Vous êtes sur la page 1sur 28
By ANALYSE DES BESOINS EN ALPHABETISATION PRESENTATION DE L’ENQUETE SUR LA SITUATION DE L’ANALPHABETISME A MADAGASCAR mda | ONG EDUCATION NETWORK Janvier 2010 Sommaire 41, Contexte et justification .....ssess sess 7 Page 3 2. Objectif de lenquéte Page 8 Bete vo soscnnsenne | Page 8 4, Champ de lenquéte vnnnnnnnen | Page 8 Plan BengQ8I6 ssn .. [Page 9 6 Calendrier de réalstion des enquétes.... Page 11 ANNEXES: Page 12 1. Contexte et justification Madagascar s'est engagé @ atteindre les Objectif du Millénaire pour le Développement en 2015 notamment les objectifs qui concernent Education Primaire Pour Tous et la promotion de Hégalité et de lautonomisation des femmes. A travers le Plan Education Pour Tous élaboré en 2003 et mis & jour successivement en 2005 et 2007, le pays a son programme sectoriel dans I’Education formelle. Dans le domaine non formel, il s’efforce de structurer le secteur afin qu'il posséde les capacités suffisantes pour répondre aux défis posés par latteinte des objectifs de MEPT. A cet effet, Madagascar a adopté sa Politique Nationale d’Alphabétisation et d’Education des Adultes en 2003, Ensuite des actions pilotes ont été menées dont les résultats ont alimenté I’élaboration du document de Stratégie Nationale d’Alphabétisation en 2008, Sur le plan institutionnel, intégration de l’Alphabétisation et du Préscolaire dans le Ministére de I'Education Nationale constitue une étape importante dans la synchronisation des actions. afin d’atteindre les objectifs de PEPT. La situation de alphabétisation a évolué depuis 2001. Selon les résultats des enquétes auprés de ménages réalisées en 2001 (EPM_2001) et en 2005 (EPM_2005), des progrés significatifs ont été réalisés par Madagascar pour aller vers I’éradication progressive de l’analphabétisme. Au niveau national, le taux d’analphabétisme de la population de 15 ans et plus est passé de 47% 4 37% entre 2001 et 2005. Cette progression peut s’expliquer en partie par Vamélioration de la couverture et de ta rétention scolaire au niveau de Tenseignement primaire ; les effectifs des enfants scolarisés sont passés de 2,4 millions d’éléves en 2001 a 3,7 millions. en 2005 et le taux de rétention est passé de 32% 47% durant la période. Si la proportion d’analphabétes s'est globalement améliorée au niveau national, on constate de fortes disparités au niveau zone et genre. En 2005 par exemple, le taux danalphabétisme dans les mitieux ruraux était de 41% contre 24% dans les milieux urbains et au niveau gente, environ 41% des femmes de 15 ans et plus étaient analphabétes contre 33% chez les hommes. Sur les 22 régions que compte Madagascar, sept avaient enregistré un taux d’analphabétisme largement supérieur & 50%, * ue 1: Taux d’analphabétisme par région “alll ll | pS Source : EPM_2005 rsa vncentcor Dans 'EPM_2005, trois variables permettent d’identifier les compétences de base liges au concept d’alphabétisation : i) le savoir lire, ii) le savoir écrite et iii) le savoir compter, sachant qu'il s’agit de déclarations faites par le répondant, L’analyse de ces trois variables pour la population des classes dage comprises i) 6-Idans, ii) 15-45 anset iii) 46 ans et plus donne les résultats suivants (tableau 1, apres). ‘Tableau 1 : Le savoir lire, écrire et compter (Nombre et Proportion) dans ta population par groupe d’age de Gans et plus en 2005 . Saitie Ne sit pas ie Sait derive Nest pas erre Sot dene Ne sait pas ere Newt soit | pas | sau | Nesaitpas] suit | Nesaitpas) sau | Ne saitpas Competences} comptes | compier | compter | compter | compter | comper | compter | compier | Tout o-ttars | 3223671 | ooe9s | soso | as296 [ 13179 | 3109 | 200395 | rasoon | sowssrs edvwai | 639) ia | or 09. 03 oy 4 287 100. isasans | sesso | 25730 | asin | ts0m | oan | 3673_| a3s030 | 113s edu | 751 | os | 06 02 Mm oo | 93 Ma a6 ans et [tus ras9ste| 7253 | 19080 | ross | 4667 | 2208 | 258409 | s7aser_| 2280537 vedvoni | esr [os | os os 02 Mm us | 210 10 | plus 7433330 | 32083 | esau | 2sors_| asses | sesr_| 993439 | terss7s | rose 771 advo | no | o3 | 06 02 ou on ox 159 100 Source : Base de données EPM_2005 Les résultats de analyse montrent, entre autres, que sur les 10,185 millions d’individus agés de 15 ans et plus en 2005 i) 73 %déclarent savoir A la fois lire, écrire et compter ; ii) 15,9 % ne savent ni lire, ni écrire et ni compter et iii) 9,8 % déclarent savoir compter mais ne savent ni lire, ni écrire. Par rapport aux trois compétences de base (savoir lire, €crire et compter), on peut déduire que 27 % de la population malgache (environ 2 750 000 individus) agée de 15 ans et plus en 2005 peuvent étre considérés comme soutfrant d’un déficit en matigre d’alphabétisation En basant l'analyse sur les caractéristiques de la population du groupe d’age de 15 a 45 ans considérée ici comme analphabéte, on observe que i) ta proportion des analphabeétes varie peu selon le groupe d’age, ii) la proportion d'analphabétes chez les femmes augmente avec ge contrairement a celle des hommes. Ainsi, la différence entre la proportion d'analphabétes chez les femmes et chez les hommes augmente avec Mage, elle est de 3,4 points & 7,7 points entre les groupes age 15-24 ans et 35-45 ans. En terme quantitatif, les femmes analphabites agées de 15 4 45 ans se chiffrent 1,121 millions d individus en 2005 contre 849 000 chez les hommes. iii) Selon fe milieu de résidence, la proportion des analphabétes dans les milieux ruraux est en moyenne de 1,8 fois de celle des analphabétes dans les miliewx urbains. Pour la population de 46 ans et plus, la proportion des analphabétes dans les milieux ruraux était de 45,5% contre 20,6% en milieux urbains, Tableau 2; Proportion/nombre de personnes analphabétes dans divers groupes de population Groupe sage | 15.24 ans [25-34 ans | 35-45 ans Yea'anaphaberes | 252 | 253 | 2a Nombre analphares —_|_s48796 | 626120 | 499302 15.24 ane 25.34 an 35.45 ns Groupe wage Genre Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes % anaiphabires | 23.4 268. 2 22 20,1 28 Nombre anaiphaberes | 379591 465 205, 266.037 360 083, 203317 295.988 15.24 ans 25.36 ans 35-45 ane Rural Urbain Rural Urbain _ Rera bain Ganaiphabetes | 283 Is 281 169 29 Mg Nombre a’anaghaderes | 123-469 121327 sas ousis 426.885 nas ource : Base de données EPM_2005, 2 Nombre et proportion d'analphabétes par groupe d'ge selon le milieu et gonre (Groupe Age TT Tene a Bsa sas Tout Tat Tomer sanaipaberes 29 260 ns 2sq ‘Nombre sanatpabews 22a721 wasa0___r27ans| Femmes | sanatphabines 208 299 312 305 Nombre |sanaiphabews ssgsa__s06mse 252.088 as, 08 Taare | Hommes ssnsiphabéres M49 ns 23 135] Nombre |senaiphabees 50,036 37316 zar7 877062 [Fenner analy es 153 79 v0 ass Nombre tanaphabews 65.201 53999 assur 986,751 Souree : Base de données EPM_2005 Dans le domaine de handicap, en prenant les définitions suivantes + les Personnes handicapées sont celles qui présentent des incapacités physique: mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont V'interaction avec diverses barriéres peut faire obstacle & leur pleine et effective participation a la société sur ta base de I'égalité avec les autres ; + le Handicap est di & un environnement inadapté, aux regards inappropriés qui limitent PPinsertion sociale utilisation de expression « tre en situation de handicap » est donc plus appropriée. Les personnes en situation de handicap constituent la plus importante des minorités dans le monde, Elles représentent 10% de la population mondiale et 80 % parmi elles vivent dans les pays en développement (PNUD) ; outre les personnes directement touchées par le handicap, il ne faut pas perdre de vue non plus Pimpact matériel, financier et organisationnel de la survenue du handicap sur Ventourage familial, notamment dans le cas oi la personne est dépendante. Ainsi, 25% de la population mondiale seraient directement ou indirectement touchée par le handicap. Les risques d’analphabétisme sont plus élevés au niveau de la population en situation de handicap. Elle 2 un faible accés aux services éducatifs, 2% seulement de cette population ont acces & l'éducation, La plupart des enfants en situation de handicap ne bénéficient pas de services spécialisés ni d’un enseignement obligatoire. D’un cété, les personnes en situation de handicap sont peu scolarisées. A Madagascar, seuls 10% des enfants handicapés sont scolarisés (Handicap International, 1998). Ceci est 6 souvent di aux préjugés quant aux possibilités réelles d’apprentissage des personnes handicapées et aux diverses barriéres qui font obstacles a la scolarisation : les barrieres struicturelles (inaccessibilité des transports) ou architecturales, les barriéres administratives (age, redoublement, suivi d'un programme scolaire officiel), les barriéres économiques ou pédagogiques (classes surchargées, insuffisance de mobiliers, manque de formation de base des enseignants), ou les barrigres sociales (rejet par les parents des enfants valides, par les éenseignants ou les responsables ’établissements scolaires). Par ailleurs absence de soins de réadaptation et d’accompagnement entraine souvent une exclusion de fait du systéme scolaire. Dun autre c6té, acces a lenseignement spécialisé demeure difficile. Certes, des progrés sont notés en matiére de technique pédagogique et d'enseignement spécialisé, mais la plupart de ces établissements sont implantés en zones urbaines, et leur capacité d’accueil est relativement limitée. En outre, le coat de fonctionnement onéreux rend ces enseignements spécialisés peu accessibles. - Quand les ressources sont insuffisantes, les parents ne voient pas toujours I'intérét envoyer a l’école un enfant dont avenir est pergu comme insoluble. La priorité est ainsi donnée aux enfants non handicapés, et dans une moindre mesure aux gargons handicapés. Les femmes subissent ainsi la double discrimination du sexe et du handicap : 1% seulement des femmes en situation de handicap dans le monde sont alphabétisées (Handicap International) La Stratégie Nationale d’Alphabétisation n’a pas pris en compte I’aspect handicap alors que son intégration dans les programmes d’alphabétisation est incontournable, non seulement d'un point de vue humanitaire mais également d’un point de vue socio-économique. En effet, en excluant les personnes handicapées d'un accés équitable 4 I'alphabétisation, on les prive de la possibilité de jouer un réle socio-économique dynamique, privant ainsi la société de ressources humaines indispensables au processus de développement économique et social. En plus, les personnes handicapées font pleinement partie de la diversité humaine. Elles sont des citoyens & part entire. Elles devraient pouvoir jouir des mémes bénéfices que tout autre citoyen. Done des réponses adaptées & la spécificité de leurs besoins devraient étre constamment disponibles, institutionnalisées. Dans le respect des droits et des différences, la societé devrait assurer aux personnes handicapées les mémes chances de participer en son sein que ses autres membres. Dans ce sens ont été élaborés des textes spécifiques aux droits des personnes handicapées Aw niveau international ~ Déctaration Universelle des droits des Handicapés mentaux, te 20 décembre 1971 Déclaration Universelle des droits des personnes handicapées, le 9 décembre 1975 ; - Régles standard pour l’égalisation des chances des personnes handicapées, le 20 décembre 1993 ; - Convention Internationale relative aux droits des personnes handicapées, année 2006. Cette convention revét une importance particuliére car elle ne crée pas de nouveaux droits, mais repose sur la vision d'une société inclusive, dans laquelle tout le monde aurait les mémes droits et les mémes chances. A Madagascar, ont été successivement adoptés ~ Loi 97-044 du 02 février 1998 sur les personnes handicapées = Décret n°2001-162 du 21 février 2001 portant application de la Loi 97-044 sur les Droits des personnes handicapées ~ 6 Arrétés interministériels de décembre 2004 portant application des droits des personnes, handicapées, dont I'Arrété interministériel n°23144/2004 du 27 décembre 2004 portant application des droits des personnes handicapées dans le domaine éducatif 2. Objectif de Penquéte Cotte enquéte a pour objectif de faire ressortir Mévolution de fa situation de I’ Analphabétisme {4 Madagascar en se basant sur I'EPM 2005 et en considérant particuligrement I’aspect « genre » et l'aspect « handicap » ; 3. Résultat attendu de Penquéte Le résultat attendu de cette enquéte est d’avoir la situation de Panalphabétisme selon les caractéristiques des régions. 4. Champ de Penquéte L’enquéte cible principalement les ménages, les opérateurs d’alphabétisation et leurs sites, et les centres spécialisés qui prennent en charge les personnes handicapées. Pour les ménages, les questions porteront sur : * Les renseignements sur le ménage ; + Le niveau d’étude de chaque membre du ménage;— ~ Pour les sites d°alphabétisation + Le nombre d’adultes et d’adolescents de moins de 15 ans fréquentant le site ; + Le nombre de femmes ; + Les programmes d’alphabétisation appliqués ; + Les matériels didactiques ; ‘Quant aux centres qui prennent en charge les personnes handicapées, enquéte sera focalisée + Le nombre de personnes en situation de handicap pris en charge ; + Le type de handicap ; + Le nombre de femmes ; + Les types d’activités ; * Le coat de prise en charge par type de handicap. Les personnes seront interrogées directement en face-A-face par des enquéteurs préalablement formés par 'ONG EDUCATION NETWORK. Pour assurer la qualité des donnees, les enquéteurs seront encadrés par des superviseurs. 5. Plan d’enquéte L’etude sera menée au niveau de 5 régions des 22. Elles sont choisies a partir du niveau de leur taux d’analphabetisme (population de 15 ans et plus). Les 22 régions sont classées dans tun premier temps en 5 groupes homogenes selon le regroupement suivant Tableau 3 : Taux d’analphabétisme de la population de 15 ans et plus des 22 régions selon les 5 critéres de regroupement. aux danaphabeume Répions eis [is 30; [30 - 45) J jas - 60) [ [oo etpws Anatamanga 13,0 WV akina aka ratea 30,9 Itasy 27.9 Bongolava 383 Mahatsiatra Ambony 29,7 A moron’ Mania 27,9 Vv atovavy Fitovina ay 55,7 thorombe 58,4 Ja tsimo Atsinanana 56.7 Atsinanana 35.6 Janata njirofo aa Alaotra Mangoro 31,7 Boeny 28.1 sofia 44,0 betsiboks az Melaky 59,8 a tsimo Andrefana 65.0 Androy 767 Anosy 58,2 Menabe 2 oiana 34,0 Sava aan Pour chaque groupe, la région qui présente le plus fort taux d’analphabétisme a été retenue comme champ d’enquéte. Ainsi, les régions suivantes seront retenues comme champ denguéte: Analamanga pour le moins de 15% ; Matsiatra Ambony pour le groupe de [15% a 30%[ ; Analanjirofo pour le groupe de [30% a 45%[ ; Melaky pour le groupe de [45% a 60% et Androy pour le groupe de plus de 60%. Lenquéte comprendra deux unités: le Fokontany au premier niveau et le ménage au deuxiéme niveau qui sera la principale unité d’enqueéte. Ainsi, l’échantillonnage sera a deux étapes ou degrés: Le Fokontany a visiter et les ménages a enquéter dans chacun des Fokontany des 5 régions choisis aléatoirement sur une base d’enquéte (liste des Fokontany par région, par district et par commune). Dans chaque Fokontany qui constitue l'unité d’observation, aprés le dénombrement des ménages, les enquéteurs auront a tirer de fagon aléatoire les ménages & enquéter. Le ménage est un groupe de personnes qui vivent habituellement ensemble sous un méme toit et qui reconnaissent l'autorité d'une seule personne appelée chef de ménage. Cette étude ne prétend pas ressortir les situations exactes de Panalphabétisme dans tout Madagascar mais cherche plut6t orienter et a identifier les actions & entreprendre dans le cadre de la mise en quvre de la Stratégie Nationale de I’Alphabétisation. Ainsi, compte tenu des contraintes temporelles et financiéres, 1 000 ménages répartis dans 100 Fokontany (50) issus des milieux urbains ct 50 des ruraux) seront ciblés par l'enquéte, soit en moyenne 10 ménayes par Fokontany ct 200 ménages par région. Sont considérés comme milieu urbain, ensemble de tous les chefs lieux de district des 5 régions retenues a part ceux Antananarivo Avaradrano, d'Antananarivo Atsimondrano, de Fianarantsoa Il et des nouveaux districts. Le reste constitue le milieu rural. Tableau 4 ; Taille de Péchantillon par unité d’analyse et d’enquéte selon les ré milieux [Région wie Fokontany JAnalamanga [Urbain 7a] Rural +0 (Anatanjirofo Urbain To] 100 Rural 1o| 100 atsiaira Ambony [Urban Toy 00 Rural sof 100 IMetaky Urbain To] 100 Rural 10] 100 fndoy Sd 7 100 - 109. Fotar Urbain So] 00 Rural so|__500 (Lo 5¢P AWE, ‘SayeUTORSaND 9 SeINDUAD ayy $99 UOHeay By sargnbuap soupy sop uoge aff vf af fs ol | oo zo zp zo re fo fo fo fo fou x io fea zznesn 1s | feisine gas | ratene 295 [x oe nS | werszne i es | wefei neti 2e [wer SALANONY SIG NOILVSITVAU 3d Ya ANNEXES aBeuew, a6eq14 no neaweH ‘Auewuoyos eunuiuo3 Eo (em a has kaon es Kuen younsia uoiBey ‘poo el Now's) eueoyeu ey “YISL eu Pe ae | geen [entoio] noeusy oe Aeteszreuoyo Au evar BR GIE/B)E oyo;oO;o Z| 90 | #0 | Fo aT 6) 29 orpwnv) euRIUEIUOUR, Ku AJEUIEUI CUE|O KU OIBWON, -weyor oom EE EE [1 atewworssajoug ie nbyoes uonewo, 290K stares ayewe auerooseua 2 meenu siveiqup so} ju0s sand no.) ¢ Asiun eueseueidued-weBuorexequie Au Ane euoUl ‘ANS eueN THT) no9p esr 9 a aroun uso e) .Aqo) Au on euvjep-exe eucieuerdued-yes Au eyeseurwy SB) [OT] em sinceoerne wo ghar fu fay eneuetcur exe zener eit troieas [J (a3 2 uvowerane ine een v's) Zon eueelue) fume Ane ejoc-eve euldweve} ozeyew "vis eueH BN] 2 260 1p afejveoined ab mors) Auezy Ago) Au,ueyeseyesp-ueueyopuediues Auuowel-ues! Ay ‘Ana cue omens eworteas ==] (4 anand wowessyare un 20183) 2Aqoy Au on eueyetues Au.urue euryueny (EX deoypuey aunt ope | emma wana anueg T uoisoy uoxod aununwos vonestegeudiya 2p STYNOLLYN NOI eveororoueg ‘yuYnlisv9 i209 on0 2783) LA qo) Au 2a eueyO}EOR EUEACERY eseidwwery [RE] Srey LTT ATT TT] ve se we sed voguao no's) -euoey- ues} esneueidus Ku Ayes} euouneyo "AN eueR SHE) ore gon eueswuend-weses Asin TH) wowense twoikess — fuom ens 2 tnovieas — J (epniny¢ wosoes oun -e eeseueidus euestespue} Au,ulue 09 or eueyouew euents Ks PE) ) £kqo) hu on entuod-eeuew eueseuedwed-weroeyy eueuen SB) Oo 2-83) .Aqo) Au an euequios fu.ue oy entuod-eseuew oven eueUEW ZB) EE euryeued-umoyas ‘ANS eure EE) 29) kuewoyod-umoyes. ——[Z] md onoe) eurquerus ksi foxes [] fondvora no) M3 [1 chueruoyoy Au,uime oF on Alonos Aswy E] ~\ ce) | laaeerntteet| Jsnid | | 0s) | (ep'se] Ivr'or) (ec'se) | (ve'oe) | [sz'sz] | [ez'oz) | Ier'st) | Erv‘on) le's) [rol | euoe}-uospuon zfsweans sobp sodre so unos fuewsoxo p voqejndod | 26 2iqueu) KuBqUIE 019 EUOR-UOJPUOA fu Bese KuEUOXO} Ku.uIWe o}9 eUIuOdUI u,ues! Au Aus BY [_ mi uonesneqeydie,p oo i CH Auewuoros oO nostasedns an] aunanos anoyonbug p09) (einsienbue HNOENIBM (0) 034 ( sounuos ne andy9ds woyeurn ou ‘alav (guonnaey op sounuessors (sowuew Kye] ETE ASLOdNOUOANY osinvwi ynraviuoany YNVINONYNISWH. vaiisysigoany ULINOAVEY SBRIONIOYINY ynganviy 483 vNOvioLvany YYNravININWLNY ATDISONY ANIWuIgvH¥aIWY yELontuaiHoany 3g0UOZOINY ans AaNviNy aw avaoivrnvn YyuBOV YNVANOWWN vwvynravinvanryninvanny vwwynvwisay vvwanvariy onrsvozviyit anyonouv VaveaL3ING Auequonos ALLY IML BaLaNYANY AahitoLvey Ag ATEMOWNY Asovul OwavHYs0LvENY Aanvaozwany ynomnonvany YNYRIONYOIYENH ArayveyioTosny Baozwiny duvalnoainy saouozorny in ANWaSSIONONEY ‘ANANASSIONOWEY NANaNaSSIONONSY ‘A ANaWaSSIONOWY i LNaMaSSIONOwEY .NaWASSIONOMEY 1 ANaWaSSIONOWEY aunwwog onnuavuaioanny owninveaiHoany onininyeaiHoeiy ONVHOWEYY-ONRSYNYNVINY ONYUONOWISAV-ONRIYNYNVLNY ONYUONOWISLV-ONRIYNYNYLNY ‘ynyruanyoivent ‘ynvruanyoivent ‘ynvrunyoivenet 30zNY 380ZVINY 3e0uozOrNY 0uOZOrNY YVULIHORINEY ORRIYNYNVINY YVRLUMONINS! ONRSYNYNVINY ‘VELIHONINGE! OARSYNYNVLNY YULIHORINGY OARSYNYNWINY YVELIHONINSE! OARIYNYNVIN YALIHONINSY ONIEYNYNWAN YVRLINOAINSY ONIEYNYNVNY yousia SANDNA.G S3LIS ANVLNOMOS 001 S30 31s!7 vonvnyivay voNvinyTyny voNwnny vonwneny vonwnnyny VONYWYTYNY WYTNY YONYINyTeNY YONvNvTeNY vonwnnreny vonnnteny vonvonreny vonvineny VOW vonviwieny vonwrneny vonynwiy uoiBou oawwHYn oawyHWe 493 3A13Nad osouInNyTWNY loivaouvn tI veNviiigoBN sa aveaNas oxouinnyryNe fuedwey —_ASOTIOaMWNYH QUON vaivaenvrl ououirnviwny aqepueg —_3EOVEWWYNVINY GON vasynveNvrl oxouirnvaen BaISvONY CRON WuvNNvi HON vevnenvri oxouinnyaeny Owoulgogry HON veivNvNvii UON weivneNYH osouirNyaeNy OVENYNVINY — GHON VeiYNYNYII HON veivnwNY osouirnvawny equsepuy ) 3gIsvaNY YNINALYAYA. OSOMIINYTYNY lonwnowww ALaLINON¥y YNINBLYAVA ogouirnvaww euaeueny ‘yNiNaLwavA, YNINBLWAWA osouinyiwwe snerqweues YYNINSL¥AWA, YNINSLYAWA oxouirnyivw ASLOJINVANY ASLOJINVINY CONOAINYESINOS ogouinNy YN YNIDIYSINYNIANY —OONOAINYASINYOS CODNOAINYRISINOS osouinny wie YNYSVUVISL — OONONINYAEINVOS CONOAINYRISINVOS ogouirnyivwy ‘YNYNBNOHWIVSL 3avsOUNY YALSINVOUVHN oaouirnyivivy 3aISvONY vawzunenny yaLBSINvOUWIK osouirniviy wwviuigoanny Y¥NIOTON yeLaSANvOUvit ououirnivny AaniviNy — YALSSINvONW yeLasiNvouvit ououinntwNy YNISMNOLVaNY —-YELBSINvON ya1asinvouvin oxouinnviwny vuLvLOSIGOBNY ‘BISVN BLNIVS: ‘BIUWN SLNIVS: OJOMIINYTWNY Auequoro4 union, Iasi wor ¥a OAR 3avoNWW veyiNwy YAOUOYUVAY 3aMOHISL syoawa13e oan wuoNosy ANOAIIDANY BVHELWUONOY WIOTNON3S vonvs3e onvuvos vaLvsae vaivaorInnpany visyvuae avnynouvey vonvsauvs ‘ALOJONVWN SONY aeUaLNy YaIONANY OWANDANY AcleteNOZWHONYEONY ouoewvwany SsLINOWNONW Aueyuoyos Omnis ONYUONINY YONYHIHON ouvnowwn 3anOHISL 3aMiouis 3aviouis sarworrany ouvaer ontynoany asonvavrvony ans vuonvsny vewiwnunosey aanonoany Sanonoany Banonosny snonoany vinnowvn Acwawy vHowaa AOuONY ¥HOTRE AouONy vHOTRE eumunwos wae awa BaNOHISL BANOHISL BaNOHISL BaNOHISL AQuANY 3aNOAOEWY AOuaNy 3aNOnOBNY AOBONY 3BWOAOBWY AOwaNy BaWonogny AOUQNY 3aNOAOBIY AOUONY 3BWOAOBHY Aouany 38WONOaNY AOWANY 3WOAOEIY AOWONY 3aNNOAOEWY AQwaNy 3anNONOSHY AOwANY ¥HOTEB AOYONY WHOIS AQUONY vHOTSS AQUONY VHOTa8 y1ns1 Aouany Aowany Aoxany Aowany AouaNY AQNONY Aowany AOBON xO’ONY AQ’ONY AOWONY Aowany AowaNY AOuONY AoNaNY Aouany AgwONY AOwaNy uoiey AdvPNOTWINISL ynasuvuvay onayywvany YNYLyNYNHL GYON ONaSYHON YAW IONOLNY ASWAHYS ANOAWSLNYAOYNVaINY YVLIGONYWYHOGNY YALLOBAYELIHON, vouWnivs OrNisLYNvaNNY OSOWONYH YOSYNEINYNYN vnvavany AONaZVHYWI ‘YNYNVaVHOLWEIY vavsi AMOAL vosomHWOLWaN onvavwawy Auewuoyog wias3@ vosvHYWHONY (unanynovanooowloLidwyald (unaLynovaNoooviANOAWY TI! WNSWIEYINY ANOZ¥HW ovavivany ovavivany vAaNYW vuniowHew yNowaNnosny YOaIHOA ABWONIAYL BYLN3O OLWPNYIAGNY yNvZvW 30 JILYULSINWGY LNaWaSsIONOwEY cans ouwenvisanv.a SULVALLSINIVIGY LNBWBSSIONOWNY assva STAT 130 sILYELSINIMIGY LNW3SSIONOWMY assva 3111 30 JILVELSININGY INSHASSIONOBSY BLAYH 3TIAWT 30 JILVELSININGY LNSWaSSIONOWHY wrvairionvn 3 SULVEUSININGY LNAWaSSIONONSY aunuiiog vosvHvNHoany YOS¥HYWIHOaINY ANOAWHNY WOH ANOAWHNYWOH ovavivany ovnvwany ovnvivany ovnvwany oLvelHoA ouveIHon vuonysi yuanys! yNtonyn? I vosuNvayivis I VOSINYEYNYIS I WOSLNYAYNNYIS I VOSUNvelvIYl I WOSINVEYNWL IWOSLNWaYNld yoursia ANOBWW VeLvIS! ANOBIY YULVISLY ANOBIY WALVISLHY ANOBIY VELVISIY ANO@WY YULVISLNHY ANOahy VuLviSLvtY ANOBHY VuLVISLit ANOBNY vaLviS.it ANH VELVISL¥ ANO@NY VaLVISLY ANOSHIY WALVISLWH ANOSMY VELVISLYN ANOBWY VALVISLYY ANO@WY VaLVISLYN ANOBIY ALIS. ANOBIWY WALLYISL¥WY ANOBINY WALLVISLYHY ANOBWY VaLYISLYHI ANOBIY VELVISLUV 10159 o1vaovevainy Aan AONZOvHYW BavimNy ONYuONISY SULN3O VAOWSINY AMVAIHvBNY 3G0N34¥UON oziNozMANY OvarYNYINY 2100888 gorse onviwosnisony vanwaaa anvoa ‘AANYWOLWanNy vavaNoUONosINY vavoow3a uon-vayNosiiy ynawae AHOULOONWIN Aurquoyos AMVONYEL oivd0n38 YAOWSINY YAOTWSINY YyAOWSINY YAOTWSINY 390N3S¥HON SE0NBJVEON 41080138 syogo7aa YSWYSYINY AdnW1¥S38 onravn3e AANIWHIOLYEINY AINIYHIOLWaINY vavanouanosiny vaysunaa onirreawvt vauony ONvuLLNIYH NO eununuos YAOTSINY yAOWSiNY YAOWSINY YAOWSINY YAoWsINY yaoWsiNy 380N34YuON Ba0NasvHON Aarne ws3a AdWWIVS39 Adbievs39 Adie S39 ALNIWNOLWaINY Aunivwionvanny ALNIWNOLYEIVY ONvaUNI onveunivis ONveLLNIY ONveILLNIYT OnvelLNory rounsia aonman aman uo}6ou

Évaluer