Vous êtes sur la page 1sur 7

https://banque.ooreka.

fr/comprendre/bancassurance

Sommaire

 Bancassurance : définition
 Principe de la bancassurance
 Banque assurance : souscription d'une assurance
 Bancassurance : avantages
 Bancassurance : inconvénients
 Les offres des banques : l'assurance des biens et des personnes

La banque propose désormais à ses clients de nombreux services annexes, en plus


des moyens de paiement, du crédit et de l'épargne. Le coffre-fort, l'assurance,
l'assistance et la sécurité font partie de ces services.

Bancassurance : définition
La bancassurance, ou les produits d'assurance proposés par les banques, désigne
deux réalités :

 des services financiers qui intègrent les activités de banque et d'assurance, telle
l'assurance des moyens de paiement... et liés à la détention
d'un compte courant ;
 la collaboration entre les banques et le métier d'assurance. Actuellement, ces
deux activités ont tendance à être regroupées par l'une et l'autre partie, par achat
ou création de sociétés

Principe de la bancassurance
Une banque peut vous proposer divers contrats d'assurance. Il peut s'agir d'assurances
concernant :

 les moyens de paiement ;


 les crédits ;
 les biens ;
 les personnes.

L'assurance vous couvre contre un risque, que vous en soyez responsable ou


victime. Certaines assurances sont légalement obligatoires, d'autres sont fortement
recommandées alors que certaines sont facultatives.

Lorsque vous souscrivez une assurance auprès de votre banque, vos contrats
d'assurance sont gérés par votre conseiller bancaire, vous n'avez donc qu'un seul
interlocuteur
Banque assurance : souscription d'une assurance
Proposition d'assurance

Lorsque vous contractez une assurance auprès de votre banque, celle-ci vous remet une
proposition d'assurance avec :

 des informations sur les prix et garanties ;


 le projet du contrat d'assurance ;
 les annexes au contrat ;
 une notice d'information détaillée ;
 la liste des risques non couverts par l'assurance.

De votre côté, vous devez communiquer certaines informations à la banque. Les


informations demandées varient selon le type d'assurance souscrit. Dans tous les cas,
vous devez donner des informations exactes sous peine de nullité du contrat ou de non-
remboursement en cas de sinistre.

Contrat d'assurance

Si la proposition d'assurance faite par la banque vous convient, elle vous remet un
contrat d'assurance. Ce contrat comprend :

 les conditions générales d'assurance :


o risques garantis ;
o exclusions de garanties ;
o franchises ;
o démarches en cas de sinistre ;
o paiement des cotisations...
 les conditions particulières d'assurance :
o identité des deux parties ;
o description du risque assuré ;
o montant de la garantie ;
o modalités de la première cotisation...

Dès lors que vous avez accepté le contrat d'assurance, la banque vous remet
une attestation d'assurance. Cette attestation vous permet de justifier que vous êtes
bien assuré. Elle est notamment remise dans le cadre d'une assurance auto ou
habitation.

Bancassurance : avantages
 Pour le consommateur : nombreux services allant au-delà de la simple vente
croisée.
 Pour les fournisseurs de service :
o utilisation du même réseau d'agences : meilleure rentabilité ;
o vente de produits plus nombreux à chaque client ;
o gestion d'une quantité d'argent plus importante
Bancassurance : inconvénients
 Multiplication des gammes de produits pour les conseillers.
 Gestion des portefeuilles clients plus complexe.
 Activité relevant de la législation et des autorités de surveillance, ce qui multiplie
les contraintes.

Les offres des banques : l'assurance des biens et


des personnes
La banque peut vous proposer divers services d'assurance :

 assurance carte bancaire ;


 assurance prêt bancaire ;
 assurance vie ;
 assurance auto ;
 assurance habitation.

Ces services sont complémentaires aux services bancaires.

Assurance des biens

Assurance des moyens de paiement :

 Indemnisation des paiements ou retraits frauduleux ayant eu lieu avant


l'opposition (sous certaines conditions).
 Assurance de la perte et du vol des papiers officiels.
 Assurance de la perte et du vol des espèces (si le retrait a été fait dans les
48 heures avant).
 Indemnisation des communications frauduleuses avant opposition et dans les
48 heures , en cas de vol de téléphone portable.
 Service d'assistance.

Assurance automobile :

 Responsabilité civile en cas d'accident par un tiers.


 Police d'assurance : vol, incendie, bris de glace, dégâts matériels au véhicule,
catastrophes naturelles, protection juridique...
 Prêt d'un véhicule de remplacement, remorquage...
 Couverture des dommages corporels du conducteur.
 Service d'assistance.

Assurance habitation :

 Responsabilité civile vis-à-vis de tiers.


 Incendie, dégât des eaux, catastrophes naturelles.
 Protection juridique.
 Vol, vandalisme, bris de vitre.
 Service d'assistance.
Assurances des personnes

Assurance décès invalidité :

 L'assurance décès invalidité accompagne presque toujours un crédit.


 Elle est contenue dans un contrat de prévoyance :
o capital décès ;
o rente d'éducation.

Assurance complémentaire santé :

 prise en charge des dépenses de santé ;


 tiers payant ;
 remboursement de dépenses non prises en charge par la Sécurité sociale
(parfois).

Assurance accident domestique :

 chutes, brûlures, électrocutions ;


 accidents de loisir et de sport ;
 accidents médicaux ;
 agressions et attentats ;
 catastrophes naturelles ;
 service d'assistance.

Assurance scolaire :

 accidents à l'école, pendant les activités sportives ou sorties ;


 accidents en dehors de l'école ;
 accidents survenus pendant les vacances ;
 couverture des frais de remplacement de lunettes, de transport en ambulance,
etc. ;
 responsabilité civile pour des dommages matériels ou corporels provoqués par
l'assuré ;
 service d'assistance.
a. Principe et éléments de bien fondé de la bancassurance :

La bancassurance consiste en la distribution de produits bancaires et d'assurance par un même


réseau, en l'occurrence bancaire, en vue de la vente croisée de produits financiers supplémentaires.

 Quatre principales stratégies :

Quatre principales stratégies ont été menées par le monde pour rapprocher la banque de
l'assurance, dont trois observables au Maroc. Il s'agit de:

la signature d'un accord de distribution entre la banque et la compagnie d'assurance: la banque étant
un intermédiaire en assurance. La majorité des banques marocaines ont opté pour cette forme de
partenariat avec les compagnies d'assurance comme première étape, en raison du stade encore peu
développé de la bancassurance dans notre pays; la signature d'un partenariat avec prise de
participation stratégique entre les deux établissements: c'est une forme de bancassurance plus
engagée, dans laquelle les deux partenaires associent leurs stratégies pour une synergie plus
importante, englobant aussi bien l'activité banque que celle d'assurance; la création d'une
compagnie d'assurance commune entre les deux parties; et enfin, la mise en place d'une filiale
d'assurance de la banque en question.

Le bien-fondé stratégique de la bancassurance s'articule autour de plusieurs considérations que l'on


peut regrouper en deux logiques: une logique d'acteurs et une logique de facteurs.

 Logique d'acteurs
Les deux acteurs de la bancassurance (la banque et la compagnie d'assurance) se trouvent dans une
ère de complémentarités tous azimuts:

 Par rapport au cycle d'exploitation: dans l'assurance, la constitution du passif (les provisions)
précède la gestion de l'actif (les placements), alors que dans la banque l'actif (les créances) et
le passif (les dépôts) sont constitués plus ou moins parallèlement et le cas échéant, le passif
supplémentaire (le refinancement) sera formé après l'octroi des crédits De ce fait, la
complémentarité consiste à ce que l'assureur puisse aider la banque à se refinancer, et
surtout, le banquier à soutenir le développement du chiffre d'affaires de l'assurance en
diffusant les produits de celle-ci; dans une phase de croissance économique générale où les
institutions accroissent leur chiffre d'affaires, les résultats de la banque vont s'améliorer
immédiatement (les frais liés à l'acquisition des nouveaux contrats sont essentiellement des
frais fixes confondus avec les frais de fonctionnement des agences, et puisque ces frais ne
sont pas individualisés, chaque nouvelle affaire contribue immédiatement à accroître le
résultat financier du poste concerné), alors que ceux de l'assurance vont se dégrader.

Plus tard la situation se renversera puisque le profit de la banque ira en diminuant (avec la durée du
prêt, le banquier constatera la défaillance d'un certain nombre de clients, les crédits non remboursés
vont affecter le résultat d'exploitation des années ultérieures), alors que celui de l'assurance ira en
s'améliorant (en assurance vie, au fur et à mesure que les charges initiales s'amortissent, le compte
de résultat s'améliore, puis il devient bénéficiaire grâce aux produits financiers générés par l'épargne
accumulée. Par ailleurs, pendant la période où stagne le chiffre d'affaires, les résultats financiers va
aussitôt s'améliorer puisque l'assureur ne doit pas faire face à de nouvelles charges d'acquisition) ;

 Par rapport à la dimension commerciale:

Les deux partenaires, Banque et Assurance disposent déjà de réseaux étendus. Le coût de
l'intégration d'une activité supplémentaire est marginal et permet à la banque d'amortir des frais
fixes. En outre, la multiplication des produits renforce à la fois la marge bénéficiaire et l'attachement
du client. La fidélité d'un client à son prestataire de services augmente avec l'accroissement du
nombre de contrats souscrits;

 Par rapport aux compétences techniques: les banques, possèdent une grande expérience et
un précieux savoir-faire en matière de back-office, de traitement des cartes de paiement et
de crédit, des domaines qui intéressent aussi l'assureur.

Par ailleurs, les compagnies d'assurance ont acquis un savoir technique développé en matière
d'acceptation, de gestion et de contrôle des risques, ainsi que de gestion à long terme des fonds
collectés auprès du public, chose dont peut bénéficier la banque; le pari sur l'assurance-vie va
permettre à la banque de réaliser des économies d'échelle sur la gamme des produits offerts,
améliorant ainsi sa compétitivité sur les différents segments de services; L'exploitation des effets de
synergie banque/assurance à travers notamment la réduction des coûts administratifs et
informatiques, en plus de l'utilisation du réseau d'informations utiles sur les clients dont dispose une
banque, donne à celle-ci autant d'atouts pour vendre avec davantage de succès les produits
d'assurance. Les participations communes, l'essor des fonds collectifs ainsi que la prescription est
d'autres niveaux de synergie possibles;
Un dernier élément consiste à ce qu'au Maroc, pays où subsiste des réticences par rapport à
l'assurance, la culture de la clientèle bancarisée peut contribuer à la vulgarisation du message
assuranciel.

 Logique de facteurs

Pour l'avenir, la logique d'acteurs sera renforcée par d'autres éléments de bien fondé qui peuvent
être qualifiés de logique des facteurs.

 La déréglementation: les engagements du Maroc pour libéraliser son économie, qu'ils soient
concrétisés (nouvelle loi bancaire avec sa prochaine révision) ou en cours (le projet du
nouveau code d'assurance qui a été adopté par le conseil de gouvernement le 26 avril 2001),
aviveront davantage la concurrence sur les marchés et feront diminuer les coûts des
transactions; Les progrès technologiques: donneront naissance à de nouveaux instruments
financiers qui permettront aux banquiers et assureurs de revoir les positions de leurs bilans
ainsi que la capacité de dégrouper et de regrouper les risques financiers. Les initiatives, sous
forme entre autres de plates-formes commerciales, peuvent remodeler les chaînes de
création de valeur aussi bien des banques que des sociétés d'assurance de manière à réduire
les coûts et à améliorer l'efficacité.