Vous êtes sur la page 1sur 8

I.

Ver
a. Interprétation de la tendance sexuel
i. Instinct ou impulsion ?
ii. La tendance sexuel, propriété de l´individu
iii. La tendance sexuel et l´existence
iv. L´interprétation religieuse
Chapitre deuxième
II. L´analyse général de l´amour entre les hommes et les femmes
a. Le mots amour
i. Dans un sens large l´amour c´est une relation entre deux personnes qui
désirent le bien l´une de l´autre.
ii. Pour dégager les sens du mots amour on doit analyses trois choses
1. Les éléments de l´amour
2. Son essence en relation au bien
iii. L´amour entre H et F est métaphysique
b. L´attractive et la prise de conscience des valeurs
i. C´est le premier élément de l´amour, car désirer c´est par rapport à un
bien.
ii. La connaissance de la personne qui est ce qui donne sens et élevé la
relation H-F c´est intellectuel même s´elle passe d´abord par un désir de
l´autre dans la dimension affective. En cela implique aussi la volonté
choisi l´autre comme un bien en soi même.
iii. L´affectivité c´est la qualité de se mouvoir par le contacte avec un bien.
Ces qualités sont le bien de l´autre qui attire. Cette attraction fait partie
de l´amour naissante. C´est un amour qui et partie dans toute la
complexité et la compréhension de l´amour. L´affectivité peut se jouer
dans plusieurs niveau, comme la sexualité ou la vertu.
iv. La réaction des sentiments son aveugle, ils ne connaissent l´objet de
son désir. Il ne cherche savoir la vérité de son objet. Pour cela elle peut
être un obstacle pour la recherche du vrai bien qui fait voir un bien où
il n´existe pas et qui engendre une désillusion et vide.
v. La vérité de la personne et la vérité des sentiments. C´est la synthèse
de ces deux amours qui engendre un amour cultivé, modéré.
vi. L´amour véritable doit se fonder sur la beauté de la personne et des
qualités intérieurs qui émanent d´elle et pas se réduire à la beauté
physique.
c. Deux formes d´amour : La concupiscence et la bienveillance
i. Amor consupiscentiae que signifie l´amour qui se traduit par le désir. La
concupiscence fait partie de l´amour. Ce désir de l´autre indique que
l´homme n´est pas née pour être seul mais pour se rejoindre à un autre,
qu´ultimement c´est Dieu.
ii. Le désir sexuel montre que l´homme est limité et qu´il ne se complète
qu´avec un autre du sexe opposé. Mais cet amour ne doit réduire
l´autre à un moyen. L´amour concupiscible c´est un bien pour le sujet,
c´est à dire pour moi-même. C´est une expérience de l´autre comme un
bien pour moi en tant que personne et pas en tant que objet utile.
iii. Même si l´amour concupiscible ne se identifie par le désir sexuel
seulement, il est celui qui nous amènent à une vision utilitariste de
l´amour.
iv. La sexualité et la concupiscence ne comblent l´homme, car l´amour
c´est l´accomplissement maximum des potentialités humaines. Un
amour vrai, qui cherche un objet qui est vrai et authentique selon sa
nature.
v. Cependant il ne suffit de aimer quelqu´un pour soi, mais il faut aimer la
personnes pour elle-même.
vi. Cet amour qui est altruiste et qui encline la volonté et les sentiments
vers le bien de l´autre c´est l´amour benevolentiae (désintérêt dans
l´amour).
vii. La concupiscence et la benevolentiae sont liés par l´amour de la
personne qui est un bien pour moi et pour elle-même. (La relation
engendre un autre bien)
d. Le problème de la réciprocité
i. L´amour c´est quelque chose une qui est entre l´homme et la femme et
pas seulement l´amour de l´un pour l´autre.
ii. Le passage du Je au Nous se fait par le libre arbitre. Quand on accède à
l´autre. Cela pour qui soit un amour vrai doit être réciproque. Car s´il
est unilatéral on le vit avec souffrance.
iii. L´amour est bilatéral par sa nature, il unie et crée de lien.
iv. Le désir de réciprocité n´exclut le désintérêt dans l´amour même si
l´amour de concupiscence trouve en lui sa pleine satisfaction.
v. Les types de réciprocités selon Aristote (EN VIII, IX). Pour que l´amour
soit réciproque et stable il doit se fonder dans l´amour-vertu qui est la
source de la paix et de la joie. L´amour doit être une école de perfection.
vi. Si l´amour est fondée sur la concupiscence il ne dure que dans la mesure
que l´autre est un moyen pour le plaisir égoïste.
vii. Donc avant de construire une vie avec quelqu´un il faut vérifier sur quoi
repose la réciprocité de l´amour pour qu`il ne soit apparent et la
combinaisons de deux égoïsmes.
e. De la sympathie à l´amitié
i. Sympathie : Mots grec composé par syn (avec) et phatein (sentir,
expérimenter, souffrir). Ce mot indique deux choses ; une communion
et une passivité. Ainsi la sympathie dit ce qui se passe de manière
passive avec deux personnes dans le plan affective.
ii. Quand on dit que quelqu´un est sympathique c´est pour indiquer
qu´elle est dans mon champs émotionnelle et qu´elle est un objet qui
suscite en moi des émotions positives et selon mes émotions. On peut
parler ici de synchronie et des désirs commun.
iii. Un danger de la sympathie c´est qu´elle prend la volonté et l´affectivité
indépendamment de la valeur objective de la personne. C´est á dire
qu´elle peut manquer d´objectivité.
iv. La sympathie en tant qu´elle ouvre la personne à l´autre et accepte
l´autre dans un plan affective, elle est une preuve empirique de
l´amour.
v. Mais l´amour ne se réduit á la sympathie comme la vie de la personne
ne se réduit aux sentiments. Il doit passer à l´amitié. Car avec un amour
de sympathie la volonté reste passive.
vi. La volonté est un élément qui modèle l´homme et entre les hommes.
La place de la volonté est essentiel pour établir une véritable amitié. Car
on doit choisir le bien de l´autre je voudrai pour moi. Par la volonté on
peut dépasser les sentiments sans le supprimer. Il faut transformer la
sympathie en amitié et compléter l´amitié par la sympathie. Ars amandi
vii. La camaraderie diffère de l´amitié et de la sympathie. L´amour dans la
camaraderie se fait dans un groupe plus grand et s´appuie sur le travail
en commun, la solidarité, intérêts communs. Dans la camaraderie entre
H et F a un aspect objective qui peut se transformer en amitié et ne
reste que dans les sentiments.
f. L´amour matrimonial
i. Cet amour est plutôt métaphysique. Dans tout amour le sujet passe par
une attraction, concupiscence et bienveillance.
ii. L´amour qu´on cherche ici c´est plus qu´une tendance mais une
rencontre et union entre personnes. La base de cet amour c´est le don
du propre JE pour le NOUS. Par la volonté l´autre devient mon propre
JE.
iii. L`amour a quelque chose en plus que les autres amours. C´est un don
mutuel. Mais peut-on se donner entièrement si la personne est ce
alteris incommunicabilis. Ce qui est personnel en nous est au-dessus de
tout don.
iv. Le paradoxe de l´amour. Sortir du JE pour s´enrichir pour rentrer dans
une relation du NOUS qui ne anéanti la personne singulier.
III. L´analyse psychologique de l´amour
a. La perception et l´émotion
i. Il y a une dimension psychique dans la perception de l´homme. Ce par
elle qu´on commence á connaître et á répondre aux objets qui
pâtissent. Pour cela on peut pas réduire la sensation a un pure
mécanisme déterminé. La sensation produit une connaissance de
l´objet qui pâtit en conservant une image de lui.
ii. Les perception sont à la source des émotions. Comme quand on dit que
quelqu´un nous a laissé une grande impression, on dit que la
connaissance de cette personne nous a produit une émotion sensible à
partir duquel sa perception s´a imprimé dans notre conscience.
iii. L´émotion diffère de la perception selon le contenu et la réaction qui
laisse le contacte avec l´objet. Dans la première on reste avec une
valeur de l´objet tandis que dans la deuxième on conserve son l´image.
iv. Dans les émotions on peut avoir un contenu qui ne soit pas matériel
même s´il doit être matérialisé pour se transmettre.
v. Quand la perception et l´émotion sont unis, l´objet pénètre la
conscience de l´homme et fixe en elle avec une plus grande netteté.
Cela produit une connaissance sensible de l´autre que produit une
expérience plus intense et affective.
b. Analyse de la sensualité
i. Dans le contacte entre l´homme et la femme, il y a toujours un contacte
sensorial qui se produit. Chacun est un corps et donc un objet pour les
sens. Par le sens se produit une image de l´autre avec des émotions et
de la valeur.
ii. Dans la sensualité il y a une transcendance des simples réactions
sensibles. La sensualité à d´abord comme objet le corps, c´est à dire
l´utilité ou la esthétique du corps. Dans ce sens la sensualité est
orientée à la concupiscence. Mais c´est précisément là où les sens
trouvent la distinction sexuel. La sensualité pure ne peut être la base de
l´amour car elle repose sur l´utilitarisme et ne prend en compte la
personne dans sa totalité. Elle réduit la personne à un objet.
iii. Le terme attraction sexuel reste dans le plan de la concupiscence et des
sens.
c. L´affectivité et l´amour affective
i. Distinction entre l´affectivité et la sensualité : Dans la sensualité
l´émotion produite vise que le corps en tant qu´il produit du plaisir.
L´affectivité c´est la capacité de réagir devant la masculinité et la
féminité qui peuvent se traduire par la force et la délicatesse qui sont
des valeurs qui ne dépendent seulement de la dimension corporel. Dans
ce sens la affectivité c´est une réaction à une série des valeurs et libre
de la concupiscence.
ii. Comment se mélange sensualité et affectivité dans la psychologie
masculine et féminine et en relation avec la mémoire et l´imagination.
Ce qui produit une idéalisation de l´amour et de la personne et
l´attribution des certains valeurs irréels dans l´autre qui ne sont que des
valeurs qu´on désire. C´est là qui se trouve la débilité de cet amour que
dans un sens cherche l´affectivité de l´autre mais dans autre fuit la
réalité pour rester dans l´idéal. Pour pas réduire l´amour dans
l´affectivité ou dans la sensualité on analyse les énergies créatrices de
l´amour objectif.
d. Le problème de l´intégration de l´amour
i. Du point de vue psychologique on peut considérer l´amour comme une
situation.
1. Situation intérieur dans un sujet concret.
2. Situation entre deux personnes.
ii. La situation entre deux personnes est un drame unique (DRAO en grec)
parce qu´il est constitué d´une action et d´un devenir. Les études
psychologiques révèlent que les éléments essentiels de la vie humaine
c´est la vérité et la liberté. La vérité qui transcende la matérialité
détermine notre liberté. C´est grâce à la connaissance qu´on n´est pas
déterminés dans notre agir et on est maitre de nos actes. La vérité et la
liberté sont la marque de la spiritualité humaine qu´on ne trouve dans
les autres animaux. C´est alors par la volonté libre que l´homme se
donne et que l´amour peut être véritable. Cependant il faut une analyse
objectif de l´amour.
IV. Analyse moral de l´amour
a. L´expérience vécu et la vertu
i. La moral de situation. Détermine que l´acte n´est déterminé que par
rapport à la situation dans lequel il a été réalisé. Ces situation sont
déterminantes pour l´structure de l´amour sexuel. Dans cette
conception de la moral se cache une fausse liberté, c´est à dire qui n´est
pas fondée sur la vérité objective de l´amour. Comme il n´y a pas de
bien objectif dan l´amour il n´y a pas d´obligation par rapport à la
personne. À partir de là on peut comprendre l´amour de deux
perspective :
1. Comme un phénomène psychologique
2. Comme un acte moral
ii. L´amour psychologique doit être intégré dans l´amour moral. C´est à
dire que l´amour vécu doit se subordonner à la vertu pour qu´il arrive à
sa plénitude.
b. L´affirmation de la valeur de la personne
i. La personne se différencie des choses par sa valeur, sa structure et par
sa perfection. Dans la personne on trouve des éléments spirituels qui
structurent sa vie intérieur. Pour cela la perfection de la personne n´est
pas seulement du côté de son corps mais aussi de son esprit qui est
constitutif à la personne.
ii. Il est aussi important de distinguer les valeurs qui sont de la personne
individuel en tant que cette personne là ait les valeurs de la personne
en soit.
iii. Ainsi on distingue la sexualité comme une valeur de la personne
particulier et pas comme de la personne en général. Dans ce sens les
valeurs sexuels s´ajoutent à la personne dans un second temps. Pour
cela la réaction devant une personne doit être lié à la personne en soi
et pas de sa valeur sexuel, qui est aussi une valeur légitime et constitue
la valeur d´un sujet particulier.
iv. C´est dans l´intégration de la valeur de la personne avec la valeur sexuel
qui se trouve le principal trait moral de l´amour.
v. L´amour est d´abord une vertu et pas un sentiment et moins encore une
expression du sentiment humain devant un objet.
vi. Cette vertu se forme dans la volonté du sujet et utilise les puissances de
l´âme spirituel, c´est à dire un réel engagement et compromis de la
personne-sujet.
vii. L´amour-vertu se rapporte aussi à l´affectivité et à la concupiscence.
c. La pertinence réciproque des personnes
i. L´amour apparaît comme un don d´une personne a une autre. Un don
réciproque qui comporte une ouverture pour accepter l´autre dans sa
singularité. Cette amour n´est pas une aliénation et possession dans le
sens matériel du terme mais la recherche du bien de l´autre en tant que
personne.
ii. Le don de soi même n´a sa plénitude de valeur que s´il est une œuvre
de la volonté libre de la personne. Car c´est par le libre arbitre que la
personne est maitre de ses actes et ne se laisse livrer à la force de ses
passions. Dans l´amour des époux on possède le JE de l´autre presque
de manière absolu. Non seulement son corps mais aussi et surtout sa
personne.
iii. Subjectivement l´amour est une expression psychologique et
objectivement c´est un fait interpersonnel, c´est une réciprocité et
amitié basée sur la communion dans le bien. Le côté objectif de l´amour
et déterminante pour la vérité de l´amour. (voir pag 63)
iv. L´amour matrimonial consiste dans le don de la personne et dans son
acceptation. A cela s´ajoute le mystère de la réciprocité. Pour cela il est
important étudier l´structure interne de l`amitié.
d. L´élection et la responsabilité
i. Comme l´amour c´est une œuvre de la volonté elle comporte
intrinsèquement une élection de l´autre, un choix qui est fait d´action
et de don. Dans une certaine mesure ce choix fait de l´autre une
possession. Et dans cette mesure il entraine une responsabilité vers ce
qu´on possède. L´élection et la responsabilité échappe aux aléas et
vicissitudes des sentiments. L´élection de la personne nous permet
d´aimer l´autre avec sa valeur personnel qui ne change pas. Le choix de
l´autre apparaît comme une paradoxe. L´autre en tant qu´un être
singulier et aliénable échappe à toute détermination.
e. Le compromit de la liberté
i. Seulement la connaissance de la vérité de la personne permet un
compromit ver autrui. L´amour consiste dans compromis de la liberté.
C´est un don et le don c´est limiter sa propre liberté pour le bien de
l´autre. Même si le don apparaît comme contraire à notre bonheur
personnel, loin de là il est la source du bonheur car l´amour par soi est
diffusif et créateur. Voici la même nature de la liberté, l´amour. La
volonté tend vers le bien or la liberté est une propriété de la volonté.
L´homme désire l´amour plutôt que la liberté. La liberté est un moyen,
l´amour une fin.
ii. L´amour vrai c´est celui qui va vers l´autre pour chercher son bien. Le
vrai bien de l´autre en tant qu´autre que moi.
iii. Quand on est dans une relation avec une autre personne, cette union
engendre un bien supérieur qui est architectonique, c´est à dire
supérieur dans l´ordre de perfection.
f. Le problème de l´éducation de l´amour
i. L´amour n´est pas une chose toute faite mais il doit s´élaborer et se
cultiver.
ii. Dans un sens l´amour n´est jamais, il est toujours en train de se faire et
de se produire.
iii. L´homme est un être condamne à créer. L´amour doit être une création
entre deux personne qui se donnent réciproquement l´un à l´une.

La chasteté

1. La chasteté et le ressentiment
2. La concupiscence charnel
3. Subjectivisme et égoïsme
4. La structure du pèche
5. Le vrai sens de la chasteté
6. La pudeur
7. L´absorption de la honte par l´amour
8. Le problème de l´impudeur
9. Continence
10. Tendresse et sensualité

Il y a une dissociation de la personne en relation à son corps. Peut-on aimer une personne
sans aimer son corps ?

Selon TA la chasteté est sous la vertu de la tempérance. Dont objet immédiat c´est le
concupiscible. La tempérance modère les appétits concupiscible. C´est à dire l´attirance vers
les biens physiques et matériels pour qu`ils soient dominés par l´entendement.

Les éléments de la vertu de la chasteté


• La pudeur :
o Dans notre époque où il y a une extrême exaltation du corps,
paradoxalement c´est l´époque où on comprend moins le corps. On
prend le corps comme autre chose que nous même. Comme un objet,
même notre propre corps. Le corps n´est plus le reflet de notre
personnalité mais de nos idées de ce qu´on veut être. Le corps est une
masque qui cache une personne qui a peur de vivre. On est une société
qui a du mal à accepter le corps à cause de cette séparation.
o Elle a une relation avec la peur, car quand on a honte on a peur que
quelque chose qui est caché soit révélé aux autres. La pudeur est relatif
aux organes sexuels. La pudeur n´apparaît pas dans les enfants car ils
non pas conscience de la valeur sexuel. Cela n´est pas une
détermination de l´extérieur mais une nécessité qui se développe dès
l´intérieur comme une nécessité. C´est une disposition de la personne a
sentir de la honte. La pudeur montre le lien entre le corps et la
personne. Car seulement la personne peut être objet de plaisir.
L´homme a par nature une réaction contre ce qui n´est pas rationnel et
qui relève de la sexualité ou des passions. Car dans les passions on ne
domine pas nos réactions. C´est un moment de débilité et vulnérabilité.
o La honte doit être éliminée par la absorption dans l´amour. Mais pas
n´importe quelle amour, mais un amour de la personne.
o C´est indispensable l´éducation dans l´amour pour grandir dans le vrai
pudeur. Peut-on utiliser une personne sans l´aimer ?
• Continence
o Selon Aristote et TA l´homme doit de contenir si son désir lui amène
contre le bien de l´autre.
o L´homme qui est chaste est un homme qui se domine.
o L´objectivation sans continence n´est pas encore de la vertu.
o La vertu de la chasteté trouve un appuie sur l´affectivité.
o Il ne suffit pas de connaître la valeur d´une personne, mais il faut le
sentir.

La fécondité de l´amour c´est le don réciproque. Si on donne de l´amour mais on ne


reçoit il n´y a pas de justice. Mais si je donne et je reçois j´accroit dans l´amour et l´amour me
fait grandir dans l´amour dans la mesure où je peux donner chaque fois plus. C´est comme un
cercle où un élément donne à l´autre sans que ce don soit une perte mais chaque fois qu´on
reçoit le don nous augmentons notre capacité de donner. Quand je donne quelque chose à
l´autre elle se détruit , elle est utilisé. Mais quand on donne le corps, elle reste intègre, car il
n´est pas un objet mais le corps de la personne. Comme le dit Saint Thomas, le corps humain
est presque spirituel, car la forme que lui anime est spirituel.