Vous êtes sur la page 1sur 15

Sommaire

1-Enrobe.

1-Essais sur granulats.


1.1-Analyse granulométrique.
1.2-Coefficient d’aplatissement.
1.3-Angularite.
1.4-Limites d’alterberg.
1.5-Equivalent de sable.
1.6-Valeur au bleu de méthylène.
1.7-Proctor.
1.8-CBR.
1.9-Los Angeles.

2-Essais sur liants hydrocarbonés.


2.1-Penetrabilite.
2.2-Point de ramollissement.
2.3-Ductilite.
2.4-Pseudo viscosité.

3-Formulation des bétons bitumineux.


3.1-

4-Essais de contrôle de béton bitumineux.


1-Préparation d’échantillon :

1.1-Prélèvements :
Le prélèvement des échantillons vient au début de chaque étude
géotechnique il permet d’avoir un échantillon du local à étudier .Ce dernier
se fait dans des sacs en plastique qui permettent de sauvegarder la quantité
d’échantillon nécessaire et qui assurent la préservation de la teneur d’eau
originale.

Figure 1: prélèvement d'un échantillon de sol

1.2-Préparation de l’échantillon :
Il existe deux méthodes de préparations : Diviseur à colonnes et le quartage.

La plus utilisée c’est le quartage où l’échantillon est divisé en 4 parties plus au


moins égales et on réunit les deux quarts opposés. Cette sélection est
homogénéisée et un nouveau quartage est effectué.

1.3-Le lavage :
Avant de passer aux essais d’identification il est obligatoire de parler du lavage
cette étape. Les échantillons prélevés et pesés en fonction du type d’essai à
réaliser, sont pesés afin de déterminer leur teneur en eau. On les place ensuite
dans une étuve à 105 °C pendant une heure s’il s’agit d’un matériau peu
sensible à la chaleur, ou dans une étuve à 50 °pendant deux heures si le
matériau est sensible à la chaleur (s’il contient des matières organiques par
exemple).Le matériau est ensuite lavé à l’eau et brossé sur des tamis dont
l’ouverture dépend du d’essai à effectuer.

Les ouvertures des tamis utilisés dans le lavage différentes selon la nature de
l’essai à effectuer :

ESSAI Granulométrie VBS Limites d’Atterberg


Ouverture Refus 63 µm Passants 5mm Passants 400µm
2-Essais sur granulats :
2.1-Analyse granulométrique :
Objectif : étudier la répartition de la taille des grains de solides constituant le
sol ou le granulat (0.08mm<D<100mm).

NB :
 Pour les grains de diamètre supérieur à 100 mm on utilise des grilles
in situ
 Pour les grains de diamètre inférieur à 0.08mm on utilise l’analyse
granulométrique par sédimentation.

Principe : fractionner le matériau à tester au moyen d’une série de tamis et


déterminer par suite les pourcentages cumulés des passants à chaque tamis.

Appareillage :
 Etuve ventilée réglée à 105°C.
 Un dispositif de lavage.
 Une machine à tamiser.
 Une série de tamis conformes à la norme.

Figure 2:serie de tamis

Préparation des échantillons :


La masse de l’échantillon à prélever doit être dans la plage :

0.2*Dmax <M<0.6*Dmax

Exécution de l’essai :
 On prépare deux échantillons de masse Mh1 et Mh2.
 Le premier échantillon on l’utilise pour déterminer la masse sèche.
 Apres séchage on déduit la masse sèche du deuxième échantillon :
Ms2= (Ms1/Mh1)/Mh2.
 On lave le deuxième échantillon dans un tamis de 0.063 mm on
adopte un tamis de protection (par exemple : D’ouverture de 1 ou
2 mm).
 Après séchage du matériau, Verser le matériau sec dans la colonne
de tamis.
 Agiter mécaniquement cette colonne.
 Reprendre un à un les tamis en commencent par celui qui a la plus
grande ouverture, en adaptant un fond et un couvercle.
 Déterminer la masse du refus de chaque tamis.
 Vérifier la validité de l’analyse granulométrique imposée par la
norme NF
EN 933-1 (différence entre la somme des masse de refus et de
tamisât et de la masse initiale).

Résultat :
Apres l’exécution de l’essai on trace la courbe granulométrique,
tamisât en fonction de l’ouverture des tamis, on adopte une échelle
logarithmique pour l’axe des abscisses.

Figure 3:courbe granulométrique

On calcul par la suite :


 Le coefficient d’uniformité : Cu= d60/d10.
 Le coefficient de courbure : Cc = (d30)²/ (d10*d60).
 Le module de finesse de sable :

Validité de l’analyse granulométrique :


La somme des masses ne doit pas différer de plus de 2% de la masse
sèche Ms2.
Interprétation des résultats :
La forme de la courbe granulométrique obtenue apporte les
renseignements suivants :
 Les dimensions d et D du granulat,
 La plus ou moins grande proportion d'éléments fins,
 La continuité ou la discontinuité de la granularité.
 Cu> 2 donc la granulométrie est étalée (ou variée).
 2.8<MF<3.6. un bon sable pour le béton.

2.2-coefficient d’aplatissement :

Objectif : Déterminer la forme des granulats.


Principe : on fait une double analyse granulométrique par voie sèche, en
utilisant successivement, et pour le même échantillon de granulats :

 une série de tamis normalisés à mailles carrées


 une série de tamis (grille) à fentes parallèles de largeurs
normalisées.

Figure 4:tamis à fentes parallèles

Exécution de l’essai :
1. peser et éliminer tous les grains de la fraction inférieure à 4
mm et supérieure à 80 mm
2. peser et retenir séparément tous les grains de fraction di/Di
comprise entre 4 mm et 80 mm
3. tamiser chaque classes granulaires d i /D i à l’aide d’une
grille à fentes parallèles d’écartement E = D i /2.
4. peser les passants à travers chaque fente

Résultat :
 Coefficient d’aplatissement partiel : Cai=100mi/Mi.

Avec :

 Mi=R i = somme des masses des classes granulaires d i /D i.


 m i = masse passant à travers le tamis à fente d’écartement E=Di/2.
 Coefficient d’aplatissement global : CA=100xmi/Mi

2.3-Angularité :
Elle définit le pourcentage d’éléments concassés contenus dans un matériau
donné. Elle est caractérisée par l’indice de concassage ou le rapport de
concassage.

 L’indice de concassage (IC) d’un matériau d/D est égal au


pourcentage de passants au tamis d’ouverture D contenus dans le
matériau brut utilisé pour sa fabrication.
 Le rapport de concassage (RC) d’un matériau d1/D1, fabriqué à partir
d’un matériau d2/D2 est égal au rapport d2/D1
 Un matériau est dit concassé pur lorsque son rapport de concassage est
supérieur à 4.

2.4-limites d’Atterberg :
Objectif : Evaluer la propreté des granulats.
Principe : mesurer les limites d’Atterberg déterminées sur la fraction des
éléments < 0,43 mm isolées par lavage à partir de l’échantillon à tester, l’essai
s’effectue en deux phases :

1. La recherche de la teneur en eau pour laquelle une rainure dans un sol


placé dans une coupelle de caractéristiques posées se ferme lorsque la
coupelle et son contenu sont soumis à des chocs répétés.
2. La recherche de la teneur en eau pour laquelle un rouleau de sol de
dimension fixée et confectionne manuellement se mesure.
Appareillage :
Matériel pour la Matériel pour la Matériel pour la
préparation détermination de la détermination de la
d’échantillon limite de liquidité limite de plasticité
-Un récipient d’au moins -Appareil Casa- -Une plaque lisse en
2L grande. marbre pour le
-Un bac de dimensions -outil à rainurer. malaxage et la
minimales (30*20*8 en confection des rouleaux
cm) de sol

-Un tamis à maille carrés -Système d’évaluation


de 0.43mm d’ouverture du diamètre du rouleau
de sol

Figure 5:appareil casa-grande

Exécution de l’essai :
1. Répartir avec spatule, dans la coupelle propre et sèche une masse
d’environ 70g de pate qui est étalée en plusieurs couches afin
d’éviter d’emprisonner les bulle d’air.
2. Partager la pâte en deux, au moyen de l’outil à rainurer en le tenant
perpendiculairement à la surface de la coupelle et en présentant sa
partie biseautée face à la direction du mouvement.
3. Fixer la coupelle sur le support métallique de l’appareil de casa-
grande puis actionner la came de façon à soumettre la coupelle à
une série de chocs entre 1.75 et 2.25 coups/seconde et noter le
nombre N de chocs nécessaire pour que les lèvres de la rainure se
rejoignent sur une longueur de 1 cm.

Si N<15 alors on recommence le processus avec un matériau plus sec et


homogénéisé
Si 15<N<35 alors poursuivre l’essai
Si N>35 alors on renouvèle l’opération sur une pate auquel on ajout
l’eau distillée
4. Prélever environ 5g de la pâte de chaque côté des lèvres de
la rainure et de l’endroit où elles se sont renfermées puis la placer
dans une capsule pour la peser avant de la maitre dans l’étuve pour
une dessiccation.

Résultat :
Indice de plasticité :
L’indice de plasticité Ip est la différence entre la limite de
plasticité WP et la limite de liquidité WL, il mesure l’étendue du
domaine de plasticité du sol. Il s’exprime donc par la relation :
Ip = WL – WP

Avec :
 WL la limite de liquidité est la teneur en eau qui correspond à une
fermeture en 25 chocs.
 WP la limite de plasticité est la teneur en eau du cylindre qui se fissure
lorsque son diamètre atteint 3mm+0.5mm.

2.5-Equivalent de sable :

Objectif : Déterminer la propreté de sable.

Principe : Consiste à faire floculer les particules fines contenues dans un


échantillon de sable au moyen d’une solution lavant et de mesurer, après un
temps de repos, la hauteur du sable sédimenté (h) et la hauteur totale
sédimentée du sable et du floculat ( h’).
Appareillage :
APPAREILLAGE REACTIFS
-Deux cylindres gradués -Solution
concentrée
-Piston d’essai
-Solution lavant
-Chronomètre
-Réglet de 500mm

-Tamis de contrôle à mailles carrées de


0.063 et 2 mm
-Spatule
-Tube laveur
-Flacon

-Tube en plastique reliant le tube laveur


au siphon
-Entonnoir
-Machine d’agitation
-Thermomètre
-Balance
-Papier à filtrer

Figure 6:appareil d'agitation


Exécution de l’essai :

1. Verser à l’aide d’un entonoir une éprouvette


dans un cylindre gradué

2. Taper le fond de chaque cylindre à plusieur


reprises sur la paume de la main afin de
déloguer les bulles d’air et favoriser le mouillage
de l’éprouvette

3. Laisser reposer pendant 10 min

4. Boucher un cylindre à l’aide d’un bouchon en


caoutchoue puis fixer ce cylindre sur une
machine d’agitation

5. Faire agiter environ 30 min puis le placer dans la


tzble de travail en position vertical

6. Retirer le bouchon, rincer en s’assurant que tout


le matériau et laver

7. Quand le niveau de liquide arrive au trait


gradué en ferme et renleve le tube laveur et on
laisse le contenu se reposer pendant 20 min

8. Après 20 min on abaisse soigneusement le


piston dans le cylindre jusqu’à ce qu’il repose
sur le sédiment mesurer H1 la hauteur totale du
l’eau contenent les fibre et le sediment et H2 du
sédiment.

Résultat : ES= (H2/H1)*100


Interprétation des résultats :

2.6-Valeur au bleu de méthylène :


Objectif : renseigner sur l’activité des particules fines contenues dans cet
échantillon

Principe : mesurer la quantité de bleu de méthylène absorbée par un


échantillon de sable

Appareillage :
Appareillage Réactifs
-Tamis 2 mm -Solution de bleu de méthylène à
20gr/l ou solution colorée
-un agitateur mécanique à ailettes
normalisé -Eau déminéralisée ou distillée
-Un dispositif de dosage (burette -Kaolinite séchée à 105°C, de valeur
graduée) de bleu méthylène MBk connue
entre 1g et 2g pour 100g de kaolinite
-Becher en verre ou plastique de 1 à
pour éviter une utilisation trop
2L
importante de colorant
-Chronomètre en seconde

-Balance électronique précise à 0.1%


de la masse de la prise d’essai
-Papier filtre sans cendre

-Baguette en verre de diamètre 8


mm

-Thermomètre 0-100°C, spatule,


Dessiccateur
Figure 7:Appareillage de VB

Exécution de l’essai :
1. L’échantillon doit être réduit afin d’obtenir deux sous
échantillons contenant au moins 200g de fraction 0/2mm.
2. Passez chaque sous échantillon au tamis 2 mm et pesez l’un
des deux (M)
3. Séchez le sous échantillon entre 105 et 115°C jusqu’à
masse constante, laissez-le refroidir et pesez-le noter (M’).
4. Déterminez et enregistrez la teneur en eau de sous
échantillon W%=100*(M-M’)/M’
5. Réduire l’autre sous échantillon pour obtenir une prise
d’essai de masse au moins égale à [200*(1+W/100)]
6. Pesez la prise d’essai M0 et noter la masse sèche au
gramme prés soit M1 avec M1=M0/ (1+W/100)
7. Versez entre 495 et 505 ml d’eau distillé dans un bêcher et
introduire la prise d’essai. Remuer bien avec une spatule.
8. Agiter la solution de bleu méthylène et en remplir la burette
doseuse.
9. Réglez l’agitateur sur 600 tr/min et positionnez les ailettes à
environ 100mm du fond du bêcher.
10. Mettez en marche l’agitateur et déclenchez le
chronomètre. Agitez ainsi pendant 5 min entre 540 et 660
tr/min puis régler la vitesse entre 360 et 440 tr/min tout en
laissant poursuivre l’agitation pendant le reste de l’essai.
11. Posez le papier filtre sur dessus d’un bêcher.
12. Après 5min d’agitation entre 540 et 660 tr/min on introduit
une dose de 5 ml de solution de colorant puis on agite avec
une vitesse de 360 et 440 tr/min durant au moins 1 min.
13. Effectuer le test à la tache sur du papier filtre.
14. Si l’auréole n’apparait pas on effectue une autre addition
de 5 ml.

Figure 8:Résultat de l'essai VB

Résultat :
 Si Dmax <5mm : VB= (100*B)/M0.
 Si Dmax> 5mm : VB= (100*C*B)/M0.

Avec :

 C : Proportion pondérale fraction 0/5 mm contenu dans la fraction


0/50mm du sol sec.
 M0 : Masse séché prise d’essai.
 B=Vb*0.01 : Masse de bleu.

2.7-Propreté des gravillons :


Principe : Elle est appréciée par la valeur de la propreté superficielle qui
correspond au pourcentage de particules fines (éléments < 1mm) contenues
dans un échantillon de gravillons.

Exécution de l’essai :
Séparer par lavage, les particules fines (<1mm) contenues dans un
échantillon de gravette et déterminer leur masse.

Résultat :
Ps = (m / M) x 100 Avec :

 m= masse des fines < 1 mm


 M= masse initiale de l’échantillon testé
2.8-Los Angeles :
Objectif : Mesure de la résistance à la fragmentation par choc des
éléments d’un échantillon de granulats.

Appareillage :
 Tamis : 1,6–4–6,3–10 –14–16 –20-25–31,5–40 et 50 mm.
 Machine Los-Angeles.
 Boules.

Préparation de l’échantillon : Tamiser l’échantillon à sec sur chacun des


tamis de la classe granulaire choisie, la masse de l’échantillon pour essai sera
de 5 000 g.

Vous aimerez peut-être aussi