Vous êtes sur la page 1sur 28

MINISTERE DES TRANSPORTS

Le recyclage en centrale
des enrobés bitumineux

NOTE TECHNIQUE
PROVISOIRE

DIRECTION DES ROUTES


Page laissée blanche intentionnellement
MINISTERE DES TRANSPORTS
Direction des Routes - 244, Bd Saint-Germain - 75775 Paris Cedex 16

Le recyclage en centrale
des enrobés bitumineux

DÉCEMBRE 1982

Document réalisé et diffusé par

le Laboratoire Central des Ponts et Chaussées I I r ( le Service d'Etudes Techniques des Routes et Autoroutes I k l | U j l
58 bd Letebvre - 75732 PARIS CEDEX 15 L V J I \J 46 avenue Aristide Bnand - 92223 BAGNEUX CEDEX U L I H H
MINISTÈREDESTRANSPORTS 46, Avenue Aristide-Briand - B.P. 100
92223 BAGNEUX - Tél. . 664.14.77
DIRECTION DES ROUTES TÉLEX 260763 - SETRA BAGNX

SERVICE D'ÉTUDES TECHNIQUES


DES ROUTES ET AUTOROUTES BAGNEUX, LE 7 OCTOBRE 1982
S.E.T.R.A.
J. BERTHIER
Ingénieur en Chef des ponts et Chaussées

DIRECTEUR
Le Directeur du Service d'Etudes
Techniques des Routes et Autoroutes
à
Monsieur le Directeur Départemental
de l'Equipement

()B.ll I : RTC YCÏ.AGI I N ( I \ I K A U i)l S KNROUÉS Bl II M I N I l A

Depuis quelques années et pour des raisons techniques ou économiques, un certain nombre de procédés nou-
veaux sont apparus dans le but d'économiser les matériaux routiers et en particulier le bitume.
La panoplie de techniques dont disposent les maîtres d'œuvre s'étant sensiblement étoffée, il devenait néces-
saire de leur apporter aussi rapidement que possible un minimum d'informations afin de les aider dans leur
choix.
Ainsi, en 1981, la note technique sur la "Régénération des couches de surface de chaussée"précisait le domaine
et les conditions d'emploi de certaines de ces techniques et mentionnait les possibilités de recyclage en cen-
trale des enrobés bitumineux.
Aujourd'hui, bien que le recul ne soit pas suffisant pour porter un jugement définitif sur le recyclage en
centrale des enrobés, cette note d'information permet de définir le domaine d'emploi du recyclage en cen-
trale et d'apporter quelques précisions nécessaires à la bonne exécution des travaux. Cette note a par consé-
quent un caractère provisoire et est destinée à soutenir l'innovation technique.
J'espère que ce document donnera le "réflexe-recyclage" aux maîtres d'œuvre ; il montre qu'il n'y a pas
un mais plusieurs types de recyclage en centrale et que leur champ d'application est vaste.
Pour sa bonne utilisation, cette note technique est indissociable d'autres directives ou notes techniques exis-
tantes comme "Réalisation des couches de surface en béton bitumineux", "Réalisation des enrobés en cou-
che mince", "Stockage des granulats", etc.
Dans le cas de chantier de recyclage à fort taux, une étude préalable approfondie étant indispensable, le maî-
tre d'œuvre prendra en compte dans sa programmation les délais nécessaires à cette étude. Par contre, pour
le recyclage à faible taux, la réutilisation des matériaux peut se faire sans études lourdes ; mais le développe-
ment de ce type de recyclage ne pourra se faire qu 'avec une bonne collecte des matériaux enrobés d'origines
diverses et donc avec la coopération de toutes les parties concernées (administration, entreprises, collectivités
locales).
Afin de permettre le perfectionnement de ces techniques, je vous invite à faire part de vos remarques ou
suggestions à la division des chaussées et terrassements du S.H. T.R.A. ou à la division méthodes et matériels
d'exécution du l.C.P.C.

L'Ingénieur en Chef des Ponts et Chaussées


Directeur du S.E.T.R.A.

J. BERTHIER
Page laissée blanche intentionnellement
SOMMAIRE
Pages
Lexique
1. Introduction
2. Recyclage en centrale classique (à faible taux)
2.1 Principe de fonctionnement 10
2.2 Incorporation des matériaux à recycler 10
2.2.1. Incorporation au pied de l'élévateur à chaud 10
2.2.2. Incorporation dans la trémie peseuse 10
2.2.3. Autres types d'incorporation 10
2.3 Malaxage 11
2.4. Taux de recyclage - Chauffage des granulats 11
2.5. Cas des centrales continues classiques 11

3. Recyclage en centrale à tambour sécheur enrobeur


3.1 Principe de fonctionnement 12
3.2. Incorporation des matériaux à recycler - Malaxage - Dépoussiérage 12
3.3. Taux de recyclage 12
3.4. Autorisation d'emploi 12

4. Domaine d'emploi du recyclage en centrale


4.1. Le recyclage à fort taux 14
4.1.1. Chantiers de renforcement 14
4.1.2. Chantiers d'entretien 14
4.2. Le recyclage à faible taux 14
4.3. Utilisation des enrobés de recyclage 15

5. Préparation d'un chantier de recyclage


5.1. Evaluation de la nature et de la quantité des enrobés récupérables 16
5.2. Formulation des enrobés de recyclage 16

6. Réalisation d'un chantier de recyclage


6.1. Récupération des enrobés 18
6.2. Stockage des enrobés récupérés par fraisage à froid 18
6.3. Stockage des enrobés après concassage ou granulation 18
6.4. Fabrication des enrobés de recyclage 18
6.5. Mise en œuvre des enrobés de recyclage 19
6.6. Contrôles 19

7. Annexe
7.1. Entretien de l'autoroute A2 (1981) 20
7.1.1. Comparaison économique 20
7.1.2. Comparaison énergétique 20
7.2 Renforcement coordonné de la RN 6 (1982) 21
7.2.1. Comparaison économique 21
7.2.2. Comparaison énergétique 21
Page laissée blanche intentionnellement
LEXIQUE
• Enrobé récupéré : tout enrobé extrait d'une chaussée par diverses opérations mécaniques. Les techniques
les plus courantes sont d'une part le piochage ou le relevage à la pelle qui donnent des plaques d'enrobés
et d'autre part le fraisage à froid ; les techniques de récupération à chaud par fraisage ou rabotage sont plus
rarement employées.
• Enrobé à recycler : tout enrobé récupéré apte à passer en centrale d'enrobage, le plus souvent après avoir
subi un traitement complémentaire ; ce traitement est en général un concassage. Les enrobés fraisés à froid
sont généralement recyclables sans traitement complémentaire.
• Recyclage d'enrobés bitumineux en centrale : fabrication en centrale d'un enrobé contenant un certain pour-
centage d'enrobés à recycler ; le produit ainsi obtenu est appelé enrobé de recyclage.
• Taux de recyclage : c'est le poids d'enrobés à recycler introduits dans la centrale rapporté au poids d'enro-
bés de recyclage produits.
• Liant d'ajout : c'est le liant neuf introduit dans la centrale qui va constituer avec le bitume récupéré le
liant total de l'enrobé de recyclage. Le liant d'ajout est soit un bitume classique lorsque le liant récupéré
est peu vieilli, soit un liant dit "peptisant" lorsque le liant récupéré doit être régénéré. Un liant est dit "pepti-
sant" lorsqu'il possède des propriétés particulières destinées à maintenir en suspension les asphaltènes du
liant récupéré sous une forme suffisamment divisée pour rendre homogène le liant total obtenu.
Page laissée blanche intentionnellement
1. Introduction
Le recyclage des enrobés consiste à réutiliser des enrobés récupérés après mélange avec des granulats neufs
et un liant d'ajout.
Outre l'existence d'importants gisements d'enrobés dans les réseaux routiers des pays industrialisés, divers
facteurs d'ordre économique et technique sont à l'origine du développement du recyclage des enrobés bitu-
mineux en centrale. D'une part, le coût des constituants des enrobés croît continuellement, le bitume étant
un produit pétrolier et l'exploitation des ressources en granulats étant de plus en plus délicate. D'autre part,
un certain nombre de nouveaux moyens techniques rendent possible la récupération à grande échelle des enrobés
(généralisation des fraiseuses à froid) tandis que les nouvelles centrales d'enrobage à tambour sécheur enro-
beur peuvent, moyennant quelques aménagements, fabriquer des enrobés en recyclant une quantité impor-
tante d'enrobés récupérés.
L'objectif du recyclage des enrobés est de fabriquer un enrobé ayant des qualités comparables à celles d'un
enrobé neuf en réutilisant le plus possible de matériaux récupérés (bitume et granulats), soit en fabriquant
un enrobé contenant un maximum de matériaux récupérés, soit en réalisant des quantités importantes d'en-
robés contenant un pourcentage plus faible de matériaux récupérés.
Ceci conduit à distinguer deux techniques de recyclage en centrale, le recyclage à faible taux et le recyclage
à fort taux. On considérera que le taux est faible lorsqu'il est compris entre 10 et 20 % et qu'il est fort entre
40 et 65 %. Ce découpage arbitraire n'interdit en rien de recycler à des taux compris entre 20 et 40 °/o. Tous
les types de centrale peuvent être utilisés pour le recyclage à faible taux, seules les centrales à tambour sécheur
cnrobeur peuvent recycler à des taux supérieurs à 20 %.
2. Le recyclage en centrale classique (à faible taux)
2.1. Principe de fonctionnement
Moyennant quelques aménagements, les centrales d'enrobage classiques de type discontinu peuvent recycler
des enrobés bitumineux. Les enrobés à recycler sont introduits dans le cycle de fabrication entre les opéra-
tions de séchage des granulats et de malaxage. Dans ce mode de recyclage, le réchauffage des enrobés à recy-
cler s'effectue par contact avec les granulats neufs surchauffés.

2.2. Incorporation des matériaux à recycler


Différentes solutions sont possibles pour incorporer les enrobés à recycler, toutes nécessitent l'emploi d'un
doseur ayant une trémie spéciale apte à assurer un bon écoulement des matériaux à recycler.
2.2.1. Incorporation au pied de l'élévateur à chaud
Lorsque la centrale comporte la possibilité de traiter les matériaux en direct, c'est-à-dire avec une trémie
intermédiaire unique, on pourra utiliser l'élévateur à chaud pour introduire les matériaux à recycler. Après
passage par un doseur pondéral et sur un convoyeur à bande, les enrobés à recycler sont incorporés aux gra-
nulats neufs surchauffés en sortie du sécheur, au pied de l'élévateur à chaud. Le temps de contact entre
les différents matériaux se trouve ainsi accru et favorise le transfert de chaleur des granulats neufs aux enro-
bés à recycler. La conjugaison du doseur à recycler avec les doseurs à granulats neufs n'est pas indispensable.
On assurera une bonne temporisation au départ et à l'arrêt du doseur à matériaux à recycler pour tenir compte
du déphasage avec les matériaux neufs et on travaillera à débit constant du doseur.
2.2.2. Incorporation dans la trémie peseuse
Les enrobés à recycler sont introduits dans la trémie peseuse et pesés en cumulé avec les granulats neufs.
Un doseur volumétrique est suffisant pour les matériaux à recycler.
2.2.3. Autres types d'incorporation
D'autres schémas d'introduction sont possibles selon la centrale employée. En général, on réutilisera des cir-
cuits d'alimentation du malaxeur inutilisés en fabrication courante. Il convient de vérifier l'aptitude de ces
circuits à écouler des matériaux déjà enrobés. Lorsque l'introduction se fait directement dans la tour de
malaxage et non au pied de l'élévateur à chaud il faut prendre garde aux dégagements excessifs de vapeur
d'eau à l'intérieur du malaxeur.

SCHEMA DE PRINCIPE DU RECYCLAGE A FAIBLE TAUX


EN CENTRALE CLASSIQUE
INCORPORATION AU PIED DE L' ELEVATEUR A CHAUD
TOUR
D ' ENROBAGE

DEPOUSSIERAGE

ARRIVEE DE TREMIE
SECHEUR
GRANULATS NEUFS DOSEUSE
DES ENROBES
A RECYCLER

10
2.3. Malaxage
C'est dans le malaxeur que se produit l'essentiel du processus d'échange de chaleur entre les granulats sur-
chauffés et les enrobés à recycler, le décohésionnement des matériaux à recycler et la répartition homogène
du bitume recyclé et du liant d'ajout sur l'ensemble des granulats.
De manière à éviter l'introduction du liant d'apport sur les matériaux surchauffés et à assurer la répartition
du bitume recyclé sur l'ensemble des granulats, on procédera à un prémalaxage de 10 à 15 secondes avant
introduction du liant d'apport. Ceci peut entraîner une réduction sensible du débit de la centrale (25 à 30 %)
par allongement du cycle de malaxage.

2.4. Taux de recyclage - Chauffage des granulats


Les possibilités de surchauffe étant techniquement limitées et des granulats trop chauds risquant de brûler
le bitume des matériaux récupérés, il n'est pas possible de recycler à taux élevé avec ce type de centrale.
Pour obtenir une fabrication de bonne qualité, il est recommandé de ne pas dépasser un taux de recyclage
de 20 %. Le taux minimal sera donné par le débit moyen minimal possible du doseur des enrobés à recycler.
La formule suivante permet de calculer de façon approchée la température des granulats neufs (TN) en fonction
de la température de fabrication des enrobés (Tp), de la température des enrobés à recycler (TR) de leur teneur
en eau (WR) et du taux de recyclage R.

TF - R • TF R
TM = - W R (637 - T R )
+ 4
1 - R 1 - R
Exemple : pour T R = 20 °C, T F = 140 °C, W R = 0,04 et R = 0,2 (soit une teneur en eau de 4 et un
taux de recyclage de 20 °?o) nous trouvons T^ = 195 °C.

Abaque donnant la température des granulats neufs en fonction


du taux de recyclage et de la teneur en eau des matériels à recycler.
La température de fabrication étant de 140°C
et celle des matériaux à recycler de 20°C.
TF
740

W 57.
770

W 3 7.

200

- -v-
/ W 1/.

îao

\
1AO

140
5 15

2.5. Cas des centrales continues classiques


Bien que les expériences réalisées soient peu nombreuses, des centrales continues classiques peuvent égale-
ment être utilisées pour le recyclage à faible taux, sous réserve d'introduire les matériaux à recycler à l'entrée
du malaxeur avec un débit conjugué au débit de matériaux neufs.

Il
3. Le recyclage en centrale à tambour sécheur enrobeur

3.1. Principe de fonctionnement


Le principe de fonctionnement pour cette technique consiste à introduire les matériaux à recycler au sein
du tambour sécheur enrobeur en les protégeant du contact et du rayonnement direct de la flamme tout en
assurant sur une longueur suffisante leur réchauffement, leur décohésionnement et un malaxage efficace avec
les constituants neufs (dispersion homogène du liant d'ajout et du liant d'apport, homogénéité de la
granularité).

3.2. Incorporation des matériaux à recycler - Malaxage - Dépoussiérage


Les dispositifs d'incorporation dans le tambour diffèrent suivant les constructeurs mais la technique actuel-
lement employée en France consiste à introduire les matériaux à recycler vers le milieu du tambour. En aval
de ce point est introduit le liant d'ajout de manière à disposer d'une zone de malaxage et d'enrobage suffi-
sante. Le réchauffement et le séchage des enrobés à recycler s'opèrent essentiellement par convection (trans-
fert de chaleur entre les gaz chauds et l'ensemble granulats d'apports - enrobés à recycler dans la deuxième
partie du tambour). Les granulats d'apport restent introduits par la face avant du tambour selon le circuit
utilisé en fabrication d'enrobés neufs.
Le dosage des matériaux à recycler est réalisé par un ou plusieurs doseurs pondéraux conçus à cet effet. Le
débit de ce (ou ces) doseur(s) ainsi que les débits de liant d'ajout sont asservis au débit des granulats neufs
en tenant compte notamment des déphasages entre les diverses informations débit.
Lorsque la centrale travaille à un taux de recyclage élevé ( > 40 %), le système de dépoussiérage risque de
recevoir des fines enrobées, il est alors préférable d'employer un laveur hydraulique.

3.3. Taux de recyclage


Les centrales de type T.S.E. modifiées pour le recyclage ou TSE.R permettent des taux de recyclage bien
plus élevés que les centrales classiques. Dans l'état actuel de nos connaissances et des cas de chantier traités
à ce jour, le taux de recyclage en centrale TSE.R peut atteindre 65 %.
Le taux minimal est fixé par la limite basse de débit du doseur à matériaux à recycler. Le taux de recyclage
maximal est lui, fonction, d'une part des caractéristiques des enrobés à recycler, d'autre part des caractéristi-
ques de fonctionnement de chaque type de centrale TSE.R. Un taux de 50 % pourra être le plus souvent
fixé en admettant une extension jusqu'à 65 % dans les cas favorables (bonne homogénéité des caractéristi-
ques des enrobés à recycler, teneur en eau faible, granularité apparente du produit à recycler conforme aux
exigences).

3.4. Autorisation d'emploi


Les centrales TSE.R utilisées devront avoir fait l'objet d'une extension de leur autorisation d'emploi au recy-
clage. Celle-ci fera l'objet d'une circulaire du Directeur des Routes suite à un programme d'expérimentation
réalisé sur un chantier de recyclage et suivi par le L.C.P.C. et le S.E.T.R.A.

12
SCHEMA DE PRINCIPE DU RECYCLAGE
EN CENTRALE A TAMBOUR SECHEUR ENROBEUR

INTRODUCTION
DES MATERIAUX
TREMIE A RECYCLER
DOSEUSE
DES ENROBES
A RECYCLER

COUPE TRANSVERSALE PU TAMBOUR

COUPE LONGITUDINALE DE LA CENTRALE


ARRIVEE STOCKAGE
DES GRANULATS ET CHARGEMENT DES
TAMBOUR ENROBES
NEUFS
SECHEUR ENROBEUR

13
4. Domaine d'emploi du recyclage en centrale
Le domaine d'emploi de cette technique est très vaste. Il est malaisé de prévoir que sur tel chantier, tant
de tonnes d'enrobés seront recyclés à tel taux. Sur le seul plan technique, presque tous les enrobés peuvent
être récupérés et recyclés en centrale à un taux plus ou moins fort.
Le choix de recycler, la technique et le taux de recyclage sont dictés par les conditions inhérentes à chaque
chantier. Le recyclage vient toujours en concurrence d'une solution classique, il faut donc au départ qu'il
apporte un avantage sur le plan économique ou sur le plan technique. Par rapport à une solution classique,
le bilan énergétique du recyclage est pratiquement toujours favorable.

4.1. Le recyclage à fort taux


4.1.1. Cas des chantiers de renforcement
Lorsqu'une chaussée est renforcée par une couche de base en grave traitée aux liants hydrauliques et une
couche de roulement en béton bitumineux, les méthodes de dimensionnement utilisées ne prennent pas en
compte l'apport structurel de l'ancienne couche de roulement. Si l'ancienne chaussée a une couche de roule-
ment en béton bitumineux, plutôt que de l'enterrer sous la nouvelle structure, il peut être intéressant de la
récupérer pour la recycler en couches de surface.
En général, le coût de la récupération de l'enrobé est inférieur au coût de ses constituants neufs. Il est donc
avantageux sur le plan économique de rechercher le taux de recyclage le plus élevé possible. Le taux retenu
sera déterminé par les quantités d'enrobés réellement récupérables et par leurs caractéristiques (voir chapitre
"5.2. Formulation" de la présente Note Technique). Ces dernières peuvent amener à diminuer considérable-
ment le taux de recyclage choisi.

4.1.2. Cas des chantiers d'entretien


Le recyclage des enrobés offre également des possibilités intéressantes pour les chantiers d'entretien. Divers
cas de réemploi peuvent se présenter :
• couches de roulement présentant une fissuration importante due au non-collage à la couche-support. Il
vaut mieux alors récupérer cette couche et la recycler en centrale pour constituer une nouvelle couche de
roulement plutôt que de faire un rechargement,
• couches de roulement présentant un défaut de formulation ne pouvant être corrigé par un traitement super-
ficiel. En général, il s'agit d'un béton bitumineux ne résistant pas à l'orniérage, ou contenant un bitume
trop dur pouvant entraîner des risques de fissuration, ou trop faiblement dosé,
• couches de roulement sur graves traitées aux liants hydrauliques très dégradées au droit des fissures de retrait,
• couches de roulement ayant dû être enlevées, un rechargement n'étant pas possible pour des raisons de
niveau (travaux en agglomération, tirant d'air...) ou de surcharge (cas des ouvrages d'art). Ce cas est écono-
miquement très favorable au recyclage.
Il est également possible d'envisager des séquences d'entretien des chaussées à structure aux liants hydrocar-
bonés utilisant le recyclage en centrale pour effacer partiellement les dommages de fatigue accumulés dans
les couches. De telles séquences qui permettent de diminuer les épaisseurs de rechargement limitent le surélè-
vement de la surface de la chaussée.
Comme pour les chantiers de renforcement, le choix du taux de recyclage sera déterminé par la quantité et
la nature des enrobés récupérables et tiendra compte des possibilités données par l'étude de laboratoire en
particulier pour des taux de recyclage élevés.

4.2. Le recyclage à faible taux


II peut s'agir d'un des cas précédents lorsque la qualité et l'homogénéité des enrobés récupérés sont insuffi-
santes pour qu'ils soient recyclés à fort taux.
Le recyclage à faible taux est surtout employé lorsque l'on dispose d'enrobés récupérés par petites quantités
et de diverses provenances. En zone urbaine ou péri-urbaine, les enrobés provenant d'ouverture de tranchées
ou de travaux de démolition devraient permettre le développement du recyclage à faible taux, si l'on s'ef-
force d'organiser une bonne collecte de ces matériaux.
Ce type de recyclage sera également choisi si seules des centrales discontinues aménagées sont disponibles,
par exemple à proximité des agglomérations. Des centrales continues pouvant également être employées.

14
4.3. Utilisation des enrobés de recyclage
Tout dépend de la qualité des enrobés récupérés et des performances mécaniques de l'enrobé de recyclage.
Le choix entre une utilisation en couche de roulement, en couche de liaison ou en couche de base se fera
en tenant compte :
• de la nature et du trafic de la voie concernée,
• de la qualité des enrobés à recycler (dureté du liant : un liant très dur encouragera à une réutilisation en
couche de liaison),
• des performances mécaniques de l'enrobé de recyclage relevées lors de l'étude de formulation (résistance
à l'orniérage notamment).

15
5. Préparation d'un chantier de recyclage
Lorsque le recyclage semble être techniquement et économiquement utilisable pour un chantier, un certain
nombre d'opérations préalables propres à cette technique sont à effectuer. Le maître d'œuvre ne devra donc
pas oublier dans son programme les délais nécessaires à ces études préliminaires.
Nous envisagerons essentiellement le cas d'un recyclage à fort taux, les enrobés étant récupérés par fraisage.
5.1. Evaluation de la nature et de la quantité des enrobés récupérables
Pour recycler à fort taux, il est indispensable de récupérer des enrobés homogènes de par les caractéristiques
mécaniques des granulats, de par leur granulométrie et de par la teneur et les caractéristiques du bitume qu'ils
contiennent.
Dans un premier temps les documents existant sur la chaussée à traiter (schéma itinéraire, étude de formula-
tion, contrôles de chantier, etc.) permettent de déterminer des lots d'enrobés homogènes en épaisseur et en
formulation.
L'analyse d'une série de carottage donnera ensuite la composition exacte des enrobés. Les carottages à rai-
son de deux à trois carottes par kilomètre balayeront tout le profil en travers de la chaussée pour déterminer
l'épaisseur moyenne d'enrobés en place. Après désenrobage des carottes, l'étude du liant récupéré fournira
essentiellement sa pénétrabilité et éventuellement d'autres caractéristiques de composition ou de comporte-
ment rhéologique.
Ces opérations permettent de définir les quantités d'enrobés récupérables et de les classer en lots homogènes.
Un lot homogène est un lot dont les caractéristiques ont une dispersion comparable à celle des caractéristi-
ques d'un lot d'enrobés neufs de même formule théorique. Le nombre de lots sera le plus restreint possible
pour ne pas compliquer inutilement l'organisation du chantier.
Si la définition de lots homogènes en nombre restreint s'avère impossible, on considérera que l'on dispose
d'un seul lot dont on appréciera les caractéristiques (moyennes et dispersions) pour en tenir compte au niveau
de l'étude de formulation et dans l'emploi de l'enrobé de recyclage. On pourra éventuellement homogénéiser
les enrobés récupérés par brassage lors des opérations de stockage.
Dans son évaluation le projeteur prendra en compte les incertitudes sur les épaisseurs de matériaux récupéra-
bles et les pertes lors des opérations de stockage.

5.2. Formulation des enrobés de recyclage


Pour pouvoir établir la formulation de l'enrobé, il est indispensable de disposer d'enrobés récupérés repré-
sentatifs du chantier. En général ces enrobés seront récupérés lors d'un essai de fraisage à froid. Les enrobés
extraits par carottage ne peuvent convenir car la granulométrie des enrobés évolue lors des opérations de
récupération industrielle (fraisage ou relevage puis concassage), par exemple au cours d'un fraisage le D des
granulats diminue de 2 à 3 mm alors que la teneur en fines augmente de 2 à 3 %. Toutefois sur le chantier
la granulométrie des matériaux fraisés pourra être légèrement différente de celle trouvée lors de l'essai, le
matériel de fraisage n'étant pas toujours identique.
Une fois en possession de ce stock d'enrobés à recycler, il y aura lieu de choisir :
• la nature et la granularité des granulats d'apport,
• la nature et la quantité de liant d'ajout.
De telle sorte que l'enrobé obtenu ait des caractéristiques comparables à celles (1) exigées d'un enrobé neuf
qui serait utilisé dans les mêmes conditions. Le taux de recyclage retenu sera le plus élevé possible en fonction
de la qualité du mélange obtenu.
Quel que soit le taux de recyclage, il est généralement possible en laboratoire de recomposer une courbe gra-
nulométrique identique à celle d'un enrobé neuf. Les pourcentages pondéraux des fractions granulaires d'apport
ne doivent pas être trop faibles (minimum de l'ordre de 10 °/o) pour que la qualité de la recomposition en
centrale soit bonne. De même il faut prendre en compte les variations prévisibles de la granulométrie des
enrobés récupérés et ne pas choisir une formule trop sensible à ces variations.
Le choix de la nature et de la quantité du liant d'ajout est plus difficile. Le liant vieilli n'a plus le comporte-
ment rhéologique d'un liant neuf, sa pénétrabilité a diminué et sa composition chimique évolué (baisse de
teneur en huiles aromatiques et accroissement de la teneur en asphaltènes). Il faut donc le régénérer par mélange
intime avec un liant d'ajout qui ramènera la pénétrabilité et la composition chimique du mélange au voisi-
nage de celles d'un bitume routier classique. Lorsque le liant est peu vieilli ou que le taux de recyclage est
faible, un bitume mou classique convient, mais dans le cas contraire, il est indispensable d'employer un liant
d'ajout spécialement conçu. Les liants utilisés seront soumis à l'approbation du S.E.T.R.A. et du L.C.P.C.

(1) Ces caractéristiques figurent dans les diverses Directives et Notes Techniques traitant des enrobés hydrocarbonés.

16
Lors des études de formulation, les taux de recyclage possibles sont déjà limités par la disponibilité des maté-
riaux récupérés (maximum) et les conditions économiques (minimum). Le taux de recyclage est finalement
fixé en fonction des caractéristiques des enrobés à recycler, de la formulation d'enrobé de recyclage visée,
des liants d'ajout disponibles et des résultats de l'étude de laboratoire.
Pour le choix des caractéristiques du liant de régénération on pourra, en première approche, calculer la péné-
trabilité théorique du liant final grâce à la loi des mélanges (1). Cette pénétrabilité théorique pourra être
vérifiée en laboratoire par un essai de mélange du liant à recycler et du liant de régénération (2).
Dans le cas où le liant d'apport est un liant dit "peptisant", il est obligatoire de réaliser un essai de mélange
en laboratoire pour déterminer la pénétrabilité à court terme et son éventuelle évolution dans le temps. On
a en effet constaté que la loi des mélanges n'était pas vérifiée exactement dans le cas de faible dosage de
liant dit "peptisant" par rapport au bitume récupéré.
Le comportement en laboratoire des enrobés de recyclage sera apprécié à l'aide des essais de laboratoire habi-
tuels (essai de compression simple, presse à cisaillement giratoire, essai d'orniéreur) et éventuellement de l'essai
de traction directe (information sur le comportement à long terme). Les prescriptions à respecter étant celles
exigées des enrobés neufs utilisables dans les mêmes conditions. Dans le cas où l'étude du liant a montré
une évolution de celui-ci dans le temps (cas de certains liants dits "peptisants") on en tiendra compte pour
l'appréciation des performances mécaniques. Dans la mesure du possible la formulation choisie sera peu sen-
sible aux écarts prévisibles des caractéristiques de l'enrobé à recycler.

(1) Log P = a Log P, + b Log P 2


P| et P 2 pénétrabilité des liants mélangés.
a et b proportion respective des liants mélangés.
P pénétrabilité du liant résultant du mélange.
(2) D'une manière analogue à ce que l'on constate lors de la fabrication d'enrobés neufs en TSE, on peut observer sur chantier un
vieillissement du liant se traduisant par une perte de pénétrabilité comprise entre 0 et 20 % de la pénétrabilité théorique.

17
6. Réalisation d'un chantier de recyclage
Les opérations de fabrication et surtout de mise en œuvre des enrobés de recyclage sont peu différentes de
celles d'un enrobé classique. Nous étudierons ici les aspects particuliers au recyclage ainsi que l'opération
de récupération des enrobés.

6.1. Récupération des enrobés


La note technique sur le "Fraisage à froid des bétons bitumineux" traite de ce problème lorsque le fraisage
a été choisi pour récupérer et rendre apte au recyclage les enrobés en place. La taille maximale des matériaux
fraisés ne doit pas dépasser 25 mm pour permettre un bon fonctionnement des organes de dosage des centra-
les et surtout un bon malaxage et un mélange intime du vieux liant et du liant d'apport. Il est également
possible d'utiliser des enrobés de relevage qui devront être fragmentés par un concasseur ou un granulateur
de telle sorte que la taille maximale des éléments soit de 25 mm, il faut aussi surveiller la granulométrie réelle
après désenrobage du matériau récupéré. Dans certains cas l'atelier de fraisage pourra alimenter directement
un concasseur si le rendement global est plus élevé et si la granulométrie produite est régulière.
Lorsque la récupération des matériaux se fait sur une chaussée circulée, il faut veiller à ce que la nouvelle
surface de roulement puisse supporter le trafic sans dommages. Par exemple une couche en grave traitée
aux liants hydrauliques ne devra pas être circulée mais rester sous la protection de quelques centimètres
d'enrobés.
Si l'atelier de récupération précède directement l'atelier de mise en œuvre, on s'arrangera pour que leur débit
soit compatible et qu'une zone tampon correspondant au moins à deux journées de travail soit laissée entre
les deux ateliers. Dans la mesure du possible les camions de transport travailleront en double fret (du chan-
tier à la centrale avec les enrobés récupérés et de la centrale au chantier avec les matériaux à mettre en œuvre).

6.2 Stockage des enrobés récupérés par fraisage à froid


Le stockage des enrobés récupérés se fera conformément au guide technique sur le "Stockage des granu-
lats". Néanmoins un certain nombre de précautions destinées à éviter la prise en masse de ces enrobés sont
à prendre.
La hauteur de gerbage sera limitée à 3 mètres, toute circulation de chantier étant interdite sur les tas. Dans
ces conditions les stocks peuvent supporter au moins un été sans grand risque de prise.
Les pertes au sol seront limitées le plus possible, la valeur du matériau étant sensiblement supérieure à celle
d'un granulat vierge.
Le stockage sera fait de telle sorte que les tas soient les plus homogènes possible (granulométrie, quantité
et qualité du liant).
La teneur en eau des matériaux fraisés à froid est en moyenne de 3 % (de 1,5 à 7 % selon les conditions
atmosphériques lors du fraisage) ; la formation naturelle d'une légère croûte au stockage semble maintenir
cette teneur en eau constante.

6.3. Stockage des matériaux enrobés après concassage ou granulation


Le stockage des enrobés "concassés" est un problème qui n'a pas encore trouvé de véritables solutions. Si
le recyclage ne se fait pas en chaîne et pour éviter la prise en masse de l'enrobé, la durée de stockage de
l'enrobé concassé devra être très limitée et la hauteur des stocks ne pas excéder 3 mètres.

6.4. Fabrication des enrobés de recyclage


Le principe de fonctionnement dans le cas d'emploi de centrale classique ou de centrale TSE.R a été décrit en
2 et 3. La fabrication des enrobés de recyclage n'est guère différente d'une fabrication classique, néanmoins un cer-
tain nombre de points sont à surveiller (les 4 derniers points concernent essentiellement le recyclage à fort taux) :
• la teneur en eau des matéraux qui devra être la plus régulière et la plus basse possible, toute variation boule-
versant l'équilibre thermique du système : température instable des enrobés de sortie, diminution rapide dans
le temps de la température des enrobés correspondant à l'existence de gradients thermiques au sein de ceux-
ci, chute du rendement énergétique lorsque la teneur en eau est forte,
• la trémie des matériaux à recycler qui sera protégée par une grille afin de ne pas introduire d'éléments de
grandes dimensions,
• le bon fonctionnement du doseur pondéral des matériaux à recycler dans la gamme de débit correspondant
au cas de chantier (on vérifiera dans une gamme de ± 20 % de la consigne choisie),
• le temps de malaxage, afin que l'échange de chaleur entre les différents matériaux et l'enrobage soit cor-
rect, si l'on emploie une centrale classique adaptée au recyclage à faible taux,

18
• le bon fonctionnement des doseurs à granulats neufs dans la gamme de débit correspondant au cas de chantier
(on portera une attention particulière à ce fonctionnement lorsqu'il correspond à la gamme basse du doseur),
• l'étalonnage du débitmètre à bitume si celui-ci est utilisé en bas de gamme (cas du recyclage à taux élevé),
• le bon réglage des asservissements granulats neufs — enrobés à recycler — liant d'apport,
• la température de fabrication qui devra être limitée à 140° C de manière à limiter les risques de dégradation
des liants. Dans le cas de températures plus élevées, la modification de la coloration des fumées pourra cons-
tituer un signal d'alerte.
6.5 Mise en œuvre des enrobés de recyclage
La mise en œuvre des enrobés se fait de façon classique. Les conditions de compactage seront déterminées
en début de chantier de manière à atteindre les objectifs habituels de compacité. On surveillera particulière-
ment la compactabilité des enrobés ainsi fabriqués, certains chantiers ayant parfois montré un comporte-
ment différent à formule équivalente entre les enrobés de recyclage et les enrobés neufs.
6.6. Contrôles
En plus du contrôle habituellement réalisé pour toute fabrication et mise en œuvre d'enrobés neufs (voir
directives correspondantes), il faudra particulièrement contrôler :
• la granularité apparente des enrobés à recycler,
• la régularité de dosage des matériaux à recycler,
• les températures de fabrication de l'enrobé de recyclage,
• la pénétrabilité et éventuellement les caractéristiques de composition ou de comportement rhéologique du
liant d'apport et du liant final obtenu après enrobage.

19
7. Annexe
Nous allons comparer les coûts économique et énergétique d'une tonne d'enrobé de recyclage et d'une tonne
d'enrobé classique sur un exemple de chantier d'entretien et un exemple de chantier de renforcement. Les
prix ont été relevés dans les bordereaux des prix remis par les entreprises.

7.1. Entretien de l'autoroute A 2 dans le Nord - été 1981


La solution classique prévoyait le fraisage sur 7 cm de la couche de roulement existante qui était décollée
de son support et son remplacement par un enrobé neuf. La solution recyclage adoptée a permis de réutiliser
à un taux de 65 % le matériau fraisé pour réaliser la couche de roulement. Le fraisage s'est fait en deux
passes, la première sur environ 5 cm donnant le matériau à recycler, la deuxième sur 2 cm au niveau de l'in-
terface défectueuse donnant un matériau de qualité moindre employé sur un autre chantier.
7.1.1. Comparaison économique
Le tableau ci-après prend en compte des pertes sur aire de 5 % de matériaux. L'enrobé recyclé est dosé à
2,1 % de liant d'apport, l'enrobé classique étant dosé à 6,1 % de bitume. La fabrication a porté sur un total
de 35 000 tonnes d'enrobés de recyclage.

Solution Solution
Prix unitaires Recyclage classique
(F/t) Coût des Coût des
constituants constituants

Matériaux fraisés sur 7 cm + transport 60 60,00


Matériaux fraisés sur 5 cm + transport 60 40,10
Matériaux fraisés sur 2 cm + transport 115 38,20
Granulats roches massives (.1 22,00 53,10
Sables roulés 120 11,90
Fines d'apport 80 1,60
Bitume 1268 25,10
(recyclage)
1314 74,90
(classique)
Fabrication 28,00 25,00
Transport de la centrale au chantier 9,80 9,80
Finition fond de forme + couche d'accrochage 6,30 6,30
Mise en œuvre 10,70 10,70
Installation de chantier + études et contrôles .. 10,50 4,40

Total F.H.T./tonne - Valeur Avril 1981 190,70 257,70

Soit une économie de 26 % de la solution recyclage par rapport à la solution classique.


7.1.2. Comparaison énergétique
Les hypothèses retenues pour le contenu énergétique des composants de l'enrobé sont les suivantes en ther-
mies par tonne :
- Granulats de roches massives rendus sur aire . . . 30 th/t
- Sables naturels rendus sur aire 13 th/t
- Fines rendues sur aire 228 th/t
- Fraisage 10 th/t
Transport par camion 0,5 th/t/km
- Bitume 9 660 th/t avec PCI
(160 th/t sans PCI)
- Fabrication 78 th/t
- Mise en œuvre 4 th/t
La distance moyenne de transport des matériaux fraisés et des enrobés était de 15 km.
Solution recyclage Solution clasique

Matériaux fraisés 10 10
Transport des matériaux fraisés
( - 50 % de double fret) 3,7 3,7
Granulats de roches massives 10,8 26,1
Sables roulés 1,3
Fines 4,6
Bitume 191,3 (3,2) 550,6 (9,1)
Fabrication.. 78 78
Transport de la centrale au chantier 7,5 7,5
Mise en œuvre 4 4

Total en th/t 305 (117) 686 (144)


Soit une économie de 56 °7o de la solution recyclage par rapport à la solution classique si le bitume est consi-
déré comme énergétique et de 19 % dans le cas contraire.

7.2. Renforcement coordonné de la RN 6 en Côte-d'Or - Printemps-Eté 1982


La solution classique prévoyait le renforcement de la RN 6 avec une couche de base en grave hydraulique
surmonté d'une couche de roulement en béton bitumineux neuf.
Dans la solution recyclage retenue, le béton bitumineux de la couche de roulement réalisée comporte 50 %
de matériaux récupérés par fraisage sur l'ancienne couche de roulement.
7.2.1. Comparaison économique
La fabrication a porté sur un total de 38 000 tonnes d'enrobés de recyclage dosé à 2,7 % de liant d'apport
et de 13 000 tonnes d'enrobés neufs dosés à 5,7 % de bitume.

Solution recyclage Solution classique

Matériaux fraisés + transport 29,20


- Fourniture granulats neufs et bitume 59,20 118,00
Fabrication 28,40 26,90
Transport de la centrale au chantier 8,75 8,75
Mise en œuvre 7,85 7,85
Frais généraux 3,00 3,00
Aménagement d'aires et installation
+ études et contrôles 25,00 20,00

Total F.H.T./tonne d'enrobés


Valeur Janvier 1982 161,40 184,50

Soit une économie de 12 °/o de la solution recyclage par rapport à la solution classique.
7.2.2. Comparaison énergétique
Les hypothèses sur le contenu énergétique des composants sont les mêmes qu'en 7.1.2. La distance moyenne
de transport des matériaux fraisés et des enrobés était de 8,5 km.

Solution recyclage Solution classique

Matériaux fraisés 5,10


Transport des matériaux fraisés 2,10
Granulats de roches massives 15,30 29,90
Bitume . 254,00 (4,2) 520,70 (8,6)
Fabrication 78,00 78,00
Transport de la centrale au chantier 4,30 4,30
Mise en œuvre 4,00 4,00

Total en th/t 363 (113) 637 (125)

Soit une économie de 43 % de la solution recyclage par rapport à la solution classique si le bitume est consi-
déré comme énergétique et de 10 °/o dans le cas contraire.

21
Page laissée blanche intentionnellement
DEPOT LEGAL
4e TRIMESTRE 1982

Ce document est propriété de l'Adminisration et ne peut être reproduit, même par-


tiellement, sans l'autorisation du Directeur du Laboratoire des Ponts et Chaussées
ou du Directeur du Service d'Etudes Techniques des Routes et des Autoroutes (ou
de leurs représentants autorisés).
S.E.T.R.A. - L.C.P.C. - 1982
Imprimerie I.J.N. Evry
Page laissée blanche intentionnellement
Page laissée blanche intentionnellement
D 8211