Vous êtes sur la page 1sur 24

1

Drainage lymphatique
manuel selon LEDUC
2

Rappel anatomo physiologique de système


lymphatique:

La lymphe est résorbée par des vaisseaux lymphatiques


appelés les capillaires lymphatiques ou vaisseaux
lymphatiques initiaux; ceux-ci aboutissent dans des
vaisseaux transportant la lymphe appelés pré collecteurs
ou post capillaires qui eux-mêmes aboutissent dans les
collecteurs.

Structure du système lymphatique:


Les capillaires lymphatiques ou V.L.I : ces vaisseaux
sont formés par un grand nombre de connections
cellulaires endothéliales. Ces dernières ont une
importance fondamentale dans le fonctionnement du
système lymphatique, car ces connections peuvent se
trouver soit l'une contre l'autre, soit chevauchées, soit
enlacées complètement. L'ouverture des connections
entre les cellules endothéliales est facilitée par les
mouvements des tissus adjacents ou par l'œdème.
Chaque modification du tissu, provoqué par une lésion
ou par un mouvement, a pour résultat d'écarter les
cellules de l'axe longitudinal du vaisseau, ce qui
provoque une séparation plus grande.
Les prés collecteurs ou post capillaires: ils ont la même
structure fondamentale que les capillaires, seulement les
prés collecteurs sont couverts d'une gaine de tissu
conjonctif muni d'éléments élastiques et musculaires, ce
qui explique les propriétés physiques d'allongement et
de contractilité de ces vaisseaux. Les prés collecteurs
3

sont pourvus de valvules, et par conséquent ils


présentent un trajet sinueux.
Les collecteurs lymphatiques : ils ont presque la même
structure que les grandes veines et artères importantes.
Ils se composent de trois couches différentes (couche
interne, couche moyenne et coche externe.
Les collecteurs lymphatiques ont la propriété contractile
de l'espace compris entre deux valvules qui est appelé
lymphangion.
Les valvules lymphatiques : elles sont comparables aux
valvules du système veineux: comme pour les veines,
les valvules lymphatiques se projettent dans la direction
du courant lymphatique et sont rangées de telle manière
qu'elles permettent un écoulement lymphatique libre et
rapide vers les grands vaisseaux lymphatiques tout en
empêchant le reflux.
Le ganglion: il est formé d'une capsule conjonctive
périphérique qui adhère au tissu adipeux. Les vaisseaux
affèrent dans le ganglion par le coté convexe.

Les vaisseaux efférents reprennent la lymphe et quittent


le ganglion. Deux types de cellules constituent le
ganglion:
- Les cellules réticulaires dont l'activité primordiale
est la phagocytose, ainsi que la pinocytose, c'est-à-
dire l'absorption de substances liquides.
- Les cellules lymphoïdes : ces cellules sont
porteuses de la mémoire immunologique et sont
donc essentielles dans le mécanisme des réactions
immunitaires.
4

La fonction essentielle du ganglion lymphatique est de


préserver l'organisme contre toute agression de
substances étrangères. Cette défense est le résultat d'une
réaction immunitaire très complexe.

Physiologie du système lymphatique:


L'eau chargée d'éléments nutritifs, de sels minéraux, et
de vitamines quitte les capillaires artériels, rejoint le
milieu interstitiel et baigne les cellules. Celles-ci
prélèvent de ce liquide les éléments nécessaires à leur
métabolisme et rejettent les produits de dégradation
cellulaire. Le liquide interstitiel est ensuite repris par le
réseau des capillaires veineux (par le jeu subit des
pressions). Cependant, il existe une filtration importante
au niveau veineux (surtout les grosses molécules de
protéines; les liquides et les petites modules en
solution). Il existe donc un excès de filtration par
rapport à la résorption. Ce liquide excédentaire baigne
les cellules et se trouve dans le milieu interstitiel. Plus
tard; il sera repris par des voies spécialisés et il
deviendra la lymphe.
Le liquide de filtration chargé des déchets du
métabolisme cellulaire (lymphe) est récolté par les
capillaires lymphatiques pour l'amener dans les prés
collecteurs. Ces derniers sont valvules et par conséquent
empêchent toute possibilité de reflux. Ensuite, les
collecteurs lymphatiques reçoivent la lymphe pour
l'amener aux ganglions par l'intermédiaire des vaisseaux
5

afférents. Au niveau du ganglion, la lymphe trouve deux


possibilités de circulation: une voie rapide qui rejoint
directement les vaisseaux efférents et une voie lente par
laquelle la lymphe dans le ganglion ce qui permet de
détruire les substances microbiennes et étrangères et de
les rendre inoffensives, ces substances vont être
sédimentées et retenues dans le ganglion). Enfin, le
courant rejoint le réseau lymphatique efférent pour se
rendre dans les voies terminales à savoir le canal
thoracique et l'ange veineux droit.
Le canal thoracique est le conduit le plus volumineux du
corps, il reçoit la lymphe provenant des membres
inférieurs, de l'abdomen, de l'hémi thorax gauche, du
membre supérieur gauche et de l'hémi face gauche.
L'angle veineux droit "terminus droit" collecte la
lymphe de l'hémi face droite, la zone thoracique droite
et le membre supérieur droit.
Principaux ganglions lymphatiques du corps:
Les ganglions sous maxillaires.
Les ganglions sous mentionnées :
VISAGE ET TETE
Les ganglions pré auriculaires
Les ganglions sus épi trochléens.

Les ganglions axillaires


Le groupe sous clavier
Le groupe central :
MEMBRES SUPERIEUR, THORAX
Le groupe huméral
6

PARTIE SUP DE L'ABDOMEN


Le groupe mammaire externe.
Le groupe scapulaire

Les ganglions poplités


Les ganglions
inguinaux :
Mmbre inf, partie inf de l'abdomen
Le groupe supérieur
Le groupe inférieur
7

Pratique du drainage lymphatique manuel selon


LEDUC

Généralités:
Le drainage lymphatique draine les liquides
excédentaires baignant les cellules maintenant ainsi
l'équilibre hydrique des espaces interstitiels, et évacuant
les déchets provenant du métabolisme cellulaire.
Deux processus nettement distincts concourent à
l'évacuation de ces liquides interstitiels.
Le premier processus est un captage réalisé par le réseau
des capillaires lymphatiques.
Le captage est la conséquence de l'augmentation locale
de la pression tissulaire.
Le deuxième processus consiste en l'évacuation, loin de
la région infiltrée, des éléments repris par les capillaires,
vers les prés collecteurs et collecteurs.
Les deux processus très différents l'un de l'autre doivent
naturellement être facilité par des techniques
appropriées de drainage manuel.
Afin de répondre aux exigences, captage et évacuation,
leduc a décrit les différentes modalités d'exécution des
manœuvres permettant de répondre aux critères de
captage d'une part et d'évacuation d'autre part.
Le captage est réalisé au niveau même de l'infiltration.
L'évacuation est le transfert des liquides captés loin de
la zone de captage.
8

Effets principaux du drainage lymphatique manuel:

Résorber les œdèmes, d'une part en accélérant la


réabsorption des liquides et des macromolécules en
excès dans l'interstitum par les capillaires lymphatiques
et, d'autre part, en stimulant le péristaltisme des
vaisseaux lymphatiques.
Stimuler les processus immunitaires en augmentant la
production de lymphocytes (propriétés phagocytaire et
responsabilité dans la production des anticorps).
Favoriser la régénération tissulaire, en éliminant
l'œdème interstitiel, facteur de ralentissement de la
microcirculation, et en augmentant la production des
lymphocytes dont le noyau joue un rôle nourricier et
régénérateur pour les tissus.
Calmer la douleur et relaxer grâce à une harmonisation
entre les deux systèmes sympathique et para
sympathique.

Indications du D.L.M:
Toute personne peut bénéficier d'un traitement en DLM
car il a un effet relaxant, il nettoie et régénère
l'organisme, accélère la circulation et diminue le risque
d'infection.
Les indications du DLM couvrent un champ d'action
très important de pathologies diverses ainsi que des
actions esthétiques et relaxantes.
9

L'indication principale du DLM est le traitement des


œdèmes lymphatiques, idiopathiques, post traumatiques
et post chirurgicaux.

Contre indication du DLM:


Le sujet des contre indications du D LM est très
controversé et les avis parmi les autorités médicales sont
contradictoires.
Il est contre indiqué de traiter sans autorisation médicale
toute infection en phase aigué, la tuberculose et les
tumeurs malignes, ainsi que les lymphorrhées.
Par ailleurs, il est à traiter avec précaution certains
troubles tels: la sclérose du sinus carotidien, les cas
d'hyperthyroïdie, d'hypotension (phlébite, thrombose),
d'œdème cardiaque et d'asthme bronchique.
Principes de base du D.L.M:
La zone proximale est traitée avant la zone distale de
façon que la zone proximale vidée constitue un appel
pour le liquide venant de la zone distale.
Le L.D.M nécessite une certaine intensité de pression
limitée entre 20 et 40 torr (1 torricelli: 1 mm Hg).
Les techniques utilisées sont répétées rythmiquement,
en général 5 à 7 fois, ces répétitions sont nécessaires;
parce que le liquide inerte du tissu a besoin d'un certain
temps avant de réagir.
La phase de pression doit être généralement plus longue
que la phase de relâchement.
10

Le D.L.M ne doit pas faire apparaître de rougeur sur la


peau, ni provoquer de douleur.

L'efficacité du D.L.M peut être augmentée par l'apport


d'autres adjuvants qui sont:
- la température ambiante doit être agréable, il faut
couvrir les parties du corps qui ne sont pas traités.
- La position du patient doit être confortable.
- L'éclairage et le bruit ne doivent â troubler le
patient et être un obstacle à la réussite du
traitement.
- Les mains du thérapeute doivent entre chaudes, des
mains froides ne peuvent favoriser le flux
lymphatique, au contraire, elles peuvent être cause
d'un réflexe de défense du patient.
- Après chaque traitement, le patient doit se reposer
15 à 30 mins ainsi, l'effet du D.L.M peut se
prolonger et la pression sanguine se normalise.
- Le temps de traitement dépend du type et des
causes de la maladie. Il faut éviter la perte de temps
par les changements de position du patient.
Maladies d'exécution des manœuvres de drainage:
Manœuvres d'évacuation ou d'appel: la main est en
contact avec le patient par le bord radial de l'index, les
doigts se déroulent depuis l'index jusqu'à l'annulaire
en prenant contact avec la peau qui est étirée dans le
sens proximal au cours de la manœuvre. La
manœuvre réalise une aspiration et un foulage de
lymphe située dans les collecteurs.
11

Manœuvres de captage ou de résorption:


Le contact avec la peau se fait par le bord cubital du
5ème doigt. Les doigts impriment successivement une
pression tout en étant entrainés par un mouvement
circulaire du poignet. La pomme de la main participe
également à l'installation de la pression. La manœuvre
réalise une augmentation de la pression tissulaire et
l'orientation du foulage engage l'évacuation.
La pression doit donc être orientée dans le sens du
drainage physiologique.
Manœuvres spécifiques du D.L.M:
Cercles avec les doigts (sans le pouce); ce sont des
mouvements circulaires concentriques en déprimant
légèrement la peau et en la déplaçant par rapport au plan
profond. La peau entraine les tissus mous sous jacents à
faciliter la résorption au niveau des capillaires.
Cercles avec le pouce: l'exquise motilité du pouce lui
permet d'épouser les reliefs pour les déprimer ensuite;
les pressions croissantes et décroissantes sont orientées
dans le sens du drainage local.
Mouvement combiné: c'est l'association des cercles avec
les doigts et des cercles avec le pouce. Il faut éviter de
pincer la peau entre le pouce et les autres doigts.
Pressions en bracelet: elles sont appliquées lorsque la
zone à traiter peut être enclose dans une ou deux mains,
les mains entourent le segment à drainer et les pressions
sont intermittentes, c'est-à-dire qu'à la phase de pression
succède une phase de relâchement.
12

N.B: les manœuvres sont effectuées avec douceur à la


façon d'un attouchement légèrement appuyé.
Le drainage manuel des ganglions lymphatiques doit
être effectué avec autant de douceur et de prudence que
celui des voies lymphatiques.
Drainage lymphatique du visage te du cou:
D.L.M du cou: il précède toujours celui du visage.
Le drainage du cou commence par des cercles avec les
doigts qui installent des pressions successives au niveau
du creux retro claviculaires. Puis on effectue des cercles
sur les voies d'évacuation pré sterno cleido
mastoïdiennes, jusqu'à l'insertion mastoïdienne.
Ensuite, les cercles suivent un trajet parallèle sur toute
la surface du muscle sterno cleido mastoïdien. Le
drainage se poursuit le long du bord postérieur de ce
muscle.
La nuque est drainée latéralement par des cercles
successifs depuis le creux rétro claviculaire jusqu'à
l'insertion crânienne du trapèze.
Les manouvres se font ensuite en sens inverse, c'est-à-
dire, depuis 5 vers 1.
D.L.M du visage: on commence par le drainage des
ganglions sous maxillaires (6), pré auriculaires (7), et
sous mentonniers (8). Les cercles légers du bout des
doigts quittent les relais ganglionnaires vers les
territoires distaux les plus proches, le drainage de l'angle
du maxillaire précède celui de la houppe du menton.
13

Drainage de la sphère buccale: on commence par le


drainage de la houppe du menton, puis on aborde la
commissure labiale pour aller ensuite vers la lèvre
supérieure. ce chemin suivi vers la lèvre supérieure se
fera ensuite en sens inverse de la lèvre supérieure vers
les ganglions sous mentonniers.
Le drainage se poursuit en évacuant la lymphe par les
voies sous maxillaires vers les collecteurs pré sterno
cleido mastoïdiens, et on termine par le drainage du cou
vers le creux rétro claviculaire.
Drainage de la joue: de la paupière inférieure et du
nez: certaines voies débouchent dans les ganglions sous
maxillaires, d'autres vont aux ganglions pré auriculaires
pour s'engager, par la voie rétro maxillaire, dans les
chaines sterno cleido mastoïdiennes. D'autres encore
feront étape dans les ganglions buccinateurs avant de
rejoindre les ganglions sous maxillaires.
On commence par un drainage d'appel au niveau des
ganglions sous maxillaires. Les doigts se déplacent de
proche en proche en drainant l'angle de la mâchoire; les
relais ganglionnaires pré auriculaires, pour arriver au
niveau des pommettes.
Les cercles avec les doigts drainent encore les ganglions
buccinateurs avant de s'engager vers les collecteurs des
ails du nez, et par là vers la racine du nez (il faut éviter
d'appuyer sur le globe oculaire); pour atteindre enfin la
pointe du nez.
14

La paupière inférieure est drainée par voie d'appel dans


deux directions différentes : l'une vers le relais pré
auriculaire, l'autre vers la joue et les ganglions sous
maxillaires.
Toutes ces manouvres de ganglions sous maxillaires à
la pointe du nez s'exécuteront ensuite de la pointe du
nez aux ganglions sous maxillaires.
Drainage du front; du bourrent sourcilier et de la
paupière supérieure:

Les collecteurs lymphatiques drainant ces territoires, se


dirigent tous vers le relais pré auriculaire. Donc, c'est à
ce niveau que l'appel est réalisé par des manœuvres
douces. Les cercles avec les doigts se déplacent ensuite
sur les tempes, puis vers la paupière supérieure et la
région frontale externe. Le bourrelet sourcilier est drainé
par des cercles, se déplaçant de l'extrémité latérale vers
la racine du nez.
Le drainage du front est réalisé par des cercles avec les
doigts se déplaçant depuis les tempes jusqu'à la région
médio frontale.

Les manœuvres retour de la région médio frontale à la


région frontale externe terminent le drainage de cette
région.
D.L.M général du visage:
Il se réalise en exécutant toutes les manouvres que nous
avons vues région par région. A l'exception du drainage
de la nuque).
15

On commence donc par le creux rétro claviculaire, et on


progresse vers les ganglions mastoïdiens, ensuite, on
draine les ganglions sous maxillaires et sous
mentonniers, puis pré auriculaires.
Le drainage de l'angle du maxillaire; des ganglions
buccinateurs et du menton précèdent le drainage des
lèvres, des joues et des tempes.
Le drainage du visage se poursuit par les ailes du nez,
les paupières, les bourrelets et le front.
Le praticien reproduit les mêmes manœuvres, mais dans
le sens inverse.
Les manouvres aller constituent l'appel sur la région à
drainer. Le retour foule la lymphe de proche en proche
vers le cou.
Les manouvres de retour seront plus nombreuses que
celles qui constituent l'appel.
Le patient est en position demi assise, légèrement
incliné vers l'arrière, le kiné placé derrière le sujet.
D.L.M du membre supérieur:
Le patient est en décubitus dorsal, le membre supérieur
est en abduction et en position déclive.
En premier lieu, on utilise des manouvres circulaires
avec les doigts pour drainer les voies lymphatiques
terminales situées au niveau du creux rétro claviculaire.
puis, on aborde le groupe sous clavier, le drainage
d'appel proprement dit commence au niveau des
ganglions axillaires, les doigts placés sur le groupe
central. Puis on draine la voie anastomotique courte
circuitant les ganglions axillaires et les ganglions
huméraux. Ensuite,
16

les deux mains embrassent la racine du bras. Les


manouvres en bracelet ramènent la lymphe le long des
collecteurs superficiels vers les ganglions huméraux.
Les cercles avec les doigts des deux mains se déplacent
vers le coude. Les pouces exercent des pressions plus
profondes à fin d'agir sur les collecteurs profonds de la
veine humérale.
Le drainage des ganglions sus épi trochléens, avec les
bouts des doigts, envoie la lymphe selon deux
directions: l'une superficielle vers les ganglions
huméraux, l'autre profonde vers les collecteurs
huméraux profonds.
Les pouces s'attardent sous le pli du coude, lieu de
rencontre des collecteurs radiaux et cubitaux antérieurs
et postérieurs. Les manouvres par les pouces et les
doigts progressent vers le poignet. La face externe du
coude et de l'avant bras se draine vers la face externe du
bras et vers le pli du coude.
Au niveau du poignet, les manouvres se font avec le
bout des doigts et des pouces sur les collecteurs radiaux
et cubitaux antérieurs et postérieurs.
Pour la main, on commence par des éminences thénar et
hypothénar au moyen des cercles avec les pouces. Ces
mêmes manouvres drainent la paume de la main
jusqu'aux articulations métacarpo phalangiennes.
Les doigts se drainent par des cercles combinés du bout
des doigts et du pouce le long des masses latérales.
Les manouvres appliquées sur le membre supérieur,
depuis la racine du bras, jusqu'aux doigts ont été
exécutées d'abord sous la forme de manouvres d'appel,
17

et ensuite sous la forme de manouvres de foulage depuis


les doigts jusqu'à la racine du bras.
Le drainage se termine enfin par le drainage des
ganglions axillaires.

D.L.M du membre inférieur:

Sujet en décubitus, membre inférieur légèrement


surélevé, le drainage lymphatique du membre inférieur
débute par le drainage des ganglions inguinaux. La main
posée à plat en contact avec la peau d'abord à hauteur
des ganglions supérieurs foule la lymphe vers les
chaines iliaques profondes par des manouvres lentes et
douces répétées plusieurs fois sur place, après, ces
mêmes manouvres sont effectuées à hauteur des groupes
ganglionnaires inférieurs. Les mains embrassent ensuite
la racine de la cuisse pour réaliser des manouvres en
bracelets.
Au départ, les manouvres sont exécutées
transversalement au niveau supérieur, ces manouvres
deviennent obliques au fur et à mesure des
déplacements des mains vers le genou. La face antéro
interne de la cuisse est drainée par les collecteurs de la
vaine saphène interne, cette voie importante sera
exploitée par le thérapeute pour ramener la lymphe de
tout le membre inférieur vers le triangle de Scarpa.
Le drainage de la face postérieure de la cuisse s'effectue
de la même manière que celui de la face antérieure.
18

A la racine, les manouvres sont transversalement, et


ensuite de plus en plus obliques en descendant vers
l'extrémité distale de la cuisse.
Le drainage du genou commence par le drainage des
ganglions poplités. Les bouts de doigts pénètrent
l'espace poplité transversalement par rapport à l'axe de
la cuisse.
La face interne du genou est drainée au niveau
d'insertion des muscles de la patte d'oie.
Le drainage de l'insertion patellaire du muscle
quadriceps est réalisé par des manouvres orientées vers
la face antéro interne de la cuisse.
La face externe du genou est drainée par des cercles
avec les doigts vers la face antérieure et interne de la
cuisse.
La fraction proximale de la jambe est drainée par des
cercles avec les doigts directement en profondeur vers
les ganglions poplités, ou indirectement par voie
anastomotique vers les collecteurs de la veine saphène
interne.
La jambe est ensuite drainée par des manouvres qui
orientent la lymphe vers la face antéro interne. La face
postérieure de la jambe se draine soit vers les ganglions
poplités, soit directement vers la face antéro interne de
la cuisse.
La cheville est drainée par voie pré et rétro malléolaire.
Les doigts sont placés de chaque coté du tendon
d'Achille, les pouces sont placés sur la face dorsale de la
cheville, ils foulent la lymphe vers les collecteurs
dorsaux.
19

Le contact des doigts se répartit sur toutes les phalanges,


les dernières sont placées aux masses latérales de la
plante du pied, les pressions orientent la lymphe vers les
régions rétro et pré malléolaires. Les cercles avec les
pouces se terminent à hauteur des articulations
métatarso phalangiennes. Les orteils sont drainés de la
même manière que les doigts.
Les manouvres d'appel exécutées depuis la racine de la
cuisse jusqu'aux orteils, sont suivies des manouvres de
foulage appliquées aux orteils vers la racine de la cuisse.

D.L.M de la paroi antérieure du thorax et du sein:

Le sujet en décubitus dorsal, les bras en abduction, le


D.L.M de la paroi antérieure du thorax et du sein
commence par le drainage des creux rétro claviculaires.
Ensuite, vient le drainage des ganglions axillaires.
Les doigts s'enfoncent avec douceur dans le creux
axillaire. Les cercles avec les doigts propulsent la
lymphe depuis le groupe central vers le groupe sous
clavier. Le groupe huméral ne reçoit pas la lymphe de
ces régions. Les mains se déplacent ensuite vers les
ganglions mammaires externes supérieurs et inférieurs.
On draine également les ganglions sous scapulaires qui
reçoivent, par des connections inter ganglionnaires, une
certaine quantité de lymphe provenant de la paroi
antérieure du thorax: les mains se déplacent ensuite vers
les régions les plus proches de ces relais, c'est-à-dire,
vers le sein et vers la base de la paroi du thorax. Le sein
est drainé par deux collecteurs importants déversant leur
20

contenu dans les ganglions mammaires externes et dans


les ganglions centraux. Les pouces ou les dernières
phalanges des doigts (les mains épousant le relief du
sein); décrivent des cercles depuis les relais
ganglionnaires vers l'aréole dans un but d'appel. Une
voie d'évacuation interne amène directement la lymphe
vers les ganglions sous claviers, les pouces ou les pulpes
des doigts exécutent des manouvres sur cette voie
interne depuis le bord claviculaire jusqu'à l'aréole.
La fraction sous aréolaire du sein est drainée vers les
ganglions mammaires externes inférieurs. Après, on
exécute des cercles avec les doigts dans le voisinage des
ganglions du thorax. Ces manouvres avec les doigts
deviennent rapidement des manouvres combinées en se
déplaçant vers l'abdomen. La paroi antérieure du thorax
est drainée par voie homolatérale, c'est-à-dire, que la
lymphe est évacuée dans des directions diamétralement
opposées.

La paroi de l'abdomen est drainée selon deux directions;


la région sus ombilicale est drainée vers le creux
axillaire, tandis que la région sous et péri ombilicale est
drainée vers les ganglions inguinaux homolatéraux.
Le drainage de la paroi antérieure du thorax se termine
en exécutant les mêmes manouvres depuis la région sus
ombilicale jusqu'aux ganglions axillaires qui sont
drainées en dernier lieu.
21

D.L.M de la paroi de l'abdomen:


Patient en décubitus dorsal, le drainage de la paroi de
l'abdomen commence par le drainage des ganglions
inguinaux, les pressions sont orientées vers la
profondeur (vers les chaines iliaques).
Les manouvres sur les ganglions sont suivies de cercles
avec les doigts qui se déplacent vers la région
ombilicale et réalisent des manouvres d'appel sur toute
la paroi de l'abdomen.

Les parties latérales de l'abdomen sont drainées


obliquement vers les ganglions inguinaux supéro
externes, tandis que la partie médio abdominale est
drainée vers les ganglions inguinaux supéro internes.
Le foulage qui suit la manouvre d'appel est spécifique à
la région péri ombilicale: le pli cutané est saisi entre le
pouce et les dernières phalanges des doigts, celles-ci
s'aplatissent par le 5ème vers l'index tout en relâchant le
pli cutané. La pression réalisée par ce foulage est
orientée vers le relais inguinal.
Les manouvres avec les doigts ou les pouces sont
exécutées ensuite en sens inverse en foulant la lymphe
de proche en proche depuis la région ombilicale
jusqu'aux ganglions inguinaux, là où se termine le
drainage de la paroi de l'abdomen.
22

D.L.M de la face postérieure du tronc:


Sujet en décubitus ventral.
Le D.L.M de la face postérieure du tronc commence au
niveau des ganglions sous scapulaires. Les pressions
sont orientées vers le sommet de la pyramide axillaire.
Après, on effectue des cercles avec les pouces sur la
région dorsale pré axillaire.
Ensuite, les doigts accompagnent les mouvements des
pouces dans des manouvres combinées en appel.
Les deux mains s'écartent l'une de l'autre: l'une se dirige
vers la région dorsale basse, l'autre vers la région
scapulaire et la base de la nuque.
Les mains posées à plat dirigent la lymphe vers le relais
axillaire homolatéral. La région médio dorsale est
drainée suivant deux directions opposées vers les
ganglions correspondants.
Les manouvres d'appel sont suivies de manouvres de
foulage en sens inverse vers le creux axillaire. Le
drainage se termine par les manouvres de drainage des
ganglions.

D.L.M de la région lombaire et de la fesse:


Sujet en décubitus ventral.
On commence par le drainage des ganglions inguinaux.
Après, on effectue des cercles avec les pouces sur les
masses latérales de la région lombaire et de la face
externe de la fesse.
23

Dès que possible, les manouvres combinées des pouces


et des doigts sont appliquées en se dirigeant vers l'axe
médian. La région médio lombaire est drainée vers les
ganglions homolatéraux, il faut savoir que les 2/3
externes de la fesse sont drainées par voie externe vers
les ganglions inguinaux, tandis que le 1/3 interne de la
fesse est drainée par voie interne vers le groupe
ganglionnaire inguinal supéro interne, (en passant par la
racine de la cuisse).
Les manouvres d'appel sont suivies par des manouvres
de foulage en sens inverse.
Le drainage lymphatique manuel de la région lombaire
et de la région fessière se termine par le drainage des
ganglions inguinaux.

D.L.M général du corps:


Le patient est allongé sur le dos, tronc légèrement
dressé.
Le D.L.M général du corps débute par des manouvres
douces au niveau des creux rétro claviculaires.
Viennent ensuite les manouvres de drainage de la
poitrine au niveau des ganglions axillaires. Les
manouvres de drainage de la tête et du cou précèdent
celui de la poitrine et des membres supérieurs. Les
manouvres de drainage des ganglions inguinaux
réalisent un appel non seulement sur les collecteurs de
la paroi de l'abdomen, mais aussi, sur les lymphatiques
des membres inférieurs. Ceux-ci seront drainés aussitôt
après le drainage de la paroi de l'abdomen.
24

Le drainage lymphatique manuel du corps se termine


par des manouvres sur la face postérieure du tronc; le
patient étant allongé en décubitus ventral.
La durée totale du drainage lymphatique manuel général
n'excède pas ¾ d'heure.
Il est recommandé de laisser le patient au repos pendant
quelques minutes après le drainage lymphatique.