Vous êtes sur la page 1sur 10

Rapport

A la thème: Les villes françaises - Paris et


Strasbourg

Elaborée par: Mocanu Paula, PAA1712G


Vérifiée par: Inculeț Liliana, professeur de français

Chișinău, 2019
Paris est la capitale de la France. Elle se situe au cœur d'un vaste bassin sédimentaire aux sols
fertiles et au climat tempéré, le bassin parisien, sur une boucle de la Seine, entre les confluents de
celle-ci avec la Marne et l'Oise. Ses habitants s’appellent les Parisiens. Paris est également le chef-
lieu de la région Île-de-France et l'unique commune française qui est en même temps un département.
Commune centrale de la métropole du Grand Paris, créée en 2016, elle est divisée en arrondissements,
comme les villes de Lyon et de Marseille, au nombre de vingt. L’État y dispose de prérogatives
particulières exercées par le préfet de police de Paris.
La position de Lutèce, sur une île permettant le franchissement du grand fleuve navigable qu'est
la Seine par une voie reliant le Nord et le Sud des Gaules, en fait dès l'Antiquité une cité importante,
capitale des Parisii, puis lieu de séjour d'un empereur romain. Sa position au centre
du territoire contrôlé par les rois Francs la fait choisir comme capitale de la France à la place
de Tournai. Située au cœur d'un territoire agricole fertile avec un climat humide et doux, Paris devient
une des principales villes de France au cours du Xe siècle, avec des palais royaux, de riches abbayes et
une cathédrale ; au cours du XIIe siècle, avec l'Université de Paris, la cité devient un des premiers
foyers en Europe pour l’enseignement et les arts. Le pouvoir royal se fixant dans cette ville, son
importance économique et politique ne cesse de croître. Ainsi, au début du XIVe siècle, Paris est l'une
des villes les plus importantes du monde chrétien. Au XVIIe siècle, elle est la capitale de la principale
puissance politique européenne, au XVIIIe siècle l'un des plus grands centres culturels de l’Europe et
au XIXe siècle la capitale des arts et des plaisirs. Du XVIe siècle au XXe siècle Paris a été la capitale de
l'Empire colonial français. Paris joue donc un rôle de tout premier plan dans l’histoire de l'Europe et
du monde depuis des siècles.

Histoire
Un habitat permanent est attesté dans les limites du Paris actuel à partir de la période chasséenne
De façon générale, l'histoire du site parisien est toutefois mal connue jusqu'à la période gallo-romaine.
À l'époque gallo-romaine, Lutèce n'est qu'une cité relativement modeste du monde romain avec une
population de l'ordre de dix mille habitants à son apogéeLa position stratégique de Lutèce face
aux grandes invasions
En 508, après avoir conquis la majeure partie de la Gaule, Clovis fait de Paris sa capitalec 5. Il y établit
sa résidence principale (Palais des Thermes), et y fait construire plusieurs édifices religieux, dont
la basilique des Saints-Apôtres, où il est enterré ; le rôle de la cité doit cependant être relativisé, dans
la mesure où il n’existe pas alors d’administrationroyale. Tout au long des VIe et VIIe siècles, Paris
garde une importance particulièrec 6, même si les divisions du royaume de Clovis entre ses héritiers
limitent son rayonnement. Childebert Ier y fait ainsi construire la plus grande cathédrale de la Gaule
(la cathédrale Saint-Étienne), tandis que Childéric II fait rénover les arènes gallo-romaines. Durant
cette période, revitalisée par les fondations monastiques99 et sa fonction de capitale100, la ville
commence probablement à s’étendre sur la rive droitef 4, alors que la rive gauche est réoccupée.
. Dans le même temps, les écoles de la rive gauche s’unifient en une « universitas »c 12, reconnue par
le pape en 1209-1210, faisant de Paris le plus prestigieux centre d’enseignement d’Europe
occidentale pendant au moins un siècle. La cité devient également le symbole du pouvoir royal, qui
cherche à lui donner des édifices dignes de son rang : la cathédrale Notre-Dame est achevée vers 1250,
la Sainte-Chapelle abritant la couronne d'épine du Christ en 1248, le Palais de la Cité est rénové et
étendu, et le marché parisien est couvert et emmuré (Halles).
En 1348, la cité est frappée pour la première fois par la peste, qui ravage l’Europe entre 1347 et 1351 ;
ce mal l’atteint ensuite de façon cyclique pendant plusieurs siècles. Pendant la guerre de Cent Ans,
elle est exposée aux attaques anglaises, ce qui amène Charles V à construire sur la rive droite un
nouveau rempart englobant les faubourgs. Dans le même temps, dans un contexte de dépression
économique et de défaite militaire, l’autorité royale est remise en cause
La Renaissance, marquée par le roi et sa cour résidant dans le Val de Loire, ne bénéficie donc guère
à Paris. Malgré son éloignement, la monarchie s’inquiète de l'expansion désordonnée de la cité. Une
première réglementation d’urbanisme est édictée en 1500 à propos du nouveau pont Notre-Dame,
bordé de maisons uniformes de brique et de pierre de style Louis XIIc 16.
En 1528, François Ier fixe officiellement sa résidence à Paris. Le rayonnement intellectuel s'accroît : à
l'enseignement de l'université (théologie et arts libéraux) s'ajoute un enseignement moderne tourné
vers l'humanisme et les sciences exactes voulu par le roi, au Collège de France
La Journée des barricades (1648) marque le début de la Fronde qui provoque une importante crise
économique et une nouvelle défiance du roi vis-à-vis de sa capitalef 9.
La Journée des barricades (1648) marque le début de la Fronde qui provoque une importante crise
économique et une nouvelle défiance du roi vis-à-vis de sa capitalef 9.
En 1814, la bataille de Paris entraîne la capitulation de la capitale puis conduit à la première abdication
de Napoléon et à la Restauration. Les cosaques de l'armée russe occupent certains points de la ville,
ce qui donnera lieu à une légende concernant l'origine du mot bistro, comme le proclame le Syndicat
d'Initiative du Vieux Montmartre, au restaurant À la Mère Catherine, place du Tertre. Les armées
alliées quittent la ville après le 3 juin 1814, date du départ du tsar Alexandre Ier.
Avec l'avènement du Second Empire, Paris se transforme radicalement. De structure médiévale, aux
constructions anciennes et insalubres, quasiment dépourvue de grands axes de circulation, elle devient
en moins de vingt ans une ville moderne. Napoléon III a des idées précises sur l'urbanisme et le
logement : le Paris d'aujourd'hui est donc avant tout celui d'Haussmann. Des milliers de logements
disparaissent, sur fond d'une spéculation immobilière qui sera la cause d'un krach financier
international. Lors de la Guerre franco-prussienne de 1870, Paris est assiégée pendant plusieurs
mois mais n'est pas prise par les armées prussiennes. À cette occasion, est inventée la poste aérienne,
grâce aux ballons montés. Pendant la Belle Époque, l'expansion économique de Paris est importante ;
en 1913 la ville possède cent mille entreprises qui emploient un million d'ouvriersDeux expositions
universelles laissent une large empreinte dans la ville. La tour Eiffel est construite pour l'Exposition
de 1889 (
De la Belle Époque aux Années folles, Paris connaît l'apogée de son influence culturelle (notamment
autour des quartiers de Montparnasse et de Montmartre) et accueille de très nombreux artistes
tels Picasso, Matisse, Braque ou Fernand Léger. En 1910, une crue centennale de la Seine provoque
l'une des plus graves inondations que la ville ait connue et cause trois milliards de francs de dégâts c
25
. Lors de la Première Guerre mondiale, Paris, épargnée par les combats, subit des
bombardements115 et des tirs de canon allemands. Ces bombardements restent sporadiques et ne
constituent que des opérations à caractère psychologiquec 26. En 1917, la création d'une réplique de
Paris est envisagée pour leurrer les aviateurs allemands venus bombarder la capitale.
L'entre-deux-guerres se déroule sur fond de crise sociale et économique. Les pouvoirs publics, pour
répondre à la crise du logement, votent la loi Loucheur qui crée les habitations à bon marché (ou
HBM) érigées à l'emplacement de l'ancienne enceinte de Thiers. Les autres immeubles parisiens sont,
pour l'essentiel, délabrés et constituent des foyers de tuberculose ; la densité urbaine culmine en 1921,
Paris intra-muros comptant 2 906 000 habitantss 8. Parallèlement, des lotissements se développent
partout autour de la cité, en « banlieue » où l'expansion se fait de façon anarchique, souvent en pleins
champs sans réels aménagements ou équipements publicsc 27.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, déclarée ville ouverte dès la débâcle, est occupée par
la Wehrmacht le 14 juin 1940. Elle est relativement épargnée.
Depuis 2015, la France subit une vague d'attentats terroristes islamistes sans précédent. La ville de
Paris est également touchée en janvier 2015 avec la tuerie contre Charlie Hebdo et la prise d'otage de
l'Hyper Casher qui fait 17 victimes. À la suite de ces tragiques événements, une manifestation
républicaine historique se déroule le 11 janvier 2015 réunissant plus de trois millions de personnes et
près de 50 chefs d'État, pour défendre la liberté d'expression et rendre hommage aux victimes du
terrorisme.

Économie
Avec un produit intérieur brut (PIB) de 607 milliards d'euros (845 milliards de dollars) en 2011 soit
un peu plus de 30 % du PIB françaisb 18, la région parisienne est une des plus riches d'Europe : si elle
était un pays, elle serait la dix-septième plus grande économie de la planète, produisant plus de
richesses que les Pays-Bas et la Turquie, et pratiquement autant que l'Indonésie259.
La ville est, avec sa banlieue, la capitale économique et commerciale de la France, ainsi que sa
première place financière et boursière. Elle accueillera en 2019 l'Autorité bancaire européenne, après
le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne260.
Le plus gros secteur économique est le tourisme de loisirs (cafés, hôtels, restaurants et services liés)
et professionnel (salons, congrès…). Paris attire dans les années 2000 près de 30 millions de visiteurs
par an ce qui en fait une des capitales les plus visitées au monde. Les salaires parisiens sont très
légèrement supérieurs à ceux de la région (19 euros de l'heure en moyenne annuelle au lieu de
18,2 euros, chiffres de 2002) et largement supérieurs à la moyenne des salaires en France (13,1 euros)
Lieux touristiques
Paris compte plus de 1 800 immeubles classés ou inscrits à l'inventaire des monuments historiques,
dont près de cent lieux de culte. Les monuments les plus célèbres de Paris datent d'époques variées.
Ils se trouvent souvent dans le centre et sur les rives de la Seine.
On trouve sur l'île de la Cité des monuments anciens emblématiques. La cathédrale Notre-Dame,
de style gothique, principalement bâtie du XIIe siècle au XIIIe siècle, a été très restaurée au XIXe siècle
et sa façade occidentale nettoyée à la fin du XXe siècle. Elle est symboliquement le noyau de Paris et
les distances routières françaises sont mesurées à partir de son parvis. L'ancien palais de
la Conciergerie fut le siège du pouvoir royal jusqu'au règne de Charles V, dans la seconde moitié
du XIVe siècle. Une partie du bâtiment fut dès lors aménagée en prison et fut notamment le lieu de
détention d'illustres personnalités de l'Ancien Régime avant leur exécution, lors de la Révolution
française. La Sainte-Chapelle, construite à proximité de la Conciergerie, est considérée comme un
chef-d'œuvre de l'architecture gothique. Le pont Neuf, à l'extrémité occidentale de l'île et datant de la
fin du XVIe siècle, est le plus vieux pont de Paris en l'état.
Des monuments de style classique marquent également le centre de Paris de leur empreinte. La
chapelle de la Sorbonne au cœur du quartier latin, a été construite au début du XVIIe siècle. Le Louvre,
résidence royale, a été embelli au XVIIe siècle et plusieurs fois retouché par la suite. L'Hôtel des
Invalides, avec son fameux dôme doré, fut érigé à la fin du XVIIe siècle dans les faubourgs de la ville
par un Louis XIV soucieux d'offrir un hospice aux soldats blessés. Il abrite depuis
le 15 décembre 1840 les cendres de Napoléon Ier et son tombeau depuis le 2 avril 1861288.
Le Panthéon, édifié quant à lui à la fin du XVIIIe siècle à proximité de la Sorbonne, est devenu sous
la Révolution un temple civil où des Français illustres sont enterrés.
Le patrimoine du XIXe siècle est très abondant à Paris avec notamment l'Arc de Triomphe, les passages
couverts, le Palais Garnier, construit à la fin du Second Empire et au début de la Troisième
République et qui abrite l'opéra de Paris, et la Tour Eiffel, construction « provisoire » érigée
par Gustave Eiffel pour l'Exposition universelle de 1889 mais qui ne fut jamais démantelée. Elle est
devenue le symbole de Paris, visible de la plupart des quartiers de la ville et parfois de la proche
banlieue.
C'est dans la cour du Louvre que débute l'axe historique de Paris : il s'agit d'un alignement monumental
d'édifices et de voies de communication partant du cœur de la ville en direction de l'ouest. Il commence
à la statue de Louis XIV dans la cour principale du palais du Louvre, passe sous l'Arc de triomphe du
Carrousel et se poursuit à travers le jardin des Tuileries, la place de la Concorde, les Champs-
Élysées et aboutit à l'Arc de Triomphe au milieu de la place Charles-de-Gaulle (ancienne place de
l'Étoile). À partir des années 1960, la perspective fut prolongée plus à l'ouest par la construction du
quartier d'affaires de La Défense, quartier où se situent la plupart des plus hauts gratte-ciel de
l'agglomération parisienne. La perspective est parachevée en 1989 par la construction de l'Arche de la
Défense.
La tour Montparnasse et la basilique du Sacré-Cœur au sommet de la butte Montmartre sont, de par
leur hauteur, des points de repère importants dans le ciel parisien. Cette dernière est un des lieux
emblématiques de Paris et accueille de nombreux visiteurs, en particulier autour de la place du
Tertre où se tiennent des peintres et caricaturistes.
Dans les années 1960, le ministre des affaires culturelles André Malraux lance une grande campagne
de ravalement des façades290, ce qui fait dire au cinéaste François Truffaut : « À partir du blanchiment
de Paris, c'est devenu très difficile de montrer Paris tel qu'il avait été avan

Strasbourg
Strasbourg — Strossburi en alsacien — est une commune française située dans
le départementdu Bas-Rhin. Préfecture du département, elle est également, depuis le 1er janvier 2016,
le chef-lieu de la région Grand Est. Strasbourg se trouve dans la région historique d'Alsace, dont elle
est considérée comme la capitale, et était le chef-lieu de la région administrative du même
nom de 1982 à 2015.
La ville accueille de multiples institutions européennes et internationales, notamment le Conseil de
l'Europe dont dépendent la Cour européenne des droits de l'homme et la Pharmacopée européenne,
le Parlement européen ou encore le Médiateur européen. Elle revendique ainsi le titre de « capitale
européenne ».
Ville frontière avec l'Allemagne, Strasbourg a été marquée par les différentes administrations
germaniques et françaises. Son histoire, riche et tourmentée, a laissé un patrimoine architectural
remarquable. Son centre-ville, situé sur la Grande Île, est entièrement inscrit au patrimoine
mondial par l’UNESCO depuis 1988 et comprend notamment la cathédrale Notre-Dame de
Strasbourg et le quartier de la Petite France.
Strasbourg est également devenue le symbole de la réconciliation franco-allemande et plus
généralement de la construction européenne. La ville s’est progressivement spécialisée dans les
fonctions politiques, culturelles, et institutionnelles.
Strasbourg est aussi une grande ville étudiante, son université, ses grandes écoles et son hôpital
universitaire forment un pôle universitaire majeur tourné vers l’international avec plus de 20 %
d'étudiants étrangers et plus de cent nationalités représentées5. L'université qui a accueilli 18 prix
Nobel dans ses murs, a été lauréate de nombreux appels d'offres dans le cadre des investissements
d'avenir, visant à en faire un pôle d'excellence dans l'enseignement supérieur et la recherche au niveau
mondial6,7.
Localisation
Excentrée par rapport au reste de la France, dont la plaine d'Alsace représente l'extrême façade nord-
est, Strasbourg occupe en revanche une position centrale en Europe occidentale, sur une importante
voie de passage nord-sud. Il faut en effet la replacer dans l'entité plus vaste dont elle fait partie de la
vallée du Rhin supérieur qui, de Bâle à Mayence, forme un couloir naturel.

Histoire
De nombreux objets du Néolithique, de l’âge de bronze et de fer ont été retrouvés lors de fouilles
archéologiques. Mais c’est des environs de 1300 av. J.-C. que date l’installation durable de peuples
protoceltes. Les Romains arrivent en Alsace en 58 av. J.-C. et s’installent sur le site de Strasbourg.
Elle est restaurée sous le nom de Strateburgum75 en 496 par les Francs qui favorisent le
développement de la ville, après la conversion de Clovis au christianismevEn 1201, Philippe de
Souabe élève Strasbourg au rang de ville libre. Peu après, en 1220, naît le conseil municipal. Il est
alors chargé de fonctions jusque-là attribuées au clergé, notamment l’administration et la justice. La
bourgeoisie acquiert une autonomie remarquable vis-à-vis du pouvoir episcopal
Le développement de l'imprimerie favorise le courant humaniste qui fait jour à Strasbourg et qui va
préparer l'avènement de la réforme protestante.
En effet, l’humanisme et la Réforme sont les faits marquants de l'époque et Strasbourg est une des
premières villes qui appelle au changement. Dès 1519, les thèses de Martin Luther sont affichées aux
portes de la cathédrale et les dirigeants de la ville, notamment Jacques Sturm, sont favorables à ce
changement. La ville adopte la Réforme en 1525 et devient protestante en 1532 avec l’adhésion à
la confession d'Augsbourg. Strasbourg est alors l’un des principaux bastions de la Réforme
protestante, ce qui va largement contribuer à son rayonnement.
La ville devient une terre d’accueil pour les huguenots, ces protestants chassés de France pour leur
croyance.
Le développement de l'imprimerie favorise le courant humaniste qui fait jour à Strasbourg et qui va
préparer l'avènement de la réforme protestante.
En effet, l’humanisme et la Réforme sont les faits marquants de l'époque et Strasbourg est une des
premières villes qui appelle au changement. Dès 1519, les thèses de Martin Luther sont affichées aux
portes de la cathédrale et les dirigeants de la ville, notamment Jacques Sturm, sont favorables à ce
changement. La ville adopte la Réforme en 1525 et devient protestante en 1532 avec l’adhésion à
la confession d'Augsbourg. Strasbourg est alors l’un des principaux bastions de la Réforme
protestante, ce qui va largement contribuer à son rayonnement.
La ville devient une terre d’accueil pour les huguenots, ces protestants chassés de France pour leur
croyance.
La ville est prospère, mais en juillet 1870, une nouvelle guerre éclate. Dès le mois d’août, les
Prussiens, sous le commandement du général August von Werder, envahissent l’Alsace et assiègent
Strasbourg. La ville est mal préparée et son enceinte fortifiée du XVIIe siècle n’est pas adaptée aux tirs
de l’artillerie moderne106.
Le 28 septembre 1870, après plus d’un mois de bombardements discontinus, Strasbourg capitule et
les Prussiens entrent dans la ville107. Le traité de Francfort, signé le 10 mai 1871, rattache le Bas-Rhin,
le Haut-Rhin (moins l'arrondissement de Belfort), une partie de la Moselle, une partie de
la Meurthe et quelques communes des Vosges à l’Empire allemand.
Mais Strasbourg retrouve rapidement la prospérité, grâce notamment à la volonté du gouvernement
qui souhaite faire de la ville une vitrine du savoir-faire alleman
À partir de 1870, l’industrie va ainsi connaître un développement rapide, principalement dans les
secteurs alimentaire (brasseries, conserverie) et mécanique.
La Première Guerre mondiale et l'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]
Dès le début du conflit, les manifestations francophones sont interdites. Rudolf Schwander, maire de
la ville, va cependant œuvrer de sorte que la population ne soit pas touchée par la faim et à l’issue de
la guerre, Strasbourg sort relativement indemne. Par le traité de Versailles, l'Alsace-Moselle est
rendue à la France. Durant la transition, influencé par la République des conseils de Bavière, un court
épisode de République des Conseils de Strasbourg a lieu. Le changement de nationalité se fait sinon
dans la violence, du moins dans la brutalité : les Allemands sont expulsés de la ville et certains
monuments impériaux sont détruits, notamment la statue de Guillaume Ier. Le bilan démographique
est plus lourd. Aux Allemands chassés de la ville ou partis de leur plein gré s’ajoutent 3 000
Strasbourgeois morts au combat sous l’uniforme allemand. Durant les années 1930, la croissance
démographique va reprendre avec l’arrivée de juifs d’Europe centrale qui fuient la montée rapide de
l’antisémitisme112.
La ville retrouve une certaine prospérité et le trafic fluvial augmente considérablement malgré une
conjoncture économique peu favorable, due à la crise des années 1930. Le port autonome ainsi que le
réseau de chemin de fer vont favoriser le développement de l’industrie et en 1932, une nouvelle bourse
de commerce est édifiée113.
La Seconde Guerre mondiale
Mais une nouvelle guerre se dessine. Dès le 2 septembre 1939, le gouvernement français
fait évacuer de Strasbourg 120 000 personnes. Après l'armistice du 22 juin 1940, l'Alsace-Lorraineest,
de fait, annexée au Troisième Reich.
Une politique de germanisation et de nazification est menée sous l'impulsion de Robert Wagner.
Lorsqu’en juillet 1940 les premiers réfugiés reviennent dans la ville, seuls les habitants d’origine
alsacienne sont acceptés. Les juifs sont refoulés et la synagogue est incendiée. Les rues retrouvent
leurs noms allemands ou sont rebaptisées et la langue française est interdite.
Dès septembre 1940, Marcel Weinum, âgé de 16 ans, organise un réseau de résistance constitué de 25
garçons de 14 à 16 ans et spécialisé dans la propagande, le sabotage et le renseignement appelé La
Main noire. Le groupe uni et déterminé débuta ses actions de manière « modeste » mais non moins
courageuses à la lumière des sanctions encourues. Leurs premières mesures se concentrèrent sur la
distribution de tracts et pamphlets en faveur de la France libre et contre l'occupant allemand, la levée
du drapeau tricolore sur le fronton des enceintes publiques mais également le caillassage des boutiques
allemandes ou des commerçants affichant le portait d'Hitler sur leur devanture. C'est par un jeu de
circonstance que le jeune Marcel découvrit la voiture du régent de la nouvelle entité administrative,
et décida de fomenter son attentat. Celui-ci fit grand bruit et irrita les plus hautes instances du pouvoir
occupant. Marcel Weinum quant à lui est condamné à mort et décapité à Stuttgart le 14 avril 1942. Il
déclarera la veille de sa mort dans une lettre adressée à ses parents : « si je dois mourir, je meurs avec
un cœur pur ». Ses compagnons, pour leur part, n'ont eu d'autre choix que l'incorporation forcée dans
une armée et une guerre qui n'était pas la leur. Ils périront sur le front de l'Est en Russie.
Le 6 septembre 1943, la ville est bombardée par une vingtaine d'appareils américains. Ce premier
bombardement fit 195 victimes. Quatre autres suivront les 1er avril, 27 mai, 11 août et 25
septembre 1944.

Économie
Strasbourg est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie Alsace Eurométropole ainsi que de
la Chambre de métiers d'Alsace.
L'économie strasbourgeoise est marquée par l'implantation de cinq pôles de compétitivité
labellisés305 :

1. sciences de la vie, biotechnologies et à la pharmacie : innovations thérapeutiques ;


2. véhicule du Futur ;
3. fibres d'éco-matériaux ;
4. Alsace Énergivie : renforcer l'efficacité énergétique ;
5. Hydreos : eau et écosystèmes.
Grâce à son emplacement géographique, Strasbourg a toujours été un lieu de passage pour les biens
et les personnes. Au centre de l’Europe, la ville se situe au carrefour d’un axe nord-sud historiquement
très utilisé et d’un axe est-ouest. Son emplacement sur le Rhinfavorise les échanges par voie fluviale.
Comme toute grande ville, le secteur d’activité prédominant est le secteur tertiaire, bien que l’industrie
représente encore une part non négligeable des emplois, en particulier dans les communes voisines.
Strasbourg et son agglomération accueillent plusieurs grands sièges sociaux, notamment Adidas
France, Le coq sportif (à Entzheim), le Crédit mutuel, Lidl France, Lohr
Industrie (à Hangenbieten), Puma France (à Illkirch-
Graffenstaden), Steelcase (à Schiltigheim), Wienerberger France (à Achenheim). La ville possède
plusieurs pôles de compétitivité dont Alsace Biovalley, à vocation mondiale, consacré
aux biotechnologies et à la santé306. Ces pôles favorisent l'implantation d'entreprises des secteurs
automobile et pharmaceutique. Sénerval, filiale de Séché Environnement, gère depuis 2010 l’Usine
d’Incinération des Ordures Ménagères, qui est arrêtée en novembre 2014 pour présence d’amiante307.
Strasbourg est classée 3e ville française préférée des entrepreneurs derrière Lyon et Lille308.
Les activités industrielles à Strasbourg ont pour particularité d'être totalement diversifiées 4. Elles
représentent 14,6 % des emplois. Sur les 3 000 entreprises industrielles, plus de 30 % sont à capitaux
étrangers, notamment allemands et américains. Les principaux secteurs sont l’automobile avec Punch
Powerglide (anciennement General Motors)313, une plateforme logistique et un centre d'appel
de BMW314 et Adient (Johnson Controls) ; l’industrie pharmaceutique avec Lilly, Octapharma,
Prestwick Chemical, Carex, Boiron, JZ Produits Naturels315 et l’agroalimentaire avec une
usine Carambar & Co, les Grands Moulins de Strasbourg, la Société des Malteries d'Alsace (Groupe
Soufflet), la malterie Cargill316, les cafés Sati317, Reck318 et Henri319.
L'activité brassicole est également importante à Strasbourg et dans ses environs. La commune voisine
de Schiltigheim est surnommée « la cité des brasseurs », toutefois seule la brasserie de
l'Espérance (groupe Heineken) est toujours en activité. Les
brasseries Adelshoffen, Schutzenberger et Fischer ont fermé au cours des années 2000. La
société Kronenbourg a définitivement quitté son site historique du quartier
de Cronenbourg pour Obernai, à 25 kilomètres de Strasbourg, début 2014. Enfin la brasserie
Meteor est implantée à Hochfelden, à 23 kilomètres de Strasbourg.
e port autonome de Strasbourg et la facilité de transport des marchandises sur le Rhin ont joué un rôle
important dans le développement économique de la ville. Aujourd'hui, certains des espaces du port
autonome sont des friches industrielles ; les anciens bassins situés près du centre-ville ont été
revalorisés. Il reste des aciéries de part et d’autre du Rhin, celles du côté français avaient tendance à
péricliter avant la remontée du prix de l’acier dans les années 2000 ; celles du côté allemand (groupe
BSW - Badische Stahlwerke) se sont muées en micro-aciéries très rentables, embauchant alors
beaucoup de travailleurs frontaliers.

Lieux touristiques

Cathédrale Notre-Dame

Édifiée de 1015 à 1439, la cathédrale Notre-Dame, chef-d'oeuvre d'art gothique, doit une grande partie
de son charme à ses pierres en grès rose des Vosges. La façadeest remarquable, particulièrement
le portail central. La flèche gothique, haute de 142 m, est un tour de force architectural. De la plate-
forme, à 66 m de haut, belle vue sur Strasbourg. À l'intérieur, ne manquez pas le pilier des
Anges (13e s.), décoré d'un ensemble de statues gothiques, et l'horloge astronomique, avec ses
automates.
Cité ancienne
La cité ancienne de Strasbourg s'étend sur l'île formée par les deux bras de l'Ill, où se concentre un
impressionnant patrimoine historique et architectural : l'exceptionnelle cathédrale Notre-Dame, le
beau palais Rohan (18e s.) et ses trois musées incontournables, le quartier La Petite France pour en
admirer les maisons médiévales, ses canaux et ses ponts. Terminez par le panorama qui se dévoile
depuis le barrage Vauban pour en apprécier l'ensemble
La Petite France
Le quartier de La Petite France est l'un des mieux conservés du vieux Strasbourg. Depuis les quais
longeant les canaux de navigation, les promeneurs bénéficient d'un panorama romantique à souhait
sur les façades médiévales des anciennes demeures de pêcheurs, tanneurs et meuniers, qui se reflètent
dans l'eau. Vous profiterez encore mieux de jeux de lumière sur les maisons à pans de bois en
embarquant pour une mini-croisière sur l'Ill, au départ de l'embarcadère du palais Rohan.