Vous êtes sur la page 1sur 6

MPSI - Électromagnétisme - Électrostatique page 1/5

1 La charge électrique
Électrostatique
1.1 Propriétés
Table des matières
On appelle charge d’une particule une grandeur qui caractérise les interactions
1 La charge électrique 1 électromagnétiques qu’elle exerce ainsi que celles qu’elle subit (voir masse et
1.1 Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 interaction gravitationnelle).
1.2 Distributions de charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 La charge est une grandeur scalaire pouvant prendre des valeurs positives ou
1.2.1 Distribution volumique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 négatives.
1.2.2 Distribution surfacique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2.3 Distribution linéı̈que . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 La charge est quantifiée :
q = Ze
2 Champ électrostatique 1
2.1 Loi de Coulomb . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 où Z est un entier relatif et
2.2 Champ d’une charge ponctuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 e = 1, 6.10−19 C
2.3 Principe de superposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
2.4 Champ d’une distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 le coulomb étant l’unité de la charge.
2.5 Lignes de champ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
La charge est une grandeur conservative : la charge totale d’un système
3 Invariances et symétries 2 fermé est constante au cours du temps.
3.1 Invariances des distributions de charges . . . . . . . . . . . . . . . 2
3.2 Plan de symétrie et plan d’antisymétrie . . . . . . . . . . . . . . . 3 La charge totale d’un système ne dépend pas du référentiel dans lequel on
3.3 Conséquences pour le champ électrostatique . . . . . . . . . . . . . 3 la mesure (principe d’invariance de la charge).

4 Potentiel électrostatique 3
4.1 Circulation de E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2 Distributions de charges
4.2 Potentiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.1 Distribution volumique
4.3 Potentiel créé par une distribution de charges . . . . . . . . . . . . 4
4.4 Surfaces équipotentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 L’approximation des milieux continus permet de définir une densité volumique
4.5 Énergie potentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 de charge ou charge volumique :

5 Théorème de Gauss 4 dq
ρ=

6 Analogie gravitationnelle 4
P
où dq = qi est la charge contenue dans le volume dτ petit à l’échelle macro et
7 Le dipôle électrostatique 5 grand à l’échelle micro :
7.1 Actions exercées par un dipôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
dq = ρdτ
7.2 Actions subies par un dipôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

Damien DECOUT - Dernière modification : avril 2007


MPSI - Électromagnétisme - Électrostatique page 2/5

1.2.2 Distribution surfacique 2.3 Principe de superposition


Si une des 3 dimensions est négligeable par rapport aux deux autres, on peut Soit q1 en O1 , q2 en O2 , q3 en O3 ... De l’addition vectorielle des forces découle le
définir une densité surfacique de charge ou charge surfacique : principe de superposition des champs :
X qi Oi M
dq = ρ hdS = σdS
X
E(M ) = Ei (M ) =
4π0 Oi M 3
i i

1.2.3 Distribution linéı̈que En particulier, la force avec laquelle interagissent deux charges n’est pas modifiée
Si deux des 3 dimensions sont négligeables par rapport à la troisième, on peut par la présence d’une troisième charge.
définir une densité linéı̈que de charge ou charge linéı̈que :
2.4 Champ d’une distribution
dq = λdl
On découpe la distribution en morceaux assez petits pour pouvoir considérer que
la charge dq du morceau est localisée au point P ; cette charge crée alors un
2 Champ électrostatique champ :
dq PM
E(M ) =
2.1 Loi de Coulomb 4π0 P M 3
Le champ créé par la distribution est alors la somme des champs créés par les
Soit q1 en M1 et q2 en M2
morceaux ; la distribution étant continue, on remplace la somme par une intégrale
1 q1 q2 M1 M2 Z
dq PM
F1→2 = E(M ) =
4π0 M1 M2 2 M1 M2 4π0 P M 3

1 pour une distribution volumique :


avec = 9.109 SI
4π0
ρ(P )dτ PM
Z
E(M ) =
2.2 Champ d’une charge ponctuelle 4π0 P M 3

Soit q en O et q 0 en M pour une distribution surfacique :

1 qq 0 OM q OM σ(P )dS PM
Z
Fq→q0 = 2 = q0 = q 0 Eq (M ) E(M ) =
4π0 OM OM 4π0 OM 3 4π0 P M 3
où pour une distribution linéı̈que :
q OM
Eq (M ) =
4π0 OM 3 λ(P )dl PM
Z
E(M ) =
est le champ créé par la charge q en M . 4π0 P M 3

Damien DECOUT - Dernière modification : avril 2007


MPSI - Électromagnétisme - Électrostatique page 3/5

2.5 Lignes de champ Une distribution à symétrie sphérique est telle que :
Une ligne de champ est tangente en chacun de ses points M au champ E(M ).
ρ(r, θ, ϕ) = ρ(r)
Elle vérifie les propriétés suivantes :
(invariance par rotation autour de eϕ et invariance par rotation autour de Oz)
1. Les lignes de champ électrostatique divergent à partir des charges positives et
convergent vers les charges négatives.
2. Lorsqu’il est défini, le champ électrostatique est nul au point d’intersection de 3.2 Plan de symétrie et plan d’antisymétrie
deux lignes de champ (deux lignes de champ ne peuvent donc se couper que si
Une distribution est symétrique par rapport à un plan Π si, pour tout point M il
E(M ) = 0 ou E(M ) non défini).
existe un symétrique M’, et si sa densité de charge vérifie :
3. Les lignes de champ électrostatique d’une distribution
– partent à l’infini si la distribution est globalement positive
ρ(M ) = ρ(M 0 )
– proviennent de l’infini si la distribution est globalement négative
– n’aboutissent ni ne proviennent de l’infini si la distribution est globalement
Une distribution est antisymétrique par rapport à un plan Π∗ si, pour tout point
neutre
M il existe un symétrique M’, et si sa densité de charge vérifie :

3 Invariances et symétries ρ(M ) = −ρ(M 0 )

3.1 Invariances des distributions de charges


3.3 Conséquences pour le champ électrostatique
Une distribution, illimitée dans la direction de l’axe ∆, est invariante par trans-
lation suivant ∆ si, pour tout point M et son translaté M’, sa densité de charge Nous généralisons les observations des cartes de champ :
vérifie ρ(M ) = ρ(M 0 ).
exemple : distribution invariante par translation suivant Oz E est transformé en son symétrique par un plan Π

ρ(r, θ, z) = ρ(r, θ) E(M 0 ) = sym E(M )

Une distribution, est invariante par rotation autour d’un axe ∆ si, pour tout d’autre part :
point M et M’ obtenu après rotation, sa densité de charge vérifie ρ(M ) = ρ(M 0 ). E(M ∈ Π) ∈ Π
exemple : distribution invariante par rotation autour d’un axe Oz
E est transformé en son antisymétrique par un plan Π∗
ρ(r, θ, z) = ρ(r, z)
E(M 0 ) = −sym E(M )
Une distribution à symétrie cylindrique est telle que :

ρ(r, θ, z) = ρ(r) E(M ∈ Π∗ )⊥Π∗

(invariance par rotation autour de Oz et invariance par translation suivant Oz) D’autre part, le champ électrostatique (effet) possède au moins les invariances des
distributions de charges (cause).

Damien DECOUT - Dernière modification : avril 2007


MPSI - Électromagnétisme - Électrostatique page 4/5

4 Potentiel électrostatique 4.3 Potentiel créé par une distribution de charges

4.1 Circulation de E Pour une distribution de charges discontinues


X 1 qi
Rappelons l’expression de la force exercée par la charge q en O sur la charge q 0 V (M ) =
en M 4π0 Pi M
F = q 0 E(M ) Pour une distribution volumique
Calculons le travail de F encore appelé circulation de F
1 ρ(P )dτ
Z
Z Z V (M ) =
W = F.dOM = q 0
E(M).dOM 4π0 P M

Pour une distribution surfacique


Intéressons nous à la circulation de E
Z B
1 σ(P )dS
  Z
1 q 1 1
Z Z
q dr q
E(M).dOM = er .dr er = = − V (M ) =
A 4π0 r 2 4π0 r 2 4π0 rA rB 4π0 P M

Pour une distribution linéı̈que


La circulation de E est conservative, elle ne dépend pas du chemin suivi.
1 λ(P )dl
Z
Le principe de superposition permet de généraliser ce résultat à une distribution V (M ) =
de charge quelconque. 4π0 P M

4.2 Potentiel 4.4 Surfaces équipotentielles


La circulation de E peut donc s’écrire
Z B Le champ est perpendiculaire aux surfaces équipotentielles
E(M).dOM = V (A) − V (B)
A dV = 0 ⇒ E.dOM = 0
où V est une fonction appelée potentiel électrostatique.
Dans le cas particulier de la charge ponctuelle Les lignes de champ sont orientées dans le sens des potentiels décroissants
1 q dV < 0 ⇒ E.dOM > 0
V (r) =
4π0 r
Le potentiel est défini à une constante près. 4.5 Énergie potentielle
Reprenons l’expression du travail
Connaissant le potentiel, on peut en déduire le champ par

E = −grad V W = q 0 (V (A) − V (B)) = Ep (A) − Ep (B)

Un champ de vecteur E à circulation conservative est un champ de gradient. Ep (M ) = q 0 V (M )

Damien DECOUT - Dernière modification : avril 2007


MPSI - Électromagnétisme - Électrostatique page 5/5

est l’énergie potentielle que possède la charge q 0 du fait de sa position M dans 7 Le dipôle électrostatique
le champ scalaire V .
Un dipôle électrostatique est un système constitué de deux charges ponctuelles
L’énergie potentielle d’interaction entre deux charges q1 et q2 est égale à opposées dont les dimensions sont petites par rapport à la distance d’observation.
1 1 q1 q2
Ep12 = q1 V2 (M1 ) = q2 V1 (M2 ) = (q1 V2 (M1 ) + q2 V1 (M2 )) = 7.1 Actions exercées par un dipôle
2 4π0 M1 M2
Soit les charge −q en A(z = − d2 ) et +q en B(z = + d2 ) observées à une distance
5 Théorème de Gauss r = OM  d . On notera θ l’angle (ez , OM).
 
q 1 1
V (M ) = −
Le flux du champ électrostatique sortant d’une surface fermée S est égal à la 4π0 BM AM
charge totale Qint enfermée dans cette surface divisée par 0 d2

d cos θ d2

BM 2 = (OM − OB)2 = r 2 − rd cos θ + = r2 1 − + 2
4 r 4r
I
Qint
Φ= E.next dS =
S 0 −1/2
d2
  
1 1 d cos θ 1 d cos θ
= 1− + 2 ' 1+
Vérifions en calculant le flux sortant d’une surface sphérique de rayon r enfermant BM r r 4r r 2r
une charge ponctuelle q en O : de même  
I I
1 q 1 q
I
1 q q 1 1 d cos θ
Φ= E.next dS = er .er dS = dS = 4πr 2 = ' 1−
2 2 2 AM r 2r
S S 4π0 r 4π0 r 4π0 r 0
finalement
6 Analogie gravitationnelle q d cos θ 1 p.er
V (M ) = 2
=
4π0 r 4π0 r 2
Tous les résultats précédents ont leur analogue pour la gravitation en remplaçant avec
1 p = qdez = qAB
la charge q par la masse m et par −G constante de gravitation.
4π0
moment dipolaire
Le champ de gravitation
m On calcule le champ électrostatique grâce à
F = m0 G avec G = −G er
r2
E = −gradV
L’énergie potentielle gravitationnelle
m ou encore
Ep = m0 V avec V = −G ∂V 1 ∂V 1 ∂V
r Er = − Eθ = − Eϕ = −
∂r r ∂θ r sin θ ∂ϕ
Le théorème de Gauss ce qui donne
I
Φ= G.next dS = −4πGMint 1 2p cos θ 1 p sin θ
S Er = Eθ = Eϕ = 0
4π0 r 3 4π0 r 3

Damien DECOUT - Dernière modification : avril 2007


MPSI - Électromagnétisme - Électrostatique page 6/5

On pourra vérifier  
1 3p.r
E= r−p
4π0 r 3 r2

7.2 Actions subies par un dipôle


Dans ce qui suit, E ne désigne plus le champ créé par le dipôle mais un champ
extérieur dans lequel est plongé le dipôle.

Le dipôle subit alors les actions

F = qE − qE = 0

MO = OB ∧ qE + OA ∧ −qE = qAB ∧ E = p ∧ E
Nous admettrons l’expression de l’énergie potentielle du dipôle plongé dans le
champ extérieur E
Ep = −p.E
qui est minimale lorsque le dipôle s’aligne sur le champ.

Damien DECOUT - Dernière modification : avril 2007