Vous êtes sur la page 1sur 23

Dimensionnement et calcul manuel (bloc opératoire)

L’objectif ultime de cette étude est d’Etudier les variantes de fondations sur un sol à
potentiel gonflant, les Chiffrer et proposer des recommandations.

Pour ce faire, il est indispensable de procéder au dimensionnement de l ’ouvrage en se


basant sur une descente de charge détaillée dans trois blocs présentant des inerties distinctes
dues au nombre de niveaux différent (RDC seul, RDC +1 niveau, RDC +2 niveaux).

Dans cette première partie on va s’intéresser à l’étude du bloc à un seul niveau (RDC) de
hauteur total 3.85m sur un vide sanitaire de hauteur 1.05m par rapport au terrain naturel
limité par des joints de structure. Il s’agit d’un bloc opératoire de surface (15.1 X15.1 m2),
constitué de Deux salles de chirurgie avec un retour de sale ; deux chambres pour préparation
des patients et deux autres pour la préparation des chirurgiens schématisés ci-dessous :

Fig. : Plan architectural du bloc opératoire

[Date] 1
Fig. Plan de coffrage du bloc étudié (plancher haut du RDC)

Fig. Plan de coffrage du bloc étudié (plancher haut du vide sanitaire)

[Date] 2
I. EVALUATION DES CHARGES :

Charges sur le plancher haut du Rez de chaussée :

Charges surfaciques (en KN/m²)

Désignation Epaisseur(m) Charge (KN/ m²)


Dalette de protection 0,05 1,1
Couche de sable 0,02 0,36
Isolation thermique en liège 0,04 0,16
Chappe de lissage 0,02 0,44
Béton en forme de pente 0,11 2,42
Dalle en béton armé 0,25 6.25
Enduit de plâtre 0,02 0,2

G = 11.68 KN/ m²

Q=1KN/ m² terrasse non accessible

Charges linéaires (en KN/ml)

Désignation Epaisseur(m) Charge (KN/ ml)


Acrotère 0.15 3
G=3KN/ml

Tant qu’il s’agit d’une salle de chirurgie, La dalle doit aussi supporter des charges ponctuelles
dues à des équipements spéciaux.

Charges ponctuelles (en KN))

Désignation Poids (KN)


Bras chirurgical 3
Bras scialytique 1.5
Bras d'anesthésie 4
Socle 26.4
CTA (centrale de traitement d'air) 7

G=41.9KN

[Date] 3
Charges sur le plancher haut du vide sanitaire :
Charges surfaciques (en KN/m²)

Désignation Épaisseur (m) Charge (KN/m²)


Revêtement en carrelage 0,02 0,4
Mortier de pose 0,03 0,6
Couche de sable 0,03 0,54
Dalle en béton armé 0,25 6.25

G=11.34 KN/m²

Q=3.5 KN/m² (NF P06-001)

Charges linéaires (en KN/ml)

Désignation Epaisseur(m) Charge (KN/ ml)


Cloisons internes 0.2 10.08

G=10.08 KN/ml

Charges ponctuelles (en KN))

Désignation Poids (KN)


Table d’opération 2.5

G=2.5KN

II. Calcul manuel de structure en statique (BAEL)

Hypothèses de calcul

L’étude de cet ouvrage est effectuée conformément au règlement BAEL 91 révisé 99


(Béton Armé aux Etats Limites), basé sur la théorie des états limites ultimes (ELU) et Etats
limites de service (ELS).
Le matériau essentiel utilisé pour la construction de cet ouvrage est le béton armé, les
caractéristiques des matériaux sont les suivantes :

[Date] 4
Acier Béton
500 MPA 𝑓𝑐28=25𝑀𝑃𝑎
Résistance à la
compression
500 MPA Ft28 = 0,6+0,06 fc28=2.1MPA
Résistance à la traction
𝛾𝑠=1,15 𝛾𝑏=1,5
Coefficient de sécurité
2
Contrainte limite à la 𝜎st=min (3fe ;110√ɳ. 𝑓𝑡28 ) 𝜎𝑏𝑐=0,85∗𝑓𝑐28/𝛾𝑏=0,85∗25/1,5=14,17𝑀𝑃𝑎
traction/compression =201.63 MPA

La Fissuration est préjudiciable et Les enrobages minimums des aciers par rapport aux
parements de béton sont de 3 cm pour tous les éléments de la structure.

1.Dimensionnement des poteaux :


Le poteau est un élément essentiel de la structure vertical, dont la longueur est grande par
rapport aux autres dimensions transversales.
Pour les poteaux, le prédimensionnement se base sur la limitation de l’élancement
mécanique λ. En effet, pour limiter le risque de flambement, l’élancement doit être inférieur
à 70. Cette caractéristique mécanique est définie comme le rapport de la longueur de
flambement lf au rayon de giration imin de la section droite du béton seul (B), calculé dans le
plan de flambement.
𝒍𝒇 𝒂
𝛌= ; imin=
𝒊𝒎𝒊𝒏 𝟐√𝟑
Avec : a est la plus petite dimension du poteau
La longueur de flambement Lf est calculée en fonction de la longueur libre du poteau L0
et de ses liaisons effectives ; Lf = k *L0 où k est un coefficient qui dépend du type de liaison.

Démarche de prédimensionnement des poteaux :

o La charge totale à l’ELU est connue : Nu


o La longueur de flambement Lf=0.7*L0 ( poteau assemblé à des poutres de
plancher ayant la raideur plus importante que lui et le traversant de part en
part). (B.8.4)

On impose a=0.3m pour considérer l’aspect architectural

o La petite dimension a L’élancement lambda 𝛌

𝑵𝒖
b>
𝒂∗σbc

[Date] 5
Pour alléger les calculs, on a programmé les relations du BAEL sur Microsoft Excel ; le tableau
ci-après résume les résultats obtenus :

Pot Nu(KN) Coef Nouveau Lf(m) a(choisie) Lambda Alpha b(calculé) b(choisie)
majoration Nu (m) (m) (m)
(KN)
P1 56,6 - 56,6 0.756 0.3 8.73 0.84 0.013 0.3
P2 589.4 1.15 677.81 0.756 0.3 8.73 0.84 0.15 0.3
P3 26,8 - 26,8 0.756 0.3 8.73 0.84 0.0063 0.3
P4 481.56 1.15 553,8 0.756 0.3 8.73 0.84 0.15 0.3
P5 1012.9 1.32 1339.56 0.756 0.3 8.73 0.84 0.31 0.35
P6 481.56 1.15 553,8 0.756 0.3 8.73 0.84 0.13 0.3
P7 11,8 - 11,8 0.756 0.3 8.73 0.84 0.0027 0.3
P8 538.8 1.15 619.62 0.756 0.3 8.73 0.84 0.15 0.3
P9 11,8 - 11,8 0.756 0.3 8.73 0.84 0.0027 0.3

Pour le RDC, on a L0=3.88 m donc Lf=0.7*L0=2.716


Or lambda=Lf*2√𝟑/a avec a = 30 cm
Donc :
Lambda=31.36<70 Flambement vérifié

Ferraillage du poteau :

On va s’intéresser au ferraillage du poteau le plus chargé P5 au niveau plancher haut du vide


sanitaire en tenant compte l’état limite ultime ELU ;
a. Armatures longitudinales :

Le ferraillage d’un poteau est calculé en fonction d’un effort de compression et donné
par la relation suivante :
𝑵𝒖 𝑩𝒓∗𝒇𝒄𝟐𝟖 𝜸𝒔
Asc > ( - )* (plus de la moitié des charges est appliqué avant 90 jours)
𝛂/𝟏.𝟏 𝟎.𝟗∗𝜸𝒃 𝒇𝒆

Nu = 1.34 MN.
Données Br = (a-0.02) *(b-0.02) = (0.3-0.02) *(0.35-0.02) = 0.0924m².

Soit donc Asc > 1 cm²

[Date] 6
➢ Section minimale des armatures : ( B.A.E.L A.8.1,2)

0.2*B/100 = 2.1 cm²


Asc min= max
4cm²*2*(0.35+0.3) = 5.2 cm²

Le ferraillage du poteau sera avec la section des armatures minimales puisque la valeur de
calcul est inférieure à la section minimale :
Donc As = Ascmin = 5.2 cm² Choix : As=4HA14=6.16 cm²

b. Armatures transversales :
• Diamètre :
Φt > Φl/3 ➔ Φt > 14/3 Φt > 4.66mm.
On adopte Φt = 6 mm.
• Espacements :
**Zone courante :
St < min (15 Φl; 40 cm; a+10 cm) = min (21; 40; 40) = 21cm.
**Zone de recouvrement :
Longueur de recouvrement :
Puisque Fe=500 MPa donc Lr = 50*Φlmax = 50 x 1,4 = 70 cm.
On a 70/21 = 3.3 donc on doit avoir quatre armatures transversales.

4 HA 14

35 cm HA 6/esp=21 cm

30 cm
2.Dimensionnement de la poutre :
On désire dimensionner les poutres au niveau du plancher haut RDC, ce sont des poutres
rectangulaires de largeur b=0.3 m et hauteur h=0.7m

70cm

30cm
Figure : Vue transversale de la poutre

[Date] 7
Le plancher haut du RDC comporte 2 poutres croisées supportant des charges linéairement
réparties (charges triangulaires) comme suit :

A l’ELU :

NU=61.296 KN/m NU=61.296 KN/m

L1=7.1m L2=7.1m

Chargement de la poutre à l’ELU

Choix de la méthode de calcul :

Le règlement B.A.E.L. 91 modifié 99 fournit deux méthodes dont le choix dépend de la


valeur des sollicitations appliquées : méthode forfaitaire, la méthode de Caquot et la méthode
de caquot minorée.

La Méthode forfaitaire est applicable aux planchers à charge d'exploitation modérée à


condition que :

• La construction soit courante avec une charge d’exploitation Q ≤ Max {2 G ; 5 000


2
N/m ).
• Les moments d'inertie des sections transversales sont les mêmes dans les différentes
travées en continuité.
• Les portées successives sont dans un rapport compris entre 0,8 et 1,25.
• La fissuration est considérée comme non préjudiciable à la tenue du béton armé et
de revêtements.

Pour notre cas, il s’agit d’une poutre à deux travées, avec une portée de 7.10 m, et une
hauteur de 0.7 m, et la quatrième condition n’est pas satisfaite, on choisit donc la méthode
du caquot modérée pour le calcul des moments.
Les charges à considérer sont :
• Charges uniformément réparties
G=82.92 KN/m
Q=7.1 KN/m

• Charges concentrées :
P=4 KN ( appliquée sur les deux travées)

[Date] 8
Diagramme des moments :

A l’ELU :

-510 KN.m
7.1 m 7.1 m

323 KN.m 323 KN.m

A l’ELS :

-370 KN.m

7.1 m 7.1 m

238 KN.m 238 KN.m

[Date] 9
290 KN

151 KN

7.1 m
7.1 m

286 KN

147 KN

Ferraillage des travées :

**A l’ELU :

1ère travée 2ème travée

Mu (MN.m) 0.323 0.323

b(cm) 30 30

h(cm) 70 70
ELU
μ 0.155 0.155

0.104 < μ < 0.372 Vérifié Vérifié


(Armatures simples)
α 0.211 0.211

Z(m) 0.5768 0.5768

Ast(cm²) 12.87 12.87

Choix 4HA20+1HA12 4HA20+1HA12

[Date] 10
Ferraillage des travées :

**A l’ELS :

Vérification des contraintes :

On a y1=-D+√𝐷2 + 𝐸
15(𝐴𝑠𝑡+𝐴𝑠𝑐) 30
Avec D= et E= 𝑏 (Ascd ’+Astd) Donc
𝑏
y1=0,2331

𝑏𝑦13
Igg’= +15Asc(y1-d’) ²+15Ast(y1-d) ² = 4,503.103
3

K= Ms/Igg’= 52,85

On a σb = K.y1 =12,31 MPa< 0,6fc28=15 MPa OK


2
σs = 15K(d-y1)=314,642 MPa > σs,lim=min(3fe ;110√ɳ. 𝑓𝑡28 )=201,633 MPa NON

Donc le ferraillage doit être fait à l’ELS :

1ère travée 2ème travée


σs(MPa) 201.633 201.633

Ms (MN.m) 0.238 0.238

b(cm) 30 30

h(cm) 70 70
ELS
μ1 0.00991 0.00991

β1 0.853 0.853

K1 19.01 19.01

σb= σs/K1 10.73 10.73

σb<σb,lim=15MPa Vérifié Vérifié


(Armatures simples)
Ast(cm²) 21.92 21.92

Choix 6HA20+2HA12 6HA20+2HA12

[Date] 11
➢ Condition de non fragilité :

𝐴𝑚𝑖𝑛=0.23 𝑏*𝑑*𝑓𝑡28/𝑓𝑒
𝑓𝑡28=2.1MPa

On trouve 𝐴𝑚𝑖𝑛=1.82 cm² Donc cette condition est vérifiée.

Ferraillage des appuis :

Appui A0 Appui A1 Appui A2

Mu (MN.m) 0.048 0.510 0.048

b(cm) 30 30 30

h(cm) 70 70 70
ELU
μ 0.028 0.302 0.028

α 0.035 0.463 0.035

Z(m) 0.62118 0.5133 0.62118

Ast(cm²) 1.77 22.85 1.25

Choix 2HA12 6HA20+2HA12 2HA12

Armatures transversales dues à l’effort tranchant :

➢ Justification du béton :
𝟎.𝟏𝟓∗𝒇𝒄𝟐𝟖
Il s’agit d’une Fissurations préjudiciables Alors 𝜏𝑢, 𝑙𝑖𝑚=𝒎𝒊𝒏 ( ; 𝟓) 𝑀𝑃𝑎
𝜸𝒃

𝜏𝑢, 𝑙𝑖𝑚=min (2.5 ;5) 𝑀𝑃𝑎 =2.5𝑀𝑃


Vu
Et 𝜏𝑢=
b.d
Donc 𝜏𝑢=1.53 MPa < 𝜏𝑢, 𝑙𝑖𝑚 Effort tranchant est justifié

➢ Justification des aciers :

Choix des armatures transversales : 𝑨𝒕=4𝑯𝑨𝟔=𝟎.𝟖𝟓 𝒄𝒎²

[Date] 12
o Espacement :

𝟎.𝟗 𝐱 𝐅𝐞𝐄 𝐱 𝐀𝐭
St ≤ 𝐛 𝐱 𝟏.𝟏𝟓 𝐱 (𝛕𝐮−𝟎.𝟑 𝐱 𝐤 𝐱 𝐟𝐭𝟐𝟖)

AN : Sans reprise de bétonnage K=1 : St≤20,9 cm

On prend St = 20 cm

o Les conditions complémentaires :

St≤Min (0.9 x d; 40 cm) = Min (56,7; 40) cm Ok

𝐀𝐭𝐱 𝐟𝐞
St≤ 𝟎.𝟒 𝐱 𝐛
= 35,4 cm Ok

𝐡 𝐛
Φt ≤Min ( 𝟑𝟓 ; Φl; 𝟏𝟎
) = Min (2; 1.4; 3) cm Ok Φt = 0.6 cm

o Répartition des armatures par la série de caquot :

On prend St0=20 cm
𝑙
On a = 3,55 m
2

Donc n=4

𝐒𝐭𝟎 𝟐𝟎
La position du premier cadre est à = = 10 cm
𝟐 𝟐

Donc la répartition des armatures transversales est :

10+ 4*20 + 4*25 + 4*35


Armatures de peau :

Fissuration préjudiciable Ap= 3cm² / m de parement

Donc Ap=3*0.45=1.35 cm²

Choix : 2HA12

[Date] 13
Justification des sections d’appuis (A.5.1,3) :

Il faut Vérifier que :


𝟐.𝑽𝒖.𝜸𝒃
a> ===> a > 9,5 cm
𝟎.𝟖𝒃.𝒇𝟐𝟖

Or On a a=30cm donc la condition est vérifiée.

3.Dimensionnement de la dalle pleine :


Une dalle pleine est un élément porteur généralement rectangulaire dont les appuis
peuvent être continus (poutres, voiles ou murs maçonnés) ou ponctuels (poteaux). Les dalles
pleines sur appuis continus peuvent porter dans deux directions ou bien dans une seule. La
𝐥𝐱
dalle est considérée comme portante dans deux directions si 0,4 ≤𝛂 = = ≤ 1 Alors qu’elle
𝐥𝐲
porte uniquement dans le sens de sa petite portée Si α ≤ 0,4

Avec Les portées Lx et Ly d'un « panneau » de dalle sont mesurées entre les nus des appuis.

➢ Epaisseur de la dalle :

Il s’agit dans notre cas d’une dalle rectangulaire avec Lx=Ly=7.1m donc 𝛂 =1, notre dalle porte
donc sur deux directions.
Le prédimensionnement de la dalle est effectué de manière à vérifier les conditions de limite
porté /hauteur selon l’Eurocode 2 (EC 2-1-1, Tab.7.4N/NA).
𝑙𝑥
= 30 ===> h=23,66 cm

On adopte alors 25 cm comme épaisseur de la dalle.

➢ Calcul des moments dans les différents panneaux :

**Pour les charges surfaciques :


Les moments fléchissant développés au centre du panneau ont pour expression :

✓ Dans le sens de la petite portée Lx : 𝑀0𝑥 = μ𝑥∗𝑝∗𝑙²𝑥

✓ Dans le sens de la grande portée Ly : 𝑀0𝑦 = μ𝑦∗𝑀0𝑥

Où les coefficients μ𝑥 et μ𝑦 sont des fonctions du rapport des portées et du type d’état limite
considéré.
Sachant que Dans la portée principale lx, on doit respecter :

𝐌𝐰 +𝐌𝐞
𝑀𝑡𝑥 + ≥ 1.25 𝑀0 et 𝑀𝑡𝑥 <𝑀0
𝟐

[Date] 14
**Pour les charges ponctuelles :

En utilisant la méthode de Navier, On estime les valeurs des moments dus aux efforts
concentrés. (Livre : Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome 2, page :501)

La méthode consiste d’abord à déterminer une largeur efficace de la dalle :


𝒙
be=a+2,4*x*(1- 𝑳 )

Avec:

a : la largeur du rectangle d’appui de la charge concentrée

x : la distance entre la charge et l’appui gauche

L : la portée de la dalle

Ensuite on calcule le moment comme une poutre isostatique puis on le ramène à la dalle en
divisant par la largeur efficace de cette dalle.

Notre dalle est constituée de 4 panneaux rectangulaires :

PANNEAU 1 PANNEAU 2

PANNEAU 3 PANNEAU 4

➢ Evaluation des charges :


Poids propre de la dalle pleine Charge permanente sur la dalle Charge d’exploitation
(25cm)

6,25 KN/m² 4,68 KN/m² 1 KN/ m2

Tableau : Les Charges surfaciques considérées sur les panneaux

[Date] 15
Alors :
NU=1.35*(4.68+6,25) +1.5*1=16.25 KN/m2

➢ Calcul des moments sur les panneaux :

**Pour les charges surfaciques :

Panneaux NU(KN/m) Lx(m) Ly(m) α μ𝑥 μ𝑦 𝑀0𝑥(KN.m/ml) 𝑀0𝑦 (KN.m/ml)

1 16,25 7.1 7.1 1 0.037 1 30,3 30,3

2 16,25 7.1 7.1 1 0.037 1 30,3 30,3

3 16,25 7.1 7.1 1 0.037 1 30,3 30,3

4 16,25 7.1 7.1 1 0.037 1 30,3 30,3

Tableau : calcul des moments des panneaux de la dalle

a- Diagramme des moments suivant Ox :

0.3 Mox 0.15 Mox


0.3 Mox2

7.1m 7.1m

1.Mox 1.Mox

4,5 KN.m/m
9,09 KN.m/m
9,09 KN.m/m

30,3 KN.m/m
30,3 KN.m/m

Figure : diagramme des moments des panneaux 1,2 suivant OX

[Date] 16
b-Diagramme des moments suivant OY :

0.5 Max (Moy2, Moy4)


0.3 (Moy3, Moy4)

0.85 Moy2

12,87 KN.m/m 7,72 KN.m/m

25,75 KN.m/m

Figure : diagramme des moments des panneaux 3,4 suivant OY

** Pour les charges concentrées (sur les panneaux 1 et 2) :

D’après le calcul par la méthode de Navier précitée, Le moment maximal est dû à la charge
appliquée par socle+CTA, sa valeur est de l’ordre de :

Mx=9,68 KN.m/m

My=11,13 KN.m/m

➢ Calcul des contraintes tangentielles :

Pour calculer les efforts tranchants, on utilisera les expressions suivantes :

𝑃. 𝑙𝑥 𝑙𝑦 2 𝑃. 𝑙𝑦 𝑙𝑥 2
𝑉𝑥= x 𝑉y= x
2 𝑙𝑥 2 +𝑙𝑦 2 2 𝑙𝑥 2 +𝑙𝑦 2

Le calcul des contraintes tangentielles se fait d’après la relation :

𝑽𝒖
𝜏𝑢 = 𝑎𝑣𝑒𝑐 : 𝑏0=1𝑚 , 𝑑=𝑒d−0,03𝑚 =0.22m
𝒃𝟎.𝒅

[Date] 17
Panneau Lx Ly Pu Vx Vy ed d(m) 𝜏𝑢x(MPA) 𝜏𝑢y(MPA)
(KN/m)
1 7.1 7.1 17.37 30,83 30,83 0.25 0.22 0.14 0.14
2 7.1 7.1 17.37 30,83 30,83 0.25 0.22 0.14 0.14

3 7.1 7.1 16,25 28,84 28,84 0.25 0.22 0.131 0.131

4 7.1 7.1 16,25 28,84 28,84 0.25 0.22 0.131 0.131

Tableau : valeurs des contraintes tangentielles pour chaque panneau

D’autre part, Les règles BAEL admettent qu’aucune armature d’efforts tranchant n’est
requise si les conditions suivantes sont remplies :

o La pièce concernée bétonnée sans reprise sur toute son épaisseur.


o La contrainte tangente 𝜏𝑢 est au plus égale à 0.05 fc28.

On a donc 𝜏𝑢x, 𝜏𝑢y < 0.05*25 = 1.25 MPa

Les deux conditions sont vérifiées, et par conséquent, les armatures transversales
ne sont pas requises.

➢ Ferraillage des panneaux :


**Ferraillage des travées suivant Ox :
Panneau1 Panneau2 Panneau3 Panneau4

Mu(KN.m) 39,98 39,98 39,98 39,98


d(m) 0.22 0.22 0.22 0.22
µ 0.058 0.058 0.058 0.058
α 0.075 0.075 0.075 0.075
Z(m) 0.2134 0.2134 0.2134 0.2134
Ast(cm2) 4.3 4.3 4.3 4.3
Choix 9HA8=4,52cm² 9HA8=4,52cm² 9HA8=4,52cm² 9HA8=4,52cm²

[Date] 18
** Ferraillage des travées suivant Oy :
Panneau1 Panneau2 Panneau3 Panneau4

Mu(KN.m) 36,88 36,88 36,88 36,88


d(m) 0.22 0.22 0.22 0.22
µ 0.053 0.053 0.053 0.053
α 0.068 0.068 0.068 0.068
Z(m) 0.2140 0.2140 0.2140 0.2140
Ast(cm2) 3,96 3,96 3,96 3,96
Choix 8HA8=4,02 cm² 8HA8=4,02 cm² 8HA8=4,02 cm² 8HA8=4,02 cm²

**Ferraillage des appuis suivant Ox :

Appui A1 Appui A2 Appui A3

Mu(KN.m) 9,09 4,5 9,09


d(m) 0.22 0.22 0.22
µ 0.013 0.0065 0.013
α 0.016 0.0081 0.016
Z(m) 0.2185 0.2192 0.2185
Ast(cm²) 0,95 0.47 0,95
Choix 2HA8=1,01cm² 2HA8=1,01cm² 2HA8=1,01cm²
**Ferraillage des appuis suivant Oy :

Appui A1 Appui A2

Mu(KN.m) 12,87 7,72


d(m) 0.22 0.22
µ 0.018 0.011
α 0.022 0.014
Z(m) 0.2176 0.2187
Ast(cm2) 1.36 0,81
Choix 4HA8=2.01cm² 2HA8=1,01cm²

[Date] 19
➢ Vérification de la résistance des dalles au poinçonnement :

On dit qu’une plaque poinçonne lorsqu’elle subit une rupture autour du poteau constituant
son appui. Sous l’action d’une force localisée, il y a lieu de vérifier la résistance des dalles au
poinçonnement par effort tranchant.

Disposition des charges ponctuelles sur le plancher haut du RDC

En présence d’une charge localisée éloignée des bords de la dalle, On admet qu’aucune
armature d’effort tranchant n’est acquise si la condition suivante est vérifiée :

Nu : charge localisée à l’ELU


Nu≤ 0.045uc x h0 x fc28
h : épaisseur de la dalle

Uc : périmètre du contour au
niveau du feuillet moyen
❖ Charges dues aux bras :

On a : Uc = 2 (u+2.h0+v)

=2 (0.75+2*0.28+0.75) =4 m

Et : 0.045 x Uc x h0 x Fc28

=0.045x4x0.25x25=1.12 MN

[Date] 20
❖ Charges dues à la centrale de traitement d’air :

On a : Uc= 2 (u+2.h0+v)
=2 (4+2*0.25+2) =13m

Et : 0.045 x Uc x h0 x Fc28

=0.045x13x0.25x25=3.65 MN

Finalement on trouve :

1.35*1.5=0.02025 MN

1.12 MN > 1.35*4=0.0054 MN

1.35*3=0.00405 MN

Et :

1.35*7=0.00945 MN
3.65 MN >
1.35*26.4=0.03564 MN

La condition est remplie, donc la résistance des dalles au poinçonnement par effort
tranchant est assurée, et les armatures transversales ne seront pas requises.

➢ Vérification manuelle de la flèche :

On procède au calcul des flèches en application des principes de l'article B.6.5,2 et des
méthodes usuelles de la Résistance des Matériaux :
𝑀𝑡𝑠𝑒𝑟∗𝑙²
f=
10𝐸𝑏∗𝐼
Avec :
1
11.103 𝑓𝑐283
Eb=Ebv = (Module de déformation longitudinale en cas de charges différées)
3
𝐼0 0.05∗𝑓𝑡28
et I=If=1,1* ou 𝜆 = 𝜆𝑣 = 𝑏0
1+𝜆µ 2+3
𝑏

b0 : la largeur de la nervure
b :la largeur de la table de compression
I0 : le moment d’inertie de la section totale rendue homogène calculé avec n=15
Dans notre cas il s’agit d’une dalle pleine don b=b0=1m.
1,75𝑓𝑡28 𝐴
Et µ=Max (0 ; 1 - 4𝜌𝜎𝑠𝑡+𝑓𝑡28) ; ρ =𝑏0∗𝑑 (Pourcentage des armatures)

[Date] 21
Après calcul, on trouve :
If=0,066 cm
La flèche admissible (B.6.5,3) :
Pour une portée supérieure à 5m

𝒍
fadm=0,005+𝟏𝟎𝟎𝟎=1,21 cm

➢ Condition de Non emploi des armatures d’effort tranchant :


𝑷. 𝒍𝒙 𝒍𝒚𝟐 𝑃. 𝑙𝑦 𝑙𝑥 2
𝑉𝑥= x 𝑉y= x
𝟐 𝒍𝒙𝟐 +𝒍𝒚𝟐 2 𝑙𝑥 2 +𝑙𝑦 2

dx= 𝐝𝐲 = 𝟐𝟐 𝒄𝒎

Selon la direction 𝑙𝑥 :

𝑽𝒙 = 𝟓𝟕, 𝟓𝟏 𝑲𝑵
𝑽𝒙
𝝉𝒖𝒙 =
𝒃𝒅𝒙

Alors : 𝝉𝒖𝒙 = 𝟎, 𝟐𝟔 𝑴𝑷𝒂 < 𝟎, 𝟎𝟓 × 𝒇𝒄𝟐𝟖 = 𝟏, 𝟓 𝑴𝑷𝒂 Condition vérifiée

Selon la direction 𝑙𝑦 : 𝑽𝒚 =48,88 kN

𝑽𝒚
𝝉𝒖𝒚 =
𝒃𝒅𝒚

𝟎,𝟎𝟕∗𝒇𝒄𝟐𝟖
Alors : 𝝉𝒖𝒚 = 𝟎, 𝟐𝟐 𝑴𝑷𝒂 < = 𝟏, 𝟏𝟔 𝑴𝑷𝒂 ; Condition vérifiée
𝜸𝒃

➢ Condition de non fragilité (B.7.4) :

Il faut vérifier les conditions suivantes :


lx lx
o Ax/h > 0,0003*(3 - ly) Avec Ax, min=h*0,0003*(3 - ly)
o Ay/h>0,0006 Et Ay, min=h*0,0006

Dans notre cas, on trouve :

o Ax, min= 1,5 cm²


o Ay, min= 1,5 cm²

Alors :

Ax= 3,47 cm² < 1,5 cm²


OK
Ay = 2,92 cm² < 1,5 cm²

[Date] 22
➢ Disposition des armatures longitudinales :

Pour la section d’aciers, On va avoir la condition suivante :

𝐴𝑥
• Ay > Puisque les charges appliquées comprennent des efforts concentrés
3
Or dans notre cas : Ay=2,92 cm² > 3,47/3 Condition vérifié
L’espacement :
*Suivant lx (la direction la plus sollicitée) :

On a : Ax=3,47 cm²/m =5 HA 10 et ly=7,1m

Donc Ax=36 HA 10

𝑒𝑠𝑝 = (710−2*3-0,1*36) /35=20,01 𝑐m

On a des charges concentrées en plus des charges réparties :

Donc il faut que

𝑒𝑠𝑝𝑥< [2*h 𝑒𝑡 25𝑐𝑚]

20,01 cm < [ 2*25=50cm 𝑒𝑡 25 𝑐𝑚] Ok

*Suivant ly (la direction perpendiculaire à la plus sollicitée) :

On a : Ay=2,92 cm²/m =6 HA 8 et ly=7,1 m


Donc Ax=43 HA 6

𝑒𝑠𝑝𝑦= (710−2*3-43×0.8) /42=15,94 𝑐𝑚

On a des charges concentrées en plus des charges réparties :

Donc : il faut que

𝑒𝑠𝑝𝑥< [3*h 𝑒𝑡 33𝑐𝑚]

15,94 cm < [ 3*25=75cm 𝑒𝑡 33 𝑐𝑚] Ok

[Date] 23