Vous êtes sur la page 1sur 25

Introduction

Situé à l'extrême nord-ouest du royaume du Maroc, la région de


Tanger - Tétouan est limitée au nord par le détroit de Gibraltar et
la mer méditerranée, à l'ouest par l'océan atlantique, au sud par
la région du Gharb et à l'Est par la région de Taza - Al Hoceima
.- Taounate

La région de Tanger - Tétouan, composée de 3 provinces


(Chefchaoune, Larache et Tétouan), préfecture m'diq - Fnideq,
et de la wilaya de Tanger (formée de 2 préfectures : Tanger
Assilah et Fahs-bni Makada), est la région la plus proche de
l'Europe ; le détroit de Gibraltar la sépare de l’Espagne sur une
.distance de moins de 15 km

L'exécution des grands programmes de développement prévus


dans le projet du plan de développement socio-économique
2000-2005 devrait permettre l'accès de cette région à une région
économiquement dynamique. En effet, le développement
économique des provinces et des préfectures de la région est
soumis à plusieurs contraintes, parmi lesquelles on peut citer le
manque d'infrastructures et le problème du financement des
.projets

Malgré ses difficultés, la région Tanger - Tétouan dispose d'un


certain nombre d'atouts qui sont autant de facteurs attractifs
:favorisant l'investissement dans la région

Une place privilégiée sur le plan géographique facilitant, les


échanges dans la future zone de libre-échange avec l'union
.européenne et aussi au sein de maghreb
.une importante population dont les besoins est énorme -
des richesses naturelles variées favorables au développement -
d'activités, telles que la pêche, le tourisme et l'industrie
(diversité de sa géographie) : la région est destinée, à devenir un
levier essentiel de gestion et de planification à l'échelon
.régional

Dans cette parie nous étudierons les grands projets de la région


Tanger - Tétouan, la zone franche d'exportation aéroportuaire, le
port Tanger - Med, les nouvelles zones franches et comment ces
projets vont impulser le développement socio-économique de la
?région

: -Chapitre -I
Les zones franches Tanger - Tétouan

Nous étudions dans ce chapitre la zone franche d'exportation de


Tanger, ses avantages, et des exemples des entreprises
étrangères et marocaines qui y sont installées dans cette zone. Et
enfin le rôle du port Tanger - Med dans l'impulsion du
développement de la région Tanger - Tétouan, et les nouvelles
zones franches de la région : (une zone franche logistique, des
zones franches industrielles, une zone "duty free" /
.commerciale, une zone touristique)

:Section 1 : la zone franche d'exportation


Les zones franches d'exportation (ZFE) ont été instituées par la
loi 19-94 (voir annexe 1) du 26 janvier 1995. Leur
aménagement et gestion sont concédés, après appel à la
concurrence, à un organisme qui se charge de présenter les
dossiers des investisseurs à une commission locale des ZFE
pour approbation. l'organisme sert de guichet unique aux
demandes de statut d'entreprise de ZEF, une seule ZEF de 345
hectares existe actuellement à Tanger, et qui est gérée par la
société Tanger free zone, et se compose d'une zone industrielle
.sous douane et d'un zone logistique
Au total, 222 sociétés ont bénéfice de l'autorisation d'installation
dans la ZFE de Tanger (annexe 2), pour un investissement de
plus de 3 milliards de DH et la création de 17000 emplois. Pour
bénéficier du statut de ZFE, les entreprises de services liées aux
entreprises de zone franche bénéficient également de ce statut.
Les opérations effectuées avec l'étranger par des entreprises
.installées dans les ZFE bénéficient de la liberté totale de change

Les marchandises entrant ou sortant des ZFE sont exonérées de


tous droits et taxes frappant les importations, les exportations, la
production, la circulation, ou la consommation. D'autres
mesures fiscales comprennent l'exonération des droits
d'enregistrement et de timbre pour la constitution et
l'augmentation du capital, et pour les acquisitions de terrains
nécessaire à la réalisation de leurs projets d'investissement;
l'exonération du paiement des patentes pendant 15 ans, de la
taxe urbaine pendant 15 ans, et de la taxe de participation à la
solidarité nationale; l'exonération totale de l'impôt sur les
sociétés (IS) pendant les 5 premières années, suivie d'une
réduction du taux à 8.75% (au lieu du droit commun de 35%)
pendant les 10 années suivantes ; l'exonération totale de l'impôt
général sur le revenu (IGR) pendant les 5 premières années, puis
son abattement de 80 % pour les 10 années suivantes.
L'exonération totale de l'IS et de l'IGR s'applique aux
l'entreprise créées depuis le 1er janvier 2001, les dividendes
versés à des non-résident sont également exonéré d'impôt; un
.taux de 7.5% est appliqué à ceux versés à des résidents

Les investisseurs désireux de s'installer dans la zone franche


d'exportation (ZFE) doivent présenter leurs demandes aux
organismes d'aménagement et de gestion de la zone qui la
soumettent, après instruction, à une commission locale des ZFE
présidée par le Wali ou le gouverneur de la préfecture ou
.province concernée

: A- la zone industrielle sous douane

La zone industrielle sous douane est une zone clôturée et gardée


.en permanence
:Elle dispose en outre de plusieurs atouts
.Aménagement soigne -
.voies larges -
.éclairage public puissant -
-.Espaces verts
.Lots modulables de 1000 à 20000 m² et plus-
.prix de vente à partir de 30 $ le m² -
.possibilité de location des lots -
.équipements d'accompagnement -
.centre de gestion -
.bureaux équipes (pour location de courte durée) -
.centre d'entreposage -
.restaurants d'entreprise -
.centre de santé -

: B- la zone logistique

D'une manière générale, la logistique regroupe l'ensemble des


services et des processus de gestion et de contrôle efficaces des
mouvements de marchandises (approvisionnement et
distribution). En plus du transport et de l'entreposage des biens,
la logistique peut inclure divers à valeur ajoutée liés à la
:distribution des biens, notamment
.la gestion des commandes et des inventaires -
.la facturation -
.le fractionnement et le regroupement de lots pour le transport -
-.L'assemblage léger
.l'étiquetage -
.l'emballage de présentation pour la vente -

Ces services peuvent être offerts par une entreprise oeuvrant


.pour son propre compte ou pour une tierce partie
La zone franche logistique de Tanger désigne la zone de transit
et de services nécessaire au bon fonctionnement de la zone
.franche

:Cette zone est dotée de

.parc T.I.R pouvant accueillir jusqu'à 900 camions 1 -


.station service 1 -
.atelier 1 -
.hôtel 1 -
.plusieurs restaurants -
.centre commercial (en cours) 1 -
.salles de fitness (en cours) -
.espaces de détente (en cours) -
.banques -
.salles d'exposition (en cours) -
.bureau de douane -
.poste de sécurité -
.services divers -

:C- les procédures administratives simplifiées

Tanger free zone fonctionne en tant que guichet unique. Elle


accueille, assiste et oriente les investisseurs pour la réalisation
.de leurs projets
Pour certains secteurs d'activité, l'Etat Marocain, à travers le
fonds Hassan II, peut accorder des aides financières à
l'acquisition de terrains et/ou à la construction d'unités de
production. Cette subvention peut atteindre 100% du prix du
terrain sur la base d'un coût maximum de 250 Dh/m². Le
déblocage de ces aides se fait dans un délai ne dépassent pas 30
.jours après présentation des pièces justificatives

: D- le régime douanier spécial

La zone franche aéroportuaire connaît un régime douanier


:spécial

.exonération des droits d'importation -


.exonération des taxes et surtaxes à l'importation -
exonération des taxes sur la consommation, la production et/ou -
.l'exportation des marchandises
.procédures douanière simplifiées -
pas de contrôle des change : la zone franche de Tanger n'est -
pas soumise à la législation du contrôle du commerce extérieur
.et des changes

Le régime douanier applicable aux effets, objets mobiliers et


véhicules appartenant au personnel étranger affectés dans les
.ZFE
Le personnel étranger des entreprises opérant en ZFE bénéfice
de la suspension des droits et taxes ainsi que des formalités de
contrôle du commerce extérieur pour les effets et objets, neufs
ou en cours d'usage, composant le mobilier importé à l'occasion
.de son installation au Maroc

Il est précisé que le bénéfice de ce régime est limité aux effets et


objets importés en une seule fois; l'importation de ceux-ci et le
.changement de résidence devant être simultanés

Le personnel étranger sus viser, recruté hors du Maroc, bénéfice


également du régime de l'admission temporaire pour le véhicule
automobile importé dans le cadre de son installation au maroc.
Ce régime est accordé par le chef de la circonscription dont
.relève territorialement la ZFE

:E- activités autorisées

:Les activités qui sont autorisées dans la ZFE sont

:Activités industrielle +
.industries agroalimentaires -
.industries des textiles et cuirs -
industries métallurgique, mécaniques, électriques et -
.électroniques
.industries chimiques et para chimique -
.industries de hautes technologies -

:Services +
- .Etablissement de maintenance et d'entretien
Etablissement d'assistance technique et de formation des -
.entreprises
.Etablissement d'activités immobilières -
.Etablissements d'entreposage, de stockage et de manutention -
.Ingénierie et bureaux d'études techniques -
- Services d'information et bureautique
.Laboratoire d'essais -

:F- les exemples des entreprises étrangères et marocaines

Parmi les entreprises étrangères et marocaines qui se sont


installées dans la zone franche d'exportation de Tanger, il y a
lieu de citer, le japonais YAZAKI, dont investissement est de 40
million $ qu'a préféré le Maroc à la chine, et l'allemand
Volkswagen. Mais ces géants mondiaux de l'automobile sont
rejoints par une entreprise venue de Tunisie COFICAB, la
France ne pouvait être absente de cette longue liste : DL
Aérotechnologie, les Etats-Unis marquent leur présence grâce
notamment à polydesign system spécialisé dans les produits de
textiles… et enfin les entreprises Marocaines avec le premier
.secteur industriel exportateur Larinor

:société YAZAKI -1

YAZAKI est une société japonaise, spécialisée dans le câblage


automobile, s'est s'installée dans plusieurs pays : Japon, U.K,
Portugal, Turquie, Corée, Taiwan, inde, U.S.A, Mexique,…. Et
.le Maroc (Tanger)

: Etablis 2003
: Location Tanger
: Activité Câblage automobile
: Capital millions Euro 8
: Employés 995
: Emplois offerts 3000

Source : www.yazaki-groupe.com/2004

: société Volkswagen -2

Volkswagen, une société allemand, a mis en place sa filiale


automotive wiring systems Morocco à Tanger, spécialisée dans
.le câblage électrique

: Location Tanger
: Activité Câblage électrique
: Investissement $ millions 20
: Emplois offerts 1550

Source : www.tangerfreezone.com

: société Coficab -3

Le groupe Elloumi, crée en 1992 sa 1ere usine de fabrication de


câble automobiles CIFICAB Tunisie (dénommé alors Electric
.câble) et s'est installé au Portugal et à tanger
: Etablis 2002
: Origine Tunisie
: Activité Câblage automobile
: Investissement $ millions 9
: Emplois offerts 115

Source : www.caficab.com

: société Larinor -4

Larinor, une société marocaine spécialisée dans le textile, est le


.premier secteur industriel exportateur

: Origine Maroc
: Activité Textile
: Investissement $ millions 1
: Emplois offerts 450

Source: www.larinor.com

Section II – le port de Tanger – méditerranée et les


: zones franches

: A- le port Tanger – Med

Le projet "Tanger – méditerranée" représente une priorité


stratégique pour un développement économique et social de la
.région Nord du Maroc
Il s'inscrit dans le cadre d'une politique économique orientant à
l'export le Maroc autour de huit filières d'exportation clairement
identifiées et s'appuyant notamment sur l'accord du libre
échange avec l'Union Européenne mis en œuvre entre 2000 et
2012, la réalisation de ce projet aura des retombées
économiques importantes en terme d'emplois, de création de
.valeur ajoutée et d'investissements extérieurs

Sa position privilégiés sur le détroit de Gibraltar, à la croisée de


deux grandes routes maritimes, et à 15 km de l'union
européenne permettant de desservir un marché de certaines de
millions de consommateurs à travers des zones franches
industrielle et commerciale à confier à la opérateurs privés de
renommée. Il permet aussi de capter une part du marché de
transbordement de conteneurs en forte croissance et de devenir
le premier hub de transbordement de céréales, infrastructure
inexistante actuellement dans la région Nord-Ouest Africaine.
La réalisation, la coordination et la gestion du projet sont
confiées à TMSA, société privée dotée de prérogatives
publiques, qui interviennent dans le cadre d'une convention avec
.l'Etat et en interaction avec les différents ministères concernés

Le complexe portuaire aura des retombées économiques


importantes en terme d'emplois, de création de valeur ajoutée et
.d'investissements extérieurs
A ces retombées économiques liées à l'exploitation du port,
viennent s'ajouter des retombées importantes liées à sa
construction, notamment à travers des investissements étrangers,
ainsi que des retombées liées à l'exportation des zones franches
(valeur ajoutée et indirecte, gains directs, emplois,
.investissement extérieurs)

: B- La zone franche logistique

La création d'une zone franche logistique associée à un port en


eau profonde permettra de décentraliser et de diversifier des
activités économique et commerciales de la région de Nord du
Maroc. Compte tenu de la nouvelle réglementation de l'Union
Européenne relative aux zones franches, le Maroc est appelé à
: jouer un rôle essentiel en matière de
Capacité d'accueil des activités des anciennes zones franches -
.européennes
considérable de main-d'œuvre qualifiée ou aisément -
.qualifiable, à coûts compétitifs
Proximité immédiate de l'Europe qu permettra aux investisseurs -
.étrangers de se positionner favorablement

Les industries ciblées par la zone franche logistique seront


fortement consommatrices de main d'œuvre, faiblement
consommatrices d'énergie, et utiliseront des surfaces de
production limitées. En conséquences, ces industries cibles
seront principalement des industries de transformation légères
comme les produits électriques et électroniques, les pièces
détachées, l'agroalimentaires et les industries de montages et de
.services

Dans ce contexte, la zone franche logistique adjacente au port de


Tanger Méditerranée se veut attractive en terme de taille et de
flexibilité. En effet, elle s'étalera sur 130 ha, proposant à la
location des entrepôts construits sur une superficie de 49 000 m²
et offrira de nombreuses possibilités d'extension vers d'autres
.zones du ressort territorial de TMSA

De plus, tout comme l'ensemble de la zone Economique


spéciale, elle bénéficiera de dispositions très avantageuses en
matière fiscale, douanière et de transfert de devises. La zone
franche logistique sera confiée à un opérateur dédié, qui, en
assurant le rôle de guichet unique auprès des entreprises, offrira
.des services et des commodités d'une fiscalité avantageuse

: C- La zone franche industrielle

En continuité avec le concept de la zone logistique et dans le


prolongement de Tanger – Free Zone (Zone franche de Tanger
opérationnel depuis 2001), un espace de 600 Ha à moins de 25
Km du port sera réservé aux opérateurs industriels désirant tirer
avantage de l'opportunité des coûts de transformation
compétitifs, en bénéficiant des effets de la plate-forme
multimodale unique offerte par un site géographique
.d'exception

: "D- La zone franche commerciale " duty free

Le duty free une exception au régime générale de taxation ; son


abolition en intracommunautaire devient une contrainte
supplémentaire de marché, en ce sens que le duty free est un
."marché actif et "prescripteur

La zone franche commerciale de Fnideq (200 ha), spécialisée


"B2B", comportera des centres commerciaux avec une large
gamme de produits de gros et de détail et de services, (duty free
pour les voyageurs en partance pour l'étranger, sont cible, les
hommes d'affaires et la clientèle de tourisme et Marocains
résidents à l'étranger). A cet effet, une proposition de valeur de
la valeur sera articulée autour d'une fiscalité avantageuse, de
facilités administratives, ainsi que d'infrastructures urbaines
.modernes
La zone franche commerciale sera confiée à un opérateur dédié,
qui en assurant le rôle de guichet unique auprès des entreprises,
.offrira des services et des commodités de premier plan
Les locaux commerciaux s'étendront sur une superficie de 20
.000 m² et accueilleront à terme, prés de 500 entreprises

E : les infrastructures
Afin de relier le port aux zones franches et de connecter la Zone
Economique Spéciale au reste de territoire marocain et aux
principaux centres économiques du Royaume, l'Etat marocaine
: s'est engagé à réaliser
Une liaison autoroutière de 61 Km reliant l'autoroute du Nord -
.(Rabat – Tanger) à la Zone Economique Spéciale
.Une liaison autoroutière reliant la zone commerciale au port-
une voie express à 2 voies reliant le port à Fnideq (site choisi -
.pour le développement d'une zone franche commerciale
Une connexion ferroviaire de 45 Km connectant la zone -
.économique spéciale au réseau ferroviaire national

L'ensemble de ces infrastructures de connexion sera financé par


l'Etat marocain et devrait être opérationnel à la date de mise en
exploitation du port. Par ailleurs, ²il est également prévu de
doter la région Nord de nouvelles voies de communication en
vue de la désenclaver et la relier aux grands centres du
:Royaume
Autoroute reliant Tanger à Asilah (35 Km), représentant le -
.dernier tronçon de l'axe Rabat – Tanger
Transformation de la route reliant Tanger à Tétouan en une voie -
.express
.voie express reliant Tétouan à Fnediq (38 KM)-

Chapitre2- l’impact socio – économique des zones


: franches

Nous expliquerons dans ce chapitre l’impact socio –


économique des zones franches avant de mettre en lumière
l’expérience de maquiladora mexicain et les zones franches de
.Dubaï

: Section -I- les avantages des zones franches

: A- le port, les zones franches et le développement

Le port est à la fois un point d’ancrage et une ouverture vers le


monde, il permet d’importer des marchandises, de vendre celles
que l’on a produites et de transporter des voyageurs. Mais un
port peut aussi constituer un levier pour le développement
.économique et industriel d’un pays

Le projet de création d’un port en eau profonde de forte capacité


témoigne de cette volonté d’aller de l’avant et de doter le pays
d’infrastructures indispensables à son développement. Le port
Tanger – Med, permettra de placer le Maroc sur la carte des
grandes routes maritimes. Mais ce projet offre également
d’autres opportunités, en favorisant une nouvelle vision du
territoire national, de son équilibre et de son insertion régionale,
continentale et mondiale, ce projet est ainsi un point
.d’articulation entre les différents matchés, à divers échelons

La région Tanger – Tétouan est confrontée à beaucoup de


problèmes : manque d’infrastructures, sous équipement,
chômage, économie parallèle, croissance urbaine non maîtrisée.
La zone d’implantation du port constituait jusqu’alors un angle
mort de la péninsule tingitane. Le mitage de l’espace, l’érosion
des sols, la dégradation forestière et la pollution engendre de
nombreux problème que les aménagements prévus devront
permettre de dépasser. Malgré la présence de plusieurs
infrastructures supérieures (aéroport, port, route nationale,
.chemin de fer), la desserte locale est aujourd’hui faible

Le projet tangérois cherche à développer des activités induites


au transport maritime. La création de trois zones franches :
logistique, industrielle et commerciale doit faciliter la genèse
.d’effets induits sur le territoire
La zone logistique conditionne le fonctionnement du port. Il est
donc nécessaire d’optimiser le fonctionnement des terrains en
les réservant d’une manière prioritaire aux activités utiles pour
le fonctionnement du port. Les autres zones franches doivent
permettre aux opérateurs de tirer partie de la proximité du port
.ainsi que d’une fiscalité avantageuse

La zone franche commerciale est destinée au commerce de gros


et de délai et aux services. La proposition sur le détroit est
stratégique dans la mesure où tous les camions qui viennent de
l’Afrique du nord passent pour continuer vers l’Espagne et
l’Europe. Un grand terminal routier permet de valoriser ces flux.
Deux zones franches industrielles doivent accueillir les activités
.du secteur secondaire (600Ha)

L’objectif est donc d’apporter de l’activité à la région, par


l’import – export au travers des zones franches, par l’apparition
de débouchés pour l’activité céréalière locale (la totalité de la
production de la production de la région de Tanger est de 30%
de celle de Fès Mekhnès), par l’activité touristique avec le
.terminale voyageur

: Les enjeux sont multiples

des infrastructures de liaison doivent favoriser l’encrage -


territoriale du projet : création d’une liaison autoroutière reliant
le port à l’autoroute du nord, connexion ferroviaire entre Tanger,
le port et les zones franches, liaison express reliant la zone
franche commerciale et le port. Ces infrastructures doivent être
relayés par des routes secondaires, de façon à impliquer
l’ensemble de territoire et les petites localités de l’intérieure
dans la dynamique de développement. Il est donc nécessaire de
désenclaver l’arrière pays, tout en évitant des voies pénétrantes
qui risquent de diffuser l‘urbanisation et de perturber les
.écosystèmes

il s’agit également de concilier le développement économique -


et touristique et la protection de l’environnement. La de
littoralisation des activités doit libérer le front de mer pour des
activités touristiques et permettre de créer un couloir de
transport pour le fonctionnement des activités productives. Mais
l’organisation de cet espace par le respect des règles de
protection du littoral et de réserve de zones aux activités
touristique demeure difficile à maintenir, dans une région ou
l’activité de contrebande est restée la règle pendant longtemps.
Juguler le processus de mitage du littoral, supprimer les formes
d’expropriation privée du domaine public, rendre le front de mer
à l’ensemble de la population est parmi les objectifs aussi
.indispensables que difficiles à atteindre
: B- Offshoring des activités de services
Offshoring des activités de services est dominé à prés de 70%
par les centres d’appels ou le Maroc est leader par rapport à ses
concurrents en terme d’acteur du chiffre d’affaires réalisé et du
nombre d’emploi. Il est suivi par les activités de commerce, de
.technologie et de services financiers
Les pouvoirs publics ont mis en place une stratégie de
promotion de l’offshoring basée sur l’essor des
télécommunications, l’amélioration du système juridique et le
renforcement de la formation. La dynamisation de la
délocalisation, la diversification des zones d’accueils et, à terme,
la régionalisation de la stratégie et le développement des clusters
.d’entreprises permettant ainsi des économies d’échelle

: C- l’expérience des maquiladoras mexicaines

Les zones franches se sont apparus au Mexique dès 1965 ; elles


s’appellent maquiladoras : sont des usines d’assemblage de
propriété industrielle étrangère, qui emploient de la main
d’œuvre à bon marché pour monter des produits finis destinés à
.l’exportation à partir de pièces fabriquées à l’étranger

Les maquiladoras employaient 542000 personnes en 1993,


949000 personnes en 1997 (+75%) et 1 128 000 personnes en
.1999 (+108% par rapport à 1993)
Parallèlement, le nombre de maquiladoras doublait pratiquement
entre 1993 et 2000, on en compte plus de 4400. Le secteur est
ainsi passé de 26,4% du total des entreprises en 1986 à 50% en
1995. Le nombre d’emplois dans les maquiladoras représente
environ 20% des emplois dans le secteur manufacturier
mexicain. Elles assurent 45% du total des exportations
mexicaines (plus de 53 Mds de $ US en 1998) vers les Etats-
Unis. Le Mexique est ainsi devenu le 3éme partenaire
.commerciale des Etats-Unis, dernière le Japon et la Chine
: D- l’expérience des zones franches de Dubaï

Dubaï 1er hub commerciale, logistique et technologie du moyen


– orient pour accéder à un marché de 2 milliards de
consommateurs. Premier centre d’affaires du moyen – orient,
déjà reconnu jadis, comme la «cité des marchands », Dubaï a su
conduire la diversification de son économie avec succès, grâce à
l’utilisation avisée de la manne pétrolière et à une politique
.pragmatique de libre – échange

Dubaï, véritable « hub » commercial, est la porte d’entrée vers


une région dont les importations annuelles s’élèvent à prés de
100 milliards de dollars pour un marché constitué de 140 pays,
représentant plus de 2 milliards de consommateurs ; les
.importations, quand à elles ont plus que quadruplé en 10 ans

Une grande variété de produits est importée à Dubaï pour être


largement réexportée vers les pays tiers. En 2002, la France était
le 9éme pays fournisseur. Hors aéronautique, la part du marché
des produits français est 2,5% environ. Le nombre d’entreprises
françaises a plus que doublé en 5 ans passant de 90 sociétés en
.1997 à plus de 200 actuellement

Les deux ports de Dubaï, à savoir le port Rachid et le port Jebel


Ali en zone franche, se classent parmi les premiers ports à
conteneurs du monde. Jebel Ali, la première zone franche établie
aux EAU, reste aujourd’hui la plus étendue, concentre le plus
grand nombre d’entreprise et constitue un point de réexportation
.essentiel
Dubaï accueille plus de la moitié des entreprises française
.présentes sur le territoire émirien
Dubaï jouant pleinement le rôle de plate forme logistique de
réexportation grâce notamment aux zones franches (Jebel Ali
free zone et Dubaï airoport free zone) et aux ports, les
réexportations ont connu une croissance de 31% entre 2001 et
.2002
Dubaï est de venu la 3éme centre mondial de réexportation après
Hongkong et Singapour, nouant des relations commerciales avec
179 pays. De nouvelles activités industrielle et touristique s’y
sont associées et apportent leur contribution à un PIB de 16
MDS $ l’année 2000.Le nom de Dubaï est devenu synonyme de
shopping pour les habitants du golf, les expatries et les
.voyageurs de passage dans la région
Le temps fort de l’activité commerçante est désormais le Dubaï
shopping festival qui a lieu chaque année en Mars depuis
1996.en 1999, les ventes ont atteint 1,1 milliards $ US, lequel
montant a certainement été dépassé en 2000 grâce au
développement de la promotion commerciale sur internet. De
son coté, le célèbre Dubaï duty free de l’aéroport international a
.réalisé 185 millions $ US de ventes en 1999

Pour ce qui est de la main d’œuvre elle est assez peu qualifiée et
importée par des intermédiaires ou par les entreprises elles -
mêmes, et assure le fonctionnement, au quotidien, de
l’économie sur tous les grandes chantiers de l’Emirat. Recruté
sous contrat à durée déterminée dans la plupart des cas, sa
condition se réduit à la valeur de son travail ; il s’agit
principalement d’hommes célibataires, venus d’Asie du sud et
du sud-est, une main d’œuvre pakistanaise peu qualifiée, des
ouvriers indiens qualifiés, des contremaîtres Sikhs, des
.ingénieurs et cadres dirigeants arabes, perses ou occidentaux

Dubaï est devenu un centre touristique non selement régionale,


mais mondiale, ou le compagnie aérienne locale, amène des
visiteurs à fort pouvoir d’achat qui partagent leur temps entre les
hôtels 5 étoiles, les «malls » (centre commerciaux) et les parcs
.de loisirs du type de ceux offertes par le floride

Le nombre de touriste s’est élevé en 2003 à 4,9 millions,


auxquels il faut ajouter le quelques 16 millions de passagers en
transit. Et la croissance et très rapide puisque, selon les
statistiques de l’organisation mondial du tourisme (OMT), on en
dénombrait 3,6 million en 2001 contre 1,6 million en 1995.
D’ici 2010, l’Emirat a l’ambition d’accueillir 15 millions
visiteurs par an, davantage encore après l’ouverture de nouvel
aéroport de Jebel Ali, ce qui en ferait une des toutes premières
.destinations de la planète

: E- l’intérêt des zones franches pour les pays

A partir de 1995, l’investissement direct international à


l’étranger a connu un développement sans précédent. Les pays
émergents en ont capté le tiers environ (environ 300 milliards
d’USD) principalement au profit des pays d’Asie et d’Europe de
l’est. Le développement de ZFE a accompagné ce mouvement.
Les trois quarts des emplois à l’étranger des groupe industrielle
français (la franche représente 10% des IDE mondiaux) sont
situés dans les pays de l’OCDE et près de la moitié dans l’Union
européenne du coût salarial, est lion d’être exclusive dans les
décisions d’implantation à l’étranger. D’autre facteurs favorisent
les implantations à l’étranger essentiellement, la recherche d’un
avantage logistique (service et/ou coût), l’élimination des
risques et la suppression des contraintes administratives liées à
.l’exportation

Les facilitées administratives à l’exportation découlent de la


qualité des lois et règlements, de la rigueur de leur application,
l’ensemble de mesures combattant l’économie informel et des
.règles d’éthiques internationales en matière de commerce
Même si un coût de main d’œuvre plus compétitif comme seul
attrait de délocalisation d’activités ne concerne qu’une faible
proportion des implantations à l’étranger, cela reste néanmoins
.un enjeu important
Par exemple en France, les filiales de production d’entreprises
française implantées dans les pays de délocalisations, a coûts
salariaux faibles, y emploient 400000 personnes (sur 1,5
.millions de salariés au total)

: Section II- les inconvénients des zones franches

: A- violations du droit du travail

En revenant à l’expérience du Mexique, ce dernier n’a toujours


pas ratifié les conventions fondamentales de l’organisation au
.sujet de la négociation collective et l’âge minimum

Les entreprises passent des « contrat de protection » avec les


syndicats officiels (dont la CTM ; confederacion de los
trabajadores mexicanos) pour encadré de personnel, il empêcher
les revendications et les grèves. Des listes noires des
syndicalistes sont partagées par les entreprises et utilisées pour
les exclure des embauches ; les pressions pour empêcher la
: formation de syndicats sont monnaie courante

avec menace de licenciement, comme à « ciudad Juarez » ou -


.30 personnes ont été licenciées par General Electric

avec menace de déplacer l’usine, comme MAXI-SWITCH ou -


400employés ont été licenciés en octobre 1996 pour tentative de
former un syndicat et de casser le contrat de protection avec le
CTM. La commission d’arbitrage enregistre quand même le
nouveau syndicat et MAXI-SWITCH décide alors de fermer
l’usine et de la rouvrir sous un autre nom avec, de nouveau, la
.CTM comme syndicat

Les syndicalistes qui témoigne sur les conditions du travail dans


le maquillages : contrôle des femmes enceinte a l’embauche,
maniement de produit chimique sans protection, …, etc., sont
.licenciés et menacé physiquement
Les salaires sont inférieurs de moitié aux salaires dans les
entreprises manufacturières hors zone franche. Ils ont été
constamment tirés vers le bas, à cause de la collusion entre les
employeurs, les syndicats officiels et les gouvernements qui
établissent le montant minimum. Celui-ci a baissé de 50 entre
1987 et 1997. Le marché du travail est ainsi étroitement
contrôlé. Le niveau des salaires n’est pas dû au manque de
qualification des ouvriers mexicains : l’usine d’assemblage
FORD d’Hermosillo a été classée au 4éme rang en matière de
.qualité parmi 46 usines d’Amérique du nord

: B- les atteintes à l’environnement

Les conditions de sécurité dans les usines utilisant (en zone


: franche mexicaine) des toxiques sont rarement respectées

Dans une maquilas de TV ZENITH des femmes en âge d’avoir


des enfants travaillent à la soudure au plomb sans protection
.adéquat no formation
De nouveaux cas d’anencéphalie (bébé nés sans cerveau) sont
détectés à Brownsville, Texas, et à Matamoros, Mexique ; de
même un accroissement des cas de tuberculose, lupus, hépatite,
.est constaté

Malgré l’absence de services de traitement des eaux et des


déchets toxiques, du tout – à – l’égout, et la faiblesse des
ressources en eau. La mise en place de l’ALENA a entraîné
l’entassement de 150 nouvelles entreprises et 50% d’emplois
.supplémentaires en trois ans

Metalclad, société de Californie, vient de gagner devant le


mécanisme d’arbitrage de l’ALENA, le droit de maintenir un
dépôt de toxique à San Luis Potosi contre la loi mexicaine qui
avait déclaré cette zone réserve écologique. Le Mexique doit
payé environ 17 millions de $ US de dommages et intérêts à
.Metalclad
: C- blanchiment des capitaux et criminalité financière

La mondialisation libérale permettant aux capitaux de circuler


sans contrôle d’un bout à l’autre de la planète, a favoriser
l’explosion d’un marché de la finance hors la loi, moteur de
l’expansion capitaliste, et lubrifié par les profits de la grande
criminalité. Partenaires associés sur l’archipel planétaire du
blanchiment d’argent sale, mafias, compagnies bancaires et
sociétés transnationales prospèrent sur les crises et se livrent au
pillage du bien commun e toute impunité. Avec, de temps à
autres, des opérations « poudre aux yeux » pour donner
l’impression de lutter contre des paradis bancaires et fiscaux en
pleine expansion, que les gouvernements, s’ils avaient
véritablement l’intension, pourraient mettre hors d’état de nuire
du jour au lendemain. A la « tolérance zéro » prônée un peu
partout à l’encontre des petites délinquants de la précarité et du
chômage, répond la « répression zéro » des grandes criminels
.d’argent

Des millions de comptes et dizaines de milliers de sociétés


écrans gèrent et recyclent les mille milliards de dollars annuels
.« du « produit criminel mondial brut
La criminalité financière profit de l’existence de 250 zones
franches en 2000 et des paradis fiscaux qui sont constitués, pour
95% d’entre eux, d’anciens comptoirs ou colonies britanniques,
français, espagnols, néerlandais et américains, restés dépendants
.de leur puissance tutélaire

: D- l’impact de la mondialisation sur les ZFE

Le pays qui comptaient sur les systèmes traditionnel de ZFE


pour attirer les investissements, se rendent de plus en plus
: compte que
la concurrence pour l’investissement s’intensifie, ce qui rend -
de plus en plus difficile l’attraction et le retiens des
.investisseurs
les recours croissant à la technologie réduit le coût de la main -
.d’œuvre
la croissance de réseau de production mondiale permet -
désormais aux entreprises de s’approvisionner en biens et en
services par tout dans le monde et de re-configurer leurs chaînes
de production relativement vite et facilement, se qui signifie
qu’un pays ou un fournisseur peut être coupé du réseau si les
.conditions changent et qu’il ne s’adapte pas assez rapidement
les délais de fabrication sont de plus en plus réduits, ce qui -
obligés les entreprises à accroître leur rythme de production en
.innovant

Les entreprises adaptent en permanence leurs produits, en


ajustant leur offres à la demande du marché et aux exigence de
: leur tours aux fournisseurs

des produits pas chers, de très bonne qualité et un délai de -


.fabrication et de livraison de plus en plus réduit
les changements dans l’organisation du travail (équipes, -
qualité, coûts, etc.) impliquent davantage de responsabilités pour
les travailleurs en matière de productivité, de qualité et
.d’innovation
Conclusion
Nous conclurons, que la mise en place de l’ALENA a entraîné
une croissance rapide du nombre de Maquiladoras au Mexique
et pratiquement le doublement du nombre d’emplois dans ces
zones franches. Cependant, ces créations sont insuffisantes pour
compenser les pertes d’emplois dans les autres secteurs de
l’économie mexicaine ouvert a la concurrence les entreprises
.internationales
Par ailleurs, les Maquiladoras sont le théâtre de nombreuse
violation de droit de l’homme, des droits de travailleur et
.d’atteint de l’environnement
Pour Dubaï la zone franches et vraiment une stratégie du
développement de plusieurs secteur et elle a résous plusieurs
problèmes parmi lesquels la contrebande d’or, de cigarette …, et
Dubaï a connu une augmentation rapide dans le secteur du
.tourisme à cause duty free, et de shopping festival
En général, il y a deux idées ; en premier lieu les zones franches
répondent uniquement au besoin des grandes entreprises par la
réduction des coûts salariaux, des charges sociales et de l’impôt.
Les zones de libre-échange suppriment les derniers contraints
entre ces entreprises à savoir les droits de douane en direction
des marchés des consommateurs. En second lieu, les zones
franches ne fonctionnent pas comme les enclaves de
développement, mais comme des leviers sur lesquels
.développements du pays, de la région pourra s’appuyer