Vous êtes sur la page 1sur 7

AILINCAI GEORGIANA

~~FRANCOPHONIE~~
Francophonie
Sauter à la navigationSauter à la recherche
Francophonie
Image illustrative de l’article Francophonie
Emblème de la francophonie.
Image illustrative de l’article Francophonie
Langue maternelle
Langue administrative
Langue de culture
Minorités francophones
Membres
Afrique Algérie, Bénin, Burkina Faso, Burundi,
Cameroun, Cap-Vert, République centrafricaine,
Comores, République démocratique du Congo,
République du Congo, Côte d'Ivoire, Djibouti,
Égypte, Gabon, Guinée, Guinée équatoriale,
Guinée-Bissau, Madagascar, Mali, Maroc, Maurice,
Mauritanie, Niger, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe,
Sénégal, Seychelles, Tchad, Togo, Tunisie
Amérique Canada (Nouveau-Brunswick, Québec,
Manitoba), Dominique, Haïti, Sainte-Lucie, États-
Unis (Louisiane, Maine)
Asie Cambodge, Laos, Liban, Viêt Nam, Syrie
Europe Albanie, Andorre, Arménie, Belgique
(Wallonie-Bruxelles), Bulgarie, France, Grèce,
Luxembourg, Macédoine du Nord, Moldavie,
Monaco, Roumanie, Suisse
Océanie Vanuatu, Nouvelle-Calédonie, Polynésie
française, Wallis-et-Futuna
modifier Consultez la documentation du modèle
La francophoniea, également appelé monde
francophone ou encore espace francophone
désigne l'ensemble des personnes et des
institutions qui utilisent le français comme langue
de première socialisation, langue d'usage, langue
administrative, langue d'enseignement ou langue
choisie1. La francophonie peut renvoyer tant à
l'ensemble des pays francophones qu'à l'ensemble
des pays ou régions membres de l'Organisation
internationale de la Francophonie (OIF)2
(notamment représentés par l'Association
internationale des régions francophones (AIRF)3.
Ces pays parlent majoritairement ou partiellement
français mais le français n'est pas obligatoirement
la langue officielle nationalement ou
régionalement.
Selon l'OIF, en 2018, le français est la cinquième
langue la plus parlée au monde avec 300 millions
de locuteurs représentant 4 % de la population
mondiale (une personne sur 26), dont 235 millions
en faisant un usage quotidien représentant 3.2 %
de la population mondiale (une personne sur 32).
Estimé à 300 millions en 20184., le nombre de
francophones approchera les 700 millions en 2050
soit 8 % de la population mondiale (1 personne sur
12), et 85 % de ces francophones seront en Afrique
du fait de la croissance démographique.
HISTOIRE
À l'origine, le terme de francophonie a été utilisé
de façon purement descriptive par des géographes
dès 1880, le mot ayant été « inventé » par
Onésime Reclus (1837-1916) : « Nous mettons
aussi de côté quatre grands pays, le Sénégal, le
Gabon, la Cochinchine, le Cambodge dont l’avenir
au point de vue « francophone » est encore très
douteux sauf peut-être pour le Sénégal »16. Le
terme « francophonie » a été par la suite supplanté
par l’expression « francité » qui désigne les
qualités de tout ce qui est reconnu comme
français.
C'est après la Seconde Guerre mondiale, à partir
d'un numéro spécial de la revue Esprit (1962),
qu'une « conscience francophone » s'est
développée. Après que le mot « francophone » a
fait son entrée dans Le Petit Larousse, «
francophonie » y est inclus cette année-là, et
caractérise la « collectivité constituée par les
peuples parlant le français ».
Le terme a été particulièrement popularisé par
Léopold Sédar Senghor. C'est dès lors dans ce sens
qu'il convient de comprendre la francophonie : il
s'agit plus de la conscience d'avoir en commun une
langue et une culture francophones que de
décisions officielles ou de données objectives. C'est
une communauté d'intérêt. On y retrouve l’idée
que le français serait le point commun d’une
multitude de peuples différents, les fédérant dans
un idéal culturel et linguistique.
Les locuteurs du français se sont sentis menacés
par l'omniprésence de l'anglais et l'influence de la
culture anglo-américaine après la Seconde Guerre
mondiale. Ce n'est qu'à ce moment que la
conscience de la communauté francophone s'est
réveillée avec la volonté de s'unir pour défendre :
certaines spécificités de la langue française, qui la
font plus précise que la langue anglaisec. La
coutume de ne pas juxtaposer (en général) deux
substantifs sans indiquer la nature exacte de leur
rapport constitue également un « plus » reconnu
de précision du français par rapport à l'anglais une
éventuelle « exception culturelle francophone ».
Celle-ci tend à prendre aujourd'hui la forme de la
diversité culturelle (voir déclaration universelle de
l'Unesco sur la diversité culturelle et déclaration de
Montréal de 2007).

Nombre de francophones
L'évaluation du nombre de locuteurs d'une langue
est très difficile, en particulier lorsque l'on cherche
à évaluer le nombre de locuteurs non natifs d'une
langue. En effet, le niveau peut varier d'un niveau
élémentaire à un bon niveau avec plusieurs
niveaux intermédiaires. L'évaluation du nombre de
locuteurs d'une langue doit donc s'accompagner
du niveau de pratique mesuré. D'autre part, il
n'existe pas de système de recensement fiable et
homogène dans le monde pour la pratique des
langues.