Vous êtes sur la page 1sur 47

Remerciement :

Je tiens tout d’abord à remercier avec gratitude l’ensemble de la direction et


des employés de l’entreprise CENTRELEC, de m’avoir accueillie dans son
organisme.
J’exprime mes remerciements tout précisément à Mme qui m’a prêté la main
forte et le support convenable pour accomplir mon stage dans les bonnes
conditions.
Je ne peux passer sous silence les efforts fournis par tout individu travaillant
au sein de CENTRELEC pour leur contribution durant la période de mon stage,
de leur encadrement et de leur précieuse information et conseil.
Je ne laisserai pas cette occasion passer, sans remercier tous les enseignants
et le personnel de l’Ecole National Supérieure d’Electricité et de la Mécanique, et
particulièrement ceux de la filière Génie Electrique, option : Génie des systèmes
électriques pour les efforts qu’ils ne cessent à fournir pour nous procurer une
formation solide digne d’un ingénieur de l’avenir.
En outre, je tiens aussi à remercier tous ceux qui ont participé de près ou de
loin au bon déroulement de mon stage.

1
Sommaire :
Remerciement : ...................................................................................................................................................... 1
Sommaire : ............................................................................................................................................................. 2
Introduction : .......................................................................................................................................................... 5
Chap 1 : Contexte générale du stage. ..................................................................................................................... 6
I. Présentation de l’organisme d’accueil : ..................................................................................................... 6
1. Aperçu sur l’entreprise Centrelec : ...................................................................................................... 6
2. Fiche technique : .................................................................................................................................. 6
3. Domaine d’activité: ............................................................................................................................. 6
4. Secteur d’activité : ............................................................................................................................... 7
5. Produit et services de Centrelec : ........................................................................................................ 8
II. Structure de l’entreprise : ........................................................................................................................... 8
1. Direction commerciale et Marketing : ................................................................................................. 8
2. Direction ingénierie et développement : .............................................................................................. 9
3. Direction Industrielle : ......................................................................................................................... 9
4. Direction des services : ........................................................................................................................ 9
5. Direction administrative et financière : ............................................................................................... 9
6. Direction achat et logistique industrielle : ......................................................................................... 10
III. Principaux produits Centrelec : ............................................................................................................. 11
1. Chargeurs de batteries BESAFE : ..................................................................................................... 11
2. Tableaux électriques : ........................................................................................................................ 12
3. Automatisme :.................................................................................................................................... 12
4. Produit moyenne tension pour réseaux :............................................................................................ 12
Chap 2 : Contexte générale du projet. .................................................................................................................. 14
I. Les fonctions de protections : .................................................................................................................. 14
1. La protection directionnelle : ............................................................................................................. 15
A. Principe : ........................................................................................................................................ 15
B. Illustration du principe pour la protection 67 : .............................................................................. 16
C. Application :................................................................................................................................... 16
2. La protection Maximum de Courant Inverse :................................................................................... 17
A. Principe : ........................................................................................................................................ 17
B. Application industrielle :................................................................................................................ 18
3. La protection différentielle : .............................................................................................................. 19
C. Principe : ........................................................................................................................................ 19

2
D. Illustration du principe pour la protection 87T : ............................................................................ 20
E. Imperfection de la mesure :............................................................................................................ 21
F. Application industrielle de la protection 87L pour le RED 615: ................................................... 21
4. La fonction Image Thermique : ......................................................................................................... 23
A. Principe : ........................................................................................................................................ 23
B. Application industrielle de la protection 49 pour le RED 615 : .................................................... 23
5. La fonction protection Distance : ...................................................................................................... 24
A. Principe : ........................................................................................................................................ 24
B. Application :................................................................................................................................... 24
C. Fonction réenclencheur : ................................................................................................................ 25
II. Sélectivité des protections : ..................................................................................................................... 25
1. Sélectivité chronométrique : .............................................................................................................. 26
A. Principe et mode de fonctionnement : ........................................................................................... 26
B. Avantages et inconvénients : ......................................................................................................... 27
C. Application :................................................................................................................................... 27
2. Sélectivité ampérométrique : ............................................................................................................. 28
A. Principe et mode de fonctionnement : ........................................................................................... 28
B. Avantages et inconvénients : ......................................................................................................... 28
C. Application :................................................................................................................................... 29
3. Sélectivité logique : ........................................................................................................................... 30
A. Principe et mode de fonctionnement : ........................................................................................... 30
B. Avantages et inconvénients : ......................................................................................................... 31
4. Sélectivité par protection directionnelle : .......................................................................................... 31
A. Principe et mode de fonctionnement : ........................................................................................... 31
B. Avantages et inconvénients : ......................................................................................................... 31
5. Sélectivité par protection différentielle : ........................................................................................... 32
A. Principe et mode de fonctionnement : ........................................................................................... 32
B. Avantages et inconvénients : ......................................................................................................... 32
C. Comparaison des deux principes : ................................................................................................. 32
III. ETAP : ................................................................................................................................................... 33
1. Schéma de l’installation : .................................................................................................................. 33
2. Exemple de réglage du RED 615 : .................................................................................................... 34
Annexes 1 : Mesure des composantes du réseau. ................................................................................................ 35
Annexes 2 : Les dispositifs de protection. ........................................................................................................... 38
I. Protection des Jeux de Barres : ................................................................................................................ 38

3
II. Protection des Liaisons (câbles et lignes) : .............................................................................................. 38
III. Protection des Transformateurs :........................................................................................................... 39
IV. Protection des Moteurs : ........................................................................................................................ 41
V. Protection des Générateurs : .................................................................................................................... 43
Conclusion : ......................................................................................................................................................... 46
Bibliographie : ..................................................................................................................................................... 47

4
Introduction :
Le métier d’ingénieur ne peut certes pas être maitriser sans passage par des périodes de
stage où l’on assimile et utilise nos connaissances techniques dans une réalisation pratique. C’est
pour cela que l’Ecole Nationale Supérieure d’Electricité et de la Mécanique nous recommande
de passer une période de stage chaque année. Ceci a pour effet de faciliter l’insertion de
l’ingénieur au marché du travail après l’obtention du diplôme.

J’ai effectué mon stage technique au sein du bureau d’étude Centrelec. Ainsi, j’ai pu
développer une meilleure connaissance sur les fonctions de protection MT et une bonne maitrise
du logiciel ETAP. Ce stage m’a aussi permis de mettre à l’épreuve les connaissances déjà
acquises à l’ENSEM.

Centrelec est spécialisée dans les prestations de services multi techniques dans les
domaines : électronique, électrotechnique et automatique, les services spécialisés liés à l’énergie
aussi bien que les systèmes de communication. Elle assure la réalisation, la conception,
l’exploitation et la maintenance d’installations économes en énergie et respectueuses à
l’environnement.

Dans le cadre de mon stage, j’ai eu la chance de contribuer dans l’étude et le réglage des
fonctions de protection suivantes : Protection différentielle, Protection directionnelle, Protection
à maximum du courant inverse et la Fonction image thermique. D’ailleurs, cette opportunité
c’est avéré fructueuse car j’ai pu comprendre pratiquement le rôle des trois composantes du
réseau triphasé.

Dans ce travail, il me semble logique de commencer par une présentation générale de


l’entreprise Centrelec. Puis, il s’avère nécessaire de parler de la particularité de ce bureau d’étude
tout en étudiant les différentes connaissances acquises au sein de cette entreprise. Puis, je
préciserai exactement les tâches dont j’ai pris part. Pour conclure, je citerai quelques remarques
qui ont pris mon attention et surtout l’influence de ce stage sur mon comportement sociale et
professionnelle.

5
Chap 1 : Contexte générale du stage.
I. Présentation de l’organisme d’accueil :
1. Aperçu sur l’entreprise Centrelec :
CENTRELEC est une entreprise anonyme marocaine, spécialisée dans la fabrication des tableaux
électriques, et la conception des solutions des métiers de l’électrotechnique, l’électronique de puissance et
l’automatisme industriel. Créée en 1979 dans un premier objectif de veiller à la distribution des produits
électriques basse tension, Le capital de l’entreprise dépasse maintenant 27.777.700 de dirhams.
Durant 38 ans d'activités, CENTRELEC a pu se tailler une place sur le marché des produits et solutions
électriques en se positionnant comme étant un fournisseur qui se distingue par son dynamisme et sa recherche
continue de l'innovation.
Aujourd’hui, CENTRELEC est reconnu comme étant le spécialiste des solutions électriques à haute
valeur ajoutée dans le domaine industriel. Avec un effectif de 231 personnes, comme elle est l'une des rares
sociétés du secteur qui jouissent d'une haute qualité de son personnel, justifiant ainsi l'intérêt qu'elle accorde à la
communication interne, aux ressources humaines, et au management de la qualité.
L'objectif de l’entreprise est d'être la référence dans son domaine, d’être un modèle de société citoyenne
performante. L’entreprise poursuit son objectif grâce à la satisfaction reconnue de ses clients et partenaires, la
motivation, le dévouement et la convivialité de son personnel.
La mission de CENTRELEC est de contribuer à l'efficience des installations de ses clients en leur offrant
des solutions innovantes et conformes à leurs besoins présents et futurs dans les métiers de l'électrotechnique, de
l'électronique, de puissance et de l'automatisme industriel.

2. Fiche technique :
Le tableau ci-dessous présente une fiche technique de l’entreprise CENTRELEC :
Raison Sociale CENTRELEC
Forme juridique Société SA
Date de Création 1979
Siège social 34, Bd Moulay Slimane, Roches Noires, Casablanca
Capital Social 27.777.700 DH
Effectif 231 Collaborateurs (dont 72 ingénieurs)
Conception, fabrication et distribution des matériaux
Secteur D’activité électriques
TABLEAU 1 : FICHE TECHNIQUE DE L’ENTREPRISE.

3. Domaine d’activité:
La mission de CENTRELEC est de contribuer à l'efficience des installations de ses clients en leurs
offrants des solutions innovantes et conformes à leurs besoins présents et futurs dans les métiers de
l’électrotechnique, de l'électronique de puissance et de l'automatique industriel. Ceci se manifeste en six métiers:
 Métier1 : TAB - Tableaux MT/BT.

6
 Métier2 : VAR - Variateurs de vitesse et démarreurs MT.
 Métier3 : AUT - Automatisme, analyse vibratoire et contrôle commande.
 Métier4 : PBT - Produits basse tension.
 Métier5 : PMR - Produits moyen tension pour les réseaux.
 Métier6 : SCE - Mise en service.

4. Secteur d’activité :
La couverture sectorielle assurée par CENTRELEC est très large, et concerne des domaines très variés
qui sont les suivants :
 Mines, carrières et activités d’extraction :
En réalisant plusieurs projets dans ce domaine très porteur, L’entreprise a su développer un savoir-faire relatif
au métier des mines et carrières. Dans cette optique de développement, CENTRELEC a réalisé plusieurs projets
allant de l’extraction jusqu’aux usines de valorisation :
 Pelle et Roue-pelle.  Stacker.
 Convoyeur.  Trémie.
 Broyeur.  Cribleur.
 Laverie.  Séchage.
 Four.
Ainsi, CENTRELEC assure à ses clients un accompagnement tout au long du cycle d’investissement,
d’exploitation et de rénovation.
 Pétrochimie, chimie et raffinage :
Depuis sa création, L’entreprise n’a cessé de développer ses compétences relatives aux industries
Chimiques et Pétrochimiques à travers les sites de JORFLASFAR et SAFI avec la réalisation de projets intégrés
d’usine de production d’engrais depuis la haute tension jusqu’au tableau MCC BT.
 Métallurgie :
L’entreprise conçoit et réalise des projets d'automatismes industriels pour les industries métallurgiques
et accompagne les industries dans les différentes phases de leur processus (Broyage, Four, Décapage, Laminage,
Galvanisation, Sillage, Pré laquage).
Et elle assure à ses clients un accompagnement tout au long du cycle d’investissement, d’exploitation et
de rénovation.
 Production, transport et distribution d’électricité :
L’entreprise a développé un savoir-faire spécifique dans ce secteur et plus spécifiquement dans le secteur
de la production et de la distribution, il suffit de dire que l’entreprise accompagne l’ONE et les distributeurs
agréent dans leur Programme d’Electrification Rurale à travers des solutions permettant d’améliorer la qualité
de l’énergie ainsi que la disponibilité du réseau.

7
 Pompage, traitement des eaux :
L’entreprise a réalisé Plusieurs investissements dans le domaine de l’irrigation et la distribution d’eau
notamment chez son partenaire fidèle ONEP, que chez RMVA et les régies autonomes. Et on compte parmi ses
projets :
 Station Dessalement Lâayoune (ONEP).
 Station d’épuration des eaux usées de Marrakech (RADEEMA).
 Station d’alimentation en eau potable et Epuration (ONEP et FADESA).
 Tertiaire et infrastructure :
L’entreprise accompagne les investissements à travers des solutions allant du poste de branchement au
tableau divisionnaire, passant par le tableau général basse tension (TGBT) qui inclut Tous les organes de
coupure, de protection, les dispositifs de répartition ainsi que les coffrets et les Armoires. Ainsi CENTRELEC
est présente depuis la sortie du tableau divisionnaire jusqu'à son installation chez l’utilisateur final.
Une installation comprenant aussi les systèmes de distribution courant forte (canalisations préfabriquées,
raccordement rapide), les prises de courant et toutes les fonctions d'éclairage.

5. Produit et services de Centrelec :


 Produits et solutions :
Chargeur de batterie Variateur de vitesse Tableaux électriques
Produits basse tension Gaines à barres Automatisation
Produit moyenne tension pour réseaux

 Service :
Mise en service Ingénierie Service après-vente
Prestation automate Formation Prestation et maintenance
Service pour la vente
II. Structure de l’entreprise :
CENTRELEC évolue chaque année et adapte sa structure en permanence pour répondre au mieux
possible, afin de répondre aux attentes de ses clients. Pour s'y faire CENTRELEC a élaboré un plan stratégique
tourné autour trois axes qui sont :
 La satisfaction des partenaires.
 L'amélioration des performances.
 Le développement du capital humain.
L’entreprise comporte 6 directions :

1. Direction commerciale et Marketing :


Cette direction a pour mission de comprendre les attentes des clients et apporter les meilleures réponses.
L'ensemble de ces activités fait appel à des moyennes de communication commerciale et institutionnelle. La
direction commerciale et marketing est organisée de la manière suivante :

8
 Département commercial : Essentiellement constituée d'un Directeur commercial, d'une coordinatrice
commerciale, d'un responsable d'export, de 3 responsables commerciaux, de 9 ingénieurs commerciaux,
d’un technico-commercial et de 7 technico-commerciales sédentaires
 Département Marketing : Constituée d'un Responsable Marketing, 3 chefs de produit et un responsable
CRM et communication ont pour mission de comprendre les attentes des clients et apporter les meilleures
réponses. Le département est organisé en :
 Activité produit et automatismes.
 Activité équipement BT et MT.

2. Direction ingénierie et développement :


Cette direction est constituée de 24 personnes dont 1 directeur, 13 ingénieurs, des agents de méthode, des
agents d'étude et dessinateurs.
Elle a pour mission :
 L’étude technique des affaires.
 La détermination et la planification des tâches d'études.
 L'élaboration des notes de calculs ainsi que le choix du matériel nécessaire conformément au cahier des
charges et normes.
 L'élaboration et la vérification des plans d'exécution.
 Les essais et les mises en service des installations

3. Direction Industrielle :
Ladite direction est constituée de 99 personnes dont 19 ingénieurs, parmi ses objectifs, l’approvisionnent,
la planification, la fabrication et le contrôle des tableaux MT, les tableaux débrochables BT et des tableaux
d'automatismes, variateurs de vitesse et démarreurs électroniques.

4. Direction des services :


Composée de 23 personnes dont 7 ingénieurs, elle s'occupe de la réalisation des activités suivantes : le
développement et la mise en service des systèmes automatique, le montage, câblage et mise en service ELP
(Electronique de Puissance), la réparation et la gestion de la garantie. Et enfin, la formation des clients sur les
équipements vendus.
 Service achat et approvisionnement : Pour finalité d'assurer les achats des produits et services dans les
meilleures conditions de conformité, de prix, de délai, de garantie et de conditions de paiement.
 Service HSE : Consiste à gérer les améliorations, veiller à l'élaboration du système de management HSE,
veiller à cette mise en place et son application, gérer les améliorations et au traitement des non
conformités et réclamations clients.

5. Direction administrative et financière :


Cette direction, composée de 12 personnes, elle est organisée comme suit :

9
 Service comptabilité.
 Fonctions financement.
 Service informatique.
 Le contrôle de gestion.

6. Direction achat et logistique industrielle :


Le service achat a pour finalité d'assurer les achats des produits et services dans les meilleures conditions
de conformité, de prix, de délai, de garantie et de conditions de paiement.
Organigramme de l’entreprise :

FIGURE 1 : ORGANIGRAMME DE L’ENTREPRISE

10
III. Principaux produits Centrelec :
1. Chargeurs de batteries BESAFE :
La gamme BeSAFE des chargeurs de batteries et alimentations DC régulées de notre partenaire LEXIS
Engineering Systems résulte de multiples recherches en ingénierie qui ont permis de concevoir des produits
standardisés, robustes et fiables, adaptés aux exigences et aux contraintes d’utilisation les plus sévères :
 Industrie : pétrole, chimie, métallurgie …
 Distribution d’électricité.
 Transport.
 Télécommunications.
 Applications Militaires.
 Centres informatiques.
 Autres.
Les chargeurs BeSAFE sont gérés par une Unité de Contrôle Numérique (UCN) qui permet des
performances de régulation du courant de sortie et de charge des batteries élevées et stables dans le temps.
L’UCN offre également une Interface Homme-Machine très conviviale, avec un niveau d’information adapté
aux besoins des opérateurs, une capacité de communication multi-protocoles avec les systèmes de supervision
externes et une possibilité d’adaptation aisée aux besoins spécifiques des applications.
En version chargeur de batteries, les chargeurs BeSAFE sont équipés de batteries Plomb ou Cadmium-
Nickel, dont la capacité est dimensionnée pour une autonomie de quelques minutes à quelques heures, et, en
option, d’une alimentation solaire par générateur photovoltaïque qui permet d’étendre l’autonomie à plusieurs
jours.
Avantages :
La gamme BeSAFE est 100% conçue, développée et fabriquée au Maroc, ce qui nous permet de vous
proposer un équipement performant et un service de qualité :
 Adaptation aux besoins du marché.
 Délais de livraison réduits (8 semaines en standard, 4 semaines sur demande).
 Support technique local.
 Contrat de maintenance préventive et curative à un tarif très attrayant.
 Service après-vente de proximité avec remise en service en moins de 48h sur tout le territoire Marocain.
 Hauts niveaux de Fiabilité, Disponibilité, Maintenabilité et Sécurité d’exploitation.

Configurations standards:
La gamme BeSAFE est constituée de systèmes standards qui couvrent une large variété de besoins ce
qui nous permet de vous proposer des délais de livraison très courts de 8 semaines en standard et 4 semaines
sur demande :

11
 Conception modulaire pour une maintenabilité élevée.
 Unité de Contrôle Numérique UCN.
 Communication RS232C, RS485, MODBUS.
 Protection d’entrée par disjoncteur.
 Protection contre les surtensions.
 Isolation galvanique.

2. Tableaux électriques :
CENTRELEC a débuté l'activité "tableau" en 1999, soit un cumul de plusieurs années d’expérience à
travers les plus grands projets du pays (Laverie MEA +65MDH, Upgrade Project avec SAMIR +47 MDH, unité
de laminage à chaud avec Maghreb Steel : +18 MDH… etc.)
CENTRELEC est reconnue parmi les plus grands Tableautiers dans la zone Afrique en terme de Capacité
de production (Usine qui peut produire l’équivalent du besoin de 5 raffineries) et de qualité du produit à travers
une offre couvrant l’ensemble des secteurs (Industriel, pompage, distribution d’énergie, tertiaire, … etc).
Notre offre s’articule autour de tableaux testés conformes à la norme IEC 60439, fixes et débrochables
(TGBT, AGBT, TBT MCC).
L’offre tableau CENTRELEC ne se limite pas à la fourniture de matériel mais s’oriente vers une solution
complète, commençant par la définition du besoin client, l’engineering (Etude et mise en plans),
l’approvisionnement, la Fabrication et le câblage du tableau, le Contrôle et tests (FAT : Factory acceptence test,
SAT : Site Acceptence Test), la livraison, la mise en service, formation et le Contrat de maintenance (SAV).
Une offre qui fait de CENTRELEC le leader sur son marché. La solution « Tableau » englobe la basse
tension et la moyenne tension. Accompagnée par un des plus grands fabricants de tableaux dans le monde
EATON, avec leurs gammes TABULA, CAPITOLE, MODANE et X-ENERGY pour la partie BT, UNITOLE
UX et XIRIA en MT, CENTRELEC s'est contrainte d'appliquer les plus hautes exigences de qualité dans son
business unit.

3. Automatisme :
La variation de vitesse et la maîtrise de la consommation de son exploitation deviennent très étroitement
liées. CENTRELEC a pris très tôt conscience de l’importance de la variation de vitesse et a développé son offre
autour d’une expertise dans le domaine.
Supportée par de grands partenaires, CENTRELEC affirme une maîtrise du domaine et propose des
solutions sur mesure répondant à vos spécifications les plus particulières. Cette expertise et cette maîtrise ont
pris place après de nombreuses années de force de proposition dans différents secteurs (Pompage, convoyage,
dragline, Broyage, … etc.). Ceci a permis à CENTRELEC d’avoir une équipe compétente qui s’occupe de la
mise en place des solutions depuis l’étude jusqu’à la réalisation. Notre offre couvre aussi bien la basse tension
que la moyenne tension.
Avec une gamme de puissances, de fonctions et de caractéristiques inégalées, l’offre CENTRELEC en
variation de vitesse répond à tous les besoins en automatisation. Depuis les petits variateurs scalaires jusqu'aux
grands systèmes intégrés, l'ensemble des produits de variation apportent à vos moteurs la flexibilité, la fiabilité
et la précision de commande nécessaires à la progression de votre entreprise.

4. Produit moyenne tension pour réseaux :


Centrelec accompagne les distributeurs d’électricité dans leur programme d’électrification rurale par des
solutions permettant d’améliorer la qualité de l’énergie ainsi que la disponibilité du réseau.

12
CENTRELEC a ainsi acquis un savoir-faire pointu pour l’implémentation de produits parmi lesquels
nous comptons :
 Les Détecteurs de Défauts Aériens et Souterrains.
 Les Logiciels de la planification et calcul de réseau.
 Les Systèmes de DDA communicant.
 Les DRR (Disjoncteur Réenclencheur Rapide).
 Les Interrupteurs Aériens Télécommandé à Creux de Tension (IAT –CT).
 Les Systèmes Numériques de Contrôle Commande – Parafoudres.
Pour cela, CENTRELEC se met en partenariat avec des spécialistes ainsi que des leaders dans leurs
marchés notamment : COOPER POWER SYSTEMS (USA) ; NORTROLL (Norvège) ; CYME (CANADA).
Conclusion :
CENTRELEC est une entreprise en pleine émergence, qui propose des solutions industrielles innovantes
dans plusieurs domaines et secteurs d’activités, inscrit dans une démarche qualité, CENTRELEC s’est couronnée
par la certification de son système conformément à la norme ISO 9001 (Version 2000 et 2008) décernée par
IMANOR, ce qui justifie la qualité de ses produits et services, et faisant d’elle une référence dans son domaine,
un modèle de société citoyenne performante.

13
Chap 2 : Contexte générale du projet.
Cahier de charges :
 Object d’étude : Maitriser les fonctions de protections essentielles dans les installations MT et calcul des
différents paramètre nécessaire pour les projets actuels.
 Mission :
 Etudier le plan de protection pour différentes installations.
 Analyser et étudier le paramétrage des relais de protections numériques multifonctionnelle.
 S’habituer aux logiciels ETAP, PCM 600 et Canico BT.
 Fréquenter les relais ABB.
 Maitre d’ouvrage :
 Le maître d’ouvrage est l’entreprise Centrelec.

I. Les fonctions de protections :


Les dispositifs de protection surveillent en permanence l’état électrique des éléments d’un réseau et
provoquent leur mise hors tension (déclenchement d’un disjoncteur), lorsque ces éléments sont le siège d’une
perturbation indésirable : court-circuit, défaut d’isolement, surtension… Le choix d’un dispositif de protection
n’est pas le fruit d’une réflexion isolée, mais une des étapes les plus importantes de la conception d’un réseau
électrique. A partir de l’analyse du comportement des matériels électriques (moteurs, transformateurs…) sur
défauts et des phénomènes qui en découlent.
Les buts visés par les dispositifs de protection sont multiples :
 Participer à la protection des personnes contre les dangers électriques.
 Éviter les détériorations de matériel (un court-circuit triphasé sur un jeu de barres moyenne tension peut
faire fondre jusqu’à 50 kg de cuivre en 1 seconde ; la température de l’arc peut dépasser en son centre
10000 °C).
 Limiter les contraintes thermiques, diélectriques et mécaniques auxquelles sont soumis ces matériels.
 Préserver la stabilité et la continuité de service du réseau.
 Protéger les installations voisines (par exemple, réduire les tensions induites dans les circuits proches).
Pour atteindre ces objectifs, un système de protection doit avoir des qualités de rapidité, sélectivité et
fiabilité. Cependant, il faut être conscient des limites de la protection : les défauts doivent tout d’abord se produire
pour qu’elle agisse. La protection ne peut donc empêcher les perturbations ; elle ne peut que limiter leurs effets
et leur durée. De plus, le choix d’une protection est souvent un compromis technico-économique entre la sécurité
et la disponibilité de l’alimentation en énergie électrique.
Etude des protections d’un réseau :
L’étude des protections d’un réseau se décompose en 2 étapes distinctes :
 La définition du système de protection, encore appelée plan de protection.
 La détermination des réglages de chaque unité de protection, encore appelée coordination des protections
ou sélectivité.
Définition du système de protection :
C’est le choix des éléments de protection et de la structure globale de l’ensemble, de façon cohérente et
adaptée au réseau. Le système de protection se compose d’une chaîne constituée des éléments suivants :

14
 Capteurs de mesure – courant et/ou tension –
fournissant les informations de mesure nécessaires à
la détection des défauts.
 Relais de protection, chargés de la surveillance
permanente de l’état électrique du réseau, jusqu’à
l’élaboration des ordres d’élimination des parties
défectueuses, et leur commande par le circuit de
déclenchement.
 Organes de coupure dans leur fonction d’élimination
de défaut : disjoncteurs, interrupteurs-fusibles,
contacteurs-fusibles.

Le plan de protection :
Le plan de protection définit les dispositifs de protection contre les principaux défauts affectant les
réseaux et les machines :
 Les courts-circuits, entre phases et phase-terre.
 Les surcharges.
 Les défauts propres aux machines tournantes.
Pour établir un plan de protection, les paramètres suivants sont à prendre en compte :
 L’architecture et la taille du réseau et ses différents modes d’exploitation.
 Les schémas de liaison à la terre.
 Les caractéristiques des sources de courant et leurs contributions en cas de défaut.
 Les types de charges.
 Le besoin de continuité de service.
Détermination des réglages des unités de protection :
Chaque fonction de protection est à régler afin d’obtenir les performances optimales dans l’exploitation
du réseau et pour tous les modes de fonctionnement. Les valeurs de réglage adaptées sont issues de calculs
complets basés sur les caractéristiques détaillées des éléments de l’installation. Ce type d’étude s’effectue
maintenant couramment à l’aide d’outils logiciels spécialisés (ETAP) ; le comportement du réseau sur anomalie
est ainsi expliqué, et les valeurs de réglage sont données pour chaque fonction de protection concernée.

1. La protection directionnelle :
A. Principe :
Le rôle fondamental des protections d’un réseau électrique est de détecter un défaut électrique et de mettre
hors tension la portion du réseau qui est le siège de ce défaut (portion la plus limitée possible).
La protection directionnelle permet de discriminer la partie du réseau en défaut mieux que ne le fait une
protection à maximum de courant. Elle est nécessaire en cas de défaut :
 En présence de plusieurs sources.
 Si boucles fermées ou câbles en parallèles.
 En neutre isolé pour les retours de courants capacitifs.
 Pour détecter le sens anormal d’écoulement d’énergie active ou réactive (machines tournantes).

15
Ce type de protection fonctionne à partir du courant, de la tension et du sens d’écoulement de l’énergie.
Elle agit lorsque simultanément le courant ou la puissance dépasse un seuil et que l’énergie se propage dans une
direction anormale.
Les protections directionnelles de courant sont capables de ne déclencher que l’arrivée en défaut. C’est
la mesure du sens d’écoulement du courant, c’est-à-dire la mesure du déphasage entre courant et tension, qui
permet de détecter la direction dans laquelle se trouve le défaut.
Les protections directionnelles sont utiles sur tout élément du réseau où le sens d’écoulement de l’énergie
est susceptible de changer, notamment lors d’un court-circuit entre phases et/ou d’un défaut à la terre (défaut
monophasé).
Dans la numérotation ANSI, elle porte le numéro 67.
B. Illustration du principe pour la protection 67 :
Dans un réseau, où un défaut est alimenté par les deux extrémités en parallèles, il faut utiliser une
protection sensible au sens d’écoulement du courant de défaut pour pouvoir le localiser et l’éliminer de façon
sélective : c’est le rôle des protections directionnelles à maximum de courant.
Cette protection est simple, utilisable dans de nombreux cas mais elle nécessite l’utilisation de
transformateurs de tension ou de courant qui serviront de référence de phase pour déterminer le sens du courant.

Pour déterminer la direction du défaut, la protection mesure le déphasage entre le courant et la grandeur
de polarisation. Si la grandeur de polarisation n’est pas dans l’axe de symétrie d’action du relais il est nécessaire
de rephaser le relais ; ceci se fait par le réglage de l’angle caractéristique. Il est possible d’ajouter un seuil à la
protection directionnelle. Ce seuil sert à éviter un déclenchement intempestif pour un défaut à faible valeur ou à
défaut transitoire.
C. Application :
Lors d’un défaut terre de lignes parallèles :

16
La protection directionnelle déclenche le disjoncteur
commandé par le relais 1 car seule le relais 1 voit le défaut.
Ce déclenchement est due au sens anormale d’écoulement du
courant.
Ainsi, la protection directionnelle discrimine la portion
du réseau qui est en défaut.

En cas de la protection à maximum de courant, les deux


départs 1 et 2 déclenchent simultanément car le courant de
défaut de la ligne 1 est compensée par la ligne 2 en un retour
de courant.

Lors d’un défaut en cas de sources parallèles :

La protection directionnelle déclenche le


disjoncteur commandé par le relais où le défaut
apparait sans qu’elle affecte le fonctionnement de
la source parallèle. Ce déclenchement est due au
sens anormale d’écoulement du courant.
Ainsi, la protection directionnelle discrimine
la portion du réseau qui est en défaut.

Remarque :
Les protections directionnelles sont donc un moyen complémentaire aux protections à maximum
d’intensité, permettant, dans les situations précédemment citées, d’assurer une bonne discrimination de la portion
de réseau en défaut.

2. La protection Maximum de Courant Inverse :


A. Principe :
Tout déséquilibre d’un réseau électrique engendre un courant inverse. L’utilisation de cette fonction
permet donc de détecter des défauts entre phases et phase - terre dans des configurations de réseau pour lesquelles
les protections à maximum de courant standards sont inefficaces :
 Inversion ou perte d'une phase.

17
 Surintensités biphasées de faible amplitude (départs de grande longueur).
 Absence de mise à la terre (neutre isolé).
 Défaut dans les enroulements triangles des transformateurs.
Cette fonction offre une plus grande sensibilité que les protections standards de courant phase et terre.
La composante inverse du réseau est néfaste pour les moteurs car elle génère une force électromagnétique
inverse qui résulte en un couple inverse qui s’oppose au couple directe (utile). Ainsi, les moteurs électriques
auront un couple de rotation égale à la différence du couple directe et du couple inverse. Donc, il faut limiter le
courant inverse pour une meilleure utilisation des moteurs.
 La composante directe engendre dans les moteurs des champs tournants dans le sens direct (couple utile).
La composante inverse engendre des champs tournants générateurs de couples de freinage.
 Le déséquilibre de l’alimentation provoque l’apparition de composantes inverses, qui entraîne des pertes
très importantes, donc un échauffement rapide du rotor.
Dans la numérotation ANSI, elle porte le numéro 46.
B. Application industrielle :
Voici les tableaux de configuration et les schémas unifilaire de l’installation A et B :

18
Dimensionnement de la protection à Maximum de Courant Inverse :
Courant
Transformateur Seuil de
Poste Liste des consommateurs de base Ic=0.3*Ib Temporisation
de courant commande
(A)
Arrivé tableau existant 2500 750 2500/5 1.5 40ms
Départ pour remplacement de la
A 2000 600 2000/5 1.5 40ms
réserve utilisée
Départ normal vers MAP 1250 375 1250/5 1.5 140ms
Départ équipé 630 189 200/1 0.945 100ms
Départ transformateur TR05 115.47 34.64 200/1 0.173 100ms
Arrivée secours depuis 'futur PJ05' 1250 375 1250/1 0.300 100ms
Arrivée Groupe de Secours 57.74 17.32 200/1 0.087 100ms
Cellule Couplage 1250 375 1250/1 0.3 100ms
B
Arrivée Normale 1250 375 1250/1 0.3 100ms
Départ transformateur TR1 144.34 43.30 200/1 0.217 40ms
Départ transformateur TR2 144.34 43.30 200/1 0.217 40ms
Départ transformateur TR3 144.34 43.30 200/1 0.217 40ms
Départ transformateur TR4 115.47 34.64 200/1 0.173 40ms

3. La protection différentielle :
C. Principe :

19
Une protection différentielle est une protection électrique qui consiste à comparer le courant entrant et le
courant sortant d'un appareil. Si les deux sont différents, la protection conclut à une fuite à l'intérieur de l'appareil
et commande son retrait du réseau électrique, on parle de « déclenchement ».
La protection différentielle est une protection très répandue. Elle sert à protéger en particulier les jeux de
barres, les lignes, les générateurs et les transformateurs. Dans la numérotation ANSI, elle porte le numéro 87. Si
elle concerne un jeu de barre (bus en anglais) on lui accole un B : 87B, pour un transformateur un T, pour un
générateur un G, pour une ligne un L.
La protection différentielle s’avère nécessaire pour les cas suivants :
 Sources d’alimentations parallèles ou en boucle.
 Réseau faible fournissant des lignes de distribution relativement longues.
 Génération distribué ou locales (génération d’énergie électrique coté récepteur des lignes de
distribution).
 Interconnexion des sources d’alimentations.
D. Illustration du principe pour la protection 87T :
Des transformateurs de courant sont mis de part et d’autre du transformateur de puissance. Ces
transformateurs de courants sont utilisés car les appareils électroniques (relais, outils de mesure) ne peuvent pas
être alimenter par des courant forts.
En supposant que le rapport du transformateur de puissance est 1 : 1, et en absence de défaut interne ou
quand celui-ci est extérieure, le courant mesuré par l’ampèremètre ‘courant différentiel’ est nulle car le courant
entrant est le même que le courant sortant du transformateur de puissance. Par contre, si le défaut est interne au
composant, le courant différentielle n’est pas nulle, donc la protection déclenche le disjoncteur en série avec le
transformateur de puissance.

 En cas de défaut externe, le courant différentielle est nulle. Ainsi, la protection ne déclenche pas.

 En cas de défaut interne, la courant différentielle n’est pas nulle. Ainsi, la protection déclenche.

20
E. Imperfection de la mesure :
Différents phénomènes rendent le courant différentiel non nul alors qu'aucun défaut interne n'affecte
l'appareil électrique. Il est important de les connaître pour éviter d'enlever du réseau un appareil sain.
Rapport de transformation et déphasage secondaire-primaire :
Dans le cas présenté ci-dessus le transformateur de puissance a un rapport de conversion égal à 1 : le
courant entrant est égal au courant sortant. Pratiquement, celui-ci n'est jamais 1, la somme de IA et de IB n'est
pas nulle, il faut multiplier le second par le rapport de conversion pour obtenir zéro en temps normal. D’où le
problème qui réside dans le fait que tous les ratios ne sont pas disponibles pour les transformateurs de courant.
Ainsi, pour un bon fonctionnement de la protection il faut :
 Adapter les TC au transformateur de puissance.
 Introduire une plage de tolérance ou utiliser des TC ‘recaleur’.
Pour la protection numérique qui est l’objet de ce stage, ce recalage du ratio est effectué de façon
logicielle.
Le couplage du transformateur peut également influencer le ratio et le déphasage entre les courants
secondaires. Il convient de monter ces derniers avec le même couplage que le primaire, ou d'implémenter de
manière logicielle le déphasage et changement d'amplitude.
Saturation des circuits magnétiques des TC :
La protection différentielle ne doit pas fonctionner uniquement en régime nominal car le relais numérique
doit être protégé contre les court-circuit. Si les TC travaille en régime nominal, ils vont saturer lors d’un court-
circuit. Ainsi, le courant secondaire des TC ne sera plus proportionnel au courant primaire. Si tous les TC saturent
au même moment et de la même manière le courant différentiel reste nul mais cela s’avère improbable donc il
faut se prémunir contre un déclenchement intempestif.
F. Application industrielle de la protection 87L pour le RED 615:
Généralité :

 Protection absolument sélective pour la zone dédiée.


 Application : - les lignes aériennes ; - lignes d’alimentations par câbles.
 Algorithme de protection de phase séparée.
 Communication de protection utilisant une liaison optique dédiée.
 Trois configurations standard disponibles :
 Configuration standard A : Protection différentielle de ligne.
 Configuration standard B : Protection différentielle de ligne avec protection directionnelle
contre les défauts à la terre.
 Configuration standard C : Protection différentielle de ligne avec protection non directionnelle
contre les défauts à la terre.
21
Déclenchement instantanée de l’étage.
Déclenchement bas stabilisé avec une temporisation
inverse de l’étage.

 De petites charges taraudées peuvent être incluses dans la zone de protection.


 La sélectivité de la protection au côté BT du transformateur de puissance peut être obtenue en
introduisant une temporisation pour la phase de réglage basse.
 Défauts sur le départ avec une impédance de défaut faible (=> courant de défaut élevé) effacée par
l'étage de réglage haut
Schéma et câblage:

 Comparer I0 calculé à un I0 mesuré (I_REF) à


partir d'un autre noyau ou d'un transformateur de
courant de base.
 Permet de bloquer par défaut la protection
différentielle de ligne et la protection contre les
surintensités de séquence négative si les valeurs
calculées et mesurées ne correspondent pas.
 Peut-être commuté "OFF" si nécessaire, ou s'il
n'y a pas de mesure de courant de référence
connectée

22
Délais :
Généralement, on n'implémente pas de délai pour une protection différentielle. Elle déclenche sans
attendre dès qu'un défaut interne est détecté.
Pour diminuer le temps d’élimination de défaut (court-circuit), on peut utiliser une protection
différentielle (ANSI 87L) à pourcentage, activée lorsque le courant différentiel dépasse un certain pourcentage
du courant traversant ; chaque extrémité de la liaison comporte un relais ; les échanges d’information entre relais
se font par fil pilote.

4. La fonction Image Thermique :


A. Principe :
La protection vis-à-vis de l’échauffement anormal des conducteurs en régime permanent à cause de
courants de surcharge est assurée par une image thermique (ANSI 49RMS, qui calcule une estimation de
l’échauffement à partir de la mesure du courant.
Dans la numérotation ANSI, elle porte le numéro 49.
B. Application industrielle de la protection 49 pour le RED 615 :
On reprend les schémas de l’installation A et B. Le réglage est choisi selon les critères de l’environnement
et du cahier de charges. D’ailleurs, le réglage est établi dans le logiciel PCM 600.

23
5. La fonction protection Distance :
A. Principe :
La protection de distance contre les défauts affectant des tronçons de ligne ou de câble, est utilisée dans
le cas de réseau maillé (liaisons en parallèle, plusieurs sources). Elle est sélective, rapide, ne nécessite pas de
sélectivité chronométrique et sa sensibilité est dépendante de la puissance de court-circuit et de la charge.
Une protection de distance est un relais de protection destiné à surveiller l'état de certains éléments
d'un réseau électrique, en particulier les lignes ou câbles haute tension, mais également les transformateurs de
puissance et les générateurs. Elle a pour fonction de détecter les défauts électriques (court-circuit sur la ligne),
et de donner au disjoncteur l'ordre d'ouvrir pour mettre hors tension la ligne.
Une protection de distance est une protection à sélectivité relative de section dont le fonctionnement et
la sélectivité dépendent de la mesure locale de grandeurs électriques à partir desquelles la distance équivalente
du défaut est évaluée par comparaison avec des réglages de zones.
Son nom vient de sa capacité à estimer à quelle distance du début de la ligne se trouve le court-circuit.
Cette capacité permet au gestionnaire de réseau de transport de très rapidement envoyer sur le lieu précis de
l'incident une équipe de maintenance pour remettre en état au plus vite, sans avoir à faire un examen complet de
la ligne pour trouver le lieu du défaut. Cette capacité, associée à une remarquable sensibilité et une excellente
fiabilité ont fait de la protection de distance un élément incontournable qui équipe la plupart des lignes HTB et
certaines lignes HTA.
Dans la numérotation ANSI, elle porte le numéro 21.
Son principe de fonctionnement est de :
 Mesurer une impédance proportionnelle à la distance du point de mesure au défaut,
 Délimiter des zones d’impédance correspondant à des tronçons de ligne de différentes longueurs.
 Déclencher par zone avec temporisation.
La protection de distance mesure deux grandeurs
 Le courant de ligne I : à l'aide d'un transformateur de courant.
 La tension de la ligne U : à l'aide d'un transformateur de tension.
B. Application :

24
Soit une ligne électrique de longueur L, d'impédance linéique Z'. L’impédance de ligne est donc
𝑍𝑙𝑖𝑔𝑛𝑒 = 𝑍 ′ . 𝐿.
𝑈
En temps normal l'impédance estimée : 𝑍 = , n'est pas un multiple de l'impédance de la ligne .
𝐼

En cas de défaut , si on néglige la résistance de l'arc électrique, elle devient égale à l'impédance linéique
multipliée par la distance entre l'appareil de mesure et le défaut : 𝑍𝑚𝑒𝑠𝑢𝑟é𝑒 = 𝑍 ′ . 𝑙. Z' étant connue donc l peut
être déduite. Si elle est inférieure à la longueur totale de la ligne, le défaut s'y trouve. Dans ce cas, la protection
déclenche, le disjoncteur associé s'ouvre.
Le réglage de la protection se fait selon un ratio SIR (ratio d’impédance). Il est définit comme suit :
𝑍𝑠
𝑆𝐼𝑅 = . Avec Zs, l'impédance en amont de la protection, Zl, celle de la ligne, c'est-à-dire en aval.
𝑍𝑙

Plus ce ratio est grand, plus il est difficile de régler la protection car le court-circuit côté ligne fait peu
varier le courant, parfois moins qu'un changement de charge.
C. Fonction réenclencheur :
Les protections de distances actuelles intègrent en général une fonction réenclencheur. La fonction
réenclencheur est destinée à l’élimination des défauts fugitifs et semi-permanents de lignes aériennes, qui sont
statistiquement nombreux, de l'ordre de 95 % des défauts, en limitant au minimum le temps d’interruption de
service. Elle génère automatiquement des ordres de refermeture de disjoncteur pour réalimenter une ligne
aérienne après défaut, et procède en plusieurs étapes :
 À l’apparition du défaut, déclenchement du disjoncteur pour mise hors tension du circuit.
 Temporisation nécessaire à la reconstitution de l’isolement à l’endroit du défaut, de l'ordre d'1 seconde.
 Réalimentation du circuit par réenclenchement du disjoncteur.
Si le réenclenchement échoue, il est très probable que le défaut soit permanent et la protection arrête de
réenclencher après une ou plusieurs tentatives. L’activation du réenclenchement est assurée par les protections
des liaisons. Le réenclencheur peut être monophasé et/ou triphasé.

II. Sélectivité des protections :


Les protections constituent entre elles un ensemble cohérent dépendant de la structure du réseau et de
son régime de neutre. Elles doivent donc être envisagées sous l’angle d’un système reposant sur le principe de
sélectivité : il consiste à isoler le plus rapidement possible la partie du réseau affectée par un défaut et uniquement
cette partie, en laissant sous tension toutes les parties saines du réseau.
Différents moyens peuvent être mis en œuvre pour assurer une bonne sélectivité dans la protection d’un
réseau électrique :
 Sélectivité chronométrique par le temps.
 Sélectivité ampérométrique par les courants.
 Sélectivité par échange d’informations, dite sélectivité logique.

25
 Sélectivité par utilisation de protections directionnelles.
 Sélectivité par utilisation de protections différentielles.
 Sélectivités combinées afin d’assurer une meilleure performance globale (technique et économique), ou
un niveau de secours (back-up).

1. Sélectivité chronométrique :
A. Principe et mode de fonctionnement :
Il consiste à donner des temporisations différentes aux protections à maximum de courant échelonnées
le long du réseau. Ces temporisations sont d’autant plus longues que le relais est plus proche de la source.
On considère le schéma de protection de l’installation suivante :

Ainsi, sur le schéma, le défaut représenté est vu par toutes les protections (en A, B, C, et D). La protection
temporisée D ferme ses contacts plus rapidement que celle installée en C, elle-même plus rapide que celle
installée en B…
Après l’ouverture du disjoncteur D et la disparition du courant de défaut, les protections A, B, C qui ne
sont plus sollicitées, reviennent à leur position de veille. La différence des temps de fonctionnement ∆T entre
deux protections successives est l’intervalle de sélectivité. Il doit tenir compte :
 Du temps de coupure Tc du disjoncteur en aval, qui inclut le temps de réponse de l’appareil à l’ouverture
et le temps d’arc.
 Des tolérances de temporisation dT.
 Du temps de dépassement de la protection en amont : tr.
 D’une marge de sécurité m.
∆T doit donc satisfaire à la relation : ∆T ≥ Tc + tr + 2dT + m
Compte tenu des performances actuelles de l’appareillage et des relais, on adopte pour ∆T une valeur de
0,3 s.
Exemple : Tc = 95 ms, dT = 25 ms, tr = 55 ms ; pour l’intervalle de sélectivité 300 ms, la marge de
sécurité est alors de 100 ms.

26
Voici la décomposition de l’intervalle de sécurité pour la sélectivité chronométrique :

B. Avantages et inconvénients :
Ce système de sélectivité a deux avantages :
 Il assure son propre secours ; par exemple si la protection D est défaillante, la protection C est activée
∆T plus tard.
 Il est simple.
Par contre, lorsque le nombre de relais en cascade est grand, du fait que la protection située le plus en
amont a la temporisation la plus longue, on aboutit à un temps d’élimination de défaut prohibitif et incompatible
avec la tenue des matériels au courant de court-circuit, ou avec les impératifs extérieurs d’exploitation.
C. Application :
Ce principe est utilisé dans les réseaux en antenne.

Les temporisations déterminées pour obtenir la sélectivité chronométrique sont activées lorsque le
courant dépasse les seuils des relais. Il faut donc que les réglages des seuils soient cohérents.
On distingue deux cas de figure selon le type de temporisation employé.
Relais à temps indépendant :
Les conditions à respecter sont : IsA > IsB > IsC et TA > TB > TC.
L’intervalle de sélectivité ∆T est classiquement de l’ordre de 0,3 seconde.

27
Relais à temps dépendant :
Si les seuils sont réglés au courant assigné In, la protection de surcharge est assurée en même temps que
la protection de court-circuit et la cohérence des seuils est assurée.
InA > InB > InC
IsA = InA, lsB = InB, et IsC = InC
Les réglages de temporisation sont déterminés pour obtenir l’intervalle de sélectivité ∆T pour le courant
maximum vu par la protection aval ; on utilise pour cela la même famille de courbes, afin d’éviter leur croisement
dans une partie du domaine.

2. Sélectivité ampérométrique :
A. Principe et mode de fonctionnement :
Il est basé sur le fait que dans un réseau, le courant de défaut est d’autant plus faible que le défaut est
plus éloigné de la source.
Une protection ampérométrique est disposée au départ de chaque tronçon : son seuil est réglé à une valeur
inférieure à la valeur de court-circuit minimal provoqué par un défaut sur la section surveillée, et supérieure à la
valeur maximale du courant provoqué par un défaut situé en aval.
B. Avantages et inconvénients :
Ainsi réglée, chaque protection ne fonctionne que pour les défauts situés immédiatement en aval de sa
position, à l’intérieur de la zone surveillée ; elle est insensible aux défauts apparaissant au-delà.
Pour des tronçons de lignes séparés par un transformateur, ce système est avantageusement utilisé car
simple, de coût réduit et rapide (déclenchement sans retard).
On prend l’exemple suivant :

28
IccBmax < IsA < IccAmin
IsA = intensité de réglage
I ccB image au primaire, du courant de court-circuit maximum au secondaire.
Les temporisations TA et TB sont indépendantes, et TA peut être plus courte que TB.

Cependant, la protection située en amont (A) n’assure pas le secours de la protection située en aval (B).
De plus, en pratique, il est difficile de définir les réglages de deux protections en cascade, tout en assurant une
bonne sélectivité, lorsque le courant ne décroît pas de façon notable entre deux zones voisines ; ceci est le cas en
moyenne tension, sauf pour des tronçons avec transformateur.
C. Application :
L’exemple suivant concerne la protection ampérométrique d’un transformateur entre deux tronçons de
câble.
Le réglage Is de la protection à maximum de courant vérifie la relation :
1,25 IccBmax < IsA < 0,8 IccAmin
La sélectivité entre les deux protections est assurée.
Voici la courbe de sélectivité ampérométrique :

29
3. Sélectivité logique :
A. Principe et mode de fonctionnement :
Ce système a été développé pour remédier aux inconvénients de la sélectivité chronométrique. Ce
principe est utilisé lorsque l’on souhaite obtenir un temps court d’élimination de défaut.

L’échange d’informations logiques entre protections successives permet la suppression des intervalles de
sélectivité, et donc de réduire considérablement le retard de déclenchement des disjoncteurs situés les plus près
de la source.
En effet, dans un réseau en antenne, les protections situées en amont du point de défaut sont sollicitées,
celles en aval ne le sont pas ; cela permet de localiser sans ambiguïté le point de défaut et le disjoncteur à
commander.
Chaque protection sollicitée par un défaut envoie :
 Un ordre d’attente logique à l’étage amont (ordre d’augmentation de la temporisation propre du relais
amont).
 Un ordre de déclenchement au disjoncteur associé sauf s’il a lui-même reçu un ordre d’attente logique de
l’étage aval.
Un déclenchement temporisé est prévu en secours.
Ce principe est illustré sur la figure suivante :

 À l’apparition d’un défaut à l’aval de B, la protection en B


bloque la protection en A,
 Seule la protection en B provoque le déclenchement après TB,
si toutefois elle n’a pas reçu d’ordre d’attente,
 La durée de l’ordre d’attente pour la protection en A est limitée
à TB + T3, avec T3 ≥ au temps d’ouverture et de coupure d’arc
du disjoncteur B (typiquement 200 ms),
 Ainsi, en cas de non déclenchement du disjoncteur B défaillant,
la protection A donne l’ordre de déclenchement en TB + T3,
 À l’apparition d’un défaut entre A et B, la protection A
déclenche après TA.

30
B. Avantages et inconvénients :
Le temps de déclenchement est indépendant de la position du défaut dans la cascade de sélectivité, et du
nombre de protections en cascade. Ainsi, il est possible d’obtenir la sélectivité entre une protection amont de
temporisation faible et une protection aval de temporisation élevée ; on peut par exemple prévoir une
temporisation plus réduite à la source que près des récepteurs. De plus, ce système intègre par conception un
secours.
Cependant, ce dispositif nécessite la transmission des signaux logiques entre les différents étages de
protection, donc l’installation de filerie supplémentaire ; cette contrainte est forte lorsque les protections sont
éloignées, par exemple dans le cas de liaisons longues (plusieurs centaines de mètres).
Ce principe est souvent utilisé pour protéger des réseaux MT comportant des antennes avec de nombreux
étages de sélectivité

4. Sélectivité par protection directionnelle :


A. Principe et mode de fonctionnement :
Dans un réseau bouclé, où un défaut est alimenté par les deux extrémités, il faut utiliser une protection
sensible au sens d’écoulement du courant de défaut pour pouvoir le localiser et l’éliminer de façon sélective :
c’est le rôle des protections directionnelles à maximum de courant.
Les actions de la protection seront différentes selon le sens du courant, c’est-à-dire suivant le déphasage
du courant par rapport à une référence donnée par le vecteur de tension ; le relais doit donc disposer à la fois des
informations de courant et de tension. Les conditions de fonctionnement, à savoir le positionnement des zones
de déclenchement et de non déclenchement sont à adapter au réseau à protéger.
Exemple d’utilisation de protections directionnelles :

D1 et D2 sont équipés de protections directionnelles


activées si le courant s’écoule du jeu de barres vers
le câble. En cas de défaut au point 1, seule la
protection de D1 voit le défaut. La protection sur D2
ne le voit pas, en raison de son sens de détection. Le
disjoncteur D1 s’ouvre. En cas de défaut au point 2,
ces protections ne voient rien, et les disjoncteurs D1
et D2 restent fermés. D’autres protections sont à
prévoir pour protéger le jeu de barres.

B. Avantages et inconvénients :
La solution employée est simple et utilisable dans de nombreux cas.
Cependant, le dispositif nécessite l’utilisation de transformateurs de tension qui serviront de référence de
phase pour la détermination du sens du courant.
Ce principe est utilisé pour protéger des arrivées en parallèle, des réseaux en boucle fermée, ou certains
cas de protection contre les défauts à la terre.

31
5. Sélectivité par protection différentielle :
A. Principe et mode de fonctionnement :
Ces protections comparent les courants aux deux extrémités du tronçon de réseau surveillé.
Toute différence d’amplitude et de phase entre ces courants signale la présence d’un défaut : la protection
ne réagit qu’aux défauts internes à la zone couverte et est insensible à tout défaut externe. Elle est donc sélective
par nature. Le déclenchement instantané est provoqué lorsque IA-IB ≠ 0.
Le fonctionnement est possible à condition d’utiliser des transformateurs de courant spécifiquement
dimensionnés, rendant insensible la protection aux autres phénomènes (saturation des TC).
La stabilité de la protection différentielle est sa capacité à rester insensible s’il n’y a pas de défaut interne
à la zone protégée, même si un courant différentiel est détecté: b courant magnétisant de transformateur, b courant
capacitif de ligne, b courant d’erreur dû à la saturation des capteurs de courant.
Il existe 2 grands principes selon le mode de stabilisation :
 La protection différentielle à haute impédance ; le relais est connecté en série avec une résistance de
stabilisation Rs dans le circuit différentiel.

 La protection différentielle à pourcentage ; le relais est connecté indépendamment aux circuits des
courants IA et IB. La différence des courants IA-IB est déterminée dans la protection, et la stabilité de la
protection est obtenue par une retenue relative à la valeur du courant traversant.

B. Avantages et inconvénients :
 Protection sensible à des valeurs de courants de défaut inférieures au courant nominal de l’élément
protégé.
 Protection de zone qui peut déclencher instantanément.
 Le coût de l’installation est important.
 La mise en œuvre du dispositif est délicate.
 Il faut prévoir une fonction de secours à maximum de courant.
C. Comparaison des deux principes :
Protection différentielle à haute impédance :
 Les TC amont et aval doivent avoir des courants assignés identiques (primaire et secondaire).
 La résistance de stabilisation est calculée pour ne pas déclencher sur défaut extérieur avec un TC saturé,
et pour que le TC puisse alimenter le relais.

32
 Le relais est relativement simple, mais exige la mise en œuvre de Rs.
Protection différentielle à pourcentage :
 Adaptation au type d’équipement à protéger.
 Le relais est relativement plus compliqué, mais sa mise en œuvre est simple.
Tous les composants prioritaires de forte puissance peuvent être concernés : moteur, générateur,
transformateur, jeu de barres, câble, ligne.

III. ETAP :
1. Schéma de l’installation :

33
2. Exemple de réglage du RED 615 :

34
Annexes 1 : Mesure des composantes du réseau.
Système de tensions :
 La composante homopolaire se mesure à l’aide de 3 transformateurs de tension (TT) dont les primaires
sont entre phase et neutre, et les secondaires en série pour alimenter un voltmètre.
V = 3 Vo k avec k = rapport de transformation.

𝑘𝑉1 + 𝑘𝑉2 + 𝑘𝑉3 = 𝑉 = 3𝑉0𝑘


 La composante directe se mesure à l’aide de 2 TT montés entre V1 et V2, et, entre V2 et V3.

Le premier TT est chargé par une résistance pure R. Le second TT est chargé par une inductance et par
𝜋
une résistance telles que : 𝑍 = −𝑎2 𝑅 = 𝑅𝑒 𝑗 3 .
𝑅 √3
Z comprend en série une résistance et une réactance 𝑅 .
2 2

Le courant mesurée est proportionnel à :


𝑉1 − 𝑉2 + [−𝑎2 (𝑉2 − 𝑉3)] = 𝑉1 − 𝑉2 − 𝑎2 𝑉2 + 𝑎2 𝑉3 = 𝑉1 + 𝑎𝑉2 + 𝑎2 𝑉3 = 3𝑉𝑑
 La composante inverse se mesure de la même manière que la composante directe mais en intervertissant
les bornes 2 et 3.
Le courant mesurée est proportionnel à :
𝑉1 − 𝑉3 + [−𝑎2 (𝑉3 − 𝑉2)] = 𝑉1 − 𝑉3 − 𝑎2 𝑉3 + 𝑎2 𝑉2 = 𝑉1 + 𝑎2 𝑉2 + 𝑎𝑉3 = 3𝑉𝑖

35
Système de courants :
 La composante directe se mesure à l’aide de 3 transformateurs de courant (TC) selon le montage de la
figure suivante :

Le transformateur auxiliaire T2 délivre un courant proportionnel à (I3-I2) à travers R.


Le transformateur auxiliaire T1 délivre un courant proportionnel à (I1-I3) à travers Z égale à –a2 R.
La tension aux bornes du voltmètre est proportionnelle à :
𝑉 = 𝑅(𝐼3 − 𝐼2) + [−𝑎2 𝑅(𝐼1 − 𝐼3)] = 𝑅(𝐼3 − 𝐼2 − 𝑎2 𝐼1 + 𝑎2 𝐼3)
𝑉 = 𝑅(−𝑎𝐼3 − 𝐼2 − 𝑎2 𝐼1) = −𝑎2 𝑅(𝐼1 + 𝑎𝐼2 + 𝑎2 𝐼3) = −3𝑎2 𝑅𝐼𝑑
 La composante inverse se mesure aussi à l’aide de 3 TC, mais selon le montage suivant :

Un raisonnement identique au cas précédent montre que la tension aux bornes du voltmètre est
proportionnelle à :
𝐼1 − 𝐼3 + [−𝑎2 (𝐼3 − 𝐼2)] = 𝐼1 − 𝐼3 − 𝑎2 𝐼3 + 𝑎2 𝐼2 = 𝐼1 + 𝑎2 𝐼2 + 𝑎𝐼3 = 3𝐼𝑖
 La composante homopolaire est égale au tiers du courant de neutre qui circule directement dans la
connexion de mise à la terre (neutre distribué).
3 TC montés en parallèle permettent sa mesure dans l’ampèremètre A selon le schéma suivant :

36
Le courant dans l’ampèremètre est :
𝐼1 + 𝐼2 + 𝐼3 = 3𝐼ℎ

37
Annexes 2 : Les dispositifs de protection.
I. Protection des Jeux de Barres :
Défauts entre phases et entre phase et terre :
Protection à maximum de courant :
Les protections à maximum de courant (ANSI 51) et à maximum de courant terre (ANSI 51N) appliquées
en sélectivité chronométrique peuvent rapidement donner lieu à un temps d’élimination de défaut trop important
compte tenu du nombre de niveaux de sélectivité. Cependant, la sélectivité logique appliquée aux protections à
maximum de courant apporte une solution simple à la protection pour éviter un temps d’élimination de défaut
trop important.
Protection différentielle :
La protection différentielle (ANSI 87B) fait la somme vectorielle par phase des courants entrant et sortant
du jeu de barres ; lorsque le jeu de barres est sain, cette somme est nulle ; lorsque le jeu de barres est en défaut,
cette somme n’est pas nulle, et on déclenche les disjoncteurs des alimentations du jeu de barres. Cette protection
est sensible, rapide et sélective.
 La protection différentielle basse impédance à pourcentage consiste à élaborer la différence directement
dans le relais ; le seuil de réglage est proportionnel au courant traversant ; on peut utiliser des TC de
rapports différents, par contre le dispositif devient complexe lorsque le nombre d’entrées augmente.
 La protection différentielle haute impédance consiste à élaborer la différence au niveau du câblage, une
résistance de stabilisation étant insérée dans le circuit différentiel ; le dimensionnement des TC se fait en
tenant compte de la saturation, suivant une règle donnée par le constructeur des relais de protection ; le
seuil de réglage est fixé à environ 0,5 In TC ; il est nécessaire d’utiliser des TC de calibres identiques.
Fonction de délestage :
La fonction de délestage est utilisée lorsque le déficit de puissance disponible par rapport à la puissance
demandée par les charges provoque une baisse anormale de la tension et de la fréquence : on ouvre alors certains
départs consommateurs selon un scénario préétabli appelé plan de délestage, pour retrouver l’équilibre des
puissances souhaité ; différents critères de délestage peuvent être choisis :
 Minimum de tension (ANSI 27).
 Minimum de fréquence (ANSI 81L).
 Dérivée de fréquence (ANSI 81R).
Défaillance disjoncteur :
La fonction de défaillance disjoncteur (ANSI 50BF) permet de pallier la non-ouverture d’un disjoncteur
défaillant dont le déclenchement a cependant été commandé : on déclenche les disjoncteurs adjacents d’arrivées.

II. Protection des Liaisons (câbles et lignes) :


Surcharge thermique :
La protection vis-à-vis de l’échauffement anormal des conducteurs en régime permanent à cause de
courants de surcharge est assurée par une image thermique (ANSI 49RMS), qui calcule une estimation de
l’échauffement à partir de la mesure du courant.
Court-circuit entre phases :

38
 La protection à maximum de courant phase (ANSI 51) permet d’éliminer le court-circuit, le réglage de
la temporisation étant adapté aux protections voisines. Un défaut biphasé éloigné provoque une faible
surintensité et un déséquilibre ; une protection de courant à maximum de composante inverse (ANSI 46)
complète alors la protection de base.
 Pour diminuer le temps d’élimination de défaut, on peut utiliser une protection différentielle (ANSI 87L)
à pourcentage, activée lorsque le courant différentiel dépasse un certain pourcentage du courant traversant
; chaque extrémité de la liaison comporte un relais ; les échanges d’information entre relais se font par
fil pilote.
Court-circuit phase-terre :
La protection à maximum de courant terre temporisée (ANSI 51N) permet d’éliminer le défaut avec une
bonne précision. Mais pour un départ de grande longueur, donc avec un courant capacitif important, une
protection à maximum de courant terre directionnelle (ANSI 67N) permet un réglage du seuil de courant inférieur
au courant capacitif du câble, dans le cas d’une liaison à la terre par neutre résistif.
Protection de distance :
La protection de distance (ANSI 21) contre les défauts affectant des tronçons de ligne ou de câble, est
utilisée dans le cas de réseau maillé (liaisons en parallèle, plusieurs sources).
Elle est sélective ; elle est rapide, sans nécessité de sélectivité chronométrique ; sa sensibilité est
dépendante de la puissance de court-circuit et de la charge ; sa mise en œuvre est difficile lorsque la liaison n’est
pas homogène (ligne aérienne + câble).
Son principe de fonctionnement est de :
 Mesurer une impédance proportionnelle à la distance du point de mesure au défaut.
 Délimiter des zones d’impédance correspondant à des tronçons de ligne de différentes longueurs.
 Déclencher par zone avec temporisation.
Réenclencheur :
La fonction réenclencheur (ANSI 79) est destinée à l’élimination des défauts fugitifs et semi-permanents
de lignes aériennes, en limitant au minimum le temps d’interruption de service. Elle génère automatiquement
des ordres de refermeture de disjoncteur pour réalimenter une ligne aérienne après défaut, et procède en plusieurs
étapes :
 À l’apparition du défaut, déclenchement pour mise hors tension du circuit.
 Temporisation nécessaire à la reconstitution de l’isolement à l’endroit du défaut.
 Réalimentation du circuit par réenclenchement.
L’activation du réenclenchement est assurée par les protections des liaisons. Le réenclencheur peut être
monophasé et/ou triphasé ; il peut comporter un ou plusieurs cycles successifs de réenclenchement.

III. Protection des Transformateurs :


Surcharge :
La surintensité de longue durée peut être détectée par une protection à maximum de courant phase
temporisée à temps indépendant ou à temps inverse (ANSI 51), sélective avec les protections secondaires.
On surveille la température du diélectrique (ANSI 26) pour les transformateurs à isolation liquide ou la
température des enroulements (ANSI 49T) pour les transformateurs secs.

39
On utilise une protection à image thermique (ANSI 49RMS) pour surveiller avec une meilleure sensibilité
l’élévation de température : l’échauffement est déterminé par simulation du dégagement de chaleur fonction du
courant et de l’inertie thermique du transformateur.
Pour les transformateurs MT/BT, une surcharge peut être détectée côté basse tension par le déclencheur
long retard du disjoncteur BT principal.
Court-circuit :
Plusieurs protections peuvent être mises en œuvre.
 Pour les transformateurs dans l’huile, des dispositifs sensibles au dégagement de gaz et au déplacement
d’huile (ANSI 63) provoqués par un court-circuit entre spires d’une même phase ou un court-circuit entre
phases :
 Relais Buchholz pour les transformateurs HT/HT de type respirant,
 Détecteurs de gaz et pression pour les transformateurs HT/BT de type étanche.
 La protection différentielle de transformateur (ANSI 87T) qui assure une protection rapide contre les
défauts entre phases. Elle est sensible et elle s’utilise pour les transformateurs vitaux de forte puissance.
Pour éviter le déclenchement intempestif, on procède à la mesure de l’harmonique 2 du courant
différentiel qui détecte l’enclenchement de l’appareil (retenue H2), ainsi qu’à la mesure de l’harmonique
5 qui détecte le surfluxage (retenue H5). On notera que la mise en œuvre de cette protection en
technologie numérique à réseau de neurones procure des avantages : simplicité de réglage et stabilité.
 Une protection à maximum de courant phase instantanée (ANSI 50) associée au disjoncteur situé au
primaire du transformateur assure la protection contre les courts-circuits violents au primaire. Le seuil de
courant est réglé à une valeur supérieure au courant dû à un court-circuit au secondaire : la sélectivité
ampérométrique est ainsi assurée.
 Un fusible HT peut assurer la protection des transformateurs de petite puissance.
Défaut à la masse :
 Masse cuve :
Cette protection à maximum de courant faiblement temporisée (ANSI 51G) installée sur la connexion de
mise à la terre de la masse du transformateur (si son réglage est compatible avec le régime de neutre) constitue
une solution simple et efficace contre les défauts internes entre un enroulement et la masse ; elle nécessite d’isoler
le transformateur par rapport à la terre.
Cette protection est sélective : elle n’est sensible qu’aux défauts à la masse du transformateur des côtés
primaire et secondaire.
Une autre solution consiste à assurer la protection contre les défauts à la terre :
 Par la protection de terre (ANSI 51N) située sur le réseau amont pour le défaut masse affectant le primaire
du transformateur.
 Par la protection de terre (ANSI 51N) située sur l’arrivée du tableau alimenté, si la mise à la terre du
neutre du réseau aval est réalisé sur le jeu de barres. Ces protections sont sélectives : elles ne sont
sensibles qu’aux défauts phase-terre situés dans le transformateur ou sur les liaisons amont et aval.
 Par une protection de terre restreinte (ANSI 64REF) si la mise à la terre du neutre du réseau en aval se
fait au niveau du transformateur. Il s’agit d’une protection différentielle qui détecte la différence des
courants résiduels mesurés sur la mise à la terre du neutre d’une part et sur la sortie triphasée du
transformateur d’autre part.

40
 Par une protection de terre point neutre (ANSI 51G) si la mise à la terre du neutre du réseau en aval se
fait au niveau du transformateur.
 Par une protection à maximum de tension résiduelle (ANSI 59N) si le neutre du réseau en aval est isolé
de la terre.

IV. Protection des Moteurs :


Surcharge :
Elle est surveillée :
 Soit par protection à maximum de courant à temps dépendant (ANSI 51).
 Soit par protection à image thermique (ANSI 49RMS) ; l’image thermique fait intervenir l’échauffement
dû au courant.
 Soit par sondes de température (ANSI 49T).
Démarrage trop long et blocage rotor :
La même fonction assure ces 2 protections (ANSI 48-51LR).
Pour le démarrage trop long, il s’agit d’un seuil d’intensité instantané réglé à une valeur inférieure au
courant de démarrage qui est validé après une temporisation démarrée à la mise sous tension du moteur ; cette
temporisation est réglée à une valeur supérieure à la durée normale du démarrage.
Pour le blocage rotor, la protection est activée hors période de démarrage, pour un courant supérieur à un
seuil avec temporisation.
Démarrages trop fréquents :
La protection correspondante (ANSI 66) est sensible au nombre de démarrages dans un intervalle de
temps donné, et à l’espacement de ces démarrages dans le temps.
Désamorçage des pompes :
Il est détecté par une protection à minimum de courant à temps indépendant (ANSI 37), qui est
réinitialisée quand le courant s’annule à l’arrêt du moteur.
Variation de vitesse :
La mesure directe de vitesse de rotation par détection mécanique sur l’arbre de la machine permet
également un complément de protection.
La protection à minimum de vitesse (ANSI 14) détecte une baisse de vitesse ou une vitesse nulle suite à
une surcharge mécanique ou à un blocage de rotor.
La protection à maximum de vitesse (ANSI 12) détecte un emballement suite à un entraînement par la
charge, ou une perte de synchronisme pour les moteurs synchrones.
Perte d’alimentation :
Elle est détectée par une protection directionnelle de puissance active (ANSI 32P).
Baisse de tension :
Elle est surveillée par une protection à minimum de tension directe temporisée (ANSI 27D).

41
Les réglages du seuil de tension et de la temporisation sont déterminés pour être sélectifs avec les
protections de court-circuit du réseau et pour tolérer les chutes de tension normales, par exemple lors du
démarrage d’un moteur. Cette protection peut être commune à plusieurs moteurs au niveau d’un tableau.
Déséquilibre :
La protection est assurée par une détection de la composante inverse du courant à temps dépendant ou
indépendant (ANSI 46).
Le sens de rotation des phases est détecté par la mesure de maximum de composante inverse de tension
(ANSI 47).
Réalimentation :
La rémanence du moteur est détectée par une protection à minimum de tension rémanente (ANSI 27R)
qui autorise la réalimentation en dessous d’un seuil de tension.
Court-circuit entre phases :
Il est détecté par une protection à maximum de courant phase temporisée (ANSI 50 et 51). Le réglage du
seuil de courant est supérieur au courant de démarrage et la temporisation, très courte, a pour but de rendre la
protection insensible aux premières crêtes du courant d’enclenchement.
Lorsque l’appareil de coupure correspondant est un contacteur, il est associé à des fusibles qui assurent
la protection contre les courts-circuits.
Pour les gros moteurs, on utilise une protection différentielle haute impédance ou à pourcentage (ANSI
87M).
En variante, par une adaptation pertinente des raccordements du côté du point neutre et l’utilisation de 3
transformateurs de courant sommateurs, une simple protection à maximum de courant (ANSI 51) assure une
détection sensible et stable des défauts internes.
Défaut à la masse du stator :
La protection dépend du régime de neutre. Une grande sensibilité est recherchée pour limiter les dégâts
sur le circuit magnétique.
Lorsque le neutre est mis à la terre directement ou par une impédance, une protection à maximum de
courant résiduel temporisée (ANSI 51N/51G) permet de protéger l’essentiel des enroulements.
Dans le cas d’un neutre isolé, une protection à maximum de tension résiduelle (ANSI 59N) permet de
détecter le décalage du point neutre. Si le départ moteur est capacitif – câble long – on utilise une protection à
maximum de courant terre directionnelle (ANSI 67N).
Défaut à la masse du rotor :
Un contrôleur permanent d’isolement à injection de courant alternatif ou continu décèle la perte
d’isolement du bobinage.
Echauffement des paliers :
On mesure leur température à l’aide de sondes (ANSI 38).

42
V. Protection des Générateurs :
Surcharge :
Les dispositifs de protection de surcharge du générateur sont les mêmes que ceux des moteurs :
 Maximum de courant à temps dépendant (ANSI 51).
 Image thermique (ANSI 49RMS).
 Sondes de température (ANSI 49T).
Déséquilibre :
La protection est assurée comme pour les moteurs par une détection de la composante inverse du courant
à temps dépendant ou indépendant (ANSI 46).
Court-circuit externe entre phases (dans le réseau) :
 La valeur du courant de court-circuit étant décroissante dans le temps, et de l’ordre du courant nominal
(sinon plus faible) en régime permanent, une simple détection de courant peut être insuffisante. Ce type
de défaut est détecté efficacement par une protection à maximum de courant à retenue de tension (ANSI
51V) dont le seuil augmente avec la tension. Le fonctionnement est temporisé.
 Lorsque la machine est équipée d’un système de maintien du courant de courtcircuit à environ 3 In, on
préconise une protection à maximum de courant phase (ANSI 51).
 Une autre solution consiste à utiliser une protection à minimum d’impédance temporisée (ANSI 21G) ;
elle peut également servir de secours (ANSI 21B, back up) à la protection à maximum de courant.
Court-circuit interne entre phases (dans le stator) :
 La protection différentielle (ANSI 87G) haute impédance ou à pourcentage apporte une solution sensible
et rapide.
 Si le générateur fonctionne en parallèle avec une autre source, une protection à maximum de courant
phase directionnelle (ANSI 67) peut détecter des défauts internes.
 Dans certains cas et en particulier pour un générateur de faible puissance par rapport au réseau auquel il
est raccordé, la protection contre le court-circuit interne entre phases peut être réalisée de la manière
suivante :
 Une protection à maximum de courant instantanée (A), validée lorsque le disjoncteur du
générateur est ouvert, les capteurs de courant étant situés du côté du point neutre, avec un réglage
inférieur au courant nominal.
 Une protection à maximum de courant instantanée (B), les capteurs de courant étant situés du côté
du disjoncteur, avec un réglage supérieur au courant de court-circuit du générateur.
Défaut à la masse du stator :
 Si le neutre est à la terre au point neutre du générateur, on utilise une protection à maximum de courant
terre (ANSI 51G) ou une protection différentielle de terre restreinte (ANSI 64REF).
 Si le neutre est à la terre dans le réseau et non au point neutre du générateur, le défaut à la masse est
détecté :
 Par une protection à maximum de courant terre au niveau du disjoncteur du générateur quand
celui-ci est couplé au réseau.
 Par un dispositif de surveillance d’isolement pour régime de neutre isolé quand le générateur est
découplé du réseau.

43
 Si le neutre est impédant au point neutre du générateur, on utilise une protection 100 % masse stator
(ANSI 64G) qui est l’association de deux fonctions :
 Maximum de tension résiduelle, qui protège 80 % des enroulements (ANSI 59N).
 Minimum de tension point neutre harmonique trois (H3), qui protège les 20 % des enroulements
du côté neutre (ANSI 27TN).
 Si le neutre est isolé, la protection contre les défauts à la masse est assurée par un dispositif de surveillance
d’isolement ; ce dispositif fonctionne, soit par détection de la tension résiduelle (ANSI 59N), soit par
injection de courant continu entre neutre et terre. Si ce dispositif existe au niveau du réseau, il surveille
le générateur quand celui-ci est couplé, mais un dispositif propre au générateur et validé par la position
ouverte du disjoncteur du générateur est nécessaire pour surveiller l’isolement quand le générateur est
découplé.
Défaut à la masse du rotor :
Lorsque le circuit d’excitation est accessible, le défaut à la masse est surveillé par un contrôleur
permanent d’isolement.
Perte d’excitation :
Elle est détectée, soit par une protection à maximum de puissance réactive temporisée (ANSI 32Q) pour
les réseaux de forte puissance, soit par une protection à minimum d’impédance (ANSI 40) pour les réseaux îlotés
avec générateurs, soit par une surveillance directe du courant dans le circuit d’excitation s’il est accessible (ANSI
40DC).
Perte de synchronisme :
Elle est assurée par une protection spécifique de perte de synchronisme (ANSI 78PS); le principe de
mesure du glissement est basé soit sur l’estimation de l’instabilité de la machine par la loi des aires, soit sur la
détection d’oscillations de puissance active ; une protection à maximum de vitesse (ANSI 12) peut servir de
secours.
Fonctionnement en moteur :
Il est détecté par un relais de retour de puissance active (ANSI 32P) absorbée par le générateur.
Variation de tension et de fréquence :
Elle est surveillée par une protection à maximum et à minimum de tension (ANSI 59 et 27) d’une part,
et par une protection à maximum et à minimum de fréquence (ANSI 81H et 81L) d’autre part.
Ces protections sont temporisées car les phénomènes ne nécessitent pas une action instantanée et parce
qu’il faut laisser aux protections du réseau et aux régulateurs de tension et de vitesse le temps de réagir. Le
contrôle de flux (ANSI 24) peut détecter un surfluxage.
Mise sous tension accidentelle :
Le suivi du démarrage d’un générateur selon une séquence normale, est assuré par une protection de mise
sous tension accidentelle (ANSI 50/27) ; elle est constituée par la mise en œuvre simultanée :
 D’un maximum de courant instantané et d’un minimum de tension.
 Cette dernière est temporisée pour éviter un déclenchement intempestif en cas de défaut triphasé ; une
autre temporisation autorise le démarrage du générateur sans présence de courant avant couplage.
Gestion d’énergie :

44
Une gestion appropriée de la répartition des flux de puissance active est possible par l’utilisation de
protections à minimum de puissance active directionnelles (ANSI 37P), qui vont commander de façon adéquate
des ouvertures de disjoncteurs de sources et de charges.

45
Conclusion :

Ce stage m’a permis d’assimiler de nombreuses informations techniques à


propos des protections MT. De plus, ce stage était pour moi l’opportunité d’appliquer
les connaissances déjà acquise lors de la formation à l’ENSEM.
Or, les protections industrielles sont indispensables pour garantir une meilleure
exploitation avec précaution contre les différents défauts qui peuvent affecter
l’installation.
D’ailleurs, ce stage a représenté pour moi l’opportunité idéale pour acquérir de
la pratique pour les logiciels tels que Canico BTet ETAP.

46
Bibliographie :

Cahier technique n° 18 de Schneider Electric ‘Analyse des réseaux triphasés en régime


perturbé à l’aide des composantes symétriques’
Protection des réseaux électriques de Merlin Gerin ‘Guide de la protection’
Guide d’application gamme de relais NP800 protections numérique multifonctionnelles
Cahier technique n° 202 de Merlin Gerin ‘Les singularités de l’harmonique 3’
Contrôle et protection différentielle de ligne RED615 Solution compacte et souple pour
réseaux de distribution publics et industriels
Protection et contrôle de départ REF615 Guide de l'acheteur
Cahier technique n° 181 de Schneider Electric ‘Les protections directionnelles’
Cahier technique n° 174 de Schneider Electric ‘Protection des réseaux HTA industriels et
tertiaires’

47