Vous êtes sur la page 1sur 74

PLAN NATIONAL D’ELIMINATION DE LA TRANSMISSION MERE-

ENFANT DU VIH, DE LA SYPHILIS ET DE L’HEPATITE B (eTME),


2019 Ŕ 2030

MADAGASCAR
novembre 2018
AVANT-PROPOS
TABLE DES MATIÈRES
Avant-propos ............................................................................................................................ ii
Table des matières ................................................................................................................... iii
Liste des acronymes ................................................................................................................. v
Liste des tableaux ................................................................................................................... vii
Liste des schémas .................................................................................................................... vii
INTRODUCTION .................................................................................................................... 1
1. Contexte de Madagascar .................................................................................................. 2
2. Situation épidémiologique du VIH, de la syphilis et de l’hépatite b à Madagascar ... 3
2.1 Infection à VIH ................................................................................................................... 3
2.2 Syphilis congénitale ............................................................................................................ 4
2.3 Hépatite B............................................................................................................................ 5
3. La PTME à Madagascar .................................................................................................. 5
3.1 Réponse du programme PTME à Madagascar ............................................................... 5
3.2 Principaux goulots d’étranglement et déterminants lies à la problématique de la
PTME à Madagascar ............................................................................................................... 6
4. Processus d’élaboration du plan ...................................................................................... 8
4.1 Cadre de référence du document ...................................................................................... 8
4.2 Méthodologie d’élaboration du plan d’élimination ....................................................... 10
5. PLAN NATIONAL d’ELIMINATION de la Transmission Mère-Enfant du VIH, de
la Syphilis et de l’Hépatite à Madagascar, d’ici à 2030 ...................................................... 11
5.1 But ...................................................................................................................................... 11
5.2 Objectifs généraux............................................................................................................ 11
5.3 Objectifs spécifiques ......................................................................................................... 11
5.4 Principes directeurs .......................................................................................................... 12
5.5 Théorie du changement ................................................................................................... 13
5.6 Cibles des interventions ................................................................................................... 16
5.7 Stratégies pour la mise en œuvre .................................................................................... 16
5.8 Cadre logique des interventions d’eTME ...................................................................... 16
5.9 CADRE de MISE EN ŒUVRE ....................................................................................... 37
5.9.1 Modalités de mise en œuvre ..................................................................................... 37
5.9.2 Structures et acteurs de mise en œuvre .................................................................... 38
5.10 CADRE de SUIVI-EVALUATION .............................................................................. 39
5.10.1 Cadre de performance du programme d’eTME ........................................................ 39
5.10.2 Mécanisme de suivi-évaluation ............................................................................... 39

iii
5.10.3 Processus de validation de l’élimination de la transmission mère-enfant du VIH, de la
syphilis et de l’hépatite B .................................................................................................. 42
a. Conditions d’admissibilité pour la validation ............................................................. 42
b. Fonctionnement des comités de validation ............................................................... 42
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................. 44
ANNEXE A Ŕ Arbre à problème par rapport aux quatre volets PTME .......................... 47
ANNEXE B Ŕ Cadre de performance du programme d’eTME 2019 Ŕ 2030.................... 48
ANNEXE C Ŕ Plan d’accélération de l’eTME, 2019 Ŕ 2020. .............................................. 57

iv
LISTE DES ACRONYMES

BM Banque Mondiale
CCC Communication pour le Changement de Comportement
CEDAW Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination
à l’égard des femmes
CHRD Centre Hospitalier de Référence de District
CHRR Centre Hospitalier de Référence Régional
CHU Centre Hospitalier Universitaire
COSAN Comité de Santé
CPN Consultation Pré Natale
CSB Centre de Santé de Base
CSU Couverture Sanitaire Universelle
CTX Cotrimoxazole
CV Charge Virale
DEP Direction des Etudes et de la Planification
DLIS Direction de Lutte contre les IST/sida
DSFa Direction de la Santé Familiale
EDS Enquête Démographique et de Santé
ENSOMD Enquête Nationale de Suivi des Objectifs du Millénaire pour le
Développement
ESB Enquête de Surveillance Biologique
ESBC Enquête de Surveillance Biologique et Comportementale
ETP Education Thérapeutique du Patient
FAR Femme en âge de Reproduction
FE Femme enceinte
eTME Elimination de la Transmission Mère-Enfant du VIH
GTSE Groupe Technique de Suivi-Evaluation
HB Hépatite B
IEC Information Education Communication
INSTAT Institut National des Statistiques
ISF Indice Synthétique de Fécondité
IST Infection Sexuellement Transmissible
MoU Memorandum of Understanding (Mémorandum d’entente)
MSANP Ministère de la Santé Publique
NVP Névirapine
ODD Objectif du Développement Durable
OMS Organisation Mondiale de la Santé
ONUSIDA Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida
PDSS Plan de Développement du Secteur de la Santé
PTME Prévention de la Transmission Mère-Enfant du VIH
PSN Plan Stratégique National

v
PVVIH Personne Vivant avec le VIH et le sida
SADC Southern African Development Community
SDSP Service du District de Santé publique
SSSD Service Statistique Sanitaire et de la Démographie
sida Syndrome d’immunodéficience acquise
SMNE Santé de la Mère, du Nouveau-né et de l’Enfant
SONU Soins Obstétricaux et Néonatal d’Urgence
SR Santé de la Reproduction
SRA Santé de la Reproduction des Adolescents
SSRMNIA-N Santé Sexuelle, Reproductive, Maternelle, Néonatale, Infantile et de
l’Adolescent, et Nutritionnelle
S&E Suivi-Evaluation
TARV Traitement antirétroviral
TME Transmission Mère-Enfant
UNICEF Fonds des Nations Unies pour l’Enfance
VIH Virus de l'Immunodéficience Humaine

vi
LISTE DES TABLEAUX

page
Tableau 1. Répartition des centres de santé selon le niveau du système de
santé………………………………………………………….… 10
Tableau 2. Cascade de la PTME du VIH à Madagascar, 2017………….… 11
Tableau 3. Cascade de la PTME de la syphilis à Madagascar, 2017……… 12
Tableau 4. Cadre logique du programme d’élimination de la transmission
mère-enfant du VIH, de la syphilis et de l’hépatite B à
Madagascar…………………………………………………….. 24

LISTE DES SCHÉMAS

page
Schéma 1. Théorie de changement de la transmission mère-enfant du VIH,
de la syphilis et de l’hépatite B à Madagascar ………………… 22
Schéma 2. Circuit de remonte des informations de santé…………………. 48
Schéma 3. Représentation des liens fonctionnels des différents comités de
validation de l’eTME………………………………………….. 50

vii
INTRODUCTION

La communauté internationale et les dirigeants africains se sont engagés à éliminer les


nouvelles infections pédiatriques dues au VIH et à réduire la mortalité chez les femmes
infectées en 2015. Portant 330 000 enfants étaient encore infectés par le VIH en 2011, dont
plus de 90% en Afrique Sub-saharienne.

En trente ans de lutte, le profil épidémiologique de l’infection à VIH à Madagascar restait


stable dans la population générale avec une prévalence du VIH toujours à moins de 1%.
Actuellement la prévalence serait de 0,3%, selon les dernières estimations de l’ONUSIDA en
2017 via Spectrum.

La Prévention de la Transmission Mère-Enfant du VIH (PTME) chez une femme enceinte


séropositive consiste à :
- convaincre la femme de se soigner pour rester en bonne santé,
- prévenir l’infection chez son enfant et,
- organiser son suivi après la naissance.
Les stratégies et interventions liées à la PTME reposent sur 04 piliers fondamentaux : la
prévention primaire, la prévention des grossesses non désirées pour les femmes séropositives,
la prévention de la transmission mère-enfant proprement dite et la prise en charge globale de
la femme et de son enfant dans le milieu familial.

Pour la PTME proprement dite, trois options se sont succédées depuis 2010 pour les lignes
directrices en matière de prophylaxie et de traitement de la femme et de son enfant (A, B,
B+). Actuellement, l’OMS préconise le « traiter tous » qui consiste à l’administration d’une
trithérapie à vie à toutes personnes diagnostiquées séropositives au VIH.

Ce document présente les orientations stratégiques nationales, pour servir de référence à


toutes interventions relatives à la réduction des nouvelles infections liées au VIH, à la syphilis
et à l’hépatite B chez les nouveau-nés à Madagascar.
1. CONTEXTE DE MADAGASCAR

Selon les données de projection du logiciel GESIS, Madagascar compte 25 614 041 de
personnes en 2018. Les proportions des hommes et des femmes seraient équilibrées si on
considère la pyramide des âges en 20151. Selon les projections de l’INSTAT, le pays
abriterait un peu plus de 35 millions de personnes en 20302. Madagascar est subdivisé en 6
provinces, 22 régions, 119 districts, 1 579 communes et 17 485 fokontany3.

Depuis des décennies, la population malagasy se caractérise par sa très grande jeunesse,
avec 64% moins de 25 ans et près de la moitié ont moins de 15 ans (47%) 4. La croissance
démographique annuelle moyenne est de 2,8%5. L’Enquête Démographique et de Santé IV
(EDS-IV) réalisée en 2008-2009 fait état d’un Indice Synthétique de Fécondité (ISF) à 4,8 et
d’un taux brut de natalité à 33,4‰. La fécondité est précoce puisque 32% des adolescentes de
15-19 ans ont déjà commencé leur vie reproductive, dont 26% ont déjà eu, au moins un
enfant.
Rien que pour Antananarivo, la majorité des mères sont très jeunes : 44,2% des naissances
enregistrées sont issues des mères âgées de 15 à 24 ans. Une proportion non négligeable des
mères préfère accoucher à domicile (58,6% de naissances)6.

Selon le Plan de Développement du Secteur Santé en 2015 (PDSS, 2015), beaucoup de


facteurs influent sur l’inefficacité de la promotion de la santé et de la stimulation de la
demande de soins à Madagascar. On peut citer : le faible niveau d’instruction et de
scolarisation, la primauté d’us et coutumes inappropriés, les mauvaises pratiques
traditionnelles, la pauvreté, etc.

Le système de santé s’organise comme suit :

1 Banque Mondiale, Perspective Monde, 2015.


2
https://www.populationpyramid.net/fr/madagascar/2030/
3 Loi N°2014 – 020 relative aux ressources des Collectivités territoriales décentralisées, aux modalités

d’élections, ainsi qu’à l’organisation, au fonctionnement et aux attributions de leurs organes


4 INSTAT, Enquête Nationale sur le Suivi des Objectifs du Millénaire pour le Développement, 2013.
5
PNUD, Rapport sur le Développement Humain 2010 ; UNFPA :
https://madagascar.unfpa.org/fr/topics/population-et-développement
6 INSTAT, Enquête Démographique et de Santé 2008-2009

2
Tableau 1. Répartition des centres de santé selon le niveau du système de santé
Niveau Nombre
Chefs-lieux
CHU *22 CHU et 02 Etablissements spécialisés,
des Provinces/
CHRR *16 CHRR
Régions
En 2014 :
*90 CHRD2, dont 31 publics/ 59 privés,
CHRD2
Districts *60 CHRD1, dont 56 publics/ 04 privés,
CHRD1
(*) 59 districts sanitaires ne disposent pas
de CHRD2.
2563 CSB publics, dont :
CSB2
Communes *1 616 CSB2
CSB1
*947 CSB1
Agents
communautaires
Communes,
Organisations 34 000 AC7
Fokotany
communautaires
CoSan
Source : MSANP, 2018.

Le niveau périphérique ou district représenté par le Service du District de Santé publique


(SDSP), constitue la pierre angulaire du système de santé. Il a pour mission de coordonner et
d’appuyer les centres de santé de base (CSB). Ces dernières, à leur tour, constituent les points
d’entrée de la population dans le système de santé pour bénéficier de l’offre des services.
Le niveau communautaire participe dans la promotion de la santé et dans le fonctionnement et
la gestion des structures sanitaires de base.

2. SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE DU VIH, DE LA SYPHILIS ET DE L’HEPATITE B A


MADAGASCAR

2.1 INFECTION A VIH

Une femme séropositive risque de transmettre le VIH à son enfant pendant la grossesse,
l’accouchement, et l’allaitement. Le risque de transmission est de l’ordre de 40% s’il n’y a
aucune prise en charge.

A Madagascar, en trente ans de lutte, le profil épidémiologique de l’infection à VIH à


Madagascar restait faible dans la population générale avec une prévalence actuelle du VIH à
0,3%, selon les dernières estimations du Spectrum de l’ONUSIDA en 2017. Ce profil a, par
ailleurs, tendance à se concentrer chez des populations clés les plus exposées, telles que les

7 Source : PDSS, 2015 – 2019.

3
hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH), les professionnels de sexe (PS)
et les consommateurs de drogues injectables (CDI), avec des taux de prévalence respectifs de
14.8%, 8.5% et 5.5%, enregistrés en 2016.

Suivant l’estimation du Spectrum de l’ONUSIDA, 960 femmes enceintes auraient besoin


d’ARV en 2017. Néanmoins, la cascade de la PTME du VIH illustrée ci-dessous montre la
faiblesse des résultats du programme PTME en 2017 :

Tableau 2. Cascade de la PTME du VIH à Madagascar, 2017.


Grossesses attendues 1 171 098
Femmes vues en 1ère CPN 720 101
Femmes enceintes dépistées au VIH 247 783
Femmes enceintes dépistées au VIH, ayant connu leurs résultats 237 138
Femmes enceintes séropositives au VIH 181
Femmes enceintes séropositives sous traitement ARV 107
Nouveau-nés sous prophylaxie 55
Nouveau-nés dépistés pour la PCR 0
Source : DLIS, 2017.

Jusqu’ici, les femmes dépistées séropositives sont référées vers des sites de prise en charge
médicale qui sont au nombre de 46, dont 31 sont fonctionnels8.

L’offre de services de diagnostic précoce des nouveau-nés n’est pas disponible.

2.2 SYPHILIS CONGENITALE

La femme enceinte atteinte de syphilis peut transmettre la syphilis à son enfant au cours de la
grossesse et lors de l’accouchement. Les issues de la grossesse peuvent être défavorables dans
une proportion de cas pouvant aller jusqu’à 80% : une mortinaissance ou un avortement
spontané, une naissance prématurée, une insuffisance pondérale à la naissance et/ou une
infection grave.

En 2010, la prévalence de la syphilis chez les femmes enceintes a enregistré un taux élevé de
3,41% (ESB, 2010).
Selon le Rapport d'activité sur la riposte au SIDA, en mars 2012, 01 femme enceinte sur 20
était positives à la syphilis.
En 2016, la cascade de la PTME de la syphilis révèle une situation de déficience :

8Dr S.C. L. Conrad Tonoukouen. Mission de mise en application de l’option B+ à Madagascar : rapport définitif,
27 décembre 2017.

4
Tableau 3. Cascade de la PTME de la SYPHILIS à Madagascar, 2017.
Grossesses attendues 1 171 098
ère
Femmes vues en 1 CPN 720 101
Femmes enceintes dépistées à la syphilis au cours de la CPN1 205 256
Femmes enceintes séropositives à la syphilis 5 485
Femmes enceintes séropositives ayant reçu trois doses de
3 948
Benzanthine Pénicilline
Source : DLIS, 2017.

2.3 HEPATITE B

L’hépatite virale est également une cause de mortalité de plus en plus importante chez les
personnes vivant avec le VIH. L’hépatite B se transmet de la mère à son enfant pendant la
période périnatale ou lors de l’accouchement, notamment dans les milieux à forte prévalence.

Madagascar serait classée zone d’endémie en hépatite B par l’Organisation Mondiale de la


Santé (OMS), en raison d’un taux de prévalence très élevé, soit environ 7% dans les grandes
agglomérations et 30% dans les milieux ruraux. En 2017, selon la publication de l’Institut
Pasteur de Madagascar, un Malagasy sur quatre est porteur aigu ou chronique de l’hépatite B.
La transmission verticale du virus de l’hépatite B à l’enfant est très importante : 10 à 35% des
enfants de moins de 5 ans, selon le lieu, sont porteurs de l’AgHBs 9. L’hépatite est parfois
sous-estimée et/ou méconnue à Madagascar.

3. LA PTME A MADAGASCAR

3.1 REPONSE DU PROGRAMME PTME À MADAGASCAR

Depuis le développement de la Politique Nationale de PTME en 2005, les acquis pour le


programme sont :
- l’existence de documents-cadres et référence mis à jour à Madagascar :
o Feuille de route pour l’élimination de la TME du VIH,
o Politique, normes et procédures du dépistage VIH,
o Document de formation intégrée sur le dépistage et la prise en charge des IST
et VIH/sida,
o Normes et procédures en PTME,
o Protocole de prise en charge des PVVIH,
o Guide sur la charge virale relative à l’infection à VIH,
o Guide de prise en charge des IST, selon l’approche syndromique, etc.

9 Source : Institut Pasteur de Madagascar, juillet 2017.

5
- l’existence de personnel formé et exerçant dans la PTME,
- l’existence d’intrants essentiels pour le VIH,
- l’existence d’outils de gestion pour l’opérationnalisation, etc.

Malgré la faible prévalence de l’infection à VIH chez les femmes enceintes, de grands défis
restent à relever, particulièrement sur le plan opérationnalisation :
- la couverture nationale en offre de services intégrés pour les femmes enceintes ;
- la qualité des services offerts ;
- la sensibilisation de toutes les femmes malagasy pour l’acceptation et l’utilisation du
paquet de services complets de PTME ;
- la disponibilité de documents-cadres relatifs à la prévention et la prise en charge des
hépatites.

L’analyse de la cascade PTME selon le « Rapport d’évaluation de la mise en place de la


nouvelle stratégie option B+/ traiter tous à Madagascar »13, révèle des résultats non
satisfaisants. Dans tout le pays, 1 934 centres de santé publics et privés sur 3 463 offrent des
services de dépistage du VIH. 2 732 centres de santé publics et privés sur 3 463 effectuent la
prestation de consultations prénatales (CPN). La couverture des CSB publics en offre de
services de CPN et de planification familiale (PF) est à 100%10.

3.2 PRINCIPAUXGOULOTS D’ÉTRANGLEMENT ET DÉTERMINANTS LIES À LA


PROBLÉMATIQUE DE LA PTME À MADAGASCAR

La problématique du sida est composée de multiples facettes. En matière de PTME à


Madagascar, les réalités sur terrain révèlent la faible utilisation des paquets complets de
services PTME, la faible couverture des services, l’insuffisance en qualité des services. Les
résultats de l’observation sur terrain et l’analyse documentaire sont classés ci-après suivant les
facteurs relatifs à :
- la demande ;
- l’offre de services : accessibilité, disponibilité, qualité ;
- l’aspect coordination, mobilisation de ressources et suivi-évaluation.

Facteurs liés à la DEMANDE de services PTME :


- manque de conscientisation et de sensibilisation aux avantages de recours aux soins
prénatals, pour la PTME (rumeurs, déni du sida…) ;
- barrières socioculturelle par rapport à la demande de services de PTME (domination
masculine et familiale sur la décision de recours aux soins ; insuffisance de soutien et
d’implication des maris/ conjoints/ partenaires ;
- accessibilité financière limitée des femmes enceintes pour le recours aux centres de
soins ;

10 Source : PDSS 2015-2019.

6
- habitudes de recours aux matrones et praticiens traditionnels ;
- peur du rejet du conjoint et/ou de la communauté en cas de séropositivité au VIH ;
- engagement insuffisant des autorités locales dans la sensibilisation de la communauté ;

Facteurs liés à l’OFFRE de services PTME :


- Accessibilité géographique :
o nombreuses zones enclavées,
o faible couverture des médecins référents et/ou médecins de réseau pour la
prescription et la dispensation de TARV aux patients séropositifs ;
- Disponibilité :
o rupture fréquente des intrants (réactifs VIH et/ou syphilis, médicaments,
consommables, kits de protection des personnels de santé…) et dépendance
des centres de traitement aux centres de référence du niveau régional ;
o procédures de commande d’intrants compliquées, non suivies et/ou non
respectées ;
o insuffisance de l’accompagnement des femmes dépistées séropositives ;
o effectif insuffisant du personnel de santé formé et qualifié en PTME ;
o insuffisance de l’intégration du PTME dans les programmes et offres de
service ;
o insuffisance de dépistage à l’initiative du soignant, engendrant le dépistage
tardif des patients ;
- Qualité :
o insuffisance de qualité des prestations de counseling lors des CPN ;
o insuffisance de motivation des agents de santé communautaires due à
l’inexistence de formation depuis longtemps, et manque d’incitatifs pour le
programme VIH ;
o manque de conscientisation et de vigilance du personnel de santé pour
l’infection à VIH ;
o défaillance dans les pratiques, ne respectant pas les normes et procédures en
vigueur ;
o problème de conservation des intrants spécifiques VIH ;
o insuffisance de suivi des femmes séropositives et de leurs enfants.

Facteurs liés à la COORDINATION, à la MOBILISATION de ressources et au SUIVI-


EVALUATION :
- faiblesse dans la coordination, mobilisation et redéploiement des ressources ;
-
- insuffisance de financement durable ;
- insuffisance d’un dispositif d’appui, de soutien et de protection sociale des PVVIH ;
- faiblesse du système national d’informations pour orienter les prises de décision.

7
4. PROCESSUS D’ELABORATION DU PLAN

4.1 CADRE DE REFERENCE DU DOCUMENT

Le présent document est cadré par les éléments suivants :

Objectif du Développement Durable (ODD) pour 2030


Le Programme de Développement Durable à l’horizon 2030 définit une série de cibles et
d’objectifs mondiaux ambitieux dans le domaine de la santé, parmi lesquels présente un
intérêt particulier pour la stratégie proposée l’objectif 3 : « permettre à tous de vivre en bonne
santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge », qui met l’accent sur les domaines liés à
la santé. Cette stratégie promeut la riposte du secteur de la santé à l’épidémie d’infections
sexuellement transmissibles telle que la syphilis, d’infection à VIH et d’infection aux virus de
l’hépatite, comme essentielle à la réalisation d’une couverture sanitaire universelle (CSU). En
avançant vers la couverture sanitaire universelle, les pays progresseront également vers
d’autres cibles liées à la santé et vers d’autres objectifs. La bonne santé permet aux enfants
d’apprendre, aux adultes de gagner leur vie ; elle aide à sortir de la pauvreté et jette les bases
du développement économique sur le long terme.

Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes
(CEDAW)
Entrée en vigueur au niveau international en septembre 1981 et ratifiée par Madagascar en
mars 1989, la Convention CEDAW énumère les droits de toutes les filles et les femmes contre
toutes formes de discrimination. La CEDAW appuie les droits énoncés dans la Déclaration
universelle des droits de l’homme, la Convention relative aux droits de l’enfant et les autres
accords relatifs aux droits fondamentaux.

Vers l’élimination mondiale du VIH


La riposte a franchi une étape fondamentale et « mettre fin à l’épidémie du sida d’ici 2030 »
est devenu le nouveau challenge. En 2011, sous le lead du Programme commun des Nations
Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), une feuille de route a été dressée en faveur de
l’élimination des nouvelles infections à VIH parmi les enfants, et du maintien en vie de leurs
mères, jusqu’en 2015. Après 2015, l’ONUSIDA et l’OMS considèrent l’élimination de la
transmission mère-enfant du VIH et de la syphilis comme une priorité absolue.
Toutefois, pour atteindre cet objectif d’ici fin 2030, l’ONUSIDA recommande une étape
intermédiaire à l’horizon 2020 engendrant une stratégie universelle relative aux 90-90-90,
afin que :
 90% des PVVIH connaissent leur statut sérologique (TESTER) ;
 90% de toutes les personnes dépistées positives reçoivent un traitement ARV durable
(TRAITER) ;
 90% des personnes recevant un traitement ARV ont une charge virale durablement
supprimée (RETENIR/ MAINTENIR).

8
Vers l’élimination des IST et de la SYPHILIS CONGENITALE
Contrairement à bon nombre d’infections néonatales, la syphilis congénitale est une maladie
évitable que le dépistage prénatal et le traitement des femmes enceintes infectées
permettraient de l’éliminer. L’élimination de la syphilis congénitale contribuerait à réduire le
nombre des avortements, le nombre de mortinaissance et d’autres infections graves. Dans
cette optique, en 2009, l’OMS et ses partenaires a adopté une stratégie d’élimination mondiale
de la syphilis congénitale en tant que problème de santé publique.

Vers l’élimination de l’hépatite B


Sur le million de décès mondiaux dus aux infections liées à l’hépatite, un peu moins de la
moitié sont imputables au virus de l’hépatite B. L’hépatite virale est également une cause de
mortalité de plus en plus importante chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH).
L’OMS et ses partenaires ont également adopté une stratégie d’élimination de l’hépatite virale
pour contribuer à la réalisation de l’Objectif 3 du Programme de développement durable à
l’horizon 2030, relatif à la santé.

Plan de Développement du Secteur Santé 2015-2019


A Madagascar, le dernier Plan de Développement du Secteur Santé 2015-2019 (PDSS)
élaboré projette la vision suivante: « En 2030, l’ensemble de la population malagasy est en
bonne santé dans un environnement sain, ayant une vie meilleure et productive ».Six axes
stratégiques sont définis pour les interventions futures de développement sanitaire. Il s’agit:
(i) de l’amélioration de l’offre de services et de soins intégrés de qualité à tous les niveaux;
(ii) la stimulation de la demande pour une meilleure utilisation des services de santé à tous les
niveaux; (iii) du renforcement de l’organisation et de la gestion du système de santé; (iv) de
l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant; (v) du renforcement de la lutte contre les
maladies; et (vi) de la promotion des comportements sains et protection de la santé. La lutte
contre les IST et le VIH/sida au niveau national suit cette vision afin de contribuer à améliorer
la santé de toute la population, et particulièrement des personnes vulnérables comme les
femmes et les enfants. Le Gouvernement Malagasy, appuyé par ses partenaires techniques et
financiers et ses partenaires nationaux de mise en œuvre, continue de déployer ses efforts en
vue de donner à chaque enfant les meilleures chances de naître en bonne santé, sans maladie
transmissible évitable.

Déclaration Politique sur la Fin Du Sida Pour 2030


Ayant adhéré à la Déclaration Politique sur la fin du Sida adoptée le 8 juin 2016 par les États
membres, lors de la Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des NU sur la fin du
sida à New York, aux États-Unis, Madagascar prévoit actuellement d’éliminer l’infection à
VIH d’ici à 2030. Dans cette optique, figurant comme l’un des axes stratégiques majeurs du
Plan Stratégique National de la riposte multisectorielle aux IST, VIH et sida pour la période
2018 – 2022 (PSN-IST/VIH/sida), l’élimination de la transmission verticale du VIH de la
mère à l’enfant constitue actuellement une priorité du Ministère de la Santé Publique
(MSANP) : objet principal du présent document.

9
Plan Stratégique National de de la riposte multisectorielle aux IST, VIH et sida 2018-2022
(PSN-IST/VIH/sida)
Le quatrième PSN-IST/VIH/sida est conçu autour de la vision: « L’accès universel à la
prévention, au traitement, aux soins et au soutien à Madagascar est assuré dans un respect
strict des Droits Humains ».En matière de PTME, le pays a adopté comme cible : une
réduction à moins de 5%, la proportion de nouveau-né(es) infectés par le VIH nés de mère
séropositives au VIH et celles des nouveau-né(es) atteints de la syphilis congénitale, d’ici fin
2022. Afin de tendre vers cette cible, deux résultats majeurs devraient être réalisés :
(1) Au moins 80% des femmes enceintes vivant avec le VIH bénéficient du paquet de
services visant à réduire la transmission du VIH de la mère à l’enfant d’ici 2022 ;
(2) Au moins 95% des femmes enceintes ont bénéficié du dépistage de la syphilis en
consultation prénatale et ayant un traitement de façon adéquate.

Cadre juridique – loi n°2005-040 du 20 février 2004 sur la lutte contre le VIH/SIDA et la
protection des droits des personnes vivant avec le VIH/SIDA à Madagascar
Cette loi a pour objet la lutte contre la propagation de l’infection à VIH et la protection des
personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH) contre toutes formes de stigmatisation ou de
discrimination. Elle indique également les mesures de protection des droits du ou des
partenaires et des membres de la famille proche des PVVIH contre toutes formes de
discrimination ou de stigmatisation.

Les articles 5, 6, 7, 8, 10 et 11 portent essentiellement sur le processus de dépistage du VIH


qui est volontaire, précédé et suivi de counseling, gratuit, dont le résultat du test est partagé de
manière confidentielle. A l’intention des femmes enceintes, le test de dépistage doit être
systématiquement proposé lors des consultations pré natales (art.-20). Toute personne
dépistée séropositive doit également être encouragée à informer son partenaire de son statut
sérologique.

La prise en charge et le traitement de l’infection à VIH sont aussi gratuits dans les formations
sanitaires publiques (art.-14).

4.2 METHODOLOGIE D’ELABORATION DU PLAN D’ELIMINATION

L’élaboration de ce plan d’élimination de la transmission mère-enfant du VIH, de la syphilis


et de l’hépatite a connu un processus participatif et inclusif, impliquant les personnes
ressources et les intervenants dans le domaine de la santé de la mère et de l’enfant, dans les
domaines spécifiques des IST et du VIH, et des maladies négligées comme les hépatites.

Une mission d’observation sur terrain a été menée dans six districts sanitaires de :
Antananarivo Renivohitra, Anjozorobe, Ankazobe, Toliara I, Mahajanga I. Une étude
bibliographique et une analyse des données disponibles ont été effectuées préalablement.

10
Sous le lead du Comité technique PTME, facilité par un consultant national avec une forte
implication des partenaires techniques et financiers (PTF), des séries de travaux de conception
et d’élaboration ont été réalisées. Un atelier de validation a été tenu avec des participants de
différents niveaux du système, différentes directions, et des partenaires de mise en œuvre du
programme.

5. PLAN NATIONAL D’ELIMINATION DE LA TRANSMISSION MERE-ENFANT


DU VIH, DE LA SYPHILIS ET DE L’HEPATITE A MADAGASCAR, D’ICI A 2030

5.1 BUT

Assurer l’élimination de la transmission mère-enfant du VIH, de la Syphilis et de l’hépatite B à


l’horizon 2030.

5.2 OBJECTIFS GENERAUX

Les objectifs généraux de ce plan sont, d’ici fin 2030 :

1. Accroître à au moins 95% la couverture CPN1 ;

2. Parvenir à au moins 95% la couverture de dépistage du VIH, de la syphilis et de


l’hépatite B lors de la CPN ;

3. Parvenir à au moins 95% la couverture du TARV, du traitement correct de la syphilis


et de la prévention de l’hépatite chez le nouveau-né.

5.3 OBJECTIFS SPECIFIQUES

Les objectifs spécifiques sont, d’ici fin 2030 :

1. Renforcer le rôle des individus, des familles et communautés pour la demande et


l’utilisation des services de PTME/VIH-Syphilis-Hépatite B ;

2. Assurer la disponibilité des médicaments essentiels, des intrants spécifiques, des


équipements et technologies sanitaires pour l’offre des services de PTME/VIH-
Syphilis-Hépatite B dans les 22 régions ;

11
3. Améliorer la disponibilité et l’accessibilité des paquets de services de PTME/VIH-
Syphilis-Hépatite B de qualité pour la femme, l’enfant et l’adolescent dans les 22
régions ;

4. Renforcer les capacités de gestion du programme de PTME (planification,


mobilisation des ressources, et la coordination des interventions de PTME/VIH-
Syphilis-Hépatite B en impliquant tous les acteurs et partenaires) ;

5. Renforcer la supervision, le suivi et l’évaluation des interventions de PTME/VIH-


Syphilis-Hépatite B dans les 22 régions.

5.4 PRINCIPES DIRECTEURS

En complément aux principes directeurs du PSN de la riposte multisectorielle aux IST, VIH et
sida 2018 – 2022, ce plan d’eTME 2019 – 2030 adoptera les principes suivants :

Appropriation et redevabilité à tous les niveaux d’intervention


La mise en œuvre de la stratégie et des interventions correspondantes requiert l’appropriation
des cadres de référence nationaux et des outils de gestion en PTME. Cela produirait des effets
bénéfiques pour générer une dynamique organisationnelle et une action collective efficace. En
outre, la connaissance de la réalité et des besoins spécifiques des bénéficiaires du programme
améliorerait le contrôle et l’ajustement des interventions spécifiques.
La réussite du programme d’eTME requiert :
- une responsabilisation par rapport aux prestations selon les règles et les normes
convenues,
- une obligation de rendre compte de façon claire et impartiale sur les résultats et la
performance, au regard des effets et des résultats fixés.

Approche systémique, communication et intégration


Une vision d’ensemble et holistique du système multisectoriel offre la possibilité d’améliorer
l'efficacité et l'efficience du système de santé en tant que partie intégrante du processus
général de développement socio-économique. La nature participative et interdépendante de
toutes les parties prenantes enrichit et optimise les résultats escomptés.
L’approche d’intégration à la fois verticale et horizontale permet de contrôler en amont la
qualité et la production suffisante de services, et également d’offrir simultanément divers
aspects de services liés à la santé de la mère et de l’enfant.

Bonne gouvernance et transparence


La mise en œuvre d'un ensemble de dispositifs cohérents (règles, normes, protocoles,
conventions, contrats...) permet d’assurer une meilleure coordination des parties prenantes du
programme d’eTME.

12
La transparence dans la gestion (programmatique et financière) et la prise de décision, cible
les intérêts des parties prenantes, dans tous les aspects, tout le processus et toutes les
procédures de gestion du programme.

Gestion axée sur les résultats


La mise en œuvre de la nouvelle stratégie d’eTME sollicite un processus dynamique, avec un
retour d’informations, un apprentissage et une amélioration des résultats permanents.
L’ensemble des interventions devrait mener à l’atteinte des finalités du programme.
Elle doit également inclure des mesures efficaces destinées à promouvoir une orientation vers
une culture des résultats et de garantir que les personnes puissent être responsables des
résultats réalisés et de leur actions et conduite.

5.5 THEORIE DU CHANGEMENT

L’accès aux soins de la population est limité par plusieurs facteurs dont:
- une faible couverture sanitaire des populations aux soins de santé de qualité (45% à
moins de 5 km en 2017),
- un personnel de santé limité en effectif, mal reparti surtout au niveau périphérique, et
peu formé,
- des intrants de santé fréquemment en rupture,
- des barrières financières,
- une population peu ou mal informée,
- une stigmatisation et une discrimination,
- un groupe de population vulnérable, comme les femmes, incapable de prendre des
décisions éclairées quant à leur santé
Pour atteindre les objectifs d’élimination, il faut que ces goulots soient maîtrisés. La théorie
de changement suivant montre les éléments à considérer pour arriver aux changements finaux.

Les changements finaux attendus du programme d’élimination de la transmission mère-


enfant du VIH, de la syphilis et de l’hépatite B sont la réduction des incidences respectives
des infections à VIH, à syphilis et à VHB.
Pour y arriver on doit avoir :
(i) une utilisation maximum des services complets offerts dans les centres de santé.
Pour ce faire, la population devrait avoir des communications suffisantes sur
l’existence et avantage de l’utilisation de services. En même temps, les services
doivent être complets et de qualité.
(ii) une augmentation en couverture de l’offre de services intégrés VIH-syphilis-
hépatite B, à savoir :
 une meilleure accessibilité géographique des structures de soins ;
 une disponibilité continue des ressources matérielles et humaines de
qualité ;

13
 une capacité accrue de la mère, du partenaire et de la famille à
surmonter les barrières sociales et culturelles, et à confier leur santé et
celle de leur enfant au personnel de santé responsable ;
 une connaissance améliorée des risques de transmission des trois
infections ainsi que des avantages de recours aux centres de soins, par
les bénéficiaires-cibles et des membres de la communauté ;
 une qualité améliorée de l’offre de services intégrés (meilleure
organisation, efficacité des soins…) laquelle renforcera la confiance
des bénéficiaires et affermit sa volonté d’’utiliser davantage les services
offerts.
La couverture de l’offre de services intégrés et l’utilisation de ces services par les
bénéficiaires constituent l’effet intermédiaire.

L’ensemble de ce processus nécessite des interventions avec une bonne coordination,


planification, suivi et évaluation. En plus, un financement durable est indispensable. Suivant
le principe directeur, le programme PTME devrait capitaliser l’ensemble des offres et
programmes SSRMNIA-N et des efforts dans l’amélioration du système de santé.

14
Schéma 1. Théorie de changement de l’élimination de la TME/VIH-SYPHILIS-HB à Madagascar.
5.6 CIBLES DES INTERVENTIONS

Les bénéficiaires-cibles de ce programme de triple élimination des infections à VIH, syphilis


et hépatite B, en cohérence avec les quatre volets du programme PTME sont :

1. Pour la prévention primaire : les adolescentes et jeunes, les femmes en âge de


reproduction et leurs partenaires sexuels, les hommes ;
2. Pour la prévention des grossesses non désirées : les femmes séropositives en âge de
reproduction et leurs partenaires sexuels ;
3. Pour la prévention de la TME : les nouveau-nés exposés, les femmes enceintes, les
femmes enceintes séropositives, les partenaires masculins des femmes enceintes ;
4. Pour les soins et soutien de la famille : les femmes séropositives et/ou leurs
partenaires, les nouveau-nés exposés ou infectés, les membres de la famille.

En dehors des cibles primaires du programme d’élimination, la communauté, les prestataires


de soins, responsables et décideurs constituent également des bénéficiaires secondaires qui
contribueront et faciliteront l’atteinte des objectifs fixés.

5.7 STRATEGIES POUR LA MISE EN ŒUVRE

Les principales stratégies, conduisant à l’atteinte des impacts du programme eTME, se


reposent sur 03 volets interdépendants :

1) L’amélioration de la CONNAISSANCE des bénéficiaires du programme pour


l’utilisation des offres de services intégrés PTME (VIH, SYPH, HB). Ceci se traduit
par l’offre d’un paquet d’activités de communication à grande échelle, adapté à chaque
cible et à chaque situation, et impliquant différents intervenants multisectoriels ;

2) L’augmentation de la COUVERTURE de l’OFFRE de services intégrés PTME (VIH,


SYPH, HB), par l’amélioration de l’accessibilité géographique et culturelle, la mise à
disposition de ressources (intrants, personnel de santé) ;

3) L’amélioration de la QUALITE de l’offre des services intégrés PTME (VIH, SYPH,


HB), par le renforcement des compétences des prestataires de santé.

5.8 CADRE LOGIQUE DES INTERVENTIONS D’ETME

Les principales interventions découlant des trois concepts stratégiques, relatifs à la création de
la demande, à la couverture de l’offre et à la qualité de l’offre, sont illustrées et hiérarchisées
dans le tableau ci-après, afin de tendre vers les impacts respectifs attendus :
Tableau 4. Cadre logique du programme d’élimination de la transmission mère-enfant du VIH, de la syphilis et de l’hépatite B à Madagascar.

IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Impact 1 : Le nombre de cas d’infections pédiatriques à VIH, est réduit à moins de 50cas pour 100 000 naissances vivantes, d’ici à fin 2030
Effet 1.1 : Au moins, 95% des femmes enceintes ont suivi au moins UNE VISITE PRENATALE durant leur grossesse, d’ici à fin 2030
Extrant 1.1.1. : Au moins 95% femmes en âge de reproduction dans 1 590 communes sont couvertes par des paquets complets d’activités de communication intégrée
sur la PTME/ VIH-SYPH-HB, d’ici fin 2030
Extrant 1.1.2. : Au moins 95% femmes enceintes dans 1 590 communes sont couvertes par des paquets complets d’activités de communication intégrée sur la PTME/
VIH-SYPH-HB, d’ici fin 2030
Extrant 1.1.3. : Au moins 95% hommes/ partenaires masculins dans 1 590 communes sont couverts par des paquets complets d’activités de communication intégrée
sur la PTME/ VIH-SYPH-HB, d’ici fin 2030
Améliorer la DEMANDE en vue d’une utilisation de services de CPN :
Elaborer des messages adaptés, ciblés en faveur de la CPN
Concevoir les outils de communication en faveur de la CPN
Vulgariser les supports de communication en faveur du programme
d’eTME, sur la base des stratégies de communication adoptées Facteurs externes :
Réaliser des activités communication pour la prévention de la grossesse - Financements suffisants pour la mise
non désirée (P-GND) chez les jeunes et les femmes en âge de reproduction en œuvre des activités de
Intégrer la promotion de la CPN dans les activités multisectorielles communication, à l’horizon 2030,
(éducation, milieu de travail, développement social,…) tenant compte du risque de
Renforcer les activités de communication au niveau communautaire en dévaluation de la monnaie malagasy
faveur des programmes CPN : selon des approches ciblées et - Situation politique et de sécurité
Mise en œuvre le paquet d’activités individualisées ; selon les initiatives communautaires stable d’ici à 2030
de communication pour la création de Octroyer des incitatifs à des femmes ayant réalisé des séances de CPN - Continuité de l’Etat d’ici à 2030
la demande en CPN complètes et précoces
Renforcer les activités de lutte contre la stigmatisation et de la
discrimination contre les PVVIH en intégrant l’élimination de toutes Facteurs internes :
formes de discrimination à l’égard des femmes, selon la Convention – - Leadership fort du MSANP et du
CEDAW, à tous les niveaux d'intervention (communautaire, secteur santé, SE/CNLS, pour la mobilisation de
autres secteurs) partenariat intersectoriel
Vulgariser des supports de communication en faveur de la lutte contre la - Appropriation et redevabilité des
stigmatisation et de la discrimination des PVVIH acteurs multisectoriels concernés
Promouvoir les droits en matière de sexualité et droits à la reproduction - Interdépendance et connexion entre
pour les femmes PVVIH (P-GND), les couples séropositifs, les couples tous les acteurs et intervenants
sérodiscordants
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Mettre en œuvre le condom programing (accessibilité et disponibilité des


préservatifs masculins et féminins) à tous les niveaux
Promouvoir l'utilisation de préservatifs féminins au sein de tous les
secteurs d'activités
Extrant 1.1.4. : 100% centres de santé de base sont capables de dispenser un paquet de services CPN de qualité d’ici fin 2030
Augmenter la COUVERTURE en OFFRE de services de CPN :
Intégrer la CPN recentrée dans le paquet de service offert au niveau des
centres de santé publiques et privées
Renforcement de l'intégration de Intégrer les prestations CPN recentrée dans les activités de santé libérale Facteurs externes :
programmes de santé ciblant la mère - Financements suffisants pour la
Intégrer les activités routinières des autres programmes ciblant la mère et
et l'enfant disponibilité de ressources suffisantes
l'enfant dans les prestations de CPN
et de qualité à l’horizon 2030, tenant
Renforcer les capacités des prestataires de santé en matière de CPN compte du risque de dévaluation de la
Octroyer des récompenses pour les prestataires performants selon des monnaie malagasy
Alignement à la politique de critères prédéfinis - Situation politique et de sécurité
motivation des prestataires de santé stable d’ici à 2030
Tenir une revue ou visite d'échange/ partage périodique sur les actualités
pour valoriser les bonnes pratiques en - Continuité de l’Etat d’ici à 2030
de l’épidémie à VIH-SYPH-VHB/VHC et sur la mise en œuvre du
matière de CPN/PTME
programme d’eTME entre les responsables et prestataires de soins

Fecteurs internes :
Assurance de la disponibilité Mettre à disposition de matériels et équipement, d’intrants, de
- Leadership fort du MSANP et du
continue des ressources de qualité consommables, de kit d’accouchement, de médicaments nécessaires pour
SE/CNLS, pour la mobilisation de
nécessaires aux prestations CPN les services intégrés CPN, dans tous les centres de santé à tous les niveaux
partenariat technique/ financier, et la
Partager et remettre à niveau les prestataires de soins sur les normes et coordination public/ privé
procédures SR (intégrant la CPN) pour tous les niveaux du système de - Appropriation et redevabilité des
santé acteurs concernés
Renforcement des capacités des
- Interdépendance et connexion entre
prestataires de soins en CPN Remettre à niveau les connaissances des prestataires de soins en SMNE et
tous les acteurs et prestataires
SONU pour tous les niveaux du système de santé
Réaliser des supervisions formatives auprès des prestataires de soins

18
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Effet 1.2 : Au moins, 95% des femmes enceintes vues en CPN précoce sont DEPISTEES au VIH, d’ici à fin 2030
Extrant 1.2.1 100% centres de santé réalisent la promotion du DEPISTAGE du VIH, d’ici { fin 2030.
Améliorer la DEMANDE en vue d’une utilisation de services de Dépistage du VIH :
Intégration des interventions de Planifier/réajuster le plan de communication intégrée VIH pour intégrer
communication PTME dans le Plan des nouvelles interventions sur la PTME/ VIH-SYPH-HB Facteurs externes :
national de communication sur le VIH Evaluer périodiquement la stratégie de communication VIH - Financements suffisants pour la
Impliquer activement les paramédicaux dans le counseling pré- et post- disponibilité de ressources de qualité
test, suivant les normes et procédures de counseling et dépistage du VIH à l’horizon 2030, tenant compte du
Renforcement des activités de Doter d’outils de communication sur la PTME/VIH-SYPH-HB les centres risque de dévaluation de la monnaie
dépistage à l'initiative des prestataires de santé malagasy

Appliquer l’information pré-test de groupe sur le VIH


Facteurs internes :
Mobiliser des moyens pour la référence immédiate et le suivi des femmes - Leadership fort du MSANP, pour la
enceintes séropositives au VIH à la prise en charge globale mobilisation/ redéploiement des
ressources matérielles et humaines
Renforcement du suivi et du soutien pour le secteur public, et pour le
des femmes dépistées séropositives au Impliquer activement les paramédicaux ou assistants sociaux (et/ou acteurs renforcement du secteur privé
VIH communautaires -AC, associations) dans le soutien et l'accompagnement - Appropriation et redevabilité des
des femmes enceintes dépistées séropositives au VIH, lors de l'annonce et acteurs concernés
le partage des résultats des tests à leurs conjoints/ partenaires - Interdépendance et connexion entre
tous les acteurs et prestataires
Extrant 1.2.2. : 100% centres de santé sont capables de dispenser un paquet de services de-DEPISTAGE du VIH de qualité d’ici fin 2030
Améliorer la COUVERTURE en OFFRE de service de DEPISTAGE du VIH
Utiliser la cartographie d’accessibilité pour un réseau d'offre de services
Implantation d’un réseau d'offre de intégrés et complets en PTME/ VIH-SYPH-HB Facteurs externes :
services intégrés de dépistage dans les
Intégrer l'offre de dépistage précoce du VIH des femmes enceintes dans les - Financements suffisants pour la
centres de SSRMNIA-N
centres de santé privés disponibilité continue de ressources
Intégrer l’offre de dépistage des femmes enceintes dans les autres de qualité à l’horizon 2030, tenant
Extension des offres de dépistage programmes de santé (SSRMNIA-N, PALU, TB...) et campagnes de compte du risque de dévaluation de la
précoce du VIH mobilisation monnaie malagasy
- Environnement institutionnel stable

19
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Intégrer l'offre de prestation de dépistage du VIH des femmes enceintes et


de leurs partenaires, par le biais de le TRODeurs formés (agent
communautaire en charge du dépistage communautaire par tests rapides) Facteurs internes :
Mise à disposition des offres d'utilisation des autotests selon les stratégies - Leadership fort du MSANP, pour la
de dépistage en vigueur mobilisation/ redéploiement des
Renforcement de la collaboration Intégrer les activités de soutien et de référence des personnes dépistées ressources matérielles et humaines ;
avec les services sociaux, ONGs, séropositives avec les services sociaux, ONGs, associations et pour la coordination
associations Organiser la référence et contre référence en PTME/ VIH-Syphilis-HB - Appropriation et redevabilité des
acteurs concernés
Mettre à disposition des outils de gestion, de matériels et équipement,
Assurance de la disponibilité continue - Interdépendance et connexion entre
d’intrants et de consommables, pour le dépistage du VIH, dans tous les
des ressources de qualité nécessaires tous les acteurs et prestataires
centres de santé à tous les niveaux (pour stratégie fixe et stratégie avancée)
au dépistage du VIH dans tous les - Assurance-qualité des interventions
Equiper des nouveaux centres de traitement pour assurer les activités de
centres de santé offrant les services
proximité de confirmation des tests, de diagnostic mobile du nouveau-né et
CPN
de traitement ARV des PVVIH identifiées
Planifier la distribution des intrants, matériels et équipement vers
SDSP/Pha-G-Dis et SDSP vers les centres de traitement et centres de santé
périphériques
Adaptation du circuit local de Acheminer les intrants jusqu’au niveau des centres de traitement
distribution des intrants, tenant (T1+T2+T3)
compte des besoins au niveau Mettre à disposition des prestataires de soins dans les centres de santé, des
régional/ district kits de protection universelle pour la prévention des AES
Renforcer le circuit national d'approvisionnement en intrants VIH :
approvisionnement selon les cibles du niveau central vers les districts et
selon les bons de commande vers les CSB
Renforcement de la notification Utiliser des moyens de la nouvelle technologie (tablettes/ mobiles) pour la
rapide des résultats pour une notification rapide des cas positifs en test 1 afin de commander les tests 2
confirmation de résultats et 3
Renforcement des capacités des Disséminer le guide du conseil et du dépistage du VIH à l'initiative du
prestataires de soins sur le dépistage soignant dans les établissements de santé publics et privés
précoce et PTME Disséminer les normes et procédures de counseling et de dépistage du VIH

20
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Mettre à disposition des prestataires de soins, le document intégré de


formation (VIH/SYPH/VHB)
Remettre à niveau les connaissances des prestataires de soins en PTME
pour tous les niveaux du système de santé

Renforcer les capacités des prestataires sur les normes et procédures du


dépistage de l’infection à VIH
Renforcer les capacités des responsables/ gestionnaires des PhaGDis sur la
gestion des intrants VIH

Renforcer le suivi formatif et la supervision régulière

Renforcer le suivi de l'approvisionnement et de la distribution des intrants


du niveau central vers les districts
Remettre à niveau des responsables de planification des intrants…
(Ouagadougou)
Octroyer des récompenses aux prestataires de santé performants
Effet 1.3 : Au moins, 95% des femmes enceintes séropositives bénéficient d’un TRAITEMENT ARV, dans le cadre de l’option « traiter tous », d’ici à fin 2030
Extrant 1.3.1 Au moins 2 563 centres de santé réalisent la promotion du TARV, d’ici { fin 2030.
Améliorer la DEMANDE en vue d’une utilisation du paquet de services de TARV :
Renforcement de la prise en charge du Facteurs externes :
Impliquer activement des paramédicaux dans les counselings post-test et
VIH chez les femmes enceintes et - Financements suffisants pour la
les ETP des femmes enceintes dépistées séropositives et leurs partenaires
leurs partenaires disponibilité de ressources suffisantes
Collaborer avec des assistants sociaux/ associations pour le soutien et de qualité à l’horizon 2030, tenant
psychologique des femmes et/ou partenaires séropositif(ve)s compte du risque de dévaluation de la
monnaie malagasy
Réalisation d’une communication
Facteurs internes :
ciblée sur les avantages de
Renforcer l’éducation thérapeutique et de l’éducation nutritionnelle pour - Leadership fort du MSANP, pour la
l'instauration des ARV précoces et de
les femmes enceintes, les femmes allaitantes et leurs nouveau-nés par les mobilisation de partenariat
l'observance thérapeutique
AC, les paramédicaux et/ou les associations - Appropriation et redevabilité des
acteurs concernés

21
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Extrant 1.3.2. : 100% centres de santé de base sont capables de dispenser un paquet de services TARV de qualité d’ici fin 2030
Augmenter la COUVERTURE en OFFRE de service TARV
Utiliser des tablettes/ téléphones mobiles pour la notification rapide des
Renforcement de la notification cas positifs confirmés afin de commander les ARV et/ou pour référence
rapide des résultats pour une prise en Valider les données issues des tablettes/ téléphones au niveau central et
charge précoce de l'infection à VIH district
Suivre les actions prises par rapport à la notification des cas positifs
Utiliser la cartographie d’accessibilité pour l'identification des centres de
traitement de proximité et de référence
Mise en place des centres de
Réhabiliter/ réaménager des centres de traitement sélectionnés au niveau
traitement au sein du réseau d'offre de
local
services de prise en charge de Facteurs externes :
l'infection à VIH Intégrer la prise en charge globale (médicale et psychosociale) des femmes - Financements suffisants pour la
enceintes séropositives et de leurs partenaires dans les établissements de disponibilité de ressources suffisantes
santé privés du réseau local et de qualité (intrants, médicaments)
Renforcement du système de Intégrer les activités de soutien et de référence des personnes dépistées à l’horizon 2030, tenant compte du
référence/ contre référence selon les dans les activités des services sociaux, ONGs, associations, éducateurs risque de dévaluation de la monnaie
besoins et contexte local thérapeutiques malagasy
Planifier et ajuster la quantification des intrants, médicaments (IO, ARV),
matériels et équipement pour la stratégie d’eTME
Impliquer les prestataires des CSB dans planification des besoins en
intrants et médicaments Facteurs internes :
Acquérir des intrants VIH - Leadership fort du MSANP, pour la
Mettre à disposition d’intrants, de consommables, de médicaments IO et coordination et la mobilisation des
Assurance de la disponibilité continue
ARV pour la prise en charge du VIH chez les femmes enceintes et leurs ressources
des ressources de qualité nécessaires à
partenaires, dans tous les centres de traitement - Appropriation, redevabilité et
la prise en charge globale du VIH
*l’accès des femmes enceintes séropositives aux examens paracliniques et responsabilisation des acteurs et
aux médicaments pour les IO prestataires concernés
Réhabiliter/ réaménager des structures de labo des niveaux régional - Interdépendance et connexion entre
nécessaires pour le suivi biologique intégré en PTME (*VIH, SYPH et tous les acteurs et prestataires
VHB) - Assurance-qualité des interventions

22
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Doter d’intrants et consommables de laboratoire de qualité les régions pour


assurer le suivi biologique en PTME
Utiliser la téléphonie mobile pour une notification rapide pour un
l’approvisionnement en intrants ou médicaments (en cas de rupture)
Remettre à niveau périodique des connaissances des prestataires/ nouveaux
prestataires en prise en charge médicale des mères séropositives dans le
Formation des prestataires de soins
contexte de l'eTME
sur la prise en charge médicale des
Renforcer des centres de traitement par des prestataires suppléants en vue
PVVIH
de la délégation de la prescription et/ou la distribution des médicaments
ARV
Renforcer le suivi et du soutien des Impliquer les paramédicaux ou assistants sociaux (et/ou acteurs
femmes dépistées séropositives au communautaires -AC, associations) dans le soutien et l'accompagnement
VIH pour une bonne observance au des femmes enceintes dépistées séropositives et/ou de leurs
traitement ARV conjoints/partenaires pour l'observance au traitement ARV
Renforcer les prestataires de soins des centres de traitement au sein d'une
Développement d’un système région, à travers les supervisions formatives
d'assurance-qualité des prestations de Renforcer les capacités des personnels par rapport au document de normes
prise en charge globale du VIH du et procédures et protocole de prise en charge de l'infection à VIH
couple mère-enfant infecté Instaurer un système d'évaluation périodique d'assurance qualité des
prestations
Développement d’un système
Collaborer avec les AC et les autorités locales dans la recherche active des
communautaire de notification ou de
perdu(e)s de vue (PDV) : sensibilisation et orientation
recherche active des femmes en âge
de procréer, femmes enceintes VIH+ Doter de moyens les prestataires de santé chargés de la prise en charge du
et/ou partenaires masculins VIH+, VIH, pour leur contribution à la recherche active des perdues de vue (frais
perdu(e)s de vue de déplacement, crédit de CCC…)

23
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Effet 1.4 : Au moins, 95% des nouveau-nés de mères séropositives au VIH, sont DEPISTES dans les deux mois suivant la naissance, d’ici à fin 2030
Extrant 1.4.1. : 100% centres de santé réalisent des activités de promotion sur le dépistage précoce du VIH chez les nouveau-nés, d’ici { fin 2030.
Améliorer la DEMANDE en vue d’une utilisation du paquet de services de DEPISTAGE des nouveau-nés exposés au VIH :
Cibler les informations et sensibilisations sur le processus de dépistage
Réalisation des activités de
précoce et de prévention précoce des nouveau-nés auprès des femmes
communication sur les avantages du Facteurs internes :
enceintes au cours de la CPN
dépistage précoce des nouveau-nés - Assurance-qualité des prestations
Informer le personnel de santé sur le processus PTME précoce chez les
des mères séropositives au VIH
nouveau-nés
Extrant 1.4.2. : 100% centres de santé capables de prescrire le test virologique (ex. PCR) pour le diagnostic du VIH chez les nourrissons d’ici fin 2030
Extrant 1.4.3. : Au moins, 22 laboratoires de référence régionaux équipés, capables de réaliser des tests virologiques pour le diagnostic du VIH chez les
nourrissons d’ici fin 2030
Augmenter la COUVERTURE en OFFRE de service de DEPISTAGE PRECOCE des nouveau-nés :
Utiliser le circuit national d’acheminement des prélèvements, CV et de
Implanter le dépistage précoce du
rendu des résultats, tenant compte de la cartographie de réseau d'offre de Facteurs externes :
VIH chez les nouveau-nés dans le
services intégrés et complets en PTME - Financements suffisants pour la
réseau d’offres de services en
Mettre à jour périodiquement et diffuser le guide pour la charge virale disponibilité de ressources suffisantes
SSRMNIA-N/PTME
Mettre à la disposition des prestataires les outils relatifs à la charge virale et de qualité à l’horizon 2030, tenant
Réhabiliter/ réaménager des structures de labo des niveaux périphériques, compte du risque de dévaluation de la
nécessaires pour le diagnostic précoce du nouveau-né exposé et du suivi monnaie malagasy
biologique en PTME
Acquérir des équipements (point of care, etc.) pour les LNR national et
Mettre à disposition les matériels et
régionaux pour l’opérationnalisation du diagnostic précoce
équipement pour assurer le diagnostic
Facteurs internes :
précoce et la prise en charge des Mutualiser l’utilisation des appareils GenXpert du programme TB (pour
- Leadership fort du MSANP, pour la
nouveau-nés de mères séropositives PCR et CV) dans les zones non couvertes par LNR ou par les Point of care
mobilisation des ressources
au VIH
Doter les laboratoires régionaux d’intrants et consommables pour assurer - Appropriation, redevabilité et
le diagnostic précoce du nouveau-né exposé et du suivi biologique en responsabilisation des prestataires
PTME concernés
- Assurance-qualité des interventions

24
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Effet 1.5 : Au moins, 95% des nouveau-nés de mères séropositives au VIH reçoivent un TRAITEMENT adapté, d’ici à fin 2030
Extrant 1.5.1. : 100% centres de santé réalisent la promotion du traitement des nouveau-nés exposés au VIH d’ici { fin 2030.
Améliorer la DEMANDE en vue d’une utilisation des services de TRAITEMENT des nouveau-nés exposés au VIH :
Facteurs internes :
Réalisation d’activités de Informer et sensibiliser les femmes enceintes vues au cours de la CPN sur
- Leadership fort du MSANP, pour la
communication sur la possibilité de le processus de prise en charge précoce des nouveau-nés
coordination des interventions
PTME aux moyens de prise en charge
Informer le personnel de santé sur le processus de prise en charge - Assurance-qualité des interventions
précoce des nouveau-nés des mères
précoce PTME (circuit/ référence des cas positifs, TARV, charge virale,
séropositives au VIH
allaitement)
Extrant 1.5.2. : 100% centres de santé dispensent des services de prise en charge précoce chez des nouveau-nés d’ici fin 2030
Augmenter la COUVERTURE en OFFRE de service de traitement PRECOCE des nouveau-nés :
Implantation d’un réseau d'offre de
Etendre le réseau d'offre de services intégrés et complets en PTME (cf.
services intégrés en SSRMNIA-
rubrique dépistage du VIH chez les femmes enceintes)
N/PTME
Assurance de la disponibilité de Doter les centres de traitement en médicaments ARV et IO pour les
médicaments, matériels et équipement nouveau-nés des mères séropositives (CTX, NVP) Facteurs externes :
pour assurer le diagnostic précoce et - Financements suffisants pour la
Faciliter l’accès des nouveau-nés des mères séropositives aux examens
la prise en charge des nouveau-nés de disponibilité de ressources de qualité
paracliniques et aux médicaments pour IO
mères séropositives au VIH à l’horizon 2030, tenant compte du
Utiliser les schémas prophylactiques chez les nouveau-nés des mères risque de dévaluation de la monnaie
séropositives au VIH suivant le protocole de PEC en vigueur pour les malagasy
Amélioration des capacités des
médecins et/ou les paramédicaux responsables de la PEC d'un nouveau-né
personnels de santé des centres de
Remettre à niveau périodiquement les connaissances des personnels de
traitement et des centres périphériques
santé, sur les nouveautés thérapeutiques de la prise en charge des nouveau-
du réseau, à la prise en charge précoce
nés (médecins du secteur public/ du secteur privé, pédiatre, gynécologue- Facteurs internes :
des nouveau-nés des mères
obstétricien) - Leadership fort du MSANP, pour la
séropositives au VIH
Echanges d'expériences entre médecins et/ou paramédicaux de réseau et mobilisation des ressources
médecin référent - Appropriation, redevabilité et
Mettre en œuvre des prestations de suivi médical et prise en charge responsabilisation des prestataires
Prise en charge effective des concernés
psychosociale des nouveau-nés des mères séropositives au VIH au sein
nouveau-nés de mères séropositives - Assurance-qualité des interventions
d'un réseau pluridisciplinaire

25
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Mettre en œuvre des recherches opérationnelles périodiques sur l'efficacité


de prise en charge des nouveau-nés
Impact 2 : Le nombre de cas de syphilis congénitale est réduit à moins de 50cas pour 100 000 naissances vivantes, d’ici à fin 2030
Effet 2.1 : Au moins, 95% des femmes enceintes vues en CPN précoce sont dépistées de la syphilis, d’ici à fin 2030
Extrant 2.1.1. : 100% centres de santé sensibilisent les femmes enceintes sur la prévention de la syphilis congénitale, d’ici { fin 2030.
Améliorer la DEMANDE en vue d’une utilisation des services de DEPISTAGE des femmes enceintes à la SYPHILIS :
Sensibiliser les personnels de santé sur les avantages du dépistage précoce Facteurs internes :
de la SYPHILIS lors des CPN surtout au premier contact - Leadership fort du MSANP, pour la
Renforcement de la communication Impliquer activement des paramédicaux dans les informations/ échanges mobilisation des ressources
sur le dépistage de la syphilis chez les personnalisés et dans la sensibilisation des femmes enceintes en CPN sur - Appropriation, redevabilité et
femmes enceintes lors des visites de la PTME/syphilis responsabilisation des prestataires
la CPN précoce Intégrer le volet syphilis dans les documents de formation des AC concernés
Impliquer les acteurs communautaires dans la création de demande pour la - Assurance-qualité des interventions
PTME/syphilis
Extrant 2.1.2. : 100% centres de santé dispensent des services de dépistage précoce de la syphilis chez les femmes enceintes, d’ici à fin 2030.
Augmenter la COUVERTURE en OFFRE de service de DEPISTAGE PRECOCE de la SYPHILIS :
Intégrer l'offre de prestation de dépistage de la syphilis des femmes Facteurs externes :
Extension des offres de dépistage
enceintes et de leurs partenaires au niveau communautaire lors des - Financements suffisants pour la
précoce de la syphilis
stratégies avancées (comme SSME) disponibilité de ressources de qualité
Assurance de la disponibilité continue Planifier la distribution des matériels et équipement, intrants, vers les à l’horizon 2030,
des ressources de qualité, nécessaires SDSP/Pha-G-Dis et vers tous les centres de santé offrant les services CPN Facteurs internes :
au dépistage de la SYPHILIS au Mettre à disposition de tous les centres de santé à tous les niveaux, des - Leadership fort du MSANP, pour la
niveau de tous les centres de santé matériels et équipement, d’intrants et de consommables, pour le dépistage mobilisation des ressources
offrant la CPN de la SYPHILIS (pour stratégie fixe et stratégie avancée) - Appropriation, redevabilité et
Mettre à disposition des prestataires de soins les documents intégrés de responsabilisation des prestataires
formation concernés
Renforcement des capacités des
Remettre à niveau les connaissances des prestataires de soins en - Assurance-qualité des interventions
prestataires de soins sur le dépistage
PTME/syphilis pour tous les niveaux du système de santé
précoce de la syphilis et la PTME

26
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Effet 2.2 : Au moins, 95% des femmes séropositives à la syphilis sont couvertes par un traitement correct, d’ici à fin 2030
Extrant 2.2.1 : 100% centres de santé sensibilisent sur les avantages de la prise en charge précoce de la syphilis, d’ici { fin 2030.
Améliorer la DEMANDE en vue d’une utilisation des services de PRISE EN CHARGE de la SYPHILIS chez les femmes enceintes
Sensibiliser les personnels de santé sur la prise en charge correcte de la
syphilis chez les femmes enceintes et leurs partenaires
Facteurs internes :
Collaborer et/ou intégrer la communication sur la prise en charge correcte
- Leadership fort du MSANP, pour la
de la syphilis dans d'autres programmes de santé (santé des jeunes et
Réalisation d’une communication mobilisation des ressources
adolescents, santé mère-enfant, PF…)
ciblée sur les avantages de recours - Appropriation, redevabilité et
Renforcer l’activité continue d'éducation thérapeutique chez les patients
aux centres de santé pour une prise en responsabilisation des prestataires
infectés par la syphilis (ETP)
charge correcte et efficace de la concernés
Renforcer la communication et la sensibilisation des femmes enceintes
syphilis - Collaboration et interconnexion entre
vues tardivement en CPN, sur la prise en charge de la syphilis
tous les acteurs et prestataires
Collaborer avec les acteurs communautaires et les autorités locales sur la
- Assurance-qualité des interventions
sensibilisation et orientation pour une prise en charge correcte et complète
de la syphilis
Extrant 2.2.2. : 100% centres de santé dispensent des services de prise en charge précoce de la syphilis chez les femmes enceintes, d’ici à fin 2030.
Augmenter la COUVERTURE en OFFRE de service de PRISE EN CHARGE PRECOCE de la SYPHILIS :
Planifier et ajuster la quantification des intrants, médicaments, matériels et Facteurs externes :
équipement pour la stratégie d’eTME - Financements suffisants pour la
Assurer de la disponibilité continue
Acquérir des intrants SYPHILIS disponibilité de ressources de qualité
des ressources de qualité nécessaires à
Mettre à disposition de tous les centres de santé, des intrants, des à l’horizon 2030,
la prise en charge correcte de la
consommables, des médicaments (Benzathine-BenzylPenicilline) pour la - Environnement institutionnel stable
syphilis
prise en charge correcte de la syphilis chez les femmes enceintes et leurs
partenaires Facteurs internes :
- Leadership fort du MSANP, pour la
Renforcer les capacités des mobilisation des ressources
Remettre à niveau les connaissances des prestataires en prise en charge
prestataires de soins sur la prise en - Appropriation, redevabilité et
correcte de la syphilis dans le contexte de l'élimination de la syphilis
charge correcte de la syphilis chez les responsabilisation des prestataires
congénitale
femmes enceintes concernés
- Assurance-qualité des interventions

27
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Impact 3 : Le nombre de cas d’infections pédiatriques à VHB, est réduit à moins de 100cas pour 100 000 naissances vivantes, d’ici à fin 2030
Effet 3.1 : Au moins, 95% des jeunes femmes/ femmes en âge de reproduction sont couvertes par au moins une dose de vaccin contre l’hépatite B, d’ici à fin 2030
Extrant 3.1.1 : le MSANP intègre la communication sur la prévention de l’hépatite B dans le plan de promotion de la santé, d’ici { fin 2030.
Améliorer la DEMANDE en vue d’une utilisation des services de prévention de l’hépatite B chez les femmes enceintes :
Elaborer des documents-cadre de lutte contre les hépatites
Facteurs externes :
Développer un plan national de communication pour la lutte contre les
- Financements suffisants pour la mise
hépatites, et des matériels de communication y afférents
en œuvre des interventions à
Mener des plaidoyers auprès des autorités et hauts responsables de santé
l’horizon 2030,
pour l’intégration de la vaccination des jeunes/ adolescent(e)s et femmes
- Environnement institutionnel stable
Renforcement de la promotion de la en âge de reproduction contre l’hépatite B dans le programme élargi de
vaccination contre l’hépatite B des vaccination (PEV)
Facteurs internes :
jeunes femmes et des femmes en âge Mener des plaidoyers auprès des autorités et hauts responsables de tous les
- Leadership fort du MSANP, pour la
de procréer secteurs de développement pour l’intégration de la vaccination des jeunes/
mobilisation de partenariats
adolescent(e)s et femmes en âge de reproduction contre l’hépatite B, dans
- Appropriation, redevabilité et
tous les secteurs de développement
responsabilisation des intervenants
Sensibiliser les personnels de santé et à tous les niveaux du système de
concernés
santé sur les avantages de la vaccination contre l’hépatite B chez les
jeunes/ ado et femmes en âge de reproduction
Extrant 3.1.2. : 100% centres de santé dispensent des services de vaccination précoce contre l’hépatite B, d’ici { fin 2030.
Augmenter la COUVERTURE en OFFRE de VACCINATION contre l’hépatite B chez les jeunes femmes/ femmes en âge de
reproduction :
Intégration de la vaccination des Utiliser la cartographie de réseau d'offre de services intégrés au niveau
nouveau-nés contre l'hépatite B dans local pour les prestations de vaccination contre l’hépatite B
tous les centres de santé au sein du Mobiliser de moyens pour la réalisation de vaccination des jeunes femmes Facteurs externes :
réseau d'offre de services intégrés en contre l'hépatite B jusqu'au niveau communautaire - Financements suffisants pour la mise
SSRMNIA-N/PTME (y compris Identifier les jeunes n’ayant pas bénéficié les séries de vaccination contre en œuvre des interventions à
centres privés) l’hépatite B l’horizon 2030,
Assurance de la disponibilité continue Quantifier périodiquement les intrants et les consommables nécessaires - Environnement institutionnel stable
des ressources de qualité nécessaires à pour la prévention et la prise en charge de l'hépatite B
la vaccination des nouveau-nés contre Acquérir des vaccins anti-HEPATITE B et des consommables pour adultes

28
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

l'hépatite B Mettre à disposition de vaccins, de consommables, pour la vaccination des


jeunes, des femmes en âge de reproduction, contre l'hépatite B dans tous Facteurs internes :
les centres de santé offrant la CPN - Leadership fort du MSANP, pour la
Remettre à niveau les connaissances des prestataires sur la prévention et la mobilisation de partenariats et de
vaccination contre l'hépatite B ressources
Renforcement des capacités des - Appropriation, redevabilité et
prestataires de soins sur la vaccination responsabilisation des intervenants
Collaborer avec les acteurs communautaires pour l'effectivité des séries de
contre l'hépatite B concernés
vaccination (sensibilisation et orientation)
- Assurance-qualité des prestations

Effet 3.2 : Au moins, 95% des femmes enceintes vues en CPN précoce sont dépistées de l'AgHBs, d’ici à fin 2030
Extrant 3.2.1. : 100% centres de santé offrent des prestations de communication sur le dépistage de l’AgHBs chez les femmes enceintes, d’ici { fin 2030.
Améliorer la DEMANDE en vue d’une utilisation des services de DEPISTAGE de l’AgHBs chez les femmes enceintes :
Sensibiliser les personnels de santé sur les avantages du dépistage précoce
Renforcement de la communication
du VHB lors des CPN surtout au premier contact (avant 4è mois*)
sur le dépistage de l'AgHBs pour la
Impliquer activement des paramédicaux dans les informations/ échanges
PTME/HB chez les femmes enceintes
personnalisés et la sensibilisation des femmes enceintes en CPN sur la
lors des visites de la CPN
prise en charge efficace du VHB avant la naissance de leur enfant
Extrant 3.2.2. : 100% centres de santé offrent des services de dépistage précoce de l’AgHBs chez les femmes enceintes, d’ici { fin 2030.
Augmenter la COUVERTURE en OFFRE de DEPISTAGE de l’AgHBs contre l’hépatite B chez les jeunes femmes en ceintes :
Assurance de la disponibilité Facteurs externes :
continue des ressources de qualité Mettre à disposition de tous les centres de santé à tous les niveaux - Financements suffisants pour la mise
nécessaires au dépistage de matériels et équipement, d’intrants et de consommables, pour le en œuvre des interventions à
l'HEPATITE B au niveau de tous les dépistage de l'HEPATITE B, (pour stratégie fixe et stratégie avancée) l’horizon 2030,
centres de santé offrant la CPN - Environnement institutionnel stable
Mettre à disposition des prestataires de soins les outils de formation
intégrés en PTME, intégrant la prévention et la prise en charge de
Renforcement des capacités des
l’hépatite B (*VIH, SYPH, VHB)
prestataires de soins sur le
Remettre à niveau des connaissances des prestataires de soins en Facteurs internes :
dépistage précoce de l'hépatite B
PTME pour tous les niveaux du système de santé - Leadership fort du MSANP, pour la
mobilisation de partenariats et de

29
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Réaliser le dépistage sérologique précoce systématique de l'AgHBs ressources


Renforcement des centres de santé chez les femmes enceintes, lors de la CPN (pour diagnostiquer une - Appropriation, redevabilité et
dans l'offre de dépistage hépatite virale chronique) responsabilisation des intervenants
sérologique de l'AgHBs Equiper les laboratoires régionaux pour la mesure de la charge virale concernés
VHB dans le sang maternel - Assurance-qualité des prestations

Extension de l’offre de dépistage Intégrer l'offre de dépistage précoce de l'hépatite B des femmes enceintes
précoce de l'hépatite B dans les centres de santé privés

Effet 3.3 : Au moins, 95% des femmes enceintes à charge virale élevée, reçoivent un traitement antiviral contre l’hépatite B, d’ici à fin 2030
Extrant 3.3.1 : 100% centres de santé sensibilisent les femmes enceintes sur la prise en charge de l’hépatite B, d’ici { fin 2030.
Améliorer la DEMANDE en vue d’une utilisation des services de PRISE en CHARGE de l’hépatite B chez les femmes enceintes :
Sensibiliser les personnels de santé sur la prise en charge correcte de
l'hépatite B chez les femmes enceintes et leurs partenaires Facteurs internes :
Collaborer et/ou intégrer la communication sur la prise en charge correcte - Leadership fort du MSANP, pour la
Réalisation d’une communication
de l'hépatite B dans d'autres programmes de santé (santé des jeunes et mobilisation de partenariats et de
ciblée sur les avantages de recours
adolescents, santé mère-enfant, planning familial…) ressources
aux centres de santé pour une prise en
Impliquer les acteurs communautaires dans les orientations des femmes - Appropriation, redevabilité et
charge correcte et efficace de
enceintes aux centres de santé pour une prise en charge efficace de responsabilisation des intervenants
l'hépatite B
l’hépatite B avant la naissance de leur enfant concernés
Mener des plaidoyers auprès des autorités et responsables de santé sur la
gratuité du traitement des d'immunoglobulines anti-hépatite B
Extrant 3.3.2. : 100% centres de santé dispensent des services de prise en charge précoce de l’hépatite B chez les femmes enceintes, d’ici { fin 2030.
Augmenter la COUVERTURE en OFFRE de service de PRISE EN CHARGE PRECOCE de l’hépatite B :
Intégration de la prise en charge et du Utiliser les résultats de l’étude cartographique de réseau pour la mise en
traitement de l'hépatite B dans tous route de la prise en charge correcte de l’hépatite B chez les femmes
les centres au sein du réseau d'offre de enceintes et/ou leurs partenaires Facteurs externes :
services intégrés en SSRMNIA-N (y Assurer le suivi médical des femmes enceintes séropositives porteuses - Financements suffisants pour la mise
compris centres privés) d'AgHBs en œuvre des interventions et pour la
Assurance de la disponibilité continue Planifier et ajuster la quantification des intrants, médicaments, matériels et mise à disponibilité continue de
des ressources de qualité nécessaires à équipement pour la prise en charge de l'hépatite B ressources à l’horizon 2030,

30
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

la prise en charge correcte de Acquérir des intrants pour l’HEPATITE B - Environnement institutionnel stable
l'hépatite B Mettre à disposition de tous les centres de santé des intrants,
consommables, médicaments antiviraux pour la prise en charge correcte de
l'hépatite B chez les femmes enceintes et leurs partenaires
Remettre à niveau les connaissances des prestataires en prise en charge Facteurs internes :
correcte de l'hépatite B - Leadership fort du MSANP, pour la
Mettre en route le traitement des femmes porteuses d'hépatite virale B mobilisation de partenariats et de
Renforcement des capacités des ressources
chronique par des antiviraux en fin de grossesse jusqu'au premier mois du
prestataires de soins sur la prise en
post-partum - Collaboration efficace entre les
charge correcte de l'hépatite B chez directions en charge des IST.VIH et
Renforcer l’activité continue d'éducation thérapeutique chez les patients
les femmes enceintes la direction en charge des hépatites
infectés par VHB (ETP)
- Appropriation, redevabilité et
Collaborer avec les acteurs communautaires et les autorités locales dans la
responsabilisation des intervenants
recherche active des perdu(e)s de vue (sensibilisation et orientation)
concernés
Assurance-qualité du monitorage de
Mobiliser des moyens pour le suivi des femmes enceintes séropositives au - Assurance-qualité des prestations
la prise en charge de l’hépatite B des
VHB et leurs partenaires au niveau communautaire
femmes et de leurs partenaires
Effet 3.4 : Au moins, 95% des nouveau-nés de mères séropositives sont couverts par 03 doses du vaccin contre l’hépatite B, d’ici à fin 2030
Extrant 3.4.1 : 100% centres de santé réalisent des activités de communication sur la vaccination des nouveau-nés, d’ici { fin 2030.
Améliorer la DEMANDE en vue d’une utilisation des services de PREVENTION de la l’HEPATITE B chez les nouveau-nés
exposés :
Impliquer les acteurs communautaires dans la communication et la
sensibilisation des femmes enceintes sur la vaccination de leurs enfants
pour la PTME/HB
Renforcement de la promotion de la
Sensibiliser les personnels de santé sur l'importance de la vaccination
vaccination contre l’hépatite B de
contre l'hépatite B chez les nouveau-nés des mères porteuses d'AgHBs et
l'enfant
chez les co-infectés VIH-VHB
Collaborer avec le programme de vaccination pour la pérennisation des
activités de vaccination des nouveau-nés

31
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Extrant 3.4.2 : 100% centres de santé réalisent des activités de vaccination des nouveau-nés en vue de la PTME/HB, d’ici { fin 2030.
Augmenter l’OFFRE de services de VACCINATION anti-HEPATITE B chez les nouveau-nés exposés :
Intégration de la vaccination des
nouveau-nés contre l'hépatite B dans Facteurs externes :
Mobiliser des moyens pour la réalisation de vaccination des nouveau-nés
tous les centres au sein du réseau - Financements suffisants pour la mise
contre l'hépatite B jusqu'au niveau communautaire, si besoin
d'offre de services intégrés (y compris en œuvre des interventions et pour la
centres privés) mise à disponibilité continue de
Quantifier périodiquement les besoins en intrants et consommables pour ressources à l’horizon 2030,
Assurance de la disponibilité continue l'hépatite B - Environnement institutionnel stable
des ressources de qualité nécessaires à
Acquérir des vaccins anti-HEPATITE B et des consommables
la vaccination des nouveau-nés contre
l'hépatite B Mettre à disposition de tous les centres de santé offrant la CPN des vaccins
et consommables, pour la vaccination les nouveau-nés contre l'hépatite B
Facteurs internes :
Renforcement des capacités des Remettre à niveau des connaissances des prestataires sur la vaccination des
- Leadership fort du MSANP, pour la
prestataires de soins sur la vaccination nouveau-nés contre l'hépatite
mobilisation de partenariats et de
contre l'hépatite B chez les nouveau- Collaborer avec les AC pour l'effectivité des séries de vaccination
ressources
nés (sensibilisation et orientation)
- Collaboration efficace entre les
directions en charge des IST.VIH et
la direction en charge des hépatites
Prise en charge précoce du Mettre en route l’immunoprophylaxie parinjection - Appropriation, redevabilité et
nouveau-né de mères porteuses de d'immunoglobuline antihépatite B (HBIG) pour les nouveau-nés de responsabilisation des intervenants
l'AgHBs mères porteuses de l’AgHBs, dès la naissance (avant 12h-24h) concernés
- Assurance-qualité des prestations

32
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

Interventions transversales de COORDINATION et de MOBILISATION de RESSOURCES


Les autorités et responsables de programme VIH sont capables d’assurer un LEADERSHIP fort et une bonne GOUVERNANCE en matière de triple
élimination de la TME/VIH-SYPHILIS-HB
Vulgariser les documents-cadres sur la PTME auprès de toutes les parties
prenantes
Développer une stratégie de plaidoyer à l’intention des différentes
Promotion d’un leadership fort et institutions étatiques en faveur de l’eTME du VIH, de la SYPH et du VHB
d’un engagement à haut niveau sur la Promouvoir la responsabilisation et la redevabilité, au moyen d’un suivi
nécessité d’élargir les efforts de lutte régulier des réalisations et d’une obligation de rendre compte, à tous les
contre le VIH, la syphilis et l’hépatite niveaux d’intervention
B pour leur élimination Renforcer les institutions étatiques de décision au niveau du MSANP et
des partenaires stratégiques (SE/CNLS, SALAMA…), en capacités
techniques de leadership, de gestion/management (culture de résultats),
d'organisation et de mobilisation de partenariat
Déterminer les termes de référence les rôles et responsabilités dans le
Promotion de l'effectivité de la Facteurs externes :
programme intégré SSRMNIA-N/PTME (niveau national, régional,
déconcentration des prises de - Financements suffisants pour une
district, commune) pour une meilleure coordination
décision, de la décentralisation des meilleure coordination et gestion du
Redéployer les moyens et ressources du programme vers les niveaux
prestations et des ressources programme eTME à l’horizon 2030,
périphériques
- Environnement institutionnel stable
Développer une politique ou stratégie en matière de partenariat et de
mobilisation de fonds auprès des parties prenantes pour l'eTME
Renforcer la promotion du principe du "three ones" auprès des parties
Renforcement de la stratégie de
prenantes pour le programme d’eTME
mobilisation de partenariats en faveur
Développer des MoUs/cahiers de charges pour toutes les parties prenantes
de l’eTME, et de la politique
(communautés locales, les OSC/ONG et les institutions et prestataires
d’intégration des prestations de
privés…) offrant des services intégrés SSRMNIA-N/PTME
services SSRMNIA-N/PTME
Solliciter l'effectivité des approches d’intégration SSRMNIA-N/PTME :
formation intégrée, supervision conjointe, mutualisation des ressources
(RH, équipement, intrants…)
Développement d’un cadre de Organiser une planification intégrée des interventions de toutes les parties
rencontre et d’échanges prenantes du programme d’eTME

33
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités Hypothèses
EFFETS

intersectoriels/ interdisciplinaire en Planifier des fora/ revues/ réunions de coordination périodique des
faveur de l’eTME, à tous les niveaux partenaires/prestataires publics-privés (échanges, partages), à tous les
d’intervention niveaux
Les autorités et responsables de programme VIH sont capables de renforcer le CADRE JURIDIQUE et de règlementation en faveur de la triple
élimination de la TME/VIH-SYPHILIS-HB
Disséminer le cadre juridique VIH (loi n°2005-040) + décret
Adopter des mesures législatives et autres mesures appropriées assorties,
Promotion du cadre règlementaire en Facteurs externes :
interdisant toute discrimination à l'égard des femmes, selon la Convention
vigueur régissant la lutte contre le - Environnement institutionnel stable,
(CEDAW), ratifiée par M/car en 1989
VIH-sida et la protection des PVVIH d’ici fin 2030
Développer des MoUs avec des structures juridiques/ organisations
à Madagascar - Continuité de l’Etat d’ici fin 2030
œuvrant dans différentes formes d’aide juridique, aides
socioéconomiques…
Les autorités et responsables de santé sont capables de mobiliser des RESSOURCES FINANCIERES en faveur de la triple élimination de la
TME/VIH-SYPHILIS-HB
Renforcer l’intégration du programme d’eTME dans la CSU pour la prise Facteurs externes :
Développer un système de en charge correcte des infections à VIH, SYPHILIS, HB - Financements suffisants pour la
financement de la santé efficace et Mener des plaidoyers, lobbying auprès des différentes institutions coordination et la mise en œuvre des
adéquat pour assurer l’offre de partenaires financiers en faveur de l’eTME interventions d’ici fin 2030,
services intégrés SSRMNIA-N/PTME Intégrer le programme d’eTME dans le cadre d’investissement SSRMNIA- - Environnement institutionnel stable
et pour stimuler la demande de ces N
services Intégrer un système d’aide financière des femmes/ couples mère-enfant Facteurs internes :
PVVIH pour les maintenir dans l’utilisation des services de soins - Leadership fort du MSANP, pour la
mobilisation de partenariats et de
ressources
Promotion de la redevabilité et de la Réaliser des audits périodiques des comptes pour chaque partie prenante
- Bonne gouvernance au sein du
transparence de la gestion des fonds bénéficiaire des fonds
MSANP

34
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités opérationnelles Hypothèses
EFFETS

Interventions transversales de SUIVI EVALUATION


Identifier les indicateurs pertinents, en cohérence avec les indicateurs
internationaux et nationaux
Intégrer les indicateurs d’impacts et de processus de l’eTME dans le
système national d’information sanitaire
Développer les PTA de chaque partie prenante à tous les niveaux
d’intervention, sur la base des indicateurs établis consensuellement, pour
Intégration du dispositif de S&E du atteindre les objectifs de l’eTME
programme d'eTME dans le système national Harmoniser le cadre de S&E, la méthodologie et les outils de gestion, de
de S&E du programme VIH/sida et le SNIS collecte et d’analyse des informations pour tous les intervenants (publics Facteurs externes :
+ privés) dans le programme d’eTME - Financements suffisants pour la
Développer un système d’assurance-qualité des données à tous les mise en œuvre des interventions
niveaux d’intervention du système de santé de S&E à l’horizon 2030,
Renforcer les capacités des responsables de la gestion des données en - Environnement institutionnel
assurance-qualité stable
Planifier des missions conjointes périodiques
Utiliser des données du scorecard pour orienter les actions
d'amélioration de performance
Facteurs internes :
Renforcer le monitorage des activités PTME pour chaque infection
Suivre la performance des centres de santé, à - Faible maîtrise de l’utilisation/
(VIH, syphilis, Hépatite B)
tous les niveaux (y compris les centres privés) appropriation des outils de
Réaliser périodiquement des suivis groupés au niveau des SDSP nouvelle technologie
Réaliser de supervisions formatives intégrées, conjointes et périodiques - Faiblesse du secteur santé en
des prestations de soins intégrées (VIH, syphilis, Hépatite B) matière de GAR
Capitaliser l’utilisation des tablettes/ des téléphones mobiles pour la
Renforcement du dispositif national de
surveillance et pour un système d'alerte sur la séropositivité des trois
surveillance épidémiologique pour
infections (VIH, syphilis, Hépatite B)
l’intégration des indicateurs du programme
Mettre à jour les sites de surveillance sentinelle : évaluation de la
d’eTME
fonctionnalité, renforcement en capacités/ressources et équipement
Développement de recherches pour identifier Planifier une enquête périodique SARA (OMS) : Outil d’évaluation de
de nouvelles initiatives en faveur du la disponibilité et de la capacité opérationnelle des services intégrés
programme d’eTME SSRMNIA-N/PTME

35
IMPACTS/
INTERVENTIONS Activités opérationnelles Hypothèses
EFFETS

Promouvoir des recherches opérationnelles selon les besoins et en


cohérence avec l'évolution et les tendances des résultats du programme
d'eTME (ex. étude socio-anthropologique…)
Planifier périodiquement de recherches ciblées pour éclairer les
politiques sur le VIH chez les adolescents
Planifier une enquête périodique de séroprévalence du VIH chez les
femmes enceintes
Institutionnaliser un Comité national responsable de la procédure de
validation nationale de l’eTME
Créer une équipe technique nationale responsable de la compilation et
analyse des données nationales et responsable du rapport national de
Développement d’un mécanisme validation
d’appréciation des résultats et d'un système
Planifier une évaluation pour la détermination des baseline des
national de validation de l'eTME
indicateurs retenus pour l’eTME
Planifier une évaluation à mi-parcours du programme d’eTME par
rapport aux jalons définis
Planifier une évaluation finale du programme d’eTME en 2030.

36
5.9 CADRE DE MISE EN ŒUVRE

5.9.1 Modalités de mise en œuvre


Les activités de ce plan couvrent la période 2019 – 2030. Dans ce plan d’élimination, les
interventions sont catégorisées en rapport avec les trois impacts. Dans la mise en œuvre, les
trois infections (VIH, syphilis, hépatite B) seront considérées de façon intégrée pour :
- la planification de chaque niveau du système,
- la formation du personnel de santé et acteurs communautaires,
- l’offre de services au niveau des formations sanitaires et communautaires,
- le plan et approvisionnement des intrants,
- la supervision formative,
- le suivi,
- la coordination des activités,
- l’évaluation conjointe.
Ainsi les gestionnaires des trois programmes du Ministère de la santé mettront en place un
système de coordination efficace pour chaque étape.

Pour pouvoir atteindre le but d’élimination d’ici à fin 2030, une phase d’accélération est
prévue pour les deux premières années 2019–2020. Suivant la dénomination dans le PSN de
la riposte multisectorielle aux IST, VIH et sida 2018–2022, ce plan se désigne « Plan
d’accélération » (annexe C). La mise en œuvre des activités sera priorisée suivant les 4
critères suivant :
- Effet direct sur les impacts
- Faisable
- Mesurable
- Pertinence
Des plans triennaux ou quinquennaux seront élaborés et mis en œuvre selon les
recommandations de l’évaluation du plan précédent. Si les objectifs d’élimination sont
atteints, avant la fin de l’échéance de 2030, les efforts de renforcement du système de santé,
de coordination, de mobilisation de ressources et de suivi-évaluation seront davantage
améliorés ou tout au moins maintenus (sous réserve d’un environnement politique et
institutionnel stable, et de financements suffisants des interventions).

Afin d’augmenter la couverture de l’offre, une des approches prioritaires de ce plan est la
mise en place d’un réseau de services intégrés de prévention, de soins et de soutien, au niveau
périphérique. Dans la mise en œuvre, les aspects suivants sont essentiels à considérer :
- La réalisation au préalable d’une étude cartographique sur l’accessibilité géographique
des centres de soins ;
- La mise à l’échelle de l’offre de services, tout en collaborant étroitement et
efficacement avec la Direction en charge de la santé de la famille pour augmenter la
couverture CPN ;
- La concentration des efforts dans les zones à forte prévalence.
5.9.2 Structures et acteurs de mise en œuvre
Comme pour le Plan Stratégique National de riposte multisectorielle contre les IST, VIH et
sida, 2018 – 2022, la mise en œuvre de ce Plan de triple élimination du VIH, de la syphilis et
de l’hépatite se réalisera dans un cadre organisationnel et institutionnel comportant des
organes et structures (i) d’orientation et de décisions, (ii) de coordination et de suivi, (iii)
d’exécution, (iv) de concertation et d’appui technique.

Le Comité Nationale de Lutte contre le VIH/sida est l’organe de pilotage stratégique pour
tous les programmes nationaux relatifs à la lutte contre les IST, VIH/sida. Un décret récent
N°2017-071 porte sur la réorganisation du Comité national de lutte contre le VIH/SIDA.

Le Comité Technique PTME, par ailleurs, constitue l’organe de pilotage stratégique pour les
programmes nationaux concernés, relatifs à la PTME du VIH, de la syphilis et de l’hépatite B.

Le Comité national de validation de l’eTME est l’instance nationale responsable de la


procédure de validation nationale.

Les dispositifs d’exécution du programme d’eTME sont :


- les directions/services du ministère de la santé publique en charge des programmes de
lutte contre les IST/VIH/sida, en charge des programmes de santé de la famille, en
charge du programme de lutte contre les hépatites ;
- les directions/services des ministères sectoriels de développement ;
- les établissements de santé à tous les niveaux du système de santé et les agents de
santé (secteur public et secteur privé) ;
- les organisations de la société civile, associations communautaires, ONG ;
- les agents de santé communautaires (AC) et les comités locaux de santé.

Les acteurs et partenaires du programme d’élimination en charge des interventions de


plaidoyer, de mobilisation de ressources sont :
- Le Groupe Thématique des Nations Unies sur le VIH/Sida regroupant les Agences des
Nations Unies (ONUSIDA, OMS, UNICEF, UNFPA, Banque Mondiale) ;
- Les autres partenaires techniques et financiers (Fonds Mondial, CCM, etc.) ;
- Les partenaires bilatéraux ;
- Le Secrétariat Exécutif du Comité National de Lutte contre le Sida ;
- Le Groupe Technique de Suivi-Evaluation (GTSE) ;
- L’Unité de Coordination des Projets de Santé ;
- La Centrale d’Achat SALAMA ;
- L’Unité Technique de Gestion de la Logistique ;
- Le Comité de Gestion de la Logistique ;
- Le Laboratoire National de Référence (LNR) ;
- La Direction de la Transfusion Sanguine (DTS)
- Les facultés de Médecine et les Instituts nationaux de formation des paramédicaux.

38
5.10 CADRE DE SUIVI-EVALUATION

5.10.1 Cadre de performance du programme d’eTME

Le cadre de suivi-évaluation du Plan d’eTME 2030, s’inscrit dans le Plan national de Suivi-
Evaluation du PSN-IST/VIH/sida (2018 – 2022), et capitalise les dispositifs nationaux et
mécanisme de S&E mis en place (annexe B).

5.10.2 Mécanisme de suivi-évaluation

Selon le Plan de Suivi-Evaluation du PSN-IST/VIH/sida, le système national de suivi-


évaluation (S&E) du programme de lutte contre le VIH à Madagascar s’articule autour de
deux sous-systèmes :
i. le système d’information sanitaire du Ministère de la Santé Publique y compris celui
des autres ministères : lequel est alimenté par les informations sanitaires recueillies à
différents niveaux du système de soins (public et privé) et,
ii. le sous-système communautaire organisé par les Organisations de la Société Civile
(OSC) et les associations partenaires : lequel est appelé à fournir des informations non
sanitaires qui seront intégrées dans les rapports mensuels d’activités communautaires
(RMA communautaire) des centres de santé de base de rattachement.

Aussi bien pour le système d’information sanitaire que pour le système d’informations non
sanitaires, les données et informations venant du niveau communautaire seront consolidées au
niveau des Services de Santé de District (SDSP), lesquels seront par la suite envoyées au
niveau DRS et au niveau du Service Statistique Sanitaire et de la Démographie (SSSD) de la
Direction des Etudes et de la Planification (DEP) pour consolidation nationale et pour
analyse. Les informations issues de ce processus seront utilisées par chaque niveau pour prise
de décision.

Un système d’information sanitaire qui fonctionne bien doit assurer la production, l’analyse,
la dissémination et l’utilisation d’information fiable, valide et disponible en temps opportun
en matière de déterminants de santé, de performances de systèmes de santé et d’états de santé.
En dehors des données de routine, la supervision, essentiellement conjointe, constitue une
action continue de vérification de la qualité des prestations, d’information, d’instruction, de
formation ponctuelle des acteurs de terrain, et de réorientation. Menée de façon périodique,
elle permet la responsabilisation et la motivation des exécutants.

Le contrôle de la qualité des données de routine à chaque niveau d’intervention constitue


une activité essentielle dans le processus de suivi-évaluation. Les données envoyées et reçues
à chaque niveau d’intervention devraient faire l’objet d’une vérification systématique de la
cohérence et de la conformité des données par rapport aux outils de gestion, lors de missions
de supervisions éventuelles. En outre, dans le contexte de la validation de l’eTME, le pays

39
doit disposer d’un système solide de surveillance et de suivi « conforme aux normes de
validation » afin d’être admissible à cette validation de l’eTME. Les normes de qualité des
données doivent être élaborées à partir des protocoles et des outils de gestion existants ou
nouvellement conçus11.

Les informations issues des enquêtes et de recherches opérationnelles relatives au


programme d’eTME ont une plus haute importance pour surpasser ou devancer des aspects
problématiques du programme, mais aussi de développer des stratégies innovatrices adaptées
aux besoins des bénéficiaires et au contexte national et local.

L’évaluation permet de mesurer concrètement l’atteinte ou non des résultats d’effets et


d’impacts projetés lors de la planification du programme. Elle permet ainsi d’orienter les
prises de décision pour apporter des améliorations et des ajustements sur les approches et/ou
stratégies de mise en œuvre, et pour adopter d’autres alternatives éventuelles.

Le schéma ci-après résume les liens fonctionnels des différentes entités concernées et le
circuit de transmission des données et de retro-information, en matière de santé :

11OMS. Orientations mondiales relatives aux critères et aux procédures de validation : Elimination de la
Transmission Mère-Enfant du VIH et de la Syphilis, 2015.

40
IST/VIH

Schéma 2. Circuit de remonte des informations de santé


12
(extrait PSE du PSN-IST/VIH/sida 2018-2022 ).

12 Le CDLS n’est pas tenu compte dans le DECRET N°2017-071 portant réorganisation du Comité national de
lutte contre le VIH/SIDA.

41
5.10.3 Processus de validation de l’élimination de la transmission mère-
enfant du VIH, de la syphilis et de l’hépatite B

Le processus validation de l’eTME sont consolidés dans un cadre mondial de référence


relatant les critères et procédures de validation de l’eTME du VIH et de la syphilis,
principalement, développé par l’OMS en 201513.
Selon les orientations mondiales développées par l’OMS, les pays engagés dans le processus
d’eTME doivent être convaincus qu’ils peuvent atteindre les critères minimaux fixés à
l’échelle mondiale. Dans cette optique, l’OMS a proposé et adopté les aspects suivants pour le
processus de validation :

a. Conditions d’admissibilité pour la validation

Avant de déposer une demande de validation de l’eTME, Madagascar doit remplir les
conditions et critères minimaux suivants, définis à l’échelle mondiale :

 Mise à disposition de données nationales prouvant l’atteinte des cibles et indicateurs


de processus, pendant deux (02) ans et l’atteinte des cibles et indicateurs d’impacts
pour la validation pendant une (01) année ;

 Mise à disposition de données prouvant l’atteinte de l’eTME dans au moins une


structure administrative du niveau périphérique les moins performantes, c’est-à-dire
celles qui sont connues pour avoir de mauvais résultats ou de moins bonnes
réalisations concernant les indicateurs de santé pertinents ; ceci est en rapport à
l’équité de la couverture des services de santé ;

 Existence d’un système de surveillance et de suivi national performant ayant une


capacité accrue en mesure de collecter des données fiables et valides sur l’ensemble du
système de santé (secteur public et secteur privé), et en mesure de détecter la grande
majorité des cas d’eTME ;

 Respect des critères de validation de façon conforme aux considérations de base des
droits de l’homme.

b. Fonctionnement des comités de validation

Le schéma présenté ci-après illustre le lien fonctionnel entre les différentes entités concernées
pour le processus de validation de l’eTME :

13OMS. Orientations mondiales relatives aux critères et aux procédures de validation : Elimination de la
Transmission Mère-Enfant du VIH et de la Syphilis, 2015.

42
Schéma 3. Représentation des liens fonctionnels des différents comités de validation de l’eTME.

43
BIBLIOGRAPHIE

1. SE/CNLS. Rapport d’activité sur la riposte au sida à Madagascar, janvier 2012 –


décembre 2013.

2. SE/CNLS. Rapport sur la réponse face au VIH et au sida à Madagascar, 2014.

3. UNICEF. Madagascar : rapport annuel, 2017.

4. UNICEF. L’enfance à Madagascar : une promesse d’avenir. Analyse de situation de la


mère et de l’enfant, août 2014.

5. Dr S.C.L.C. Tonoukouen. Rapport de mission de mise en application de l’option b+ à


Madagascar, décembre 2017.

6. OMS. L’élimination mondiale de la syphilis congénitale : raison d’être et stratégie,


2009.

7. OMS. Stratégie mondiale du secteur de la santé contre les infections sexuellement


transmissibles 2016 – 2021 : vers l’élimination des IST, juin 2016.

8. OMS. Stratégie mondiale du secteur de la santé contre l’hépatite virale 2016 – 2021 :
vers l’élimination de l’hépatite virale, juin 2016.

9. ONUSIDA. Compte à rebours jusqu’à zéro : Plan mondial pour éliminer les nouvelles
infections à VIH chez les enfants à l’horizon 2015 et maintenir leurs mères en vie,
2011 – 2015, 2011.

10. OMS. Orientations mondiales relatives aux critères et aux procédures de validation :
élimination de la transmission mère-enfant du VIH et de la syphilis, 2015.

11. OMS. Cadre régional pour la triple élimination mère-enfant du VIH, de l’hépatite B et
de la syphilis en Asie et dans le Pacifique 2018 – 2030.

12. OMS, UNFPA, UNICEF, Banque Mondiale. Prise en charge intégrée de la grossesse
et de l’accouchement – Soins liés à la grossesse, à l’accouchement et à la période
néonatale : Guide de pratiques essentielles, 2009.

13. OMS. Dépistage du VIH : l’OMS préconise le dépistage du VIH par des prestataires
communautaires – note d’orientation, mars 2016.

14. OMS. Guide du conseil et du dépistage du VIH à l’initiative du soignant dans les
établissements de santé, 2007.

15. OMS. Manuel pour améliorer les services de conseil et de dépistage du VIH : version
pour expérimentation sur le terrain, 2011.

16. OMS. Rendre les résultats d’un test VIH, communiquer les messages pour refaire le
test et fournir un conseil à l’adulte, 2010.

44
17. OMS. VIH diagnostic : nouveaux outils utilisables sur le lieu des soins pour le
diagnostic précoce de l’infection à VIH chez le nourrisson – note d’information, juillet
2017.

18. OMS. Services de dépistage du VIH : l’OMS recommande qu’une aide à la


notification du partenaire soit apportée aux personnes vivant avec le VIH – note
d’orientation, décembre 2016.

19. OMS. Prise en charge du VIH : dernières informations sur le suivi du traitement -
mesure de la charge virale et numération des CD4, juillet 2017.

20. L’équipe de travail inter-institutions sur la prévention et le traitement de l'infection à


VIH chez les femmes enceintes, les mères et leurs enfants (UNFPA, UNICEF, OMS,
FHI, IPPF, ICSS, ICW, GNP+). Prévention du VIH et des grossesses non désirées :
Cadre stratégique 2011–2015.

21. Groupe de travail global ONUSIDA/OMS sur la surveillance pour le VIH/sida et des
IST. Lignes directrices pour la surveillance du VIH chez les femmes enceintes en
consultation prénatale à partir des données programmatiques de routine

22. OMS, CDC, PEPFAR, USAID, ISA. Principales considérations concernant la


délivrance différenciée de traitements antirétroviraux à des populations particulières :
enfants, adolescents, femmes enceintes ou allaitantes et populations clés -
WHO/HIV/2017.34.

23. Système des Nations Unies à Madagascar/ Bureau du Coordonnateur Résident. Plan-
cadre des Nations Unies pour l’aide au développement 2015-2019.

24. Le Fonds Mondial. Gros plan sur la couverture sanitaire universelle, septembre 2018
(theglobalfund.org)

25. Cisse C.T., Niang M.M., Thiam M., Diouf A.A., Wade N.F., Faye E.H.O., Maal I.,
Ngom Faye N.F., Dao B., Toure Haidara L., Hounkarin G., Perrin R.X. Intégration de
la prévention de la transmission mère-enfant du virus de l'immunodéficience humaine
dans les services de santé maternelle au Sénégal, Médecine et Sante´ Tropicales 2017 ;
27 : 200-209.

26. UNFPA. Une intervention pressante : dispenser des soins obstétricaux d’urgence et
des soins aux nouveau-nés, décembre 2012.

27. USAID, FANTA2, FHI. Prise en charge nutritionnelle des personnes vivant avec le
VIH et le sida (PVVIH), 2008.

28. MSANP, SE-CNLS. Communiqué de presse du Ministère de la Santé Publique et du


Secrétariat Exécutif du Comité National de Lutte contre le Sida : la Déclaration
Politique sur la fin du sida adoptée au cours de la Réunion de Haut Niveau des
Nations Unies, 18 juin 2016.

45
29. SE/CNLS. Plan stratégique national de la riposte multisectorielle aux IST, VIH et sida,
2018 – 2022.

30. MSANP. Plan de Développement du secteur santé, 2015 – 2019.

31. MSANP. Politique, normes et procédures des services de dépistage du VIH à


Madagascar. Edition 2018.

32. MSANP. Prise en charge globale des personnes vivant avec le VIH à Madagascar :
protocole de prise en charge médicale. Edition 2018.

33. MSANP. Normes et procédures relatives aux interventions de prévention de la


transmission mère-enfant du VIH, syphilis et hépatite à Madagascar. Edition 2018.

34. N. Ravoavison, R.A. Rakotoarivelo, T.M. Rakotomboahangy, H.R.


Andrianampanalinarivo, M.J.D. Randria, R.L. Andrianasolo. La prévention de la
transmission mère-enfant du VIH à Antananarivo, Madagascar. RMM 5(2): 562-565,
2015.

35. MSANP. Normes et procédures en santé de la reproduction. Troisième édition, 2017.

36. MSANP, MJS et al. Plan Stratégique National en Santé de la Reproduction des
Adolescents et des Jeunes 2018 – 2020 à Madagascar, décembre 2017.

37. MSANP. Politique Nationale de Santé Communautaire à Madagascar, juillet 2017.

38. INSTAT. Enquête Démographique et de Santé, 2008 – 2009.

39. INSTAT. Enquête nationale sur le suivi des objectifs du millénaire pour le
développement à Madagascar (objectif 5), 2012 – 2013.

40. UNICEF. La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à


l’égard des femmes (CEDAW) : en quelques mots – à l’usage des adolescents, juin
2011.

41. OMS. Bilan : le VIH chez l’enfant - WHO/HIV/2006.04.

42. MSANP. Guide et procédures de gestion des intrants de sante liés aux IST et au VIH.
Edition 2011.

43. USAID, SIAPS, UNICEF, JSI, UNFPA. Quantification des intrants de santé –
supplément SRMNI, janvier 2016.

44. IAS, CIPHER, OMS. La recherche pour une génération sans sida : un programme
mondial de recherche pour les nouveau-nés et les enfants touchés par le VIH –
WHO/HIV/2017.32 (https://www.iasociety.org/CIPHER)

46
ANNEXE A – ARBRE A PROBLEME PAR RAPPORT AUX QUATRE VOLETS PTME

L’arbre à problèmes schématisé ci-après est reconstitué à partir des résultats de la descente sur
terrain dans 06 districts sanitaires sélectionnés du processus d’élaboration de ce plan eTME.
Les facteurs et déterminants illustrés dans ce schéma sont liés à la faible utilisation des
paquets de services PTME par les femmes bénéficiaires du programme, tout le long de la
chaîne de services.

47
ANNEXE B – CADRE DE PERFORMANCE DU PROGRAMME D’ETME 2019 – 2030.

La présentation de la hiérarchisation des résultats présentés ci-dessous dans le cadre de


performance est issue des recommandations et des critères de validation de la TME du VIH,
de la syphilis et de l’hépatite B fixés par l’OMS en 2015, essentiellement pour les cibles
d’impacts et de processus.

Il est à noter que les proportions des cibles établies par rapport aux jalons sont susceptibles de
changement, en fonction de l’évolution de la performance enregistrée annuellement.
Résultats escomptés (IMPACTS/ Année Source Jalons 2020 Jalons 2022 Jalons 2025 Cibles 2030
Indicateurs Baseline
EFFETS) baseline baseline Cibles Cibles Cibles Cibles

Nombre de cas de nouveau-nés


Impact 1 : Le nombre de cas nouvellement infectés au VIH pour ≤ 200 cas ≤ 150 cas ≤ 100 cas ≤ 50 cas p.
d’infections pédiatriques à nd OMS
100 000 naissances vivantes (pas de p.100,000 p.100,000 p.100,000 100,000 NV
VIH, est réduit à moins de coupure)
50cas pour 100 000 naissances
Proportion de nouveau-nés infectés par
vivantes, d’ici à fin 2030 35,7% 2015 Spectrum 8% < 5% < 5% < 5%
le VIH, nés de mères VIH+
Effet 1.1 : Au moins, 95% des Pourcentage de femmes enceintes DLIS/
63,2% 2017 75% 80% 85% ≥ 95%
femmes enceintes ont suivi au recevant les paquets de services de CPN DSFa
moins une visite prénatale durant Pourcentage de femmes enceintes vues
leur grossesse, d’ici à fin 2030 26,8%14 DSFa 60% 75% 85% ≥ 95%
en CPN1 avant 4è mois
Extrant 1.1.1. : Au moins 95%
Pourcentage de femmes en âge de
femmes en âge de reproduction dans
reproduction dans toutes les communes,
1 590 communes sont couvertes par
couvertes par des activités paquets complets nd 75% 80% 85% ≥ 95%
des paquets complets d’activités de
d’activités de communication intégrée
communication intégrée sur la PTME/
PTME/VIH-syphilis-HB
VIH-SYPH-HB, d’ici fin 2030
Extrant 1.1.2. : Au moins 95%
Pourcentage de femmes enceintes dans
femmes enceintes dans 1 590
toutes les communes, couvertes par des
communes sont couvertes par des
activités paquets complets d’activités de nd 65% 80% 90% ≥ 95%
paquets complets d’activités de
communication intégrée PTME/VIH-syphilis-
communication intégrée sur la PTME/
HB
VIH-SYPH-HB, d’ici fin 2030
Extrant 1.1.3. : Au moins 95%
Pourcentage de homme/ partenaires
hommes/ partenaires masculins dans
masculins dans toutes les communes,
1 590 communes sont couverts par
couvertes par des activités paquets complets nd 65% 80% 90% ≥ 95%
des paquets complets d’activités de
d’activités de communication intégrée
communication intégrée sur la PTME/
PTME/VIH-syphilis-HB
VIH-SYPH-HB, d’ici fin 2030
Effet 1.2 : Au moins, 95% des
Pourcentage de femmes enceintes qui PSN
femmes enceintes vues en CPN
connaissent leur statut sérologique à 23% 2016 2018- 45% 60% 80% 95%
précoce sont dépistées au VIH,
l'égard du VIH avant 4è mois 2022
d’ici à fin 2030

14 DSFa* données manquantes pour certains SDSP.


Résultats escomptés (IMPACTS/ Année Source Jalons 2020 Jalons 2022 Jalons 2025 Cibles 2030
Indicateurs Baseline
EFFETS) baseline baseline Cibles Cibles Cibles Cibles
Nombre de centres de santé de base publics
1 538 DLIS, 1 923 2 179 2 435
offrant des activités de promotion de ≥ 2 563
Extrant 1.2.1 : 100% centres de santé
dépistage du VIH
(60%) 2017 (75%) (85%) (95%)
de base réalisent la promotion du
Nombre de centres de santé de base privés
DEPISTAGE du VIH, d’ici à fin 2030.
offrant des activités de promotion de nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
dépistage du VIH
Nombre de centres de santé de base publics
1 538 DLIS, 1 923 2 179 2 435
Extrant 1.2.2. : 100% centres de santé capables d’offrir des services de dépistage ≥ 2 563
(60%) 2017 (75%) (85%) (95%)
de base sont capables de dispenser un VIH de qualité
paquet de services de-DEPISTAGE du Nombre de centres de santé de base privés
VIH de qualité d’ici fin 2030 capables d’offrir des services de dépistage nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
VIH de qualité
Effet 1.3 : Au moins, 95% des Pourcentage de femmes enceintes
femmes enceintes séropositives séropositives au VIH qui reçoivent des PSN
bénéficient d’un traitement ARV, médicaments antirétroviraux en vue de 7% 2016 2018- 57% 90%* 95% ≥ 95%
dans le cadre de l’option « traiter réduire le risque de transmission mère- 2022
tous », d’ici à fin 2030 enfant (TME)
Nombre de centres de santé de base publics
1 923 2 179 2 435
réalisant des activités de communication sur nd ≥ 2 563
Extrant 1.3.1 : 100% centres de santé
le TARV
(75%) (85%) (95%)
de base réalisent la promotion du
Nombre de centres de santé de base privés
TARV, d’ici à fin 2030.
réalisant des activités de communication sur nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
le TARV
Extrant 1.3.2. : 100% centres de santé Nombre de centres de santé de base publics 769 1 282 1 923
nd ≥ 2 563
de base sont capables de dispenser offrant du TARV (30%) (50%) (75%)
des services TARV de qualité d’ici fin Nombre de centres de santé de base privés
2030 nd (20%) (40%) (75%) (≥ 95%)
offrant du TARV
Effet 1.4 : Au moins, 95% des
Pourcentage de nouveau-nés, nés de
nouveau-nés de mères PSN
mères séropositives au VIH, qui
séropositives au VIH, sont dépistés nd 2018- 57,7% 66,6% 80% ≥ 95%
subissent des tests virologiques dans les
dans les deux mois suivant la 2022
deux mois suivant la naissance
naissance, d’ici à fin 2030
Extrant 1.4.1 : 100% centres de santé Nombre de centres de santé de base publics 1 923 2 179 2 435
nd ≥ 2 563
de base réalisent des activités de réalisant des activités de promotion sur le (75%) (85%) (95%)

50
Résultats escomptés (IMPACTS/ Année Source Jalons 2020 Jalons 2022 Jalons 2025 Cibles 2030
Indicateurs Baseline
EFFETS) baseline baseline Cibles Cibles Cibles Cibles
promotion sur le dépistage précoce dépistage précoce du VIH chez les nouveau-
du VIH chez les nouveau-nés, d’ici à nés
fin 2030
Nombre de centres de santé de base privés
réalisant des activités de promotion sur le
nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
dépistage précoce du VIH chez les nouveau-
nés
Nombre de centres de santé de base publics
Extrant 1.4.2. : 100% centres de 769 1 282 1 923
prescrivant du test virologique (PCR) chez les nd ≥ 2 563
santé de base capables de prescrire le
nourrissons
(30%) (50%) (75%)
test virologique (ex. PCR) pour le
Nombre de centres de santé de base privés
diagnostic du VIH chez les nourrissons
prescrivant du test virologique (PCR) chez les nd (20%) (40%) (75%) (≥ 95%)
d’ici fin 2030
nourrissons
Extrant 1.4.3. : Au moins, 22
laboratoires de référence régionaux Nombre de laboratoires régionaux de
équipés, capables de réaliser des tests référence réalisant des tests virologiques 22 22 25 28 28
virologiques pour le diagnostic du VIH pour le diagnostic du VIH chez les nourrissons
chez les nourrissons d’ici fin 2030
Pourcentage de nouveau-nés de mères
séropositives au VIH, qui bénéficient
d’un traitement prophylactique à la nd 60% 70% 85% ≥ 95%
Nivérapine (NVP) à la naissance, avant la
confirmation diagnostic
Effet 1.5 : Au moins, 95% des Pourcentage de nouveau-nés de mères
nouveau-nés de mères séropositives au VIH, qui bénéficient
séropositives au VIH reçoivent une d’un traitement prophylactique au
nd 60% 70% 85% ≥ 95%
prise en charge adaptée, d’ici à fin Cotrimoxazole (CTX) à partir du 6è
2030 semaine de vie, pour la prévention des
infections opportunistes
Pourcentage de nouveau-nés de mères
séropositives, qui bénéficient d’un
nd 70% 80% 90% ≥ 95%
schéma de traitement ARV adapté, après
confirmation diagnostique

51
Résultats escomptés (IMPACTS/ Année Source Jalons 2020 Jalons 2022 Jalons 2025 Cibles 2030
Indicateurs Baseline
EFFETS) baseline baseline Cibles Cibles Cibles Cibles
Nombre de centres de santé de base publics
1 923 2 179 2 435
Extrant 1.5.1 : 100% centres de santé offrant des prestations de promotion du nd ≥ 2 563
réalisent des activités de promotion traitement des nouveau-nés exposés au VIH
(75%) (85%) (95%)
du traitement des nouveau-nés Nombre de centres de santé de base privés
exposés au VIH d’ici à fin 2030 offrant des prestations de promotion du nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
traitement des nouveau-nés exposés au VIH
Nombre de centres de santé de base publics
1 282 1 666 1 923
Extrant 1.5.2. : 100% centres de offrant des prestations de prise en charge nd ≥ 2 563
santé dispensent des services de prise précoce des nouveau-nés exposés au VIH
(50%) (65%) (75%)
en charge précoce des nouveau-nés Nombre de centres de santé de base privés
d’ici fin 2030 offrant des prestations de prise en charge nd (40%) (50%) (75%) (≥ 95%)
précoce des nouveau-nés exposés au VIH

Impact 2 : Le nombre de cas de


syphilis congénitale est réduit
Nombre de cas de syphilis congénitale ≤ 200 cas ≤ 150 cas ≤ 100 cas ≤ 50 cas p.
à moins de 50cas pour 100 000 nd OMS
pour 100 000 naissances vivantes p.100,000 p.100,000 p.100,000 100,000 NV
naissances vivantes, d’ici à fin
2030
Pourcentage de femmes enceintes ayant PSN
Effet 2.1 : Au moins, 95% des fait un dépistage de la syphilis avant 4è 28% 2017 2018- 70%* 90%* 95% ≥ 95%
femmes enceintes vues en CPN mois de grossesse 2022
précoce sont dépistées de la Pourcentage de femmes enceintes PSN
syphilis, d’ici à fin 2030 séropositive à la syphilis avant 4° mois 4% 2017 2018- 1,5% 0,9% 0,5% 0,2%
de grossesse 2022
Nombre de centres de santé de base publics
réalisant des activités de sensibilisation sur la 1 923 2 179 2 435
nd ≥ 2 563
Extrant 2.1.1 : 100% centres de santé prévention de la syphilis congénitale chez les (75%) (85%) (95%)
sensibilisent les femmes enceintes sur nouveau-nés
la prévention de la syphilis Nombre de centres de santé de base privés
congénitale, d’ici à fin 2030 réalisant des activités de sensibilisation sur la
nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
prévention de la syphilis congénitale chez les
nouveau-nés
Extrant 2.1.2. : 100% centres de Nombre de centres de santé de base publics 1 923 2 179 2 435
nd ≥ 2 563
santé dispensent des services de capables d’offrir des services de dépistage (75%) (85%) (95%)

52
Résultats escomptés (IMPACTS/ Année Source Jalons 2020 Jalons 2022 Jalons 2025 Cibles 2030
Indicateurs Baseline
EFFETS) baseline baseline Cibles Cibles Cibles Cibles
dépistage précoce de la syphilis chez précoce de la syphilis de qualité, chez les
les femmes enceintes, d’ici à fin 2030 femmes enceintes en CPN
Nombre de centres de santé de base privés
capables d’offrir des services de dépistage
nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
précoce de la syphilis de qualité, chez les
femmes enceintes en CPN
Effet 2.2 : Au moins, 95% des Pourcentage de femmes enceintes
PSN
femmes séropositives à la syphilis séropositives à la syphilis, ayant reçu une
45% 2017 2018- 70% 80% 90% 95%
sont couvertes par un traitement dose de Benzanthine-Pénicilline avant 4°
2022
correct, d’ici à fin 2030 mois de grossesse
Nombre de centres de santé de base publics
réalisant des activités de sensibilisation sur la 1 923 2 179 2 435
nd ≥ 2 563
Extrant 2.2.1 : 100% centres de santé prise en charge précoce de la syphilis chez les (75%) (85%) (95%)
sensibilisent sur les avantages de la femmes enceintes
prise en charge précoce de la syphilis, Nombre de centres de santé de base privés
d’ici à fin 2030 réalisant des activités de sensibilisation sur la
nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
prise en charge précoce de la syphilis chez les
femmes enceintes
Nombre de centres de santé de base publics
capables d’offrir des services de prise en 1 923 2 179 2 435
nd ≥ 2 563
Extrant 2.1.2. : 100% centres de charge précoce de la syphilis, chez les (75%) (85%) (95%)
santé dispensent des services de prise femmes enceintes en CPN
en charge précoce de la syphilis chez Nombre de centres de santé de base privés
les femmes enceintes, d’ici à fin 2030 capables d’offrir des services de prise en
nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
charge précoce de la syphilis, chez les
femmes enceintes en CPN

53
Résultats escomptés (IMPACTS/ Année Source Jalons 2020 Jalons 2022 Jalons 2025 Cibles 2030
Indicateurs Baseline
EFFETS) baseline baseline Cibles Cibles Cibles Cibles

Impact 3 : Le nombre de cas


d’infections pédiatriques à
Nombre de nouveaux cas d’infections
VHB, est réduit à moins de ≤ 300 cas ≤ 250 cas ≤ 200 cas ≤ 100 cas p.
pédiatriques à VHB pour 100 000 nd OMS
100cas pour 100 000 p.100,000 p.100,000 p.100,000 100,000 NV
naissances vivantes
naissances vivantes, d’ici à fin
2030
Effet 3.1 : Au moins, 95% des
jeunes femmes/ femmes en âge Pourcentage de femmes en âge de
de reproduction sont couvertes reproduction vaccinées contre l’hépatite nd 60% 70% 80% 95%
par au moins une dose de vaccin B, au moins 01 fois
contre l’hépatite B, d’ici à fin 2030
Extrant 3.1.1 : le MSANP intègre la
Plan de promotion de la santé, intégrant la
communication sur la prévention de
communication sur la prévention de
l’hépatite B dans le plan de promotion
l’hépatite B
de la santé, d’ici à fin 2030
Nombre de centres de santé publiques
offrant des services de vaccination contre
Extrant 3.1.2. : 100% centres de nd 1 923 (75%) 2 179 (85%) 2 435 (95%) ≥ 2 563
l’hépatite B pour les jeunes et les femmes en
santé dispensent des services de
âge de reproduction
vaccination précoce contre l’hépatite
Nombre de centres de santé privés offrant
B chez les jeunes/ femmes en âge de
des services de vaccination contre l’hépatite
reproduction, d’ici à fin 2030 nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
B pour les jeunes et les femmes en âge de
reproduction
Effet 3.2 : Au moins, 95% des
Pourcentage de femmes enceintes
femmes enceintes vues en CPN
dépistées précocement à l'AgHBs avant nd 60% 70% 80% 95%
précoce sont dépistées de l'AgHBs,
4è mois de grossesse
d’ici à fin 2030
Nombre de centres de santé de base publics
Extrant 3.2.1 : 100% centres de santé
réalisant des activités de promotion du
offrent des prestations de nd 1 923 (75%) 2 179 (85%) 2 435 (95%) ≥ 2 563
dépistage précoce de l’AgHBs chez les
communication sur le dépistage de
femmes enceintes
l’AgHBs chez les femmes enceintes,
Nombre de centres de santé de base privés
d’ici à fin 2030 nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
réalisant des activités de promotion du

54
Résultats escomptés (IMPACTS/ Année Source Jalons 2020 Jalons 2022 Jalons 2025 Cibles 2030
Indicateurs Baseline
EFFETS) baseline baseline Cibles Cibles Cibles Cibles
dépistage précoce de l’AgHBs chez les
femmes enceintes
Nombre de centres de santé publiques
Extrant 3.2.2. : 100% centres de dispensant des services de dépistage précoce nd 1 923 (75%) 2 179 (85%) 2 435 (95%) ≥ 2 563
santé offrent des services de de l’AgHBs chez les femmes enceintes
dépistage de l’AgHBs chez les Nombre de centres de santé privés
femmes enceintes, d’ici à fin 2030 dispensant des services de dépistage précoce nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
de l’AgHBs chez les femmes enceintes
Effet 3.3 : Au moins, 95% des
femmes enceintes à charge virale Pourcentage de femmes enceintes avec
élevée, reçoivent un traitement charge virale élevée (C.V.), ayant reçu un nd 75% 85% 90% 100%
antiviral contre l’hépatite B, d’ici à traitement antiviral antihépatite B
fin 2030
Nombre de centres de santé publics réalisant
des activités de sensibilisation sur la prise en
nd 1 923 (75%) 2 179 (85%) 2 435 (95%) ≥ 2 563
Extrant 3.3.1 : 100% centres de santé charge de l’hépatite B chez les femmes
sensibilisent les femmes enceintes sur enceintes en CPN
la prise en charge de l’hépatite B, Nombre de centres de santé privés réalisant
d’ici à fin 2030. des activités de sensibilisation sur la prise en
nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
charge de l’hépatite B chez les femmes
enceintes en CPN
Nombre de centres de santé publiques
Extrant 3.3.2. : 100% centres de dispensant des services de prise en charge nd 1 923 (75%) 2 179 (85%) 2 435 (95%) ≥ 2 563
santé dispensent des services de prise précoce de l’HB chez les femmes enceintes
en charge précoce de l’hépatite B
chez les femmes enceintes, d’ici à fin Nombre de centres de santé privés
2030 dispensant des services de prise en charge nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
précoce de l’HB chez les femmes enceintes

55
Résultats escomptés (IMPACTS/ Année Source Jalons 2020 Jalons 2022 Jalons 2025 Cibles 2030
Indicateurs Baseline
EFFETS) baseline baseline Cibles Cibles Cibles Cibles

Effet 3.4 : Au moins, 95% des


nouveau-nés de mères Pourcentage de nouveau-nés ayant les
séropositives sont couverts par 03 03 doses complètes de vaccin anti- nd 60% 70% 80% 95%
doses du vaccin contre l’hépatite hépatite B
B, d’ici à fin 2030
Nombre de centres de santé publics réalisant
Extrant 3.4.1 : 100% centres de santé des activités de sensibilisation sur la nd 1 923 (75%) 2 179 (85%) 2 435 (95%) ≥ 2 563
réalisent des activités de PTME/HB chez les femmes enceintes en CPN
communication sur la PTME/HB, d’ici Nombre de centres de santé privés réalisant
à fin 2030 des activités de sensibilisation sur la nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
PTME/HB chez les femmes enceintes en CPN
Nombre de centres de santé publiques
Extrant 3.4.2 : 100% centres de santé dispensant des services de vaccination des nd 1 923 (75%) 2 179 (85%) 2 435 (95%) ≥ 2 563
réalisent des activités de vaccination nouveau-nés contre l’hépatite B
des nouveau-nés en vue de la Nombre de centres de santé privés
PTME/HB, d’ici à fin 2030. dispensant des services de vaccination des nd (60%) (75%) (85%) (≥ 95%)
nouveau-nés contre l’hépatite B

56
ANNEXE C – PLAN D’ACCÉLÉRATION DE L’ETME, 2019 – 2020.
Chronogramme
Résultats escomptés Lieux Intervenants/
(EXTRANTS/ ACTIVITES) d’intervention responsables 2019 2020
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4

EXTRANTS :
au moins 95% femmes en âge de reproduction
au moins 95% femmes enceintes AC, resp.
au moins 95% hommes/ partenaires masculins dans 1 590 communautaires,
national
communes prestataires de soins,
sont couverts par des paquets complets d’activités de point focal secteurs
communication intégrée sur la PTME/ VIH-syphilis-hépatite B,
d’ici fin 2030
Elaborer des messages adaptés, ciblés en faveur de la CPN national SE/CNLS, MSANP
SE/CNLS, MSANP,
Concevoir les outils de communication en faveur de la CPN national
PTFs
Vulgariser les supports de communication en faveur du
programme d’eTME, sur la base des stratégies de national SE/CNLS, PTFs
communication adoptées
Vulgariser des supports de communication en faveur de la lutte
national SE/CNLS, PTFs
contre la stigmatisation et de la discrimination des PVVIH
Réaliser des activités communication pour la prévention de la
national, régional, MSANP, autres
grossesse non désirée (P-GND) chez les jeunes et les femmes
districts, communes secteurs
en âge de reproduction
Promouvoir la CPN dans les activités multisectorielles national, régional, MSANP, autres
(éducation, milieu de travail, développement social,…) districts, communes secteurs
Renforcer les activités de communication au niveau
communautaire en faveur des programmes CPN : selon des
districts, communes Acteurs communautés
approches ciblées et individualisées ; selon les initiatives
communautaires
Octroyer des incitatifs à des femmes ayant réalisé des séances MSANP, SE/CNLS,
districts, communes
de CPN complètes et précoces PTFs
Mettre à disposition des préservatifs masculins et féminins à national, régional, MSANP, SE/CNLS,
tous les niveaux districts, communes autres secteurs, PTFs
EXTRANT : 100% centres de santé de base sont capables de
national MSANP, PTFs
dispenser un paquet de services CPN de qualité d’ici fin 2030
Intégrer la CPN recentrée dans le paquet de service offert au national, régional,
MSANP, PTFs
niveau des centres de santé publiques et privées districts, communes
Intégrer les prestations CPN recentrée dans les activités de national, régional,
MSANP, PTFs
santé libérale districts, communes
Renforcer les capacités des prestataires de santé en matière de national, régional,
MSANP, PTFs
CPN districts, communes
Chronogramme
Résultats escomptés Lieux Intervenants/
(EXTRANTS/ ACTIVITES) d’intervention responsables 2019 2020
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4

Octroyer des récompenses pour les prestataires performants national, régional, MSANP, secteur
selon des critères prédéfinis districts, communes privé, PTFs
Mettre à disposition de matériels et équipement, de
consommables, de kit d’accouchement, de médicaments national, régional, MSANP, secteur
nécessaires pour les services intégrés CPN, dans tous les districts, communes privé, PTFs
centres de santé à tous les niveaux
Partager et remettre à niveau les prestataires de soins sur les
normes et procédures SR (intégrant la CPN) pour tous les national MSANP, PTFs
niveaux du système de santé
EXTRANTS : d’ici à fin 2030, 100% centres de santé
réalisent la PROMOTION intégrée :
- du dépistage du VIH,
- du TARV,
- du dépistage précoce du VIH chez les nouveau-nés,
MSANP, autres
- du traitement des nouveau-nés exposés au VIH,
national secteurs, SE/CNLS,
- de la prévention de la syphilis congénitale,
PTFs
- de la prise en charge précoce de la syphilis,
- de la prévention de l’hépatite B, du dépistage de
l’AgHBs chez les femmes enceintes,
- de la prise en charge de l’hépatite B,
- de la vaccination sur des nouveau-nés..
Mener des plaidoyers auprès des autorités et hauts responsables
de tous les secteurs de développement pour l’intégration du national, régional MSANP, PTFs
programme d’eTME
Impliquer activement les paramédicaux dans le counseling pré-
national, régional, MSANP, Instituts de
et post-test, suivant les normes et procédures de counseling et
districts, communes formation, PTFs
dépistage du VIH
Impliquer activement des paramédicaux dans les counselings
national, régional, MSANP, Instituts de
post-test et les ETP des femmes enceintes dépistées
districts, communes formation, PTFs
séropositives et leurs partenaires
Mobiliser des moyens pour la référence immédiate et le suivi
national, régional,
des femmes enceintes séropositives au VIH à la prise en charge MSANP, PTFs
districts, communes
globale
Impliquer activement les paramédicaux ou assistants sociaux
national, régional, MSANP, Instituts de
(et/ou acteurs communautaires -AC, associations) dans le
districts, communes formation, PTFs
soutien et l'accompagnement des femmes enceintes dépistées

59
Chronogramme
Résultats escomptés Lieux Intervenants/
(EXTRANTS/ ACTIVITES) d’intervention responsables 2019 2020
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4

séropositives au VIH, lors de l'annonce et le partage des


résultats des tests à leurs conjoints/ partenaires
Collaborer avec des assistants sociaux/ associations pour le
national, régional, MSANP, Instituts de
soutien psychologique des femmes et/ou partenaires
districts, communes formation, PTFs
séropositif(ve)s
Planifier/réajuster le plan de communication intégrée VIH pour
SE/CNLS, MSANO,
intégrer des nouvelles interventions sur la PTME/ VIH-SYPH- national
PTFs
HB
Renforcer l’éducation thérapeutique (ETP) et de l’éducation
nutritionnelle pour les femmes enceintes, les femmes national, régional, MSANP, acteurs
allaitantes et leurs nouveau-nés par les AC, les paramédicaux districts, communes multisectoriels, PTFs
et/ou les associations
Collaborer et/ou intégrer la communication sur la prise en
charge correcte des trois infections dans d'autres programmes national, régional,
MSANP, PTFs
de santé (santé des jeunes et adolescents, santé mère-enfant, districts, communes
PF…)
Renforcer la communication et la sensibilisation des femmes
national, régional,
enceintes vues tardivement en CPN, sur la prise en charge de la MSANP, PTFs
districts, communes
syphilis
Elaborer des documents-cadre de lutte contre les hépatites national MSANP, PTFs
Développer un plan national de communication pour la lutte
contre les hépatites, et des matériels de communication y national MSANP, PTFs
afférents
Mener des plaidoyers auprès des autorités et hauts responsables
de santé pour l’intégration de la vaccination contre l’hépatite B national, régional MSANP, PTFs
dans le programme élargi de vaccination (PEV)

60
Chronogramme
Résultats escomptés Lieux Intervenants/
(EXTRANTS/ ACTIVITES) d’intervention responsables 2019 2020
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4

EXTRANTS : d’ici fin 2030, 100% des centres de santé


publics sont capables de dispenser un paquet de :
- services de DEPISTAGE précoce des
VIH/SYPHILIS/HB,
- d’offre de TARV,
- de dépistage précoce du VIH des nouveau-nés, MSANP, secteur
national, régional,
- de traitement VIH précoce des nouveau-nés, privé, PTFs, autres
districts, communes
- de prise en charge précoce des trois infections partenaires
VIH/SYPHILIS/HB,
- de la vaccination contre l’HB des jeunes et femmes en
âge de reproduction,
- de la vaccination contre l’HB des nouveau-nés, de
qualité.
MSANP, secteur
Utiliser la cartographie d’accessibilité pour un réseau d'offre de régional, districts,
privé, PTFs, autres
services intégrés et complets en PTME/ VIH-SYPH-HB communes
partenaires
MSANP, secteur
Intégrer l'offre de dépistage précoce des VIH/SYPHILIS/HB régional, districts,
privé, autres
des femmes enceintes dans les centres de santé privés communes
partenaires
Intégrer l’offre de dépistage des femmes enceintes dans les
national, régional, MSANP, PTFs, autres
autres programmes de santé (SSRMNIA-N, PALU, TB...) et
districts, communes partenaires
campagnes de mobilisation
Intégrer l'offre de prestation de dépistage du VIH des femmes
MSANP, secteur
enceintes et de leurs partenaires, par le biais de le TRODeurs régional, districts,
privé, autres
formés (agent communautaire en charge du dépistage communes
partenaires
communautaire par tests rapides)
Mise à disposition des offres d'utilisation des autotests selon les
national MSANP, PTFs
stratégies de dépistage en vigueur
MSANP, secteur
Organiser la référence et contre référence en PTME/ VIH- régional, districts,
privé, autres
Syphilis-HB communes
partenaires, PTFs
Equiper des nouveaux centres de traitement pour assurer les
activités de proximité de confirmation des tests, de diagnostic
districts, communes MSANP, PTFs
mobile du nouveau-né et de traitement ARV des PVVIH
identifiées

61
Chronogramme
Résultats escomptés Lieux Intervenants/
(EXTRANTS/ ACTIVITES) d’intervention responsables 2019 2020
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4

Quantifier les intrants, médicaments, matériels et équipements MSANP, SALAMA,


national, régional,
nécessaires pour la prise en charge de qualité des trois UTGL, SE/CNLS,
districts, communes
infections VIH/SYPHILIS/VHB PTFs
Acquérir les intrants, médicaments, vaccins, matériels et
équipements nécessaires pour la prise en charge de qualité des national UCP, SE/CNLS, PTFs
trois infections VIH/SYPHILIS/VHB, selon les besoins
Planifier la distribution des intrants, matériels et équipement
pour les trois infections (VIH/syphilis/VHB) vers SDSP/Pha-
districts, communes MSANP, PTFs
G-Dis et SDSP vers les centres de traitement et centres de santé
périphériques
Renforcer les capacités des responsables/ gestionnaires des MSANP, SE/CNLS,
districts
PhaGDis sur la gestion des intrants VIH/SYPHILIS/VHB PTFs
Renforcer le suivi de l'approvisionnement et de la distribution
MSANP, PTFs
des intrants du niveau central vers les districts
Acheminer les intrants VIH jusqu’au niveau des centres de
districts, communes MSANP, PTFs
traitement (T1+T2+T3)
Acheminer les intrants syphilis, hépatite B jusqu’au niveau des
districts, communes MSANP, PTFs
centres de santé périphériques
Faciliter l’accès des femmes et des nouveau-nés aux examens
districts, communes MSANP, PTFs
paracliniques et des médicaments IO
MSANP, secteur
Mettre à disposition d’intrants, médicaments, vaccins,
districts, communes privé, PTFs, autres
consommables, dans tous les centres de santé offrant la CPN
partenaires
Utiliser des moyens de la nouvelle technologie (tablettes/
mobiles) pour la notification rapide des cas positifs MSANP, secteur
national, régional,
VIH/SYPHILIS/HB pour commander une prise en charge privé, PTFs, autres
districts, communes
précoce des infections (référence, approvisionnement des partenaires
intrants et médicaments)
MSANP, secteur
Valider les données issues des tablettes/ téléphones à tous les national, régional,
privé, PTFs, autres
niveaux pour les trois infections districts, communes
partenaires
Disséminer le guide du conseil et du dépistage du VIH à
l'initiative du soignant dans les établissements de santé publics national MSANP, PTFs
et privés
Disséminer les normes et procédures de counseling et de
national MSANP, PTFs
dépistage du VIH

62
Chronogramme
Résultats escomptés Lieux Intervenants/
(EXTRANTS/ ACTIVITES) d’intervention responsables 2019 2020
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4

Remettre à niveau périodiquement les connaissances des


MSANP, secteur
prestataires de soins en PTME/VIH-Syphilis-hépatite B pour national, régional,
privé, PTFs, autres
tous les niveaux du système de santé (intégrant les normes et districts, communes
partenaires
procédures/ protocoles pour chaque infection)
Impliquer les paramédicaux ou assistants sociaux (et/ou acteurs MSANP, secteur
communautaires -AC, associations) dans le soutien et privé, acteurs
national, régional,
l'accompagnement des femmes enceintes dépistées communautaires,
districts, communes
séropositives et/ou de leurs conjoints/partenaires pour PTFs, autres
l'observance au traitement ARV partenaires
MSANP, secteur
Mettre à disposition des prestataires de soins de tous les national, régional,
privé, PTFs, autres
niveaux, un document intégré de formation districts, communes
partenaires
MSANP, secteur
Renforcer le suivi formatif / suivi groupé et la supervision régional, districts,
privé, PTFs, autres
conjointe régulière des prestations intégrées communes
partenaires
MSANP, secteur
Octroyer des récompenses aux prestataires de santé régional, districts,
privé, PTFs, autres
performants communes
partenaires
Réhabiliter/ réaménager des centres de traitement sélectionnés
communes MSANP, PTFs
au niveau local
Intégrer la prise en charge globale du VIH (médicale et
MSANP, secteur
psychosociale) des femmes enceintes séropositives et de leurs
districts, communes privé, PTFs, autres
partenaires dans les établissements de santé privés du réseau
partenaires
local
Réhabiliter/ réaménager des structures de labo des niveaux
MSANP, PTFs, autres
régional nécessaires pour le suivi biologique intégré en PTME régional
partenaires
(*VIH, SYPH et VHB)
Collaborer avec les acteurs communautaires et les autorités
régional, districts, MSANP, PTFs, autres
locales dans la recherche active des perdu(e)s de vue (PDV) :
communes partenaires
sensibilisation et orientation
Doter de moyens les prestataires de santé chargés de la prise en
charge du VIH, pour leur contribution à la recherche active des régional, districts, MSANP, PTFs, autres
perdues de vue (frais de déplacement, crédit de communes partenaires
communication…)
Utiliser le circuit national d’acheminement des prélèvements, régional, districts, MSANP, secteur
charge virale et de rendu des résultats, tenant compte de la communes privé, PTFs, autres

63
Chronogramme
Résultats escomptés Lieux Intervenants/
(EXTRANTS/ ACTIVITES) d’intervention responsables 2019 2020
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4

cartographie de réseau d'offre de services intégrés et complets partenaires


en PTME
Réhabiliter/ réaménager des structures de labo, nécessaires MSANP, secteur
pour le diagnostic précoce du nouveau-né exposé et du suivi régional privé, PTFs, autres
biologique en PTME partenaires
Acquérir des équipements (point of care, etc.) pour les LNR
national et régionaux pour l’opérationnalisation du diagnostic national, régional MSANP, PTFs
précoce
Doter les laboratoires régionaux d’intrants et consommables
pour assurer le diagnostic précoce du nouveau-né exposé et du régional MSANP, PTFs
suivi biologique en PTME
Mutualiser l’utilisation des appareils GenXpert du programme
TB (pour PCR et CV) dans les zones non couvertes par LNR régional MSANP, PTFs
ou par les Point of care
Utiliser les protocoles respectifs en vigueur de prise en charge, MSANP, secteur
de prophylaxie des trois infections par les prestataires, selon les national privé, autres
clients-cibles partenaires
Mettre en œuvre des prestations de suivi médical et prise en MSANP, secteur
national, régional,
charge psychosociale des nouveau-nés des mères séropositives privé, autres
districts, communes
au VIH au sein d'un réseau pluridisciplinaire partenaires
MSANP, acteurs
Mobiliser de moyens pour la réalisation de vaccination des
communautaires,
jeunes femmes contre l'hépatite B jusqu'au niveau districts, communes
PTFs, autres
communautaire
partenaires
MSANP, acteurs
Identifier les jeunes n’ayant pas bénéficié les séries de communautaires,
districts, communes
vaccination contre l’hépatite B PTFs, autres
partenaires
Réaliser le dépistage sérologique précoce systématique de
régional, districts, MSANP, PTFs, autres
l'AgHBs chez les femmes enceintes, lors de la CPN (pour
communes partenaires
diagnostiquer une hépatite virale chronique)
Equiper les laboratoires régionaux pour la mesure de la charge MSANP, PTFs, autres
régional
virale VHB dans le sang maternel partenaires
Mettre en route le traitement des femmes porteuses d'hépatite MSANP, secteur
régional, districts,
virale B chronique par des antiviraux en fin de grossesse privé, PTFs, autres
communes
jusqu'au premier mois du post-partum partenaires

64
Chronogramme
Résultats escomptés Lieux Intervenants/
(EXTRANTS/ ACTIVITES) d’intervention responsables 2019 2020
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4

MSANP, secteur
Collaborer avec le programme de vaccination pour la national, régional,
privé, PTFs, autres
pérennisation des activités de vaccination des nouveau-nés districts, communes
partenaires
Mettre en route l’immunoprophylaxie parinjection
MSANP, secteur
d'immunoglobuline antihépatite B (HBIG) pour les nouveau- national, régional,
privé, PTFs, autres
nés de mères porteuses de l’AgHBs, dès la naissance (avant districts, communes
partenaires
12h-24h)

Activités de COORDINATION et de GESTION du


programme eTME
Vulgariser les documents-cadres sur la PTME auprès de toutes
national MSANP, PTFs
les parties prenantes
Développer une stratégie de plaidoyer à l’intention des MSANP, SE/CNLS,
différentes institutions étatiques en faveur de l’eTME du VIH, national, régional PTFs, autres
de la syphilis et de l’hépatite B partenaires
Renforcer les institutions étatiques de décision au niveau du
MSANP et des partenaires stratégiques en capacités techniques
national, régional PTFs
de leadership, de gestion/management (culture de résultats),
d'organisation et de mobilisation de partenariat
Redéployer les moyens et ressources du programme vers les
national MSANP, PTFs
niveaux périphériques
SE/CNLS, MSANP,
Renforcer la promotion du principe du "three ones" auprès des
national autres secteurs, PTFs,
parties prenantes pour le programme d’eTME
autres partenaires
Développer des MOUs/cahiers de charges pour toutes les
SE/CNLS, MSANP,
parties prenantes (communautés locales, les OSC/ONG et les
national autres secteurs, PTFs,
institutions et prestataires privés…) offrant des services
autres partenaires
intégrés SSRMNIA-N/PTME
SE/CNLS, MSANP,
Organiser une planification intégrée des interventions de toutes
national autres secteurs, PTFs,
les parties prenantes du programme d’eTME
autres partenaires
Planifier des fora/ revues/ réunions de coordination périodique SE/CNLS, MSANP,
national, régional,
des partenaires/prestataires publics-privés (échanges, partages), autres secteurs, PTFs,
districts
à tous les niveaux autres partenaires

65
Chronogramme
Résultats escomptés Lieux Intervenants/
(EXTRANTS/ ACTIVITES) d’intervention responsables 2019 2020
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4

SE/CNLS, MINJUS,
Disséminer le cadre juridique VIH (loi n°2005-040) + décret national
PTFs
SE/CNLS, MSANP,
Mener des plaidoyers, lobbying auprès des différentes
national autres secteurs, autres
institutions partenaires financiers en faveur de l’eTME
partenaires
Intégrer un système d’aide financière des femmes/ couples SE/CNLS, MSANP,
national, régional,
mère-enfant PVVIH pour les maintenir dans l’utilisation des autres secteurs, PTFs,
districts
services de soins autres partenaires
SE/CNLS, MSANP,
Réaliser des audits périodiques des comptes pour chaque partie national, régional,
autres secteurs, PTFs,
prenante bénéficiaire des fonds districts
autres partenaires

Activités de SUIVI-EVALUATION du programme eTME


Identifier les indicateurs pertinents, en cohérence avec les MSANP, SE/CNLS,
national
indicateurs internationaux et nationaux PTFs
Développer les PTA de chaque partie prenante à tous les SE/CNLS, MSANP,
national, régional,
niveaux d’intervention, sur la base des indicateurs établis autres secteurs, PTFs,
districts, communes
consensuellement, pour atteindre les objectifs de l’eTME autres partenaires
Disséminer les outils intégrés sur la PTME auprès de toutes les
parties prenantes
Développer un système d’assurance-qualité des données à tous SE/CNLS, MSANP,
national
les niveaux d’intervention du système de santé PTFs
SE/CNLS, MSANP,
national, régional,
Planifier des missions conjointes périodiques autres secteurs, PTFs,
districts, communes
autres partenaires
Utiliser des données du scorecard pour orienter les actions MSANP, SE/CNLS,
national, régional
d'amélioration de performance PTFs
Renforcer le monitorage des activités PTME pour chaque MSANP, SE/CNLS,
national, régional
infection (VIH, syphilis, hépatite B) PTFs
Réaliser périodiquement des suivis groupés au niveau des MSANP, SE/CNLS,
national, régional
SDSP PTFs
Réaliser de supervisions formatives intégrées, conjointes et
national, régional, MSANP, SE/CNLS,
périodiques des prestations de soins intégrées (VIH, syphilis,
districts PTFs
hépatite B)

66
Chronogramme
Résultats escomptés Lieux Intervenants/
(EXTRANTS/ ACTIVITES) d’intervention responsables 2019 2020
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4

Capitaliser l’utilisation des tablettes/ des téléphones mobiles MSANP, autres


national, régional,
pour la surveillance et pour un système d'alerte sur la secteurs, autres
districts, communes
séropositivité des trois infections (VIH, syphilis, hépatite B) partenaires
Mettre à jour les sites de surveillance sentinelle : évaluation de
national, régional,
la fonctionnalité, renforcement en capacités/ressources et MSANP, PTFs
districts, communes
équipement
Promouvoir des recherches opérationnelles selon les besoins et
MSANP, SE/CNLS,
en cohérence avec l'évolution et les tendances des résultats du national
PTFs
programme d'eTME (ex. étude socio-anthropologique…)
MSANP, autres
Institutionnaliser un Comité national responsable de la secteurs, autres
national
procédure de validation nationale de l’eTME partenaires, SE/CNLS,
PTFs
MSANP, autres
Créer une équipe technique nationale responsable de la
secteurs, autres
compilation et analyse des données nationales et responsable national
partenaires, SE/CNLS,
du rapport national de validation
PTFs
Planifier une évaluation pour la détermination des baseline des MSANP, SE/CNLS,
national
indicateurs retenus pour l’eTME PTFs
Planifier une évaluation à mi-parcours du programme d’eTME MSANP, SE/CNLS,
national
par rapport aux jalons définis PTFs

67