Vous êtes sur la page 1sur 2

Chaussée routière NF 98 086 ou dallage extérieur DTU 13-

3
Les aires extérieures, les aires de béquillage de bâtiment industriel peuvent être réalisées en béton. .
Dallage extérieur ou chaussée routière quelles sont les principales différences ?

Référentiel normatif
Les dallages seront conçus suivant le DTU 13-3 de mars 2005
Les chaussées suivant la norme NF P 98-086, elle a pris effet au 28 octobre 2011, elle définit la
méthode de dimensionnement des structures neuves de chaussées routières applicable en France.
Indice de classement : P 98-086 ; ICS : 93.080.20

Les principales différences


L'approche du DTU 13.3 prend en considération le retrait différentiel et les phénomènes des angles
soulevées. Les formules du calcul des sollicitations en angle de panneaux ( pour mémoire
on considère que le dallage se soulève en angle sous l'action du retrait différentiel , les charges
roulantes situés dans les angles ou bord se retrouvent donc en porte à faux sous la partie soulevée du
dallage ) sont assez pénalisantes. D'autant que la prise en compte des gradients thermiques
augmentent la longueur soulevée. Par conséquent en dehors des mauvais sols la vérification la plus
pénalisante sous l'action d'un essieu 13T jumelée est la sollicitation en angle. C'est donc elle qui
détermine l’épaisseur du dallage. Sans croisement de camion ( notion à ne pas négliger dans la
conception de ces zones circulées), on peut retenir une épaisseur minimale de 22cm pour un trafic
occasionnel, 25cm pour un trafic courant sur la base d'un C30.

L'approche de la norme chaussée se limite à des approches de flexion sus l'action des roues en
tenant compte de différent paramètres ( taux de trafic , évolution du trafic , nature de la plateforme,
effet du gel-gel...; ) . Les phénomènes de soulèvement ne sont pas pris en compte directement dans
les sollicitations : la chaussée est considérée comme non soulevée en bord et en angle. A la
différence du DTU 13-3, les béton routiers qui peuvent mise en place avec des machines spécifiques
sont conçus sur la base de béton à faible E/C <0.45 contre 0.5 à 0.55 pour le DTU 13-3. Ces
bétons présentent donc des valeurs de retrait plus faibles. Cela diminue donc fortement les effets
des soulèvement aux angles. De plus la logique des chaussées routières raisonne sur des voies de
circulation avec un positionnement des joints de retrait qui évitent une circulation importante sur les
angles de la chaussée. Ces spécificités font que la prise en compte du soulèvement en angle est
moins importante pour le dimensionnement. Par conséquent le dimensionnement d'une chaussée
routière est plus favorable en terme d’épaisseur que le dimensionement suivant le DTU 13.3. les
abaques de Cimbeton peuvent donner des épaisseurs de 18-19cm

Que faut-il choisir ?


Avant la norme, il y avait toujours la problématique du manque d'aspect normatif de l'approche
chaussée routière. Maintenant que la norme vient de sortir, la maitrise d'oeuvre et d'ouvrage ont la
possibilité de choisir deux référentiels normatifs. Nous insistons la notion de choix car faire référence
aux deux règlements entraînera un arbitrage sur le choix du règlement. Il est donc préférable de faire
référence soit à la norme chaussé , soit à la norme dallage mais pas aux deux.

Comment choisir?
La question n'est pas facile, et nous ouvrons le débat. et attendons vos observations
Faut il raisonner sur les notions de voix de circulation ( --> chaussée) et aire ( ---> dallage ).
Le mode de calcul chaussée est il valable pour les aires de béquillage avec les charges ponctuelles
que représentent les béquilles ?
La prise en compte des traitements de la plateforme n'est il pas
insuffisant suivant l'approche DTU13.3 ?
Quelles sont les critères de durabilité à prendre en compte pour les bétons?

Que faire respecter?


En dehors du choix ( chaussée- dallage ) , le plus important est de s'assurer de la conformité de la
réalisation avec les exigences du référentiel choisi. Dimensionner un aire suivant l'approche chaussée
avec un C23/30 de dallage n'est pas cohérent à l'esprit des textes mais c'est une pratique que l'on
peut observer. La nouvelle norme NF P 98-086 va surement remette un peu d'ordre dans ces
pratiques.