Vous êtes sur la page 1sur 12

Université sidi Mohamed

Ben Abdallah

Concevoir une pièce sous


traction par MEF

Présenté par : encadré par :


EL FANGRA BADR Pr.Jalil ABOUCHITA
1- Éléments finis de solide
1) L’élément de structure

C’est un élément volumique (largeur, hauteur, épaisseur) ou il y a plus de simplification P/r à


l’élasticité 3D ainsi que l’état de contrainte est purement 3D.
Cet élément peut ce déforme en plusieurs manières telle que : Traction –compression, Cisaillement,
Cisaillement+traction.
En peut définir l’élément fini solide en faisant la liaison avec l’élément structural. L’élément fini
solide est très utile pour l’analyse de petites géométries complexes dont leur hauteur, leur largeur et
leur profondeur sont du même ordre de grandeur (on peut pas négliger l’un devant l’autre).
L’élément fini solide est un élément général qui pourrait être utilisé dans toutes les analyses.
Cependant, puisque le maillage doit être fait en trois dimensions. Il devient vite prohibitif (en terme
CPU et mémoire ordinateur) d’effectuer des analyses en éléments finis solides. Heureusement. C’est
environ 20% des analyses de génie mécanique qui ne peuvent se simplifier à des analyses 2D, dans la
suite en va voir des simplifications principales à effectuer pour autoriser l’analyse par éléments finis
solides.

2) Les simplifications

Des simplifications pouvant être utilisées pour simplifier et autoriser l’analyse :


a-La symétrie :
Si on peut pas réduire le problème en un problème 1D ou 2D, on peut en certaines occasion réduire
le problème en considérant des symétries :
1) La symétrie réflective
2) la symétrie cyclique
3) l’axisymétrie
4) l’antisymétrie
pour les trois premières symétries, la symétrie doit être sur la géométrie et sur le chargement.

b- Les congés et chanfreins :

1) la règle à respecter en élément finis est d’éliminer d’abord les congés et les chanfreins qui sont
purement esthétiques ou utilisé =s afin d’éliminer les bords coupants.
2) Ensuite, dans une première analyse, on étudie les zones critiques, en termes des contraintes.
3) Finalement, si besoin est, on rajoute les congés et les chanfreins aux endroits critiques pour
identifier leurs effets sur les contraintes.

c- Le raffinement local du maillage :

La règle c’est de faire une étude général sans raffiner le maillage pour juste préciser ou il y a une
concentration des contraintes après il faut raffiner le maillage dans ces parties, c’est ca le
raffinement local.

2) Définition de la problématique :
On veut concevoir une barre pouvant supporter une force de traction, environ de 5000 N

Forme géométrique de la barre étudier:

Ici on constate trois plans de symétrie en géométrie et efforts. Par conséquent la pièce peut être
coupée en 8. Donc seul le 1/8 de la pièce sera analysé.

Donc on va travailler sur ce nouveau profile :


3) les conditions aux limites
a- les fixations

L’utilisation de propriété de symétrie entraine des conditions aux limites qu’il faut les insérer et ce
sont : pour le plan X=0 on aura Ux=0, également pour les plans Y=0 et Z=0 on aura Uy=0 et Uz=0.

b- les chargements

La force est distribuée sur une surface incliné, d’après plusieurs études on a trouvé que la force
meurt au delà de 45 degré donc on va la concentrer juste sur l’intervalle de 0 à 45 degré.

NB : pour moi j’ai pas réussit à faire ca sur CATIA mais j’ai trouvé un truc similaire dont chargement
de type palier.
4) le maillage
Pour le choix des éléments du maillage on va choisir les éléments tétraèdres paraboliques.

5) la résolution

n
On a trouvé comme contrainte maxi de Von-mises : 132 MPa

250
Donc le facteur de sécurité est de : FS= =1.89
132
6) modification valorisante
a-Nouveau structure :
Si on veut jouer un peut sur la structure on peut par exemple éliminer la partie au milieu pour
diminuer un peut le cout d’achat ainsi que la rendre de poids minimum, également jouer un peut sur
les dimensions de cylindre ou on applique la force, par exemple :

Ri=10mm, Re= 25mm et pour la hauteur qui de meme la largeur du barre au lieu de 10 on va mettre
15mm.

le volume initial est de :37.61*10−5 𝑚3


le nouveau volume est de : 21.59*10−5 𝑚3
37.61−21.59 ∗100
donc on a réduit le volume par =42.59%
37.61

250
donc le nouveau facteur de sécurité est : FS= =5.06
49.4

b-Choix du matériau
on peut également jouer sur la nature du matériau, considérant que notre modèle comme une barre
de section S et langueur L en traction simple par une force F=5000 N.

D’après le calcul on trouve que le cout = Cr*L*F/(E*allongement)


avec Cr : le cout volumique
E : le module de Young du matériau
ainsi que la masse= e*L*F /Sy
e :la masse volumique.
Sy : la limite élastique du matériau.

Bien évidement qu’on cherche un matériau de poids minimum également un cout minimum.

Donc on va négocié sur deux paramètres ou plutôt deux indices de performances qu’ils devront êtres
maximales : E/Cr et Sy/e.

Résultats : il faut choisir un matériau qui quasiment vérifie les deux conditions, Aluminium.