Vous êtes sur la page 1sur 6

Les caractéristiques d’une

obligation
MISE À JOUR LE 20 JUILLET 2018
Xtra253 90787890

la finance pour tous

 Comprendre les obligations


o Les caractéristiques d'une obligation
o Les différents types d'obligations
o Les risques obligataires
o Déterminer le rendement d'une obligation
o Les NEU CP : un autre type de titre de créance à côté des obligations
 Investir dans des obligations ... sans le savoir

Une obligation représente la part d’un emprunt émise par


une entité (l’État, une collectivité locale ou une entreprise).
Si vous détenez des obligations, vous êtes donc le prêteur
(le créancier) de l’entité ayant émis ce titre. En échange de
ce prêt, vous allez percevoir des intérêts. Le taux d’intérêt
est connu à l’avance par l’investisseur tout comme la durée
du prêt et la date de versement des intérêts.
Contrairement aux actions, le versement des intérêts pour le détenteur d’une
obligation n’est pas conditionné à la situation financière de son émetteur, par
exemple, aux résultats financiers d’une entreprise.
Le vocabulaire des obligations
Pour comprendre le fonctionnement des obligations, quelques notions se révèlent
indispensables :
 Le nominal (ou valeur faciale ou principal) : il est égal au capital de départ emprunté
par l’émetteur de l’obligation divisé par le nombre de titres émis. Par exemple, un
émetteur décide d’emprunter un million d’euros. Ce capital sera divisé en différentes
coupures, par exemple de 1 000 euros pour faciliter les échanges sur le marché. Ce
montant de 1 000 euros correspond à la valeur nominale de l’obligation.
 L’échéance ou maturité : il s’agit de la durée de vie de l’obligation. Elle peut
correspondre à la date à laquelle le détenteur de l’obligation se voit rembourser le
montant intégral du nominal c’est à dire le capital emprunté par l’émetteur. On parle
alors de remboursement du capitalin fine. Ce remboursement peut également être
régulier et se réaliser par un amortissement constant (chaque versement comprend
une part identique de coupon et de capital ) ou par annuités constantes (le capital
remboursé est constant à chaque versement). L’échéance moyenne d’une obligation
est de dix ans.
 Le coupon : il correspond au versement périodique d’un intérêt au détenteur de
l’obligation. Selon la nature de l’obligation, le versement des intérêts peut être
régulier (généralement tous les ans) ou intervenir à l’échéance,in fine. De même, le
taux d’intérêt versé peut être fixe (le revenu de l’intérêt perçu périodiquement est
constant) ou variable (le taux d’intérêt varie en fonction des taux du marché).
Autrefois, le détenteur d’une obligation recevait son paiement fixe en détachant un
coupon qu’il envoyait à l’émetteur de l’obligation et recevait son paiement en
échange. Aujourd’hui, ce procédé a disparu mais le terme « coupon » pour désigner
l’intérêt d’une obligation est resté.
 Le coupon couru : il représente la part de l’intérêt dû par l’émetteur de l’obligation à
un instant T, c’est à dire la rémunération due par l’émetteur au détenteur de
l’obligation entre le dernier versement du coupon et celui à venir.
 Le prix d’émission : il correspond au prix de l’obligation au moment de son
émission. Ce prix peut différer du nominal. Si le prix d’émission est supérieur au
nominal, on dit que l’obligation est « au dessus du pair » et inversement si le prix
d’émission est inférieur au nominal.
 Le cours de l’obligation : il correspond au prix auquel s’échange l’obligation sur
lemarché secondaire (lien avec dico).Il est généralement exprimé en pourcentage du
nominal de façon à faciliter la comparaison entre différentes obligations qui
présenteraient des caractéristiques différentes.
 Le prix de remboursement : il correspond au remboursement de l’obligation à son
échéance. Il peut être supérieur au nominal de façon à rendre l’obligation plus
attractive pour les investisseurs. La différence entre le prix de remboursement et le
nominal est appelée la prime de remboursement.
Lire une cotation d’obligation : l’exemple de la
société Gama
La cotation d’une obligation dans la presse spécialisée ou sur les sites internet
dédiés peut se présenter de la manière suivante. Elle vous permet de suivre au jour
le jour l’évolution de votre titre en bourse.
Supposons une obligation émise par une société française, « Gama » le 20
décembre 2002 (date d’émission) pour une durée de 20 ans. Elle a été émise au prix
de 1 000 € (prix d’émission). La valeur nominale est également égale à 1 000 €. Le
versement du coupon intervient tous les ans. Ces différents éléments sont indiqués
dans les informations complémentaires.
Le code Isin est en quelque sorte la carte d’identité de l’obligation. Il répond à des
normes internationales. Le marché sur lequel est cotée l’obligation est également
précisé.
Le taux d’intérêt nominal est égal à 2,50 %. À supposer que le détenteur de cette
obligation conserve le titre jusqu’à sa date d’échéance, il percevra tous les ans un
coupon égal à 25 € (nominal × taux d’intérêt nominal = 1 000 × 0,025).
Le coupon couru est ici égal à 0,833 %. Il correspond à la rémunération due par
l’émetteur de l’obligation à son détenteur entre la date de versement du dernier
coupon et celle à venir. Dans notre exemple, le versement du dernier coupon est
intervenu le 20 décembre 2012. Entre cette date et le 20 avril 2013 (date de
l’extraction de cette cotation), il s’est écoulé 120 jours. Par convention, on retient
qu’une année est composée de 360 jours. Pour obtenir la valeur du coupon couru,
on effectue le calcul suivant :
La cotation de l’obligation au 20 avril 2013 est de 99,00 %. En effet, le cours d’une
obligation est toujours exprimé en pourcentage du nominal. Pour obtenir son prix ou
sa valeur de marché, la valeur du nominal doit être multipliée par le cours exprimé en
pourcentage, auquel s’ajoute la valeur du coupon couru. Dans notre exemple, cela
revient à effectuer le calcul suivant :
Le saviez vous?
Si l’obligation cote 99 %, cela signifie que son prix a légèrement baissé par rapport à
sa valeur nominale, du fait d’une légère augmentation des taux d’intérêt. Le
rendement offert par cette obligation (2,50 %/an) est légèrement inférieur à celui que
pourrait rapporter une obligation comparable émise aujourd’hui