Vous êtes sur la page 1sur 16

EF

CHAPITRE 2

PERCEPTION DE LA CORRUPTION
AU BURKINA FASO

INTRODUCTION 2.1. L’IMPORTANCE DE LA


CORRUPTION

L
e Groupe National de Réflexion
sur le Développement Humain
Durable a réalisé une enquête 2.1.1. LA CORRUPTION AU BUR-
qualitative auprès de la population pour KINA FASO!: UNE RÉALITÉ IN-
cerner et analyser le problème de la CONTOURNABLE
corruption au Burkina Faso sur une
base objective. Cette enquête a donc
été réalisée pour appuyer le diagnostic
et les analyses développées dans ce
rapport. Ainsi, cette enquête permet
J adis réputé pour son intégrité, la
droiture morale et la modestie de
ses hommes, le Burkina Faso connaît
d’abord de définir la corruption, aujourd’hui un développement de la
d’analyser les principaux secteurs de la corruption qui prend la forme d’une
vie sociale et économique qui sont at- course à l'enrichissement illicite, avec
teints (cf. partie 2.1.), puis de décrire pour conséquence la perte des valeurs
les formes et pratiques sous lesquelles morales. Ainsi, la remise d’un billet en
la corruption intervient (cf. partie 2.2.). échange du service rendu dans un
Elle a également permis d’interroger les cadre strictement professionnel tend à
Burkinabè sur les principales causes de devenir un comportement habituel, peu
la corruption (cf. partie 2.3.) et ses connu des générations précédentes.
conséquences (cf. partie 2.4.). Enfin, la L’ampleur du phénomène serait telle
connaissance des institutions chargées que certains observateurs de la société
de lutter contre la corruption et Burkinabè ont pu dire que si certains
l’appréciation de leur efficacité ont pu pays sont assis sur des poudrières
être également étudiées à travers cette identitaires, le Burkina Faso est assis
enquête (cf. partie 2.5.). Ce chapitre, en sur une poudrière sociale dont la mè-
présentant les principaux résultats de che est la corruption.
l’enquête menée par le GNR-DHD,
dresse donc un état des lieux sur la Les enquêtés ont d'abord été interrogés
corruption au Burkina Faso et permet sur la signification du terme de
ainsi d’en assurer une meilleure corruption. Trois définitions leur étaient
compréhension. proposées a priori, pour préciser la

22 Rapport sur le développement humain - Burkina Faso - 2003


signification du terme corruption, à La corruption se définit donc principa-
savoir!: une utilisation des ressources lement comme un arrangement, ensuite
publiques à des fins personnelles, un comme une utilisation des ressources
arrangement et l’altération des valeurs publiques à des fins personnelles et
au niveau de l’individu. Les enquêtés enfin comme une altération des valeurs
étaient également invités à donner leur au niveau individuel, ceci quel que soit
propre définition de la corruption. l’âge, le milieu de résidence et le sexe
des enquêtés. Toutefois, la complexité
La corruption est définie par le terme du phénomène est réelle parce que
générique d’arrangement par 29,3% près de 47,7% des enquêtés pensent
des enquêtés. Si cette terminologie que la corruption se définit plutôt
peut paraître vague, elle souligne que comme une combinaison de ces trois
la corruption constitue un "jeu" illégal définitions.
entre deux acteurs, en marge des ré-
glementations et normes en vigueur. Dans le langage populaire, on assiste à
Seulement 13,7% des personnes inter- une prolifération de termes pour dési-
rogées définissent la corruption par gner la corruption. Parmi les principales
l’utilisation des ressources à des fins expressions figurent "les feuilles", le
personnelles et 9,3% par une altération "gombo (frais ou sec)", le "tais-toi", qui
des mœurs. désigne un billet de 10 000 francs CFA

Encadré 2.1. Méthodologie de l'enquête

L’enquête sur les perceptions de la corruption au Burkina Faso porte sur le milieu urbain. Elle devait
initialement porter sur l’ensemble du territoire national. Compte tenu des contraintes de financement, le
milieu urbain a été couvert à travers trois strates!: les grandes villes (Bobo-Dioulasso et Ouagadougou),
les villes moyennes (Banfora, Dori, Fada, Pouytenga et Tenkodogo) et les villes frontalières (Bittou,
Gaoua, Faramana, Kantchari, Ouahigouya et Pô). Les villes frontalières ont été retenues comme une
strate à part entière du fait de l’importante activité des douanes qui les caractérise!: elles offrent ainsi
l’opportunité d’enquêter avec pertinence sur le bon fonctionnement de cette administration.

L’échantillon enquêté est composé de sept catégories d’enquêtés!: le grand public (230), les opérateurs
économiques (160), les experts d’administration publique (35), les experts d’administration privée (20),
les organismes (5), les leaders d’opinions (30) et les autres experts (20). Dans cet échantillon, les
responsables et cadres sont donc représentés à travers six catégories spécifiques et sont ainsi fortement
représentés parce que leur situation professionnelle leur permet de mieux cerner et analyser l’ampleur
de la corruption au Burkina Faso.

La répartition de l’échantillon "grand public" a été faite sur la base des zones de dénombrement (ZD)
issues du recensement de 1996. Les unités primaires sont donc les localités et les zones de
dénombrement des localités sont tirées au prorata de leur nombre de ménages. Au second degré, la
méthode des itinéraires a été retenue, c’est-à-dire que dans une direction donnée, l’enquêteur soumet le
questionnaire à un ménage sur dix dans les grandes villes et un ménage sur cinq dans les villes
moyennes. Pour les autres catégories, les enquêtés ont été ciblés par choix raisonnés.

Cette enquête a également été complétée par des entretiens avec des personnes reconnues pour leur
connaissance de la vie économique, sociale et politique et donc des problèmes de corruption. Il s’agit
des chefs coutumiers, de responsables religieux, des mouvements de droits de l’homme, des hommes
politiques et des responsables d’ONG et d’associations.

La population enquêtée comporte deux caractéristiques importantes qu’il convient de garder à l’esprit.
D’abord, la population est urbaine. Ensuite, parce qu’une part importante des personnes enquêtées a été
ciblée par choix raisonné pour différentes catégories de cadres et responsables définies a priori, la
population enquêtée est majoritairement masculine!: seulement 19,8% des enquêtés sont des femmes.

"Corruption et développement humain"


Perception de la corruption au Burkina Faso 23
que l'on donne à une personne pour la également 39,8% à penser que la
faire taire, "parler bon français" etc. corruption est répandue. In fine,
Interrogés par le GNR-DHD sur leur seulement 3,4% des enquêtés estiment
connaissance des termes et expres- que la corruption n’existe pas au
sions qui désignent la corruption, les Burkina Faso. La corruption est donc
Burkinabè citent encore!: "le gâteau", perçue comme une réalité importante
"graisser la patte", "mettre du beurre de la société burkinabè contemporaine.
dans les haricots", "il faut pimenter ma À la question "pensez-vous que la
sauce" , "l’argent de la bière", " m o n corruption existe plus qu’auparavant",
verre de vin", "six-quatre", "mouiller la près de 91 % des sondés répondent
barbe", "les affaires", "mettre la main par la positive, quel que soit le milieu
dans la poche", "pourboire", "cadeau", de résidence, le niveau d’instruction, la
"déposer un caillou", "il faut pisser" etc. situation socioprofessionnelle et le
Si ces expressions semblent désigner sexe. Cette appréciation est plus sé-
la petite corruption, d’autres ex- vère chez les personnes enquêtées de
pressions connues des Burkinabè défi- plus de trente cinq ans, sans doute
nissent davantage la grande parce ce que ces derniers ont pu
corruption!: "dessous de table", "couler connaître la période révolutionnaire qui
de l’encre" (pour faire un chèque), constitue leur point de référence. Aussi,
"10%", "20%", etc. 70% des enquêtés pensent que la cor-
ruption est devenue une règle de
Dans certains secteurs d'activités, il conduite.
existe même des expressions et des
termes spécifiques pour désigner le À la question de savoir si le Burkina
phénomène de la corruption. Ainsi, Faso est davantage frappé par la cor-
dans le secteur de la douane, le terme ruption que les pays voisins (le Bénin,
"Johannesburg" désigne un poste ju- la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger et le
teux où l'on s'enrichit très rapidement. Il Togo), les enquêtés sont près de 60%
en est de même dans certains ministè- à répondre par la négative. Ce résultat
res où le terme "filon" désigne la ges- témoigne de la conscience que le ci-
tion d'un projet juteux à la manière toyen burkinabè peut avoir de la di-
d'une mine. Lorsque le projet est ter- mension régionale du problème de la
miné, ils retournent à leurs services corruption.
d'origine en laissant derrière eux du
matériel inutilisable telle une mine
abandonnée. Au niveau du ministère de 2.1.2. L’INTENSITÉ DE LA COR-
la justice, le terme "margouillats" dési- RUPTION PAR SECTEUR
gne les intermédiaires qui monnayent
l'obtention de pièces administratives. La
seule multiplication des termes pour
désigner la corruption sous ses diffé-
rentes formes témoigne que le phéno-
P our comprendre et apprécier les
conséquences de la corruption sur
la vie économique et sociale, ce pre-
mène est aujourd’hui bien ancré dans mier diagnostic sur l’ampleur de la cor-
la société. ruption et ses manifestations doit être
complété d’une analyse par secteur
L’enquête révèle d’abord l’importance d’activité. Dans l’enquête menée, onze
du phénomène. Ainsi, la corruption au secteurs principaux ont été retenus!: la
Burkina Faso est perçue comme un fait santé, l’éducation, les douanes, la po-
avéré. En effet, une majorité lice et la gendarmerie, les marchés
d’enquêtés (55,6 %) pense que la publics, les médias, la justice, les mai-
corruption est très répandue. Ils sont ries, les impôts et l’activité politique7.
egarer
________________________________________

7 Un secteur "autres administrations" a été également retenu pour permettre de couvrir l'ensemble de
l'administration.

24 Rapport sur le développement humain - Burkina Faso - 2003


Pour plus de 80% des enquêtés, la La corruption au niveau des services
corruption est importante et constitue sociaux (santé, éducation) et des mé-
une pratique courante dans l’ensemble dias serait d’une intensité moyenne
des secteurs retenus à l’exclusion des d’après les enquêtés (cf. tableau 2.1. et
médias (cf. tableau 2.1.). Le clas- graphique 2.1.).
sement des secteurs d'activités selon le
degré de corruption (toutes modalités Si des secteurs comme l’éducation et la
confondues) donne les résultats sui- santé qui touchent à la vie quotidienne
vants!: 1er la police et la gendarmerie, des Burkinabè et jouent un rôle central
2e la douane, 3e les activités politiques, dans la politique de lutte contre la pau-
4e les marchés publics, 5e la justice, 6e vreté sont également appréciés comme
les mairies, 7e la santé, 8e l’éducation, corrompus, l’intensité y apparaît moins
9e l’administration, 10e les impôts et 11e forte. Seulement 20 % des enquêtés
les médias (cf. tableau 2.1.). jugent ces secteurs très corrompus.
Toutefois, les formes qu’y prend la
Aux yeux des enquêtés, si les princi- corruption touchent directement à la vie
paux secteurs de la vie économique et quotidienne des Burkinabè. Dans le
sociale apparaissent corrompus, secteur de la santé, la revente de
l’intensité du phénomène peut cepen- médicaments a priori destinés aux
dant varier d’un secteur à l’autre. malades limite sérieusement l’efficacité
L’enquête a permis d’établir un classe- des services rendus alors que dans le
ment de l’intensité de la corruption par secteur de l’éducation, ce sont les
secteur à travers la modalité "très cor- procédures de recrutement des élèves
rompu" (cf. graphique 2.2.). qui sont remises en question.

Les douanes, les activités politiques et Du côté des contre pouvoirs, qui de-
les marchés publics sont les trois sec- vraient jouer un rôle important dans la
teurs pour lesquels la corruption appa- lutte contre la corruption, la justice
raît comme très importante!: le secteur apparaît elle-même comme très
douane est perçu comme "très cor- corrompue pour plus de 51,8% des
rompu" par plus de 78% des enquêtés, personnes interrogées. Au contraire,
les activités politiques par plus de seuls 13% des enquêtés considèrent
75,6% et les marchés publics par plus que les médias constituent un secteur
de 67,8%. très corrompu.

Tableau 2.1 . Perception des enquêtés selon l'étendue de la corruption et des


différentes pratiques

Type de pratique Degré de corruption en % Rang


Très Moyen Modéré Total
Police Gendarmerie 55,8 30,7 6,1 92,6 1
Douanes 78,1 10,9 3,2 92,2 2
Activités politiques 75,6 10,9 3,8 90,3 3
Marchés publics 67,8 14,7 4,0 86,5 4
Justice 51,8 25,3 9,2 86,1 5
Mairies 45,9 30,9 8,8 85,6 6
Santé 21,0 37,3 27,2 85,5 7
Éducation 21,0 37,3 27,2 85,5 7
Autres administrations 45,3 28,2 10,1 83,6 9
Impôts 45,5 26,7 9,7 81,9 10
Médias 13,0 27,2 24,2 64,4 11

Source!: Enquête du GNR-DHD

"Corruption et développement humain"


Perception de la corruption au Burkina Faso 25
Graphique 2.2. Classification des secteurs selon le degré de corruption (modalité "très corrompu")

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0
Marchés pub.
Éducation
Santé

administrations
Douane

Mairies
Médias
Autres

Justice
Police

Source!: enquête GNR-DHD

2.2. LES PRATIQUES EN La manifestation la plus répandue


MATIÈRE DE CORRUPTION serait le don d’argent (pour 95,4% des
enquêtés), suivie des pots-de-vin. Pour
les détournements de fonds, pratique
qui caractérise sans doute le mieux la
2.2.1. LES PRINCIPALES FORMES grande corruption, près de 80% des
DE LA CORRUPTION enquêtés considèrent qu’il s’agit d’une
pratique répandue ou très répandue.

L ’analyse des pratiques de la corrup-


tion dans la société Burkinabè per-
met de cerner l’importance des diffé-
2.2.2. Les pratiques de la corruption
par secteur
rentes formes de la corruption. Interro-
gés sur sept formes de la corruption
jugées a priori principales (les pots-de-
vin, le trafic d’influence, le don de
l’argent, la tricherie dans le recrute-
L a police et la gendarmerie
(principales pratiques!: rackets des
transporteurs, trafic d’influence, pots-
ment, l’escroquerie, les détournements de-vin, intimidations, enquêtes
de fonds et le dévoiement des enquê- réalisées à la tête du client).
tés), les enquêtés sont une majorité à De par leur rôle, ces deux corps sont
estimer que toutes ses manifestations en contact direct avec la population; ce
de la corruption sont ou répandues ou qui explique en partie, leur place dans
très répandues (cf. tableau 2.2.). le classement.

26 Rapport sur le développement humain - Burkina Faso - 2003


Tableau 2.2. Perception des enquêtés sur les différentes pratiques

Type de pratique Degré de corruption Rang


Répandue Très Total
répandue
Don d'argent 11,8 83,6 95,4 1
Pots-de-vin 25,9 63,6 89,5 2
Tricherie dans le recrute- 24,2 61,3 85,5 3
ment
Détournement de fonds 35,4 44,6 80,0 4
Trafic d'influence 44,2 35,2 79,4 5
Escroquerie 36,2 36,1 72,3 6
Dévoiements des enquêtes 29,1 27,0 56,1 7

Source Enquête du GNR-DHD

92,6% des personnes interrogées Ainsi, le maire est corrompu pour


pensent que la corruption sévit dans ce 59,0% des personnes enquêtées, le dé-
secteur. Celle-ci se manifeste surtout puté pour 56,4% et le ministre pour
par le racket sur les routes, aux contrô- 54,1%.
les, à la frontière, dans les brigades de
gendarmerie et les commissariats de
Encadré 2.2. Récit sur la corruption au niveau de la
police et lors de l'établissement des police et de la gendarmerie
pièces administratives, en témoigne le
récit ci-après (cf. encadré 2.2.). M. X est un chauffeur qui ne respecte pas les pan-
neaux de signalisation. C'est ainsi qu'un jour, alors
La douane qu’il s'engageait dans un sens interdit, il rencontre un
L’ampleur de la corruption (92,2% des agent de police en service. Ce dernier, avec courtoisie
enquêtés) dans le secteur de la douane et politesse lui demande les pièces du véhicule de
est voisine de celle de la police et de la même que son permis de conduire. Après vérification
gendarmerie. La corruption se manifes- des pièces, le policier retire la carte grise du véhicule
te aux postes frontières, à l'aéroport, et l'invite à le suivre au bureau pour le retrait d'une
sur les routes, au niveau de Ouaga- fiche sur laquelle figure le montant de la
Inter et des brigades mobiles. contravention à payer. Machinalement, le chauffeur
glissa un billet de mille (1000) francs entre les pièces
Les activités politiques (principales et les présenta au policier. Ce dernier se mit en colère
pratiques!: trafic d’influence, pots-de- et nota sur la fiche de retrait la tentative de
vin, népotisme, détournement, dévoie- corruption, ce qui aggravait son cas. La voiture fut
ment des enquêtes, recrutement et retenue à la police, mais le lendemain il revint
nomination aux postes). prendre son véhicule comme si rien ne s’était passé.
Il est loin le temps où l’homme politique Interrogé, le chauffeur dit que son patron avait appelé
dans la nuit pour tout arranger.
était censé incarner des idées, où sa
conduite était le reflet de ses engage-
Source!: Enquête du GNR-DHD
ments. De l’avis des enquêtés, 86,5%
des personnes interrogées pensent que
l'activité politique n’est pas dénuée de Les marchés publics (principales pra-
corruption. C'est une activité dont la fi- tiques!: processus de passation de
nalité n'est plus la défense des idées marché, appel d’offre accéléré et liste
mais bel et bien, un moyen par lequel restreinte, octroi de pourcentage et de
on peut s'enrichir rapidement. Les ré- dessous de tables, recours au marché
sultats de l’enquête reflètent cette mau- gré à gré, trafic d’influence).
vaise perception de la vie politique. Ce secteur est classé après la douane

"Corruption et développement humain"


Perception de la corruption au Burkina Faso 27
et la gendarmerie, probablement parce analphabétisme de justiciables)
que ce service est mal connu. De l'avis Dans toutes les sociétés, la justice
de ceux qui œuvrent dans le domaine constitue un des piliers de l'organisation
des marchés publics, (86,5%), la cor- sociale. Au Burkina Faso, la majorité
ruption porte sur des montants très des citoyens n'a plus confiance en la
importants. Elle intervient au niveau justice. Aux yeux des personnes inter-
des appels d'offres, du dépouillement rogées, elle ne constitue plus un rem-
des offres et des commissions char- part contre les injustices et semble
gées de l'attribution des marchés. Don- avoir choisi de défendre le plus fort.
ner 10 % pour avoir un marché est Elle est perçue comme non indépen-
devenu une pratique courante au ni- dante du pouvoir politique. Ainsi 86%
veau de l'attribution des marchés. des personnes interrogées pensent que
la justice est corrompue. Les secteurs
où la corruption se manifeste le plus
Encadré 2.3. Le comportement de l’administration sont les suivants!: les tribunaux, les
dans un conflit cabinets d'avocats, les cours d'appels
et les bureaux chargés de l'établisse-
Un conflit grave a opposé des agriculteurs et des ment des pièces administratives. La
éleveurs ayant entraîné des morts d'hommes et des
nomination des magistrats ainsi que les
dégâts matériels importants (bétail abattu,
verdicts sont souvent sous la coupe
habitations endommagées etc.) Après avoir
des influences politiques et de prati-
commis ces actes, les auteurs (des dozos) ont
ques illicites.
empêché l'accès des lieux aux autorités. Celles-ci
(Préfet, Gendarmes, Policiers) ont obtempéré à
cette injonction. Cela avait pour but d'empêcher les Les mairies (principales pratiques!:
constats d'usage en de telles occasions. Malgré ces établissement de pièces administrati-
obstructions, les faits ont été reconstitués et ves, lotissements, trafics d’influence,
l'enquête préliminaire conduite. Les forces de arrangements).
l'ordre se sont alors retrouvées dans l'impossibilité Considérées comme un service de
de procéder aux interpellations. Cela ne le sera proximité, les mairies sont gagnées par
qu'avec l'accord du leader politique de la zone, et l'affairisme et la corruption. Environ
suite à la menace de marche des parents des 89,8% des enquêtés estiment que le
victimes. Les auteurs des actes seront interpellés et secteur est corrompu. Trois services
détenus sans inculpation. Mieux à six (06) jours sont concernés dans les mairies!: la
des élections législatives, sur injonction des perception des taxes, les lotissements
mêmes leaders politiques, ils seront relaxés pour et la délivrance des pièces administra-
éviter le boycott de ces élections par la population tives. Selon un usager, le prix des diffé-
dans la zone. Suite à des publications dans la rentes pièces administratives suit l'aug-
presse, les intéressés seront inculpés sans être mentation des prix du marché.
interpellés et détenus, avec la promesse du
jugement du dossier en cours d'assise. Les leaders
La santé (principales pratiques!: pots-
politiques locaux, les ministres et députés, le haut-
de-vin exigés pour passer rapidement
commissaire et le préfet, le procureur et les
les consultations; vente d’échantillons
officiers de police judiciaire!ont-ils été impliqués
dans ces événements ? gratuits ou de médicaments destinés
aux malades; trafic d’influence; affec-
Source!: Enquête du GNR-DHD tation)
Depuis quelques années, les conditions
sanitaires du pays se sont détériorées
La justice (principales pratiques!: pas- accentuant ainsi le phénomène de la
sation de marché, appel d’offre accé- corruption. En effet, 85,5% des sondés
léré et liste restreinte, octroi de pour- estiment que le secteur est corrompu.
centage et de dessous de tables, re- Les services concernés le plus souvent
cours au marché gré à gré, trafic sont les urgences, les services payants
d’influence, renvoi de dossier, lenteur comme la radiologie et les services de
des procédures, rédaction de décisions laboratoire. À tout cela s'ajoutent le
de justice, interférences du politique, trafic des médicaments et les transferts

28 Rapport sur le développement humain - Burkina Faso - 2003


vers les cliniques. une pratique très répandue. Elle serait
pratiquée à tous les niveaux. Parmi les
L'éducation (principales pratiques!: indicateurs possibles, il y aurait!:
recrutement parallèle d’élèves; pots-de- • Le train de vie des agents qui serait
vin; affectations; trafic d’influence; ins- au-dessus de leurs revenus. Cela
criptions frauduleuses) est reconnu par des membres de
85,5% des personnes interrogées af- cette administration, même s'ils in-
firment que ce secteur est corrompu. sistent pour souligner l'apport des
Cette corruption se manifeste principa- ristournes légales annuellement ser-
lement lors du recrutement des élèves vies;
et de la gestion des établissements. • L'amenuisement des recettes fisca-
les;
Autres administrations publiques • Les difficultés de l'État pour faire
(principales pratiques!: lourdeurs admi- face aux charges salariales et so-
nistratives, trafics d’influence, établis- ciales en rapport avec les besoins
sement de pièces des dossiers, recru- des ménages;
tement personnel, détournements, • Des exemples vécus et rapportés
avancement du personnel, dévoiement par de petits opérateurs!: surimposi-
des enquêtes) tion pour intimider, lettres d'intimida-
La rigueur administrative semble ap- tion, transferts de commission, faus-
partenir au passé. À ce niveau, ce ne ses déclarations de valeurs compta-
sont plus tellement les usagers qui ten- bles;
tent de corrompre. Les agents de l’État • Le discours et le comportement de
sont à la recherche des clients et leur corrupteur qui se banalisent comme
proposent des tarifs pour faire avancer les dons injustifiés (mais intéressés)
des dossiers. Il est bien connu que cer- aux agents, la règle établie du pour-
taines signatures se payent très cher. centage, etc.
La tactique est la suivante!: lorsque le
dossier arrive au niveau de l’agent, Encadré 2.4. Récit sur le comportement d’un agent
celui-ci le bloque, appelle l’intéressé des impôts
pour lui fixer la somme à payer. Les
domaines les plus exposés à la corrup- Un agent des impôts a proposé un arrangement
tion sont!: le service de la solde, le ser- (moyennant une certaine somme) à un commerçant
vice des avancements, le service char- sachant à peine parler le français pour diminuer le
gé de la gestion des carrières. Certai- montant de ses impôts. Suite au refus du
nes fonctions sont convoitées par leur commerçant, l’agent déclare que le bilan
position au sein de l'appareil adminis- comptable du commerçant est très en deçà du
tratif. Il s'agit des fonctions de Directeur chiffre d’affaires réel et de ce fait il le classe dans
une catégorie supérieure. Dès réception de sa
Administratif et Financier (DAF) et de
facture d’impôts, le commerçant a remarqué une
Directeur des Études et de la Planifica-
hausse très sensible de ses impôts. Après cela,
tion (DEP).
l’agent lui a remis son numéro de téléphone pour
lui indiquer qu’à tout moment il pouvait l’appeler
Les impôts (principales pratiques!: s’il changeait d’avis. Ce commerçant, ne pouvant
pots-de-vin, intimidations, sous factura- pas payer ce qui lui est demandé, craint qu’un jour
tions ou surfacturations des impôts, on ne vienne fermer sa maison de commerce. Le
détournements, arrangements) commerçant déclare lui-même, que s’il avait
C'est un service exposé à la corruption d’autres issues, il mènerait d’autres activités. En
par la nature même du travail qui s’y attendant, il n’a pas d’autres solutions. Malgré
fait, 81,9% des enquêtés estiment que tout, il persiste dans sa position parce qu’il est
la corruption est présente dans le sec- contre la corruption même s’il sait par ailleurs que
teur. La corruption se rencontre surtout d’autres commerçants et opérateurs économiques
au niveau du recouvrement. Des résul- corrompent les agents pour fructifier davantage
tats des entretiens sur la perception de leurs activités.
la corruption dans l'administration fisca-
le, on peut retenir que la corruption est Source!: Enquête GNR-DHD

"Corruption et développement humain"


Perception de la corruption au Burkina Faso 29
La petite corruption qui a cours dans Pourtant elle y est présente et se
cette administration et qui est la plus pratique sous une forme plus ou moins
perceptible serait pratiquée à l'opportu- fine. Elle est essentiellement d'ordre
nité, de façon non organisée en réseau, politique et se manifeste par le
sans procédures et méthodes formel- traitement partial de l'information.
les. Elle se généraliserait comme un
effet de mode, en prenant l'allure de La plupart des journalistes sélectionne
traditions. Les formes de petite corrup- l'information en fonction des intérêts du
tion sont assez nombreuses selon les journal. Le choix des reportages est
évocations et récits des entretiens!: souvent l'objet d'un marchandage et
parfois des articles sont commandés à
• Les rééchelonnements de créance des fins inavouables. Le citoyen consi-
pour entretenir (couvrir) l'évasion dère que les principaux responsables
fiscale. Les sommes ainsi défiscali- des organes de presse sont corrompus.
sées faisant l'objet des transactions
illégales entre l'agent du fisc et le Les Organisations Non Gouverne-
contribuable; mentales (ONG)8
Le Burkina Faso connaît une proliféra-
• Les fausses déclarations (sur les tion des organisations non gouverne-
quantités et les prix) en douane pa- mentales. Dans la majorité de ces or-
ralysent l'action fiscale en réduisant ganisations, les bailleurs exigent la
l'assiette. Les réclamations dans de transparence dans la gestion des res-
telles situations sont aussi l'objet de sources financières. Cette situation
transactions. Ces transactions se traduit un écart entre la philosophie de
traduisent souvent de façon conflic- l'ONG et les pratiques sur le terrain.
tuelle par le chantage, l'intimidation, Certaines organisations sont créées
le harcèlement ouvert ou insidieux. parce qu'il y a un financement et sou-
vent ces financements restent la pro-
En dehors du fisc, on rencontrerait des priété de quelques individus.
comportements similaires avec des
agents de la Caisse Nationale de Sécu- Le secteur privé8
rité Sociale (CNSS) et les services Les opérateurs économiques et les
techniques chargés de la vérification de professions libérales se plaignent de
l’application de la réglementation, no- l'ampleur de la corruption, essentielle-
tamment dans le secteur BTP (des ment dans les attributions de marchés
passations de marché, comme occa- et au niveau de l'exonération des taxes.
sions de ristournes d'hébergement des Les services avec lesquels ils travail-
missions de l'administration, de cons- lent, la douane, le ministère du com-
truction dans le BTP). merce sont jugés par eux corrompus.
Malgré ce constat amer fait par les
Les médias (principales pratiques!: opérateurs économiques, ils reconnais-
financement occulte de certains des sent que pour la survie de leurs entre-
journaux; diffusion d’informations ten- prises, ils sont souvent obligés de jouer
dancieuses) le jeu de ces agents corrompus et qui
L’ouverture démocratique a entraîné le sont malheureusement aux postes
développement de la presse publique stratégiques de l’administration (cas
et privée. La corruption dans les mé- des appels d’offres). Le délit d’initié est
dias est peu connue du grand public. monnaie courante dans ce domaine.

________________________________________

8 Les ONG et le secteur privé n’ont pas été retenus comme secteur d’activité dans le questionnaire de
l’enquête. Les résultats présentés ici sont donc le seul résultat d’entretiens avec des professionnels de
ces secteurs sur leur propre activité.

30 Rapport sur le développement humain - Burkina Faso - 2003


2.3. LES CAUSES DE LA COR- sont expliquées par les effets négatifs
RUPTION de la modernisation, notamment à
travers la mise en place d’une société
de consommation et d’un contexte de
concurrence professionnelle et com-
2.3.1. LES FACTEURS GÉNÉRAUX merciale renforcée. En contrepartie, les
FAVORISANT LA CORRUPTION enquêtés constatent l’absence de va-
leurs de références collectives qu’il
s’agisse du civisme, du patriotisme ou
Au niveau de l’individu encore de valeurs morales et religieu-
ses.
Au niveau de l’individu, les facteurs
explicatifs possibles de la corruption Le mauvais exemple des leaders et de
peuvent être appréhendés sous plu- la hiérarchie en général, le mauvais
sieurs aspects!: éducatif et culturel, choix des responsables, le manque de
économique, psychologique, social et transparence dans le travail et le
selon la nature du groupe. Sur le plan manque de rigueur dans la gestion
éducatif, le manque ou l’insuffisance publique constituent également pour les
d’instruction civique ainsi que la mé- enquêtés des signes évidents dans la
connaissance de la culture et des tradi- perte de valeurs de référence collecti-
tions sont des facteurs qui favorisent la ves. Pour un individu déchiré entre la
corruption au niveau de l’individu. En montée en puissance de valeurs indivi-
effet, le respect de la culture et la tradi- duelles et le déclin de valeurs plus col-
tion sont des valeurs inestimables pour lectives qui assurent sa socialisation, la
une bonne conduite de l’individu. Mal- faiblesse de caractère, la peur de
heureusement, ces valeurs sont au- l’échec, le mimétisme ou tout simple-
jourd’hui bafouées dans nos sociétés ment la paresse peuvent permettre
de plus en plus monétarisées, notam- d’expliquer des actes de corruption à
ment dans les grandes villes. un niveau individuel.

Sur le plan économique et social, les Enfin, la corruption est également ex-
bas salaires peuvent également pliquée au niveau de l’individu par la
constituer un facteur explicatif de la pauvreté humaine, c’est-à-dire les bas
corruption. L’insuffisance de revenus salaires, la faiblesse du pouvoir
liée à une utilisation non rationnelle d’achat, le chômage mais aussi
(consommation excessive d’alcool, l’ignorance. Face à ces mauvaises
activités extraconjugales intenses, etc.) conditions de vie, les charges familiales
expose l’individu à la corruption. Ceci a restent élevées.
pour corollaire la recherche du gain
facile, sans référence à aucune valeur Au niveau de la société
morale.
Au niveau de la société, on peut es-
Interrogés directement sur les facteurs sayer de regrouper les facteurs expli-
qui favorisent la corruption au niveau catifs de la corruption en deux grands
des individus, les enquêtés ont des groupes!: les causes endogènes et les
réponses variées que l’on peut toutefois causes exogènes. Parmi les causes
essayer classer et de comprendre endogènes, on trouve les causes éco-
comme suit. D’abord, les valeurs qui nomiques, sociologiques, culturelles et
sous tendent le comportement politiques. Le manque de formation à
économique et social de l’individu sont l’instruction civique, ainsi que l’absence
remises en question. Il s’agit de modèle de référence sont également
notamment de l’individualisme, de la sources de corruption. Sur le plan so-
cupidité, de la mégalomanie, de la folie cial, les frustrations dans le travail,
des grandeurs et de la recherche du l’anarchie dans l’administration, les
gain facile. Ces valeurs individuelles rancœurs au sein des services consti-

"Corruption et développement humain"


Perception de la corruption au Burkina Faso 31
tuent également des facteurs favora- Toutefois, l’apport de la libéralisation
bles au développement de la corrup- économique à la lutte contre la corrup-
tion. tion n’apparaît pas systématiquement
aux yeux des sondés!: la libéralisation
Les causes exogènes de la corruption sauvage et les privatisations sont citées
qui viennent le plus souvent de l’exté- comme constituant des facteurs favori-
rieur du pays sont plus difficilement sant la corruption. La pauvreté, l’igno-
identifiables. En effet, les pratiques de rance, le chômage, la faiblesse des
corruption trouvent dans les relations revenus, les inégalités constituent éga-
internationales un terrain de prédilec- lement un socle favorable à l’émergen-
tion. En sortant des frontières, l’argent ce de la corruption selon les enquêtés.
échappe aux règles des pays d’origine
sans être souvent soumis aux règles Dans le domaine politique, la mauvaise
des pays d’arrivée parce que celles-ci gouvernance explique bien sûr la
sont inexistantes ou laxistes ou tout corruption pour les sondés. Celle-ci
simplement faciles à contourner. Cet peut prendre différentes formes!: le
argent est investi sans autres formes népotisme et aussi le régionalisme, la
de procès. De même, d’importantes non-application des lois. Au niveau de
sommes peuvent traverser des frontiè- la lutte contre la corruption, les struc-
res et être utilisées pour des investisse- tures en place sont jugées inefficaces.
ments des activités licites et produire L’impunité, le laxisme des autorités
des gains légalement déclarés9. Étant voire le manque de volonté politique
donné la proximité du Burkina Faso constituent un facteur encourageant la
avec cinq pays de l’UEMOA, le pays corruption aux yeux des Burkinabè.
n’échappe pas au trafic de drogues et à
la pratique du faux monnayage.
2.3.2. LES CONDITIONS DE VIE
Comme pour étudier les facteurs favo- MATÉRIELLES ET L’IMPUNITÉ
risant la corruption au niveau individuel, EXPLIQUENT LA CORRUPTION
une question sur les facteurs qui favori-
sent la corruption au niveau de la
société a été introduite dans le ques-
tionnaire. Les réponses peuvent appa-
raître à première lecture parfois confu-
L es réponses aux questions ouvertes
sur les contextes favorables à la
corruption au niveau individuel et de la
ses parce que les niveaux contextuels société permettent de dresser un
individuels et collectifs sont en fait panorama assez large de ses détermi-
étroitement liés. Cependant les résul- nants. Toutefois, pour préciser l’impor-
tats obtenus par l’enquête du Groupe tance relative des différents facteurs
National de Réflexion sur le Développe- avancés, des questions plus précises et
ment Humain Durable permettent de systématiques ont dû être posées a
mettre en avant quelques conclusions. priori. Dans l’enquête réalisée sur la
corruption au Burkina Faso par le GNR-
Au plan socio-économique, les sondés DHD, cinq causes possibles avaient été
citent la forte pression fiscale et retenues a priori!: les bas salaires, la
douanière et les lenteurs administrati- pauvreté, l’impunité, l'ignorance et
ves comme facteur explicatif de la cor- l'analphabétisme.
ruption. Ainsi, les sondés sont favora-
bles à une simplification et à un allège- Les Burkinabè interrogés par le GNR-
ment des règles qui encadrent la vie DHD expliquent la corruption par les
économique et sociale. conditions de vie matérielles et aussi

________________________________________

9 Bien que le blanchissement d’argent, soit difficile à mesurer, le FMI considère que cette activité
représente 2 à 5% du PIB mondial, soit un montant de 590 millions à 1,5 trillons de USD.

32 Rapport sur le développement humain - Burkina Faso - 2003


par l’impunité. Ils sont une minorité à
penser que l’ignorance et l’analpha-
bétisme constituent une cause impor- Encadré 2.5. Lourdeur administrative et corruption
tante de la corruption10. Ainsi, la pau-
vreté, les bas salaires et l’impunité Peut-on justifier l'ampleur de la pratique par une
constituent les trois principales causes charge fiscale très lourde, ou par des faiblesses insti-
de la pauvreté aux yeux des Burkinabè, tutionnelles!? Les problèmes semblent provenir de
respectivement pour 75,4%, 69,0% et quelques caractéristiques de notre système fiscal tels
60,4%. Ils sont une minorité à considé- que la complexité des règles, le taux et la nature de
rer l’ignorance (39,4%) et l’analphabé- certains impôts!et la politique de privatisation
tisme (34,9%) comme une cause
importante de la corruption. Le système fiscal du Burkina Faso est inspiré de celui
de la république française. Il est suffisamment com-
Dans l’enquête menée par le GNR- plexe pour faire du contribuable un otage de l'agent du
fisc, qui peut déceler, à tout moment, des infractions à
DHD, il a également été demandé aux
la loi. Il est aussi, par moments, source de contradic-
Burkinabè d’exprimer leur point de vue
tions qui renforcent cette dépendance du contribuable.
sur la place de la libéralisation écono-
Aussi le BIC dont le taux actuel est de 35 % (il était de
mique dans le développement de la
50% auparavant) selon l'expertise de l'agent du fisc, de
corruption. Seulement 47,4% des en- constatations d'assiette, et de vérifications, peut attein-
quêtés pensent que les politiques dre 70 % du bénéfice d'un opérateur économique.
d’ajustement structurel ont encouragé Cette marge flottante de 35 % par exemple peut être
la corruption. l'objet de la négociation et de l'appropriation fraudu-
leuse entre les deux parties. Cela peut être d'autant
Cependant, ils sont une majorité plus alléchant pour un exemple de bénéfice commer-
(56,2%) à considérer que les privati- cial de trois millions (3 000 000) de francs, une marge
sations permettent la corruption. Seuls de 70 % peut ramener le commerçant à un revenu
16,9% des enquêtés pensent le annuel de neuf cent mille (900 000) francs.
contraire. Cette appréciation négative
des enquêtés sur les privatisations va à Pour ce qui est de la TVA, il semble y avoir un man-
l’encontre des principes énoncés de la que de discernement dans les objectifs. Cet impôt créé
bonne gouvernance économique; elle a et appliqué pour la construction et la reconstruction
le mérite de souligner les attentes des des États-Unis et l'Europe, présente l'avantage d'un
Burkinabè à davantage de transparen- recouvrement rapide de leur mise pour les entreprises
ce en la matière. et d’un d'allégement de leur trésorerie. Dans notre
contexte, le capital étranger, plus puissant, a pris pos-
session des investissements les plus lourds dans les
privatisations. Les avoirs du capital étranger étant
rapatriés, l'effet de la TVA ne présente plus de perti-
2.4. LES CONSÉQUENCES DE nence. Car les acteurs nationaux préfèrent alors agir en
LA CORRUPTION dehors de la légalité parce que les bons contribuables
ne sont pas encouragés, les mauvais contribuables ne
sont pas sanctionnés, les longs délais d'attente engen-
drent des pertes et les bons contribuables sont même

S
elon les enquêtés, la corruption a démotivés par la surimposition (taux maximum).
des conséquences négatives
pour 91,4%. Seulement 2,7% À ce bilan, des corps comme les impôts et la justice
pensent qu'elle peut avoir des censés être les remparts aux dérives, semblent
conséquences positives pour la société s’essouffler depuis plusieurs années.
et 5,9% restent sans opinion sur la
question. Parmi les conséquences Source: Enquête GNR-DHD
malheureuses de la corruption, c’est
l’effritement de la société, la perte de
crédibilité v
________________________________________

10 La pauvreté constitue une cause de la corruption pour 75,4% des enquêtés, les bas salaires pour
75,4%, l’impunité pour 60,4%, l’ignorance pour 39,4% et l’analphabétisme pour 34,9%.

"Corruption et développement humain"


Perception de la corruption au Burkina Faso 33
la crédibilité vis-à-vis des bailleurs et la l'évaluation de l'acte de corruption au
pauvreté qui sont le plus fréquemment plan technique, économique, financier
avancés par les enquêtés (respecti- et social.
vement 74,1%, 62,5% et 58,5%).
Seulement 38,7% des enquêtés consi- Au plan technique, l’impossibilité de
dèrent que la corruption peut conduire réaliser les travaux et produits selon les
à une situation d’instabilité politique. normes, les règles de l'art et la légalité
économique. Les sommes défiscalisées
ne peuvent pas intégrer le circuit nor-
Tableau 2.3. Connaissance des structures mises en mal de la circulation monétaire (gel des
places par l'État pour lutter contre la corruption fonds expatriés). Cela contribue à ter-
me à l'étouffement des entreprises.
Structures Oui Non
% % Au plan financier, le phénomène se
Inspection Générale des 23,8 73,7 traduit par l’amincissement des res-
Finances sources à affecter aux revenus des
Coordination de la lutte 26,3 73,7 ménages, (salaires) aux secteurs so-
contre la pauvreté ciaux (éducation, santé, etc.) et aux
Inspection Générale d'État 14,1 85,9 équipements. Cela conduit aux conflits
entre individus, entre agents économi-
Cour des Comptes 26,1 73,9 ques.

Comité National 28,0 72,0


d'Éthique
Haute Autorité de 37,9 62,1 2.5. LA LUTTE CONTRE LA
Coordination de lutte CORRUPTION
contre la corruption

Source!: Enquête du GNR-DHD


2.5.1. DES INSTITUTIONS PEU
CONNUES
Tableau 2.4. Connaissance des structures mises en
place par l'État pour lutter contre la corruption

Niveau d'instruction
Sans niveau
Oui
4,0
Non
65,3
NSP
30,6
L es principales institutions mises en
place par l’État pour lutter contre la
corruption (Inspection Générale des
Alphabétisés 0,0 75,0 25,0 Finances, Coordination de Lutte contre
Primaire 14,0 54,0 32,0 la Fraude, Inspection Générale d’État,
Secondaire 35,8 45,0 19,2 Cour des Comptes, Comité National
Supérieur 78,7 17,8 3,5 d’Éthique) ne sont pratiquement pas
connues. Le Comité National d’Éthique
NSP !: Ne sait pas et la Haute Autorité de Coordination de
Source!: Enquête du GNR-DHD Lutte contre la Corruption sont les deux
institutions les plus connues, avec
respectivement 28,0% et 37,9% (cf.
Au cours des entretiens, les interlocu- tableau 2.3.).
teurs ont suggéré la notion de seuil cri-
tique de corruption et une comparaison Cette connaissance des structures
entre notre situation et celle des pays dépend en fait du niveau d’instruction
européens. En effet, au-delà d'un seuil (cf. tableau 2.4.). Les cadres supérieurs
donné (atteint ou dépassé) les réper- qui connaissent ces institutions les
cussions sont très dommageables sur jugent inefficaces à 81%, les enquêtés
l'ensemble du système économique et de niveau secondaire émettent le
social. Le dépassement du seuil s'ex- même jugement à 65,3% et ceux de
pliquerait d'abord par l'ignorance de niveau primaire à 66,7%.

34 Rapport sur le développement humain - Burkina Faso - 2003


2.5.2. LA CLASSE POLITIQUE DÉSA- 2.5.3. DES INSTITUTIONS INEFFI-
VOUÉE CACES

L e degré de confiance du citoyen en-


vers l’exécutif, le législatif, le judi-
ciaire s’est largement effrité. On note
L es institutions mises en place par
l’État pour lutter contre la corruption
ne sont pas connues et sont souvent
que 59,6% des enquêtés estiment que jugées inefficaces. Dans l’ensemble,
le gouvernement ne lutte pas contre la seulement 43% des individus enquêtés
corruption, 34,3% pensent le contraire. connaissent ces structures.
Lorsqu’on procède à une approche
socioprofessionnelle de l’échantillon, on
remarque que le jugement des cadres 2.5.4. LES PROPOSITIONS DES
supérieurs et moyens est plus sévère. ENQUÊTÉS

La perception par les Burkinabè des


efforts de l'Assemblée Nationale pour
lutter contre la corruption n'est guère
plus favorables. Ainsi, 59,2% des per-
L e GNR-DHD a également souhaité
interroger les Burkinabè sur les
solutions qu’ils envisageaient pour lut-
sonnes interrogées pensent que l’As- ter contre la corruption, ceci tant à un
semblée Nationale ne lutte pas contre niveau individuel qu’au niveau de la
la corruption. En fait, c’est l’ensemble société. L’ensemble des réponses à
de la classe politique qui est mal per- ces deux questions a pu être synthétisé
çue par les Burkinabè. À la question (encadré 2.7). Il ressort de ces répon-
"pensez-vous que pour faire de la ses que les principaux éléments d’une
politique, il faut être corrompu", 54,3% lutte contre la corruption devraient être
des enquêtés répondent hélas par les suivants!:
l’affirmative. Ce désaveu touche l’en-
semble de la classe politique!: minis- • L'information, la conscientisation et
tres, députés et aussi maires. À la la sensibilisation sur la corruption et
question "Pensez-vous que le ministre ses conséquences;
est un homme corrompu", les réponses • Le renforcement de l'éducation gé-
affirmatives représentent 54,1% de nérale, mais aussi morale, civique!et
l’ensemble. Pour le député ou le maire, religieuse;
les réponses positives atteignent des • Le bon fonctionnement de l'État, as-
niveaux voisins, respectivement 56,4% surant!: un bon choix des responsa-
et 59%. bles, un contrôle hiérarchique, la
transparence (la déclaration des
biens des responsables), le réamé-
nagement de certaines structures;
• La simplification des règles et des
Tableau 2.5. Le Gouvernement lutte-t-il con- mesures d'exonération fiscale;
tre la corruption • L'amélioration des conditions des
agents (salaires, ristournes) et l'en-
Niveau d'instruction Oui Non couragement des bons agents (par
Cadres supérieurs 29,0 66,1 exemple une plus grande rigueur
Cadres moyens 28,6 66,7 dans l’attribution des décorations);
Employés 34,8 57,9 • La fin de l’impunité qui passe par la
Commerçants 37,0 55,5 dénonciation et les sanctions des
auteurs (par exemple à travers la
Source!: Enquête du GNR-DHD mise en place d’un téléphone
rouge).

"Corruption et développement humain"


Perception de la corruption au Burkina Faso 35
Encadré 2.7. Des solutions contre la corrup-
tion proposées au niveau de la société

• Effectuer des contrôles réguliers;


• Créer des structures de contrôle
(exemple des brigades);
• Alléger les impôts et les taxes;
Encadré 2.6. Des solutions contre la corrup-
• Moderniser l’administration;
tion proposées au niveau des individus • Réinstaller les TPR;
• Faire fonctionner les structures de lutte
• Créer des brigades de surveillance et de contre la corruption;
contrôle; • Décentraliser les structures de lutte sur
• Appliquer la réglementation; le plan sectoriel et géographique dans le
• La transparence et la rigueur dans les public comme dans le privé;
services étatiques; • Dénoncer et sanctionner les auteurs y
• Moraliser la vie publique et politique; compris les corrupteurs;
• Dénoncer et sanctionner les auteurs; • Choisir des responsables compétents et
• Choisir les responsables intègres; intègres;
• Instaurer un téléphone rouge; • Amnistier les crimes antérieurs;
• Mettre fin à l’impunité; • La bonne gouvernance;
• Mener des enquêtes de moralité; • Promouvoir la culture démocratique;
• Mieux gérer les compétences • Assurer l’alternance politique;
professionnelles; • Éduquer (y compris le civisme et la
• L’alphabétisation; morale);
• L’éducation civique, morale et • Sensibiliser et informer les usagers (
religieuse; populations) et les leaders sur les droits
• La sensibilisation, la conscientisation, et devoirs, les méfaits de la corruption;
l’information; • Encourager les travailleurs non
• L’encouragement des bons agents corrompus;
(primes, décoration, etc); • Conscientiser la population;
• La valorisation des fonctions et • Développement de l’agriculture- créer
professions; des projets;
• Lutte contre la pauvreté- augmentation • Lutter contre le chômage – création
des salaires - amélioration des d’emplois;
conditions de vie; • Alléger (ou subventionner) les prix de
• Création d’emplois; produits de premières nécessités;
• Développement de l’agriculture; • Lutter contre l’analphabétisme;
• Maintien de l’aide au développement; • Assurer un partage équitable des
• Renforcer la confiance en soi; ressources du pays;
• Respecter les autres; • Appliquer effectivement les lois et les
• Assurer l’équité; textes en vigueur;
• Dépolitiser l’administration;
Source!: Enquête du GNR-DHD • Lutter contre l’impunité;
• Le retour de la révolution;
• Le bon exemple du gouvernement;
• L’indépendance de la justice;
• Augmenter les activités génératrices de
revenus.

Source!: Enquête du GNR-DHD

36 Rapport sur le développement humain - Burkina Faso - 2003


CONCLUSION mène date des années quatre vingt-dix.
Cette période correspond, dans
l’histoire politique du Burkina Faso, à
celle de l’ouverture démocratique et de

L
a corruption tend à devenir une la libération économique. La notion de
norme de conduite au Burkina démocratie est souvent interprétée
Faso. En effet, selon les résultats comme une ouverture au laxisme, à la
de l’enquête plus de 90% des enquêtés corruption et à l’enrichissement illicite.
estiment que la corruption est plus Faire de la politique, "c’est se créer une
importante de nos jours, quel que soit place au soleil" et se servir
le niveau d’instruction, le sexe ou la prioritairement en gérant de manière
situation professionnelle. patrimoniale.

Les pratiques les plus répandues sont Les solutions à apporter pour freiner le
le don d'argent, et les pots-de-vin, et les phénomène de la corruption doivent
secteurs les plus corrompus sont la d'abord venir des autorités. Comme on
police, la gendarmerie et la douane. a souvent coutume de le dire, l’exemple
Ces secteurs travaillant directement vient d’en haut par la gestion saine de
avec les opérateurs économiques, les la chose publique. Dans ce cadre, une
commerçants, les transporteurs, sont vaste sensibilisation des publics sur les
les plus exposés à la corruption. règles et les bonnes pratiques ainsi que
la sanction des agents corrompus
Les entretiens menés par le GNR-DHD apparaissent aujourd'hui nécessaires
montrent que l’accélération du phéno- au Burkina Faso.

"Corruption et développement humain"


Perception de la corruption au Burkina Faso 37