Vous êtes sur la page 1sur 6

Plan

Introduction

I) Généralités sur la souffrance


1. Définition
2. Constatation

II) Les différentes formes de souffrance


1. Souffrance physique ou corporelle
2. Souffrance psychique ou morale
3. Souffrance sociale
III) Les causes de la souffrance

IV) Conséquences de la souffrance et moyen de lutte


contre la souffrance

1. Conséquences de la violence
2. Moyen de lutte contre la violence

Conclusion
La souffrance

Introduction
La souffrance est l’un des phénomènes les plus complexes dans
l’histoire de l’humanité et surtout de la vie de l’homme. Tout homme
qui a vécu à sans doute connue ce mal. C’est ainsi que tout au long de
notre travail, nous essayerons d’appréhender la notion de souffrance,
ses différentes formes, ses conséquences dans la vie de l’homme et
surtout comment y faire face.

I) Généralités sur la souffrance

1. Définition
La souffrance au sens large, est une expérience de désagrément et
d'aversion liée à un dommage ou à une menace de dommage chez
l'individu.

2. Constatation
La souffrance existe, sous de multiples formes et touche chacun de
nous dans notre vie, certains manifestement plus que d'autres. Dans
certains cas, elle existe indépendamment de toute faute (maladies,
famine, catastrophes naturelles, etc.), dans d'autres, elle résulte d'une
faute commise par quelqu'un, alors que la personne qui en souffre est
elle-même innocente. Parfois aussi elle peut être la conséquence de
nos propres erreurs. C'est ainsi qu'on peut dire que la souffrance est
une dimension essentielle de la vie humaine, dimension à travers
laquelle l'homme perçoit ses propres limites et sa dépendance vis-à-vis
des forces qui l'entourent.
II) Les Différentes types de souffrance
Deuxièmement, on peut théoriquement distinguer trois formes de
souffrance :

1. La pure souffrance physique et corporelle


La sensibilité au mal y est assez subjective. Certaines personnes sont
plus douillettes, d'autres mordent sur leur chique. Ceci dit, il est
frappant de constater qu'au plus le standard de vie est élevé, au plus le
mal est difficile à supporter. Nous avons entre autre :

 Douleur
 Suffocation
 Nausée
 Vertige
 Tremblement (maladie de Parkinson)
 Démangeaison
 Paresthésie
 Acouphène
 Hyperacousie
 Faim
 Soif
 Insomnie
 Hypotension
 Hypoglycémie

2. La souffrance psychologique ou morale

Il s'agit par exemple de l'angoisse de la mort, de la solitude, de perdre


son travail, ou encore de la douleur d'avoir perdu un proche. Cela se
manifeste sous forme d’angoisse, de phobie, de peur ou de dépression.
3. La souffrance sociale
C'est la souffrance que ressentent les personnes exclues de notre
société, l'impossibilité de se réaliser dans notre monde si matérialiste
et si compétitif, l'impression de ne pas être à la hauteur.
Cette distinction est éminemment théorique et, dans chaque souffrance
d'une certaine gravité, on retrouve mêlées les unes aux autres les trois
formes de souffrance que nous venons d'énumérer.

III) Les causes de la violence


Troisièmement, un mot sur les causes de la souffrance.
Fondamentalement, on peut distinguer la souffrance causée par
l'homme (accidents de la circulation, meurtres, génocides, camps de
concentration, ...) de celle qui est le résultat d'un mal qui nous dépasse
(maladies, mort, catastrophes naturelles...) Cette distinction est assez
théorique car il n'est pas toujours aisé de distinguer les deux. (Ex. La
désertification est un phénomène naturel; mais n'est-il pas aussi la
conséquence d'un déboisage incontrôlé. La famine est souvent la
conséquence de phénomènes météorologiques; mais ne pourrait-elle
pas être jugulée par une meilleure répartition des réserves de
nourriture et une amélioration des méthodes agricoles).

IV) Conséquences de la souffrance et moyen de lutte contre la


souffrance

1. Conséquences de la souffrance
La souffrance étant elle-même une conséquence est capable de
provoquer un échec social et aussi professionnelle.
a. Echec social
Quand un individu fait face à une souffrance phycologique ou morale,
il adopte une certaine attitude à se défaire de la société et ainsi
s’isoler. En plus, la non maitrise de cette souffrance émotive lui
conduise à la consommation de certains drogues surtout chez les
jeunes, certaines même devient malade (fou) et d’autres se suicident.

b. Echec professionnelle
L’individu atteint d’un type de souffrance, qu’elle soit physique ou
pas, converge le maximum d’effort en vue éradiquer le mal. Ce qui
lègue ses activités principales comme l’école ou le boulot au second
rang, entrainant un échec scolaire ou bien un licenciement s’il n’est
pas très vite pris en charge.

2. Moyen de lutte contre la souffrance


Etant donné qu’au 21e siècle, l’on croit que la science a toute les
réponses et solutions. La médecine est le moyen moderne de lutte
contre la souffrance.
En médecine, les soins palliatifs servent surtout à réduire les dernières
souffrances d'un malade. Les médicaments analgésiques, dont
la morphine, sont fréquemment employés pour diminuer les
souffrances physiques. Les souffrances psychiques et sociales sont
également de plus en plus prises en charge.
En psychiatrie, les différentes méthodes de luttes contre la souffrance
s’avèrent intéressantes et se vulgarisent partout dans le monde. En
effet, le psychiatre en échangeant avec son patient arrive très souvent
à trouver la source du mal et de l’éradiquer sans pour autant lui
prescrire un ordonnance médicale.
Conclusion
De tout ce qui précède, nous retenons que la souffrance existe sur
plusieurs formes et constitue un mal pour l’être humain. Elle entrave
aussi dans son cursus scolaire et professionnel. Néanmoins, des
moyens de lutte efficaces ont été mise en place pour y faire face.