Vous êtes sur la page 1sur 13

10

U E NCE
SÉQ Visions poétiques du monde

p. 216-239

•Paysages intérieurs
O Comment un paysage peut-il refléter l’état d’âme du poète ?

Objectifs Sites à consulter


• Lire la poésie lyrique. • Le site du musée d’Orsay propose des fiches permettant
d’étudier les œuvres du musée :
• Comprendre le pouvoir évocateur des mots pour
http://www.musee-orsay.fr/fr/espace-professionnels/
célébrer le monde.
professionnels/enseignants-et-animateurs/documentation-
pedagogique/documentation-pedagogique.html
Présentation de la séquence • Sur le site Café, une fiche sur la poésie lyrique :
Dans le cadre d’un travail sur les « visions poétiques http://www.serveur.cafe.edu/genres/n-poelyr.html
du monde », la séquence « Paysages intérieurs » • Sur le site Jean-Michel Maulpoix & Cie, la page Lyrisme :
propose une étude diachronique du lyrisme, du http://maulpoix.net/lelyrisme.htm
romantisme à nos jours, afin de donner aux élèves
des repères en histoire littéraire et de montrer
comment une notion littéraire peut être traitée à
différentes époques.
Comprendre la poésie, c’est également travailler
sur les ressources du langage, en saisir les effets et
savoir les employer. À travers les différents poèmes
Entrer dans la séquence p. 219

et activités, les élèves seront sensibles au pouvoir


des mots et devront s’interroger sur leur portée. Les activités vont permettre aux élèves d’aborder direc-
Enfin, l’étude du paysage état d’âme dans notre tement le genre poétique par un aspect sonore et par
corpus fait écho à la peinture de paysage, elle-même l’écriture. En se confrontant dès le départ aux effets
reflet d’une intériorité qui pourra être mise en produits par leurs propres écrits, ils pourront se montrer
parallèle avec l’étude des textes. ensuite davantage attentifs au travail d’écriture des
poètes.
Bibliographie
• Parmi les anthologies, on peut citer : Imaginez un paysage sonore
– L’amour et l’amitié en poésie, collectif, Gallimard, « Folio 1. Les sonorités qui donnent à entendre une tempête sont
junior poésie », 1998. les sonorités nasales [Õ] (assonance), les occlusives [k],
– Les Voyages en poésie, collectif, Gallimard, « Folio junior [p], [b] et la vibrante [r] (allitérations).
poésie », 1999. On peut demander aux élèves de faire une liste complé-
– La Poésie lyrique, collectif, Belin-Gallimard, « Classico- mentaire de mots contenant ces sonorités pour ajouter
Collège », 2010. une strophe au poème de Verlaine.
– 100 poèmes classiques et contemporains, Anthologie de la
poésie française, Larousse, « Petits Classiques », 2012. Donnez à voir autrement
• Parmi les ouvrages illustrés, on peut citer : 2. L’intérêt de l’exercice est de faire percevoir le langage
© Éditions Belin, 2016

Poèmes de Victor Hugo en bandes-dessinées, collectif, imagé.


éditions Petit à Petit, 2002. 1. a. Vers de Victor Hugo dans le poème « Demain, dès
l’aube… ».

10. Paysages intérieurs 161


La présence de la métaphore « l’or du soir » est plus poétique Analyser et interpréter le texte
que l’expression « le soleil se couche[r] ». La fuite du temps
2. b. Vers d’Arthur Rimbaud dans « Le dormeur du Val ».
2. Dans ce poème, le poète s’adresse au lac. Cette apos-
La présence de la personnification « chante une rivière » est
trophe va contribuer à créer la personnification.
plus poétique que « coule une rivière ».
3. a. L’expression « la voix qui m’est chère » renvoie à Julie
On peut proposer aux élèves de poursuivre cet exercice à
Charles.
partir de textes qu’ils auront choisis (en faisant appel à leurs
b. Dans les vers 21-24, cette voix souhaiterait que le temps
connaissances personnelles ou en consultant des antholo-
s’arrête (« Ô temps ! suspends ton vol »).
gies au CDI) : ils en extraient des vers qu’ils glosent, puis ils
4. a. Le temps et l’eau sont liés dans la première strophe :
soumettent leurs propositions à la classe.
« vers de nouveaux rivages » ; « sans retour » ; « l’océan des
3. On peut proposer des images pour déclencher l’écriture,
âges » ; « Jeter l’ancre un seul jour ? »
les tableaux de la partie Histoire des arts ou tout autre
b. Les rimes croisées en -age et en -our associent à chaque
support adapté. La recherche de ces images par les élèves
fois le temps et l’eau. Ici le lac est une image du temps qui
est une activité intéressante en soi car elle les familiarise à
passe et nous prive du présent heureux.
l’expression de leur propre sensibilité.
5. Les enjambements (v. 3-4, v. 15-16, v. 19-20, v. 31-32 )
sont un moyen de marquer la fuite du temps. L’enjambe-
ment matérialise le temps qui s’écoule, comme la phrase
qui s’écoule d’un vers à l’autre.

Lecture 1 p. 220-221 Le paysage, reflet des émotions du poète


6. L’adresse ou apostrophe du poète au lac contribue
à personnifier la nature. Des éléments qualificatifs ou
Le Lac descriptifs conférant des caractéristiques humaines à des
éléments naturels soutiennent cette image : « rivage charmé »
(v. 18) ; « le flot fut attentif » (v. 19) ; « rochers muets » (v. 25) ;
« l’astre au front d’argent » (v. 31) ; « vent qui gémit », « le
Objectifs
roseau qui soupire » (v. 33).
• Étudier la dimension lyrique d’un poème.
• Comprendre le rôle de la personnification. 7. On remarque de nombreuses phrases exclamatives qui
donnent le sentiment d’un poète exalté, dont les sentiments
resurgissent dans le cadre naturel qui a été celui de son
amour.
 Comment la présence de la nature sert-elle 8. Les adjectifs qui qualifient les éléments naturels sont
le propos du poète ? « nouveaux rivages » (v.  1) ; « nuit éternelle » (v.  2) ; « flots
chéris » (v.  6) ; « leurs flancs déchirés » (v.  10) ; « flots harmo-
Le poème « Le Lac » de Lamartine est publié dans les nieux » (v.  16) ; « flot […] attentif » (v.  19) ; « heures propices »
Méditations poétiques en 1820. (v.  21) ; « rochers muets » ; « forêt obscure » (v.  25) ; « belle
En 1816, Lamartine rencontre sur les bords du lac du Bour- nature » (v.  27) ; « parfums légers » ; « air embaumé » (v.  34).
get une jeune femme, Julie Charles, qui est atteinte d’un À l’exception de « obscure », « déchirés » et « muets » tous les
mal incurable. L’issue tragique de leur liaison en 1817 est termes ont des connotations positives.
la source d’inspiration d’un des plus célèbres poèmes de 9. Le souvenir des moments heureux du couple est contenu
Lamartine. dans les paroles rapportées (v. 21-24) de la jeune femme
Emblématique de la poésie romantique du xixe siècle, il disparue. La nature a été le témoin des amours passées –
permet d’entrer dans la séquence en étudiant des topoï du « Un soir t’en souvient-il ? » – et chaque élément de la nature
lyrisme – l’amour perdu, la nature, la fuite du temps – et de devrait pouvoir attester de l’amour des deux êtres et pouvoir
faire percevoir l’intérêt des effets esthétiques. Sa dimension proclamer qu’ils se sont aimés.
très orale et incantatoire permettra une comparaison avec 10. Le poète fait de la nature le témoin et le confident de son
le poème de Senghor (Lecture 4). amour. La nature doit ainsi être le reflet des amours passées
du poète.
Découvrir le texte
1. Le paysage évoqué par Lamartine renvoie aux abords Bilan
d’un lac dont le rivage est hérissé de rochers (rappel de
la montagne, motif romantique). Il évoque également la La nature personnifiée reflète les émotions du poète. On
© Éditions Belin, 2016

présence d’une grotte et d’une forêt. C’est donc un paysage remarque en effet que toutes les évocations du passé
sans homme ni habitation. La nature à l’état pur. heureux du couple renvoient à une nature heureuse, tandis
qu’à la fin du poème le vent « gémit », le roseau « soupire »,
laissant ainsi place à la plainte du poète.

162
Vers le brevet Analyser et interpréter le texte
Personnifier un paysage Un voyage entre rêve et réalité
11. Proposez aux élèves de faire une première liste de mots 2. Dans la première strophe, le poète s’adresse à une femme
appartenant au champ lexical de la nature avant qu’ils ne se dont il est proche. L’intimité entre le poète et cette femme est
lancent dans la recherche de personnifications. mise en valeur par l’emploi de termes d’adresse renvoyant
à un cercle de proches « mon enfant », « ma sœur » (v. 1),
LECTURE DE L’IMAGE c’est le tutoiement qui est employé. Le vocabulaire renvoie
1. Une impression de mélancolie, de calme, de tranquillité se au champ lexical de l’amour : « aimer » (v.  4-5) ; « charmes »
dégage de ce tableau. (v.  9) ; « traîtres yeux » (v.  11) ; « volupté » (v.  14, 28, 42) ;
2. mélancolique - nostalgique
« assouvi » (v.  31) ; « désir » (v.  33).
Les justifications doivent s’appuyer sur l’association entre les
éléments picturaux et le sentiment des élèves. 3. Décor : « meubles luisants » (v.  15) ; « riches plafonds »
3. On imagine que le personnage sur le rivage à droite pour- (v. 21) ; « miroirs profonds » (v. 22).
rait être Lamartine contemplant les flots à la recherche de ses Paysage : « soleils mouillés » (v.  7) ; « ciels brouillés » (v.  8) ;
souvenirs. « chaude lumière » (l. 40).
L’HISTOIRE DES MOTS Tous les termes qui renvoient aux décors ou aux paysages
décrits sont d’ordre imaginaire.
Synonymes du mot « vent » : souffle, bourrasque, tempête, air, 4. Le poète propose une invitation à un voyage en esprit,
rafale, bise, brise, alizé…
Pour les fréquences d’emploi et plus de synonymes : un voyage immobile. L’invitation commence dès le verbe à
http://www.cnrtl.fr/synonymie/vent l’impératif « Songe » (v. 2) qui appelle au rêve éveillé. L’em-
ploi du conditionnel dans la description soutient ce rêve
(« décorerait », v. 17 ; « parlerait », v. 24). L’adverbe de lieu
« là-bas » (v. 3) et le champ lexical renvoyant à l’exotisme
– « senteur » (v.  20) ; « ambre » (v.  20); « orientale » (v.  23);
Lecture 2 p. 222-223 « bout du monde » (v. 34) – complètent cette invitation.
5. Le refrain – « Là, tout n’est qu’ordre et beauté, / Luxe,
calme et volupté. » – montre que le poète idéalise le paysage
L’Invitation au voyage décrit.

Une poésie musicale


6. Le refrain fait penser à une chanson. Les trois autres
Objectifs strophes sont les couplets.
• Découvrir des thèmes lyriques : rêve, voyage, femme, idéal. 7. Dans les strophes ce sont des septains (7 syllabes) et dans
• Percevoir la force poétique d’un paysage. le refrain, ce sont des pentasyllabes (5 syllabes). Ce sont des
vers cours, irréguliers, impairs. Cela crée un rythme cadencé.
8. On appelle la répétition d’un son consonne une allitéra-
 Comment le poète passe-t-il de la réalité au rêve ? tion. Cela donne une impression de fluidité et de douceur.
Le [l] est dénommé en phonétique consonne liquide.
Ce poème, issu de la première partie des Fleurs du Mal,
« Spleen et idéal », est inspiré par la comédienne Marie
Daubrun dont Baudelaire s’était épris. Bilan
« L’Invitation au voyage » permet de poursuivre la décou- Différents procédés permettent à Baudelaire de dépeindre
verte de thèmes lyriques et d’aborder le paysage sous la un rêve poétique. Les champs lexicaux de l’exotisme et de la
forme du rêve. volupté, les descriptions oniriques, l’utilisation de sonorités
douces (allitérations en [l]), la reprise d’un refrain permettent
Découvrir le texte au lecteur de se laisser porter par la musique et les images.
1. Strophe 1 : Un paysage-portrait ; L’invitation (v. 1-12)
Strophe 2 : refrain incitatif (v. 13-4) Vers le brevet
Strophe 3 : Décor oriental / Envie d’ailleurs (v. 15-26) Écrire une strophe
Strophe 4 : refrain (v. 27-28) 9. Dans un premier temps, proposez aux élèves de lister des
Strophe 5 : Un paysage voluptueux / Dans le pays rêvé dénominations pour les éléments qui caractérisent le lieu
(v. 29-40) qu’ils souhaitent décrire. Ensuite, proposez-leur de transfor-
© Éditions Belin, 2016

Strophe 6 : refrain (v. 41-42) mer ces dénominations en métaphores, personnifications.


On pourra également leur demander de trouver des adjectifs
permettant de mettre en valeur ce cadre et leur faire utiliser
un dictionnaire analogique.

10. Paysages intérieurs 163


LECTURE DE L’IMAGE davantage rêver avec son refrain « Tout n’est qu’ordre et
Claude Le Lorrain, Port de mer au soleil couchant, 1639. beauté, / Luxe, calme et volupté. »
On dit que c’est en pensant à ce tableau que Baudelaire a com- Le poème de Queneau est en fait d’un tout autre registre,
posé son poème. c’est à la fois un pastiche et une parodie. Le poème tourne
1. Ce tableau est composé d’éléments architecturaux antiques, de en dérision l’idée de voyage ce qui n’est pas la visée du
navires, de personnages en activité sur la grève. La mer occupe la poème de Baudelaire.
moitié inférieure de l’arrière plan et le ciel la moitié supérieure.
Un soleil couchant apparaît en suivant la ligne de fuite du tableau.
2. Ce tableau pourrait faire écho à la dernière strophe du poème
de Baudelaire.
3. Les couleurs à la fois chaudes et voilées à l’horizon nimbent le
paysage d’une dimension poétique. L’horizon est d’ailleurs beau-
coup moins net que le premier plan. Lecture 3 p. 224-225
August Macke, Femmes orientales, 1912.

Soleils couchants
Voici quelques questions autour de cette œuvre :
1. Observez le tableau. Proposez un autre titre et justifiez votre
choix.
 Les élèves pourront remarquer que les femmes ne sont pas
seules sur le tableau et faire mention dans leurs titres de l’homme
en haut à droite, ou de l’oiseau, ou proposer un titre en rapport Objectifs
avec les couleurs vives. • Percevoir la musicalité d’une œuvre.
2. Quels liens pouvez-vous faire entre ce tableau et le poème de • Étudier le rôle des harmonies sonores.
Baudelaire ?
 Le tableau évoque l’Orient (titre, coiffe des personnages, oiseau
exotique, végétation, poterie) et le poème de Baudelaire évoque
un « là-bas » faisant référence à « la splendeur orientale ».  Comment le poète crée-t-il un paysage sonore ?

Le recueil Les Poèmes saturniens est la première publica-


Prolongement tion de Verlaine en 1866. Il incarne le poète maudit par
On peut poursuivre avec les élèves cette étude en confron- excellence. Verlaine joue de la métrique (vers impair) et des
tant le poème de Baudelaire à celui de Queneau. sonorités pour donner une tonalité mélancolique à ses textes
L’Invitation au voyage et il laisse ainsi se dessiner un paysage sonore. La première
Voyager dans les airs voyager dans les astres partie du poème évoque un paysage extérieur qui se mue
Ou bien rester chez soi ainsi qu’un soliveau1 ensuite en paysage intérieur.
Voilà c’est le dilemme2 ou bien c’est un désastre
On dit il faut bouger ou devenir idiot Découvrir le texte
« Voyagez simplement alors autour du monde 1. Proposer aux élèves de s’écouter en s’enregistrant grâce
Si vous craignez d’errer dans l’espace au-dessus à un logiciel libre comme Audacity.
Voyagez en Afrique en Asie en Irlande Dans son interprétation, Léo Ferré met l’accent sur les sono-
Vous serez satisfait et vous aurez vécu » rités sifflantes [s] pour étirer le mot. Il choisit également
Ces conseils indécents me laissent perplexe d’étirer les dernières syllabes sur les mots « rêves », « grèves »
Où dans tout ça pourrais-je trouver mon axe ? pour mettre en relief la dimension mélancolique. Le texte est
Si l’on me fait tourner comme un simple toton3 répété plusieurs fois et la dernière se fait dans un murmure,
ton propre à refléter la mélancolie et l’état de tristesse.
Je ne suis pas bien sûr que cette agitation
Me permette d’aller bien plus loin que Bléville4 Analyser et interpréter le texte
Que l’on confond parfois avec l’Eure ou Graville5
Un espace visuel et sonore
Raymond Queneau « L’Invitation au voyage », Fendre les flots, 1968.
2. Le paysage n’est pas décrit avec précision. Dès le premier
1. homme dépourvu d’autorité 2. nécessité de choix dont aucun n’est
satisfaisant 3. toupie 4. quartiers du Havre 5. affluent de la Seine
vers la lumière est faible (« une aube affaiblie »). Le réseau
lexical du rêve est très présent : « berce » (v. 6), « chant » (v. 6),
1. Comparez le texte de Baudelaire à celui de Queneau. « étranges rêves » (v.9), « fantômes » (v.  12), « couchants »
Quelles différences remarquez-vous ? (v. 16).
Vous pouvez vous appuyer sur la forme du poème, les rimes, 3. Le schéma des rimes est alterné (ou croisé) : ABAB. Ce
le choix du vocabulaire, les sentiments évoqués, le registre rythme crée une certaine monotonie propre à reprendre une
utilisé. berceuse mais dans les quatre derniers vers, les rimes sont
 La forme est différente car le poème de Queneau est d’une
© Éditions Belin, 2016

embrassées (ABBA).
forme classique, c’est un sonnet. Les rimes sont moins riches
4. Le son [ã] apparaît à la rime mais également dans les vers
que celles du poème de Baudelaire. Le vocabulaire du poème
de Baudelaire invite plus à la sensualité du voyage, il fait (assonance). Cela crée un effet d’écho qui rythme le poème
et lui donne une sonorité angoissante.

164
5. « fantômes vermeils » est une expression qui désigne les Baudelaire choisit d’ailleurs ce titre pour l’une des parties de son
« soleils couchants ». C’est une métaphore. Le comparant est livre Les Fleurs du mal « Spleen et idéal ». Son recueil Petits Poèmes
en prose (publié à titre posthume en 1869) est également connu
« fantômes » et le comparé « soleils ». Ce qui les rapproche
sous le titre Spleen de Paris.
c’est la couleur (« vermeils ») car le soleil qui se couche a une
couleur vermeille. Le rêve devient alors cauchemar.
Paysages intérieurs
6. « Mon cœur » (l. 7). La présence du déterminant possessif
de 1re personne du singulier renvoie au poète. Il n’y a pas Lecture 4 p. 226-227
d’autres traces de sa présence.
7. Le sentiment présent dans ce poème est la mélancolie.
Elle est personnifiée (« berce de doux chants », v. 6). Cette Femme noire 
mélancolie est obsessionnelle. En effet, le poète s’enferme
par la répétition de l’expression « soleils couchants ».
8. Les images conduisent progressivement le poète dans le Objectifs
souvenir et la mélancolie, comme s’il sombrait petit à petit, • Comprendre l’hommage au pays à travers l’hommage à la
comme un soleil se couche et apporte la nuit. Le paysage femme.
extérieur devient le reflet de l’état d’âme du poète. Les • Analyser le rôle des images.
images deviennent de plus en plus angoissantes.

Bilan  Comment les images poétiques nourrissent-elles


Le paysage pictural est un paysage état d’âme. Le poète l’hommage du poète ?
traduit ses sentiments en utilisant des figures de style, des
images. « la mélancolie / Berce de doux champs » (v. 5-6) est Senghor revendique les rythmes africains et l’oralité. Il
une personnification, les « rêves » (v. 9) sont comparés à des utilise notamment pour cela les ressources du vers libre ou
« soleils couchants » (v. 11) et à des « fantômes vermeils » du verset.
(v. 12). C’est l’observation du paysage qui conduit le poète
à faire ces rapprochements. Découvrir le texte
Les sonorités et les rimes ont une tonalité mélancolique,
reprise au vers 3 par le groupe nominal « La mélancolie » qui 1. Les instruments souvent utilisés dans la musique africaine
occupe tout l’espace du vers. Le rythme lancinant du poème, sont des percussions (tam-tam), le djembé, le balafon.
les répétitions de sonorités autour des « soleils couchants »
créent une sorte d’enfermement angoissant du poète dans Analyser et interpréter le texte
sa mélancolie. Un chant de célébration
2. Le début des trois strophes constitue une anaphore, c’est-
Vers le brevet à-dire la répétition d’un même vers « Femme nue, femme
Exposer son point de vue noire » qui fonctionne comme une incantation.
9. On peut inviter les élèves à lire d’autres poèmes de 3. Les vers sont libres, il n’y a pas un nombre égal de syllabes.
Verlaine. On appelle ces vers des versets (références aux versets de la
On mettra en avant les points suivants pour répondre à la Bible). On remarque par ailleurs que ces versets ne riment
question posée : pas entre eux.
– la dimension suggestive des images et des couleurs dans 4. Les termes du poème qui évoquent les chants africains
les poèmes de Verlaine ; sont « lyrique » (v. 7) et « tam-tam » (v. 9).
– l’utilisation du vers impair qui rompt avec l’académisme Le vers libre permet de longues phrases que les virgules
de l’alexandrin ou des autres vers réguliers ; viennent rythmer créant ainsi un rythme saccadé.
– l’intérêt que Verlaine porte aux paysages rejoint celui des Les allitérations en consonnes occlusives [t], [g], [p], [k]
impressionnistes. permettent également de marteler le rythme.
Le poème de Verlaine est composé de très courts vers, 5. La beauté de la femme et du paysage sont associées ;
comme des touches, ce qui rappelle la technique utilisée elles sont « Terre promise, du haut d’un col calciné » (v. 4)
par les peintres impressionnistes. et « Savane aux horizons purs » (v. 8). La chaleur du paysage
semble transmise à la femme et la sensualité de la femme
L’HISTOIRE DES MOTS est transférée au paysage.
© Éditions Belin, 2016

En anglais, le mot spleen signifie mélancolie (littéralement, il On trouve le champ lexical des couleurs qui décrit autant
désigne la rate, considérée comme le siège des humeurs, et donc la femme que le paysage : « noire » (v. 1, 6, 11) ; « ombre »
des états affectifs mélancoliques). (v.  3, 11) ; « obscure » (v.  6) ; « savane » (v.  8) ; « or rouge »
(v. 14). Le champ lexical de la nature : « haut col calciné »

10. Paysages intérieurs 165


(v.  4) ; « savane » (v.  8) ; « horizon » (v.  8) ; « gazelle »
(v. 13) ; « étoiles » (v.1 3). Et enfin le champ lexical de la Lecture 5 p. 228-229
volupté / sensualité : « beauté » (v.  2, 5, 17) ; « chair ferme »
(v.  7) ; « extases » (v.  7) ; « caresses » (v.  8) « Délices » (v.  14).
La femme africaine
Une pierre
6. Le nom « femme » n’est jamais déterminé car il a une
valeur générale et non particulière. Ce mot devient alors Objectifs
un terme qui renvoie à toutes les femmes, il a une portée • Découvrir le lyrisme contemporain.
universelle. • Élaborer une interprétation d’un texte littéraire.
7. Le poète compare la « femme noire » à une « Terre
promise » (v. 4) ce qui lui donne une dimension quasi reli-
gieuse comme le fait de l’appeler « Aimée ». Il la compare
aussi à la « Savane aux horizons purs » (v. 8) qui est une  Comment ce poème joue-t-il avec certains codes
métaphore pour décrire le corps de la femme. Enfin il la de la poésie lyrique ?
compare à une « gazelle » (v. 13).
Sa sensualité est perceptible à travers les connotations asso- Le mot « pierre » est emblématique de la poésie de Bonne-
ciées aux comparaisons : la gazelle est un animal gracile, la foy : neuf poèmes portent ce titre dans le recueil, et l’un des
« Savane aux horizons purs » décrit un corps sans défaut et recueils publiés s’intitule Pierre écrite (1965).
la « Terre promise » est un synonyme d’idéal.
8. Ce texte appartient au mouvement de la négritude car Découvrir le texte
il est une célébration en langue française des beautés de 1. Des images minérales ou un sentiment d’incertitude
l’Afrique. peuvent apparaître. Faire expliciter aux élèves leurs images.

Bilan Analyser et interpréter le texte


La femme chantée dans ce poème représente à la fois tout Un poème surprenant
un peuple et tout un continent. Elle est emblématique, par 2. Le texte est fait de phrases en apparence simples (pas de
ses couleurs et sa sensualité, des beautés de l’Afrique que vocabulaire complexe) mais le sens n’est pas évident pour
Senghor entend défendre. autant. La lecture ou compréhension de « plus de chemins »,
« plus de passage à gué » peut être délicate : est-ce l’intensif
S’exprimer à l’oral « plus » ou le privatif ? La suite de la phrase peut éclairer. La
Lire un poème première strophe est une longue phrase non verbale, ce qui
ne facilite pas la compréhension.
9. On proposera aux élèves de s’appuyer sur une rythmique
3. a. Les strophes ne sont pas régulières (un quatrain, un
pour réciter ce poème. L’intérêt sera de comparer les lectures
quintil), il n’y a pas de rimes. Les vers sont des décasyllabes
selon les rythmes choisis : que nous font-ils entendre ?
(à l’exception du vers 5).
Prolongement
b. Il y a beaucoup de libertés prises par rapport aux autres
Il est intéressant de s’arrêter sur les œuvres reproduites poèmes de la séquence. Les poètes contemporains s’af-
p.  226-227 : franchissent davantage des codes d’écriture. C’est au xixe,
1. Observez les deux représentations proposées. Donnent- avec le vers impair notamment, que les codes classiques
elles la même image de la femme africaine ? commencent à être remis en question.
 La femme présente sur le tableau est davantage apprêtée 4. Les trois premiers vers reposent sur l’anaphore « Plus
(maquillage, bijoux, coiffure) que la Vénus africaine. de […] rien que ». Dans ces vers, il y a une invitation au
2. Commentez le cadrage de ces reproductions en faisant retour à la nature pure. Les voies tracées ou empruntées par
le lien avec le poème. l’homme, « chemins », « gué », « lit préparé », sont délaissées.
 Ces deux représentations ne donnent à voir que les
visages des femmes. Dans le poème, Senghor évoque parti- Une méditation
culièrement le visage de la femme mais aussi la femme 5. La référence au pronom « nous » reste indécise. Il s’agit
dans son ensemble (« femme nue », « ombre », « mains », du poète qui inclut peut-être une personne chère comme le
« peau ») à l’image d’un paysage entier. souligne l’évocation d’un « lit » (v. 3) et de « l’étreinte » (v. 3) ;
3. Quelles images proposeriez-vous pour illustrer le poème mais ce peut aussi être une adresse universelle.
de Senghor ? 6. Le champ lexical qui est dominant dans ce poème est
 On pourrait proposer pour ce poème un paysage africain
© Éditions Belin, 2016

le champ lexical de la nature : « chemins » (v. 1) ; « herbe »


ou des musiciens.
(v.  1) ; « boue » (v.  2) ; « pierres » (v.  4) ; « nuit » (v.  5) ;
« arbres » (v.  7) ; « feuilles », « sable », « écume » (v.  8). C’est
un champ lexical souvent présent dans la poésie lyrique.

166
7. Le thème du temps est présent à travers l’évocation du poète, mais des arbres dont le feuillage blanchi par la lune
jour et de la nuit. Dans la première strophe, le « lit » et les fait penser au sable et à l’écume.
« ombres » renvoient à la nuit. Puis dans la deuxième strophe 3. On vous charge de refaire le manuel et de proposer une
l’image de la « nuit claire » qui « blanchit » les arbres accom- nouvelle illustration pour ce poème. Que proposez-vous ?
pagne l’arrivée du jour (« le jour se lève »). On a ainsi un  Les élèves pourront proposer une œuvre existante, mais
cycle qui se crée. aussi décrire leur idée de cette image. On pourra par exemple
8. Dans ce vers on trouve une métaphore marine : chaque accueillir favorablement des descriptions ou illustrations
feuille de l’arbre est rapprochée d’un grain de sable. La proposant un couple d’amoureux qui s’étreint dans un décor
lumière contribue également à modifier le regard sur le feuil- indistinct, ou le tableau de William Degouve de Nuncques,
lage, qui, blanchi, prend la couleur du sable (pâle), puis de Nocturne au Parc Royal de Bruxelles (1897, musée d’Orsay,
Paris).
l’écume (blanche). Le mouvement qui peut agiter les arbres
reprend celui d’un océan.

Bilan
Ce poème est un poème lyrique car il reprend des thèmes
lyriques : la nature, le temps qui passe. Ce poème célèbre la Histoire des arts p. 230-231
nature dans laquelle le poète se fond « comme nous désirions
que fût notre mort » (v. 6). La dimension lyrique est égale-
ment perceptible dans le rythme que donne le décasyllabe Le paysage en peinture :
(la césure dans le vers se fait après la 6e syllabe : 6//4) et les
images. Les images évoquées ont une dimension universelle. romantisme et
impressionnisme
Vers le brevet
Exposer des arguments Objectifs
9. On reverra avec les élèves la structure de la lettre, l’orga- • Comprendre les spécificités du genre « paysage » en peinture.
nisation des idées en paragraphes. Les arguments des élèves • Étudier les thèmes lyriques et romantiques en peinture.
pourront s’appuyer sur le vocabulaire des sentiments et des • Situer des œuvres dans leur contexte historique et culturel.
émotions.

LECTURE DE L’IMAGE Au xixe siècle, le paysage, alors considéré comme un genre


mineur par rapport au grand genre, la peinture d’histoire, va
1. On observe sur ce tableau, dans le tiers inférieur une étendue
atteindre ses lettres de noblesse. Chez les peintres roman-
d’eau sur laquelle navigue une barque, près des côtes. Dans les
deux tiers supérieurs, se déploie le ciel dans lequel à gauche se tiques, la nature reflète le sentiment de n’être rien face
trouve un couple enlacé ; la femme en robe blanche et portant à sa grandeur et il est le lieu privilégié de la méditation.
un voile ressemble à une mariée. La lune, qui se reflète dans Par la suite, des inventions, notamment celle du tube de
l’étendue d’eau sépare le couple d’un immense bouquet de fleurs peinture, vont permettre aux artistes impressionnistes une
jaunes et rouges. observation directe de la nature et modifier leur pratique.
2. On a l’impression qu’il y a deux espaces distincts, le tiers
inférieur, les deux tiers supérieurs. La lune et son reflet créent le Les développements techniques et industriels modifient
lien entre ces deux parties. L’œil est attiré par le bouquet, touche également le paysage et les perceptions que l’on en a.
particulièrement colorée dans un tableau où le bleu nuit domine.
L’impression d’ensemble est apaisante.
3. On retrouve dans ce tableau des éléments présents dans le
Le paysage romantique
poème d’Yves Bonnefoy : l’eau, la nature, la nuit. Une évocation Caspar David Friedrich, Le voyageur contemplant la mer
amoureuse insolite. de nuages, 1818
4. Les élèves pourront faire part de leur réception : tableau éton- Friedrich est une figure de la peinture romantique alle-
nant, étrange, surprenant ; atmosphère nocturne, fantastique,
sentimentale, onirique, lyrique. mande. Son tableau illustre par sa composition l’homme face
à l’immensité de l’univers. Le personnage de dos, surplom-
Prolongement bant la nature, contemple le paysage, métaphore de l’avenir.
Il est intéressant de s’arrêter sur la photo p. 228. La position du personnage permet au spectateur de regarder
1. Quels éléments font le lien entre le texte et la photo- dans la même direction. Une dimension mystique se dégage
graphie ? de la toile faisant également du personnage une figure de
 On retrouve sur la photographie les pierres, l’herbe, le l’artiste « guide » et « visionnaire ». Le tableau invite à la
© Éditions Belin, 2016

sable et l’écume mentionnés dans le poème. méditation.


2. Ces éléments mentionnés dans le poème sont-ils réels ? 1. Le premier plan est constitué du rocher sur lequel se
 Les éléments qui illustrent le poème sont en fait des
tient le personnage. Le deuxième plan comprend le paysage
métaphores. Il n’y a ni sable, ni écume dans la vision du
contemplé par le personnage jusqu’à la ligne qui découpe le

10. Paysages intérieurs 167


paysage au niveau du torse du personnage. Enfin, l’arrière- Activités
plan plus vaporeux forme le troisième plan. Bilan
Le premier plan est sombre, le second alterne la couleur
1. Les peintres romantiques et impressionnistes jouent sur la
sombre des rochers avec la blancheur des nuages et le
composition, les couleurs, les jeux d’ombre et de lumière, le
dernier plan est particulièrement clair. Il y a un contraste
choix des éléments représentés pour présenter les paysages.
entre les éléments terrestres sombres et les éléments
2. Les liens entre la poésie lyrique et la peinture romantique
célestes clairs.
et impressionniste :
2. Les éléments naturels représentés sont les rochers, la
– la place importante accordée à la nature qui est célébrée ;
montagne au loin, les nuages.
– la dimension méditative associée au paysage (roman-
Les éléments terrestres (rochers et montagne) sont des
tique) ;
éléments durs, solides tandis que les éléments célestes, les
– la dimension introspective (paysage état d’âme) ;
nuages sont légers, immatériels, fluides et vaporeux.
– le rapport au temps qui passe et au fait de saisir l’instant
3. Le personnage est de dos, en hauteur sur le rocher, il
(impressionniste).
surplombe le monde. Cela permet à l’artiste de mettre
le spectateur dans la même position que le personnage À vous d’écrire
représenté et de l’inclure dans la toile. Le personnage peut 3. On pourra commencer par une réflexion collective autour
ressentir un désir de conquérir ce monde qui s’offre à lui, des images afin de faire émerger des associations d’idées
mais aussi se sentir dérisoire face à sa grandeur. et/ou de perceptions, de sentiments.
4. L’atmosphère qui se dégage de ce tableau est étrange,
fantastique, mystique.
Gustave Doré, Paysage d’Ecosse, 1881
5. Les couleurs du premier plan sont foncées, sombres, celles
du second plan sont claires, lumineuses. Le trait du premier
plan est le plus précis. L’Antiquité et nous p. 232

6. La lumière provient du ciel, par un puits à travers les


nuages et vient se refléter sur le lac. Une atmosphère mysté-
rieuse se dégage de ce panorama. Le contraste entre les
Le lyrisme d’Orphée
ombres et la lumière lui donne une dimension fantastique.
7. Ce paysage représente une vision lyrique de la nature car Objectif
il célèbre sa grandeur et sa beauté. En effet, la montagne • Comprendre les sources et les influences du lyrisme.
qui est représentée en arrière-plan et la lumière qui provient
du ciel renvoient à une rencontre mystique et invitent à la
méditation face au spectacle de la nature. C’est une nature Afin de constituer un lien avec les textes antiques, et d’ap-
sauvage et mystérieuse. profondir la culture littéraire et artistique, on revient aux
sources du lyrisme avec le texte d’Ovide. C’est aussi l’occa-
Le paysage impressionniste sion de présenter l’histoire du poète Orphée. Le texte peut
être illustré et complété par l’étude du tableau de Poussin
Claude Monet, Les meules, effet de neige, matin et Les Orphée et Eurydice :
Meules, fin d’été à Giverny, 1891 http://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=car_not_frame&
8. À l’exception des deux meules qui se détachent au idNotice=2145
premier plan, il est très difficile de distinguer les éléments L’extrait donne à lire la fin de la vie d’Orphée, après la dispa-
de l’arrière-plan. Pour les meules elles-mêmes, les détails rition d’Eurydice et montre le poète dans l’exercice de son
ne sont pas nets. art, accompagné de l’instrument qui le représente tradition-
9. Les couleurs sont claires. Le blanc et le jaune dominent. nellement, la lyre. Le poète se place sous la protection des
On remarque que, par touches, les meules sont teintées de Muses, comme le feront les poètes lyriques.
bleu et de rose, comme la neige.
10. Une atmosphère calme, silencieuse, paisible se dégage
de cette toile.
Comprendre le document
11. Le cadrage, la composition et les éléments du premier 1. Orphée dit recevoir l’inspiration des muses, notamment
plan, les meules, permettent de faire le lien entre les deux sa mère, « ô Muse ».
tableaux. 2. Le plectre lourd est associé à un sujet guerrier, la gigan-
12. On encouragera les élèves à s’appuyer sur des éléments tomachie (combats entre géants).
© Éditions Belin, 2016

précis du tableau pour motiver leur choix. 3. La nature est personnifiée car elle est le récepteur de
la musique d’Orphée. La forêt est « attirée » par le chant
d’Orphée comme le serait un être humain. La foudre est
qualifiée de « victorieuse ».

168
4. Le sujet qu’il va chanter est « plus léger » que le précédent.
On peut donc imaginer qu’il s’agira d’un sujet amoureux. Vocabulaire p. 234

À vous de créer  Nuancer l’expression


5. On pourra proposer aux élèves quelques extraits des Méta-
morphoses illustrant les amours de Jupiter (Europe, Io…) et des sentiments
éventuellement présenter des tableaux illustrant ces récits.

Objectifs
• Étudier le vocabulaire des sentiments.
• Repérer le degré d’intensité des mots.

Méthode p. 233
Jouer sur les nuances
Lire un poème à l’oral 1. a.
Liste 1 Liste 2
tourment • • grande douleur
Étape 1 – Comprendre le thème abordé
effarement • • grand bien-être 
1. On ressent le sentiment mélancolique du poète qui voit
le temps passer et sa mort approcher, « Je m’en irai bientôt, euphorie • • inquiétude
au milieu de la fête » (v. 16). affliction • • préoccupation
2. Il n’y a pas d’interlocuteur identifiable mais les références b. Les mots les plus intenses sont contenus dans la liste 1.
à la nature sont nombreuses avec des personnifications : « les 2. Du moins intense au plus intense :
bois […] rajeunissant » (v. 11-12), le « soleil » est « joyeux » 1. bien-être / joie / euphorie / extase
(v. 14). Le pronom « nous » (v. 8) renvoie au poète qui associe 2. détresse / mélancolie / désespoir / abattement
le lecteur à son message. 3. inquiétude / peur / frayeur /terreur
3. Le champ lexical de la nature et le champ lexical du temps 4. désintérêt / rejet / dégoût / aversion
sont très présents dans le poème. 5. se plaindre / geindre / gémir / s’affliger
3. La lumière qui transperce le ciel éblouit le spectateur.
Étape 2 – Repérer les procédés d’écriture Le marcheur s’arrête, fasciné par le paysage qui s’offre à lui.
C’est avec un regard émerveillé que l’enfant découvre les
4. « nuées » : terme poétique pour désigner les nuages.
images qui illustrent son livre.
« hymne » : chant de célébration d’un dieu ou d’un héros.
Le jeune homme est comblé par les compliments qu’il reçoit.
5. On reconnaît une personnification : « face des eaux »,
Les remarques négatives incessantes ont exaspéré la jeune
« front des montagnes ». Les éléments de la nature sont
fille.
dotés de qualités humaines.
Les coups de tonnerre et les éclairs violents ont apeuré les
6. L’allitération en [s] marque le temps qui passe.
enfants.

Étape 3 – Maîtriser sa voix Exprimer des sentiments


7. Le rythme, notamment les enjambements peuvent 4.
poser problème à la lecture comme la prononciation de
Nom Verbe Adjectif
« ra-di-eux ».
8. Respecter la ponctuation permet de placer sa respiration, abattement abattre abattu
de faire des pauses expressives. dédain dédaigner dédaigneux
9. Le sentiment est nostalgique. déception décevoir déçu
découragement décourager découragé
adoration adorer adoré
haine haïr haïssable
ébahissement ébahir ébahi
5. a. affection – émotion – mécontentement – peur – satis-
© Éditions Belin, 2016

faction – apaisement – passion – crainte


b. Exemple de production :
Le dieu se prit de passion pour la nymphe après que la flèche
de Cupidon lui a transpercé la poitrine. Au fond de lui, les

10. Paysages intérieurs 169


sentiments se bousculent. Son cœur bat la chamade dès qu’il Définir un champ sémantique
l’aperçoit. Il brûle pour elle d’un amour ardent. Sa flamme ne 1. a. Exemples de réponses :
semble pouvoir s’éteindre et s’embrase dès qu’il croise le feu La flamme de la bougie éclaire le bureau. / Il déclara sa flamme
de ses yeux. à celle qu’il aimait.
Des rides traversent son front soucieux. / Le front des bâtiments
Atténuer ou renforcer un sentiment surplombe la ville.
6. Les mots qui traduisent un sentiment sont : « tristesse », Il prend un siège pour s’asseoir. / La nature est le siège des
« mélancolie », « triste », « lasse ». sentiments des amoureux.
7. 1. éperdument Il est dans un état de désespoir profond. / Son état de poète fait
2. terriblement de lui un être à part.
3. trop Il y a des éclats de verre brisé sur le sol. / Les éclats de voix
4. extrêmement perturbent le silence.
5. doucement Le vent souffle dans les arbres. / Il y a un souffle de révolte dans
8. Exemples de réponses : le poème.
1. En lisant de la poésie, je me sens transporté. Derrière la mariée, un long voile se déroule. / Les nuages jettent
2. C’est un travail divinement passionnant. un voile sur le paysage.
3. Et mon luth constellé d’étoile porte toute la clarté du ciel b. flamme  enflammer.
illuminé. siège  siéger  assiéger
éclat  éclater
À vous d’écrire souffler  souffler
voiler  voiler  dévoiler
9. On propose aux élèves de faire une liste des outils dont
Le sens du verbe peut aussi varier selon le contexte.
ils auront besoin : vocabulaire à piocher sur la page, diction-
2. a. 1. champ sémantique
naire des rimes et des synonymes à utiliser pour enrichir
2. champ lexical
l’écriture.
3. champ lexical
C’est l’occasion de réaffirmer l’importance du brouillon dans
4. champ sémantique
les différentes étapes :
5 champ lexical
– un premier temps permet de collecter les idées sous forme
b. Exemples :
de liste(s) ;
– champ lexical de l’école : table, chaise, travailler, sérieux.
– un deuxième permet une première écriture ;
– champ sémantique de l’opération : multiplication, action,
– un troisième permet d’améliorer cet écrit (utilisation des
chirurgie.
dictionnaires, du vocabulaire).

Identifier et analyser un champ lexical


et un réseau lexical
3. a. Réseau lexical des sensations :
Grammaire p. 235 – sensation visuelle : « soirs bleus » ;
– sensations tactiles : « picoté », « fouler l’herbe », « sentirai
la fraîcheur », « baigner ma tête nue » ;
Champ lexical – sensation auditive : « je ne parlerai pas ».
et champ sémantique b. On peut trouver le champ lexical de la nature (« sentiers »,
« blés », « herbe », « vent », « Nature ») ; le champ lexical des
sentiments (« l’amour infini », « heureux ») ; le champ lexical
de l’évasion et la liberté (« sentiers », « rêveur », « tête nue »,
Objectifs « bohémien »).
• Identifier les relations entre les mots.
• Comprendre un mot dans son contexte.
4. a. Liste 1 : champ lexical du feu.
Liste 2 : champ lexical maritime.
b. Liste 1 : flamme, incandescent, foyer, chaleur, amour,
Dans le cadre de l’étude de la poésie, les champs lexicaux brindille, enclume.
et sémantiques permettent de rendre compte d’un texte, Liste 2 : vague, écume, naviguer, bateau, tempête, horizon,
de son atmosphère et constituent un point d’appui parmi malade.
© Éditions Belin, 2016

les procédés d’écriture à analyser pour commenter le texte. 5. Dictée préparée


a. Une atmosphère fantastique et inquiétante se dégage du
poème : « solitaire », « glacé », « formes », « morts », « vieux »,
« spectres ».

170
b. « glacé » : participe passé employé comme adjectif. Il se
Compétences
rapporte au groupe nominal « vieux parc » masculin singulier.
D1, 2, 3 S’exprimer à l’oral
« passé » (v. 2) : participe passé du verbe « passer » conju- – S’exprimer de façon maîtrisée en s’adressant à un auditoire.
gué au passé composé. Employé avec l’auxiliaire avoir, le – Exploiter les ressources expressives et créatives de la parole.
participe passé s’accorde le COD si celui-ci est placé avant
le verbe. Il n’y a pas de COD donc pas d’accord.

À vous d’écrire
6. On pourra faire chercher les champs lexicaux attendus,
en classe voire en groupe, avant de laisser les élèves écrire.
S’exprimer à l’écrit p. 237

Prolongements : réécriture
Réécrire le poème de Rimbaud, exercice 3 p. 235, en Réaliser une anthologie
remplaçant « je » par « nous ».
poétique
Dictée préparée complémentaire Afin d’entrer dans la lecture par des pratiques variées,
a. Justifiez l’orthographe des formes soulignées. la constitution d’une anthologie personnelle de poèmes
b. Relevez les verbes conjugués et indiquez leur sujet. commentés est l’occasion de fréquenter des œuvres litté-
c. Mémorisez l’orthographe lexicale des mots en gras. raires diverses et de formuler des impressions de lecture. La
Des ciels gris de cristal. Un bizarre dessin de ponts, ceux-ci mise en relation du texte et de l’image permet d’établir des
droits, ceux-là bombés, d’autres descendant ou obliquant relations entre les œuvres littéraires et artistiques.
en angles sur les premiers, et ces figures se renouvelant Ce travail peut être réalisé seul ou en groupe, le nombre de
dans les autres circuits éclairés du canal, mais tous telle- poèmes peut varier en fonction des élèves et des difficultés
ment longs et légers que les rives, chargées de dômes qu’ils rencontrent.
s’abaissent et s’amoindrissent. Quelques-uns de ces ponts Pour les élèves dyslexiques, un enregistrement des textes et
sont encore chargés de masures. commentaires peut être proposé pour constituer une antho-
Rimbaud, « Les Ponts », Illuminations, 1886 logie non plus écrite mais sonore.

Compétences
D1, 5 Lire
Lire des œuvres littéraires, fréquenter des œuvres d’art.
D1 Écrire
Utiliser l’écrit pour penser et apprendre.
S’exprimer à l’oral p. 236

Présenter la lecture
d’un poème
Cette activité permet un travail sur l’ oral et notamment de
Faire le point p. 238-239

percevoir et d’exploiter les ressources expressives et créa-


trices de la parole. Évaluation
Ce travail peut aller de pair avec un travail d’apprentissage
et de mémorisation des textes pour que les élèves se consti-
tuent un patrimoine personnel de textes et de références
Mobiliser les acquis de la séquence
culturelles. 1.
Les choix de poèmes peuvent être guidés si l’on souhaite Paul Verlaine • • « Le Lac »
travailler sur un auteur, un thème. Ne pas hésiter à laisser les Yves Bonnefoy • • « L’Invitation au voyage »
élèves s’entraîner à la lecture avant de s’enregistrer et leur Alphonse de Lamartine • • « Femme noire »
permettre d’écouter différentes lectures pour en apprécier Léopold Sédar Senghor • • « Une pierre »
© Éditions Belin, 2016

les effets et les qualités ou défauts. Des textes enregistrés


sont disponibles sur le site : www.litteratureaudio.com Charles Baudelaire • • « Soleils couchants »
2. Le lyrisme, du mot « lyre », instrument de musique géné-
ralement associé à Orphée ou Apollon, consiste à livrer

10. Paysages intérieurs 171


l’expression de sentiments personnels qui peuvent atteindre On pourra établir avec les élèves les critères de réussite de
une portée universelle. ce travail pour leur permettre de vérifier leur compréhension
Les thèmes les plus fréquemment abordés sont liés à la vie et leur maîtrise du sujet :
affective (l’amour, le regret, l’exaltation des sentiments…), – j’ai proposé un point de départ qui était un goût, une odeur
au rapport au monde (nature, temps qui passe, mort…), à ou une sensation ;
l’évasion (le rêve, l’imaginaire, l’ailleurs…). – j’ai décrit un paysage ;
3. Un paysage état d’âme est un paysage qui sert de support – j’ai mis en relation le paysage et la sensation, l’odeur, le
à l’artiste pour faire partager ses sentiments. goût au moyen de rapprochements (comparaisons, méta-
4. Les effets poétiques sont produits par des procédés phores, personnification, association d’idées…) ;
d’écriture comme les métaphores, les personnifications qui – j’ai réinvesti le vocabulaire proposé dans les activités de
permettent de transcrire le monde autrement qu’en le dési- la séquence.
gnant directement.

Lire et comprendre la poésie lyrique


Le poème de Baudelaire « Parfum exotique » fait écho aux
principales thématiques rencontrées dans la séquence.
Les diverses sensations présentes permettent de créer un
Évaluation complémentaire
paysage état d’âme.
Vingt-et-unième poème du recueil Les Fleurs de mal, « Parfum En complément de l’évaluation du manuel, on pourra propo-
exotique » appartient à la section « Spleen et Idéal ». Ce ser aux élèves l’évaluation figurant aux pages suivantes.
sont les sensations olfactives qui font apparaître le paysage
exotique idéal. Baudelaire joue des correspondances (synes- Lire et comprendre la poésie
thésies) entre les odeurs envoûtantes et la femme. 1. Au début du poème on a l’impression que la personne
5. Les paysages décrits par Baudelaire sont des paysages va rejoindre un être aimé, et dans la dernière strophe on
imaginaires suggérés par une odeur se dégageant de la se rend compte que le destinataire des paroles est une
femme : « Quand […] je respire l’odeur de ton sein […] Je personne défunte (« je mettrai sur ta tombe »).
vois se dérouler des rivages heureux ». L’odeur envoûtante 2. Dans le premier quatrain le poète est déterminé, semble
de la femme sert de chemin dans ce paysage : « Guidé par plein d’énergie, comme le montre l’emploi de verbes de
ton odeur vers de charmants climats ». mouvement, l’emploi du futur et le tracé d’un long chemin
6. Le paysage est mis en parallèle avec la femme : « sein (« montagne », « forêt », « loin »).
chaleureux » rime avec « rivages heureux ». Le paysage est 3. Les verbes qui renvoient au poète sont placés en tête de
personnifié et représente la femme « île paresseuse ». vers et à l’hémistiche dans les cinq premiers. Ces emplace-
7. Le champ lexical de la nature est très présent dans ce ments permettent de mettre les actions en relief.
poème : «rivages» (v. 3), « île » (v. 5), « arbres » (v. 6), 4. Le champ lexical de la nature est constitué des
« climats » (v. 9), « tamariniers » (v. 12). termes « aube » (v. 1), « campagne » (v. 1), « forêt » (v .3),
Le champ lexical des sensations est aussi bien représenté : « montagne » (v.  3), « au-dehors » (v.  6), « nuit » (v.  8),
– sensation olfactive ; « respire » (v. 3), « odeur » (v. 3), « bouquet de houx vert » (v. 12), « bruyère en fleur » (v. 12).
« odeur » (v. 9), « parfum » (v. 12), « narine » (v. 13) ; Ce champ lexical développe l’idée d’un voyage dans la
– sensation gustative : «savoureux » (v. 6) ; mesure où la nature est contemplée de l’aube au soir, dans
– sensation visuelle : «yeux » (v. 1), « œil » (v. 8), « vois » (v. 3, des espaces variés.
10), « éblouissent » (v. 4), « verts » (v. 12)  ;   5. La tristesse envahit le deuxième quatrain. Les attitudes
– sensation tactile : «chaud » (v. 1), « chaleureux » (v. 2) ; de la personne montrent sa solitude, son enfermement en
– sensation auditive : «chant » (v. 14).  lui-même : « yeux fixés sur mes pensées » (v. 5), « le dos
8. Le champ lexical le plus représenté est celui de la sensa- courbé » (v. 7). Elle semble petit à petit se priver de tous
tion olfactive, donc on pourrait parler de paysage olfactif. les sens : « sans entendre », « sans rien voir » (v .6). Son
9. Ce poème peut être considéré comme un poème lyrique indifférence au monde qui l’entoure culmine dans le rappro-
dans la mesure où il met en rapport le poète avec la nature chement « jour » / « nuit ».
et où les sentiments exprimés peuvent avoir une valeur 6. Au vers 9, le poète évoque par une métaphore le coucher
universelle. du soleil. La couleur du soleil couchant est comparée à de
l’or, le fait que le soleil descende à l’horizon l’assimile à une
Écrire une description poétique chute, « il tombe ».
© Éditions Belin, 2016

10. Ce travail pourra prendre appui sur le travail de brouillon 7. Le poème peut être considéré comme lyrique car il est
proposé p. 234 (exercice 9). l’expression de sentiments personnels (« je ») qui ont une
vocation universelle. Les thèmes de la nature et de la mort
sont également des thèmes lyriques.

172
8. Le poème de Victor Hugo peut faire penser au romantisme Écrire
dans la mesure où il place l’homme dans la nature et met en 10. Le sujet s’apparente à un sujet de réflexion. Les élèves
avant les émotions ressenties. pourront organiser leurs idées selon différents plans :
9. Des séries de soleils couchants peuvent illustrer ce – un plan dialectique :
poème comme par exemple : 1. la poésie est un moyen toujours possible (écriture à
– William Turner, Coucher de soleil écarlate, 1830 ; laquelle on peut être sensible),
– Monet, Étretat, soleil couchant, 1883. 2. il existe d’autres médias tout aussi efficaces (chansons,
lettres, tribunes de journaux) ;
– un plan thématique :
1. la poésie,
2. la chanson,
3. les journaux,
4. la création artistique en général (cinéma, roman…).
On proposera aux élèves la grille d’évaluation suivante :

Cohérence et pertinence du texte Degré de réussite


Clarté et cohérence des idées en rapport avec le sujet proposé (introduction, développement)
Idées argumentées
Idées illustrées
Paragraphes introduits par des connecteurs logiques adéquats
Progression de l’argumentation (hiérarchisation des idées)
Structure et richesse du texte
Présence d’une introduction, d’une conclusion
Présence de plusieurs paragraphes
Une seule idée par paragraphe
Richesse du lexique
Richesse et pertinence des arguments
Graphie (lisibilité, soin)
Correction de la langue
Accents
Orthographe lexicale
Orthographe grammaticale
Ponctuation
Syntaxe (phrases mal rédigées)
© Éditions Belin, 2016

10. Paysages intérieurs 173