Vous êtes sur la page 1sur 27

M BELLEY - mouvemt.

doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 1

ANALYSE BIOMECANIQUE DU MOUVEMENT

PLAN D’ETUDE (savoir et comprendre pour enseigner)


INTRODUCTION définitions
GENERALITES : L’OS, LES ARTICULATIONS, (LE MUSCLE)
EXEMPLES DE TYPES DE MOUVEMENTS
LE TRONC : le haubanage de la CV, les mouvements, (le caisson abdominal)
LES MOUVEMENTS DU MEMBRE INFERIEUR
LES MOUVEMENTS DU MEMBRE SUPERIEUR

ANALYSE DE MOUVEMENTS : BIOMECANIQUE


LES CHAINES MUSCULAIRES appliquer les dans votre sport

RENFORCEMENT MUSCULAIRE, MUSCULATION, ETIREMENTS


EVALUATIONS DES CAPACITES

INTRODUCTION

Définitions :
- La physiologie : étude du fonctionnement du corps humain qui maintient la vie. En
sport l’homéostasie, le système neuromusculaire responsable des mouvements, les
capacités des systèmes énergétiques qui interagissent avec les autres systèmes du
corps.
- l’anatomie étude de la structure du corps, positions et mouvements des muscles.
- la biomécanique : étude de l’application de la mécanique au corps humain.
Le terme provient du Grec BIOS = vie et Mécanique = science qui a pour objet l’étude
des forces ou de leurs actions.
L’entraineur utilise la biomécanique pour mesurer, rechercher comment faire évoluer les
techniques gestuelles de ses sportifs.

Relation entre structure et fonctionnement. Bien que l’on puisse étudier séparément
l’anatomie et la physiologie, ces deux sciences sont indissociables. La fonction est
toujours en relation avec la structure. Ainsi les os soutiennent et protègent les organes
grâce aux minéraux qu’ils contiennent (et qui se renouvellent tout le temps tou au long
de la vie).

Le but de ce cours est de présenter la partie biomécanique du corps que nous habitons.
Le squelette, les muscles fonctionnent ensemble avec notre cerveau (qui s’informe,
sélectionne les informations, fait des choix de gestes, décide, coordonne, contrôle les
réalisations) notre système énergétique (digestion, stockage des réserves, cœur / sang,
poumons...)

MODELE D’ETUDE DE GESTE

Composantes du geste :

Bio mécanique Bio énergétique Bio informationnelle

Rôle mécanique Os Articulations, fonctionnement des organes, Fonctionnement du système


muscles muscles, cœur, poumons, foie nerveux et sa relation avec les
etc autres systèmes

1
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 2

Bio énergétique

Bio mécanique geste

Bio informationnel

Comme Monsieur Jourdain, vous faites tous de la biomécanique de manière intuitive dans l’utilisation de la
technique. En tant qu’entraîneur, un abord plus pragmatique et scientifique vous aidera à faire évoluer votre
connaissance de l’activité.
Ainsi vous ferez progresser les sportifs dont vous vous occupez.

2
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 3

ANALYSE DU MOUVEMENT
LES OS

Les os protègent et soutiennent les organes du corps. Ils servent de leviers aux muscles.
Ils emmagasinent du calcium, des lipides et d’autres substances. Ils sont le siège de la
production des globules.

Les os semblent formés pour la vie, en fait ils sont en constante évolution. L’os est un
tissus actif qui peut mobiliser (entrer ou sortir) 500 mg de calcium par jour !
Ils s’organisent selon les efforts et contraintes dans leur structure interne (axes de
forces, épaississement) Les micro-chocs,
Les efforts des ligaments et tendons
Renforcent la structure de l’os.

Les os irréguliers (vertèbres)

Plats (crâne, bassin, rotule)

Court (poignet, cheville)

Long (membres)

Architecture de l’os en ligne de résistance mécanique


Structure d’un os long : épiphyse, diaphyse, cartilage de conjugaison
Ils ont une structure tubulaire au centre (légèreté + résistance) et spongieuse
(amortissante) aux extrémités. Cette extrémité spongieuse fait office de pompe pour
irriguer les cartilages et cette partie spongieuse.

Diaphyse : corps osseux cylindrique et creux. La cavité médullaire contient la moelle


jaune composée de lipides.

Épiphyses : ce sont les extrémités souvent épaisses. Elles sont constituées d’os
spongieux recouverte d’une fine couche d’os compact. Le tissu spongieux contient la
moelle rouge qui fabrique les globules sanguins.
L’os spongieux : il est constitué de travées organisées selon les contraintes subies.
La moelle fabrique les hématies
Sur la partie articulée se trouve le cartilage articulaire, vitreux qui agit comme un cousin
pour amortir la pression pendant les mouvements.

Cartilage de conjugaison : chez l’enfant, cette zone intermédiaire assure


l’accroissement des os en longueur. Il représente une zone de fragilité face aux
contraintes et traumatismes. Les zones les plus vulnérables sont les extrémités proches
des genoux, des poignets et de l’épaule.

Ostéogenèse et Croissance osseuse


De l’enfance au début de l’âge adulte, la croissance osseuse est réglée par différentes
hormones.
L’hormone de croissance sécrétée par le lobe antérieur de l’hypophyse agit sur le foie
qui fabrique des somatomédines qui stimulent la prolifération des chondrocytes situés
dans les cartilages de conjugaison.
A la fin de l’adolescence, les chondrocytes se divisent moins souvent, les cartilages de
conjugaison s’amincissent jusqu’à être remplacés par du tissu osseux.
3
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 4
Les hormones thyroïdiennes modulent l’activité de l’hormone de croissance de sorte
que le squelette conserve des proportions convenables pendant la croissance.
A la puberté, la quantité accrue d’hormones sexuelles se trouve libérées. Elles
provoquent dans un premier temps la poussée typique de l’adolescence (pic de
croissance 12 à 14 ans ) de même que la masculinisation ou féminisation du squelette;
puis l’ossification complète des cartilages de conjugaison.
Tout déséquilibre hormonal peut provoquer des déséquilibres de taille.

Le remaniement osseux (Ca sanguin Ca osseux)


Chez l’adulte le dépôt ou la résorption de matières osseuses se produit sur les surfaces
recouvertes de périoste ou d’endoste. L’ensemble de ces deux processus constitue le
remaniement osseux.

BIOMECANIQUE DE L’OS

L’os subit des contraintes mécaniques de


-Compression quand on saute, on porte, traction quand on grimpe, fait de la planche
-Torsion quand on ski,
-Flexion du fémur quand on fait du rappel en bateau …

Il se déforme sous la contrainte.


La zone de fatigue peut s’imager comme un fil de fer que l’on pli plusieurs fois, le métal
finit par se rompre.

BIOMECANIQUE DU MUSCLE
Le muscle crée des forces pour résister à la pesanteur, aux masses à déplacer, aux
forces externes (eau, air, adversaire, engins divers vélo, ballon etc. ….)
Il subit les contraintes, il s’allonge, puis au delà de sa résistance mécanique, se déchire
jusqu’à la rupture totale.

Il faut veiller aux limites atteintes dans la musculation et les étirements.


4
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 5
Cette compréhension et précautions sot indispensables pour éviter les accidents.
Voir les différents types de musculations et d’étirements.
Mauvais fonctionnements
Ostéoporose
La résorption se fait plus rapidement que le dépôt de matière osseuse.
Les os deviennent plus légers et poreux. Ceci touche l’ensemble du squelette, mais on
constate que l’os spongieux comporte moins de travées. Les vertèbres et col du fémur
représentent des fractures courantes. Ce sont surtout les femmes ménopausées après
50 ans : la production d’oestrogènes diminue. Une alimentation en calcium, vitamine D,
en fluor, des traitements hormonaux, ralentit les effets. L’activité physique, le port de
chaussures plates (rétraction du mollet) permet de garder une activité sollicitante pour
l’os.

Ostéomalacie
Il y a production de matériaux ostéoïdes, mais les sels de calcium ne se déposent pas.
Les os sont mous et se déforment : déformation des os du crâne, cage thoracique. Il faut
boire du lait enrichi de vitamines D et s’exposer au soleil.

CLASSIFICATION DES ARTICULATIONS en 3 caractéristiques différentes :

mécanique Synostoses sutures os du crâne


Fibreuse syndesmoses entre os : tibia péroné (pas
mobile) cubitus radius (mobile)
gomphoses alvéoles dentaires
Disque intervertébral
mécanique synchondroses (jonction cartilagineuse) côte
Articulations Cartilagineuses sternum
symphyse ( pubis)

Plane (poignet sacrum os iliaque)


Trochléenne (flexion humérus cubitus)
Mécanique condylienne (carpiens métacarpiens flexion
synoviales doigts)
en selle (pouce)
a pivot (rotation cubitus radius)
sphéroïde (scapulo humérale)

LES ARTICULATIONS MOBILES (synoviales celles que vous avez étudié à l’école)

Elles sont définies par un cartilage articulaire, une cavité, une capsule (membrane
synoviale entourée d’une capsule fibreuse), liquide synovial, ligaments.

Facteurs influents sur la stabilité des articulations synoviales


Surfaces articulaires
Ligaments
Tonus musculaire
Type de mouvements permis par les articulations synoviales.

Dans la mécanique biologique,


- les os sont les leviers,
- les articulations les points d’appuis
- les forces sont crées par la pesanteur, les muscles, les contraintes externes.

5
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 6
LES LEVIERS :( Connaissances à utiliser avec l’étude des mouvements sportifs,
étirements, musculation)

Inter appui (situés sur colonne vertébrale, tête, tronc / bassin, triceps, genou)

A Point d’appui

Résistance B C Force musculaire ( m du cou, m lombaires)

Inter résistant utilité précision du geste (cheville,)

Force musculaire

Point d’appui Résistance (poids passif)

Inter puissant (leviers de vitesse) utilité : grand déplacement membres (ischios : cuisse
/ jambe, biceps bras / avant bras )

Force musculaire Résistance

Point d’appui
6
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 7

NOTION DE COUPLE DE FORCE

Couple de force= : force * distance de bras de levier.

En situation d’équilibre
La Force musculaire * bras de levier AB est égale à la résistance * bras de levier BC

Donc La Force musculaire = la résistance * bras de levier BC


bras de levier AB

Faites les calculs pour les muscles :


- du cou : poids de la tête 5Kg force musculaire 4 déca Newton (équivalent à 4 kilo force)

- du biceps : poids soulevé par la main 30 Kg force du biceps : 300 déca Newton ou kilo
force (vieille mesure plus utilisée en physique mais peut être plus facile à compendre).

Faites le lien avec les impulsions nerveuses et fibres musculaires ( I, Iia et b).
Les muscles de la posture sont endurant, - fibres lentes –

Les muscles du mouvement auront une partie de fibres rapides pour assurer la vitesse
du mouvement quand toutes les fibres musculaires seront toutes recrutées.

BLESSURES ARTICULAIRES
Entorse : élongation, déchirure des ligaments (souvent lombaires, chevilles, genoux)
Luxation : déplacement osseux dans l’articulation (épaules, doigts, pouce)
Lésion du cartilage (genoux : ménisques) si les ménisques sont enlevés l’articulation
manque de stabilité et le rôle répartiteur et amortisseur des ménisques manque.

Inflammations et maladies dégénératives :


Tendinite bursite inflammation tendons, bourse rotule olécrane.
Arthrite : douleur, raideur, enflure de la membrane synoviale, cartilage os ou
inflammation due à une infection.
Arthrose arthrite chronique destruction progressive du cartilage.
Arthropathie goutteuse : l’acide urique attaque et se forme un dépôt articulaire au niveau
du gros orteil.
Vieillissement des articulations

Le suivi médical (sportifs de HN et autres), l’adaptation d’une technique gestuelle à ses


capacités devraient maintenir les capacités osseuses et articulaires.

7
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 8

BOMECANIQUE DE LA COLONNE VERTEBRALE

DESCRIPTION ANATOMIQUE
Atlas
7 cervicales Axis
5 vertèbres semblables
Lordose cervicale

12 dorsales
Cyphose dorsale
Courbure convexe en arrière
D1 à D7 côtes reliées au sternum
D8 à D10 fausses côtes reliées par un cartilage
De D7 et au sternum
D11 D12 côtes flottantes non reliées au sternum

5 lombaires L1 à L5
Lordose lombaire courbure concave en arrière

5 vertèbres sacrées ont fusionnées pour former le sacrum

3 à 5 vertèbres ont fusionnées pour former le coccyx


Souvent soudé au sacrum
N’est ce pas fonctionnel : les courbures de la colonne
Vertébrale permettent une élasticité de l’ensemble !!!

La colonne vertébrale remplit 3 fonctions :


1. Fonction de tuteur
2. Fonction de mobilité
3. Fonction de protection
Pourquoi la CV n’est pas droite ?
Rôle amortisseur en vertical : pas d’onde de choc sur le cerveau.
Rôle résistance horizontale : Comme une tôle ondulée, elle résiste aux contraintes
perpendiculaires à son axe. (3 courbures) 2 + 1 = 10 fois la résistance d’un axe droit.

Renforts de liaison dur toute la colonne


Ligament Vertébral Commun Antérieur ( sur les corps vertébraux )
Ligament Vertébral Commun Postérieur
Ligament commun postérieur – sur les épines dorsales

MOUVEMENTS DE LA COLONNE VERTEBRALE

Vertèbre cervicale
Corps petit
Disque 1/3 du corps
et apophyses plates
permettent la mobilité
8
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 9

Vertèbre dorsale
Corps cylindrique
Disque 1/6 du corps
Mobilité réduite
L’apophyse postérieure
limite l’extension
Rotation possible

Vertèbre lombaire
Corps épais
Disque 1/3 du corps
permet la mobilité
Les apophyses bloquent
la rotation

flexion extension inclinaison rotation


Ensemble CV 80° 80° 60° 50°
rachis cervical 70°+80 ° tête  15° +30 ° tête  50° + tête le + mobile
rachis dorsal 30° 30° 30°
rachis lombaire 40° 45° le + mobile 20° 10° le moins mobile
Les muscles qui maintiennent la colonne vertébrale Pour faire simple retenez les
muscles des gouttières qui ont pour rôle l’extension et la rotation de la colonne

9
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 10

FONCTIONNEMENT BIOMECANIQUE DES DISQUES INTERVERTEBRAUX


C’est une articulation fibreuse avec ses anneaux et un noyau liquide (rôle répartiteur de
pression

lésion du disque
irrémédiable par des micro traumatismes répétés.
Nerf comprimé (douleur) l’arc reflexe
contracte le muscle et comprime encore plus
le nerf.

10
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 11

Jambes en fente, centre de gravité entre les


appuis.

A RETENIR Prévention des traumatismes du dos (la hernie discale Voir


schéma)

1. •Se placer prés du centre de gravité de l’objet lourd


2. •Equilibrer les charges
3. •Respecter les courbures en plaçant son dos
4. •Utiliser la force des jambes
5. •Soulever avec rythme (donner le l’élan)

Ce sont les principes de l’haltérophilie, utilisé dans la manutention et


le monde du travail.
L’éducateur sportif a son rôle à jouer dans cette prévention pour
apprendre à préserver sa colonne vertébrale.

11
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 12
Exemple de calcul des contraintes exercées sur le disque

12
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 13
LOMBALGIES CHRONIQUES ET TRAVAIL
FACTEURS EVIDENTS
Le soulèvement répété de charges lourdes
Des techniques défectueuses de manutention
Les postures longtemps maintenues (conduire, dactylographie.)
L’exposition prolongée aux vibrations (onde de choc( saut, raquette de
tennis etc) , course, marteau piqueur…)

FACTEURS PSYCHO SOMATIQUES DIFFICILES À IDENTIFIER


Excès de responsabilités
Monotonie de la tache imposée
Poids de la hiérarchie, harcèlement moral
Manque de considération, sentiment d’insuffisance au travail
Impression d’isolement et manque d’entraide au travail

MUSCULATION DES MUSCLES DU DOS


La colonne vertébrale doit être placée dans ses courbures naturelles quand il y a une
charge.
Mouvement de soulevé de terre en haltérophilie, maintenir le buste, jambes fixées.

Quand il y a mouvement, il n’y a pas de charge, et la colonne ne doit pas aller jusqu’à
l’hyper extension. Jambes fixées, descendre puis remonter le buste.

ETIREMENTS DES MUSCLES DU DOS


Voir exercices page 21. Plus une personne a ses muscles raides (comme du verre !)
plus ses étirements doivent être faits avec douceur et progressivité.

Ils doivent être exécutés et contrôlés en situation de décharge pour chaque personne.
Donnez les éléments de contrôle des mouvements pour que les personnes comprennent
ce qu’elles font et ressentent les muscles étirés sans douleurs articulaires.

13
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 14

LES MOUVEMENTS DU TRONC

BIOMECANIQUE DU TRONC
Les muscles effectuent le maintien de la colonne vertébrale (extension, torsion). Les
muscles abdominaux ont des bras de levier plus importants pour effectuer le gainage, la
flexion et les rotations.

Les muscles du tronc sont conçus comme un haubanage (aspect biomécanique)


Muscles du dos

Ils forment 4 plans superposés


1 plan profond (muscles des gouttières) : spinaux (gouttières vertébrales
transversaire épineux, long dorsal, sacro lombaire, épi épineux) muscles postérieurs
profond et court

2 plan demi profond petits dentelés postérieurs (petit dentelé post et sup. : inspirateur -
petit dentelé post et inf. : expirateur - petit et grand complexus : mvt tête)

3 plan des rhomboïdes (rhomboïde, angulaire de l’omoplate, splénius)

4 plan superficiel : trapèze et grand dorsal.

Le système flexion - extension, inclinaison, rotation fonctionne en synergie :


Muscles des gouttières vertébrales : muscles spinaux

LE GAINAGE DU TRONC :
LES MUSCLES DE LA SANGLE ABDOMINALE ET LEURS ROLES
1. transverse
2. pt oblique
3. gd oblique
4. Gd droit

Transverse gd oblique pt oblique Gd droit

14
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 15

PRECAUTIONS A PRENDRE
Eviter de tirer sur le Psoas qui tire sur la colonne lombaire effet lordosant) et qui
comprime les disques.

Abdomen : les muscles supérieurs


Ventilation : diaphragme, muscles inter costaux inspiration active expiration passive
(inversée en natation, apnée)

Abdomen muscles inférieurs

Muscles pelviens (muscles du périnée), pelvi trochantériens stabilisation de la hanche.


Ces muscles ne sont pas étudiés dans ce cours.
Pour les muscles du périnée, leur tonification est importante chez la femme surtout
après un accouchement. Différents soucis de santé en découle.

Renforcement musculaire de la sangle abdominale (prévention)


L’intensité des séances différent entre une femme après son accouchement et un sportif
de HN .
Il faut effectuer un travail de perception des muscles que l’on sollicite (exercices
particuliers avec contrôle de la ventilation) placement du bassin, contrôle du gainage, se
mobilise en gainant ( sans déformation) le tronc.

15
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 16

LES MOUVEMENTS DES MEMBRES

Il faut que vous soyez capable de distinguer les différents mouvements dans votre
pratique physique.
Généralités sur ces mouvements
Antépulsion - rétro pulsion
Abduction - adduction circumduction
Rotation interne - rot ext
Flexion – extension
Fonctionnement en synergie des muscles
Agonistes antagonistes
LE MEMBRE INFERIEUR
RAPPEL ANATOMIQUE :
CEINTURE PELVIENNE
- SACRUM
- OS ILIAQUE (3 os soudés ilion, ischion, pubis)
- ARTICULATION COXO FEMORALE (hanche)

FEMUR

ARTICULATION DU GENOUX
- ROTULE
- TIBIA
- PERONE

ARTICULATION DE LA CHEVILLE
TARSE 7 OS : ASTRAGALE CALCANEUM
CUBOIDE, SCAPHOIDE 3 CUNEIFORMES
METATARSE
ORTEILS
LES MOUVEMENTS DU MEMBRE INFERIEUR

MOUVEMENT BASSIN CUISSE

MUSCLES DE LA CUISSE
Les 3 loges de la cuisse

1 LOGE ANTERIEURE
Fléchisseurs hanche

2 LOGE INTERNE
Adducteur hanche

3LOGE POSTERIEURE
Extenseur hanche

16
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 17
1 LOGE ANTERIEURE
Quadriceps :
crural, vaste Ext et Int. mono articulaire : extension du genou
Droit antérieur : bi articulaire=> flexion hanche + extension genou

Couturier ( permet de s’asseoir en tailleur !)


Fléchisseur+ rotateur ext hanche,
Fléchisseur +rotateur interne genou

2 LOGE INTERNE
Petit, moyen, grand adducteur + pectiné et droit interne
Rôle : adduction + rotation externe

Stabilisateur de la hanche

17
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 18
3 LOGE POSTERIEURE
Ischios jambiers biceps, demi membraneux, demi tendineux.
Rôle : extension hanche et flexion genou ( insertions ischion vers la jambe, d’où son
nom !)
Fessiers rôle extension hanche + grand fessier abduction avec le
Tenseur du Fascia Lata

Ischion
Insertions
jambe

FLEXION 130°
Psoas (fixé vertèbres lombaires - petit trochanter) Iliaque
Accessoire Droit antérieur tenseur du fascia lata petit et moyen fessier petit et moyen
adducteurs pectiné Droit interne couturier (multifonctions)

EXTENSION 15 °
Grand fessier actif en flexion (Ilion - Grand trochanter) long biceps demi membraneux
demi tendineux grand adducteur moyen fessier postérieur
Petit et moyen fessier actif dans la marche, la course en stabilisant l’articulation de la
hanche - mouvement excentrique)

ABDUCTION
Moyen fessier deltoïde fessier composé du T du fascia lata et grand fessier
Pyramidal obturateurs interne et externe jumeaux couturier

ADDUCTION
Adducteurs petits, moyens, grand (fixés du pubis à la ligne âpre) pectiné, Droit interne,
psoas, iliaque, long biceps, plan profond du grand fessier
Demi membraneux demi tendineux

ROTATION INTERNE 60°


Moyen fessier petit fessier tenseur du fascia lata
ROTATION EXTERNE 40° (shoot latéral)
Pyramidal, obturateur ext. et Int, jumeaux, carré crural, grand fessier, long biceps,
adducteurs
18
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 19
Équilibre des muscles sur le bassin
Vous avez un couple
- Anteverseur du bassin :
Muscles lombaires + Psoas iliaque + droit
antérieur.
- -Retroversur du bassin :
Abdominaux + fessiers + ischios jambiers

Si votre ventre part en avant, quelle en est


la cause ?
Tout le monde pense à renforcer les
abdominaux, mais il faut étudier d’abord
quelle est l’origine de cette position ?
- Attitude personnelle ( lien avec la
psychologie)
- Muscles lombaires contractés ( et
donc courts ( tester les étirements
des lombaires )
- Quadriceps raccourcis ( footballeur)
- Psoas raccourcis ( barreur en voile)

Au lieu de penser à renforcer, il faudra


penser à allonger les agonistes, puis
renforcer les antagonistes.

MOUVEMENT DU GENOU
C’est la plus grosse articulation du corps humain. Elle permet la flexion extension et une
rotation avec la flexion.
Articulation fémoro tibiales (condyliennes : 2 ellipsoïdes concave - convexe) avec
ménisques

BIOMECANIQUE DU GENOUX
Articulation fémoro rotulienne (trochléenne : poulie)

Les ligaments (internes croisés - latéraux) maintiennent les surfaces articulaires dans le
roulement et le glissement fémur (rond) / tibia (plateau tibial). L’augmentation de la
surface articulaire avec les ménisques répartit les contraintes.
La rotule est fixée par le quadriceps et au tibia par le tendon rotulien.

19
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 20

Les muscles des jambes forment trois loges


1 LOGE ANTERIEURE :
Jambier antérieur, extenseur commun des orteils,
Extenseur du gros orteil, péronier antérieur

2 LOGE INTERNE : long et court péronier latéral

3 LOGE POSTERIEURE :
Plan profond poplité, jambier post long
Fléchisseur commun des orteils et du gros orteil
Plan superficiel : triceps sural (soléaire et jumeaux).

FLEXION 130° (passive 150°)


Ischios jambiers
Accessoire couturier Droit interne TFL
EXTENSION
Quadriceps (vaste interne et externe, Droit antérieur, crural)
TFL tenseur du fascia lata
En extension l’action des vastes est de stabiliser la rotule et le genou, ils font office de
ligaments actifs.
Rotation interne 20 ° demi membraneux, demi tendineux, couturier, droit interne
Rotation externe 40 ° biceps TFL

Articulation Tibio tarsienne


Les 2 malléoles forment une mortaise qui prend l’astragale en tenon.

Flexion plantaire (pointe) 40°


Triceps sural accessoire long et court péronier latéral

Flexion dorsale (pieds relevés) 30 °


Jambier antérieur extenseur commun des orteils,
Accessoire péronier antérieur extenseur du gros orteil.

20
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 21

Le manque d’allongement des ischios a une répercussion sur le dos dans cette position
au sol, mais aussi quand on se baisse pour prendre un objet (lourd)
Ce manque apparaît aussi dans le rôle freinateur des ischios quand la jambe lancée et
levée ( cas de fin de tir en foot, .fente avant..) en limite d’ischio le bassin transmet
L’architecture du muscle explique la difficulté à l’étirer. Ses fibres musculaires sont
courts .

21
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 22

22
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 23

MEMBRE SUPERIEUR

CEINTURE SCAPULAIRE
Les OMOPLATES en arrière, les CLAVICULES en avant (articulations sterno claviculaire
- acromio claviculaire )
Articulation scapulo humérale

HUMERUS (bras)
Articulation du coude Humérus cubitus (flexion extension)
CUBITUS RADIUS (avant bras avec l’articulation cubitus/ radius) rotation

LE CARPE : les 8 OS DU POIGNET


5 METACARPIENS (paume de la main)
5 PHALANGES (doigts)

BIOMECANIQUE DE L’EPAULE ( moyen mnémotechnique 3 – 3 – 3 ---3 – 3 )

MOUVEMENTS DE L’EPAULE

A noter
Rétropulsion
Antépulsion

Rotation interne
(lancer, frappe de
Balle ..)

Rotation externe
( armer des lancer
Etirement des rotateurs interne les préparant à la frappe)

23
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 24
3 FIXATEURS DE L’OMOPLATE

Volontairement, je simplifie la présentation à 3 fixateurs. Je considérerai l’omoplate (+


clavicule) comme fixée par ces 3 fixateurs principaux. Les mouvements sont de faible
amplitude. Ils interviennent par contre dans les angles limites : en fin d’antépulsion, en
fin de rétro pulsion,
On peut distinguer 3 muscles :
1 Rhomboïde

3 grand dentelé
2 sous scapulaire ( coiffe des rotateurs )

2 les mouvements qui mobilisent l’humérus sur l’omoplate (articulation scapulo


humérale) ce sont les mouvements qui nous intéressent dans un premier temps si nous
considérons une bonne fixation de l’épaule adaptée au mouvement.
Le rôle des muscles peut varier selon leur position dans l’espace (muscles rayonnants
en éventail) et par rapport à la position de l’omoplate et clavicule dans les mouvements
extrêmes. Il y a une prédominance des muscles adducteurs et rotateurs internes. (Pour
éviter le déboîtement et l’arrachement de l’épaule)

24
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 25
LES 3 ROTATEURS : LA COIFFE DES ROTATEURS DE L’HUMERUS
LEUR ROLE EST DE MAINTENIR LA TETE DE L’HUMERUS CONTRE LA CAVITE DE
L’ARTICULATION pour éviter son déboitement;
1 Sous scapulaire rotateur interne ( situé sous l’omoplate, voir schéma avec le grand
dentelé )
2 Sus épineux abducteur

3 Sous épineux rotateur externe


( le petit rond est aussi concerné , mais retenez le principal )

3 MOBILISATEURS DE L’HUMERUS
Par dessus les muscles de cette coiffe entre en jeu les 3 principaux muscles de
l’épaule :
1 Grand pectoral adducteur et rotateur interne
2 Grand dorsal (et 4 - grand rond) adducteur
3 Deltoïde abducteur

Antépulsion 90 ° (bras à la verticale)


Deltoïde faisceau antérieur, coraco brachial, grand pectoral faisceau supérieur
Accessoire long biceps, sous scapulaire

Rétropulsion 50 ° (bras en arrière)


Deltoïde faisceau postérieur, grand dorsal, grand rond

Adduction 30 °
Grand pectoral, grand dorsal, grand rond,
Accessoire deltoïde faisceau antérieur, court biceps, coraco brachial, long triceps, petit
rond

Abduction 90 °
Deltoïde faisceau moyen, sus épineux (starter)
Accessoire long biceps, sus épineux

Rotation interne 60°


Grand dorsal, grand rond, grand pectoral, sous scapulaire, deltoïde antérieur

Rotation externe 60 à 70 ° Sous épineux, petit rond, deltoïde postérieur


25
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 26
MOUVEMENTS DU COUDE

FLEXION 130 ° (passif 160°) 3 fléchisseurs


long supinateur, le biceps brachial ( bi articulaire) brachial antérieur

EXTENSION 0° ( 3 faisceaux extenseurs )


Triceps brachial, anconé,

MOUVEMENT AVANT BRAS


PRONATION SUPINATION (en pronation le radius tourne autour du cubitus)
Supination 0 ° (supplier paume vers le haut) biceps, court et long supinateur
Pronation 90 ° (prendre paume vers le bas) rond pronateur carré pronateur

MOUVEMENTS DU POIGNET (intérêt pour tennis escalade, escrime.)


Uni la tête du radius aux os carpiens (scaphoïde, semi lunaire, pyramidal)
Flexion dorsale 70 ° flexion palmaire 90 °
Inclinaison radiale 15 ° inclinaison cubitale 40 °

26
M BELLEY - mouvemt.doc - mis à jour le 17/09/2014 -page 27

BILAN
Prenez soin de votre corps ; puis faites attention à ménager celui de vos stagiaires.
Adaptez les gestes pour éviter les chocs, les coups qui occasionnent des
traumatismes.
Soyez exigent sur la qualité des postures et gestes que vous faites
faire, corrigez les erreurs. Etirer les muscles (souvent les fléchisseurs,
rotateurs internes) avant de renforcer les antagonistes.
ETIREZ VOS ANTAGONISTES VOUS AVANT DE RENFORCER
LES AGONISTES !

27