Vous êtes sur la page 1sur 12

c S.

Boukaddid TP-Cours 2 d’électronique sup TSI

Amplificateur opérationnel en régime linéaire

Table des matières


1 AO réel - AO idéal 2
1.1 Description de l’AO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2 Fonctionnement linéaire d’un AO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2.1 Système linéaire du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2.2 Cas du régime continu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3 Comportements non linéaires d’un AO : phénomènes de saturations . . 3
1.3.1 Saturation en tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3.2 Limitation en courant de sortie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3.3 Vitesse de balayage : limitation en fréquence (slew-rate) . . . . . 4
1.4 AO idéal en régime linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.4.1 AO idéal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.4.2 Propriété fondamentale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

2 Amplificateur non inverseur 5


2.1 Modélisation d’un amplificateur linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.1.1 Amplificateur idéal en régime continu . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.1.2 Amplificateur réel-Résistance d’entrée et de sortie . . . . . . . . 6
2.1.3 Cas d’un régime sinusoidal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.2 Amplificateur non inverseur à AO en régime linéaire . . . . . . . . . . . 6
2.3 Stabilisation du montage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3.1 Amplificateur idéal de tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3.2 Amplificateur à AO réel en régime sinusoidal . . . . . . . . . . . 7

3 Montages usuels à AO ideal 8


3.1 Suiveur de tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
3.2 Amplificateur inverseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
3.3 Sommateur de tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
3.4 Soustracteur de tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
3.5 Intégrateur simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
3.6 dérivateur simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

1 / 12

c S.Boukaddid TP-Cours 2 d’électronique sup TSI

L’amplificateur opérationnel,désigné par AO dans la suite du cours,est un système


électronique complexe,du type circuit intégré composé de résistance , condensateur
diodes , transistors .

1 AO réel - AO idéal
1.1 Description de l’AO
8 7 6 5

1 2 3 4

1 : réglage de l’offset
2 : Entrée inverseuse (-)
3 : Entrée non inverseuse (+)
4 : Polarisation négative (−Vcc = −15V )
5 : Réglage de la tension de décalage (offset)
6 : Sortie
7 : Polarisation positive (+Vcc = 15V )
8 : Borne non connectée
Exemples : TL081 , CA741 , µA741
Shématiquement on représente AO par

(3) (2)
E + −
(6) (6)
s
E− +
(2) (3)

E + : Entrée non inverseuse


E − : Entrée inverseuse

1.2 Fonctionnement linéaire d’un AO


1.2.1 Système linéaire du premier ordre

us

2 / 12

c S.Boukaddid TP-Cours 2 d’électronique sup TSI

La tension de sortie us est reliée à ε par l’équation suivante :

dus
τ + us = µε
dt

τ : temps de relaxation du système τ ≈ 10−2 s


µ : Coefficient d’amplification : gain en régime continue µ = 105
l’équation précédente s’écrit sous la forme suivante
us µ 1
= ω avec ω0 =
ε 1+j τ
ω0

1.2.2 Cas du régime continu


En régime continu l’équation précédente devient

Us = µε

1.3 Comportements non linéaires d’un AO : phénomènes de


saturations
1.3.1 Saturation en tension
En régime continue faisons varier ε entre −ε0 et +ε0 la réponse est comme suit :
us

saturation haute
Usat

−ε0 −ε +ε
ε
+ε0

−Usat

saturation basse

En pratique Usat = Vsat = 15V


• Pour ε > εM : saturation haute (phénomène non linéaire)
• Pour ε < −εM : saturation basse
• Dans le cas d’un signal sinusoidal us (t) d’amplitude Usm superieur à Usat

3 / 12

c S.Boukaddid TP-Cours 2 d’électronique sup TSI

us
saturation

+Usat

−Usat

Usat
Ordre de grandeur : Usat = 13V ,Vcc = 15V ,µ = 105 ⇒ εM = ≈ 10−4 V
µ

Conclusion : En regime linéaire d’un AO réel,la tension ε est trés faible ε < εM .

1.3.2 Limitation en courant de sortie


Le courant de sortie is produit un échauffement des composantes internes en circulant
dans l’AO . Pour éviter la détérioration de leurs composants,les AO sont en général
munis de limiteurs de courant de sortie is < Imax ≈ 20mA .

1.3.3 Vitesse de balayage : limitation en fréquence (slew-rate)


Dans la structure des AO,il existe une vitesse limite de variation de tension us dite
vitesse de balayage notée σ avec

dus
| | 6 σ ≈ 0, 5V.µs−1
dt
• La vitesse de balayage caractérise le temps de réponse ∆t d’un AO .

∆us
σ=
∆t
σ augmente ⇒ ∆t diminue

us us

t t
∆t
pas de limitation en fréquence limitation en fréquence

4 / 12

c S.Boukaddid TP-Cours 2 d’électronique sup TSI

• La vitesse de balayage est responsable sur la triangularisation de us .


us (t) = Usm cos(ωt + ϕ) telque Usm .ω > σ .
dus
Il existe un intervalle de temps pour laquelle | | = ωUsm | sin(ωt + ϕ)| > σ
dt
dus
on doit poser | | = σ ⇒ us (t) = σ.t + cte ⇒ variation affine de us (t) dans ∆t .
dt

1.4 AO idéal en régime linéaire


1.4.1 AO idéal
Un AO idéal est un amplificateur différentiel de tension :
I de gain infini : µ → ∞
I de courants nuls en entrée : i+ = i− = 0

1.4.2 Propriété fondamentale


Pour éviter le phénomène de saturation en tension il faut que us < Usat
us Usat
En régime linéaire us = εµ on déduit que ε = 6 avec µ → ∞ donc ε → 0
µ µ

En régime linéaire de l’AO idéal ε = 0


us

+Usat

−Usat

• Remarque
I La puissance fournie en entrée est nulle :
i+ = i− = 0 ⇒ P + = U + .i+ = 0, P − = U − .i− = 0
I L’énergie consommée par la charge et par les composantes internes de l’AO est
prélevé des sources d’alimentation (+Vcc et −Vcc )

2 Amplificateur non inverseur


2.1 Modélisation d’un amplificateur linéaire
2.1.1 Amplificateur idéal en régime continu
Un opérateur qui amplifie la tension d’entrée (us > ue ) sans prélever d’énergie en entrée
est appelé amplificateur idéal de tension .
us
• Gain de l’amplificateur G0 = >1
ue

5 / 12

c S.Boukaddid TP-Cours 2 d’électronique sup TSI

ie = 0

ue us
G0 ue

2.1.2 Amplificateur réel-Résistance d’entrée et de sortie


ie

Rs
ue us
Re Gue

2.1.3 Cas d’un régime sinusoidal


ie

zs
ue us
ze
H.ue

• L’amplificateur est considèré comme idéal si : z e = ∞, z s = 0

2.2 Amplificateur non inverseur à AO en régime linéaire


Considèrons le montage suivant
ie = i+ = 0
is
ε
i
r
ve R
vs
i− = 0
e
Ru
ve0 R’
i

opérateur amplification

6 / 12

c S.Boukaddid TP-Cours 2 d’électronique sup TSI

2.3 Stabilisation du montage


dvs
ε = ve − ve0 est lié à vs par : τ + vs = µε
dt
R0 R0
ie = i+ = i− = 0 , ve = ve0 + ε = e − rie = e ,ve0 = R0 i = vs on pose β =
R + R0 R + R0
l’équation devient

dvs vs µe
+ (1 + µβ) =
dt τ τ
la solution de l’équation homogène (régime transitoire)
t
vs = K exp[−(1 + µβ) ] → 0, t → ∞ donc l’opérateur à AO est stable
τ

2.3.1 Amplificateur idéal de tension


si on suppose que l’Ao est idéal ⇒ ε = 0
vs 1 R + R0
ve = ve0 = βvs ⇒ G = = =
ve β R0

ve Gve vs

Opérateur d’amplification

2.3.2 Amplificateur à AO réel en régime sinusoidal


En régime sinusoidal l’Ao se comporte comme un filtre passe bas de fonction de transfert
vs µ 1
h= = ω avec ω0 =
ε 1+j τ
ω0

ω0 représente la pulsation de coupure ou la bande passante de l’Ao


R0 v 1 1
ve0 = 0
v s = s , v e = ε + v 0e = v s ( + )
R+R G h G
µG
vs 1 1 (µ + G)
= = =
ve 1 1 1 1 ω ω µG
+ + +j 1+j
h G µ G µω0 µω0 (µ + G)

vs µ0
= ω
ve 1+j 0
ω0

µG ω0 (µ + G)
avec µ0 = et ω00 =
µ+G G

7 / 12

c S.Boukaddid TP-Cours 2 d’électronique sup TSI

µ0 .ω00 = µ.ω0 = cte

Ce facteur est appelé facteur de mérite ou le produit gain x bande passante


• Résultat : Le produit gain x bande passante est le même pour un AO en boucle fermé
ou en boucle ouverte .

3 Montages usuels à AO ideal


3.1 Suiveur de tension


ε=0

+
vs
ve Rc

AO ideal : i− = i+ = 0, ε = 0 ⇒ v + = v − = ve or v − = vs ⇒ ve = vs

ve = vs

donc on peut modéliser le suiveur par un amplificateur ideal de tension de gain 1,d’impédance
d’entrée infini et d’impédance de sortie nulle .

ve = e vs
e

Suiveur

La puissance délivrée à la résistance de charge Rc est

vs2 e2
Ps = = = Pmax
Rc Rc

Conclusion : En suiveur la puissance maximale disponible de la source de tension a


été transmise intégralement à la résistance de charge . Le suiveur est un adaptateur
d’impédance .

8 / 12

c S.Boukaddid TP-Cours 2 d’électronique sup TSI

3.2 Amplificateur inverseur


R’
ie
R ie
-
0 ∞
ue
+
us

ue us
+ 0
+ − −
v = v = 0 et v = R R =0
1 1
+ 0
R R
us R0
G= =−
ue R

supposons que R0 > R donc on peut modéliser l’amplificateur inverseur par le montage
ue
amplificateur non ideal de tension de gain G et de résistance d’entrée R =
ie

ie

ue us
R Gue

cet opérateur d’amplification consomme de l’énergie en entrée ce qui constitue un défaut


par rapport à l’amplificateur non inverseur .
Remarque : si R = R0 on obtient us = −ue c’est un changeur de signe .

3.3 Sommateur de tension


R
R

ie
-
R

ve1 +
vs
ve2

9 / 12

c S.Boukaddid TP-Cours 2 d’électronique sup TSI

vs ve1 ve2
+ +
v + = v − = 0 et v − = R R R =0
1 1 1
+ +
R R R
vs = −(ve1 + ve2 ) sommateur inverseur

3.4 Soustracteur de tension


R

R
-

+
ve2 R vs
ve1
R

ve1 vs ve2
+
AO ideal : v + = v − avec v + = R et v − = R R
1 1 1 1
+ +
R R R R
v − = v + ⇒ vs + ve2 = ve1

vs = ve1 − ve2

3.5 Intégrateur simple


k
uc

ie R
-

+
ve vs

10 / 12

c S.Boukaddid TP-Cours 2 d’électronique sup TSI

à t = 0 on ouvre l’interrepteur (k) uc (0) = 0


dq duc
ue = Rie , ie = =c et vs = −uc
dt dt
dvs ve
ie = −c =
dt R
Z
1
vs = − ve dt
RC

• En régime sinusoidal ve = Vm exp(jωt)


vs ve
+
− zc R v v
v =v = +
= 0 ⇒ vs = − e zc = − e
1 1 R jRcω
+
z c ZR Z
1 1
donc v s = − v e dt ⇒ vs (t) = − ve (t)dt
Rc Rc
• Remarque : En pratique , il se produit le phénomène de dérive en tension du aux
courants de polarisation d’un AO réel,donc on réalise le montage pseudo-intégrateur

R’

uc

ie R
-

+
ve vs

vs v
0
+ e
z //R R v −1
v− = v+ = c =0⇒ s =
1 1 ve R(zc //R0 )
+
z c //R R
R0
jcω R0
z c //R0 = =
1 1 + jR0 cω
R0 +
jcω
R0 R0
v − −
donc s = R = R
ve 1 + jR0 cω ω
1+j
ω0
1 vs −R0 1
• Si ω >> ω0 = 0 ⇒ ≈
Rc ve R jω
ω0

11 / 12

c S.Boukaddid TP-Cours 2 d’électronique sup TSI

−1
Z
vs = v e dt
Rc

3.6 dérivateur simple


R

C
ie ie
-

+
ve vs

due ue due
ie = c = − ⇒ us = −Rc
dt R dt
ve vs
+
− + zc R R
v =v =0= ⇒ v s = − v e = −jRcωv e
1 1 zc
+
zc R
dv e
v s = −Rc
dt
En pratique on utilise le montage pseudo-dérivateur
R

R’ C
ie ie
-

+
ve vs

ve v
+ s
R0 + zc R −R −jRcω
v− = v+ = 0 = ⇒ vs = ve = v
1 1 0+
1 1 + jR0 cω e
+ R
z c + R0 R jcω
1 dv
si ω << ω0 = 0 ⇒ v s = −jRcωv e = −Rc e
Rc dt
dv
v s = −Rc e
dt

12 / 12