Vous êtes sur la page 1sur 18

Chapitre I : Présentation du groupe OCP et du département

contrôle de gestion
Introduction
Dans le cadre de l'exploitation de la richesse nationale en phosphates, L’OCP est le
leader mondial des phosphates. Il a plus de 90 ans d’existence. Une dynamique de
partenariat qui a été adoptée et a donné des fruits en termes de création des joint-
ventures avec les principaux clients. L’OCP dispose des trois quarts des réserves
mondiales de phosphates. Le chapitre se veut une occasion de faire une présentation
succincte des activités de l’OCP et ses différentes filiales. Egalement, c’est un chapitre
qui permet de voir la grandeur du Groupe et l’importance du site de Jorf Lasfar. Ce
chapitre sera subdivisé en deux sections : Une section qui présentera le groupe et le site
de Jorf lasfar, avec une présentation du département de contrôle de gestion, et une
deuxième section qui traitera du système actuel de pilotage de l’OCP.

Section 1 : Présentation du groupe OCP et du site JORF LASFAR

1. Présentation du Groupe OCP SA :

Leader mondial sur le marché du phosphate et ses dérivés, OCP opère sur les cinq
continents et dispose des plus importantes réserves de phosphate a monde. Avec plus
de 90 ans d’expérience dans la mine et 45 ans en chimie, OCP offre l’une des plus
larges gammes de roche pour divers usages. Premier exportateur de phosphate brut et
d’acide phosphorique dans le monde et l’un des principaux exportateurs d’engrais
phosphatés, OCP joue un rôle central dans ses régions d’implantation et emploie
directement plus de 20 000 personnes ce qui le place dans le peloton de tête des plus
grands employeurs du royaume.
Première entreprise industrielle du Maroc, OCP contribue substantiellement au
développement de l’économie nationale par le biais de ses exportations (24% des
exportations nationales). En outre, OCP apporte un soutien indéfectible à l’agriculture
marocaine en général et aux PME en particulier, dont le développement impacte
significativement la richesse nationale.
OCP maitrise toute la chaine de création de valeur de l’industrie phosphatière :
extraction et traitement du minerai, transformation de cette matière première en un
produit liquide intermédiaire, l’acide phosphorique, et fabrication des produits finis par
concentration et granulation de cet acide ou par purification : engrais, acide
phosphorique purifié.

1.1 Fiche signalétique :

Figure 7 : Fiche signalétique du groupe OCP

1.2 Marché international des phosphates

1
Source : NOTE D’INFORMATION DEFINITIVE : Emission obligataire subordonnée perpétuelle
avec options de remboursement anticipé et de différé de paiement d’intérêt 2016
OCP maitrise toute la chaine de création de valeur de l’industrie phosphatière :2
extraction et traitement du minerai, transformation de cette matière première en un
produit liquide intermédiaire, l’acide phosphorique, et fabrication des produits finis par
concentration et granulation de cet acide ou par purification : engrais, acide
phosphorique purifié.

Les principaux marchés des produits phosphatés sont les suivants :


 Roche phosphatée : Roche vendue pour une application directe dans les sols
acides, ou utilisée par d’autres industriels pour être transformée, principalement
en engrais ;
 Acide phosphorique : Acide acheté pour être transformé dans des usines,
principalement en engrais phosphatés ;
 Acide phosphorique purifié et produits phosphatés pour l’alimentation des
animaux :
Produits destinés à être transformés ou utilisés directement dans les industries
agroalimentaires ou pour l’alimentation d’animaux d’élevage ;
 Engrais phosphaté : Produits fertilisants destinés à l’application directe, ou
utilisés en mélange avec d’autres engrais azotés ou potassés.
Selon l’IFA, le commerce mondial de roche phosphatée, d’acide phosphorique et
d’engrais phosphatés s’élève à 26,1 millions de tonnes de P2O5 en 2014. Six pays ont
représenté 73% du commerce mondial roche, d’acide phosphorique et d’engrais
phosphatés en 2014. Il s’agit du Maroc, la Chine, les États-Unis, la Russie, la Jordanie
et l’Arabie-Saoudite, comme l’illustre le graphique ci-dessous.

2
OCP SA
Figure 8 : Principaux pays exportateurs des produits phosphatés

Concernant les marchés de l’acide phosphorique et des engrais phosphatés, d’après


l’IFA, les trois principaux pays exportateurs détenaient respectivement 69 % et 62 %
des parts du marché du commerce international en 2014.

1.2.1 Roche phosphatée

La roche phosphatée est principalement produite et transformée dans le pays détenant


les réserves de minerai. Sur les quelques 197 millions de tonnes de roche phosphatée
produites en 2014, seules près de 29,1 millions de tonnes ont fait l’objet d’échanges
commerciaux à l’international. Ces derniers ont augmenté de 12% par rapport à 2013,
où le commerce mondial de roche phosphatée s’élevait à 26 millions de tonnes.

Le graphique ci-dessous montre les principaux exportateurs de roche phosphatée en


2014. OCP étant l’acteur le plus important, avec une part de marché de 30 % des
exportations mondiales en volume, sachant qu’il représentait 14 % de la production
mondiale de roche phosphatée la même année, selon l’IFA.
Figure 9 : Part de larché des principaux exportateurs de roche phosphaté

Hormis le Maroc, les principaux pays et acteurs exportateurs de roche phosphatée en


2016 sont : la Jordanie (Jordan Phosphates Mines Co), l’Egypte (Misr Phosphates et Al
Watanya), le Pérou (Misky Mayo et Bayovar) et la Russie (Phosagro).

1.2.2 Acide phosphorique

Les exportations mondiales d’acide phosphorique ont atteint près de 4 millions tonnes
P2O5 en 2014, soit une augmentation de 2% par rapport au niveau de l’année
précédente (3,9 millions de tonnes P2O5).
Le graphique ci-dessous montre les principaux exportateurs d’acide phosphorique en
2014.
Figure 10 : Part de marché des principaux exportateurs d’acide phosphorique

Le Groupe est le principal exportateur d’acide phosphorique, avec une part de marché
de 50 % des exportations mondiales en volume en 2014, alors qu’il représentait 10 %
de la production mondiale d’acide phosphorique la même année, selon l’IFA.

1.2.3 Engrais phosphatés

Les importations mondiales d’engrais phosphatés ont atteint près de 12,8 millions de
tonnes P2O5, soit une augmentation de 12% par rapport au niveau de l’année
précédente (11,4 millions de tonnes P2O5).
Le graphique ci-dessous montre les principaux exportateurs d’engrais phosphatés en
2014.
Figure 11 : Part de marché des principaux exportateurs d’engrais phosphatés

Le Groupe est le 3ème plus grand exportateur d’engrais phosphatés, avec une part de
marché de 16 % des exportations mondiales en volume en 2014, alors qu’il représentait
8 % de la production mondiale d’engrais phosphatés la même année, selon l’IFA.

Hormis le Maroc, les principaux pays et acteurs exportateurs d’engrais, en 2016, sont :
la Chine (YunTianHua, Kailin, Yihua, Wengfu), les Etats-Unis (Mosaic, Agrium,
PotashCorp), la Russie (Phosagro, EuroChem) et l’Arabie Saoudite (Maaden).

1.3 Importations mondiales de phosphate provenant du groupe

Selon les estimations de l’IFA, en termes de volumes de P2O5, les engrais phosphatés
du Groupe (DAP, MAP et TSP) ont représenté respectivement 28 %, 25%, 19 %, 18 %,
13 %, et 5 % des importations d’engrais phosphatés de l’Europe, de l’Amérique du
Nord, de l’Afrique, de l’Amérique du Sud, de l’Océanie et de l’Asie en 2014.

1.4 Contribution du phosphate et de ses dérivés à l’économie nationale

Favorisée par une structure géologique diversifiée, incluant les phosphates, les métaux
de base, les métaux précieux et les roches et minéraux industriels, l’exploitation minière
a été, au cours de l’histoire, une activité économique significative au Maroc.
Selon le Ministère de l’Energie et des Mines, l’importance du secteur minier est visible
à travers :
 sa contribution dans la formation du Produit Intérieur Brut national, à hauteur
de 10% en 2014
 sa contribution dans les exportations du pays à hauteur de 22% en valeur en
2014 ;
 sa participation aux recettes fiscales ;
 sa contribution à la constitution des réserves de change ;
 ses retombées bénéfiques sur le développement régional et rural, matérialisées
par le nombre d’emplois directs ;
 sa participation au désenclavement de certaines régions par la construction de
structures
 économiques et socio-économiques ;
 ses effets d’entraînement, en particulier sur le secteur des transports et sur les
infrastructures portuaires.

1.5 Historique :

Les phosphates marocains sont exploités dans le cadre d’une exclusivité confiée à un
établissement public créé en août 1920, l’Office Chérifien des Phosphates, devenu
Groupe OCP en 1975. Mais c’est le 1er mars 1921 que l’activité d’extraction et de
traitement démarre à Boujniba, dans la région de Khouribga.

En 1965, avec la mise en service de Maroc Chimie à Safi, le Groupe devient également
exportateur de produits dérivés. En 1998, il franchit une nouvelle étape en lançant la
fabrication et l’exportation d’acide phosphorique purifié.
Le 28 février 2008, l’Office Chérifien des Phosphates, établissement public régi par le
dahir n° 1-60178 du 4 safar 1380 (29 juillet 1960), est transformé en une société
anonyme à Conseil d’Administration, dénommée « OCP SA », régie par les dispositions
de la loi n° 17-95 relative aux sociétés anonymes.
Parallèlement, de nombreux partenariats ont été développés avec des opérateurs
industriels du secteur, au Maroc et à l’étranger.
Les événements marquants de l’histoire du Groupe OCP se présentent comme suit :
(voir annexe 1)

1.6 Organigramme :
L’organigramme du groupe OCP au 30 juin 2016 se présente comme suit :3

Figure 12 : Organigramme juridique de l’OCP SA

1.7 Filiales et participations d’OCP SA :

Les principales filiales et participations d’OCP SA au 30 juin 2016 se présentent comme suit :4

Figure 13 : filiales et participations de l’OCP

3
OCP SA
4
OCP SA
Le Groupe OCP opère dans le domaine de l’industrie du phosphate et ses produits
dérivés, son activité d’extraction et de traitement du phosphate est réalisée au niveau
des sites miniers de Khouribga, Benguérir, Youssoufia et Boucraâ-Laâyoune.

L’activité chimique consistant en la transformation du phosphate en acide phosphorique


et engrais phosphatés, est assurée au niveau des sites chimiques de Safi et en
l’occurrence le site de Jorf Lasfar, le client de la recherche.

2. Site de Jorf Lasfar

2.1 Présentation du site


Le complexe des industries chimiques de Jorf Lasfar a été mis en exploitation en 1986.
Il est situé à 24 km au sud de la ville d’El Jadida avec une superficie globale de 1 835
ha.
Le site de Jorf Lasfar regroupe les industries chimiques de valorisation de minerais de
phosphates et de production des engrais phosphatés et /ou azotés.
Les produits fabriqués à Jorf Lasfar sont :
 L’acide phosphorique ordinaire qualité engrais ;
 L’acide phosphorique purifié qualité alimentaire ;
 Les engrais.
Le site de Jorf Lasfar comprend les entités suivantes :
Figure 14 : entités du site de JORF LASFAR

L’acide sulfurique est un produit intermédiaire destiné à produire de l’acide


phosphorique. Au 30 juin 2016, la production d’EMAPHOS en acide phosphorique
purifié est peu significative.
Avant 2012, les opérations en propre du Groupe OCP à Jorf Lasfar étaient menées par
sa filiale à 100% Maroc Phosphore, qui a fait l’objet en 2012 d’une fusion-absorption
par OCP SA.

2.2 Capacité de stockage :

Le tableau ci-dessous indique la capacité de stockage des installations du Groupe à


chacune de ses installations de traitement de produits chimiques au 31 décembre 2015
:

Figure 15 : capacité de stockage du site de JORF LASFAR

2.3 L’organisation du site de Jorf Lasfar :

Le site de Jorf Lasfar comporte un ensemble d’ateliers pour la production des engrais
et de l’acide phosphorique caractérisant l’activité chimie du groupe. Ces différents
ateliers sont les suivants :
 Atelier Phosphorique :

L’atelier de production de l’acide phosphorique est constituée principalement de :


 Huit unités de broyage de phosphate, de capacité unitaire de 100 t/h pour les
trois unités fonctionnant selon le procédé Rhône–Poulenc "France" et 150 t/h
pour les cinq autres unités fonctionnant selon le procédé OCP ;

 Huit unités de production d’acide phosphorique P2O5 dont 3 fonctionnent selon


le procédé Rhône-Poulenc de capacité unitaire 500 t/j et 5 selon le procédé Jorf
(OCP) de capacité unitaire 700 t/j ;
 Seize échelons de concentration de capacité unitaire 300 t/j ;
 Quatre échelons de concentration de capacité unitaire 275 t/j selon le procédé
OCP ;
 Décanteurs, désursaturateurs et bacs de stockage.

 Atelier Sulfurique :

Cet atelier comporte six unités de production d’acide sulfurique monohydrate de


capacité 2.650 tonnes/j chacune, utilisant le procédé à double absorption MONSANTO
(USA).

 Atelier des Engrais :

L’usine des engrais compte quatre unités de production de DAP dont deux peuvent
produire du TSP et MAP : la capacité en DAP est de 1.400 tonnes /jour/unité ; la
capacité en TSP est de 1.100 tonnes /jour/unité ; la capacité en MAP est de 1.200 tonnes
/jour /unité. Les travaux de Revamping pour l’augmentation de la capacité des lignes
d’engrais de 60 t/h à 90 t/h sont en cours de réalisation. La nouvelle ligne compte une
seule unité de production de DAP, MAP, TSP et NPK.

A noté qu’actuellement deux nouvelles lignes de production d’engrais ont été


construites et sont en production.
 Atelier des Utilités :

L’unité des utilités compte :

 Une centrale thermoélectrique avec 3 groupes turboalternateurs de 37


MW chacune ;
 Un réservoir d’eau douce et une station de traitement de 2.000 m3/h ;
 Une station de reprise d’eau de mer de 60.000 m3/h ;
 Une station de compression d’air.

En plus de ces ateliers cités ci-dessus, le complexe industriel de Jorf Lasfar a déployé
un ensemble de services pour assurer le pilotage des activités et de contribuer à
l’atteinte de l’objectif principal du site à savoir la création de valeur pour le groupe. Les
responsables des services assurent le pilotage des activités fonctionnelles, qui de
manière transversale, s’appliquent à l’ensemble des ateliers du site.

3. Présentation du service de contrôle de gestion :

La Direction Exécutive Finance et Contrôle de Gestion est structurée comme suit :

Figure 16 : structure de la direction Finance et Contrôle de gestion

 Une entité « Investissements Participations et assurances » composée de trois


entités. «Une entité Investissements » en charge d’optimiser l’allocation des
ressources financières du groupe en cohérence avec sa stratégie.
 une entité Gestion des Participations» qui assure le suivi financier des
partenariats et recherche les synergies entre les participations du groupe, et une
entité Management des assurances » chargée de la définition et le suivi de la
mise en oeuvre de la politique des assurances du groupedans le but d’offrir un
expertise au groupe en matière d’assurance.
 Une Entité « Financements » : en charge d’assurer la réalisation et la gestion
des opérations de Financements Bancaires, développer de nouveaux modes de
Financements.
 Une Entité « Trésorerie et Salle des Marchés » : en charge d’optimiser la
position de trésorerie du groupe, de sécuriser les flux, sécuriser et optimiser les
placements du groupe et les Financements intra-groupe, et d’assurer également
les analyses et les études financières par l’entité « Intelligence Financière » au
sein de La Direction Exécutive de Finance et Contrôle de Gestion.

 Une Entité « Comptabilité et Consolidation » en charge de produire et fiabiliser


les informations comptables et financières consolidées du groupe en normes
comptables marocaines et IFRS.
 Une entité « Support et Contrôle Interne » chargée de la mise en place et le
suivi du dispositif du contrôle interne et l’administration fonctionnelle du SI
Finance ainsi que la gestion des activités de support transverse de la Direction
Exécutive de Finance et contrôle de gestion.

 Une « Entité Communication Financière et Relations Investisseurs »chargée du


suivi et la mise en œuvre de la politique communication financière du groupe,
la coordination des relations avec les investisseurs et les agences de notations.

 Une « Entité Contrôle de Gestion et Business Steering » structurée comme suit


:
 Une entité « Contrôle de Gestion Industriel » en charge d’élaborer les
budgets des activités industrielles et de mesurer et piloter leur
performance.
 Une entité « Consolidation Opérations Industrielles » en charge de
consolider les activités de contrôle de gestion des sites et de garantir le
suivi de la performance de l’activité industrielle.
 Une entité « Business Plan et Contrôle de gestion Commercial » en
charge d’élaborer, suivre et mettre à jour le Business Plan Groupe,
d’élaborer les budgets pour l’activité commerciale du Groupe et de
mesurer et piloter sa performance.
 Une entité « Contrôle de Gestion Support » en charge de consolider
l’ensemble des données des activités support (Siège, Filiales hors
corebusiness, fonctions transverses).
 Une entité « Contrôle de Gestion Consolidation » en charge de
superviser et consolider les activités du contrôle de gestion du Groupe
et de fournir les données nécessaires aux instances de Gouvernance.
 Une entité « Business Steering » en charge de construire le programme
de production et de ventes optimal, et de suivre et accompagner sa
déclinaison opérationnelle.

Section 2 : Système de pilotage actuel de l’OCP

1. Système d’information et de gestion

Dans le cadre de son développement et en réponse à l’évolution de son environnement,


le Groupe OCP a entrepris une refonte de son système d’information.

La mission du Système d’Information de l’entreprise est d’assurer à l’ensemble des


utilisateurs un accès sécurisé à l’information à partir de n’importe quel endroit d’une
manière unique, universelle et fluide dans un cadre de respect et de contrôle des règles
prédéfinies d’autorisation d’accès et de traçabilité.

L’architecture du Système d’Information du Groupe OCP découle de cette mission.


Cette architecture est articulée autour d’un système de gestion intégré - Oracle E-
Business Suite - dont le déploiement a démarré en 2003 et qui couvre aujourd’hui les
domaines fonctionnels relatifs à la finance d’entreprise (comptabilité générale,
comptabilités auxiliaires, gestion des immobilisations, gestion des projets et des
budgets d’engagement, consolidations en normes marocaines et IFRS, achats, stocks,
maintenance, ressources humaines et gestion commerciale).

Outre cet environnement de gestion intégré, le Groupe OCP a déployé ces deux
dernières années une solution de veille intégrée, un système de Reporting et de Business
Intelligence et un système de gestion de la relation client (CRM). Les deux derniers
sont sous technologie Microsoft.

Cette plateforme permettra à partir du deuxième semestre 2011 de disposer d’un


référentiel unique des données industrielles autorisant un pilotage industriel intégré sur
l’ensemble de la chaîne de valeur.

Dans un souci d’optimisation permanent de ses processus métiers, le Groupe a


progressivement déployé une série de plateformes visant à la dématérialisation des
processus d’achats – Portail Appel d’Offres et Portail Fournisseurs – et de paiements –
plateforme SWIFT.

Outre ces plateformes et ces systèmes et en support à sa stratégie, le Groupe a entamé


un projet de refonte et de restructuration de ces infrastructures serveurs, stockage, poste
de travail et actifs réseau.

Le schéma ci-dessous reprend les différents modules du système de gestion intégré


(Oracle E-Business Suite) dont dispose l’ensemble des entités du Groupe OCP :

Figure 17: modules du système de gestion intégré (Oracle E-business suite)


2. Système de pilotage actuel de l’OCP
Le modèle de pilotage du Groupe OCP ne s’appuie pas sur un découpage de
l’organisation en centres de profits et centres de coûts :

 Seul le Groupe OCP, considéré dans sa globalité, est un Centre de Profit,


dont le Chiffre d’Affaires est sous la responsabilité du Pôle Commercial.
 Le Groupe est structuré en Centres de Responsabilités, dont l’objectif
financier est la maitrise de leurs budgets de fonctionnement.

La représentation du Groupe OCP en Chaine de Valeur permet de modéliser


l’organisation des activités de l’entreprise dans leur environnement et de faire le lien
entre la stratégie du Groupe et les périmètres de responsabilité des différents acteurs.

La décomposition des activités recouvre d’une part des périmètres fonctionnels dédiés
à des Pôles, mais aussi des périmètres fonctionnels partagés. La partie centrale
correspond aux activités opérationnelles du Groupe et se lit de gauche à droite ; les
rectangles correspondent aux activités support et de gouvernance du Groupe. Cette
structuration du Groupe en Centres de responsabilités s’appuie sur un CPC par
destination, qui a pour objectif d’analyser le résultat du Groupe par nature de charges
et produits et par grande activité composant la chaîne de valeur du Groupe : production,
distribution, commercialisation, recherche & développement, fonctions support /
administratives.

2.1 Les reportings et tableaux de bord mensuels

Les reportings et tableaux de bord mensuels déterminent le résultat réel du Groupe,


qu’ils comparent aux prévisions (Budget, Reforecast, N-1). Ils permettent d’identifier
les écarts aux objectifs et ainsi de préconiser les plans d’actions adéquats (Voir l’annexe
2).
Chacun de ces reportings présente les chiffres du mois passé et en cumulé depuis le
début de l’année, par rapport au Budget ou la reprévision qui prévaut, ainsi que par
rapport à l’année dernière.

2.2 Principaux chiffres d’exploitation :

Ce reporting ne porte que sur l’activité industrielle du mois. Issu de la consolidation


mensuelle des résultats journaliers, il est diffusé à J+5, soit avant la cubature des stocks
et la rectification des chiffres par le Contrôle de gestion. Les rapports sont produits aux
niveaux Sites et Activités avec la même échéance.

Les données concernées sont les suivantes :

 Volumes aux différentes étapes de production par produit


 Volumes vendus par produit
 Etat des stocks par produit
 Echanges d’énergie avec l’ONE

La diffusion s’effectue auprès des managements Sites et Pôles, ainsi qu’au niveau
Contrôle de Gestion Corporate.

La production actuelle est manuelle mais sera automatisée à l’avenir avec la mise en
production de la GPAO.

Vous aimerez peut-être aussi