Vous êtes sur la page 1sur 71

PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 1


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 2 MAI 2019

DE LA SÉANCE

QUESTION PRÉALABLE
C
Motion présentée par

G
Mmes ASSASSI et BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

TENDANT À OPPOSER LA QUESTION PRÉALABLE

En application de l’article 44, alinéa 3, du Règlement, le Sénat décide qu’il n’y a pas lieu de
poursuivre la délibération sur le projet de loi, adopté par l’Assemblée nationale en première lecture,
pour une école de la confiance (n° 474, 2018-2019).

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent que le projet de loi présenté par le Gouvernement
marque une absence claire d’ambition. Alors que toutes les études récentes tendent à montrer que
l’institution scolaire d’une part maltraite ses personnels et d’autre part n’atteint plus son objectif
d’émancipation sociale, la superposition de mesures symboliques et de mesures régressives est
insatisfaisante. Pire, le projet de loi ne pose jamais le débat de la finalité même de l’École, dont la
réponse devrait guider l’ensemble des politiques publiques éducatives.

Nb : En application de l’article 44, alinéa 3, du Règlement, cette motion est soumise au Sénat avant les
orateurs des groupes.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 121


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 1ER

Supprimer cet article.

OBJET

Les auteurs de cet amendement manifestent un refus catégorique du contenu de cet article, dont il
doute même de son application au regard de la jurisprudence. Comme spécifié dans l’étude
d’impact, l’objectif de façade annoncé d’accorder du crédit aux enseignants est supplanté par la
volonté de priver ces derniers de leur droit fondamental d’expression, et ce même en dehors de leurs
heures de service.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 122


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 1ER BIS A

Supprimer cet article.

OBJET

Les auteurs de cet amendement refusent de voir l’institution scolaire renvoyée vers sa caricature de
la IIIème République. Outre les questions de coûts inhérents à ces installations, l’apposition des
symboles républicains sans aucune analyse et sensibilisation préalable ne peut que sonner comme
une injonction. Si les initiateurs de cet article souhaitent renforcer le sentiment d’appartenance à la
République, l’enjeu n’est pas de décorer des salles de classes mais bien de faire remplir aux
institutions républicaines leur rôle émancipateur.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 188


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 1ER BIS A

Alinéa 2

Après le mot :

rouge,

insérer les mots :

la devise de la République « Liberté, Égalité, Fraternité », le principe de la Ve République


« Gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple »,

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent qu’il est essentiel, du moment que les classes
afficheront les symboles de la France, qu’elles arborent aussi les symboles de son modèle
républicain. Dans ce cadre, il est proposé que soient inscrits dans les classes la devise et le principe
de la Vème République dans les termes de l’article 2 de la Constitution de 1958
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 123


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 1ER BIS A

Après l’article 1er bis A

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Le code de l’éducation est ainsi modifié :

1° Aux premier, troisième et cinquième à dernier alinéas de l’article L. 312-15, les mots :
« enseignement moral et » sont remplacées par le mot : « éducation » ;

2° Au premier alinéa de l’article L. 131-1-1, les mots : « son sens moral » sont supprimés.

OBJET

Les auteurs de cet amendement s’interrogent sur le choix d’intégrer la notion de morale au sein du
code de l’éducation, alors même que l’objectif de l’École républicaine est de sortir du domaine de la
morale pour aller vers les savoirs et la Raison.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 187 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 1ER BIS G (SUPPRIMÉ)

Après l’article 1er bis G

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Au dernier alinéa de l’article L. 131-2 du code de l’éducation, les mots : « tient compte de » sont
remplacés par les mots « donne la priorité à ».

OBJET

Le présent article entend encourager l’utilisation des logiciels libres et des formats ouverts dans le
service public de l’enseignement. Le recours aux logiciels libres et formats ouvert présente des
avantages majeurs. la libre exécution du logiciel pour tous les usages, la possibilité de l’adapter et de
l’enrichir, l’interopérabilité, l’évolutivité ou les capacités de mutualisation du code, sont autant de
caractéristiques propres au logiciel libre qui garantissent une véritable autonomie à l’égard des
grands éditeurs, une meilleure sécurité, mais aussi un plus grande flexibilité aux systèmes
d’informations gérés publiquement. Par ailleurs, il s’agit de mettre en œuvre un parallélisme des
formes avec ce qui s’applique pour l’enseignement supérieur.

Nb : La rectification consiste en un changement de place (d’un article additionnel après l’article 1er bis A
vers un article additionnel après l’article 1er bis G).
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 124 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 2

I. – Alinéa 2
Remplacer le mot :
seize
par le mot :
dix-huit
II. – Pour compenser la perte de recettes résultant du I, compléter cet article par deux paragraphes
ainsi rédigés :
… – La perte de recettes résultant pour les collectivités territoriales du présent article est compensée,
à due concurrence, par une majoration de la dotation globale de fonctionnement.
… – La perte de recettes résultant pour l’État du paragraphe précédent est compensée, à due
concurrence, par la création d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du
code général des impôts.

OBJET

Les auteurs de cet amendement souhaitent rappeler leur attachement à une scolarisation durant
l’ensemble de la minorité. Ceci est une condition sine qua none à la montée en qualification de toute
la société, en cohérence avec la complexification croissante du monde et des interactions entre les
individus. Si la France veut permettre aux futures générations d’initier et de suivre les évolutions
techniques et technologiques, elle doit permettre la formation le plus loin possible pour toutes et
tous.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 125


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 2

Après l’article 2

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

L’article L. 113-1 du code de l’éducation est complété par un alinéa ainsi rédigé :

« Le maire établit une liste des demandes de scolarisation des enfants de moins de trois ans
effectuées sur leur territoire qui n’ont pas abouti à une scolarisation effective. Cette liste est
transmise à l’autorité académique. »

OBJET

La scolarisation des jeunes enfants est aujourd’hui un enjeu majeur pour les familles et l’ensemble
de la société. Pour les premières, il s’agit souvent de permettre la reprise de l’emploi sans recourir à
des services onéreux de gardes d’enfants. Pour la seconde, il s’agit de travailler sur l’éveil et la
sociabilité des jeunes enfants, tout en les préparant à une période couvrant la grande partie de
l’enfance. Toutefois, cette pré-scolarisation non obligatoire est aujourd’hui rendue difficile faute de
moyens, et alors même que la Cour des Comptes a pointé les lacunes françaises en la matière. Il est
donc essentiel que les autorités académiques soient informées des demandes non-satisfaites pour
mettre en place une affectation des enseignants en lien avec les besoins réels.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
N° 126
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019
DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
présenté par
C
G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 2 TER

Rédiger ainsi cet article :


I. – La première phrase du quatrième alinéa de l’article L. 541-1 du code de l’éducation est
remplacée par trois phrases ainsi rédigées :
« Au cours de la troisième ou quatrième année, de la sixième ou septième année, de la onzième ou
douzième année et de la quinzième ou seizième année, une visite médicale est organisée dans les
établissements scolaires par les services de la protection maternelle et infantile pour tous les enfants
en présence des personnes titulaires de l’autorité parentale ou qui en assurent la tutelle pour la
première visite et par les médecins de l’éducation nationale pour les suivantes. Ces visites médicales
doivent permettre, entre autres, un diagnostic médical précoce des troubles de santé, qu’ils soient
sensoriels, de langage, de corpulence ou de développement psychomoteur et un suivi du premier
diagnostic. Conformément à l’article L. 2112-5 du code de santé publique, les services protection
maternelle et infantile travaillent en lien avec les médecins de l’Éducation nationale pour que
chaque enfant puisse bénéficier en cas de besoin d’une prise en charge précoce et d’un suivi adapté
suite à ces visites. »
II. – La première phrase du cinquième alinéa de l’article L. 2325-1 du code de la santé publique est
remplacée par trois phrases ainsi rédigées :
« Au cours de la troisième ou quatrième année, de la sixième ou septième année, de la onzième ou
douzième année et de la quinzième ou seizième année, une visite médicale est organisée dans les
établissements scolaires par les services de la protection maternelle et infantile pour tous les enfants
en présence des personnes titulaires de l’autorité parentale ou qui en assurent la tutelle pour la
première visite et par les médecins de l’éducation nationale pour les suivantes. Ces visites médicales
doivent permettre, entre autres, un diagnostic médical précoce des troubles de santé, qu’ils soient
sensoriels, de langage, de corpulence ou de développement psychomoteur et un suivi du premier
diagnostic. Conformément à l’article L. 2112-5 du code de santé publique, les services protection
maternelle et infantile travaillent en lien avec les médecins de l’Éducation nationale pour que
chaque enfant puisse bénéficier en cas de besoin d’une prise en charge précoce et d’un suivi adapté
suite à ces visites. »
OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent que l’augmentation de la période d’instruction


obligatoire doit ouvrir de nouveaux droits. A l’heure actuelle, les enfants sont soumis à 20 examens
médicaux obligatoires durant leur minorité, intégralement pris en charge par la Sécurité sociale.
Toutefois, les données de réalisation de ces visites, notamment par méconnaissance, laissent
craindre que de nombreux enfants ne bénéficient pas des suivis exigés. C’est pourquoi il est proposé
de mettre l’institution scolaire au centre de ce suivi médical.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 127


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 3 BIS

I. – Alinéa 6
1° Après le mot :
privé,
insérer les mots :
à domicile,
2° Supprimer les mots :
lorsqu’il occupe ou recherche un emploi ou effectue un service civique ou
II. – Alinéa 7
Après le mot :
travail
insérer les mots :
et par les centres mentionnés à l’article L. 313-4 du code de l’éducation

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent que l’obligation de formation entre 16 et 18 ans est une
nécessité afin de permettre une augmentation générale du niveau de qualification. Toutefois, le
dispositif tel qu’il est conçu est beaucoup trop large et inopérant. C’est pourquoi il est proposé de
resserrer les critères permettant de dire qu’un jeune est en formation. Par ailleurs, l’amendement
prévoit d’intégrer les CIO dans le dispositif de contrôle au vu de leur mission.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 128 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 4

I. – Alinéa 1

Rédiger ainsi cet alinéa :

L’État attribue de manière pérenne à chaque commune ou établissement public de coopération


intercommunale exerçant la compétence scolaire les ressources, réévaluées chaque année, engagées
en vue de permettre la scolarisation dès trois ans.

II. – Pour compenser la perte de recettes résultant du I, compléter cet article par deux paragraphes
ainsi rédigés :

… – La perte de recettes résultant pour les collectivités territoriales du présent article est compensée,
à due concurrence, par une majoration de la dotation globale de fonctionnement.

… – La perte de recettes résultant pour l’État du paragraphe précédent est compensée, à due
concurrence, par la création d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du
code général des impôts.

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent que limiter l’accès au fonds de compensation aux seules
collectivités territoriales n’organisant pas aujourd’hui la scolarisation dès 3 ans envoient un très
mauvais message aux collectivités qui ont su faire preuve de volontarisme en la matière.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 185


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 4 BIS

Alinéa 1

Après le mot :

peut

insérer les mots :

, au cours des années scolaires 2019-2020 et 2020-2021,

OBJET

S’il est vrai que les jardins d’enfants doivent pouvoir engager leur adaptation à l’extension de la
scolarité obligatoire dès 3 ans, le choix de maintenir ad vitam æternam ses structures revient à
neutraliser la disposition. Cela est d’autant plus dommageable que ça ne peut être que source de
confusion au sein de l’échiquier de l’Éducation nationale, partagée entre les établissements publics,
les établissements privés sous ou hors contrat et donc une structure particulière que serait le jardin
d’enfants.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 129


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5

Alinéa 5

Compléter cet alinéa par une phrase ainsi rédigée :

Cette information préalable ne peut pas porter sur le contenu pédagogique propre de l’évaluation.

OBJET

Les auteurs de cet amendement souhaitent préciser le contenu de l’information délivrée aux familles
en amont de l’évaluation, et ce afin de prévenir certaines dérives, notamment le « bachotage ».
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 130


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5

I. – Alinéa 10, première phrase


Après les mots :
met en demeure
insérer les mots :
dans un délai de deux mois
II. – Alinéa 11, première phrase
Après les mots :
elles sont informées
insérer le mot :
immédiatement

OBJET

Il s’agit par cet amendement de préciser le contenu des contrôles à domicile en améliorant
l’information aux familles. En effet, il est essentiel pour les enfants, leur famille et l’Éducation
nationale que le contrôle de la réalité de l’instruction à domicile se fasse dans la plus grande
transparence. Il est donc prévu par cet amendement de préciser les délais dans lesquels
l’Administration doit donner les résultats du contrôle (qui se voient précisés) et organiser un nouvel
examen pour laisser le temps aux enfants d’être prêts.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 131


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 5

Après l’article 5

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Le premier alinéa de l’article L.131-5 du code de l’éducation est complété par une phrase ainsi
rédigée : « Cette déclaration donne lieu à l’attribution d’un identifiant national élève. »

OBJET

Les auteurs de cet amendement souscrivent à l’objectif de contrôler la pleine application de


l’instruction obligatoire dès 3 ans. C’est dans ce cadre que les contrôles au domicile constituent un
levier essentiel pour autoriser l’instruction au domicile. Toutefois, au vu des difficultés logistiques
et humaines d’organisation des contrôles, il est essentiel d’attribuer un INE à tous les enfants afin
que ces derniers ne disparaissent pas totalement.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 186


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 5 BIS A

Après l’article 5 bis A

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Au a du 1° du I de l’article L. 441-2 du code de l’éducation, les mots : « conformément à


l’article L. 122-1-1 dans le respect de la liberté » sont remplacés par les mots : « , le projet ».

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent qu’il est essentiel de mieux contrôler le contenu
pédagogique de l’enseignement hors contrat. Si la liberté pédagogique doit être garantie, il est
nécessaire d’assurer que l’enseignement délivré est conforme aux valeurs de la République et
s’inscrit dans les travaux scientifiques démontrés.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 133


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5 QUINQUIES

Alinéa 10

Rédiger ainsi cet alinéa :

a) Le deuxième alinéa est supprimé ;

OBJET

Les auteurs de cet amendement contestent le recours de plus en plus accru aux accompagnements
mutualisés pour les enfants en situation de handicap. En effet, les retours du terrain tendent à
montrer que cette situation met en difficulté à la fois les enfants qui ne bénéficient pas d’une aide
suffisante et les AESH qui se retrouvent en responsabilité pour déterminer la quotité d’heures à
affecter à tel ou tel enfant.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 132


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5 QUINQUIES

Alinéas 11 et 12

Supprimer ces alinéas.

OBJET

Les auteurs de cet amendement s’opposent à la généralisation des PIAL, dont l’expérimentation n’a
donné lieu à aucune évaluation. Sur le fond, cette mesure nuit gravement à l’accompagnement des
enfants en situation de handicap et n’améliore aucunement la situation des professionnels
d’accompagnement. Par cette disposition, le gouvernement montre l’étendue de son manque
d’ambition et se pose en gestionnaire de la pénurie.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 140


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5 QUINQUIES

Après l’alinéa 23

Insérer un alinéa ainsi rédigé :

...) À la première phrase du premier alinéa, les mots : « y compris en dehors du temps scolaire » sont
supprimés ;

OBJET

Les auteurs de cet amendement constatent que l’absence de cadrage précis des missions des AESH
ainsi que leur recrutement par les établissements a conduit à un détournement de leurs activités, les
poussant de plus en plus à sortir des limites de leurs compétences, qualifications et lettres de
missions. La délimitation stricte de l’accompagnement en temps scolaire/temps hors scolaire doit
permettre une diversité de l’accompagnement et ainsi favoriser l’émancipation des enfants en
multipliant les accompagnants de confiance.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 137 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5 QUINQUIES

I. – Après l’alinéa 23

Insérer un alinéa ainsi rédigé :

…) Après le mot : « l’État », la fin du premier alinéa est supprimée ;

II. – Alinéa 24

Rédiger ainsi cet alinéa :

aa) Les troisième et quatrième alinéas sont supprimés ;

III. – Pour compenser la perte de recettes résultant du I, compléter cet article par deux paragraphes
ainsi rédigés :

… – La perte de recettes résultant pour les collectivités territoriales du présent article est compensée,
à due concurrence, par une majoration de la dotation globale de fonctionnement.

… – La perte de recettes résultant pour l’État du paragraphe précédent est compensée, à due
concurrence, par la création d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du
code général des impôts.

OBJET

Cet amendement vise à supprimer le recrutement direct des AESH par les établissements. En effet
les auteurs de cet amendement, suite à de nombreuses rencontres avec des AESH, ont constaté
d’importantes disparités dans le traitement actuel des AESH, notamment en matière de temps de
travail ou de nature des tâches confiées.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 142


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5 QUINQUIES

Après l’alinéa 23

Insérer un alinéa ainsi rédigé :

…) Le premier alinéa est complété par une phrase ainsi rédigée : « Leur affectation prend en compte
leurs vœux et les situations particulières qu’ils pourraient notifier. » ;

OBJET

Il s’agit par cet amendement de permettre aux AESH de faire valoir leur volonté en matière
d’affectation. Le système actuel conduit à partir du principe que toutes les situations de handicap
sont identiques ou du moins très proches. Pourtant, la diversité des situations et l’expérience
accumulée par les AESH doit leur permettre une affectation plus efficace, en leur permettant
notamment de remobiliser leurs compétences.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 141 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5 QUINQUIES

I. – Après l’alinéa 23

Insérer un alinéa ainsi rédigé :

…) Le troisième alinéa est complété par une phrase ainsi rédigé : « Les déplacements professionnels
du fait d’une affectation dans plusieurs établissements sont pris en charge par l’État. » ;

II. – Pour compenser la perte de recettes résultant du I, compléter cet article par deux paragraphes
ainsi rédigés :

… – La perte de recettes résultant pour les collectivités territoriales du présent article est compensée,
à due concurrence, par une majoration de la dotation globale de fonctionnement.

… – La perte de recettes résultant pour l’État du paragraphe précédent est compensée, à due
concurrence, par la création d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du
code général des impôts.

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent qu’il est essentiel d’assurer un cadre d’emploi
satisfaisant aux AESH. Alors que le mi-temps imposé et la sous-rémunération sont la norme et la
source des difficultés de recrutement, il est essentiel, a minima, que les frais professionnels soient
pris en charge.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 135 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5 QUINQUIES

I. – Alinéa 25

Remplacer cet alinéa par deux alinéas ainsi rédigés :

a) Le sixième alinéa est ainsi rédigé :

« Ils sont recrutés sur un emploi permanent de fonctionnaire catégorie B. Un décret pris en Conseil
d’État fixe les conditions d’intégration de l’ensemble des personnels actuellement recrutés. » ;

II. – Pour compenser la perte de recettes résultant du I, compléter cet article par deux paragraphes
ainsi rédigés :

… – La perte de recettes résultant pour les collectivités territoriales du présent article est compensée,
à due concurrence, par une majoration de la dotation globale de fonctionnement.

… – La perte de recettes résultant pour l’État du paragraphe précédent est compensée, à due
concurrence, par la création d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du
code général des impôts.

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent que le caractère permanent des besoins en matière de
recrutement des AESH ainsi que leurs conditions salariales largement insuffisantes nécessitent une
véritable refonte de leur statut. Dans ce cadre, leur intégration en tant que corps de la fonction
publique d’État est une nécessité.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 136 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5 QUINQUIES

I. – Alinéa 25

Remplacer les mots :

d’une durée de trois ans, renouvelable une fois

par les mots :

à durée indéterminée

II. – Pour compenser la perte de recettes résultant du I, compléter cet article par deux paragraphes
ainsi rédigés :

… – La perte de recettes résultant pour les collectivités territoriales du présent article est compensée,
à due concurrence, par une majoration de la dotation globale de fonctionnement.

… – La perte de recettes résultant pour l’État du paragraphe précédent est compensée, à due
concurrence, par la création d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du
code général des impôts.

OBJET

Le maintien dans la précarité des AESH par le recours aux CDD, alors même que les besoins sont
permanents, pose aujourd’hui la question du détournement des contrats à durée déterminée. Alors
même que le gouvernement a annoncé vouloir une École totalement inclusive d’ici 2022 et
s’interroge sur les raisons des difficultés de recrutement des AESH, il est essentiel d’assurer à ces
professionnels des conditions d’emploi dignes.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 134 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5 QUINQUIES

I. – Alinéa 25

Après les mots :

trois ans

insérer les mots :

à temps complet

II. – Pour compenser la perte de recettes résultant du I, compléter cet article par deux paragraphes
ainsi rédigés :

… – La perte de recettes résultant pour les collectivités territoriales du présent article est compensée,
à due concurrence, par une majoration de la dotation globale de fonctionnement.

… – La perte de recettes résultant pour l’État du paragraphe précédent est compensée, à due
concurrence, par la création d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du
code général des impôts.

OBJET

Il s’agit par cet amendement de permettre la reconnaissance du nombre important d’heures de travail
effectuées par les AESH mais invisibilisées. En effet, ces professionnels ne voient pas dans leurs
heures de travail effectives comptabilisées l’ensemble des heures effectuées pour se former aux
différentes formes de handicap ou encore aux éléments disciplinaires que les élèves aborderont et
pour lesquels ils pourraient demander de l’aide à leur accompagnant ou encore pour participer aux
temps de concertation avec les établissements.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 139


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5 QUINQUIES

Après l’alinéa 25

Insérer un alinéa ainsi rédigé :

…) Le sixième alinéa est complété par une phrase ainsi rédigée : « Le changement d’établissement
et de département ne saurait faire perdre le bénéfice de l’ancienneté. » ;

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent que la situation actuelle des AESH est insatisfaisante en
matière de portabilité des contrats. En effet, ils s’opposent à ce qu’un changement de département
constitue un motif de rupture de contrat et de non-reprise de l’ancienneté. C’est dans ce cadre qu’il
est proposé de spécifier par la loi que le changement de département n’affecte pas le déroulement de
carrière des AESH.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 138


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 5 QUINQUIES

Après l’alinéa 25

Insérer deux alinéas ainsi rédigés :

…) Le septième alinéa est ainsi rédigé :

« Les services accomplis en qualité d’assistant d’éducation ou de Contrat Unique d’Insertion ou


Parcours-Emploi Compétences pour exercer des fonctions d’aide à l’inclusion scolaire des élèves en
situation de handicap sont assimilés à des services accomplis en qualité d’accompagnant des élèves
en situation de handicap. » ;

OBJET

Tout en s’inscrivant dans la proposition de contrats de 3 ans, cet amendement vise à intégrer
l’ancienneté en CUI ou CUI-PEC pour l’appréciation de la durée de 6 ans permettant le passage en
CDI.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 143


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 5 OCTIES (SUPPRIMÉ)

Après l’article 5 octies

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

L’article L. 112-2 du code de l’éducation est ainsi modifié :

1° À la dernière phrase du deuxième alinéa, après le mot : « scolarité », sont insérés les mots : « et
de passage des examens et d’évaluation de ces derniers » ;

2° Après le même deuxième alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

« Le projet personnel de scolarisation comprend un volet, écrit en concertation avec les


établissements, dédié au respect par ces derniers de leurs obligations prévues dans la section 3 du
chapitre Ier du titre Ier du livre Ier du code de la construction et de l’habitation. »

OBJET

Cet amendement vise à compléter les dispositions du projet personnalisé de scolarisation afin d’y
inclure notamment les questions de l’accessibilité physique aux bâtiments et les modalités de
contrôle des connaissances.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 144 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 5 DUODECIES

Après l’article 5 duodecies

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Les enfants et adolescents présentant un handicap ou un trouble de santé invalidant, quel que soit
leur unité d’accueil, sont comptabilisés dans les effectifs de l’établissement.

OBJET

Cet amendement vise à corriger une anomalie qui nuit d’une part à l’intégration et au sentiment
d’appartenance des enfants à l’institution scolaire et d’autre part aux établissements. En effet, la
non-comptabilisation des enfants inscrits en ULIS peut avoir de graves répercussions sur le maintien
des classes et des établissements.

Nb : La rectification consiste en un changement de place (d’un article additionnel après l’article 5 octies
vers un article additionnel après l’article 5 duodecies).
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 145


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 6

Supprimer cet article.

OBJET

Les auteurs de cet amendement s’opposent à cet article qui participe pleinement d’une logique de
nivellement de l’École bien de loin du principe républicain d’égalité des citoyens. En effet, si le
législateur a pensé inscrire la mixité sociale comme objectif des EPLEI, le principe de sélection à
l’entrée, le caractère payant et les pré-requis exigés rendent difficiles cette mixité.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 146


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 6 QUATER (SUPPRIMÉ)

Après l’article 6 quater

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Le code de l’éducation est modifié :

1° À la troisième phrase de l’article L. 411-1, après le mot : « éducative », sont insérés les mots :
« et les délégués départementaux de l’éducation nationale » ;

2° Au deuxième alinéa de l’article L. 421-2, après le mot : « établissement », sont insérés les mots :
« , les délégués départementaux de l’éducation nationale ».

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent essentiel de rappeler le rôle des DDEN au sein de
l’institution scolaire. Cela implique que leur expertise puisse être mise à profit au sein des organes
d’administration des établissements.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 147


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 6 QUATER (SUPPRIMÉ)

Après l’article 6 quater


Insérer un article additionnel ainsi rédigé :
I. – L’article L. 2121-30 du code général des collectivités territoriales est ainsi modifié :
1° Les mots : « après avis du représentant de l’État dans le département » sont supprimés ;
2° Est ajoutée une phrase ainsi rédigée : « À la suite de la décision du conseil municipal, le
représentant de l’État dans le département informe le maire de l’affectation du personnel au sein de
l’école élémentaire ou maternelle. »
II. – Le code de l’éducation est ainsi modifié :
1° Le dernier alinéa de l’article L. 321-2 est complété par les mots : « en prenant en compte les
décisions des conseils municipaux telles que prévu par l’article L. 2121-30 du code général des
collectivités territoriales » ;
2° À l’article L. 911-2, les mots : « révisable annuellement » sont remplacés par les mots : « révisé
chaque année pour prendre en compte l’évolution du nombre d’enfants inscrits et les décisions
prises en conseil municipal en vertu de l’article L. 2121-30 du code général des collectivités
territoriales ».

OBJET

Si l’implantation des écoles relève officiellement d’une compétence partagée, les auteurs de cet
amendement constatent que la concertation est largement tronquée. En effet, dans la mesure où c’est
l’État qui décide de l’implantation des emplois et de l’affectation des professeurs des écoles et des
instituteurs, la décision de création d’une école ou d’une classe prise par le conseil municipal ne
peut devenir effective sans l’accord du représentant de l’État qui suit généralement l’avis de
l’inspecteur d’académie.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 149 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 6 QUINQUIES (SUPPRIMÉ)

Après l’article 6 quinquies

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

I. – L’article L. 2121-30 du code général des collectivités territoriales est complété par un alinéa
ainsi rédigé :

« Avant toute révision de la carte des établissements du premier degré, les services compétents de
l’État engagent une concertation avec les représentants de la commune d’accueil des établissements
susceptibles d’être modifiés. Le conseil municipal délibère des projets de fermetures de classes ou
d’établissements. »

II. – La perte de recettes résultant pour les collectivités territoriales du I est compensée, à due
concurrence, par une majoration de la dotation globale de fonctionnement.

III. – La perte de recettes résultant pour l’État du paragraphe précédent est compensée, à due
concurrence, par la création d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du
code général des impôts.

OBJET

Aujourd’hui, l’implantation et la structuration des établissements publics du premier degré


dépendent officiellement d’une compétence partagée entre l’État et les communes. Après que ces
dernières aient adopté par délibération le principe d’une création d’école ou de classe, le premier est
censé affecter les moyens nécessaires à son fonctionnement. Toutefois, la réalité du terrain montre
que cette compétence n’est aucunement partagée, l’État possédant toujours le dernier mot.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
N° 148 rect.
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019
DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
présenté par C
G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 6 QUINQUIES (SUPPRIMÉ)

Après l’article 6 quinquies

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

I. – Le code de l’éducation est ainsi modifié :

1° Le titre Ier du livre Ier de la première partie est complété par un chapitre ainsi rédigé :

« Chapitre …

« Dispositions particulières à l’éducation prioritaire

« Art. L. 114-…. – Au nom des principes d’égalité et d’inclusion et dans le respect de


l’article L. 211-1, des réseaux d’éducation prioritaire sont créés. Sont inclus dans les réseaux
d’éducation prioritaire les écoles et établissements implantés dans les zones mentionnées à
l’article 5 de la loi n° 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion
urbaine et dans les communes éligibles aux dotations prévues aux articles L. 2334-15, L. 2334-20 et
L. 2334-32 du code général des collectivités territoriales. À ce titre, les personnels exerçant dans les
écoles ou établissements qui en relèvent bénéficient d’un régime indemnitaire spécifique. L’État,
dans l’année du renouvellement général des conseils municipaux, réactualise la liste des
établissements et écoles d’éducation prioritaire en s’appuyant, notamment, sur les revenus des
habitants. » ;

2° Au premier alinéa de l’article L. 212-3, après le mot : « montagne », sont insérés les mots : « ou
des communes pouvant bénéficier de la dotation prévue à l’article L. 2334-32 du code général des
collectivités territoriales ».

II. – La perte de recettes résultant pour les collectivités territoriales du I est compensée, à due
concurrence, par une majoration de la dotation globale de fonctionnement.

III. – La perte de recettes résultant pour l’État du paragraphe précédent est compensée, à due
concurrence, par la création d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du
code général des impôts.
OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent que la revitalisation de l’éducation en zone rurale
participe pleinement de l’attractivité de ces zones. Dans un temps où les services publics,
notamment de mobilité, se retirent des territoires ruraux et participent à leur isolement, il est urgent
d’assurer un service public d’éducation efficace.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 151


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 8

Alinéa 7, première phrase

Remplacer les mots :

après concertation avec les

par les mots :

et des

OBJET

Si les auteurs de cet amendement soutiennent l’idée d’une École ouverte aux innovations et
expérimentations, ils regrettent que ces dernières soient régulièrement imposées à celles et ceux qui
devront les faire vivre sur le terrain. Cela marque à la fois un manque de confiance vis à vis des
enseignants et nuit à l’efficacité desdites expérimentations.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 150


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 8

I. – Alinéa 7, deuxième phrase

Supprimer les mots :

, la répartition des heures d’enseignement sur l’ensemble de l’année scolaire, les procédures
d’orientation des élèves

II. – Alinéa 9

Supprimer cet alinéa.

OBJET

Les auteurs de cet amendement, s’ils sont favorables aux expérimentations au sein des
établissements, souhaitent restreindre le champ de ces dernières. Concernant l’obligation de service
des enseignants, il faut rappeler que cette dernière ne prend en compte que les heures devant classes,
ce qui participe à l’invisibilisation de toutes les heures de préparation et de suivi. De fait, imposer
une augmentation de l’ORS (comme il est anticipé) ne revalorisera pas le métier d’enseignants mais
conduira une nouvelle fois à l’augmentation de leur temps de travail. Concernant les procédures
d’orientation, il est essentiel que l’État reste le seul garant des procédures afin d’avoir un cadre
national global des poursuites d’études.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 152


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 8

Après l’alinéa 7

Insérer un alinéa ainsi rédigé :

« Les expérimentations sont évaluées chaque année par le conseil mentionné aux articles L. 241-12
à L. 241-14.

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent que si le recours aux expérimentations est une très
bonne chose, il convient qu’une structure indépendante puisse les évaluer, en vue de publiciser les
bonnes initiatives et relever les points d’amélioration.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
N° 153
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019
DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
présenté par C
G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 8

Après l’article 8
Insérer un article additionnel ainsi rédigé :
I. – L’article L. 6111-3 du code du travail est ainsi modifié :
1° Le I est ainsi modifié :
a) À la seconde phrase du quatrième alinéa, les mots : « ainsi que l’accompagnement utile aux élèves,
étudiants ou apprentis pour trouver leur voie de formation » sont supprimés ;
b) Le cinquième alinéa est ainsi rédigé :
« La région coordonne les actions des autres organismes participant au service public régional de
l’orientation ainsi que la mise en place du conseil en évolution professionnelle, assure un rôle d’information
et met en place un réseau de centres de conseil sur la validation des acquis de l’expérience. » ;
2° Le dernier alinéa du II est supprimé.
II. – Le code de l’éducation est ainsi modifié :
1° À la première phrase du deuxième alinéa de l’article L. 313-6, les mots : « les régions et » sont
supprimés ;
2° À la première phrase du dernier alinéa de l’article L. 331-7, les mots : « psychologues de l’éducation
nationale » sont remplacés par les mots « conseillers d’orientation-psychologue » ;
3° L’article L. 332-3-1 est ainsi modifié :
a) À la première phrase du premier alinéa, les mots : « Dans le cadre du parcours individuel d’information,
d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel défini à l’article L. 331-7 » sont
supprimés ;
b) Le dernier alinéa est supprimé ;
4° L’article L. 124-3-1 est abrogé.
III. – Les V à VIII de l’article 18 de la loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son
avenir professionnel sont abrogés.

OBJET
Les auteurs de cet amendement s’opposent au transfert de compétences vers les régions de l’information
destinée aux élèves et aux étudiants. Ce transfert crée une rupture d’égalité dans l’accès à l’information sur les
métiers et les formations. A l’inverse, ils estiment que cette compétence doit rester nationale et sous la
compétence de l’Éducation nationale afin d’assurer une information fiable, objective et qui ne soit pas dictée
par les besoins locaux des entreprises.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 154


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 9

Supprimer cet article.

OBJET

Les auteurs de cet amendement s’opposent au remplacement du CNESCO par un CEE dont
l’indépendance interroge au vu de sa composition et de la durée des mandats de ses membres. Alors
que le CNESCO a montré l’excellence de son travail, cette suppression et la modification des
missions de l’évaluation marque une volonté de ne pas faire ressortir les conséquences des choix
politiques faits en matière d’éducation.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 155


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 9

Alinéas 5 à 11

Remplacer ces alinéas par quatre alinéas ainsi rédigés :

« 1° À son initiative ou à la demande du ministre chargé de l’éducation nationale, du ministre


chargé de l’enseignement agricole, d’autres ministres disposant de compétences en matière
d’éducation, du ministre chargé de la ville ou des commissions permanentes compétentes en matière
d’éducation de l’Assemblée nationale et du Sénat, il réalise ou fait réaliser des évaluations des
politiques publiques en matière d’éducation, les conditions de travail des personnels enseignants et
non-enseignants et les conditions d’études des élèves ;

« 2° Il se prononce sur les méthodologies et les outils des évaluations conduites par le ministère
chargé de l’éducation nationale ainsi que sur les résultats de ces évaluations ;

« 3° Il donne un avis sur les méthodologies, sur les outils et sur les résultats des évaluations des
systèmes éducatifs conduites dans le cadre de programmes de coopération européens ou
internationaux ;

« 4° Il propose des méthodologies de mesure des inégalités territoriales scolaires et formule toute
recommandation utile pour les réduire.

OBJET

Amendement de repli.

Les auteurs de cet amendement considèrent que l’évolution des missions d’évaluation ne permettra
pas une amélioration de ladite évaluation. Évaluer les méthodes des enseignants, le fonctionnement
des établissements et les acquis des élèves ne permettra pas de juger de l’efficacité des choix
politiques faits en matière d’éducation.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
N° 156
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
présenté par
C
G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 9

Alinéas 13 à 20

Remplacer ces alinéas par huit alinéas ainsi rédigés :

« Art. L. 241-13. – Le conseil d’évaluation de l’école est composé de vingt membres de nationalité
française ou étrangère. Il comprend, à parité de femmes et d’hommes pour chacun des collèges
mentionnés aux 1° à 6° :

« 1° Deux députés et deux sénateurs, désignés respectivement par les commissions permanentes
compétentes en matière d’éducation de l’Assemblée nationale et du Sénat ;

« 2° Deux membres du Conseil économique, social et environnemental, désignés par le président de


ce conseil ;

« 3° Deux représentants des organisations professionnelles représentatives de salariés ;

« 4° Deux représentants des organisations représentatives des élèves ;

« 5° Deux représentants des parents d’élèves ;

« 6° Huit personnalités choisies pour leur compétence en matière d’évaluation ou dans le domaine
éducatif.

« Les membres mentionnés au 1° sont désignés pour la durée de leur mandat parlementaire. Les
membres mentionnés aux 4° et 5° sont désignés pour une durée de trois ans. Les membres
mentionnés aux 2°, 3° et 6° sont désignés pour une durée de six ans.

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent que l’évaluation des politiques publiques en matière
d’éducation doit d’une part assurer un équilibre des représentants afin d’assurer son indépendance et
doit regrouper l’ensemble de la communauté éducative.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 160


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 9

Après l’article 9

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Le code de l’éducation est ainsi modifié :

1° Le premier alinéa des articles L. 231-1 et L. 232-1 est complété par une phrase ainsi rédigée : « Il
dispose, pour tout acte d’ordre réglementaire, d’un pouvoir de veto. » ;

2° Après le mot : « recherche », la fin de l’intitulé de la section 1 du chapitre II du titre III du livre II
de la première partie est supprimée.

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent qu’il est essentiel que les organes nationaux de
consultation en matière d’éducation puissent disposer d’un droit de veto pour les actes pris relevant
du pouvoir réglementaire. La parution le mois dernier d’arrêtés pourtant largement rejetés par la
communauté éducative et le CNESER démontre le mépris du gouvernement pour celles et ceux qui
font vivre l’institution scolaire.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 158


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 9

Après l’article 9

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Le second alinéa de l’article L. 231-14 du code de l’éducation est ainsi modifié :

1° À la première phrase, le mot : « dix-huit » est remplacé par le mot : « vingt-deux » ;

2° À la deuxième phrase, après le mot : « président », sont insérés les mots : « , deux représentants
des organisations professionnelles des enseignants, deux représentants des organisations
représentatives des lycéens ».

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent qu’il est essentiel que le CSP laisse une place à
l’ensemble des parties prenantes de l’éducation nationale. L’intégration d’enseignants et d’élèves au
sein du CSP doit leur permettre d’apporter leur expertise et leurs retours sur les programmes
actuellement appliqués.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 157


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 9

Après l’article 9

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Au début de l’article L. 231-15 du code de l’éducation, sont ajoutés les mots : « À la demande du
ministre chargé de l’Éducation nationale, du ministre chargé de l’agriculture ou de sa propre
initiative, ».

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent que le conseil supérieur des programmes doit être en
capacité de s’auto-saisir. Alors que les programmes sont pleinement déterminés par le pouvoir
réglementaire, il est essentiel que la structure de consultation, où siègent par ailleurs des
parlementaires soit en capacité de se mobiliser librement.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 159


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 9

Après l’article 9

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Les articles L. 231-1, L. 231-15 et L. 232-1 du code de l’éducation sont complétés par un alinéa
ainsi rédigé :

« À cette fin, il peut mener des auditions de toute personne ou organisation lui permettant d’avoir un
avis plus éclairé. »

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent qu’il est essentiel que les organes nationaux de
consultation en matière d’éducation puissent mener des auditions, notamment auprès de spécialistes.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 45


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 6 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 9

Après l’article 9

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

La première phrase du I de l’article 6 ter de l’ordonnance n° 58-1100 relative au fonctionnement des


assemblées parlementaires est ainsi rédigée : « La délégation parlementaire dénommée Office
parlementaire d’évaluation des choix scientifiques , technologiques et éducatifs a pour mission
d’informer le Parlement des conséquences des choix de caractère scientifique, technologique et
éducatifs afin, notamment, d’éclairer ses décisions. »

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent qu’il est essentiel de mieux contrôler les politiques
publiques en matière d’éducation. Si le maintien d’une structure indépendante d’évaluation est
nécessaire, il est tout aussi important que les prérogatives du Parlement soient respectées.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 161


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 9 BIS A

Alinéa 2, première phrase

Après le mot :

participe

insérer les mots :

aux examens blancs de préparation et

OBJET

Les auteurs de cet amendement voient trois avantages à permettre aux enfants instruits à domicile de
participer aux examens blancs. Premièrement, cela doit leur permettre de participer en conditions
réelles aux examens et donc de les préparer au mieux. Deuxièmement, cela permet à l’Éducation
nationale de faire un point d’étape avec les familles sur l’efficacité de l’instruction donnée.
Troisièmement, cela permet de rattacher un peu plus ces jeunes à l’institution scolaire.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 162


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 10

Supprimer cet article.

OBJET

Les auteurs de cet amendement s’opposent au changement de nom des ESPE que strictement rien ne
justifie. Par ailleurs, alors que l’allocution du Président de la République du 25 avril a redit la
volonté de ce gouvernement de diminuer les dépenses publiques au mépris des citoyens, les coûts
engendrés par un tel article n’ont aucun sens.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 167


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 10

Après l’article 10

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

À la seconde phrase du second alinéa de l’article L. 625-1 du code de l’éducation, les mots : « et un
ou plusieurs stages » sont remplacés par les mots : « des périodes de stages ne pouvant dépasser un
tiers du temps global de formation ».

OBJET

L’organisation actuelle des MEEF permet aujourd’hui d’avoir une formation professionnalisante.
Toutefois, il apparaît qu’il existe aujourd’hui un déséquilibre entre les périodes de formation
théoriques et les périodes de stage. Cela conduit un certain nombre de jeunes à se retrouver devant
des classes alors qu’ils ne sont pas prêts. L’objectif de cet amendement est notamment de permettre
de réduire à la marge le stage de master 2 afin de renforcer l’enseignement théorique du premier
semestre.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 163


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 11

Supprimer cet article.

OBJET

Amendement de cohérence

Les auteurs de cet amendement s’opposent au changement de nom des ESPE que strictement rien ne
justifie. Par ailleurs, alors que l’allocution du Président de la République du 25 avril a redit la
volonté de ce gouvernement de diminuer les dépenses publiques au mépris des citoyens, les coûts
engendrés par un tel article n’ont aucun sens.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 168


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 12

Supprimer cet article.

OBJET

Les auteurs de cet amendement s’opposent à la réforme de la nomination des directeurs des ESPE.
En effet, cette réforme dessaisit totalement le conseil de l’École alors même que la composition
mixte de ce dernier permet une représentation de toutes les parties prenantes.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 169


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 12

I. – Alinéas 3, 5 et 6
Remplacer le mot :
institut
par le mot :
école
II. – Alinéa 3
Compléter cet alinéa par les mots :
, sur proposition du conseil d’école
III. – Alinéa 5
Après le mot :
compétent
insérer les mot :
, le président du conseil d’école
OBJET

Amendement de repli

Cet amendement vise à faire participer le conseil des ESPE à la nomination de son directeur.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 165 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 12 BIS

Après l’alinéa 1

Insérer deux alinéas ainsi rédigés :

…° Après le 6°, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

« …° Elles organisent des modules de formation spécifique aux infirmiers de l’Éducation nationale
et de l’enseignement supérieur. » ;

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent qu’il est essentiel que les infirmiers et infirmières
scolaires soient pour partie formés au sein des ESPE au vu de la spécificité que cela implique.

Nb : La rectification consiste en un changement de place (d’un article additionnel après l’article 10 vers
l’article 12 bis).
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 166 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 12 BIS

Après l’alinéa 1

Insérer deux alinéas ainsi rédigés :

…° Après le 6°, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

« …° Elles organisent, conjointement avec l’établissement mentionné à l’article L. 723-1, les


actions de formation initiale et continue des personnels accompagnant des élèves en situation de
handicap. Ces formations comprennent tout à la fois des modules sur la pédagogie,
l’accompagnement du handicap et peuvent prévoir des modules de remise à niveau disciplinaire. » ;

OBJET

Les AESH souffrent aujourd’hui d’un grave manque de formation. En effet, les 60 h prescrites par le
ministère, lorsqu’elles sont effectuées, sont largement insuffisantes et déconnectées des besoins
réels. En parallèle, nombreuses sont les remontées du terrain d’une incompréhension de certains
enseignants vis à vis des AESH. Mettre en contact dès l’ESPE ces deux types de professionnels,
essentiels à l’avenir des enfants, pourrait permettre de lever un certain nombre de réticences.

Nb : La rectification consiste en un changement de place (d’un article additionnel après l’article 10 vers
l’article 12 bis).
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 164 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 12 BIS

Après l’alinéa 1

Insérer deux alinéas ainsi rédigés :

…° Après le 6°, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

« …° Elles organisent des modules de formation aux enseignants qui prennent en charge les enfants
accueillis dès deux ans. » ;

OBJET

La spécificité des enfants de deux trois ans par rapport à ceux de trois ans et plus doit être prise en
compte dans la formation des enseignants. Des modules spécifiques doivent ainsi être prévus, en
plus de la formation initiale et continue qui a lieu au sein des ESPE et qui concerne tous les
enseignants de maternelle.

Nb : La rectification consiste en un changement de place (d’un article additionnel après l’article 10 vers
l’article 12 bis).
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 171


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 12 BIS

Après l’alinéa 7

Insérer un alinéa ainsi rédigé :

…° Le même avant-dernier alinéa est complété par une phrase ainsi rédigée : « Des intervenants
spécialisés peuvent être sollicités afin d’apporter un éclairage sur ces enjeux. » ;

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent qu’il est essentiel que les enseignants soient
parfaitement sensibilisés sur les enjeux de l’École et de l’ensemble de la société. Pour ne prendre
qu’un exemple, il serait pertinent que des AESH puissent intervenir auprès des futurs enseignants
afin de les sensibiliser aux spécificités de la scolarisation des enfants en situation de handicap.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 358


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 12 BIS

Alinéa 12, dernière phrase

Remplacer les mots :

des milieux économiques

par les mots :

d’autres secteurs que l’Éducation nationale en qualité d’intervenants extérieurs

OBJET

Les auteurs de cet amendement craignent que l’introduction dans les équipes pédagogiques de
personnels des milieux économiques, en ces termes, transforme la formation des enseignants en
éducation au management. Cela constituerait une nouvelle attaque contre les spécificités du service
public, assez cohérente avec les projets gouvernementaux. Il est proposé par cet amendement une
nouvelle formulation moins problématique.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 172


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 12 BIS

Après l’article 12 bis

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

La répartition des emplois veille à assurer un équilibre des affectations entre les enseignants
expérimentés et les nouveaux enseignants.

OBJET

Depuis de nombreuses années, il est observé une sur-représentation des enseignants débutants au
sein des établissements d’éducation prioritaire. Cette situation pose à la fois un problème pour ces
enseignants qui peuvent connaître des situations particulièrement difficiles engendrant un réel
malaise professionnel et pour les élèves qui auraient besoin d’enseignants plus confirmés et rodés.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 173


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 14

Alinéa 3

1° Remplacer le mot :

Les

par les mots :

Dans les académies non carencées, des

2° Compléter cet alinéa par les mots :

au sein d’une classe en binôme avec un enseignant titulaire

OBJET

Si les auteurs de cet amendement souscrivent à l’objectif de mettre en situation professionnelles les
futurs enseignants, ils refusent catégoriquement que des étudiants viennent pallier le manque
d’enseignants dans certaines académies du fait de choix politiques austéritaires. La solution
proposée se veut équilibrée en limitant le dispositif aux étudiants inscrits en MEEF afin d’éviter
(comme cela est déjà anticipé) que des étudiants en licence 2 se retrouvent devant élèves, aux
académies non carencées et n’autorisant l’expérience qu’accompagnée d’un enseignant titulaire,
notamment dans le cadre du dédoublement des classes.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 181


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 14 BIS

Supprimer cet article.

OBJET

Les auteurs de cet amendement s’opposent à ce nouvel article sorti de la commission du Sénat. En
effet, l’organisation des formations des enseignants en dehors de leurs heures de service pose des
problèmes de plusieurs ordres. Premièrement, il faut rappeler que ne sont comprises dans les heures
de service que les heures devant classe. De fait, l’article 14 bis renforce le phénomène des « heures
invisibles ». Deuxièmement, elle montre l’extrême faiblesse des dispositifs de remplacement des
enseignants absents, due à des années de restriction des effectifs.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 182


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 14 QUATER

Supprimer cet article.

OBJET

Les auteurs de cet amendement s’opposent au fait que les directeurs et directrices d’écoles puissent
participer au recrutement des enseignants. En effet, cela casserait totalement le cadre d’affectation
de l’Éducation nationale.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 174


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 15

Après l’article 15

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Le titre Ier du livre III de la deuxième partie du code de l’éducation est complété par un chapitre ainsi
rédigé :

« Chapitre …

« De la psychologie dans l’Éducation nationale

« Art. L. 315-…. – Les psychologues de l’Éducation nationale, psychologues du premier degré et


conseillers d’orientation-psychologues, contribuent au fonctionnement du système éducatif de la
maternelle à l’université.

« Ils prennent en compte les difficultés des élèves et mettent en œuvre les conditions pour faciliter
leur apprentissage et leur développement. »

OBJET

Cet amendement a pour objet de consacrer dans la partie législative du code de l’éducation les
missions des personnels psychologues de l’éducation nationale, alors que le corps de psychologue
de l’Éducation nationale a été créé par le décret du 2 février 2017.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 175


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 16

Supprimer cet article.

OBJET

Les auteurs de cet amendement s’opposent au fait que les présidents d’université puissent présider la
formation restreinte du conseil d’administration ou du conseil académique. Si l’Assemblée nationale
a pensé sécuriser le dispositif en limitant les possibilités de présidence dans le cadre des questions
individuelles de carrière, cet article remet en cause l’indépendance des enseignants-chercheurs du
fait d’un mode de recrutement alors placé directement sous la responsabilité du président.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 176


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 16

Après l’article 16

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

L’article L. 541-1 du code de l’éducation est complété par un alinéa ainsi rédigé :

« Un dossier infirmier dématérialisé uniformisé permet aux infirmiers de l’Éducation nationale de


suivre l’élève tout au long de sa scolarité dans le respect du secret professionnel et du traitement des
données personnelles. »

OBJET

Les auteurs de cet amendement considèrent que la création d’un dossier infirmier dématérialisé
uniformisé permettrait un meilleur suivi des enfants sur l’ensemble de sa scolarité par les personnels
infirmiers de l’Éducation nationale. Cela est d’autant plus nécessaire que l’enfant est soumis à 20
visites médicales le long de sa minorité.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 177


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 16 BIS

Supprimer cet article.

OBJET

Les auteurs de cet amendement conteste les dispositions de cet article qui instaurent une
responsabilité exclusive des personnels médicaux de l’éducation nationale. Alors que la rédaction
actuelle de l’article L.121-4-1 du code de l’éducation place ces personnels en chefs de file de la
promotion de la santé sans exclure l’ensemble de la communauté éducative, la rédaction proposée
resserre cette mission aux seuls personnels de santé. Pourtant, c’est bien la diversité des acteurs qui
permet aujourd’hui d’avoir une multitude d’actions de promotion.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 178


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 16 BIS

Alinéa 2

Rédiger ainsi cet alinéa :

1° Après les mots : « du présent II », la fin du dixième alinéa du II de l’article L. 121-4-1 est ainsi
rédigée : « s’appuie en priorité sur les compétences spécifiques des personnels médicaux de
l’Éducation nationale et implique l’ensemble des membres des équipes éducatives. » ;

OBJET

Amendement de repli

La rédaction proposée ici permet d’inclure l’ensemble de la communauté éducative dans la


promotion de la santé à l’École.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 179


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 16 TER

Alinéa 2

Rédiger ainsi cet alinéa :

« Dans le cadre des missions qui leur incombent, les infirmiers de l’Éducation nationale peuvent
administrer aux élèves ou étudiants des produits médicamenteux non soumis à prescription
médicale, dont la liste est établie par décret. »

OBJET

Les auteurs de cet amendement contestent le fait que les médecins scolaires se retrouvent en
position de responsabilité et de coordination du parcours de soins des enfants. Cela répond à deux
problématiques : le manque de personnels disponibles et la coordination à long terme. En effet, le
médecin traitant a l’avantage de pouvoir suivre l’enfant sur l’ensemble de sa minorité et même au-
delà. Par ailleurs, ils proposent que les soins infirmiers spécifiques à l’Éducation nationale soient
reconnus législativement.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
N° 180
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019
DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
présenté par C
G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 18

Rédiger ainsi cet article :


L’article L. 235-1 du code de l’éducation est ainsi rédigé :
« Art. L. 235-1. – Le conseil de l’éducation nationale institué dans chaque département comprend
des représentants des communes, départements et régions, des personnels et des usagers. Il est saisi
sur toute question relative à l’organisation et au fonctionnement du service public d’enseignement
dans le département, et notamment sur l’implantation des établissements.
« La présidence est exercée par le représentant de l’État ou le représentant de la collectivité
concernée selon que les questions soumises aux délibérations du conseil sont de la compétence de
l’État, du département ou de la région.
« Les conseils comprennent :
« 1° Quatre représentants des communes, dont un représentant des intercommunalités désignés par
l’association départementale des maires ;
« 2° Cinq représentants du conseil départemental ;
« 3° Un représentant du conseil régional ;
« 4° Dix représentants des personnels titulaires de l’État exerçant leurs fonctions dans les services
administratifs et les établissements d’enseignement et de formation des premier et second degrés
situés dans le département, nommés par le représentant de l’État dans le département suite à la
transmission par l’inspecteur d’académie des propositions des organisations syndicales
représentatives ;
« 5° Sept représentants des parents d’élèves nommés par le représentant de l’État dans le
département, suite à la transmission par l’inspecteur d’académie des propositions des organisations
syndicales représentatives. La représentativité des associations de parents d’élèves est appréciée en
fonction du nombre de voix obtenues dans le département lors des élections des parents d’élèves
dans les instances représentatives des établissements scolaires ;
« 6° Un représentant des associations complémentaires de l’enseignement public désigné par le
représentant de l’État dans le département, sur proposition de l’inspecteur d’académie ;
« 7° Deux personnalités qualifiées, l’une désignée par le représentant de l’État dans le département
et l’autre par l’inspecteur d’académie. »
OBJET

Au préalable, les auteurs de cet amendement condamnent le recours à des ordonnances alors même
que l’Éducation nationale est un des domaines dans lequel le pouvoir réglementaire a un poids
Suite amdt n° 180
- 69 -

extrêmement important.
Sur le fond, cet article interroge. En effet, s’il convient de redynamiser les CDEN en leur conférant
une véritable prise sur les décisions d’implantation des établissements, cela doit faire l’objet d’un
débat à la fois avec les collectivités territoriales et avec les parlementaires.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 183


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 18 TER

Supprimer cet article.

OBJET

Les auteurs de cet amendement s’opposent à la possibilité qu’une personnalité qualifiée préside le
conseil d’administration d’un établissement d’enseignement. En effet, il est essentiel de garder le
cadre d’un établissement dont le conseil décisionnaire est présidé par un membre étant tous les jours
sur les lieux et donc plus proche de la réalité du terrain.
PROJET DE LOI

POUR UNE ÉCOLE DE LA CONFIANCE N° 184


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 474, 473) 9 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme BRULIN, M. OUZOULIAS
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 23 BIS

Supprimer cet article.

OBJET

La possibilité de réunir dans les mêmes établissements des jeunes en formation professionnelle et
des apprentis, si elle existe aujourd’hui, montre des limites certaines. Ainsi, les remontées de terrain
qu’ont les auteurs de cet amendement montrent des grosses difficultés à la fois pour les enseignants
et les élèves, en terme de gestion et d’organisation.