la CS ?

« Mettre la science en culture » : réseau intégrant scientifiques et non


scientifiques, maillon indispensable.