Vous êtes sur la page 1sur 2

François Richaudeau

Un homme-livre

« Qu’est-ce que lire ? » : l’aventure de François d’avancer progressivement dans le texte, d’anticiper, de
Richaudeau commence au début des années 1960 lorsque dialoguer avec lui. François Richaudeau s’intéresse de
l’employeur de cet ingénieur des industries graphiques, plus en plus aux figures de la connaissance et aux réseaux
l’imprimeur Danel, lui propose de prendre la direction non linéaires. Il étudie la stylistique et ses liens avec la
d’une maison d’édition (Le club des amis du livre) qu’il connaissance individuelle, et tire de ses recherches des
vient de reprendre au célèbre Claude Tchou. En condi- conclusions fortes et originales, tant sur la typographie,
tion préalable à ce poste, François Richaudeau demande la mémoire, que pour la pédagogie, ainsi que des appli-
à étudier et mieux comprendre ce qu’est la lecture elle- cations sur l’écriture efficace et la lecture rapide. Il pro-
même. Dans l’économie éditoriale contemporaine, cette pose des applications comme une méthode de lecture dite
démarche semblerait un invraisemblable et dispendieux « rapide » (qui vise en réalité tout autant à améliorer la
scrupule. compréhension des textes lus qu’à accélérer la lecture), la
Dès ses premières recherches expérimentales sur collection des « Encyclopédies du savoir moderne » pour
la lecture, la combinaison de l’enregistrement des mou- sa maison d’édition Retz qui proposent des outils pour
vements oculaires avec des questionnaires de compré- favoriser une lecture « hyper textuelle », et il publie, sans
hension auprès de lecteurs de niveaux divers lui montre craindre de bousculer les attendus dans ces domaines,
que celle-ci n’est pas un balancement régulier, mais un articles et ouvrages, parmi lesquels L’Encyclopédie de la
mouvement individuel plus ou moins saccadé, voire très chose imprimée (1977), Méthode de lecture rapide (1972),
libre. Il découvre ce qu’il appelle les lecteurs virtuoses La lisibilité (1976), L’Écriture efficace (1978), Des neurones,
dont le regard circule non pas de gauche à droite en sui- des mots et des pixels (1999). Il fonde et anime les revues
vant les lignes, mais bien plus verticalement dans la page. Psychologies et Communication et Langages, ainsi que le
Le lecteur n’est pas un déchiffreur, mais un producteur, CEPL (Centre d’études et de promotion de la lecture).
libre dans la lecture et dans l’interprétation du texte lu. François Richaudeau ne cesse de tisser des liens entre la
Il montre que les phrases les plus lisibles ne sont pas for- science et la culture et une certaine sensibilité qui l’aide
cément les plus courtes, mais celles qui sont construites à se démarquer continuellement, particulièrement dans
avec des liens, des conjonctions permettant aux lecteurs le domaine de la pédagogie de la lecture – vaste champ

226 HERMÈS 63, 2012

Hermes-63.indb 226 23/08/12 12:21


Hommages

de bataille scientifique, méthodologique et idéologique (il d’Émile Javal, ophtalmologiste qui avait étudié la lisibilité
suffit de mentionner le retour récent de la polémique sur au début du siècle. François Richaudeau continuait néan-
la méthode dite « globale »), qu’il domine avec un certain moins ses recherches, explorant avec un enthousiasme
humour et intransigeance. toujours communicatif le motif du réseau dans l’œuvre
Très lié à l’association typographique des Rencontres d’Athanase Kircher, savant baroque du xviie  siècle. Il
internationales de Lure, il y participe activement aux œuvrait sans relâche à construire un réseau intellectuel
débats sur la lisibilité et propose des réformes radicales du entretenu par sa Gazette de Lurs, fanzine imprimé à la
code typographique, qu’il juge inadapté et trop conser- maison avec son épouse et diffusé amicalement.
vateur (il préconise notamment de mieux manifester la François Richaudeau a, au fil de sa carrière et de ses
phrase qui est pour lui l’unité du processus de lecture). voyages, constitué une bibliothèque hors du commun,
C’est dans ce contexte que j’ai fait sa connaissance. dont il a fait donation à la médiathèque de Manosque afin
Passionné par la communication, la lecture, la typogra- qu’elle demeure entière, accessible à tous et utile, à l’image
phie et la pédagogie, François Richaudeau avait un esprit de l’idée qu’il se faisait du livre qui n’est rien sans la lec-
vif, curieux, productif et réellement ouvert, à la croisée des ture, sans le lecteur.
disciplines. Il constituait un aiguillon amical et encoura-
geant, stimulant les explorations thématiques de cet obser- Nicolas Taffin
vatoire et forum de la communication écrite. Une cruelle Éditeur et président
ironie du sort l’avait privé de la vue en 2005, à l’instar des Rencontres internationales de Lure

HERMÈS 63, 2012 227

Hermes-63.indb 227 23/08/12 12:21