Vous êtes sur la page 1sur 6

Commande par PI à gain variable d’un Système Eolien à Base

d’une Génératrice Asynchrone à Double Alimentation


ANDRIANANTENAINA Tsiory P. (1*), Jean N. RAZAFINJAKA(2), ANDRIANIRINA Charles B. (3),

Laboratoire d’Automatique, Ecole Supérieure Polytechnique, Université d’Antsiranana, Madagascar


(1*) (2)

Laboratoire d’Electronique Industrielle, Ecole Supérieure Polytechnique, Université d’Antsiranana, Madagascar


(3)
* E-mail: otantikroysti@gmail.com, Tél: +261 34 25 408 10

I. Introduction
Le développement et l’exploitation des énergies renouvelables (EnR) ont connu une forte croissance
ces dernières années. Parmi ces sources d’énergies, l’éolienne représente un potentiel assez important
non pas pour remplacer les énergies existantes, mais pour palier à l’amortissement de la demande de
plus en plus croissante [1].
Les énergies éoliennes peuvent contribuer avec une part significative aux nouvelles sources d’énergie
n’émettant pas de gaz à effet de serre [2].
Dans cet article, nous présentons d'abord le modèle et la commande vectorielle de la GADA. Ensuite
nous développons le contrôle de puissance avec les régulateurs classique PI et VGPI. Enfin, nous
donnons quelques observations en comparant ces deux contrôleurs [3], [4].
II. Système de conversion d’énergie éolienne
Le système de conversion éolienne, qui est représenté sur la figure1, se compose de : une turbine, un
multiplicateur, une GADA et deux convertisseurs [3], [4].
La turbine transforme l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique et la puissance cinétique
totale disponible sur la turbine d’une éolienne est donnée par [6] :

1
P R T2 V 3C p (1)
2
Pour les éoliennes, le coefficient d’extraction d’énergie Cp qui dépend à la fois de la vitesse du
vent et de la vitesse de rotation de la turbine est généralement défini dans l’intervalle 0.35 - 0.59 [3],
[4].
Ainsi, la GADA transforme cette dernière en énergie électrique. Les convertisseurs sont utilisés pour
transférer l’énergie maximale délivrée par l’éolienne au réseau en fonction de la vitesse du vent.

Fig.1 : Schéma de principe d’une éolienne basée sur une MADA [7]

III. Modélisation et commande vectorielle de la GADA


La modélisation de la GADA est décrite dans le référentiel de Park. Le système d’équation suivant
décrit la modélisation globale de la génératrice :
3.1. Equations électriques et magnétiques
 dsd sd  Ls .isd  M.i rd
 Vsd  R sisd  - coor sq

dt   Ls .isq  M.i rq
 dsq  sq
 V  R sisq   coor sd (2)  (3)
rd  L r .i rd  M.i sd
 sq dt

drd
V  R r i rd  -  coor    rq rq  L r .i rq  Mi sq
 rd dt 
 drq
V  R r i rq    coor    rd


rq
dt

3.2. Equation du couple


Le couple électromagnétique s’exprime quant à lui en fonction des courants et des flux par :
M
Cem  p (sq i rd  sd i rq ) (4)
Ls
Les puissances actives et réactives statoriques et rotoriques de la MADA s’écrivent comme suit :
PS  Vsd Isd  Vsq Isq Pr  Vrd I rd  Vrq I rq
Côté stator : (5) Côté rotor : (6)
QS  Vsq Isd - Vsd Isq Qr  Vrq Ird - Vrd I rq

3.3. Commande vectorielle de la GADA


Pour pouvoir contrôler facilement la production d’électricité de l’éolienne, nous allons
réaliser un contrôle indépendant des puissances actives et réactives en établissant les équations qui
lient les valeurs des tensions rotoriques, générées par un onduleur, aux puissances actives et réactives
statoriques [4].
Pour des raisons évidentes de simplification, un référentiel d-q lié au champ tournant et un
flux statorique aligné sur l’axe d ont été adoptés [6,7,8].
En conséquence :

sd  s
 (7)
sq 0

L’équation (3) des flux devient :

sd  s  Ls .isd  M.i rd



0  Ls .isq  M.i rq
 (8)
rd  L r .i rd  M.isd
rq  L r .i rq  Misq

Si on suppose que le réseau électrique est stable, cela conduis à un flux statorique s constant. De
plus, la résistance statorique peut être négligée étant donné que c’est une hypothèse réaliste pour les
génératrices utilisées dans l’éolienne. Partant de ces considérations, on obtient :
Vsd  0
(9)
Vsq  Vs  ss
A l’aide de l’équation (8), on peut établir le lien entre les courants statoriques et rotoriques :
 M.i rd et M
isd = s  isq  - i (10)
Ls Ls Ls rq
L’adaptation des équations des puissances aux hypothèses simplificatrices donne :
 M
Ps  - Vs . L i rq
 s (11)

Q  - V . M Vs2
i rd 


s s
Ls Ls .s
Pour le contrôle de la génératrice, des expressions sont établies montrant la relation entre les
courants et les tensions rotoriques qui lui seront appliquées.
 dird
Vrd  R ri rd  Lr  - gs Lr i rq
 dt (12)
 di  
V  R i  L  rq  g  L i  MVs 
s  r rd
 rq

r rq r
dt  s Ls 
A partir des équations (9), (10), (11) et (12) un schéma bloc qui comporte en entrées les tensions
rotoriques et en sorties les puissances actives et réactives statoriques est établi dans la figure 2.

Fig.2 : Schéma bloc du système à réguler

IV. Contrôle du convertisseur côté machine (CCM) et côté réseau (CCR)


Les convertisseurs représentent aujourd’hui un composant essentiel dans les systèmes d’interfaçage
avec le réseau. Son utilisation vient du fait qu’il permet entre autre de contrôler les puissances actives
et réactives échangées avec le réseau ainsi que le bus continu. Il peut être utilisé en mode onduleur ou
en mode redresseur mais la modélisation reste la même dans les deux cas [5].
Les équations instantanées des tensions simples (VaN, VbN, VcN) à la sortie du convertisseur en fonction
des grandeurs de commande (Sa, Sb, Sc) sont données par :

 VaN   2 1 1  s a 
 V   E  1 2 1  . s 
 bN  3    b (13)
 VcN   
 1 1 2  s c 
Avec E la tension du bus continue

4.1. Commande de la GADA avec le régulateur PI et VGPI


Dans cette partie, on va présenter la régulation indépendante des puissances actives et réactive de la
GADA en basant sur un régulateur classique PI dont la synthèse a été faite par la méthode généralisée
et le régulateur PI à gain variable.
a) Synthèse du régulateur PI par la méthode généralisée
Pour avoir une forme simplifiée mais généralisée pour la fonction de transfert du régulateur PI [7], on
1  pTn 1  paT
pose : G R (p)   (14)
pTi p.b.K.T
Tn  a.T; a0
Ainsi, 
Ti  b.K.T; b  0
b) Synthèse du régulateur PI à gain variable ou VGPI
On peut écrire la fonction de transfert du régulateur PI sous cette forme :
1  pTn K
G R (p)   Kp  i
pTi p
Le régulateur PI à gain variable VGPI est basé sur celui du PI classique. Les gains proportionnel K p et
intégrateur Ki du régulateur PI classique sont fixes, alors que ceux du régulateur à gain variable
varient avec le temps suivant les fonctions suivantes :
 t n t<Ts
(K pf -K pi ) ( T ) +K pi
Gain proportionnel Kp : 
t  Ts
s (15)
K
 pf
 t n t<Ts
(K if -K ii ) ( ) +K ii
 Gain intégrateur Ki :  Ts
K t  Ts (16)
 if

Où les six paramètres du correcteur sont définis par : Kpi : valeur initiale de K p, Kpf : valeur finale de
Kp, Kii : valeur initiale de Ki, Kif : valeur finale de Ki, Ts : temps de saturation, n : degré du
régulateur.

Fig.3 : Contrôle du CCM et du CCR


V. Simulation et interprétation des résultats
La simulation est réalisée sous Matlab/Simulink. Nous avons donc soumis ce système à des échelons
de puissance active et réactive afin d’observer son comportement à vitesse fixe puis nous avons
simuler le système complet (Turbine avec MPPT et GADA avec VGPI)
1000 PsPI
PsVGPI -1500
0
Psref
-2000
Ps en [W]

Ps en [W]
-1000

-2500
-2000 PsPI
PsVGPI
-3000 -3000
Psref

-4000
1 2 3 4 5 6 4.2 4.4 4.6 4.8 5 5.2 5.4
temps en[s] temps en[s]

1500
600
1000
400
Qs en [VAR]

Qs en [VAR]
500
200
0 0
-500 -200
QsPI QsPI
-1000 QsVGPI -400 QsVGPI
Qsref Qsref
-600
-1500
1 2 3 4 5 6 4.4 4.6 4.8 5 5.2 5.4 5.6
temps en[s] temps en[s]
Fig.4 : Puissance active et réactive statorique à vitesse fixe avec PI, VGPI et leur zoom

5000 4000

3000

0 2000
Qs en [VAR]

1000
Ps en [W]

-5000 0

-1000

-10000 -2000
Ps -3000 Qs
Psref Qsref
-15000 -4000
0 5 10 15 0 5 10 15
temps en[s] temps en[s]

40
Fig.5 : Puissance active et réactive statorique40à vitesse variable avec VGPI
30 30
courant statorique en [A]

courant rotorique en [A]

20 20
400
300
10 10
300
0 200 0
200
-10 -10
100
Vas [V], Ias[A]

Vas [V], Ias[A]

100
-20 -20
Isa Ira
-300 Isb Irb
0 -30
Isc Irc
-40 -40
-100
0 5 10 15 0 5 10 15
-100
temps en[s] temps en[s]
-200
-200
-300 Vas Vas
6*Ias -300 6*Ias
-400
0 2 4 6 8 10 3.56 3.58 3.6 3.62 3.64
t[s] t[s]

Fig.6 : Tension et Courant statorique à vitesse variable avec VGPI et leur zoom

D’après la figure (4), on observe clairement qu’il n’y a pas une grande différence entre ces deux
régulateurs PI et VGPI pour la poursuite des consignes des puissances avec un temps de réponse très
rapide. On a testé la robustesse de ces deux régulateurs en variant brusquement la vitesse de rotation
de la machine de 1450 à 1600 tr/mn à t=4.5s et la résistance rotorique de Rr à 2* Rr à t=5s tout en
laissant les puissances actives et réactives constantes, on observe bien la supériorité du régulateur
VGPI par rapport au PI classique en rejetant efficacement les effets des perturbations.
Les performances de la chaine éolienne entrainé par une turbine sont montrées par les figures (5) et
(6). La consigne de la puissance active statorique est déterminée à partir de la puissance de la turbine.
On remarque un bon suivi de consigne pour la puissance active ainsi que la puissance réactive
statorique qui est maintenue nulle pour garder le facteur de puissance unitaire côté stator.

VI. Conclusion
Dans cet article, il a été présenté la commande avec un régulateur PI et VGPI d’un système de
conversion d’énergie éolienne équipée d’une génératrice asynchrone à double alimentation.
Ces deux types de régulateur sont testés et comparés pour leur performance en poursuite de consigne
et rejet de perturbation. Les résultats de simulation nous ont permis de juger la robustesse du
régulateur VGPI par rapport au PI classique

REFERENCES
[1] Mohamed Allam, Boubakeur Dehiba, Mohamed Abid, Youcef Djeriri, et Redouane Adjoudj,
≪Etude comparative entre la commande vectorielle directe et indirecte de la Machine
Asynchrone à Double Alimentation (MADA) dédiée à une application éolienne≫ JARST, 2014

[2] Mohamed Adjoudj, Mohamed Abid, Abdelghani Aissaoui, Youcef Ramdani, Houria Bounoua,
≪Commande par mode glissant d’une machine asynchrone à double alimentation montée dans
une éolienne≫ Revue « Nature et Technologie » n° 02/Janvier 2010. Pages 27 à 34

[3] Sid Ahmed El Mahdi ARDJOUN, Mohamed ABID, ≪Commande par Mode Glissant Flou d’un
Système Eolien à Base d’une Génératrice Asynchrone à Double Alimentation≫ 2èmes Journées
Internationales sur les Énergies Renouvelables et le Développement Durable. Laghouat, Juin
2012

[4] Sid Ahmed El Mahdi ARDJOUN, Mohamed ABID, Abdelghani AISSAOUI, Abdellatif NACERI,
≪Commande par Mode Glissant d’un Système Eolien à Base d’une Génératrice Asynchrone à
Double Alimentation≫ ICRE’2012–15/16 avril 2012 - Université A. Mira - Bejaia

[5] BOUMARAF Farid, ≪Commande D’un Aérogénérateur- Apport Des Techniques de


L’intelligence Artificielle≫ Thèse de Doctorat, Université de Batna, 2014

[6] Jean N. RAZAFINJAKA, Tsiory Patrick ANDRIANANTENAINA, ≪ Hybrid controller for wind
turbine based on Doubly fed Induction Generator ≫ article soumis à FCTA,12-14 Nov 2015,
Lisbon, Portugal

[7] Tsiory P. ANDRIANANTENAINA, Jean N. RAZAFINJAKA, Hervé MANGEL,


ANDRIANIRINA Charles B, ≪ Controls of power generated by a Doubly-Fed Induction
Generator used in a chain of wind power conversion ≫, ICEECC,08- 09 July 2015, Mauritius

[8] Jean N. RAZAFINJAKA, Tsiory Patrick ANDRIANANTENAINA, ≪ Model Reference


Adaptive Control based on Fuzzy Logic for Doubly Fed Induction Generator used in a Chain of
Wind Power Conversion ≫, IJERM, Volume-03, Issue-02, February 2016