Vous êtes sur la page 1sur 78

MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

ÉCOLE SUPÉRIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTSIRANANA

PROJET II

gj MENTION GÉNIE ÉLECTRIQUE

gjqsgjrr PARCOURS : Production, Transport et Distribution de l’Énergie


Électrique

CALCUL DU "LOAD FLOW" DANS UN RÉSEAU


CONTENANT LES DIFFÉRENTS NŒUDS (PQ, PV) ET
ÉQUIPÉ DE "FACTS"

Par
RANDRIANANTENAINA Jean Luck
Soutenu le 13 Décembre 2018
Devant le jury composé de :

* Monsieur RAZAFIMAHEFA Tsivalalaina David Président


* Monsieur ANDRIANANTENAINA Tsiory Patrick Examinateur
* Monsieur RANDRIANARISOA Emile Encadreur
* Monsieur SABATA Maurice Encadreur

Année Universitaire 2017 - 2018


MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

ÉCOLE SUPÉRIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTSIRANANA

PROJET II

gj MENTION : GÉNIE ÉLECTRIQUE

gjqsgjrr PARCOURS : Production, Transport et Distribution de l’Énergie


Électrique

CALCUL DU "LOAD FLOW" DANS UN RÉSEAU


CONTENANT LES DIFFÉRENTS NŒUDS (PQ, PV) ET
ÉQUIPÉ DE "FACTS"

Par
RANDRIANANTENAINA Jean Luck
Soutenu le 13 Décembre 2018

Encadreurs :
* Monsieur RANDRIANARISOA Emile
* Monsieur SABATA Maurice
* Monsieur HADJEE Gino

Année Universitaire 2017 - 2018


REMERCIEMENTS
Avant tout, j’adresse mes plus vifs remerciements à notre Dieu de m’avoir donné la vie,
la santé, le courage et la force de mener à terme ce travail de projet II.

Je tiens à remercier particulièrement mes encadreurs Monsieur RANDRIANARISOA


Emile, Monsieur SABATA Maurice et Monsieur HADJEE Gino qui ont proposé ce sujet. Ils
ont fait preuve d’abnégation par leur présence, leurs précieuses directives et leurs valeureux
conseils durant toute la période de la réalisation de ce travail.

J’exprime aussi ma profonde gratitude à Monsieur le Président du Jury, et à tous les


membres du Jury qui ont pris leur temps pour examiner et porter leur jugement à ce travail.

Un exceptionnel remerciement à toute ma famille, qui m’a toujours soutenu spirituelle-


ment, moralement et financièrement, et qui a fait preuve de beaucoup de sacrifices dans le
but de m’éduquer dans les meilleures conditions possibles.

Enfin, je veux apporter mes sincères remerciements à toutes personnes de près ou de loin,
qui ont contribué à l’aboutissement de ce présent travail.

Que Dieu vous bénisse

Merci à toutes et à tous !

RANDRIANANTENAINA Jean Luck

PROJET II i
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

CAHIER DES CHARGES


TITRE
CALCUL DU LOAD FLOW DANS UN RÉSEAU CONTENANT LES
DIFFÉRENTS NŒUDS (PQ, PV) ET ÉQUIPÉ DE FACTS
(01 étudiant GE5)

THÈME
Dans l’exploitation d’un réseau électrique, l’étude de l’écoulement des puissances permet
d’analyser le comportement du réseau en régime permanent et de prendre des décisions sur les
actions à entreprendre lorsqu’une des limites prescrites sur les grandeurs de fonctionnement
est violée. Lorsque le réseau contient les différents types de nœud (PQ, PV), le calcul du
Load flow doit tenir compte de tous ces nœuds. Aussi, l’algorithme classique de calcul sera
modifié.
Dans le cadre de ce travail, on demande d’élaborer un programme de calcul de load flow
prenant en compte tous les différents types de nœuds d’un réseau équipé de FACTS.
TRAVAUX DEMANDES
* Recherches bibliographiques et webographique
* Etude théorique du réseau
* Formulation des équations
* Algorithmes, organigrammes et programmation
* Application, analyse et interprétation des résultats
ENCADREURS
— RANDRIANARISOA Emile
— SABATA Maurice
— HADJEE Gino

PROJET II ii
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

Résumé

Cette étude a pour objectif d’analyser l’écoulement de puissance d’un réseau électrique
contient les différents types de nœud (PQ, PV). Cette étude a été appliquée sur le réseau de
5 nœuds, en s’appuyant sur des algorithmes réalisés avec le logiciel MATLAB. Après simu-
lation d’un réseau test nous avons vu que les résultats obtenus montrent clairement l’effet
bénéfique de la présence d’un SVC sur les performances du réseau.
Mot clés :Répartition de puissance, Noeud ,Réseau électrique,Pertes, SVC, FACTS,Compensation

Abstract

The aims of this study is to analyze the power flow of an electrical network contains the
different types of nodes (PQ, PV). This study was applied to the network of 5 nodes, based
on algorithms made with Matlab software. After simulation of a test network we have seen
that the network, the results obtained clearly the effect of the presence of a SVC on network
performance.
Key words : Load flow,node, electrical Network, losses, SVC, FACTS, compensation.

PROJET II iii
Table des figures

1.1 Constitution d’un réseau d’énergie électrique [3] . . . . . . . . . . . . . . . . 4

2.1 Modèle des lignes électriques [1] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11


2.2 Modèle d’un Transformateur [2] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.3 Modèle d’un générateur [2] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.4 Modèle d’une charge [2] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.5 Réseau à 2 Nœud [5] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.6 Modèle en Π d’un réseau à 2 nœud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.7 Un réseau à n nœud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.8 Organigramme de formation de la matrice des admittances . . . . . . . . . . 23
2.9 Organigramme de calcul de la répartition de puissance par la méthode de
GAUSS-SEIDEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

3.1 Compensation de l’énergie réactive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28


3.2 les différent types de SVC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.3 Structure d’un STATCOM et son Schéma équivalent . . . . . . . . . . . . . 32
3.4 Structure d’un TCSC et son Schéma équivalent . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3.5 Structure d’un SSSC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.6 Caractéristique statique d’un SSSC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.7 Structure d’un SPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.8 Structure d’un UPFC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

4.1 Structure d’un SVC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41


4.2 Modèle d’un SVC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

iv
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

4.3 SVC placé à un nœud du réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43


4.4 SVC placé au milieu d’une ligne d’un réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
4.5 Organigramme pour l’insertion d’un SVC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

5.1 Le réseau test . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49


5.2 La puissance au nœud de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
5.3 Le SVC installé au nœud n°5 du réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.4 La tension nodale après insertion d’un SVC au nœud n°5 du réseau . . . . . 55
5.5 Le transit de puissance du réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
5.6 Le transit de perte de puissance du réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
5.7 Histogramme des tensions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

PROJET II v
Liste des tableaux

1.1 Classification de tension selon la norme Français UTE C 18-510 . . . . . . . 6


1.2 Classification de tension selon la norme CEI 38 . . . . . . . . . . . . . . . . 6

2.1 Tableau récapitulatif des différents types des nœuds . . . . . . . . . . . . . . 13

3.1 La puissance des FACTS installés dans le monde, En 2005[6] . . . . . . . . . 29


3.2 La catégories des FACTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.3 Les caractéristiques des FACTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.4 Comparaison des coûts du dispositif FACTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

5.1 Caractéristique des lignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49


5.2 La production et la consommation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
5.3 La matrice des admittances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.4 Les tensions nodales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
5.5 Transit de puissance et les pertes dans les lignes . . . . . . . . . . . . . . . . 52
5.6 Tension nodales après insertion d’un SVC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
5.7 Transit de puissance et les pertes dans les lignes . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.8 comparaison de la tension avant et après insertion d’un SVC . . . . . . . . . 57
5.9 Comparaison de la transit de puissance avant et après insertion d’un SVC . . 58

vi
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

Glossaire
— BT : Basse Tension
— MT : Moyenne Tension
— HT : Haute Tension
— V : Volt(Unité de mesure de la Tension)
— VA :Volts-Ampère(Unité de mesure de la puissance apparente)
— VAR :Volts-Ampère(Unité de mesure de la puissance réactive)
— W :Watt(Unité de mesure de la puissance active)
— FACTS :(Flexible Alternating Current Transmission Systems)
— ABB :ASEA Brown Boveri
— SPS :(Static Phase Shifter)
— SSSC :(Static Synchronous Series Compensator)
— STATCOM :(Static Compensator)
— SVC :(Static Var Compensator)
— TCSC :(Thyristor Controlled Series Capacitor)
— TCR :(Thyristor Controlled Reactor)
— TSC :(Thyristor Switched Capacitor )
— UPFC :(Unified Power Flow Controller)
— IGBT :(Insulated Gate Bipolar Transistor)
— IGCT :(Insulated Gate Commutated Thyristors)
— GTO : Gate Turn Off Thyristor
— PSS : Power System Stabilizer
— FC :(Fixed Capacitor)

PROJET II vii
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

Liste des Symboles


— α : Angle d’amorçage du Thyristor
— X : Réactance
— XL : Réactance inductive du SVC
— XC : Réactance Capacitive du SVC
— Y : Admittance
— Y : Matrice des Admittances
— XT CSC , : Réactance du Condensateur Série Commandé Par Thyristor.
— XT SSC : Réactance du Condensateur Série Contrôlé Par Thyristor.
— Zch : Impédance de la charge.
— BSV C : Susceptance de SVC.
— Yl : Admittance de la branche longitudinale
— Yt : Admittance de la branche transversale
— Ypq : Eléments de la matrice des admittance de la ligne p-q
— Z : Impédance
— PDi : Puissance active demandée au nœud "i"
— PGi : Puissance active fournie par la génératrice au nœud "i"
— PGi : Puissance active total injectée au nœud "i"
— QDi : Puissance réactive demandée au nœud "i"
— QGi : Puissance réactive fournie par la génératrice au nœud "i"
— S : Puissance apparente
— S : Puissance apparente en valeur complexe
— SGi : Puissance apparente fournie par la génératrice au nœud "i"
— Si : Puissance nette injectée au nœud "i"
— Sij : Puissance transitée dans la ligne "i-j"

PROJET II viii
SOMMAIRE

REMERCIEMENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i
CAHIER DES CHARGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ii

Table des figures iv

Liste des tableaux vi


Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii
Liste des Symboles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . viii

SOMMAIRE xii
INTRODUCTION GÉNÉRALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

1 GÉNÉRALITÉ SUR LES RÉSEAUX ÉLECTRIQUES 3


1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2 Les éléments des réseaux électriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.1 La production de l’énergie électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2.2 Le transport de l’énergie électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2.3 Le réseau d’interconnexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2.4 Les réseaux de répartitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3 Classification de tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.4 Stabilités des réseaux électriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.4.1 Stabilité en fréquence(puissance actives) . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.4.2 Stabilités en tension( puissance réactives) . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.5 Amélioration de la stabilités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.5.1 Amélioration par PSS(Power System Stabilizer) . . . . . . . . . . . . 7

ix
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

1.5.2 Amélioration par FACTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7


1.6 Les matériels utilisés dans les réseaux électriques . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.6.1 Matériels de puissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.6.2 Les postes électriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.6.3 Matériels de surveillance et de contrôle . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.7 Rôle de l’informatique dans un réseau électrique . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.8 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

2 CALCUL DE LA RÉPARTITION DE PUISSANCE 10


2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.2 Modélisation des éléments d’un réseau électrique . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.2.1 Modélisation des lignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.2.2 Modèle des transformateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.2.3 Modèle du générateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.2.4 Modèle de la charge électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.2.5 Modélisation des nœuds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.3 Le système per unit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.4 ÉQUATIONS DU RÉSEAU ÉLECTRIQUE EN RÉGIME PERMANENT . 15
2.5 Formulation des équations du réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.5.1 Cas de réseau à 2 nœuds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.5.2 Cas de réseau à n nœuds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.5.3 Puissance nette injectée au nœud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.5.4 Méthode de Gauss Seidel pour la résolution d’un problème d’écoule-
ment de puissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.5.5 Organigramme de calcul de la matrice des admittances . . . . . . . . 23
2.5.6 Organigramme de calcul de la répartition de puissance . . . . . . . . 24
2.6 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

3 ÉTUDE DES DISPOSITIFS FACTS 27


3.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.2 La Compensation de l’énergie réactive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.3 Généralité sur le FACTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.3.1 Historique[10] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

PROJET II x
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

3.3.2 Fonction des FACTS[4] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30


3.3.3 Les différentes catégories des FACTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.3.4 Avantage de l’utilisation des FACTS[10] . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.3.5 Les contraintes des dispositifs FACTS[6] . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.3.6 Choix du type de FACTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.3.7 Les Fabricants[10] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.3.8 Coût des dispositifs FACTS[10] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.4 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

4 MODELISATION DU SVC ET SON INTEGRATION DANS LES EQUA-


TION DU RESEAU ELECTRIQUE 40
4.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4.2 Définition du SVC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4.3 Utilisation du SVC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
4.4 Structure d’un SVC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
4.5 Insertion d’un SVC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
4.5.1 Le SVC installé à un nœud du réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
4.5.2 Le SVC installé au milieu d’une ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
4.5.3 Organigramme de l’insertion de SVC . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
4.6 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

5 APPLICATION SUR DES RÉSEAUX DONNES 48


5.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.2 Réseau test . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.2.1 Données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.2.2 Interprétation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
5.3 Solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
5.3.1 Délestage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
5.3.2 Renforcement de ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
5.3.3 Installation d’un SVC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.3.4 Interprétation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.4 Comparaison des résultats avant et après insertion d’un SVC . . . . . . . . . 57
5.5 Comparaison de transit de puissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

PROJET II xi
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

5.6 Interprétation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
5.7 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
CONCLUSION GÉNÉRALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A

Annexes C

PROJET II xii
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

INTRODUCTION GÉNÉRALE

Les réseaux électriques jusqu’à ces dernières années sont contrôlés avec des dispositifs
mécaniques ayant un temps de réponse plus au moins long et avec lesquels l’action d’amor-
çage et de réamorçage ne peut être répétitivement exécutée à une fréquence élevée.

Pour assurer un meilleur contrôle du réseau, des dispositifs connus sous le nom des FACTS
« Flexible Alternating Current Transmission System » sont de nos jours utilisés.
Les systèmes FACTS sont utilisés pour l’amélioration des performances des réseaux de trans-
port et d’interconnexion pour le contrôle des paramètres des lignes (tension, impédance et
déphasage). Ces derniers font en général appel à l’électronique de puissance, aux micropro-
cesseurs, à l’automatique, aux télécommunications et aux logiciels pour parvenir à contrôler
les systèmes.

La technologie des « FACTS » présente des solutions efficaces pour l’amélioration de


fonctionnement du système de grande puissance. Leurs capacités de contrôler les différents
paramètres électriques agissant sur le flux de puissance dans un réseau permettent un contrôle
efficace du transit de puissance et de la tension dans un réseau. Ces dispositifs peuvent aussi
augmenter la puissance transmissible et la stabilité du système de puissance.

Notre sujet intitulé : « CALCUL DU LOAD FLOW DANS UN RÉSEAU CONTENANT


LES DIFFÉRENTS NŒUDS (PQ, PV) ET ÉQUIPÉ DE FACTS » a pour but d’élaborer
un programme de calcul de « Load Flow » prenant en compte tous les différents types de
nœuds d’un réseau équipé de FACTS. Pour atteindre l’objectif de recherche, ce travail sera
divisé en cinq chapitres :

D’abord dans le premier chapitre nous allons présenter un aperçu sur les généralités et le
fonctionnement d’un réseau électrique afin d’avoir la connaissance globale sur ces dernières.
Puis le deuxième chapitre traite le calcul de répartition de puissance, et l’organigramme
de calcul d’un réseau contenant un nœud PV . Ensuite le troisième chapitre sera consacré
à l’étude des dispositifs FACTS. Il s’agit de faire l’étude théorique des différents types de
FACTS et les principaux dispositifs de chaque famille décrits de façon plus détaillé. Le qua-

PROJET II 1
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

trième chapitre sera axé à la modélisation de compensateur statique SVC. Dans ce chapitre,
nous allons étudier le fonctionnement d’un SVC, et présenter l’organigramme de son inser-
tion dans un réseau. Et enfin dans le dernier chapitre nous présenterons l’application du
programme de calcul élaboré sur un réseau donné suivie des résultats et interprétation.

PROJET II 2
Chapitre 1
GÉNÉRALITÉ SUR LES RÉSEAUX
ÉLECTRIQUES

1.1 Introduction

On appelle réseau électrique, l’ensemble des infrastructures permettant d’acheminer l’éner-


gie électrique des centres de productions vers les consommateurs. Dans ce chapitre, nous al-
lons voir les constitutions générales d’un réseau électrique, puis les différentes structures des
réseaux électrique ainsi que la modélisation des différents composants et la représentation
des paramètres réduit d’un réseau électrique.

1.2 Les éléments des réseaux électriques

Les éléments principaux d’un réseau peuvent être classés en trois sous-systèmes [1] :

* Production(génératrices).
* Transport, et d’interconnexion
* Répartition
* Distribution

Ce système est représenté schématiquement par la figure ci-après

3
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

F IGURE 1.1 – Constitution d’un réseau d’énergie électrique [3]

1.2.1 La production de l’énergie électrique

La production de l’énergie électrique est basée sur la transformation de l’énergie mé-


canique en énergie électrique produit par une centrale. Ces centrales sont classées selon la
source utilisée.

1.2.1.1 Centrale thermique

L’énergie électrique est produite à partir de l’énergie calorifique en brûlant des gaz com-
bustibles tels que le gaz naturel, le charbon et le pétrole.

1.2.1.2 Centrale hydraulique

Dans la centrale hydraulique, l’électricité est fournie par les groupes turbo-alternateurs
(turbine et alternateur). Les pâles de la turbine sont entraîné en rotation par l’eau. La turbine
est en liaison mécanique avec la partie tournante de l’alternateur (rotor) et le rotor crée un
champ magnétique tournant qui donne naissance à un courant électrique dans la partie fixe
de l’alternateur (stator).

1.2.1.3 Centrale nucléaire

Cette centrale transforme l’énergie thermique produite par la fission du noyau d’uranium
et de Platinium qui va transformer en énergie mécanique puis en énergie électrique.

PROJET II 4
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

1.2.2 Le transport de l’énergie électrique

Les lignes électriques servant au transport doivent fonctionner en courant alternatif tri-
phasés. Le transport est une liaison généralement en haute tension ou très haute tension qui
vont de 100 à 730 [kV], entre la production et la distribution. Il s’accompagne toujours des
pertes d’énergie d’autant plus importante si la ligne de transmission est longue.

1.2.3 Le réseau d’interconnexion

Le réseau d’interconnexion est un réseau qui assure le maillage entre les points de pro-
duction et les point de consommation. Il permet de faire une optimisation entre le cout par
kilowattheure des centrales de production des réseaux interconnectée, et aussi pour prévoir
l’insuffisance temporaire de production par rapport à la charge demandée

1.2.4 Les réseaux de répartitions

Les réseaux de répartition sont alimentés, soit directement par des postes du réseau de
transport, soit éventuellement par des centrales de moindre importance. Ils ont de tensions
comprises entre 40 et 110 [kV]. Ils ont pour rôle de desservir dans un rayon limité à quelques
dizaines de kilomètre des postes d’alimentation des réseaux de distribution à MT et les
usagers industriels importants possédant leur réseau MT intérieur. Les réseaux de répartition
ont pour but d’alimenter l’ensemble des consommateurs
Pour des raisons économique et climatique, les lignes de transport, de répartition et de
distribution de l’énergie électrique se fait, soit par des liaisons aériennes, soit par des liaison
souterraines. Pour le cas de Madagascar toutes les liaisons sont faites par voie aérienne.

1.3 Classification de tension

Actuellement, en France, pour classer le niveau de tension dans un réseau électrique, la


norme en vigueur UTE C 18-510 définit les niveaux de tension alternative comme présentée
dans le tableau suivant :

PROJET II 5
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

TABLE 1.1 – Classification de tension selon la norme Français UTE C 18-510

La classification selon la norme CEI 38 présentée dans le tableau suivant est aussi parfois
utilisée dans le domaine industriel bien que dans le langage courant

TABLE 1.2 – Classification de tension selon la norme CEI 38

1.4 Stabilités des réseaux électriques


La stabilité électrique est définie comme étant une qualités de régulation par la quelles
un réseau électriques modérément perturbé revient progressivement à un état d’équilibre.
Puisqu’une instabilité généralise du réseau peut conduire à des dégâts matériels (du coté
production, transport et distribution et de consommation), et/ou à la mise hors tension
d’une partie ou de l’ensemble du réseau (Blackout), le gestionnaire du réseau doit à tout
moment maintenir cette stabilité en veillant à ce que les grandeurs de fréquence et de la
tension sur l’ensemble du réseau soient proche de leurs valeurs des consignes. En effet, la
fréquence est une grandeur scalaire et son réglage est assuré en agissant sur des puissances
actives à l’échelle globale, et que la tension est une grandeur vectorielle et son réglage est
assuré en agissant sur des puissances réactives à l’échelle locale.

1.4.1 Stabilité en fréquence(puissance actives)

Lorsqu’un utilisateur enclenche un appareil, la puissance consommée supplémentaire est


prélevée sur l’énergie cinétique de rotation des rotors des générateurs. En l’absence des me-

PROJET II 6
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

sures correctrices, il s’ensuit un ralentissement de toutes les machines synchrones, soit une
baisse de la fréquence. Il en va de même lorsqu’une usine de production tombe subitement en
panne. Toute variation de fréquence reflète ainsi un déséquilibre entre production et consom-
mation.

Afin de corriger rapidement tous les écart de fréquence dans les grands réseaux électriques,
chaque gestionnaire de réseau de transport met à la disposition dans sa zone une réserve de
puissance active (réserve tournante) qui est rapidement mobilisée en fonction des besoins
nécessaires à l’équilibre

1.4.2 Stabilités en tension( puissance réactives)

Les raisons d’assurer une stabilité en tension sont assez similaires à celles de la stabilité
en fréquence. Une tension très haute provoque la destruction du matériel.
A puissance égale, une tension très basse induit un courant plus élevée, donc des pertes par
effet Joules plus importantes auxquelles s’ajoutent des risques de surintensité et de destruc-
tion des matériels. La surtension et sous-tension peuvent aussi provoquer des problèmes de
fonctionnements de l’équipement raccordée au réseau.

1.5 Amélioration de la stabilités

1.5.1 Amélioration par PSS(Power System Stabilizer)

La structure du stabilisateur de puissance est une structure classique qui consiste en un


gain, un filtre passe-haut et un ou plusieurs blocs de compensation de phase. Ces stabilisateur
de puissance sont un moyen efficace et économique d’amélioration de la stabilité dynamique
d’un système électrique.

1.5.2 Amélioration par FACTS

Devant les problème de transit de puissance, la compagnie américaine EPRI(Electric


Power Research Institute) a lancé en 1988, un projet d’étude des systèmes FACTS afin de
mieux maîtriser le transit de puissance dans les lignes électriques. les systèmes FACTS sont
appliqués à l’amélioration de la stabilité des réseaux.

PROJET II 7
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

1.6 Les matériels utilisés dans les réseaux électriques

1.6.1 Matériels de puissance

1.6.1.1 Les lignes électriques

Les lignes électriques relient les postes entre eux. Les lignes électriques assurant le trans-
port de l’énergie électrique sur les longues distances. Elles sont constituées de 3 phases, et
chaque phase peut être constitué d’un faisceau de plusieurs conducteurs espacés de quelques
centimètres.

1.6.1.2 Les transformateurs de puissance

On trouve sur les réseaux électriques deux types de transformateurs de puissance tel que :
* Les autotransformateurs : qui n’ont pas d’isolement entre le primaire et le secondaire
* Le transformateur avec régleur en charge.

1.6.2 Les postes électriques

Les postes électriques sont les nœuds du réseau électrique. Ce sont les points de connexion
des lignes électrique. Les postes des réseaux électriques peuvent avoir 2 finalités :
* L’interconnexion entre les lignes de même niveau de tension
* La transformation de l’énergie De plus, les postes électriques assurent des fonctions
stratégiques tel que :
* La protection du réseau
* L’exploitation normale du réseau
* La surveillance du réseau

1.6.3 Matériels de surveillance et de contrôle

1.6.3.1 Protection des réseaux électriques

Tout réseau électrique possède des systèmes de protection pour déconnecter le système
de production en cas de défaut sur la ligne. L’objectif est de protéger les 3 constituants d’un
système électrique :
* Les organes de production

PROJET II 8
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

* Les composants des réseaux de transport et de distribution


* Les organes de consommation

1.6.3.2 Matériel de surveillance

Le matériel de surveillance est destiné à l’analyse des incidents. Il comprend essentielle-


ment des consignataires d’état chargés de relever la position des organes de coupure, et des
pétrographies qui, grâce à un système de mémoire, restituent l’évolution des tensions et des
courants pendant le déroulement des incidents.

1.7 Rôle de l’informatique dans un réseau électrique


L’informatique joue un rôle très important dans l’exploitation des réseaux électriques,
car il permet d’étudier :
* L’écoulement de puissance dans les réseaux ainsi que leurs impacts sur les grandeurs
électriques
* L’évaluation des courant lors d’un court-circuit pour définir les systèmes de protection
à installer
* Le comportement dynamique du réseau suite à des perturbations

1.8 Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons présenté les généralités sur les réseaux électriques ainsi
que les différentes fonctions des réseaux électrique. Un réseau électrique doit nécessairement
constitué de la centrale de production, de réseau de transport, de celui de répartition et de
celui de distribution. On a pu aborder aussi le rôle de l’informatique dans un réseau électrique
Pour la suite nous allons étudier les problèmes liés au calcul de la répartition de puissance

PROJET II 9
Chapitre 2
CALCUL DE LA RÉPARTITION DE
PUISSANCE

2.1 Introduction
Pour étudier un réseau d’énergie électrique complexe, des modèles ou schémas équivalents
de ces principaux composants (générateurs, différents types de transformateurs, lignes et
charges) sont établis. Ce chapitre est consacré à la formulation des équations de réseaux, et
à la mise en œuvre de la méthode itérative de Gauss-Seidel dans la résolution du calcul de
load flow.

2.2 Modélisation des éléments d’un réseau électrique


Modéliser un réseau électrique revient à modéliser les éléments principaux qui constituant
ce réseau, tels que les lignes électriques, les transformateurs, les génératrices synchrones et
les charges. Ces derniers ont chacune leurs modèles réels respectifs mais leur utilisation
peut être très complexe et présente plus des difficultés. Ainsi pour les modéliser, l’hypothèse
simplificatrice s’avère être nécessaire.

2.2.1 Modélisation des lignes

Dans le calcul du réseau électrique, une ligne peut-être modéliser sous deux formes : en
Π et en T La ligne de transmission de l’énergie électrique située entre les nœuds i et m
est généralement représentée par le schéma équivalent par phase comme l’illustre le schéma

10
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

suivant :

(a) Modèle en Π (b) Modèle en T

F IGURE 2.1 – Modèle des lignes électriques [1]

Le calcul pour le modèle en Π par rapport à celui en T est plus facile, car l’utilisation
du modèle en T assure plus des nœuds supplémentaires. De plus l’utilisation de calcul de la
répartition de puissance choisie dans ce présent travail c’est le modèle en Π

2.2.2 Modèle des transformateurs

Les transformateurs de puissance installés sont modélisés sous sa forme réduit à l’impé-
dance de court-circuit car la branche magnétisante de ceux-ci peut être négligée sans causer
des grandes erreurs.

F IGURE 2.2 – Modèle d’un Transformateur [2]

2.2.3 Modèle du générateur

Le générateur est considéré comme le cœur du réseau électrique. Il assure la production


de l’énergie électrique demandée par le consommateur. Dans l’analyse de l’écoulement de
puissance, le générateur est modélisé comme une source de tension constante Vi qui injecte
de la puissance active Pg et réactive Qg . La puissance réactive du générateur s’adapte de
façon à maintenir la tension au nœud i constante. Aussi, le générateur est caractérisé par
deux limites de puissance réactive Qgmax et Qgmin .

PROJET II 11
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

F IGURE 2.3 – Modèle d’un générateur [2]

2.2.4 Modèle de la charge électrique

La charge électrique est souvent modélisée sous forme d’une impédance Zcharge qui consomme
de la puissance active PL et réactive QL constantes. Cette charge représente souvent des
postes de répartition (sous stations) qui alimentent des réseaux de distribution.

F IGURE 2.4 – Modèle d’une charge [2]

2.2.5 Modélisation des nœuds

Il y a quatre grandeurs fondamentales associées à chaque jeu de barres i du réseau, à


savoir le module de tension Vi, la phase de tension di, la puissance active injectée Pi et
la puissance réactive injectée Qi . Pour chaque jeu de barres, deux variables doivent être
spécifiées au préalable et les deux autres sont à calculer. Dans l’analyse de l’écoulement de
puissance, les nœuds des jeux de barres du système sont classés en trois catégories :

2.2.5.1 Nœud de référence

Dans un réseau, un nœud de référence est le nœud qui est en général le nœud de grande
puissance. Le rôle de ce jeu de barres est de fournir la puissance supplémentaire nécessaire
pour compenser les pertes de transmission, car celles-ci ne sont pas connues d’avance. Par
convention, ce jeu de barres est identifié par le jeu de barres n°1, dont le module et la phase
de tension sont toujours spécifiés (V1 = 1 pu et δ1 = 0°). En plus, ce jeu de barres sert de
référence pour les phases des tensions.

PROJET II 12
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

Par conséquent, les puissances P1 et Q1 sont inconnues, du fait que Pg1 et Qg1 ne sont pas
spécifiées d’avance.

2.2.5.2 Nœud des charges PQ

Tous les jeux de barres du réseau dont l’injection des puissances actives et réactives est
donnée, sont considérés comme des jeux de barres de charge. Pour ce type de nœud, les
puissances active Pi et réactive Qi sont connues et les valeurs de Vi et Qi sont inconnues
auparavant.

2.2.5.3 Nœud des sources PV

Chaque jeu de barres du système dont le module de tension est maintenu constant est
considéré comme un jeu de barres à tension contrôlée ou jeu de barres générateur. Ce type
de jeux de barres est connecté avec un générateur. Au niveau de ce jeu de barres, Pi et Vi
sont des grandeurs spécifiées (connues). Donc, Qi n’est pas connue à l’avance étant donné
que QGi est inconnue. Il en est de même pour δi .

Ci-après le tableau récapitulatif des nœuds

TABLE 2.1 – Tableau récapitulatif des différents types des nœuds

Les (*) dans le tableau indique les grandeurs spécifiées


p Pg : puissance active fournie par les génératrices
p Qg : puissance réactive fournie par les génératrices

PROJET II 13
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

p Pd : puissance active fournie par les charges


p Qd : puissance réactive fournie par les charges
p V : module de la tension nodale
p δ :Argument de la tension

Le choix de nœud de référence ou "Slackbus" est indispensable avant de faire l’étude sur un
réseau électrique

2.3 Le système per unit

Le système per unit est un système de grandeur réduite qui permet d’avoir l’esprit des
ordres de grandeur. L’utilisation de ce système simplifie certaines formules et schéma équi-
valent.
On définit une valeur en p.u comme étant le rapport entre deux grandeurs de même nature
dont le numérateur est grandeur physique et le dénominateur est la grandeur de base.

(2.1)

La base
L’expression des grandeurs par phase en grandeur en p.u est obtenue en divisant leurs gran-
deurs par phase par leur base respective, d’où :

(2.2)

Ib , Vb , Zb , Sb sont respectivement les base de courant, de tension, d’impédance, et de puis-


sance apparente. Le choix fixant ces bases est arbitraire, ce choix peut être fait librement
mais pour plus de commodité dans le calcul de réseau, on choisit de fixer arbitrairement Sb
et Vb et que Ib et Zb sont à calculer selon la relation suivante

(2.3)

PROJET II 14
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

2.4 ÉQUATIONS DU RÉSEAU ÉLECTRIQUE EN RÉGIME


PERMANENT

Lorsqu’un réseau électrique se trouve en régime permanent établi, il peut être modélisé
par un système d’équations linéaires ayant la forme :

(2.4)

2.5 Formulation des équations du réseau

2.5.1 Cas de réseau à 2 nœuds

F IGURE 2.5 – Réseau à 2 Nœud [5]

Le courant injecté au nœud, c’est la différence entre le courant fourni par la génératrice
et celui soutiré par les charges sur ce même nœud. Il est défini par l’équation suivante :

(2.5)

I1 et I2 sont respectivement les courants nets injectés aux nœuds 1 et 2

2.5.1.1 Matrice des admittances

Puisque le réseau d’énergie électrique est censé être en régime symétrique sinusoïdal, il
est toujours possible de le remplacer par le modèle en Π correspondant

En appliquant la loi de Kirchhoff, on a :

PROJET II 15
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

F IGURE 2.6 – Modèle en Π d’un réseau à 2 nœud

(2.6)

Alors

(2.7)

Avec
(2.8)

D’après les deux dernières équations, on peut formuler les éléments de la matrice des
admittances

(2.9)

Sous forme matricielle, la formule se présenter de la façon suivante :

(2.10)

PROJET II 16
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

2.5.2 Cas de réseau à n nœuds

F IGURE 2.7 – Un réseau à n nœud

Au nœud i l’injection de courant s’écrit

(2.11)

D’une manière générale

(2.12)

Donc les composantes de la matrice des admittances du réseau à n nœud sont

(2.13)

L’élément diagonal yii de la matrice des admittances est égal à la somme des admittances
qui partent du nœud i. mais l’élément non diagonal yik est égal à l’admittance longitudinale
de la ligne qui part du nœud i et aboutit au nœud k mais affectée du signe (-).

2.5.3 Puissance nette injectée au nœud

En réalité, nous connaissons plutôt les puissances fournies par les génératrices et celles
demandée par les charges, c’est pourquoi nous sommes obligé d’exploiter ces équations des

PROJET II 17
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

courants en équation des puissances.


Par définition
(2.14)

Aux nœuds 1 et 2 :

(2.15)

La puissance injectée au nœud est également définie par

(2.16)

Sous forme conjuguée :


(2.17)

Aux nœuds 1 et 2, on a :

(2.18)

En introduisant respectivement 2.10 et 2.11 dans 2.17 et 2.17, nous avons les nouvelles
expressions suivantes :

(2.19)

Sous forme compacte :

(2.20)

On exprime toutes les tensions nodales et les admittances du réseau par ses modules et
ses arguments respectifs

(2.21)

PROJET II 18
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

En remplaçant 2.20 et de l’équation 2.21 par leurs expressions, nous avons :

(2.22)

En séparant la partie réelle et la partie imaginaire, nous obtenons :

(2.23)

2.5.4 Méthode de Gauss Seidel pour la résolution d’un problème d’écoule-


ment de puissance

La méthode de GAUSS-SEIDEL est l’une des plus simples méthodes itératives utilisées
pour la résolution du problème de l’écoulement de puissance ou généralement pour la résolu-
tion d’un ensemble très large d’équations algébriques non linéaires. Cette méthode consiste
à enlever séquentiellement chaque nœud et actualiser sa tension en fonction des valeurs dis-
ponibles de toutes les tensions des autres nœuds. Pour le cas de l’étude de l’écoulement
de puissance, les solutions recherchées sont déduites de la résolution de l’équation nodale
suivante :

(2.24)

2.5.4.1 Méthode de Gauss-Seidel lorsque le réseau ne contient pas des nœuds P-V

Il y a plusieurs méthodes pour rechercher les tensions nodales. Cette méthode est prin-
cipalement basée sur l’équation de réseau

(2.25)

a) Initialisation
On spécifie V et δ au nœud de référence et on donne des valeurs initiales des tensions aux
nœuds du réseau. Alors on peut calculer les courant au nœud p

PROJET II 19
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

(2.26)

* n : Nombre de nœuds
* s : nœud de référence

De l’équation matricielle 2.26 , on peut écrire les (n-1) équations

(2.27)

Les courant calculés, la tension du nœuds, les tensions nodales estimées (valeurs initiales)
sont substituées pour obtenir des nouvelles tensions nodales. Les 2 relations précédentes
peuvent-être combine dans une formule telle que :

(2.28)

De plus les variables sont les variables nodales. Donc on va poser :

(2.29)

b) Convergence
A chaque itération, on aura les nouvelles valeurs de tensions aux nœuds. Pour le test de
convergence, on arrête l’itération au moment où la valeur absolue de la différence de toutes
les tensions à l’itération successive est très petite pour chaque nœud à l’exception du nœud
bilan

(2.30)

PROJET II 20
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

2.5.4.2 Méthode de Gauss-Seidel traitant des nœuds P-V

Une modification des procédures de calcul pour le calcul du problème de l’écoulement


de charge est exigée pour tenir compte des nœuds de contrôle de tension. A ces nœuds la
grandeur de tension et la puissance active sont spécifiées. Dans la méthode de Gauss-Seidel, la
puissance réactive à un nœud de contrôle de tension p doit-être calculée avant de procéder au
calcul de la tension à ce nœud. Séparant les réelles et imaginaires de l’équation de puissance
du nœud p suivante :

(2.31)

Avec :

(2.32)

La puissance réactive est

(2.33)

Les valeurs de ep et fp au nœud p doivent satisfaire la relation suivante :

(2.34)

Afin de calculer la puissance réactive du nœud requise pour fournir la tension programmée
au nœud p, les estimations de e2p et de f2p doivent être ajustées pour satisfaire l’équation
ci-dessus. L’angle de phase de la tension estimée du nœud p est :

(2.35)

Supposons que les angles de la tension spécifiée et de la tension calculée sont égaux, alors
les valeurs ajustées de e2p et de f2p sont :

PROJET II 21
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

(2.36)

Substituant ekp(nouv) et fkp(nouv) dans l’équation 2.33, la puissance réactive Qkp est obtenue
et est employée avec Vkp(nouv) pour calculer la nouvelle estimation de tension ek+1
p . Dans la

pratique les limites de la source d’énergie réactive au nœud de contrôle de tension doivent
être prises en considération. Si Qkp calculé excède la capacité maximale Qp(max) de la source,
la valeur maximale est prise comme la puissance réactive à ce nœud. Si la valeur calculée
est inférieure de Qp(min) , la valeur minimale est utilisée. Dans les deux cas, il est impossible
d’obtenir une solution avec la tension prévue spécifiée et donc Vkp(nouv) ne peut pas être utilisé
dans le calcul.

PROJET II 22
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

2.5.5 Organigramme de calcul de la matrice des admittances

L’organigramme présenté par la figure 2.8 ci-dessous, permet de former la matrice des
admittances

F IGURE 2.8 – Organigramme de formation de la matrice des admittances

PROJET II 23
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

2.5.6 Organigramme de calcul de la répartition de puissance

PROJET II 24
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

PROJET II 25
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

F IGURE 2.9 – Organigramme de calcul de la répartition de puissance par la méthode de GAUSS-


SEIDEL

2.6 Conclusion
Nous avons vu dans ce chapitre la modélisation de tous les éléments du réseau électrique,
tels que les lignes, les transformateurs et les générateurs. Nous avons trouvé aussi la méthode
de Gauss-Seidel pour le calcul de la répartition de puissance pour les nœuds PV et PQ ainsi
que l’organigramme, alors pour le chapitre suivant nous allons voir les différents types de
FACTS et de proposer le type de FACTS que nous allons utiliser.

PROJET II 26
Chapitre 3
ÉTUDE DES DISPOSITIFS FACTS

3.1 Introduction

Selon l’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers), la définition du terme


FACTS est la suivante : Systèmes de Transmission en Courant Alternatif comprenant des
dispositifs basés sur l’électronique de puissance et d’autres dispositifs statiques utilisés pour
accroître la contrôlabilité et augmenter la capacité de transfert du réseau de puissance. Avec
leurs aptitudes à modifier les caractéristiques apparentes des lignes, les FACTS sont capables
d’accroître la capacité du réseau dans son ensemble en contrôlant les transits de puissance.

3.2 La Compensation de l’énergie réactive

Pour limiter les courants en ligne et donc l’énergie réactive absorbée par l’installation,
on doit donc installer des sources d’énergie réactive en parallèle sur notre installation. On
appelle cette technique " Compensation de l’énergie réactive ". Cette compensation permet
d’améliorer le facteur de puissance (cosϕ ) .Soit un appareil ou groupe d’appareils appelant
une puissance active P (W) et une puissance réactive (VAR). On souhaite augmenter la cosϕ
à une valeur plus élevée cosϕ’.

27
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

F IGURE 3.1 – Compensation de l’énergie réactive

d’où

p Q : la puissance réactive appelée par la charge seul.


p Q-Q’ : la puissance réactive fournie par la source supplémentaire.
p Q’ : la puissance réactive transité par la source principale.
p P : la puissance active appelée par la charge.
p Q = P.tgϕ et Q’ = P.tgϕ’

3.3 Généralité sur le FACTS

Le développement des dispositifs FACTS est essentiellement dû aux progrès réalisés dans
le domaine des semi-conducteurs de puissance et plus particulièrement des éléments com-
mandables tels que le thyristor et le thyristor GTO. Les FACTS représentent une alternative
aux dispositifs de réglage de puissance utilisant des techniques passives : bobine d’inductance
et condensateur enclenchés par disjoncteur, transformateur déphaseur à régleur en charge
mécanique, etc... Dans les dispositifs FACTS, les interrupteurs électromécaniques sont rem-
placés par des interrupteurs électroniques. Ils disposent ainsi de vitesses de commande très
élevées et ne rencontrent pas les problèmes d’usure que leurs prédécesseurs. De ce fait, les
FACTS possèdent une très grande fiabilité et une flexibilité pratiquement sans limite.

PROJET II 28
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

3.3.1 Historique[10]

Les premiers FACTS sont apparus dans les années 1930 afin d’augmenter la capacité de
certaines lignes ayant une forte impédance. Les compensateurs montés en série sont utilisés
depuis plus de 60 ans dans le monde. Les premiers SVC sont apparus dans les années 1970
et ont été développés par l’EPRI. Le premier a été mis en service au Nebraska en 1974 par
General Electric pour stabiliser la tension devenue fluctuante à cause des laminoirs et des
fours à arc environnants. C’est durant la même période que les thyristors ont commencé à
être employés

Les GTO sont commercialisés depuis la fin des années 1980. Le premier TCSC a été
construit en 1992 par ABB aux États-Unis, il a permis d’augmenter la capacité de transmis-
sion de la ligne de 30 %. Le principe du STATCOM a été inventé en 1976 par Laszlo Gyugyi.
Le premier a été installé au Japon en 1991. Il a été commercialisé par Kansai Electric Power
Corporation et Mitsubishi Electric Power Corporation. Le second a été installé à Sullivan
au Nord-Est du Tennessee par Westinghouse Electric Corporation aux États-Unis en 1995.
Le principe de l’UPFC a été présenté en 1990 par Laszlo Gyugyi. Le premier UPFC a été
mis en service en 1998 au poste électrique de AEP Inez pour le compte d’American Electric
Power.
En 2005, la puissance cumulée des FACTS installés dans le monde était d’environ 90 000
MVAR, répartie comme suit

TABLE 3.1 – La puissance des FACTS installés dans le monde, En 2005[6]

PROJET II 29
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

3.3.2 Fonction des FACTS[4]

Les FACTS agit généralement en fournissant ou en consommant de la puissance réactive


sur le réseau. Ceci a pour effet de modifier l’amplitude de la tension à son point de connexion,
et par conséquent la puissance active maximale transmissible.
Les FACTS sont aussi utilisés pour le filtrage des courants harmoniques et la stabilisation de
la tension. L’ordre des grandeurs de la puissance d’un FACTS va de quelque MVA à quelques
centaines de MVA

3.3.3 Les différentes catégories des FACTS

Les dispositifs FACTS peuvent être classés en trois catégories tel que :
p Compensateur shunt
p Compensateur série
p Compensateur hybride

TABLE 3.2 – La catégories des FACTS

La colonne gauche des système FACTS présente les contrôleurs à base des thyristors ou
bien à des convertisseurs à thyristor tel que le SVC et le TCSC qui sont connus depuis

PROJET II 30
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

plusieurs dizaine d’année à titre de compensateurs shunt et série respectivement et qui ont
prouvé leur fiabilité dans le contrôle des réseaux. Les dispositifs dans la colonne de droite
sont la technologie la plus avancée de FACTS avec des convertisseurs de sources de tension à
base des interrupteurs statiques IGBT (Insulated Gate Bipolar Transistor) ou bien les IGCT
(Insulated Gate Commutated Thyristor) tel que le STATCOM, le SSSC et l’UPFC. Ces
convertisseurs de source de tension fournissent ou injectent une tension totalement contrô-
lable en amplitude et en phase en série ou en parallèle dans le réseau selon les exigences de
contrôle en exerçant une MLI sur les gâchettes des interrupteurs de ces convertisseurs selon
sa connexion au réseau.

3.3.3.1 Contrôleur parallèle[10]

La compensation parallèle agit principalement sur la tension et en limite des oscillations.


Elle peut également limiter les oscillations de puissance active, mais elle est moins efficace
dans ce rôle que la compensation série. Elle fonctionne en source de courant.
Le choix de leur emplacement est bien déterminé.
a) SVC (Static VAR Compensator)[2]
SVC (Static VAR Compensator) : est un compensateur d’énergie réactive shunt dit aussi
CSPR (Compensateur Statique de Puissance Réactive), qui combinent le TCR, TSC, bancs
de capacités fixes et filtre d’harmoniques. Il est le plus répandue des FACTS.
- Le TSC (Thyristor Switched Capacitor) est un condensateur commuté par deux thyristors
montés en antiparallèle. Ce dispositif est donc composé d’un condensateur fixe C branchée
en série avec une valve à thyristors bidirectionnelle et une bobine d’inductance d’atténuation
L.
- Le TCR (Thyristor Controlled Réactor) : c’est une réactance en série avec un gradateur.
Sa valeur est continuellement variable selon l’angle d’amorçage des thyristors.

F IGURE 3.2 – les différent types de SVC

PROJET II 31
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

Un SVC supposé idéal ne contient pas de composant résistif Gsvc =0, donc il ne consomme
pas d’énergie active du réseau. Sa puissance réactive est fonction de la tension au jeu de barre
de connexion et de la Susceptance Bsvc .

(3.1)

b) Le STATCOM (Static Compensator)[2]


Le STATCOM (Static Compensator) ou SVG (Static VAR Generator) sert à compenser
l’énergie réactive dans la ligne, il est branché en parallèle. Ce dispositif est analogue d’un
compensateur synchrone, et comme c’est un dispositif électronique. Il n’a pas d’inertie méca-
nique, présentant alors de meilleures caractéristiques telles que sa dynamique rapide et son
faible coût d’installation et de sa maintenance devant le compensateur synchrone.

F IGURE 3.3 – Structure d’un STATCOM et son Schéma équivalent

Le STATCOM permet le même contrôle qu’un SVC mais avec plus de robustesse. Un
des avantages du STATCOM est de pouvoir fournir une quantité importante de puissance
réactive même quand la tension du réseau est basse à l’inverse d’un SVC. Son temps de
réponse est également très faible.

(3.2)

PROJET II 32
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

3.3.3.2 Compensateur Séries[2]

Ces compensateurs sont connectés en série avec le réseau comme une impédance variable
(inductive ou capacitive) ou une source de tension variable. Pour l’utilisation comme com-
pensateur série de la puissance réactive et par leur influence sur l’impédance effective des
lignes, ils interviennent dans le contrôle du flux de puissance et la stabilité de ce dernier. En
général ces dispositifs séries injectent une tension en série avec la ligne de transmission.

a. Le TCSC
Le TCSC (Thyristor Controlled Series Capacitor) est constitué d’un condensateur mis en
parallèle avec des thyristor et une bobine en série.
Le TCSC placée en série dans une ligne de transport permet de contrôler le flux de puissance
et d’évaluer la capacité de transfert des lignes en agissant sur la réactance XT CSC qui varie
selon l’angle de retard à l’amorçage du thyristor α donné par la formule suivante

(3.3)

F IGURE 3.4 – Structure d’un TCSC et son Schéma équivalent

Si un TCSC est installé en série dans une ligne entre les deux jeux de barres s et r, la
puissance qui transit entre ces deux jeux de barres est régi par l’équation suivante

(3.4)

PROJET II 33
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

b. Compensateur Synchrone Statique Série (SSSC)


Il est formé d’un convertisseur de tension inséré en série dans la ligne par l’intermédiaire d’un
transformateur. Le SSSC agit sur le courant de ligne en insérant une tension en quadrature
avec ce dernier, la tension pouvant être capacitive ou inductive. Un SSSC est capable d’aug-
menter ou de diminuer le flux de puissance dans une ligne, voire d’en inverser le sens. Le
comportement d’un SSSC peut être assimilé à celui d’un ou d’une inductance série réglable.
Son avantage est :
- Elimination des composants passifs (inductance et capacités) ;
- Une aptitude symétrique dans les deux modes (inductif et capacitif).

F IGURE 3.5 – Structure d’un SSSC

Le SSSC injecte en série une tension alternative avec une amplitude et un angle de phase
réglable dans la ligne de transport à l’aide d’un transformateur série. Le SSSC peut produire
où absorber de la puissance réactive suivant la commande de convertisseur statique. Il permet
d’assurer une compensation shunt indépendante à la ligne de transport.

F IGURE 3.6 – Caractéristique statique d’un SSSC

PROJET II 34
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

3.3.3.3 Contrôleur hybrides (série-shunt)[2]

C’est une combinaison des dispositifs série et shunts commandé d’une manière coordon-
née afin d’accomplir un contrôle prédéfini. Ils servent à contrôler le flux de puissance active
et réactive, la tension et l’angle de transport de l’énergie.

a. Le SPS (Static Phase Shifter)


Le déphaseur statique est un transformateur déphaseur à base de thyristors, ce dispositif a été
conçu pour remplacer les anciens transformateurs déphaseur commandés mécaniquement. Il
est constitué de deux transformateurs branchés en série avec la ligne et l’autre en parallèle. La
figure suivante nous montre le schéma de principe de ce dispositif et son schéma équivalent.

F IGURE 3.7 – Structure d’un SPS

Ce dispositif varie l’angle de phase de la tension aux extrémités de la ligne. Son principe
est basé sur l’injection d’une tension en quadrature avec la tension de l’extrémité de la ligne
à déphaser. Cet équipement permet aussi un contrôle rapide du flux de la puissance active.

b. UPFC (Unified Power Flow Controller) :


L’UPFC est composé de deux convertisseurs de tension (onduleur) qui partagent le même
condensateur dans leurs côtés continus et possédant un système de commande unifié, la
figure suivante donne son schéma de principe et son schéma équivalent.

F IGURE 3.8 – Structure d’un UPFC

PROJET II 35
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

L’originalité de ce compensateur est de pouvoir contrôler simultanément la puissance


active, la puissance réactive, les tensions aux extrémités de la ligne. Ces possibilités sont
acquises par l’échange d’énergie entre les deux convertisseurs : la puissance active demandée
par le convertisseur série est tirée du réseau par le convertisseur shunt à travers la partie
continue DC pour l’acheminée au jeu de barre "r".

3.3.4 Avantage de l’utilisation des FACTS[10]

Dans un réseau électrique, les FACTS permettent de remplir des fonctions tant en ré-
gimes stationnaires qu’en régimes transitoires. Ils agissent généralement en absorbant ou en
fournissant de la puissance réactive, en contrôlant l’impédance des lignes ou en modifiant les
angles des tensions. A cet effet les FACTS permettent dans un système énergétique d’obtenir
un ou plusieurs avantages tels que :
p Contrôle de flux de puissance qui est la principale fonction des dispositifs FACTS. Ce
contrôle doit-être réalisé selon un cahier de charge prédéfini pour satisfaire les besoins
des consommateurs
p Améliorer la stabilité dynamique du système : entre autres des fonctions des FACTS
l’amélioration de la stabilité transitoire, atténuations et contrôle de la stabilité des
tensions
p Contrôle des tensions dans les nœuds
p Réduire les pertes actives totales
p Améliorer la stabilité électromécanique des groupes de production
p Augmenter les capacités de charge des lignes vers leurs limites thermiques
p Contrôle de la puissance réactive : réduction de l’écoulement de puissance réactive,
donc permettre aux lignes de transmettre plus d’énergie actives et par conséquence
réduire les pertes de transmission
p Amortir les oscillations de puissance et Améliore la qualité de l’énergie

3.3.5 Les contraintes des dispositifs FACTS[6]

Les dispositifs FACTS sont considérés comme des solutions pour améliorer la stabilité
d’un système électrique ; néanmoins ils présentent des inconvénients, en plus qu’ils ne sont
pas une solution universelle, ils existent plusieurs contraintes pour que ces dispositifs soient
efficaces et rentable tels que :

PROJET II 36
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

p Le choix de dispositif FACTS


p Le choix du modèle du FACTS
p Choix de la localisation des FACTS
p Protection pour les FACTS et pour le réseau
p Interaction entre les dispositifs FACTS et les autres éléments

3.3.6 Choix du type de FACTS

Chaque type a son avantage et son point faible par rapport aux autres, le choix du
type de FACTS à utiliser dépend donc de la structure ainsi que de la configuration ou de
la compensation à insérer dans le réseau. Mais tout de même les avantages et les points
caractéristiques de quelques types de FACTS sont présentés dans le tableau suivant :
Le (+) est proportionnel à l’efficacité du dispositif :

TABLE 3.3 – Les caractéristiques des FACTS

(+) : Performance moyenne.


(+ +) : Bonne performance.
(+ + +) : Excellente performance.

3.3.7 Les Fabricants[10]

p ABB : Le groupe revendique avoir mis en service le TSC en 1972 et le premier SVC
au monde en 1979. ABB a installé plus de 500 SVC dans le monde, ce qui représente
environ 55 % du total.

PROJET II 37
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

p Siemens : vend des compensateurs en série, en parallèle commuté mécanique (MSC),


des SVC standard (40 < MVAr < 800) et surtout des VSC Plus (50 = MVAr = 500),
utilisant une technologie à IGBT multiniveaux.
p Alstom : propose à son catalogue des SVC, des STATCOM, des FSC, des TCSC
p General Electric : déclare fabriquer des CSC depuis 1928 et en avoir vendu plus de
100 dans le monde.
p Toshiba : propose des SVC et des STATCOM.

3.3.8 Coût des dispositifs FACTS[10]

Mis à part les avantages techniques apportés par les FACTS, d’autres critères liés au
coût doivent être pris en considération dans la décision d’installer un dispositif. Le coût
d’une installation FACTS dépend principalement des facteurs tels que :
p Les performances requises.
p La puissance de l’installation.
p Le niveau de tension du système.
p La technologie du semi-conducteur utilisé.

TABLE 3.4 – Comparaison des coûts du dispositif FACTS

3.4 Conclusion
Dans ce chapitre nous avons vu les différents types des FACTS, ses avantages et ses
inconvénients ainsi que les critères de choix de ce dispositif. Pour notre cas ici présent, nous

PROJET II 38
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

avons choisi d’étudier le Compensateur Statique de puissance de réactive (SVC) comme


dispositifs de FACTS pour contrôler les tensions des nœuds, les transits de puissance et les
pertes dans les lignes dans un réseau électrique. Pour le chapitre suivant nous allons faire
une étude sur la modélisation du contrôleur SVC dans la répartition de puissance.

PROJET II 39
Chapitre 4
MODELISATION DU SVC ET SON
INTEGRATION DANS LES EQUATION DU
RESEAU ELECTRIQUE

4.1 Introduction

Parmi les dispositifs FACTS que nous avons mentionné dans le chapitre 3, on a choisi le
SVC pour les raisons qu’il puisse contrôler les réseaux électriques en régime permanent et
d’engendrer de très bon effet. Il est capable de contrôler les tensions nodales, les transits de
puissance ainsi que les pertes dans les lignes.
L’une des raisons qui nous a poussées d’adopter ce type de dispositifs FACTS shunt c’est
qu’il est aussi le plus utilisé de nos jours.

4.2 Définition du SVC

L’IEE, définit le SVC (Static VAR Compensator) comme un générateur (ou absorbeur)
statique de l’énergie réactive shunt dont la sortie est ajustée en courant capacitif ou inductif
afin de contrôler des paramètre spécifiques de réseau électrique, et surtout la tension des
nœuds, en effet il sert à maintenir la tension en régime permanent et en régime transitoire.
Le SVC injecte de la puissance réactive dans la barre où il est branché de manière à satisfaire
la demande de puissance réactive de la charge.

40
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

4.3 Utilisation du SVC

Le SVC en régime permanent :


* Régule le profil de tension, particulièrement sur les systèmes faibles, en absorbant ou
en fournissant de la puissance réactive
* Augmente la capacité de transport du système
* Réduit ou élimine les exigences pour de nouvelles lignes
* Réduit les pertes (en évitant de transporter du réactif) et donc optimise les investis-
sements
Le SVC en régime dynamique :
* Participe à la Restauration d’un système après un défaut
* Amortit les oscillations de puissance
* Améliore les marges de stabilité
* Réduit les oscillations du réseau (flicker)
* Équilibre les effets dus aux charges déséquilibrées

4.4 Structure d’un SVC

La figure suivante donne une représentation schématique monophasé d’un compensateur


statique shunt. Il est composé d’un condensateur de réactance Xc dont la puissance réactive
fournie peut-être complètement enclenchée ou complètement déclenchée et d’une bobine
d’induction de réactance inductive XL dont la puissance réactive absorbée est commandée
entre zéro et sa valeur maximale par des thyristors montées en tête-bêche pour assurer des
inversions très rapides du courant.

F IGURE 4.1 – Structure d’un SVC

PROJET II 41
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

La susceptance équivalente est une fonction de l’angle d’amorçage des thyristors

(4.1)

tel que

(4.2)

Avec
α : L’angle d’amorçage des thyristors
Ω : La pulsation

La puissance réactive Qsvc est positive lorsqu’elle est absorbée par le compensateur (com-
portement inductif), le courant d’entrée I est un courant réactif, il est supposée positif lors-
qu’il est retardé de 90 ° par rapport à la tension Vsvc . Si par contre, le compensateur fournit
de la puissance réactive (comportement capacitif), cette dernière est considérée comme étant
négative, ainsi que le courant I.La puissance réactive QL est positive alors que la puissance
réactive Qc est négative. La figure suivante représente la modélisation d’un SVC par une
admittance variable dont la valeur est donnée selon l’équation.

F IGURE 4.2 – Modèle d’un SVC

(4.3)

PROJET II 42
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

4.5 Insertion d’un SVC

4.5.1 Le SVC installé à un nœud du réseau

Lorsqu’ils sont connectés aux nœuds du réseau, les SVC sont généralement placés aux
endroits où se trouvent des charges importantes ou varient fortement. Ils peuvent également
être positionnés à des nœuds où le générateur n’arrive pas à fournir ou absorber suffisamment
de puissance réactive pour maintenir le niveau de tension désiré. Lorsqu’un SVC est présent
au nœud i, l’élément yii de la matrice des admittances nodale est modifié en lui additionnant
l’admittance du SVC.
(4.4)

Exemple, sur la figure suivante, le SVC est installé au nœud i.

F IGURE 4.3 – SVC placé à un nœud du réseau

Dans ce cas, la matrice d’admittance est modifiée de la manière suivante :

(4.5)

4.5.2 Le SVC installé au milieu d’une ligne

Lorsque le SVC est inséré au milieu d’une ligne de transport, cette dernière est divisée
en deux tronçons identiques.

PROJET II 43
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

F IGURE 4.4 – SVC placé au milieu d’une ligne d’un réseau

avec

(4.6)

PROJET II 44
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

4.5.3 Organigramme de l’insertion de SVC

PROJET II 45
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

PROJET II 46
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

F IGURE 4.5 – Organigramme pour l’insertion d’un SVC

4.6 Conclusion
Dans ce chapitre nous avons pu modéliser le SVC, et nous avons élaborer un organi-
gramme d’insertion de ce dispositif sur un réseau. Pour le dernier chapitre, nous verrons
l’application de programme de calcul de la répartition de puissance en tenant compte les dif-
férents types de nœud PV et PQ. En effet nous allons insérer un SVC qui permet d’améliorer
les tensions nodales et de diminuer les pertes de puissance dans les lignes.

PROJET II 47
Chapitre 5
APPLICATION SUR DES RÉSEAUX
DONNES

5.1 Introduction
Le but de ce chapitre c’est de d’étudier un réseau contenant les différents types de nœuds
PV et PQ et d’améliorer le niveau de tension dans tout le réseau électrique. Pour cela, il
faut injecter la puissance réactive au nœud concerné. L’injection de cette puissance assure
la tension constante au nœud PV et améliore les tensions des autres nœuds et aussi réduit
les pertes en ligne. L’apparition des dispositifs FACTS (SVC) peut résoudre les problèmes
pour la compensation de l’énergie réactive dans les réseaux électriques. Nous allons voir ici
les effets de l’insertion d’un SVC sur les réseaux électriques tests données, notamment sur
les tensions nodales, les transits et les pertes de puissance dans les lignes.

5.2 Réseau test

5.2.1 Données

Grandeurs de base
- Puissance : 100 MVA
- Tension 142[kV]

Les Impédances longitudinales et admittances transversales des lignes données en [p.u]


dans la base donnée sont consignées dans le tableau suivant :

48
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

F IGURE 5.1 – Le réseau test

TABLE 5.1 – Caractéristique des lignes

La production et la consommation sont données en [MW] et [MVAR]

TABLE 5.2 – La production et la consommation

Le nœud n°1 est pris comme nœud de référence où la tension est égale à 1[p.u]. Tandis que
les autres nœuds auront une valeur initiale égale 1.0 pu.
En appliquant l’organigramme décrivant l’algorithme de Gauss-seidel décrit à la Figure

PROJET II 49
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

2.9 pour calculer la répartition de charge sur un réseau à 5 nœuds, on obtient les résultats
suivants

5.2.1.1 La matrice des admittances

TABLE 5.3 – La matrice des admittances

5.2.1.2 Les tensions nodales

PROJET II 50
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

TABLE 5.4 – Les tensions nodales

5.2.1.3 Transit de puissance et les pertes dans les lignes

PROJET II 51
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

Tableau de transit de puissance

TABLE 5.5 – Transit de puissance et les pertes dans les lignes

5.2.1.4 La Puissance au nœud de référence

la puissance au nœud de référence est :

F IGURE 5.2 – La puissance au nœud de référence

PROJET II 52
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

5.2.2 Interprétation

D’après le résultat ci-dessus, on peut dire que la tension au nœud 5 s’avère hors admissible,
et la somme des pertes de puissance dans les lignes est très importante et leurs effet peut
nuire le système ainsi que le fonctionnement normal du réseau.

5.3 Solution

5.3.1 Délestage

Dans un réseau électrique, le délestage consiste à arrêter volontairement l’approvision-


nement d’un ou de plusieurs consommateurs pour rétablir rapidement l’équilibre entre la
production et la consommation du réseau. Il s’agit d’une mesure de sauvegarde destinée à
éviter les risques d’effondrement en tension ou en fréquence qui pourraient entraîner la cou-
pure de la totalité d’un réseau ou un sous-réseau. Autrement dit le délestage est une solution
provisoire qui ne peut pas résoudre le problème de façon permanente.

5.3.2 Renforcement de ligne

Il s’agit d’installer une nouvelle ligne en parallèle avec la ligne précédente, Le coût de
l’installation s’exprime en fonction de la longueur de la ligne à installer ainsi que le prix des
accessoires nécessaires. Le prix est très important si la ligne est longue, mais souvent une
centrale se situe très loin des consommateurs

Les principaux composants des lignes aériennes sont :

p Les conducteurs (Phases + câble(s) de garde) ;


p Les isolateurs ;
p Le pylône ;
p Les fondations ;
p Autres accessoires (pinces de suspension, jonctions de connecteurs, amortisseurs dy-
namiques, . . . ).
Il y a donc une restriction sur la construction d’une nouvelle ligne

PROJET II 53
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

5.3.3 Installation d’un SVC

Les éléments proposés qui permettent d’améliorer le système électrique sont les disposi-
tifs FACTS. Le compensateur statique SVC est l’un de type de FACTS qui sert à maintenir
la tension en régime permanent et en régime transitoire. Le SVC injecte ou absorbe de la
puissance réactive dans le nœud où il est branché de manière à satisfaire la demande de
puissance réactive de la charge. Le prix d’un SVC varie selon la puissance réactive qu’on
doit insérer. D’après ABB le prix d’un SVC est de 40$/kVAR.
Le but c’est d’insister sur le fait que le réseau dispose des différents types des nœuds (PV et
PQ). Au nœud PV, la tension reste constante, mais pour garder cette tension constante, il
faut injecter la puissance réactive au nœud concerné. L’injection de cette puissance améliore
les tensions dans tous les nœuds du réseau et aussi réduit les pertes. Cette méthode est très
recommandée de nos jours.

Parmi les solution proposé ici, nous avons choisie l’installation d’un SVC.
Le SVC est implanté sur le nœud de où la tension est la plus faible. Pour le réseau ici étudié,
nous avons vu précédemment que le nœud concerné est le nœud 5.
Le nœud n° 1 reste toujours le nœud de référence

F IGURE 5.3 – Le SVC installé au nœud n°5 du réseau

5.3.3.1 Tension nodales après insertion d’un SVC

Après insertion d’un SVC, nous avons obtenu le résultat suivant

PROJET II 54
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

F IGURE 5.4 – La tension nodale après insertion d’un SVC au nœud n°5 du réseau

TABLE 5.6 – Tension nodales après insertion d’un SVC

5.3.3.2 Transit de puissance et les pertes dans les lignes après insertion d’un SVC

F IGURE 5.5 – Le transit de puissance du réseau

F IGURE 5.6 – Le transit de perte de puissance du réseau

PROJET II 55
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

TABLE 5.7 – Transit de puissance et les pertes dans les lignes

5.3.4 Interprétation

Après avoir pris le nœud 5 comme un nœud PV, les transits de puissance sont modifiés
et les pertes des puissance active dans les lignes sont réduites. La puissance réactive du SVC,
Qsvc =-0.5[p.u]. Le signe (-) signifie que le SVC fournit de la puissance réactive aux nœuds
qui ont des anomalies des tensions. Le bsvc est égale à 0.4988

PROJET II 56
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

5.4 Comparaison des résultats avant et après insertion d’un


SVC
D’après le tableau 5.8. Il apparait clairement que le SVC améliore le profil de tension du
nœud où il est implanté à savoir le nœud 5. En effet, l’amplitude de la tension est augmentée
à 1.012 pu.
Voici la comparaison des résultats de calcul de la répartition de puissance

TABLE 5.8 – comparaison de la tension avant et après insertion d’un SVC

On remarque aussi que le compensateur shunt ne s’est pas limité uniquement à la com-
pensation du nœud 5 mais son action s’est élargie sur tous les nœuds du réseau. Cet effet
est l’une des caractéristiques des systèmes FACTS shunt qui soutiennent la tension de façon
homogène sur l’ensemble du réseau.

PROJET II 57
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

Histogramme des tensions

F IGURE 5.7 – Histogramme des tensions

5.5 Comparaison de transit de puissance


Le tableau ci-dessous montre la différence de la puissance avant et après insertion d’un
SVC

TABLE 5.9 – Comparaison de la transit de puissance avant et après insertion d’un SVC

PROJET II 58
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

5.6 Interprétation
Étant inséré au nœud 5 de notre réseau le SVC, l’utilisation de ce dernier permet d’aug-
menter en dessus de 0.95% tous les tension faibles du réseau et n’a laissé aucun d’autre ne
dépasse pas 1.05% du nœud bilan. en effet la tension minimale après l’insertion d’un SVC
est de 0.9554[p.u] et la maximale est 1.0012[p.u], nous avons constaté que l’insertion d’un
SVC permet de diminuer les pertes de puissance transités dans les lignes, a savoir avant l’in-
sertion d’un SVC, la perte de puissance en ligne dPLt=0.1360 qui est le 7% de la puissance
produite par les générateurs. Après insertion d’un SVC nous avons pu réduire cette perte
dPLt=0.0890 qui est le 4% de la puissance produite par les générateurs.

5.7 Conclusion
Nous avons présenté dans ce dernier chapitre les résultats de la simulation de réseau
donné. D’après les résultats, nous avons remarqué que la tension de tous les nœuds du
réseau sauf au nœud de référence sort de la marge admissible (inférieure à 0.95[p.u]) Mais
après insertion d’un SVC, toutes les tensions sont augmentées et elles sont dans la marge
admissible, et les pertes dans le réseau sont réduites.

PROJET II 59
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

CONCLUSION GÉNÉRALE

Ce travail est basé sur l’élaboration d’un programme qui nous permet de savoir l’état des
tensions, des transits de courant et des puissances ainsi que des pertes dans les lignes. Ces
données nous permettent d’envisager facilement les caractéristiques des dispositifs FACTS
qu’on doit insérer.

D’après l’application de l’algorithme avec le réseau de 5 nœuds, nous avons vu que la


tension au nœud 5 est la tension la plus faible et les pertes de puissance totale dans les lignes
est de 7%, donc on peut dire que le réseau est en état d’alerte. En tant que gestionnaire de
réseau électrique, nous cherchons toujours des solutions adaptées à ce problème. La solution
que nous avons apportée est l’insertion d’un dispositif appelé FACTS ou Flexible Alternating
Current Transmission System.

Parmi tant des dispositifs FACTS cité, le SVC a été choisi car ce compensateur parallèle
est le plus utilisé au monde actuel. On a insérer le SVC au nœud 5 qui est un nœud à plus
faible tension. Pour cela nous l’avons choisi comme nœud PV afin de savoir les caractéris-
tiques de SVC qu’on doit insérer. Lorsque le réseau contient les différents types de nœud (PQ,
PV), le calcul du Load flow doit tenir compte de tous ces nœuds. Aussi, l’algorithme classique
de calcul sera modifié. Et d’après la simulation d’un programme avec le logiciel MATLAB,
les caractéristiques du SVC qu’on doit installer sont Bsvc=0.489[p.u] et le Qsvc=-0.5[p.u].
Grâce à l’insertion de ce dispositif nous pouvons améliorer le niveau de tension dans tous les
nœuds du réseau et de diminuer la totalité des pertes de puissance dans les lignes.

Nous avons montré ici l’apport des FACTS à l’amélioration de la stabilité de la tension.
Les FACTS améliorent le niveau de sécurité des réseaux et sont aussi en mesure de contrôler
la forme d’onde des tensions et des courants en agissant comme des filtres actifs. De plus,
ils permettent l’amélioration de la stabilité des réseaux en contrôlant rapidement les pertur-
bations, et offrent ainsi la possibilité d’utiliser, à leur pleine capacité, les équipements et les
lignes de transport existants.
Comme perspective de ce travail, nous proposons d’introduire l’optimisation de l’emplace-
ment de SVC, pour avoir le meilleur profil de la tension et le minimum de pertes de puissance

PROJET II 60
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

tout en respectant toutes les contraintes techniques imposées préalablement et ce en appli-


quant des méthodes d’optimisation évolutionnaires.

PROJET II 61
Bibliographie

[1] B-Houari, Contrôle des puissance réactive et des tension dans un réseau de trans-
port au moyen de dispositifs FACTS(SVC), Mémoire de Magister de l’Université
de Sidi BelAbbes , 2008.

[2] BENCHEIKH Abdelhak et DEROUICHE Abdelghani, Etude de l’écou-


lement de puissance sur un réseau électrique en présence des systèmes
FACTS,Mémoire MASTER ACADEMIQUE 2016.

[3] TOMBOLAHIZAFY Etienne, Calcul de load flow d’un réseau électrique maillé
équipé de dispositifs FACTS, Mémoire d’ingéniorat, Promotion HITA, 2016.

[4] Youness Magnoun, Placement optimal de dispositif FACTS dans un réseau de


puissance, Mémoire présenté en vue d’obtenir le Diplôme D’ingénieur CNAM en
SYSTEMES ELECTRIQUES, Année 2014.

[5] MOINDAZE ABDOU Izrare, Calcul de la répartition de puissance dans un


réseau radial équipé de FACTS », Mémoire de fin d’étude, Promotion HITA, Année
2016.

[6] FRIDJAT Mohammed Seghir et MEHDA Amara, Contribution à l’étude des


systèmes de compensation FACTS pour le contrôle du transit de puissance dans un
réseau de transport ,Mémoire de Fin d’Etude En vue de l’obtention du diplôme de
MASTER ACADEMIQUE, Année 2014.

[7] Ay Abdelouahab, Modélisation et Analyse d’Un Compensateur Statique : SVC,


Mémoire de Magistère en Electrotechnique, Année 2013.

[8] N. Mezhoud , A. Boukadoum , S. Leulmi , F. Boukhenoufa, Etude de


l’écoulement de puissance optimal par la méthode de Newton en présence des dis-

A
Calcul du load flow dans un réseau contenant les différents nœuds (PQ,PV) et équipé de FACTS

positifs FACTS (SVC) , Laboratoire d’Electrotechnique de Skikda Département


d’Electrotechnique du 20 Août 1955, Université – Skikda, Algérie.

[9] RANDRIANARISOA Emile, Cours FACTS GE5 201 final

Webographie

[10] https ://fr.wikipedia.org/wiki/Système_de_transmission_flexible_en_courant_alternatif

PROJET II B
Annexe

Les perturbations qu’on peut rencontré dans un réseau élec-


trique
On peut rencontré plusieurs types de perturbation dans un réseau électrique. Elles sont
représentées dans le tableau suivant

Vous aimerez peut-être aussi