Vous êtes sur la page 1sur 110

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’HYDRAULIQUE -ARBAOUI Abdellah-

DEPARTEMENT AMENAGEMENT ET GENIE HYDRAULIQUE

MEMOIRE DE MASTER
En vue de l’obtention du diplôme de Master en Hydraulique

Option: Aménagement et Ouvrage Hydrotechnique

THEME DU PROJET :

CONTRIBUTION A L’ETUDE PREDICTIVE DE


L’ENVASEMENT ET LA DURABILITE DU BARRAGE DU
GHRIB

PRESENTE PAR :

Mlle Farah AZZI

Devant les membres du jury

Nom et Prénoms Grade Qualité

M. B.TOUAIBIA Professeur Président


M. D.DJOUDAR Maître de conférences (B) Examinateur
M. Y.DERNOUNI Maître Assistant (A) Examinateur
M. S.BELLABAS Maître Assistante (A) Examinateur
M. M.K MIHOUBI Professeur Promoteur

Avril - 2017
Dédicaces

Je dédie ce modeste travail tous d’abord à mes très chers parents


pour leurs soutien et sacrifices dont je serai toujours reconnaissante.
A mes chers : frères Redouane et Amine, ma sœur Amel et belle-
sœur Sihem
A mes neveux adorés Sérine; Maria; Imad et Mehdi
A mes sœur de coeur Kahina et Sihem qui m’ont apportée le plus
grand soutien
A mes copines Hadjer, Sarah.
A tous mes amis de l’ENSH
Et toute la famille.
Remercîments

Je tiens encore une fois à remercier mes chers parents pour leur
aide, soutien, confiance, encouragement et j’en passe.

Mes remerciements s‘adressent aussi à ma famille qui me soutient


et m’encourage dans tous mes projets.

Un remercîment bien particulier que j’adresse à mon promoteur,


Mr M. K. Mihoubi, pour la disponibilité, l’assistance et l’aide
dont j’ai bénéficié et sans les quelles je ne serais arrivée à élaborer
et finaliser ce présent travail.

Je tiens à remercier particulièrement Mr Ourari Fayçal


ingénieurs à l’ANBT pour ses précieux conseils et aide.

Finalement je remercie toute ma famille, mes amis, le corps


pédagogique de l’ENSH et toute personne qui a contribué de
près ou de loin au parachèvement de ce modeste travail.
‫ملخص‬

‫ يؤدي إلى خسائر معتبرة في القدرة التخزينية‬،‫إن مشكلة التوحل المبكر التي تمس عددا كبيرا من السدود‬

‫ هي الطريقة التي يجب إتباعها من اجل التحكم في‬،‫إن التنبؤ بحجم الوحل و نسبة التوحل اإلجمالي‬
.‫مشكلة ترسب الطمي و النظر في السبل المالئمة للحد و التقليل من نتائجها المتوقعة‬

‫ الموصى بها من قبل مكتب الشكاوى للواليات المتحدة األمريكية‬،‫إن طريقة انخفاض المساحات‬
.‫ و القائمة على استعمال صيغ شبه التجريبية تعطي نتائج مرضية‬، 1987‫سنة‬

‫ مكننا من‬،‫إن دراسة ظاهرة توحل السد غريب حسب االحتمالين األول باستخراج الوحل و الثاني دون استخراجه‬
.‫مساحات للسد و ذلك لعدة فترات زمنية مستقبلية مع التنبؤ حول حجم التوحل المتوقع‬-‫ارتفاعات‬-‫إنشاء منحنيات القدرات‬

‫ مكتب الشكاوى للواليات المتحدة‬،‫ مساحات‬، ‫ قدرة تخزين‬،‫ تنبؤ‬، ‫ استخراج الوحل‬،‫ توحل‬، ‫ سد غريب‬:‫الكلمات المفتاحية‬
.‫األمريكية‬

Résumé

Le problème d’envasement avancé concerne un grand nombre de barrages en


exploitation, il a induit ainsi une perte considérable de leurs capacités utiles. La prédiction du
volume de vase s’avère une démarche intéressante à prendre en considération afin de suivre et
gérer le problème de l’envasement et d’envisager les moyens de luttes adéquats pour réduire
son ampleur. La méthode de réduction des surfaces, préconisée en 1987 par le Bureau de
Réclamation des Etats Unis (USBR), qui repose sur des formules semi-empiriques permet de
donner des résultats satisfaisants. L’étude de l’envasement du barrage du Ghrib, selon les
variantes de chasse d’eau par soutirage et sans chasse d’eau pour élaborer les courbes de
capacités-hauteurs-surfaces de la retenue pour ses périodes prédictives avec une estimation du
volume de vase dans le réservoir.
Mots clés : Barrage Ghrib, Envasement, Retenue, Soutirage, Prédiction, Capacité,
Surface, USBR

Abstract

The problem of premature silting in operation dams leads to a considerable loss of


capacity. The prediction of vase volume is an interesting approach to take into consideration
in order to manage the problem of siltation and to envisage the means of struggles to reduce
its scale. The method of Reduction Area which was recommended in 1987 by the United
States Bureau of Reclamation (USBR) and based on semi-empirical formulas, provides
satisfactory results. The study of the silting of the Ghrib dam, according to variants with draw
and without draw, allowed us to develop the curves of capacities- Heights-surfaces of the
reservoir studied for different future periods and estimate the volum of mud in the tank.

Key words : Ghrib dam, Siltation , tank, draw, Predection, Capacity, Area, USBR.
SOMMAIRE
INTRODUCTION GENERALE .............................................................................................. 10

CHAPITRE I : PROCESSUS D’EROSION ET D’ALLUVIONNEMENT ............................. 1


Introduction ................................................................................................................................ 1
I.1 NOTION D’EROSION ET DE TRANSPORT SOLIDE ..................................................... 1
I.1.1 Erosion ........................................................................................................................... 1
I.1.2 Transport solide ............................................................................................................ 11
I.2 EROSION ET DEPOT DANS UN BASSIN VERSANT ................................................. 17
I.3 AMPLEUR DE L’EROSION ET DU TRANSPORT SEDIMENTAIRE EN ALGERIE . 17
I.4 CONCLUSION ................................................................................................................... 19

CHAPITRE II : ETUDE PREDICTIVE DE L’ENVASEMENT D’UNE RETENUE D’UN


BARRAGE PAR METHODE SEMI-EMPIRIQUE ................................................................ 20
Introduction .............................................................................................................................. 20
II.1 ALLUVIONNEMENT ET ENVASEMENT D’UNE RETENUE ................................... 21
II.2 QUANTIFICATION DE L’ENVASEMENT D’UN BARRAGE .................................... 24
II.3 ETUDE DE L’EVOLUTION DE L’ENVASEMENT DE LA RETENUE ...................... 25
II.4 ETUDE PREDICTIVE DE L’ENVASEMENT D’UNE RETENUE PAR UNE
METHODE SEMI-EMPIRIQUE ............................................................................................. 25
II.4.1 Méthode de distribution des sédiments préconisés par l’USBR (1987) .................... 26
II.5 TRAVAUX REALISES DANS LE CADRE DE L’ETUDE DE L’ALLUVIONNEMENT
ET D’ENVASEMENT DES RETENUES ............................................................................... 34
II.6 CONCLUSION ................................................................................................................. 36

CHAPITRE III : ETUDE PREDECTIVE DE L’ENVASEMENT DE LA RETENUE DU


GHRIB ..................................................................................................................................... 36
Introduction .............................................................................................................................. 36
III.1 DESCRIPTION DU SITE ................................................................................................ 36
III.1.1 Localisation et étendu de la zone d’étude .................................................................. 36
III.1.2 Fiche technique du barrage ........................................................................................ 38
III.1.3 Etat d’érosion du bassin versant ................................................................................ 38
III.2 SYNTHESE GEOLOGIQUE .......................................................................................... 39
III.3 SYNTHESE HYDROLOGIQUE .................................................................................... 41
III.3.1 Bassin versant ............................................................................................................ 41
III.3.2 Etude des apports ....................................................................................................... 42
III.3.3 Etudes des crues......................................................................................................... 42
III.3.4 Aménagement du Ghrib............................................................................................. 43
III.3.5 Evacuateur de crue..................................................................................................... 43
III.3.6 Cuvette (retenue) ....................................................................................................... 44
III.4 ESTIMATION DE L’ENVASEMENT PAR LA METHODE SEMI- EMPIRIQUE ..... 46
III.4.1 Envasement de la retenue sans le soutirage ............................................................... 47
III.4.2 Envasement du Ghrib tenant compte de soutirage de la vase par courant de densité .... 55
III.5 CONCLUSION ................................................................................................................ 59

CHAPITRE IV : MOYENS DE LUTTE PREVENTIVE ET CURRATIVE CONTRE


L’ALLUVIONNNEMENT ET L’ENVASEMENT DES BARRAGES. ................................ 60
Introduction .............................................................................................................................. 60
IV.1 MOYENS DE LUTTE PREVENTIVE ........................................................................... 60
IV.1.1 Correction torrentielle des cours d’eau ..................................................................... 60
IV.1.2 Protection des berges des cours d’eau ....................................................................... 62
IV.1.3 Actions en génie civile .............................................................................................. 63
IV.2 MOYENS DE LUTTE CURRATIVE ............................................................................. 63
IV.2.1 Soutirage des sédiments ........................................................................................... 63
IV.2.2 Mise en place de barrages de décantation ................................................................. 64
IV.2.3 Technique du dragage d’une retenue ........................................................................ 64
IV.2.4 Surélévation du barrage ............................................................................................ 68
IV.3 VALORISATION DE LA VASE .................................................................................... 69
IV.3.1 Fabrication du béton et mortier ................................................................................. 69
IV.3.2 Fabrication des liants (ciments) ................................................................................. 70
IV.3.3 Fabrication de brique ................................................................................................. 70
IV.3.4 Construction des routes et chaussées ......................................................................... 71
IV.4 CONCLUSION ................................................................................................................ 72
CONCLUSION GENERALE .................................................................................................. 73
RECENCES BIBLIOGRAPHIQUES ...................................................................................... 76
ANNEXES ............................................................................................................................... 84
LISTE DES TABLEAUX

Tableau I.1 Etat d’envasement de quelques barrages algériens (Remini, et al., 2003).
Tableau I.2 Envasement de quelque barrage a travers le monde (Dan, et al., 2000)
Tableau II.1 Pertes de la capacité due à l’envasement dans certains pays du monde
(Remini et Remini, 2003)
Tableau II.2 Effet de l’envasement sur la capacité utile des barrages en Algérie (ANBT).

Tableau II.3 Classification des types de courbe de distribution des sédiments (USBR, 1987).
Tableau III.1 Caractéristiques géométriques et hydro-morpho-métriques du bassin versant
(Azzi, 2016)
Tableau III.2 Récapitulatif des caractéristiques de la digue du barrage Ghrib
Tableau III.3 Comparatif des volumes à la côte niveau normal de la retenue
(Hydrodragage-C.T.Système, 2004)
Tableau III.4 Comparatif des surfaces à la côte niveau normal de la retenue
(Hydrodragage-C.T.Système, 2004)
Tableau III.5 Estimation du volume de la vase pour les différentes périodes considérées (sans
le soutirage)
Tableau III.6 Valeurs possibles de la fonction F pour les quatre types de distribution
(USBR, 1987)
Tableau III.7 Résultats de calcul des niveaux nuls (sans le soutirage)
Tableau III.8 Volume de la vase pour les différentes périodes considérées (avec le soutirage)
Tableau III.9 Résultats de calcul des niveaux nuls avec le soutirage de la vase
Tableau III.10 Résultats comparatifs entre les deux variantes d’étude
LISTE DES FIGURES

Figure I.1 Schéma représentatif du processus de l’érosion hydrique (AGIR pour la Diable,
2005).

Figure I.2 Diagramme de Hjulstrom (Boulvain, 2017).


Figure I.3 Types d’érosion hydrique (Touaibia, 1986).
Figure I.4 Différentes étapes de l’érosion (Eimberck, 1990).
Figure I.5 Illustration des différents modes de transport solide (Bouzid, 2005)

Figure I.6 Section droite du cours d’eau (Mokhtari, 2009)

Figure I.7 Epure des débits solides élémentaires (Mokhtari, 2009)

Figure II.1 Description schématique de la distribution des volumes d’un réservoir et du


dépôt sédimentaire (Strand et Pemberton, 1980)
Figure II.2 Courbes type de distribution des sédiments (Strand et Pemberton, 1980)
Figure II.3 Détermination des profondeurs relatives des sédiments, cas du barrage de
Theodore Roosevelt (USBR, 1987)
Figure II.4 Profil de dépôt sédimentaire dans un réservoir (Strand et Pemberton, 1980)
Figure II.5 Courbes Capacité-Hauteur-Surface pour les périodes :100, 200 et 300 ans , au
barrage Théodore Roosevelt (Strand et Pemberton, 1980).
Figure II. 6 Organigramme de la méthode de réduction des surfaces par la méthode Semi
empirique de l’USBR.
Figure III.1 La localisation géographique de barrage Ghrib (Agence nationale des barrages et
ransferts, 2014)

Figure III.2 Localisation du sous bassin versant d’Oued Cheliff-Ghrib


Figure III.3 Coupe géologique type sur le site du barrage (ISL,Bureau d'ingénieur conseil,
2005)

Figure III.4 Réseau hydrographique du bassin versant.

Figure III.5 Hydrogramme de crue du barrage Ghrib

Figure III.6 Réduction de la capacité de la retenue du Ghrib en fonction des années


(Hydroplus, 2004)
Figure III.7 Graphe de la fonction adimensionnelle en fonction des profondeurs relatives
avec les points d’intersections selon méthode de l’USBR
Figure III.8 Courbe de distribution de sédiment selon type II (USBR, 1987)
Figure III.9 Courbes Capacités-Hauteurs comparatives sans le soutirage
Figure III.10 Courbe Capacité-Hauteur-Surface estimative pour l’année 2016
(Sans le soutirage)
Figure III.11 Courbe Capacité-Hauteur-Surface estimative pour l’année 2036
(Sans le soutirage)
Figure III.12 Courbe Capacité-Hauteur-Surface estimative pour l’année 2046
(Sans le soutirage)
Figure III.13 Courbes Capacités-Hauteurs comparatives sans soutirage (avec soutirage)
Figure III.14 Courbes Capacités-Hauteurs comparatives sans soutirage (avec le soutirage)
Figure III.15 Evolution du volume de vase (1986-2056) avec et sans le soutirage
Figure III.16 Evolution du volume du réservoir (1986-2056) avec et sans le soutirage
Figure IV.1 Illustration schématique d’un seuil génie biologique (ANBT, 2008)
Figure IV.2 Illustration schématique d’un seuil en génie mécanique et biologique
(ANBT, 2008).
Figure IV.3 Protection d’un cours d’eau par du gabion compartimenté (ANBT, 2008).
Figure IV.4 Drague suceuse refouleuse (Ifremer, 2008).
Figure IV.5 Drague suceuse refouleuse, Palm Jebel Ali Island-Dubai (De Nul, 2015)
Figure IV.6 Drague suceuse refouleuse (IMS Versi-Dredge, 2013)
Figure IV.7 Drague à godets (LAROUSSE, 2017).
Figure IV.8 Drague à pelle (Ifremer, 2008).

Figure IV.9 Drague mécanique amphibie (FFPP, 2005).


Figure IV.10 Surélévation du barrage Ghrib par des hausses fusibles (Azzi, 2016).
INTRODUCTION GENERALE
INTRODUCTION GENERALE

L’étude des débits solides des cours d’eau constitue une discipline assez compliquée
de l’hydrologie de surface. Il est évident, que le premier élément du transport solide est
l’érosion, elle désigne la dégradation du sol sous toutes ses formes et l’arrachement par l’effet
d’agents extérieurs associé au charriage par le courant des eaux.

Les particules arrachées au sol finissent, dans la majorité des cas, à atteindre le réseau
hydrologique. Une fois dans le réseau, soient elles sont véhiculées par le courant d’eau du
réseau ou se décantent en formant le lit de rivière, et ceci selon la capacité de transport de la
rivière qui dépend de la proportionnalité de la vitesse du courent d’eau avec la taille des
particules transportés.

La dernière étape du transport solide est le dépôt des particules transportées le long du
réseau hydrologique. Concernant les particules en suspension, la décantation se fait
progressivement au fur et à mesure que la vitesse du courant d’eau diminue.

En Algérie, les conséquences de l’érosion sont désastreuses particulièrement dans la


partie Nord du pays, qui est une zone constituée essentiellement de roches tendres (schiste et
argiles) sensibles à l’érosion, avec un climat irrégulier comportant des pluies souvent intenses
et dévastatrices, induisant une érosion importante et difficile à quantifier, qui par la suite
cause l’envasement précoce des barrages en exploitation.

L’érosion et le transport solide au niveau du bassin versant du barrage du Ghrib sur


l’Oued Cheliff, cause principale de son envasement, objet de notre travail, se révèlent très
actifs, du fait de la disponibilité des facteurs favorables à ce phénomène, dont on cite :

 Les irrégularités climatiques (fortes précipitations).


 La nature géologique du bassin versant essentiellement composé d’alternance de grés
et de marnes.
 La nature du relief qui présente des pentes importantes favorisant l’écoulement et donc
le transporte sédimentaire.
 La faible densité du couvert végétal.
INTRODUCTION GENERALE

L’une des conséquences immédiate de l’érosion et du transport solide est la


sédimentation des cuvettes des barrages. En effet, le problème de sédimentation du barrage du
Ghrib est fort préoccupant, puisque le volume d’envasement annuel atteint les 3,20 Hm³
(ANBT). Ce qui a causé une perte de capacité de l’ordre de 164,7 Hm³ en une période de 65
ans (1939-2004), soit plus de la moitié de la capacité initiale.

Sans aucun doute, si ce phénomène continu avec cette allure, sans aucune stratégie
préventive afin de diminuer le processus de l’envasement, les infrastructures à l’aval aussi
bien l’AEP que l’irrigation seront affectées.

Dans cette optique, notre travail consiste à établir une quantification prédictive de
l’envasement dans le bassin versant de l’Oued Cheliff-Ghrib, par une estimation de la
dégradation temporelle du volume d’envasement, à partir de formules semi-empiriques, tenant
compte des levés bathymétriques et leurs évolutions dans le temps.

Notre travail est présenté en quatre parties qui sont les suivantes :

1- Premièrement, on abordera le sujet de l’érosion et du transport solide sous forme de


synthèse comportant la définition du phénomène, les causes et origines, moyen
d’estimation quantitative et l’état des lieux en Algérie. Ceci afin de nous permettre
une approche plus claire sur le sujet a traité.

2- Deuxièmement, on verra les méthodes de calcules avec un aperçu sur l’approche


prédictive de l’envasement du barrage du Ghrib, en exploitant des formules semi-
empiriques adéquates à notre cas d’étude.

3- Troisièmement, on procédera à l’application de la méthode obtenue sur le réservoir


d’étude, le barrage du Ghrib.

En fin, une synthèse sera dégagée sur les moyens de luttes préventives et curatives utilisés
afin de mieux gérer et contrôler le processus d’envasement dans les barrages.
CHAPITRE I :

PROCESSUS D’EROSION ET
D’ALLUVIONNEMENT
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

CHAPITRE I : PROCESSUS D’EROSION ET D’ALLUVIONNEMENT

Introduction

Avec les changements climatiques, intempéries et catastrophes naturelles, le sol est


constamment exposé aux agressions extérieures. A force qu’il perd de sa dureté et devient de
plus en plus fragile, apte aux changements. Ces derniers ne sont pas sans conséquence, en
effet le sol devient facilement détachable et transportable d’un endroit à un autre pour
finalement se déposer dans des endroits inappropriés engendrant ainsi des problèmes plus ou
moins sérieux.

I.1 NOTION D’EROSION ET DE TRANSPORT SOLIDE

L’étude du débit solide occupe une place très vaste dans le domaine de l’hydrologie de
surface et dans la régulation des débits (Touaibia, 1995). La matière première du débit solide
est principalement l’érosion continentale. Son étude doit donc être intégrée à l’ensemble du
bassin versant, faisant intervenir un grand nombre de disciplines complémentaires (mécanique
des fluides, hydraulique, hydrologie, géomorphologie et agronomie) (Ramez, 1996).

Les barrages sont les plus exposés aux problèmes de l’érosion et du transport solide,
qui sont les causes directes du phénomène d’envasement et de la sédimentation des retenues.

I.1.1 Erosion

 Définition :

C’est l’ensemble des actions physiques et organiques qui aboutissent à la destruction


des roches et au nivellement progressif du terrain. Plus simplement l’érosion est l’usure de la
partie superficielle de l’écorce terrestre. L’eau, le vent et l’homme sont les principaux agents
(Greco, 1966).

L’érosion est un phénomène naturel qui affecte l’ensemble de la couverture terrestre


géo-pédologique et c’est l’un des facteurs importants de formation et d’évolution des milieux
naturels (Dutil, 1984).

1
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

 Processus de l’érosion

L’érosion hydrique est le résultat d’une succession de trois processus complémentaires, ils
sont résumés selon George (2008) comme suit :

a- Détachement

Le détachement des particules se produit à la surface du sol lorsque, sous l’action des
gouttes de pluie, des agrégats s’éclaboussent ou lorsque la force de cisaillement du
ruissellement devient supérieure à la résistance au détachement du sol.

b- Transport

Les particules issues de la dissociation, grossières ou fines, sont ultérieurement déplacées


vers l’aval sous l’action de la gravité. Certaines, comme les cailloux et les blocs
d’éboulement, tombent directement. D’autres, les plus fines, sont véhiculées par un agent
de transport, généralement l’eau. La force du véhicule règle naturellement la taille des
sédiments ; le vent ne pouvant déplacer que les poussières et les fines graines de sable,
tandis que les torrents charrient du sable, du gravier et des galets.

c- Dépôt

Il s’effectue lorsque l’énergie cinétique qui déplace les matériaux issus du détachement
diminue ou s’annule.

Figure I.1 Schéma représentatif du processus de l’érosion hydrique (AGIR pour la


Diable, 2005).

2
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

Figure I.2 Diagramme de Hjulstrom (Boulvain, 2017).

 Différentes manifestations de l’érosion hydrique (formes d’érosion)

Selon Dutil (1984) on distingue deux grands types d’érosion :

1- Erosion éolienne

Elle concerne les sols à faible teneur en matière organique comme les sols sableux ou sablo-
limoneux et provoque le transport de ses particules préalablement détachées des agrégats.

2- Erosion hydrique

Elle débute avec un splash, qui représente le détachement des particules du sol suite à la chute
des gouttes de pluies. Cette étape est généralement accompagnée du transport des particules
détachées par le ruissellement de l’eau

Ce ruissellement peut avoir plusieurs formes selon la nature du relief et l’intensité de la pluie,
on les résume dans ce qui suit :

a- Erosion en nappe (ou aréolaire) :

Pour les faibles reliefs, elle correspond au réaménagement des particules du sol ou leur
déplacement sur de courtes distances.

3
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

b- Erosion en rigoles (ou griffée) :

L’érosion aréolaire s’observe généralement accompagner d’un ruissellement creusant de


petits chenaux sous forme de rigoles.
c- Erosion en ravines :

Une évolution de l’érosion en rigoles peut conduire à l’érosion en ravines. Les rigoles sont
appelées ravines lorsqu’elles s’étendent au point de ne pouvoir être comblées par les
opérations normales de travail du sol, ou lorsqu’elles deviennent nuisibles au travail du sol
(Georges, 2008).

Ces formes d’érosions sont résumées et schématisés selon diagramme ci-après :

Erosion hydrique

Erosion fluviale Erosion pluviale

Erosion par Erosion par


impact ruissellement

Erosion en
nappe

Erosion en
griffe

Erosion
verticale

Figure I.3 Types d’érosion hydrique (Touaibia, 1986).

4
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

 Facteurs de l’érosion hydrique

1- Facteur topographique

La topographie du sol joue un rôle important dans le transport érosif, Georges (2008), admet
que l’érosion moyenne par unité de surface croît avec la longueur de la pente et l’explique par
le fait que les pentes les plus longues permettent une plus forte accumulation du
ruissellement, ce qui accroit l’énergie globale de celui-ci et favorise le détachement et le
transport des particules du sol.

2- Facteur climatique

La pluie est un facteur majeur provoquant l’érosion, l’érosivité déprend surtout de l’intensité
de pluie ou de l’énergie cinétique qui en résulte directement (Georges, 2008).

La cause principale de l’érosion hydrique c’est la pluie torrentielle. L’efficacité de la pluie


vis-à-vis des processus d’érosion est liée aux rôles qu’elle a dans l’arrachement des particules
et leurs ruissellements (Georges, 2008).

La lame d’eau en mouvement le long des versants se divise progressivement, les filets d’eau
se regroupent dans les petites dénivellations du sol (Touaibia, 1986).

Lors de son passage, la lame d’eau transporte avec elle des particules du sol, sa capacité de
transport et d’arrachement de ces particules augmente avec l’intensité de la pluie qui
détermine l’épaisseur de la lame d’eau.

3- Couvert végétal

Le couvert végétal agit comme un obstacle non seulement il maintient le sol en le protégeant
contre l’érosion, mais aussi il bloque le passage des particules du sol transportées par le
courant torrentiel.

L’efficacité du couvert végétal dans la réduction de l’érosion dépend du type de l’étendue et


de la densité du couvert lui même. La végétation et les résidus combinés, couvrant
complètement le sol, interceptent la pluie et constitue le moyen le plus efficace pour réduire
les pertes de sol. Les résidus partiellement incorporés et leurs racines ont aussi leur
importance, parce qu’ils facilitent l’infiltration (Georges, 2008).

5
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

4- Facteurs anthropiques

L’activité de l’homme a un rôle important dans l’érosion et ceci part plusieurs moyens dont
on cite l’abatage d’arbre des forêts, l’aménagement urbain qui favorise le ruissellement ainsi
le transport, le labour du sol,...etc.

Le diagramme suivant présente les différentes étapes de l’érosion hydrique à partir des
facteurs jusqu’au dépôt.

PLUIE

Hauteur Intensité Diam.G

Couvert Végétal

Stabilité Détachement Battance


Structurale

Micro-relief Détention sup


Sol

Infiltration Ruissellement

Pente

Concentration Incision

Elément de structure Pertes en sol


Débits
(talweg, fossé,..)

Transport

Dépôt

Figure I.4 Différentes étapes de l’érosion (Eimberck, 1990).

6
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

 Quantification de l’érosion

L’érosion est considérée comme la première étape de ce processus, sans elle il n’y
aura ni transport ni dépôt, donc c’est l’étape clé qui provoque le déclanchement de cette
mécanique.

La quantité de sol érodé est plus ou moins celle qui suit le parcours jusqu'à l’étape
finale du dépôt, l’estimation de cette quantité est nécessaire pour pouvoir envisager
l’utilisation de moyens de lutte contre l’érosion.

Pour quantifier l’érosion on peut :

- Mesurer le transport solide au niveau des stations de mesure.


- Faire usage des formules empiriques.

Formules empiriques

1- Formule de Henin (1950)

Elle nous permet de calculer l’érosion spécifique en fonction des facteurs qui la favorise ou la
limite.

I p .I .S
Es  (I.1)
K .Ve

avec ;

𝐼𝑝 : Intensité des précipitations.

𝐼 : Pente du bassin versant.

𝑆 : Susceptibilité des sols.

𝐾 : Perméabilité.

𝑉𝑒 : Végétation.

On remarque deux types de facteurs :

𝐼𝑝 𝑒𝑡 𝐼 ∶ Facteurs favorisant l’érosion.

𝑆 , 𝐾𝑒𝑡 𝑉𝑒 : Facteurs limitant l’érosion.

7
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

2- Formule de Wischmeier et Smith ( Universal Soil Loss Equation 1959).

Des chercheurs Américains ont défini, au cours des années cinquante, la forme et les
paramètres d’une équation universelle de l’érosion en nappe (Universal Soil Loss Equation,
de Wischmeier et Smith). Le but de cette formule empirique, établie grâce au traitement d’un
grand nombre de données recueillies sur des parcelles expérimentales et de petits bassins, est
de permettre une prévision chiffrée des risques d’érosion concernés par les surfaces qu’on se
propose de cultiver (Neboit, 1991).

E  R.K.SL.C.P (I.2)

avec ;

E : Pertes annuelles de terres (t/ha/an).

R : Facteur d’agressivité climatique tenant compte de l’intensité maximale des pluies.

K : Facteur sol ; il exprime l’érodabilité ou la résistance des sols vis-à-vis de l’érosion en


nappe ou en rigoles.

SL : Facteur topographique (inclinaison et longueur de pente).

C : Facteur agronomique expriment les interactions entre le couvert végétal et les techniques
culturales utilisées.

P : Facteur des aménagements antiérosifs.

3- Formule de (Gavrilovic, 1972)

Dans cette formule, l’érosion est définie en fonction de la température, de la pluie et du


coefficient d’érosion.

Es  3,14.T .P0 . Z 3 (I.3)

avec ;
𝐸𝑠 : Erosion spécifique dans le bassin versant (t/km².an).
𝑇 : Coefficient de température :

t0
T  0,1 (I.4)
10

8
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

𝑡𝑜 : Température moyenne annuelle en (°c).


𝑃0 : Pluie annuelle en (mm).
𝑍 : Coefficient d’érosion :


Z  y  x.a    I moy  (I.5)

𝑦 : Valeur du coefficient de la résistance du sol, il dépend de la nature de la roche mère, du


type de sol et du climat.
[𝑥. 𝑎] : Coefficient de régularisation du bassin versant.
𝛿 : Equivalant numérique des processus visibles.
𝐼𝑚𝑜𝑦 : Indice de pente moyenne du bassin versant.

4- Formule de (Tixeront, 1960)

Elle exprime une relation en fonction de la perméabilité du bassin versant et de la lame


d’eau ruisselée.

Es   S1T1  S2T2  SnTn  (I.6)

avec ;

𝐸𝑠 : Erosion spécifique (t/km².an).

𝑇1 , 𝑇2 , … , 𝑇𝑛 : Taux d’abrasion en fonction de la perméabilité du sol dans les sous bassin


(t/km²).

𝑆 : Superficie totale du bassin (km²).

𝑆1 , 𝑆2 , … , 𝑆𝑛 : Superficie des sous bassins (km²).

Remarque :

Si on suppose que la totalité du bassin possède une même perméabilité,

Es  K .Le (I.7)

𝐿𝑒 : Lame d’eau ruisselée moyenne interannuelle (mm).

K : Coefficient qui tient compte de la perméabilité des terrains.

9
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

K=8,5 pour les terrains d’une perméabilité élevée.

K=75 pour les terrains d’une perméabilité moyennement élevée.

K= 350 pour les terrains d’une perméabilité faible à moyenne.

K=1400 pour les terrains d’une perméabilité faible.

K=3200 pour les terrains perméables.

5- Formule de Fournier (1960)

Elle exprime l’érosion spécifique en fonction de la précipitation, l’altitude et la superficie du


bassin versant.

2 2
1 P  H 
Ass  .  m  .  2, 65  .  moy  .  0, 46  (I.8)
36  Pam   S 

avec ;

𝑄𝑠 : L’apport solide moyen inter annuel (t/km².an).

𝑃𝑚 : Précipitation moyenne mensuelles du mois le plus arrosé (mm).

𝐻𝑚𝑜𝑦 : L’altitude moyenne (m).

𝑃𝑎 : Précipitation annuelle (mm).

𝑆 : Superficie du bassin versant (km²).

6- Formule de Sograeah (1969).

Basée sur les données de 30 bassins Algériens, de superficie comprise entre 100 et 300 km²,
soumis à une pluviométrie annuelle comprise entre 300 à 1000 mm (Mehdi, 2015).

Ass   .E 0.15 (I.9)

avec ;

𝐴𝑠𝑠 : Apport solide spécifique (t/km²/an)

𝛼 : Coefficient dépendant de la perméabilité du sol.

𝐸 : Ecoulement annuel (mm).

10
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

I.1.2 Transport solide

 Définition

Le transport solide joue un rôle important dans la dynamique fluviale, son expression
couvre un ensemble de phénomènes physiques extrêmement vastes, il s’agit de l’entraînement
des particules solides à l’état granulaire sous l’action de l’écoulement du fluide (Lebreton,
1974).

Le transport solide des particules du sol dépend de deux critères essentiels qui sont la
vitesse de l’écoulement et la granulométrie. Ainsi l’entrainement des particules solides par un
écoulement liquide est essentiellement en fonction de la dimension des particules (Hug,
1975).

 Modes de transport

Généralement deux modes de transport solide sont considérés, le transport solide par
charriage et le transport solide en suspension. Il y’a des auteurs qui considèrent un troisième
mode caractéristique intermédiaire, la saltation, ou les particules se déplacent par des bonds,
en alternant charriage et suspension (Elahcene, 2013).

Figure I.5 Illustration des différents modes de transport solide (Bouzid, 2005)

11
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

1. Transport solide par charriage

Le transport solide par charriage, représente la progression de sédiments grossiers


(sables, gravier, galets et blocs) de diamètre supérieur à 1 mm, qui se déplacent par glissement
ou roulement au voisinage du fond du cours d’eau et parcourent des distances relativement
petites et discontinues dans le temps et l’espace (Elahcene, 2013).

2. Transport solide en suspension

Le transport solide en suspension représente le transport de sédiments fins (argiles,


limons, sables fins), de taille micronique, maintenues en suspension sur toute la hauteur de la
masse liquide du cours d’eau, sous l’action des fluctuations turbulentes de l’écoulement. Les
sédiments se déplacent sur des grandes distances et le débit solide croît de l’amont vers l’aval.
Dans la très grande partie des cas, la charge en suspension représente quantitativement un
pourcentage très important du transport global (Elahcene, 2013).

 Quantification du transport solide

1. Transport par charriage

Plusieurs méthodes sont utilisées pour mesurer le débit solide par charriage. La plus
directe d’entre elles est de disposer d’une trappe transversalement sur le lit de l’oued, qui va
piéger les sédiments lors de leurs passages et à l’aide d’un pompage, on mesurera le volume
charrié.

Détecteur hydro-phoniques

C’est un dispositif composé d’une boite, équipée d’une plaque vibrante. A l’intérieur de
cette boite se trouve un microphone qui transmet les vibrations de la plaque à l’aide
d’un câble.

Traceur radio actif

En mesurant la vitesse des traceurs radio actifs, on peut estimer la vitesse de


déplacement des particules.

12
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

Procédés topographiques

La quantité de sédiments déposés au niveau de la retenue est exprimée par la différence


entre deux levés topographiques. Cette méthode mesure aussi le transport solide en
suspension.

2. Transport en suspension

Méthode approchée

Elle consiste à effectuer des prélèvements en bordure d’un cours d’eau et mesurer leurs
concentrations solides après filtration est passage à l’étuve.

Cette concentration va nous permettre de mesurer le débit solide à partir de la relation


suivante :

Qs  C.Ql (I.10)

avec ;

𝑄𝑠 : Débit solide transporté par cours d’eau (kg/s).

C : Concentration solide (kg/l).

𝑄𝑙 : Débit liquide du cours d’eau (l/s).

Méthode de USBR

Elle a été tout d’abord proposée par le service de conservation du sol, puis formulée par
le bureau de réclamation des états unis (USBR).
Elle exprime la relation entre débit liquide et débit solide tel que :

Qs  aQl b (I.11)

avec ;

𝑄𝑠 : Débit solide en suspension (kg/s)

𝑄𝑙 : Débit liquide, enregistrés à une station hydrométrique (m3/s)

𝑎, 𝑏 : Coefficients dépendant de la saison, et de la taille de l’échantillon.

13
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

Méthode par exploitation de champs de vitesse

Elle consiste à explorer à travers une section droite d’un cours d’eau, le champ de
concentration de matières en suspension et ensuite calculer le débit solide par
intégration.

Figure I.6 Section droite du cours d’eau (Mokhtari, 2009)

On prend plusieurs mesures de vitesses et de concentrations solides sur différentes


profondeurs répartis sur des verticales tout le long de la section droite.

Pour chaque verticale, on prend les mesures des vitesses et concentrations en fonction de la
profondeur. Ensuite en représente nos résultats en traçant les épures de vitesse de chaque
verticale.

Figure I.7 Epure des débits solides élémentaires (Mokhtari, 2009)

14
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

Finalement on procède au calcule du débit solide.

Tout d’abord, le calcule du débit sur chaque verticale, par intégration du couple
vitesse/concentration sur toute la profondeur du cours d’eau.

hi

qs   C.Vdh (I.12)
0

avec ;

C : Concentration des matériaux en suspensions au niveau d’un point de mesure (g/l).

V : Vitesse au niveau d’un point de mesure (m/s).

ℎ𝑖 : Profondeur de la vertical i (m).

Une fois les débits unitaires de chaque verticale sont calculés, on calcul de débit solide total et
cela en intégrant une deuxième fois cette fois ci sur la largeur de la section.

L hi L

Qs  qs dl  C.V dh dl (I.13)


0 00

avec ;

L : Largeur totale de la section de mesure (m).

𝑄𝑠 : Débit solide à travers toute la section (kg/s) ou (Tonne/an).

 Détermination de la concentration des matériaux en suspensions

Il existe différentes manières de déterminer la concentration en matière solide dont on


cite la mesure directe en utilisant la méthode d’absorption et la diffusion des rayonnements,
ou par la méthode de mesure par prélèvement d’échantillon, ou encore la mesure de la
concentration par l’usage de formules empiriques.

En se basant sur la dernière méthode citée ci-dessus, soit par l’utilisation des formules
empiriques, on verra deux formules différentes selon les paramètres utilisés et leurs
conditions d’application.

15
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

1. Formule d’Obrien (1933)

Cette formule s’appuie sur le fait que le taux de concentration dépend directement de la côte Z
des points prélevés.

W
C  h  Z Z0  KU *
 .  (I.14)
C0  Z h  Z 0 

avec ;

C : Taux de concentration volumique à la côte Z (g/l).

C0 : Taux de concentration volumique à la côte Z0 (g/l).

h : Hauteur du liquide (m).

W : Vitesse de décantation des grains (m/s).

K : Constante universelle de Karman.

U* : Vitesse moyenne de l’écoulement (m/s).

 g 
(1/2)

U  
*
(I.15)
 

avec ;

𝜏 : Tension de frottement (kg/m²).

𝛿 : Poids spécifique de l’eau.

Cette formule présente des limites d’applications, tel qu’elle est utilisée dans le cas d’un
écoulement rigoureux uniforme.

2. Formule d’Abalianz (1958)

U
C  26. 3/4
(I.16)
h .W
avec ;

𝐶̅ : Valeur moyenne du taux de concentration des matériaux (g/l).


̅ : Vitesse moyenne de l’écoulement (m/s).
𝑈
𝑊 : Vitesse de décantation des grains dans l’eau (m/s).
ℎ : Hauteur du liquide (m).

16
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

I.2 EROSION ET DEPOT DANS UN BASSIN VERSANT

L’érosion et détachement des particules du sol, leurs transports et finalement leurs


dépôts dépend de plusieurs caractéristiques dont on cite morphologique, hydrologique et
climatique du bassin versant, ou alors des zones géographiques.

On regroupe ces caractéristiques en deux grandes familles appelées physiques et


hydrologiques.

1. les caractéristiques physiques

Les caractéristiques de nature physique influant sur l’érosion, le transport solide et


dépôt sont : le relief, la nature géologique, les sols, la végétation, l’occupation des terres, la
morphologie du réseau de drainage.

Ceci dit, il existe d’autres caractéristiques physiques extrêmes, dues à des phénomènes
naturels tels que les tremblements de terres, avalanches, éruptions volcaniques, coulées de
lave et glissements de terrains (Sundborg, 1986).

2. les caractéristiques hydrologiques

Elles comprennent tout d’abord les éléments importants au développement de la


végétation dont on cite le climat, la précipitation et la température.

L’écoulement joue aussi un rôle majeur dans l’érosion et le transport solide.

Le volume et l’intensité des précipitations jouent un rôle important dans les processus
d’érosion par leurs effets sur la dynamique du détachement des particules des sols sans
protection et du maintien en mouvement des particules par l’écoulement. (Sundborg, 1986).

I.3 AMPLEUR DE L’EROSION ET DU TRANSPORT SEDIMENTAIRE EN


ALGERIE
L’Algérie du nord est soumise à de fortes pressions en hommes et en bétail qui ont
engendré une sévère dégradation des sols et de la couverture végétale. On estime à plus de 20
millions d’hectares des terres touchées par l’érosion particulièrement dans les zones
montagneuses ou sont implantés plus de 90% des barrages et où se concentrent environ 20
millions d’habitant (Mazour et Roose, 2000).

17
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

Par conséquence, il est estimé selon (Lekfir, et al., 2005) que 40 000 ha de terres cultivables
sont perdus chaque année. Et une quantité de 30 millions de mètre cube de vase se dépose
chaque année dans les barrages Algériens (Remini et Remini, 2003).

Dans le but de concrétiser ces estimations, des mesures ont été réalisées sur plusieurs barrages
et qui sont résumées dans le tableau suivant.

Tableau I.1 Etat d’envasement de quelques barrages algériens (Remini, et al., 2003).

Barrage Année de mise en eau Capacité initiale en Envasement moyen


Hm³ annuel Hm³
Oued Fodda 1932 228 2.66
Ghrib 1939 280 3.2
Djorf El Torba 1934 350 1.3
S.M.B.A 1978 235 1
Lacheffia 1965 175.68 0.17
EghilEmida 1953 154.8 1.6
Bouhanifia 1944 73 0.78
Beni Bahdels 1940 63 0.2
Bakhada 1936 37.6 0.27
Foum El Gherza 1950 47 0.8
Zerdezas 1936 14.9 0.25
Hamiz 1935 21 0.35
Mefrouch 1936 16 0.12
K’sob 1940 11.6 0.3
Foum El Gueiss 1939 3 0.03

Le problème de l’envasement des barrages est un problème d’ordre planétaire et


touche plusieurs pays du monde. Dans le tableau suivant, on trouvera quelques données
statistiques résumant l’état d’envasement dans plusieurs pays de différents continents.

18
CHAPITRE I : Processus d’érosion et d’alluvionnement

Tableau I.2 Envasement de quelques barrages à travers le monde (Dan, et al., 2000)

Pays Nombre de Volume Pourcentage Durée de vie


réservoirs d’envasement d’envasement % (Année)
(Hm3)
Algérie 11 0,6-52 3-83 2-71
Australie 13 0,1-19 0,2-72 8-25
Chine 7 3-3400 10-99 1,5-16
Ethiopie 3 2,3-50 3-75 3-10
France 3 7-28 6-50 12-40
Allemagne 3 1,2-2,4 2,9-100 7-18
Inde 11 5,2-495 0,1-62 7-37
Japon 4 4-76 23-96 8-22
Espagne 5 17-50 6-97 9-38
URSS 13 1,1-313 0,4-99 4-24
USA 54 0,1-5138 0,5-60 4-70

I.4 CONCLUSION

Le phénomène d’érosion et de transport solide, est un phénomène qui peut parvenir de


façon naturelle ou provoquée suite aux actions extérieures et aussi aux agents anthropiques
induisant des conséquences non négligeables. Parmi ces conséquences l’alluvionnement
(l’envasement) des barrages-réservoirs provoquant des pertes considérables de la capacité
utile d’un réservoir.

Pour ce faire, il est nécessaire de s’intéresser à l’évolution de l’alluvionnement d’un


barrage-réservoir et de prédire son évolution durant son exploitation par l’emploi d’approches
empiriques ou semi-empiriques. Permettant, ainsi de prévoir des actions de gestion ainsi que
des solutions préventives ou curatives pour atténuer l’ampleur du phénomène.

19
CHAPITRE II :

ETUDE PREDICTIVE DE L’ENVASEMENT


D’UNE RETENUE D’UN BARRAGE PAR
METHODE SEMI-EMPIRIQUE
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

CHAPITRE II : ETUDE PREDICTIVE DE L’ENVASEMENT D’UNE RETENUE


D’UN BARRAGE PAR METHODE SEMI-EMPIRIQUE

Introduction
Parmi les conséquences les plus graves liées au problème d’érosion et du transport
sédimentaire, c’est le phénomène d’envasement par alluvionnement des retenues de barrages.

Chaque barrage est construit dans le but de remplir sa fonction (stocker de l’eau), au moment
de la conception, les dispositions constructives doivent permettre un stockage de sédiment
suffisant pour ne pas altérer les fonctions du réservoir durant sa durée de service.

Pour ce faire, un volume de stockage supplémentaire égale au dépôt de sédiments


prévu pendant la durée de vie (économique) du réservoir est habituellement inclus dans la
conception originale.

Cependant, il se peut que malgré ces dispositions préventives, le barrage soit mis hors
service avant même d’atteindre la durée de vie. L’envasement d’une retenue peut engendrer
des désordres de stabilité dans le corps du barrage pouvant induire un arrêt ou une
exploitation partielle de la capacité du réservoir, cas du barrage de Zardezas (W.Skikda) où la
côte de remplissage du barrage a été limitée à une hauteur, située bien en dessous du niveau
normal de retenue (NNR).

Néanmoins, il est bon à savoir que la construction d’un barrage en travers d’un cours
d’eau dans une vallée a des conséquences qui se résument comme suit (CFBR, 2012) :

 Le régime des débits du cours d’eau est largement modifié ;

 Les caractéristiques du lit du cours d’eau au droit de la retenue sont profondément


modifiés ;

 Les conditions dans lesquelles s’effectue le transport solide dans ce cours d’eau
vont être complètement modifiées.

Tenant compte de ce qui a été évoqué, le problème auquel on est confronté consiste à
estimer par une étude prospective, le taux de dépôts d’envasement dans la retenue d’un
barrage, dans le but d’éviter une sédimentation pouvant perturber le fonctionnement normal
du réservoir (USBR, 1987).

20
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

II.1 ALLUVIONNEMENT ET ENVASEMENT D’UNE RETENUE

L’envasement est défini comme étant le dépôt de sédiments dans la retenue d’un barrage
réservoir, réduisant ainsi sa capacité de stockage (Ammari, 2012). Il est principalement causé
par le phénomène de l’érosion et du transport des sédiments détachés du sol, qui finissent
généralement par se décanter dans une retenue d’un barrage.

Conséquence de l’envasement

L’envasement est un processus complexe qui engendre des conséquences multiples à des
niveaux différents. Badraoui et Hadji (2001), distinguent essentiellement six (6) conséquences
définis comme suit :

1. Sur les volumes régularisés et les performances du barrage

L’envasement de la retenue d’un barrage affecte sa capacité de stockage et par


conséquent réduit son volume utile disponible (Tableau II.1) et (Tableau II.2).

Tableau II.1 Pertes de la capacité due à l’envasement dans certains pays du monde
(Remini et Remini, 2003)

Pays Barrages Capacité initiale Hm³ P% annuel de perte


de capacité
K’sob 31,0 3,5
Cheurfa 14,4 2,0
Algérie Foum el gherza 47,0 1,7
Ghrib 280,0 1,1
Autriche Bachenta 0,7 3,0
Chine Hesenglin 8,6 6,5
Espagne Pedromarin 19,0 5,9
France Beauvoir 11,0 3,0
Maroc Mohamed V 567,0 2,0
Etat unis Imperial 104,0 11,2

21
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

Tableau II.2 Effet de l’envasement sur la capacité utile des barrages en Algérie
(ANBT).

Barrages Capacité initiale Capacité en 2004 Quantité de vase en


(Hm³) (Hm3) 2004 (Hm³)
Fergoug 18,00 0,40 17,60
Oued Fodda 228,00 102,85 125,15
Ghrib 280,00 115,30 164,7
K’sob 31,00 12,34 18,66
Foum El Gherza 47,00 14,89 32,11

2. Sur la capacité de laminage des crues

Du fait de l’envasement de la retenue d’un barrage, le volume de la partie réservée au


laminage des crues subit une réduction progressive. Cette réduction se traduit par une
augmentation du risque de déversement ce qui constitue une menace pour la sécurité
de l’ouvrage et les zones inondables à l’aval et se traduit par les pertes d’eau pour
l’alimentation en eau potable, l’irrigation et la production énergétique.

3. Sur la sécurité des barrages

L’envasement des barrages affecte leurs sécurités de par :


- La mise en danger de la stabilité de l’ouvrage du fait de l’augmentation de la
poussée hydrostatique causée par le remplacement progressif des volumes par les
sédiments et l’accroissement de la densité des eaux stockées dû a la suspension.
- L’opposition à l’ouverture des vannes nécessaires à la diminution du plan d’eau
dans les cas d’urgence.
- Le gène de l’auscultation de l’ouvrage. En effet, les sédiments déposés peuvent
empêcher la mise en œuvre des moyens d’inspection subaquatiques et masquer le
parement amont face aux inspections visuelles après vidange.

22
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

4. Sur les ouvrages annexes des barrages

Les dimensions des matériaux qui sont transportés par la rivière dans la retenue et dont
une partie rentre en contact avec les organes de restitution constituent un danger
permanent pour la sécurité du barrage. Ces dangers sont de deux types selon la taille
des sédiments ;
 Danger dû aux matériaux fins, provient de l’effet statique de ces matériaux qui
en s’accumulant devant l’entonnement des prises d’eau et de vidange de fond
ou encore des évacuateurs de crues risquent de créer un bouchon de vase qui
devient problématique avec sa consolidation et qui affecte la fonctionnalité de
l’ouvrage.
 Danger dû aux matériaux grossiers pouvant du fait de leur taille endommager
les vannes ou leurs étanchéités, s’opposer à la fermeture des vannes et
provoquer une perte d’eau importante.

5. Sur les infrastructures aval

Les problèmes posés par les sédiments ne se limitent pas au niveau du barrage,
mais ils s’étendent bien à l’aval. Ainsi, les sédiments en suspension dans l’eau
distribuée par des canaux à partir des barrages se déposent dans ces ouvrages.
L’envasement des canaux d’irrigation impose leur entretien et leur curage d’une
manière régulière.

6. Sur la qualité de l’eau

Un des plus importants effets de l’érosion sur la qualité des eaux des retenues des
barrages est sa dégradation due au phénomène d’eutrophisation. Ce phénomène est lié
à un aspect particulier du transport solide dans les bassins versants, à savoir, sa charge
en phosphore, en manganèse et en azote et à l’effet des sédiments sur la modification
du chimisme de l’eau et la stratification thermique de la retenue.
Un autre effet, tout aussi important de l’érosion réside dans la difficulté d’éliminer les
quantités importantes de matières en suspension au niveau des oueds où existent des
prises d’alimentation en eau potable au fil de l’eau.

23
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

II.2 QUANTIFICATION DE L’ENVASEMENT D’UN BARRAGE

Face aux conséquences très importantes de l’envasement particulièrement au niveau de la


retenue, il est nécessaire d’examiner et suivre le taux d’envasement des barrages afin de
pouvoir prendre les mesures de protections adéquates.

Pour cela il existe plusieurs méthodes de mesure à savoir :

a. Mesure à l’échosondeur
Le principe et de déterminer le volume de la vase suite a une comparaison entre le
profil en travers d’origine et celui réalisé a partir des données relevées par
échosondeur à ultra-son.

b. Méthode de turbidimétrie
Cette méthode est basée sur la relation qui nous donne le débit massique instantané
d’une station donnée en multipliant le débit liquide instantané par la turbidité
instantanée.
Par la suite on trace le diagramme de turbidité fournissant la masse solide instantanée
véhiculée en fonction de la durée de la crue.

c. Méthode de stéréophotogrammétrie
L’un des procédés actuels le plus précis pour établir les donnés de base est la
stéréophotogrammétrie ancienne complétée au sol par un travail topographique,
l’erreur commise par ce procédé dans l’évaluation des coordonnées des points
particuliers, et de l’ordre de 0.1 m, une telle précision permet l’utilisation de
photographie semblable, à des intervalles de temps suffisant de l’ordre de cinq (5) ans
ou même de deux (2) ans (Mehdi, 2015).

d. Méthode bathymétrique
Consiste en la réalisation d’un levé hydrographique qui mesure la profondeur de l’eau
de la retenue, en relevant la forme des fonds marins, en le comparant aux données
initiales, on obtiendra le taux de sédiments dans la retenue.

24
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

II.3 ETUDE DE L’EVOLUTION DE L’ENVASEMENT DE LA RETENUE

On utilise le plus souvent l’approche comparative de la capacité de stockage actuelle


avec celle d’une enquête précédente (habituellement l’enquête originale), la différence
représente l’accumulation des sédiments.

La condition de cette approche est telle que la méthode utilisée pour le calcul de la
capacité d’origine doit être la même que celle utilisée lors du calcul de la capacité actualisée.

Cela permet d’éliminer toute différence de technique pouvant influencer les résultats de
calculs des volumes de sédiments du barrage, (USBR, 1987).

Figure II.1 Description schématique de la distribution des volumes d’un réservoir et du


dépôt sédimentaire (Strand et Pemberton, 1980).

II.4 ETUDE PREDICTIVE DE L’ENVASEMENT D’UNE RETENUE PAR LA


METHODE SEMI-EMPIRIQUE

Une fois l’étude évolutive comparative de la capacité de la retenue est réalisée, on


obtient un volume de sédiments durant la période qui sépare les deux enquêtes réalisées.

À partir de cette quantité de sédiments, on peut estimer le volume sédimentaire qu’on


aura dans plusieurs années à venir.

25
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

A ce stade, ce qui reste à faire et qui représente l’étape cruciale du travail, c’est de
savoir répartir ce volume obtenu et pouvoir transformer un volume en une courbe de
répartition à partir de laquelle on peut même réaliser la courbe capacité-hauteur future du
barrage.

II.4.1 Méthode de distribution des sédiments préconisés par l’USBR (1987)


Le procédé de la méthode consiste essentiellement à :

1. Calculer le taux d’accumulation de sédiments (volume de la vase) durant la


période « t » (nombres d’année séparant les deux données d’enquêtes disponibles).
Et calculer le volume de la vase pour les années prospectives considérées. Ce calcul
est possible en s’appuyant sur l’hypothèse d’un taux d’envasement relativement
constant durant la période choisie.

2. Déterminer la courbe de distribution de l’envasement dans le fond du barrage.


Le choix du type de distribution de sédiments ce fait selon le tableau suivant :

Tableau II.3 Classification des types de courbe de distribution des sédiments (USBR,
1987).

Fonctionnement du réservoir Forme Type


pondéré
Classe Type Classe Type
Lac I I
Sédiment
I Plaine d’inondation II I ou II
Submergé
Colline et gorge III II
Lac I I ou II
Diminution
II Plaine d’inondation II II
modérée
Colline et gorge III II ou III
Lac I II
Réduction
III Plaine d’inondation II II ou III
considérable
Colline et gorge III III
Normalement
IV Toutes les formes IV
vide

26
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

Si on obtient deux types possibles, la texture et la taille des sédiments déposés


pourraient être considérées dans cette analyse de jugement ;
Sable grossier …………… Type I
Limon …….……. Type II
Argile ………….. Type III

Le critère de taille des sédiments est un critère de choix du type le moins


considéré, cependant il est utilisé que pour départager deux types différents possibles.
Une fois attribué au réservoir un type de distribution, cette classification ne
changera pas, en effet des études ont montré qu’un réservoir ne change pas de type de
distribution avec des dépôts continus de sédiments (USBR, 1987).

Figure II.2 Courbes type de distribution des sédiments (Strand et Pemberton, 1980).

27
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

3. Calculer la hauteur du dépôt des sédiments dans le réservoir à partir d’une série de
calculs commençant par la détermination d’une fonction adimensionnelle du dépôt
total des sédiments, de la capacité, de la profondeur et la surface pour chaque année
concernée par une évaluation estimative du volume d’alluvionnement dans le réservoir
d’un barrage.

S  Vh
F (II.1)
H . Ah

avec ;

𝑆 : Sédimentation totale déposée.


𝑉ℎ : Capacité initiale du barrage à une hauteur donnée.
𝐻 : Profondeur initiale du réservoir.
𝐴ℎ : Surface de la retenue à une hauteur donnée.

Une fois le calcul terminé on superpose le tracé des résultats obtenus pour les
différentes périodes de calcul, sur le diagramme représentant, les courbes tracées de la
gamme complète des valeurs de la fonction F pour les quatre types de réservoirs et de
la méthode d’incrémentation de surface élaborée à partir des courbes de capacité et de
la surface.

L’intersection entre les graphes des résultats obtenus avec le tracé des valeurs de F
correspondantes au type de distribution de notre réservoir (ou sur la courbe
d’incrémentation de surface), nous donne dans les deux cas des profondeurs relatives
égales aux nouvelles élévations nulles du barrage après envasement, et ceci, pour
chaque période de calcul.
La méthode d’incrémentation de surface est souvent choisie parce qu’elle croise
toujours la courbe F, et dans de nombreux cas, donne un bon contrôle de la nouvelle
élévation de capacité nulle au niveau du barrage, plus exacte que celle donnée par la
courbe de F.

28
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

Figure II.3 Détermination des profondeurs relatives des sédiments, cas du barrage de
Theodore Roosevelt (USBR, 1987).

A partir de la profondeur relative, on peut facilement obtenir la profondeur du


réservoir avec la formule suivante :
Hi
P (II.2)
H
avec ;

𝐻𝑖 : Profondeur correspondante à une hauteur donnée.


𝐻 : Profondeur totale du barrage.

4. La prochaine étape consiste au calcul des surfaces sédimentaires, commençant par le


calcul des surfaces relatives pour chaque profondeur relative, selon le type de courbe
de distribution du barrage.

29
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

Selon le type de distribution des sédiments on possède :

a  5.074 p1.85 1  p 
0.35
Type I (II.3)

a  2.487 p0.57 1  p 
0.41
Type II (II.4)

a  16.967 p1.15 1  p 
3.32
Type III (II.5)

a  1.486 p0.25 1  p 
1.34
Type IV (II.6)

avec ;

𝑎 : Surface sédimentaire relative ; 𝑝 : Profondeur relative.

 Ensuite, on parvient au calcul des surfaces sédimentaires pour chaque profondeur.


S
a i (II.7)
S
avec ;
𝑎 : Surface sédimentaire relative.
𝑆𝑖 : Surface partielle correspondante à une profondeur donnée.
𝑆 : Surface totale de la retenue.

5. Le calcul des volumes sédimentaires pour chaque profondeur.

Pour cela, il faut tout d’abord déterminer le pourcentage de sédiments déposé


correspondant a chaque profondeur, en projetant les pourcentages des profondeurs
relatifs du réservoir sur la courbe type de distribution des sédiments (Cf.Figure II.2).

Selon le pourcentage de dépôts, on obtient un volume déposé pour chaque élévation.

Tel que, le volume de vase calculé au début correspond a 100% de dépôt, alors chaque
pourcentage de dépôt correspond une fraction du volume total.

30
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

Remarque :

On utilise la courbe type de distribution du fond sédimentaire pour la détermination du


volume de sédiments, car en général, les sédiments ne sont pas equitablement répartie
dans le fond du bassin et donc leur distribution suit la courbe type du barrage à savoir
I, II, III ou IV.

Figure II.4 Profil de dépôt sédimentaire dans un réservoir


(Strand et Pemberton, 1980).

6. Finalement, calculer les volumes et surfaces d’eau du réservoir correspondant à


chaque profondeur puis, proceder au tracé des courbes Capacités-Hauteur-Surface :

Ci '  Ci  Vi (II.8)

avec ;

𝐶𝑖 ′ : Nouvelle capacité partielle pour la profondeur i


𝐶𝑖 : Capacité initiale de l’année d’origine pour la profondeur i.
𝑉𝑖 : Volume sédimentaire partielle pour la profondeur i.

 De la même façon on calcul les surfaces.

31
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

Figure II.5 Courbes Capacité-Hauteur-Surface pour les périodes :100, 200 et 300 ans , au
barrage Théodore Roosevelt (Strand et Pemberton, 1980).

32
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

Caractéristiques du
Réservoir

Courbes Capacités- Classification des types de courbe


Hauteurs-Surfaces de distribution (Tableau II.3)

Détermination du volume de vase Détermination du type de distribution du


accumulé durant la période ‘’p’’ fond sédimentaire du barrage.

Calcule des volumes de vase estimés pour


différentes périodes d’étude.

Abaque des fonctions F


(Figure II.3)

Calcul de la fonction adimensionnelle


F

Abaque des fonctions F


(Figure II.3)

Détermination des profondeurs relatives


et élévation nulle

Formules semi- Courbes type de


distribution (Figure II.2)
empiriques

Calcul des surfaces relatives et Distribution du volume de sédiment selon le


distribution de la surface type de distribution du barrage

Calcul des capacités et surfaces de pour une


période prévisionnelle

Figure II. 6 Organigramme de la méthode de réduction des surfaces par la méthode Semi
empirique de l’USBR (1987).

33
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

II.5 TRAVAUX REALISES DANS LE CADRE DE L’ETUDE DE


L’ALLUVIONNEMENT ET D’ENVASEMENT DES RETENUES

Dans cette optique, et dans le but de quantifier et de prévoir l’évolution du phénomène


du transport solide et de l’envasement des barrages, plusieurs recherches ont été faites dont
l’objet est l’étude estimative du dépôt sédimentaire dans les retenues.
Plusieurs méthodes empiriques et semi-empiriques ont été développées, et plusieures
approches ont été prises tous dans le seul but de pouvoir arriver a des résultats qui reflètent le
comportement sédimentaire rencontré sur le terrain et de prédire les courbes de capacité-
hauteur du barrage.

Dans ce qui suit, on citera quelques travaux qui débouchent dans ce contexte :

 (Keykhah et Dahanzadeh, 2017), les auteurs ont étudiés la répartition des sédiments
dans le barrage de Cham Gardalan situé dans la province d’Ilam en utilisant le modèle
de réduction empirique avec la méthode de réduction de la surface.

 (Shinde, et al., 2016), les auteurs dans cette étude, ont évalués et utilisés deux
méthodes empiriques pour déterminer le volume de sédiment du réservoir d’Ujjani
(également connu sous le nom de réservoir de Yashwant Sagar) sur la rivière Bhima
dans le district de Solapur, Taluka Madha de Maharashtra.
Finalement, ils ont choisi la méthode empirique de réduction de la superficie qui
permet d’estimer la quantité de sédiments dans ce barrage avec le plus faible niveau
d’erreur, suite à une comparaison entre les résultats obtenus par les deux méthodes.

 (Issa, et al., 2015), les auteurs de ce travail ont réalisé une étude en utilisant quatre
formules dont trois résultent de méthodes empiriques (Mohammadzadeh-Habili, et al.,
2009) , (Mohammadzadeh-Habili et Heidarpour, 2010) , et (Kaveh, et al., 2013) ,
associées à la méthode de réduction de surface préconisée par l’ (USBR, 1987).
Suite à une étude comparative des résultats obtenus par ces méthodes, avec des levés
bathymétriques du barrage de Mosul , situé au Nord de l’Iraq, elle a permis de
déterminer les méthodes donnant les résultats les plus satisfaisants quant à la
prédiction de l’envasement dans un barrage réservoir.

34
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

 (Othman, et al., 2013), les auteurs ont réalisés une étude des sédiments dans le barrage
de Sefid Roud, en Iran. Ils ont traités le sujet en utilisant les approches de l’USBR et
celle de la FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations), qui
permettent d’estimer la performance du remplissage du réservoir par les sédiments.
Les résultats, ont indiqué que la méthode USBR peut être introduite comme une
méthode calcul d'optimisation dans le bassin hydrographique de Sefid Roud.

 (Tigrek et Aras, 2012), dans ce contexte, ils ont mentionnés le programme RESCON,
a la base un projet parrainé par la Banque Mondiale, il a été développé dans le but de
servir d’un moyen de comparaison et d’évaluation de certaines méthodes d’évacuation
des sédiments utilisées dans les barrages.
La méthode de RESCON est basée sur une approche de gestion du cycle de vie, qui
repose sur l’utilisation durable de projets.
RESCON est un programme écrit en langage de programmation Visual Basic, il est
composé de deux feuilles (tableurs) pour saisir les données requises.
Dans la première, sept classes de données doivent être entrées : Géométrie du
réservoir, caractéristiques des sédiments, caractéristiques de l’eau, paramètres
d’élimination, paramètres économiques, paramètre des avantages de drainage et
investissement du capital.
Dans la seconde, des informations sur les politiques environnementales et sociales
sont demandées. Si l’utilisateur est intéressé par cette partie, elle doit être remplis
soigneusement en fonction des données du projet, dans le cas contraire, il existe déjà
des valeurs par défaut inconnues et les utilisateurs ne doivent pas les modifier.

 (Berghout, 1991) a présenté un code de calcul à partir d’un modèle numérique basé
sur hydrodynamique et la turbulence des eaux chargées dans la retenue d’un
barrage. Cette étude vise à permettre de connaitre l’évolution du volume des dépôts
dans une retenue et aussi à localiser le lieu privilégié de dépôt dans une retenue pour
établir un soutirage optimal de la vase par les courants de densités (Remini et
Avenard, 1998).

35
CHAPITRE II : Etude prédictive de l’envasement d’une retenue d’un barrage par méthode
semi-empirique

 (Strand et Pemberton, 1980), ont élaboré un guide permettant l’estimation prédictive


de l’envasement des barrages basé sur les formules empiriques utilisant la méthode de
la réduction de surface (Area reduction method). Un exemple à été traité sur le barrage
de Theodore Roosevelt situé en Arizona (cité dans l’exemple précédent), qui a permis
d’avoir des résultats intéressants concernant l’évolution de l’envasement de la retenue
avec le tracé des courbes capacité-hauteur-surface pour les trois siècles prochains.

II.6 CONCLUSION

L’envasement est le problème phare auquel s’affronte tout les barrages du monde. Il
existe cependant des moyens qui permettent l’étude de l’évolution de ce phénomène pour
différentes periodes prospectives depuis la mise en eau du barrage.

La prévisions de l’envasement, est devenue le sujet de nombreuse études


contemporaines, ceci en vue de son interet majeur quant à la prédiction du phénomène
d’envasement et de son comportement vis-à-vis de la retenue et ainsi permettre l’estimation
de l’étendu et l’importance des conséquences et la recherche des moyens correctifs possibles.

36
CHAPITRE III :

ETUDE PREDECTIVE DE L’ENVASEMENT


DE LA RETENUE DU GHRIB
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

CHAPITRE III : ETUDE PREDECTIVE DE L’ENVASEMENT DE LA RETENUE DU


GHRIB

Introduction
Le barrage de Ghrib, situé sur l’Oued Chéliff est un ouvrage important, fait partie du
complexe d’aménagement de la vallée du Chéliff. Il est construit en amont du périmètre du
Chéliff, permettant de fournir de l’eau indifféremment à chaque périmètre à savoir : Le haut,
moyen et le bas Chéliff.

Cependant ce barrage est confronté aux problèmes d’alluvionnement et d’envasement


de la retenue, une situation fort préoccupante, puisque le taux d’envasement du réservoir a
atteint les 3,20 Hm³/an (ANBT, 2007).

Afin d’atténuer ce phénomène, des travaux de rehaussement du seuil de déversement


ont été réalisés en 2007, augmentant ainsi la capacité utile du barrage. Pour ce faire, l’ANBT
a réalisé un dispositif composé de vingt (20) hausses fusibles pour augmenter la capacité
utile du barrage de 115,32 Hm3 à 185,32 Hm3.

Néanmoins, l’étude de l’évolution de la vase pour différentes échéances constitue un


atout majeur dans le cadre d’une étude postérieure afin de dégager les démarches et méthodes
employer dans l’intérêt d’atténuer l’ampleur du phénomène et garantir au barrage sa mission
dans le cadre du développement agricole.

III.1 DESCRIPTION DU SITE


Le Barrage du Ghrib est sans doute le plus connu et fait partie des plus grands barrages
réservoirs et aussi parmi les sites les plus visités du pays. Cette situation favorable est due
pour son originalité, premier barrage à masque en béton bitumineux dans la région du
Maghreb, pour une bonne part à sa proximité d’Alger, et aussi aux facilités d’accès et au
charme indescriptible du site.

III.1.1 Localisation et étendu de la zone d’étude


Le barrage du Ghrib est situé dans la vallée du Cheliff à 7 km en amont du centre
d’Oued Cheurfa, à 45 km de Khemis Méliana (W. Ain defla), à 30 km au sud-ouest de Médéa
et à 150 km à l’ouest d’Alger. Le site du barrage Ghrib est localisé à une longitude de
02°35’14 00’’E et à une latitude de 36°07’52 90’’N (ANRH, 2016).

36
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Figure III.1 La localisation géographique de barrage Ghrib (Agence nationale des barrages et
ransferts, 2014)

Figure III.2 Localisation du sous bassin versant d’Oued Cheliff-Ghrib.

37
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

III.1.2 Fiche technique du barrage

 Année de construction : 1927.

 Année de mise en eau : 1939.

 Caractéristiques hydrologiques :

o Oued : Cheliff.
o Capacité utile initiale : 280 Hm³.
o Capacité utile dernière levé (2004) : 115,30 Hm³.
o Capacité utile après surélévation : 185,32 Hm³.
o Apport moyen annuel : 148,50 Hm³/an.
o Envasement : 3,20 Hm³/an.
o Surface du bassin versant : 23300 Km².

 Caractéristiques du barrage :

o Type : Enrochement avec masque amont.


o Hauteur : 65 m.
o Longueur : 270 m.
o Côte de retenue normale (R.N) : 427,50 m.
o Côte des plus hautes eaux (P.H.E) : 430,50 m.
o Déversoir à hausses fusibles : 45000 m³/s.
o Vidange de fond : 100 m³/s

III.1.3 Etat d’érosion du bassin versant

Le taux d’envasement atteint les 3,20 Hm³/an (ANBT, 2007). Ce qui a causé une perte
considérable de la capacité du réservoir de l’ordre de 164,7 Hm³ en une période de 64 ans
(1939-2004), soit plus de la moitié de la capacité initiale.

Il s’avère donc utile de suivre l’évolution de l’envasement et de prédire le volume


d’envasement du barrage Ghrib à partir d’estimations prévisionnelles pour le court, le moyen
et le long terme pour garantir un développement durable de la ressource eau pour cette région.

38
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

III.2 SYNTHESE GEOLOGIQUE

Le bassin de GHRIB se trouve situé dans une région de terrains constitués par une
alternance de grés et de marnes, comme il est montré sur la figure ci-après :

Figure III.3 Coupe géologique type sur le site du barrage (ISL,Bureau d'ingénieur
conseil, 2005)

39
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Les marnes ont une fraction argileuse très importante, elles sont imperméables,
compactes, dures, mais compressibles sous l’effet de charges élevées qu’elles ont à supporter
puisque leur résistance à l’écrasement ne dépasse pas les 7 kg/cm² suivant les essais de
laboratoire. De plus elles semblent avoir une tendance à la dispersion une fois qu’elles sont
immergées. Les grès quant à eux, sont particulièrement incompressibles malgré leurs
manques d’homogénéité, leurs résistances à l’écrasement peuvent atteindre les 180 kg/cm²
(Azzi, 2016).

40
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

III.3 SYNTHESE HYDROLOGIQUE

III.3.1 Bassin versant

Tableau III.1 Caractéristiques géométriques et hydro-morpho-métriques du bassin versant


(Azzi, 2016)

Désignation Symboles Unités Valeurs


Superficie A Km² 1378,63
Périmètre P km 175,67
Longueur du thalweg principal Lp km 79,91
Indice de compacité Kc / 1,32 (allongé)
Coefficient d’allongement Rf / 4,63
Elancement Re / 0,56
Rectangle Longueur LR m 66,92
équivalent Largeur lR m 20,6
maximale Hmax m 1500
Moyenne Hmoy m 895
Altitudes Médiane H50% m 870
minimale Hmin m 400
Altitude à 5% H5% m 943
Altitude à 95% H95% m 814
Pente moyenne du bassin versant Im % 29,63
Indice de pente globale Ig m/km 9,26
Indice de pente moyenne Ipm m/km 16,44
Indice de pente de Roche Ip m/km 5,39
Dénivelée spécifique Ds m 344
Type de relief / / Fort
Densité de drainage Dd km/Km² 5,6
Coefficient de torrentialité Ct / 0,08
Temps de concentration Tc Heures 15,07
Vitesse de ruissellement Vr Km/h 5,30
Classification de Schum Ordre / 6

41
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Figure III.4 Réseau hydrographique du bassin versant.

III.3.2 Etude des apports

L’apport annuel provenant au barrage Ghrib est égal à 137,08 Mm3.

III.3.3 Etudes des crues

La crue de projet est une crue déca milléniale (10 000 ans) de probabilité 0,01% égale
à 3070 m3/s. L’hydrogramme de crue, correspondant à la période de retour de 10 000 ans,
tracé sur la base des résultats obtenus par la méthode de Sokolovsky (figure III. 3) suivante.

42
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Figure III.5 Hydrogramme de crue du barrage Ghrib

III.3.4 Aménagement du Ghrib


Le barrage du Ghrib est un barrage en enrochement, avec un important remblai de 70 m
de hauteur.

Tableau III.2 Récapitulatif des caractéristiques de la digue du barrage Ghrib


Caractéristique Valeur Unité
- Longueur en crête 270 m
- Côte en crête 435 m. NGA
- Côte du niveau normal de la retenue (NNR) 427 m. NGA
- Côte du niveau des plus hautes eaux (NPHE) 432 m. NGA
- Revanche 7,50 m
- Capacité utile au NNR 115,32 Hm3
- Capacité forcée au NPHE 190 Hm3
- Reserve du volume Mort (NVM) 94,68 Hm3

III.3.5 Evacuateur de crue


Le déversoir est à seuil libre de type Creager, ces caractéristiques sont les suivantes :

Longueur développée : 170 m.


Débit sortant : 4000 m³/s.
Hauteur déversante : 5 m.

43
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Le déversoir qui a coûté lors de sa réalisation le quart des dépenses totales du projet,
pourcentage inhabituel pour un évacuateur de crues, justifier par l’importance de sa capacité
d’évacuation, n’a jamais fonctionné durant toute la période de service du barrage jusqu'à ce
jour.

Remarque :

Le déversoir du barrage du Ghrib a été équipé d’un système à base de hausses fusibles
de type labyrinthe, afin de permettre une surélévation du seuil, et un gain en capacité.

Les hausses fusibles sont des éléments auto stables, à basculement autonome, placés
sur la crête du déversoir, elles permettent d’augmenter la capacité de stockage du réservoir
sans que cela ne modifie les conditions de stabilité et de sécurité de l’ouvrage. Elles sont
conçues de manière à évacuer les crues courantes par-dessus leurs crêtes.

Dans le cas de crue extrême, le niveau d’eau atteindra un niveau critique, qui
permettra l’alimentation d’une structure de mise en eau propre à chaque hausse (le puits) qui
déstabilisera l’élément et provoquera son basculement. Chaque hausse fusible a un niveau de
déclanchement différent ce qui permet un effacement progressif du rideau de rehausse et
permet d’atténuer la crue à l’aval.

III.3.6 Cuvette (retenue)

En raison des problèmes de sédimentation, la capacité de la retenue du barrage du


Ghrib ne cesse de diminuer avec le temps, elle est passée de la valeur de 210 Hm³ au niveau
normal de la retenue en 1939 pour atteindre les 115,317 Hm³ en 2004.

Cependant, le système de rehaussement adopté, permettra prochainement une


surélévation du seuil libre de 5m avec une augmentation de capacité de l’ordre de 70 Hm3.

Le graphe suivant représente l’évolution de la capacité de stockage de la retenue


depuis la mise en eau du barrage (en 1939).

44
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Capacité de la retenue à la cote 427.5 220

210

200
m NGA (hm3)

190

180

170

160

150
1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000 2010
Année

Figure III.6 Réduction de la capacité de la retenue du Ghrib en fonction des années


d’exploitation (Hydroplus, 2004)

Un levé bathymétrique de la retenue a été réalisé par le groupement des deux


entreprises Hydrodragage et C.T.Système, et nous a permis de mieux observer l’état
d’envasement du barrage.

Les tableaux ci-après permettent de résumer l’évolution de la capacité et de la surface


depuis l’année de la mise en eau du barrage jusqu'à 2004.

Tableau III.3 Comparatif des volumes à la côte niveau normal de la retenue (Hydrodragage-
C.T.Système, 2004)

Année du levé 1939 1976 1986 2004


Société - CGG GEOKART HYD/CTS
Capacité
210 177,78 165,57 115,32
(Hm³)
Perte de capacité
0 102,22 12,22 44,28
(Hm³)
Nombre d’année
0 37 10 18

Perte de capacité
0 2,76 1,22 2,79
annuelle (Hm³/an)

45
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Tableau III.4 Comparatif des surfaces à la côte niveau normal de la retenue (Hydrodragage-
C.T.Système, 2004)

Année du levé
1939 1976 1986 2004

Surface
- 1212,52 1174,92 1066,20
(ha)
Perte de surface
- - 37,60 108,72
(ha)
Nombre d’année
- 37 10 18
(année)

Perte de surface
3,76 6,04
annuelle (ha/an) - -

A partir des données on peut conclure les qu’entre 1986 et 2004 on a :

 Perte de capacité annuelle moyenne : 2,79 Hm³


 Perte de surface annuelle : 6,04 ha
 Taux d’envasement du barrage : 58,81%

III.4 ESTIMATION DE L’ENVASEMENT PAR LA METHODE SEMI- EMPIRIQUE

A partir de l’utilisation de l’approche de réduction de surface (Area Reduction


Method) depuis les données bathymétriques du barrage. On détermine les volumes prédictifs
de vase dans la retenue dans le barrage du Ghrib.

Pour ce faire, il est indispensable de réunir les données suivantes :

- Courbes capacité-hauteurs-surface originale du barrage, elles correspondent aux


données de l’année de mise en service (1936) c'est-à-dire à 81 années de cela, sont
indisponible au niveau de l’ANBT d’Alger.
Pour cela, on travaillera avec les données de l’année 1986, obtenues lors du levé
bathymétrique réalisé par l’entreprise GEOKART.

46
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

- Courbes capacités-hauteurs-surface actualisées : on prendra les données du levé


bathymétrique de l’année 2004, effectué par l’entreprise Hydroplus.
- Informations sur le barrage, à savoir la forme, la nature pour le choix du type de
distribution du fond sédimentaire.

Étant donné que le barrage de Ghrib est un barrage très ancien en exploitation durant
plus 78 ans ayant observé une perte de sa capacité à plus de la moitié durant 65 années. A ce
rythme d’alluvionnement, la durée de vie moyenne restante du barrage ne dépassera guère les
70 ans.
À ce titre, il est question d’établir une estimation prédictive de l’envasement du barrage pour
plusieurs périodes en se basant sur le levé bathymétrique de référence, effectué en 1986.

Dans ce volet, deux variantes d’étude prédictives ont été envisagées pour examiner
l’évolution de la quantité des sédiments piégés dans la retenue du barrage :

- la première variante étant la plus pessimiste, qui consiste à exclure le soutirage par
la vidange de demi-fond du barrage lors du passage d’une crue.

- La seconde variante consiste à prendre en considération le soutirage par les


courants de densité qui peuvent avoir un rôle inappréciable dans l’évacuation de la
vase et la réduction des quantités de vase piégées dans le réservoir. Dans cette
alternative, nous avons examiné un soutirage (chasse d’eau) à un taux minimum
égal à 30% du volume entrant dans le réservoir.

III.4.1 Envasement de la retenue sans le soutirage

1. Estimation des volumes de sédiments

Le barrage de Ghrib est un barrage qui a connu un taux d’envasement et une


perte de capacité très importante depuis sa mise en service.
En comparant les résultats des levés bathymétriques de l’année 1986 prise
comme année d’origine lors de nos calculs, avec l’année 2004 (18 ans), on note une
perte de capacité qui correspond à un volume de vase de l’ordre de 44,0 Hm3.

47
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Tableau III.5 Estimation du volume de la vase pour différentes périodes considérées

Volume de vase
Année (Hm3)
2004 (18 ans) 44,28

2016 (30 ans) 73,8


2036 (50 ans) 123

2046 (60 ans) 147,6

2056 (70 ans) 172,2

2. La courbe de distribution du fond du barrage Ghrib, tenant compte des données du


tableau (Cf. Tableau II.1) est une distribution de type II.

3. Les résultats du calcul de la fonction du dépôt total de sédiment, de la capacité, de la


profondeur et surface est donnée dans le tableau (Cf. Annexe I).

 La profondeur initiale du barrage est égale à 65 m, mais dans notre cas, on prendra en
compte de la profondeur d’eau après levé de 1986 qui correspond à la valeur de 35 m.

 Tracer le graphe des résultats de la fonction F pour chaque horizon de calcul.

 Représenter sur le même graphe, le tracé des valeurs possibles de F cas d’un barrage
type II, selon les données du tableau ci-après :

48
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Tableau III.6 Valeurs possibles de la fonction F pour les quatre types de distribution
(USBR, 1987).

Type
P
I II III IV
0 ∞ ∞ ∞ 0
0,01 596,7 5,568 12,03 0,2023
0,02 277,5 3,758 5,544 0,233
0,05 51,49 2,233 2,057 0,2716
0,1 14,53 1,495 1,013 0,2911
0,15 6,971 1,169 0,6821 0,2932
0,2 4,145 0,9706 0,518 0,2878
0,25 2,766 0,8299 0,4178 0,2781
0,3 1,98 0,7212 0,3486 0,2656
0,35 1,485 0,6323 0,2968 0,2513
0,4 1,149 0,5565 0,2555 0,2355
0,45 0,9076 0,49 0,2212 0,2187
0,5 0,7267 0,4303 0,1917 0,201
0,55 0,586 0,3758 0,1657 0,1826
0,6 0,4732 0,3253 0,1422 0,1637
0,65 0,3805 0,278 0,1207 0,1443
0,7 0,3026 0,2333 0,1008 0,1245
0,75 0,2359 0,1907 0,08204 0,1044
0,8 0,1777 0,15 0,06428 0,08397
0,85 0,1262 0,1107 0,04731 0,633
0,9 0,08011 0,07276 0,03101 0,04239
0,95 0,383 0,0359 0,01527 0,02128
0,98 0,1494 0,01425 0,006057 0,008534
0,99 0,007411 0,007109 0,00302 0,00247
1 0 0 0 0

Chaque intersection, nous donnera les nouvelles profondeurs nulles du barrage


pour l’année d’estimation en question.

49
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Figure III.7 Graphe des fonctions adimensionnelles en fonction des profondeurs relatives,
avec les points d’intersection selon méthode de l’USBR

Tableau III.7 Résultats de calcul des niveaux nuls sans le soutirage

Profondeur relative Niveau zéro


Horizon de calcul (m)
(-)
2016 (30 ans) 0,215 403

2036 (50 ans) 0,358 408


2046 (60 ans) 0,582 416,1

2056 (70 ans) 0,885 426,5

4. Calculer les surfaces de sédiments pour chaque élévation, pour cela, il faut en premier
déterminer les surfaces sédimentaires relatives en utilisant la formule empirique
correspondante au type de distribution du fond sédimentaire du barrage Ghrib.

a  2.487 p0.57 1  p 
0.41
Type II (II.1)

Ensuite, calculer les surfaces de sédiment en multipliant les surfaces relatives par la
surface maximale de sédiment.

50
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

5. Calculer les volumes de vase ; pour cela, il y’a lieu de déterminer le pourcentage du
dépôt de sédiments pour chaque profondeur en projetant le pourcentage de profondeur
relative sur la courbe de distribution type II, (Cf.Figure III.6)

Figure III.8 Courbe de distribution de sédiment selon type II (USBR, 1987).

Ensuite, calculer les volumes de vase pour chaque profondeur correspondant aux
pourcentages de dépôts obtenus.

Exemple :

Pour 30 ans on a :

VT = 73,8 hm3 100%


Vi = 36,9 Hm3
Vi 50%

51
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

6. Finalement, calculer les volumes et surface d’eau des années estimées.

Tous les résultats de calcul sont résumés dans les tableaux (Cf. Annexe I et Annexe II).

Courbes Capacités-Hauteurs-Surfaces estimatives du barrage du Ghrib pour toutes les


périodes de calcul à savoir 30 ans, 50 ans, 60 ans et 70 ans.

Figure III.9 Courbes Capacités-Hauteurs comparatives (sans le soutirage)

Sur la figure ci-dessus (Figure III.8), on remarque que la capacité du réservoir et en


diminution progressive, et qu’après une période de 70 ans, on aura pratiquement un barrage
entièrement envasé, avec une capacité qui ne dépasse pas les 30 Hm3 pour une hauteur d’eau
de 4 m. Cette situation peut affecter la stabilité au glissement du barrage dans le cas ou la
résultante bascule du tiers central de l’excentricité du profil théorique.

52
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Figure III.10 Courbe Capacité-Hauteur-Surface estimative pour l’année 2016 (sans le


soutirage)

Figure III.11 Courbe Capacité-Hauteur-Surface estimative pour l’année 2036 (sans le


soutirage)

53
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Figure III.12 Courbe Capacité-Hauteur-Surface estimative pour l’année 2046 (sans le


soutirage)

Figure III.13 Courbe Capacité-Hauteur-Surface estimative pour l’année 2056 (sans le


soutirage)

54
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

III.4.2 Envasement du Ghrib tenant compte de soutirage de la vase par courant de


densité

Le soutirage, est un moyen d’entretien qui permet d’éliminer une bonne partie du débit
solide et donc du volume de vase, afin de gagner en capacité et prolonger la durée de vie du
réservoir de quelques années supplémentaires.

Il élimine un pourcentage du volume de vase, estimé entre 30% jusqu'à 70% dans le cas d’un
bon soutirage.

Dans notre étude, on prendra le cas le plus défavorable (30%), pour estimer les volumes et
surfaces du réservoir dans les conditions extrêmes de fonctionnement.

Pour la suite des calculs, ils se feront de la même manière que pour la variante précédente.

Tableau III.8 Volume de la vase pour les différentes périodes considérées (avec le soutirage)

Années Volume de vase hm3


2004 (18 ans) 44,28
2016 (30 ans) 51,66

2036 (50 ans) 86,1


2046 (60 ans) 103,32

2056 (70 ans) 120,54

Tableau III.9 Résultats de calcul des niveaux nuls avec le soutirage de la vase

Profondeur relative Niveau zéro


Horizon de calcul
(-) (m)
2016 (30 ans) 0,138 400,3
2036 (50 ans) 0,252 404,3
2046 (60 ans) 0,304 406,1
2056 (70 ans) 0,350 407,8

Les résultats du calcul sont résumés dans les tableaux (Cf. Annexe III et Annexe IV).

55
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Comparaison des résultats

436 42
432
36
Elévation en m (côte NGA)

428
424 30

Hauteur (m)
420
24
416
18
412 Levé bathymétrique 1986

408 30 ans après


12
50 ans "
404 60 ans "
6
400 70 ans "

396 0
0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200
Volume (Hm3)

Figure III.14 Courbes Capacités-Hauteurs comparatives (avec le soutirage)

Figure III.15 Evolution du volume de vase entre 1986-2056 avec et sans le soutirage

56
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Dans la représentation des volumes de vase pour les différentes échéances (périodes), on a
pris en compte la vase accumulée depuis la mise en service du barrage (1939) jusqu'à l’année
prise d’origine (1986) qui est égale à 11,5 Hm3.

Figure III.16 Evolution du volume du réservoir (1986-2056) avec et sans le soutirage

On remarque une différence assez prononcée entre les volumes de vase pour les deux
variantes avec et sans soutirage, cet écart et d’autant plus important qu’on avance dans le
temps. Ce résultat permet d’expliquer l’importance du respect des consignes d’exploitation au
passage d’une crue pour assurer la chasse de la vase par un bon soutirage dans le but
d’atténuer le processus d’envasement de la retenue (Remini, et al., 1997) et (Remini, 2000).

Il est bien évident que cette différence de volumes de vase implique une différence
dans la mobilisation des eaux de la capacité utiles entre les deux scénarios comme l’illustre la
figure III.15.

57
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

Tableau III.10 Résultats comparatifs entre les deux variantes d’étude

Sans soutirage Chasse par le soutirage

Volume Niveau Volume Niveau


Année Volume Volume
solide liquide Nul solide liquide Nul
(Hm3) (Hm3) (Hm3) (Hm3)
(m) (m)

1986 11,5 198,500 395,5 11,5 198,500 395,5

2004 55,78 154,220 397,5 55,78 154,220 397,5

2016 85,3 124,500 403,0 63,16 146,840 400,3

2036 134,5 75,500 408,0 97,6 112,400 404,3

2046 159,1 50,900 416,1 114,82 95,180 406,1

2056 183,7 26,300 426,5 132,04 77,960 407,8

58
CHAPITRE III : Etude prédictive de l’envasement de la retenue du Ghrib

III.5 CONCLUSION

Le barrage du Ghrib revêt d’une importance au développement de la région agricole


du Chéliff, cependant il figure parmi les barrages les plus envasés en Algérie. En effet, depuis
sa mise en service il a perdu près de la moitié de sa capacité initiale, à ce rythme, sa mise hors
service est inéluctable dans peu de temps. C’est pourquoi, qu’il est impératif d’envisager des
démarches et moyens qui permettent d’estomper l’évolution du phénomène d’alluvionnement
à l’échelle du bassin et l’envasement du réservoir à l’échelle de la retenue.

Selon les résultats de la méthode semi-empirique de réduction des surfaces, préconisée


par (USBR, 1987), on a pu dégager une estimation des volumes et surfaces d’eau pour les 30,
50, 60 et 70 années à partir de l’année de référence 1986. C’est ainsi que des courbes
capacités-hauteurs-surfaces ont été élaborées pour différents horizons : 2016, 2036, 2046 et
2056.

Ces résultats ont montré qu’en 2056, on aura un barrage presque envasé avec un taux
de 82%, ce qui représente un taux élevé. Cependant, il existe un moyen simple, efficace et
moins onéreux permettant une prolongation considérable de la durée de vie de l’ouvrage.

Effectivement, en considérant seulement une évacuation à 30% de la vase de la


retenue par le soutirage on obtient un taux d’envasement de 57,4% en 2056, ce qui nous fera
gagner près de 52 Hm3 de capacité d’eau. Sans tenir compte des travaux d’aménagement et
forestiers à l’échelle du bassin versant associés aux consignes données aux agriculteurs en
amont du barrage pouvant ainsi participer à une réduction de l’alluvionnement et de
l’envasement de la retenue.

59
CHAPITRE IV :

MOYENS DE LUTTE PREVENTIVE ET


CURRATIVE CONTRE
L’ALLUVIONNEMENT ET L’ENVASEMENT
DES BARRAGES.
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

CHAPITRE IV : MOYENS DE LUTTE PREVENTIVE ET CURRATIVE CONTRE


L’ALLUVIONNEMENT ET L’ENVASEMENT DES BARRAGES.

Introduction
En raison des conséquences engendrées par le phénomène d’érosion et du transport
solide, il est impératif de prévoir d’une part, des moyens de lutte contre l’érosion à titre
préventif en amont de la retenue sur l’étendu du bassin versant. D’autre part, engager des
mesures qui doivent être prises pour atténuer l’ampleur du phénomène d’alluvionnement des
retenues par des mesures curatives, tels que : le dragage, la surélévation ou le rehaussement
des évacuateurs par des hausses fusibles, la mise en place d’évacuateur de demi fond… etc.

Entre autre, il est utile de valoriser la vase extraite de l’opération de dragage par son
utilisation comme matériau de construction et de revêtement dans les travaux de routes et
chaussés.

IV.1 MOYENS DE LUTTE PREVENTIVE


Pour permettre la protection de la retenue du barrage contre le transport sédimentaire,
on propose plusieurs solutions pour lesquelles on cite :

IV.1.1 Correction torrentielle des cours d’eau

1- Mise en place de seuils de génie biologique

 Objectifs :
- Endiguer l’évolution des petites ravines au stade de formations en
brisant l’énergie de l’écoulement.
- Retenir une partie des sédiments produits au niveau de la ravine.
 Principe :
- Seuil constitué de deux rangées de boutures plantées avec un
garnissage de bouture placées horizontalement.
- Rangée d’herbacées à enracinement puissant plantées au pied du seuil
pour diminuer les risques d’affouillement.
- Stabilisation des atterrissements par des plantations.

60
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

Figure IV.1 Illustration schématique d’un seuil génie biologique (ANBT,


2008).

2- Mise en place de seuils de génie mécanique et biologique

 Objectifs :
- Aménagement des ravines dont le stade de développement ne permet
plus d’utiliser le seuil de génie végétal.
- Dissiper l’énergie de l’écoulement et créer un atterrissement de
sédiments.
- Utiliser des techniques alternatives au gabion relativement onéreux.

 Principe :
- Réaliser un barrage filtrant en pierres sèches, grillage, sacs plastiques,
pneus.
- Rangées d’herbacées à enracinement profond plantées au pied du seuil
pour limiter les risques d’affouillement.
- Stabilisation des atterrissements par des plantations (espèces
fourragères ou fruitières).

61
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

Figure IV.2 Illustration schématique d’un seuil en génie mécanique et biologique (ANBT,
2008).

IV.1.2 Protection des berges des cours d’eau

La méthode classique de protections des berges se fait par la mise en place de gabions
tout le long des berges.

Figure IV.3 Protection d’un cours d’eau par du gabion compartimenté (ANBT, 2008).

62
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

IV.1.3 Actions en génie civil

L’ouvrage de génie civil, représente une étape de lutte contre l’envasement des
retenues.

Il existe deux types d’ouvrage en génie civil qui sont décrits ci-après :

1- Les barrages épandeurs de crue à parement aval vertical

L’objectif de ces ouvrages est de favoriser les dépôts sédimentaires tout en assurant
lors des crues la recharge des nappes.

Les terrains agricoles sous l’influence des épandages sont alors propices à une
intensification de l’agriculture.

2- Les barrages de consolidation implantés en série et destinée à stabiliser les profils en


longs, réduire la divagation de certains oueds et limiter ainsi l’érosion des berges qui
sont fortement productives en matériaux dans les secteurs avals.

Toutefois l’obtention de résultats notables nécessite souvent un nombre important de


barrages dont la réalisation peut prendre de nombreuses années avec un coût
disproportionnel par rapport aux résultats attendus.

IV.2 MOYENS DE LUTTE CURRATIVE

Le but de ces moyens est de récupérer une partie de la capacité du barrage perdu par
l’effet du dépôt sédimentaire causé par le phénomène de l’envasement et transports solide, on
cite :

IV.2.1 Soutirage des sédiments

Elle est possible grâce à l’ouverture partielle ou totale des vannes d’un barrage lors du
passage d’une crue, ce qui permet d’exporter ou de chasser une partie des sédiments avant de
se décanter au fond du réservoir par la force du torrent d’eau. Cela permet une réduction
partielle estimée de 30% jusqu’à 70% de la vase permettant d’atténuer l’ampleur du dépôt
dans une retenue.

63
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

IV.2.2 Mise en place de barrages de décantation

La mise en place d’un barrage de décantation de la vase permet d’augmenter et de


préserver l’efficacité de remplissage d’une retenue. A titre d’exemple, le barrage de
Boughezoul, ouvrage écréteur de crue, situé à l’amont du barrage Ghrib.
Le barrage de Boughezoul a été conçu essentiellement comme bassin de décantation
des sédiments du bassin versant du Cheliff, et les empêcher d’atteindre le réservoir du barrage
Ghrib. Cette solution a permis un taux de réduction de 24% de l’envasement du Ghrib
(ANBT, 2008).

IV.2.3 Technique du dragage d’une retenue

La technique du dragage reste une technique onéreuse la moins pratique, elle doit
satisfaire des conditions de faisabilités très précises de géologie et de morphologie du
réservoir, c’est pour cette raison qu’on fait recours au dragage que lorsqu’il représente la
meilleure solution du point de vu technico-économique (Mehdi, 2015).

On opte pour le dragage dans un barrage quand :

L’opération de la chasse des sédiments n’est pas possible.


La quantité d’énergie requise pour réduire l’envasement en vidangeant la retenue
représente une perte économique.
Le barrage est irremplaçable et de grande utilité.
Le barrage ne supporte pas une charge supplémentaire qui peut être gagné par la mise
en place d’une surélévation.

Parmi les conditions de faisabilité de l’opération de dragage, on cite :

La taille de la retenue qui doit être moyenne ou grande.


La taille de la granulométrie de la vase, qui doit être composée essentiellement des
silts et argiles, et donc d’élément de diamètre très petit inférieur a 1 mm, avec une
tolérance a la présence de sables fins de diamètre inférieure à 5 mm.
Teneur en eau adéquate qui ne soit pas dans les limites de plasticité ni de liquidité.
L’approximation de la zone de décharge des vases soustraites.

64
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

Cependant il existe deux types de dragage :

1. Dragage hydraulique
Il nécessite une drague suceuse refouleuse et une conduite flottante et terrestre pour
l’évacuation du produit dragué jusqu'à la zone de rejet.

Figure IV.4 Drague suceuse refouleuse (Ifremer, 2008).

Figure IV.5 Drague suceuse refouleuse, Palm Jebel Ali Island-Dubai (De Nul, 2015).

65
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

Figure IV.6 Drague suceuse refouleuse (IMS Versi-Dredge, 2013)

2. Dragage mécanique

Il nécessite soit une drague à godets, benne preneuse ou du matériels de terrassement


(tel que le bulls, pelles hydraulique, chargeurs hydraulique etc…).
Cette technique ne peut être utilisée que si la retenue est vide.

Figure IV.7 Drague à godets (LAROUSSE, 2017)

66
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

Figure IV.8 Drague à pelle (Ifremer, 2008).

Figure IV.9 Drague mécanique amphibie (FFPP, 2005).

67
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

IV.2.4 Surélévation du barrage

Dans certain cas, la surélévation du seuil libre du barrage par des hausses fusibles reste
une solution intéressante dans la mesure où les autres solutions restent relativement
couteuses.
Il existe plusieurs techniques de surélévation du seuil du barrage selon la nature de
cette surélévation. Parmi ces techniques, on citera la surélévation par l’emplacement de
hausses fusibles, comme l’exemple du barrage du Ghrib.
L’emplacement de 20 hausses fusibles de type labyrinthe avec 2 clapets automatiques
centrales de hauteurs respectives de 4,50 m et 4,00 m, a permis a ce dernière de gagner une
tranche de sa capacité initiale qui était à la base de 280 Hm³, puis elle a atteint les 115,3 Hm³
en 2004 pour passer finalement à un volume de 185,32 Hm³ après la surélévation.

Figure IV.10 Surélévation du barrage Ghrib par des hausses fusibles (Azzi, 2016).

68
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

IV.3 VALORISATION DE LA VASE


Il est vrai que le soutirage et le dragage des barrages reste une solution très
prometteuse qui permet de prolonger la durée de vie de l’ouvrage, cependant ces pratiques
posent un problème d’ordre environnemental concernant l’utilisation d’énormes quantités de
vase soutirée par chaque opération de dragage.

Devant de telles quantités de vase rejetées à l’aval du site du barrage, de sérieux


problèmes d’environnement sont apparus (Benamara, et al., 2013). Il serait alors plus
judicieux de mener une réflexion pour une utilisation rationnelle de la vase qui peut être
valorisée dans le domaine des matériaux de construction (Labiod, et al., 2004). Dans ces
travaux de recherche, Selkaoui (2016), a présenté une synthèse de travaux et des propositions
relatives à l’emploi de la vase pour une meilleure efficacité de l’opération et une valorisation
des matériaux dans les domaines ci-après :

IV.3.1 Fabrication du béton et mortier


La production du béton présente l’un des grands consommateurs de matériaux,
particulièrement les granulats, qui représentent un élément majeur dans la fabrication du
béton.

Les granulats sont habituellement issus des carrières, qui sont de plus en plus
surexploitées et finiront surement par s’épuiser. Dans ce contexte, il s’avère utile de pouvoir
introduire les sédiments de dragage sous forme de granulats dans la fabrication du béton, afin
de couvrir la demande croissante de la filière de fabrication de béton.

A juste titre, (Ben Allal, et al., 2011) ont étudié la valorisation des sédiments de
dragage des ports de Tanger et Larache (Maroc) dans les mortiers par substitution du sable.
Les résultats de cette étude, suite au test de résistance à la compression ont confirmé qu’une
substitution partielle du sable par des sédiments de dragage, des ports de Tanger et de
Larache, dans les mortiers est satisfaisante pour un dosage de 20%.

En Algérie, des études ont été faites concernant la valorisation de la vase issue des
barrages. (Belas, et al., 2011) , ont étudié la valorisation des vases issues du barrage de
Fergoug, dans la composition du béton, en dosages définis substituables au ciment (10 à 15)%
et 20 % de vase par rapport au dosage en masse du ciment.

69
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

Le béton confectionné sera par la suite testé vis-à-vis du comportement mécanique en


compression et du retrait. Les résultats ont été satisfaisants pour ces bétons à base de vase.

IV.3.2 Fabrication des liants (ciments)


La composition chimique des sédiments (principalement de la silice, quartz,
calcite,…) rappelle celle de la matière brute utilisée pour la fabrication du clinker. Il faut
cependant trouver le moyen de les introduire dans l’industrie cimentaire.

C’est en 2004 que l’étude de la fabrication de clinker en utilisant les sédiments a été
entamée par (Dalton., et al., 2004) cité dans (Drang, 2011). En Algérie, pour la production
d’un ciment composé de type CEM II de classe élevée, les cimenteries utilisent une
pouzzolane naturelle. En 2006, Semcha examine la possibilité de fabriquer des pouzzolanes
artificielles à partir de la réutilisation de la vase prélevée à l’état solide, dans la zone de rejet
sur Oued El Hammam (en aval du barrage de Fergoug). La pouzzolane est un liant qui rentre
dans la composition des bétons des routes, pistes d’aéroports et dans la technique des barrages
en BCR (Mihoubi, 1994)

La fraction argileuse présente dans cette vase doit procéder à un traitement thermique
(750°C) pour obtenir la pouzzolane artificielle.

IV.3.3 Fabrication de brique

La vase a aussi été sujet d’étude de valorisation dans la composition des briques. (Ben
Allal, et al., 2011) Ont étudié la valorisation des sédiments provenant des ports de Larache et
de Tanger, en substitution partielle de l’argile, comme matière première dans la fabrication
des briques.

Les briques ont été fabriquées à base d’un mélange constitué de 70% de sédiment et
30 % d’argile. Après séchage à l’air libre, broyage et tamisage à un (01) mm, ils ont été
malaxés et moulés puis finalement séchés à une température de 920°C pendant 32 heures.

En Algérie, le sujet a aussi été traité, comme on peut le constaté avec (Semcha, 2006)
dans son étude de valorisation de la vase pour la fabrication des briques autoclaves.

70
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

La vase soustraite à l’état solide, dans la zone de rejet sur Oued El Hammam ainsi que
dans la zone de Mactaa, a tout d’abord été stabilisée au ciment (Portland ordinaire CEM I)
dans des conditions de température, humidité et de pression particulières. Ensuite, elle a été
transformé en brique après broyage, malaxage à sec et humide, moulage et finalement
autoclavage pendant : 6, 15 et 24 heures. Les résultats obtenus aux essais de compression, ont
donnée des valeurs très satisfaisantes et comparables à celles de la brique silico-calcaire.

D’autres travaux de recherche ont été réalisés dans le même sujet dont on site
(Samara, et al., 2009) ; (Lafhaj, et al., 2007) ; (Hamer et Karius, 2002).

IV.3.4 Construction des routes et chaussées

Vu l’absence de restriction sévère sur les matériaux utilisés dans la conception


routière, il est plus facile d’introduire des éléments issus de déchets de dragage dans la
conception des ouvrages et infrastructure routières. Plusieurs travaux ont été élaborés dans ce
domaine d’application de la vase soustraite des barrages, notamment en Algérie. On site à
titre d’exemple, l’étude de l’usage des sédiments de dragage du barrage de Cheurfas II
(Algérie) dans la formation de martiaux routier réalisé par (Bourabah, et al., 2009) .

La formulation retenue est un mélange de 30% de sédiments avec 70% de sable. Pour
améliorer les caractéristiques mécaniques du matériau traité, des ajouts de ciment ou de chaux
ou une combinaison de ces deux liants ont été effectués.

Finalement, la composition obtenue peut bien être utilisée en couche de fondation et


en couche de base. Dans ce domaine particulièrement, un autre type de sédiments ont été pris
comme sujet de plusieurs études de valorisation, se sont les sédiments marins.

(Wang, 2011), a traité dans ces travaux l’option d’utilisation des sédiments marins en
couche d’assise de chaussée. Apres une identification des caractéristiques des sédiments, le
potentiel de leurs utilisations en techniques routières est évalué, ainsi que les moyens d’une
éventuelle amélioration de leurs propriétés mécaniques par ajout de ciment, chaux ou cendres
volantes.

71
CHAPITRE IV : Moyens de lutte préventive et curative contre l’alluvionnement et
l’envasement des barrages

IV.4 CONCLUSION

Afin de garantir le bon fonctionnement des barrages hydrauliques, il existe plusieurs


démarches à prendre et ceci avant et durant l’envasement de la retenue. Tout d’abord, il est
question de prévoir, d’estimer et aussi de quantifier le taux d’envasement prévu durant la
période d’amortissement de l’ouvrage dans l’intérêt de prévoir les solutions adéquates afin de
lutter et d’atténuer l’ampleur du phénomène.

Néanmoins, ces techniques préventives restent partiellement efficaces de la même


sorte que les techniques curatives qui visent uniquement à retarder le processus dans le temps
et augmenter la durée de vie de l’ouvrage par l’augmentation de la capacité utile du barrage-
réservoir.

Cependant, la mise en place d’un programme d’aménagement de grands travaux avant


et durant la mise en eau d’un barrage et la projection des conditions favorables d’un ouvrage
de décantation en amont du barrage-réservoir reste une solution prometteuse et opportune
pour la fiabilité d’un projet de barrage-réservoir compte tenu des délais d’exploitation du
barrage favorable à l’investissement.

La valorisation de la vase issue des opérations de dragage reste une condition


favorable et économique à entreprendre pour cette démarche curative.

72
CONCLUSION GENERALE
CONCLUSION GENERALE

L’eau est une ressource naturelle précieuse qui devient de plus en plus rare, elle
représente l’élément phare et indispensable pour notre existence. Elle est essentielle à toutes
formes de vie sur terre et combien nécessaire pour toutes activités humaines.

Avec le réchauffement climatique et l’accroissement de la pollution de notre


environnement cette ressource devient très prisée et difficilement accessible, d’où la nécessité
de la préserver sous toutes ses formes. Le plus grand potentiel de réserves en eau, se trouvent
stocker dans les barrages-réservoirs à travers les diverses contrées des pays de la planète.

Ces structures hydrauliques sont un moyen de stockage élémentaire pour de très


grandes quantités d’eau, permettant ainsi de répondre et d’assurer la couverture de la demande
des populations qui ne cesse d’augmenter par rapport à cette denrée rare. Cependant, il existe
un problème majeur en plus du phénomène de l’amoindrissement par l’effet de la sécheresse
auxquels sont exposés quasiment tous les barrages du monde. Il s’agit de l’alluvionnement
accéléré des bassins et l’envasement des retenues d’eau qui constitue un véritable problème
qui a pour conséquences directe le décroissement de manière dramatique des capacités de
stockage de la ressource en eau dans les barrages.

L’impacte du phénomène de l’envasement avancé dans les barrages, affecte et réduit


considérablement leur performance du point de vu de la gestion de la ressource hydrique ainsi
que la durabilité de l’exploitation de ces infrastructures hydrauliques.

Dans l’intérêt de maitriser et de remédier à cette situation préoccupante, il est


indispensable de limiter la propagation de ses effets, par la recherche d’alternatives permettant
de garder un équilibre dans la gestion de la demande en eaux des usagers de différents
secteurs.

Pour ce faire, il convient de bien identifier la relation de causes à effets qui est à
l’origine pour mieux cerner le phénomène étudié, ensuite de quantifier et d’estimer l’étendue
de la propagation spatiale et temporelle de l’envasement dans les réservoirs de stockage.

La quantification et la prévision du taux d’envasement dans les retenues d’eau


demeurent une étape importante permettant de connaitre l’ampleur des conséquences
indésirables d’envasement sur un barrage. Elle permet de connaitre l’état actuel et de faire une
prospective sur les potentialités de stockage d’eau dans les barrages-réservoirs.
CONCLUSION GENERALE

Dans cette optique, la présente étude est conduite dans l’objectif de suivre l’évolution
temporelle de l’envasement du barrage du Ghrib, situé dans la wilaya d’Ain Defla. Cet
ouvrage est important pour l’activité agricole dans la plaine du Chéliff, d’une capacité de
stockage initiale de 210 Hm3 en 1939. Sa capacité a régressé considérablement de plus de la
moitié de son volume. Il est exposé à des facteurs accrus de réduction de la capacité de
stockage, notamment pour les années à venir.

La démarche préconisée pour l’estimation prédictive du potentiel d’envasement du


barrage du Ghrib s’est basée sur une technique très courante dans le domaine de la
quantification prédictive dans la gestion des grands barrages aux états unis, élaborée par le
bureau de bonification en 1987. Cette méthode est communément connue par la méthode
‘’réduction des surfaces’’ (Area réduction).

Elle est basée sur les données passives du barrage en termes de capacités, hauteurs et
surfaces du plan d’eau, pour dégager des estimations prévisionnelles des taux d’envasement
futur sur la base des taux d’envasement enregistrés par le passé. La finalité de cette prévision
c’est de connaitre la variation et l’évolution de la réduction des capacités volumiques et la
surface du barrage.

Par la mise en œuvre de cette méthode d’approche dans le travail effectué, il nous a été
possible de mettre en évidence les conclusions suivantes:

 La répartition de l’envasement dans le fond du barrage suit une courbe de distribution


du sol sédimentaire. En général, chaque barrage possède la même courbe de distribution
du fond sédimentaire et cela malgré la nature géologique des couches de sédiments
entreposés à travers les années d’exploitation.
 Selon les résultats de l’étude estimative, et en absence de toute technique de prévention,
l’envasement total du barrage du Ghrib interviendra dans les 70 années à venir.
 Le soutirage, reste un moyen très efficace pour augmenter la durée de vie de l’ouvrage.
 En prenant en compte un soutirage de seulement 30%, on a pu réaliser un gain de prés
de 25 % de capacité supplémentaire sur une période de 70 ans.
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

AMMARI,A. 2012. Vulnérabilité à l'envasement des barrages (cas du bassin hydrographique


des côtiers Algérois). thèse de Doctorat. Université de Mohamed Khider (Biskra).Algérie.

ANBT. 2008. Agence Nationale des Barrages et Transfères. Etude de protection des bassins
versants des barrages de Oued Fodda, Ghrib et Boughazoul. Alger.

ANBT. 2007. Fiche technique du barrage Ghrib. Alger.

AZZI,F. 2016. Etude de l'expansion de la capacité d'un barrage reservoir par la realisation
d'un deversoir a hausses fusibles (Cas du barrage du Ghrib, W.Ain Defla).mémoir de fin
d'étude. Ecole Nationale Superieure de l'Hydraulique. Blida.

BADRAOUI,A ., HAJJI,A. 2001. Silting in dam basins. Maroc.

BELAS,N ., BELARIBI, O ., MEBROUKI, A ., BOUHAMOU, N. 2011. Valorisation des


sédiments de dragage dans les bétons, INVACO2: Séminaire International, Innovation &
Valorisation en Genie Civil & Materiaux de Construction. Maroc.

BEN ALLAL,L ., AMMARI, M ., FRAR, I ., AZMANI, A ., BELMOKHTAR, N. 2011.


Caractérisation et valorisation des sédiments de dragage des ports de Tanger et Larache
Maroc). Revue Paralia. Vol. 4. Maroc.

BERGHOUT, A. 1991. Etude hydrodynamqiue de l'envasement des barrages sur modèle


mathématique. mémoir de fin d'étude. Ecole Nationale Supérieure de l'Hydraulique. Blida.

BOULVAIN, F. 2017. Une introduction aux processus sédimentaires. Belgique : Université


de Liège. France.

BOURABAH,M ., TAIBI, S ., ABOU-BEKR, N, ... et .. 2009. Comportement physique et


mécanique des sédiments de dragage pour leur valorisation dans le domaine routier.
Application au barrage de Cheurfas (Algérie). Colloque international Sols Non Saturés et
Environnement "UNSATlemcen09". Algérie.

DALTON,J ., GARDNER, K ., SEAGER, T ., WEIMER, M ., SPEAR, J ., MAGEE, B.


2004. Properties of Portland cement made from contaminated sediments. Resources,
Conservation and Recycling. Vol. 41. Etats Unis.

DAN,G ., BATUCA,J.M ., JORDAAN,Jr. 2000. Silting and Desilting of Reservoirs. s.l. :


CRC Press, p. 330.

DE NUL. 2015. Travaux de dragage et traveaux maritimes. Belgique.

DRANG, T.A. 2011. Valorisation des sédiments marins bretons comme matériaux de
construction.thèse de Doctorat. INSA Rennes. France.
DUTIL, P. 1984. L'érosion en grande culture, revue technique des agriculturs dynamiques,
p. 119. 169. France.

EIMBERCK,M. 1990. Facteurs d'érodabilité des sols limoneux-réflexion à partir du cas du


pays Caux.

ELAHCENE, Omar. 2013. Etude du transport solide par charriage et en susupension dans
le bassin versant de l'oued Bellah (Tipaza). Alger.

KEYKHAH,H et DAHANZADEH,B. 2017.Evaluation of sediment distribution in dams


using the Area-Reduction empirical method (Case Study: Cham Gardalan dam,Ilam). Journal
of Innovative Research in Engineering Sciences. Iran.

FFPP. 2005. Fédération Française des Ports de Plaisance. Guide pour la gestion des
opérations de dragage. France.

GAVRILOVIC.S. 1972. Inûenjering o bujičnim tokovima i eroziji ( Torrent and erosion


engineering). Serbia.

GEORGES,Y. 2008. Evaluation de l'érosion dans le bassin versant de la rivière Grise


(Haiti). Gembloux : Faculté universitaire des sciences agronomiques.

GRECO, J. 1966. L'érosion, la défense et la restauration des sols, le reboisement en Algérie:


MARA, p. 393.Algérie.

HAMER,K ., KARIUS,V. 2002. Brick production with dredged harbour sediments. An


industrial-scale experiment. Waste Management,Vol. 22. Allemagne.

HUG,M. 1975. Mécanique de fluide appliquée: Dunod. Paris .

Hydrodragage-C.T.Système. 2004. leves bathymetrique des barrages en exploitation lots ii


et iii echelon chelif et centre.

Hydroplus. 2004. rapport d'ecretement barrage du ghrib.

IMS Versi-Dredge. 2013. Versatile Dredging Solutions. Etats Unis.

ISL,Bureau d'ingénieur conseil. 2005. Surelevation du barrage du Ghrib. Incidences-


analyse geologique. Paris .

ISSA,E., AL-ANSARI,N., KNUTSSON,S. 2015. Area-Storage Capacity curves for Mosul


Dam, Iraq using empirical and semi-empirical approches. Norvège.

KAVEH,K., HOSSEINJANZADEH,H., HOSSEINI,K. 2013. A new equation for


calculation of reservoir's capacity curves.

LABIOD,Z ., REMINI,B ., BELAREDJ,M. 2004. Traitement de la vase du barrage de


Bouhanifia en vue de sa valorisation. Algérie.
LAFHAJ,Z ., SAMARA, M ., AGOSTINI, F ., BOUCARD, L ., SKOCZYLAS, F .,
DEPELSENAIRE, G. 2007. Polluted river sediments from the North region of France:
Traitment with Novosol process and valorization in clay bricks. Construction and Building
Materials, vol. 148. France.

LEBRETON, Jean Claude. 1974. Dynamique fluviale. Paris : Eyrolles.

LEKFIR,A ., BENKACI,A.T .,DECHEMI,N. 2005. Quantification du transport solide par


la technique floue, application au barrage de Beni Amrane (Algérie). Algérie.

MAZOUR,M ., ROOSE, E. 2000. Influence de la couverture végétale sur le ruissellement et


l'érosion des sols sur parcelles d'érosion dans des bassins versants du Nord-Ouest de
l'Algérie.

MEHDI,H. 2015. Etude des propriétés physico-chimiques des sédiments du barrage de Sidi
M'Hamed Benaouda (W.Relizane) en vue de leur valorisation.mémoire de MAGISTER.
Université des Sciences et de la Technologie d'Oran. Algérie.

MIHOUBI,M.K. 1994. Intégration de la technique du béton compacté au rouleau dans les


barrages type poids. Revue Algérie équipement.vol 16, pp. 27-29. Algérie.

MOHAMMADZADEH-HABILI,J .,HEIDARPOUR,M. 2010. New empirical method for


prediction of sediment distribution in reservoirs.

Mohammadzadeh-Habili, MOHAMMADZADEH-HABILI,J ., HEIDAPOUR,M .,


MOUSAVI,S ., HAGHIABI,A.H. 2009. Dérivation of reservoir's area-capacity equations.

MOKHTARI,E. 2009. Contribution à l'étude du transport solide en suspension bassin de


l'Oued Cheliff-Ghrib. mémoir de Magister. Algérie, Faculté des Sciences de l'Ingénieur,
Annaba.

NEBOIT,R. 1991. L'homme et l'érosion.

OTHMAN,F ., SADEGHIAN,M.S., EBRAHIMI,F., HEYDARI,M. 2013. A study on


sedimentation in Sefidroud Dam by using depth evaluation and comparind the results with
USBR and FAO methods. International Conférence on Environment, Energy and
Biotechnology. Singapore.

RAMEZ, P. 1996. Le transport solide et sa modélisation. [éd.] UNESCO. Erosion et le


transport solide. Paris, France.

REMINI,B. 2000. "Bon" ou "maivais" soutirage: L'exemple de quelques barrages Algériens.


Revue internationale La Houille Blanche, 3, pp. 68-75.Algérie.

REMINI,B ., AVENARD,J.M. 1998. Zone optimale du soutirage. Algérie.

REMINI,B ., AVENARD,J.M ., KETTAB,A. 1997. La technique du soutirage:un moyen de


lutte contre l'envasement. Revue Techniques Sciences et Méthodes, 3, pp. 69-76.Algerie.
REMINI,B ., KHETTAB,A ., AVENARD,J.M. 2003. Envasement des barrages. Alger.

REMINI, W ., REMINI, B. 2003. la sédimentation dans les barrages de l'Afrique du Nord.

SAMARA,M ., LAFHAJ, Z ., CHAPISEAU, C. 2009. Valorisation of stabilized river


sediments in fired clay bricks: Factoruy scale experiment. Journal of Hazardous Materials.
Vol. 163. France.

SELKAOUI- OUKID,O. 2016. Valorisation des sédiments du barrage d'El Merdja Sidi
Abed: Etude technico-economique. thèse de Doctorat. Université Mouloud Mammeri. Tizi-
Ouzou : Département de Génie Civil.Algérie.

SEMCHA,A. 2006. Valorisation des sédiments de dragage: Applications dans le BTP, cas du
barrage de Fergoug. thèse de Doctorat. Université de Reims Champagne-Ardenne. France.

SHINDE, T., NIMBALKAR,P.T.,GIDDE,M.R. 2016. Comparision of area reduction


method and area increment method for reservoir sedimentation distribution-Case study
Ujjani dam. International Journal of Research in Advanced Engineering and Technology.
Inde.

STRAND,I ., PEMBERTON,L. 1980. Reservoir sedimentation. Colorado.

SUNDBORG, A. 1986. Problèmes d'érosion,transport solide et sédimentation dans les


bassins versants.

TIGREK,S ., ARAS,T. 2012. Reservoir sediment management. New york : CRC Press.

TIXERONT,J. 1960. Débit solide des cours d'eau en Algérie et en Tuninie. Assemblée
Générale d'Helsinki.

TOUAIBIA,B. 1986. Quantification du transport solide et de salinité du bassin versant


d'Oued Deurdeur. p. 155. INA El-Harrach, Algérie.

TOUAIBIA, Benina. 1995. Quantification de l'érosion à partir de quatre retenues


collinaires dans la zone des marnes du bassin versant de l'Oued Mina dans la Wilaya de
Relizane. Zeralda : COMHYD, p. 242.Algérie.

USBR, United states department of the interior. 1987. Design of small dams.

WANG,D. 2011. Solidification et valorisation des sédiments du port de Dunkerque en


travaux routiers. thèse de Doctorat. Université Lille1 - Sciences et Technologies. France.
REFERENCES SITO-GRAPHYQUES

AGIR pour la Diable. 2005. Agir contre l'érosion. agirpourladiable. [En ligne] 2005.
[Citation : 15 03 2017.] http://www.agirpourladiable.org/html/do_erosion.html.

BENAMARA,L , OUHBA,K , HAMWI,A. Elaboration d'une pouzzolane de synthèse à


partir des sédiments de barrage. Dechets sciences et techniques. [En ligne] 2013. [Citation :
24 Mars 2017.] http://lodel.irevues.inist.fr/dechets-sciences-techniques/index.php?id=1144.

BOUZID Samir. Validation du modèle global GOCART de NASA et son apport à l'étude
des variations mensuelles des phénomènes de sable sur le Sahara Algérien. memoire on line.
[En ligne] 22 Juin 2005. [Citation : 22 février 2017.]
http://www.memoireonline.com/05/08/1074/validation-modele-gocart-nasa-variation-
phenomenes-sable-sahara.html.

CFBR. Comité français des barrages et réservoirs. barrages-cfbr. [En ligne] 2012. [Citation :
23 Mars 2017.] http://www.barrages-cfbr.eu/Transports-solides.html.

Ifremer. Dragages et environnement marin. Ifremer. [En ligne] 2008. [Citation : 17 03 2017.]
http://envlit.ifremer.fr/var/envlit/storage/documents/dossiers/dragages/drag-c21.htm.

Larousse. 2017. Encyclopédie en ligne. Larousse. [En ligne] 2017. [Citation : 24 Mars 2017.]
http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/drague/44717.
Index des Auteurs

ABOU-BEKR,N 71
AGOSTINI,F 71
AL-ANSARI,N 34
AMMARI,A 21
AMMARI,M 69,70
A Agence Nationale des Barrages et Transfères (ANBT) 37, 39, 61, 62, 64
ARAS,T 35
AVENARD,JM 18, 35,57
AZMANI,A 69,70
AZZI,F 41, 42, 68
BADRAOUI,A 21
BATUCA,J 19
BELAREDJ,M 69
BELARIBI,O 69
BELAS,N 69
BELMOKHTAR,N 69,70
BEN ALLAL,I 69,70
B BENAMARA,L 69
BENKACI,AT 18
BERGOUT,A 35
BOUCARD,L 71
BOUHAMOU,N 69
BOULVAIN,F 3
BOURABAH,M 71
BOUZID,S 11
CHAPISEAU,C 71
C Comité Française des Barrages et Réservoirs (CFBR) 20
DAHANZADEH,B 34
DALTON,J 70
DAN,G 19
DECHEMI,N 18
D DE NUL 65
DEPELSENAIRE,G 71
DRANG,T 70
DUTIL,P 1,3
EBRAHIMI,F 35
E EIMBERCK,M 6
ELAHCENE,O 11, 12
Fédération Française des Ports de Plaissance (FFPP) 67
F FRAR,I 69,70
GARDNER,K 70
GAVRILOVIC,S 8
G GEORGES,Y 2, 4, 5
GIDDE,M 34
GRECO,T 1
HAGHIABI,A 34
HAJJI,A 21
HAMER,K 71
HAMWI,A 69
HEIDAPOOR,M 34
HEYDARI,M 35
HOSSEINI,K 34
HOSSEIN JAN ZADEH,H 34
HUG,M 11
HYDRODRAGAGE 45, 46
HYDROPLUS 45
IFREMER 65, 67
IMS VERSI-DREDGE 66
I ISL, BUREAU D'INGENIEUR CONSEIL 40
ISSA,E 34
J JORDAAN,Jr 19
KARIUS,V 71
KAVEH,K 34
K KEYKHAH,H 34
KHETTAB,A 18, 57
KNUTSSON,S 34
LABIOD,Z 69
LAFHAJ,Z 71
L LAROUSSE 66
LEBRETON,Jc 11
LEKFIR,A 18
MAGEE,B 70
MAZOUR,M 17
MEBROUKI,A 69
MEHDI,H 10, 24, 64
M MIHOUBI,M.K 70
MOHAMMADZADEH-HABILI,J 34
MOKHTARI,E 14
MOUSAVI,S 34

NEBOIT,R 8
N NIMBALKAR,P.T 34
OTHMAN,F 35
O OUHBA,K 69
P PEMBERTON,L 25, 27, 31, 32, 36
RAMEZ,P 1
REMINI,B 18, 21, 35, 57, 69
R REMINI,W 18, 21
ROOSE,E 17
SADEGHIAN,M.S 35
SAMARA,M 71
SEAGER,T 70
SELKAOUI-OUKID,O 69
SEMCHA,A 70
S SHINDE,,T 34
SKOCZYLAS,F 71
SPEAR,J 70
STAND,I 25, 27, 31, 32, 36
SUNDBORG,A 17
TAIBI,S 71
TIGRELES,S 35
T TIXERONT,J 9
TOUAIBIA,B 1, 4, 5
U United States Bureau of Reclamation (USBR) 20, 25, 26, 27, 29, 34, 49, 51, 59
WANG,D 71
W WEIMER,M 70
ANNEXES
Annexe .I Résultats de calcul de la fonction F pour le cas d’une estimation son le soutirage

Elévation hauteur Originale (1986) 18 ans (S= 44,28) 30 (S=73,8) 50 (S=123) 60 (S=147,6) 70 (S=172,2)
(m) relative surface volume HxA S-V F S-V F S-V F S-V F S-V F
(ha) (hm3) (106 m3)
430,5 1,000 1571,24 198,500 549,934 - - - - - - - - - -
429,5 0,971 1349,84 190,300 472,443 - - - - - - - - - -
428,5 0,943 1267,71 172,200 443,697 - - - - - - - - 0,000 0,000
427,5 0,914 1174,86 165,570 411,201 - - - - - - - - 6,630 0,016
426,5 0,886 1081,30 131,950 378,455 - - - - - - 15,650 0,041 40,250 0,106
425,5 0,857 1022,02 120,010 357,707 - - - - 2,990 0,008 27,590 0,077 52,190 0,146
424,5 0,829 988,45 115,400 345,958 - - - - 7,600 0,022 32,200 0,093 56,800 0,164
423,5 0,800 950,60 112,600 332,710 - - - - 10,400 0,031 35,000 0,105 59,600 0,179
422,5 0,771 891,32 108,000 311,963 - - - - 15,000 0,048 39,600 0,127 64,200 0,206
421,5 0,743 843,47 101,700 295,215 - - - - 21,300 0,072 45,900 0,155 70,500 0,239
420,5 0,714 792,76 97,080 277,467 - - - - 25,920 0,093 50,520 0,182 75,120 0,271
419,5 0,686 732,77 92,500 256,469 - - - - 30,500 0,119 55,100 0,215 79,700 0,311
418,5 0,657 699,92 86,900 244,971 - - - - 36,100 0,147 60,700 0,248 85,300 0,348
417,5 0,629 678,49 81,980 237,472 - - - - 41,020 0,173 65,620 0,276 90,220 0,380
416,5 0,600 651,35 75,000 227,973 - - - - 48,000 0,211 72,600 0,318 97,200 0,426
415,5 0,571 624,93 68,870 218,724 - - 4,930 0,023 54,130 0,247 78,730 0,360 103,330 0,472
414,5 0,543 599,93 65,100 209,975 - - 8,700 0,041 57,900 0,276 82,500 0,393 107,100 0,510
413,5 0,514 578,50 62,600 202,476 - - 11,200 0,055 60,400 0,298 85,000 0,420 109,600 0,541
412,5 0,486 547,08 59,050 191,477 - - 14,750 0,077 63,950 0,334 88,550 0,462 113,150 0,591
411,5 0,457 529,94 55,200 185,478 - - 18,600 0,100 67,800 0,366 92,400 0,498 117,000 0,631
410,5 0,429 504,94 50,300 176,729 - - 23,500 0,133 72,700 0,411 97,300 0,551 121,900 0,690
409,5 0,400 477,09 43,780 166,980 0,500 0,003 30,020 0,180 79,220 0,474 103,820 0,622 128,420 0,769
408,5 0,371 433,52 38,990 151,732 5,290 0,035 34,810 0,229 84,010 0,554 108,610 0,716 133,210 0,878
407,5 0,343 373,53 33,800 130,734 10,480 0,080 40,000 0,306 89,200 0,682 113,800 0,870 138,400 1,059
406,5 0,314 322,10 29,120 112,736 15,160 0,134 44,680 0,396 93,880 0,833 118,480 1,051 143,080 1,269
405,5 0,286 280,68 25,010 98,238 19,270 0,196 48,790 0,497 97,990 0,997 122,590 1,248 147,190 1,498
404,5 0,257 239,97 20,750 83,990 23,530 0,280 53,050 0,632 102,250 1,217 126,850 1,510 151,450 1,803
403,5 0,229 191,41 17,050 66,992 27,230 0,406 56,750 0,847 105,950 1,582 130,550 1,949 155,150 2,316
402,5 0,200 172,84 13,400 60,493 30,880 0,510 60,400 0,998 109,600 1,812 134,200 2,218 158,800 2,625
401,5 0,171 139,98 11,200 48,994 33,080 0,675 62,600 1,278 111,800 2,282 136,400 2,784 161,000 3,286
400,5 0,143 112,13 7,600 39,245 36,680 0,935 66,200 1,687 115,400 2,940 140,000 3,567 164,600 4,194
399,5 0,114 72,85 4,450 25,497 39,830 1,562 69,350 2,720 118,550 4,650 143,150 5,614 167,750 6,579
398,5 0,086 38,57 2,600 13,498 41,680 3,088 71,200 5,275 120,400 8,920 145,000 10,742 169,600 12,564
397,5 0,057 19,28 0,980 6,749 43,300 6,416 72,820 10,789 122,020 18,079 146,620 21,724 171,220 25,369
396,5 0,029 5,12 0,010 1,792 44,270 24,704 73,790 41,177 122,990 68,633 147,590 82,360 172,190 96,088
395,5 0,000 0,20 0,001 0,070 44,279 632,557 73,799 1054,271 122,999 1757,129 147,599 2108,557 172,199 2459,986
Annexe.II Résultats de calcul des Capacités-Surfaces pour le cas d’une estimation sans le soutirage

30 ans V=73,8 50 ans V=123 60 ans V=147,6 70 ans V=172,2


Originale Relative
Sédiment Eau Sédiment Eau Sédiment Eau Sédiment Eau
Elévation surface volume profo Surface Volume Surface Volume Surface Volume Surface Capacit Surface Volume Surface Capacit Surface Volume Surface Capacit
surface
(m) (ha) (hm3) ndeur (ha) (hm3) (ha) (hm3) (ha) (hm3) (ha) é hm3) (ha) (hm3) (ha) é (hm3) (ha) (hm3) (ha) é(hm3)
430,5 1571,24 198,500 1,000 0 0,00 73,800 1571,24 124,700 0,00 123,000 1571,24 75,500 0,00 147,600 1571,24 50,900 0,00 172,200 1571,24 26,300
429,5 1349,84 190,300 0,971 0,569 107,77 72,324 1242,07 117,976 224,08 120,540 1125,76 69,760 362,76 144,648 987,08 45,652 615,71 168,756 734,13 21,544
428,5 1267,71 172,200 0,943 0,744 140,77 71,586 1126,93 100,800 292,71 119,310 975,00 52,800 473,86 143,172 793,84 29,028 804,29 167,034 463,42 5,166
427,5 1174,86 165,570 0,914 0,863 163,34 70,110 1011,52 87,000 339,63 116,850 835,23 42,800 549,83 140,220 625,03 20,300 933,23 163,590 241,63 1,980
426,5 1081,30 131,950 0,886 0,954 180,50 68,634 900,80 68,000 375,30 114,390 706,00 38,000 607,57 137,268 473,73 15,000 1081,30 131,950 0,00 0,000
425,5 1022,02 120,010 0,857 1,026 194,13 64,944 827,89 59,100 403,64 108,240 618,38 32,200 653,45 129,888 368,57 12,000 1022,02 120,010 0,00 0,000
424,5 988,45 115,400 0,829 1,084 205,19 62,730 783,26 51,600 426,64 104,550 561,81 28,800 690,69 125,460 297,76 9,000 988,45 115,400 0,00 0,000
423,5 950,60 112,600 0,800 1,132 214,25 61,254 736,35 46,700 445,48 102,090 505,12 25,600 721,18 122,508 238,00 7,000 950,60 112,600 0,00 0,000
422,5 891,32 108,000 0,771 1,171 221,66 59,040 669,66 42,700 460,89 98,400 440,00 22,200 746,14 118,080 192,00 6,000 891,32 108,000 0,00 0,000
421,5 843,47 101,700 0,743 1,203 227,68 56,088 615,79 38,980 473,40 93,480 353,00 20,000 766,39 112,176 140,00 4,200 843,47 101,700 0,00 0,000
420,5 792,76 97,080 0,714 1,228 232,47 53,136 560,29 35,800 483,37 88,560 339,00 17,800 782,53 106,272 109,90 3,200 792,76 97,080 0,00 0,000
419,5 732,77 92,500 0,686 1,248 236,18 50,184 496,59 32,500 491,07 83,640 300,00 15,200 795,00 100,368 87,00 3,000 732,77 92,500 0,00 0,000
418,5 699,92 86,900 0,657 1,262 238,89 47,970 461,03 29,800 496,71 79,950 257,00 12,200 804,13 95,940 59,20 2,000 699,92 86,900 0,00 0,000
417,5 678,49 81,980 0,629 1,272 240,68 45,756 437,81 27,600 500,44 76,260 215,00 10,100 810,17 91,512 19,00 1,000 678,49 81,980 0,00 0,000
416,5 651,35 75,000 0,600 1,277 241,62 43,542 409,73 25,000 502,38 72,570 178,00 9,000 813,31 87,084 2,00 0,500 651,35 75,000 0,00 0,000
416,1 637,07 72,500 0,589 1,277 241,76 42,066 395,31 24,000 502,68 70,110 162,00 8,100 637,07 72,500 0,00 0,000 637,07 72,500 0,00 0,000
415,5 624,93 68,870 0,571 1,277 241,73 39,852 383,19 23,000 502,62 66,420 150,00 7,600 624,93 68,870 0,00 0,000 624,93 68,870 0,00 0,000
414,5 599,93 65,100 0,543 1,274 241,06 36,900 358,87 21,700 501,23 61,500 120,00 6,100 599,93 65,100 0,00 0,000 599,93 65,100 0,00 0,000
413,5 578,50 62,600 0,514 1,266 239,63 34,686 338,87 20,100 498,25 57,810 99,10 4,800 578,50 62,600 0,00 0,000 578,50 62,600 0,00 0,000
412,5 547,08 59,050 0,486 1,255 237,45 31,734 309,63 17,800 493,71 52,890 70,80 3,700 547,08 59,050 0,00 0,000 547,08 59,050 0,00 0,000
411,5 529,94 55,200 0,457 1,239 234,52 28,782 295,41 16,240 487,63 47,970 24,00 2,400 529,94 55,200 0,00 0,000 529,94 55,200 0,00 0,000
410,5 504,94 50,300 0,429 1,220 230,86 27,306 274,08 13,980 480,01 45,510 12,00 2,200 504,94 50,300 0,00 0,000 504,94 50,300 0,00 0,000
409,5 477,09 43,780 0,400 1,196 226,44 24,354 250,65 11,900 470,82 40,590 9,00 2,000 477,09 43,780 0,00 0,000 477,09 43,780 0,00 0,000
408,5 433,52 38,990 0,371 1,169 221,25 21,402 212,27 10,200 460,04 35,670 4,00 1,000 433,52 38,990 0,00 0,000 433,52 38,990 0,00 0,000
408 393,52 36,750 0,357 1,154 218,36 20,664 175,16 8,900 393,52 36,750 0,00 0,000 393,52 36,750 0,00 0,000 393,52 36,750 0,00 0,000
407,5 373,53 33,800 0,343 1,137 215,27 19,188 158,25 8,100 373,53 33,800 0,00 0,000 373,53 33,800 0,00 0,000 373,53 33,800 0,00 0,000
406,5 322,10 29,120 0,314 1,101 208,46 16,236 113,64 6,200 322,10 29,120 0,00 0,000 322,10 29,120 0,00 0,000 322,10 29,120 0,00 0,000
405,5 280,68 25,010 0,286 1,061 200,77 14,022 79,91 4,500 280,68 25,010 0,00 0,000 280,68 25,010 0,00 0,000 280,68 25,010 0,00 0,000
404,5 239,97 20,750 0,257 1,015 192,13 11,808 47,84 3,400 239,97 20,750 0,00 0,000 239,97 20,750 0,00 0,000 239,97 20,750 0,00 0,000
403,5 191,41 17,050 0,229 0,964 182,46 10,332 8,95 1,000 191,41 17,050 0,00 0,000 191,41 17,050 0,00 0,000 191,41 17,050 0,00 0,000
403 189,26 16,000 0,214 0,936 189,26 16,000 0,00 0,000 189,26 16,000 0,00 0,000 189,26 16,000 0,00 0,000 189,26 16,000 0,00 0,000
402,5 172,84 13,400 0,200 0,907 172,84 13,400 0,00 0,000 172,84 13,400 0,00 0,000 172,84 13,400 0,00 0,000 172,84 13,400 0,00 0,000
401,5 139,98 11,200 0,171 0,843 139,98 11,200 0,00 0,000 139,98 11,200 0,00 0,000 139,98 11,200 0,00 0,000 139,98 11,200 0,00 0,000
400,5 112,13 7,600 0,143 0,770 112,13 7,600 0,00 0,000 112,13 7,600 0,00 0,000 112,13 7,600 0,00 0,000 112,13 7,600 0,00 0,000
399,5 72,85 4,450 0,114 0,687 72,85 4,450 0,00 0,000 72,85 4,450 0,00 0,000 72,85 4,450 0,00 0,000 72,85 4,450 0,00 0,000
398,5 38,57 2,600 0,086 0,591 38,57 2,600 0,00 0,000 38,57 2,600 0,00 0,000 38,57 2,600 0,00 0,000 38,57 2,600 0,00 0,000
397,5 19,28 0,980 0,057 0,475 19,28 0,980 0,00 0,000 19,28 0,980 0,00 0,000 19,28 0,980 0,00 0,000 19,28 0,980 0,00 0,000
396,5 5,12 0,010 0,029 0,324 5,12 0,010 0,00 0,000 5,12 0,010 0,00 0,000 5,12 0,010 0,00 0,000 5,12 0,010 0,00 0,000
395,5 0,20 0,001 0,000 0,000 0,20 0,001 0,00 0,000 0,20 0,001 0,00 0,000 0,20 0,001 0,00 0,000 0,20 0,001 0,00 0,000
Annexe.III Résultats de calcul de la fonction F pour le cas d’une estimation avec le soutirage

hauteu 18 ans 30 ans 50 ans 60 ans 70 ans


Elévatio Originale (1986)
r (S= 44,28) (S=51,66) (S=86,1) (S=103,32) (S=120,54)
n
relativ surface volume HxA
(m) S-V F S-V F S-V F S-V F S-V F
e (ha) (hm3) (106 m3)
430,5 1,000 1571,24 198,500 549,934 - - - - - - - - - -
429,5 0,971 1349,84 190,300 472,443 - - - - - - - - - -
428,5 0,943 1267,71 172,200 443,697 - - - - - - - - - -
427,5 0,914 1174,86 165,570 411,201 - - - - - - - - - -
426,5 0,886 1081,30 131,950 378,455 - - - - - - - - - -
425,5 0,857 1022,02 120,010 357,707 - - - - - - - - 0,530 0,001
424,5 0,829 988,45 115,400 345,958 - - - - - - - - 5,140 0,015
423,5 0,800 950,60 112,600 332,710 - - - - - - - - 7,940 0,024
422,5 0,771 891,32 108,000 311,963 - - - - - - - - 12,540 0,040
421,5 0,743 843,47 101,700 295,215 - - - - - - 1,620 0,005 18,840 0,064
420,5 0,714 792,76 97,080 277,467 - - - - - - 6,240 0,022 23,460 0,085
419,5 0,686 732,77 92,500 256,469 - - - - - - 10,820 0,042 28,040 0,109
418,5 0,657 699,92 86,900 244,971 - - - - - - 16,420 0,067 33,640 0,137
417,5 0,629 678,49 81,980 237,472 - - - - 4,120 0,017 21,340 0,090 38,560 0,162
416,5 0,600 651,35 75,000 227,973 - - - - 11,100 0,049 28,320 0,124 45,540 0,200
415,5 0,571 624,93 68,870 218,724 - - - - 17,230 0,079 34,450 0,158 51,670 0,236
414,5 0,543 599,93 65,100 209,975 - - - - 21,000 0,100 38,220 0,182 55,440 0,264
413,5 0,514 578,50 62,600 202,476 - - - - 23,500 0,116 40,720 0,201 57,940 0,286
412,5 0,486 547,08 59,050 191,477 - - - - 27,050 0,141 44,270 0,231 61,490 0,321
411,5 0,457 529,94 55,200 185,478 - - - - 30,900 0,167 48,120 0,259 65,340 0,352
410,5 0,429 504,94 50,300 176,729 - - 1,360 0,008 35,800 0,203 53,020 0,300 70,240 0,397
409,5 0,400 477,09 43,780 166,980 0,500 0,003 7,880 0,047 42,320 0,253 59,540 0,357 76,760 0,460
408,5 0,371 433,52 38,990 151,732 5,290 0,035 12,670 0,084 47,110 0,310 64,330 0,424 81,550 0,537
407,5 0,343 373,53 33,800 130,734 10,480 0,080 17,860 0,137 52,300 0,400 69,520 0,532 86,740 0,663
406,5 0,314 322,10 29,120 112,736 15,160 0,134 22,540 0,200 56,980 0,505 74,200 0,658 91,420 0,811
405,5 0,286 280,68 25,010 98,238 19,270 0,196 26,650 0,271 61,090 0,622 78,310 0,797 95,530 0,972
404,5 0,257 239,97 20,750 83,990 23,530 0,280 30,910 0,368 65,350 0,778 82,570 0,983 99,790 1,188
403,5 0,229 191,41 17,050 66,992 27,230 0,406 34,610 0,517 69,050 1,031 86,270 1,288 103,490 1,545
402,5 0,200 172,84 13,400 60,493 30,880 0,510 38,260 0,632 72,700 1,202 89,920 1,486 107,140 1,771
401,5 0,171 139,98 11,200 48,994 33,080 0,675 40,460 0,826 74,900 1,529 92,120 1,880 109,340 2,232
400,5 0,143 112,13 7,600 39,245 36,680 0,935 44,060 1,123 78,500 2,000 95,720 2,439 112,940 2,878
399,5 0,114 72,85 4,450 25,497 39,830 1,562 47,210 1,852 81,650 3,202 98,870 3,878 116,090 4,553
398,5 0,086 38,57 2,600 13,498 41,680 3,088 49,060 3,635 83,500 6,186 100,720 7,462 117,940 8,737
397,5 0,057 19,28 0,980 6,749 43,300 6,416 50,680 7,509 85,120 12,612 102,340 15,163 119,560 17,715
396,5 0,029 5,12 0,010 1,792 44,270 24,704 51,650 28,823 86,090 48,041 103,310 57,651 120,530 67,260
395,5 0,000 0,20 0,001 0,070 44,279 632,55 51,659 737,986 86,099 1229,986 103,319 1475,986 120,539 1721,98
Annexe.IV Résultats de calcul des Capacités-Surfaces pour le cas d’une estimation avec le soutirage

30 ans V=51,66 50 ans V=86,1 60 ans V=103,32 70 ans V=120,54


Originale Relative
Sédiment eau Sédiment eau Sédiment Eau Sédiment Eau

Elévation surface volume Surface Volume Surface Capacité Surface Volume Surface Capacité Surface Volume Surface Capacité Surface Volume Surface Capacité
profondeur surface
(m) (ha) (hm3) (ha) (hm3) (ha) (hm3) (ha) (hm3) (ha) (hm3) (ha) (hm3) (ha) (hm3) (ha) (hm3) (ha) (hm3)
430,5 1571,24 198,500 1,000 0,000 0,00 51,660 1571,24 146,840 0,00 86,100 1571,24 112,400 0,00 103,320 1571,24 95,180 0,00 120,54 1571,24 77,960
429,5 1349,83 190,300 0,971 0,569 54,49 50,627 1295,34 139,673 128,10 84,378 1221,73 105,922 179,75 101,254 1170,08 89,046 227,74 118,1292 1122,09 72,171
428,5 1267,71 172,200 0,943 0,744 71,18 50,110 1196,52 122,090 167,34 83,517 1100,37 88,683 234,80 100,220 1032,91 71,980 297,49 116,9238 970,22 55,276
427,5 1174,86 165,570 0,914 0,863 82,60 49,077 1092,26 116,493 194,16 81,795 980,69 83,775 272,44 98,154 902,41 67,416 345,18 114,513 829,68 51,057
426,5 1081,30 131,950 0,886 0,954 91,27 48,044 990,03 83,906 214,55 80,073 866,75 51,877 301,05 96,088 780,25 35,862 381,43 112,1022 699,87 19,848
425,5 1022,02 120,010 0,857 1,026 98,16 45,461 923,86 74,549 230,75 75,768 791,27 44,242 323,79 90,922 698,23 29,088 410,23 106,0752 611,79 13,935
424,5 988,45 115,400 0,829 1,084 103,76 43,911 884,70 71,489 243,91 73,185 744,55 42,215 342,24 87,822 646,21 27,578 433,61 102,459 554,84 12,941
423,5 950,60 112,600 0,800 1,132 108,34 42,878 842,26 69,722 254,67 71,463 695,93 41,137 357,35 85,756 593,25 26,844 452,76 100,0482 497,84 12,552
422,5 891,32 108,000 0,771 1,171 112,08 41,328 779,24 66,672 263,49 68,880 627,84 39,120 369,71 82,656 521,61 25,344 468,42 96,432 422,90 11,568
421,5 843,47 101,700 0,743 1,203 115,13 39,262 728,34 62,438 270,64 65,436 572,83 36,264 379,75 78,523 463,72 23,177 481,14 91,6104 362,33 10,090
420,5 792,76 97,080 0,714 1,228 117,55 37,195 675,21 59,885 276,34 61,992 516,42 35,088 387,75 74,390 405,02 22,690 491,27 86,7888 301,49 10,291
419,5 732,77 92,500 0,686 1,248 119,42 35,129 613,34 57,371 280,74 58,548 452,03 33,952 393,93 70,258 338,84 22,242 499,10 81,9672 233,67 10,533
418,5 699,92 86,900 0,657 1,262 120,80 33,579 579,12 53,321 283,96 55,965 415,95 30,935 398,45 67,158 301,47 19,742 504,83 78,351 195,09 8,549
417,5 678,49 81,980 0,629 1,272 121,70 32,029 556,79 49,951 286,10 53,382 392,39 28,598 401,44 64,058 277,05 17,922 508,62 74,7348 169,87 7,245
416,5 651,35 75,000 0,600 1,277 122,17 30,479 529,18 44,521 287,20 50,799 364,15 24,201 403,00 60,959 248,36 14,041 510,59 71,1186 140,76 3,881
415,5 624,93 68,870 0,571 1,277 122,23 27,896 502,69 40,974 287,34 46,494 337,58 22,376 403,19 55,793 221,74 13,077 510,83 65,0916 114,09 3,778
414,5 599,93 65,100 0,543 1,274 121,89 25,830 478,03 39,270 286,54 43,050 313,38 22,050 402,07 51,660 197,86 13,440 509,42 60,27 90,51 4,830
413,5 578,50 62,600 0,514 1,266 121,17 24,280 457,33 38,320 284,84 40,467 293,66 22,133 399,68 48,560 178,82 14,040 506,39 56,6538 72,11 5,946
412,5 547,08 59,050 0,486 1,255 120,07 22,214 427,01 36,836 282,25 37,023 264,83 22,027 396,04 44,428 151,04 14,622 501,78 51,8322 45,30 7,218
411,5 529,94 55,200 0,457 1,239 118,59 20,147 411,35 35,053 278,77 33,579 251,16 21,621 391,16 40,295 138,77 14,905 495,60 47,0106 34,34 8,189
410,5 504,94 50,300 0,429 1,220 116,73 19,114 388,21 31,186 274,42 31,857 230,52 18,443 385,05 38,228 119,89 12,072 487,85 44,5998 17,09 5,700
409,5 477,09 43,780 0,400 1,196 114,50 17,048 362,59 26,732 269,16 28,413 207,92 15,367 377,68 34,096 99,40 9,684 478,52 39,7782 -1,43 4,002
408,5 433,52 38,990 0,371 1,169 111,88 14,981 321,64 24,009 263,00 24,969 170,52 14,021 369,03 29,963 64,49 9,027 467,56 34,9566 -34,04 4,033
407,8 399,95 34,000 0,351 1,147 109,80 13,948 290,15 20,052 258,13 23,247 141,82 10,753 362,19 27,896 37,76 6,104 399,95 34,000 0,00 0,000
407,5 373,53 33,800 0,343 1,137 108,85 13,432 264,67 20,368 255,89 22,386 117,64 11,414 359,06 26,863 14,47 6,937 373,53 33,800 0,00 0,000
406,5 322,10 29,120 0,314 1,101 105,41 11,365 216,69 17,755 247,80 18,942 74,31 10,178 347,70 22,730 -25,59 6,390 322,10 29,120 0,00 0,000
406,1 315,67 27,100 0,303 1,086 103,91 10,849 211,76 16,251 244,27 18,081 71,40 9,019 315,67 27,100 0,00 0,000 315,67 27,100 0,00 0,000
405,5 280,68 25,010 0,286 1,061 101,52 9,815 179,16 15,195 238,65 16,359 42,03 8,651 280,68 25,010 0,00 0,000 280,68 25,010 0,00 0,000
404,5 239,97 20,750 0,257 1,015 97,15 8,266 142,82 12,484 228,39 13,776 11,58 6,974 239,97 20,750 0,00 0,000 239,97 20,750 0,00 0,000
404,3 224,97 19,500 0,251 1,005 96,22 7,749 128,75 11,751 224,97 19,500 0,00 0,000 224,97 19,500 0,00 0,000 224,97 19,500 0,00 0,000
403,5 191,41 17,050 0,229 0,964 92,26 7,232 99,14 9,818 191,41 17,050 0,00 0,000 191,41 17,050 0,00 0,000 191,41 17,050 0,00 0,000
402,5 172,84 13,400 0,200 0,907 86,78 5,683 86,05 7,717 172,84 13,400 0,00 0,000 172,84 13,400 0,00 0,000 172,84 13,400 0,00 0,000
401,5 139,98 11,200 0,171 0,843 80,64 4,649 59,35 6,551 139,98 11,200 0,00 0,000 139,98 11,200 0,00 0,000 139,98 11,200 0,00 0,000
400,5 112,13 7,600 0,143 0,770 73,69 3,616 38,44 3,984 112,13 7,600 0,00 0,000 112,13 7,600 0,00 0,000 112,13 7,600 0,00 0,000
400,3 95,70 6,100 0,137 0,754 95,70 6,100 0,00 0,000 95,70 6,100 0,00 0,000 95,70 6,100 0,00 0,000 95,70 6,100 0,00 0,000
399,5 72,85 4,450 0,114 0,687 72,85 4,450 0,00 0,000 72,85 4,450 0,00 0,000 72,85 4,450 0,00 0,000 72,85 4,450 0,00 0,000
398,5 38,57 2,600 0,086 0,591 38,57 2,600 0,00 0,000 38,57 2,600 0,00 0,000 38,57 2,600 0,00 0,000 38,57 2,600 0,00 0,000
397,5 19,28 0,980 0,057 0,475 19,28 0,980 0,00 0,000 19,28 0,980 0,00 0,000 19,28 0,980 0,00 0,000 19,28 0,980 0,00 0,000
396,5 5,12 0,010 0,029 0,324 5,12 0,010 0,00 0,000 5,12 0,010 0,00 0,000 5,12 0,010 0,00 0,000 5,12 0,010 0,00 0,000
395,5 0,20 0,001 0,000 0,000 0,20 0,001 0,00 0,000 0,20 0,001 0,00 0,000 0,20 0,001 0,00 0,000 0,20 0,001 0,00 0,000
Annexe.V Courbes Capacité-Hauteur-Surface du barrage du Ghrib de l’année 1986

Vous aimerez peut-être aussi