Vous êtes sur la page 1sur 9

École des Sciences de Gestion

& d’Informatique privée

Ouarzazate

Autorisation N°……1/05/1/95………

Du... ..08/11/95…………

Décision d’Accréditation... N°12/DFPP/D0602/23

Système d’exploitation.

ESGI cité de la résistance près du lycée technique - Ouarzazate


Tel : 05 24 88 28 19 E-mail : anis6808@hotmail.fr
Sommaire
I. Définir le système d’exploitation : .................................................................................................. 1
II. Rôle du SE :..................................................................................................................................... 1
III. Buts d’un SE :.............................................................................................................................. 2
IV. Tâches d’un système d’exploitation ............................................................................................ 2
A. Instructions, processeur, processus.............................................................................................. 2
B. Ressource : .................................................................................................................................. 2
V. Les fonctionnalités d’un SE : .......................................................................................................... 2
VI. Classes de systèmes d’exploitation : ........................................................................................... 3
VII. Structure en couches d’un SE moderne ....................................................................................... 4
A. Le noyau (kernel) : ...................................................................................................................... 4
B. Le système de gestion de fichiers : .............................................................................................. 5
C. Les Entrées/ Sorties : ................................................................................................................... 5
D. L’invite des commandes ou shell : .............................................................................................. 5
E. La mémoire virtuelle : ................................................................................................................. 5
VIII. Eléments de base d’un système d’exploitation :.......................................................................... 5
IX. Les fonctions complexes d’un SE : ............................................................................................. 6
A. Fonctions complexes : gestion de l’unité centrale ....................................................................... 6
B. Fonctions complexes : gestion des processus .............................................................................. 6
C. Fonctions complexes : gestion de la mémoire centrale ............................................................... 6
D. Fonctions complexes : gestion des entrées-sorties ...................................................................... 6
E. Fonctions complexes : gestion des fichiers ................................................................................. 6
X. La procédure d’amorçage (démarrage) d'un PC : ............................................................................ 6
A. Séquence d'amorce standard :...................................................................................................... 7
1. Exécution du Power Good : .................................................................................................... 7
2. Exécution du POST : Power-On Self-Test. ............................................................................. 7
3. Exécution des ROM d'extension des périphériques : .............................................................. 7
4. Affichage des configurations à l'écran : .................................................................................. 7
5. Chargement du système d'exploitation : .................................................................................. 7
Système d’exploitation.

I. Définir le système d’exploitation :


En informatique, un système d'exploitation (souvent appelé OS pour Operating System) est un ensemble de
programmes qui permet d’utiliser un ordinateur et tous ses périphérique par des logiciels applicatifs. Il
reçoit de la part des logiciels applicatifs des demandes d'utilisation des capacités de l'ordinateur — capacité
de stockage des mémoires et des disques durs, capacité de calcul du processeur, capacités de communication
vers des périphériques ou via le réseau.
-Ordinateur: Sans le logiciel (software), machine sans utilité.
Deux types de logiciels:
1. Programmes systèmes (system programs): gère le fonctionnement de l’ordinateur.
2. Programmes d’application: exécute le travail demandé par les utilisateurs.
Systèmes d’exploitation: programme système fondamental :
 Contrôle toutes les ressources de l’ordinateur.
 Base sur laquelle les programmes d’application sont écrits.

1. Matériel (hardware) : Ressources informatique de base: CPU (UC: unité centrale), mémoire, dispositifs
E/S.
2. Système d’exploitation: Programme intermédiaire entre l’utilisateur et le matériel.
En 2012, les deux familles de systèmes d'exploitation les plus populaires sont la famille Unix (dont Mac OS ,
GNU/Linux(SE libre), iOS et Android) et la famille Windows(1à 3.11,95 ,98, NT, 2000,XP, 2003, VISTA
(2007) , 7(2009),8 (2012),10 (29 juillet 2015) celle-ci détenant un quasi-monopole sur les ordinateurs
personnels, avec près de 90 % de part de marché depuis 15 ans.
3. Programmes d’application: Comment utiliser le matériel pour résoudre les problèmes informatiques des
utilisateurs.
4. Utilisateurs: Personnes, machines, autres ordinateurs.
II. Rôle du SE :
Le système d’exploitation joue deux rôles :
1. D’une machine virtuelle (abstraite) : Le SE présente au programmeur une interface d’accès aux
ressources de l’ordinateur (sous forme d’appels système). Ainsi le programmeur peut faire abstraction des
détails de fonctionnement des ressources.
Cette interface est fondée sur des objets abstraits dont les plus importants sont les fichiers et les processus.
Par exemple, le programmeur voit un disque comme une collection de fichiers qui peuvent être lus, écrits et
fermés.
2. D’un administrateur de ressources : Le SE gère l’utilisation des ressources par différents utilisateurs et
les éventuels conflits.

Réalisé par : M BISBIS Mustapha. Page 1


Système d’exploitation.

III. Buts d’un SE :


1. Fournir un environnement où l’utilisateur puisse exécuter des programmes.
2. Rendre le système informatique pratique pour l’utilisateur.
3. Utiliser le matériel de façon efficace.
IV. Tâches d’un système d’exploitation
 Gestion de processeur.
 Gestion de la mémoire.
 Gestion de programmes (processus).
 Gestion des fichiers.
 Gestion des E/S.
Les programmes utilisateurs peuvent accéder à ces différentes fonctionnalités à l’aide des appels système.
Pour créer un système aussi grand et complexe qu’un SE, il est nécessaire de le découper en pièces plus
petites.

A. Instructions, processeur, processus


Un programme est une suite ordonnée d’instructions.
Une instruction est considérée comme indécomposable (indivisible), c'est à dire que l'on s'interdit
d'observer le système pendant l'exécution d'une instruction.
Un processus est un programme en cours d'exécution. Un processus est défini par le code et les données
du programme, son contexte d'exécution (vecteur d'état) à savoir les informations qu'il utilise explicitement
(variables, procédures, ressources, etc.) et les informations utilisées par le système pour gérer l'attribution des
ressources (la taille mémoire utilisée, ressources matérielles utilisées).
B. Ressource :
Une ressource est une entité pouvant servir à l'exécution d'un travail. Des exemples de ressources sont les
organes de la machine (unité centrale CPU, mémoire centrale RAM, périphériques), un fichier, des
données, etc.
V. Les fonctionnalités d’un SE :
Le système d'exploitation offre une suite de services généraux qui facilitent la création de logiciels
applicatifs. Les services offerts sont en rapport avec l'utilisation des ressources de l'ordinateur par les
programmes. Ils permettent en particulier d'exécuter des programmes, de lire et écrire des informations, de
manipuler les fichiers, de communiquer entre ordinateurs et de découvrir des erreurs. Ces services
permettent à plusieurs usagers et plusieurs programmes de se partager les ressources de l'ordinateur.
 L'utilisation des périphériques : chaque périphérique a ses propres instructions, avec lesquelles il peut être
manipulé. Le système d'exploitation tient compte de cela. Il permet au programmeur de manipuler le

Réalisé par : M BISBIS Mustapha. Page 2


Système d’exploitation.

périphérique par de simples demandes de lecture ou d'écriture, lui évitant la perte de temps de traduire les
opérations en instructions propres au périphérique.
 Accès aux fichiers : en plus des instructions propres à chaque périphérique (lecteur de disquette, disque dur,
lecteur de CD-ROM), le système d'exploitation tient compte du format propre à chaque support servant au
stockage de fichiers. Il offre également des mécanismes de protection permettant de contrôler quel
utilisateur peut manipuler quel fichier.
 L'accès aux ressources : Une des fonctions du système d'exploitation est de protéger les ressources contre
l'utilisation par des personnes non autorisées, et de résoudre les conflits lorsque deux utilisateurs
demandent simultanément la même ressource.
 Détection et récupération en cas d'erreur : lorsqu'une erreur survient, que cela soit du matériel ou du
logiciel, le système d'exploitation traite l'erreur en adoucissant son impact sur le système informatique. Il
peut tenter de recommencer l'opération, arrêter l'exécution du programme fautif, ou signaler le problème à
l'utilisateur.
 Contrôle : un système d'exploitation peut tenir des statistiques d'utilisation des ressources, surveiller la
performance, et les temps de réponse.
VI. Classes de systèmes d’exploitation :
Mono- tâche (MS-DOS) : Il ne gère qu’une seule tâche à la fois (un seul programme). Quand le
programme est lancé, il utilise seul les ressources de la machine (processeur et mémoire notamment) et ne rend
la main à l’O.S. qu’en fin d’exécution ou en cas d’erreur.
Par exemple, le MS-DOS (MicroSoft Disk Operating System)..
Multi- tâches (Windows, Unix, Linux, VMS) : Plusieurs processus (un «programme» en cours
d’exécution) peuvent s’exécuter simultanément.
Le système multitâche (mais mono-utilisateur) gère simultanément plusieurs programmes sur une même
machine. Il permet de partager le temps du processeur pour plusieurs programmes, de façon à ce que ceux -ci
semblent s’exécuter simultanément. Le principe est d’allouer du temps (de traitement par le processeur) à
différents programmes (tâches, processus) fonctionnant en même temps. Ces tâches sont tour à tour actives
(exécutées par le processeur), en attente, suspendues ou détruites, suivant une priorité qui leur est associée. Le
temps alloué peut être fixe ou variable suivant le type de partage géré par l’O.S.
Mono- session (Windows 98, 2000) : au plus un utilisateur à la fois sur une machine. Les systèmes
réseaux permettent de différencier plusieurs utilisateurs, mais chacun d’eux utilise de manière exclusive la
machine (multi- utilisateurs, mono- session)
Multi- sessions (Windows XP, Unix, Linux, VMS) : Plusieurs utilisateurs peuvent travailler
simultanément sur la même machine.

Réalisé par : M BISBIS Mustapha. Page 3


Système d’exploitation.

VII. Structure en couches d’un SE moderne

A. Le noyau (kernel) :
Un noyau de système d’exploitation, ou simplement noyau, ou kernel (de l'anglais), est une des parties
fondamentales de certains systèmes d’exploitation. Il gère les ressources de l’ordinateur et permet aux
différents composants matériels et logiciels de communiquer entre eux.
Un noyau (ou kernel en anglais), qui assure la gestion des processus (programmes exécutés par le
microprocesseur). C’est réellement le cœur de l’O.S.
En informatique, le noyau d’un système d’exploitation est le logiciel qui assure :
 la communication entre les logiciels et le matériel ;
 la gestion des divers logiciels (tâches) d’une machine (lancement des programmes, ordonnancement…) ;
 la gestion du matériel (mémoire, processeur, périphérique, stockage…).
- Réside en mémoire (fréquence élevée des interventions).
- Petite taille.
- Gestion du processeur: reposant sur un allocateur ( dispatcher ) responsable de la répartition du temps
processeur entre les différents processus, et un planificateur ( scheduler ) déterminant les processus à activer,
en fonction du contexte.
- Gestion des interruptions : les interruptions sont des signaux envoyés par le matériel, à destination du
logiciel, pour signaler un évènement.

Réalisé par : M BISBIS Mustapha. Page 4


Système d’exploitation.

- Gestion du multi- tâches: simuler la simultanéité des processus coopératifs (i. e. les processus devant se
synchroniser pour échanger des données) et gérer les accès concurrents aux ressources (fichiers,
imprimantes, ...)
B. Le système de gestion de fichiers :
Le concept de fichiers est une structure adaptée aux mémoires secondaires et auxiliaires permettant de
regrouper des données.
Le rôle d’un système d’exploitation est de donner corps au concept de fichiers (les gérer, c’est- à- dire les
créer, les détruire, les écrire (modifier) et les lire, en offrant la possibilité de les désigner par des noms
symboliques).
C. Les Entrées/ Sorties :
Il s’agit de permettre le dialogue (échange d’informations) avec l’extérieur du système.
La tâche est rendue ardue (difficile), par la diversité des périphériques d’entrées- sorties et les multiples
méthodes de codage des informations (différentes représentations des nombres, des lettres, etc.)
Concrètement, la gestion des E/S implique que le SE met à disposition de l’utilisateur des procédures
standard pour l’émission et la réception des données, et qu’il offre des traitements appropriés aux multiples
conditions d’erreurs susceptibles de se produire (plus de papier, erreur de disque, débit trop différent, ...)
D. L’invite des commandes ou shell :
Nécessaire pour interagir avec l’utilisateur, il peut être :
– Graphique.
– Console interpréteur de commandes (langage de commande interprété).
Il attend les ordres que l’utilisateur transmet par le biais de l’interface, décode et décompose ces ordres en
actions élémentaires, et finalement réalise ces actions en utilisant les services des couches plus profondes du
système d’exploitation.
Outre l’interaction «directe» (au moyen de terminaux ou de consoles dans le cas d’Unix ou MS DOS), les
systèmes offrent le «traitement par lots» (batch). Ce mode de traitement non interactif est obtenu en
regroupant les commandes dans un fichier alors appelé script.
E. La mémoire virtuelle :
La mémoire centrale a toujours été une ressource critique: initialement très coûteuse et peu performante
(tores magnétiques), elle était de très faible capacité.
Pour pallier le manque de mémoire centrale, l’idée est venue d’utiliser des mémoires secondaires (de type
disque dur), plus lentes, mais de beaucoup plus grandes capacités.
La mémoire virtuelle repose sur une décorellation entre la mémoire physique (centrale ou secondaire),
présente sur la machine, et l’espace mémoire mis à disposition des programmes par le système
d’exploitation (la mémoire virtuelle, ou logique).
VIII. Eléments de base d’un système d’exploitation :
Les principales fonctions assurées par un SE sont les suivantes :
Gestion de la mémoire principale et des mémoires secondaires,
Exécution des E/S (périphériques) à faible débit ou haut débit.
Multiprogrammation, temps partagé, parallélisme.
Interruption, ordonnancement, répartition en mémoire, partage des données,
Lancement des outils du système (compilateurs, environnement utilisateur).
Lancement des outils pour l'administrateur du système.
Protection, sécurité;
Réseaux.

Réalisé par : M BISBIS Mustapha. Page 5


Système d’exploitation.

IX. Les fonctions complexes d’un SE :


A. Fonctions complexes : gestion de l’unité centrale
La gestion de l’unité centrale (processeur) consiste à distribuer le (temps de traitement du) processeur entre
les différents travaux à exécuter. Cette fonction est simple dans le cas d’un système mono-tâche. En ce qui
concerne un système multitâche, la concurrence pour l’accès au processeur entre les différents travaux est
gérée par l’attribution d’un niveau de priorité et d’une portion de temps de l’unité centrale.
B. Fonctions complexes : gestion des processus
Dans le cas de systèmes multitâches, on parle de gestion des processus. Un processus est un programme en
cours d’exécution. Un processus peut être actif (en cours d’exécution) ou inactif (en attente d’exécution). Il ne
peut y avoir qu’un seul processus actif à la fois. Le changement d’état (actif et inactif) est ordonné par l’O.S.
suite à une interruption (un signal) reçue par un dispositif d’entrée-sortie, soit à intervalle régulier de manière à
répartir le temps entre les processus.
Un système est dit préemptif lorsqu’il possède un ordonnanceur (ou planificateur) qui répartit, selon des
critères de priorité, le temps processeur entre les différents processus qui en font la demande.
C. Fonctions complexes : gestion de la mémoire centrale
Les applications occupent et utilisent de la place en mémoire. L’O.S. a aussi pour rôle de gérer en permanence
un plan d’occupation de la mémoire, c’est-à-dire qu’il gère l’organisation et l’optimisation de la mémoire.
L’O.S. gère également le chargement des programmes en mémoire centrale. En cas de besoin, l’O.S. répartit
ses besoins entre la mémoire vive et la mémoire virtuelle (place allouée sur le disque dur jouant le rôle d’une
mémoire vive) : c’est le swapping. Pour répartir la mémoire entre différentes applications, plusieurs techniques
sont employées :
-La pagination : les programmes sont découpés en blocs de longueur fixe correspondant aux segments de
mémoire alloués.
-La segmentation permet un découpage plus fin et adapté aux besoins. Les programmes ne sont pas découpés en
blocs de taille fixe mais en segments dont la taille dépend du programme.
D. Fonctions complexes : gestion des entrées-sorties
Cette fonction consiste à prendre en charge l’échange d’information entre l’ordinateur et le monde extérieur
(les périphériques). Cette gestion comprend à la fois l’installation (ajout, suppression, mise à jour) et le pilotage
des périphériques (comment peut-on communiquer avec eux ?). Ces différentes fonctions sont assurées par des
pilotes (ou drivers) appropriés à chaque matériel.
E. Fonctions complexes : gestion des fichiers
Le système de gestion de fichiers (une partie de l’O.S.) prend en charge les opérations de lecture et écriture de
fichiers sur des ressources autre que la mémoire centrale (disque dur, clef USB, etc.).
Il gère à la fois les fichiers, les répertoires et tient à jour la table d’allocation (File Allocation Table) qui permet
d’associer le fichier à sa localisation physique sur le disque dur, mais également de gérer l’espace disponible
sur celui-ci. Un certain nombre de commandes et d’utilitaires sont mis à disposition de l’utilisateur pour gérer ses
fichiers et ses répertoires (copie, renommé, création de répertoire, formatage, etc.).
X. La procédure d’amorçage (démarrage) d'un PC :
Le boot (ou bootstrap), l’amorce, ou encore l’amorçage, est la procédure de démarrage d’un ordinateur, qui
comporte notamment le chargement du programme initial.
On distingue :
 le « démarrage à froid » (cold boot), obtenu en allumant la machine, ou en l’éteignant puis en la rallumant ;
 du « démarrage à chaud » (warm boot), ou « re-boot », obtenu en rechargeant le programme initial ; il ne
s’agit pas d’un redémarrage au sens strict (coupure puis remise de l’alimentation électrique) ; l’option est
présente au niveau du système d’exploitation.
 L’ordinateur exploite un programme réduit, le chargeur d'amorçage, permettant d’extraire un
programme accessible via un périphérique de stockage permanent ou amovible. Ce dernier est typiquement
le noyau du système d’exploitation, qui s’installera en RAM (la mémoire vive) et appellera lui-même des
programmes applicatifs.
 Sur PC, le BIOS se charge de lire le master boot record (ou MBR), d’une taille de 512 octets, à partir
d'un espace de stockage (un disque dur, une disquette, un CD-ROM, une clé USB…) et le place en RAM à
l'adresse 0x7C00 puis passe la main à ce code machine pour la suite.

Réalisé par : M BISBIS Mustapha. Page 6


Système d’exploitation.

A. Séquence d'amorce standard :


Un démarrage standard de PC s’effectue normalement par les étapes suivantes.
1. Exécution du Power Good :
Le BIOS vérifie que la tension fournie par le transformateur est adéquate et stable. Dans le but d’éviter tout
bris de la carte-mère ou du CPU. Si les paramètres de stabilité ne sont pas conformes aux besoins, il avortera
le démarrage de l’ordinateur évitant ainsi de griller les circuits ou le(s) processeur(s).
2. Exécution du POST : Power-On Self-Test.
Le POST ou Power-on self test est effectué. Il y a une vérification de tous les composants matériels pour
s'assurer qu’ils fonctionnent correctement.
3. Exécution des ROM d'extension des périphériques :
Une ROM d'extension est un exécutable embarqué pour des périphériques qui demandent une initialisation
particulière.
Le processus d'exécution d'une ROM d'extension est décrit ci-dessous pour un périphérique PCI :
1. Le BIOS copie la ROM d'extension dans une zone réservée de la mémoire vive (0xC0000 à 0xDFFFF).
2. Le BIOS saute à l'adresse relative 0x03 de la ROM copiée pour l'exécuter.
3. Une fois son travail terminé, la ROM d'extension rend la main au BIOS.
4. Affichage des configurations à l'écran :
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Le BIOS envoie vers l’écran les informations qu’il est programmé pour afficher. Il s'agit habituellement de
l’état du système et d'informations sommaires sur les périphériques amorcés, ainsi que d'instructions
permettant de communiquer avec le BIOS lui-même (par exemple « press DEL to enter setup »). Le BIOS
affiche également des informations matérielles comme le modèle du disque dur, la tension du processeur, la
température de la carte-mère, ... Il sert aussi à paramétrer certain composant comme le processeur afin qu'il
puisse accélérer sa fréquence.
5. Chargement du système d'exploitation :
Le BIOS lance la zone amorce (Master boot record ou MBR, équipant la quasi-totalité des PC, mais qui
commence à être remplacée par la GPT), qui elle-même lance le chargeur d’amorçage (les plus utilisés étant
NTLDR, LILO et GRUB), ce dernier lançant le système d’exploitation en usage sur l’ordinateur. Ce dernier
prend le relais des opérations de gestion de mémoire de cache et autres.

Réalisé par : M BISBIS Mustapha. Page 7