Vous êtes sur la page 1sur 5

1

Corrigé de l'épreuve de la discipline :


 RESISTANCE DES MATERIAUX 
Licence L3 - Sciences pour l'Ingénieur - Génie civil et géotechnique / Energétique de l'habitat.
Université Paul Sabatier - UPS SITECH Toulouse 3 - Session 1 - 2013

Questions de cours (5pts)


1. Dénir le plus précisément possible ce que sont les sollicitations ;
On appelle sollicitations les éléments de réduction du torseur des forces agissant sur un plan
de section droite orienté par le vecteur directeur de la poutre, réduits au centre de gravité de
ladite section droite et projetés sur ses axes principaux d'inertie.
2. Donner les relations entre déplacements et déformations en résistance des matériaux ;

du dω dv
εG = (élongation) χ= (courbure) γ= − ω (distorsion)
dx dx dx

3. Donner l'expression des lois de comportement liant les sollicitations normales aux déformations
en résistance des matériaux ;
N = EAεG M = EIχ

4. Donner l'expression des contraintes normales agissant sur un plan de section droite en résis-
tance des matériaux ;
N (x) M (x)
σ (x, y) = − y
A (x) I (x)

5. Donner les propriétés d'une liaison rigide et celles d'une articulation.

(a) liaison rigide :


déplacements diérentiels et rotation diérentielle nuls : ∆U = ∆V = 0 et ∆Ω = 0
transmission de trois actions de liaison : X 6= 0 , Y 6= 0 et M 6= 0
(b) articulation :
déplacements diérentiels nuls : ∆U = ∆V = 0 mais rotation diérentielle permise : ∆Ω 6= 0
transmission de deux eorts de liaison : X 6= 0 , Y 6= 0 mais pas de transmission de couple :
M =0

Exercice (15pts)
Etude de l'ossature décrite par le schéma suivant.

Figure 0.0.1  ossature à étudier


2

1. vérier que la structure (S) est isostatique ;


La structure est composée du solide (ABC) dont l'équibre est régi par ne = 3 équations. D'autre
part on comptabilise 1 inconnue de liaison en A (appui simple) et 2 inconnues en C (articula-
tion). Il y a donc ni = 3 inconnues de liaison. Le décit d'équation est égal à h = ni − ne = 0 ; la structure
est donc isostatique.
2. tracer l'allure qualitative du moment échissant (M ) ;
Voir la question 6.
3. caractériser la géométrie de l'ossature en précisant les longueurs des éléments de structure et
leur inclinaison. On montrera en particulier que les deux poutres forment un angle droit ;
On remarque que la longueur de la barre (1) vaut L1 = 2L et celle de la barre (2) vaut L2 = L.
La barre (1) est inclinée d'un angle α avec l'horizontale de sorte que cos α = 54 et sin α = 35 . La barre (2) est
inclinée du même angle mais avec la verticale cette fois. Les deux barres forment donc un angle doit entre
elles.
4. dénir et calculer les réactions de liaison en A et C ;
On isole la structure et on introduit les inconnues de liaison YA , XC et YC dans le repère
global.
Equilibre en moment en C : −YA × 11 5 L + 2qL × L = 0 ⇒ YA = + 10
11 qL

Figure 0.0.2  dénition des réactions et schéma de calcul




Equilibre selon X : XC + 2qL sin α = 0 ⇒ XC = − 65 qL


Equilibre selon Y : YA + YC − 2qL cos α = 0 ⇒ YC = − 10 8
11 qL + 5 qL =
38
55 qL
5. calculer les sollicitations dans l'élément (1) puis l'élément (2) ;

Figure 0.0.3  schéma de calcul des sollicitations


On isole le tronçon [AP ] de longueur x de l'élément 1. On met ainsi en évidence les sollicita-
tions N1 , T1 , M1 puisque le plan de section droite passant à le point P est orienté par le vecteur directeur de
la barre 1. On écrit l'équilibre en projetant les eorts dans le repère local {x1 , y1 } :
10 3 30
selon x : qL × + N1 (x) = 0 ⇒ N1 (x) = − qL (compression)
11 5 55
3

10 4 40
selon y :qL × − qx + T1 (x) = 0 ⇒ T1 (x) = qx − qL
11 5 55
1 2 10 4 1 2 40
moment en P : qx − qL × x + M1 (x) = 0 ⇒ M1 (x) = − qx + qLx
2 11 5 2 55
On isole le tronçon [P C] de longueur L−x de l'élément 2. On met ainsi en évidence l'opposé des sollicitations
−N2 , −T2 , −M2 puisque le plan de section droite passant par P est orienté par l'opposé du vecteur directeur
de la barre 2. On écrit l'équilibre en projetant les eorts dans le repère local {x2 , y2 } :
 
38 4 6 3 152 18 350 14
selon x : −N2 (x)− qL× − qL× = 0 ⇒ N2 (x) = −qL + =− qL = − qL (compression)
55 5 5 5 275 25 275 11
 
38 3 6 4 114 24 6
selon y : −T2 (x) + qL × − qL × = 0 ⇒ T2 (x) = qL − = − qL
55 5 5 5 275 25 11
38 3 6 4 6
moment en P : −M2 (x) + qL × (L − x) × − qL × (L − x) × = 0 ⇒ M2 (x) = − qL (L − x)
55 5 5 5 11
On notera au passage que dMdx = −T1 et que dx = −T2 en respect des équations locales de l'équilibre
1 dM2

des poutres. Le moment échissant en B peut être calculé soit par MB = M1 (2L) = qL2 − 42 + 40

55 × 2 =
6
− 11 qL2 , soit par MB = M2 (0) = − 116
qL2 . Les deux valeurs sont naturellement égales ce qui traduit
l'équilibre du noeud B .
6. en tracer les diagrammes caractéristiques ;

Figure 0.0.4  diagrammes caractéristiques des sollicitations


Le moment échissant est parabolique sur l'élément 1, sa courbure est négative (en  −x2 ) ;
il passe donc par un maximum dont l'abscisse se situe là où l'eort tranchant est nul, c'est-à-dire en xmax =
40 2
55 L. La valeur du moment maximal est M1 = qL − 2 × 55 + 55 × 55 = 2.264qL2 .
40 1 40 40
max 2



− →

7. désignant par V A = UA X le vecteur déplacement de l'appui A , projeter celui-ci dans le
système local à l'élément (1) {x1 , y1 } et exprimer u1A et v1A , composantes dans le repère
local à (1), en fonction de UA .

− →
− → − →
− →

Le vecteur V A ne possède qu'une seule composante selon X : V A = UA X ; et on projette X dans la base


{x1 , y1 } : X = cos α→

x 1 − sin α→

y 1 = 54 →
−x 1 − 35 →

y 1 donc u1A = 45 UA et v1A = − 35 UA .

− →
− →

8. désignant par V B = UB X + VB Y le vecteur déplacement du noeud B , projeter celui-ci dans
le système local à l'élément (1) {x1 , y1 } et exprimer u1B et v1B , composantes dans le repère
local à (1), en fonction de UB et VB . Exprimer également u2B et v2B , les composantes de
déplacement dans le repère local à (2), en fonction de UB et VB .

− →

On projette également Y dans la base {x1 , y1 } : Y = sin α→ −
x 1 + cos α→
−y 1 = 53 →

x 1 + 45 →

y1
Par conséquent : u1B = 5 UB + 5 VB et v1B = − 5 UB + 5 VB
4 3 3 4

− →
− →
− →

Projetons maintenant les vecteurs X et Y dans la base {x2 , y2 } : X = 53 → −x 2 + 45 →

y 2 et Y = − 45 →

x 2 + 35 →

y2
Par conséquent : u2B = 5 UB − 5 VB et v2B = 5 UB + 5 VB
3 4 4 3

9. l'hypothèse d'indéformabilité axiale des poutres implique, d'une part, que u1A = u1B et,
d'autre part, que u2B = 0. Déduire que VB = 34 UB et UA = 25 16 UB . Exprimer toutes les
composantes de déplacement u1A = u1B , v1A , v1B , v2B à l'aide seule de UB .
Partant des expressions établies précédemment :
u1A = u1B ⇒ 54 UA = 45 UB + 35 VB , d'une part, et que :
u2B = 0 ⇒ 53 UB − 45 VB = 0, d'autre part.
4

On voit donc que VB = 34 UB et que UA = 1 + 34 × 3 25


. On peut donc exprimer toutes les

4 UB = 16 UB
composantes de déplacement à l'aide seule de UB :
4 25 5
u1A = u1B = v2B = × UB = UB
5 16 4
3 25 15
v1A = − × UB = − UB
5 16 16

v1B = −u2B = 0
2
10. intégrer la loi approchée M1 (x) = EI (x) × ddxv21 exprimée dans le repère local à l'élément (1)
en faisant apparaître les rotations ωA et ωB ;
On remarquera que l'inertie de exion de l'élément 1 vaut 2EI ; compte tenu de l'expression
du moment échissant obtenu à la question 5 :
1 40
M1 (x) = − qx2 + qLx = 2EI × v1 ”
2 55
intégrons entre 0 et x :
1 20
− qx3 − qLx2 = 2EI (v10 − ωA )
6 55
la rotation ωA est égale à v10 (0) ; elle n'est pas nulle du fait que l'appui simple ne l'entrave pas. Intégrons de
nouveau :
1 4 20
− qx − qLx3 = 2EI (v1 − ωA x − v1A )
24 165
Compte tenu de la question 9 :
 
15 q 1 4 20
v1 (x) = − U B + ωA x − x + Lx3
16 2EI 24 165

11. faire de même pour la poutre (2) en introduisant ωC ;


On exprime M2 :
6
M2 (x) = − qL (L − x) = EI × v2 ”
11
intégrons entre 0 et x :  
6 1
− qL Lx − x2 = EI (v20 − ωB )
11 2
ici ωB désigne la rotation du noeud B qui n'est certainement pas nulle. Intégrons de nouveau :
 
6 1 2 1 3
− qL Lx − x = EI (v2 − ωB x − v2B )
11 2 6

Compte tenu de la question 9 :


 
5 6 qL 1 2 1 3
v2 (x) = U B + ωB x − Lx − x
4 11 EI 2 6

12. exprimer la condition de continuité de la rotation en B (noeud rigide) ;


v1 (x) est connue moyennant la donnée de ωA et de UB . D'autre part, v2 (x) est connue si UB
et ωB sont connues. Il faut donc déterminer 3 paramètres : UB , ωA et ωB . En particulier on
peut exprimer la continuité de la rotation en B par :
ωB = v10 (2L) = v20 (0)

la seconde égalité est déjà satisfaite et la première donne :


46 qL3
 
q 1 3 20 2
ωA − (2L) + L (2L) = ωB ⇒ ωA = ωB +
2EI 6 55 33 EI

13. de ce qui précède déduire la valeur de UB .


Il faut encore établir deux équations qui reètent les conditions aux limites des poutres. En
particulier :
v1 (2L) = v1B = 0
5

ce qui entraîne que :


46 qL3
   
15 q 1 4 20 3
− UB + ωB + 2L − (2L) + L (2L) = 0
16 33 EI 2EI 24 165

15 65 qL4
− UB + 2LωB + =0 (0.0.1)
16 33 EI
d'autre part
v2 (L) = v2C = 0
par conséquent :  
5 6 qL 1 3 1 3
U B + ωB L − L − L =0
4 11 EI 2 6
5 4 qL4
− UB − 2ωB L + =0 (0.0.2)
2 11 EI
en sommant les équations 0.0.1 et 0.0.2, on obtient :
qL4 112 qL4
   
5 15 4 65
+ UB = + ⇒ UB =
2 16 11 33 EI 165 EI

E.Ringot - UPS Tlse3 - UPSSITECH L3 GCGEO/ENHA - RDM - 2013 session 1