Vous êtes sur la page 1sur 16

3iéme ELT-Electronique de Puissance Convertisseurs AC/DC

Chapitre 1 Le schéma de principe est simple, il comporte une alimentation sinusoïdale et


Convertisseurs AC/DC une diode débitant sur une charge de résistance R.

D
is ic
1-1 Définition
Le redressement est la conversion d'une grandeur électrique alternative en une V1 Vs Uc
grandeur continue. On utilise un convertisseur alternatif-continu pour alimenter VD
un récepteur en continu à partir du réseau de distribution alternatif. Le symbole
synoptique de ce convertisseur est donné ci-dessus :
Fig. 1 Redresseur monophasé simple alternance
alimentant une charge purement résistive

La diode se comporte comme un interrupteur idéal qui se ferme quand la


tension à ses bornes est positif et qui s’ouvre dés que le courant cesse de
1 -2 Etude des montages redresseurs circuler.
1-2-1 Hypothèses :
Afin de simplifier l’étude des montages redresseurs, nous supposons que les
éléments constituants les différents montages, diodes et thyristors, sont des
interrupteurs parfaits. En particulier, on néglige la chute de tension à leurs
bornes lorsqu’ils sont passants, et on considère que les courants qui les
traversent peuvent varier instantanément lors des commutations. A-2 Analyse du fonctionnement
1-3 Redressement monophasé
Dés que la tension Vs est positive, la diode « D » devient passante jusqu'à ce
que le courant qui la traverse s’annule. Dans le cas d’une charge résistive, le
1-3-1 Redressement monophasé non commandé
courant ic s’annule à l’instant t = T/2, alors la diode est bloquée.
Les redresseurs monophasés non commandé sont composés de diodes. Ces T
dernières sont supposées parfaites. On distingue trois types de montages à Alternance positive 0  t  Uc (t)  Vs  Vmaxsin( t)
2 
savoirs :  Uc (t) Vs Vmaxsin( t)
1-3-1-1 Redressement simple alternance ic (t)   
 R R R
A/ Débit sur une charge résistive VD (t)  0
Alternance négative
T Uc (t)  0V
A-1Schéma électrique t T
2 
1 ic (t)  0 A
V (t)  V (t)
D s
3iéme ELT-Electronique de Puissance Convertisseurs AC/DC
A-3 Oscillogrammes A-4 Etudes des tensions

Tension redressée :
Vs(V)
Alternance La valeur moyenne de la tension redressée Uc est donnée par :
positive T
Alternance T 2
négative 1 1 V
Vmax Uc (t)  Ucmoy 
T0
T 
Uc (t)dt  Vmaxsin(t)dt  max
0

t(s) Nous notons que la valeur moyenne de la tension redressée est positive et
dépend uniquement de l’amplitude de la tension d’entrée.
T T
2
La valeur efficace de la tension redressée est :
Uc(V) T
Vmax T 2
1 2 1
 
2
Uceff  U c (t)dt  V 2maxsin2 ( t)dt
T T
t(s) 0 0

T T
2 Tension aux bornes de la diode :
Vmax ic(A)
La tension inverse maximale aux bornes de la diode est :
R
t(s)

VDmax  VS ( t  )   Vmax
T T 2
VD(V) 2 N.B : Afin d’éviter le claquage de la diode, la tension inverse maximale doit
être supérieure à la tension maximale d’alimentation.
t(s)

T T A-5 Etudes des courants


La valeur moyenne du courant traversant la charge ic(t) est :
2 T
-Vmax T 2
1 1 Vmax V
ic (t)  Icmoy 
T 
ic (t) dt 
T 
R
sin( t)dt  max
 .R
Fig .2 Chronogrammes des tensions et du courant pour une charge résistive 0 0
La présence de la diode impose un courant de signe constant. Nous constatons
2
3iéme ELT-Electronique de Puissance Convertisseurs AC/DC
que la valeur moyenne de ce courant dépend de la charge et de l’amplitude de Dans la pratique, c’est le coefficient τ qui le plus important, mais c’est le
la tension d’alimentation. facteur de forme qui est le plus facile à déterminer, soit expérimentalement, soit
par calcul, et en déduire le taux d’ondulation en utilisant la relation suivante :
La valeur efficace du courant ic est :
T
T 2
  F² 1
1 1 V 2max 2
 
2
Iceff  i2c (t) dt  sin ( t)dt B/ Débit sur une charge inductive
T T R²
0 0
Remarques En électrotechnique, les charges ont souvent un caractère inductif. Dans ce cas
le schéma électrique devient celui de la Figure.3
La valeur moyenne se mesure avec
B-1 Analyse du fonctionnement
 un voltmètre analogique (à aiguille) : magnétoélectrique (symbole : )
 un voltmètre numérique sur la position DC (continue, =) Vs > 0 (Positive) La diode est conductrice.
A ce moment, il ya établissement d’un courant dans le circuit. Ce dernier est
régit par l’équation différentielle suivante :
La valeur efficace se mesure avec :
 un voltmètre analogique ferromagnétique (symbole : ) dic
L  Ric  Uc (t)  Vs (t)  Vmaxsin( t) (1)
dt
 un voltmètre numérique dit RMS capable de mesurer la valeur efficace
d’une tension de forme quelconque ( RMS Root (racine carré). Mean (valeur is ic
moyenne) Square (carré). Ce qui veut dire que l’appareil mesure la vraie
valeur efficace en utilisant sa définition mathématique : U 2  U² ) R
V1 Vs Uc
L

Fig. 3 Redresseur monophasé simple alternance


A-6 Facteur de forme et taux d’ondulation
alimentant une charge inductive
Le facteur de forme F d’une grandeur ondulée est le rapport de la valeur
efficace de la grandeur à sa valeur moyenne pendant une période.
Cette équation différentielle admet deux solutions :
t L
Le taux d’ondulation τ est le rapport de la valeur efficace de l’ondulation à la diH 
 
valeur moyenne de la grandeur  Solution homogène : L  RiH  0  iH (t)  K.e Avec R
dt
Uceff Ucond Vs
F ,   Solution particulière: j . L  . I p  R .I p  V s  I p 
Ucmoy Ucmoy R  j. L 
3
3iéme ELT-Electronique de Puissance Convertisseurs AC/DC

Avec :  V max
 Ip  Alternance
 R ²  ( L  )² positive
 Alternance
 L Vs(V)

  actg ( R )
négative
Vmax

Ainsi, l’expression instantanée du courant ip(t) est :


t(s)
V
i p (t )  max sin(  .t   ) T T
Z
2
Avec Z  R ²  ( L  )²
Uc(V)
Et donc la solution générale est : Vmax

t
V t0  0  t(s)
ic (t )  max sin(  .t   )  Ke 
Z T T
Avec K est une constante qu’on peut déterminer avec les conditions initiales à 2
ic(A)

V max
t  0  ic ( 0 )  0  K   sin(  ) t0  0  t(s)
Z
T T
Finalement l’expression du courant est : 2
VD(V)
t
V max t0  0  t(s)
ic (t )  (sin(  .t   )  sin(  )e  )
Z T T
2
-Vmax
On constate la superposition d’un régime transitoire (le terme exponentiel) et
d’un régime permanent faisant apparaître le déphasage du courant par rapport à
la tension.
Fig. 4 Chronogrammes des tensions et du courant pour une charge inductive

4
3iéme ELT-Electronique de Puissance Convertisseurs AC/DC
Dans le cas d’une charge inductive, le courant ic(t) ne s’annule pas à t=T/2
(comme dans le cas d’une charge résistive), mais un peu au-delà car la bobine Ainsi, l’énergie emmagasinée dans l’inductance est dissipée dans la résistance
s’oppose aux variations du courant. La diode est en conduction forcée, même si R et le courant ic décroit. Si le courant ic s’annule alors on parle d’une
la tension Vs est négative, jusqu’à l’annulation du courant ic. conduction discontinue. Mais si l’énergie est suffisante, le courant ic ne
s’annule pas, c’est alors la conduction continue.
La Figure 4 représente l’oscillogramme des tensions et des courants. Les
performances de ce circuit sont médiocres, car la tension redressée U c ayant La figure 6 présente l’oscillogramme des courants et des tensions.
une partie négative sa valeur moyenne est diminuée par rapport au cas d’une
charge résistive.

Pour remédier à cet inconvénient, on ajoute une diode Dr dite « diode de roue
libre » montée en parallèle inverse avec la charge.

C/ Débit sur une charge inductive avec diode de roue libre

La Figure 5 présente le circuit électrique d’un redresseur monophasé avec


diode de roue libre.
D
iss ic

V1 V
Vss Dr Uc

Fig. 5 Redresseur monophasé simple alternance


alimentant une charge inductive
Principe de fonctionnement :

Quand ferme le récepteur sur une tension sinusoïdale, l’intensité étant nulle
dans le récepteur, la tension V s est intégralement appliquée aux bornes de la
diode D (Soit VD=Vs) . Ainsi, dés que la tension d’entrée est positive, la diode
D entre en conduction et la diode de roue libre Dr est bloquée.

Ensuite, pour t >= T/2, la tension V s devenant négative, la tension VDr devient
positive ce qui provoque la conduction de la diode Dr. Comme la diode Dr se temps(ms)
comporte alors comme un circuit-cuit (VD=Vs), la diode D se bloque car V s est Fig. 6 Chronogrammes des tensions et du courant pour une charge inductive
négative. La tension redressée est nulle. avec une diode de roue libre
5
3iéme ELT-Electronique de Puissance Convertisseurs AC/DC

Alternance positive En utilisant un transformateur à point milieu, on obtient deux tensions


sinusoïdales V1 et V2 de même amplitude et déphasées entre elles de π.
 La diode D est passante et la diode Dr est bloquée :
V 2 (t )  V max sin(  t   )   V max sin  t   V 1 ( t )
U c (t )  Vs  Vmax sin( t )
 VD1
0t 
T VD (t )  0 i1
2 VDr (t )  Vs D1
 V1
i (t )  Vmax sin( t  )  (I  Vmax sin  )e t  V ic
 c Z
c0
Z
V2 Uc
Avec Ic0 est la valeur du courant ic à l’instant t=0s

Alternance négative i2 D2

VD2
 La diode Dr est passante et la diode D est bloquée : Fig. 7 Redresseur monophasé à point milieu
 U c ( t )  0
T  V ( t )   V On peut résumer les différentes phases de fonctionnement dans le tableau
t T  D s
suivant :
2  V ( t )  0
 D r
  ( t 
T
) Intervalles Diode passante Tensions aux bornes des diodes Tension redressée
 2

  0  t  D1 VD2 = V2 - V1 Uc = V1
 i ( t )  I c  e    t  2
c D2 VD1 = V1 – V2 Uc = V2
Avec Icπ est la valeur du courant ic à l’instant t=T/2.
A-3 Etude des tensions
1-3-1-2 Redressement des deux alternances
A-3-1 Tension redressée
A/ Redressement parallèle simple- P2 à diode
La valeur moyenne de la tension redressée est donnée par :
A-1 Schéma de principe :
T
T 2
Quand le secondaire du transformateur d’alimentation possède un point milieu 1 2 2V
(Figure 7), on peut, en utilisant deux diodes, obtenir le redressement des deux
alternances, ce qui augmente la qualité des grandeurs redressées.
U c (t )  U cmoy 
T 
U c (t )dt 
0
T 
Vmax sin( t )dt  max
0

A-3-2 Tension aux bornes des diodes


A-2 Principe de fonctionnement :
6
3iéme ELT-Electronique de Puissance Convertisseurs AC/DC
La tension inverse maximale que peut supporter les diodes bloquées :
0   t   VD2  V2 V1  2Vmax sin( t)
 
   t  2 VD1  V1 V2  2Vmax sin( t) VDmax  VD2 ( t  )   2Vmax
2
Vs(V) V1 V2 A-4 Etude des Courants
Vmax
t(s)
T Nous supposons que la charge est suffisamment inductive pour maintenir le
Uc(V)
T courant de sortie constant.
2 T T
Vmax 1 Ic 1 I
i² i (t)dt  c i 1, 2

T T
t(s) Icmax  Ic , Iimoy 
T 
ii (t )dt 
0
2
, Iieff 
T
0
2
VD1(V) 2 t(s)
T T B/ Redressement parallèle double- PD2 à diode
2
-2Vmax B-1 Schéma de principe :
VD2(V)
t(s)
T T
Le transformateur à point milieu est un appareil encombrant et coûteux, on
2 peut éviter son emploi grâce au montage de pont de Graëtz (Figure 9).
-2Vmax ic
ic(A)
Ic iD1 D3
t(s)
T T D1 VD1 D2
iD1(A) 2 isis
Ic Uc
t(s) U
T
VVs s c
T
iD2(A) 2
Ic
t(s) D3
T T D4
i(A)
Ic 2

t(s) Fig. 9 Redresseur monophasé (Pont de Graëtz)


T T
2 Ce montage comporte quatre diodes dont deux sont passantes par alternance.
D1 D2 D1 C’est ainsi que, lorsque la tension Vs entre les deux fils de ligne est positive, ce
sont les diodes D1 et D3 qui conduisent, tandis pour l’alternance négative, la
Fig. 8 Chronogrammes des tensions et du courant pour un redressement double conduction est assurée par les diodes D2 et D4.
alternance avec un transformateur à point milieu

7
3iéme ELT-Electronique de Puissance Convertisseurs AC/DC
Alternance négative
Alternance positive
B-2 Principe de fonctionnement : Vmax Vs

Les différentes phases de fonctionnement sont résumées dans le tableau t(s)


T/2 T
suivant :
Intervalles Diode passante Tensions aux bornes des diodes bloquées Tension redressée Alternance négative est redressée

0  t  Vmax
D1, D3 VD2 = Vs, VD4 =- Vs Uc = Vs
   t  2 D2, D4 VD1 = Vs, VD3 = Vs Uc = -Vs t(s)
T/2 T
B-3 Etude des tensions VD1
Uc t(s)
T/2 T
B-3-1 Tension redressée
T/2 T
La valeur moyenne de la tension redressée est donnée par : D2, D4 D1, D3
D1, D3 t(s)
T
T 2 ic
1 2 2V
 
Ic
U c (t )  U cmoy  U c (t ) dt  Vmax sin( t )dt  max
T T  t(s)
0 0
iD1

A-3-2 Tension aux bornes des diodes


Ic

0   t   VD2  Vs  Vmax sin( t) , VD4  Vs  Vmax sin( t) t(s)


 T
   t  2 VD1  Vs  Vmax sin( t), VD3  Vs  Vmax sin( t)
T/2
iD2 t(s)
T/2 T
La tension inverse maximale que peut supporter les diodes bloquées : -Ic
is

VDmax  VDi ( t  )   Vmax , i 1, 2, 3et 4 Ic
2 T/2 t(s)
B-4 Etude des Courants -Ic
T

Nous supposons que la charge est suffisamment inductive pour maintenir le Figure 10 Chronogrammes des tensions et du
courant de sortie constant. courant sur un pont de Graëtz
T T
1 Ic 1 I
i² i (t)dt  c i 1, 2, 3, 4

Icmax  Ic , Iimoy 
T
0

ii (t )dt 
2
, I ieff 
T
0
2
8
3iéme MEL-502 Convertisseurs AC/DC

1-3-2 Redressement monophasé commandé


Un redresseur monophasé commandé est un convertisseur de puissance qui Le thyristor se comporte comme un interrupteur idéal qui se ferme sous deux
transforme une grandeur sinusoïdale de fréquence et de valeur efficace conditions qui sont :
constantes en une grandeur continue de valeur moyenne variable.  la tension vAK soit positive ;
 un courant de gâchette suffisant (amorçage).
Symbole synoptique : Et il se bloque lorsque que le courant i AK s'annule (comme pour une diode).

A-2 Analyse du fonctionnement


Les redresseurs monophasés commandés sont composés de commutateur
commandable à la fermeture tel que les thyristors. Pour l’essentiel, ils Pendant que la tension V s est positive, on amorce à l’instant t=t 0 le thyristor
utilisent des commutateurs commandés à la fermeture (thyristors). Ces (on agissant sur la gâchette). A partir de cet instant le thyristor se met en
composants assurent un rendement élevé alors que les puissances mises en conduction jusqu’à ce que le courant s’annule ( à t = T / 2), puis il se bloque
jeu sont souvent importantes (pouvant atteindre plusieurs MW). spontanément. Il restera bloqué jusqu’au prochain amorçage pendant la
L’intérêt du redressement commandé est d’obtenir une tension de sortie dont prochaine alternance positive de V s (t).
la valeur moyenne peu varier en fonction de l’angle d’amorçage α des L’angle α correspondant à l’instant t 0 ( α= 2.π.t o / T) s’appelle l’angle de retard
commutateurs et donc faire varier par exemple la vitesse de rotation d’un à l’amorçage.
moteur à courant continu. On distingue trois types de montages à savoirs :
U c (t ) = Vs = Vmax sin(ω t )

1-3-2-1 Redressement simple alternance T  U c (t ) Vs Vmax sin(ω t )
A/ Débit sur une charge résistive  to < t < ic (t ) = = =
2  R R R
A-1Schéma électrique
Le schéma de principe est simple, il comporte une alimentation sinusoïdale et VD (t ) = 0
un thyristor débitant sur une charge de résistance R.
iG
G
Th
is A K ic
i1 U c (t ) = 0V
0 < t < to ∪
T
<t <T 
VTh
 2 ic (t ) = 0 A
V1 Vs Uc R V (t ) = V (t )
 D s

Fig. 11 Redresseur monophasé simple alternance alimentant une charge


purement résistive
9
3iéme MEL-502 Convertisseurs AC/DC
A-3 Oscillogrammes A-4 Etudes des tensions

Tension redressée :

La valeur moyenne de la tension redressée U c est donnée par :


T
T 2
V
∫ ∫
1 1
U c (t ) = U cmoy = U c (t )dt = Vmax sin(ωt )dt = max ( cos α + 1 )
T T π
0 to
2.π .t o
Avec α =
T
Nous notons que la valeur moyenne de la tension redressée peut être
commander en fonction de la valeur de l’angle de retard à l’amorçage α .

La valeur efficace de la tension redressée est :


T
to to +T T 2

∫ ∫
1 2 1 2
2
U ceff = U c (t )dt = V max sin 2 (ω t )dt
T T
0 to

Tension aux bornes du thyristor :


to to +T La tension inverse maximale aux bornes du thyristor est :
iG π
VTH max = VS (ω t = ) = − Vmax
t(s) 2
to T/2 T to +T
α π 2π α+2π θ(rd) N.B : Afin d’éviter le claquage du thyristor, la tension inverse maximale doit
être supérieure à la tension maximale d’alimentation.
Fig .12 Chronogrammes des tensions et du courant du redressement A-5 Etudes des courants
commandé monoalternance sur une charge résistive La valeur moyenne du courant traversant la charge i c (t) est :

10
3iéme MEL-502 Convertisseurs AC/DC

T delà de la demi période (Figure 14). L’expression du courant est :


T 2
1 Vmax V − R (ω t −α )
∫ ∫
1
ic (t ) = I cmoy = ic (t )dt = sin(ω t )dt = max (1 + cos α ) V Lω
T T R π .R ic (t ) = max (sin(ω.t + ϕ ) − sin(α − ϕ )e )
0 to Z
Nous constatons que la valeur moyenne de ce courant dépend de la charge, de
l’amplitude de la tension d’alimentation et de l’angle d’amorçage α.

La valeur efficace du courant i c est :


T
T 2
1 V 2 max 2
∫ ∫
1 2
2
I ceff = i c (t )dt = sin (ω t )dt
T T R²
0 to

B/ Débit sur une charge inductive


tα t0
En électrotechnique, les charges ont souvent un caractère inductif. Dans ce cas
le schéma électrique devient celui de la Figure.13
G
K

Fig. 13 Redresseur monophasé commandé simple


alternance alimentant une charge inductive
B-1 Analyse du fonctionnement

Considérons le circuit de la figure 13. Le thyristor est commandé par des


impulsions qui interviennent à chaque période avec un retardα par rapport à la
tension sinusoïdale. Après l’amorçage, le thyristor se comporte comme un
interrupteur fermé. Fig. 14 Chronogrammes des tensions et du courant pour une charge inductive

A ce moment, il ya établissement d’un courant dans le circuit qui s’annule au-


11
3iéme MEL-502 Convertisseurs AC/DC
C/ Débit sur une charge inductive avec diode de roue libre 1-3-2-2 Redressement des deux alternances

La Figure 5 présente le circuit électrique d’un redresseur monophasé A/ Redressement parallèle simple- P2 à thyristors
commandé avec diode de roue libre. A-1 Schéma de principe :
Th
iss ic
Quand le secondaire du transformateur d’alimentation possède un point milieu
V1 V
Vss Dr Uc (Figure 17), on peut, en utilisant deux thyristors, obtenir le redressement des
deux alternances, ce qui augmente la qualité des grandeurs redressées.

VTh1
i1 Th1
Fig. 15 Redresseur monophasé commandé simple
alternance alimentant une charge inductive V1 ic
Vs(V) V
V2 Uc
T/2 T i2 Th2

Uc(V) VTh2
Fig. 17 Redresseur monophasé à point milieu

A-2 Principe de fonctionnement :


tα tα+T
En utilisant un transformateur à point milieu, on obtient deux tensions
ic(A) sinusoïdales V 1 et V 2 de même amplitude et déphasées entre elles de π.
V2 (t ) = Vmax sin(ωt + π ) = −Vmax sin ωt = −V1 (t )

Les impulsions de déblocage sont envoyées sur les gâchettes des thyristors
VTh(V) respectivement comme suit :
Pour Th1 ⇒ ωt = α + 2.π .k
Pour Th 2 ⇒ ωt = (α + π ) + 2.π .k

Fig. 16 Chronogrammes des tensions et du courant pour une charge


inductive avec une diode de roue libre 12
3iéme MEL-502 Convertisseurs AC/DC
On peut résumer les différentes phases de fonctionnement dans le tableau B/ Redressement parallèle double- PD2 à Thyristors
suivant :
B-1 Schéma de principe :
Intervalles Thyristor passant Tensions de Th Tension redressée
α ≤ ω t < π +α Th 1 V Th2 = V 2 - V 1 Uc = V1 Le transformateur à point milieu est un appareil encombrant et coûteux, on
π + α < ω t < 2π + α Th 2 V Th1 = V 1 – V 2 Uc = V2 peut éviter son emploi grâce au montage de pont de Graëtz (Figure 19).
ic
Remarque :
La tension maximale aux bornes du thyristor bloqué est selon que : Th1 Th4
is VTh1
 π π
α ≤ ⇒ VTh max = VTh 2 ( ωt = ) = −2.Vmax Vs
Uc
 2 2 Charge

α  π ⇒ V 3.π
 Th max = VTh 2 ( ωt = ) = +2.Vmax
 2 2 Th3
Th2

Vs(V) V1 V2 Fig. 19 Redresseur monophasé à Thyristor (Pont de Graëtz)


Vmax
θ(rd)
Ce montage comporte quatre Thyristors dont deux sont passantes par
π 2.π alternance.
Les impulsions de déblocage sont envoyées sur les gâchettes des thyristors
Uc(V) respectivement comme suit :
Vmax
θ(rd) Pour Th1 & Th3 ⇒ ωt = α + 2.π .k
Pour Th 2 & Th 4 ⇒ ωt = (α + π ) + 2.π .k
VTh1(V)
B-2 Principe de fonctionnement :
θ(rd)
Les différentes phases de fonctionnement sont résumées dans le tableau
suivant :
-2Vmax
Intervalles Thyristor passant Tensions de Th Tension redressée
Th2 Th1
Th2 Th1 α ≤ ω t < π +α Th 1 & Th 3 V Th2 = -V s , V Th4 = -V s Uc = Vs
π + α < ω t < 2π + α Th 2 & Th 4 V Th1 = V s , V Th3 = V s U c = -V s
Fig.1 8 Chronogrammes des tensions et du courant pour un redressement
commandé double alternance avec un transformateur à point milieu

13
3iéme MEL-502 Convertisseurs AC/DC
B-3 Etude des tensions
Nous supposons que la charge est suffisamment inductive pour maintenir le
B-3-1 Tension redressée courant de sortie constant.
T T
i ² i (t )dt = c i ∈ {1, 2, 3, 4}
I

Ic 1

1
La valeur moyenne de la tension redressée est donnée par : I c max = I c , I imoy = ii (t )dt = , I ieff =
T 2 T 2
T 0 0
T
2V . cos α
2

∫ ∫
1 2 Vs(V) V
U c (t ) = U cmoy = U c (t )dt = Vmax sin(ω t )dt = max
π
Vmax
T T θ(rd)
α α
Nous notons que la valeur moyenne de la tension redressée dépend de l’angle π 2.π
d’amorçage des thyristors. Si l’on représente la courbe U c = f (α ) on peut Uc(V)
définir deux domaines de fonctionnement :
π
• Pour 0 < α < : La tension moyenne U C est positive, le convertisseur Vmax
2 θ(rd)
fonctionne en redresseur de courant. Le transfert de puissance se fait du côté
α α +π
alternatif vers le côté continu.
π
• Pour α ≥ Th2 & Th4 Th1 & Th3 Th1 & Th3
: La tension moyenne U C est négative, le convertisseur Th2 & Th4
2
fonctionne en onduleur. Le transfert de puissance se fait du côté continu vers
iTh1(A)
le côté alternatif. Néanmoins, le réseau continu d’imposer la fréquence et de
θ(rd)
fournir de la puissance réactive, d’où la précision dans la dénomination
« onduleur non-autonome ». iTh2(A)
θ(rd)
B-3-2 Tension aux bornes des Thyristors

α < ω t < α + π ⇒ VTh 2 ≈ Vs = −Vmax sin(ω t ) , VTh 4 ≈ Vs = −Vmax sin(ω t ) is(A)



π + α < ω t < α + 2π ⇒ VTh1 ≈ Vs = Vmax sin(ω t ), VTh3 ≈ Vs = Vmax sin(ω t ) θ(rd)

La tension inverse maximale que peut supporter les thyristors bloquées :


π π
0 α ≤ ⇒ VTh max = VThi (ω t = ) = − Vmax , i ∈ {1, 2, 3 et 4}
2 2 Figure 20 Chronogrammes des tensions et du courant sur un pont de Graëtz à
thyristors
B-4 Etude des Courants
14
3iéme MEL-502 Convertisseurs AC/DC
Remarque : Nous supposons que le courant dans la charge est constant.
C/ Redressement parallèle double- PD2 Mixtes

Ceux sont des montages redresseurs en pont dans lesquels un des commutateurs Intervalles Composant passant Tensions des composants bloqués Tension
est remplacé par une diode. L’intérêt de ce type de montage est d’obtenir une redressée
tension de sortie réglable, mais de signe constant. Celons l’emplacement des α ≤ω t <π V Th2 =V Th1 -V s =-V s
diodes, deux types de montages existent : Th 1 & D 2 V D1 =V D2 -V s =-V s Uc = Vs

C-1 Redressement parallèle double- PD2 Mixtes symétrique : π ≤ ω t < π +α V Th2 =V Th1 -V s =-V s
Th 1 & D 1 V D2 =V D1 +V s =V s Uc = 0
La figure 21 présente le schéma électrique du montage redresseur PD2 mixte
symétrique. Il est composé de deux thyristors a cathodes commune et de deux π + α < ω t < 2π V Th1 =V Th2 +V s =+V s
diodes à anodes communes. En pratique, on amorce les thyristors par un seul Th 2 & D 1 V D2 =V D1 +V s =V s U c = -V s
générateur d’impulsions car leurs cathodes ont un potentiel commun.
ic
2.π ≤ ω t < 2.π + α V Th1 =V Th2 +V s =+V s
Th 2 & D 2 V D1 =V D2 -V s =-V s Uc = 0
Th1 Th2
Uc
is VTh1
C-1-3 Etude des tensions
Vs
Tension redressée
La valeur moyenne de la tension redressée est donnée par :
D1 D2
VD1 T π
V .(cos α + 1)
∫ ∫
1 1
U c (t ) = U cmoy = U c (t )dt = Vmax sin(ω t )dt = max
Fig. 21 Redresseur monophasé commandé mixte T π π
0 α

Les impulsions de déblocage sont envoyées sur les gâchettes des thyristors Nous notons que la valeur moyenne de la tension redressée dépend de l’angle
respectivement comme suit : d’amorçage des thyristors mais possède une valeur toujours positive. Donc, ce
Pour Th1 ⇒ ωt = α + 2.π .k type de montage fonctionnement seulement en redresseur.
Pour Th 2 ⇒ ωt = (α + π ) + 2.π .k Tension aux bornes des Thyristors et des diodes
La tension inverse maximale que peut supporter les Thyristors bloquées :
C-1-2 Principe de fonctionnement :  π π
α ≤
 2
⇒ VTh max = VTh 2 ( ωt = ) = −Vmax
2

α  π ⇒ V 3.π
Les différentes phases de fonctionnement sont résumées dans le tableau
suivant :  Th max = VTh 2 ( ωt = ) = +.Vmax
 2 2

15
3iéme MEL-502 Convertisseurs AC/DC
C-2 Redressement parallèle double- PD2 Mixtes asymétrique :
La tension inverse maximale que peut supporter les diodes bloquées :
La figure 23 présente le schéma électrique du montage redresseur PD2 mixte
VD max = − Vmax asymétrique. Ce montage convient les charges inductives car les diodes D 1 &
D 2 jouent le rôle de la roue libre. Les deux thyristors ont leurs cathodes à des
C-1-4 Etude des Courants potentielles différentes donc leurs amorçage se fait par deux générateurs
Nous supposons que la charge est suffisamment inductive pour maintenir le d’impulsions.
courant de sortie constant. ic
T T
i ² i (t )dt = c i ∈ {1, 2}
I

Ic 1

1
I c max = I c , I imoy = ii (t )dt = , I ieff = Th1 D1
T 2 T 2 VTh1 VD1
0 0 is
Vs(V)
Vmax
Uc
Vs
θ(rd)

Uc(V) Th2 D2

θ(rd) Fig. 21 Redresseur monophasé commandé mixte asymétrique


α π α+π 2π α+2π
Les différentes phases de fonctionnement sont résumées dans le tableau
Th2 & Th1 & D2 Th1 & Th2 & D1 Th2 & Th1 & D2 suivant
D2 D1 D2
iTh1(A)
θ(rd)
Intervales Composants passant Tension redressée
iD1(A)
θ(rd)
0<θ<α D2 Uc = 0
α <θ<π T h1 &D 2 Uc = Vs
iS(A)
π <θ< α +π D 1 &D 2 Uc = 0
θ(rd) α +π <θ< 2 π Th 2 &D 2 U c = -V s
2 π <θ< α +2π D 1 &D 2 Uc = 0

Figure 22 Chronogrammes des tensions et du courant sur un pont commandé


mixte

16