Vous êtes sur la page 1sur 112

Projet de fin d’études

CHAPITRE I :

I/ INTRODUCTION
Dans ce chapitre on décrit en première étape l’architecture du projet afin d’éclaircir la
fonctionnalité et la répartition des différents espaces adoptés, puis on présente dans une deuxième étape
la conception structurale du projet.
II/ DESCRIPTION ARCHITECTURALE DU PROJET
Le complexe s’étend sur une superficie égale environ à 4539 m², il comporte deux sous-sols, un
Rez de chaussée et 3 étages non courants.
Afin de compenser les effets de retrait et de dilatation, on a prévu neuf joints de dilatation
délimitant des zones espacées de 25 à 30 m.
II.1/Sous-sol N°1
Il couvre la totalité du terrain, il est quasiment exploité par un parking capable de recevoir 164
véhicules. Sa hauteur sous-plafond est de 2.7 m, et il comporte 5 escaliers accédant au sous-sol 2, ainsi
que deux loges gardiens, deux zones de stockage, une bâche à eau et un local technique. L’accès au
parking est assuré par la rampe du joint I.
II.2/Sous-sol N°2
Il est réservé pour des activités commerciales et de loisir, sa hauteur sous-plafond de 3.7 m.Il
comporte 16 boutiques, un café, un restaurant, une piscine publique, une salle de sport, et deux grands
patios.
II.3/Rez de chaussée,étages 1,2 et3
Ils sont en retrait par rapport aux sous sols, et ils sont constitués chacun de 26 appartements, leur
hauteur sous plafond est de 3.2 m.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem -2- Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III/ CONCEPTION STRUCTRUALE DU PROJET


III.1/Critères de choix
La de conception est la phase la plus importante dans la réalisation du projet. En effet c’est la où
se manifeste l’esprit d’ingénierie, afin d’établir la structure adéquate pour le projet. Elle consiste à opter
à un choix judicieux des éléments de la structure tout en tenant compte des contraintes architecturales,
ainsi de l’exigence de la stabilité et de la résistance sans négliger l’aspect économique.
Pour réussir la phase de conception, on a opté pour une démarche qui comporte les étapes utiles
pour bien concevoir une structure.
Dans ce qui suit on citera ces étapes, en précisant pour chacune les difficultés rencontrées et les
solutions proposées.
III.2/Etapes de la conception structurale
III.2.1/ Lecture et compréhension des plans architecturaux
On a accordé à cette étape un intérêt assez important pour se permettre de mieux comprendre les
différentes composés du projet et les différentes fonctionnalités de chacun de ses espaces.
Cette étape nous a permis de détecter quelques défauts du plan d’architecture tels que :
9 La non-conformité de la cotation et des certains murs lorsqu’on passe d’un niveau à un
autre. En effet on observe des décalages par rapport à des repères fixes tels que par
exemple les axes de la fontaine centrale.
# Solution : Pour résoudre ce problème de conception, on a contacté l’architecte pour
corriger les plans, qui à son tour nous a confié cette tâche en nous fixant comme consigne
de rétablir l’alignement des différents niveaux par rapport à un repère fixe à savoir le plan
de rez de chaussée. Cette étape nous à pris un temps considérable.
9 La plus part des joints que l’architecte a proposé ne sont pas adéquats vue qu’ils
traversent des escaliers (RDC, E1, E2, E3), des chambres dans les appartements
d’habitations (en RDC), et des SAS dans les étages…
# Solution : Après avis de l’architecte on a proposé de disposer les joints de façon
qu’ils suivent au maximum les cloisons en évitant qu’ils découpent les chambres, et de
décaler quelques cages d’escaliers qui relient les deux sous-sols. On a aussi réorganisé
l’emplacement de quelques véhicules dans le parking, et la répartition de quelques espaces
adjacents à certaines cages d’escaliers.
III.2.2/ Le choix du système porteur
Pour notre projet, on a opté pour un système poteaux – poutres qui est le plus adéquat dans notre
cas, puisqu’il est caractérisé par la facilité de l’exécution et par son aspect de résistance et d’économie.
Mais sous l’effet de certaines contraintes architecturales on a rencontré certaines difficultés tels que :
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem -3- Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

9 Les retombées excessives dans les poutres (Cas du sous-sol 1 où la retombée est
limitée à 60 cm, la hauteur sous-plafond égale à 2.7m). L’existence des voies de
passage des véhicules dans le parking et le respect du plan de répartition des véhicules.
On est amené alors à utiliser des grandes portées, et de prévoir des poteaux naissants.
# Solution : On a décidé de prévoir des portiques pour bénéficier de leur hyperstaticité, et
leur capacité de supporter des fortes charges.

III.2.3/ Implantation des poteaux


Pour l’implantation des poteaux, on a essayé de les placer autant que possible dans les murs et
d’éviter leur emplacement devant les ouvertures (portes et fenêtres) et dans les emplacement qui peuvent
nuire à l’aspect esthétique de l’architecture.
Mais dans certains cas, quelques contraintes architecturales nous causent quelques problèmes
tels que :
9 La non-superposition des espaces d’un étage à un autre, ainsi que l’existence des
grandes portées, nous pousse à réarranger des poteaux.
# Solution : L’implantation des poteaux naissants s’impose dans certains cas.

III.2.4/ Le choix du type du plancher


Le choix du type de plancher dépend de plusieurs facteurs qui sont liées essentiellement aux
longueurs des travées. Aussi ce choix peut être imposé par des critères d’isolation acoustique ou de
sécurité d’incendie.
Pour cela on a choisit des dalles en corps creux pour les planchers hauts du sous sol N°2, le
RDC, les étages 1, 2 et 3, et une dalle pleine pour le plancher du sous sol N°1 qui constitue un parking
où le risque d’incendie est probable.
On a employé des dalles pleines pour les formes des planchers irrégulières.

III.2.5/ Le choix de la disposition des poutres


Le problème le plus gênant dans cette étape est celui des retombées :
9 L’absence des cloisons en dessous des poutres chargées et des portées importantes
favorise l’apparition des retombés.
# Solution1 : On a essayé dans la mesure de possible de choisir la disposition des poutres
de telle façon que les éventuelles retombées soient cachées dans les cloisons.
# Solution2 : On a recourt à des poutres plates dans certains cas où les retombées ne sont
plus admissibles tel que dans les salons dans les chambres

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem -4- Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III.2.6/ Le choix de la disposition des nervures :


En général, on essaye de placer les nervures suivant les plus faibles portées.
III.2.7/ Le choix du type de fondation :
Etant donnée que le sol sur lequel repose le projet est de bon qualité (σsol =3 bars)et la charge du
bâtiment n’est pas trop élevée et pour des considérations économiques on a opté pour le choix suivant :
9 Semelles isolées sous les poteaux
9 Semelles filantes sous les murs voiles.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem -5- Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE II:

I/INTRODUCTION
L’établissement d’un projet repose sur trois éléments indispensables à savoir :
œ Le béton : qui est caractérisé par une valeur de la résistance à la compression à l’âge
de 28 jours : f c 28
œ Les aciers ; dont les caractéristiques doivent être conformes aux textes
réglementaires.
œ Les hypothèses de calcul : Le dimensionnement des éléments de la structure est
conduit selon les règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
constructions en béton armé suivant la méthode des états limites (B.A.E.L)

II/CARACTERISTIQUES DU BETON:

œ Dosage en ciment : 350 kg /m3.


œ Le gros béton est dosé à 250Kg/m2.
œ Le béton de propreté est dosé à 150Kg/m2.
œ La résistance caractéristique du béton à 28 jours :
ƒc28 = 22 MPa
œ La résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours :
ƒt28 = 0.6 + 0.06 ƒc28 = 1.92 MPa
œ Le module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours pour les
charges dont la durée d’application est inférieure à 24 heures :
Ei = 11000 3 f c 28 = 30822.4 MPa
œ Le module de déformation différée du béton à 28 jours pour les charges de longue
durée :
EV 28 = 3700 3 f c 28 = 10367.5MPa
œ Le coefficient partiel de sécurité du béton γ b = 1.5
œ La contrainte admissible en compression du béton à l’ELU :
f
fbu = 0.85 c 28 = 12.47 MPa
θγ b
œ La contrainte admissible en compression du béton à l’ELS
σ bc = 0.6 × f c 28 = 13.2 MPa
œ Le cœfficient de poisson du béton est généralement défini comme suit:

9 Pour le calcul des sollicitations à l’ELU et l’ELS : ν = 0


9 Pour le calcul des déformation à l’ELS : ν = 0.2

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem -6- Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III/CARACTERISTIQUES DES ACIERS :


œ Les armatures longitudinales utilisées sont des aciers à haute adhérence de nuance
FeE400, dont les caractéristiques sont les suivantes :

9 La limite d’élasticité garantie : 400 MPa


9 Le coefficient de fissuration : η = 1.6
9 Le coefficient de scellement :ψ s = 1.5
9 La contrainte limite de calcul des armatures à haute adhérence (HA)
f 400
f su = e = = 347.8 MPa
γ s 1.15
œ Les armatures transversales utilisées sont des aciers rondes lisses de nuance FeE235,
dont les caractéristiques sont les suivantes :
9 La limite d’élasticité garantie : 235 MPa
9 Le coefficient de fissuration : η = 1
9 Le coefficient de scellement :ψ s = 1
9 La contrainte limite de calcul des armatures rondes lisses (RL)
f 235
f su = e = = 204.3 MPa
γ s 1.15
IV/HYPOTHESES DE CALCUL :
Pour le dimensionnement des éléments de la superstructure et de l’infrastructure, on doit fixer
certaines hypothèses à savoir, le type de la fissuration et l’épaisseur de l’enrobage des armatures.

œ Pour le dimensionnement des éléments de la superstructure, on choisit :


9 Une fissuration peu préjudiciable.
9 Un enrobage des armatures égal à 2.5 cm.
œ Pour le dimensionnement des éléments de l’infrastructure, on choisit :
9 Une fissuration préjudiciable.
9 Un enrobage des armatures égal à 5 cm.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem -7- Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE III:

I/INTRODUCTION :
Le plancher est un élément de la structure destiné à transmettre les charges, provenant de son poids
propre, des charges permanentes et des charges d’exploitation, aux autres éléments porteurs de la
structure, (poutres, poteaux, voiles et fondations)
Le choix du type du plancher dépend de plusieurs facteurs parmi lesquels on site:
œ La longueur moyenne des travées.
œ La répartition architecturale des espaces.
œ Les moyens de travail et mise en œuvre sur chantier.
œ Le type d’isolation demandé ou exigé.
œ Le facteur économique du projet.
II/CHARGES PERMANENTES : [1]
Ce sont les charges qui ne varient pas au cours du temps, elles sont généralement constituées par le
poids propre du plancher, des cloisons et des revêtements divers.
II.1/ Planchers en corps creux:
Du fait du confort thermique et acoustique et en raison des charges modérées (habitation), on opte
pour les planchers à corps creux qui sont constitués par:
œ Des nervures coulées sur place qui prennent la forme des entrevous, constituant un
coffrage perdu. Elles constituent les éléments porteurs du plancher et reposent sur les
poutres.
œ Une chape de béton armé coulée sur place.
II.1.1/ Plancher intermédiaire (16+5) :
Désignation Charge (daN/m²)
Corps creux + chape 285
Enduit sous plafond 30
Sable 85
Revêtement Mortier de pose 60
Carrelage 45
Cloisons légères 75
TOTAL 580
Tab1.Charges permanentes sur plancher intermédiaire (16+5)
II.1.2/ Plancher intermédiaire (19+6) :

Désignation Charge (daN/m²)


Corps creux + chape 310
Enduit sous plafond 30
Sable 85
Revêtement Mortier de pose 60
Carrelage 45
Cloisons légères 75
TOTAL 605

Tab2.Charges permanentes sur plancher intermédiaire (19+6)

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem -8- Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

II.1.3/ Plancher terrasse (16+5) :


Désignation Charge (daN/m²)
Corps creux + chape 285
Enduit sous plafond 30
Forme de pente 200
Asphalte sablé 50
Etanchéité Multicouche 10
Enduit de planéité 30
Protection de l’étanchéité 30
TOTAL 635

Tab3.Charges permanentes sur plancher terrasse (16+5)


II.1.4/ Plancher terrasse (19+6) :
Désignation Charge (daN/m²)
Corps creux + chape 310
Enduit sous plafond 30
Forme de pente 200
Asphalte sablé 50
Etanchéité Multicouche 10
Enduit de planéité 30
Protection de l’étanchéité 30
TOTAL 660

Tab4.Charges permanentes sur plancher terrasse (19+6)


II.2/ Planchers en dalle pleine:
II.2.1/ Plancher intermédiaire :
Désignation Charge (daN/m²)
Dalle pleine (ep=21 cm) 525
Enduit sous plafond 30
Sable 85
Revêtement Mortier de pose 60
Carrelage 45
Cloisons légères 75
TOTAL 820

Tab5.Charges permanentes sur plancher intermédiaire


II.2.2/ Plancher terrasse:
Désignation Charge (daN/m²)
Dalle pleine (ep=21 cm) 525
Enduit sous plafond 30
Forme de pente 200
Asphalte sablé 50
Etanchéité Multicouche 10
Enduit de planéité 30
Protection de l’étanchéité 30
TOTAL 875

Tab6.Charges permanentes sur plancher terrasse

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem -9- Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

II.3/ Cloisons:

Désignation Charge (daN/m²)


Cloison (30cm) 320
Cloison (25 cm) 280
Cloison (20 cm) 220
Tab7.Charges permanentes des cloisons
II.4/ Acrotères:

Désignation Charge (daN/m²)


Acrotère simple 170
Acrotère couvre joint 250
Tab8.Charges permanentes des acrotères
III/CHARGES D’EXPLOITATION : [1], [2] et [3]

Désignation Charge (daN/m²)


Escaliers d’habitation 250
Balcons et salles communes 350
Dépôts de matériels 400
Restaurants et cuisines 250
Boutiques 500
Salles sportives 600
habitations 150
Terrasses accessibles 150
Terrasses non accessibles 100
Tab9.Charges d’exploitation

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 10 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE IV:

PARTIE A:

I/ INTRODUCTION
La conception d’un plancher en corps creux repose sur l’utilisation des nervures. La dalle de
compression et la géométrie de l’hourdis font que la nervure soit de section en Té. Suivant sa
conception, une nervure est dimensionnée comme une poutre continue ou isostatique sollicitée à la
flexion simple.
A titre d’exemple, on va traite la nervure Ner 3 du joint A du plancher haut du deuxième sous-sol.

II/ DONNÉES DE CALCUL DE LA NERVURE


II.1/Schéma de calcul de la nervure
La nervure est schématisée comme une poutre continue à quatre travées, soumise à une charge
uniformément répartie (fig.1)

Fig1. Schéma de calcul de la nervure.


II.2/Pré-dimensionnement de la section de la nervure:
La largeur de la table de compression b ainsi que celle de l’âme b0 sont imposées par le type des
corps creux à savoir :
9 b = 33 cm.
9 b0 = 7 cm.
La hauteur h est fonction du type du plancher, elle est déterminée d’après le règlement BAEL par:
l
h≥ ; Avec l est la portée maximale.
22.5
4.9
On a : lmax = 4.9 m F h ≥ =0.2177 F Soit h = 25 cm (hourdis 19 + 6)
22.5
Finalement on a :

Fig2. Section transversale de la nervure.


II.3/ Evaluation des charges:
Dans le cas d’un plancher intermédiaire, la nervure est soumise aux actions suivantes :
9 Charges permanentes : G = 6.05 × 0,33 = 2 KN/m.
9 Charges d’exploitation : Q = 1,50 × 0,33 = 0,495 KN/m.
On obtient ainsi les combinaisons fondamentales de calcul:
9 A l’ELU: Pu = 1,35 G + 1,50 Q = 3,44 KN/m.
9 A l’ELS : Ps = G + Q = 2,5 KN/m.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 11 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III/ CALCUL DES SOLLICITATIONS


III.1/ Choix de la méthode de calcul
Le choix de la méthode de calcul dépend de la vérification d’un certain nombre des conditions:
œ Les charges d’exploitation sont modérées :
9 q =1,50 KN/m ≤ 2×g = 12.1 KN/m².
9 q =1,50 KN/m ≤ 5KN/m². F( Ok)
œ La fissuration ne compromet pas la tenue des revêtements ni celle des cloisons. F( Ok)
œ Les éléments de plancher ont une même inertie dans les différentes travées. F( Ok)
l l
œ Les portées vérifient : 0.8 ≤ i ≤ 1.25 et 0.8 ≤ i ≤ 1.25 F( Ok)
li −1 li+1
F La méthode forfaitaire peut être appliquée.
III.2/ Moments fléchissant dans les travées de référence:
M 0i : C’est le moment maximal dans la travée isostatique (de référence) « i » soumise au même
chargement, il est donné par :
Travée
2 « i »
li (m) M 0i u (KN.m) M 0i ser (KN.m)
P .l
9 M 0i u = u i : à L’ELU. n 4.12 7.3 5.3
8 o 4.03 6.99 5.08
Ps .li2 p 4.03 6.99 5.08
9 M 0 ser =
i
: à L’ELU.
8 q 4.9 10.33 7.5
Tab1. Moments maximaux en travées de référence.
III.3 / Moments fléchissant maximaux sur appuis:
Les moments maximaux sur appuis sont donnés forfaitairement par les formules suivantes:

Avec : M 0( i ) Moment isostatique maximal de la travée de référence « i ».

Appui « i » Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4 Appui 5


ELU - 1.095 - 3.65 - 2.796 - 5.165 - 1.55
Mi (KN.m)
ELS - 0.795 - 2.65 - 2.032 - 3.75 -1.125
Tab2. Moments fléchissant maximaux sur appuis.
III.3 / Moments fléchissant maximaux en travées:
Les moments maximaux en travées sont donnés forfaitairement par les formules suivantes:

Mw + Me ⎧⎪(1 + 0.3α ).M 0(i ) ⎫⎪


Et tel que : M t + ≥ max ⎨ ⎬
2 ⎩⎪1.05.M 0
(i )
⎭⎪
Avec : * M 0( i ) Moment isostatique maximal de la travée de référence « i ».
* Me et Mw : sont respectivement les valeurs absolues des moments maximaux sur appui droite et
gauche de la travée « i ».
* Mt : Moment maximal dans la travée continue.
*α= q .
g+q

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 12 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Dans notre cas et à titre indicatif, on développe le calcul du moment maximal pour la première
travée, et pour les autres travées, le calcul sera analogue et l’ensemble des résultats sera représenté dans
le Tableau 3 qui suit le calcul :
Travée Ner1 :
q 0.495
α= = = 0.198
g + q 2 + 0.495
1.2 + 0.3 × α 1.2 + 0.3 × 0.198
F A L’ELU : M tu1 = .M 0(1)u = × 7.3 = 4.59 KN.m
2 2
1.2 + 0.3 × α 1.2 + 0.3 × 0.198
F A L’ELS : M tser1 = .M 0(1)ser = × 5.3 = 3.337 KN.m
2 2
M + Me ⎧⎪(1 + 0.3α ).M 0( i ) ⎫⎪ ⎧⎪1.06.M 0( i ) ⎫⎪
Vérifions alors que : M t + w ≥ max ⎨ ⎬=⎨ (i ) ⎬
= 1.06.M 0( i )
2 ⎪⎩1.05.M 0
(i )
⎪⎭ ⎪⎩1.05.M 0 ⎪⎭
Or pour cette travée on a :
A L’ELU: Mtu1 = 4.59 KN.m; Mw = 1.095 KN.m; Me = 3.65 KN.m; M (1) 0u = 7.3 KN.m

1.095 + 3.65
F 4.59 + = 6.625 < 1.06 × 7.3 = 7.738
2
1.095 + 3.65
F L’inégalité n’est pas vérifiée on prend : M tu1 + ≥ 7.738
2
F M tu1 = 5.37 KN.m
A L’ELS: Mt ser 1 = 3.337 KN.m; Mw = 0.795 KN.m; Me = 2.65 KN.m; M (1) 0 ser = 5.3 KN.m

0.795 + 2.65
F 3.337 + = 5.0595 < 1.06 × 5.3 = 5.618
2
0.795 + 2.65
F L’inégalité n’est pas vérifiée on prend : M tser1 + ≥ 5.618
2
F M tser1 = 3.9 KN.m

Travée « i » n o p q
ELU 5.37 4.19 3.7 7.6
Mt (KN.m)
ELS 3.9 3.05 2.69 5.52
Tab 3. Moments maximaux en travées.
III.4 / Efforts tranchants maximaux:
Les efforts tranchants maximaux sont donnés forfaitairement par les formules suivantes:

⎧ Pu .l1 3.44 × 4.12 ⎫


⎪V01 = 2
=
2
= 7.09 KN ⎪
⎪ ⎪
Pu .l2 3.44 × 4.03
⎪V = = = 6.93KN ⎪⎪
⎪ 02 2 2 ⎪
Avec : ⎨ ⎬ Efforts tranchants isostatiques
⎪V = Pu .l3 3.44 × 4.03
= = 6.93KN ⎪
⎪ 03 2 2 ⎪
⎪ Pu .l4 3.44 × 4.9 ⎪
⎪V04 = = = 8.43KN ⎪
⎩⎪ 2 2 ⎪⎭
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 13 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III.5 / Récapitulation des sollicitations maximales :

Le tableau ci-dessous résume les sollicitations maximales dues aux charges appliquées sur la nervure :

Appui 1 Travéen Appui 2 Travéeo Appui 3 Travéep Appui 4 Travéeq Appui 5

Moment fléchissant
-1.095 5.37 -3.65 4.19 -2.796 3.7 -5.165 7.6 -1.55
(KN.m)
ELU

Effort Gauche 0 --- -7.8 --- -6.93 --- -7.62 --- -8.43
tranchant
(KN) Droite 7.09 --- 7.62 --- 6.93 --- 9.27 --- 0

ELS Moment fléchissant


(KN.m)
-0.795 3.9 -2.65 3.05 -2.032 2.69 -3.75 5.52 -1.125
Tab 4. Tableau récapitulatif des sollicitations maximales.

IV/ CALCUL DE FERAILLAGE DE LA NERVURE :


IV.1/ Calcul des armatures longitudinales:
La fissuration étant peu préjudiciable, on va procéder par un dimensionnement de la section à
L’ELU, puis une vérification à L’ELS, ainsi que la vérification de la condition de non fragilité.
On détaillera le calcul pour la première travée, et la procédure sera la même pour les autres travées
ainsi que pour les appuis. L’ensemble des résultas sera récapitulé dans le tableau 5 :
Travée Ner1 :
ˆ Dimensionnement à L’ELU :
Mu = 5.37 KN.m.
h0
M Tu = b.h0 . fbu .(d − )
2
0.06
= 0.33 × 0.06 ×12.47 × (0.225 − ) = 48.1KN .m
2
F Mu< MTU
F La section en T se comporte comme une section rectangulaire (b×h)
Mu 0.00537
µ= = = 0.025
b × d × fbu 0.33 × 0.2252 × 12.47
2

F µ < µL = 0.39
F La section sera dépourvue d’armatures comprimées A sc =0 cm 2
α = 1.25 × ⎡⎣1 − 1 − 2µ ⎦⎤ = 1.25 ⎡⎣1 − 1 − 2 × 0.025 ⎤⎦ = 0.031
yu = α .d = 0.031× 0.225 = 0.006975 m
Z = d − 0.4 yu = 0.1485 − 0.4 × 0.006975 = 0.2222 m.
Mu 0.00537
Ast = = = 0.694cm 2
Z × f su 0.2222 × 347.8
Soit 1HA10 = 0.78 cm².
ˆ Vérification à L’ELS :
bh02
f ( h0 ) = + 15. Asc .(h0 − d ) − 15. Ast .( d − h0 )
2
0.33 × 0.06²
f (h0 ) = − 15 × 0.78 × 10−4.(0.225 − 0.06) = 4.009 ×10−4
2
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 14 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

F f(h0) > 0 F La section en T se comporte comme une section rectangulaire (b×h)


y1 + [15.Asc + 15.Ast ].y1 − [15.Asc .d '+15.Ast .d ] = 0
b 2
Y1 est la solution de l’équation :
2
0.33 2
y1 +15× 0.78×10−4.y1 −15× 0.78×10−4 ×0.225 = 0 F Y1=0.0365m
2
by3
I SRH = 1 +15.Ast .(d − y1 )² +15.Asc .( y1 − d ')² −4 4
F I SRH = 2.69 ×10 m .
AN 3 AN
−3
M ser 3.9 × 10
σ bc = . y1 = × 0.0365 = 0.53MPa
I SRH / AN 2.69 × 10−4
F σ bc = 0.53 MPa < σ bc = 13.2MPa F ( Ok)
ˆ Condition de non fragilité:
Comme la section est une section en T, on doit vérifier :
I Gx f
Ast ≥ Amin avec : Amin = . t 28
0.81.h.v' f e
0.19
(0.06 × 0.33) × 0.22 + (0.19 × 0.07) ×
v ' = XG = 2 = 0.1697 m = 16.97cm ; v = h − v ' = 8.03cm
(0.19 × 0.07) + (0.06 × 0.33)
b.v 3 (b − b0 ).(v − h0 ) 3 b0 .v ' 3 1.702 ×10−4 1.92
I Gx = − + = 1.702 × 10 m F Amin =
−4 4
× = 0.23cm²
3 3 3 0.81× 0.25 × 0.1697 400
F Ast ≥ Amin F La condition de non fragilité est vérifiée

Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4 Appui5 Travéen Travéeo Travéep Travéeq


Mu (KN.m) -1.095 -3.65 -2.796 -5.165 -1.55 5.37 4.19 3.7 7.6
MTu (KN.m) --- --- --- --- --- 48.1 48.1 48.1 48.1
à L’ELU

Rec Rec Rec Rec Rec Rec Rec Rec Rec


Section de calcul (cm²)
(7 × 25) (7 × 25) (7 × 25) (7 × 25) (7 × 25) (33×25) (33×25) (33×25) (33×25)
µ 0.024 0.082 0.063 0.16 0.035 0.025 0.020 0.017 0.036
Asc (cm²) 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Dimensionnement

α 0.030 0.107 0.081 0.154 0.044 0.031 0.025 0.021 0.046


Z (m) 0.2223 0.2153 0.2177 0.2111 0.2210 0.0222 0.2227 0.2231 0.2208
Ast (cm²) (théorique) 0.14 0.49 0.37 0.71 0.21 0.7 0.55 0.48 0.99
1HA8 1HA8 1HA8 1HA10 1HA8 1HA10 1HA10 1HA8 1HA12
Ast (cm²) (réelle)
0.5 0.5 0.5 0.78 0.5 0.78 0.78 0.5 1.13
Amin (cm²) 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.23 0.23 0.23 0.23
Mser (KN.m) -0.795 -2.65 -2.032 -3.75 -1.125 3.9 3.05 2.69 5.52
Vérification à L’ELS

Y1(m) 0.058 0.058 0.058 0.070 0.058 0.0365 0.0365 0.0297 0.0432
-4 4
ISRH/AN (×10 m) 1.984 1.984 1.984 3.14 1.984 2.69 2.69 1.724 3.913
σbc (MPa) 0.24 0.78 0.60 0.84 0.33 0.53 0.42 0.47 0.61

σbc (MPa) 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2

σbc ≤ σbc ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)

Tab5. Tableau récapitulatif des armatures longitudinales de la nervure.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 15 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

IV.2/ Calcul des armatures transversales:


Pour le calcul des armatures transversales, on va détailler le calcul pour la moitié droite de la
travée Ner1, et pour les autres travées les résultats seront donnés dans le tableau 6 :

Travée Ner1 (mi-travée droite):

9 Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant :


Vu 7.09 ×10−3
τ u : Contrainte tengentielle conventionnelle du béton : τ u = = = 0.450MPa
b0 d 0.07 × 0.225
f c 28
τ u : Contrainte tengentielle admissible : τ u = min(0.2. ;5 MPa) . Pour une fissuration peu
γb
préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures α = 90°.
22
τ u = min(0.2. ;5 MPa)=2.93MPa F τ u ≤ τ u
1.5
9 Pourcentage minimal des armatures transversales :
⎛ At ⎞ ⎛ At ⎞ 0.4b0 0.4 × 0.07 −4 m
2
⎜⎜ ⎟⎟ ≥ ⎜⎜ ⎟⎟ = = = 1.19 × 10
⎝ S t ⎠ ⎝ S t ⎠ min f et 235 m
9 Diamètre minimal des armatures transversales :
h b
φt ≤ Min (φl ; ; 0 ) F φt ≤ min (10; 7.14;7) = 7 mm F φt = φ6
35 10
9 Espacement maximal des armatures :
S t = Min (0.9 d ; 40 cm) = Min (20.25; 40 cm) =20 .25cm F St = 20cm
9 Espacement initial St0 :
A partir de la règle de coûture, on détermine l’espacement initial S t 0 au droit de l’appui en
assurant : 7cm ≤ S t 0 ≤ S t ; cette règle est donnée par:
* ft28 = 1.92 MPa.
* K= 1 (flexion simple, sans reprise de bétonnage
At b0 .γ s .(τ uréd − 0.3.K . f t 28 )
≥ et en F.P.P)
. s t 0
0 . 9 . f et .(sin α + cos α ) * γs =1.15.
* α = 90°.
Vuréd
*τ =
réd
u
b0 .d
Vured est l’effort tranchant réduit , il est calculé forfaitairement pour toutes les travées de la nervure
de la manière suivante :

Pu 5
Avec : V0réd = .(li − h)
i
2 3
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 16 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Vuréd −3
τ réd
u = 1 = 6.37 ×10 = 0.404MPa
b0 .d 0.07 × 0.225
At b0 .γ s .(τ uréd − 0.3.K . f t 28 ) 0.07 × 1.15 × ( 0.404 − 0.3 × 1× 1.92 )
F ≥ = = −0.654.10 −4 m ²
st0 0.9. f et .(sin α + cos α ) 0.9 × 235 m

At ⎛ At ⎞ A ⎛A⎞ m2
< ⎜ ⎟ F On prend: t = ⎜ t ⎟ = 1.19 ×10−4
F
st0 ⎝ St ⎠ min st0 ⎝ St ⎠ min m
Or At : est un étrier Ø6 F At = 0.56 cm².
F St0 = 47 cm > S t ; soit St0 = S t = 20cm.
L’espacement tout au long de la nervure sera constant avec St = 20 cm, la première nappe sera
disposée à St/2, soit 10cm :

Travéen Travéeo Travéep Travéeq


Mi travée Mi travée Mi travée Mi travée Mi travée Mi travée Mi travée Mi travée
gauche droite gauche droite gauche droite gauche droite
max
Vu (KN) 7.09 7.8 7.62 6.93 6.93 7.62 9.27 8.43
max
Vured (KN) 6.37 7.01 6.84 6.22 6.22 6.84 8.48 7.71

τ ured (MPa) 0.404 0.445 0.434 0.395 0.395 0.434 0.538 0.489
⎛ At ⎞
⎜ ⎟ ( cm ² m ) - 0.654 - 0.498 - 0.540 - 0.689 - 0.689 - 0.540 - 0.144 - 0.331
⎝ S t 0 ⎠ Théorique
⎛ At ⎞
⎜ ⎟ ( cm ² m ) 1.19 1.19 1.19 1.19 1.19 1.19 1.19 1.19
⎝ S t 0 ⎠ Choisie
St0 Théorique (cm) 47 47 47 47 47 47 47 47
St0 Choisie (cm) 20 20 20 20 20 20 20 20
Répartition (cm) 10/9×20/16 16/9×20/10 10/9×20/11.5 11.5/9×20/10 10/9×20/11.5 11.5/9×20/10 10/9×20/15 15/9×20/10
Tab6. Tableau récapitulatif des armatures transversales de la nervure.

9 Vérification des appuis :


ˆ Appui de rive : Appui 1 :

œAcier de glissement : Ag :
Vu
Ag ≥ Or Vu = 7.09 KN
f su
7.09.10−3
F Ag ≥ = 0.204cm²
347.8
Il faut prolonger l’armature inférieure de flexion au delà de l’appui considéré.
Cette armature de 1HA10 = 0.78 cm² vérifie le non glissement.
œVérification de la bielle de béton :
Vérifions la condition de non écrasement du béton :
2V max 0.8. f c 28
σb = u ≤ Avec : σb = Contrainte de compression dans la bielle
a.b0 γb
a = la-enrobage-2cm = 22-2-2.5 = 17.5cm
−3
2 × 7.09 × 10 0.8. f c 28
Fσb = = 1.157 MPa ≤ = 11.73MPa
−2
17.5 ×10 × 0.07 γb
F La condition de non écrasement du béton est vérifiée.
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 17 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

ˆ Appui intermédiaire : Appui 2 :


œAcier de glissement : Ag :
M 3.65 ×10−3
Vu ,G − U 7.8 ×10−3 −
A g,G ≥ Z = 0.9 × 0.225 = −0.233 cm2 ≤ 0
f su 347.8
En principe dans ce cas on n’est pas obligé de prolonger les armatures, mais il est de
bonne construction de prolonger les armatures inférieures au-delà de l’appui de part et d’autre.
M 3.65 ×10−3
Vu , D − U 7.62 ×10−3 −
A g,D ≥ Z = 0.9 × 0.225 = −0.299 cm2 ≤ 0
f su 347.8
œVérification de la bielle de béton :
Vérifions la condition de non écrasement du béton :
2V max 0.8. f c 28
σb = u ≤ Avec : σb = Contrainte de compression dans le béton
a.b0 γb
a = la-enrobage-2cm = 22-2-2.5 = 17.5cm
−3
2 × 7.8 ×10 0.8. f c 28
Fσb = = 1.27 MPa ≤ = 11.73MPa
−2
17.5 ×10 × 0.07 γb
F La condition de non écrasement du béton est vérifiée.
9 Vérification de la jonction table nervure :
ˆ Vérification du béton :
b0 b1
Il faut vérifier que : τ table = τ âme . . ≤τu
0.9.h0 b
τ u = 2.93MPa.
0.495 × 0.07 × 0.13
Or : τ âme = 0.495MPa. F τ table = = 0.252 MPa
0.9 × 0.06 × 0.33
b − b0
b1 = = 13cm
2
F τ table ≤ τ u F ( Ok)
ˆ Armatures de coutûre :
Ac τ table − 0.3 ft 28
≥ .h0 .1.15 = −0.95cm ² < 0
St f et
F on n’aura pas besoin d’acier pour la jonction puisque le béton seul assure cette fonction,
il suffit de prévoir un Ø6 tous les 33 cm.
V/ VÉRIFICATION DE LA FLÈCHE :
La vérification de la flèche est une vérification vis-à-vis de l’état limite de service. Elle devient
inutile si les conditions suivantes sont satisfaites :
h 1
1 ≥ Avec :* M0 : Moment de la travée de référence
l 22.5
h 1 Mt
2 ≥ . * Mt : Moment maximal en travée
l 10 M 0
A 4.2
3 ≤ * A : Section d’acier tendu en en travée
b0 × d fe

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 18 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

V.1/Travée Ner1 :
h 25 1
1 = = 0.06 ≥ = 0.04 ( Ok)
l 412 22.5
h 1 M 1 3.9
2 = 0.06 < . t = . = 0.07 Non vérifiée
l 10 M 0 10 5.3
A 0.78 ×10−4 4.2
3 = = 0.0049 ≤ = 0.01 ( Ok)
b0 × d 0.07 × 0.225 fe
F La condition 2 n’est pas vérifiée ; le calcul de la flèche est nécessaire.
Appliquons la méthode de « L’inertie fissurée » : (Etant donné que le plancher considéré ne
supporte pas des cloisons dans le sens longitudinal des nervures)
M ×l2
f i = ser
10.Ei .I fi
Avec :
1.1× I 0
• I fi = .
1 + λi .µ
• I0 : Moment d’inertie de la section totale rendue homogène (STRH).
. 3 (b − b0 ).(V1 − h0 )3 b0 .V23
bV
I 0 = I STRH = 1 − + + 15. Ast (d − V1 ) 2
G 3 3 3
h0 ⎛ h − h0 ⎞
( h0 .b). + (h − h0 ).b0 . ⎜ + h0 ⎟ + 15. Ast .d
X G = V1 =
∑ xi .Si =
2 ⎝ 2 ⎠
∑S i = S RH (h0 .b) + b.( h − h0 ) + 15. Ast
V2 = h − V1
0.05. ft 28 A
• λi = , ρ=
b
ρ .(2 + 3. 0 ) b0 .d
b
1.75. f t 28 M
• µ = 1− , σ s = 15 × ser (d − y1 )
4.ρ .σ s + f t 28 I Gx
• Ei = 11000 3 f c 28
Dans notre cas :
3.9 ×10−3
σ s = 15 × (0.225 − 0.0365) = 40.1MPa
2.69 ×10−4
0.78 ×10−4 1.75 × 1.92
ρ= = 0.0049 F µ = 1 − = 1.241 .
0.07 × 0.225 4 × 0.0049 × 40.1 + 1.92
0.05 × 1.92
λi = = 7.431
0.07
0.0049.(2 + 3. )
0.33
V1= 3.48 cm F V2 = 25 – 3.48 = 21.52 cm F I0 = 2.809 × 10−4 m 4
1.1× 2.809 ×10−4
F I fi = = 0.302 ×10−4 m 4
1 + 7.431×1.241
Ei = 11000 3 22 = 30822.4MPa
3.9 ×10−3 × 4.122
F fi = = 0.00711m
10 × 30822.4 × 0.302 ×10−4

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 19 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

l
Or la flèche admissible est limitée à : f admi = car l ≤ 5m
500
4.12
F f admi = = 0.00824m F fi ≤ f admi F La flèche est vérifiée.
500
V.2/Travée Ner2 :
h 25 1
1 = = 0.062 ≥ = 0.04 ( Ok)
l 403 22.5
h 1 M 1 2.69
2 = 0.062 < . t = . = 0.052 ( Ok)
l 10 M 0 10 5.08
A 0.5 ×10−4 4.2
3 = = 0.0031 ≤ = 0.01 ( Ok)
b0 × d 0.07 × 0.225 fe
F Les 3 conditions sont vérifiées ; la justification de la flèche n’est pas exigée.
V.3/Travée Ner3 :
h 25 1
1 = = 0.062 ≥ = 0.04 ( Ok)
l 403 22.5
h 1 M 1 3.05
2 = 0.062 < . t = . = 0.06 ( Ok)
l 10 M 0 10 5.08
A 0.78 ×10−4 4.2
3 = = 0.0049 ≤ = 0.01 ( Ok)
b0 × d 0.07 × 0.225 fe
F Les 3 conditions sont vérifiées ; la justification de la flèche n’est pas exigée.
V.4/Travée Ner4 :
h 25 1
1 = = 0.05 ≥ = 0.04 ( Ok)
l 490 22.5
h 1 M 1 5.52
2 = 0.05 < . t = . = 0.07 Non vérifiée
l 10 M 0 10 7.5
A 1.13 ×10−4 4.2
3 = = 0.007 ≤ = 0.01 ( Ok)
b0 × d 0.07 × 0.225 fe
F La condition 2 n’est pas vérifiée ; il faut passer au calcul de la flèche.
5.52 ×10−3
σ s = 15 × (0.225 − 0.0432) = 38.47MPa
3.913 ×10−4
1.13 ×10−4 1.75 × 1.92
ρ= = 0.007 F µ = 1 − = −0.12 < 0 F µ = 0
0.07 × 0.225 4 × 0.007 × 38.47 + 1.92
V1= 3.6 cm F V2 = 25 – 3.6 = 21.4 cm F I0 = 2.809 × 10 −4 m 4
1.1× 3.87 ×10−4
F I fi = = 3.2505 ×10−4 m 4
1+ 0
Ei = 11000 22 = 30822.4MPa
3

5.52 ×10−3 × 4.92


F fi = = 0.0013m
10 × 30822.4 × 3.2505 × 10−4
4.9
Or la flèche admissible est limitée à : f admi = = 0.0098m
500
F fi ≤ f admi F La flèche est vérifiée.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 20 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE IV:

PARTIE B:

I/ INTRODUCTION:
Les poutres sont des éléments porteurs en béton armé, leur rôle consiste essentiellement à supporter
les charges transmises par le plancher.
La descente des charges, le calcul et le dimensionnement de l’ensemble des poutres du bâtiment
sont élaborés à l’aide du logiciel « ARCHE ».
On traite, à titre indicatif, par un calcul détaillé une poutre continue à six travées. Il s’agit de la
poutre A8 du plancher haut du premier étage du joint A. Elle est soumise à des charges uniformément
réparties provenant des réactions des nervures et à deux charges concentrées ; l’une issue de la réaction
d’une poutre secondaire, et l’autre issue d’un poteau naissant de l’étage supérieur.

Fig1. Position de la poutre.

II/ DONNÉES DE CALCUL DE LA POUTRE:


II.1/Schéma de calcul de la poutre:
La poutre est schématisée dans la figure suivante :

Fig2. Schéma de calcul initial de la poutre.

II.2/Pré-dimensionnement de la section de la poutre: [1]


Selon le règlement BAEL, le pré-dimensionnement de la section de la poutre se fait en se basant
sur les deux conditions suivantes :
hc 1
9 ≥ : pour respecter la flèche admissible.
l 16
M 0u
9 hc ≥ 3 : pour éviter les aciers comprimées.
0.4 × 0.93 × µlu × f bu

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 21 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Avec :
• µlu = 0.39.
• fbu = 12.47 MPa.
• hc = hauteur de calcul de la poutre.
• l = n l1 × l 2 × ... × l n ; avec n est le nombre des travées.
• M0u = Moment ultime maximal de la travée isostatique considérée, il est donné dans le
tableau qui suit (Tab 1) :
Travée « i » n o p q
Mou (daN.m) 11660 1492.84 24720 17717 6403 20382
Tab 1. Tableau des moments ultimes maximaux en travées de références.

La travée la plus sollicitée est la travée Ner3 :


hc 1 l 6
4.16 × 2.16 × 4.12 × 5.04 × 3.03 × 4.9
≥ F hc ≥ = = 23.42cm .
l 16 16 16
M 0u 24720 ×10−5
hc ≥ 3 = 3 = 58.86cm
0.4 × 0.93 × µlu × f bu 0.4 × 0.93 × 0.39 × 12.47
F La section qui vérifie les conditions mentionnées précédemment est une section rectangulaire
de largeur b = 0.3m, et de hauteur h = 0.7 m.
En tenant compte du poids propre de la poutre qui est donnée par:
Pp = 0.3×0.7×2500=525 daN/m.
On obtient ainsi le schéma de calcul définitif de la poutre :

Fig3. Schéma de calcul définitif de la poutre.

III/ CALCUL DES SOLLICITATIONS:


III.1/ Choix de la méthode de calcul :
œ Les charges d’exploitation sont modérées :
9 q =1,50 KN/m ≤ 2×g = 12.1 KN/m².
9 q =1,50 KN/m ≤ 5KN/m².
œ La fissuration ne compromet pas la tenue des revêtements ni celle des cloisons.
œ Les éléments de plancher ont une même inertie dans les différentes travées.
l l l 2.16
œ Les portées ne vérifient pas: 0.8 ≤ i ≤ 1.25 et 0.8 ≤ i ≤ 1.25 , en effet : 2 = =0.51 .
li −1 li +1 l1 4.14
F On appliquera donc la méthode de « CAQUOT MINORÉE » qui consiste à multiplier la part
des moments sur appuis provenant des charges permanentes par 2/3.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 22 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III.2/ Calcul des moments sur appuis :

Pour déterminer les sollicitations les plus défavorables, on considère les combinaisons de charges
suivantes :

Fig4. Combinaisons des charges.

III.2.1/ Moments dus aux charges réparties :


Les moments sur appuis dus aux charges réparties sont donnés par :

Pi .li'3 + Pi +1 .li'3+1
Mi = −
8.5.(li' + li'+1 )

Avec : li' = li : Pour les travées de rives sans porte à faux.


li' = 0.8.li : Pour les travées intermédiaires.

Appui (i) M i(1) ( KN .m) M i(2) ( KN .m) M i(3) ( KN .m) M i(4) ( KN .m)
(0) 0 0 0 0
(1) -27.89 -35.87 -28.46 -36.44
(2) -28.56 -29.23 -37.81 -38.48
(3) -53.76 -60.08 -66.43 -72.78
(4) -49.27 -63.67 -52.4 -66.8
(5) -87.04 -89.8 -109.83 -112.6
(6) 0 0 0 0
Tab 2. Tableau des moments sur appuis dus aux charges réparties à L’ELU.

Appui (i) M i(1) ( KN .m) M i(2) ( KN .m) M i(3) ( KN .m) M i(4) ( KN .m)
(0) 0 0 0 0
(1) -20.65 -25.98 -21.04 -26.36
(2) -21.16 -21.6 -27.32 -27.77
(3) -39.8 -44.04 -48.27 -52.5
(4) -36.49 -46.1 -38.58 -48.18
(5) -64.48 -66.31 -79.67 -81.51
(6) 0 0 0 0
Tab 3. Tableau des moments sur appuis dus aux charges réparties à L’ELS.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 23 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III.2.2/ Moments dus aux charges Concentrées :

On considère les deux travées fictives de portées li' (pour la travée de gauche) et l i' +1 (pour la travée
de droite) détachées de part et d’autre de l’appui considéré et soumises à l’action des charges
concentrées Pi+1 et /ou Pi, d’abscisses respectives ai+1 et ai comptées depuis l’appui central.
Les moments sur appuis dus à ces charges sont donnés par :

Mi =−
∑ k .P .l i i i
'2
+ ∑ ki +1.Pi +1.li'2+1
li' + li'+1
1 ai ⎛ ai ⎞⎛ ai ⎞
Avec : ki = ⎜1 − ⎟⎜ 2 − ⎟
2.125 l 'i ⎝ l 'i ⎠⎝ l 'i ⎠
1 ai +1 ⎛ ai +1 ⎞⎛ ai +1 ⎞
ki +1 = ⎜1 − ⎟⎜ 2 − ⎟ Fig5. Charges concentrées.
2.125 l 'i +1 ⎝ l 'i +1 ⎠⎝ l 'i +1 ⎠

Chargement (KN) M 1 ( KN .m) M 2 ( KN .m) M 3 ( KN .m)


(2/3)×1.35G -21.17 -57.20 15.33
ELU
(2/3)×1.35G +1.5Q -29.94 -77.83 20.87
(2/3)×G -15.67 -42.83 11.36
ELS
(2/3)×G+Q -21.52 -56.12 15.05
Tab 4. Tableau des moments sur appuis dus aux charges concentrées.
III.2.3/ Moments totaux sur appuis :
Par la superposition des moments dus aux charges réparties et ceux dus aux charges concentrées on
trouve :

Appui (i) M i(1) ( KN .m) M i(2) ( KN .m) M i(3) ( KN .m) M i(4) ( KN .m)
(0) 0 0 0 0
(1) -49.06 -65.81 -49.63 -66.38
(2) -85.76 -86.43 -115.64 -116.31
(3) -38.41 -39.21 -51.1 -51.91
(4) -49.27 -63.67 -52.4 -66.8
(5) -87.04 -89.8 -109.83 -112.6
(6) 0 0 0 0
Tab 5. Tableau des moments maximaux totaux sur appuis à L’ELU.

Appui (i) M i(1) ( KN .m) M i(2) ( KN .m) M i(3) ( KN .m) M i(4) ( KN .m)
(0) 0 0 0 0
(1) -36.32 -47.5 -36.71 -47.88
(2) -63.53 -63.97 -83.44 -83.89
(3) -28.44 -28.99 -36.91 -37.45
(4) -36.49 -46.1 -38.58 -48.18
(5) -64.48 -66.31 -79.67 -81.51
(6) 0 0 0 0
Tab 6. Tableau des moments maximaux totaux sur appuis à L’ELS.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 24 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III.3/ Calcul des moments en travées :


III.3.1/ Moment maximal en travées :

Fig5. Cas de chargement donnant le moment maximal dans la travée « i ».

L’expression du moment fléchissant dans la travée continue est donnée par :

x x
M ( x ) = µ0 ( x ) + M i(3)
−1 .(1 − ) + M i(2) .
li li

Avec :
9 µ0 (x) : Moment fléchissant de la travée de référence :
Pour une travée supportant une charge répartie q et une charge concentrée F :
⎧ q.x li − a
⎪ 2 .(li − x) + F . l .x pour x ≤ a

µ0 ( x) = ⎨ i

⎪ q.x .(l − x) + F . li − a .x − F .( x − a ) pour x ≥ a


⎪⎩ 2 i li
q.x
Pour une travée supportant uniquement une charge répartie : µ0 ( x) = .(li − x) .
2
9 M i(3)
−1 : Moment sur appui gauche de la travée considérée relatif à la combinaison (3).

9 M i(2) : Moment sur appui droite de la travée considérée relatif à la combinaison (2).
L’abscisse du moment maximal en travée continue est donné par :
⎧ li ⎛ M i(2) − M i(3)
−1 + F (li − a )

⎪ +⎜ ⎟ × li pour x ≤ a
⎪2 ⎝ 8.m0 ⎠
x max = ⎨
⎪ li + ⎛ M i − M i −1 − F .a ⎞ × l pour x ≥ a
(2) (3)

⎪2 ⎜ 8.m0
⎟ i
⎩ ⎝ ⎠
2
ql
Avec : m0 = i : Moment isostatique maximal de la travée i soumise seulement à des
8
charges réparties.

Travée « i » x (m) µ0 ( x) ( KN .m) M tmax ( KN .m) Remarques


n 2.33 127.7 88.84
o 0.55 14.47 -44.53 F Risque de soulèvement
1.45 255.94 167.2
2.48 199.63 142.34
1.31 70.85 2.28
2.74 221.93 173.51
Tab 7. Tableau des moments maximaux en travées à L’ELU.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 25 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Travée « i » x (m) µ0 ( x) ( KN .m) M tmax ( KN .m) Remarques


n 2.33 91.34 64.73
o 0.55 10.53 -33.12 F Risque de soulèvement
1.45 185.94 121.66
2.48 145.04 103.6
1.31 51.47 0.90
2.74 161.75 126.63
Tab 8. Tableau des moments maximaux en travées à L’ELS.
III.3.2/ Moment minimal en travées :

Fig6. Cas de chargement donnant le moment minimal dans la travée « i ».

L’expression du moment fléchissant dans la travée continue est donnée par :


x x
M ( x ) = µ0 ( x ) + M i(2)
−1 .(1 − ) + M i(3) .
li li

Avec :
9 µ0 ( x) : Moment fléchissant de la travée de référence :
Pour une travée supportant une charge répartie et une charge concentrée :
⎧ q.x li − a
⎪ 2 .(li − x) + F . l .x pour x ≤ a

µ0 ( x) = ⎨ i

⎪ q.x .(l − x) + F . li − a .x − F .( x − a ) pour x ≥ a


⎪⎩ 2 i li
q.x
Pour une travée supportant uniquement une charge répartie : µ0 ( x ) = .(li − x) .
2
9 M i(2)
−1 : Moment sur appui gauche de la travée considérée relatif à la combinaisons (2).

9 M i(3) : Moment sur appui droite de la travée considérée relatif à la combinaisons (3).
L’abscisse du moment minimal en travée continue est donné par :
⎧ li ⎛ M i(3) − M i(2)
−1 + F (li − a )

⎪ +⎜ ⎟ × li pour x ≤ a
⎪2 ⎝ 8.m0 ⎠
x min =⎨
⎪ li ⎛ M i − M i −1 − F .a ⎞
(3) (2)

⎪2 +⎜ 8.m0
⎟ × li pour x ≥ a
⎩ ⎝ ⎠
qli2
Avec : m0 = : Moment isostatique minimal de la travée i soumise seulement à ses
8
charges réparties.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 26 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Travée « i » x (m) µ0 ( x) ( KN .m) M tmax ( KN .m) Remarques


n 2.33 101.76 73.96
o 0.23 6.02 -65.09 F Risque de soulèvement
1.33 208.35 133.32
2.47 161.32 115.64
1.22 56.12 -26.13 F Risque de soulèvement
2.74 186.24 146.65
Tab 9. Tableau des moments minimaux en travées à L’ELU.

Travée « i » x (m) µ0 ( x) ( KN .m) M tmax ( KN .m) Remarques


n 2.33 75.38 54.81
o 0.25 4.8 -46.86 F Risque de soulèvement
1.33 154.22 98.98
2.47 119.5 85.81
1.22 41.57 -18.04 F Risque de soulèvement
2.74 137.95 108.72
Tab 10. Tableau des moments minimaux en travées à L’ELS.
III.4/ Calcul des efforts tranchants :
Les efforts tranchants sont donnés par les formules suivantes :

M i(4) − M i(3) +1 − M i
M i(2) (4)
Vwi = −V0 w + −1
Vei = V0 e +
lwi lei

Avec : V0e et V0w sont les valeurs absolues des efforts tranchants à droite et à gauche sur l’appui
« i »des travées de référence.
L’expression de l’effort tranchant dans une travée isostatique est donnée par :
Pour une travée supportant une charge répartie et une charge concentrée :
⎧ li li − a
⎪q.( 2 − x) + F . l pour x < a

V0 ( x) = ⎨
i

l
⎪q.( i − x) + F . a
pour x > a
⎪⎩ 2 li
l
Pour une travée supportant uniquement une charge répartie : V0 ( x ) = q.( i − x ) .
2
(0) (1) (2) (3) (4) (5) (6)
Appui « i »
D G D G D G D G D G D G
max
V0u (KN) 92.02 -127.99 35.29 -35.49 499.67 -173.58 158.47 -158.47 95.27 -95.27 183.74 -183.74
Vumax (KN) 76.2 -143.24 26.01 -66.36 518.38 -158.11 156.13 -161.58 87.68 -115.13 206.71 -161.32
Tab 11. Efforts tranchants maximaux à L’ELU au droit des appuis.

Travée Travée
Force concentrée F1 F2
G D G D
max
Vu (KN) -20.67 -104.03 485.61 -52.23
Tab 12. Efforts tranchants maximaux à L’ELU
au droit des forces concentrées.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 27 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

IV/ CALCUL DE FERAILLAGE DE LA POUTRE:


IV.1/ Calcul des armatures longitudinales :
IV.1.1/ Armatures longitudinales en travées :
A titre indicatif, on détaille le calcul pour la travée Ner , et pour les autres travées un calcul
identique est conduit, tous les résultats seront résumés dans le tableau Tab.13.
La fissuration étant peu préjudiciable, on procède par un dimensionnement à l’ELU, ensuite une
vérification à l’ELS, ainsi qu’une vérification de la condition de non fragilité.

ˆ Dimensionnement à L’ELU :
Mu = 88.84 KN.m. : (dans cette travée le risque de soulèvement est absent Mmin>0)
Mu 88.84 ×10−3
µ= = = 0.053
b × d 2 × fbu 0.3 × (0.67) 2 × 12.47
F µ <µL = 0.39
F La section sera dépourvue d’armatures comprimées A sc =0 cm 2
α = 1.25 × ⎡⎣1 − 1 − 2µ ⎤⎦ = 1.25 ⎡⎣1 − 1 − 2 × 0.053 ⎤⎦ = 0.068
yu = α .d = 0.068 × 0.67 = 0.046 m Fig7. Section de la poutre
Z = d − 0.4 yu = 0.67 − 0.4 × 0.046 = 0.652m
Mu 88.84 ×10−3
Ast = = = 3.92cm 2 Soit Ast =3HA14 = 4.61 cm².
Z × f su 0.652 × 347.8
ˆ Vérification à L’ELS :
Ms = 64.73 KN.m.
Y1 est la solution de l’équation :
b 2
y1 + [15.Asc +15.Ast ] .y1 − [15.Asc .d '+15.Ast .d ] = 0 F Y1=0.154m
2
by3
I SRH = 1 +15.Ast .(d − y1 )2 +15.Asc .( y1 − d ')² F I SRH = 0.0022 m .
4

AN 3 AN
−3
M ser 64.73 × 10
σ bc = . y1 = × 0.154 = 4.53MPa
I SRH / AN 0.0022
F σ bc = 4.53 MPa < σ bc = 13.2MPa F ( Ok)
ˆ Condition de non fragilité:
f 1.92
Amin = 0.23 × b × d × t 28 = 0.23 × 0.3 × 0.67 × = 2.22 cm ²
fe 400
F Ast ≥ Amin F La condition de non fragilité est vérifiée
†Remarque:
Lorsqu’il y a un risque de soulèvement (Mt<0), on procède de la manière suivante :
9 M > 0 on aura : Ast(1) et Asc(1) .
9 M < 0 on aura : Ast(2) et Asc(2) .
F Les armatures dans la section seront :
⎧⎪ Asup = max( Asc(1) , Ast(2) )

⎪⎩ Ainf = max( Ast , Asc )
(1) (2)

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 28 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études
Travée « i » n o p q
Mu (KN.m) 88.84 -65.09 167.2 142.34 2.28 -26.09 173.51
µ 0.053 0.039 0.1 0.085 0.001 0.016 0.103
µl (fe=400MPa) 0.39 0.39 0.39 0.39 0.39 0.39 0.39
Dimensionnement à l’ELU

Asc (cm²) 0 0 0 0 0 0 0
α 0.068 0.049 0.131 0.111 0.002 0.020 0.137
yu (m) 0.046 0.033 0.088 0.074 0.001 0.013 0.092
Z (m) 0.652 0.57 0.635 0.640 0.67 0.665 0.633
Ast théorique (cm²) 3.92 2.85 7.85 6.39 0.1 1.13 7.88
Amin (cm²) 2.22 2.22 2.22 2.22 2.22 2.22 2.22
Asup théorique (cm²) 0 2.85 0 0 0 2.22 0
Ainf théorique (cm²) 3.92 0 7.58 6.39 2.22 0 7.88
3 HA 12 3 HA 10
Asup Réelle choisie (cm²) 0
3.39 cm²
0 0 0
2.35 cm²
0
3 HA 14 3 HA 12 3 HA 14
3 HA 14 3 HA 10
Ainf Réelle choisie (cm²) 4.61 cm²
0 3 HA 12 3 HA 12
2.35 cm²
0 3 HA 12
8 cm² 6.78 cm² 8 cm²
y1 (m) 0.154 0.134 0.194 0.182 0.114 0.114 0.195
Vérification à l’ELS

4
ISRH/AN ( m ) 0.0022 0.0017 0.0034 0.0030 0.0012 0.0012 0.0035

Ms (KN.m) 64.73 -46.86 121.66 103.6 0.9 -18.04 126.63

σbc (MPa) 4.53 3.7 6.95 6.29 0.09 1.72 7.05

σbc (MPa) 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2

σbc ≤ σbc ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)

Tab 13. Tableau des armatures longitudinales en travées.


IV.1.2/ Armatures longitudinales sur appuis :
Appui « i » (0) (1) (2) (3) (4) (5) (6)
Mu (KN.m) --- -66.38 -116.31 -51.91 -66.8 -112.6 ---
Dimensionnement à l’ELU

µ --- 0.040 0.069 0.031 0.040 0.067 ---


µl (fe=400MPa) --- 0.39 0.39 0.39 0.39 0.39 ---
Asc (cm²) --- 0 0 0 0 0 ---
α --- 0.050 0.090 0.039 0.050 0.087 ---
yu (m) --- 0.034 0.060 0.026 0.034 0.058 ---
Z (m) --- 0.656 0.646 0.659 0.656 0.647 ---
Ast théorique (cm²) --- 2.91 5.18 2.27 2.93 5.01 ---
Amin (cm²) --- 2.22 2.22 2.22 2.22 2.22 ---
3 HA 12 3 HA 12
3 HA 12 3 HA 10 3 HA 12
Ast Réelle choisie(cm²) ---
3.39 cm²
2 HA 12
2.35 cm² 3.39 cm²
2 HA 12 ---
5.65 cm² 5.65 cm
y1 (m) --- 0.134 0.168 0.114 0.134 0.168 ---
Vérification à l’ELS

ISRH/AN ( m4) --- 0.0017 0.0026 0.0012 0.0017 0.0026 ---

Ms (KN.m) --- -47.88 -83.89 -37.45 -48.18 -81.51 ---


σbc (MPa) --- 3.78 5.43 3.56 3.8 5.27 ---

σbc (MPa) --- 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 ---

σbc ≤ σbc --- ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ---

Tab 14. Tableau des armatures longitudinales sur appuis.


___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 29 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

IV.2/ Calcul des armatures transversales:


IV.2.1/ Calcul de l’effort tranchant réduit :
ˆ Pour les travées soumises uniquement à des charges réparties :

5
Vuréd = Vumax − ( .h.qu )
6
Appui « i » (0) (1) (2) (3) (4) (5) (6)
D G D G D G D G D G D G
qu (KN/m) 32.685 32.685 32.685 32.685 58.2225 58.2225 62.8875 62.8875 62.8875 62.8875 74.997 74.997

Vumax (KN) 76.2 143.24 26.01 66.36 518.38 158.11 156.13 161.58 87.68 115.13 206.71 161.32

Vumax
réd (KN) 57.14 124.18 6.95 47.3 484.41 124.15 119.45 124.9 51 78.45 162.96 117.57

Tab 15. Tableau des efforts tranchants réduits.


ˆ Pour les travées soumises à des charges réparties et à des forces concentrées:
œ Travée :
La position «a» de la force concentrée par rapport à l’appui le plus voisin est égale à 1.2 m et on a :
3.h 5
a = 1.2m > = 1.05m F Puréd = Pu , il vient alors que : Vuréd = Vumax − ( .h.qu ) .
2 6
Les résultats sont donnés dans le tableau qui précède.

œ Travée :
La position « a » de la force concentrée par rapport à l’appui le plus voisin est égale à 0.51m et on a :
h 3.h 2.a 2 × 0.51
= 0.35m < a = 0.51m < = 1.05m F Puréd = .Pu = (1.35 × 258.8 + 1.5 × 56) = 210.5 KN .
2 2 3.h 3 × 0.7

¾ Pour 0 < x < a = 0.51 m:


Vuréd ( x) = Vumax
réd = 484.41KN .

¾ Pour a< x < b = (5/6).h = 0.58 m :


Vuréd ( x) = Vumax
réd − Pu
réd
= 484.81 − 210.5 = 274.31 (KN ) .
¾ Pour b < x < l - b = 3.54 m :
Vuréd ( x ) = Vumax
réd − qu .( x − b ) − Pu
réd
= 307.68 − 58.2225 x (KN ) . Fig8.
¾ Pour l - b < x < l = 4.12 m :
Vuréd ( x ) = Vumax
réd − qu .(l − 2b ) − Pu
réd
= 101.57 (KN ) .
IV.2.2/ Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant :

On doit vérifier que : τu ≤ τu


−3
τ u : Contrainte tengentielle conventionnelle du béton : τ u = Vu = 518.38 ×10 = 2.58MPa
max

b0 d 0.3 × 0.67
τ u : Contrainte tengentielle admissible : τ u = min(0.2. f c 28 ;5 MPa) Pour une fissuration peu préjudiciable et
γb
pour un angle d’inclinaison des armatures α = 90°. F τ u = min(0.2. 22 ;5 MPa)=2.93MPa .
1.5
F τu ≤ τu

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 30 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

IV.2.3/ Pourcentage minimal des armatures transversales :


⎛ At ⎞ ⎛ At ⎞ 0.4b0 0.4× 0.3 −4 m
2

⎜ ⎟ ⎜ ⎟ = = = 5.10× 10 Pour fet = 235 MPa.
⎝ St ⎠ ⎝ St ⎠ min f et 235 m
⎛ At ⎞ ⎛ At ⎞ 0.4b0 0.4× 0.3 m2
⎜ ⎟≥⎜ ⎟ = = = 3 × 10−4 Pour fet = 400 MPa
⎝ St ⎠ ⎝ St ⎠ min f et 400 m
IV.2.4/ Diamètre minimal des armatures transversales :
h b
φt ≤ Min (φl ; ; 0 ) F φt ≤ min (14; 20; 30) =14mm F φt = φ6
35 10
On dispose d’un cadre + un étrier
At = 4 Ø6 = 1.13cm².

IV.2.5/ Espacement maximal des armatures :

S t = Min (0.9 d ; 40 cm ;15 Øl min si Asc ≠ 0) = Min (0.9 ×0.67; 40 cm) ≈ 40 cm F St = 40cm

IV.2.6/ Calcul des armatures transversales:

ˆ A/ Pour les travées soumises à des charges réparties et à des forces concentrées:
A partir de la règle de coûture, on détermine l’espacement initial S t 0 au droit de l’appui en assurant :
7cm ≤ S t 0 ≤ S t ; cette règle est donnée par
*ft28 = 1.92 MPa.
At b .γ .(τ réd ( x ) − 0.3.K . f t 28 ) * K= 1 (flexion simple, sans reprise de bétonnage
≥ 0 s u et en F.P.P)
. st ( x ) 0.9. f et .(sin α + cos α ) * γs =1.15.
* α = 90°.
At 0.345 Vuréd
≥ .(τ uréd ( x ) − 0.576) *τ =
réd
Î
st ( x ) 0.9 × f et u
b0 .d
On commencera par la travée la plus chargée pour avoir le diamètre définitif des armatures
transversales.
œ Travée :
V réd 484.41× 10−3
Pour x = 0; Vuréd (0) = 484.41KN F τ uréd = u = = 2.41MPa
b0 .d 0.3 × 0.67
A 0.345
F t ≥ .(2.41 − 0.576) = 29.92 cm ² Or At = 4 Ø6 = 1.13cm²
St 0 0.9 × 235 m
At 1.13 ×10−4
F St 0 ≤ = = 3.78cm < 7cm
29.92 × 10−4 29.92 × 10−4
F On doit augmenter la section des aciers transversaux F Soit un cadre + un étrier HA8 (HA)
A 0.345
F At = 4 Ø 8 = 2.01cm² F t ≥ .(2.41 − 0.576) = 17.51 cm ²
St 0 0.9 × 400 m
At 2.01×10−4
F St 0 ≤ = = 11.43cm
29.92 × 10−4 17.51×10−4
F Soit St0 = 11 cm.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 31 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

At ⎛ At ⎞ Répartition des
St
x Vuréd ( x ) τ uréd ( x ) ⎜ ⎟ Choix St Choisie armatures
(m) St ⎝ St ⎠ min (cm²/m) théorique (cm) Cumulé
(KN) (MPa) (m) Nombre
(cm²/m) (cm²/m) (cm)
0 484.41 2.410 17.57 3 17.57 0.1143 6 1×6 6
0.11 484.41 2.410 17.57 3 17.57 0.1143 9
0.22 484.41 2.410 17.57 3 17.57 0.1143 9
0.33 484.41 2.410 17.57 3 17.57 0.1143 9 5× 9
0.44 484.41 2.410 17.57 3 17.57 0.1143 9
0.51 484.41 2.410 17.57 3 17.57 0.1143 9 51
0.58 274.31 1.364 7.55 3 7.55 0.2672 25
0.69 267.5 1.330 7.22 3 7.22 0.2784 25
0.8 261.10 1.299 6.93 3 6.93 0.290 25
0.91 254.7 1.267 6.63 3 6.63 0.3031 30 3 × 25
1.02 248.29 1.235 6.32 3 6.32 0.3180 30
1.13 241.88 1.203 6.01 3 6.01 0.3344 30
1.24 235.48 1.171 5.71 3 5.71 0.3520 30 126
1.35 229.08 1.139 5.40 3 5.40 0.3722 30
1.46 222.67 1.107 5.09 3 5.09 0.3949 30
1.57 216.27 1.076 4.79 3 4.79 0.4196 40
2 × 30
1.68 209.86 1.044 4.49 3 4.49 0.4476 40
1.79 203.46 1.012 4.18 3 4.18 0.4808 40
1.9 197.05 0.980 3.87 3 3.87 0.5193 40 186
2.01 190.65 0.948 3.57 3 3.57 0.5630 40
2.12 184.24 0.916 3.26 3 3.26 0.6165 40
2.23 177.84 0.884 2.95 3 3 0.670 40
2.34 171.44 0.852 2.65 3 3 0.670 40
2.45 165.03 0.821 2.35 3 3 0.670 40
2.56 158.63 0.789 2.05 3 3 0.670 40
2.67 152.22 0.757 1.74 3 3 0.670 40
5 × 40
2.78 145.82 0.725 1.43 3 3 0.670 40
2.89 139.41 0.693 1.13 3 3 0.670 40
3 133.01 0.661 0.82 3 3 0.670 40
3.11 126.6 0.630 0.52 3 3 0.670 40
3.22 120.2 0.598 0.21 3 3 0.670 40
3.33 113.8 0.566 -0.09 3 3 0.670 40
3.44 107.4 0.534 -0.41 3 3 0.670 40
3.54 101.57 0.505 -0.68 3 3 0.670 40 386
3.65 101.57 0.505 -0.68 3 3 0.670 40
3.76 101.57 0.505 -0.68 3 3 0.670 40
3.87 101.57 0.505 -0.68 3 3 0.670 40 1 × 26
3.98 101.57 0.505 -0.68 3 3 0.670 40
4.12 101.57 0.505 -0.68 3 3 0.670 40 412
Tab 16. Tableau des armatures transversales pour la travée .

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 32 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

œ Travée :
Vuréd 124.18 ×10−3
Vurédmax = 124.18 KN F τ uréd = = = 0.617 MPa
b0 .d 0.3 × 0.67
At 0.345
F ≥ .(0.617 − 0.576) = 0.669 cm ²
St 0 0.9 × 235 m
At ⎛ At ⎞ At ⎛ At ⎞
⎟ = 5.01×10 cm² m F = ⎜ ⎟ = 5.1× 10−4 cm²
−4
F <⎜
St 0 ⎝ St 0 ⎠ min St 0 ⎝ St ⎠min m

A ⎛A ⎞
Pour Vurédmax on a trouvé que t = ⎜ t ⎟
St 0 ⎝ St ⎠ min
F On prévoit un espacement constant tout le long de la travée.
At = un cadre + un étrier Ø 6= 4 Ø 6 = 1.13cm²
At 1.13 ×10−4
F St 0 ≤ = = 0.22m
3 × 10−4 5.1× 10−4
F Soit St0 = 20 cm. Avec St = 40cm
Les armatures transversales sont alors réparties comme suit: 10/9×20/18/18/9×20/10.

ˆ B/ Pour les travées soumises uniquement à des charges réparties :


On constate que Vurédmax = 162.96 KN pour toutes les travées soumises uniquement à des charges
réparties et que :
Pour Vurédmax = 162.96KN :
Vurédmax 162.96 ×10−3
τ uréd = = = 0.810MPa
b0 .d 0.3 × 0.67
At 0.345 A ⎛A ⎞
≥ .(0.810 − 0.576) = 3.82 cm ² F t < ⎜ t ⎟ = 5.1× 10−4 cm²
St 0 0.9 × 235 m St 0 ⎝ St ⎠min m

At ⎛ At ⎞
F = ⎜ ⎟ = 5.1× 10−4 cm²
St 0 ⎝ St ⎠min m
At = un cadre + un étrier Ø 6= 4 Ø 6 = 1.13cm²
At 1.13 ×10−4
F St 0 ≤ = = 0.22m
5.1×10−4 5.1×10−4
F Soit St0 = 20 cm. Avec St = 40cm
Suivant la règle de « CAQUOT » on obtient la répartition suivante :

Travée « i »
Répartition en cm
Mi travée Gauche Mi travée droite
o Î 10/20/25/35/18 18\35\25\20\10 Ã
q Î 10/2×20/2×25/2×35/2×40 2×40\2×35\2×25\2×20\10 Ã
Î 10/20/25/35/40/21.5 21.5\40\35\25\20\10 Ã
Î 10/2×20/2×25/2×35/40/35 35\40\2×35\2×25\2×20\10 Ã
Tab 17. Tableau des armatures transversales pour les travées
soumises uniquement à des charges réparties.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 33 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

IV.3/ Vérification des appuis:


IV.3.1/ Aciers de glissement :
ˆ Pour un appui de rive : Vu Avec : fsu = 347.8 MPa.
Ag ≥
f su
ˆ Pour un appui intermédiaire:
MU MU
Vu ,G − Vu , D −
A g,G ≥ Z ; A g,D ≥ Z Avec : Z : bras de levier = 0.9×d = 0.603
f su f su
max max
Appui Vu (KN) Mu AG (cm²) AG réelle (cm²)
« i » Gauche Droite (KN.m) Gauche Droite Gauche Droite
Prolonger les armatures de flexion
(0) --- 76.2 0 --- 2.19 --- de la travée au delà de l’appui
3HA14=4.61 cm²
Prolonger les armatures de flexion Prolonger les armatures de
(1) 143.24 26.01 66.38 0.95 - 2.4 de la travée au delà de l’appui montage de la travée au delà
3HA14=4.61 cm² de l’appui 3HA8 =1.5cm²
Prolonger les armatures de flexion
Prolonger les armatures de
de la travée au delà de l’appui
(2) 66.36 518.38 116.31 -3.63 9.35 montage de la travée au delà de
3HA14+3HA12=8cm² on ajoute
l’appui 3HA8 = 1.5 cm²
3HA8 = 1.5cm²
Prolonger les armatures de flexion Prolonger les armatures de flexion
(3) 158.11 156.13 51.91 2.07 2.01 de la travée au delà de l’appui de la travée au delà de l’appui
3HA14=4.61cm² (1nappe suffit) 3HA12=3.39cm² (1nappe suffit)
Prolonger les armatures de flexion Prolonger les armatures de flexion
(4) 161.58 87.68 66.8 1.46 -0.66 de la travée au delà de l’appui de la travée au delà de l’appui
3HA12=3.39cm² (1nappe suffit) 3HA10=2.35 cm²
Prolonger les armatures de flexion Prolonger les armatures de flexion
(5) 115.13 206.71 112.6 -2.05 0.574 de la travée au delà de l’appui de la travée au delà de l’appui
3HA10= 2.35 cm² 3HA14 = 4.61 cm²(1nappe suffit)
Prolonger les armatures de flexion
(6) 161.32 --- 0 4.64 --- de la travée au delà de l’appui ---
3HA14 = 4.61 cm² (1nappe suffit)
Tab 18. Tableau de calcul des aciers de glissement.
IV.3.2/ vérification de la bielle comprimée :
ˆ Pour un appui de rive :
2Vumax 0.8. f c 28
Il faut que : σ b = ≤ = 11.73MPa
a.b0 γb
Avec : σb = Contrainte de compression dans le béton
a = la-enrobage-2cm et la : largeur de l’appui.
e = enrobage =2.5cm.
ˆ Pour un appui intermédiaire:
Il faut que : σ b =
2Vumax 0.8. f c 28
a.b0

γb
{
Avec : Vumax = max Vu , D ; Vu ,G }
Appui « i » Largeur de l’appui (m) a (m) Vu (KN) σ b (MPa) σb ≤ 11.73MPa
(0) 0.22 0.175 76.2 2.91 ( Ok)
(1) 0.3 0.255 143.24 3.75 ( Ok)
(2) 0.4 0.355 518.38 9.73 ( Ok)
(3) 0.4 0.355 158.11 2.97 ( Ok)
(4) 0.4 0.355 161.58 3.03 ( Ok)
(5) 0.4 0.355 206.71 3.88 ( Ok)
(6) 0.22 0.175 161.32 6.14 ( Ok)
Tab 19. Tableau de vérification de la bielle comprimée.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 34 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

V/ VÉRIFICATION DE LA FLÈ CHE DE LA POUTRE:


La vérification de la flèche est une justification vis-à-vis de l’état limite de service. Elle devient
inutile si les conditions suivantes sont satisfaites :
1 h ≥ 1 = 0.0625 Avec :* M0 : Moment de la travée de référence
l 16
2 h 1 Mt
≥ . * Mt : Moment maximal en travée
l 10 M 0

3 A 4.2 4.2 * A : Section d’acier tendu en travée


≤ = = 0.00105
b0 × d f e 400
La vérification de ces trois conditions pour les différentes travées de la poutre sera récapitulée
dans le tableau qui suit :

Travée « i » n o p q
h (m) 0.7 0.7 0.7 0.7 0.7 0.7
l (m) 4.16 2.16 4.12 5.04 3.03 4.9
h/l 0.168 0.324 0.169 0.138 0.231 0.142
Condition c ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)
Mt (KN.m) 64.73 -46.86 121.66 103.6 0.9 126.63
M0 (KN.m) 91.34 10.53 185.94 145.04 51.47 161.75
(1/10)× (Mt / M0) 0.070 0.445 0.065 0.071 0.001 0.078
Non
Condition d ( Ok)
vérifiée
( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)

A (cm²) 4.61 3.39 8 6.78 2.35 8.29


b0 (m) 0.3 0.3 0.3 0.3 0.3 0.3
d (m) 0.67 0.67 0.67 0.67 0.67 0.67
A/(b0×d) 0.00229 0.00168 0.0039 0.0033 0.0011 0.0041
Condition e ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)
Vérification de la flèche Non utile Utile Non utile Non utile Non utile Non utile

Tab 20. Conditions de vérification des flèches.

Etant donné que la poutre ne supporte pas des cloisons, on peut utiliser la méthode forfaitaire
énoncée par le BAEL pour la vérification de la flèche dans la travéeo :
M ser × l 2
Calculons : f i = tel que :
10.Ei .I fi
1.1× I 0
• I fi = .
1 + λi .µ
• I0 : Moment d’inertie de la section totale rendue homogène.
h
(b.h). + 15. Ast .d
= 1 + 2 + 15. Ast (d − V1 ) 2 ; X G = V1 = ∑ i i =
. 3 bV
bV . 3 x .S 2
I 0 = I STRH
G 3 3 ∑ i RH
S = S (b .h ) + +15. Ast
V2 = h − V1
0.05. ft 28 A
• λi = , ρ=
b
ρ .(2 + 3. 0 ) b0 .d
b
1.75. f t 28 M
• µ = 1− , σ s = 15 × ser ( d − y1 )
4.ρ .σ s + f t 28 I Gx
• Ei = 11000 3 f c 28
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 35 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Application numérique :
46.86 × 10−3
σ s = 15 × (0.67 − 0.134) = 221.62 MPa
0.0017
3.39 ×10−4 1.75 × 1.92
ρ= = 0.00168 F µ = 1 − = 0.985
0.3 × 0.67 4 × 0.00168 × 221.62 + 1.92
0.05. f t 28 0.05 × 1.92
λi = = = 11.428
ρ .(2 + 3. )
b0 0.00168 × (2 + 3 × 1)
b
0.7
(0.3 × 0.7). + 15 × 3.39 × 10−4 × 0.67
X G = V1 = 2 = 35.75cm F V2 = 0.7 − 0.3575 = 34.25cm
(0.3 × 0.7) + 15 × 3.39 × 10−4

0.3 × (0.3475)3 0.3 × (0.3425)3


I 0 = I STRH = + + 15 × 3.39 × 10−4 (0.67 − 0.3475) 2 = 0.0087m4
G 3 3
1.1× 0.0035
F I fi = = 7.8 × 10−4 m 4
1 + (11.428 ×1.5166)
Ei = 11000 3 22 = 30822.4MPa
46.86 ×10−3 × 2.162
F fi = = 0.0009m
10 × 30822.4 × 7.8 ×10−4
2.16
Or la flèche admissible est limité à : f admi = = 0.00432m car L<5m.
500
F fi ≤ f admi F La flèche est vérifiée.
VI/ VÉRIFICATION VIS-A-VIS LE POINÇONNEMENT :
Sous l’effet d’une charge concentrée importante, la poutre risque de subir le phénomène de
poinçonnement par excès de cisaillement qui induit une contrainte de traction inclinée de 45°.
La contrainte de traction principale σ1, perpendiculairement à la fissure, en absence de compression,
σ1 vaut ± τ et la fissure est inclinée de 45° par rapport à l’horizontale.

Fig. 9. Effet du poinçonnement.


⎛1 ⎞ 2
L’équilibre s’écrit : σ1 × aire du cône × cos 45° = N F τ ⎜ × 2π h × h 2 ⎟ × =N
⎝2 ⎠ 2
f f
Pour τ = τ = 0.045 × c 28 F N u ≤ N u = 0.045 × µ × h × c 28
γb γb
Avec µ = π × h = c’est le périmètre du cône à mi-épaisseur.
F Vérifions donc pour toutes les travées supportant des charges concentrées si: Nu ≤ Nu
22
N u = 0.045 × 3.14 × .7 2 × = 1.015MN
1.5
œ Travée : Nu =83.855 KN = 0.083355 MN F Nu ≤ Nu .
œ Travée : Nu = 433.38 KN = 0.43338 M N F Nu ≤ Nu .
F La poutre est vérifiée vis-à-vis le poinçonnement.
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 36 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

VII/ ARMATURES EN BARRES BATEAUX :


Vu la présence des charges concentrées sur certaines travées de la poutre, il faut donc assurer leur
levage avec des armatures en barres bateaux à l’endroit où ils se situent, et ils sont données par :
Pu
AS ≥
2. f su

œ Travée : F. AS ≥ 0.083355 = 1.7cm ² soit 3 HA10 = 2.35cm²


2 × 347.8
œ Travée : F. AS ≥ 0.43338
= 8.82cm ² soit 3 HA16 = 9.42cm².
2 × 347.8
Fig10. Armatures en barres bateaux

VIII/ ARRETS DES BARRES :


Seules les travées , et ; et les appuis (2) et (5) : qui ont besoin d’un calcul des arrêts des barres
puisque les armatures sont disposées sur plus qu’une nappe dans la section de béton considérée.
Ce calcul d’arrêts de barres peut se faire avec une méthode analytique ou une autre graphique.
Dans la suite on s’intéressera à la méthode graphique.
La méthode graphique consiste à tracer les courbes enveloppes donnant la variation des moments
réels, que se soit pour la travée ou pour l’appui, puis on les décale de 0.8 h vers les cotés ou les moments
s’annulent. Ensuite on trace les droites horizontales correspondant aux moments équilibrés par la section
d’acier pour les différents lits d’armatures M i = Ai .σ s .Z b , avec Zb est le bras de levier utilisé à chaque
fois pour le calcul des sections d’aciers dans les sections des moments extrêmes.
Ensuite en calculant les longueurs d’ancrages la, données par :
9 la = ls : pour des ancrages droits.
9 la = 0.4×ls : pour des ancrages courbes des barres HA.
9 la = ls : pour des ancrages des barres ronds lisses.
On raccorde les courbes correspondant aux différents lits d’armatures par des segments
inclinés sur la distance horizontale la, de façon à tracer un ligne brisée enveloppant la courbe décalée
des moments.
Travée « i » Travéep Travée q Travée Appui (2) Appui (5)
Nappe 1 3HA14 4.61 3HA12 3.39 3HA14 4.61 3HA12 3.39 3HA12 3.39
A (cm²)
Nappe 2 3HA12 3.39 3HA12 3.39 3HA12 3.39 2HA12 2.26 2HA12 2.26
τs= 0.6× (1.5)²×fc28 24.75 24.75 24.75 24.75 24.75
φ f Nappe 1 5.66 4.85 5.66 4.85 4.85
ls = . e (cm)
4 τs Nappe 2 4.85 4.85 4.85 4.85 4.85
Bras de levier Zb (m) 0.635 0.640 0.633 0.646 0.647
σs = fsu (MPa) 347.8 347.8 347.8 347.8 347.8
M1 (KN.m) 101.81 75.45 101.5 76.16 76.28

M 2 (KN.m) 74.86 75.45 74.63 50.77 50.85


Tab 21. Tableau de calcul des moments équilibrés par les sections d’aciers.
‡Expressions des moments maximaux en travées et sur appuis :
œ Travée :
q.x l −a x x
M ( x) = .(l3 − x ) + F . 3 .x + M 2(3) .(1 − ) + M 3(2) . pour x ≤ a
2 l3 l3 l3
q.x l −a x x
M ( x) = .(l3 − x) + F . 3 .x − F ( x − a) + M 2(3) .(1 − ) + M 3(2) . pour x ≥ a
2 l3 l3 l3
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 37 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

58.2225 2
M ( x) = − x + 518.2227 x − 115.64 pour x < a
F 2 (KN.m)
58.2225 2
M ( x) = − x + 84.8427.x − 105.3838 pour x ≥ a
2
œ Travée :
q.x x x
M ( x) = .(l4 − x) + M 3(3) .(1 − ) + M 4(2) .
2 l4 l4
62.8875 2
F M ( x) = − x + 155.9824.x − 51.1 (KN.m)
2

œ Travée :
q.x x x
M ( x) = .(l5 − x) + M 4(3) .(1 − ) + M 5(2) .
2 l5 l5
62.8875 2
F M ( x) = − x + 82.9313.x − 52.4 (KN.m)
2

œ Travée :
q.x x x
M ( x) =
.(l6 − x) + M 5(3) .(1 − ) + M 6(2) .
2 l6 l6
74.997 2
F M ( x) = − x + 206.1569357.x − 109.83 (KN.m)
2

œ Appui (2) : Mu = - 116.31 KN.m.


œ Appui (5) : Mu = - 112.6 KN.m.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 38 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 39 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE IV:

PARTIE C:

I/INRODUCTION :
Une dalle est un élément, ayant une épaisseur faible par rapport aux deux autres dimensions en plan.
Dans un plancher, on appelle "Panneau de dalle" les parties de dalles limitées par des poutres ou
des raidisseurs ou aussi par des voiles.
Pour le plancher du parking et les panneaux de forme irrégulière, on a opté pour les dalles pleines.

Dalle type 1 Dalle type 2 Dalle type3


Fig.1 : géométrie des dalles pleines

II/ETUDE DU PANNEAU DE DALLE RECTANGULAIRE (TYPE 1)


II.1/ Pré-dimensionnement :
Ce panneau appartient à la dalle pleine du sous sol 1. Les
données géométriques sont représentes dans la figure 2.
l 3.67
α= y = = 0.56 ≥ 0.4
lx 6.54
FLa dalle porte dans les deux sens
h0 est l’épaisseur de la dalle qui doit vérifier la
condition suivante :
l
h0 ≥ x Pour une dalle continue: Fig2 : données géométriques
40
F h0 ≥ 9 cm.
Le panneau de dalle étudié fait partie du plancher du parking (sous-sol 1) où le risque d’incendie
est très probable.
L’épaisseur minimale pour que la dalle résiste est donnée par la formule suivante :
α × ∆θ × (l 'w + l 'e )
hmin = θ
2 × ΩR
∆θ 2.Ω 2 × 0.1
Avec : .10−2 = −3 ' g ' = −3 = 34.06
hmin 10 .(lw + le ) 10 .(0.8 × 3.67 × 2)
αθ = 10-5 : Coefficient de dilatation thermique du béton.
Ω R = {0.25 RL;0.1 HA;0.08 TS }
⎧0.8 × lx : travée continue ⎫
l 'i = ⎨ ⎬
⎩lx : travée de rive ⎭
Par interpolation hmin = 17 ≤ h 0 F L’étude de sécurité d’incendie n’est pas exigée
F on prend h = 21 cm.
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 40 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

II.2/ Evaluation des charges :


⎪⎧ Pu = 1.35G + 1.5Q = 1857 daN / m
2
2 2
G = 820 daN/m ; Q = 500 daN/m F ⎨
⎪⎩ Pser = G + Q = 1320daN / m
2

II.3/ Détermination de sollicitations


II. 3.1./ Moments fléchissant dans le panneau isolé :
α = 0.57 F La dalle porte dans les deux sens
1
= 8.79 × 10−2 ; µ y = α 2 ⎡1 − 0.95 (1 − α ) ⎤ = 0.256 > 0.25
2
µx =
8 (1 + 2.4α )
3 ⎣ ⎦
D’où les moments pour une bande de largeur unité vaut :
M 0 x = µ x .Pu .lx2 = 21.99 KN .m / m ; M 0 y = µ y M 0 x = 5.63KN .m / m
II. 3.2/ Moments fléchissant dans le panneau réel
Les moments dans les panneaux réels sont pris égaux aux moments "isostatiques" multipliés par
des coefficients forfaitaires. Dans notre cas le panneau est intermédiaire (continu sur ses quatre bords)
donc : Mtx = 0.75 M0x =16.49 KN.m/m
Max = May = - 0.5 M0x = - 10,995 KN.m/m
Mty = 0.75 M0y = 4.22 KN.m/m;
Pour Mty il y a une valeur minimale à respecter. Il s’agit d’un chargement reparti
Mtx
F Mty ≥ F ( Ok)
4
II.4/ Calcul des armatures longitudinales :
Le calcul des armatures longitudinales est réalisé pour une section rectangulaire de largeur
unitaire, travaillant à la flexion simple. La totalité de calcul sera représentée dans le tableau suivant :
En travée« sens lx » En travée « sens ly » Sur appuis
M u ( KN .m / m) 16.49 4.22 10.995
Mu
Dimensionnement à L’ELU

µbu = 0.039 0.01 0.026


b × d 2 × fbu
µl = 0.39( f e = 400MPa) > µbu ( Ok) ( Ok) ( Ok)
Asc (cm 2 ) 0 0 0

(
α = 1.25 × 1 − 1 − 2 µ ) 0.049 0.012 0.033

yu = α .d (m) 0.009 0.002 0.006


Z (m) = d − 0.4 yu 0.181 0.184 0.183
Mu
Ast (cm 2 / ml ) = 2.62 0.66 1.73
Z × f su
Tab1. Tableau de calcul des armatures longitudinales
II.5/Section minimale d’armatures :
a/ Bande suivant ly
⎧12h0 : ronds lisses

Ay min = ⎨8h0 : f e = 400 MPa ; Dans notre cas f e = 400 MPa ⇒ Ay min = 8h0 =1.68cm 2
⎪6h : f = 500 MPa
⎩ 0 e
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 41 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Aty = 0.66 cm 2 ≤ A ymin ⇒ Aty = A ymin = 1.68 cm 2 / m


Aay = 1.74 cm 2 / m ≥ A ymin ( OK )

b/ Bande suivant lx
3 −α
Ax min = Ay min × = 2.05 cm 2 / m; A tx = 2.62 cm 2 ≥ Ay min ( OK ) ; Aax = 1.73 cm 2 ≤ Ay min ⇒ Aax = Ay min
2
II.6/choix des aciers
II.6 .1/ Disposition constructives
h0 210
φ≤ = = 21mm
10 10
a/ En travée « sens lx »

⎧charge répartie ⎫
⎪ ⎪ ⎧3h0
⎨ ⊕ ⎬ ⇒ S tx ≤ Min ⎨ = 33 cm
⎪ fissuraion peu préjudiciable ⎪ ⎩33 cm
⎩ ⎭
Atx = 2.62 cm 2 / m ⎫⎪
⎬ ⇒ On choisit 6 HA8 / m ( s = 16.5 cm )
Stx ≤ 33 cm ⎪⎭
b/ En travée « sens ly »

⎧charge répartie ⎫
⎪ ⎪ ⎧4h0
⎨ ⊕ ⎬ ⇒ S ty ≤ Min ⎨ = 45 cm
⎪ fissuraion peu préjudiciable ⎪ ⎩45 cm
⎩ ⎭
Aty = 1.68 cm / m ⎫⎪
2

⎬ ⇒ On choisit 4 HA8 / m ( s = 25 cm )
Sty ≤ 45 cm ⎪⎭
c/ Sur appui
Aax = 2.05 cm 2 / m ; Stx ≤ 33 cm F On choisit 5HA8/m (s = 20 cm)

Aay = 1.74 cm 2 / m ; Stx ≤ 45 cm F On choisit 4HA8/m (s = 25 cm)

II.7/La nécessite des armatures transversales

⎧ lx 1
Charge uniformément répartie ⎫ ⎪vx = P 2 × α ⎧ v = 26.62 KN / m
⎪ ⎪ 1+
⊕ ⎬ ⇒⎨ 2 ⇒ ⎪⎨ x
⎪ ⎪ lx ⎪⎩ v y = 22.72 KN / m ≤ v x ( OK )
α ≥ 0.4 ⎭ v = P ≤ v
⎪⎩ y 3
x

Pour les dalles coulées sans reprise de bétonnage sur leur épaisseur, on n’a pas besoin des armatures
0.07 × f cj v max
transversales, si on vérifie: τ u ≤ ; Avec τ u = u
γb b.d
26.62 ×10−3 0.07 × 22
τu = = 0.144MPa ≤ = 1.026 MPa ( Ok)
1× 0.185 1.5
F Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 42 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

II.8/Arrêt des armatures


œ En travée « sens lx » : On alterne 3 HA8 /ml filantes
3 HA8 /ml arrêtés à 0.1 × 3.67 ≈ 0.335 m de la rive
œ En travée « sens ly » : On alterne 2 HA8 /ml filantes
2 HA8 /ml arrêtés à 0.1 × 3.67 ≈ 0.345 m de la rive
⎧ ⎧ φ fe
⎪ ⎪ls = 4 × τ = 30.8cm
⎪l = Max ⎪ s
⇒ l1 ≈ 75cm
⎪ 1 ⎨

⎪0.25 0.3 + M ⎤
⎪ ⎥ lx = 73.4cm
ax
œ Sur appuis : ⎪ ⎢
⎨ ⎩ ⎣ M 0x ⎦

⎪ ⎧ls = 30.8 cm
⎪l2 = Max ⎪⎨ l ⇒ l2 ≈ 40cm
⎪ 1
⎪⎩ 2 = 36.7 cm
⎩⎪

Fig3.Armatures en travées

Fig4.Armatures sur appuis

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 43 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III/ETUDE DU PANNEAU DE DALLE DE FORME TRIANGULAIRE


(TYPE 2) :
III.1/ Pré-dimensionnement :
Il s’agit d’une dalle de forme triangulaire droite appuyée sur ses trois cotés ; son épaisseur h doit
l l
vérifier la condition suivante: ≤h≤ F On prend h = 25 cm pour conserver l’épaisseur du
30 20
plancher à corps creux..
III.2/ Evaluation des charges :
⎧⎪ P = 1.35G + 1.5Q = 1467 daN / m 2
G = 920 daN/m2 ; Q = 150 daN/m2 F ⎨ u
⎪⎩ Pser = G + Q = 1070daN / m
2

III.3/ Détermination du moment au centre :


Pa 2 3 sin A × sin B × sin c
Moment fléchissant: m = × ; Avec a = max des côtés
12 ( sin A + sin B + sin c )
1467 × 2.512 3 sin 90 × sin 45.8 × sin 44.2
mu = × = 276.19daN .m
12 ( sin 90 + sin 45.8 + sin 44.2 )
III.4/ Calcul des armatures longitudinales :
œ En travée Fig5 : données géométriques
−5
Mu 276.19 ×10
µbu = = = 0.004 ≤ µlu ⇒ Asc = 0 cm 2
b × d × fbu 0.225 × 12.46
2 2

( )
α = 1.25 × 1 − 1 − 2 µ = 0.005 ; yu = α .d (m) = 0.123 cm; Z (m) = d − 0.4 yu = 22.45 cm
Mu
Ast (cm 2 / ml ) = = 0.35 cm 2 / ml
Z × f su
f e = 400 MPa ⇒ Amin = 8h0 =2cm 2 /ml ≥ A st ⇒ A st = Amin = 2cm 2 /ml

⎧charge répartie ⎫
⎪ ⎪ ⎧3h0
⎨ ⊕ ⎬ ⇒ S tx ≤ Min ⎨ = 33 cm
⎪ fissuraion peu préjudiciable ⎪ ⎩33 cm
⎩ ⎭
Atx = 2 cm / m ⎫⎪
2

⎬ ⇒ On choisit 4 HA8 ( s = 25 cm )
Stx ≤ 33 cm ⎪⎭
œ En appui
Pour tenir compte du moment parasite sur appui, on dispose d’une quantité d’armature égale à
0.15 Ast = 0.3 cm2 .Soit 3HA8 =1.5 cm2

Fig6 : ferraillage de la dalle triangulaire


___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 44 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

IV/ETUDE DU PANNEAU DE DALLE DE FORME D’UN QUART DE CERLE


(TYPE 3) :
IV.1/ Pré-dimensionnement :
Il s’agit d’un balcon en un quart de cercle; son épaisseur h doit vérifier la condition suivante:
l l
≤h≤ F 13.1 cm ≤ h ≤ 19.7 cm .On prend h = 25 cm pour conserver l’épaisseur
30 20
du plancher à corps creux.
IV.2/ Evaluation des charges :
⎪⎧ Pu = 1.35G + 1.5Q = 1617 daN / m
2
2 2
G = 920 daN/m ; Q = 250 daN/m F ⎨
⎪⎩ Pser = G + Q = 1170daN / m
2

IV.3/ Détermination du moment fléchissant :


La dalle est supposée simplement appuyée sur les deux bords rectilignes
PR 2 1617 × 3.942
Moment fléchissant: m = = = 34.67 KN.m
7.24 7.24
II.4/ Calcul des armatures longitudinales :
œ En travée
Mu 34.67 ×10−3
µbu = = = 0.055 ≤ µlu ⇒ Asc = 0 cm 2
b × d 2 × fbu 0.2252 × 12.47
( )
α = 1.25 × 1 − 1 − 2 µ = 0.071 ; yu = α .d (m) = 0.016 cm; Z (m) = d − 0.4 yu = 21.86 cm
Mu
Ast (cm 2 / ml ) = = 4.56 cm 2 / ml
Z × f su
f e = 400 MPa ⇒ Amin = 8h0 =2cm 2 /ml ≤ Ast ( OK )
⎧charge répartie ⎫
⎪ ⎪ ⎧3h0
⎨ ⊕ ⎬ ⇒ S tx ≤ Min ⎨ = 33 cm
⎪ fissuraion peu préjudiciable ⎪ ⎩33 cm
⎩ ⎭
Atx = 4.56 cm / m ⎪⎫
2

⎬ ⇒ On choisit 6 HA10 ( s = 16.5 cm )


Stx ≤ 33 cm ⎪⎭
œ En appui
Pour tenir compte du moment parasite sur appui, on dispose d’une quantité d’armature égale à
0.15 Ast = 0.68 cm2 .Soit 3HA8 =1.5 cm2

Fig 7 : ferraillage la dalle

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 45 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE V:

I/INTRODUCTION :
Dans ce chapitre, on traite le dimensionnement et la vérification de deux poteaux, le premier est de
section rectangulaire et le second est de section circulaire. Tous les deux sont soumis à la compression
simple.

II/POTEAU DE SECTION RECTANGULAIRE


II.1/ Evaluation de charges :
Ce poteau est implanté au niveau de sous-sol 2, il est soumis aux efforts de compression suivants :
⎧ Pu = 1.35G + 1.5Q = 1408.5KN
G = 819 KN ; Q = 201.9 KN F ⎨
⎩ Pser = G + Q = 1020.9 KN
II.2/ Pré -dimensionnement :
La section de coffrage n’est pas imposée. On se propose une section carrée de côte « a ». Ce dernier
sera déterminé de telle manière que l’élancement « λ » soit inférieur à 35 pour faire participer toutes les
armatures dans la résistance.
12
Or pour une section carrée l’élancement λ = .l f ; avec lf = K.l0
a
On suppose que K = 1 (Cas le plus défavorable).
12.l f 12 ×1× 3.95
D’où : λ ≤ 35 F a ≥ = = 39.1cm F Soit a = 40 cm.
35 35
L’hypothèse de K = 1 est confirmée puisque une des raideurs des poutres est inférieure à celle du
poteau.
a4 b.h3 0.22 × 0.753
I I
R0 = 0 = 12 = 5.4 × 10−4 m3 ; R1 = 1 = 12 = 12 = 16 × 10−4 m3
l0 3.95 l1 4.81 4.81
0.22 × 0.53
I 12
R2 = 2 = = 4.76 × 10−4 m3 F R2 < R0
l2 4.81
II.3/Armature longitudinales :
9 Elancement de la section:
12 12 0.85
λ = Lf = 3.95 × = 34.208 .λ ≤ 50 F α (λ ) = 2
= 0.71
a 0.4 ⎛ λ ⎞
1 + 0.2 × ⎜ ⎟
⎡ k .N u Br . f c 28 ⎤ γ s ⎝ 35 ⎠
Asc = ⎢ − ⎥. ≤ 0
⎣ α ( λ ) 0.9γ b ⎦ f e
On prendra la section d’acier minimale
⎧4cm 2 par métre de perimétre ⎫
⎪⎧6.4 cm
2
⎪ ⎪
Amin = max ⎨ 2 B ⎬ = max ⎨ 2
= 6.4 cm 2 ; F Asc = Amin = 6.4cm ²
⎪ ⎪ ⎪⎩3.2 cm
⎩1000 ⎭
F Soit Asc = 4 HA12 + 4HA10

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 46 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

9 Dispositions constructives :
⎧40 cm 40 − 2.5 × 2
di ≤ min ⎨ = 40 cm ; F d i = = 17.5 cm ≤ 40 cm ( Ok)
⎩a+10 cm 2
II.4/Vérification à L’ELS :
Ps 1020.9 ×10−3
Il faut vérifier σ bc ≤ 0.6 f c 28 avec : σ bc = = = 6.01 MPa ≤ σ bc = 13.2MPa
B + 15 Asc 0.42 + 15 × 6.53 ×10−4
F ( Ok)
II. 5/Armatures transversales :
φlmoy
Pour les armatures transversales φt ≤ 12 mm et φt ≥ F φt = 6 mm
3
9 Espacement en zone courante :
⎧40cm ⎫
⎪ ⎪
St ≤ min ⎨a + 10cm ⎬ = 15cm
⎪15φ min ⎪
⎩ l ⎭
F Soit St = 15 cm.
9 Espacement en zone de recouvrement:
φ max fe
lr = 0.6 × ls = 0.6 × . = 27.77cm
4 0.6× (1.5)². ft 28
Avec : * lr : Longueur de recouvrement.
* ls : Longueur de scellement.
F Soit lr = 30cm.
30 − 2 × 5
Dans la zone de recouvrement, il faut placer au moins 3 nappes F st = = 10 cm
2

Fig1. Schéma de ferraillage du poteau rectangulaire

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 47 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III/POTEAU DE SECTION CIRCULAIRE :

Il s’agit d’un poteau implanté au sous-sol 2 dont la forme et le diamètre sont imposés par
l’Architecte (D =35 cm)
III.1/ Evaluation de charges :

⎧ Pu = 1.35G + 1.5Q = 64.88 KN


G = 28.5 KN ; Q = 17.6 KN F ⎨
⎩ Pser = G + Q = 46.1 KN
III.2/Armature longitudinale
⎡ k .N u Br . f c 28 ⎤ γ s
Asc = ⎢ − ⎥ . = 11.89 cm
2

⎣ α ( λ ) 0.9γ b ⎦ f e
9 K = 1. Puisque la raideur des poutres est inférieure à celle du poteau.
π .D 4 0.22 × 0.253
I0 I
R0 = = 64 = 1.86 × 10−4 m3 ; R1 = 1 = 12 = 0.72 × 10−4 m3
l0 3.95 l1 3.95
F R1< R0 F K = 1
π .( D − 2)
2

9 Br = = 8.55 × 10−2 m 2
4
lf
9 λ= ; l f = Longueur de flambement du poteau = K × l0 Avec : l0 =longueur
i
libre de poteau. K= 1 F l f = l0 = 3.95 m.
I π D4 4 395
Le rayon de giration i = = × = 8.75 cm ; λ = = 45.14
B 64 π D 2
8.75
0.85
9 α (λ ) = 2
= 0.638
⎛λ ⎞
1 + 0.2 ⎜ ⎟
⎝ 35 ⎠
⎡ 64.88 ×10−3 8.55 ×10−2 × 22 ⎤ 1.15
Asc = ⎢ − . ≤ 0 ⇒ Asc = Amin
⎣ 0.638 0.9 ×1.5 ⎦⎥ 400
⎧4cm 2 parmétre de perimétre ⎫
⎪⎧4.4 cm
2
⎪ ⎪
Amin = max ⎨ 2 B ⎬ = max ⎨ 2
= 4.4 cm 2
⎪ ⎪ ⎪⎩1.9 cm
⎩1000 ⎭

9 Dispositions constructives :
Le nombre minimal des barres dans un poteau circulaire est 6. Soit 6 HA10 = 4.71 cm2

III.3/Vérification à L’ELS :

Il faut vérifier σ bc ≤ 0.6 f c 28


Ps 46.1× 10−3
Avec : σ bc = = = 0.446 MPa ≤ σ bc = 13.2MPa
B + 15 Asc 9.62 ×10−2 + 15 × 4.71×10−4
F ( Ok)

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 48 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III.4/Armatures transversales :
φlmoy
Pour les armatures transversales φt ≤ 12mm et φt ≥ F φt = 6 mm
3
9 Espacement en zone courante :
⎧40cm ⎫
⎪ ⎪
St ≤ min ⎨ D + 10cm ⎬ = 15cm
⎪15φ min ⎪
⎩ l ⎭
F Soit St = 15 cm.
9 Espacement en zone de recouvrement:
lr = 27.7cm Soit lr = 30 cm Dans la zone de recouvrement, il faut placer au moins 3 nappes
30 − 2 × 5
F st = = 10 cm
2

Fig2. Schéma de ferraillage du poteau circulaire

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 49 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE VI:

I/ INTRODUCTION
L’existence du parking au niveau du sous-sol a imposé des grandes portées pour assurer une
manœuvre aisée des véhicules. Cette exigence nous empêche d’opter pour le système poteaux poutres.
Aussi l’obligation de créer des poteaux naissants nous amène à utiliser des portiques pour bénéficier
d’avantage de l’hyperstaticité de ces éléments.
En béton armé, les liaisons au niveau des appuis du portique ne sont ni des encastrements parfaits, ni
des articulations parfaites, pour cela et afin d’éviter toute mauvaise surprise, il est plus prudent de
prendre l’enveloppe des armatures des deux cas « Bi-encastré » et « Bi-articulé ».

Fig1. Cas du portique Fig2. Cas du portique


Bi-encastré. Bi-articulé.

II/ DONNÉES DE CALCUL DU PORTIQUE


II.1/ Schéma de calcul du portique
Le chargement ainsi que la géométrie du portique sont représentés dans la figure 3:

Fig3. Schéma de calcul du portique


II.2/ Pré-dimensionnement
La traverse supporte une dalle pleine d’épaisseur h0 = 0.21m, sa section transversale sera considérée
comme une section en T .
D’après le règlement BAEL :
9 La largeur « b » de la table de compression est calculée comme l’indique le schéma ci
après :
L/10 = 7.19/10 = 72 ( L est la longueur de la travée)
F b = 2×(L/10)+b0
On doit vérifier que :
9 0.3d ≤ b0 ≤ 0.5 d, ainsi on prend b0 = 35 cm.
Vérifiées
9 Condition de non déversement : l ≤ 50 b0 et h ≤ 2.5 b 0
F b = 1.79 m
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 50 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

En ce qui concerne les poteaux, ils sont liés aux traverses par des nœuds rigides, d’où les inerties
des poteaux et de la traverse doivent êtres comparables pour pouvoir réaliser ces nœuds.
FFinalement la section des poteaux qui vérifie les conditions mentionnées précédemment est
une section rectangulaire bp × hp = 35cm × 80cm.
III/ CALCUL DES SOLLICITATIONS :
Les sollicitations dues à l’ensemble des charges permanentes et d’exploitation dans les différentes
sections sont calculées à l’aide du logiciel RDM6.

Portique bi encastré
Poteau gauche Traverse Poteau droite
Appui Appui
En pied En tête Travée En pied En tête
gauche droite
Moment ELU 380.6 -603.7 -603.7 647.9 -711.7 272.6 -711.7
fléchissant
(KN.m) ELS 274.2 -434.3 -434.3 467.7 512.5 196 -512.5
Effort ELU 338.2 338.2 -407.5 -- 682.7 -338.2 -338.2
tranchant
(KN) ELS 243.5 243.5 -292.8 -- 492.1 -243.5 -243.5

Effort normal ELU 1816 1816 338.2 338.2 338.2 760.2 760.2
(KN) ELS 1314 1314 243.5 243.5 243.5 547.3 547.3
Tab 1. Tableau des sollicitations dans le cas d’un portique bi-encastré.

Portique bi articulé
Poteau gauche Traverse Poteau droite
Appui Appui
En pied En tête Travée En pied En tête
gauche droite
Moment ELU 0 -623.1 -623.1 704.5 -623.1 0 -623.1
fléchissant
(KN.m) ELS 0 -448.6 -448.6 508.6 -448.6 0 -448.6
Effort ELU 214.1 214.1 -422.5 -- 667.7 -214.1 214.1
tranchant
(KN) ELS 154.1 154.1 -303.7 -- 481.2 -154.1 -154.1

Effort normal ELU 1831 1831 214.1 214.1 214.1 745.1 745.1
(KN) ELS 1325 1325 154.1 154.1 154.1 536.4 536.4
Tab2. Tableau des sollicitations dans le cas d’un portique bi-articulé.

IV/ ETUDE DE FERRAILLAGE DU PORTIQUE :


IV.1/ Ferraillage longitudinal à mi -travée de la traverse :
La traverse est soumise à la flexion composée et la fissuration étant peu préjudiciable, on
procèdera par un dimensionnement à l’ELU, ensuite une vérification à l’ELS, ainsi qu’une vérification
de la condition de non fragilité. A titre indicatif nous traitons un exemple détaillé de ferraillage de la
section médiane de la traverse du cas bi-encastré. Le reste des résultats est récapitulé dans les tableaux
ci-après.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 51 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

IV.1.1/ Dimensionnement à L’ELU :


ˆ Cas du portique bi encastré:
Nu = 338.2 KN.
M u = 647.9 KN.
G0

F Nu > 0 : il y a un risque de flambement donc on doit justifier le domaine de validité, c'est-à-dire


lf ⎧ 20e0 ⎫
≤ max ⎨15; ⎬
h ⎩ h ⎭
Mu
647.9
e0 : Excentricité initiale : e0 = = 1.916m
G0
Avec : =
Nu 338.2
h : Plus faible coté de la section = 0.35m.
lf : Longueur de flambement du poteau : lf = k×l0 = 1 × l0 =7.19m.
lf ⎧ 20 ×192 ⎫
= 20.54 ≤ max ⎨15; = 109.7 ⎬ = 109.7 F ( Ok)
h ⎩ 35 ⎭
Il faut majorer l’excentricité :
emaj = e0 + e1 + e2
Avec : e0 : Excentricité initiale.
e1 : Excentricité additionnelle d’imperfection géométrique :
⎧ l ⎫ ⎧ 719 ⎫
e1 = sup ⎨2cm; 0 ⎬ = sup ⎨ 2cm; ⎬ = 2.88cm
⎩ 250 ⎭ ⎩ 250 ⎭
e2 : Excentricité de second ordre :
3.l 2f .(2 + α .ϕ )
e2 = avec : ϕ = 2 : Cœfficient de fluage
104 × h
MG ⎧⎪ M s = M G + M Q ⎪⎫ 357.67
α = Ser = ?⎨ ⎬⇒α = = 0.765
M ⎩⎪ M u = 1.35M G + 1.5M Q ⎭⎪ 467.7
F e2 = 15.6cm
F emaj = e0 + e1 + e2 = 1.916 + 0.0288 + 0.156 = 2.101 m
Mua = Nu × eA Avec eA = emaj + (d – h/2) = 2 .101 + (0.775 – 0.8/2) = 2.476 m.

F Mua = 338.2 × 2.476 = 837.38 KN.m.


M ua 837.38 ×10−3 h⎛ h⎞
µ= = = 0.055 ; µ BC = 0.8 ⎜1 − 0.4 ⎟ = 0.485
b × d × fbu 1.79 × 0.775 ×14.17
2 2
d⎝ d⎠
µ ≤ µ BC F La section est partiellement comprimée, on procède par analogie à la
flexion simple sous Mua = Nu × eA
h
M TU = b × h0 × f bu × (d − 0 ) = 3568.76 KN .m > M ua F La section se comporte comme une section
2
rectangulaire b×h
(s) 2
µ ≤ µ L = 0.39 F Pas d’armatures comprimées A sc =0 cm
α = 1.25 × ⎡⎣1− 1 − 2µ ⎤⎦ = 1.25 ⎡⎣1 − 1 − 2 × 0.055 ⎤⎦ = 0.071
yu = α .d = 0.055m ; Z = d − 0.4 yu = 0.753m

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 52 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

M ua 837.38 ×10−3
Ast( s ) = = = 31.98cm 2
Z × f su 0.753 × 347.8
Les armatures en flexion composée deviennent alors :
A sc(c) =A sc(s) =0 cm 2
Nu 338.2 ×10−3
Ast( c ) = Ast( s ) − = 31.98 − × 104 = 22.26cm 2
f su 347.8
ˆ Cas du portique bi-articulé:
Nu = 214.1 KN ; M u = 704.5 KN.
G0

Mu
⎧ 20e0 ⎫lf 704.5
F Nu > 0 F on doit vérifier ≤ max ⎨15; ⎬ ; e0 =
G0
= = 3.29m
h ⎩ h ⎭ Nu 214.1
lf ⎧ 20 × 329 ⎫
= 20.54 ≤ max ⎨15; = 188⎬ = 188 F ( Ok)
h ⎩ 35 ⎭
Il faut majorer l’excentricité : emaj = e0 + e1 + e2

⎧ l ⎫ ⎧ 719 ⎫
e1 = sup ⎨ 2cm; 0 ⎬ = sup ⎨2cm; ⎬ = 2.88cm
⎩ 250 ⎭ ⎩ 250 ⎭
3.l 2f .(2 + α .ϕ ) MG
e2 = Avec : α = Ser = 0.766 ; ϕ = 2
10 × h
4
M
F e2 = 15.65cm
F emaj = 3.475 m

eA = emaj + (d – h/2) = 3.475 + (0.775 – 0.8/2) = 3.85 m; Mua = 214.1 × 3.85 = 824.285 KN.m.
M ua 824.285 ×10−3 h⎛ h⎞
µ= = = 0.054 ; µ BC = 0.8 ⎜1 − 0.4 ⎟ = 0.485
b × d × fbu 1.79 × 0.775 ×14.17
2 2
d⎝ d⎠
µ ≤ µ BC F La section est partiellement comprimée, on procède par analogie à la flexion simple
sous Mua = Nu × eA
h
M TU = b × h0 × f bu × (d − 0 ) = 3568.76 KN .m > M ua F La section se comporte comme une section
2
rectangulaire b×h
(s) 2
F µ < µL = 0.39 F A sc =0 cm
α = 1.25 × ⎡⎣1 − 1 − 2µ ⎤⎦ = 0.069 F yu = α .d = 0.053m F Z = d − 0.4 yu = 0.754m
M ua
Ast( s ) = = 31.44cm 2
Z × f su
Les armatures en flexion composée deviennent alors :
A sc(c) =A sc(s) =0 cm 2
Nu
Ast( c ) = Ast( s ) − = 25.29cm 2
f su

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 53 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Finalement on retiendra le cas qui a donné la section maximale d’armatures:


Ast( c ) = 25.29cm 2
Soit : 2 nappes : 1ère nappe : 4 HA 25 = 19.63 cm².
2ème nappe : 4 HA 16 = 8.04 cm².
= 27.67 cm²
IV.1.2/ Vérification à L’ELS :
M ser 508.6
e0 = = = 3.3m ≥ h F La section est partiellement comprimée
N ser 154.1
N ser
Il faut vérifier que σ bc ≤ σ bc 0 avec : σ bc = K . y1 ; y1 = yc + c et K = . yc
I SRH / AN
On suppose que la section se comporte comme une section rectangulaire b × h sous réserve de
vérifier ensuite que y1< h0 ;
yc : est la solution d’une équation de 3èm e dégrée : yc3 + p. yc + q = 0 et les expressions de « p » et
« q » pour une section rectangulaire sont données par :
90. Asc A 90. Asc A
p = −3c ² − .(c − d ') + 90. st .(d − c) ; q = −2c 3 − .(c − d ') 2 − 90. st .(d − c) 2
b b b b
c est la position du centre de pression par rapport à la fibre la plus comprimée :c= 2.9m
27.67
F p = −3(−290)² + 90. .(77.5 − ( −290 )) = −247187.23
179
27.67
q = −2(−290)3 − 90. .(77.5 − (−290)) 2 = 46899058.22
179
La résolution de cette équation de 3ème dégrée nous donne trois solutions distinctes :
yc(1) = −573.54cm ; yc(2) = 308.379cm ; yc(3) = 265.16cm .
On retient yc = 308.4cm F y1 = 18.4cm F y1< h0 F l’hypothèse est vérifiée.
by13
I SRH = +15.Ast .(d − y1)² +15.Asc .( y1 − d ')² F I SRH = 1821384.529cm4 .
AN 3 AN

154.1×10−3 × 3.084
N ser = 154.1KN F K = −8
= 26.09 MN 3
1821384.529 ×10 m
F σ bc = K . y1 = 26.09 × 0.184 = 4.8 MPa ≤ σ bc = 15MPa F ( Ok)
IV.1.3/ Vérification de la condition de non fragilité :
La section est partiellement comprimée alors on adopte la vérification de la condition relative à
la flexion simple. Comme la section est une section en T, on doit vérifier:
I Gx f
Ast ≥ Amin avec : Amin = . t 28
0.81.h.v' f e
v ' = X G = 55.31cm ; v = h − v ' = 24.69cm
b.v 3 (b − b0 ).(v − h0 ) 3 b0 .v ' 3 0.0287 2.1
I Gx = − + = 0.0287 m 4 F Amin = × = 4.20cm²
3 3 3 0.81× 0.8 × 0.5531 400
F Ast ≥ Amin F La condition de non fragilité est vérifiée
IV.1.4/ Calcul des armatures sur appuis de la traverse :
Sur appuis les moments sont négatifs, la section en T sera assimilée à une section rectangulaire b0
×h. On détaille dans le tableau 3 ci-après la détermination des armatures sur les extrémités de la traverse
et dans le tableau 4, on vérifie ces sections à l’état limite de service.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 54 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Appui gauche Appui droite


Bi-encastré 338.2 338.2
Nu (KN)
Bi-articulé 214.1 214.1
Mu (KN.m) Bi-encastré -603.7 -711.7
G0 Bi-articulé -623.1 -623.1
Bi-encastré 1.79 2.1
e0 (m)
Bi-articulé 2.91 2.91
lf Bi-encastré 20.54 20.54
h Bi-articulé 20.54 20.54
⎧ 20e0 ⎫ Bi-encastré 102.3 120
max ⎨15; ⎬
⎩ h ⎭ Bi-articulé 166.3 166.3
e1 (m) 0.0288 0.0288
Bi-encastré 318.33 380.34
MG
Bi-articulé 332 332
Bi-encastré 0.154 0.154
e2 (m)
Bi-articulé 0.154 0.154
Bi-encastré 1.973 2.283
emaj (m)
Bi-articulé 3.093 3.093
Bi-encastré 2.348 2.466
eA (m)
Bi-articulé 3.468 3.276
Dimensionnement à L’ELU

Bi-encastré 794.09 834


MuA (KN.m)
Bi-articulé 742.5 710.39
Bi-encastré 0.266 0.28
µ
Bi-articulé 0.249 0.238
Bi-encastré SPC SPC
Section
Bi-articulé SPC SPC
Bi-encastré 0.39 0.39
µl
Bi-articulé 0.39 0.39
Bi-encastré 0 0
Asc( s ) (cm²)
Bi-articulé 0 0
Bi-encastré 0.395 0.421
α
Bi-articulé 0.364 0.345
Bi-encastré 0.306 0.326
yu (m)
Bi-articulé 0.282 0.267
Bi-encastré 0.653 0.645
Z (m)
Bi-articulé 0.662 0.668
Bi-encastré 34.96 37.18
Ast( s ) (cm²)
Bi-articulé 32.25 30.58
Bi-encastré 0 0
Asc( c ) (cm²)
Bi-articulé 0 0
Bi-encastré 25.24 27.46
Ast( c ) (cm²)
Bi-articulé 26.09 24.42
Bi-encastré 3.27 3.27
Amin (cm²)
Bi-articulé 3.27 3.27
Ast( c )théorique choisie (cm²) 26.09 27.46
Nappe 1 : 4HA25 Nappe 1 : 4HA25
(c )
Ast réelle choisie (cm²) Nappe 2 : 4HA16 Nappe 2 : 4HA16
27.67 27.67

Tab3. Tableau de dimensionnement à L’ELU des sections sur appuis de la traverse.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 55 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Appui gauche Appui droit


Mser 448.6 512.5
Nser 154.1 243.5
e0 (m) 2.91 2.1
c (m) -2.51 -1.7
Vérification à l’ELS
p -165629.756 -23849.13
q -23948391.25 230791.57
yc (m) 2.864 1.49
y1 (m) 0.354 0.375
I SRH / AN (cm4) 1253193.851 1279314.375
N ser . yc
K= (MN/m3) 35.22 28.36
I SRH / AN
σ bc = K .y1 (MPa) 12.467 10.635
σ bc (MPa) 15 15

σ bc ≤ σ bc ( Ok) ( Ok)

Tab4. Tableau de vérification à L’ELS des sections sur appuis de la traverse.


IV.2/ Ferraillage longitudinal des poteaux :
IV.2.1/ Dimensionnement à L’ELU :
Pour le calcul de ferraillage longitudinal des poteaux soumis à la flexion composée, on
utilise les abaques d’interaction qui donne des armatures symétriques, les résultats seront récapitulés
dans le tableau qui suit:

Poteau gauche Poteau droite


En pied En tête En pied En tête
Bi-encastré 1816 1816 760.2 760.2
Nu (KN)
Bi-articulé 1831 1831 745.1 745.1
Mu (KN.m) Bi-encastré -380.6 -603.7 272.6 -711.7
Dimensionnement à l’ELU

G0 Bi-articulé 0 -623.1 0 -623.1


Bi-encastré 0.21 0.332 0.359 0.936
e0 (m)
Bi-articulé --- 0.34 --- 0.836
lf Bi-encastré 8.3 8.3 8.3 8.3
a Bi-articulé 8.3 8.3 8.3 8.3
⎧ 20e0 ⎫ Bi-encastré 15 18.97 20.5 53.48
max ⎨15; ⎬ Compression Compression
⎩ a ⎭ Bi-articulé
Simple 19.4 Simple 47.77
lf ⎧ 20e0 ⎫
≤ max ⎨15; ⎬ ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)
a ⎩ a ⎭
Bi-encastré 0.241 0.363 0.39 0.967
emaj (m)
Bi-articulé --- 0.371 --- 0.867
Bi-encastré 437.66 659.208 296.478 735.113
Mu maj (KN.m)
Bi-articulé --- 679.301 --- 646
Tab5. Tableau de dimensionnement à L’ELU des sections des poteaux du portique.
(Voir suite du tableau à la page suivante)

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 56 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Poteau gauche Poteau droite


En pied En tête En pied En tête
Bi-encastré 0.616 0.738 0.765 1.342
eA (m)
Bi-articulé --- 0.746 --- 1.242
Bi-encastré 1118.66 1340.21 581.55 1020.19
MuA (KN.m)
Bi-articulé --- 1365.93 --- 925.41
M uA Bi-encastré 0.39 0.467 0.203 0.356
Dimensionnement à l’ELU

µbu =
b.d 2 . fbu Bi-articulé --- 0.477 --- 0.323
h h Bi-encastré 0.488 0.488 0.488 0.488
µ bc = 0.8. .(1 − 0.4. )
d d Bi-articulé --- 0.488 --- 0.488
Bi-encastré SPC SPC SPC SPC
Section
Bi-articulé CS SPC CS SPC
Bi-encastré 8.55 18.54 11.4 38.78
2A (cm²)
Bi-articulé --- 21.39 --- 31.37
Bi-encastré 4.28 9.27 5.7 19.4
A (cm²)
Bi-articulé --- 10.7 --- 15.69
Bi-encastré 3.22 3.22 3.22 3.22
Amin (cm²)
Bi-articulé 9.2 3.22 9.2 3.22
(c)
A st théorique choisie (cm²) 9.2 10.7 9.2 19.4
Nappe 1 : 4HA16 Nappe 1 : 4HA20
Ast( c )réelle choisie (cm²) par face Nappe 2 : 4HA12 Nappe 2 : 4HA16
12.56 20.6
Suite du Tab5. Tableau de dimensionnement à L’ELU des sections des poteaux du portique.
IV.2.2/ Vérification à L’ELS :
ˆ Cas du poteau de gauche:
M ser 448.6 I SRH
e0 = = = 0.338m , Calculons e1 = AN
N ser 1325 S RH .V2
h
S RH .V2 = S RH .V1 Car V1 =V2 = 40cm ; S RH .V1 = bh. + 15 . Asup .d '+ 15 Ainf .d
2
. 13 bV
bV . 3
=
+ 2 + 15 Asup .(V1 − d ') 2 + 15 Ainf .(d − V1 ) 2 = 1980888.533cm 4 F e1 = 15.59 cm
I SRH
AN 3 3
e1 < eG = e0 F La section est partiellement comprimée. Etant donnée que la fissuration est peu
N ser
préjudiciable, il faut vérifier que : σ bc ≤ σ bc avec: σ bc = K . y1 ; y1 = yc + c et K = . yc
I SRH / AN
yc : est la solution d’une équation de 3ème dégrée : yc3 + p. yc + q = 0 avec p = 2139.02 et q = -157829.6
yc = 41.6 cm F y1 = yc + c = 41.6 + 6.2 = 47.8 cm avec c = (h/2) – e0
y1 = 47.8 cm F l’axe neutre est à l’intérieur de la section
b. y13
I SRH = + 15 ASc .( y1 − d ') 2 + 15 ASt .(d − y1 ) 2 = 1785436.419cm 4
AN 3
N ser
K= . yc = 30.87 MN F σ bc = K . y1 = 30.87 × 0.478 = 14.76 MPa ≤ σ bc = 15MPa F ( Ok)
I SRH / AN m3

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 57 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

ˆ Cas du poteau de droite:


M 512.5
e0 = ser = = 0.936m F le centre de pression se trouve à l’extérieur de la section.
N ser 547.3
On peut donc déduire que la section est partiellement comprimée, il faut vérifier que :
N ser
σ bc ≤ σ bc Avec: σ bc = K . y1 ; y1 = yc + c et K = . yc
I SRH / AN
yc : est la solution d’une équation de 3ème dégrée : yc3 + p. yc + q = 0
Avec p = 1297.37 et q = -757481.76
yc = 86.4 cm F y1 = yc + c = 86.4 + (- 53.6) = 32.8 cm ;avec c = + (h/2) – e0.
b. y13
I SRH = + 15 ASc .( y1 − d ') 2 + 15 ASt .(d − y1 ) 2 = 1244653.227cm 4
AN 3
N ser
K= . yc = 37.99 MN 3 F σ bc = K . y1 = 37.99 × 0.328 = 12.46 MPa ≤ σ bc = 15MPa F ( Ok)
I SRH / AN m
IV.3/ Calcul des armatures transversales de la traverse :
IV.3.1/ Calcul de l’effort tranchant réduit :
Pour tenir compte de la transmission directe des charges aux appuis l’effort tranchant se réduit
comme suit :

¾ Pour 0 < x < b = (5/6).h = 0.66 m :


5
Vuréd ( x) = Vurédmax − h.qu = 412.63KN .
6
¾ Pour b< x < l - a = 5.07 m :
Vuréd ( x ) = Vurédmax − qu .( x − b) = 449.87 − 56.42 x (KN ) .
¾ Pour l - a < x < l - b= 6.53 m :
Vuréd ( x) = Vurédmax − qu .( x − b) − Pu = −147.66 − 56.42 x (KN ) .
¾ Pour l - b < x < l = 7.19 m :
Vuréd ( x ) = Vurédmax − qu .(l − 2b) − Pu = −516.09 (KN ) .
IV.3.2/ Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant :

On doit vérifier que : τu ≤ τu


Vumax 682.7 × 10−3
τ u : Contrainte tengentielle conventionnelle du béton ;dans l’âme: τ u ame
ˆ = = = 2.52 MPa
b0 d 0.35 × 0.775
f c 28
τ u : Contrainte tengentielle admissible : τ u = min(0.2. ;5 MPa) Pour une fissuration peu préjudiciable
γb
25
et pour un angle d’inclinaison des armatures α = 90°. F τ u = min(0.2. ;5 MPa)=3.33MPa .
1.5

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 58 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

F τu ≤ τu
IV.3.3/ Diamètre minimal des armatures transversales :
h b0
φt ≤ Min (φl ; ; )
35 10

F φt ≤ min (25; 22.85;35) = 25 mm F φt = HA 8


On dispose d’un cadre + 2 étriers
At = 6 HA 8 = 3 cm².
IV.3.4/ Pourcentage minimal des armatures transversales
⎛ At ⎞ ⎛ At ⎞ 0.4b0 0.4 × 0.35 −4 m
2

⎜ ≥
⎟ ⎜ ⎟ = = = 3.5 × 10 Pour fet = 400 MPa
⎝ St ⎠ ⎝ St ⎠ min f et 400 m

IV.3.5/ Espacement maximal des armatures

S t = Min (0.9 d ; 40 cm ; 15 Øl min si Asc ≠ 0) = Min (0.9 ×0.775; 40 cm) ≈ 40 cm F St = 40cm


IV.3.6/ Calcul des armatures transversales:
A partir de la règle de coûture, on détermine l’espacement initial S t 0 au droit de l’appui en assurant :

7cm ≤ S t 0 ≤ S t ; cette règle est donnée par :


*ft28 = 2.1 MPa.
At b .γ .(τ réd ( x ) − 0.3.K . f t 28 ) Nu
≥ 0 s u * K= 1 +(γ/10) flexion Composée, γ =
st ( x ) 0.9. f et .(sin α + cos α ) B. f c 28
. * γs =1.15.
* α = 90°.
Vuréd
*τ =
réd
u
b0 .d

Vuréd 412.63 ×10−3


(0) = 422.5 KN F τ = = = 1.52 MPa
réd
Pour x = 0; V réd

b0 .d 0.35 × 0.775
u u

Nu 338.2 × 10−3
γ= = = 0.048 F K = 1.05.
B. f c 28 0.35 × 0.8 × 25
At 1.1× 0.35 × (1.52 − (0.3 × 1.05 × 2.1))
F ≥ = 9.18 cm ² Or At = 6 HA 8 = 3cm²
St 0 0.9 × 400 m

At 3 ×10−4
F St 0 ≤ = = 32.6cm
9.18 × 10−4 9.18 ×10−4
F Soit St0 = 30 cm.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 59 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

At ⎛ At ⎞ Répartition des
St
x Vuréd ( x ) τ uréd ( x) ⎜ ⎟ Choix St Choisie armatures
(m) St ⎝ St ⎠min (cm²/m) théorique (cm) Cumulé
(KN) (MPa)
(cm²/m) (m) Nombre
(cm²/m) (cm)
0 412.63 1.52 9.18 3.5 9.18 0.326 15 1×15 15
0.3 412.63 1.52 9.18 3.5 9.18 0.326 30
0.6 412.63 1.52 9.18 3.5 9.18 0.326 30 3 × 17
0.66 412.63 1.52 9.18 3.5 9.18 0.326 30 66
0.9 399.09 1.47 8.65 3.5 8.65 0.347 30 1 × 20
1.2 382.17 1.41 8.00 3.5 8.00 0.375 35 1×21
1.5 365.24 1.35 7.36 3.5 7.36 0.407 40
1.8 348.31 1.28 6.61 3.5 6.61 0.454 40
2.1 331.39 1.22 5.97 3.5 5.97 0.502 40
2.4 314.46 1.16 5.33 3.5 5.33 0.560 40
2.7 297.54 1.10 4.69 3.5 4.69 0.640 40
3 280.61 1.03 3.94 3.5 3.94 0.760 40
3.3 263.68 0.97 3.30 3.5 3.5 0.860 40 10×40
3.6 246.76 0.91 2.66 3.5 3.5 0.86 40
3.9 229.83 0.85 2.02 3.5 3.5 0.86 40
4.2 212.91 0.78 1.27 3.5 3.5 0.86 40
4.5 195.98 0.72 0.63 3.5 3.5 0.86 40
4.8 179.05 0.66 -0.02 3.5 3.5 0.86 40
5.07 163.82 0.60 -0.66 3.5 3.5 0.86 40 507
5.37 450.64 1.66 10.69 3.5 10.69 0.28 25 2×25
5.67 467.56 1.72 11.32 3.5 11.32 0.27 25
5.97 484.49 1.79 12.07 3.5 12.07 0.25 25 4×20
6.27 501.41 1.85 12.71 3.5 12.71 0.24 20
6.53 516.09 1.90 13.25 3.5 13.25 0.23 20 1×16 653
6.83 516.09 1.90 13.25 3.5 13.25 0.23 20
3×17
7.13 516.09 1.90 13.25 3.5 13.25 0.23 20
7.19 516.09 1.90 13.25 3.5 13.25 0.23 20 1×15 719
Tab 6. Tableau des armatures transversales pour la traverse.

IV.3.7/ Etude des appuis:


IV.3.7.1/ Aciers de glissement :
ˆ Appui gauche :

MU
Vu , D −
A g,D ≥ Z
Avec : Z : bras de levier = 0.9×d = 0.6975m
f su
fsu = 347.8 MPa.
−3 623.1× 10−3
422.5 ×10 −
A g,D ≥ 0.6975 = −13.54cm ² < 0
347.8
F Il suffit de prolonger la nappe inférieure au delà de l’appui.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 60 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

ˆ Appui droit :
711.7 × 10−3
682.7 × 10−3 −
A g,D ≥ 0.6975 = −9.7cm ² < 0
347.8
F Il suffit de prolonger la nappe inférieure au delà de l’appui.
IV.3.7.2/ Vérification de la bielle comprimée :
ˆ Appui gauche :
2Vumax 0.8. f c 28
Il faut que : σ b = ≤ = 13.33MPa
a.b0 γb
Avec : σb = Contrainte de compression dans le béton
a = la-enrobage-2cm et la : largeur de l’appui.=80 – 4 – 2 = 74 cm
e = enrobage = 4cm.
2Vumax
2 × 422.5 × 10−3
σb = = = 3.26 MPa ≤ 13.33MPa F ( Ok)
a.b0 0.74 × 0.35
ˆ Appui droit :
2V max 2 × 682.710−3
σb = u = = 65.27 MPa ≤ 13.33MPa F ( Ok)
a.b0 0.74 × 0.35
IV.3.8/ Vérification de la jonction table nervure
ˆ Vérification du béton:
max
V
τ u ame
ˆ = u = 2.52 MPa
b0 d
b0 b1 0.35 0.72
τ u table = τ u ame
ˆ . . = 2.52 × . = 1.88 MPa
0.9.h0 b 0.9 × 0.21 1.72
F τ u Table ≤ τ u = 3.33 MPa
ˆ Acier de coûture :
Ac As + Ai τ table − 0.3 ft 28
= ≥ .h0 .1.15 = 0.163 cm
St St fe
Ac As + Ai 2 × (1HA8 + 2 × 1HA10)
= = = 0.165cm ≥ 0.163 cm F ( Ok)
St St 25
IV.4/ Calcul des armatures transversales des poteaux :
L’effort tranchant dans les deux poteaux est constant Fespacement constant.
ƒ On doit vérifier que : τu ≤ τu
Vu max = 338.2 KN F τ u = 1.27MPa ; τ u ≤ τ u ( Ok)
ƒ Diamètre minimal des armatures transversales :
h b
φt ≤ Min (φl ; ; 0 ) F φt = 6 mm ; On dispose d’un cadre + 2 étriers
35 10
At = 6 Ø 6 = 1.68 cm².
⎛A ⎞ ⎛A ⎞ 0.4b0 0.4 × 0.35 m2
ƒ ⎜ t ⎟≥⎜ t ⎟ = = = 5.96 × 10−4 Pour fet = 235 MPa
⎝ St ⎠ ⎝ St ⎠ min f et 235 m

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 61 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

ƒ S t = Min (0.9 d ; 40 cm ; 15 Øl min si Asc ≠ 0) = Min (0.9 ×0.775; 40 cm ; 15×1.2)

F St = 18cm
At b .γ .(τ réd ( x ) − 0.3.K . f t 28 )
ƒ ≥ 0 s u F Soit St0 = 11 cm
st ( x ) 0.9. f et .(sin α + cos α )
IV.5/ Calcul des armatures en bateaux dans la traverse:
Vu la présence des charges concentrées sur la traverse, il faut donc assurer leur levage avec des
armatures en barres bateaux à l’endroit où ils se situent, et ils sont données par :
Pu
AS ≥
2. f su

F AS ≥ 597.5
= 12.5cm ² Soit 4 HA 20 = 12.56cm²
2 × 347.8

V/ VÉRIFICATION DE LA FLÈ CHE DE LA TRAVERSE:


La vérification de la flèche est une vérification vis-à-vis de l’état limite de service. Cette
vérification devient inutile si les conditions suivantes sont satisfaites :
h 1
1 ≥ = 0.0625 Avec :* M0 : Moment de la travée de référence
l 16
h 1 M
2 ≥ . t * Mt : Moment maximal en travée
l 10 M 0
A 4.2 4.2
3 ≤ = = 0.00105 * A : Section d’acier tendue en travée
b0 × d f e 400
h 80
1 = = 0.112 ≥ 0.0625 ( Ok)
l 719
h 1 M 1 508.6
2 = 0.112 ≥ . t = . = 0.05 ( Ok)
l 10 M 0 10 947.1
A 27.67 ×10−4 4.2
3 = = 0.0121 > = 0.0105 Non vérifiée
b0 × d 0.35 × 0.775 fe
F La condition e n’est pas vérifiée ; donc il faut passer au calcul de la flèche.
M ×l2
Appliquons la méthode de « L’inertie fissurée » : f i = ser
10.Ei .I fi
M ser 508.6 × 10−3
σ s = 15 × (d − y1 ) = 15 × (0.775 − 0.184) = 247.54 MPa
I SRH 1821384 × 10−8
AN
A 1.75 × 2.1
ρ= = 1.21× 10−2 F µ = 1 − = 0.261
b0 .d 4 × 1.21×10−2 × 247.54 + 2.1
0.05. ft 28 0.05 × 2.1
λi = = = 3.35
b0 0.35
ρ .(2 + 3. ) 1.21×10 (2 + 3 ×
−2
)
b 1.79

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 62 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

h0 ⎛ h − h0 ⎞
(h0 .b). + (h − h0 ).b0 . ⎜ + h0 ⎟ + 15. Ast .d
2 ⎝ 2 ⎠
X G = V1 = = 17.59cm
(h0 .b) + b.(h − h0 ) + 15. Ast
V2 = h − V1 = 62.41cm
. 13 (b − b0 ).(V1 − h0 )3 b0 .V23
bV
I 0 = I STRH = − + + 15. Ast (d − V1 ) 2 = 0.046534363m 4
G 3 3 3

1.1× I 0 1.1× 0.046534363


F I fi = = = 0.02678m 4
1 + λi .µ 1 + (3.35 × 0.261)
Ei = 11000 3 f c 28 = 11000 3 25 = 32164.195MPa
508.6 × 10−3 × 7.192
F fi = = 0.0016m = 1.6mm
10 × 32164.195 × 0.02678

l
Or la flèche admissible est limitée à : f admi = 0.5cm + =12.19 mm car l > 5m
1000
F fi ≤ f admi F La flèche est vérifiée

VI/ARMATURES DE PEAU :
Pour une fissuration peut préjudiciable et pour h ≥ 80 cm, on prévoit 2 barres toutes les 30 à 40 cm
de diamètre Ø donné par : Ø ≥ h/10 F Ø ≥ 8 mm.

VII/ARRETS DES BARREES :

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 63 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 64 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE VII :

I/HYPOTHESES
9 La fissuration est considérée comme préjudiciable.
9 Etant donnée que la contrainte admissible du sol n’est pas déduite d’une campagne
géotechnique et pour être plus prudent on a décidé de fonder les semelles sur du gros
béton qui travaille à une contrainte de 6 bars.
9 L’enrobage des armatures et de 5cm.
9 La contrainte admissible du sol 3 bars (c’est une valeur fournie par le bureau d’étude).

II/SEMELLE RECTANGULAIRE SOUMISE A UNE CHARGE CENTREE


II.1/ charges
Le poteau de section (40 x 50) cm2 transmet à la semelle l’effort suivant :
Pu = 2.16 MN ; PS = 1.58 MN
II.2/ Dimensions de la semelle
Dans le cas général, on choisit les dimensions de la semelle de telle sorte qu’elle soit homothétique
a A
au poteau = .
b B
Puisque la semelle repose sur du gros béton, la répartition des contraintes est bitriangulaire d’où :
3 PSER b Pser 3 50 3 1.58
AB ≥ ⇒B≥ . = × × = 2.25.m ;
2 σ GB a σ GB 2 40 2 0.6
a
Soit B = 2.25 m ; A = B = 1.8 m
b
B−b
Les hauteurs utiles doivent respecter : ≤ ( d a et db ) ≤ A − a ⇒ 0.43m ≤ ( d a et db ) ≤ 1.4m
4
⎧ A = 1.8m; B = 2.25m ⎫
Pour un enrobage c = 0.05 m on prend : ⎪⎨ d a = db = 0.45m ⎪⎬
⎪ h = 0.5m ⎪
⎩ ⎭
Pour une semelle de 2.25m sur 1.8m et de 0.5 m de hauteur le poids propre vaut :
PP = 1.8 ×2.25 × 0.5 × 25 = 50.6 KN = 0.0506 MN
3 50 1.63
Pser = 1.58 + 0.0506 = 1.63 MN alors B ≥ × × = 2.25m F ( Ok)
2 40 0.6
⎧ A = 1.8m; B = 2.25m ⎫
⎪ ⎪
Finalement : ⎨ d a = db = 0.45m ⎬
⎪ h = 0.5m ⎪
⎩ ⎭
II. 3/Vérification vis-à-vis le poinçonnement
Il s’agit de vérifier que la hauteur de la semelle est suffisante pour empêcher le phénomène de
poinçonnement de se produire, on doit vérifier l’expression suivante :
Pu' ≤ 0.045µ c .h. f c 28
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 65 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Avec : µc = 2 × (a + b) + 4 h : périmètre du feuillet moyen

⎡ ( a + 2h ) × ( b + 2h ) ⎤
Pu' = ⎢1 − ⎥ × Pu
⎣ AB ⎦
µc = 3.8 m ; Pu = 2.16 + 1.35 × 0.0506 = 2.23 MN ; Pu' = 1.073 MN

0.045µc .h. f c 28 = 0.045 × 3.6 × 0.45 × 22 = 1.881 MN ≥ Pu' = 1.073 MN ( Ok)


II. 4/ Détermination des armatures
Condition pour qu’il n’y ait pas à placer des crochets :
φ f B 4 ×τ s
ls = b × e ≤ = 0.5625m F φb ≤ 562.5 × = 14.58mm
4 τs 4 fe
4 ×τ s
De même pour φa ≤ 450 × = 11.66mm
fe
Soit φb = 14mm ; φa = 10mm
1
db = h – enrobage – (HA14) = 50 – 5 – 0.7 = 44.3 cm
2
1
da = h – enrobage – (HA14) – (HA10) = 50 – 5 – 1– 0.5 × 1 = 43.1 cm
2
La répartition des contraintes est bitriangulaire F les sections d’armatures Aa −bitri et Ab −bitri sont
obtenues par les formules du cas de répartition rectangulaire multipliépar les coefficients suivants :
9 B
Aa −bitri = Aa − rec × ×
8 A
⎧ 9 A⎫
Ab −bitri = Ab − rec × Max ⎨1; × ⎬
⎩ 8 B⎭
P ( B − b ) 2.23 ( 2.25 − 0.5 ) ⎧ 9 1.8 ⎫
Ab − rec = u = = 31.66cm 2 F Ab −bitri = 31.66 × Max ⎨1; × ⎬ = 31.66cm
2

8db f su 8 × 0.443 × 347.8 ⎩ 8 2.25 ⎭


P ( A − a ) 2.23 (1.8 − 0.4 ) 9 2.25
Aa − rec = u = = 26.04cm 2 F Aa −bitri = 26.04 × × = 36.61cm 2
8d a f su 8 × 0.431× 347.8 8 1.8
†Remarque:
La fissuration est préjudiciable F Il faut majorer la section d’armature de 10%
Ab −bitri = 34.83cm 2 ; Aa −bitri = 40.27cm 2
™ Pour la nappe supérieure :
Il faut utiliser (HA10) pour éviter les crochets. Soit 52 HA 10 = 40.56 cm2 ce qui est trop serré dans
2.25 m moins les enrobages latéraux (enrobage = 5 cm).
Soit 13 HA20 = 40.82 cm2 avec un espacement égal à 16.5 cm
φa = 20mm ≥ 10mm F Toutes les barres sont menues des crochets
™ Pour la nappe inférieure :
Il faut utiliser (HA14) pour éviter les croches, soit 23 HA 14 = 35.19 cm² F Armatures trop serré
Soit 12 HA20 = 37.68 cm2 avec un espacement égal à 13 cm
φa = 20mm ≥ 14mm F Toutes les barres sont menues des crochets.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 66 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

II. 5/ Hauteur de rive


Il faut enrober les croches des barres HA20
e ≥ Max {15cm,12φ + 6cm} = 30cm On choisit une hauteur en rive e = 30 cm
II. 6/Dimensions du gros béton
Le gros béton est reposé sur le sol (diagramme rectangulaire).
'
La section du gros béton (A’ B’) est déterminée par : A' × B ' ≥ P
σ sol
Avec P’ = Charge appliquée sur la semelle y compris son poids propre, majorée de 10% pour tenir
compte du poids du gros béton
P ' = ( Pser + 2 ×1.6 × 0.45 × 0.025 ) × 1.1 = 1.8MN
On reste toujours dans l’hypothèse que les dimensions du gros béton soient homothétiques à celle
A' A B P' 2.25 1.8
de semelles : = F B' ≥ = × = 2.74m
B' B A σ sol 1.8 0.3
Soit B’ = 2.75 m F A’= 2.2 m
La hauteur du gros béton (Hg) est calculée de manière à permettre le développement des bielles de
béton à un angle ( β ) tel que 45° ≤ β ≤ 55° Soit Hg = A '− A × tg ( β ) FHg =0.45m.
2
II. 7/ Schéma de ferraillage

Fig1. Ferraillage de la semelle

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 67 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III/SEMELLE RECTANGULAIRE SOUS POTEAU DE PORTIQUE


III.1/ charges
Cette semelle supporte un poteau de dimensions (35 x 80 cm2). Elle est soumise aux sollicitations
suivantes :
9 A L’ELS : Un effort normal de 1369.67 KN et un moment de 271.8 KN.m
9 A L’ELU : Un effort normal de 1893.8 KN et un moment de 377.47 KN.m
III.2/ Dimensions de la semelle
M ser 271.8
L’excentricité e0 = = = 0.198m . On choisit les dimensions de la semelle de telle sorte
N ser 1369.67
a A a 35 7
qu’elle soit homothétique au poteau = F A = .B = .B = .B
b B b 80 16
Il est vraisemblable que B > 6 × e0 = 6 × 0.198 = 1.19m donc e0 < B
6
On détermine par itérations les dimensions de la semelle
⎛ e ⎞ P 16 ⎛ 3e0 ⎞ P
e0 < B F AB ≥ ⎜1 + 3 0 ⎟ FB≥ ⎜1 + ⎟
6 ⎝ B ⎠ σ GB 7⎝ B ⎠ σ GB
On prenant pour débuter B = 1.8 m
16 ⎛ 3 × 0.198 ⎞ 1369.67 ×10−3
B≥ ⎜1 + ⎟ = 2.63m (Non vérifiée)
7⎝ 1.8 ⎠ 0.6
Soit B = 2.6 m
16 ⎛ 3 × 0.198 ⎞ 1369.67 ×10−3
B≥ ⎜1 + ⎟ = 2.53m (Vérifiée)
7⎝ 2.6 ⎠ 0.6
F B = 2.6 m et A = 1.15 m
Les hauteurs utiles doivent respecter :
B −b
≤ d a ≈ db ≈ d ≤ A − a F 0.45 ≤ d ≤ 0.8m Soit d = 0.5 m F h = 0.55 m
4
Le poids propre vaut PP = 2.6 × 1.15 × 0.55 × 25 = 41.1 KNF Pser 1369.67 + 41.1 = 1410.77 KN
M ser 271.8 16 ⎛ 3 × 0.193 ⎞ 1410.77 ×10−3
Alors e0 = = = 0.193m ; B ≥ ⎜1 + ⎟ = 2.56m (Vérifier)
N ser 1410.77 7⎝ 2.6 ⎠ 0.6
III. 3/Vérification vis-à-vis le poinçonnement
µc = 2 × (a + b) + 4 h = 2(0.35+0.8) + 4 × 0.55 = 4.5 m
Pu = 1893.8 + 1.35 × 41.1 = 1949.29 KN
⎡ ( a + 2 h ) × ( b + 2h ) ⎤
Pu' = ⎢1 − ⎥ × Pu = 0.275MN
⎣ AB ⎦
0.045µc .h. f c 28 = 0.045 × 4.5 × 0.55 × 22 = 2.45 MN ≥ Pu' = 0.275 MN F ( Ok)
III. 4/ Détermination des armatures
Pour déterminer le ferraillage on va considérer la charge à l’ELU
M 377.47 B
Pu = 1949.29 KN ; e0 = u = = 0.194m > = 0.108m
N u 1949.29 24
⎛ e ⎞
Pu ⎜1 + 3 0 ⎟ ( A − a )
Et Ab = ⎝
B M1 B⎠
e0 > F Aa =
24 db × σ s 8 × da × σ s

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 68 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

2
⎛B ⎞ ⎛ e e ×b ⎞ P
M 1 = ⎜ − 0.35 × b ⎟ ⎜ 1 + 4 0 + 0 2 ⎟ u = 518.96 KN .m
⎝2 ⎠ ⎝ B B ⎠ 2B
−3
518.96 ×10
Aa = = 29.80cm 2 ;
400
0.5 ×
1.15
⎛ 3 × 0.194 ⎞
1949.29 × 10−3 ⎜ 1 + ⎟ (1.15 − 0.35 )
Ab = ⎝ 2.16 ⎠
= 13.72cm 2
400
8 × 0.5 ×
1.15
La fissuration est préjudiciable F Il faut majorer la section d’armature de 10% :
Aa = 32.78 cm2 ; Ab = 15.09 cm2

™ Pour la nappe supérieure :

Soit 17 HA 20 avec un espacement de 15.5 cm.


A
lSφ 20 = 77.16cm > F Toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle
4
et comporter des ancrages courbes.

™ Pour la nappe inférieure :

Soit 8 HA 16 avec un espacement de 13.5 cm.


B
lSφ 16 = 61.72cm > F Toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle
4
et comporter des ancrages courbes.

III. 5/ Hauteur de rive


e ≥ Max {15cm,12φ + 6cm} = 30cm On choisit une hauteur en rive e = 40 cm

†Remarque:
b
e0 = 19.4cm > = 13.3cm FLes armatures verticales du poteau sont tendues. Elles sont munies de
6
retours horizontaux.

II. 6/Dimensions du gros béton

Le gros béton repose sur le sol (diagramme rectangulaire).


B P' 2.6 2.144
P ' = ( Pser + 2.6 ×1.15 × 0.55 × 25 ) ×1.1 = 2.144MN ; B ' ≥ = × = 4m
A σ sol 1.15 0.3
Soit B’ = 4 m F A’= 1.8 m
La hauteur du gros béton (Hg) est calculée de manière à permettre le développement des bielles de
béton à un angle ( β ) tel que 45° ≤ β ≤ 55° Soit Hg = A '− A × tg ( β ) FHg =0.40m
2

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 69 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Fig2. Ferraillage de la semelle

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 70 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE VIII :

PARTIE A:

I/DEFINITION ET TERMINOLOGE
Les escaliers constituent un ouvrage de circulation verticale composé d'une série de marches de
même hauteur permettant de monter ou de descendre d'un niveau de plancher à un autre.
Pour ce type d’escaliers on considère les paramètres suivants :
9 h : hauteur de la contre-marche, variant de 0.13 à 0.17m.
9 g : largeur de la marche, variant de 0.26 à 0.36m.

( )
9 α: Inclinaison de la volée. α = arctg h .
g
9 H : hauteur de la volée, elle est égale à la hauteur libre sous plafond + l’épaisseur du
plancher fini.
9 L : longueur projetée de la volée.
9 e : épaisseur de dalle (paillasse ou palier).
II/ ETUDE DE L’ESCALIER TYPE I
Ce type d’escalier permet la liaison entre le RDC et le troisième étage et dont les données
géométriques sont représentées ci dessous

Fig1. Escalier type 1

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 71 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

II.1/ Pré-dimensionnement
L’épaisseur de la paillasse «e» doit vérifier la relation suivante :
e = 0.018L 3 ρb e + q
Avec ρ p = Poids volumique du béton armé exprimé en KN/m3
q = Charge d’exploitation de l’escalier
L = 4 .45 m
Par itérations on détermine e = 0.16 m. L’épaisseur de la paillasse doit vérifier la condition de flèche:
L L
≤e≤ ⇒ 14.8cm ≤ e = 16cm ≤ 17.8cm F ( Ok)
30 25
œ Le nombre de contre-marches étant égale :
Pour la 1ère volée : 9 contre-marches et pour la 2ème volée : 8 contre-marches
H
œ La hauteur de la contre-marche est définie par h = ; avec H = 2.38
n
238
h = = 14cm
17
œ Il faux vérifier la formule de Blondel : g + 2h = 0.55 à 0.65m
On a g = 30 cm F 0.3 + 2 × 0.14 = 0.58 m F ( Ok)
⎛h⎞
œ L’inclinaison de la volée α = arctg ⎜ ⎟ = arctg ⎛⎜
0.14 ⎞
⎟ = 25°
⎝g⎠ ⎝ 0.3 ⎠
II.2/ Evaluation des charges
II.2.1/ charges permanentes
A // charges sur la paillasse :
œ Marche (Marbre de emm =3 cm)
emm × 1× ρ m = 0.03 × 1× 2800 = 84daN / m
œ Contre-marche (Marbre de emc = 1.5 cm) :
(h − e )× e
m
m
c
m
× 1× ρ m =
( 0.14 − 0.03) × 0.015 ×1× 2800 = 15.4daN / m
g 0.3
œ Béton banché :
h 0.14
× 1× ρbb = × 1× 2200 = 154daN / m
2 2
œ Chape en béton armé (0.16 m) :
e 0.16
× 1× ρb = × 2500 = 441.35daN / m
cos α cos 25
œ Mortier de pose (pour marche) ( ρ mp = 20 KN/m 3 ; emp=0.015 m) :
emp × 1× ρ mp = 0.015 × 2000 = 30 daN / m
œ Mortier de pose (pour contre-marche) :
emp ( h − emm ) 0.015 ( 0.14 − 0.03)
× 1× ρ m = × 2000 = 11daN / m
g 0.3
œ Enduit (0.015 m) :
0.015
× 1× 2200 = 36.41daN / m
cos 25
œ Poids du garde corps = 50 daN / m
F Poids propre de la paillasse g A = 822.16daN / m

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 72 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

B// charge sur palier


œ Revêtement (Marbre) = 0.03 ×1× 2800 = 84daN / m
œ Chape en béton armé = 0.16 ×1× 2500 = 400daN / m
œ Mortier de poser ( emp = 1.5 cm) = 0.015 ×1× 2000 = 30daN / m
œ Enduit (1.5cm) = 0.015 ×1× 2200 = 33daN / m
Poids propre du palier g B = 547daN / m
II.2.2/ Charges d’exploitation Q = 250 daN/m²
II.3/Calcul de sollicitations

Fig2. Schéma de calcul pour les 2 volées

Volée1 Volée2
Appui gauche En travée Appui droit Appui gauche En travée Appui droit

Moment ELU 0 3480 0 0 3414 0


Fléchissant
(daN.m/m)
ELS 0 2509 0 0 2460 0

Effort tranchant à ELU (daN/m) 2918 0 2928 2898 0 2837


Tab1. Tableau de sollicitations pour les deux volées
II.4/ Calcul des armatures longitudinales
Le calcul des armatures longitudinales est réalisé pour une section rectangulaire de largeur
unitaire, travaillant à la flexion simple. La totalité de calcul sera représentée dans le tableau suivant :

Volée1 Volée2
Appui gauche Appui gauche
En travée En travée
et droit et droit
M u (daN .m / m) 3480 522 ∗∗ 3414 512.1
Mu
Dimensionnement à L’ELU

µbu = 0.153 0.023 0.150 0.023


b × d 2 × fbu
µl = 0.39( f e = 400MPa) > µbu ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)
Asc (cm 2 ) 0 0 0 0

(
α = 1.25 × 1 − 1 − 2 µ ) 0.209 0.029 0.205 0.028

yu = α .d (m) 0.028 0.04 0.028 0.004


Z (m) = d − 0.4 yu 0.124 0.133 0.124 0.133
Mu
Ast (cm 2 / ml ) = 8.07 1.12 7.91 1.11
Z × f su
f t 28
CNF

Amim (cm 2 ) = 0.23 × b × d 1.55 1.55 1.55 1.55


fe

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 73 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

( Ast )théor > Amim ( Ok) (NON) ( Ok) (NON)


Section choisie 6HA14=9.23 6HA8=3.01 6HA14 6HA8=3.01
b 2
y1 telque y1 + 15 Ast y1 − 15 Ast d = 0 4.995 3.133 4.995 3.133
2
by13
Vérification à L’ELS

I SRH = + 15(d − y12 )(cm 4 ) 15381.09 1087.5 15381.09 1087.5


AN 3
M s ( daN .m / m ) 2509 376.35 2460 369
Ms
σ bc = y1 ( MPa ) 8.15 10.84 7.99 10.63
I SRH
AN

σ bc = 0.6 f c 28 ( MPa ) 13.2 13.2 13.2 13.2

σ bc < σ bc ( Ok) ∗ ( Ok) ( Ok) ( Ok)


Section finale 6HA14 6HA8 6HA14 6HA8
Tab2. Tableau de calcul des armatures longitudinales.

∗ : La fissuration est peu préjudiciable F Il suffit de vérifier σ bc < σ bc


∗∗ : Au niveau de l’appui, on considère forfaitairement un moment de flexion égal à 0.15 M tmax

II.5/Armatures de répartition
La section des armatures de répartition est prise égale au quart de la section des armatures
A
principales. Ar = st = 2.31cm 2 .soit 5 HA8/ ml et ceci est valable pour les volées.
4
II.6/La nécessite des armatures transversales
Pour les dalles coulées sans reprise de bétonnage sur leur épaisseur, on n’a pas besoin des armatures
0.07 × f cj vumax
transversales, si on vérifie : τ u ≤ ; Avec τ u =
γb b.d
Pour Vumax = 3.346 MN on a :
3346 × 10−5 0.07 × 22
τu = = 0.24MPa ≤ = 1.026MPa ( Ok)
1× 0.14 1.5
F Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 74 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

II.7/Schémas de ferraillage

Fig3. Schéma de ferraillage de la première volée

Fig4. Schéma de ferraillage de la deuxième volée

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 75 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE VIII :

PARTIE B:

I/DÉFINITION ET PRÉSENTATION
Un escalier hélicoïdal (Figure1) est un escalier qui comporte une volée hélicoïdale composée de
marches de forme trapézoïdale encastrées dans un poteau central.
Dans notre cas ces marches ont une longueur de 1.05 m scellées dans un poteau circulaire, on
présentera sur la (Figure 2) les dimensions adoptées:
Le nombre des contres-marches de l’escalier est 18 F la hauteur h des contres marches est
H 300
donnée par : h= = = 16.5 cm
18 18

Fig1. Escalier hélicoïdal Fig2. Dimensions de la marche

II/ÉVALUATION DES CHARGES SUR UNE MARCHE : [1]


On considère une portée de porte à faux de 1.15 m du fait de la forme circulaire de l’appui de
portée.
Afin de déterminer le chargement par mètre carré sur une marche, on divise son poids total par sa
surface :
⎛ 0.25 + 0.4 ⎞ ⎛ 0.165 − 0.05 ⎞
9 Poids propre = 1.15 × ⎜ ⎟ × ⎜ 0.05 + ⎟ × 2500 = 100.45 daN.
⎝ 2 ⎠ ⎝ 2 ⎠
⎛ 0.4 + 0.25 ⎞
9 Poids de la marche en marbre (3 cm) = 1.15× ⎜ ⎟ × 0.03 × 2800 = 31.395 daN.
⎝ 2 ⎠
⎛ 0.4 + 0.25 ⎞
9 Poids du mortier de pose (2 cm) = 1.15 × ⎜ ⎟ × 0.02 × 2000 = 14.95 daN.
⎝ 2 ⎠
F Le poids de la marche est égal à 146.795 daN.

III/DIMENSIONNEMENT DES MARCHES :


III.1/ Calcul des sollicitations :
La marche est considérée comme une poutre console chargée comme le montre la figure suivante :

M g = 146.795 × 0.7 = −102.76 daN .m


M q = 550 × (1.15 − 0.05) = −605daN .m

Fig3. Charges appliquées sur la marche


___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 76 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III.2/ Calcul des sections d’armatures:


La section critique de la marche est à l’encastrement, on une section rectangulaire avec :
9 b = 0.25m.
9 h = 0.165m.
9 d = 0.9×h = 0.1485m
9 Mu = 1.35 MG + 1.5 MQ= -1046.23 daN.m.
9 Mser = MG + MQ= -707.76 daN.m. Fig4.
9 fc28 = 22 MPa, fbu = 12.47 MPa, fe = 400 MPa
III.2.1/ Armatures longitudinales :
III.2.1.1/ Dimensionnement à l’ELU :
Mu 1046.23 ×10−5
µ= = = 0.152 < µL = 0.39 F Pas d’armatures comprimées Asc=0 cm2
b × d × fbu 0.25 × 0.1485 ×12.47
2 2

α = 1.25 × ⎡⎣1 − 1 − 2µ ⎤⎦ = 1.25 ⎡⎣1 − 1 − 2 × 0.057 ⎤⎦ = 0.207


yu = α .d = 0.207 × 0.1485 = 3.08 × 10−2 cm
Z = d − 0.4 yu = 0.1485 − 0.4 × 3.08 × 10−2 = 0.136
Mu 1046.23 ×10−5
Ast = = = 2.21cm 2
Z × f su 0.136 × 347.8
f
Amin = 0.23 × b × d × t 28 = 0.41cm ² F Ast > AminF ( Ok)
fe
F Soit un cadre HA10 = 2.35 cm² en chapeau et passant au tour du noyau.
III.2.1.2/ Vérification à l’ELS :
Y1 est la solution de l’équation :
y1 + [15.Asc + 15.Ast ].y1 − [15.Asc .d '+15.Ast .d ] = 0
b 2
2
0.25 2
y1 +15× 2.35×10−4.y1 −15× 2.35×10−4 × 0.1485 = 0
2
F Y1=0.034m
3
by
I SRH = 1
+15.Ast .(d − y1 )2 +15.Asc .(y1 − d ')² F I SRH = 5835.346 cm4 .
AN 3 AN

M ser 707.76 × 10−5


σ bc = . y1 = × 0.034 F σ bc = 4.12 MPa
I SRH / AN 5835.346 × 10−8
F σ bc = 4.12 MPa < σ bc = 0.6 × f c 28 = 13.2MPa F ( Ok)
III.2.2/ Armatures transversales :
Les marches sont considérées comme des dalles pleines :
Vumax 696.795 × 10−5
τu = = = 0.31 MPa
b.d 0.15 × 0.1485
0.07
τb = × f c 28 = 1.026 MPa
γb
F τu< τb F les armatures transversales ne sont pas nécessaires

IV/DIMENSIONNEMENT DU POTEAU CENTRAL :


Pour déterminer les sollicitations maximales sur le poteau, on doit déterminer pour chaque marche
les charges transmises au poteau.
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 77 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

On a :
9 le nombre des marches est n = 17.
324.7
9 L’angle entre deux marches successives α = = 19.1° .
17
9 Aire horizontale de la charge d’exploitation (0.9 de cercle pour 17 marches)
π (1.152 − 0.152 )
S = 0.9 = 0.216 m 2 F Charge d’exploitation par marche Q = 250 × 0.216 = 54 daN
17
F M q = 54 × 0.7 = −37.8 daN.m
On note par i l’indice de la marche.
Les sollicitations maximales au niveau du poteau dues au marches sont obtenus comme suit :
n n n n
ϕ = (1 − i ).α , M Gx = ∑ M G .cos ϕ , M Qx = ∑ M Q .cos ϕ , M Gy = ∑ M G .sin ϕ , M Qy = ∑ M Q .sin ϕ
i i i i

MG = M 2
Gx +M 2
Gy ; MQ = M 2
Qx +M 2
Qy ; PG = (n − i + 1).N G ; PQ = (n − i + 1).N Q

MGx MGy MQx MQy MG MQ PG PQ


i ϕ(°)
(daN.m) (daN.m) (daN.m) (daN.m) (daN.m) (daN.m) (daN) (daN)
17 305.6 -59.82 83.55 -22 30.74 102.76 37.8 146.8 54
16 286.5 -89 182.08 -32.74 66.98 202.67 74.55 293.6 108
15 267.4 -84.34 284.74 -31.02 104.74 296.97 109.23 440.4 162
14 248.3 -46.35 380.21 -17.05 139.86 383.02 140.9 587.2 216
13 129.2 18.60 300.58 6.84 110.57 301.15 110.78 734 270
12 210.1 107.50 352.11 39.54 129.53 368.15 129.7 880.8 324
11 191 208.37 371.72 76.65 136.74 426.14 156.76 1027.6 378
10 171.9 310.11 450.32 114.07 131.41 546.79 174.01 1174.4 432
9 152.8 401.51 403.34 147.69 114.13 569.11 186.65 1321.2 486
8 133.7 472.50 329.05 173.8 86.81 575.79 194.27 1468 540
7 114.6 515.28 235.62 189.54 52.44 566.60 196.66 1614.8 594
6 95.5 525.12 133.33 193.17 14.81 541.78 193.74 1761.6 648
5 76.4 500.96 33.45 184.28 -21.93 502.08 185.58 1908.4 702
4 57.3 445.49 -53.02 163.86 -53.74 448.63 172.45 2055.2 756
3 38.2 364.80 -116.57 134.15 -77.11 382.97 154.73 2202 810
2 19.1 267.79 -150.19 98.44 -89.48 307.03 133.03 23488 864
1 0 165.03 252.95 60.64 -127.28 302.02 140.99 2495.6 918
Tab3. Tableau des sollicitations au niveau du poteau central dues aux marches
Les sollicitations maximales au niveau du poteau dues aux effets des marches sont :
M G max = 575, 79daN .m ; M Q max = 194, 27 daN .m
N G max = 2495, 6daN ; N Q max = 918daN
On doit aussi tenir compte du poids propre du poteau dans le calcul de son effort normal :
π .D ² π × 0.182
Pp : poids propre du poteau = × 2500 × 3 = × 2500 × 3 = 190.85daN
4 4
F Finalement le poteau sera dimensionné à la flexion composée tel que il sera soumis à :

M G max = 575, 79daN .m ; M Q max = 194, 27 daN .m


N G max = 2495 + 190.85 = 2685,85daN ; N Q max = 918daN

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 78 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

IV.1/ Calcul des armatures longitudinales : [2]


Nu = 1.35 NGmax+1.5 NQmax = (1.35×2685.85) + (1.5 × 918) = 5002.9 daN.
Mu = 1.35 MGmax+1.5 MQmax = (1.35×575.79) + (1.5 × 194.27) = 1068.7 daN.m.
F Nu > 0 : donc on doit passer au calcul du domaine de validité, c'est-à-dire on doit vérifier que :
lf ⎧ 20e0 ⎫
≤ max ⎨15; ⎬
D ⎩ D ⎭
Mu
1068.7
e0 : Excentricité initiale : e0 = = 0.21m
G0
Avec : =
Nu 5002.9
D : Plus faible coté de la section (ici le diamètre du poteau) = 0.3m.
lf : Longueur de flambement du poteau : comme l’extrémité du poteau
en tête n’est pas traversée par des poutres dont la raideur est supérieure à
celle du poteau F lf = k×l0 = 1 × l0 =3m.
l f 300 ⎧ 20 × 0.21 ⎫
= = 16.6 ≤ max ⎨15; = 23.33⎬ F ( Ok)
D 18 ⎩ 0.18 ⎭
Il faut majorer l’excentricité :
emaj = e0 + e1 + e2
Avec : e0 : Excentricité initiale.
e1 : Excentricité additionnelle d’imperfection géométrique :
⎧ l ⎫ ⎧ 300 ⎫
e1 = sup ⎨2cm; 0 ⎬ = sup ⎨ 2cm; ⎬ = 2cm
⎩ 250 ⎭ ⎩ 250 ⎭
e2 : Excentricité de second ordre :
3.l 2f .(2 + α .ϕ ) M G max
e2 = Avec : α = = 0.748
10 × h
4
M G max + M Q max
ϕ = 2 : Cœfficient de fluage
F e2 = 0.052 cm
F emaj = e0 + e1 + e2 = 0.21 + 0.02 + 0.00052 = 0.231 m

D’où : Nu = 5002.9 daN.


Mu maj = emaj.Nu = 0.231 × 5002 .9 = 1155.67 daN.m.
Pour les sections circulaires, on utilise les abaques d’interaction.
c 4.M u maj 4.N u
On a pris = 0.125 m ; µmaj ,G = = 0.036 ; ν = = 0.158
D π .D . fbu
2
π .D 2 . f bu
Fig5.
F ρ = 0 Donc on prend la section d’acier minimale.
⎧4 cm² = 2.26cm² ⎫
⎪ m de périmètre ⎪
Amin = max ⎨ ⎬ F A = Amin = 2.26 cm² F Soit 6 HA10 = 4.71 cm²
0.2 × 0.18
⎪ = 0.51cm² ⎪
⎩ 100 ⎭
IV.2/ Calcul des armatures transversales :
IV.2.1/ Diamètre Øt :
φlmax
φt ≥ et φt ≤ 12mm
3
10
F φt ≥ = 3.33mm F Øt = 6mm F Soit des cerces Ø6
3

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 79 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

IV.2.2/ Espacement en zone courante :


⎧40cm ⎫
⎪ ⎪
St ≤ min ⎨a + 10cm = 28cm ⎬ = 15cm
⎪15.φ ⎪
⎩ l min ⎭

F Soit St = 25 cm

IV.2.3/ Espacement en zone de recouvrement :


φ max
fe
lr = 0.6 × ls = 0.6 × . = 23.14cm
4 0.6 × (1.5)². f t 28
Avec : * lr : Longueur de recouvrement.
* ls : Longueur de scellement.
F Soit lr = 25cm F 4 cerces espacés de 5 cm.

Fig6. Ferraillage des marches et du poteau de l’escalier

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 80 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE IX:

I/PRESENTATION - INTRODUCTION :
Le voile en sous-sol joue le rôle d’un mur de soutènement fonctionnant comme une dalle continue
verticale à deux travées. Ce voile est soumis à un chargement uniforme dû aux surcharges appliquées
sur le terrain à soutenir et à un chargement triangulaire provenant de la poussée des terres.
Le plus haut niveau de la nappe phréatique est en dessous de dallage. Nous supposons que la dalle
constituant ce voile est simplement appuyée sur les poteaux et les planchers et articulée au niveau des
longrines.
I.1/ Données du problème :
9 Poids volumique du remblai γs = 15 KN/ m3.
9 Angle de frottement interne: φ = 30 °
9 Cohésion c = 0
ϕ
9 Cœfficient de poussée latérale Ka = tg2 (45 - ) = 0.33.
2
9 Le mur voile est soumis aux actions suivantes
¾ Poussée du sol : q1 = Ka. γs .Z
¾ Action de la surcharge d’exploitation (q = 5 KN/m2) :
ka
q2 = Kaq. q = q
cos(λ − β )
Paroi verticale et talus horizontal F λ = β = 0
F Kaq = Ka F q2 = Ka. q.Z
Fig1. Données géométriques

Fig2. Chargement

Z(m) 0 3.95 6.86


q1 (KN/m2) 0 19.55 33.96
q2 (KN/m2) 1.65 1.65 1.65
Tab1. Tableau de Chargement
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 81 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

II/ DETERMINATION DES SOLLICITATIONS :


On présente ci après les schémas de calcul des deux voiles

Fig3. Schémas de calcul du voile 1

Fig4. Schémas de calcul du voile 2


Les moments de référence en travées sont calculés à partir des tableaux de M.Henry Thonier
On détaille un exemple de calcul et les autres résultats sont rassemblés dans le tableau 2:
K .P.L2 K .P.L2
M 0a = a ; M 0b = b
1000 1000
M 0a à l’ELU dans le voile :
⎡ 29.03 ×19.55 × 2.7 2 14.51×14.41× 2.7 2 ⎤ ⎡ 29.03 ×1.65 × 2.7 2 ⎤
M 0 a = 1.35 ⎢ + ⎥ + 1.5 ⎢ ⎥ = 8.17 KN.m/m
⎣ 1000 1000 ⎦ ⎣ 1000 ⎦

Ka Kb M0a M0b
(KNm / m) (KNm / m)
a L
b (m) Action du sol Surcharge Action du sol Surcharge
ELU ELS ELU ELS
Rectangulaire Triangulaire Rectangulaire Rectangulaire Triangulaire Rectangulaire

Voile 1.09 3.7 - 17.89 35.77 - 25.15 43.74 7.68 5.60 10.7 7.72

Voile 1.49 2.7 29.03 14.51 29.03 71.30 38.04 71.30 8.17 6.01 20.4 15.02

Tab2. Tableau de moments de référence

III/ FERRAILLAGE DU VOILE DANS LE SENS LONGITUDINAL :


Les armatures longitudinales doivent justifier les deux états limites et la condition de non fragilité.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 82 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Appui travée Appui travée Appui


M0b (KNm / m) - 10.7 - 20.4 -
Moment en travée Mt(KN.m /m) - 9.095 - 17.34 -
Moment sur appui (KN .m /m) -3.21 - -10.2 - -6.12
M + Me
Mt + w ≥ 1.25 M 0b - OUI - OUI -
2
Moments retenus (KN.m /m) -3.21 9.095 -10.2 17.34 -6.12
Mu
µbu =
A L’ELU

0.009 0.025 0.028 0.048 0.017


b × d 2 × fbu
µl = 0.39( f e = 400MPa) > µbu ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)

(
α = 1.25 × 1 − 1 − 2 µ ) 1.12 10-2 3.20 10-2 3.59 10-2 6.17 10-2 2.14 10-2
yu = α .d (m) 1.9 10-3 5.4310-3 6.1 10-3 10.48 10-3 3.64 10-3
Z (m) = d − 0.4 yu 0.169 0.168 0.168 0.166 0.169
Mu
Ast (cm 2 / ml ) = 0.55 1.55 1.75 3 1.04
Z × f su
M0b (KNm / m) - 7.72 - 15.02 -
Moment en travée Mt(KN.m /m)
- 6.562 - 12.767 -

Moment sur appui (KN .m /m) -2.316 -7.51 -4.506


Mw + Me
Mt + ≥ 1.25 M 0b - OUI - OUI -
2
Moments retenus (KN.m /m) -2.316 6.562 -7.510 12.767 -4.506
σ bc
y1 = .d (cm)
σ St 8.6 8.6 8.6 8.6 8.6
A L’ELS

σ bc +
15
M RB = 0.5.b.σ bc . y1 (d − 1/ 3. y1 ) (KN.m/m) 80.22 80.22 80.22 80.22 80.22
2
ASC (cm) 0 0 0 0 0
Ms
0.42 10-3 1.18 10-3 1.35 10-3 2.29 10-3 0.81 10-3
b.d ².σ St
Z/d 0.91 0.91 0.91 0.91 0.91
Z(m) 0.155 0.155 0.155 0.155 0.155
Ms
Ast (cm2 / ml ) = 0.77 2.20 2.51 4.27 1.51
Z .σ St
A retenue (cm 2 / ml ) 0.77 2.20 2 .51 4.27 1.51
Ay min = 8h0 (fe =400MPa) 1.76 1.76 1.76 1.76 1.76
2
Ast (cm /ml) 1.76 2.20 2.51 4.27 1.76
sty ≤ Min(2h0 ; 25 cm) 25 25 25 25 25
Ast choisit 4 HA8 4HA10 4HA10 4 HA12 4 HA8

Tab3. Tableau de calcul des armatures longitudinales

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 83 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

IV/ FERRAILLAGE DU VOILE DANS LE SENS TRANSVERSAL :

Voile Voile
Appui travée travée Appui
M0a (KNm / m) - 7.68 8.17 -
Moment en travée Mt(KN.m /m) - 5.76 6.128 -
Moment sur appui (KN .m /m) -3.84 - - -4.085
Mw + Me
Mt + ≥ 1.25 M 0a - OUI OUI -
2
Moments retenus (KN.m /m) -3.84 5.76 6.128 -4.085
Mu
µbu =
A L’ELU

0.011 0.016 0.017 0.011


b × d 2 × f bu
µl = 0.39( f e = 400 MPa ) > µbu ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)
(
α = 1.25 × 1 − 1 − 2 µ ) 1.34 10-2 2.01 10-2 2.14 10-2 1.43 10-2
yu = α .d (m) 2.28 10-3 3.4210-3 3.64 10-3 2.42 10-3
Z (m) = d − 0.4 yu 0.169 0.169 0.169 0.169
Mu
Ast (cm 2 / ml ) = 0.65 0.98 1.04 0.69
Z × f su
M0a (KNm / m) - 5.6 6.01 -
Moment en travée Mt(KN.m /m)
4.2 4.51
Moment sur appui (KN .m /m) -2.8 - - -3.005
M + Me
Mt + w ≥ 1.25 M 0b - OUI OUI -
2
Moments retenus (KN.m /m) -2.8 4.2 4.51 -3.005
σ bc
y1 = .d (cm)
σ St 8.6 8.6 8.6 8.6
σ bc +
A L’ELS

15
M RB = 0.5.b.σ bc . y1 (d − 1/ 3. y1 ) (KN.m/m) 80.22 80.22 80.22 80.22
2
ASC (cm) 0 0 0 0
Ms
0.5 10-3 0.75 10-3 0.81 10-3 0.54 10-3
b.d ².σ St
Z/d 0.91 0.91 0.91 0.91
Z (m) 0.155 0.155 0.155 0.155
Ms
Ast (cm 2 / ml ) = 0.94 1.4 1.51 1
Z .σ St
Théorie (cm 2 / ml ) 0.94 1.4 1.51 1
3 −α
Ax min = Ay min 1.83 1.83 2.05 2.05
2
Ast (cm2/ml) 1.83 1.83 2.05 2.05
stx ≤ Min(2h0 ; 25 cm) 25 25 25 25
Ast choisit 4 HA8 4HA8 4HA10 4 HA10

Tab4. Tableau de calcul des armatures transversales

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 84 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

V/ARRET DES ARMATURES


ƒ Voile 1
œ En travée « sens longitudinal » : On alterne
2 HA10 /ml filantes
2 HA10 /ml arrêtés à 0.1 × 3.7 ≈ 0.35 m de la rive
œ En travée « sens transversal » : On alterne
2 HA8 /ml filantes
2 HA8 /ml arrêtés à 0.1 × 4.03 ≈ 0.4 m de la rive
œ Sur appuis :
⎧ ⎧ φ fe
⎪ ⎪ls = 4 × τ = 30.8cm ⎧l = 30.8 cm
⎪ ⎪ s ⎪s
⎨l1 = Max ⎨ ⇒ l1 ≈ 75cm ;l2 = Max ⎨ l1 ⇒ l2 ≈ 40cm
⎪ ⎪0.25 ⎡0.3 + M appb ⎤ l = 73.4cm ⎪⎩ 2 = 36.7cm
⎪ ⎪ ⎢ ⎥ x
⎩ ⎩ ⎣ M 0b ⎦
ƒ Voile 2
œ En travée « sens longitudinal» : On alterne
2 HA12 /ml filantes
2 HA12 /ml arrêtés à 0.1 × 2.7 ≈ 0.25 m de la rive
œ En travée « sens transversal » : On alterne
2 HA10 /ml filantes
2 HA10 /ml arrêtés à 0.1 × 4.03 ≈ 0.4 m de la rive
Sur appuis : l1 ≈ 75cm et l2 ≈ 40cm
V/ SCHEMA DE FERRAILLAGE

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 85 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

fig5. Plan de ferraillage du voile de soutènement

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 86 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE X:

I/ INTRODUCTION
La bâche à eau à étudier est un réservoir constitué d’un fond de forme pentagonale soumis à une
charge répartie uniforme p, et 5 faces latérales rectangulaires soumises à une pression hydraulique
variant de 0 au sommet à p à la base.
En vue d’étudier les bâches à eau, on considère les hypothèses suivantes :
œ La fissuration est considérée très préjudiciable.
œ Les parois sont supposées encastrées entre elles.
œ Les parois sont supposées encastrées à la dalle en bas, et libres en haut.

II/ CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES


La bâche à eau à une hauteur h égale à 2.6 m et les figures qui suivent donnent sa forme en 3D et
les dimensions en plan de ses parois :

Fig1. Forme de la bâche à eau en 3D. Fig2. Forme en plan de la bâche à eau.

III/ CALCUL DES SOLLICITATIONS « METHODE SIMPLIFIÉE » : [ 1.5 ; 1.6]


III.1/Principe de la méthode
En béton armé les liaisons au niveau des appuis ne sont ni des encastrements parfaits, ni des
articulations parfaites, pour cela il faut être prudent, en l’absence de calcul précis sur le taux
d’encastrement, donc il vaut mieux de prendre l’enveloppe des cas articulé et encastré.
Pour cela, on considère pour chaque paroi les conditions d’appuis suivantes :

Fig3. Conditions d’appui des parois verticales à bord libre en tête.

Pour tenter de trouver une solution, on fait appel au caractère adaptatif du béton armé par
redistribution des moments en respectant la condition de fermeture :
MF = | Moment sur appui | + Moment en travée = constante.
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 87 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

C’est d’ailleurs ce principe qui à été adopté par le BAEL, le coefficient de fermeture est de 1.25.
III.2/Notation
Notons dans ce qui suit que l’exposant prime (‘) sera réservé aux moments sur appui, les indices a, b,
et c respectivement aux cotés verticaux de longueur « a », de longueur « b » et au fond, l’indice x aux
aciers horizontaux des parois verticales ou aux aciers du fond parallèles au coté de longueur a, l’indice y
aux autres aciers perpendiculaires aux précédents.

(L = b)
(L = a)
Fig4. Notations des moments.
Avec: a = Coté horizontal de la paroi.
b = Coté vertical de la paroi.
L = portée de calcul = petite portée = min (a ; b).
III. 3/Méthode de calcul

Pour une charge « p » par Aciers parallèles


unité de surface Au coté de longueur a Au coté de longueur b
Moment maximal positif en K a . pL2 K . pL2
travée /m
Ma = Mb = b
1000 1000
' 2
Moment minimal négatif K a . pL K b' . pL2
sur appui /m
Ma =
'
Mb =
'

1000 1000
' '
Avec : *Les coefficients Ka, Kb, K a et K b sont déterminés à partir des tableaux de
M.Henry.Thonier en fonction du rapport (a / b) .
* p = c’est la poussée maximale = ρeau×h = 10 (KN/m3) ×2.6 m = 26 KN/m².
III.3.1/ Détermination des coefficients Ka, Kb, K’a et K’b
ˆ Paroi N°1:
œ 1er Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


2.38 2.6 0.915 27.87 16.67 0 0

œ 2ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


2.38 2.6 0.915 21.34 10.55 0 - 49.04

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 88 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

œ 3ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


2.38 2.6 0.915 14.05 10.46 -32.75 0

œ 4ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


2.38 2.6 0.915 11.24 7.34 -26.42 -29.24

ˆ Paroi N°2:
œ 1er Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


8.42 2.6 3.24 79.89 58.2 0 0

œ 2ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


8.42 2.6 3.24 20.53 8.94 0 -141.02

œ 3ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


8.42 2.6 3.24 69 50.79 -216.13 0

œ 4ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


8.42 2.6 3.24 19.44 9.83 -87.80 -128.87

ˆ Paroi N°3:
œ 1er Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


0.87 2.6 0.33 7.49 2.42 0 0

œ 2ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


0.87 2.6 0.33 6.95 1.81 0 -8.28

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 89 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

œ 3ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


0.87 2.6 0.33 3.26 1.34 -6.76 0

œ 4ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


0.87 2.6 0.33 3.1 0.86 -6.40 -3.6

ˆ Paroi N°4:
œ 1er Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


2.6 2.6 1 31.28 19.07 0 0

œ 2ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


2.6 2.6 1 23.61 11.49 0 -55.29

œ 3ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


2.6 2.6 1 15.66 12.54 - 36.9 -1.02

œ 4ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


2.6 2.6 1 12.3 8.31 -29.13 -33.66

ˆ Paroi N°5:
œ 1er Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


6.83 2.6 2.63 75.87 53.05 0 0

œ 2ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


6.83 2.6 2.63 23.13 11.56 0 -129.05

œ 3ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


6.83 2.6 2.63 58.78 43.71 -156.19 0

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 90 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

œ 4ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


6.83 2.6 2.63 23.99 12.81 -80.69 -110.42

ˆ Pour le fond:
œ 1er Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


8.42 2.66 3.16 11.1 60.46 0 0

œ 2ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


8.42 2.66 3.16 6.03 21.49 0 -49.48

œ 3ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


8.42 2.66 3.16 8.03 58.56 -47.45 0

œ 4ème Cas :

a (m) b (m) a/b Ka Kb K’a K’b


8.42 2.66 3.16 3.67 21.46 -18.31 -49.44

III.3.2/ Détermination des moments dans les parois pour les cas idéaux
Nous calculons les 6 types de dalles soumises à des charges triangulaires ou uniformes pour les
quatre types des conditions d’appui. Puis on donne dans le tableau qui suit les moments dans les parois
et le fond pour les cas idéaux en (KN.m) par mètre linéaire :
Paroi Ner1 (L = 2.38 m) Paroi Ner2 (L = 2.6 m)

Ma Mb M’a M’b Ma Mb M’a M’b


er er
1 cas 4.08 2.46 0 0 1 cas 14.04 10.23 0 0
ème ème
2 cas 3.14 1.55 0 -7.22 2 cas 3.61 1.57 0 - 24.79
ème
3 cas 2.07 1.54 -4.82 0 3ème cas 12.13 8.93 -37.99 0
ème ème
4 cas 1.66 1.08 -3.89 -4.31 4 cas 3.42 1.73 -15.43 -22.65

Paroi Ner3 (L = 0.87m) Paroi Ner4 (L = 2.6 m)

Ma Mb M’a M’b Ma Mb M’a M’b


er er
1 cas 0.15 0.05 0 0 1 cas 5.5 3.35 0 0
ème ème
2 cas 0.14 0.04 0 -0.16 2 cas 4.15 2.02 0 -9.72
ème ème
3 cas 0.06 0.03 -0.13 0 3 cas 2.75 2.2 -6.49 0
ème ème
4 cas 0.06 0.02 -0.13 -0.07 4 cas 2.16 1.46 -5.12 -5.92

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 91 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Paroi Ner5 (L = 2.6 m) Fond (L = 2.66 m)

Ma Mb M’a M’b Ma Mb M’a M’b


er er
1 cas 13.33 9.32 0 0 1 cas 2.04 11.12 0 0
ème ème
2 cas 4.06 2.03 0 -22.68 2 cas 1.11 3.95 0 -9.1
ème ème
3 cas 10.33 7.68 -27.45 0 3 cas 1.48 10.77 -8.73 0
ème ème
4 cas 4.22 2.25 -14.18 -19.41 4 cas 0.68 3.95 -3.37 -9.1

Tab1. Tableaux des moments idéaux dans les parois.

fig5. Valeurs et position des moments dans les parois (en KN.m/m)
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 92 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Fig6. Valeurs et position des moments dans le fond (en KN.m/m)


III.3.3/ Détermination des moments horizontaux dans les parois de la bâche à eau
ˆ CALCUL DES MOMENTS HORIZONTAUX SUR APPUIS VERTICAUX
On note par M’x le moment sur appui des aciers parallèles à (Ox : l’axe horizontal).
Etant donnée que le moment d’encastrement varie entre 75 et 100% du moment d’encastrement
parfait de la petite paroi en contact avec l’appui vertical considéré, quelque soit la longueur du coté
« a ».
On peut considéré la petite paroi « i » en contacte avec l’appui vertical « j » comme partiellement
encastrée avec un moment :
M xa' j = K .M a' i
Avec : M a' i :Le moment horizontal d’encastrement maximal des cas idéaux de la paroi « i ».
K : cœfficient qui tient compte du taux d’encastrement = 1 – k + k².

Coté horizontal de la petite paroi
k= 
Coté horizontal de la grande paroi
A titre indicatif, on détaille le calcul pour l’appui vertical « 1 », et pour les autres appuis les résultats
seront récapitulés dans le tableau 2 :

Fig7. Numérotation des appuis verticaux


Le moment d’encastrement de l’appui vertical « 1 » est :
M xa' 1 = M xa' 2 = K .M a' 1
2
2.38 ⎛ 2.38 ⎞
K=1 – k + k² = 1 − +⎜ ⎟ = 0.8 F M xa' 1 = M xa' 2 = −0.8 × max [ 4.82;3.89] = −3.86 KN .m
8.42 ⎝ 8.42 ⎠ m

Appui Côté horizontal de Côté horizontal de M xa' j


k K M a' i (KN.m/m)
«j» la petite paroi (m) la grande paroi (m) (KN.m/m)
4.82 (3) * 3.89 (4)
1 2.38 8.42 0.289 0.8 - 3.86
Max = 4.82
0.13 (7) 0.13 (8)
2 0.87 8.42 0.103 0.91 - 0.12
Max = 0.13
0.13 (11) 0.13 (12)
3 0.87 2.6 0.334 0.78 - 0.10
Max = 0.13
6.49 (15) 5.12 (16)
4 2.6 6.83 0.38 0.76 - 4.93
Max = 6.49
4.82 (19) 3.89 (20)
5 2.38 6.83 0.348 0.77 - 3.71
Max = 4.82
Tab2. Tableau des moments d’encastrement sur les appuis verticaux des parois.
Remarque*: (i) Correspond au cas idéal i
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 93 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

ˆ CALCUL DES MOMENTS HORIZONTAUX RETENUS EN TRAVÉES


On note par Mx le moment en travée des aciers parallèles à (Ox).
Le moment horizontal retenue en travée s’en déduit par la règle de fermeture pour tenir compte
du caractère adaptatif du béton armé, et il est donné par :

M xa i = M Fxa − M xa' i
i
'
Avec : M xai : Le moment d’encastrement sur les appuis verticaux de la paroi « i ».
M Fxa : Le moment de fermeture maximal de la paroi « i », et il est donné par
i

M Fxa = M ai' + M ai
i

Il faut toujours vérifier si M xa i ≤ max M ai (Conditionœ) si non on prend M xa i = max M ai


A titre indicatif, on détaille le calcul pour la paroi1, et pour les autres parois les résultats seront
récapitulés dans le tableau 3 :
Le moment de fermeture relatif à la paroi 1 est le :
⎧ M Fxa rélatif au cas idéal (3) = M a' + M a = 4.82 + 2.07 = 6.89 KN .m
⎪ 1 1 1 m
sup ⎨
⎪⎩ M Fxa1 rélatif au cas idéal (4) = M a1 + M a1 = 3.89 + 1.66 = KN .m m
'

Le moment horizontal retenu en travée de la paroi 1 est égal :


M xa 1 = M Fxa − M xa' 1
1

⎧M '
= moment d ' encastrement sur appui vertical gauche de la paroi
⎪ xa1
M xa' 1 = Min ⎨
'
⎪⎩ M xa1 = moment d ' encastrement sur appui vertical droite de la paroi
⎧ M xa' = 3.86 KN .m
⎪ m
M xa1 = Min ⎨
' 1

'
⎪⎩ M xa1 = 3.71 KN .m
m
F M xa 1 = sup{6.89;5.55} − min {3.86;3.71} = 3.18 KN .m
m
F M xa 1 = 3.18 KN .m < max [ 4.08;3.14;3.07;1.66] F La (Conditionœ) est vérifiée
m

M Fxa M xa' j (KN.m/m) M xai M xai


Paroi« i » i (Conditionœ)
(KN.m/m) Appui gauche Appui droit (KN.m/m) (KN.m/m)
6.89 (3) * 5.55 (4) 3.71 3.86
1 3.18 Vérifiée 3.18
Max = 6.89 Min = 3.71
50.12 (7) 18.85 (8) 3.86 0.12
2 50 Non vérifiée 14.04
Max = 50.12 Min = 0.12
0.19 (11) 0.19 (12) 0.12 0.1
3 0.09 Vérifiée 0.09
Max = 0.19 Min = 0.1
9.24 (15) 7.28 (16) 0.1 4.99
4 9.14 Non vérifiée 5.5
Max = 9.24 Min = 0.1
37.78 (19) 3.89 (20) 3.71 4.99
5 34.07 Non vérifiée 13.33
Max = 37.78 Min = 3.71
Tab3. Tableau des moments horizontaux retenus en travée des parois.
Remarque*: (i) Correspond au cas idéal i

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 94 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Fig8. Moments horizontaux retenus en travées


et sur appuis des parois de la bâche à eau (en KN.m/m)
III.3.4/ Etude du fond et calcul des moments verticaux dans les parois verticales
ˆ CALCUL DES MOMENTS VERTICAUX SUR APPUIS HORIZONTAUX DES PAROIS
On note par M’y le moment sur appui des aciers parallèles à (Oy : l’axe vertical).
Le moment sur appui « j » de la paroi verticale « i » parfaitement encastrée dans le fond est donné
par :
'
M ya j
= − min[ M b' i ; M c' i ]
Avec : M b' i : est le moment vertical d’encastrement des cas idéaux de la paroi « i ».
M c' i : est le moment sur appui du fond encastré avec la paroi de longueur « ai »,
déterminé dans les cas idéaux à partir des tableaux de M.Henry Thonier .

A titre indicatif, on détaille le calcul pour l’appui horizontal « 1 », et pour les autres appuis, les
résultats seront récapitulés dans le tableau 4:

Fig9. Numérotation des appuis horizontaux


'
Par continuité M ya1
= M yc' 1
'
F M ya = M yc' 1 = − min[ M b'1 ; M c'1 ] = − min[7.22; 4.31;8.79;3.37] = −3.37 KN .m
1 m
M b' i M c' i M '
=M '
Appui« j » ya j yci

(KN.m/m) (KN.m/m) (KN.m/m)


7.22 (2) * 4.31 (4) 8.73 (23) 3.37 (24)
1 - 3.37
Min = 4.31 Min = 3.37
24.76 (6) 22.65 (8) 9.1 (22) 9.1 (24)
2 - 9.1
Min = 22.65 Min = 9.1
0.16 (10) 0.07 (12) 8.73 (23) 3.37 (24)
3 - 0.07
Min = 0.07 Min = 3.37
9.1 (14) 5.92 (16) 9.1 (22) 9.1 (24)
4 - 5.92
Min = 5.92 Min = 9.1
22.68 (18) 19.41 (20) 9.1 (22) 9.1 (24)
5 -9.1
Min = 19.41 Min = 9.1
Tab 4. Tableau des moments d’encastrement sur les appuis horizontaux des parois.
Remarque*: (i) Correspond au cas idéal i

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 95 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

ˆ CALCUL DES MOMENTS VERTICAUX RETENUS ENTRAVEE DES PAROIS


On note par My le moment en travée des aciers parallèles à (Oy : l’axe vertical).
Le moment vertical retenue en travée s’en déduit par la règle de fermeture pour tenir compte du
caractère adaptatif du béton armé, et il est donné par :

M b' i
M ybi = M Fybi −
2

Avec : M b' i : Le minimum des moment d’encastrement des cas idéaux sur les appuis
horizontaux de la paroi « i ».
M Fyb :Le maximum des moments de fermeture verticaux de la paroi « i », et il
i

est donné par :


M b' i
M Fyb = + M bi
i
2
Il faut toujours vérifier si M yb i ≤ max M bi (Conditionœœ) si non on prend M yb i = max M bi
A titre indicatif, on détaille le calcul pour la paroi1, et pour les autres parois les résultats seront
récapitulés dans le tableau 5 :

Le moment de fermeture relatif à la paroi 1 est le :


⎧ M b'1 7.22
⎪ M Fyb1 rélatif au cas idéal (2) = + M b1 = + 1.55 = 5.16 KN .m
⎪ 2 2 m
sup ⎨
⎪ M b'1 4.31
⎪ M Fyb1 rélatif au cas idéal (4) = + M b1 = + 1.08 = 3.24 KN .m
⎩ 2 2 m
Le moment vertical retenu en travée de la paroi 1 est égal :
'
M yb min[7.22; 4.31]
M yb 1 = M Fyb − 1
= 5.16 − = 3.01 KN .m
1
2 2 m
M yb 1 = 3.01 KN .m > max [ 2.46;1.55;1.54;1.08] F La (Conditionœœ) n’est pas vérifiée
m
F M yb 1 = 2.46 KN .m
m
M Fyb M b' i M yai M yai
Paroi« i » i (Conditionœœ)
(KN.m/m) (KN.m/m) (KN.m/m) (KN.m/m)
5.16 (2) * 3.24 (4) 7.22 (2) 4.31 (4)
1 3.01 Non vérifiée 2.46
Max = 5.16 (Min)/2 = 2.155
13.97 (6) 13.06 (8) 24.79 (6) 22.65 (8)
2 2.65 Vérifiée 2.65
Max = 13.97 (Min)/2 = 11.325
0.12 (10) 0.055 (12) 0.16 (10) 0.07 (12)
3 0.085 Non vérifiée 0.05
Max = 0.12 (Min)/2 = 0.035
6.88 (14) 4.42 (16) 9.72 (14) 5.92 (16)
4 3.92 Non vérifiée 3.35
Max = 6.88 (Min)/2 = 2.96
13.37 (18) 11.95 (20) 22.68 (18) 19.41 (20)
5 3.67 Vérifiée 3.67
Max = 13.37 (Min)/2 = 9.705
Tab5. Tableau des moments verticaux retenus en travée des parois.
Remarque*: (i) Correspond au cas idéal i

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 96 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

ˆ CALCUL DES MOMENTS RETENUS ENTRAVEE DU FOND

Pour le fond de la bâche à eau les moments retenus en travée M xc et M yc sont donnés par :
¾ M xc = Max[ M F( cas 23)
; M F( cas 24)
] − M ya
'
= Max[(8.73 + 1.48);(9.37 + 0.68)] − 3.37 = 6.83 KN .m
yc yc 1 m

Il faut vérifier que : M xc ≤ max( M xc des cas idéaux )


M xc > max[2.04;1.11;1.48; 0.68] F M xc = max[2.04;1.11;1.48; 0.68] = 2.04 KN .m
m
¾ M yc = Max[ M ( cas 22)
;M ( cas 24)
]− M '
= Max[(9.1 + 3.95);(9.1 + 3.95)] − 9.1 = 3.95 KN .m
Fyc Fyc ya2 m
Il faut vérifier que : M xc ≤ max( M xc des cas idéaux )
M xc < max[11.12;3.95;10.77;3.95] F M yc = 3.95 KN .m
m

Fig10. Moments verticaux retenus en travées


et sur appuis des parois de la bâche à eau (en KN.m/m)

Fig11 Moments retenus en travées et sur appuis


D ans le fond de la bâche à eau (en KN.m/m)

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 97 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III.3.5/ Traction dans les parois


ˆ Calcul de la poussée totale exercée sur les parois
La poussée totale de l’eau sur la paroi « i »vaut : Ti = 0.5. p.ai .h

Paroi « i » 1 2 3 4 5
ai (m) 2.38 8.42 0.87 2.6 6.83
Ti (KN) 80.4 284.6 29.4 87.9 230.9
Tab6. Tableau des moments verticaux retenus en travée des parois.
ˆ Effets de l’action de l’eau sur la paroi 1

T1' : est l’effort de traction dans la paroi2 dû à


l’action de l’eau sur la paroi1.
T1" : est l’effort de traction dans le fond dû à l’action
de l’eau sur la paroi1.
L = 2.38m. (L est déjà définie dans le paragraphe III.2)
p.L L2 p.L2 L
L = 2.38m < 2.h = 2 × 2.6 = 5.2m F T1 = .(2h − L + ) et T1" = .(1 −
'
)
8 6h 4 2.h
26 × 2.38 2.382 24.62
F T1' = .(2 × 2.6 − 2.38 + ) = 24.62 KN F Par mètre linéaire T1' = = 9.45 KN
8 6 × 2.6 h = 2.6 m
L’effort de traction dans la paroi 5 dû à l’action de l’eau sur la paroi1est égal à :
T’1.cos α = 9.45 × cos 2.35° = 9.44 KN/m ≈ T’1= 9.45 KN/m
26 × 2.38 2
2.38 24.62
F T1" = .(1 − ) = 19.97 KN F Par mètre linéaire T1" = = 8.4 KN
4 2 × 2.6 a1 = 2.38 m
Î L’action de l’eau sur la paroi1, a engendré un effort de traction T’1 sur les deux parois2,5 et
"
T1 sur le fond.
ˆ Effets de l’action de l’eau sur la paroi 2

T2' : est l’effort de traction dans la paroi1 et 3 dû à


l’action de l’eau sur la paroi2.
T2" : est l’effort de traction dans le fond dû à l’action
de l’eau sur la paroi2.
p.h 2 p.h
L = 8.42m > 2.h = 5.2mF T2 = et T2 = .(3.L − 2.h)
' "

6 6
26 × 2.62 29.3
F T2' = = 29.3KN F Par mètre linéaire T2' = = 11.3 KN
6 h = 2.6 m
26 × 2.6 226
F T2" = .(3 × 8.42 − 2 × 2.6) = 226 KN F Par mètre linéaire T2" = = 26.8 KN
6 a1 = 8.42 m
Î L’action de l’eau sur la paroi2, a engendré un effort de traction T’2 sur les deux parois1,3 et
"
T2 sur le fond.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 98 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

ˆ Effets de l’action de l’eau sur la paroi 5


'
T : est l’effort de traction dans la paroi
5

perpendiculaire à la paroi5.
L = 6.83m > 2.h = 5.2m
p.h 2 26 × 2.62 29.3
F T5' = = = 29.3KN F T5' = = 11.27 KN
6 6 h = 2.6 m
L’effort de traction dans la paroi 4 dû à l’action de l’eau sur la paroi5est égal à :
T’5.cos β = 11.27 × cos 43.8° = 8.1 KN/m.
ˆ EFFORTS DE TRACTION DANS LES PAROIS ET LE FOND DE LA BACHE A EAU
Le tableau qui suit donne les efforts de traction sur toutes les parois de la bâche à eau :
Le fond
Paroi « i » 1 2 3 4 5
// à la paroi 1 // à la paroi 2
Ti (KN/m) 11.3 9.45 11.3 8.1 9.45 26.8 8.4
Tab7. Efforts de traction dans les parois et le fond.

IV/ EPAISSEUR DES PAROIS


Les moments maximaux en valeur absolue valent :
9 14.04 KN .m pour les moments positifs.
m
9 9.1 KN .m pour les moments négatifs entraînant une traction du béton qui doit être
m
limitée du coté intérieur (coté eau) à :
6.M
σ bt = = 1.1.θ . f t28 ; θ = 1(flexion composée de traction) F σ bt = 1.1× 1× 2.1 = 2.31MPa

6.M 6 × 9.1×10−3
F h= = = 15.4cm F Soit h = 20 cm ( pour faciliter le coffrage)
σ bt 2.112
V/ CALCUL DES SECTIONS D’ACIER : [1.5 ;1.6]
V. 1/ Généralités
Puisque l’étanchéité de la bâche à eau est assurée par la structure elle-même plus un revêtement
d’imperméabilisation (enduit à base de mortier hydraulique hydrofuge), alors la bâche à eau est de
classe B ce qui donne : (Fascicule 74 du CCTG)
9 La contrainte de calcul des aciers à L’ELS est :
Š Pour la paroi côte eau (intérieur) :
1.6 × 2.1
σ s = 240. (MPa)
φ (en mm)
Š Pour la paroi côte extérieur :
Pour une fissuration très préjudiciable : σ s = Min ⎡0.5. f e ;90. η . f t28 ⎤ = 157.7 MPa
⎣ ⎦
Avec :η = 1.6 pour les aciers HA
9 Le diamètre minimal des aciers est 8 mm.
9 L’espacement maximal des armatures côte eau = 1.5 fois l’épaisseur.
9 Ferraillage en deux nappes, car l’épaisseur est supérieure à15 cm.
9 Pour les points de moments nuls, nous somme en présence de traction simple, le
pourcentage minimal des aciers en traction simple vaut :
h. ft28 0.2 × 2.1
As ≥ = = 10.5 cm²
f 400 ml
e

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 99 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

V. 2/ Calcul des sections d’acier


Retenons des aciers HA12 comme diamètre maximal, l’enrobage est de 5 cm sur les deux faces.
Pour le premier lit côte paroi : d’= 50 + ( 12/2) = 56 mm, soit une hauteur utile d = h – d’ = 144mm.
Pour le deuxième lit côte paroi : d’= 50 + 12 + 6 = 58 mm, soit une hauteur utile d=h – d’= 132mm.
Pour le calcul des aciers en flexion composée de traction, nous utiliserons la méthode du moment
par rapport aux aciers tendus :
M1 N 90.β 1 − α M
As = − ; Avec : M1= M + N. (d – (h/2)), Z = d.(1-(α/3)), α = . , et β = 1
Z .σ s σ s σs 3 −α d²

Paroi « i » 1 2 3 4 5
11.3 9.45 11.3 8.1 9.45
Effort Normal (KN/m) − = −5.65 − = −4.725 − = −5.65 − = −4.05 − = −4.725
2 2 2 2 2
Aciers horizontaux

Moment retenu en travée (KN.m/m) 13.8 14.04 0.09 5.5 13.33


d (m) 0.144 0.144 0.144 0.144 0.144
M1 KN.m/m) 2.93 13.83 -0.16 5.32 13.12
β 0.141 0.667 0.008 0.257 0.633
α 0.155 0.312 0.039 0.204 0.305
Z (m) 0.136 0.129 0.142 0.134 0.129
As (cm²) 1.72 7.08 0.43 2.77 6.75
Moment retenu en travée (KN.m/m) 2.46 2.65 0.05 3.35 3.67
d (m) 0.132 0.132 0.132 0.132 0.132
Aciers verticaux

M1 KN.m/m) 2.28 2.5 -0.131 3.22 3.52


β 0.131 0.143 0.008 0.185 0.202
α 0.149 0.155 0.038 0.176 0.183
Z (m) 0.125 0.125 0.13 0.124 0.124
As (cm²) 1.51 1.57 0.42 1.90 2.10
Tab8. Calcul des sections d’acier en travée des parois

Paroi « i » Parallèle au paroi 1 Parallèle au paroi 2


26.8 8.4
Effort Normal (KN/m) − = −13.4 − = −4.2
2 2
Moment retenu en travée (KN.m/m) 3.95 6.84
d (m) 0.132 0.144
M1 KN.m/m) 3.52 6.66
β 0.202 6.321
α 0.183 0.226
Z (m) 0.124 0.133
As (cm²) 2.65 3.44
Tab9. Calcul des sections d’acier en travée du fond.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 100 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Paroi « i » 1 2 3 4 5
9.45 9.45 8.1 9.45 9.45
Effort Normal (KN/m) − = −4.725 − = −4.725 − = −4.05 − = −4.725 − = −4.725
2 2 2 2 2
Moment retenu sur appui
-3.86 -0.12 -0.1 -4.93 - 3.71
(KN.m/m)
d (m) 0.144 0.144 0.144 0.144 0.144
M1 KN.m/m) 3.65 -0.09 0.09 4.72 3.5
Appuis verticaux

β 0.176 0.004 0.004 0.227 0.169


Ø8 (σs =155.5) 0.173 0.028 0.028 0.194 0.169
α Ø10 (σs =139.1) 0.182 0.028 0.029 0.204 0.178
Ø12 (σs =127) 0.19 0.03 0.03 0.213 0.186
Ø8 (σs =155.5) 0.136 0.143 0.143 0.135 0.136
Z (m) Ø10 (σs =139.1) 0.135 0.143 0.143 0.134 0.135
Ø12 (σs =127) 0.135 0.143 0.143 0.134 0.135
Ø8 (σs =155.5) 2.03 0.31 0.3 2.55 1.96
As
Ø10 (σs =139.1) 2.28 0.34 0.34 2.87 2.2
(cm²)
Ø12 (σs =127) 2.5 0.37 0.37 3.14 2.41
8.4 26.8 8.4 26.8 26.8
Effort Normal (KN/m) − = −4.2 − = −13.4 − = −4.2 − = −13.4 − = −13.4
2 2 2 2 2
Moment retenu sur appui
-3.37 -9.1 -0.07 -5.92 -9.1
(KN.m/m)
d (m) 0.144 0.144 0.144 0.144 0.144
M1 KN.m/m) 3.52 8.51 -0.11 5.33 8.51
Appuis horizontaux

β 0.17 0.41 0.05 0.257 0.41


Ø8 (σs =155.5) 0.17 0.254 0.031 0.206 0.254
α Ø10 (σs =139.1) 0.179 0.267 0.032 0.216 0.267
Ø12 (σs =127) 0.187 0.278 0.034 0.226 0.278
Ø8 (σs =155.5) 0.136 0.132 0.143 0.134 0.132
Z (m) Ø10 (σs =139.1) 0.135 0.131 0.142 0.134 0.131
Ø12 (σs =127) 0.135 0.131 0.142 0.133 0.131
Ø8 (σs =155.5) 1.88 5 0.32 3.42 4.73
As
Ø10 (σs =139.1) 2.12 5.63 0.36 3.82 5.32
(cm²)
Ø12 (σs =127) 2.32 6.17 0.39 4.21 5.83
Tab10. Tableau des sections d’acier sur appui des parois.

Paroi Position Acier retenu Vérification section Vérification % au minimal

En travée horizontal 7 HA 10 5.49≥1.72 5.49+5.49≥10.5

En travée vertical 7 HA 10 5.49≥1.51


Paroi 1

En appui horizontal 7 HA 8 3.51≥2.32

En appui 1 7 HA 8 3.51≥2.5
vertical 7 HA 8 3.51≥2.41
5

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 101 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

En travée horizontal 7 HA 12 7.91≥7.08 7.91+3 ≥10.5

Paroi 2 En travée vertical 6 HA 8 3 ≥1.57

En appui horizontal 6 HA 12 6.78≥6.17

En appui 1 7 HA 8 3.51≥2.51
vertical 3 HA 8 1.5≥0.37
2

En travée horizontal 7 HA 10 5.49≥0.43 5.49+5.49≥10.5

En travée vertical 7 HA 10 5.49≥0.42


Paroi 3

En appui horizontal 7 HA 8 3.51≥3.42

En appui 2 3 HA 8 1.5≥0.37
vertical 3 HA 8 1.5≥0.37
3

En travée horizontal 7 HA 10 5.49≥2.77 5.49+5.49≥10.5

En travée vertical 7 HA 10 5.49≥1.9


Paroi 4

En appui horizontal 7 HA 10 5.49≥4.21

En appui 3 3 HA 8 1.5≥0.37
vertical 7 HA 8 3.51≥3.14
4

En travée horizontal 7 HA 12 7.91≥6.79 7.91+5.49 ≥10.5

En travée vertical 7 HA 8 5.49≥2.1


Paroi 5

En appui horizontal 7 HA 12 7.91≥5.83

En appui 4 7 HA 8 3.51≥3.14
vertical 7 HA 8 3.51≥2.41
5

En travée // au paroi 1 7 HA 10 5.49≥2.65+1.43 5.49+5.49≥10.5

En travée // au paroi 2 7 HA 10 5.49≥3.44


Fond

Sur appui // au paroi 1 5 HA 10 3.92≥

Sur appui // au paroi 2 6 HA 8 3.01≥1.95


Tab11. Tableau de choix des armatures.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 102 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

CHAPITRE XI:

I/ INTRODUCTION
La piscine à étudier est une piscine non enterrée située dans le sous-sol 2, Elle a un fond, de forme
composée d’une partie rectangulaire qui se termine par une autre de forme circulaire, soumis à une
charge répartie p, et 4 faces latérales soumises à une pression hydraulique variant de 0 au sommet à p à
la base.
En vue d’étudier la piscine, on considère les hypothèses suivantes :
œ La fissuration est considérée très préjudiciable.
œ Les parois sont supposées encastrées entre elles.
œ Les parois sont supposées encastrées à la dalle en bas, et libres en haut.

II/ CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES


La piscine a une hauteur h de 2.6 m et les figures qui suivent indiquent sa forme en 3D et les
dimensions en plan de ses parois :

Fig1. Forme de la piscine en 3D. Fig2. Forme en plan de la piscine.

III/ ETUDE DE LA PARTIE RECTANGULAIRE:


III.1/ Calcul des sollicitations « Méthode simplifiée » : [ 1.5 ; 1.6]
III.1.1/Introduction
Le calcul des sollicitations par la méthode simplifiée pour un réservoir rectangulaire a été déjà
détaillé dans le Chapitre X « Etude d’une bâche à eau ». On se contente par conséquent de donner les
sollicitations définitives..

III.1.2/ Calcul des moments dans les parois et le fond pour les cas idéaux
On considère pour chaque paroi les conditions d’appui suivantes :

Fig3. Conditions d’appui des parois verticales à bord libre en tête.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 103 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Et pour le fond :

Fig4. Conditions d’appui du fond.

Grand côté (L = 2.6 m) Petit côté (L = 2.6 m)


Ma Mb M’a M’b Ma Mb M’a M’b
er er
1 cas 14.26 10.58 0 0 1 cas 12.32 8.25 0 0
ème ème
2 cas 3.40 1.40 0 -25.86 2 cas 4.68 2.4 0 -20.45
ème
3 cas 12.92 9.58 -46.74 0 ème
3 cas 8.46 6.54 -19.52 0
ème ème
4 cas 3.02 1.47 -15.36 -24.3 4 cas 4.44 2.51 -12.16 -16.31

Fond (L = 5.68 m)
Ma Mb M’a M’b
er
1 cas 10.97 37.6 0 0
ème
2 cas 5.36 17.46 0 -41.31
ème
3 cas 11.25 30.41 -44.3 0
ème
4 cas 3.89 16.40 -21.24 -39.84
Tab1. Tableaux des moments idéaux dans les parois et le fond.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 104 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

fig5. Valeurs et position des moments dans les parois et le fond (en KN.m/m)
III.1.3/ Détermination des moments retenus dans les parois et le fond de la piscine
M x et M x' sont- respectivement les moments en travée et sur appui des aciers parallèles à (Ox).
M y et M y' sont- respectivement les moments en travée et sur appui des aciers parallèles à (Oy).
MOMENTS Petit côté Grand côté Le fond
M’x (KN.m/m) -14.74 -14.74 -16.31
// à (Ox)

MFx (KN.m/m) 27.98 59.66 55.55


Mx (KN.m/m) 12.32 14.26 10.97
M’y (KN.m/m) -16.31 -24.3 -24.3
// à (Oy)

MFy (KN.m/m) 12.625 14.33 58.77


My (KN.m/m) 4.47 1.4 11.25

Tab2. Tableaux des moments retenus dans les parois et le fond.

Fig6. Moments retenus en travées


et sur appuis (en KN.m/m)
III..1.4/ Efforts de traction dans les parois et le fond
ˆ Effort de traction dans les grandes parois et le fond dû au chargement appliqué sur la
grande paroi
T1 : est l’effort de traction dans la grande paroi dû à
l’action de l’eau sur la petite paroi.
T2 : est l’effort de traction dans le fond dû à l’action
de l’eau sur la petite paroi.
L = 5.68m > 2.h = 5.2m
p.h 2 26 × 2.62 29.29
F T1 = = = 29.29 KN F Par mètre linéaire T1 = = 11.26 KN
6 6 h = 2.6 m
p.h 26 × 2.6
F T2 = .(3.L − 2.h) = .(3 × 5.68 − 2 × 2.6) = 133.4 KN
6 6
133.4
F Par mètre linéaire T2 = = 23.48 KN
5.68 m
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 105 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

ˆ Effort de traction dans les petites parois et le fond dû au chargement appliqué sur la petite paroi
T3 : est l’effort de traction dans la petite paroi dû à l’action de l’eau sur la grande paroi.
T4 : est l’effort de traction dans le fond dû à l’action de l’eau sur la grande paroi.
L = 9.93m > 2.h = 5.2m
p.h 2 26 × 2.62
F T3 = = = 29.29 KN F Par mètre linéaire T3 = 11.26 KN
6 6 m
p.h 26 × 2.6
F T4 = .(3.L − 2.h) = .(3 × 9.93 − 2 × 2.6) = 277 KN
6 6
277
F Par mètre linéaire T4 = = 27.9 KN
9.93 m
III.2/ Calcul de l’épaisseur des parois
Les moments maximaux en valeur absolue valent :
9 14.26 KN .m pour les moments positifs.
m
9 24.3 KN .m pour les moments négatifs entraînant une traction du béton qui doit être
m
limitée du coté intérieur (coté eau) à :
6.M
σ bt = = 1.1.θ . f t28 ; θ = 1(flexion composée de traction) F σ bt = 1.1× 1× 2.1 = 2.31MPa

6.M 6 × 24.3 × 10−3
F h= = = 26.27cm F Soit h = 30 cm
σ bt 2.31

III.3/ Calcul des sections d’acier


III.3.1/ Généralités:
La piscine est de classe B, elle assure l’étanchéité de la même manière que la bâche à eau.
9 La contrainte de calcul des aciers à L’ELS est :
Š Pour la paroi côté eau (intérieur) :
1.6 × 2.1
σ s = 240. (MPa)
φ (en mm)
Š Pour la paroi côte extérieur :

Pour une fissuration très préjudiciable : σ s = Min ⎡0.5. f e ;90. η . f t28 ⎤ = 157.7 MPa
⎣ ⎦
Avec :η = 1.6 pour les aciers HA
9 Le diamètre minimal des aciers est 8 mm.
9 L’espacement maximal des armatures côté eau = 1.5 fois l’épaisseur.
9 Ferraillage en deux nappes, car l’épaisseur est supérieure à15 cm.
9 Pour les points de moments nuls, nous somme en présence de traction simple, le
pourcentage minimal des aciers en traction simple vaut :

h. f t28 0.3 × 2.1


As ≥ = = 15.75 cm²
fe 400 ml

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 106 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

III.3.2/ Calcul des sections d’acier


Retenons des aciers HA16 comme diamètre maximal, l’enrobage est de 5 cm sur les deux faces.
Pour le premier lit côte paroi : d’= 50 + (16/2) = 58 mm, soit une hauteur utile d = h – d’ = 242mm.
Pour le deuxième lit côte paroi : d’= 50 + 16 + 8 = 74 mm, soit une hauteur utile d=h – d’= 226mm.
Pour le calcul des aciers en flexion composée de traction, nous utiliserons la méthode du moment
par rapport aux aciers tendus :

M1 N 90.β 1 − α M
As = − ; Avec : M1= M + N. (d – (h/2)), Z = d.(1-(α/3)), α = . , et β = 1
Z .σ s σ s σs 3 −α d²
B B

Petite paroi Grande paroi Fond


Paroi En appui En appui En appui En appui En appui Sur appui
horizontal vertical horizontal vertical grande portée petite portée
Effort Normal
-5.63 -5.63 -5.63 -5.63 -11.74 -13.95
(KN/m)
Moment retenu
sur appui (KN.m/m)
- 14.74 - 16.31 -14.74 - 24.3 -16.31 -24.3
d (m) 0.242 0.242 0.242 0.242 0.242 0.242
M1 KN.m/m)
B B 14.22 15.79 14.22 23.78 15.79 23.02
β 0.243 0.270 0.241 0.406 0.269 0.393
Ø12 (σs =127) B B 0.22 0.230 0.220 0.276 0.230 0.272
α Ø14 (σs =117.6) B B 0.227 0.239 0.227 0.286 0.238 0.281
Ø16 (σs =110) B B 0.235 0.246 0.234 0.294 0.245 0.290
Ø12 (σs =127) B B 0.224 0.223 0.224 0.220 0.223 0.220
Z (m) Ø14 (σs =117.6) B B 0.224 0.222 0.224 0.219 0.222 0.219
Ø16 (σs =110) B B 0.223 0.222 0.223 0.218 0.222 0.218
Ø12 (σs =127) 5.44 6.02 5.44 8.95 6.5 9.33
As
B B

Ø14 (σs =117.6) 5.88 6.53 5.88 9.71 7.05 10.12


B B

(cm²)
B B

Ø16 (σs =110) B B 6.28 7.19 6.28 10.43 7.54 10.87


Tab3. Tableau des sections d’acier sur appui des parois et du fond.

Petite paroi Grande paroi Fond


Paroi En travée En travée En travée En travée En travée En travée
horizontale verticale horizontale verticale grande portée petite portée
Effort Normal
-5.63 - 5.63 -5.63 -5.63 -11.74 -13.95
(KN/m)
Moment retenu
sur appui (KN.m/m)
12.32 4.47 14.26 1.4 10.97 11.25
d (m) 0.242 0.226 0.242 0.226 0.226 0.242
M1 KN.m/m) B B 11.8 4.04 13.74 0.97 10.08 9.97
β 0.201 0.079 0.235 0.019 0.197 0.170
α 0.182 0.117 0.196 0.059 0.180 0.168
Z (m) 0.227 0.217 0.226 0.222 0.212 0.228
As (cm²) B B 3.65 1.54 4.21 0.63 3.76 3.66
Tab4. Tableau des sections en travées des parois et du fond.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 107 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

On doit aussi tenir compte des charges supplémentaires appliquées sur le fond autres que la
charge hydraulique tel que :
9 Son poids propre.
9 Le poids de la forme en pente de la piscine.

On notera par Ps la valeur de cette charge à l’ELS, elle est égal à :


B B

Ps = (0.3 × 25) + (1.1 × 0.5 ×15) = 15.75 KN/m².


Le rapport des portée est α = lx / ly = 0.57 ≥ 0.4 F le fond porte dans deux sens :
B B B B

9 Le moment suivant la petite portée : Mx = µx.Ps. l x2 B B B B B B

1
Avec : µ x = = 0.0852 F Mx = 0.0865×15.75×5.68² = 43.95 KN.m
8(1 + 2.4α 3 )
B B

9 Le moment suivant la grande portée: My = µy.Mx B B B B B B

Avec : µ y = α 2 .[1 − 0.95.(1 − α ) 2 ] = 0.2678 F My= 0.2678×43.95 = 11.77 KN.m B B

Etant donnée que le fond est encastré avec les parois on obtient :

En travée Sur appui


Moments en Petite portée 0.75 × 43.95 = 32.96 -0.5 × 43.95 = - 21.98
(KN.m/m) Grande portée 0.75 × 11.77 = 8.83 -0.5 × 11.77 = - 5.89

Tab5. Tableau des moments dus au poids de la forme en pente et du fond.

Les sections d’aciers supplémentaires sont calculées comme suit :


En travée Sur appui
Petite Grande Petite Grande
portée portée portée portée
Ms en (KN.m/m)
B B 32.96 8.83 - 21.98 - 5.89
d (m) 0.242 0.226 0.242 0.242
σ bc
y1 = .d
σ St 0.226 0.211 0.226 0.226
σ bc +
15
M RB = 0.5.b.σ bc . y1 (d − 1/ 3. y1 )
282.5 246.3 282.5 282.5
(KN.m/m)
ASC B B 0 0 0 0
Ms
0.0035 0.001 0.002 0.0006
b.d ².σ St
Z/d 0.91 0.91 0.91 0.91
Z(m) 0.220 0.205 0.220 0.220
Ms
Ast = (cm²) 9.5 2.73 6.33 1.7
Z .σ St
Tab6. Tableau des sections d’aciers supplémentaires.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 108 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

Paroi Position Acier retenu Vérification section Vérification % au minimal


En travée horizontal 7 HA 12 7.91 ≥ 3.65
7.91+7.91 ≥15.75
En travée vertical 7 HA 12 7.91 ≥ 1.54
Petite
paroi

En appui horizontal 7 HA 12 7.91 ≥ 5.44


En appui vertical 7 HA 12 7.91 ≥ 6.02
En travée horizontal 7 HA 12 7.9 ≥ 4.21
7.91+7.91 ≥15.75
Grande

En travée vertical 7 HA 12 7.9 ≥ 0.63


paroi

En appui horizontal 7 HA 12 7.9 ≥ 5.44


En appui vertical 7 HA 14 10.77 ≥ 9.71
En travée grande portée 7 HA 12 7.91 ≥ 3.76+ 2.73
7.91 + 14.07 ≥15.75
En travée petite portée 7 HA 16 14.07 ≥ 3.66 + 9.5
Fond

En appui grande portée 7 HA 14 10.77 ≥ 7.05 + 1.7


Sur appui petite portée 9 HA 16 18.09 ≥10.87 + 6.33

Tab7. Tableau de choix des armatures.

†Remarque:
Les équerres d’angles rependront la moitié des efforts de traction T1 à T4, et l’autre moitié est
B B B B

reprise par les équerres intérieures qui assurent la reprise des moments d’encastrement :
T T
As = =
2 × σ St 2 ×157.7
Effort n° KN/m As (cm²/m)
B B Soit Ø / Espacement en m
T1B B 11.26 0.35 3Ø6 / 0.33
T2B B 23.48 0.74 3Ø6 / 0.33
T3B B 11.26 0.35 3Ø6 / 0.33
T4B B 27.9 0.88 4Ø6 / 0.25

Tab8. Tableau de calcul des sections d’acier des équerres d’angles

IV/ETUDE DE LA PARTIE CYLINDRIQUE


La partie cylindrique de la piscine à une hauteur h = 2.6 m, un rayon intérieur R = 1.8 m , la jupe à
un épaisseur de 0.3 m. la dalle du fond est supposée suffisamment rigide pour que la jupe soit
parfaitement encastrée. Cependant, pour être plus prudent, en l’absence de calculs précis sur le taux
d’encastrement, de prendre l’enveloppe des cas « encastré » et « articulé ». La jupe est libre en haut.

IV.1/ Cas du fond et jupe encastrés :


IV.1.1/ Calcul des sollicitations dans la jupe:
ˆ Calcul de la tension maximale par unité de hauteur dans la jupe
La tension maximale « f » de la jupe est déterminée à partir de tables de Henry Thonier qui donne la
valeur de f/(ρ.h.R) en fonction des rapports z/h et (h²/e.R) :
h² 2.6² ⎛ f ⎞
Or : = = 12.5 F ⎜ ⎟ = 0.52036 pour z/h = 0.6 c'est-à-dire pour une
e.R 0.3 × 1.8 ⎝ ρ .h.R ⎠ max
profondeur z = 1.56 m. F f = 0.52036 × ρ × h ×R = 0.52036×10×2.6×1.8 = 24.36 KN/m.

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 109 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

ˆ Calcul des moments maximal et minimal dans la jupe


Les moments minimal et maximal dans la jupe sont déterminées à partir de tables de Henry
Thonier qui donne la valeur de M/(ρ.h3) en fonction des rapports z/h et (h²/e.R) :
P P

h² ⎛ M ⎞
Or : = 12.5 F ⎜ 3 ⎟
= 0.004935 Pour z/h = 0.7 c'est-à-dire pour une profondeur z = 1.82 m.
e.R ⎝ ρ .h ⎠ max
F Mmax = 0.004935 × ρ × h3= 0.004935 ×10×2.63= 0.867 KN.m/m.
B B P P P P

⎛ M ⎞
F⎜ 3 ⎟
= −0.018695 Pour z/h = 1 c'est-à-dire pour une profondeur z = 2.6 m.
⎝ ρ .h ⎠ min
(à l’encastrement )

F Mmin = -0.018695 × ρ × h3= -0.018695 ×10×2.63= -3.29 KN.m/m.


B B P P P P

IV.1.2/ Contraintes de calcul des aciers: (Fascicule 74 du CCTG)


1.6 × 2.1
Š Pour la paroi côte eau (intérieur) : σ s = 240. (MPa)
φ (en mm)
Š Pour la paroi côte extérieur : σ s = Min ⎡0.5. f e ;90. η . f t28 ⎤ = 157.7 MPa
⎣ ⎦

Or l’enrobage est de 5 cm pour les deux côtes :


On utilisera des armatures HA8 :
d = 300 – 50 – 8/2=246mm

Fig7. Coupe sur jupe et enrobages


IV.1.3/ Vérification des contraintes de traction du béton:
ˆ En traction simple :
f 24.36 ×10−3
σ bt = = = 0.082 MPa ; σ bt = 1.1.θ . f t28 ;
e 0.3
θ = 1(en traction simple)F σ bt = 1.1×1× 2.1 = 2.31MPa
F σ bt ≤ σ bt F ( Ok)
ˆ En flexion verticale :
Au point de moment maximal en valeur absolue, c'est-à-dire à l’encastrement, la compression
verticale est égale au poids du voile soit : 2.6×0.3×25 = 19.5 KN/m.
M = 3.29 KN.m ; N = 19.5 KN/m.
M 3.29
L’excentricité : e0 = = = 0.168m ;l’excentricité est à l’extérieur de la section F SPT
N 19.5
2.e 2 × 0.168
σ bt = 1.1.θ . ft28 : or en flexion composée θ = 1 + 0 = 1 + = 1.373
3.e 3 × 0.3
F σ bt = 1.1×1.373 × 2.1 = 3.18MPa
Donc la contrainte de traction dans la section non fissurée est égale:
6M N 6 × 3.29 × 10−3 19.5 × 10−3
σ bt = − = − = 0.272 < 3.18MPa F ( Ok)
d² e 0.242² 0.3
IV.1.4/ Calcul des sections d’acier: (Fascicule 74 du CCTG)
Le pourcentage d’acier minimal est de 0.125% .b.d = 0.00125×1 ×0.246 = 3.08cm²/m.
Pour la traction des aciers horizontaux, on aura au maximum besoin d’une section d’acier
capable de reprendre f = 24.36 KN/m en deux nappes, soit 12.18 KN/m.
___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 110 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

12.18 ×10−3
œ Nappe extérieure : As = = 0.77cm² < Amin =3.08cm²/m
157.7
B B

F Soit As = Amin =3.08cm²/m F Soit 7HA8/m = 3.51 cm²/m.


B B B B

12.18 × 10−3 12.18 × 10−3


œ Nappe intérieure : As = = = 0.78cm ² < Amin =3.08cm²/m
σ St 1.6 × 2.1
B B

240
8
F Soit As = Amin =3.08cm²/m F Soit 7HA8/m = 3.51 cm²/m.
B B B B

œ Au niveau de pied de voile (encastrement) :


M1
−N 90.β 1 − α M
As = Z ; Avec : M1= M + N. (d – (h/2)), Z = d.(1-(α/3)), α = . , et β = 1
σs σs 3 −α d²
B B

M1= 3.29 + 19.5×(0.246-0.3/2) = 5.16 KN.m/m


B B

5.16 ×10−3
β= = 0.085
0.246²
90 × 0.085 1 − α
α= . = 0.122
155.53 3 − α
Z = 0.246 ×(1-(0.122/3))=0.236m
5.16 ×10−3
− 19.5 × 10−3
As = 0.236 = 0.152cm ²
155.53
F Soit As = Amin =3.08cm²/m F Soit 7HA8 = 3.51 cm²/m.
B B B B

Le moment positif maximal vaut 0.867 KN.m/m, Soit 26.5 % du moment d’encastrement, on
trouverait une section d’acier de l’ordre de : As = 3.51 × 0.265 = 0.93 cm²/m inférieure au pourcentage
B B

minimale de 3.08cm²/m
Alors nous retenons :
9 7HA8 pour les aciers d’encastrement, côte intérieur à la base sur une hauteur
égale à 0.1h + 0.8.e + 45Ø = 0.9m.
9 7HA8 pour les aciers verticaux.
9 7HA8 pour les cerces des deux nappes.
IV.2/ Cas du fond et jupe (cas articulé)
IV.2.1/ Calcul des sollicitations dans la jupe:
ˆ Calcul de la tension maximale par unité de hauteur dans la jupe:
La tension maximale « f » de la jupe est déterminée à partir de tables de Henry Thonier qui donne la
valeur de f/(ρ.h.R) en fonction des rapports z/h et (h²/e.R) :
h² ⎛ f ⎞
Or : = 12.5 F ⎜ ⎟ = 0.650815 pour z/h = 0.7 c'est-à-dire pour une profondeur z = 1.82m.
e.R ⎝ ρ .h.R ⎠ max
F f = 0.650815 × ρ × h ×R = 0.650815 ×10×2.6×1.8 = 30.45 KN/m.
ˆ Calcul des moments maximal :
h² ⎛ M ⎞
Or : = 12.5 F ⎜ 3 ⎟
= 0.00759 Pour z/h = 0.8c'est-à-dire pour une profondeur z = 2.08 m.
e.R ⎝ ρ .h ⎠ max
F Mmax = 0.00759 × ρ × h3= 0.00759 ×10×2.63= 1.33 KN.m/m.
B B P P P P

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 111 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

IV.2.2/ Calcul des sections d’acier:


Un calcul similaire au cas encastré nous mène aussi à mettre la quantité d’acier minimale
réglementaire dans la jupe.
Soit 7 HA 8/m dans les deux directions.
Les schémas de ferraillage sont donnés à la figure suivante :

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 112 - Année universitaire : 2006/2007
Projet de fin d’études

___________________________________________________________________________________________
Abdelkarim Anis & El Ayeb Hazem - 113 - Année universitaire : 2006/2007